Vous êtes sur la page 1sur 13

Scellement et collage

des reconstitutions
corono-radiculaires
■ S. Gonthier / J.-M. Cheylan / M. Degrange ■

a dernière décennie a vu l’avè- aux verres ionomères (CVI), les ciments mères réactifs : le 4-META contenu
L nement de la dentisterie adhésive
avec notamment l’adhésion dentinai-
aux verres ionomères modifiés par ad-
jonction de résine (CVIMR) selon l’Ame-
dans le Superbond® (Sun Medical) et
le MDP dans le Panavia 21® (Kuraray).
re. Cette « révolution silencieuse » [1] rican Academy of Fixed Prosthodon- Ces matériaux alternatifs sont propo-
apporte, entre autres, de nouveaux tics, anciennement appelés « ciments sés malgré les succès cliniques à long
matériaux de scellement prothétiques. aux verres ionomères hybrides », les terme des ciments au phosphate de
Le praticien dispose aujourd’hui d’un résines adhésives (RA) chargées ou zinc. Creugers [2] a déterminé, par
éventail important et disparate de ma- non, les résines non adhésives (RNA) méta-analyse, un taux de succès de
tériaux destinés à assurer le lien entre qui sont des composites de scellement 74 % à 15 ans pour les bridges scel-
les différents éléments prothétiques et que l’on associe à un système adhésif lés avec ce type de ciments. Metz [3]
les structures dentaires : les ciments classique (tabl. I). Les résines adhé- a établi que les performances des ci-
classiques – phosphates de zinc (ZP) sives sont nombreuses. Elles doivent ments aux verres ionomères utilisés en
et polycarboxylates (PC) –, les ciments leurs propriétés à la présence de mono- pratique quotidienne sont bonnes et

les cahiers de prothèse no 113 mars 2001 35


Scellement et collage des reconstitutions corono-radiculaires

Tableau I - Tableau des différents matériaux d’assemblage disponibles. – deuxième cause avec 30 % des cas :
les fractures radiculaires ;
– les 20 % des cas restants corres-
Groupes Composition Réaction Produits
pondent aux échecs d’origine endo-
Phosphate de zinc Oxyde de zinc Acide-base Fleck’s (Mizzy) dontique.
Acide orthophosphorique (phosphate trizincique Zinc Cement Le matériau d’assemblage idéal
hydrate) (SS White) doit posséder des propriétés supé-
Polycarboxylate Oxyde de zinc Acide-base Durelon (Espe) rieures à celles des ciments au phos-
Acide polycarboxylique Chélation du ZU phate de zinc dans trois domaines :
CVI Verre d’alumino-silicate Acide-base Fuji I (GC) la rétention, la prévention des
Acide polycarboxylique Ketac Cem (Espe) fractures et l’étanchéité. Il peut
ainsi contribuer efficacement à ré-
CVIMR Verre d’alumino-silicate Acide-base Fuji Plus (GC)
Acide polycarboxylique + chémo Vitremer (3M)
duire le taux d’échecs des reconstitu-
HEMA-TEGDMA tions corono-radiculaires.
Le choix du matériau d’assemblage
Résine adhésive PMMA Chémo Superbond
est également guidé par les facteurs
non chargée MMA + 4 META (Sun Medical)
de risque correspondant à chaque
Résine adhésive Bis GMA + MDP Chémo dual Panavia 21 situation clinique (fig. 1). Une restau-
chargée Silice Dual (Kuraray) ration unitaire en secteur mandibulaire
Panavia F
(Kuraray) postérieur chez un patient jeune pré-
sente un faible taux d’échecs lors-
Composite Bis GMA + TEGDMA Dual Variolink qu’elle est scellée avec un ciment au
Silice (Vivadent)
Nexus (Kerr) phosphate de zinc. Les propriétés de
Duo link (Bisico) ce matériau sont suffisantes pour cette
Rely X (3M) situation clinique. En revanche, chez
un patient masculin, âgé de plus de
60 ans, chez qui il est nécessaire de
réaliser un inlay-core avec tenon ana-
tomique sur une incisive maxillaire
comparables à celles des ciments au rétention, la prévention des fractures, support de bridge, les risques sont
phosphate de zinc. Il n’existe pas en- l’étanchéité et la manipulation des ma- maximaux [4, 6, 8, 11]. Il est alors in-
core d’études comparables évaluant tériaux sont successivement évaluées. téressant de disposer d’un matériau
le comportement clinique des CVIMR d’assemblage qui offre une rétention
et des résines. Pour l’instant, seules Cahier des charges importante et qui prévient efficace-
les évaluations in vitro permettent d’ap- des matériaux d’assemblage ment les fractures radiculaires. Il faut
précier les performances de ces nou- pour reconstitutions analyser chaque situation clinique
veaux matériaux. Ils sont populaires corono-radiculaires afin de déterminer les principaux
par leurs propriétés adhésives et leur facteurs de risque, avant d’opter
insolubilité, défauts majeurs des ciments Les évaluations cliniques des re- pour un scellement, un scellement
au phosphate de zinc. Les CVIMR re- constitutions corono-radiculaires adhésif ou un collage.
présentent une catégorie intermédiaire scellées avec un ciment au phos-
entre scellement et collage : on parle phate de zinc montrent, selon les Rétention
de « scellement adhésif ». études, un taux d’échecs global
Choisir tel ou tel matériau d’assem- compris entre 6,5 et 22 % [4-14]. Ce C’est la première propriété deman-
blage est donc difficile. Ce choix est taux est inférieur à 13 % dans les dée à un matériau d’assemblage [15].
compliqué par les spécificités de études les plus récentes, probable- Les ciments non adhésifs assurent une
chaque situation clinique. Le thème ment grâce à l’amélioration des rétention micromécanique par simple
de cet article se limite aux reconsti- techniques. L’analyse des causes microclavetage dans les anfractuosités
tutions corono-radiculaires des d’échecs fait ressortir trois facteurs : de la surface. Les préparations doivent
dents dépulpées pour lesquelles il – première cause d’échecs repré- avoir une forme géométrique stricte
tente de définir un cahier des sentant 50 % des cas : le manque de qui limite les axes de désinsertion
charges pour leur assemblage. La rétention ; (fig. 2). L’adaptation entre l’élément

