Vous êtes sur la page 1sur 13

Cabinet Laboratoire

L’empreinte en prothèse fixée:


comprendre ses erreurs pour réussir
2e partie : échecs des empreintes de préparations
périphériques

Y. BEDOUIN,
F. TRUCHOT-LENORMAND,
J. LECERF, P. AUROY
Chirurgiens-dentistes

L’
Comment reconnaître les échecs investigation systématique
des empreintes de préparations des causes d’échecs nous
périphériques ? est apparue indispensable
à l’organisation d’un recueil
Quelles sont les étiologies
méthodique ayant l’ambi-
de ces échecs ?
tion de guider le clinicien à la recherche
Comment y remédier ? de solutions (9).
Quelles techniques Nous passerons en revue les différents
et quels matériaux concernés ? défauts de moulage d’un modèle uni-
que issu d’un cas clinique réel. Nous
limiterons notre propos aux emprein-
tes en prothèse fixée sur dents natu-
relles dans leur phase clinique stricte,
sans envisager les erreurs liées aux
traitements de l’empreinte (déconta-
mination, conditionnement, coulée du

Stratégie prothétique septembre-octobre 2010 • vol 10, n° 4


263
Echecs empreintes préparations périphériques - Y. Bedouin et coll.

1 2 3

4 5 6

Fig. 1 Empreinte désinsérée prématurément avant la réticulation complète des systématiquement utilisé l’Aquasil light
matériaux (double mélange simultané). Aspect « cratérisé » de l’empreinte. XLV (extra low viscosity) dont la coloration
Fig. 2 Coupe de l’empreinte désinsérée prématurément avant la réticulation
orangée permet une meilleure lisibilité des
complète des matériaux (double mélange simultané). Les limites sont photographies, car bien que l’Aquasil light
illisibles. LV (low viscosity) soit cliniquement plus
Fig. 3 Modèle en plâtre issu de l’empreinte désinsérée prématurément indiqué pour les empreintes en double
avant la réticulation complète des matériaux (double mélange simultané). mélange simultané, sa coloration foncée
Le modèle est inexploitable au vu des nombreux défauts. rendait l’iconographie obscure.
Fig. 4 Empreinte réalisée avec le matériau putty mal homogénéisé (double
mélange simultané). Le matériau light est d’aspect normal mais des Désinsertion prématurée
zébrures colorées du putty sont visibles par transparence, ainsi que des de l’empreinte, matériaux
bandes luisantes de matériau non réticulé (flèches noires). incomplètement
Fig. 5 Empreinte réalisée avec le matériau putty mal homogénéisé réticulés
(double mélange simultané). Sur l’extrados de l’empreinte, l’alternance Diagnostic
de matériau putty homogénéisé et non homogénéisé laisse des zébrures • Empreinte : aspect cratérisé, limites
caractéristiques bleues claires, bleues foncées, blanches. incomplètes et dentelées, bulles, impré-
Fig. 6 Coupe de l’empreinte réalisée avec le matériau putty mal cision de surface, matériaux collant aux
homogénéisé (double mélange simultané). Alternance caractéristique doigts à la désinsertion puis réticulant en
de stries bleu foncé (base), blanches (catalyseur), bleu clair (mélange l’état (fig. 1).
homogène). Le matériau non réticulé donne un aspect luisant à l’empreinte. • Coupe de l’empreinte : putty homogène,
Le matériau light, d’aspect normal car correctement homogénéisé et
interpénétration et cohésion normales du
réticulé, pourrait laisser supposer que l’empreinte est réussie. Mais
étant soutenu par un matériau putty instable dimensionnellement, il est light avec le putty mais nombreux man-
forcément déformé. ques, bulles, déformations, limites illisi-
bles, imprécisions de surface (fig. 2).
• Modèle en plâtre : inexploitable au vu
modèle). Nous avons mis à contribution des nombreux défauts : déformations,
des matériaux à empreinte élastomères limites illisibles, surfaces occlusales erro-
polyvinyl-siloxanes (PVS) Putty Hard et nées (fig. 3).
Putty Soft de la gamme Aquasil® avec des Étiologie
porte-empreintes non perforés à jonc péri- Temps de réticulation des matériaux non
phérique de type Rim-Lock®. Nous avons respecté en raison d’une désinsertion pré-

Stratégie prothétique septembre-octobre 2010 • vol 10, n° 4


264
Cabinet Laboratoire

coce du porte-empreinte. Les matériaux cohésion entre le light et le putty, manque


à empreinte étant toujours en phase plas- au niveau des limites, mauvais fluage du
tique, ils sont dimensionnellement insta- light (fig. 8).
bles et dans l’incapacité de conserver les • Coupe de l’empreinte : mauvais fluage
volumes enregistrés. du light qui reste en masse à la périphérie
Solutions, conduite à tenir (fig. 9).
Respecter les temps de réticulation indi- • Modèle en plâtre : risques de déforma-
qués par le fabricant et vérifier au niveau tion, mauvais enregistrement des tissus
des zones périphériques accessibles la parodontaux (fig. 10).
réticulation complète des matériaux avant
la désinsertion (consistance, matériaux
non collants après réticulation).
Matériaux et techniques concernés
Tous.

