Vous êtes sur la page 1sur 118

INSTITUT PANAFRICAIN PAN AFRICAN INSTITUTE

POUR LE DEVELOPPEMENT FOR DEVELOPMENT


AFRIQUE CENTRALE CENTRAL AFRICA
(IPD-AC) (PAID-CA)

B.P. : 4078 DOUALA (Cameroun) – Tél. (237) 340.37.70 / 340.30.68 / Fax : (237) 340.30.68/340.67.50 –www.paidafrica.org/ipd-ac
E-mail: ipd.ac@paidafrica.org/ info.ac@paidafrica.org

UNITE DE FORMATION : MASTER EN MANAGEMENT DES PROJETS

Mémoire de Master professionnel en Management des projets

Analyse de la participation des populations dans la planification


et la mise en œuvre des activités de développement local au
Cameroun : cas de la commune de Bafut.

Présenté et soutenu publiquement en vue de l’obtention du


Diplôme de MASTER II professionnel en Management des Projets

Par :

PEGUI YANNICK FELIX


(Maître ès sciences économiques)

Sous la direction académique de :


Dr. DJATCHO SIEFU DONALD Mr NSENGUET ERIC
Enseignant à l’IPD-AC Enseignant à l’IPD-AC

CAMEROUN

Année académique 2016-2017

0
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. i

SOMMAIRE

:
AVERTISSEMENT / WARNING .............................................................................................................. iii
DEDICACE ................................................................................................................................................. iv
REMERCIEMENTS .................................................................................................................................... v
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................................... vi
TABLE DES ILLUSTRATIONS............................................................................................................... vii
RESUME ..................................................................................................................................................... ix
ABSRACT ................................................................................................................................................... x
INTRODUCTION GENERALE .................................................................................................................. 1
1ère partie :................................................................................................................................................... 14
CADRE D’INTELLIGIBILITE DU DEVELOPPEMENT PARTICIPATIF ET MISE EN EVIDENCE
DES MECANISMES DE PARTICIPATION DES POPULATIONS DANS L’IMPLEMENTATION
DES ACTIVITES DE DEVELOPPEMENT DANS LA COMMUNE DE BAFUT ................................. 14
INTRODUCTION DE LA PREMIERE PARTIE ................................................................................. 15
Chapitre 1 : ................................................................................................................................................. 16
CADRE CONCEPTUEL ET THEORIQUE DU DEVELOPPEMENT PARTICIPATIF ........................ 16
I. Cadre conceptuel du développement participatif ........................................................................... 16
II. Cadre théorique de la décentralisation et du développement participatif ....................................... 20
Conclusion du chapitre 1 ........................................................................................................................ 27
Chapitre 2 : ................................................................................................................................................. 28
MISE EN EVIDENCE DES MECANISMES DE PARTICIPATION DES POPULATIONS DANS
L’IMPLEMENTATION DES ACTIVITES DE DEVELOPPEMENT DANS LA COMMUNE DE
BAFUT ....................................................................................................................................................... 28
I. Présentation de la Commune de Bafut ................................................................................................ 29
II. Analyse des mécanismes de participation des populations dans l’implémentation des activités de
développement dans la commune de Bafut ............................................................................................ 52
Conclusion du chapitre 2 ........................................................................................................................ 65
Conclusion de la 1ère partie ..................................................................................................................... 66
2ème partie : ................................................................................................................................................. 67
ENJEUX DE L’APPROCHE PARTICIPATIVE ET ANALYSE DES FACTEURS LIMITANT LA
PARTICIPATION DES POPULATIONS DANS L’IMPLEMENTATION DES ACTIVITES DE
DEVELOPPEMENT DANS LA COMMUNE DE BAFUT ..................................................................... 67
INTRODUCTION DE LA DEUXIEME PARTIE ................................................................................ 68
Chapitre 3 : ................................................................................................................................................. 69
APPROCHE PARTICIPATIVE DE DEVELOPPEMENT LOCAL : DEFIS ET ENJEUX..................... 69
I. Les défis liés à l’approche participative du développement local .................................................. 70

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX I
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. ii

II. Les enjeux et problèmes liés à l’application de l’approche participative de développement local 77
Conclusion du 3ème chapitre .................................................................................................................... 81
Chapitre 4 : ................................................................................................................................................. 82
LES FACTEURS LIMITANT LA PARTICIPATION DES POPULATIONS DANS LA
PLANIFICATION ET L’IMPLEMENTATION DES ACTIVITES DE DEVELOPPEMENT DANS LA
COMMUNE DE BAFUT ........................................................................................................................... 82
I. Les mécanismes à travers lesquels les phénomènes d'exclusion des populations dans
l’implémentation des activités de développement sont créés ou renforcés ............................................ 83
II. Les facteurs limitant la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des
activités de développement dans la commune de Bafut ......................................................................... 91
Conclusion du chapitre 4 ........................................................................................................................ 94
Conclusion de la 2ème partie .................................................................................................................... 95
Conclusion générale ................................................................................................................................... 96
ANNEXE ............................................................................................................................................... 99
BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................... 103
Table des matières .................................................................................................................................... 105

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX II
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. ii
i

AVERTISSEMENT / WARNING
:

AVERTISSEMENT

L’Institut Panafricain Pour le Développement Afrique Centrale (IPD-AC) n’entend donner


aucune approbation, ni improbation aux opinions émises dans ce mémoire. Ces opinions sont
considérées comme propres à son auteur.

WARNING
The Pan African Institute for Development Central Africa (PAID-CA) will not give their
approval or rejection on opinions contained in this document. These opinions should be
considered as his author owner.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX III
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. i
v

DEDICACE

A mon pays le Cameroun.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX IV
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. v

REMERCIEMENTS
« L’honnêteté envers soi-même exige de l’Homme la reconnaissance d’un bien fait. »

Parce que ce mémoire constitue un accomplissement, et parce qu’il n’aurait, sans doute, jamais
vu le jour sans le soutien de ceux qui m’ont accompagné, je me dois de les remercier
sincèrement.

Je souhaite tout d’abord exprimer ma profonde gratitude au professeur Jean Roger ESSOMBE
EDIMO, Directeur de l’Institut Panafricain pour le Développement Afrique Centrale (IPD-AC),
ainsi qu’à mes encadreurs de recherche, notamment le Docteur DJATCHO Donald et Monsieur
NSENGUET Eric qui nonobstant les contraintes inhérentes à leurs multiples occupations, ont
joué un rôle primordial dans notre encadrement pédagogique. Je leur remercie pour l’honneur
qu’ils ont fait de diriger ce travail, pour la confiance qu’ils m’ont accordée, leur disponibilité, les
orientations et les conseils qu’ils m’ont prodigué pour la bonne réalisation de ce travail. Qu’ils
trouvent ici l’expression de mon profond respect.

Nos sincères remerciements à tous nos enseignants de la filière de formation en Master 2


« Management des projets » à l’Institut Panafricain pour le Développement Afrique Centrale
(IPD-AC) pour leurs différentes contributions à notre formation, leurs qualités pédagogiques et
la richesse de leurs enseignements.

Merci à tous mes camarades de la promotion 2016-2017 du Master 2 « Management des


projets » à l’Institut Panafricain pour le Développement Afrique Centrale (IPD-AC) pour la
solidarité, le partage d’informations et l’ambiance quotidienne.

Un remerciement particulier à tous ceux qui, lors des travaux de collecte d'informations sur le
terrain, nous ont aidé de quelque manière que ce soit. Je voudrais citer ici le Maire, le Secrétaire
Général et le cadre communal de développement de la commune de Bafut, qu’ils reçoivent notre
sincère gratitude.

Tous les amis, frères et sœurs dont les assistances nous ont toujours édifié, recevez le
témoignage de notre sincère reconnaissance.

La liste ne pouvant être exhaustive, je remercie toutes les personnes qui, de près ou de loin et par
leurs multiples conseils et soutiens, ont été chacune une valeur supplémentaire à la réussite de ce
travail.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX V
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. v
i

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

AFD : Agence Française de développement


BIP : Budget d'investissement public
CEFAM : Centre de Formation de l'Administration Municipale
CNLS : Comité National de Lutte contre le Sida
CSI : Centre de Santé Intégré
CTE : Cameroon Tea Estate
DIC : Diagnostic Institutionnel Communal
DEUC : Diagnostic de l’Espace Urbain Communal
DPNV : Diagnostic Participatif Niveau Village
DSRP : Document Stratégique de Réduction de la Pauvreté
ECAM : Enquête Camerounaise sur les Ménages
FEICOM : Fond d'Equipement Intercommunal
FFOM : Force Faiblesse Opportunité et Menace
GTZ : Agence Technique de la Coopération Allemande
INS : Institut National de la Statistique
IPD-AC : Institut Panafricain pour le Développement -Afrique centrale
IRAD : Institut de Recherche Agronomique et du Développement
MARP : Méthodes Accélérées de Recherches Participatives
MINADER : Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural
MINDDEVEL : Ministère de la Décentralisation et du Développement Local
MINAT : Ministère de l'Administration Territoriale
MINEPAT : Ministère de l’Economie, de la Planification et de l'Aménagement du Territoire
OCDE : Organisation pour la Coopération et le Développement Économique
ONG : Organisation Non Gouvernementale
PCD : Plan Communal de Développement
PNDP : Programme National de Développement Participatif
PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement
PNVRA : Programme National de Vulgarisation et de Recherche agricole
SNV : Organisation Néerlandaise de Développement Cameroun
SPSS: Statistical Package for Social Sciences

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX VI
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. v
ii

TABLE DES ILLUSTRATIONS

1- LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1: Centre de documentation et types d'informations recueillis ........................................ 10
Tableau 2: répartition (%) de la population enquêté dans la commune de Bafut selon l’âge ....... 11
Tableau 3: répartition (%) de la population enquêté dans la commune de Bafut selon l’âge ....... 11
Tableau 4: Population des villages desservis par la Commune de Bafut ...................................... 31
Tableau 5: Pluviométrie annuelle moyenne dans la commune de Bafut ...................................... 33
Tableau 6: Températures moyenne en dégrée 0C dans la commune de Bafut ............................. 34
Tableau 7: Structure du compte administratif de la commune la commune de Bafut (période
2013-2015...................................................................................................................................... 47
Tableau 8: Présentation du Budget de la commune de Bafut (période 2013-2015)...................... 51
Tableau 9: analyse SWOT des ressources financières de la commune de Bafut ......................... 52
Tableau 10: Distribution (%) des répondants selon les raisons déclarées de leur participation au
processus de prise de décision concernant les activités de développement dans leur communauté
....................................................................................................................................................... 54
Tableau 11: Répartition (%) des répondants selon les opinions déclarées sur l’influence de la
prise de décision locale sur le développement des communautés locales ..................................... 55
Tableau 12: Répartition (%) des répondants selon les propositions formulées pour une meilleure
participation de la population à la prise de décision sur les questions de développement ............ 57
Tableau 13: répartition (%) des répondants selon leur appréciation du niveau d'implication de la
population dans le processus de prise de décision concernant les activités de développement .... 85
Tableau 14: Mécanismes qui peuvent, favoriser ou renforcer l'exclusion des populations dans une
démarche participative .................................................................................................................. 87

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX VII
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. v
ii
i

2- LISTE DES FIGURES


Figure 1 : Répartition (%) de la population enquêtée dans la commune de Bafut selon le sexe .. 11
Figure 2 : Les éléments constitutifs de la notion du développement participatif .......................... 26
Figure 3 : Distribution (%) des différentes catégories sociales qui participent régulièrement au
processus de prise de décision lors de la planification des activités selon la déclaration des
répondants. .................................................................................................................................... 55
Figure 4 : Répartition (%) des différents facteurs limitant la participation des populations au
processus de prise de décisions selon la déclaration des répondants. ........................................... 56
Figure 5 : Répartition (%) des acteurs qui participent à la sélection des projets à réaliser dans les
communautés locales selon les déclarations des personnes enquêtées. ........................................ 61
Figure 6 : Répartition (%) des groupes socio-professionnels qui participent à la sélection et
l’implémentation des projets dans les communautés locales de Bafut selon la déclaration des
personnes enquêtées. ..................................................................................................................... 61
Figure 7 : répartition (%) des ménages enquêtés selon leur déclaration sur la mise en place des
comités de gestion des ouvrage dans leurs localités ..................................................................... 63
Figure 8 : répartition (%) des ménages enquêtés selon qu’ils participent ou pas dans la
planification des activités de développement local dans la commune .......................................... 84

3- LISTE DES CARTES


Carte 1: Carte de la localisation de l’arrondissement de Bafut dans la Région Nord-Ouest du
Cameroun ...................................................................................................................................... 32

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX VIII
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. i
x

RESUME

Les analyses développées dans le cadre de cette étude permettent de comprendre que le
développement participatif est un concept qui a fait l’objet de nombreux débats théoriques et
empiriques par plusieurs auteurs et institutions de développement. Toutefois, nous relevons
principalement que le développement participatif, basé sur le principe de l'approche participative
sous-entend une vision du développement qui accorde une place privilégiée à l'implication des
populations à la l’identification des problèmes locaux, au diagnostic du milieu, à la formulation
des solutions et à leur mise en œuvre, afin de contribuer à donner plus d'efficacité et de durabilité
aux actions ou interventions qui influencent le processus de transformation sociale. Les
approches participatives de développement contribueraient ainsi non seulement au renforcement
de la démocratie locale, mais aussi à promouvoir l’intérêt des populations à prendre part aux
décisions qui les concernent. Adoptant une méthodologie de recherche utilisant des sources
documentaires ainsi que les enquêtes de terrain, nous avons analysé la manière dont la
participation se traduit en pratique dans le champ du développement local dans la commune de
Bafut. Ainsi, au travers de nos analyses, nous observons que l'approche participative tel
qu’implémentée dans cette commune est non seulement impulsée par la mairie en tant
qu’institution fédérateur des acteurs de développement, mais surtout par les structures
associatives (comité de développement, coopérative agricole, comité de gestion…).

Après avoir présenté les diverses initiatives adoptées par la mairie de Bafut dans son rôle de
catalyseur du développement socio-économique de la municipalité, nous avons mis en évidence
les mécanismes de participation des populations de cette commune dans la planification et la
réalisation des activités de développement local. De nos analyses, il se dégage que la
participation des populations dans la mise en œuvre des activités de développement prend la
forme d’un modèle d'auto-développement fondé sur : la mise en place des structures associatives
de développement, la réalisation des diagnostics participatifs et la planification dans les villages,
ainsi que la mise en place des instruments de participation tels que les contributions financières
et en nature des populations pour la réalisation des activités de développement.

Toutefois, malgré la bonne dynamique de l’approche participative observé dans la commune de


Bafut, il y a lieu de relever que certains facteurs socioculturels, politiques et économiques
contribuent à limiter la participation de certaines couches sociales dans la planification et à la
mise en œuvre des activités de développement local dans cette commune.

MOTS CLÉS : Participation, développement participatif, décentralisation, développement


local, Bafut.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX IX
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. x

ABSRACT

The analysis developed within the framework of this study permit us to observe that
participatory development is a concept that has been the subject of numerous theoretical and
empirical debates by several authors and development institutions. However, we noted that
participatory development, based on the principle of participatory approach implies a vision of
development that places a special emphasis on the involvement of the population in the
identification of local problems, in the various stage of diagnosis their locality,
in the formulation of solutions and their implementation, in order to contribute in the actions or
interventions that influence the process of social transformation more effective and sustainable.
Participatory approaches would thus not only contribute to strengthening local democracy but
also promote people's interest in taking part in decisions that affect them.
Adopting a research methodology using documentary sources as well as field surveys, we
analyzed the way in which participation is translated into practice in the field of local
development in the municipality of Bafut. Thus, through our analyzes, we observe that the
participatory approach as implemented in this municipality is not only driven by the council as
federating institution of development actors, but also by the associative structures (development
committee, agriculture cooperative, management committee …).

After presenting the various initiatives adopted by the Bafut council in its role of catalyst of the
socio-economic development of the municipality, we have highlighted the mechanisms of
participation of the populations of this municipality in the planning and implementation of local
development activities. From our analysis, it emerges that the participation of populations in the
implementation of development activities takes shape through a model of self-development
based on : the establishment of associative development structures, the implementation of
participatory village diagnosis and planning, as well as the establishment of participatory
instruments such as the financial contributions of members of local communities for the
implementation of development activities .

However, despite the good dynamics of the participatory approach observed in the Bafut
municipality, it should be noted that some socio-cultural, political and economic factors
contribute to limiting the participation of some social groups in the planning and implementation
of local development activities in that municipality.

KEY WORDS : Participation, participatory development, decentralization, local development,


Bafut.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX X
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1

INTRODUCTION GENERALE

I. Contexte et justification de l’étude

Le concept de développement inclusif, qui a pour corollaire le développement participatif, est


aujourd'hui une notion centrale au cœur des politiques du développement en général et du
développement local en particulier. Bien plus, ces dernières années les théories du
développement ont révélé l'importance d'une pleine implication des populations locales dans la
conception et la mise en œuvre des projets de développement local. En effet, ceci répond au
moins à trois nécessités majeures, à savoir : tirer pleinement profit des connaissances,
compétences, dynamiques et ressources existantes sur le plan local ; obtenir l'adhésion et le
soutien des acteurs locaux aux efforts menés pour aborder les problèmes essentiels de
développement et les solutions éventuelles ; encourager l'appropriation locale des projets et
autres initiatives locales de développement, afin que les actions de développement puissent
s'inscrire dans la durée.

L’inclusion des populations locales aux initiatives de développement est d’autant plus
primordiale, car même si les interventions extérieures apportent des solutions à certains
problèmes, elles n'ont pour autant pas toujours la capacité de comprendre et de résoudre en
profondeur les besoins réels des populations bénéficiaires. D'où la nécessité d'associer ces
dernières dans le circuit de prises de décision, partant de la conception des projets et des
politiques publiques, que dans leur mise en œuvre, leur suivi-évaluation et leur pérennisation
pour une meilleure amélioration des conditions de vie des communautés locales dans une
perspective de développement durable.

La commune en tant que collectivité territoriale décentralisée est le cadre institutionnel pour
l'exercice de la gouvernance à la base. Elle est l'expression de la décentralisation des
compétences par l’Etat central, ainsi que le lieu privilégié de la participation des citoyens à la
gestion des affaires locales. Fort de ce qui précède, le gouvernement Camerounais a opté pour
une forme de gestion décentralisée de l’Etat, tels que stipule à la constitution du 18 janvier 1996.
Afin d’opérationnaliser ce mode de gestion, la lois d’orientation de la décentralisation ont été
adoptées par le parlement en 2004. Ensuite en 2009 la lois portant régime financier des
collectivités territoriales décentralisées a également été adoptée par le parlement. Plus

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 1
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 2

récemment encore en 2017, le Gouvernement a créé un ministère de la décentralisation et du


développement local (MINDDEVEL) afin de donner une nouvelle impulsion au processus.
Cette option de gouvernance vise d’une part, à rapprocher davantage le peuple de
l’administration locale et d'impliquer les populations dans le processus de développement local.
D’autre part, à rassurer les institutions internationales partenaires au développement pour qui,
l'une des priorités de leurs missions est l'amélioration des conditions de vie et l’inclusion des
populations dans la conception et la mise en œuvre des politiques publiques. Pour atteindre ce
noble objectif d'amélioration des conditions de vie des populations et de rapprochement des
administrés des administrations, l'Etat a fait de la décentralisation et du développement local une
priorité politique, et a sollicité l'appui des partenaires nationaux et internationaux pour
l'accompagner.

Pour certaines administrations et les partenaires au développement, l’inclusion des populations


locales dans la conception des politiques publiques est une exigence de recevabilité des projets et
programmes par les bailleurs de fonds, les structures de financement ou partenaires financiers.
Pour d'autres, c'est une attitude indispensable pour la réussite des projets à réaliser, ainsi que la
durabilité et la pérennisation des actions. Pourtant, les conditions de ce que doit être une bonne
participation ne fait pas toujours l’unanimité, tant la définition elle-même de la participation
laisse libre cours aux interprétations. En effet, chaque structure ou acteur semble comprendre et
mettre en pratique le concept à sa façon dans ses actions de développement.

Selon le dictionnaire (HACHETTE, 1991), La participation signifie l'action de prendre part à


quelque chose ; son résultat : participation à un débat ; fait d'être intéressé (à un profit) ;
participation des travailleurs à la gestion, aux bénéfices de l'entreprise.

En sciences politiques, la participation est un terme plus général qui recouvre les différents
moyens selon lesquels les citoyens peuvent contribuer aux décisions politiques.

En effet, l'approche participative ou inclusive du développement local insiste sur l'importance de


l’implication et de la responsabilisation des populations dans toutes les actions de
développement. Le concept de participation est à l'origine des préoccupations actuelles de la
prise en compte du « local » dans la conception des politiques publiques. Ainsi dans le cadre du
développement local la participation est conçue comme l'ensemble des contributions que peuvent
ou doivent apporter la population locale dans les différents projets de développement de leur
localité. La participation consiste pour les membres des communautés à avancer ensemble, à
réfléchir sur la manière de s'organiser avec les animateurs des comités de développement pour

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 2
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 3

prendre en main sa propre promotion à tous les niveaux : villages, régions... (CAMARA et al,
2010).

Toutefois, certaines études scientifiques portant sur les notions de participation des populations
dans les actions de développement à l’instar de celles conduite par des sociologues et agronomes
tels que BAYER ANN WATERS et BAYER WOLFGANG (1995) ont décrit la typologie des
participations locales aux projets de développement. Malgré leur caractère historique et
descriptif, ces études ont fait le point de l'évolution de la notion de participation, mais elles ne
s'interrogent ni sur les fondements de la faible ou non-participation des populations aux
différentes étapes de réalisation des actions, ni sur ses conséquences quant à ce qui est de la
gestion et la pérennisation des actions de développement.

Notre recherche qui prend pour cadre spatial d'étude la commune de Bafut dans la Région du
Nord-Ouest au Cameroun, trouve sa raison d'être dans la mesure où elle contribuera à décrypter
les forces et les faiblesses de la participation des populations aux actions de développement dans
cette commune. Il sera également question de mener une analyse sur l’importance de l’inclusion
des populations locales dans la planification des activités de développement.

De par son cadre empirique qui se focalise en particulier sur la commune de Bafut, cette étude
contribuera à enrichir la littérature déjà existante sur les approches participatives et inclusives de
développement. En effet, aucune étude scientifique n'a encore réellement abordé la question de
l’inclusion des populations dans la conception et la mise en œuvre des activités de
développement dans ce territoire communal.

Après plusieurs années consécutives passées dans la commune de Bafut, nous gardons de
relatives affections qui motivent notre intérêt à analyser les mécanismes de participation des
populations dans la planification des activités de développement, ainsi que leur implication dans
la réalisation des projets de développement.

II. Problématique
Les projets de développement correspondent à la réalisation précise, localisée dans l'espace et
dans le temps, de certains objectifs de développement en principe inscrits dans la planification.
Ces derniers objectifs constituent quant à eux la traduction technique d'un certain nombre de
choix politiques et sociaux déterminés au niveau de la Société. Mais qui décide à chacun de ces
différents niveaux ? Qui détermine les finalités de la communauté locale ? Qui fixe les objectifs
du plan de développement local ? Qui choisit les projets de développement ?

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 3
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 4

Par ailleurs, la commune de Bafut est une localité qui regorge d'importantes potentialités
humaines et naturelles de par sa position géographique et stratégique, favorables pour une
communauté épanouie et un développement local réussi. Cependant, après plus d’une décennie
d'expérience dans la politique de décentralisation, la commune de Bafut reste confrontée aux
problèmes de développement bien que disposant d'un potentiel important de ressources naturelles
et d'une population exerçant diverses activités socio-économiques.

En dépit du dynamisme de sa population, la commune de Bafut connait d’énormes problèmes de


développement liés à l’enclavement des bassins de production agricoles, l’insuffisance des
moyens de communication tels que les routes et les ouvrages de franchissement, ainsi que la
faible couverture en énergie électrique. Ces problèmes structurels de développement sont de
nature à diluer les efforts de participation des populations dans la gestion des activités de la
commune. Par ailleurs, il y a lieu de questionner les facteurs d’ordre socio-culturels et
économiques qui sont de nature à limiter la participation des populations dans l’implémentation
des activités de développement dans cette commune.

Par le passé, dans la commune de Bafut, les actions de développement ont souvent été réalisées
sans une véritable planification préalable à moyen terme et sans l'implication de toutes les
couches sociales dans les prises de décisions. Cette approche de gouvernance territoriale
engendre des problèmes liés à la gestion et la durabilité des actions de développement et même
la navigation à vue et l'improvisation des actions dans la gestion de la localité. Par ailleurs, le
besoin de planifier et d'exécuter les projets de développement avec la participation des
populations devient de plus en plus manifeste particulièrement dans le monde rural où la prise de
décision est vitale pour l'exécution des actions de développement à la base.

Au regard de ces éléments de contexte, il y a lieu de formuler un ensemble de questionnements


qui encadrent notre problématique de recherche, à savoir :
 Quels avantages peut-on retirer de la participation populaire compte tenu des coûts
supplémentaires qu'elle risque de susciter ? Autrement dit, quelle est l'efficacité de la
participation ?
 Quelle est la méthodologie utilisée pour impliquer les différentes catégories de la
population aux étapes du processus d'élaboration du Plan communal de développement et
de mise en œuvre des activités de développement dans la commune de Bafut ?
 Comment s`organise le processus de planification des activités de développement ou
d’élaboration du plan Communal de développement dans la commune de Bafut ?

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 4
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 5

 Quelle est la contribution des populations dans l’implémentation du Plan Communal de


Développement (PCD) de la commune de Bafut au regard de la rareté des ressources
financières provenant des sources de financement extérieurs ?
 Au regard du mode de gestion de la commune de Bafut par les exécutifs communaux qui
se sont succédés au cours des dix dernières années, peut-on faire une appréciation
positive de l’évolution dans la gestion participative de la municipalité ?
 Pourquoi la gestion et l'entretien des ouvrages socio-économiques par les populations
restent encore une difficulté assez insoluble pour élus locaux de la commune de Bafut ?

Cet ensemble de questionnements nous conduit à la formulation de la question de recherche


suivante : Comment est-ce que les populations participent-elles dans la planification et la mise
en œuvre des activités de développement dans la commune de Bafut ?
Partant de notre question de recherche principale, nous formulons les deux questions de
recherche spécifiques suivantes :

 Qs1 : Quel sont les mécanismes d’inclusion des populations dans la planification et
l’implémentation des activités de développement afin qu’elles puissent contribuer au
processus de développement local dans la commune de Bafut ?

 Qs2 : Quels sont les facteurs socio-culturels et économiques qui limitent la participation
des populations aux processus de développement local dans la commune de Bafut ?

III. Objectifs de l’étude

Afin de répondre à notre question de recherche principale, nous formulons les objectifs de
recherche suivante :

III.1. Objectif général


L'objectif global de cette étude est d’analyser les mécanismes de participation des populations
locales dans le processus de planification et de mise en œuvre des activités de développement,
afin d’apprécier leur contribution au développement de la commune de Bafut.