36 les cahiers de prothèse no 113 mars 2001


S. Gonthier, J.-M. Cheylan, M. Degrange

prothétique et la préparation est essen-


tielle [16]. La spécification ANSI/ADA
n° 96 fixe l’épaisseur du joint à 25 µm.
Les ciments au phosphate de zinc, les
CVI, les CVIMR et les résines non
chargées répondent à cette norme
[17]. Les composites de scellement ont
une épaisseur de joint plus importante,
probablement en rapport avec leur vis-
cosité [18]. L’épaisseur augmente en-
core si ces résines sont refroidies avant
le malaxage, afin d’augmenter leur
temps de travail [19]. Compte tenu des
propriétés intrinsèques de ces maté-
riaux, une épaisseur de joint supé-
rieure à 25 µm n’est pas préjudiciable.
L’espacement nécessaire entre la
pièce prothétique et la préparation est
spécifique pour chaque matériau [16,
20]. La norme de 25 µm a été établie
d’après les propriétés des ciments au
fig. 1 - Synthèse des facteurs de risque des reconstitutions corono-radiculaires
phosphate de zinc. Cette recomman-
(d’après Bergman [4], Hatzikyriakos [6], Mentink [8] et Torbjörner [11]) : les échecs dation n’intègre pas les propriétés
sont plus fréquents après 60 ans, chez les hommes, au maxillaire dans les secteurs adhésives des CVIMR ou des résines
antérieurs, dans le cas de reconstitutions plurales et avec les tenons anatomiques. adhésives.
De nombreuses études ont montré
que la rétention des résines adhésives
et des composites de scellement utili-
sés avec un système adhésif est
supérieure à celle des ciments clas-
siques [21-35]. Peu de recherches ont
évalué la rétention des CVIMR.
Une étude récente de Cheylan [1] a
comparé la rétention des différentes
familles de matériau d’assemblage à
celle d’un ciment au phosphate de
zinc. Il s’agit d’un test d’expulsion
(push-out test) d’un inlay métallique
scellé dans un disque de dentine co-
ronaire de 2 mm d’épaisseur (fig. 3).
Les cavités sont standardisées avec
une conicité de 7°. L’inlay, en alliage
à base de Ni-Cr (Remanium G-soft®,
Dentaurum), est préalablement sablé
(alumine 50 µm). La configuration de
ce test présente une certaine analo-
gie avec celle d’un tenon à l’intérieur
d’un logement intraradiculaire (fig. 4).
Les résultats sont présentés sur la
figure 5. Les ciments au phosphate
fig. 2 - Formes de préparation très rétentives, destinées à un assemblage de zinc (Zinc Cement®, SS White)
par scellement. et aux polycarboxylates (Durelon®,

les cahiers de prothèse no 113 mars 2001 37


Scellement et collage des reconstitutions corono-radiculaires

fig. 3 - Schéma de principe du push-out test (test d’expulsion) fig. 4 - Analogie entre un tenon à l’intérieur de son logement
d’après Cheylan [1]. L’inlay, scellé ou collé dans un disque et la configuration du push-out test.
de dentine, est expulsé par la tige. La force enregistrée,
rapportée à la surface de contact inlay-dentine,
fournit la valeur d’adhérence du matériau.

Espe) présentent la plus faible réten- de dentine intertubulaire et de dentine plus fine [37, 39]. Globalement, c’est
tion de tous les matériaux testés. Le sclérotique [37, 38]. Les brides de ré- une dentine moins favorable à l’adhé-
ciment aux verres ionomères (Fuji I®, sine formées par l’adhésif sont moins sion que la dentine coronaire [40]
GC) a une rétention supérieure à celle nombreuses, et la couche hybride est (fig. 6 à 8).
du ciment au phosphate de zinc. Elle
augmente nettement lorsque la den-
tine est préalablement traitée avec
une solution d’acide polyacrylique.
Les valeurs sont alors comparables à
celles des résines adhésives (Panavia
21®, Kuraray, et Superbond®, Sun
Medical), du compomère de scelle-
ment (Dyract Cem®, Dentsply) et du
CVIMR (Fuji Plus®, GC). La meilleure
rétention est obtenue avec la résine
non chargée (Superbond®, Sun
Medical) à condition d’appliquer le
monomère activé sur la dentine et sur
le métal avant le collage. Ce traitement
est indispensable pour obtenir les
fig. 5 - Résultats du push-out test (test d’expulsion)
meilleures performances de cette ré-
d’après Cheylan [1]. ZP = ciment au phosphate de zinc
sine. Ces résultats montrent le gain de (Zinc Cement®, SS White), PC = ciment aux polycarboxylates
rétention que procurent les matériaux (Durelon®, Espe), CVI = ciment aux verres ionomères (Fuji I®,
alternatifs aux ciments au phosphate GC), SB = résine adhésive non chargée (Superbond®, Morita),
P21 = résine adhésive chargée (Panavia 21®, Kuraray),
de zinc. Cependant, les conditions de CVI + PAA = ciment aux verres ionomères (Fuji I®, GC) utilisé
ce test sont idéales : pas de difficultés avec traitement de la dentine à l’acide polyacrylique (Dentin
d’accès ou de manipulation, dentine Conditioner®, GC), Compo = compomère de scellement
coronaire saine… Les conditions cli- (Dyract Cem®, Dentsply), CVIMR = ciment aux verres
ionomères modifiés par adjonction de résine (Fuji Plus®, GC),
niques sont bien souvent moins favo- SB + MA = résine adhésive non chargée (Superbond®, Sun
rables. La dentine radiculaire diffère Medical) utilisée avec application de monomère activé
de la dentine coronaire. Les tubuli sur le métal et la dentine. Les colonnes sous la même barre
sont moins nombreux [36] ; il y a plus ne diffèrent pas statistiquement.