Matériau putty mal


homogénéisé
Diagnostic
• Empreinte : putty inhomogène : stries
blanches, zébrures colorées, bandes lui-
santes par endroits (matériau non réticulé)
(fig. 4 et 5). 7 8
• Coupe de l’empreinte : couleur inhomo-
gène du putty, alternance de stries bleues
et blanches, zébrures, brillance localisée
(fig. 6).
• Modèle en plâtre : déformations (non
visibles), modèle dimensionnellement
erroné (fig. 7).
Étiologie
Défaut de malaxage du putty (temps insuf-
fisant, mauvaise technique) conduisant à
une réticulation partielle du putty et à une 9 10
instabilité dimensionnelle de l’empreinte.
Solutions, conduite à tenir
Fig. 7 Modèle en plâtre issu de l’empreinte réalisée avec le matériau putty
Malaxer énergiquement et suffisamment
mal homogénéisé (double mélange simultané). Bien que d’aspect normal il
longtemps, d’abord aux doigts puis lami- est dimensionnellement faux.
ner entre les paumes des mains jusqu’à
Fig. 8 Empreinte réalisée avec le matériau putty inséré alors que sa
l’obtention d’une couleur homogène.
réticulation a largement commencé (double mélange simultané).
Vérifier l’absence de zébrures. Utiliser un L’enregistrement des tissus parodontaux est insuffisant et il y a moindre
mélangeur automatique. cohésion des matériaux putty et light.
Matériaux et techniques concernés 
Fig. 9 Coupe de l’empreinte réalisée avec le matériau putty inséré alors
PVS en double mélange simultané ou que sa réticulation a largement commencé (double mélange simultané).
wash technique. Trop visqueux, le putty n’est pas parvenu à mouler correctement les reliefs
à enregistrer. Des déformations par relaxation des contraintes ont été
Matériau putty inséré inexorablement libérées à la désinsertion. Le matériau light est resté en
partiellement réticulé masse à la périphérie par défaut de fluage. En trop grande épaisseur, il est
(double mélange également susceptible d’avoir été déformé à cause du manque de soutien
par le matériau putty (cercle blanc).
simultané)
Diagnostic Fig. 10 Modèle en plâtre issu de l’empreinte réalisée avec le matériau putty
• Empreinte : absence de « profondeur » inséré alors que sa réticulation a largement commencé (double mélange
simultané). D’apparence correcte il n’en est pas moins inexploitable car
dans l’empreinte (enregistrement insuf-
dimensionnellement erroné.
fisant des tissus parodontaux), moindre

Stratégie prothétique septembre-octobre 2010 • vol 10, n° 4


265
Echecs empreintes préparations périphériques - Y. Bedouin et coll.

11 12 13

14 15 16

Fig. 11 Empreinte réalisée avec le matériau light complètement réticulé à


ayant accéléré sa réticulation. Il y a moin-
l’insertion du putty (double mélange simultané). Le matériau light n’a pas dre cohésion entre le light et le putty car
flué sous la pression du putty qui n’est pas parvenu à l’enrober totalement, le putty étant en partie réticulé, il reste
laissant des manques matérialisés par les flèches noires. Le matériau moins de liaisons chimiques disponibles
light réticulé a emprisonné des bulles d’air dans les sillons dentaires (sillon pour la liaison avec le light. De plus, les
mésial de 15). Les flèches noires montrent les manques provoquant les contraintes emprisonnées à l’insertion
excroissances de plâtre signalées sur la figure 12.
dans la masse du putty partiellement réti-
Fig. 12 Modèle en plâtre issu de l’empreinte réalisée avec le matériau light culé se libéreront à la désinsertion, altérant
complètement réticulé à l’insertion du putty (double mélange simultané). la précision dimensionnelle du moulage.
Les flèches noires montrent les excroissances de plâtre dues aux manques
Solutions, conduite à tenir
laissés par le putty et signalés sur la figure 11.
Température ambiante constante (20
Fig. 13 Empreinte présentant des défauts par tirage (double mélange à 25  °C). Insertion du porte-empreinte
simultané). Une inspection attentive des faces axiales permet de découvrir
immédiatement après injection du light
des lacunes (flèches noires) en général sur les versants opposés à l’axe
d’insertion. sur les préparations. Ne pas perdre de
temps en disposant du light sur le putty
Fig. 14 Empreinte présentant des défauts par tirage (double mélange
dans le porte-empreinte (à condition
simultané). La lacune en croissant (flèche noire) sur le versant opposé à
l’insertion signe l’incapacité du putty à corriger l’erreur d’insertion. d’avoir injecté généreusement du light en
bouche). Le travail à 4 mains est recom-
Fig. 15 Coupe de l’empreinte présentant des défauts par tirage double
mandé.
mélange simultané. La coupe met en évidence la cavitation dans la zone
de retrait vestibulaire (cercle noir) créée par l’axe d’insertion trop oblique Matériaux et techniques concernés 
(flèche creuse). PVS en double mélange simultané.
Fig. 16 Modèle en plâtre issu de l’empreinte présentant des défauts
par tirage (double mélange simultané). Les « becs de perroquet » Matériau putty inséré
caractéristiques du tirage sont nettement visibles (flèches noires). sur le light déjà réticulé
L’étendue de la déformation interdit une correction fiable du modèle. (double mélange
L’empreinte est à recommencer. simultané)
Diagnostic
• Empreinte : défaut de cohésion du lourd
Étiologie et du light, hiatus à l’interface des deux
Temps de manipulation du putty dépassé matériaux, imprécision des limites, man-
en raison de : malaxage du putty trop long, ques, bulles, absence de light au-delà des
insertion tardive du porte-empreinte, tem- limites, déformation du light réticulé sous
pérature du matériau putty trop élevée la pression du putty non réticulé (fig. 11).