III.2. Objectifs spécifiques

De manière spécifique, il est question dans cette étude de :

 Os1 : Analyser les mécanismes qui favorisent la participation des populations dans la
planification et la mise en œuvre des activités de développement dans la commune de
Bafut ;

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 5
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 6

 Os2 : Identifier les facteurs socio-culturels et économiques qui constituent un frein à la


participation des populations de la commune de Bafut au processus de planification et de
mise en œuvre des activités de développement local.

IV. Hypothèses de recherche

Afin de répondre à notre question de recherche, nous formulons les deux hypothèses de
recherche suivantes :
 H1 : L’inclusion des populations dans la planification et l’implémentation des activités
de développement induit une meilleure dynamisation du processus de développement
local dans la commune de Bafut.

 H2 : Les facteurs socioculturels, politiques et économiques limitent la participation de


certaines couches sociales à la planification et à la mise en œuvre des activités de
développement local dans la commune de Bafut.

V. Revue de la littérature

Les débats scientifiques sur le concept de développement local et d’approches participatives ou


inclusives du développement sont apparus dans un contexte où la vision centralisée de l'Etat était
critiquée par plusieurs acteurs locaux. Ces derniers considéraient que la conception des
politiques de développement d'un territoire devait prendre en compte les besoins et les
aspirations des populations à la base. MOYENGA (2000) explique cette approche comme une
« dynamique de développement organisée avec et par les intéressés. C'est un consensus
librement construit sans heurts, sans conflit internes ni externes, avec le consentement de toutes
les catégories sociales en présence ». Selon d’autres auteurs tels que (SOUARE et al, 2010) le
principe du développement local participatif ou communautaire est un processus par lequel les
membres d'une communauté locale prennent progressivement, la responsabilité de la croissance
et du devenir de leur communauté et entreprennent, de façon planifiée et concertée, diverses
activités facilitant l'atteinte de leurs objectifs.

En effet, c'est vers la fin des années 1950 que prend forme la théorie du développement
endogène. Il s’agit d’une approche volontariste, qui conçoit le développement comme une
démarche partant du bas, privilégiant les ressources endogènes. Elle fait appel aux traditions
industrielles locales et insiste particulièrement sur la prise en compte des valeurs culturelles et
sur le recours à des modalités coopératives (KOLOSY, 1997).

L’économiste SIMONAZZI en 1993 a indiqué que l'approche participative de développement


local tire son origine de la constatation suivante :

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 6
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 7

 En général, les outsiders (les intervenants extérieurs) ne peuvent pas identifier les besoins
des populations locales sans elles ; ces besoins doivent être identifiés avec la participation
active de ces dernières ;
 La première responsabilité pour appliquer les solutions aux problèmes des populations
revient à elles-mêmes, et c'est seulement de cette façon que la notion de propriété peut être
créée et que peuvent se développer des institutions locales qui pourraient continuer les
activités après la fin de l'appui extérieur ;
 Les « outsiders » doivent agir comme des catalyseurs ou facilitateurs du processus du
développement local, abandonnant ainsi le contrôle des actions et la gestion des
innovations techniques de façon rigoureuse.

Pour cet auteur, l'approche participative répond au fait que les structures d'appui extérieures ne
peuvent et ne doivent pas identifier les préoccupations et besoins des populations, ni mettre en
œuvre les actions identifiées à leur place. Le souci d'adoption et de pérennisation des résultats de
projets impose que ces structures jouent le rôle de conseil, de facilitation afin de responsabiliser
au mieux la population dans la réflexion, la gestion et le suivi des actions.

Depuis la fin des années soixante, selon M. SECK et D'AQUINO (2001), la conception de
démarches participatives a connu un développement important. Même si l'idée n'est en soi pas
nouvelle, elle a acquis une grande renommée, dans toutes les institutions internationales du
développement, affirme LARAREV (1993) cité par SECK. Dépassant le sens strict des
approches participatives stricto sensu (PAR : Participatory Action Research ; PRA : Participatory
Rural Appraisal ; MARPP : Méthodes Actives de Recherche et de Planification Participative), ce
concept est maintenant à la base de la plupart des méthodes et des outils mis au point ces
dernières décennies pour l'appui au développement (recherche-développement, développement
local, gestion des ressources naturelles...) qu'ils s'en réclament explicitement ou pas.

D'abord, simples méthodes de recueil des informations auprès des locaux, les premières
expériences participatives ont progressivement intégré une participation de plus en plus active
des acteurs locaux, dans des méthodes toujours plus formalisées de diagnostic participatif, pour
la construction de la concertation avec les populations rurales. L'approche participative a
rapidement dépassé le diagnostic pour s'instituer en méthode de concertation pour l'intervention,
jusqu'à aboutir à des outils de planification locale de développement. (M. SECK et D'AQUINO,
2001).
BAJEDDI (2002), suivant la même idée soutient que l'approche de développement inclusif, est
une approche de concertation, d'ajustement continu et de compromis contractuels qui
accompagne une action de développement local depuis la gestation de l'idée de base, et qui entre

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 7
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 8

dans les mœurs des populations bien au-delà d'une première tentative. C'est une succession de
pratiques dictées par des impératifs temporels spécifiques et définies à travers un vécu réel sur le
terrain.

Quant à TREMBLAY, cité par CHERIF (2008), il estime que l'approche participative du
développement local repose sur une démarche volontaire d'acteurs se réunissant sur un territoire
à taille humaine pour envisager l'avenir de leur territoire. Cela en perspective avec d'autres
niveaux d'administration et d'autres échelons politiques de la Nation. C'est une vision du local
dans le global, qui voit le territoire comme un système de relation avec d'autres systèmes et
d'autres acteurs. Pour cet auteur, les acteurs œuvrent à l'amélioration des conditions de vie de
leurs populations, ce qui passe, notamment par le développement des activités de production, de
la santé, de l'éducation et l'approfondissement de la démocratie et la gouvernance locale.

Du point de vue de l'ONU, dans son article 1 de la déclaration sur le droit au développement de
l'assemblée générale du 4 Décembre 1986, il stipule que « Le droit au développement est un droit
inaliénable de l'homme en vertu duquel toute personne humaine et tous les peuples ont le droit de
participer et de contribuer à un développement économique, social, culturel et politique dans
lequel tous les droits de l'homme et toutes les libertés fondamentales puissent être pleinement
réalisés et bénéficier de ce développement ».

Selon la Banque Mondiale (1992), le développement participatif ou inclusif est à la fois une fin
et un moyen de développement. En avançant l'idée que le développement participatif est une fin,
elle entend se référer à une sorte d'objectif idéal selon lequel le développement durable
résulterait de l'action responsable de citoyens politiquement mûrs et qui agiraient à travers
d'institutions électives, d'associations ou d'organismes, dans le cadre d'une société démocratique
et libre. Toutefois, un tel objectif devrait être compris comme un processus continu et de longue
haleine, qui tendrait à améliorer sans cesse la capacité des communautés à s'autogérer. La
seconde idée est celle du développement participatif conçu comme un moyen de développement.
Cette idée est beaucoup plus familière car c'est sous cette forme qu'elle est apparue, il y a deux
décennies, dans les politiques de développement. Cependant cette idée contiendrait une
nouveauté : celle d'en replacer les approches dans le contexte d'une responsabilisation politique
des communautés concernées, alors que précédemment, la responsabilisation politique ne
concernait que la gestion d'une activité et n'avait donc qu'un sens opérationnel (CHERIF, 2008).

La grande réussite de ces évolutions réside dans la reconnaissance de la participation des


populations aux actions les concernant, c'est-à-dire la volonté de remplacer la relation
d'assistance et d'encadrement des populations par une relation de partenariat, basé sur une

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 8
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 9

reconnaissance des savoirs, perceptions et de la légitimité des acteurs locaux. Seule une
dynamique réellement endogène pourra se pérenniser et se démultiplier à une échelle raisonnable
sans appui extérieur lourd et permanent.

Si l’on mentionne très souvent dans les discours politiques, la faible participation des
populations au développement local, il faut reconnaître qu'aucune étude empirique n'a été
réellement menée pour diagnostiquer la problématique de l’inclusion des populations locales de
la commune de Bafut dans la planification et la mise en œuvre des activités de développement.
En effet, pour cette commune, les données qualitatives et quantitatives manquent sur les
perceptions et l’appréciation du niveau de participation des différentes catégories sociales
(hommes, femmes et jeunes) dans la planification des activités de développement, leur mise en
œuvre et le suivi-évaluation. C’est dans cette perspective que cette étude s’inscrit en complément
de la littérature déjà existante sur les approches participatives de développement.

VI. Méthodologie de l’étude


La méthodologie que nous avons utilisée pour développer notre étude s’appuie sur une démarche
hypothético-déductive. Cette démarche nous a permis d’émettre préalablement des hypothèses
qui correspondent à des affirmations dont la pertinence est vérifiée à l’aide des données
collectées sur le terrain. La vérification de nos hypothèses a ainsi nécessité l’exploitation de
plusieurs instruments de recherche tels que : la recherche documentaire, la collecte des données
primaire au travers d’une enquête de terrain sur un échantillon de la population, la conduite des
interviews semi-structurés avec certains responsables de la localité de Bafut, le traitement et
l’analyse des données.

 La recherche documentaire : elle a consisté à se rapprocher de différentes structures


et des centres de documentation pour rechercher les documents relatifs à notre sujet de
recherche. Pour ce faire, des ouvrages ont été consultés dans la bibliothèque et le site
internet de l’IPD-AC, le centre de documentation du Programme National de
Développement Participatif (PNDP), le bureau des archives, de la documentation et de
l'information de la commune de Bafut, la délégation départementale du Ministère de
l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire de la Mezam, la
bibliothèque municipale de la commune de Bafut, les sites internet.

Le travail de recherche documentaire nous a conduit à faire un classement des ouvrages


parcourus. Ceux-ci sont au nombre de trois :
- Les documents traitant des sujets généraux de la décentralisation et du développement
local ;
- Les documents portant sur la participation des populations au développement ;

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 9
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
0
- Les documents concernant le cadre spatial de l’étude.

Au total, ce travail de recherche documentaire nous a permis de mieux affiner le cadre


théorique de notre étude.

Tableau 1: Centre de documentation et types d'informations recueillis

Centres de documentation Natures des Types d'informations


documents
Bibliothèque et site internet de Mémoires Informations d'ordre méthodologique,
l’IPD-AC informations d'ordre général
le centre de documentation du Ouvrages généraux Informations d'ordre général, informations sur
PNDP le développement local, Informations sur la
planification locale, les lois sur la
décentralisation au Cameroun
Bureau des Archives, de la Rapport, Revues, Informations sur la décentralisation,
Documentation et de l'Information journaux, informations sur le développement local,
de la commune de Bafut informations sur la commune de Bafut
la délégation départementale du Rapport informations sur le développement local,
Ministère de l’économie de la informations d'ordre général
Mezam
Bibliothèque municipale de la Lois sur la Informations sur la décentralisation,
commune de Bafut décentralisation, informations sur le développement local
rapports, revues
Sites internet Documents Informations générales sur la décentralisation,
généraux, rapports, les problèmes du développement en Afrique, la
revues participation au développement
Source : Construction de l’auteur à partir des données compilées sur terrain 2017.

 La collecte des données primaire au travers d’une enquête de terrain sur un


échantillonnage de la population : La présente étude a également reposé sur la
collecte des données et informations sur le terrain en vue de l’appréciation de la
participation de la population au processus de planification et de mise en œuvre des
activités de développement dans la commune de Bafut. Puisqu’il s'agit d'un travail de
recherche qualitative, deux types d'échantillon ont été constitués : l'échantillon raisonné
et l'échantillon aléatoire.
L'échantillonnage raisonné a été utilisé au niveau, des agents de la mairie, des organisations
d'appui au développement, des services déconcentrés de l'Etat.

L'échantillonnage par mode aléatoire a été appliqué en direction des groupes organisés, des chefs
de village et des populations. Les critères de choix des enquêtés ont été : la représentativité des
villages, l'occupation professionnelle, la catégorie sociale et le sexe. Les groupes organisés

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 10
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
1
(comités de développement, comités de gestion) ont été tirés de manière aléatoire à partir de la
liste des groupements et de celle des comités villageois disponibles au niveau de la mairie.

La population totale enquêtée dans le cadre de cette étude est de 102 personnes. Le tableau ci-
dessous présente la catégorie des différentes personnes enquêtées dans la commune de Bafut.

Figure 1 : Répartition (%) de la population enquêtée dans la commune de Bafut selon le sexe

Homme Femme
33%

67%

Source : Construction de l’auteur à partir des données d’enquête du terrain 2017.

Tableau 2: répartition (%) de la population enquêté dans la commune de Bafut selon l’âge
Tranche d’âge
Moins de ]30-40 ans] ]40-50 ans] Plus de 50 Total
25 ans ans
Pourcentage de
15% 43% 25% 17% 100%
personnes enquêtées
Source : Construction de l’auteur à partir des données d’enquête du terrain 2017.

Tableau 3: répartition (%) de la population enquêté dans la commune de Bafut selon l’âge
Niveau d’éducation des personnes enquêtées
illettré Cycle Cycle Cycle Total
Primaire Secondaire universitaire
Pourcentage de 2% 35% 23% 40% 100%
personnes enquêtées
Source : Construction de l’auteur à partir des données d’enquête du terrain 2017.

La réalisation de cette enquête s’est effectuée grâce à l’utilisation des questionnaires d’enquêtes
prédéfinis et des guides d’entretien semi-structurés.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 11
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
2
 La conduite des interviews semi-structurés avec certains responsables

de la localité de Bafut : Afin d’avoir une bonne base d’informations et de pouvoir


croiser différentes données collectées sur le terrain, des interviews semi-structurés ont
également été organisés avec certains responsables de la localité de Bafut (Maire,
conseillers municipaux, Cadre communal de développement, Secrétaire général,
responsable du service technique). La réalisation de ces interviews s’est s’effectuée à
travers l’utilisation des guides d’entretiens prédéfinis.

 Le traitement et l’analyse des données : à la suite de la collecte des données sur


le terrain, nous avons procédé à la saisie des données collectées dans un masque de saisie
conçu à partir du logiciel « Microsoft Excel ». Il s’en est ensuite suivi l’exploitation et
l’analyse statistique des données primaires collectées sur le terrain au moyen des logiciels
« Microsoft Excel » et « SPSS 20.0 ».

VII. Intérêt de l’étude

L’intérêt d’une telle étude est variée au gré des parties prenantes dans le processus de
développement local, les résultats de nos travaux devraient être perçus et exploiter à des degrés
différents tant au niveau des organismes Etatiques et les partenaires au développement, de la
population et des communes.

 Pour les organismes Etatiques et les partenaires au développement, cette étude permettra
d'améliorer la méthodologie d’accompagnement des communes dans la mise en œuvre des
activités de développement au niveau communal à travers les critiques et suggestions des
bénéficiaires de ses actions. Par ailleurs, la promotion du développement local dans les
communes est un processus dans lequel l’Etat du Cameroun s'est résolument engagé. Notre
étude, sur la base d'une analyse de la participation des populations à leur développement,
contribuera également à proposer des modalités d'amélioration de la décentralisation pour un
meilleur développement local. Ainsi, l'Etat pourra identifier quelques obstacles au
développement des territoires locaux afin de mieux bâtir les leviers pour une mise en œuvre
efficiente de la politique de développement local.

 La population quant à elle, comprendra mieux l’importance du rôle qu’elle devrait jouer en
participant à l’identification, la planification et la mise en œuvre des activités de
développement. Par ailleurs, la population de la commune de Bafut pourra disposer d'éléments
objectifs d'évaluation et d’appréciation de son conseil municipal lorsque celui-ci arrivera en fin
d'exercice.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 12
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
3
 La revue documentaire effectuée nous a permis de nous rendre compte que les études réalisées
n'abordent pas réellement la question de la participation des populations dans la planification et
la réalisation des activités de développement dans la commune de Bafut. Ainsi, cette étude
permettra de comprendre ce qui défavorise la participation effective de certaines couches
sociales au processus de développement local. A cet effet, la commune de Bafut appréhendera
mieux l'importance de l’implémentation d’une démarche participative et inclusive de
développement local, et aura le feed-back de sa population sur la démarche de gestion publique
locale implémentée jusqu’ici et devra prendre des mesures correctives. Par ailleurs, les outils
d’analyses utilisés dans le cadre de cette étude devraient également permettre à d’autres
communes du pays de disposer des éléments d’appréciation de la participation des populations
dans la mise en œuvre des activités de développement.

 Sur le plan scientifique, cette étude intervient dans le vaste champ du développement socio-
économique et principalement dans le cadre de la décentralisation et surtout de la participation
des populations à leur développement comme prônée par les institutions internationales
(Banque Mondiale, FMI). Cette approche de développement est censée instaurer la démocratie
au niveau local et impulser le développement économique depuis la base en permettant aux
populations de se prendre en charge. A cet effet, les résultats de cette étude pourraient
permettre de comprendre la nécessité de la participation de la population au développement
local. Aussi, ils révèleront les rapports sociaux qui se construisent autour de la participation des
populations au développement.

VIII. Plan de rédaction


Cette étude s’articule autour de deux parties comportant chacune deux chapitres. La première
partie est intitulé cadre d’intelligibilité du développement participatif et mise en évidence des
mécanismes de participation des populations dans l’implémentation des activités de
développement dans la commune de Bafut. Le premier chapitre est consacré à l’analyse
conceptuel et théorique du développement participatif. Le deuxième chapitre se focalise sur la
l’analyse des mécanismes d’inclusion des populations dans la planification et l’implémentation
des activités de développement local dans cette municipalité. Tandis que dans la deuxième
partie, nous présentons les enjeux des approches participatives du développement et l’analyse
des facteurs limitant la participation des populations dans l’implémentation des activités de
développement dans la commune de Bafut. Ainsi, dans le troisième chapitre nous procédons tout
d’abord à une analyse des enjeux des approches participatives de développement local. Enfin
dans le quatrième chapitre, nous illustrons les facteurs limitant la participation de populations
dans la planification et l’implémentation des activités de développement local dans la commune
de Bafut.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 13
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
4

1ère partie :
CADRE D’INTELLIGIBILITE DU DEVELOPPEMENT PARTICIPATIF
ET MISE EN EVIDENCE DES MECANISMES DE PARTICIPATION DES
POPULATIONS DANS L’IMPLEMENTATION DES ACTIVITES DE
DEVELOPPEMENT DANS LA COMMUNE DE BAFUT

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 14
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
5

INTRODUCTION DE LA PREMIERE PARTIE

Le paradigme du développement local est apparu dans un contexte où le mode de gestion


centralisée de l'Etat ne contribuait pas à adresser suffisamment les défis de développement des
zones périphériques et était par ailleurs critiqué par certains acteurs locaux. Ces derniers
considéraient que les stratégies de développement d'un territoire devaient davantage prendre en
compte les besoins et les aspirations des habitants à la base. Une nouvelle logique d'autonomie
est alors revendiquée vis-à-vis des centres décisionnels, politiques ou économiques. Cette
approche du développement a toujours constitué un défi à relever par les pays en développement
et en particulier ceux du continent africain. Cela nécessite l'amorce d'un changement de
perception sociale, intégrant les besoins, les intérêts stratégiques et les préoccupations des
populations de toutes catégories socio-professionnelles sans discrimination dans la conception
des politiques publiques.

Au Cameroun, les actions engagées par le gouvernement au lendemain des indépendances n’ont
pas suffisamment eu des effets escomptés permettant de réduire la précarité des conditions de vie
des populations dans certaines régions du pays en général et dans des zones rurales en
particulier. L’une des limites des politiques publiques semblent être liées au mode d’organisation
et de gestion du territoire, ainsi qu’à la faible utilisation des approches participatives dans les
différents programmes et projets de développement. L'Etat dans sa quête de solutions pour
l’amélioration des conditions de vie de sa population, va chercher à construire et reconstruire ces
rapports avec les citoyens à travers la mise en œuvre de la politique de décentralisation. Mais au-
delà d’une telle dynamique, il se pose le problème de l’autonomie et de performance des
collectivités territoriales décentralisées à l’image de la commune de Bafut du fait de leur très
grande dépendance vis-à-vis de l'Etat, l’insuffisance des ressources financières et de la faible
implication des populations à la base dans les mécanismes de prises de décision.

La première partie de notre étude passe en revue le cadre d’intelligibilité théorique et conceptuel
du développement participatif en son premier chapitre. Il est également question dans cette
première partie de mettre en exergue notre cadre spatial d’étude qu’est la commune de Bafut,
ainsi que l’analyse de la dynamique de la participation des populations dans la planification et la
mise en œuvre des activités de développement local dans cette municipalité. C’est l’objet du
deuxième chapitre.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 15
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
6

Chapitre 1 :
CADRE CONCEPTUEL ET THEORIQUE DU
DEVELOPPEMENT PARTICIPATIF

Le concept de développement est considéré comme une forme particulière de changement social
impulsé auprès de « groupes cibles » eux-mêmes divers et évoluant selon des dynamiques
propres. Pour amorcer un développement local participatif, il faut accorder une certaine
autonomie organisationnelle et décisionnelle aux collectivités locales reconnues par la
constitution ou par les lois d’orientation de la décentralisation. Dans la même trajectoire, la
théorie du développement local participatif insiste sur l'importance de la participation et de la
responsabilisation effective des populations dans toutes les actions de développement.

Ce premier chapitre de notre étude met en exergue le concept de développement participatif. Il


comprend deux sections : la première traite du cadre conceptuel du développement participatif et
la deuxième réfère au cadre théorique de la décentralisation et du développement participatif.

I. Cadre conceptuel du développement participatif


Les principaux concepts clés de notre étude renferme un caractère polysémique. Il est donc
indispensable que notre première démarche puisse consister à définir les concepts clés liés au
thème pour mieux situer l'objet et le cadre de notre étude. Ainsi, Cette section porte sur la
définition des concepts clés qui structurent notre travail. A savoir : Les notions de
développement local, de participation, et de développement participatif.

I.1. La notion de développement local

C'est vers la fin des années 1950 que prend forme la théorie du développement endogène, par
JOHN FRIEDMANN et WALTER STÖHR. C'est une approche volontariste, axée sur un
territoire restreint, qui conçoit le développement comme une démarche partant du bas,
privilégiant les ressources endogènes. Elle fait appel aux traditions industrielles locales et insiste
particulièrement sur la prise en compte des valeurs culturelles et sur le recours à des modalités
coopératives. Le développement local possède une référence politique et économique qui prend
son essor avec les politiques de décentralisation des années 1990 dans la plupart des pays en
développement.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 16
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
7
En effet, le concept de développement local est né de la prise de conscience selon laquelle les
politiques d’aménagement du territoire mises en œuvre pour corriger les grands déséquilibres
géographique et socio-économique ne peuvent trouver leur efficacité qu’en s’appuyant sur une
organisation des volontés locales (logique de territoire). Le développement local est un processus
dynamique et évolutif qui nécessite une mise à contribution de tous les acteurs locaux. Il existe
de multiples définitions du développement local. On peut à titre d’exemple citer les définitions
suivantes :

Pour XAVIER GREFFE (2009), Le développement local est un processus de diversification et


d’enrichissement des activités économiques et sociales sur un territoire, à partir de
la mobilisation et la coordination des ressources et de ses énergies ».

Tandis que le Programme des Nations Unie pour le Développement (PNUD) considère le
développement local comme « l’œuvre de réalisation visant à améliorer d’une manière durable
les conditions de vie de populations résidant dans un espace déterminé, sur les plan
institutionnel, géographique ou culturel ».

Le paradigme du développement local repose sur la capacité d’acteurs locaux à s’organiser


autour d’un projet c’est-à-dire se fédérer autour d’un objectif de développement commun en
mobilisant les potentialités et les ressources existant sur un territoire. Cette définition revêt trois
dimensions. (i) Elle souligne le caractère localisé, territorialisé des activités et des actions.
(ii) Elle invite à considérer la temporalité de ces actions. Les actes finalisés, en effet, rendent
compte de la faculté des agents à concevoir un avenir commun. Dans le cadre du développement
territorial, cet objectif commun repose sur la valorisation de ressources. (iii) Enfin, elle exprime
que le territoire résulte des interactions entre acteurs impliqués dans une démarche collective.

De manière générale, l’on s’accorde à dire que le développement local est l’expression
d’une solidarité créatrice de nouvelles relations sociales et de la volonté des habitants d’un
territoire de valoriser les richesses locales en faveur du développement économique, social, et
culturel. C'est une démarche volontaire d'acteurs se réunissant sur un territoire à taille humaine
pour envisager l'avenir de leur territoire. Cela en perspective avec d'autres niveaux
d'administration et d'autres échelons politiques de la nation. C'est une vision du local dans le
global, qui voit le territoire comme un système en relation avec d'autres systèmes et d'autres
acteurs.

Au Cameroun, où le fonctionnement de l’Etat est de tradition très centralisé, le développement


local trouve une référence politique et économique notamment avec la politique de

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 17
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
8
décentralisation adopté lors de la réforme constitutionnelle de 1996, puis amorcée dans les
années 2004 avec l’adoption des lois d’orientation de la décentralisation.

I.2. La notion de participation

La participation signifie l'action de prendre part à quelque chose, a une action, a une initiative.
Cela suppose que l'on est un élément dans un processus où les éléments sont complémentaires.
Pour prendre part, pour participer, il est essentiel d'avoir conscience de l'objectif visé, de
l'importance de cet objectif et du rôle exact qui lui est assigné.

En sciences politiques, la participation est un terme plus général qui recouvre les différents
moyens selon lesquels les citoyens peuvent contribuer aux décisions politiques.

La notion de participation est largement reconnue et promue aujourd’hui dans la communauté du


développement. Son apparition dans la pensée et la rhétorique du développement a
principalement été l’œuvre de grands organismes de développement (tels que la Banque
Mondiale, Le Programme des Nations Unies pour le Développement…) qui se sont
progressivement engagés à rendre leurs projets plus participatifs. La participation n’est pas un
thème nouveau dans l’écosystème du développement et on la retrouve déjà dans les années 1940
et 1950, avant même la période de décolonisation en Afrique. Mais c’est surtout à partir du
milieu des années 1970 que la notion de participation a réellement et rapidement intégré la
pensée et le discours du développement. Cette période correspond en effet à un moment où le
contexte international était en pleine mutation et pendant lequel s’est opérée une importante
remise en question du modèle traditionnel de développement en faveur d’un changement de
paradigme qui reconnaissait désormais la nécessité d’impliquer davantage les populations
concernées dans le processus de développement. De nombreux organismes internationaux et
bilatéraux ont ainsi contribué à la promotion et à la diffusion de la notion de participation sur la
scène internationale par le biais notamment de déclarations et de vastes programmes de
recherche.

Ainsi, dans le cadre du développement local, la participation est conçue comme l'ensemble des
contributions que peuvent ou doivent apporter les acteurs locaux dans les différents projets de
développement de leur localité. La participation consiste pour les membres des communautés à
avancer ensemble, à réfléchir sur la manière de s'organiser avec les animateurs des comités de
développement pour prendre en main sa propre promotion à tous les niveaux : villages, régions...
(CAMARA et al, 2010).

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 18
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
9
La participation communautaire consiste à donner aux communautés de base la possibilité de
décider elles-mêmes de leur développement, et ne plus les considérer comme les exécutrices des
politiques de développement conçues au niveau national (NIKALOULOU cité par CAMARA et
al, 2010).