38 les cahiers de prothèse no 113 mars 2001


S. Gonthier, J.-M. Cheylan, M. Degrange

fig. 6 - Inlay-core collé sur une dent fig. 7 - Microscopie électronique à fig. 8 - Interface adhésif/dentine
comportant une dépulpation ancienne. balayage d’une interface adhésif/dentine radiculaire. Noter la raréfaction
Noter l’aspect translucide caractéristique coronaire. Noter la densité importante des brides de résine.
de la dentine sclérotique. des brides de résine ainsi que
l’épaisseur de la couche hybride.

ment doit être très rigoureux. L’utilisa-


tion d’instruments endodontiques
ultrasonores ou des minibrossettes
est très utile.
La rétention des tenons métalliques
est optimisée par un sablage à l’alu-
mine qui crée des microrugosités et
augmente la rétention mécanique par
microclavetage (fig. 9 et 10). Certains
tenons sont commercialisés déjà sa-
blés (Optipost®, Komet). Lorsque le
tenon doit être collé, un traitement au
fig. 9 - État de surface initial d’un tenon fig. 10 - Même tenon que fig. 9,
en titane (Tenax®, Whaledent). après sablage à l’alumine (50 µm). Rocatec® (Espe) est intéressant. Il
Noter les microrugosités créées. s’agit d’un sablage avec de l’alumine
de 250 µm enrobée de silice. Le
mécanisme d’action n’est pas totale-
ment déterminé, mais le gain de
Différentes études [37, 41, 42] ont corono-radiculaire est envisagé,
rétention par rapport à un sablage
comparé l’adhérence sur dentine il est souhaitable de choisir un ci-
classique est important et surtout du-
coronaire et radiculaire. Les perfor- ment endodontique avec un
rable dans le temps [47]. Il faut noter
mances des systèmes adhésifs qui temps de prise court et de l’utili-
que ces traitements sont à proscrire
utilisent un mordançage à l’acide ser en faible quantité, afin de li-
sur les tenons fibrés car ils en détrui-
orthophosphorique semblent peu miter la diffusion de l’eugénol au
sent la structure (fig. 11 et 12). On ne
influencées par le substrat. En revan- niveau de la dentine. Toutefois, un
peut pas créer de rétentions micro-
che, les systèmes automordançants mordançage à l’acide orthophospho-
mécaniques sur ce type de tenons. Il
fonctionnent moins bien au niveau de rique du logement intraradiculaire
faut impérativement les coller. Le
la dentine radiculaire. Les tests d’ad- élimine le problème des résidus d’eu-
Panavia 21® (Kuraray) et le Super-
hérence actuels ne sont peut-être pas génol et permet de retrouver des
bond® (Sun Medical) adhèrent cor-
assez sensibles pour révéler les diffé- valeurs d’adhérence identiques à
rectement sur ces tenons [48]. Des
rences d’adhérence entre deux sub- celles d’un témoin non pollué par un
études complémentaires sont en
strats. ciment endodontique [43, 44]. En
cours afin de préciser l’adhérence
Dans les conditions cliniques, l’ob- revanche, les systèmes automordan-
des CVIMR sur les tenons fibrés.
turation du système endocanalaire çants ont, dans ces conditions, une
utilise généralement des ciments en- adhérence réduite de 20 % [45].
dodontiques à base d’eugénol. Les Outre la présence d’eugénol, les Prévention des fractures
groupements phénol peuvent per- résidus de ciment d’obturation ou de Le tenon ne renforce pas la ra-
turber la polymérisation des résines. ciment temporaire perturbent l’adhé- cine mais assure la rétention de
Si un collage de la reconstitution sion [43, 46]. Le nettoyage du loge- la restauration [10]. De multiples

les cahiers de prothèse no 113 mars 2001 39


Scellement et collage des reconstitutions corono-radiculaires

fig. 13 - Situation clinique à risque après


fig. 11 - État de surface d’un tenon fig. 12 - Même tenon que fig. 10 après démontage d’une ancienne restauration.
en fibres de carbone (PRS®, Dental sablage à l’alumine 50 µm. Noter la Noter la dentine d’aspect sclérotique
Emco-Dexter). Noter les fibres destruction et l’arrachement des fibres. et la présence de multiples fêlures.
qui émergent à la surface.