Stratégie prothétique septembre-octobre 2010 • vol 10, n° 4


266
Cabinet Laboratoire

• Modèle en plâtre : excroissances, risques inadapté, déplacement ou repositionne-


de déformations (non visibles) (fig. 12). ment du porte-empreinte après insertion et
Étiologie avant réticulation des matériaux, mauvais
Temps de manipulation du light dépassé endiguement des matériaux à empreinte
en raison de : insertion tardive du porte- par le porte-empreinte. La thixotropie du
empreinte, température du matériau light putty ne suffit pas à combler le défaut.
trop élevée. Il y a une insuffisance de Solutions, conduite à tenir
compression du light car les temps de tra- Insertion contrôlée du porte-empreinte :
vail des matériaux sont asynchrones. Il n’y axe d’insertion unique parallèle au grand
a pas de fluage du light sous la pression axe des préparations sans rotation, pres-
du putty, ce qui entraîne des manques, sion constante et bilatérale au niveau
des bulles et des défauts d’enregistre- des premières molaires à l’insertion, puis
ment des limites et des volumes au-delà maintien sans pression ni déplacement du
des limites. Les contraintes emprison- porte-empreinte, jusqu’à réticulation des 17
nées à l’insertion dans la masse du light matériaux. Utiliser un porte-empreinte
déjà réticulé se libèrent à la désinsertion rigide, indéformable et homothétique de
du porte-empreinte, altérant la précision l’arcade à enregistrer. L’endiguement pos-
dimensionnelle du moulage. térieur des matériaux à empreinte par le
Solutions, conduite à tenir porte-empreinte peut être contrôlé visuel-
Température ambiante du cabinet dentaire lement et corrigé à l’aide du miroir. Injec-
constante. Insertion du porte-empreinte ter un volume plus important de light dans
immédiatement après injection du light sur les zones à risque (fig. 17 et 18).
les préparations. Ne pas perdre de temps Matériaux et techniques concernés 
en disposant du light sur le putty dans le Tous.
porte-empreinte (à condition d’avoir injecté
généreusement du light en bouche). Le Matériau light injecté 18
travail à 4 mains est recommandé. uniquement sur les
Matériaux et techniques concernés  préparations
PVS en double mélange simultané. Diagnostic
• Empreinte : absence de light sur les sur-
Tirages : déficits faces dentaires non préparées (fig. 19).
lacunaires des • Modèle en plâtre : imprécisions occlu-
matériaux à empreinte sales et gingivales sur les surfaces non
étirés parallèlement à investies par le light. Le prothésiste ne
l’axe d’insertion dispose pas de tous les éléments clini-
Diagnostic ques indispensables à la réalisation d’une
• Empreinte : lacunes caractéristiques en prothèse fixée parfaitement adaptée 19
forme de V ou de cuvette, discontinuité
des volumes enregistrés (fig. 13 et 14).
Fig. 17 Empreinte présentant des défauts par tirage (double mélange
• Coupe de l’empreinte : discontinuité du simultané). Les volumes distaux sont sujets au tirage (flèche noire) en raison
moulage de la préparation, manque de de l’absence d’endiguement postérieur des matériaux à empreinte par le
matériau (fig. 15). porte-empreinte ou d’un axe d’insertion erroné (orienté trop distalement).
• Modèle en plâtre : plâtre en excès néces- Fig. 18 Empreinte refaite suite à l’échec de celle présentée en figure 17
sitant de corriger le modèle (suppression (double mélange simultané). L’injection d’une plus grande quantité de
des « becs de perroquet »). Reproduction matériau light en distal de la préparation de 37, la correction de l’axe
infidèle des structures dentaires ou paro- d’insertion du porte-empreinte et le contrôle de l’endiguement postérieur
dontales (fig. 16). des matériaux à empreinte à l’aide d’un miroir permettent d’éviter le tirage
Étiologie (flèche blanche).
Défaut d’investissement des surfaces Fig. 19 Empreinte réalisée avec le matériau light injecté uniquement sur
par anomalie d’écoulement du matériau à la préparation et sur la seconde prémolaire (double mélange simultané).
empreinte dans une contre-dépouille liée à Absence de light sur la 2e molaire. Sous l’action du putty, le light a fusé
partiellement sur les dents voisines. Les dents non investies par le matériau
une compression inadéquate des matériaux :
light ne sont pas précisément enregistrées (cercle blanc).
axe d’insertion inadéquat, porte-empreinte

Stratégie prothétique septembre-octobre 2010 • vol 10, n° 4


267
Echecs empreintes préparations périphériques - Y. Bedouin et coll.

Solutions, conduite à tenir


Injection du light sur les préparations et
sur les tables occlusales et aux collets de
toutes les dents (au moins celles bordant
les préparations).
Matériaux et techniques concernés 
20 21 PVS en double mélange simultané ou
wash technique.