Nous nous inscrivons dans la logique de cette affirmation dans ce travail pour analyser les
différents mécanismes de participation et ses retombées dans le processus de développement de
la communauté soumise à notre étude. En effet, la participation permet d'identifier et de
poursuivre les véritables priorités des populations locales. Elles sont les mieux placées pour
pouvoir identifier ce dont elles ont besoin, ce qu’elles devraient conduire comme action et ce que
les organismes de développement devraient faire pour contribuer à améliorer leurs conditions de
vie. La démarche participative permet aux populations locales d'identifier les problèmes,
d'analyser leurs causes, de planifier et exécuter un plan d'action et un programme de travail en
fonction des ressources humaines et financières disponibles.

En somme, l’on comprend que la participation ou l'inclusion des populations et autres acteurs
aux différentes étapes du processus de développement leur permet de mettre en valeur les droits
d'accès et d'utilisation des ressources et d'apporter leur contribution dans la prise des décisions.

I.3. La notion de développement participatif

D’après Jean-Pierre CHAUVEAU1 (2013) le développement participatif désigne, dans le champ


de l’aide au développement, un ensemble d’approches et de techniques qui ont en commun de
valoriser l’implication des populations et partenaires aidés dans la définition et/ou la mise en
œuvre des interventions, en opposition à des formes d’intervention externes.

Comme l'estime OAKLEY et GARFORTH (1986) cité par HAMMANI (1997), le


développement participatif, basé sur le principe de l'approche participative sous-entend une
vision du développement qui accorde une place privilégiée à l'implication des populations à la
définition des problèmes locaux, à l'identification des solutions et à leur mise en œuvre, afin de
contribuer à donner plus d'efficacité et de durabilité aux actions ou interventions propre à
influencer sur le processus de transformation sociale. C'est également dans ce sens que
BOUKHARI (1994) affirme que « le principe fondamental de la participation : c'est le partage de
savoir et de pouvoir ». Il continue en disant que « Dans une approche participative la population

1
Jean-Pierre CHAUVEAU, Philippe LAVIGNE DELVILLE, « Développement participatif », in CASILLO I. avec
BARBIER R., BLONDIAUX L., CHATEAURAYNAUD F., FOURNIAU J-M., LEFEBVRE R., NEVEU C.
et SALLES D. (dir.), Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, Paris, GIS Démocratie et
Participation, 2013, ISSN : 2268-5863. URL : http://www.dicopart.fr/es/dico/developpement-participatif

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 19
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 2
0
n'est pas un gisement d'information mais un partenaire avec qui il faut échanger et partager
l'information utile... » ; « ...la participation, c'est penser et faire avec et non pour, c'est la
responsabilisation, la concertation et la négociation ».

Avec une vision plus globale, l'OCDE (1989) précise que « le développement participatif
suppose davantage de démocratie, un plus grand rôle pour les organisations locales, une plus
grande autonomie administrative, le respect des droits de la personne humaine, y compris les
systèmes juridiques efficaces et accessibles... ».

L'émergence du concept de développement participatif en Afrique, au début 1980, découle du


constat des limites des approches et stratégies de développement adoptées au cours des deux
premières décennies des périodes postcoloniales. Ces approches qui étaient centralisées et
verticales, ne laissaient aucune place à une participation des populations aux processus de prise
de décisions. Au contraire, l'Etat s'étant positionné comme l’acteur principal capable de définir
lui-même les besoins des populations et de décider des actions nécessaires pour les satisfaire.
Alors que « le seul moyen de réussir une politique c'est d'en confier la réalisation à ceux qui ont
intérêt qu'elle réussisse » (Muller 1992).

Abordant dans le même sens que ces auteurs, nous retenons dans le cadre de cette étude, que le
développement local participatif désigne l’implication des populations locales dans
l’identification, la planification et la conduite d’un projet, d’une action ou d’une politique
voué(e) à changer leurs vies. La participation exige la reconnaissance et l’utilisation des
capacités locales et évite d’imposer des priorités venues de l’extérieur. Avec cette approche, une
action de développement a d’autant plus de chances d’atteindre sa cible et d’engendrer des
résultats durables. Au final, le développement participatif est mû par l’idée qu’il incombe au
citoyen de prendre sa destinée en mains.

II. Cadre théorique de la décentralisation et du développement participatif


Dans cette section, nous passons en revue les différentes théories qui s’inscrivent dans le cadre
de cette étude. Il s'agit : de la théorie de la décentralisation et la théorie du développement
participatif.

II.1. Cadre théorique de la décentralisation

D'un point de vue général, la décentralisation désigne le transfert des compétences et de


ressources de l'administration centrale vers les instances locales ou décentralisées. De ce fait, elle
tient compte d'un système d'organisation administrative et de gestion par lequel l'Etat accorde à

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 20
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 2
1
d'autres entités territoriales légalement consacrées par la constitution, la personnalité juridique,
l'autonomie financière et de gestion. L'objectif étant la prise en charge par les populations elles-
mêmes de la gestion des affaires locales.

D’après la Banque Mondiale (2011), la décentralisation est un mode d’organisation et de gestion


dans lequel le pouvoir de décision est exercé à la fois, par l'État et par des personnes morales
autonomes soumises au contrôle, en principe de légalité, des autorités étatiques. Cette disposition
implique le transfert des compétences de l'Etat à des collectivités ou institutions différentes de lui
et bénéficiant, sous sa surveillance, d'une certaine autonomie de gestion.

Selon Gauthier et Vaillancourt (2002) la relation Etat-collectivités locales peut prendre en


fonction des contextes et des pays, trois formes principales qui sont la déconcentration, la
délégation et la dévolution des responsabilités et ressources. Mais au-delà du choix d'une forme
particulière qui dépend de facteurs géographiques, historiques et politiques, la mise en œuvre de
la décentralisation présente au moins trois avantages : elle contribue à une meilleure efficacité de
l'action publique, renforce le développement local et améliore l'équité à travers une meilleure
répartition des ressources nationales.

La décentralisation, vise ainsi à rendre les services administratifs et techniques plus efficaces en
organisant un transfert de responsabilités du niveau central de ces services à leurs représentants
locaux (THOMAS et KOULIBALY, cités par CAMARA, 2007). Par ailleurs, la décentralisation
confère aux collectivités territoriales décentralisées l'autonomie matérielle2, l’autonomie
organique3 et l’autonomie fonctionnelle4.

Selon la Banque Mondiale, il y a quatre types de décentralisation, à savoir la décentralisation


politique, la décentralisation administrative, la décentralisation des finances et la décentralisation
économique ou du marché.

La décentralisation politique vise à conférer aux citoyens ou à leurs élus locaux plus de
pouvoirs de décision. Elle est souvent liée au pluralisme politique et au gouvernement
représentatif mais elle peut soutenir la démocratisation en donnant aux citoyens ou à leurs élus
locaux plus d'influence dans la formulation et l'exécution des politiques publiques. Les partisans
de la décentralisation politique se basent sur l'hypothèse que les décisions prises avec une plus
grande participation des administrés sont bien fondées et répondent mieux aux besoins des

2 La structure décentralisée dispose de la personnalité morale et d'un patrimoine.


3 C'est-à-dire qu'elle gère par l'intermédiaire de ses organes qui organisent ses propres ses affaires.
4 C'est-à-dire qu'elle gère plus ou moins librement ses affaires.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 21
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 2
2
intérêts divers de la société que celles prises uniquement par les autorités politiques au niveau
central. L’une des formes les plus achevées de la décentralisation politique est le fédéralisme.

La décentralisation administrative vise à faire la répartition, à différents échelons de


gouvernement, de responsabilités et de ressources financières, pour assurer la fourniture de
services publics. C'est le transfert de responsabilité de la planification, du financement et de la
gestion liée à certaines fonctions du gouvernement central et de ses organes vers des unités
d'administration sur le terrain, des cellules ou niveaux subalternes de l'administration, des
autorités publiques semi-autonomes, des municipalités ou des régions. L’on distingue trois
principales formes de décentralisation administrative, à savoir la déconcentration, la délégation
et la dévolution des compétences et des ressources.

La décentralisation financière consiste à la répartition des ressources publiques et


l'organisation des rapports financiers entre l'Etat et les collectivités locales. Ce concept recouvre
la définition d'un champ de ressources propres pour les collectivités locales, l'identification d'un
champ de ressources partagées entre l'Etat et les collectivités locales, et les transferts des
ressources du budget de l'Etat à celui des collectivités locales. La responsabilité des finances est
une composante fondamentale de la décentralisation. Pour que les administrations locales et les
organismes publics puissent exercer de manière efficace les fonctions administratives
décentralisées, elles doivent disposer de revenus d'un niveau adéquat provenant soit de source
locale, soit d'un transfert du gouvernement central. Elles doivent de même avoir le pouvoir de
décision concernant les dépenses.

La décentralisation économique ou du marché se caractérise par la privatisation et la


dérégulation car elle consiste à transférer des responsabilités des fonctions administratives du
secteur public au secteur privé. Elle permet que des fonctions qui relevaient primordialement ou
exclusivement du gouvernement soient exercées par le secteur privé, les communautés, les
coopératives, les associations volontaires privées et d'autres organisations non gouvernementales.

La décentralisation joue un rôle important dans l'augmentation de la participation des citoyens


dans les activités politiques, économiques et sociales dans les pays en développement. Elle
contribue à atténuer les goulots d'étranglement dans les prises de décisions, là où elle fonctionne
efficacement. Elle permet aussi de réduire des procédures bureaucratiques complexes et à permet
d’accroître l'attention des autorités locales sur les besoins locaux. Depuis deux décennies, la
décentralisation est devenue une priorité politique pour de nombreux Etats africains. Dans un
contexte global de revalorisation du local, de redéfinition de la forme de l'Etat, de crise
économique et financière et de pression des bailleurs de fonds, les gouvernements centraux

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 22
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 2
3
africains ont adhéré à cette nouvelle forme d'organisation de l'action publique. Ainsi, le
Cameroun a adopté la décentralisation comme mode fondamental de gestion de l'Etat. La
révision constitutionnelle du 18 janvier 1996 proclame à ce titre que la République du Cameroun
est un « Etat unitaire décentralisé ». A cela s'ajoute les lois du 22 juillet 2004 portant orientation
de la décentralisation, qui accordent plus que par le passé, des prérogatives plus importantes aux
collectivités locales. Mettant de ce fait en exergue les communes et les régions comme échelons
territoriales où les affaires devraient être autogérées.

En somme, la théorie de la décentralisation relève une nécessité de diversifier ou de renforcer au


niveau des collectivités décentralisées les capacités des ressources financières, matérielles et
humaines qui interviennent aux différents niveaux de développement. Par ailleurs, elle soulève
l’intérêt des populations locales de participer à leur propre développement, ce qui donne place à
la théorie du développement participatif.

II.2. La théorie du développement participatif


Depuis plusieurs années, la référence au développement participatif ou inclusif tend à s'imposer
dans les discours de politique économique de nombreux Etats et organisations internationales.
Présenté comme un moyen de développement alternatif, il traduit la volonté d'augmenter
l'efficacité des politiques publiques en impliquant au mieux les acteurs locaux. Cette pratique a
trouvé un écho favorable dans les pays en développement, axant leurs stratégies de
développement sur la mise en valeur de ressources locales et s'appuyant sur des démarches
participatives et endogènes.

En effet, c'est vers la fin des années 1950 que prend forme la théorie du développement
endogène, par les chercheurs John FRIEDMAN ET Walter STÖHR. Une approche volontariste,
qui conçoit le développement comme une démarche partant du bas, privilégiant les ressources
endogènes. Elle fait appel aux traditions industrielles locales et insiste particulièrement sur la
prise en compte des valeurs culturelles et sur le recours à des modalités coopératives (KOLOSY,
1997).

L'approche participative du développement local insiste sur l'importance de la participation et de


la responsabilisation des populations dans toutes les actions de développement. Depuis la fin des
années soixante et, selon SECK et D'AQUINO (2001), la conception de démarches participatives
a connu un développement important. Même si l'idée n'est en soi pas nouvelle, elle a acquis un
droit international de cité ces dernières années, dans plusieurs institutions internationales du
développement, affirme LARAREV (1993) cité par SECK. Dépassant le sens strict des

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 23
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 2
4
approches participatives5, ce concept est maintenant à la base de la plupart des méthodes et des
outils mis au point ces dernières décennies pour l'appui au développement (recherche-
développement, développement local, gestion des ressources naturelles...).

D'abord, de simples méthodes de recueil des informations auprès des locaux, les premières
expériences d’approches participatives ont progressivement intégré une participation de plus en
plus active des acteurs locaux, dans des méthodes toujours plus formalisées de diagnostic
participatif, pour la construction de la concertation avec les populations rurales. L'approche
participative a rapidement dépassé le diagnostic pour s'instituer en méthode de concertation pour
l'intervention, jusqu'à aboutir à des outils de planification locale de développement
(SECK et D'AQUINO, 2001).

BAJEDDI (2002), suivant la même idée, soutient que l'approche participative est une approche
de concertation, d'ajustement continu et de compromis contractuels qui accompagne une action
de développement rural depuis la gestation de l'idée de base, et qui entre dans les mœurs des
populations bien au-delà d'une première tentative. C'est une succession de pratiques dictées par
des impératifs temporels spécifiques et définies à travers un vécu réel sur le terrain.

Quant à TREMBLAY, cité par CHERIF (2008), il estime que l'approche participative du
développement local repose sur une démarche volontaire d'acteurs se réunissant sur un territoire
à taille humaine pour envisager l'avenir de leur territoire. Cela en perspective avec d'autres
niveaux d'administration et d'autres échelons politiques de la Nation. C'est une vision du local
dans le global, qui voit le territoire comme un système de relation avec d'autres systèmes et
d'autres acteurs. Pour cet auteur, les acteurs œuvrent à l'amélioration des conditions de vie de
leurs populations, ce qui passe, notamment par le développement des activités de production, de
la santé, de l'éducation et l'approfondissement de la démocratie et la gouvernance locale.

Selon la Banque Mondiale (1992), le développement participatif est à la fois une fin et un moyen
de développement. En avançant l'idée que le développement participatif est une fin, elle entend
se référer à une sorte d'objectif idéal selon lequel le développement durable résulterait de l'action
responsable de citoyens politiquement mûrs et qui agiraient à travers d'institutions électives,
d'associations ou d'organismes, dans le cadre d'une société démocratique et libre. Toutefois, un
tel objectif devrait être compris comme un processus continu et de longue haleine, qui tendrait à
améliorer sans cesse la capacité des communautés à s'autogérer. La seconde idée qui fait du

5
PAR- Participatory Action Research,
PRA- Participatory Rural Appraisal,
MARPP- Méthodes Actives de Recherche et de Planification Participative

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 24
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 2
5
développement participatif un moyen de développement est beaucoup plus familière car c'est
sous cette forme qu'elle est apparue, il y a deux décennies, dans les politiques de développement,
elle vise à replacer les approches participatives dans le contexte d'une responsabilisation
politique des communautés concernées.

Du point de vue juridique, l'ONU, dans son article 1 de la déclaration sur le droit au
développement de l'assemblée générale du 4 Décembre 1986, stipule que « Le droit au
développement est un droit inaliénable de l'homme en vertu duquel toute personne humaine et
tous les peuples ont le droit de participer et de contribuer à un développement économique,
social, culturel et politique dans lequel tous les droits de l'homme et toutes les libertés
fondamentales puissent être pleinement réalisés et bénéficier de ce développement ».

Malgré ses avancées considérables, la démarche participative présente certaines limites. La


première interrogation, posée par SECK ET D'AQUINO (2001), est dans le caractère participatif
sur le terrain, des démarches développées. En effet, la méthode " participative" telle qu'employée
sur le terrain se traduit trop souvent à des simples dialogues "participatifs", échanges ritualisés
où les acteurs locaux ne font que valider, au mieux alimenter les analyses et les choix faits par
les agents extérieurs. Bien que les organisations gouvernementales et non gouvernementales
soient conscientes des limites des interventions verticales du type « top down » et qu'elles
reconnaissent l'importance de la participation, le développement participatif n'est toujours pas
bien ancré dans la pratique du fait de l’absence d'une dynamique endogène de prise de décision
et de planification.

Comme solution à certaines de ces limites, un nouveau principe participatif est soutenu par
SECK et D'AQUINO (2001), c’est le principe d'endogénéité. Ce principe consiste à transformer
l'acteur local en décideur local dont la règle est que l'accompagnement technique fait par des
acteurs extérieurs ne fixe aucun objectif préalable à leur démarche d'appui, si ce n'est d'être
disponibles pour une dynamique endogène de prise de décision concertée sur le territoire. Ici ce
sont les acteurs locaux qui fixent ce qu'ils considèrent comme une priorité dans cette nouvelle
prise de pouvoir sur leur espace et leurs ressources que la démarche leur propose. La seconde
règle est que la planification territoriale bien qu’elle soit une œuvre technique est également
politique. Ce qui implique que devant l'incertitude de l'avenir, la responsabilité de choix, avant
tout, politiques et éthiques doit être laissée aux décideurs politiques légitimes, selon le principe
d'une démocratie représentative, et aux populations selon une logique de démocratie
participative. Ainsi, l'autonomie des acteurs locaux peut être garantie, que ce soit dans

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 25
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 2
6
l’identification des problèmes, dans la formulation des solutions, dans le choix des actions
prioritaires ou dans la prise de décisions.

Figure 2 : Les éléments constitutifs de la notion du développement participatif

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 26
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 2
7

Conclusion du chapitre 1
Au terme de ces premières analyses, l’on observe qu’il n’existe pas de définition universelle
communément admise qui puisse réellement cerner tous les aspects du concept de
développement qui se veut davantage dynamique et relatif à un contexte. En effet l’on voit de
plus en plus des attributs qui se greffent au concept de développement afin de l’adapter aux
différentes réalités du monde contemporain. Nous faisons allusion à des concepts comme le
développement durable, le développement local, le développement participatif, le développement
rural…

En effet, si la portée de la démarche de développement local réside dans la reconnaissance de la


participation des populations aux actions les concernant, la reconnaissance des savoirs, savoir-
faire, perceptions et légitimité des acteurs locaux, seule une dynamique participative réellement
endogène peut se pérenniser et se démultiplier à une échelle raisonnable sans appui extérieur
lourd et permanent. Elle permet aux populations d'installer en amont un cadre stratégique de
développement local plus axé sur leurs propres aspirations.

Bien que le thème de la participation soit présent dans les discours et les pratiques du
développement, on observe une évolution marquante de son importance. La participation des
populations locales est devenue un élément majeur des discours et des stratégies de lutte contre
la pauvreté mises de l'avant par les institutions multilatérales de développement. Les approches
participatives contribueraient à l'inclusion des populations défavorisées par un renforcement de
leurs pouvoirs à promouvoir leurs intérêts et à prendre part aux décisions qui les concernent.
D’où le développement d’un ensemble de courants théoriques autour du concept de
développement participatif.

Avant de procéder à l’analyse des défis actuels du développement participatif et des facteurs
limitants la participation des populations dans l’implémentation des activités de développement
local dans la 2ème partie de notre étude, il est opportun que nous procédons dans le chapitre
suivant, à une présentation du cadre spatial de notre étude qu’est la commune de Bafut, ainsi que
l’analyse de la dynamique de la participation des populations dans la planification et la mise en
œuvre des activités de développement local dans cette municipalité.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 27
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 2
8

Chapitre 2 :
MISE EN EVIDENCE DES MECANISMES DE PARTICIPATION DES
POPULATIONS DANS L’IMPLEMENTATION DES ACTIVITES DE
DEVELOPPEMENT DANS LA COMMUNE DE BAFUT

La commune est le cadre institutionnel pour l'exercice de la gouvernance locale et le


développement à la base. Elle est l'expression de la décentralisation des compétences de l’Etat au
niveau local ainsi que le lieu privilégié de la participation des citoyens à la gestion des affaires
publiques.

Fort de ce constat, au début des années 90, le gouvernement Camerounais soucieux d’une plus
grande proximité avec les populations et l'implication de ces derniers dans le processus de
développement6 a opté pour la décentralisation comme mode de gestion de l’Etat. Dans le même
ordre d’idée, il était également question pour le gouvernement de rassurer les partenaires
internationaux au développement donc l'une des priorités reste la lutte contre la corruption, et
l'amélioration des conditions de vie des populations à la base.

Le gouvernement a ainsi entrepris de moderniser sa politique de décentralisation, notamment


avec l'adoption d'une nouvelle constitution le 18 Janvier 1996, qui dans ses dispositions de
l'article 55 alinéa 1 et 2 stipule que : « les collectivités territoriales décentralisées de la
République sont les régions et les communes... Les collectivités territoriales décentralisées sont
des personnes morales de droit public. Elles jouissent de l'autonomie administrative et financière
pour la gestion des intérêts régionaux et locaux. Elles s'administrent librement par des conseils
élus et dans les conditions fixées par la loi. Les conseils des collectivités territoriales
décentralisées ont pour mission de promouvoir le développement économique, social, sanitaire,
éducatif, culturel, et sportif de ces collectivités ». Pour atteindre ce noble objectif d'amélioration
des conditions de vie des populations et de rapprochement des administrés de l’administration,
l'Etat a fait de la décentralisation et du développement local une priorité politique.

Il est question pour nous dans ce chapitre de mettre d’une part en exergue la collectivité
territoriale décentralisée qui fait l’objet du cadre empirique de notre étude, en l’occurrence la

6
[Qui du reste est très difficile voire impossible à promouvoir lorsque l'administration est trop centralisée ou trop
coercitive au point d'imposer son propre modèle de développement et de ne laisser que très peu ou pas du tout de
place aux initiatives locales]

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 28
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 2
9
commune de Bafut. D’autres part, analysé la dynamique de la participation des populations dans
la planification et l’implémentation des activités de développement dans la commune de Bafut.

I. Présentation de la Commune de Bafut


Dans cette première partie, il est question de présenter la commune de Bafut, tour à tour dans son
aspect monographique, géographique et biophysique, ainsi que sa situation socio-économique.

I.1. Monographie, aspect géographique et socio-économique de la commune de


Bafut
I.1.1. Monographie et aspect géographique de la commune de Bafut

I.1.1.1. Monographie de la commune de Bafut

Avant Novembre 1993, le conseil municipal de Bafut faisait partie intégrante de la commune de
Tubah aux côtés des villages Kejom Keku, Kejom Ketingoh, Bambui et Bambili. À cette époque,
la commune de Tubah était dirigée par un administrateur municipal qui était nommé par le
pouvoir central. En novembre 1993, la commune de Bafut a été créé par le décret présidentiel n°
93/321 du 23/11/1993 et elle est devenu autonome. Cependant, la commune de Bafut est
devenue fonctionnel seulement en 1996, trois ans après sa création et a été administré depuis lors
jusqu’à nos jours par des maires élus.

La commune de Bafut partage le même espace géographique que l’arrondissement de Bafut. La


différence étant que l’arrondissement de Bafut est une unité administrative qui a un sous-préfet à
la tête. Tandis que la commune de Bafut est dirigée par un maire, ses adjoints et ses conseillers
municipaux, tous élus. La commune de Bafut est située dans le département de la Mezam, dans
la région du Nord-Ouest Cameroun. Cette région est également identifiée comme la région des
grassfield de l'Ouest compte tenu de la prolifération des caractéristiques des prairies de savane.
La commune de Bafut s'étend également dans les villages situés le long de la "Ring Road"7
jusqu'au pont sur la rivière Menchum. Tandis qu'une grande partie de l’espace géographique de
Bafut se trouve dans les savanes qui caractérisent les zones de grassfield, une autre partie se
trouve dans la zone de transition entre savane et forêt. L’arrondissement de Bafut est délimité au
nord par l’arrondissement de Menchum Valley, à l'ouest par les arrondissements de Mbengwi et
Njikwa, au sud par les arrondissements de Tubah, Bamenda II et Bamenda III, et à l'est par les
arrondissements de Fundong et Njinikom. Bafut est située à une vingtaine de kilomètres de la
ville de Bamenda, chef-lieu de la capitale régionale du Nord-ouest. Bafut couvre une superficie
de 450 kilomètres carrés et est principalement une localité agro-forestière.

7
Route circulaire qui traverse six départements sur les sept que compte la Région du Nord-Ouest Cameroun.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 29
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 3
0

En ce qui concerne répartition de l’espace géographique de Bafut selon le leadership traditionnel,


l’arrondissement de Bafut est composé d’une chefferie de première classe « Bafut fondom », et
de 8 chefferies de seconde classe (Banji, Mankwi, Mankanikong, Mambu, Bawum, Nsem,
Mbakong, Obang). Cependant, il y a d'autres villages et quartiers qui s'ajoutent pour faire les 54
villages de l’arrondissement de Bafut.

La population de la municipalité de Bafut en 2010 était estimée à 130 263 personnes (selon les
données contenues dans le Plan Communal de Développent de la commune élaboré en 2011).
Une projection de ce chiffre à un taux de croissance de 2,3% plaçait la population en 2016 à 149
413 (73 153 hommes et 76 260 femmes). Cette population est répartie entre les 54 villages de la
municipalité de Bafut comme on peut le voir dans le tableau suivant :

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 30
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 3
1
Tableau 4: Population des villages desservis par la Commune de Bafut
Population estimée
N VILLAGE 2010 2016
Hommes Femmes TOTAL
1 Acheni 5 000 2 808 2 923 5 731
2 Adiemukong 546 307 319 626
3 Agah 900 500 632 1 032
4 Agyati 11 000 6 178 6 430 12 608
5 Akofunguba 3 000 1 685 1 754 3 439
6 Akossia 1 500 842 877 1 719
7 Alori 400 225 234 458
8 Asanje 500 281 292 573
9 Bawum 7 695 4 322 4 498 8 820
10 Bujong 1 000 562 585 1 146
11 Bukari 2 846 1 598 1 664 3 762
12 Bunow 105 59 61 120
13 Butang 487 274 285 558
14 Buwe 600 337 351 688
15 Buwi 1 526 857 892 1 749
16 Mambu 7 000 3 931 4 099 8 023
17 Manjinikong 4 000 2 247 2 338 4 585
18 Mankaha 1 500 842 877 1 719
19 Mankanikong 8 000 4 493 4 676 9 169
20 Mankwi 6 000 3 370 3 507 6 877
21 Mantaa 400 225 234 459
22 Mbakong 2 000 1 123 1 169 2 792
23 Mbebali 4 500 2 527 2 630 5 758
24 Mbebili 550 309 322 630
25 Mberewi 11 000 6 178 6 430 12 608
26 Mfonta 800 449 468 917
27 Mforya 3 415 1 918 1 996 3 914
28 Muchuine 200 112 117 229
29 Mughie 1 300 730 760 1 490
30 Mughom 198 111 116 227
31 Munam 500 281 292 573
32 Mundum II 4 700 2 640 2 747 5 387
33 Nchoho 600 337 351 688
34 Nchum 1 000 562 585 1 146
35 Ndengenere 350 197 205 401
36 Ndung 3 000 1 685 1 754 3 439
37 Nebeba 451 253 264 517
38 Nibe 800 449 468 917
39 Niko 1 500 842 877 1 719
40 Njibujang 4 534 2 546 2 650 5 197
41 Njimbee 2 000 1 123 1 169 2 292
42 Njinteh 2 050 1 151 1 198 2 350
43 Nsem 2 000 1 123 1 169 2 292
44 Nsoh 3 000 1 685 1 754 3 439
45 Ntabuwe 1 500 842 877 1 719
46 Ntambu 760 427 444 871
47 Ntangoh 300 168 175 344
48 Ntaya 150 84 88 172
49 Obang 4 900 2 752 2 864 5 616
50 Okwala 500 281 292 573
51 Osugho 200 112 117 229
52 Otang 500 281 292 573
53 Swie 1 000 562 585 1 146
54 Tingoh 6 000 3 370 3 507 6 877
Total 130 263 73 153 76 260 149 413
Source : PCD commune de Bafut 2017.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 31
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 3
2
Carte 1: Carte de la localisation de l’arrondissement de Bafut dans la Région Nord-Ouest du Cameroun

Source : PCD commune de Bafut 2017.

