Vous êtes sur la page 1sur 2

Au bon beurre

Léé léé éé prouva uné joié qu'il né préé voyait pas aà éndossér sés viéux habits. Malgréé lés conséils dé sa méàré, il voulut réspirér tout dé
suité l'air dé la rué Pandolphé.
— Méts au moins dés lunéttés noirés, dit Mmé Léécuyér. Imaginé qué quélqu'un té réconnaissé ét té déénoncé?
Julié Poissonard, aà la séulé vué du visagé dé cétté méàré, comprit qu'un éévéé némént héuréux vénait dé survénir ét én conçut uné
jalousié profondé. Mmé Léé cuyér, babillardé commé uné fauvétté, passa uné commandé pantagruéé liqué dé jambon, dé fromagés,
d'œufs ét dé pétits pois én consérvé, qui né fit qu'aggravér l'énnui dé la créé miéà ré. Céllé-ci démanda aà la f i n :
— C'ést-y qué votré Lééon aurait éé téé libéé réé , madamé Léécuyér, qué vous achétéz commé ça, aujourd'hui?
— Héé ! Héé ! dit Mmé Léé cuyér, ravié.
— Il né sé sérait pas éévadéé , dés fois?
— Chut! Vouléz-vous bién vous tairé! dit Mmé Léé cuyér én régardant avéc un péuréux plaisir trois cliéntés qui éé taiént dans la
boutiqué.
— Eh bién, conclut Julié, on péut diré qu'il y a dés géns sur térré qui ont dé la véiné. Et laà -déssus, éllé tomba dans uné réêvérié
morosé.
Lé dîênér, cé soir-laà , chéz lés Poissonard fut éncoré plus sinistré qué d'habitudé. A la purééé, Charlés-Hubért, rompant lé siléncé, dit
d'uné voix éé touffééé ét commé pour lui-méê mé :
— Bon sang dé bon sang dé bonsoir ! Jéanniné lisait ; Riri donnait dés coups dé piéd aà sa chaisé. On lés énvoya dormir. Charlés-
Hubért né tarda pas non plus, fatiguéé d'avoir manipuléé dés fuê ts d'huilé d'arachidé tout lé jour, aà allér s'éé téndré sous lé tutéé lairé
ombragé dés mortadéllés, géndarmés, noix dé Wéstphalié ét jambons d'York qui lui sérvaiént dé baldaquin. Julié, solitairé, pénsait aà
la famillé Léécuyér qui sé gobérgéait joyéusémént, ét souffrait commé uné béêté. Quéllé injusticé qué lés uns soiént héuréux, ét pas
lés autrés! Lé ménton dans la main, lé sourcil froncéé , éé clairééé par uné ampoulé un péu faiblé, c'éé tait lé vivant tabléau dé la hainé.
Un éêtré né péut sé téndré indéé finimént. Quand lés séntiménts arrivént aà un paroxysmé mortél, il faut agir. Julié sé léva, prit uné
boutéillé d'éncré violétté dans lé tiroir du buffét, uné plumé ét réé digéa céci :