Mauvais enregistrement
des limites et au-delà
Diagnostic
• Empreinte : limites incomplètes et/ou
absence de light au-delà des limites de
préparation (fig. 21).
• Coupe de l’empreinte : limites incom-
22 23 plètes et/ou absence de light au-delà des
limites de préparation (fig. 22).
• Modèle en plâtre : limites incomplètes et
Fig. 20 À gauche : modèle en plâtre issu de l’empreinte réalisée avec le sulcus non visible par endroits (fig. 23). La
matériau light injecté uniquement sur la préparation (double mélange limite invisible ne permet pas au prothé-
simultané) ; à droite : modèle en plâtre issu d’une empreinte en double siste de situer la jonction dento-prothéti-
mélange simultané réussie. La définition de la table occlusale du modèle
que, et si l’enregistrement ne dépasse pas
de gauche est insuffisante car le matériau putty seul ne suffit pas à
enregistrer avec précision les détails (cercle blanc). Sur le modèle de droite, suffisamment la limite, il ne peut interpré-
le matériau light assure une reproduction fine des détails (cercle blanc). ter la continuité du profil du volume qu’il
L’enregistrement de l’émergence gingivale est imprécis pour les mêmes doit reconstruire (profil d’émergence lors-
raisons sur le modèle de gauche (flèches noires). La partie préparée ayant que la limite est proche de l’émergence
été la seule investie par le matériau light sur le modèle de gauche (cercle radiculaire).
gris), elle est identique au modèle de droite. Étiologie
Fig. 21 Empreinte où la limite n’est pas enregistrée sur toute la périphérie Défaut de fluage du light à cause d’une
de la préparation (double mélange simultané). Les surfaces non préparées éversion gingivale insuffisante, d’une
au-delà de la limite ne sont pas correctement investies non plus (flèches erreur technique d’injection du light : injec-
noires).
tion à distance de la limite, injection sur
Fig. 22 Coupe de l’empreinte où la limite n’est pas enregistrée sur toute la la limite en quantité insuffisante ou trop
périphérie de la préparation (double mélange simultané) (la situation de la rapide ou discontinue, excès d’humidité
coupe est matérialisée sur la figure 23). En A, l’enregistrement de la limite
dans le sulcus : sang, fluide créviculaire
de préparation et des surfaces non préparées au-delà est suffisant. En B,
l’enregistrement par le matériau light s’arrête à proximité (soit avant, soit ou matériau insuffisamment hydrophile
après, soit au niveau) de la limite. En médaillon, enregistrement correct de (manquant de mouillabilité) ; compression
la limite vestibulaire B’. insuffisante des matériaux à empreinte.
Fig. 23 Modèle issu de l’empreinte où la limite n’est pas enregistrée sur Solutions, conduite à tenir
toute la périphérie de la préparation (double mélange simultané). La limite Permettre le fluage du light au-delà des
n’est pas visible sur sa portion vestibulaire (flèche noire et cerclage blanc limites par l’éversion sulculaire en simple
en haut). Les volumes au-delà de la limite de préparation ne sont pas ou double cordonnet, injection régulière
suffisamment enregistrés sur la portion linguale (flèche noire et cerclage blanc et méthodique au contact de la limite et
en bas). La coupe de l’empreinte selon A-B est présentée sur la figure 22. en quantité suffisante, contrôle de l’hu-
midité dans le sulcus grâce aux agents
astringents et/ou hémostatiques rincés et
(rapports occlusaux erronés, absence de séchés, choix d’un matériau d’empreinte
visualisation de l’émergence gingivale des plus hydrophile, compression suffisante
dents bordant la préparation) (fig. 20). des matériaux à empreinte.
Étiologie Matériaux et techniques concernés 
Injection du matériau light uniquement sur Tous.
les préparations.

Stratégie prothétique septembre-octobre 2010 • vol 10, n° 4


268
Cabinet Laboratoire

Déchirures des
matériaux à empreinte
Diagnostic
• Empreinte : déchirures sur les limites,
limites discontinues (fig. 24).
• Coupe de l’empreinte : déchirures sur
les limites, limites discontinues ou défor- 24 25
mées (fig. 25).
• Modèle en plâtre : limite localement
déformée ou illisible (fig. 26).
Étiologie
Limite d’élasticité du matériau dépassée :
matériau à trop faible ténacité, contre-
dépouilles trop marquées, réticulation
incomplète avant désinsertion, désinser-
tion non effectuée dans l’axe principal des
préparations ou en rotation.
Solutions, conduite à tenir
Choisir un matériau d’empreinte qui pré- 26 27
sente une résistance suffisante au déchi-
rement, combler les contre-dépouilles des Fig. 24 Empreinte présentant une
zones non préparées (embrasures, inter- déchirure mésiale sur la préparation
médiaires de bridge). Vérifier la réticula- (double mélange simultané) (flèche
noire).
tion complète des matériaux à empreinte
avant désinsertion de l’empreinte. Désin- Fig. 25 Coupe de l’empreinte
présentant une déchirure mésiale sur la
sertion dans l’axe principal des prépara-
préparation (double mélange simultané)
tions. (flèche noire). La déformation lors
Matériaux et techniques concernés  de la désinsertion ayant provoqué le
Tous. dépassement de la limite élastique
du matériau light, un déchirement 28
Matériau light chassé s’est produit. L’incapacité des berges
loin des limites à se rapprocher ainsi que des déformations rémanentes provoquées par le
dépassement des limites du matériau imposent de refaire l’empreinte.
de préparation
Diagnostic Fig. 26 Modèle en plâtre issu de l’empreinte présentant une déchirure
• Empreinte : light en très fine couche mésiale sur la préparation (double mélange simultané). Outre le moulage de la
déchirure (flèche noire), le modèle est à rejeter compte tenu des déformations
sur les surfaces dentaires préparées ou
invisibles provoquées par le dépassement des limites du matériau d’empreinte
non (risques de déchirures) et chassé en à la désinsertion. Même corrigé avec le plus grand soin, le modèle reste
périphérie du porte-empreinte. Aspect dimensionnellement faux.
« lavé » de l’empreinte (fig. 27).
Fig. 27 Empreinte dont le matériau light a été chassé loin des limites de
• Coupe de l’empreinte : fine couche de préparation par le putty (double mélange simultané). Bien que disposé à la
light et éversion sulculaire à peine inves- périphérie, le matériau light a été chassé loin des limites de préparation en
tie. Light rejeté en périphérie (fig. 28). raison d’une compression excessive. Le light apparaît en très fine couche
Étiologie sur les surfaces dentaires, donnant un aspect « lavé » à l’empreinte. Le light
Fluage excessif du light dû à une com- s’est déchiré par endroits. L’enregistrement semble de bonne qualité, mais
pression excessive : vitesse d’insertion les contraintes induites conduisent à rejeter l’empreinte susceptible d’être
dimensionnellement inexacte.
du porte-empreinte excessive, quantité
insuffisante de light injecté par rapport au Fig. 28 Coupe de l’empreinte dont le matériau light a été chassé loin des
putty, trop grande différence de viscosité limites de préparation par le putty (double mélange simultané). La compression
excessive a déplacé le light selon les directions des flèches creuses : le light
entre le light et le putty, temps de mani-
est en très fine couche sur l’ensemble de la préparation (flèche noire) et a été
pulation du putty dépassé. Mauvais amé- rejeté en périphérie de l’empreinte. À titre de comparaison, le médaillon montre
nagement de l’empreinte avant rebasage la coupe de l’empreinte réussie de la figure 1 où les volumes de light sont
(empreinte double mélange en deux harmonieusement répartis sur toute la périphérie de la préparation.
temps) : découpe insuffisante du putty