études ont montré le renforcement


des structures dentaires restantes par
collage [48-54]. Les dernières évolu-
tions des systèmes adhésifs permet-
tent d’obtenir une résistance proche
de celle de la dent intacte [7, 48, 53].
Un collage efficace est donc capable
de prévenir les fractures radiculaires. fig. 14 - Microscopie
Mendoza [52] a montré que, quel que à balayage
d’une interface
soit le système adhésif choisi, la ra- Superbond® (Sun
cine résiste mieux quand le tenon est Medical)/dentine.
collé que lorsqu’il est scellé avec un Noter la déformation
ciment au phosphate de zinc. sous contraintes
du matériau
En plus de renforcer les structures par cavitation.
dentaires restantes, le matériau d’as-
semblage peut aider à prévenir les
fractures en absorbant ou en répartis-
sant les contraintes fonctionnelles de mieux aux phénomènes de fatigue naire apparaît même, dans certaines
façon homogène (fig. 13). De ce point que les ciments classiques [30]. études, comme plus importante que
de vue, les résines non chargées Actuellement, seul le collage la qualité du traitement endodon-
(Superbond®, Sun Medical) sont très s’est montré efficace pour préve- tique. Ainsi, Ray et Trope [66] ont
avantageuses (fig. 14). Lorsqu’une nir les fractures (fig. 21). Il est en- montré l’absence de lésion périapi-
résine non chargée est choisie pour core trop tôt pour savoir si le scelle- cale dans 80 % des cas lorsque la
coller une reconstitution corono-radi- ment adhésif avec les CVIMR peut restauration coronaire est satisfai-
culaire coulée (inlay-core), il est inté- avoir un rôle similaire, les propriétés sante contre 67 % des cas lorsque le
ressant de créer un espacement im- visco-élastiques de ces matériaux traitement endodontique est correct.
portant (fig. 15 à 20). Un joint épais étant encore mal connues. Ils ont obtenu l’absence de lésion pé-
de résine permet de mettre en jeu les riapicale radiologiquement visible
propriétés visco-élastiques du maté- Étanchéité dans 80 % des cas avec une qualité
riau. Les contraintes sont ainsi mieux de restauration coronaire jugée satis-
réparties et en partie absorbées par De nombreux auteurs considèrent faisante, quelle que soit la qualité du
une déformation plastique de la colle. aujourd’hui que l’étanchéité coro- traitement endodontique associé (sa-
La baisse de rétention est compensée naire est essentielle à la pérennité des tisfaisant ou mauvais). En revanche,
par les propriétés adhésives du maté- traitements endodontiques [55-65]. quand le traitement endodontique est
riau. Ce type de matériau résiste La qualité de la restauration coro- satisfaisant, le taux de succès n’est

40 les cahiers de prothèse no 113 mars 2001


S. Gonthier, J.-M. Cheylan, M. Degrange

fig. 15 - Empreinte des logements fig. 16 - Une épaisseur importante fig. 17 - Inlay-cores confectionnés
pour inlay-core à tenon anatomique. d’espaceur est disposée sur le MPU afin sur le moulage de travail.
d’assurer une couche épaisse de colle.

fig. 18 - Détail des tenons anatomiques. fig. 19 - Inlay-cores collés fig. 20 - Détail du joint de colle. Noter
avec une résine adhésive non chargée l’épaisseur du matériau.
(Superbond®, Sun Medical).

que de 67 %, les restaurations coro- études, les ciments aux verres iono-
naires associées pouvant être satis- mères sont utilisés sans prétraitement
faisantes ou non. Le meilleur taux de dentinaire à l’acide polyacrylique. Cela
succès est obtenu avec un traite- peut expliquer leurs mauvaises perfor-
ment endodontique correct associé à mances en étanchéité.
une bonne restauration coronaire L’adaptation de l’élément pro-
(91,4 %). Pour Vire [67], 60 % des thétique ne joue aucun rôle sur
échecs endodontiques sont impu- l’étanchéité [76]. C’est le maté-
tables au manque d’étanchéité de la riau d’assemblage qui a un rôle
restauration finale. Idéalement, il déterminant dans la prévention de
faudrait réaliser une reconstitu- la recontamination endodontique.
tion corono-radiculaire étanche Le manque d’étanchéité d’un ma-
dans la même séance que le trai- tériau d’assemblage peut être com-
tement endodontique [55]. pensé par une activité bactéricide ou
Les ciments classiques au phos- bactériostatique. Les CVIMR et les
phate de zinc sont peu étanches, CVI sont les matériaux possédant la
notamment parce qu’ils sont dénués plus forte activité antibactérienne [77].
de propriétés adhésives (fig. 22). Les Les résines ont une activité très faible
composites de scellement utilisés sans qui ne peut pas compenser un mau-
fig. 21 - Inlay-core collé sur une dent système adhésif ne sont pas étanches. vais collage. L’utilisation de ces ma-
présentant une fêlure vestibulaire Utilisés avec un adhésif, ils présentent tériaux doit donc être très rigoureuse
qui a été comblée par la colle. la même étanchéité que les résines ad- et effectuée dans de bonnes condi-
La situation, stable un an après
le collage, a permis la réalisation hésives et les CVIMR qui sont les plus tions cliniques car toute erreur est
de la restauration finale. étanches [20, 57, 68-75]. Dans ces irréversible.

les cahiers de prothèse no 113 mars 2001 41


Scellement et collage des reconstitutions corono-radiculaires

Leur bonne étanchéité et une


activité bactéricide importante
font des CVIMR des matériaux de
choix dans la prévention de la re-
contamination endodontique par
voie coronaire.

Manipulation
La manipulation est un paramètre
important dans le choix d’un maté-
riau d’assemblage. Bien plus que le
simple confort d’utilisation que pro-
cure tel ou tel matériau, la reproducti-
bilité des performances est capitale :
le matériau doit être peu sensible à la
préparation et aux conditions cli-
niques (tabl. II et III).
Les propriétés mécaniques, notam-
ment la résistance à la compression,
des ciments au phosphate de zinc
sont très susceptibles aux variations
du rapport poudre/liquide du mé-
lange [78]. Un mauvais respect des
fig. 22 - Perte d’étanchéité des différents matériaux comparée à celle du ciment proportions poudre/liquide s’avère
au phosphate de zinc (d’après Tjan [71, 72], Mash [68], White [73, 76]). ZP = ciments également catastrophique au niveau
au phosphate de zinc, PC = ciments aux polycarboxylates, CVI = ciments de la solubilité de ces ciments. En re-
aux verres ionomères (utilisés sans prétraitement dentinaire à l’acide polyacrylique),
RA = résines adhésives, RNA = résines non adhésives (utilisées sans systèmes vanche, la mise en œuvre d’un scel-
adhésifs), CVIMR = ciment aux verres ionomères modifiés par adjonction de résine. lement est simple et rapide. Elle peut

Tableau II - Comparaison des temps de travail et des temps


Tableau III - Récapitulatif des principales propriétés
de prise des différents matériaux. Le matériau idéal est celui
des matériaux d’assemblage.
qui a un temps de travail long et un temps de prise court.