32
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut.

I.1.1.2. Milieu biophysique de la commune de Bafut

En ce qui concerne le climat, la commune de Bafut a toujours été une zone avec des conditions
climatiques douces et tempérées, bien que les conditions climatiques varient d'une saison à
l'autre. Pendant la saison des pluies, les vents de la mousson du sud-ouest apportent beaucoup de
pluie et les températures restent fraîches tout au long de la journée. Pendant la saison sèche,
cependant, accompagné de vents de l’harmattan et d'un ensoleillement accru, le climat est
généralement plus chaud pendant la journée, bien qu'il fasse assez froid tôt le matin.

Aujourd'hui, le changement climatique s'est installé et Bafut subit les effets du réchauffement
climatique. Tout cela est attribué aux tendances abusives du développement et à d'autres activités
ayant des impacts significatifs sur l’environnement. Bien que la contribution de la commune de
Bafut au changement climatique soit assez faible, et limitée aux feux de brousse et à quelques
activités ayant un impact négatif sur l'environnement, les habitants doivent réduire ces pratiques
qui ont un impact négatif sur l'environnement. Les conditions climatiques qui prévalent dans
certaines parties de Bafut sont également influencées par la disposition du relief, en particulier à
l'ouest, où les collines Oshie-Ngie et d’autres collines environnantes fournissent un ombrage
considérable.
Le régime des précipitations à Bafut est monomodal, avec un pic au mois d'août. Janvier et
février sont les mois les plus secs.

Tableau 5: Pluviométrie annuelle moyenne dans la commune de Bafut

Période Pluviométrie annuelle


Station Latitude Longitude moyenne pendant la
d'observation
période d'observation
Bafut 060 04’N 100 06’E 7 ans 2425 mm

Source : PCD de la commune de Bafut 2017

Pour ce qui est des températures, elles sont grandement modifiées par l'altitude, de sorte que les
zones montagneuses qui entourent Bafut (Oshie, Ngie, Njinikom Range) connaissent parfois des
conditions climatiques très froides avec 140C tôt le matin. Le bassin de Bafut, une zone enclavée,
appartient à l'unité climatique chaude et humide, avec une température moyenne annuelle
maximale de 24,5°C. La période froide correspond au cœur de la saison sèche et la période
chaude est généralement située au cœur de la saison des pluies.

33
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 3
4
Tableau 6: Températures moyenne en dégrée 0C dans la commune de Bafut

Moyenne
Mois J F M A M J J A S O N D
annuelle

Temperature
moyenne 28.52 29.62 28.34 27.77 27.17 25.82 24.49 24.79 25.19 26.10 27.02 27.36 26.84
maximale
Temperature
moyenne 10.77 12.70 16.12 28.34 17.34 16.67 16.68 16.86 16.86 16.90 19.95 11.46 16.72
minimale

Source : PCD de la commune de Bafut 2017

Pour ce qui est du relief, la municipalité de Bafut est située dans un bassin de type surélevé,
entouré par la chaîne de collines d'Oshie-Ngie à l'ouest, et les hauts plateaux de Wum, Kom,
Kedjom et Bambili à l'est et au sud. Les collines de Ntaya et les collines de Nta'a Nko'o sont
également très visibles. Bafut est donc enclavé à la fois à l'ouest et à l'est. Morphologiquement,
Bafut est un plateau bas, situé au pied du plateau volcanique Bambili-Njinikom. Les plaines de
Bafut sont situées dans la zone appelée « lower Bafut » (Tingoh-Osugho).

Quant à l’aspect hydrographique de la municipalité, le plateau occidental du Cameroun et surtout


le plateau disséqué de Bamenda forment un bassin versant pour les rivières et les cours d'eau qui
traversent Bafut et se déversent au Nigeria voisin. Les plus importants cours d’eau présent dans
la commune de Bafut sont Mbie et Muya. Ces cours d'eau coulent sur le complexe du sous-sol et
leurs vallées sont très encaissées. Cependant, certaines vallées très étroites avec des plaines
alluviales inondables comme dans le cas de la Mezam (Muya) sont exploitées aujourd'hui pour
l’agriculture et notamment la riziculture.

La rivière Muya en dialecte Bafut qui signifie une large masse d'eau prend son essor des hautes
terres de Bali. Il traverse Mundum où il forme la frontière entre les villages Bafut et Meta, entre
dans la rivière Mezam à Manta'a et continue dans une vallée très encaissée vers le Nord pour
rejoindre la rivière Katsina Ala qui se déverse au Nigeria.

I.1.2. Aspect socio-culturel et économique de la commune de Bafut

I.1.2.1. Aspect socio-culturel de la commune de Bafut

L'histoire du mouvement du peuple Bafut remonte aux groupements Tikar (Tikari) et aux
migrations qui datent du 18ème siècle. Ces regroupements ainsi que les distances couvertes par
ces groupements sont très étendus. Les premiers mouvements qui ont donné lieu aux premiers
groupements dans la région du Nord-Ouest incluent le Banso, le Nsungli, l'Aghem, le Widikum

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 34
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 3
5
et le Kom. Ceux-ci constituent le groupe Tikari qui a migré ensemble du lac Tchad pour former
une branche occidentale, tandis que les Bamiléké et les Bamouns, qui ont migré des Adamawa
vers le 18ème siècle, ont décidé de s'orienter vers l'est pour s'installer sur la partie orientale de
l’Ouest Cameroun. Tous ces mouvements étaient le résultat de la pression Fulani du Nord. L’on
relate que les Tikar sont partis des zones de Tibati ou de Banyo vers la fin du 18ème siècle
jusqu'au début du 19ème siècle pour continuer vers le sud Cameroun. Cette fois à cause de
l'hostilité de peuple du groupement Chamba et de son attitude guerrière envers les Tikars, ces
derniers vont poursuivre leur voyage vers le sud, en groupes dispersés et à divers moments.
Enfin, l'un des groupes s'est installé dans la plaine de Ndop. C'est de ce groupe que le groupe
Bafut a émergé. En fait, leur migration hors de cette plaine fertile a été due à des disputes de
leadership pour le trône.

De nos jours, il y a une migration générale de jeunes de 15 à 35 ans de Bafut vers d'autres villes,
régions et même d’autres pays à la recherche d'emplois ou à des fins d’éducation et formation.
Un phénomène général a envahi les familles au sein de la municipalité de Bafut, où chaque
famille se démène pour envoyer un de ses fils ou filles à l'étranger. Les pays les plus prisés par
les populations de Bafut sont les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Belgique, etc.
Ce sont quelques-uns des pays où il y a beaucoup de ressortissants Bafut.

Sur le plan religieux, Les habitants de Bafut adorent beaucoup leurs Dieux ancestraux. C'est à
partir du palais royal que des saisons spécifiques sont fixées pour le culte des ancêtres dans les
lieux sacrés tels que les chutes d’eau, certains carrefours et la forêt. On croit généralement que
leurs ancêtres après la mort se sont installés dans ces endroits. Le culte constant et fidèle de ces
ancêtres est de maintenir le lien qui existe entre eux et le reste de la population. C'est dans le
palais royal que les médicaments les plus importants du village et les autres moyens traditionnels
sont utilisés pour empêcher les mauvais esprits de pénétrer dans le royaume.

Toutefois, Il existe diverses dénominations religieuses à Bafut allant des dénominations


chrétiennes telles que les églises presbytériennes, catholiques, baptistes et pentecôtistes à la
pratique islamique parmi les Bororos et d'autres populations musulmanes. Ces églises prennent
soin des besoins spirituels de la population. En plus de leur responsabilité de répandre l'évangile,
les églises chrétiennes offrent également des conseils et un soutien psychosocial à leurs
communautés. Chaque communauté a au moins une église. Bafut est noté pour être l'une des
zones des grassfield où le christianisme s’est implanté après l'arrivée des missionnaires. Raison
pour laquelle Bafut est dominé par les presbytériens et ils ont de nombreuses églises et plusieurs
autres institutions. Les catholiques et les baptistes gagnent également du terrain et ont également
ouvert plusieurs institutions. Aujourd'hui, l'infiltration de nombreuses églises pentecôtistes est

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 35
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 3
6
une tendance à Bafut comme tout ailleurs dans la région du Nord-Ouest et au Cameroun en
général.

Sur le plan culturel, la localité de Bafut abrite chaque année un festival culturel (danse annuelle)
tous les mois de décembre. Au cours de ce mois, toutes les élites Bafut doivent revenir au village
pour participer à cette cérémonie. Au cours de cette cérémonie, deux structures importantes sont
généralement placées à l'extérieur du palais appelé "Nforti" et "Mamforti". Ces deux structures
représentent respectivement les sexes masculin et féminin. C'est au cours de cette danse annuelle
que les ancêtres sont généralement consultés. Ce festival apporte la paix dans la communauté.
Un autre festival qui est souvent organisé est le "Mandere" qui a souvent lieu en juin et aussi un
autre appelé "Nkwinfor" au cours duquel le bois de chauffage est généralement apporté au palais
par diverses familles. Il y a également le festival "Buiinfor" au cours duquel de l'herbe est
apportée pour la toiture du lieu sacré dénommé "Achum".

Traditionnellement, parmi les groupes ethniques qui composent la municipalité de Bafut, les
femmes n'ont aucun droit à l'héritage. Le veuvage dans les cultures traditionnelles est
traumatisant pour la victime. Cependant, avec l'avènement de la modernité et la sensibilisation
continue sur la nécessité de réduire les aspects traditionnels qui interfèrent avec le bien-être de la
veuve, la plupart des familles ont abandonné ces pratiques odieuses qui supprimaient,
intimidaient et reléguaient les femmes/veuves. Le phénomène des mariages précoces et arrangés
avec la petite fille comme victime est encore courant dans certaines communautés. Dans les
situations où cela se produit, la fille ne poursuit souvent pas d'études ou sa famille est trop
pauvre pour continuer à la garder et donc ils préfèrent la donnée en mariage et le prix de sa dote
est utilisé pour soulager la misère de sa famille. Malgré ces quelques contraintes, les filles de la
municipalité de Bafut sont inscrites en grand nombre dans les écoles.

I.1.2.2. Aspect économique de la commune de Bafut

Sur le plan économique, la plupart des activités pratiquées dans la municipalité de Bafut sont
l’agriculture, le commerce, l’élevage et la chasse, la sylviculture et l’artisanat.

L'agriculture est la principale activité menée dans la municipalité de Bafut. Environ 70% de la
population dépend de l'agriculture soit comme principale source de revenu, soit comme source
secondaire de revenus. Dans ce secteur, une majorité de praticiens sont des femmes très
impliquées. Bafut est l'une des principales localités qui approvisionne la ville de Bamenda en
denrées alimentaires. Certains agriculteurs pratique l'agriculture mixte, où, parallèlement à leurs
activités agricoles, ils élèvent aussi des animaux. Les animaux comme les chèvres, les porcs et

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 36
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 3
7
l'aviculture sont les plus communs. Certains hommes sont spécialisés dans la production de café
et de cacao qui gagne du terrain sur le marché international. Tandis que les femmes sont très
impliquées dans la production de cultures commerciales comme le gingembre, le maïs, le
haricot… les agriculteurs de la municipalité de Bafut sont souvent encadrés par les chefs de
poste agricole du MINADER qui les éduquent sur les méthodes et techniques modernes
d'agriculture. Par ailleurs, des institutions privées comme le Centre de formation presbytérien
(PRTC) de Nfonta, le SAILD, ou encore NOWEFOR commercialisent le plus souvent aux
agriculteurs les semences de maïs, de haricot, de manioc, de patate douce et d'igname.
Les principales productions agricoles de la municipalité de Bafut sont : le macabo, le maïs, le
manioc, l'igname, la patate douce, le soja, le haricot, l'arachide, l'huile de palme, le café, le
cacao, le plantain, le riz, etc.

Malgré la pratique de l'agriculture dans les zones rurales, urbaines et semi-urbaines de Bafut, la
plupart des agriculteurs ont des problèmes similaires à savoir :
 Manque d'intrants agricoles ;
 Mauvaise supervision et suivi technique ;
 Pas de grand marché de consommation local pour leurs produits, ce qui entraine de
nombreuses pertes post-récoltes ;
 Manque de variétés améliorées de semences et d'animaux ;
 Peu ou pas de soutien financier du gouvernement.

Après l'agriculture comme principale activité économique à Bafut, le commerce peut être
considéré comme deuxième plus grande activité, puisque la plupart des cultures vivrières
produites sont vendues sur le marché local. La plupart des villages de Bafut ont des personnes
spécialisées dans la commercialisation des produits manufacturés de première nécessité dont la
population a besoin pour leur vie quotidienne. La production et la vente d'huile de palme sont
également l'une des principales activités économiques de Bafut. Bafut est très connu pour la
production d'huile de palmiste. Certains commerçants sont spécialisés dans l'achat et la vente au
détail de vins locaux produits à Bafut. Ce vin provient soit de raphia, soit de palmiers.

Dans la municipalité de Bafut, les biens produits sont soit écoulés par échange commercial soit
par simple distribution entre amis et membres de la famille dans l'espoir qu'à l'avenir ce geste
serait réciproque. Bafut a un marché central connu sous le nom de « Bafut market » qui se tient
de façon journalière mais a un jour réservé au grand jour de marché appelés "Ijong". Ce jour-là,
les activités commerciales sur le marché sont plus dynamiques que les autres jours. Ce marché
est bien organisé en fonction des différents produits alimentaires et animales. La commune a

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 37
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 3
8
aménagé ce marché à travers la construction des hangars et des boutiques. Ces infrastructures
sont louées aux commerçants, ce qui constitue une source de revenus pour la commune. Il existe
d'autres petits marchés dans certains des villages tels que les marchés d'Agyati, Njinteh, Akossie,
Mbakong, Mundum, Nforya, Bawum, Tingoh, Akofunguba, Mundum II, Nebeba, Ndung,
Osughu et Mambu. Cependant, certains commerçants sont impliqués dans la commercialisation
de petits articles à travers les boutiques qu'ils ont créés dans les quartiers.

Comme on peut l'observer, dans la municipalité de Bafut une série de cultures vivrières sont
commercialisées. Une plus grande partie de ce commerce est réalisée par les femmes. Les
marchés de Bafut sont à la fois des lieux de contacts sociaux et des lieux d'échanges
économiques. Ce sont les femmes qui vendent principalement des produits alimentaires. Les
hommes sont principalement impliqués dans la vente de produits tels que le vin de palme et de
raphia, la viande, le tabac, les produits artistiques, etc. Les hommes sont également engagés dans
la vente au détail de produits manufacturés. Les aliments transformés tels que le « garri » et le
« waterfufu », qui sont des produits transformés à base de manioc, peuvent facilement être
achetés sur les marchés de Bafut. Les produits commercialisés ont différentes unités de mesure
locales et les prix varient d'une saison à l'autre. Généralement, pendant les saisons d'abondance,
les prix baissent et pendant les saisons de pénurie, les prix augmentent.

Pour ce qui est de l'artisanat, c’est une activité largement pratiquée à Bafut en raison de
l'abondance de matières premières, principalement du raphia et des palmiers à huile. Les
hommes tissent des sacs de tailles et de formes différentes, les femmes tissent surtout des
paniers. Dans chaque foyer, il existe au moins une chaise locale en bambou, ce qui indique que
la population est très impliquée dans l'artisanat et qu'elle consomme des produits artisanaux. Non
seulement que les hommes et les femmes sont impliqués dans l'artisanat, les jeunes y sont
également impliqués. L'artisanat est maintenant un domaine qui a été intégré dans le programme
de l'école primaire à Bafut. Il y a un centre d'artisanat à Bafut situé dans le village de Nsem où la
plupart des hommes et femmes artisans sont enregistrés. Après avoir confectionné leurs produits
artisanaux, ils les placent dans ce centre pour la commercialisation. Les domaines de l'artisanat
identifiés à Bafut comprennent : la Couture, la broderie (style traditionnelle et étrangère),
sculpture, poterie, production de bijoux en perles, tissage, production de chapeaux de paille,
production de nattes, arts de la canne, production de paniers, arts floraux, savon en poudre,
hochets et jouets entre autres.

Pour ce qui est de la sylviculture, la commune a mis en place une forêt communale dans le
village Akofunguba qui est toujours en croissance. Suite au récent appel à la protection de
l'environnement, la Commune s'est engagée dans la plantation d'arbres le long de la route

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 38
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 3
9
principale menant dans la municipalité de Bafut. Ce projet est toujours en cours. Les espèces
plantées sont principalement des arbres ornementaux et d'autres arbres respectueux de
l'environnement. Cependant de grandes fermes d'arbres ont été créées par la commune et d'autres
particuliers. Les espèces d'arbres que l'on trouve généralement sur ces parcelles sont l'acajou,
l'eucalyptus, etc. Certaines familles de Bafut recours à la plantation de vergers avec des arbres
fruitiers comme des pruniers, des manguiers, des orangers, des avocatiers, etc.

Les activités d'élevage sont tout aussi denses dans la municipalité de Bafut. Elles comprennent
l'élevage porcin, l'élevage de volailles, l'élevage de bovins et la détention d'espèces animales non
conventionnelles comme les rats et les lapins. La pisciculture est également pratiquée mais
l'activité est timide. La présence de pensionnats à Bafut a également donné un marché pour les
différents animaux d'élevage tels que les oiseaux de table. La ville de Bamenda constitue un
marché important pour la volaille et d'autres produits d’élevage en provenance de Bafut. De
même, d'autres populations de villes environnantes créent une forte demande.
La chasse est également une activité très présente dans la municipalité de Bafut. Malgré la loi
forestière promulguée par le gouvernement du Cameroun pour la classification des animaux,
certaines espèces protégées sont toujours chassées par les chasseurs. Il y a généralement une
augmentation du taux de braconnage dans certaines parcelles de forêt de Bafut.

Pour ce qui des autres activités économiques, la municipalité de Bafut dispose des établissements
financiers (notamment les microfinances et les coopératives) qui rendent des services financiers
au public. Ces institutions micro-financières sont principalement les coopératives de crédit. Ces
coopératives de crédit sont créées par les membres de la communauté eux-mêmes avec des fonds
mobilisés auprès des membres par le biais d'actions et de différents types d'épargne. Des
communautés comme Agyati, Nsanimunwi et Mambu accueillent certaines de ces coopératives
de crédit. Un autre établissement de microfinance présent à Bafut s'appelle UNICS (Unity
Cooperative Savings). Il est situé à Njinteh et rend différents types de services au public allant de
l'épargne, le transfert d'argent, et la fourniture de prêts et le paiement des salaires aux
fonctionnaires. Cette microfinance à Bafut est devenue grande et a des succursales à Bamenda.

En ce qui concerne les services de transport, il existe une Union des chauffeurs de Bafut qui est
constituée des chauffeurs travaillant sur la route Bafut-Bamenda. Ces conducteurs conduisent
des taxis qui sont les leurs ou pour d’autres propriétaires. Le transport vers et hors de Bafut est
facile comme la route principale menant de Bamenda jusqu'au palais de Bafut qui est le centre de
la municipalité est goudronné. Une autre catégorie de transporteurs à Bafut sont les moto-
taximen couramment appelés "Okada". La majorité des personnes qui exerce cette profession

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 39
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 4
0
sont des jeunes. Ils aident la population dans le transport de leurs produits dans les zones
difficiles d'accès aux marchés et même à leurs lieux d’habitation.

I.2. Principales missions, fonctionnement et ressources de la commune de Bafut


Dans cette section, nous passons en revue les principales missions de la mairie de Bafut
conformément aux enjeux de développement et des compétences transférées par l’Etat dans le
cadre du processus de décentralisation, ainsi que le fonctionnement et les ressources de la mairie
de Bafut.

I.2.1. Les principales missions et fonctionnement de la mairie de Bafut

I.2.1.1. Les principales missions de la Mairie de Bafut

Le processus de décentralisation en cours a pour fondement le transfert de responsabilités vers


les collectivités locales et plus particulièrement en direction des communes pour un certain
nombre de services de base.

Avant le mouvement de décentralisation, l’Etat exerçait l’ensemble des responsabilités. Il mettait


en œuvre des moyens qui se sont très vite révélés insuffisants face à la croissance de la
population et de ses besoins. Ces moyens étaient répartis par la puissance publique sur des
critères politiques. Le nouveau mode de « gouvernance » qui impose de faire appel à la
participation des populations ne se manifestait pas toujours au départ par un dialogue constructif,
ce qui ouvrait quelquefois la porte à une contestation de l’Etat central et de ses actions. Cela s’est
traduit tout naturellement par l’émergence d’exigences.

Avec les lois d’orientation de la décentralisation, les communes ont une compétence par principe
pour la gestion des affaires locales sous la tutelle de l'État. Les missions assignées par la Loi aux
communes est de promouvoir le développement économique, social, sanitaire, éducatif, culturel
et sportif de ces collectivités conformément aux compétences transférées par l’Etat. La commune
a une mission générale de développement local et d'amélioration du cadre et des conditions de
vie de ses habitants. Elle peut, en plus de ses moyens propres, solliciter le concours des
populations, des organisations de la société civile, d'autres collectivités territoriales, de l'Etat et
de partenaires internationaux, conformément à la législation et à la réglementation en vigueur.

De manière spécifique, la commune au Cameroun doit :

 Sur le plan économique :

 Promouvoir les activités de production agricoles, pastorales, artisanales et


piscicoles d'intérêt communal ;
 Mettre en valeur de sites touristiques communaux ;

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 40
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 4
1
 Procéder à la construction, l'équipement, la gestion et l'entretien des marchés,
gares routières et abattoirs ;
 Organiser les expositions commerciales locales ;
 Apporter l'appui aux micro-projets générateurs de revenus et d'emplois.

 Sur le plan de l'environnement et de la gestion des ressources naturelles :

 Procéder à l'alimentation des communautés en eau potable ;


 Procéder au nettoyage des rues, chemins et espaces publics communaux ;
 Le suivi et le contrôle de gestion des déchets industriels ;
 Organiser les opérations de reboisement et la création des forêts communales ;
 Lutter contre l'insalubrité, les pollutions et les nuisances ;
 Protéger les ressources en eaux souterraines et superficielles ;
 Elaborer les plans communaux d'action pour l’environnement ;
 Procéder à la création, l’entretien et la gestion des espaces verts, parcs et jardins
d’intérêt communal.

 Sur le plan de la planification, de l'aménagement du territoire, de l'urbanisme et de


l'habitat :
 Procéder à la création et l'aménagement d'espaces publics urbains ;
 Procéder à l'élaboration et l'exécution des plans d'investissements communaux ;
 Procéder à la passation, en association avec l'Etat ou la région, de contrats-plans
pour la réalisation d'objectifs de développement ;
 Elaborer des plans d'occupation des sols, des documents d'urbanisme,
d'aménagement concerté, de rénovation urbaine et de remembrement ;
 Organiser et gérer les transports publics urbains ;
 Délivrer des certificats d'urbanisme, des autorisations de lotir, des permis
d'implanter, des permis de construire et de démolir ;
 Procéder à la création et l'entretien de voiries municipales ainsi que la réalisation
de travaux connexes ;
 Procéder à l'aménagement et la viabilisation des espaces habitables ;
 Organiser et gérer l'éclairage des voies publiques ;
 Procéder à l'adressage et la dénomination des rues, places et édifices publics ;
 Procéder à la création et l'entretien de routes rurales non classées et des bacs ;
 Procéder à la création de zones d'activités industrielles ;
 Procéder à la contribution à l'électrification des zones nécessiteuses.

 Sur le plan de la santé, de la population et de l'action sociale

 En matière de santé et de population :


- Gérer l'état civil ;
- Procéder à la création, l'équipement, la gestion et l'entretien des centres de
santé à intérêt communal, conformément à la carte sanitaire ;
- Offrir de l'assistance aux formations sanitaires et établissements sociaux ;

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 41
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 4
2
- Procéder au contrôle sanitaire dans les établissements de fabrication, de
conditionnement, de stockage, ou de distribution de produits alimentaires, ainsi
que des installations de traitement des déchets solides et liquides produits par
des particuliers ou des entreprises.

 En matière d'action sociale :


- Participer à l'entretien et à la gestion en tant que de besoin de centres de
promotion et de réinsertion sociales ;
- Procéder à la création, l'entretien et la gestion des cimetières publics ;
- Procéder à l'organisation et la gestion de secours au profit des nécessiteux.

 Sur le plan de l'éducation, de l’alphabétisation et de la formation professionnelle


 En matière d'éducation :
- Procéder à la création, conformément à la carte scolaire, la gestion,
l'équipement, l'entretien et la maintenance des écoles maternelles et primaires
et des établissements préscolaires du territoire communal ;
- Procéder au recrutement et la prise en charge du personnel d'appoint desdites
écoles ;
- Participer à l'acquisition des matériels et fournitures scolaires ; ainsi que la
participation à la gestion et à l’administration des lycées et collèges de l’Etat et
de la région par le biais des structures de dialogue et de concertation.

 En matière d’alphabétisation :
- Procéder à l'exécution des plans d'élimination de l'analphabétisme, en relation
avec l'administration régionale ;
- Procéder à la participation, à la mise en place et à l'entretien des infrastructures
et des équipements éducatifs.

 En matière de formation technique et professionnelle :


- Procéder à l'élaboration des plans communaux d'insertion ou de réinsertion
professionnelle ;
- Participer à la mise en place, à l'entretien et à l'administration des centres de
formation professionnelle.

 Sur le plan de la jeunesse, des sports et des loisirs


 Promouvoir et animer des activités sportives et de jeunesse, ainsi que
l'appui aux associations sportives ;
 Procéder à la création et la gestion des stades municipaux, centres et
parcours sportifs, piscines, aires de jeux et arènes ;
 Participer à l'organisation des compétitions sportives.