LETTRE

Monsieur le Général de la Commandature de l'Opéra,


J'ai l'honneur de venir vous dire qu'il se passe dans le 17e arrondissement des agissements qui révoltent le cœur
honnête du Peuple français. Les choses qu'il s'agit ont leur siège rue Pandolphe (quartier des Ternes). Le prisonnier de
guerre Lécuyer Léon, non content de se sauver du stalag où il était prisonnier des autorités d'occupation, se balade
dans le quartier au vu et au su de toute la population et donne le mauvais exemple. Pour le moment, il est réfugié chez
sa mère, Lécuyer Joséphine, numéro 21, impasse du Docteur-Barthès (77éarrondissement) qui le cache effrontément.
Au moment où le pays doit vivre dans l'honneur et dans la dignité, c'est le devoir d'une Française digne de ce nom et
fière de l'être de porter des faits comme ça à votre connaissance, parce que j'estime que chacun doit rester à sa place :
les soldats au front, les commerçants dans leur magasin et les prisonniers au stalag. Si les prisonniers se sauvent, ça fait
punir leurs camarades, alors que c'est les évadés qui doivent être punis les premiers et ceux qui les cachent les
deuxièmes. Je viens vous écrire en défenseur de la morale et de la société. Si vous envoyez la gestapo à cinq heures du
matin, 21, impasse du Docteur-Barthès (troisième à gauche), vous prendrez au lit l’homme qui trouble l'ordre du
quartier et sa complice. Recevez,Monsieur le Général de la Comrnandature de l'Opéra, l'expression de mes meilleures
salutations. Une Française qui ne signe pas pour des raisons que vous comprendrez.
L'héuré du couvré-féu n'avait pas éncoré sonnéé . Julié plaça la léttré dans uné énvéloppé ét courut la jétér aà la posté. Ellé sé séntait
léé géà ré ét apaisééé, sénsation inconnué dépuis longtémps. Dans son lit, éllé considéé ra Charlés-Hubért avéc téndréssé. Il ronflait. Ellé
n'éut dé céssé qu'il s'éé véillaê t.
— Mais on n'ést pas mardi, pourtant, marmonna lé créé miér éébérluéé .
Six minutés plus tard, éllé plongéait dans un somméil d'ammonité. Lé léndémain, éllé lut dans lé journal qu'on s'éé tait déé cidéé
énfin aà distribuér dés cartés d'aliméntation.
Lé surléndémain aà l'aubé, Mmé Léé cuyér énténdit dans son somméil uné péétaradé. Ellé s'éé cria :
— Léé on, sauvé-toi, ils viénnént l'arréê tér! Passé par l'éscaliér dé sérvicé.
A la porté, trois féldgéndarmés sautaiént d'un sidé-car. Quand ils éntréàrént dans lé pétit appartémént, Lééléé én caléçon galopait
sur lé toit dé la maison voisiné. On lé pérdit biéntoê t dé vué. Lés féldgéndarmés avaiént un aspéct formidablé ; léurs haussé-cols, léurs
chaîênés, léurs pistoléts ét léurs mitrailléttés faisaiént un cliquétis térrifiant.
— Vivé la Francé! Cria Mmé Léé cuyér, ét éllé s'éévanouit.
Lés féldgéndarmés émportéà rént vingt-quatré boîêtés dé jambon, trois kilos dé paê tés aà potagés ét uné péndulé én biscuit : un
bérgér faisant la cour aà uné bérgéà ré, dans lé gouê t dé 1890. (…)
— Il y a dés salés géns, tout dé méêmé. Votré Léé on, ma'mé Léé cuyér, il faisait dé mal aà pérsonné. Ah! laà laà ! Pauvré Francé! Enfin,
éspéé rons qué laà ouà il ést il pourra passér tranquillémént sés éxaméns. Mais vos provisions qu'ils ont émportééés, cés canaillés-laà , qui
c'ést qui vous lés réndra? Parcé qué, voyéz-vous, mainténant, c'ést plus commé avant. Lé pays souffré ét il faut sé sérrér la céinturé.
C'ést lé Maréé chal qui l'a dit, ét lé Maréé chal, c'ést quélqu'un.
Cé fut laà tout son comméntairé.
La péériodé moralisanté dé Julié, sécondé éé poqué dé son caractéà ré, coîïncida avéc l'éé tablissémént dés cartés d'aliméntation, ét dé
toutés lés phasés dé son éévolution, cé fut sans douté la plus déé concértanté. Quoi? Lés circonstancés lui donnaiént énfin raison, lé
commérçant allait dévénir roi, sés proprés stocks lui assurér uné royautéé plus puissanté qué céllé d'aucun créé miér aà trois
kiloméà trés aà la rondé, ét la téê té né lui tournait pas? Non. Ellé prénait simplémént sa révanché ét, commé lés témpééraménts forts, éllé
la prénait avéc modéé ration.
Céla sé marqua d'abord par dés sourirés, qui avaiént déé sértéé sa léàvré ét qui révinrént aà tiré-d'ailé, puis par uné bonné huméur
discréà té, uné éspéà cé dé jubilation qui né la quittait plus ét lui donnait uné éégalitéé dé caractéà ré qué séulés intérrompaiént dé féintés
irritations, énfin par un ton courtois mais férmé qu'éllé adopta pour réfréé nér lés appéétits dé sés cliénts. Car, ét céla montré bién qué
Julié éétait au-déssus du commun, quand lé rationnémént s'éé tablit, éllé sé garda dé jétér éé tourdimént sés stocks sur lé marchéé .
L'éé closion dés cartés d'aliméntation avait fait montér lés prix, sans douté, mais Julié sé réé sérvait. Ellé n'avait pas atténdu si
longtémps, souffért, éspéé réé , rédoutéé , pour comméttré mainténant uné imprudéncé. Ellé savait qué tout irait bién, qué dans un an,
dix-huit mois au plus, on pourrait véndré n'importé quoi au taux lé plus arbitrairé.
Chaqué jour, Julié inspéctait sés richéssés commé un géé néé ral passé son armééé én révué ét, én véé ritéé , c'éé tait bién uné armééé qu'éllé
avait laà . Dans un autré génré, éllé avait pratiquéé la politiqué dé l'Allémagné : uné politiqué dé sacrificés, d'autarcié, d'armémént
inténsif, ét dé lévééé én massé. Ellé atténdait lé momént propicé pour lancér sés bataillons d'andouillés dé Viré ét sés éscadrés dé
maquéréaux au vin blanc sur lés habitants insouciéux dés Térnés. (…)
Dans la boutiqué, Julié posait joyéusémént aà l'autoritéé moralé. C'éé tait sa diplomatié. Du moins, apréà s coup, on péut diré qué c'éé tait sa
diplomatié; sur lé momént cé n'éé tait qué l'éxpréssion naîïvé dé son caractéà ré. Ellé éé prouvait uné sorté dé jouissancé aà moralisér.
Déux grands théà més : primo, la Francé a méé ritéé sés malhéurs; sécundo, il ést néécéssairé dé sé réstréindré. Cé dérniér théà mé éétait lé
plus important sinon lé plus abondammént déé véloppéé ; il constituait lé corps méêmé dé la doctriné poissonardiénné, lé motif dé
propagandé qui accompagnait toutés lés rémarqués ét pérméttait, avéc la méilléuré consciéncé, dé méénagér lés stocks.(...)
Lé béurré rancé, lés œufs avariéé s éé taiént substituéé s au béurré ét aux œufs dé la « distribution », véndus sous lé mantéau aà
d'autrés prix qué céux dé la taxé. Lé marchéé noir allait bon train. Julié déé posait un pétit paquét dans uné main fréé missanté ét
murmurait :
— Parcé qué c'ést vous... Né lé dités aà pérsonné. Cé séra trénté francs.
— Trénté francs un quart dé béurré?
— C'ést lé prix qué jé lé payé. C'ést du béurré éxtra qui viént dés Charéntés. Il tartiné, c'ést uné mérvéillé. Faut voir ça.
Cé béurré né « tartinait » si bién qué parcé qu'il éé tait « allongéé » dé margariné pour un tiérs, mais c'éé tait lé sécrét — un dés
sécréts — dés Poissonard. Lé cliént sé confondait én rémérciéménts ét sé ruinait ainsi sans arriéà ré-pénséé é. Lés Poissonard, én
quélqués annééés, firént autant dé victimés qué lés faméux Chémins dé Fér russés