Temps Temps Facilité


Nom Fabricant Type travail (mn) prise (mn) Prévention Étanchéité d’utilisa-
Rétention
des fractures tion
Fleck’s Mizzy ZP 3,5 7
Fuji I GC CVI 2 5
Ketac Cem Espe CVI 3,5 7 ZP –– –– –– +++
Vivaglass Cem Vivadent CVI 2,5 5,5
Fuji Plus GC CVIMR 2,5 5 CVI ++ – +/– +
EWT 3,5 6,5
Capsule 2 3,5 +++ +/– +++ +
CVIMR
Vitremer 3M CVIMR 2,5 10
Superbond Morita RA 1 10
RA +++ +++ +++ ––
Panavia 21 Kuraray RA 4 1
Panavia F Kuraray RA – –
Duo Link Bisico Composite 3,5 8
Nexus Kerr Composite 4 10
Resin Cement 3M Composite 3 6
Variolink II Vivadent Composite 4 15

42 les cahiers de prothèse no 113 mars 2001


S. Gonthier, J.-M. Cheylan, M. Degrange

s’adapter à des situations cliniques


délicates où il est difficile de maintenir
un champ opératoire correct pendant
longtemps (fig. 23).
Les ciments aux verres ionomères
sont sensibles à la balance hydrique,
à la fois pendant et après la prise. Il fig. 23 - Situation
clinique délicate où le
faut généralement les protéger de la champ opératoire
contamination hydrique par un ver- est difficile à maintenir.
nis. Cette technique est difficile à Dans ce cas,
mettre en œuvre pour des scelle- un scellement avec
un ciment
ments d’éléments prothétiques. Une au phosphate de zinc
alternative consiste à laisser les ex- est choisi
cès, pendant 10 minutes, à l’abri de pour sa tolérance.
l’humidité [79, 80]. Cette technique
allonge considérablement le temps
d’occupation au fauteuil.
Les CVIMR sont nettement moins sensible au rapport poudre/liquide. Il rience des techniques adhésives
sensibles à la contamination hydrique tolère des variations de 30 % sans al- que possède l’opérateur est dé-
immédiate [81]. Ils constituent une tération de propriétés [82]. Cette tolé- terminante pour le succès de ces
évolution très appréciable qui limite rance a un intérêt pratique important : matériaux. Il est donc prudent de
les erreurs de mise en œuvre. Leur l’utilisation de 5 gouttes de mono- limiter l’emploi de matériaux de
bonne rétention et leur bonne étan- mère au lieu de 4, pour une dose de collage à des secteurs facilement
chéité en font des produits polyva- poudre, permet d’augmenter le accessibles, où l’on peut mainte-
lents. Les temps de travail et de prise temps de travail trop court de ce nir un champ opératoire correct
peuvent être choisis selon la situation matériau. La quantité de monomère (fig. 27 et 28). Une mauvaise maîtrise
clinique. Leur manipulation est un activé est suffisante pour permettre des protocoles de mise en œuvre est
peu plus complexe que celle d’un d’en appliquer sur la pièce prothé- sanctionnée par une faible rétention
simple ciment de scellement mais tique et sur la dentine sans devoir et un manque d’étanchéité qui com-
reste simple (fig. 24 à 26). Toutefois, préparer un nouveau mélange. promettent rapidement la restaura-
il faut leur préférer un véritable col- L’utilisation du collage offre de tion. Ainsi, lorsque les conditions
lage lorsque le risque de fracture ra- nombreux avantages mais présente d’accès ne sont pas idéales, le
diculaire est important. un risque majeur qui est la très forte Panavia 21® est préférable. C’est une
Le Superbond® (Sun Medical), ré- sensibilité à la mise en œuvre de colle automordançante plus facile
sine adhésive non chargée, est peu cette technique [50, 83]. L’expé- d’utilisation (fig. 29 à 31).

fig. 24 - Situation clinique où un champ fig. 25 - L’option d’un scellement adhésif fig. 26 - Situation après scellement
opératoire correct peut être obtenu, est retenue. Le matériau choisi adhésif. Noter la position supragingivale
mais il est difficile à maintenir. est un CVIMR (Fuji Plus®, GC) des limites de la reconstitution
De plus, s’agissant d’un tenon conditionné en capsule prédosée préprothétique, garantissant l’absence
anatomique, il faut choisir un matériau pour un temps de prise plus court. de contamination lors de la prise.
offrant une bonne rétention.

les cahiers de prothèse no 113 mars 2001 43


Scellement et collage des reconstitutions corono-radiculaires

Conclusion

Il n’existe malheureusement pas de


matériau permettant de subvenir à
toutes les situations cliniques. Il faut
analyser chaque situation pour déter-
miner les principales propriétés que
doit posséder le matériau d’assem-
blage.
Les CVIMR offrent actuellement un
très bon compromis entre efficacité et
simplicité de manipulation. Les ré-
sines adhésives ont certainement les
meilleures propriétés physico-chi-
miques mais sont plus délicates
d’emploi. ■