 Sur le plan de la culture et de la promotion des langues nationales


 En matière de culture :

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 42
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 4
3
- Procéder à l'organisation au niveau local de journées culturelles, de
manifestations culturelles traditionnelles et concours littéraires et artistiques ;
ainsi que l’appui aux associations culturelles ;
- Procéder à la création et la gestion de centres socioculturels et de
bibliothèques de lecture publique ;
 En matière de promotion des langues nationales :
- Participer aux programmes régionaux de promotion des langues nationales ;

I.2.1.2. Le fonctionnement de la Mairie de Bafut

Pour reprendre cette expression du Président de la République du Cameroun S.E. Paul BIYA
dans l’un de ses discours prononcés en 1987, qui annonçait déjà les grandes attentes vis-à-vis des
collectivités locales, je cite « Dans un Cameroun en pleine émergence, (...) les édiles locaux ne
sauraient être de simples gestionnaires voués à une routine stérile. Ils doivent être des
promoteurs de développement, un développement n'attendant pas passivement la manne de la
capitale, un développement sachant compter d'abord et surtout sur ses bénéficiaires, préoccupés
d'aménager convenablement l'espace en traçant des lots, des voies et places, en le débarrassant
de ses ordures et de ses herbes, en les décorant d'arbres, d'espaces verts et fleurs, pour ne citer
que ces commodités peu onéreuses, presque naturelles, mais tant attendues dans nos villes et nos
villages ».

Dans ce contexte de décentralisation marqué par le positionnement des territoires locaux comme
principaux acteurs du développement, la mairie de Bafut a pris sur elle la pleine responsabilité et
la mission d'assurer le bien-être des populations. Elle se présente comme le moteur du
développement à la base dans la municipalité. Pour cela, au-delà des missions traditionnelles
d’établissement d'actes d'état civil qui sont les siennes, la mairie à travers son exécutif municipal
s'est résolument donnée d'autres chantiers dont l'importance et les retombées commencent déjà à
la distinguer des communes sœurs.

Pour son fonctionnement, la Mairie de Bafut s'appuie sur deux organes que sont : le conseil
Municipal et l'Exécutif Municipal élu au terme de l’élection municipale au cours de l’année 2013

L'organe de délibération de la mairie de Bafut est le Conseil Municipal constitué de 35


conseillers (27 hommes et 8 femmes) parmi lesquels l'exécutif municipal (le Maire et ses 02
adjoints) élu par le conseil. Le conseil municipal pour ses misions dispose de quatre
commissions : La commission des finances ; La commission des projets et de la coopération ; La
commission des affaires sociales ; La commission des infrastructures. Le fonctionnement au

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 43
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 4
4
quotidien de la mairie de Bafut est assuré par l'exécutif municipal conduit par le Maire, ses 02
adjoints et par l'ensemble des services de la mairie.

Aujourd'hui, dans son fonctionnement, la mairie de Bafut s’est davantage modernisée afin de
s’adapter aux nouvelles exigences de la décentralisation et du développement local. A cet effet, il
a été question pour la commune de procéder à la mise en œuvre de plusieurs actions à savoir :

 La formulation des objectifs de développement et la mise en place des structures


d'animation de l'économie locale.

Afin d'assurer la durabilité de sa politique de développement, la commune de Bafut a capitalisé


sur les exigences du développement local qui prônent à la fois le partage du pouvoir, le partage
du savoir et le partage de l'avoir. Ainsi, à la base de ces principes, de nombreux engagements
sont régulièrement prises par les différentes parties prenantes de la municipalité.

Bien plus, cette commune s'est fixée une pluralité d'objectifs qui s'inscrivent dans la légalité
républicaine et s'appuient sur les lois de la décentralisation, dont le principal est d'assurer le bien-
être des populations par des solutions trouvées de commun accord avec elles. De manière
spécifique, il a été question d'organiser les villages autour de leurs priorités de développement ;
de définir les moyens humains, financiers et relationnels à mettre en œuvre ; et de rétablir un
climat de confiance avec les populations en les impliquant dans les processus décisionnels.

Pour atteindre ces objectifs, la municipalité s'est fixée comme priorités l'établissement d'une
relation de proximité entre les populations et la Mairie à travers des descentes régulières sur le
terrain animé par l'exécutif municipal et les services communaux ; de faire participer les
populations aux actions de développement de la commune dans une politique de cofinancement
des projets et d'appropriation de ceux-ci par les bénéficiaires ; bien plus, dans presque tous les
villages de la commune de Bafut, des comités de développement et les comités de gestion des
ouvrages réalisés ont été mis en place soit par les populations locales, soit par les services de la
mairie. Ces comités sont redynamisés régulièrement et reçoivent en permanence des appuis
multiformes de la mairie afin de faciliter leur travail.

 L’élaboration et la mise en œuvre d’un Plan Communal de Développement (PCD).


Grace à son partenariat avec le Programme National de Développement Participatif (PNDP), la
commune de Bafut a procédé à l’élaboration de son tout premier Plan Communal de
Développement en 2012. Après 5 années de mise en œuvre de ce plan de développement, la
commune a procédé à son actualisation en 2017 afin de prendre en compte les nouvelles priorités
et stratégies de développement pour les cinq prochaines années.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 44
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 4
5
 La création et la mise en place des structures d'animation de l'économie locale.
En effet, pour opérationnaliser sa nouvelle dynamique de développement, la commune de Bafut
a procédé à la mise en place des structure d’animation de l’économie locale tels que :

 La création au sein de la commune de services dédiés au développement local, à


la coopération décentralisée et à la communication.

Ce service est le point focal de la politique de développement de l'exécutif municipal. A la tête


de ce service, on y retrouve un cadre communal de développement, assisté des volontaires
nationaux et internationaux. Ce service accompagne la commune dans l’animation
communautaire, le montage des projets, et dans la recherche des financements. Il sert également
d'interlocuteur avec tous les potentiels partenaires de la commune et est chargé du
développement de la coopération décentralisée de la commune. En outre, le service d’appui au
développement local est le point focal de la mairie auprès des populations. A côté de celui-ci,
nous avons également une cellule de la communication qui assure l'information et l'animation
des masses afin de maintenir leur éveil sur les problématiques essentielles de développement.

 La création des comités de gestion des ouvrages socio-économiques réalisés et la


redynamisation des comités de développement : un exemple en matière de
gouvernance locale.

Dans le souci d'accompagner et d'impliquer les populations de la municipalité à améliorer leurs


conditions de vie, mais aussi de rétablir un climat de confiance avec les populations en les
impliquant dans les processus décisionnels, l'exécutif municipal a d’une part mis en place
les comités de gestion des ouvrages socio-économiques réalisés et d’autre part procédé à la
redynamisation des comités de développement dans chaque village au terme des processus de
diagnostic participatifs. Ceux-ci apparaissent comme : de véritables pôles de développement
dans les villages ; des relais de la commune auprès des populations ; des structures
d'encadrement des populations et servent également d'interface entre la commune et les
associations de quartier.

En effet, les comités de développement et les comités de gestion sont le reflet de la politique de
gouvernance locale appliquée dans la municipalité de Bafut, dans le but étant de gérer la cité
avec un accent mis sur l'implication et la participation directe de la population. Certains tiennent
leur existence des délibérations du conseil municipal autorisant le maire à créer les comités de
développement et les comités de gestion.

 La rationalisation dans la gestion des ressources humaines au travers de la mise en


œuvre d’un organigramme du personnel conformément aux besoins en poste de
travail nécessaires

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 45
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 4
6

Conformément à l’organigramme types des emplois communaux validé en 2009 par le Ministère
de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MINATD), l’exécutif municipal a
procédé à une rationalisation dans la gestion des ressources humaines au travers de la mise en
œuvre d’un organigramme calqué sur le modèle type. Par ailleurs, le personnel de la commune
bénéficie régulièrement des activités de renforcement des capacités organisées par la commune
en collaboration avec ses partenaires au développement.

 Le développement de la coopération décentralisée avec les institutions nationales et


les partenaires au développement
En matière de développement des partenariats, il y a lieu de préciser que la commune de Bafut
entreprend des coopérations tant sur le plan interne et sur le plan extérieur. Sur le plan interne,
l’on relève entre autres les relations avec les services déconcentrés de l’Etat, les ONG locales, les
organisations de la société civile, les partenaires au développement (FEICOM, PNDP, GP-
DERUDEP, MIDENO…), les entreprises et prestataires de services. Sur le plan extérieur, l’on
relève des partenariats développés avec l’Agence Coréenne de Développement (KOICA), l’ONG
internationale PLAN Cameroon…

 Le financement participatif des infrastructures socio-économiques de base

Le modèle de financement participatif des infrastructures socio-économique de base implémenté


par la commune de Bafut a permis de réaliser à ce jour en cofinancement avec les populations
bénéficiaires et les partenaires de la commune de nombreux projets dans les domaines de
l'approvisionnement en eau potable, le traitement de l'eau à domicile, l'électrification publique, la
construction des ouvrages d'assainissement, la construction des écoles, la formation des jeunes et
des femmes, l'hygiène et la salubrité, ainsi que la construction des infrastructures marchandes et
de transport.

I.2.2. Les différentes ressources de la mairie de Bafut

Les responsabilités sont décentralisées aux collectivités locales mais les moyens sont toujours
attribués par la puissance publique sans que des règles claires ne soient fixées et que les besoins
des communes fassent l’objet d’une évaluation ou d’une prise en compte sérieuse. Face à cet état
des choses, les municipalités doivent disposer non seulement de l’ingénierie technique, mais
également de l’ingénierie financière pour accomplir leurs missions. Dans le cas de la commune
de Bafut, pour assurer ses missions, la mairie mobilise les ressources de différentes sources.

Ainsi, la mairie de Bafut est une institution dont les ressources ont connu une importante
augmentation au cours de ces dernières années (environ 400 000 000 FCFA en moyenne par an).

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 46
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 4
7
Cette envolée budgétaire est très certainement due au nouvel élan que connaissent désormais les
Collectivités Territoriales Décentralisées grâce à la nouvelle impulsion donnée au processus de
décentralisation.

Tableau 7: Structure du compte administratif de la commune la commune de Bafut (période


2013-2015

Année
S/N Libellé
2013 2014 2015

1 Revenu total réalisé 322 258 747 416 187 354 456 645 250

2 Dépenses effectives totales 287 302 551 401 091 845 395 456 250

3 Solde non dépensés 34 856 196 15 095 509 61 188 794

Source : PCD commune de Bafut 2017.

Les principales ressources de la Mairie sont plurielles, on distingue :

I.2.2.1. Les ressources de fonctionnement

Les ressources de fonctionnement de la commune de Bafut sont essentiellement regroupées en


trois (03) catégories :

- Les produits des recettes fiscales, centimes additionnels et les taxes communales directes et
indirectes ;

- Les produits de l'exploitation du domaine et services communaux ;

- Les autres recettes de fonctionnement.

I.2.2.1.1 Les produits des recettes fiscales, centimes additionnels et les taxes communales
directes et indirectes

A- Les recettes fiscales

Il s'agit des impôts qui sont levés sur les revenus issus des activités économiques locales. C'est le
cas par exemple de l'impôt libératoire qui a été introduit par la loi de finances 95/96. C'est un
impôt assis sur les contribuables exerçant une activité commerciale, industrielle ne relevant ni du
régime du bénéfice réel, ni du régime simplifié d'imposition. Font aussi parti de cette catégorie
de recette : la redevance forestière, la taxe foncière, la contribution des licences et la taxe
d'assainissement, la taxe sur le bétail.

Cette catégorie de recettes constitue la deuxième source de financement des CTD, après les
CAC, et est caractéristique du niveau de l'activité économique locale.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 47
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 4
8
B- Les Centimes Additionnels Communaux (CAC)

Il s'agit d'un pourcentage prélevé sur certains impôts de l'Etat et réservé aux CTD.

Les taux sont les mêmes et correspondent aux plafond prévues par la législation fiscale à savoir :

- impôt sur les sociétés..........................................................10%


- impôts sur le revenu des personnes physique.....................10%
- taxe sur le chiffre d'affaire ou la TVA................................10%
- patente.................................................................................25%
- licence.................................................................................25%
- taxe foncière........................................................................25%

Les modalités de répartition du produit des CAC sont définies ainsi qu'il suit :

 10% au projet de l'Etat, à titre des frais d'assiette et de recouvrement

 20% au profit des communes et des communautés urbaines

Pour la plupart des CTD au même titre que la commune de Bafut, les CAC constituent la
principale source de leur financement et sa répartition est d'une importance inégale par catégorie
de communes sur l’ensemble du territoire national.

C- Les produits des taxes communales

On distingue deux catégories de taxes communales : les taxes communales directes et les taxes
communales indirects. Bien que dans l’ensemble, la contribution des taxes communales au
financement des de la commune de Bafut est très faible.

Les taxes communales directes sont des impôts institués par le conseil municipal et qui frappent
directement les habitants lors de l'utilisation de certaines infrastructures et services communaux.
Ces taxes comprennent : les droits de timbres, les droits de place sur le marché et les autres taxes
sur l’utilisation des infrastructures et équipements de la municipalité.

Quant aux taxes communales indirectes, elles sont d'inégale importance et les plus
représentatives sont : les droits de permis de bâtir, les taxes de stationnement, la taxe de
publicité, la taxe sur le développement local.

I.2.2.1.2. Les produits de l'exploitation du domaine et services communaux.

Les produits de l'exploitation du domaine et services communaux correspondent aux revenus


tirés de l'exploitation du domaine public et du domaine privé de la commune. Il s'agit
notamment :
- des loyers des immeubles et engins de la commune ;

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 48
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 4
9
- des produits de la location des meubles et salles de fête de la commune.

- des produits de la bibliothèque municipale ;

- des concessions des emplacements publicitaires.

- des autres produits d'exploitation du domaine communal.

La contribution des produits de l'exploitation du domaine et des services communaux est encore
très faible. Cette situation se justifie par l'incapacité pour la mairie de Bafut à fournir
suffisamment les services de base aux populations.

I.2.2.1.3. Les autres recettes de fonctionnement.

Il s'agit principalement des réserves affectées au fonctionnement des services communaux et au


paiement des salaires et du matériel en début d'exercice. Ces réserves proviennent généralement
de l'excédent des recettes budgétaires de l'année précédente ; des subventions de fonctionnement
reçues de l'Etat, et de tout autre organisme dispensateur ; des divers transferts de l'Etat et autres
organismes nationaux et internationaux dans le cadre de la coopération décentralisée
internationale et des différents dons et legs. La contribution de cette catégorie de recette au
financement de la commune de Bafut n’est pas assez élevée.

I.2.2.2. Les ressources d’investissement

Selon la nomenclature budgétaire communale, les recettes d'investissement de la commune de


Bafut peuvent être regroupées en trois (03) grandes catégories :
- les fonds de dotation

- les réserves et subventions affectées à l'investissement

- les emprunts à long et moyen termes.

I.2.2.2.1. Les fonds de dotation.

Il s'agit des divers transferts de ressources que l'Etat peut opérer en vue de l'accomplissement,
par les CTD, des dépenses d'investissement. On distingue cinq (05) types de dotations à savoir :
- les fonds de dotation de base
- la dotation d'origine reçue ;
- les affectations en espèces ou en nature reçue ;
- les dons et legs pour investissement ; les contributions volontaires aux dépenses
d'investissement.

Bien beaucoup reste à faire, cette catégorie de ressources a connu une évolution réelle dans la
commune de Bafut du fait des transferts des compétences par l'Etat aux CTD.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 49
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 5
0
I.2.2.2.2. Les réserves et subventions affectées à l'investissement.

Cette catégorie regroupe cinq (04) types de recettes à savoir :


- Les réserves affectées pour investissement ;
- Les réserves non affectées maintenues à actif ;
- Les subventions d’équipement reçues par l'Etat ;
- Les subventions d’équipement reçues du FEICOM ;
- Les subventions du PNDP

Dans la pratique nous constatons que le financement des investissements locaux par cette
catégorie de ressources est fonction de la surface financière de chaque Collectivité Territoriale
Décentralisée. Ainsi, pour la commune de Bafut, en dehors des réserves, les infrastructures et
équipements sont très souvent financés par des ressources allouées par l’Etat et les financements
des partenaires tels que le FEICOM et le PNDP.

I.2.2.2.3. Les emprunts à long et à moyen terme.

A partir de la nomenclature budgétaire des communes, nous distinguons trois (03) types
d'emprunts à savoir :
- l'emprunt à long et à moyen termes remboursable en monnaie nationale.

- l'emprunt à long et à moyen termes remboursable en devises.

- et l'emprunt à long et à moyen termes remboursable en nature.

Les CTD disposent aussi la possibilité de contracter des dettes auprès de institutions financières
nationales et internationales. Mais dans la pratique, cette possibilité est totalement encadrée par
la tutelle qui en matière d'un d'emprunt communal exerce un contrôle à priori.

L'emprunt est donc une source de financement potentielle pour la commune de Bafut, mais pas
suffisamment exploitées au regard de sa faible capacité de remboursement. Ce qui justifie la
faible contribution de cette catégorie de ressource au financement des investissements
communaux.
Comme l’indique le tableau ci-dessous : Les produits des recettes fiscales, les centimes
additionnels, les taxes communales directes et indirectes, les fonds de dotation et les subventions
reçues pour investissement constituent les principales sources de financement des dépenses de
fonctionnement et d’investissement de la commune de Bafut.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 50
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 5
1
Tableau 8: Présentation du Budget de la commune de Bafut (période 2013-2015)

S/N General situation 2013 2014 2015


1 Total Revenue 334,900,000 418,696,245 452,333,036
2 Total Expenditure 334,900,000 418,696,245 452,333,036
3 Surpluses 0 0 0
4 Rate of execution 100% 100% 100%

Revenue
5 Running or operational 310,900,000 340,111,403 374,348,026
6 Investment 24,000,000 178,384,842 77,985,010

7 Internal revenue - P 99,300,000 121,500,000 230,333,036


8 External revenue - E 235,600,000 297,196,245 222,000,000

9 CAC 107,760,401 189,611,403 182,000,000


10 Tax revenue 12,325,213 20,650,000 24,250,000
11 Indirect council taxes 21,473,375 34,350,000 43,198,026

12 Total revenue/head 100% 100% 100%


13 Internal revenue/head 23% 29% 50.9%

Expenditures
14 Running or operational 200,057,935 240,311,403 266,008,370
15 Investment 134,842,065 178,384,842 186,324,666
16 Operational cost/ head 59.7% 81.2 58.8
17 Investment cost/ head 40.2% 42.6 41.2

Functioning
18 Expenditure related to personnel - P 63,024,011 74,200,459 92,767606
19 Expenditure on municipal equipment - M 26,992,094 30,800,000 42,800,000
20 Current running or operational expenditure - 136,696,886 149,989,638 166,244,974
F
21 Support to administrative authority - T 0 0 0
22 Maintenance of council assets - C 2,000,000 1,500,000 2,000,000
23 Other subventions - S 12,500,000 15,500,000 18,000,000
24 Participation in the functioning of other 7,938,382 15,611,327 18,011,372
structures - A

Investment
25 Machine - E 26,992,094 30,800,000 42,800,000
26 Building - B 70,349,971 66,000,000 47,539,656
27 Other equipment - V 0 0 0
28 Land - Te 3,500,000 3,500,000 3,500,000
29 Loans - D 0 0 0
30 80,305 80,305

Source : PCD de la commune de Bafut 2017

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 51
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 5
2

Tableau 9: analyse SWOT des ressources financières de la commune de Bafut

Forces Faiblesses Opportunités Menaces

-Disponibilité des -Mauvais état des routes, -Mise en œuvre de - Existence des
ressources naturelles surtout pendant la saison nouvelles taxes, par différends frontaliers non
des pluies. exemple taxe résolu entre la commune
- Subventions offert par foncière de Bafut et la commune
l’Etat par le biais du - Contrôle insuffisant des voisine de Benakuma,
budget d'investissement camions exploitant du -Disponibilité de affectant le recouvrement
public (BIP) sable et des produits de carrières non des recettes dans
carrière exploitées, par certaines parties du
- Personnel communal exemple les carières
des services financiers - Flux d'information territoire communal ;
de Akensu et
compétents et engagés inadéquat entre la Akofunguba -le problème de
commune et les usagers l’évasion fiscale demeure
des services communaux - Sites touristiques au sein de la municipalité
sous-développés et
- Moyens de transport inexploités.
inadéquats pour les
percepteurs

Source : Construction de l’auteur à partir des données d’enquête du terrain 2017.

A la suite des analyses ci-dessus développées, notamment sur les initiatives adoptées par la
mairie de Bafut en matière d’animation de l’économie locale, l’une des questions centrales
demeure à savoir : Quelle appréciation pouvons-nous faire de la participation et l’inclusion des
populations dans la planification et l’implémentation des activités de développement dans la
municipalité de Bafut ?

II. Analyse des mécanismes de participation des populations dans


l’implémentation des activités de développement dans la commune de Bafut

Dans cette sous-section, il est question de présenter dans un premier temps les mécanismes de
participation des populations dans la planification des activités de développement. Ensuite,
l’analyse de la participation des populations dans l’identification et l’implémentation des projets
de développement local dans la commune de Bafut.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 52
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 5
3
II.1. Les modes opératoires de participation des populations dans la planification
des activités de développement dans la commune de Bafut

II.1.1. Appréciation de la participation des populations dans la planification des activités de


développement dans la commune de Bafut

La participation est au cœur des pratiques de conception et de mise en œuvre des projets de
développement. De ce fait, les mécanismes qui garantissent une bonne participation des
populations dans les activités de développement local passe nécessairement par l’implication de
ces derniers dans la réalisation de diagnostics participatifs ayant pour objectif l'identification de
leurs besoins réels. Ces diagnostics sont le plus souvent réalisés selon les Méthodes Accélérées
de Recherches Participatives (MARP) devenues bien souvent une exigence des principaux
bailleurs de fonds8. Ainsi, les MARP sont très populaires et largement utilisées par la majorité
des acteurs intervenants dans le champ du développement local. Ces outils visent à diagnostiquer
les problèmes du terroir, à identifier les potentialités ainsi que les contraintes du milieu.

Ayant pour objectif d'évaluer de manière rapide les « vrais besoins » des populations et de
fournir une « image fine et pertinente de la réalité », ces méthodes permettraient aux populations
de participer activement à la réalisation d'un projet. A l'ambition de rapidité, s'est vite ajoutée
une exigence de dialogue avec les populations, de prise en compte de leur point de vue dans
l'analyse des situations et dans le choix des priorités. Ces méthodes de diagnostic seraient
censées redéfinir les relations entre intervenants et populations puisque ces dernières deviennent
actrices de changement avec l'appui des acteurs extérieurs jouant uniquement un rôle de
facilitateur.

En effet, les MARP tels que pratiquées dans la commune de Bafut consistent à réaliser des
ateliers animés par des acteurs extérieurs (animateur communautaire) souhaitant initier la
participation des villageois autour de discussions portant sur la situation du village ainsi que sur
les besoins et actions de développement à entreprendre. Ainsi, les MARP sont censées permettre
l'intégration des savoirs et besoins des populations dans la planification des actions de
développement. Elles ont pour ambition de mobiliser les connaissances qu'ont les populations
locales de leur réalité communautaire et de les amener à exprimer leurs besoins et priorités de
développement. Afin d'assurer une collecte complète des connaissances des populations, ces
méthodes permettraient également de mettre à contribution des capacités insoupçonnées de
représentation symbolique sous forme de cartes, de diagrammes et autres techniques utilisables
par des populations analphabètes. Puisque s'inscrivant dans une logique de renforcement des

8
Lavigne-Delville P. 2005

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 53
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 5
4
capacités, il est important que ces diagnostics soient réalisés par les populations eux-mêmes, «
les équipes techniques jouant un rôle de « facilitateurs ».

Si pour recueillir les « vrais besoins » des populations locales, ces méthodes sont fondées sur la
mise en place de "focus group" regroupant les femmes, les jeunes, les vieux et les hommes, il y a
toutefois lieu de s’interroger sur les mécanismes à travers lesquels les populations sont
concrètement impliqués dans la planification et la mise en œuvre des projets de développement
local au dans la commune de Bafut.

Dans un premier temps, analysons les raisons de la participation des populations au processus de
prise de décision concernant les activités de développement communautaire.

Tableau 10: Distribution (%) des répondants selon les raisons déclarées de leur participation au
processus de prise de décision concernant les activités de développement dans leur communauté

Distribution (%) des personnes enquêtées selon la


Les raisons de la caractéristique déclarée :
participation des populations S'informer sur les Contribuer
Faire entendre leur voix pour
au processus de prise de activités de financièrement à la mise
contribuer au développement
développement en œuvre d'activités de
décision concernant les de la communauté
communautaire développement
activités de développement
25% 35% 50%
dans leur communauté
Source : Construction de l’auteur à partir des données d’enquête du terrain 2017.

Au regard des données contenues dans le tableau ci-dessus, l’on observe que pour les
populations interrogées dans la commune de Bafut, les principales raisons de leur participation
au processus de prise de décision concernant les activités de développement résident dans : la
contribution financière à la mise en œuvre des activités de développement (50%) et l’information
sur les activités de développement (35%).

A la question de savoir quelles sont les différentes catégories sociales qui participent
régulièrement au processus de prise de décision lors de la planification d'activités de
développement dans les différentes communautés de la commune de Bafut, l’on observe
conformément aux données contenues dans le tableau ci-dessous que les catégories sociales les
plus représentées sont les hommes (95%), suivi des personnes âgées (74%), les jeunes (70%), les
femmes (70%) et enfin les personnes vulnérables (38%).

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 54
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 5
5
Figure 3 : Distribution (%) des différentes catégories sociales qui participent régulièrement au
processus de prise de décision lors de la planification des activités selon la déclaration des
répondants.

Source : Construction de l’auteur à partir des données d’enquête du terrain 2017.

A la question de savoir quelle est l’influence de la prise de décision locale sur le développement
de leur communauté, 70% des répondants ont déclaré qu’il y a une parfaite adhésion des
populations aux décisions prises localement, tandis que 25% ont déclaré qu’il y a une
insuffisante adhésion des populations aux décisions prises localement. Enfin, seulement 5% de
répondants ont déclaré que les décisions prises au niveau local n’ont pas d’influence sur le
développement communautaire.

Tableau 11: Répartition (%) des répondants selon les opinions déclarées sur l’influence de la
prise de décision locale sur le développement des communautés locales

Distribution (%) des personnes enquêtées selon la caractéristique


déclarée :
Quelles est l’influence de la
insuffisante adhésion
prise de décision locale sur parfaite adhésion des pas d’influence des
des populations aux
le développement des populations aux décisions décisions prises
décisions prises
communautés locales ? prises localement localement
localement
70% 25% 5%

Source : Construction de l’auteur à partir des données d’enquête du terrain 2017.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 55
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 5
6
A l’analyse des facteurs limitant la participation des populations au processus de prise de
décision lors de la planification des activités de développement local dans leurs communautés, il
y a lieu d’observer conformément aux données présentées dans le tableau ci-dessous que : 66%
de personnes enquêtées sur le terrain déclarent que cela est dû au manque d’informations, 22%
estiment que ce sont les divisions politiques qui sont à la cause, tandis que 29% déclarent que
c’est le manque d’intérêt pour le développement communautaire qui serait à l’origine de
l’absence de participation de certains personnes.

Figure 4 : Répartition (%) des différents facteurs limitant la participation des populations au
processus de prise de décisions selon la déclaration des répondants.

Source : Construction de l’auteur à partir des données d’enquête du terrain 2017.

II.1.2. Proposition de solutions pour une participation plus accentuée de la population


dans la planification des activités de développement dans la commune de Bafut

Notre analyse de la manière dont est perçue et mise en œuvre le modèle de participation au
développement dans la commune de Bafut nous permet de constater un écart entre les pratiques
réelles et les ambitions poursuivies. En effet, dans une perspective de promotion du
développement local, on se rappellera que la MARP s'avère être l'outil à partir duquel l’on doit
identifier les groupes les plus démunis au sein d'un village, les causes des inégalités présentes
ainsi que les besoins de développement de ces groupes.