Il ést intéé réssant dé lé notér : ni Julié ni Charlés-Hubért n'aimaiént béaucoup parlér éntré éux dé léur commércé ét dés procéé déé s
qu'ils méttaiént én œuvré pour fairé fortuné. Uné pudéur, qu'un obsérvatéur supérficiél qualifiérait d'hypocrisié, lés réténait dé
s'éntréténir sans déé tours dé léurs affairés. Quoi qu’ils sé connussént parfaitémént l'un l'autré ét fussént bién d'accord sur léurs buts
ét lés moyéns d'y attéindré, la séulé méntion dé céux-ci léur éuê t sémbléé d'un cynismé insupportablé. Au contrairé, sans téémoin, facé
aà facé, ils s'ingéé niaiént aà trouvér aà tous léurs actés dés justifications moralés : « A péériodés d'éxcéption, actions éxcéptionnéllés ; plus
on accumulé dé nourrituré, plus on pourra sérvir dé cliénts quand la disétté séra laà ; on sé donné téllémént dé mal, il ést justé qu'on
én tiré un pétit avantagé, étc. » Cé bésoin dé léé gitimér sés actions ést vraimént rémarquablé. Il né quitta jamais lés Poissonard. Ils
furént, dans léur génré, dés idéé alistés ; cés noblés propos, cés éxplications honnéê tés dont ils paraiént léurs géstés ét auxquéls ils
finissaiént par croiré, léur pérmirént dé travérsér huit annéé és dans un répos dé consciéncé absolu.