Samuel Gonthier - Docteur en chirurgie dentaire -


fig. 27 - Radiographie d’une situation fig. 28 - La reconstitution choisie Assistant H.U. biomatériaux
clinique où la racine est très courte. est un inlay-core à tenon anatomique Jean-Marie Cheylan - Docteur en chirurgie
Il persite peu d’obturation endodontique collé avec une résine adhésive dentaire - Ancien assistant H.U. prothèses
pour prévenir une recontamination ; (Superbond®, Sun Medical). La facilité Michel Degrange - Docteur en chirurgie dentaire -
les parois radiculaires sont fines. d’accès (incisive maxillaire) et la largeur Docteur en sciences odontologiques -
Le matériau d’assemblage doit offrir du logement pour tenon ont permis Professeur des universités - P.H.
un maximum de rétention, le respect du protocole d’utilisation Responsable de discipline biomatériaux
une très bonne étanchéité et prévenir de ce matériau. Unité de recherche biomatériaux et interfaces,
une fracture radiculaire. Paris V
Faculté de chirurgie dentaire de Paris V
1, rue Maurice-Arnoux
92120 Montrouge

bibliographie
1 Degrange M, Cheylan JM, Samama Y. Pros-
thodontics of the future: cementing or bonding in
adhesion: the silent revolution in dentistry. In: Rou-
let JF, Degrange M, eds. Chicago: Quintessence,
2000:277-301.
fig. 29 - Situation clinique avec fig. 30 - Le matériau choisi est une résine
un champ opératoire idéal mais adhésive chargée automordançante 2 Creugers NHJ, Käyser AF, Vant’Hof MA. A
des logements intraradiculaires étroits, (Panavia 21®, Kuraray). Le système metaanalysis of durability data on conventional fixed
difficiles d’accès sur toute leur longueur. automordançant facilite la manipulation bridges. Commun Dent Oral Epidemiol 1994;22:
à l’intérieur des logements étroits. 448-452.
La prise de cette colle étant anaérobie 3 Metz JE, Brackett W. Performance of a glass
stricte, elle peut être utilisée comme ionomer luting cement over 8 years in a general
système adhésif pour la partie coronaire. practice. J Prosthet Dent 1994;71:13-15.
4 Bergman B, Lundquist P, Sjoegren U. Resto-
rative and endodontic results after treatment with
cast post and cores. J Prosthet Dent 1989;61:
10-15.
5 Creugers NHJ, Mentink AGB, Käyser AF. An
analysis of durability data on post and core resto-
rations. J Dent 1993;21:281-284.
6 Hatzikyriakos AH, Reisis GI, Tsingos N. A 3 year
fig. 31 - Restauration terminée. postoperative clinical evaluation of posts and core
Noter les limites supragingivales beneath existing crowns. J Prosthet Dent 1992;67:
de la reconstitution corono-radiculaire. 454-458.