Les diagnostics participatifs permettent de consulter les membres d’une communauté. Cela
permet en sorte que tous puissent avoir l'information nécessaire sur les activités de

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 56
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 5
7
développement au moyen de réunions, d'assemblées générales, d'entretiens et de ''focus group"
des catégories socio-professionnelles tels que les femmes, les hommes, les jeunes et les
personnes vulnérables. Or l’on constate toutefois au regard des analyses ci-dessus développées,
que dans la commune de Bafut, certaines personnes ne sont pas toujours pleinement impliquées
dans les séances de diagnostics participatifs qui visent à faire l’état des lieux des problématiques
de développement et planifier les actions de développement communautaires. Au regard de cette
situation, les personnes enquêtées lors de nos descentes sur le terrain ont fait des suggestions afin
que la participation de la population à la prise de décision sur les questions de développement
dans votre communauté soit plus accentuée et efficace.

Tableau 12: Répartition (%) des répondants selon les propositions formulées pour une
meilleure participation de la population à la prise de décision sur les questions de
développement

Distribution (%) des personnes enquêtées selon la caractéristique


Propositions pour que la déclarée :
participation de la Une Plus grande
plus grande
population à la prise de sensibilisation Infliger des sanctions aux décentralisation des
des
décision sur les questions populations personnes réfractaires pouvoirs au niveau
communautaire
de développement dans
votre communauté soit 72% 29% 25%
plus efficace

Source : Construction de l’auteur à partir des données d’enquête du terrain 2017.

Aussi, pour une meilleure adhésion et une meilleure efficacité, les cadres de concertation au
niveau local doivent avoir pour mission de :

 Rassembler et organiser les acteurs autour de préoccupations de développement ;

 Permettre l’émergence de vision partagée du développement et la construction de


propositions consensuelles de changement ;

 Faciliter et orienter la planification du développement ;

 Soutenir et accompagner la mise en œuvre d’activités de développement ;

 Bâtir la solidarité entre acteurs, la mise en cohérence des interventions et la mutualisation


des ressources pour le développement ;

 Assurer la circulation de l’information, l’échange d’expériences et l’apprentissage collectif

 Susciter et accompagner des initiatives pour une mise en adéquation constante entre les
besoins réels et l’action publique qui leur répond.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 57
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 5
8

II.2. Analyse de la participation des populations dans l’implémentation des projets


de développement local dans la commune de Bafut

Le modèle de participation des populations dans l’implémentation des projets de développement


local au Cameroun est caractéristique d’une forme de gouvernance participative. Fondée sur des
principes de démocratie représentative et participative, les initiatives de développement
participatif ont tous pour objectif de renforcer les capacités des communautés locales à décider
pour elles-mêmes et à prendre en charge le développement de la localité concernée. Ainsi, le
milieu rural au Cameroun se caractérise par la présence de groupements de femmes, de comités
de développement et de gestion, des coopératives, et des associations paysannes qui émergent
dans le cadre de l’implémentation des initiatives de développement socio-économiques. La
participation des populations passe donc par ces modes d’organisation censés représenter
l'ensemble des groupes sociaux. Ces structures dites participatives favorisent l'émergence d'une
dynamique de développement endogène.

Dans un contexte où l'appui au renforcement des capacités des collectivités territoriales


décentralisées est une démarche prioritaire du développement local, les partenaires au
développement débutent très souvent leurs interventions par la structuration du milieu, la mise en
place ou la redynamisation des structures collectives (comité de développement, comité de
concertation, comité de gestion…). Cette étape est considérée indispensable à la mise en place
d'une gouvernance locale participative des projets, censée représenter l'ensemble des groupes
sociaux, et qui, aurait la capacité d'assurer le développement de la localité. L'introduction de ces
structures collectives soulève la question de l’efficacité qu’elles génèrent au sein du milieu
communautaire local. Sont-elles réellement participatives et représentatives de l'ensemble des
groupes sociaux de la localité ? Y a-t-il une réelle adhésion des populations locales à ces
structures participatives ? Qu’elle appréciation les populations locales font-elles de la
contribution de ces structures à la pérennisation des ouvrages communautaires ?

Afin de répondre à ces questions, cette section a pour objectif de dégager la manière dont est
mise en pratique les mécanismes de participation des populations dans l’identification et
l’implémentation des projets de développement local dans la commune de Bafut. Ensuite, il est
question d’apprécier la contribution des structures associatives de développement
communautaires à la pérennisation des ouvrages réalisés dans la commune de Bafut.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 58
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 5
9
II.2.1. Fonctionnement des structures associatives de développement et appréciation de la
participation des populations dans l’identification et l’implémentation des projets.

Il est question pour nous ici d’apprécier d’une part, la dynamique de mise en place des structures
associatives de développement communautaire dans la commune de Bafut et d’autres part, la
participation des populations dans l’identification et l’implémentation des projets.

II.2.1.1. Fonctionnement des structures associatives de développement communautaire


dans la commune de Bafut

Dans le cadre de la mise en œuvre des activités de développement local, la participation au choix
et à la gestion des actions à mener passe donc par la structuration du monde rural. Dans le
discours des acteurs interviewés le développement d'un tissu associatif et participatif au niveau
communautaire est essentiel à l'implication et à la responsabilisation des populations. Nos
recherches conduites dans la commune de Bafut nous ont permis d’observer que près de 43
associations de développement communautaire et plus de 67 comités de gestion des ouvrages
réalisés existent dans cette municipalité. A la question de savoir si leurs villages disposent d’une
association de développement, 100% des personnes rencontrées ont affirmé que leurs
communautés en disposent.
Ces structures mises en place à l'initiative des acteurs locaux favorisent le renforcement de la
participation des groupes sociaux aux décisions qui les concernent. Leur fonctionnement obéi à
une architecture institutionnel inscrit dans les statuts de ces associations. L'ensemble de ces
structures de participation présentes dans la commune de Bafut sont de manière générale
composées de plusieurs membres et disposent chacun d’un bureau exécutif constitué d'un
président, d'un vice-président, d'un secrétaire, d'un trésorier et des délégués par secteur
d’activités. Le processus de sélection des membres de ces structures est intéressant d’analyser
puisqu'il permet de rendre compte en partie de la représentativité des différents groupes sociaux
au sein de celles-ci. À l'unanimité, les personnes que nous avons rencontrées ont affirmé que le
choix des personnes qui assument ces postes se fait par consensus lors des assemblées des
comités de développement convoquée à cet effet. Le plus souvent ces structures associatives de
développement ont des branches locales et des branches extérieures qui fédèrent les initiatives de
développement des membres de chaque communauté vivant hors de la commune.

Le fonctionnement de ces structures associatives de développement communautaire repose très


souvent sur un budget d'investissement local ayant pour objectif de concrétiser les initiatives de
développement des villages. Ce budget représente l'outil à partir duquel il est possible de
renforcer les capacités des populations locales à prendre en charge leur propre développement.
En effet, l'ensemble du processus de prise de décision en ce qui concerne la distribution et la
gestion de ce budget d'investissement se déroule au sein de l'architecture institutionnelle mise en

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 59
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 6
0
place à l'échelle de la communauté. Les ressources financières mobilisées par les membres de la
communauté permettent de cofinancer le plus souvent en partenariat avec la commune et ses
partenaires, différents types d'infrastructures visant à améliorer les conditions de vie des
populations, tel que les écoles, les foyers communautaires, l’adduction d’eau, cases de santé,
routes...

II.2.1.2. Analyse de l’appropriation locale du processus participatif d’identification et


d’implémentation des actions de développement

L'analyse du processus d’identification des activités de développement qui sont réalisées dans les
villages de la commune de Bafut nous permet de mettre en exergue la dynamique de l’approche
participative dans cette municipalité en ce qui concerne le choix des priorités dans les actions de
développement.

Lors de nos entretiens avec des membres de Comités Locaux de Développement, nous avons
interrogé comment s'effectue le choix des projets à réaliser dans les différents villages. Pour la
majorité d'entre eux, le choix de la réalisation des projets d’infrastructure se fait de commun
accord avec les groupes socio-professionnelles lors des assemblées villageoises et très souvent
en partenariat avec les services de la mairie de Bafut.

D’après les propos recueillis auprès d’un membre du comité de développement du village
dénommé Agyati, C'est le comité de développement qui recense les informations sur les activités
potentielles à réaliser et convoque l’assemblée générale du village. Lors de l’assemblée, le
comité informe alors tous les membres de la communauté selon les informations qu'ils ont reçues
durant des réunions à la Mairie sur les opportunités et les ressources qu’il faudra mobilisées.
C'est sur cette base que la communauté va donc décider de ce qu'ils vont réaliser.

Pour un autre membre de l’association de développement du village Nchum que nous avons
rencontré, il déclare que la Mairie de Bafut fait une programmation des activités pour l'année et
les répartit entre les différentes zones d’intervention. Ensuite chaque Comité de développement
convoque les quartiers afin de les informer de ce qu'il y a lieu de faire. Et quand les représentant
des comités retournent dans leurs communautés respectives, ils informent les autres membres des
activités de développement qu'il y a lieu de réaliser.

Bien que l’approche participative soit une réalité dans le processus d’identification des priorités
et d’implémentation des actions de développement dans la commune de Bafut, il y a lieu de
relever que plusieurs autres acteurs interviennent dans la sélection des projets à financer dans les
communautés. Tels que le montre le graphique ci-dessous, 60% de personnes enquêtées ont
déclaré que la majorité des acteurs qui participent au processus de sélection des projets à réaliser

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 60
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 6
1
dans la commune de Bafut sont les populations locales, qui le font lors des assemblées
participatives au niveau des villages.

Figure 5 : Répartition (%) des acteurs qui participent à la sélection des projets à réaliser dans les
communautés locales selon les déclarations des personnes enquêtées.

Source : Construction de l’auteur à partir des données d’enquête du terrain 2017.

Parmi ces populations locales qui participent à la sélection et à l’implémentation des projets à
réaliser dans les communautés, plusieurs groupes socio-professionnels y sont impliqués à savoir :
les personnes âgées, les femmes, les jeunes.

Figure 6 : Répartition (%) des groupes socio-professionnels qui participent à la sélection et


l’implémentation des projets dans les communautés locales de Bafut selon la déclaration des
personnes enquêtées.

80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
groupes socio-professionnels qui groupes socio-professionnels qui
participent à l'identification des participent à l'implémentation
projets à réaliser des projets
Personnes âgées 62% 57%
Femmes 38% 45%
Jeunes 58% 73%

Source : Construction de l’auteur à partir des données d’enquête du terrain 2017.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 61
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 6
2
La tendance générale qui se dégage est que plusieurs groupes socio-professionnels des
communautés locales dans la commune de Bafut participent à l'identification et l’implémentation
des projets. Toutefois, les femmes sont les moins représentés tandis que les jeunes et les
personnes âgées sont très présentes.

La participation des populations locales à la réalisation des activités de développement est


essentielle pour les projets afin de s'assurer de leur volonté et de leur engagement à mener ces
actions avec succès. Cette participation prend également la forme d'une contribution financière et
en nature et permettrait, selon l'idéologie participationniste, une appropriation locale des actions
entreprises. Faisant suite à l’analyse que nous avons mené sur la contribution des populations
locales au financement de la réalisation de projets dans leurs localités, il y a lieu de relever que
80% des personnes enquêtés dans la commune de Bafut ont déclaré que les membres de leurs
communautés contribuent financièrement ou en nature à la réalisation des projets de
développement identifiés. A la question de savoir si cette contribution à la réalisation des projets
de développements identifiés est-elle volontaire ou obligatoire ? 18% des personnes enquêtées
ont affirmé que ces contributions sont volontaires, tandis que 72% ont affirmé que c’est
obligatoire. Toujours d’après l’analyse des résultats de nos enquêtes de terrain, le montant
moyen de la contribution d’un ménage par an pour le financement des projets de développement
dans sa localité s’élève à 4 600 Francs CFA.
Par ailleurs, dans le cadre du partenariat entre la commune de Bafut et le Programme National de
Développement Participatif (PNDP) pour le financement des activités de développement local, il
y a lieu de relever que dès qu'il y a réalisation d'une infrastructure dans une communauté, il y a
toujours une contrepartie financière (allant de 5% à 15% en fonction du type de projet) que doit
fournir les populations bénéficiaires pour la rendre consciente que la réalisation est en fait sa
propriété. Elle doit se rendre compte que le projet lui appartient. C'est la seule manière pour
qu'elle porte attention à son bien et qu'elle en assure l'entretien.

Les résultats de notre enquête de terrain nous ont révélé que la population de Bafut participe à la
mobilisation des ressources pour la réalisation des infrastructures d'intérêts publics entrant dans
le cadre du développement de la localité. La fourniture par la population locale, des matériaux de
construction qui ne nécessitent pas de l'argent en milieu rural (les agrégats, le sable, les pierres,
le bois), la nourriture des travailleurs et la main d'œuvre pour la réalisation des différentes
infrastructures, est une contribution non négligeable même si elle n’est pas toujours évaluée en
terme monétaire.
Les analyses développées démontrent à suffisance l’intérêt des approches de développement
participatif et son niveau d’appropriation par les populations dans la commune de Bafut.
Maintenant que nous avons abordé la manière dont la participation est mise en pratique à l'étape

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 62
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 6
3
de l’identification et la réalisation des actions de développement, il nous reste à aborder la
manière dont les populations sont engagées dans leur gestion.

II.2.2. La participation des populations à la gestion et au suivi-évaluation des projets de


développement

Dans le cadre de la dynamique de développement local, la participation des populations à la


gestion des projets de développement passe par la mise en place des comités de gestion des
ouvrages. En effet, dans la commune de Bafut, chaque réalisation physique prévoit la création
d'un tel comité dont le rôle est d'en assurer l’entretien et la pérennité. On remarque toutefois que
dans cette commune, la gestion des infrastructures villageoises mises en place dans le cadre des
projets semble être une étape particulièrement délicate car la plupart des comités de gestion mis
en place ont de réelles difficultés à fonctionner ainsi qu'à constituer les fonds nécessaires à
l'entretien des ouvrages.
Lors de nos enquêtes de terrain, il nous a été donné d’observer que la plupart des comités de
gestion ont encore besoin de formation et de redynamisation permanente. La commune doit
obligatoirement mettre l'accent là-dessus puisque la finalité des projets ce n'est pas seulement
l’infrastructure (l'école ou la case de santé…) en tant que telle mais plutôt de créer une
dynamique qui favorisera une prise en charge à long terme du développement par les
populations. A la question de savoir si les comités de gestion sont systématiquement mis en
place pour chaque infrastructure publique qui est réalisée dans les communautés, 81% de
personnes enquêtées ont répondu que cela est effectivement fait dans leur localité.

Figure 7 : répartition (%) des ménages enquêtés selon leur déclaration sur la mise en place
des comités de gestion des ouvrage dans leurs localités

Les comités de gestion sont-ils mis en place pour chaque infrastructure


publique réalisée dans votre localité?

Non
19%

Oui
81%

Source : Construction de l’auteur à partir des données d’enquête du terrain 2017.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 63
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 6
4

Quant à l’appréciation qu’elles ont du dispositif de maintenance des infrastructures publiques


mis en place dans leurs localités, les personnes que nous avons rencontrées sur le terrain ont des
opinions divergentes. En effet, 62% de personnes ont déclaré que le dispositif de maintenance de
ouvrages dans leurs localités est bon, par contre 16% trouvent que cela perfectible. Tandis que
22% ont déclaré que le dispositif est insatisfaisant et qu’il faudrait accorder une plus grande
attention à cet effet. Le problème le plus souvent rencontré dans certaines communautés locales
est le manque d'appropriation des infrastructures construites. On construit des écoles, des routes
et des points et par la suite la maintenance ne suit pas. Présentement, il n'y a pas suffisamment
d'efforts qui sont faits pour expliquer aux populations que ça leur appartient. Très souvent, on
voit des villages qui attendent que l'État ou la commune vienne pour faire les réparations sur une
infrastructure. Il faut vraiment œuvrer à changer les mentalités. En ce sens, les activités de
formation et de renforcement des capacités jouent un rôle majeur.

Afin d’améliorer le dispositif de maintenance des infrastructures publiques dans leurs localités,
les personnes que nous avons rencontrées dans la commune de Bafut ont formulé des
propositions tels que : le renforcement des capacités des membres des comités de gestion ;
l’institution d’un mécanisme de transparence dans la gestion des ressources financières
mobilisées aux comités de gestion ; l’élection des personnes compétentes et engagées pour
assumer des fonctions dans les comités de gestion des infrastructures.

Il ressort de l'analyse des résultats de notre enquête que l'impact du suivi et évaluation des
actions de développement est positif car la majorité de la population rencontrée est soit satisfaite
de la gestion des affaires publiques par les leaders locaux. Bien plus, 80% ont déclaré que le
dispositif de suivi-évaluation mis en place dans leurs communautés a permis une meilleure
réalisation des infrastructures, et une meilleure maintenance des ouvrages réalisés. Tandis que
20% de personnes rencontrées affirme que le dispositif de suivi-évaluation des activités de
développement dans leurs communautés reste perfectible.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 64
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 6
5

Conclusion du chapitre 2
En guise de conclusion, il y a lieu de rappeler que l’objectif de ce chapitre a été de faire d’une
part une présentation de notre cadre spatial d’étude qu’est la commune de Bafut. Ainsi, sur le
plan monographique, nous retenons que cette municipalité a été créé par le décret présidentiel
en1993 et elle est devenu fonctionnel seulement en 1996, trois ans après sa création et a été
administré depuis lors jusqu’à nos jours par des maires élus. Sur le plan socio-culturel, l'histoire
du mouvement du peuple Bafut remonte aux groupements Tikar (Tikari) et aux migrations qui
datent du 18ème siècle comme la plupart des autres peuples des grassfields du Cameroun. Sur le
plan économique, la majorité des activités pratiquées dans la municipalité de Bafut sont
l’agriculture, le commerce, l’élevage et la chasse, la sylviculture et l’artisanat.

Par ailleurs, il y a lieu d’observer qu’au regard de ses principales missions de promotion du
développement économique, social, sanitaire, éducatif, culturel et sportif à la base, la mairie de
Bafut s’est engagée dans une démarche stratégique de développement sous l’impulsion de
l’exécutif municipal. Pour y parvenir, la mairie dans son fonctionnement s'est toujours appuyée
sur deux organes que sont : le conseil Municipal et l'Exécutif Municipal. Toutefois, au-delà de
cette organisation classique, la mairie de Bafut s’est davantage modernisée aujourd'hui, afin de
s’adapter aux nouvelles exigences de la décentralisation et du développement local. A cet effet, il
a été question pour la commune de procéder tour à tour à : la formulation des objectifs de
développement et la mise en place des structures d'animation de l'économie local ; l’élaboration
et la mise en œuvre d’un plan Communal de développement local, le développement de la
coopération décentralisée avec les institutions nationales et les partenaires au développement ; le
financement participatif des infrastructures socio-économiques de base.

Par la suite, les analyses développées dans ce chapitre nous ont permis de dégager les tendances
générales sur la manière dont se traduit la participation des populations dans l’implémentation
des activités de développement local dans cette commune. Nous avons montré que les tendances
de la participation dans la commune de Bafut prennent forme à travers un modèle d'auto-
développement fondé la mise en place des structures associatives de développement, sur la
réalisation de diagnostics participatifs ainsi que sur la mise en place des instruments de
participation tels que les contributions financières et en nature des membres des communautés
locales pour le financement des projets.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 65
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 6
6
Conclusion de la 1ère partie
Il a été question pour nous dans la première partie de cette étude d’effectuer une analyse
théorique et conceptuel de la notion de développement participatif. Y faisant suite, nous avons
également procéder à la présentation de notre cadre spatial de l’étude qu’est la commune de
Bafut, ainsi que la dynamique du développement participatif tels qu’observer dans cette
municipalité. Au terme de ces premières analyses, nous relevons que le développement
participatif est un concept qui a fait de nombreux débats théoriques par plusieurs auteurs et
institutions de développement et qu’il n’existe pas de définition universelle communément
admise. Toutefois, nous retenons principalement que le développement participatif, basé sur le
principe de l'approche participative sous-entend une vision du développement qui accorde une
place privilégiée à l'implication des populations à la définition des problèmes locaux, à
l'identification des solutions et à leur mise en œuvre, afin de contribuer à donner plus d'efficacité
et de durabilité aux actions ou interventions propre à influencer sur le processus de
transformation sociale. Lorsque la décentralisation qui tient compte d'un système d'organisation
administrative et de gestion par lequel l'Etat accorde à d'autres entités territoriales légalement
consacrées par la constitution est effective, cela favorise le développement participatif et
l’inclusion des populations dans la gestion des affaires locales.

Au-delà de la bonne appropriation de ces processus participatifs fondés sur un modèle de


développement « Botton-top », l’on constate que pour les populations de Bafut, le choix des
actions de développement à mener s'effectue selon une logique de consensus à la base. En effet,
les instances de prise de décision en ce qui concerne la définition des priorités et des actions de
développement qui seront menées dans les villages demeurent confinés en majorité aux comités
de développement participatif. Même si les conseillers municipaux y jouent également un grand
rôle. Ainsi, la pratique du développement participatif, telle que vécu par les populations locales
dans la commune de Bafut, s'avère être en conformité avec notre première hypothèse de
recherche selon laquelle « L’inclusion des populations dans la planification et
l’implémentation des activités de développement induit une meilleure dynamisation du
processus de développement local dans la commune de Bafut ».

Après avoir présenté les diverses initiatives adoptées par la mairie de Bafut dans son rôle de
catalyseur du développement socio-économique de la municipalité à la base, ainsi que la
dynamique du développement participatif impulsée par les populations à la base, il y a lieu de
présenter les défis et enjeux du développement participatif, ainsi que les facteurs limitants la
participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement dans la commune de Bafut. C’est ce qui fera l’objet de la deuxième partie de
notre étude.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 66
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 6
7

2ème partie :
ENJEUX DE L’APPROCHE PARTICIPATIVE ET ANALYSE DES
FACTEURS LIMITANT LA PARTICIPATION DES POPULATIONS DANS
L’IMPLEMENTATION DES ACTIVITES DE DEVELOPPEMENT DANS LA
COMMUNE DE BAFUT

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 67
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 6
8

INTRODUCTION DE LA DEUXIEME PARTIE

Dans la première partie de cette étude, nous avons défini les concepts de développement local, de
participation et de développement participatif ainsi que les liens qu'ils entretiennent entre eux.
Afin de mieux comprendre le contexte dans lequel s'inscrit cette étude, il y a lieu de relever que
le développement participatif est devenue l'approche d'intervention autour de laquelle semble se
fonder un consensus en ce qui concerne la nécessité d'impliquer les populations aux différentes
étapes de la planification et de la réalisation des projets de développement.

Depuis plusieurs décennies, le Cameroun à l’instar de la plupart des pays en voie de


développement a bénéficié des investissements massifs de la part du gouvernement, des ONG,
des agences de développement et bailleurs de fond. Ces investissements se sont soldés pour
certains d’entre eux par des échecs ou à des résultats mitigés. Plusieurs raisons se prêtent à
l’explication de ces faits, parmi lesquels :

♦ L’inadaptation des méthodes d’approche souvent mises en place par des experts internationaux
du développement ne cernant pas forcement tous les aspects socioculturels du milieu africain. A
cet effet, BOUKHARI (1994) remarque que les jeux de rôle, les représentations et les maquettes
ne sont pas toujours adaptées au contexte local ;

♦ Les contenus des programmes de développement sont exécutés de façon très générale ne tenant
pas compte des spécificités socio-économiques, ni du milieu naturel au niveau local et régional ;

♦ La participation et la question du genre sont largement abordées dans la partie « Conception »


mais survolées pendant « l’exécution » des activités et projets de développement ;

♦ Les systèmes de suivi-évaluation sont souvent défaillants à cause d’une ressource humaine
(chargée de l’exécution) non valorisée ou non motivée d’une part et d’autre part du fait de
l’inadaptation des choix des indicateurs au cours de la conception ;

Tous ces manquements établissent clairement les insuffisances dans la conception des projets de
développement et l’absence de l’inclusion des populations dans la formulation et l’exécution des
activités. D’où la nécessité d’analyser les enjeux du développement participatif, notamment dans
le contexte du Cameroun.

Au cours de cette deuxième partie, nous présenterons d’une part les enjeux du processus de
développement participatif et d’autre part l’analyse des facteurs limitant la participation des
populations dans la mise en œuvre des activités de développement dans la commune de Bafut.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 68
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 6
9

Chapitre 3 :
APPROCHE PARTICIPATIVE DE DEVELOPPEMENT LOCAL :
DEFIS ET ENJEUX

Le développement communautaire participatif est en vogue aujourd’hui dans les pays en


développement. Dans la plupart des cas, les projets sont élaborés et exécutés en faisant recours à
l’approche participative. Cette volonté émane le plus souvent des bailleurs de fonds qui pensent
que cette façon d’impliquer les communautés de base favorise l’appropriation et la durabilité des
projets. Cependant, on constate que cette approche qui n’est qu’un outil comme tant d’autres,
présente de nombreux enjeux et défis.

En effet, après les années 80’, les bailleurs de fonds ont dressé des bilans des actions initiées en
matière de développement dans plusieurs pays en développement en Afrique sub-saharienne et
les résultats obtenus étaient très mitigés. Très rapidement, les organismes de développement se
sont rendu compte que les bénéficiaires primaires étaient moins impliqués et que les populations,
les communautés rurales étaient rarement consultées alors que les projets les concernaient. C’est
pourquoi l’approche d’intervention a été changée en ciblant celle qui puisse impliquer les
communautés de base qui étaient concernées au premier plan par ces projets. Ce fût le début de
l’ère de la participation populaire. Le concept de « développement participatif » apparut alors. Il
s’agissait de mettre en place des projets destinés aux populations conçus et réalisés avec les
communautés de base.

En résumé, l’approche participative est un processus qui met en avant une participation active
des différentes parties prenantes de l’identification du projet jusqu’à sa mise en œuvre et son
évaluation. En d’autres termes, l’approche participative du développement s’appuie sur les
communautés de base en mobilisant leur capital social afin qu’elles s’organisent et participent
activement aux processus de développement. Le processus de développement participatif
renferme plusieurs avantages à savoir :

 L’appropriation des activités par les bénéficiaires favorise une viabilité élevée de
l’activité et une maintenance améliorée des infrastructures. Si par exemple, au niveau
d’une communauté, on arrive identifier pour eux, l’approvisionnement en eau potable
comme priorité en matière de développement local, l’infrastructure qui sera mise en place
par les populations et qui sera gérée de manière participative sera efficacement
entretenue. Il y a donc une certaine performance des services qui sont offerts.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 69
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 7
0
 Une meilleure connaissance du terrain par les communautés locales. Ce sont elles qui
connaissent les problèmes qu’elles vivent. Elles savent cibler leurs problèmes, savent les
prioriser et les hiérarchiser. Les projets qui sont conçus de commun accord avec les
populations locales, répondent à leurs besoins.