Stratégie prothétique septembre-octobre 2010 • vol 10, n° 4


269
Echecs empreintes préparations périphériques - Y. Bedouin et coll.

29 30

Fig. 29 Empreinte dont le matériau light a été chassé asymétriquement par


le putty (double mélange simultané). Bien que disposé à la périphérie de la
préparation, le matériau light a été chassé vestibulairement par l’insertion
du putty de sorte qu’il apparaît très peu en lingual et majoritairement en
vestibulaire (flèches noires). Par ailleurs l’enregistrement semble de bonne
qualité, mais les contraintes induites conduisent à rejeter l’empreinte
susceptible d’être dimensionnellement inexacte.
Fig. 30 Coupe de l’empreinte dont le matériau light a été chassé
asymétriquement par le putty (double mélange simultané). L’insertion du
putty a déplacé le light selon la direction de la flèche creuse. Il y a beaucoup
de light du côté vestibulaire et très peu du côté lingual (flèches noires). À
31
titre de comparaison, le médaillon montre la coupe de l’empreinte réussie
de la figure 1 où les volumes de light sont harmonieusement répartis sur
toute la périphérie de la préparation.
Fig. 31 Modèle en plâtre issu de l’empreinte dont le matériau light a avec le matériau putty hard (empreinte
été chassé asymétriquement par le putty (double mélange simultané).
double mélange en deux temps). Injec-
Les contraintes développées au sein des matériaux à empreinte
pendant l’insertion du putty sont susceptibles de conduire à un modèle tion en quantité suffisante du matériau
dimensionnellement erroné qui ne doit pas être exploité. de basse viscosité sur les surfaces den-
taires.
Matériaux et techniques concernés
PVS en double mélange simultané ou
hard ne ménageant pas assez d’espace wash technique.
pour le light. La compression excessive du
light peut emprisonner des contraintes se Matériau light chassé
libérant à la désinsertion, déformant l’en- en partie des limites de
registrement et conduisant à un modèle préparation
en plâtre dimensionnellement erroné ne Diagnostic
devant pas être utilisé. • Empreinte : light en fine couche à peine
Solutions, conduite à tenir visible (risques de déchirures) du côté fai-
Compression contrôlée des matériaux sant face à l’insertion et chassé du côté
à empreinte : viscosités proches et res- opposé (fig. 29).
pect du temps de manipulation du putty • Coupe de l’empreinte : fine couche de
(empreinte double mélange simultané), light et éversion sulculaire à peine investie
découper les languettes interdentaires d’un côté ; light en couche épaisse et sul-
et les limites de préparation enregistrées cus comblé du côté opposé (fig. 30).

Stratégie prothétique septembre-octobre 2010 • vol 10, n° 4


270
Cabinet Laboratoire

• Modèle en plâtre : face à l’insertion, l’en- Concernant les polyéthers, les matériaux
registrement au-delà de la limite est insuf- de rétraction et les agents hémostatiques
fisant. La compression excessive du light (contenant des sels d’aluminium, des sels
peut emprisonner des contraintes se libé- ferriques) peuvent inhiber leur prise. Le
rant à la désinsertion et déformant l’enre- matériau à empreinte restant en phase
gistrement. Du côté opposé, le risque de plastique, il est dimensionnellement ins-
tirage est augmenté sur les parois axiales table et dans l’incapacité de conserver les
des préparations et sur les dents proxima- volumes et les surfaces enregistrés.
les (fig. 31). Solutions, conduite à tenir
Étiologie Nettoyer les préparations avec un solvant
Compression inadéquate des matériaux faible (alcool) pour éliminer les produits
conduisant à un fluage asymétrique du inhibant la réaction de prise du matériau
light : quantité insuffisante au niveau des à empreinte. Employer des matériaux de
surfaces axiales faisant face à l’insertion rétraction dont le pH est supérieur à 4 et 32
du fait d’un axe d’insertion oblique. ne contenant ni épinéphrine (adrénaline)
Solutions, conduite à tenir ni sel ferrique. Bien rincer et sécher les
Insertion contrôlée du porte-empreinte, préparations de manière à éliminer les
parallèle au grand axe des préparations. agents polluants.
Matériaux et techniques concernés  Matériaux et techniques concernés 
PVS en double mélange simultané ou Tous.
wash technique.
Inhibition de la
Inhibition locale de la réticulation du matériau
réticulation du matériau light
light au contact des Diagnostic
préparations • Empreinte : aspect brillant et poisseux 33
Diagnostic du light. Collant aux doigts, identique à
• Empreinte : contraste entre l’aspect celui des figures 1 et 32.
brillant du light non réticulé sur les surfa- • Coupe de l’empreinte : même aspect
ces dentaires préparées et l’aspect mat du déstructuré que sur la figure 2.
light réticulé sur les surfaces dentaires non • Modèle en plâtre : modèle inexploitable.
préparées. Limites irrégulières, floues. Col- Étiologie
lant aux doigts sans réticulation ultérieure. Diminution du rapport catalyseur/base au
Mauvais enregistrement des surfaces de profit de la base, ne permettant pas la réti-
la préparation (fig. 32). culation complète du light : mélange inap-
• Coupe de l’empreinte : pans occlusaux et proprié dans l’embout mélangeur (surtout
surfaces de la préparation mal enregistrés si cartouche neuve : huiles surnageantes),
(fig. 33). matériau décanté ou périmé. La réticulation 34
• Modèle en plâtre : inexploitable au vu
des nombreux défauts : déformations de
Fig. 32 Empreinte dont la réticulation des matériaux à empreinte est
la préparation, limites erronées, surfaces localement inhibée par les matériaux de reconstruction coronaire (double
mal enregistrées (fig. 34). mélange simultané). Seule la surface des matériaux d’empreinte au
Étiologie contact de la reconstruction est affectée (cercle noir). Elle est poisseuse,
Inhibition locale de la réticulation du light adhérente à la préparation et déformée à la désinsertion.
par indisponibilité du catalyseur qui est Fig. 33 Coupe de l’empreinte dont la réticulation des matériaux à
capté par des polluants sur les prépara- empreinte est localement inhibée par les matériaux de reconstruction
tions : surfaces inhibées par l’oxygène, coronaire (double mélange simultané). Le matériau light est déformé par
provenant des matériaux de reconstruc- l’inhibition (flèche noire) sauf à distance de la reconstruction où il n’est
tion corono-radiculaires (composites) pas affecté (flèche blanche).
ou des matériaux de reconstruction pro- Fig. 34 Modèle en plâtre issu de l’empreinte dont la réticulation des
visoires (eugénol de certains ciments matériaux à empreinte est localement inhibée par les matériaux de
de scellement temporaires, résidus de reconstruction coronaire (double mélange simultané). En dehors des
surfaces affectées (cercle noir) le modèle présente un aspect normal.
méthacrylate des résines acryliques, etc.).