44 les cahiers de prothèse no 113 mars 2001


S. Gonthier, J.-M. Cheylan, M. Degrange

7 Linde LA. The use of composites as core ma- 25 Mausner JK, Goldstein GR, Georgesen M. 42 Yoshiyama M, Matsuo T, Ebisu S, Pashley
terial in root-filled teeth. II: Clinical investigation. Effect of two dentinal desensitizing agents on re- D. Regional bond strengths of self-etching/self-
Swed Dent J 1984;8:209-216. tention of complete cast coping using four cements. priming adhesive systems. J Dent 1998;26(7):
8 Mentink AGB, Meuwissen R, Käyser AF, Mul- J Prosthet Dent 1996;75:129-134. 609-616.
der J. Survival rate and failure characteristics of the 26 Mitchell CA, Orr JF. Luting cements in the re- 43 Schwartz RS, Davis RD, Hilton TJ. Effect of
all metal post and core restoration. J Oral Rehabil tention of post-crowns by fatigue loading. J Oral temporary cements on the bond strength of a re-
1993;20:455-461. Rehabil 1998;25(6):472-478. sin cement. Am J Dent 1992;5:147-150.
9 Roberts DH. The failure of retainers in bridge 27 Mitchell CA, Pintado MR, Geary L, Dou-
44 Tjan AHL, Nemetz H. Effect of eugenol-contai-
protheses. Br Dent J 1970;128:117-124. glas WH. Retention of adhesive cement on the
ning endodontic sealer on retention of prefabrica-
tooth surface after crown cementation. J Prosthet
10 Sorensen JA, Martinoff JT. Endodontically ted posts luted with an adhesive composite resin
Dent 1999;81(6):668-677.
treated teeth as abutments. J Prosthet Dent 1985; cement. Quint Int 1992;10:839-844.
53:631-636. 28 Mojon P, Howbalt EB, McEntee MI, Ma PH.
Early bond strength of luting cements to precious 45 Schwartz RS, Murchison DF, Walker WA. Ef-
11 Torbjörner A, Karlsson S, Odman PA. Survi- fects of eugenol and non-eugenol endodontic sea-
alloy. J Dent Rest 1992;71:1633-1639.
val rate and failure characteristics for two post de- ler cements on postretention. J Endodont 1998;
signs. J Prosthet Dent 1995;73:439-444. 29 Tjan AHL, Li T. Seating and retention of com- 24:564-567.
plete crowns with a new adhesive resin cement. J
12 Wallerstedt D, Eliasson S, Sundstroem F. A 46 Macchi RL, Capurro MA, Herera GL, Ceba-
Prosthet Dent 1992;67:478-483.
follow-up study of screwpost-retained amalgam da FR. Influence of endodontic materials on the
crowns. Swed Dent J 1984;8:165-170. 30 Wiskott HW, Nicholls J, Belser UC. The rela-
bonding of composite resin to dentin. Endodont
tionship between abutment taper and resistance
13 Wein FS, Wax AH, Wenkus CS. Retrospec- Dent Traumatol 1992;8:26-29.
of cemented crowns to dynamic loading. Int J Pros-
tive study of tapered, smooth post systems in place
thodont 1996;9:117-139. 47 Degrange M, Bouter D. Factors influencing
for 10 years or more. J Endodont 1991;6:293-297.
31 Liberman R, Ben-Amar A, Urstein M, Gon- the reliability of resin-bonded fixed partial dentures.
14 Turner CH. The utilization of roots to carry post- tar G, Fitzig S. Conditioning of root canals prior to In: Degrange M, Roulet JF, eds. Minimally invasi-
retained crowns. J Oral Rehab 1982;9:193-202. dowel cementation with composite luting cement ve restorations with bonding. Chicago: Quintes-
15 Rosenstiel SF, Land MF, Fujimoto J. Contem- and two dentine adhesive systems. J Oral Rehab sence, 1997:153-176.
porary fixed prosthodontics. 2nd ed. St Louis: Mos- 1989;16:597-602. 48 Bachicha WS, Difiore PM, Miller DA, Lau-
by, 1995:151-153. 32 Ben-Amar A, Gontar G, Fitzig S, Urstein M, tenschlager EP, Pashley DH. Microleakage of
16 Schittly J. Étude expérimentale du joint dento- Liberman R. Retention of prefabricated posts with endodontically treated teeth restored with posts. J
prothétique en prothèse scellée. 1re partie : incidence dental adhesive and composite. J Prosthet Dent Endodont 1998;24:703-708.
du type de limite cervicale et de l’espacement des 1986;56:684-687.
49 Aussiello P, DeGee AJ, Rengo S, David-
maquettes de cire sur l’adaptation des couronnes 33 Capman KW, Worley JL, von Fraunhofer JA. son CL. Fracture resistance of endodontically-trea-
coulées après scellement. Cah Prothèse 1982;39: The effect of bonding agents on retention of posts. ted premolars adhesively restored. Am J Dent 1997;
23-41. Gen Dent 1985;33:128-130. 10:237-241.
17 White SN, Yu Z. Physical properties of fixed 34 Chan FW, Harcourt JK, Brockhurst PJ. The
prosthodontic, resin composite luting agents. Int J 50 Drumond JL, Toepke TRS, King TJ. Thermal
effect of postadaptation in the root canal on reten-
Prosthodont 1993;6:384-389. and cyclic loading of endodontic posts. Eur J Oral
tion of posts cemented with various cements. Aust
Sci 1999;107:220-224.
18 White SN, Kipnis V. The three-dimensional Dent J 1993;38:39-45.
effects of adjustment and cementation on crown 35 Goldman M, De Vitre R, Pier M. Effect of the 51 Hernandez R, Bader S, Boston D, Trope
seating. Int J Prosthodont 1993;6:248-254. dentin smeared layer on tensile strength of ce- M. Resistance to fracture of endodontically treated
mented posts. J Prosthet Dent 1984;52:485-488. premolars restored with new generation dentin bon-
19 Van Meerbeek B, Inokoshi S, Davidson CL,
ding systems. Int Endodont J 1994;27:281-284.
DeGee AJ, Lambrechts P, Bream M. Dual cure 36 Fogel HM. Microleakage of posts used to res-
luting composites. Part II: clinically related proper- tore endodontically treated teeth. J Endodont 1995; 52 Mendoza DB, Eakle WS, Kahl EA, Ho R. Root
ties. J Oral Rehabil 1994;21:57-66. 21:376-379. reinforcement with bonded preformed post. J Pros-
20 Wu JC, Wilson PR. Optimal cement space for thet Dent 1997;78:10-15.
37 Burrow MF, Sano H, Nakajima M, Harada N,
resin luting cements. Int J Prosthodont 1994;7: Tagami J. Bond strength to crown and root den- 53 Reeh ES, Douglas WH, Messar HH. Stiffness
209-215. tin. Am J Dent 1996;9:223-229. of endodontically treated teeth related to restorati-
21 Ayad MF, Rosenstiel SF, Salama M. Influen- 38 Duke ES, Lindemuth J. Polymeric adhesion: ve techniques. J Dent Rest 1989;68:1540-1544.
ce of tooth roughness and type of cement on re- contrasting substrates. Am J Dent 1990;3:264-270. 54 Trope M, Langer I, Maltz DO, Tronstad L. Re-
tention of complete cast crowns. J Prosthet Dent
39 Van Meerbeek B, Bream M, Lambrechts sistance to fracture of restored endodontically trea-
1997;77:116-121.
P. Morphological characterization of the interface ted premolars. Endodont Traumatol 1986;2:35-38.
22 Duncan JP, Pameijer CH. Retention of paral- between resin and sclerotic dentin. J Dent 1994;
lel-sided titanium posts cemented with six luting 55 Bishop K, Briggs P. Endodontic failure: a pro-
22:141-146.
agents: an in vitro study. J Prosthet Dent 1998;80(4): blem from the top to the bottom. J Endodont 1995;
40 Fogel HM, Marshall FJ, Pashley DH. Effects 8:35-36.
423-428.
of distance from the pulp and thickness on the hy-
23 Gorodowsky S, Zidan O. Retentive strength, draulic conductance of human radicular dentin. J 56 Cheung GSP. Endodontics failures: changing
desintegration and marginal quality of luting ce- Dent Res 1988;67:1381-1385. the approach. Int Dental J 1996;46:131-138.
ments. J Prosthet Dent 1992;68:269-274. 41 Yoshiyama M, Carvalho RM, Sano H, Hor- 57 Fox K, Gutteridge DL. An in vitro study of
24 Love RM, Purton DG. Retention of posts with ner JA, Brexer PD, Pashley DH. Regional bond coronal microleakage in root-canal-treated teeth
resin, glass ionomer and hybrid cements. J Dent strengths of resins to human root dentine. J Dent restored by the post and core technique. Int
1998;26(7):599-602 1996;24:435-442. Endodont J 1997;30:361-368.