 Le fait d’associer les communautés locales dans la gestion des projets et les faire
disposer de pouvoirs de décision permettrait d’améliorer les capacités de gouvernance et
la valorisation du capital social de ces communautés.

Dans ce chapitre, il sera question dans un premier temps, de dresser quelques constats en ce qui
concerne la manière dont les différents acteurs du développement perçoivent les défis liés à
l’approche participative de développement local. Dans un second temps, nous nous intéresserons
aux enjeux et problèmes liés à l’application du processus de développement participatif.

I. Les défis liés à l’approche participative du développement local


L’émergence de l’approche dite participative en Afrique, à la fin des années 1970, découle du
constat des limites des stratégies de développement local adoptées au cours des deux premières
décennies ayant suivi les indépendances des pays de l’Afrique subsaharienne. Ces stratégies
étaient bâties autour de la conception selon laquelle, c’est l’Etat qui, à partir d’un modèle
préconçu, doit définir les orientations et décider des actions les plus appropriées de même que la
manière dont ces actions devraient être menées. Une telle approche, centralisée et verticale, ne
laissait aucune place à une participation des populations aux processus de prise de décisions. Au
contraire, l’Etat s’est positionné comme étant en mesure de définir lui-même les besoins des
populations et de décider des actions nécessaires pour les satisfaire. Une telle conception avait
naturellement contribué à modeler la mentalité et les attitudes des populations et des techniciens
chargés de mettre en place les politiques de développement. D’une part les techniciens ont
longtemps agi en fonction d’un modèle conventionnel de transfert de technologie dans lequel, ils
se posent en pourvoyeurs de connaissances aux populations (Scoones in Guèye; 1999). D’autre
part, les populations, à force de voir leur cadre de référence et leurs savoirs et savoir-faire
étouffés, ont fini par adopter quelquefois une attitude d’auto-dévalorisation qui s’est traduite par
ce qu’il était convenu d’appeler « une mentalité d’assistés ». Celle-ci consistait essentiellement à
se tourner de plus en plus vers l’extérieur pour la résolution des problèmes locaux.

Les résultats de telles stratégies ont permis de se rendre compte que les moyens considérables
investis dans des programmes de développement n’ont pas produit d’impacts importants. Les
technologies produites étaient souvent en inadéquation avec les besoins des populations et les
normes culturelles locales ; certains problèmes que ces programmes de développement étaient

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 70
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 7
1
supposés résoudre se sont aggravés. Face à une telle situation, il apparut la nécessité de
reconsidérer la manière dont les programmes de développement étaient conçus afin de tenir de
plus en plus compte des aspirations et des besoins des populations. Une telle conception a
conduit progressivement à l’émergence de l’approche participative. Le postulat de base qui sous-
tend l’approche participative est « qu’une plus grande implication des populations à la définition
des problèmes locaux, à l’identification des solutions et à leur mise en œuvre contribue à donner
plus d’efficacité et de durabilité aux programmes qui en résultent ». Toutefois, plusieurs défis
liés au développement participatif se posent.

I.1. Le défi de l’institutionnalisation des approches participatives


L’adoption sincère de l’approche participative peut éventuellement rendre les projets de
développement plus efficients, les organisations plus réceptives et plus sensibles aux besoins des
populations et les politiques plus en phase avec les réalités des populations. Or la pratique du
développement participatif en général et en Afrique en particulier, révèle la persistance de
pratiques perverses de la participation consciemment ou inconsciemment entretenues par les
institutions ou personnes chargées de stimuler ou d’appuyer ce processus. Une analyse des
expériences en matière de développement participatif montre que les changements intervenus en
termes d’impacts, sans être sous-estimés, restent cependant largement en deçà des efforts fournis
et des attentes nourries par les différents acteurs. Cette situation tient en grande partie à la très
forte « instrumentalisation » du processus de développement participatif. Or de vrais
changements ne pourront intervenir que lorsque le processus participatif cessera d’être perçu
comme une application successive, mécanique et routinière de techniques, outils et autres
paquets méthodologiques pour devenir un processus de changement institutionnalisé.

I.1.1. De la nécessité d’institutionnaliser les approches participatives

Institutionnaliser une approche particulière de travail nécessite la transformation des principes,


méthodes et procédures des structures organisationnelles actuelles pour les adapter aux exigences
de l’approche participative (Guijt, 1996). L’idée de l’institutionnalisation suppose ainsi la
dotation d’une certaine permanence aux procédures et pratiques participatives des organisations
d’appui au développement et des institutions locales (Selznick in Pfeifer ; 1985).

Dans la pratique cependant, on voit que malgré la rhétorique sur la participation, les efforts de
changement des organisations d’appui au développement participatif restent encore faibles. Ceci
est dû au fait que les institutions ont l’habitude de travailler avec des procédures standardisées,
bureaucratiques qui inhibent les pratiques novatrices et flexibles (Gaventa in Blackburn, 1998).

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 71
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 7
2
En effet toute la question du développement participatif consiste à changer un paradigme existant
par un autre. Or le caractère auto-protecteur des paradigmes de même que les bouleversements
associés à leur changement, rendent plus difficiles les conditions de changement (Kuhn in
Pfeifer, 1982). D’ailleurs, on remarque sur le terrain que pour justement éviter d’être des
vecteurs de ces bouleversements, la plupart des organisations d’appui au lieu d’essayer de
travailler avec les institutions endogènes et accompagner le processus de leur changement,
préfèrent créer de nouvelles organisations plus faciles à modeler en fonction de la vision du
programme d’appui. Dans le domaine de la gestion des collectivités locales par exemple, une
telle option est illustrée par la pratique assez répandue au Cameroun de création de groupements
de différentes natures (groupement des hommes, groupements des femmes, groupement des
personnes vulnérables, etc.) tous créés sous l’initiative de projets ou ONG et servant de relais
pour leurs actions. Toutefois, on observe sur le terrain qu’une telle stratégie conduit souvent à
des situations très variables selon les contextes :
 La nouvelle organisation créée peut être vite absorbée par des institutions endogènes
existantes. Un tel cas de figure se produit lorsque les fonctions que devait remplir cette
organisation étaient déjà prises en charge efficacement par une institution endogène. Un tel
phénomène est souvent observé avec les programmes de gestion de terroir où certaines
communautés ont mis en place des mécanismes efficaces de gestion des ressources
naturelles. En outre, le processus d’absorption devient plus rapide lorsque les deux
organisations, sont dirigées par les mêmes personnes.

 Le deuxième cas de figure porte sur la situation inverse, bien que rare, où la nouvelle
organisation arrive à s’imposer et gagner une certaine légitimité. Cette situation se produit
lorsque la création de la nouvelle organisation procède d’un processus de transformation
progressive d’une organisation existante. C’est le cas par exemple de certaines
organisations traditionnelles de femmes à qui des organisations d’appui au développement
ont confié de nouvelles responsabilités liées aux activités du projet, sous la bannière d’une
nouvelle appellation.

 Enfin il y a des situations ou l’organisation créée par la structure d’appui au


développement parvient à un partage des responsabilités avec les institutions endogènes.
Dans le domaine de la gestion des ressources naturelles par exemple, on remarque que les
institutions endogènes gardent tous les pouvoirs liés au contrôle et à l’accès aux ressources,
laissant à l’organisation moderne créée les fonctions techniques (aménagement, crédit,
reboisement, etc).

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 72
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 7
3
La compréhension et la prise en compte de ces phénomènes dans le processus du développement
participatif sont essentielles car dans beaucoup de cas, les structures créées par des organisations
d’appui au développement ou les ONG risquent de disparaître avec la fin du projet ou le retrait
de l’ONG. En conséquence, une approche qui valorise les institutions locales présente plus de
chance de produire des effets durables. Institutionnaliser la participation ne se limite pas à
l’adoption simple de nouvelles procédures et méthodologies mais consiste également et surtout à
reconnaître que ceux qui étaient des « cibles » de notre développement (nos priorités, catégories,
etc.) doivent maintenant devenir des sujets de leur propre développement (Blackburn ;1998).

I.1.2. Démarche pour une institutionnalisation des approches participatives

La démarche d’institutionnalisation des approches participatives peut s’avérer longue. Toutefois,


ce processus devra se traduire par :

 Une adaptation des procédures des organisations d’appui au développement aux exigences
d’une demande participative ; en d’autres termes plus de flexibilité, de transparence et de
disponibilité des organisations à rendre compte aux communautés au nom desquelles elles
entreprennent les actions ;

 Une plus grande ouverture organisationnelle à accepter et à faciliter l’exercice du droit de


regard et de contrôle des communautés sur la manière dont les programmes de
développement sont conduits ;
 Une réelle décentralisation des pouvoirs de décisions, (y compris la gestion des ressources
financières) ; qui ne se limite pas à une consultation ponctuelle des communautés à
l’occasion de la planification ou de l’évaluation des projets de développement ;

 Une bonne compréhension du concept et de ses exigences bien qu’une parfaite intégration
des principes de la participation dans la pratique de tous les jours peut être lente en
particulier lorsque les normes de fonctionnement de l’organisation n’ont pas toujours été
ouvertes à cette approche ;

 Une plus grande équité dans l’accès des groupes les plus vulnérables aux pouvoirs de
décisions et aux bénéfices de la participation ;

 L’existence de mécanismes pour impulser et faciliter le changement d’attitudes comme un


des indicateurs clé du développement participatif ;

 La nécessité pour les organismes donateurs et les bailleurs de fond qui disposent d’un
pouvoir d’influence élevé, de reconsidérer les critères à partir desquels leurs programmes
sont évalués. On observe en effet que la performance de beaucoup de grands programmes

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 73
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 7
4
de développement participatif continuent d’être appréciés davantage en fonction des
réalisations physiques effectuées que de l’impact réel que l’adoption de la participation a
produit. Dans les cas où des critères liés à la participation sont pris en compte, ceux-là
portent en général sur la nature de cette participation et non sur son impact réel. Ce constat
est illustré par une absence au sein de beaucoup de programmes de développement de
critères et de processus méthodologiques pour évaluer l’impact de la participation.

Encadré 1 : Les étapes du processus d’institutionnalisation de l’approche


participative

L’institutionnalisation de l’approche participative comporte 5 étapes liées entre elles dont


chacune peut durer des années (Korton in Guijt 1996).

1. Identifier et évaluer les aspects du programme de développement et des pratiques qui ne


rencontrent pas les objectifs ou les besoins des populations nécessitant ainsi une amélioration
sensible ;
2. Conceptualiser une nouvelle approche participative plus dynamique et la tester à une échelle
maîtrisable et sous différentes conditions écologiques et socioéconomiques ;

3. Tirer les leçons concernant l’applicabilité de l’approche à une échelle plus large après une
période de présentation, d’évaluation et d’ajustement ;

4. Analyser et intégrer les leçons sous des formes et procédures qui peuvent être appliquées à
tous les niveaux de l’organisation ;
5. Développer des capacités organisationnelles et institutionnaliser les changements appropriés
dans les activités de tous les jours de l’organisation.

I.2. Le défi lié à l’application à grande échelle des approches participatives

L’application à grande échelle des approches participatives constitue un autre défi. Jusqu’à une
période encore récente, l’application des méthodes participatives était circonscrite à l’échelle
d’un territoire local. Ceci était sous-tendu par l’idée selon laquelle le processus participatif qui
s’appuie sur une forte auto-analyse ainsi qu’une interaction continue entre les personnes et
institutions impliquées ne peut se faire efficacement que lorsqu’on travaille à une échelle
physiquement et socialement maîtrisable se limitant à une ou quelques communautés.

Aujourd’hui, la plupart des grands projets de développement ont opté pour l’approche
participative à grande échelle. Or quel est l’état des connaissances sur les implications de
l’application à grande échelle des méthodes participatives ? La vérité est que beaucoup
d’agences et de spécialistes s’aventurent dans un territoire encore inconnu et sont en train de

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 74
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 7
5
combiner des objectifs multiples avec des approches organisationnelles encore jamais essayées.
A moins de donner à ce processus une réflexion continue, il est possible que dans quelques
années aussi bien la réputation de la participation que celle de son application à grande échelle
risquent de tomber en disgrâce.
(Adapté de Roades, 1997). En conséquence, il est nécessaire de s’assurer que toutes les
précautions méthodologiques nécessaires sont toujours prises pour que le processus mis en
œuvre prenne en compte les exigences de la participation réelle de populations.
Cette préoccupation est d’autant plus réelle que ce processus d’application à grande échelle
s’accompagne souvent par la création de situations de dépendance et d’inhibition de la
participation du fait de plusieurs facteurs parmi lesquels :
 Une mauvaise compréhension de la philosophie de la participation, la pression ou la
précipitation à adopter une application à grande échelle ;

 La multiplication des groupes de consultations couvrant une grande aire


Géographique ;
 Le souci d’une élaboration rapide de programmes ou projets ;
 Le souci d’accéder rapidement à des financements ;
 La non prise en compte ou la sous-estimation de l’importance de la connaissance et du
savoir local ;
 La non prise en compte de la nécessité de lier le processus au développement des institutions
et des capacités locales ;
 Les obligations de résultats orientés vers des produits et non vers les processus ;
 Le manque de flexibilité des programmes ; etc. (Gaventa ; 1998 in Blackburn et al.).

I.3. Le défi de l’articulation entre décentralisation, gouvernance locale et


développement participatif

L’actualité sur le développement participatif au Cameroun est dominée par le débat sur la
décentralisation et la gouvernance locale. Une politique de décentralisation bien menée contribue
sans aucun doute à accélérer et renforcer la participation des communautés de base à la
conception des activités de développement et à leur mise en œuvre. Sur le terrain cependant,
l’émergence de la politique de décentralisation a fait coexister deux formes de participation.
D’une part, il y a la participation des communautés de base dans la conception et la mise en
œuvre des programmes de développement communautaire appuyés par les ONG, les organismes
d’appui au développement, les structures techniques de l’Etat ou sous l’initiative directe des
communautés elles-mêmes. Cette forme de participation à caractère technique ou

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 75
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 7
6
méthodologique se développe à travers des mécanismes de négociation, de partenariat autour de
programmes de développement. D’autre part, il y a la participation des collectivités locales
décentralisées (entités dotées de la personnalité juridique). A l’opposé de la première forme,
celle-ci prend ses sources à travers des mécanismes à la fois politiques, juridiques et techniques.
Toutefois, il faut reconnaitre que malgré le recours à des processus de consultation au niveau
local, les domaines de pouvoirs des collectivités territoriales décentralisées (CTD) sont définis
par l’Etat. Mais malgré cela, les structures décentralisées constituent un élément important dans
l’échiquier du développement participatif, pour plusieurs raisons :

 Le renforcement de leurs pouvoirs dans le domaine de la planification et de la mise en


œuvre des politiques sectorielles au niveau local en font des CTD des acteurs
incontournables.

 La personnalité juridique et morale reconnue aux CTD, contrairement à la plupart des


organisations communautaires de base, constitue une opportunité pour ces dernières
d’avoir une influence plus grande sur la formulation des politiques publiques. En effet,
une prise en compte dans la formulation des politiques régionales par les collectivités
locales, des pratiques novatrices et participatives en cours au sein des communautés de
base pourrait contribuer à conférer plus d’impact à leurs initiatives ;

 La faiblesse des capacités méthodologiques des communautés locales dans le domaine de


la planification et du suivi-évaluation participatif, ouvre des opportunités pour une
valorisation, par les CTD, des acquis méthodologiques issus des pratiques participatives
stimulées et soutenues par certaines organisations d’appui au développement sur le
terrain.
Il faut cependant déplorer la politisation quelquefois excessive des décisions des collectivités
territoriales décentralisées qui se traduit souvent par leur inadéquation avec les préoccupations
réelles des communautés. Malgré cela, le défi aujourd’hui est de voir comment leur doter de
compétences méthodologiques et techniques pouvant leur permettre d’impulser une réelle
participation des populations dans l’implémentation des activités de développement local.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 76
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 7
7
II. Les enjeux et problèmes liés à l’application de l’approche participative de
développement local

II.1. Les enjeux de l’application de l’approche de développement participatif

II.1.1. Participation et analyse sociale

La très forte « banalisation » à laquelle est soumise l’utilisation des méthodes dites participatives
de développement découle de la conception malheureusement répandue que le processus
participatif se réduit à une application mécanique de techniques et que par conséquent, n’importe
qui peut le conduire. Or le développement participatif prend place dans un contexte socioculturel
régi par des normes de fonctionnement déterminées, des types de relations de pouvoir en place,
mais également par la manifestation de perceptions et d’intérêts souvent différents et parfois
contradictoires. En conséquence, s’engager à prendre part dans un tel processus et le faciliter
nécessite, de la part des acteurs externes à la communauté locale, une prise de conscience et
surtout une capacité à prendre en compte dans le processus de réflexion et d’analyse, les
considérations suivantes :

1. les membres des communautés ont des objectifs et des intérêts souvent différents ou
divergents. La connaissance ou le savoir local qui émergent de cette situation ne sont donc pas
uniformes.

2. les solutions aux problèmes ne sont pas toujours le produit d’un consensus, mais parfois d’une
négociation entre les différents groupes. En conséquence, le processus participatif, plutôt que de
chercher à faire émerger des solutions toujours consensuelles aux problèmes locaux, devrait
mettre en exergue la diversité des perceptions et des enjeux relatifs aux problèmes identifiés. La
richesse des solutions se trouve plus dans leur diversité que dans leur uniformité.

3. le rôle des techniciens extérieurs à la communauté comme catalyseurs et facilitateurs, ne


pourra être efficace que lorsque tous les acteurs considéreront le développement comme un
processus transactionnel dans lequel les différents acteurs négocient les différentes décisions à
prendre dans un contexte de rapports de pouvoirs et d’intérêts donnés ;

4. le processus met plus l’accent sur les acteurs, leurs interactions, relations de pouvoir que sur
les méthodes (Scoones et al, 1996). Les méthodes de recherche participatives mettent l’emphase
non seulement sur l’auto-analyse par les populations locales mais également et surtout sur la
capacité donnée à celles-ci de définir leurs propres objectifs, de poursuivre leurs propres priorités
et de jouer un rôle central dans la prise de décisions (Guijt et al. 1995). Le développement

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 77
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 7
8
participatif doit donc être perçu comme un processus continu de renforcement des pouvoirs des
populations locales, prenant en compte les aspects organisationnels, comportementaux, les
objectifs à long terme, etc.

II.1.2. Quelques acquis des approches de développement participatif

Le processus de développement participatif présente quelques acquis dont il est important


d’énumérer afin les capitaliser.
 De manière générale, dans plusieurs projets et programmes de développement, un accent
est davantage mis sur le développement des capacités que sur le développement des
infrastructures ;
 L'on observe en outre qu’un effort est plus marqué pour une meilleure prise en compte
des besoins des populations dans la définition des programmes de développement
financés par les Bailleurs de fonds, ceci devrait également s’améliorer avec ceux financés
par les fonds nationaux ;

 Il y a également une approche de plus en plus pro-active avec un accent sur le


développement durable. Une approche interdisciplinaire, « inter institutionnelle » et
intersectorielle du développement ;

 L’émergence, certes encore faible, d’une prise de conscience de plus en plus marquée de
l’importance du développement institutionnel et personnel dans le processus participatif ;

 Nous relevons également l’émergence d’institutions locales dotées de capacités de


planification participative de plus en plus fortes et prenant une part de plus en plus active
dans la prise en charge du processus de développement local ;

 Les bailleurs de fonds prennent de plus en plus en compte les exigences du processus
participatif dans la conception et l’implémentation des programmes de développement.

II.2. Quelques problèmes liés à l’application de l’approche participative de


développement

L’expérience des approches participatives a révélé quelques problèmes liés à son application,
aux coûts qu’elles engendrent et à l’appréhension divergente que les personnes ont du concept.
Bien la démarche participative soit de plus en plus exigée par les bailleurs de fond comme un
garant de leurs investissements. Elle fait à présent partie de toute conception de projets de
qualité. Pourtant elle est loin d’être systématiquement intégrée aux techniques d’indentification
et de gestion des projets de développement.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 78
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 7
9
Quand bien même la notoriété dont jouissent les approches participatives ne cesse de grandir, il
reste cependant difficile de nier qu’elles sont exigeantes en temps et en argent. Pour mieux
Etudier les problèmes liés à l’application de l’approche participative de développement local, il
s’est avéré nécessaire de les analyser en trois points distincts à savoir : les faiblesses liées à
l’adaptation, les faiblesses méthodologiques et les faiblesses liées au coût de l’application de
l’approche participative.

II.2.1. Les faiblesses liées à l’adaptation des communautés à l’application de l’approche


participative

Dans la plupart des cas, les populations sont habituées à avoir une infrastructure de
développement apportée par un agent extérieur (une adduction d’eau potable, un centre de santé,
une école, etc…). Aujourd’hui, avec l’approche participative, ce sont les communautés qui, sous
l’animation d’un agent de développement avisé, sont amenées à identifier leurs problèmes de
développement et à proposer des solutions. On comprend qu’il faut une rééducation de la
population étant donné l’audace de cette démarche par rapport aux habitudes développées. Sur le
terrain, on constate qu’au début de l’animation, les populations sont gênées mais finissent par
jouer le jeu sans trop y croire.
Bien plus, La participation n’est pas toujours facile à mettre en œuvre dans des sociétés telles
que la plupart des sociétés africaines, dans lesquelles il existe des rapports hiérarchiques
marqués. Souvent, il faut tenir compte de la chefferie traditionnelle, de l’existence des notables,
des différences de rapports entre âges et sexes différents, des rapports entre groupes ethniques,
etc...

L’autre problème qui accompagne une démarche participative est le problème du « passager
clandestin ». L’approche participative prône que pour une activité ciblée par les communautés
locales pour atteindre un résultat donné, il y a une participation active des populations en termes
d’apports de matériaux locaux et autres ressources financières et humaines. Si dans les priorités
recensées par les communautés locales, il y a par exemple la construction d’un centre de santé,
certaines populations se chargent de fournir des matériaux comme les briques, le gravier et les
ressources financières. Il arrive parfois que certaines personnes se dérobent par rapport aux
engagements qu’elles ont pris. En tant que membre de la communauté élu au niveau d’un comité
de développement communautaire, on n’a pas de pouvoir pour sanctionner ces personnes.
Parfois ces gens n’honorent pas leurs engagements car ils sont dans une catégorie de personnes
vulnérables luttant pour leur survie au quotidien.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 79
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 8
0
II.2.2. Les faiblesses méthodologiques de l’application de l’approche participative

L’introduction de la participation dans la planification présente parfois d’importants points


faibles. Cela s’explique d’une part par le fait qu’on aboutit souvent après diagnostic à des masses
de données ne traduisant que les besoins immédiats de la situation présente ayant l’aspect de
revendications stéréotypées et d’autre part par le fait que le diagnostic qui se résume en une liste
de recensement de problèmes entraînent souvent des lenteurs et des blocages à cause des intérêts
parfois divergents des différents groupes sociaux. Pour expliquer ce fait, MEISTER (1973) cité
par HAMMANI (1997) pense que « les limites de la participation peuvent être sous forme de
difficultés sociales car elle implique des changements d’une démarche très lente et des blocages
dus à des intérêts de groupes sociaux ». En plus des difficultés sociales, MEISTER pense que la
participation présente également des difficultés d’ordre structurel et économique. Il faut
également souligner que l’utilisation des approches participatives nécessite une grande
compétence et de l’expérience surtout qu’une mauvaise utilisation peut entraîner, par
inadvertance, un obstacle à la communication. ALLISTER (1999) justifie nos propos en
affirmant que « Les approches participatives peuvent causer de façon non intentionnelle des
préjudices à la communauté ».

II.2.3. Les faiblesses liées au coût de l’application de l’approche participative


En plus des problèmes méthodologiques que connaît l’approche participative, il faut ajouter les
problèmes de coût que l’on peut étudier comme suit :

- Le coût en temps : CLAYTON et al. (1996) affirme que les approches participatives exigent
plus de temps que les autres méthodes conventionnelles, aussi bien pour les populations rurales
cibles que pour les bailleurs de fonds. Il faut relever que malgré sa pertinence, l’approche
participative exige du temps pour identifier le projet et le mettre en œuvre. Cependant, certains
membres de la communauté luttent pour leur survie et il est difficile d’exiger d’eux qu’ils
consacrent beaucoup de temps à discuter pour la mise en place d’un projet. Un processus de
planification participative prend parfois des semaines pour arriver à confectionner un plan
d’actions communautaires.

- Le coût financier : Comme le coût de temps qu’elles engendrent, les méthodes participatives
peuvent engendrer des coûts financiers plus importants pour les bailleurs et pour les
bénéficiaires, en particulier ceux qui sont les plus démunis comme les femmes.
Ce coût financier élevé s’explique par les différentes formations à tous les niveaux qu’exige la
participation. Cette formation peut aller des agents de développement à la masse paysanne sans
oublier les femmes ou certains groupes socioprofessionnels ciblés.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 80
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 8
1

Conclusion du 3ème chapitre


Il est indéniable que des avancées importantes ont été obtenues dans le sens d’une plus grande
participation des populations dans le processus de développement local. Ces résultats ont été
obtenus grâce à la mise en place de projets et programmes de développement mettant davantage
l’accent sur le renforcement des capacités à la fois individuelles et institutionnelles des
communautés locales.

Tout ceci permet d’observer que l’approche de participative de développement local est très
prometteuse et mérite de s’adapter à chaque contexte social et communautaire. Il est en outre
important que les Bailleurs de fonds accordent un plus grand intérêt sur les possibilités de
recourir à des projets de développement participatif lors de l’étude préalable des opportunités
d’aide et de financement dans les pays en développement. L’approche participative peut se
montrer appropriée dans certains contextes, alors qu’elle ne donnera pas les résultats escomptés
dans d’autres. Au lieu d’en faire une thérapie/un outil passe-partout, il y a une nécessité de
procéder à une étude au cas par cas en étudiant le contexte économique et social,
l’environnement anthropologique de chaque communauté locale.

Plutôt que de multiplier les instances de décision au niveau local, il est préférable de partir de
structures institutionnelles existantes pour renforcer leurs capacités et leur offrir un appui
technique et administratif. Certaines situations impliquent cependant la formation de nouveaux
organismes de décision disposant d’une forte légitimité auprès de la population locale.
L’implication des communautés dans la mise en place, la maintenance et l’entretien des
infrastructures issues des projets participatifs permet d’obtenir de meilleurs résultats que dans le
cas d’un projet classique.