Stratégie prothétique septembre-octobre 2010 • vol 10, n° 4


271
Echecs empreintes préparations périphériques - Y. Bedouin et coll.

Inhibition de la
réticulation du matériau
putty
Diagnostic
• Empreinte : déformations et aspect
déchiqueté de l’empreinte. Nombreux
manques et déchirures (fig. 35).
• Coupe de l’empreinte : aspect «  mille
feuilles » et brillant du putty ; light déchi-
35 36 queté et manquant de cohésion avec le
putty (fig. 36).
• Modèle en plâtre : modèle inexploitable
au vue des déformations.
Étiologie
Indisponibilité du catalyseur permettant
la réticulation du putty : gants (le soufre
dans les gants latex inhibe la réticulation
des PVS), non-respect des proportions
(mélange manuel), mélange inapproprié
du putty ou du polyéther dans l’embout
37 38 mélangeur (surtout si cartouche neuve),
matériau périmé. La réticulation partielle
Fig. 35 Empreinte dont la réticulation du matériau putty est inhibée (double
du putty ne permet pas de garantir la fiabi-
mélange simultané). Toute la masse du putty est affectée, ce qui entraîne
des déformations et un aspect déchiqueté. Le putty non réticulé reste lité dimensionnelle du moulage.
brillant. Les déchirures et les manques sont nombreux. Solutions, conduite à tenir
Eviter le port de gants pour le malaxage
Fig. 36 Coupe de l’empreinte dont la réticulation du matériau putty est
inhibée dans la masse (double mélange simultané). L’aspect mille feuilles du putty/lourd (PVS). Purger une petite
du putty montre l’alternance des couches inhibées (putty brillant, flèche quantité de matériau des embouts mélan-
noire) et des couches réticulées (flèche blanche). Un instrument inséré geurs avant de garnir le porte-empreinte
dans la masse du putty délamine les différentes strates. Le matériau (cartouches neuves : PVS, polyéthers).
putty n’a aucune résistance mécanique. La cohésion entre le light et le Respecter les dates de péremption.
putty est insuffisante. Le light réticulé mais supporté par le putty instable Matériaux et techniques concernés 
dimensionnellement s’est déchiré à la désinsertion.
Tous.
Fig. 37 Empreinte dont l’insertion erronée conduit à une exposition du
porte-empreinte par contact avec les structures dento-parodontales (double Porte-empreinte exposé
mélange simultané). Le bord du porte-empreinte et les défauts associés
sont clairement visibles dans l’empreinte (flèches noires).
par contact
avec les structures
Fig. 38 Coupe de l’empreinte dont l’insertion erronée conduit à une
dento-parodontales
exposition du porte-empreinte par contact avec les structures dento-
parodontales (double mélange simultané). La zone de contact entre le bord
Diagnostic
du porte-empreinte et le parodonte est cerclée de noir (flèche noire). La • Empreinte : contact du porte-empreinte
limite de la préparation est nettement lisible (flèche blanche). avec dent et/ou parodonte à proximité des
limites de préparation (fig. 37).
• Coupe de l’empreinte : absence de maté-
partielle du light ne permet pas de garantir riaux à empreinte aux endroits où le bord
la fiabilité dimensionnelle du moulage. du porte-empreinte est en contact avec
Solutions, conduite à tenir les tissus buccaux (ici : parodonte margi-
Purger une petite quantité de matériau des nal) (fig. 38).
embouts mélangeurs avant injection sur • Modèle en plâtre : défauts d’enregistre-
les surfaces à enregistrer (cartouches neu- ment du parodonte marginal à proximité
ves). Respecter les dates de péremption. des limites de préparation.
Matériaux et techniques concernés  La position des éléments anatomiques
PVS en double mélange simultané ou sur le modèle en plâtre risque d’être incor-
wash technique. recte (fig. 39).