les cahiers de prothèse no 113 mars 2001 45


Scellement et collage des reconstitutions corono-radiculaires

58 Safavi KE, Dowden WE, Langeland K. In- 67 Vire DE. Failure of endodontically treated teeth. 76 White SN, Ingles S, Kipnis V. Influence of mar-
fluence of delayed coronal permanent restoration Classification and evaluation. J Endodont 1991; ginal opening on microleakage of cemented artifi-
on endodontic prognosis. Endodont Dent Trau- 17:338-342. cial crowns. J Prosthet Dent 1994;71:257-264.
matol 1987;3:187-191. 68 Mash LK, Beninger CK, Bullard JT, Staffa- 77 Coogan MM, Creaven PJ. Antibacterial pro-
59 Saunders WP, Saunders EM. Assessment of nou RS. Leakage of various types of luting agents. perties of eight dental cements. Int Endodont J
leakage in the restored pulp chamber of endo- J Prosthet Dent 1991;66:763-766. 1993;26:355-361.
dontically treated multirooted teeth. Int Endodont 69 Strygler H, Nicholls J, Townsend JD. Micro- 78 Bruce WL, Stevens L. Strength properties of
J 1990;23:28-33. leakage at the resin-alloy interface of chemically three zinc phosphate cements mixed to two diffe-
60 Saunders WP, Saunders EM. Coronal leaka- retained composite resins for cast restorations. J rent consistencies. Aust Dent J 1989;34:132-135.
ge as a cause of failure in root canal therapy: a re- Prosthet Dent 1991;65:733-739. 79 Rodrigues Garcia RC, De Goes MF, Del
view. Endodont Dent Traumatol 1994;10:105-108. 70 Thonemann B, Federlin M, Schmaltz G, Hiller Bel Cury AA. Influence of protecting agents on
61 Swanson K, Madison S. An evaluation of KA. Resin-modified glass ionomers for luting solubility of glass ionomers. Am J Dent 1995;8:
coronal microleakage in endodontically treated posterior ceramic restorations. Dent Mater 1995; 294-296.
teeth. Part I. Time periods. J Endodont 1987;13: 11:161-168. 80 Um CM, Oilo G. The effect of early water contact
56-59. 71 Tjan AHL, Drent D, Chiu J. Microleakage of on glass-ionomer cements. Quintessence Int 1992;
62 Swartz DB, Skidmore AE, Griffin JA. A twenty core materials for complete cast gold crowns. J 23:209-214.
years of endodontic success and failure. J Endo- Prosthet Dent 1989;61:659-664. 81 Cho E, Kopel H, White SN. Moisture suscep-
dont 1983;9:198-203. 72 Tjan AHL, Grant BE, Dunn JR. Microleakage tibility of resin-modified glass-ionomer materials.
63 Torabinejad M, Ung B, Kettering JD. In vitro of composite resin cores treated with various den- Quintessence Int 1995;26:351-358.
bacterial penetration of coronally unsealed endo- tine bonding systems. J Prothet Dent 1991;66: 82 Myers ML, Caughman WF, Rueggeberg FA,
dontically treated teeth. J Endodont 1990;16: 24-29. O’Connor RP. Effect of powder/liquid ratio on phy-
566-569. 73 White SN, Furuichi R, Kyomen SM. Micro- sical and chemical properties of C & B Metabond.
64 Tronstad L. Clinical Endodontics. New York: leakage through dentin after crown cementation. Am J Dent 1993;6:77-80.
Tieme Medical Publisher, 1991. J Endodont 1995;21:9-12. 83 Cuicchi B, Bouillaguet S, Russel C. Dentin
65 Wilcox LR, Diaz-Arnold A. Coronal microlea- 74 Wu MK, Pehlivan Y, Kontakiotis EG, Wes- bonding by general practitioners: the battle of the
kage of permanent lingual access restorations in selink PR. Microleakage along apical root fillings bond. Part I [abstract 981]. J Dent Rest 1997;76
endodontically treated anterior teeth. J Endodont and cemented posts. J Prosthet Dent 1998;79: (special issue):136.
1989;15:584-587. 264-269.
66 Ray HA, Trope M. Periapical status of endo- 75 Wu MK, Wesselink PR. Endodontic leakage
dontically treated teeth in relation to the technical studies reconsidered. Part I. Methodology, appli-
quality of the root filling and the coronal restoration. cation and relevance. Int Endodont J 1993;26:
Int Endodont J 1995;28:12-18. 37-43.

46 les cahiers de prothèse no 113 mars 2001


S. Gonthier, J.-M. Cheylan, M. Degrange

RÉSUMÉ
Le ciment au phosphate de zinc a un succès clinique établi à long terme. Les matériaux alternatifs de scellement ou de collage
proposés doivent améliorer les propriétés des ciments classiques en termes de rétention, prévention des fractures et étan-
chéité. Une étude récente de Cheylan vient de démontrer un gain de rétention potentiel avec ces nouveaux matériaux. Il
convient de pondérer ces résultats in vitro avec les conditions de mise en œuvre cliniques. De nombreuses études ont main-
tenant établi que le collage renforce les structures dentaires subsistantes et peut donc aider à prévenir les fractures radi-
culaires. L’étanchéité de la restauration est essentielle pour éviter une recontamination endodontique par voie coronaire. De
ce point de vue, les colles et les matériaux de scellement adhésifs comme les ciments verres ionomères modifiés par
adjonction de résine sont tout à fait performants. Ces derniers constituent actuellement le meilleur compromis entre perfor-
mance et facilité de manipulation.

Mots clés collage, étanchéité, fractures, manipulation, rétention, scellement.

SUMMARY Bonding and gluing of post and core reconstitutions


The cement made out of zinc posphate shows a clinical success on the long term. The alternative materials of bonding or
gluing which are offered must improve the properties of the classical cements in terms of retention, prevention of fractures
and watertightness. A recent study by Cheylan has just shown a potential gain of retention with these new materials. Those
in vitro results must be balanced with the clinical conditions of implementation. Numerous studies have shown that gluing
reinforces the remaining dental structures and thus can help to prevent post an core fractures. The watertightness of the
restoration is essential in order to avoid an endodentic re-contamination by coronary ways. From this point of view, glues and
bonding materials like the glass ionomer cements, which are modified by addition of resin, are quite successful. Those ones
currently constitute the compromise between performance and easy manipulation.

Keywords bonding, fractures, gluing, manipulation, watertightness.

Gonthier S, Cheylan JM, Degrange M. Scellement et collage des reconstitutions corono-radiculaires. Cah Prothèse 2001;113:35-47.

les cahiers de prothèse no 113 mars 2001 47