Stratégie prothétique septembre-octobre 2010 • vol 10, n° 4


272
Cabinet Laboratoire

Étiologie
Insertion erronée du porte-empreinte ou
porte-empreinte inadapté entraînant un
défaut de compression des matériaux
à empreinte et un déplacement des élé-
ments anatomiques enregistrés dans une
position incorrecte. Les structures dento-
paradontales risquant d’être déplacées
ou déformées, la fiabilité dimensionnelle
de l’empreinte n’est pas assurée et il est 39 40
nécessaire de refaire l’empreinte.
Solutions, conduite à tenir
Choix raisonné du porte-empreinte (lar-
geur longueur, homothétique à l’arcade
à enregistrer, rigide, indéformable). Un
porte-empreinte individuel peut être
nécessaire. Insertion stéréotypée du porte-
empreinte : contrôle de l’axe du manche
par rapport à l’axe de symétrie du visage
du patient, répéter l’insertion « à vide » du
porte-empreinte, contrôle de l’enfonce-
ment à l’insertion. Ne pas venir « en butée »
sur les structures dentaires.
Matériaux et techniques concernés 
Tous.

Wash technique : absence


d’évents
Diagnostic
• Empreinte : absence de lavis du matériau 41
light qui prend une teinte saturée (light
non suffisamment chassé) (fig. 40).
• Coupe de l’empreinte : épaisseur déme-
surée du light sur les surfaces horizonta- Fig. 39 Modèle en plâtre issu de l’empreinte dont l’insertion erronée
les (fig. 41). conduit à une exposition du porte-empreinte par contact avec les structures
• Modèle en plâtre : sous dimensionne- dento-parodontales (double mélange simultané). La pression du porte-
ment du modèle en plâtre (invisible à l’œil empreinte sur les dents conduit souvent à les enregistrer dans une position
nu) conduisant inexorablement à l’inadap- erronée car déplacées dans leurs alvéoles par la poussée du porte-
empreinte. Le modèle probablement erroné ne doit pas être utilisé puisqu’il
tation des prothèses fixées. porte les stigmates de la déformation des tissus par le bord du porte-
Étiologie empreinte (flèches noires).
Le sous-dimensionnement du modèle est
Fig. 40 Empreinte wash technique réalisée sans aménagements du
dû à l’excès de compression du putty hard putty (évents, languettes, éviction). Le moulage terminé ne présente pas
lors de la deuxième insertion du porte- l’aspect lavé caractéristique car le matériau light est resté emprisonné
empreinte en raison de l’absence d’évents. sans possibilités d’échappement. Les contraintes emmagasinées par le
Les contraintes emprisonnées se libèrent putty déjà réticulé et par le light comprimé pendant sa réticulation se sont
à la désinsertion de l’empreinte, affectant relaxées à la désinsertion : le moulage est dimensionnellement faux.
gravement la fiabilité dimensionnelle. Fig. 41 Coupe de l’empreinte wash technique réalisée sans aménagements
Solutions, conduite à tenir du putty (évents, languettes, éviction). La limite de préparation et les
Bon aménagement du moulage avant le surfaces au-delà sont parfaitement enregistrées sur toute la périphérie
second temps de l’empreinte. (flèches blanches). Mais l’épaisseur du matériau light témoigne de la
compression du matériau piégé entre le putty et les volumes à enregistrer
Matériaux concernés
(flèches noires). La libération des contraintes à la désinsertion fausse les
PVS. dimensions du moulage (sous-dimensionnement).

Stratégie prothétique septembre-octobre 2010 • vol 10, n° 4


273
Echecs empreintes préparations périphériques - Y. Bedouin et coll.

42 43 44

Fig. 42 Empreinte wash Wash technique : Désinsertion selon un axe inapproprié pro-
technique réalisée sans défaut de cohésion entre voquant un trainage démesuré.
nettoyage et rinçage les matériaux putty Solutions, conduite à tenir
du matériau putty hard et light Préférer l’emploi d’un porte-empreinte
avant rebasage. Les Diagnostic rigide et indéformable non perforé et dis-
aménagements sont • Empreinte : traces de fluides buccaux posant d’un système de rétention péri-
bien réalisés (flèches
sur le matériau putty hard avant rebasage phérique aux porte-empreintes perforés
blanches), mais des
traces de fluides buccaux (fig. 42). Défaut de cohésion entre le putty (exemple : parois lisses non perforées et
subsistent à la surface du hard et le light après rebasage (fig. 43). jonc de rétention des Rim-Lock® permet-
putty (flèches noires). • Coupe de l’empreinte : défaut de cohé- tant au matériau à empreinte de rester soli-
Fig. 43 Empreinte wash sion entre le putty hard et le light (fig. 44). daire du porte-empreinte, de se déformer
technique réalisée sans Étiologie à la désinsertion du porte-empreinte et de
nettoyage et rinçage du Empreinte initiale insuffisamment net- se replacer après désinsertion en glissant
matériau putty avant toyée, rincée et séchée. le long des parois du porte-empreinte.
le rebasage. Après Solutions, conduite à tenir L’utilisation d’adhésif n’est donc pas sou-
désinsertion au second Nettoyer, rincer, puis sécher l’empreinte haitable avec ce type de porte-empreinte) ;
temps de l’empreinte,
initiale à l’alcool pur pour dégraisser et éli- si le porte-empreinte ne dispose pas de
le film de fluide buccal
présent à la surface du miner les traces de fluides biologiques ou système de rétention, il faudra utiliser un
putty a interdit toute les débris avant rebasage de l’empreinte adhésif compatible avec les matériaux à
liaison chimique avec au light. empreinte choisis. Dans le cas d’utilisa-
le light. La moindre Matériaux concernés  tion de porte-empreinte individuel, vérifier
sollicitation décolle le light PVS. l’absence de résidus de fraisage.
de la surface du putty. Matériaux et techniques concernés 
Fig. 44 Coupe de Liaison médiocre des Tous.
l’empreinte wash matériaux d’empreinte
technique réalisée sans avec le porte-empreinte CONCLUSION
nettoyage et rinçage du
Diagnostic Au sein du traitement prothétique, les
matériau putty avant
rebasage. Le film de • Empreinte : écartement du matériau erreurs imputables à l’empreinte affectent
light n’adhère que là où d’empreinte des côtés et/ou du fond du toujours la qualité finale de nos thérapeu-
le putty a été sectionné porte-empreinte (fig. 45). tiques. Cette étape cruciale, puisqu’elle
(évents, languettes • Modèle en plâtre : modèle déformé. conditionne la fiabilité du travail au labora-
interdentaires, périphérie Étiologie toire, se doit d’être impérativement réus-
de la préparation). Défaut de rétention du matériau à sie. Aussi nous conclurons en rappelant 15
Partout ailleurs les
empreinte réticulé après désinsertion du conseils qui président au succès de l’em-
risques de délamination
incontrôlables entre le porte-empreinte (freinage important). preinte des préparations périphériques en
putty et le light sont tels Absence de système de rétention sur prothèse fixée sur denture naturelle :
que l’empreinte doit être le porte-empreinte, oubli de l’adhésif ou 1. Le parodonte est prothétiquement
rejetée (flèche noire). adhésif inapproprié ou insuffisamment sain.
séché, résidus de fraisages dans les 2. L’indication du choix de la technique et
porte-empreintes individuels, déforma- des matériaux d’empreinte est clairement
tion du porte-empreinte à la désinsertion. posée.

Stratégie prothétique septembre-octobre 2010 • vol 10, n° 4


274
Cabinet Laboratoire

3. Un porte-empreinte rigide, rétentif, et


adapté a été choisi et essayé.
4. L’accès aux limites de préparation est
assuré.
5. Le patient est conditionné, les prépara-
tions nettoyées et asséchées, le matériel
disposé.
6. Les facteurs d’inhibition ont été évincés
(solvants, gant latex, etc.), la température
du cabinet est contrôlée.
7. Le mélange homogène des matériaux
dosés conformément aux indications du
fabriquant est réalisé méthodiquement.
8. Une quantité juste suffisante de maté-
riau lourd est répartie dans le porte-
empreinte.
9. L’injection du matériau fluide est effec- 45
tuée avec méthode et en quantité suffi-
sante au contact de toutes les surfaces à
Fig. 45 Empreinte avec un porte-empreinte métallique perforé (double
mouler pour éviter d’emprisonner de l’air. mélange simultané). En apparence fiable, le moulage est pourtant déformé.
10. L’insertion du porte-empreinte chargé En effet les contraintes de désinsertion (freinage, trainage) ont extrait les
est contrôlée continuellement : avant le picots d’élastomère des perforations du porte-empreinte. L’élastomère est
début de la réticulation, centré, espacé, déformé irrémédiablement car il est impossible et inutile de le replacer. En
dans l’axe des préparations, à la vitesse bas à gauche, agrandissement d’une zone affectée par cette déformation
appropriée, sous la pression choisie. (picots extraits). En bas à droite, agrandissement d’une zone non affectée
(picots en place). Il est prudent de vérifier la situation des picots lors d’une
11. Le porte-empreinte est maintenu, sans
désinsertion « musclée » avec un porte-empreinte perforé.
pression, ni déplacement secondaire, tout
le temps nécessaire à la réticulation com-
plète des matériaux. auto-évaluation
12. La désinsertion s’effectue brièvement,
1. Le tirage est dû à un défaut de thixotropie du matériau putty
dans l’axe des préparations, en dévelop- n Vrai n Faux
pant une force constante juste suffisante,
en prenant appui sur les excès de maté- 2. Le tirage est dû à un défaut de mouillabilité du matériau light
riaux et non sur le porte-empreinte. n Vrai n Faux
13. La vérification du résultat est méthodi- 3. Dans la technique du double mélange simultané, le light peut
que et scrupuleuse : aspect des matériaux, n’être injecté qu’en bouche n Vrai n Faux
manques, déchirures, déformations, espa-
4. Une empreinte en double mélange simultané peut être
cement par rapport au porte-empreinte.
rebasée si des aménagements spécifiques sont réalisés
14. En cas d’échec, l’empreinte ne sera
n Vrai n Faux
recommencée qu’après avoir identifié les
causes de l’échec et en les corrigeant. 5. Avant l’empreinte, il faut appliquer un adhésif spécifique si le
15. L’empreinte sera traitée dans les délais porte-empreinte ne dispose pas de système de rétention
prescrits par le fabricant du matériau, avec n Vrai n Faux
le plus grand soin (nettoyage, déconta-
mination, rinçage, séchage, préparation,
conditionnement, emballage, transport, Coordonnees des auteurs :
coulée). Yvan BEDOUIN, Florence TRUCHOT-LENORMAND, Jean LECERF
Faculté de chirurgie dentaire 2 avenue du Pr Léon Bernard,
Bât. 15 35043 Rennes Cedex
Centre Hospitalier et Universitaire de Rennes, 2 Place Pasteur
35000 Rennes
Pour la bibliographie se reporter Pascal AUROY Faculté de chirurgie dentaire, 11 boulevard
à la première partie. Charles de Gaulle 63000 Clermont-Ferrand

Stratégie prothétique septembre-octobre 2010 • vol 10, n° 4


275