Par ailleurs, la faible articulation entre les pratiques participatives et la formulation des politiques
mérite une attention plus soutenue d’autant plus que la durabilité des approches participatives
dépend en grande partie de leur prise en compte officielle dans les politiques publiques. Il faut
cependant déplorer la politisation quelquefois excessive des décisions des collectivités locales
qui se traduit souvent par leur inadéquation avec les préoccupations réelles des communautés.
Malgré cela, le défi aujourd’hui est de voir comment doter les collectivités locales de
compétences méthodologiques et techniques pouvant leur permettre d’impulser une réelle
participation des populations au développement local. Par ailleurs, quand bien même la notoriété
dont jouissent les approches participatives ne cesse de grandir, il reste cependant difficile de nier
qu’elles sont exigeantes en temps et en coût.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 81
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 8
2

Chapitre 4 :
LES FACTEURS LIMITANT LA PARTICIPATION DES POPULATIONS
DANS LA PLANIFICATION ET L’IMPLEMENTATION DES
ACTIVITES DE DEVELOPPEMENT DANS LA COMMUNE DE BAFUT

Dans le cadre de la réalisation des projets de développement, Plusieurs types d’acteurs, dont les
intérêts sont parfois divergents, peuvent être appelés à intervenir à chacun des niveaux
d’identification, d’implémentation et d’exploitation à savoir : le gouvernement, les
administrations, des Institutions étrangères (notamment lorsqu'elles participent au financement
des projets), des experts et des partenaires divers. La plupart des centres de décision restent en
fait relativement anonymes et les populations directement concernées ne participent que
rarement à la définition des finalités de la société, des objectifs des plans et des projets concrets
de développement. Pourtant la transformation d'une société et le développement de son économie
dépendent moins de l'élaboration de plans et de projets de développement techniquement
corrects que de la capacité des groupes sociaux et des masses populaires à impulser et animer un
développement qu'ils ont eux-mêmes défini.

Malgré la bonne dynamique de l’approche participative de développement local observée dans la


commune de Bafut, il y a lieu de relever que certains facteurs socioculturels, politiques et
économiques contribuent à limiter la participation de certaines couches sociales à la planification
et à la mise en œuvre des activités de développement local dans cette commune.

Il y a lieu de relever que le phénomène d'exclusion et de marginalisation engendré au sein même


de certaines communautés ou par l'intervention extérieure peut déstabiliser le fonctionnement
traditionnel des communautés locales si elle ne prend pas suffisamment en compte les réalités
socio-culturelles et économiques. Ainsi, la mise en œuvre de la démarche participative peut elle-
même entraîner des déviations quant à la participation de tous les acteurs concernés. La
combinaison des mécanismes d'exclusion peut se manifester à l'intérieur même des structures
associatives, et les mécanismes sont différents suivant que ces organisations sont faibles ou
dynamiques ; les phénomènes d'exclusion peuvent également être favorisés par un contexte
administratif et institutionnel qui ne maîtrise pas à suffisance les démarches participatives. Ce
chapitre a pour objet de tenter d'expliquer les mécanismes par lesquels ces phénomènes
d'exclusion et de marginalisation sont créés ou renforcés, ainsi que les facteurs limitant la
participation des populations dans la mise en œuvre des activités de développement.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 82
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 8
3
I. Les mécanismes à travers lesquels les phénomènes d'exclusion des
populations dans l’implémentation des activités de développement sont
créés ou renforcés

La participation populaire devrait constituer un élément clé de toute politique de développement


locale, car une politique orientée vers la satisfaction des besoins locaux demande que la
population participe aux processus de prise de décisions.
La participation des populations aux projets de développement permettrait en effet d'abord de
satisfaire leur désir légitime de prendre part à des décisions qui influent sur leur existence et leur
mode de vie ; mais elle permettrait aussi d'identifier les besoins à satisfaire prioritairement, de
mobiliser les ressources disponibles et de répartir au mieux les services ou les produits
susceptibles de satisfaire ces besoins. Pourtant, dans la réalité les populations ne sont que très
rarement associées aux projets de développement qui les concernent.

Trop souvent en effet, la participation n'est qu'un simple moyen utilisé par les gouvernements, ou
une simple technique de mobilisation véhiculé par l'Etat, pour obtenir un soutien populaire. Or
une véritable participation impliquerait que chaque individu ou chaque groupe d'individus
puissent participer aux choix qui les concernent. Certes il est possible, voire nécessaire, que cette
participation prenne des formes différentes, en fonction des spécificités locales et notamment en
fonction des différences culturelles de chaque communauté locale ; il est aussi possible que
certains groupes sociaux puissent avoir un rôle plus actif que d'autres. Mais il serait nécessaire
que puissent être réunies les conditions indispensables à l'émergence d'une volonté collective.

Les mécanismes à travers lesquels les phénomènes d'exclusion des populations dans la mise en
œuvre des activités de développement peuvent être regroupés en trois catégories. Ces
mécanismes sont différents suivant que les structures associatives (association de
développement, comité de concertation, coopératives, comité de gestion…) sont faibles ou
dynamiques ; les phénomènes d'exclusion peuvent également être favorisés par un contexte
administratif et institutionnel qui influence les démarches participatives. Bien avant de
développer ces mécanismes, nous illustrons tout d’abord les objectifs de la participation tels que
perçus par les acteurs de développement dans la commune de Bafut.

I.1. Les objectifs de la participation tels que perçus par les acteurs du
développement dans la commune de Bafut
Les interviews et enquêtes que nous avons réalisées auprès de différents acteurs du
développement de la municipalité de Bafut nous ont permis de dégager certaines tendances en ce
qui concerne les objectifs attribués aux approches participatives de développement dans cette
municipalité. A l'unanimité, les acteurs interrogés, quelle que soit la catégorie dans laquelle ils se

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 83
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 8
4
situent, perçoivent la participation comme un moyen d'assurer la pertinence et la pérennisation
des actions entreprises, ainsi qu'une prise en charge des initiatives de développement par les
populations concernées.

Pour l’ONG locale dénommée SIBADEF qui accompagne la commune de Bafut dans la
réalisation de son Plan Communal de Développement, l'approche participative consiste à
accompagner les initiatives à la base dans une perspective de responsabilisation des
communautés. Au terme de notre entretien avec les responsables de cette organisation, nous
retenons que les objectifs de la participation consistent à rendre compte des problèmes
spécifiques des populations tout en les impliquant dans les différentes phases de diagnostics
participatifs et de les responsabiliser afin de faire d'eux les véritables acteurs de leur
développement. Afin que les populations prennent conscience que le développement c'est d'abord
leur affaire, leur participation doit être effective à toutes les étapes du processus.

Par ailleurs, comme le déclare au cours d’un autre entretien réalisé en Août 2017, avec un des
responsables du Programme National de Développement Participatif qui travaille en partenariat
avec la commune de Bafut, « les approches participatives doivent avoir entre autres objectifs la
conduite des activités de développement endogène par les communautés concernées. C'est-à-dire
que les communautés à la base soient des acteurs décisionnels dans l’identification, la
planification et l'exécution des actions qui les concernent afin d'en assurer la durabilité ».

Ces objectifs font l'unanimité du point de vue des acteurs rencontrés, ainsi que l'ensemble des
rapports de projets que nous avons analysé. Car il ne s'agit pas d'amener un modèle de
développement « clé en mains » mais plutôt d'accompagner les populations dans le processus de
création de richesses ainsi que dans sa distribution afin de s'assurer qu'elle soit équitable pour
tous.

Ces tendances relatives aux objectifs attribués aux approches participatives se trouvent
confirmées par l'analyse des données collectées sur le terrain auprès des populations enquêtées.
En effet, à la question de savoir si les populations participent à la prise de décisions concernant
la planification des activités de développement local dans la commune de Bafut, 87% des
ménages enquêtés ont répondus par l’affirmative qu’ils participent aux initiatives de planification
des activités de développement local.

Figure 8 : répartition (%) des ménages enquêtés selon qu’ils participent ou pas dans la
planification des activités de développement local dans la commune

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 84
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 8
5

Source : Construction de l’auteur à partir des données d’enquête du terrain 2017.

Pour les 13% des ménages qui ne participent pas à la prise de décision lors de la planification des
activités de développement, les principales raisons évoquées sont entre autre la non appartenance
à une association de développement communautaire et le manque d’informations.

Nos enquêtes de terrain nous permettent également de constater que le renforcement des
capacités des collectivités à devenir les acteurs de leur propre développement est au cœur du
modèle de participation mise en œuvre dans le cadre des initiatives de développement endogène
dans cette commune. En effet, l'approche participative est considérée comme étant l'unique
stratégie d'intervention en mesure d'assurer l'appropriation locale et de favoriser l'émergence
d'une dynamique d'auto-développement. Bien plus, à la question de savoir comment les ménages
enquêtés apprécient le niveau d'implication des populations de leurs communautés dans le
processus de prise de décision concernant les activités de développement, 57% des répondants
déclarent que le niveau d’implication est bien, 29% déclarent qu’il est assez-bien. Tandis que
seulement 14% des répondants déclarent que le niveau d’implication des populations dans le
processus de prise de décision est insatisfaisant.

Tableau 13: répartition (%) des répondants selon leur appréciation du niveau d'implication
de la population dans le processus de prise de décision concernant les activités de
développement

Comment appréciez-vous le niveau Répartition (%) des personnes enquêtées selon la


caractéristique déclarée :
d'implication de la population de

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 85
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 8
6
votre communauté dans le processus Bien Assez-bien Insatisfaisant Total
de prise de décision concernant les
57% 29% 14% 100%
activités de développement ?

Source : Construction de l’auteur à partir des données d’enquête du terrain 2017.

I.2. Les mécanismes d’exclusion liés à la mise en œuvre de la démarche


participative

Le processus classique d'une démarche participative peut devenir "pervers" au fur et à mesure
qu'il avance dans les phases de son processus, en introduisant, à chaque étape des "petites
sélections" qui aboutissent à des déviations par rapport à la participation populaire, et
l'implication limité de certaines catégorie d’acteurs à ce processus, est susceptible de renforcer la
stratification sociale préexistante. La nature même des approches participatives voudraient que la
recherche de compromis entre les acteurs dans les prises de décisions soit la démarche
principale. Or il n’est pas toujours évident de prendre certaines décisions qui ne reçoivent pas
l’approbation de certains acteurs. Ce phénomène peut dès lors conduire tout naturellement à
l’exclusion de certaines catégorie d’acteurs qui ne se sentiront pas concerné par les actions à
mener.

Dans le cadre d’une démarche participative, le tableau ci-dessous illustre les mécanismes qui
peuvent favoriser ou renforcer l’exclusion des populations locales dans une démarche
participative.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 86
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 8
7

Tableau 14: Mécanismes qui peuvent favoriser ou renforcer l'exclusion des populations dans
une démarche participative

Les grandes phases d'une Mécanismes qui peuvent, favoriser ou renforcer l'exclusion
démarche participative et les marginalisations
1.1. Information générale sur - Une unité visible:
l'intention de l'intervention le village et
les notables
- Les destinataires de l'information réels
1.2. Diagnostic participatif
· Enquêtes, réunions - Auprès de qui? Avec qui ?
- Sur quel thème se penche le diagnostic?
- Prends-t-on en compte les systèmes d’organisation et de
production traditionnel?
· Exploitation - Mettra plus l'accent sur des constats économiques, techniques,
environnementaux que sur l'organisation sociale.
· Restitution - Où se fait-elle?
- Comment s'organisent-elles?
- Favorise-t-elle ou non la participation du plus de personne?
1.3. Définition des priorités - Qui s'exprime ?
- Les priorités de toutes les catégories sociales sont-elles prises
en compte?
1.4. Programmation - Qui programme ? (reprise du pouvoir par l'intervenant ou les
leaders d'associations)
1.5. Mise en œuvre
a. Répartition des tâches -Organisation/gestion/exécution, qui retrouve-t-on et où?
b. Gestion des moyens - Qui gère les ressources de la communauté ?
- Décentralisation ou non des moyens ?
c. Information - En quelle langue ? quels médias ? diffusion ? Sous quelle
forme?
d. Formation - Exclusion de certaines catégories suivant la forme de
l'intervention en matière de formation
e. Suivi-Conseil - Penchant pour les populations les plus réceptifs
1.6. Evaluation concertée - Qui la fait?
- Qui écoute-t-on?
- Comment la restitue-t-on et à qui?
- Quels sont les critères d'évaluation (techniques, économiques,
sociaux) ?
Source : construction de l’auteur à partir des informations recueillis sur le terrain

La démarche participative est un processus par lequel les communautés locales ou organisations
de base, analysent leurs problèmes, portent une appréciation critique sur les contraintes et

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 87
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 8
8
cherchent des solutions appropriées dans un cadre communautaire. Les utilisateurs de la
démarche participative doivent, pour cela :

- Faire émerger des mécanismes de décision, de gestion, de concertation, de suivi, d’évaluation


et de contrôle qui soient reconnus et acceptés par tous les acteurs ;

- Développer la participation du plus grand nombre de personne en instituant des relations de


confiance réciproque.

Un processus de participation doit aboutir à la libération des initiatives de base, à l'autonomie et


à la responsabilisation des groupes concernés sur des principes démocratiques pouvant atténuer,
sinon enrayer les tentatives de marginalisations/d'exclusions.

I.3. Les mécanismes d’exclusion renforcés par la faiblesse de l’organisation


communautaire
L'organisation des sociétés rurales dans lesquelles se développent les projets de développement
participatifs est plus ou moins favorable à la participation de tous les acteurs :

 Si l'organisation de la communauté locale est forte et reconnue, il est alors important de


mieux comprendre où se situent les centres de décision, de connaître qui les a soutenus,
portés, car ce sont ceux qui les ont cautionnés qui devront être vigilants sur la capacité des
décideurs à prendre en compte les aspirations de tous. Les dirigeants d'une organisation
rurale, qui ont émergé grâce à l'appui de leurs groupes de base, devraient normalement être à
même de leur rendre des comptes, de les informer, de les impliquer dans le processus de
développement dont ils seraient les garants de la réussite.

 Si l'organisation de la communauté locale est faible, il est important de connaître les


différentes strates qui la composent, et comprendre l'interdépendance des unes sur les autres,
pour être à même de favoriser un processus de changement visant à donner un meilleur statut
aux groupes marginalisés. La participation des membres de ce type d'organisation peut être
réduite, ou inexistante face à l'attitude de récupération des hommes influents qui
traditionnellement représentent l'organisation. Un homme influent de la zone (responsable
politique, chef traditionnel ou religieux, ressortissant...) prend en charge les négociations avec
les autres opérateurs économiques, l'administration et les services, les ONG...; il devient le
médiateur entre l'extérieur et son milieu communautaire, cette dépendance des populations de
base à l'intervenant, les dépossède d'un pouvoir de négociation et de participation; c'est le cas
de certains projet de développement ou le ressortissant d’une communauté a directement

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 88
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 8
9
négocié avec la commune ou les pouvoirs publics pour la mise en œuvre et qui n'étaient pas
forcément le reflet des besoins prioritaires des populations de la zone.

Généralement dans ce cas de figure, les responsables politiques, des chefs traditionnels
peuvent craindre qu'une démarche participative, menée auprès de tous les groupes et sous-
groupes de l'organisation communautaire qu'ils disent représenter, amène ceux-ci à contester
leur comportement et les avantages qu'ils retirent de leur fonction. En restant les seuls
interlocuteurs des projets de développement, ils peuvent biaiser la démarche participative.

Pour qu'il y ait participation véritable il faut qu'il y ait contrôle par les populations elles-mêmes
du processus de planification et de réalisations des activités de développement. Le
développement local est avant tout l'affaire des communautés concernées. Ce sont elles qui se
prononcent sur les priorités hiérarchisées suivant leurs besoins et contribuent par ailleurs à la
définition des objectifs et besoins et mise en œuvre des actions programmées. Pour cela elles
devront maîtriser le processus participatif, et adhérer à la démarche elle-même en ayant la
possibilité de créer des structures décentralisées permettant la mise en œuvre de la démarche
participative.

I.4. Les mécanismes d’exclusion favorisés par le contexte administratif et


institutionnel

Pour ce qui est des facteurs d’exclusion liés au contexte politique et institutionnel, il y a lieu de
relever qu’un environnement politique peu favorable peut réduire la marge de manœuvre des
communautés locales et freiner les initiatives qu’elles pourraient mener pour une dynamique de
développement local. On citera en exemple la difficulté qu'ont certaines structures associatives à
accéder au statut juridique de Groupe d’Initiative Commune (GIC), les difficiles conditions
d'accès à des systèmes de crédit bancaire peu adaptés au monde rural et plus particulièrement à
des groupes économiquement vulnérables, la vulnérabilité liée à la proximité de certaines
structures associatives avec certaines formations politiques.

Pour ce qui est des facteurs d’exclusion des populations favorisés par le contexte administratif,
l’on observe parfois que certains organismes de coopération au développement et les structures
étatiques jouent modestement le jeu de la participation populaire dans la mise en œuvre des
activités de développement local. Très souvent renforcés dans leur conviction par la faiblesse de
certaines organisations rurales, ou refusant la reconnaissance de certaines autres mieux
structurées, les techniciens du développement ou les structures étatiques peuvent ne pas vouloir
s'investir dans une démarche participative qui leur paraît longue et difficile à conduire,

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 89
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 9
0
hasardeuse quant aux résultats immédiats qu'ils veulent atteindre. Il leur est alors plus commode
de conduire et de gérer leur programme d'actions sans y associer réellement les populations à la
base. Leur position de technicien, donc de celui qui sait par rapport à celui à qui on doit
apprendre, tend à les inciter à maintenir ces barrières entre eux et les groupes locaux qu'ils
doivent accompagner dans leur dynamique de développement. Soucieux plus ou moins
consciemment de conserver leurs privilèges (gérer les moyens financiers des projets par
exemple). Dans cette situation, ces derniers ne feront pas l'effort (parce que diversement formés
à l'utilisation des démarches participatives) de collaborer directement avec les groupes concernés
ou bénéficiaires des actions de développement. Au lieu d’interagir directement avec les
populations, ils préfèreront collaborer avec les responsables communautaires, et les chefs de
village en priorité lesquels seront libres d’informer ou non leur population à la base.

Par ailleurs, les communautés doivent souvent composer avec des contraintes liées aux
découpages administratifs. Ceux-ci sont généralement rigides, multiples et pas toujours
conformes à leurs réalités. La création par le gouvernement d'instances locales, supra-locales et
régionales a certes contribué à une meilleure connaissance des différents milieux et à la
progression de la concertation. Cela n’est toutefois pas suffisant. Il manque à l’État une vision
d'ensemble lui permettant d’être cohérent en matière d'organisation territoriale. La conception de
l'organisation territoriale pour soutenir le développement des communautés pose un problème
d'harmonisation entre les communautés et les acteurs centraux. Ce problème se retrouve
notamment dans la conception même du palier local. Pour certains, le local c’est ce qui se situe
autour d'un conseil municipal ou d'un quartier. Cette conception du niveau local fait craindre à
certains une perte du sens donné à l'appropriation locale du développement au profit du rôle des
institutions et des initiatives privées de développement économique. D’autres y voient plutôt des
avantages dans la mesure où le renforcement de ce palier signifie une réelle décentralisation. Ces
différentes questions auront avantage à être clarifiées par les acteurs des communautés et par
ceux de l'État. Pour soutenir les communautés, l’organisation du territoire doit se réaliser à la
lumière de la diversité de celles-ci, de leurs efforts pour participer à leur développement, pour
prendre leurs propres décisions collectives et pour assurer une réponse efficace, efficiente et
intégrée aux besoins de leurs membres. Elle doit aussi prévoir des interfaces dynamiques entre
les paliers territoriaux central, régional, et local, des responsabilités clairement définies et
assumées entre ces paliers, des rapports flexibles et en continuelle négociation entre ces paliers
territoriaux.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 90
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 9
1
II. Les facteurs limitant la participation des populations dans la planification
et la mise en œuvre des activités de développement dans la commune de
Bafut

De nombreux obstacles freinent l'émergence et le renforcement de dynamiques locales de


développement. Il s'agit d'obstacles extérieurs qui naissent d'un environnement socio-politique
peu ouvert aux initiatives d'acteurs locaux et/ou d'un contexte économique peu incitatif. Ils
peuvent aussi être liés à la nature d'interventions censées favoriser les dynamiques locales mais
qui dans leur mise en œuvre restent peu conformes aux attentes des acteurs locaux. Par ailleurs,
il y a aussi des obstacles internes à la société locale dont l'organisation sociale préexistante et la
culture freinent parfois les initiatives qui sont toujours au départ portées par quelques individus.
Ces obstacles rendent difficiles l'émancipation de certains groupes sociaux. L'accès réduit à
l'information, à la formation, l'affaiblissement de références sociales et culturelles peuvent aussi
empêcher ou ralentir une réaction organisée des sociétés locales.

II.1. Le désintérêt pour l’action collective comme facteur limitant la participation


des populations dans la réalisation des activités de développement dans la commune
de Bafut
Malgré la constitution de comités et autres structures associatives censées du point de vue de
l’idéologie participative, assurer la pérennité et la prise en charge des actions de développement
par les populations, les résultats de notre enquête de terrain démontre que la gestion collective du
bien commun dans la commune de Bafut n'est pas caractéristique des habitudes de toutes les
acteurs locaux.

La structure organisationnelle des villages qui constituent la commune de Bafut est la résultante
d’une stratification et un chevauchement de groupes particuliers qui s’approprient ou non des
responsabilités et les tâches collectives.

Par ailleurs, nos recherches sur la participation des populations à la gestion des projets de
développement local nous a permis d’observer des cas de malversations dans la gestion des
fonds communs dans certaines communautés locales. Dans le cadre de la gestion des structures
associatives de développement à caractère financier tels que les mutuelles d’épargne et de crédit,
nous relevons d’après les déclarations de certaines personnes rencontrées que « les distributions
de crédits par les membres des comités de gestion de manière à satisfaire en priorité les
demandes de leur propre famille ou de leurs proches sont ainsi une pratique courante des
mutuelles d’épargne et de crédit dans la commune de Bafut ».

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 91
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 9
2
Ainsi, les structures associatives existantes dans les différentes communautés dans la commune
de Bafut représentent aussi souvent un enjeu de pouvoir puisqu'elles deviennent une opportunité
d'acquérir des ressources et de consolider le statut de certaines catégories de personnes.

Au sein de l'arène politique locale, les structures associatives deviennent un « espace de


soupçons » autour de possibles détournements de fond ainsi que des ambitions des uns et des
autres. Ainsi, certaines organisations de développement participatif, plutôt que de favoriser
l’autopromotion des communautés locales, iraient même jusqu'à nuire à « l'émergence d'un sens
du bien public et de l'intérêt collectif », ce qui contribueraient à freiner les actions de
développement entreprises dans les villages.

Les risques d'instrumentalisation des projets de développement par les pouvoirs locaux posent
également le problème de représentativité des différents groupes, notamment les communautés
les plus pauvres et les catégories sociales au sein des structures de participation mises en place.
En effet, nous avons constaté que pour ce qui de la représentation des communautés locales aux
sessions de conseil municipal de la commune de Bafut, la mise en place d'un processus de
désignation de représentant fondé sur un système de consensus reproduit les rapports de force
locaux. Cette situation pose donc un obstacle majeur à la participation des populations les plus
démunis aux décisions prises au sein des instances mises en place dans le cadre la planification
et la réalisation des projets de développement communaux. Ceci est d’autant plus vérifiables
avec les données statistiques que nous avons recueillies sur le terrain à la question de savoir si
toutes les 54 communautés locales qui constituent la commune de Bafut sont systématiquement
représentées lors des sessions de conseil municipal à la commune. A cet effet, il nous a été donné
de relever qu’une moyenne de 76% des communautés locales sont régulièrement représentées
aux sessions de conseil municipal d’après les déclarations des personnes enquêtées. A la
question de savoir si les besoins des populations des différentes communautés sont pris en
compte dans le budget communal, 88% de personnes enquêtées ont déclarés que les besoins sont
parfaitement pris en compte dans le budget de la commune.

En effet, théoriquement, il y a une certaine idéologie derrière l’approche participative puisqu'on


suppose qu'elle mènera nécessairement à une démocratisation à la base. Mais ce n'est pas
toujours le cas. Les approches participatives ne peuvent résoudre tous les problèmes, notamment
ceux liés au respect des statuts pour ce qui est du choix des membres des comités. Les structures
de participation doivent non seulement être composées de membres représentant les intérêts de
l'ensemble des groupes sociaux mais doivent aussi être tenues responsables de leurs actions.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 92
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 9
3
II.2. Les facteurs socio-culturels limitant la participation des populations dans
l’implémentation des activités de développement dans la commune de Bafut

Les personnes que nous avons rencontrées sur le terrain considèrent le milieu communautaire
local comme étant le lieu principal d'appartenance et d'identification. Pour elles c’est un lieu
important de socialisation et également le lieu naturel de participation de la population aux
affaires publiques, l’endroit où les gens ont le sentiment d’influencer les décisions et d’agir
efficacement sur les leurs problèmes de développement. C’est aussi un lieu de concertation entre
les acteurs qui participent au développement économique et social. Toutefois, il y a lieu de
déplorer le faible niveau de participation des certaines couches de la population dans les activités
de développement de leur communauté locale. En effet, ces derniers ne s'engagent pas
suffisamment dans les affaires publiques en raison de certaines contraintes socio-culturelles qui
constituent des freins à l’appropriation locale.

D’après les résultats de notre enquête de terrain, nous avons en outre observé que les facteurs
socio-culturels limitant de la participation des populations dans la réalisation des activités de
développement dans la commune de Bafut sont principalement de deux ordres :

 La survivance de certaines pratiques liées à la croyance traditionnelle locale. En effet, pour


pouvoir participer à certaines instances décisionnelles dans certaines communautés dans la
commune de Bafut, il faut remplir certaines conditions : être âgé, avoir de l'expérience, être
sage et mériter la confiance collective, être franc et surtout impartial. Ces conditionnalités
sont de nature à exclure certaines couches sociales de la population. Par ailleurs, nous
constatons que 16% des femmes enquêtées ne participent pas à la prise de décision dont
23% pour la raison du genre, et 77% pour des raisons diverses, comme le manque de
leadership féminin et l’intérêt pour d’autres activités familiales. Quant aux jeunes, près de
53% des personnes enquêtées ont déclaré que cette catégorie sociale est très souvent absente
dans les instances de prise de décision pour des raisons tels que : le manque d’intérêt de
certains jeunes pour le développement communautaire, l’exode rurale des jeunes hors des
villages, les conflits intergénérationnels.

 Le déplacement des querelles politiques sur le terrain socio-économique local. Ce qui


provoque des dissensions et favorise l'exclusion de certains groupes sociaux. Cette situation
serait dû au manque de maturité politique de la population, qui est quelque fois
instrumentalisée par les hommes politiques qui consciemment ou inconsciemment
véhiculent leur message dans un langage quelque fois tendancieux réveillant des vielles
querelles sociales.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 93
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 9
4

Conclusion du chapitre 4

Dans ce chapitre nous avons mis en exergue le fait que malgré la bonne dynamique de
l’approche participative observé dans la commune de Bafut, certains facteurs socioculturels,
politiques et économiques contribuent à limiter la participation de certaines couches sociales à la
planification et à la mise en œuvre des activités de développement local dans cette commune.

Il y a lieu de retenir que le phénomène d'exclusion et de marginalisation engendré au sein même


de certaines communautés ou par l'intervention extérieure peut déstabiliser le fonctionnement
traditionnel des communautés locales si elle ne prend pas suffisamment en compte les réalités
socio-culturelles et économiques. La combinaison des mécanismes d'exclusion peut se
manifester à l'intérieur même des structures associatives, et les mécanismes sont différents
suivant que ces organisations sont faibles ou dynamiques ; les phénomènes d'exclusion peuvent
également être favorisés par un contexte administratif et institutionnel qui ne maîtrise pas à
suffisance les démarches participatives. Ainsi, ce chapitre nous a permis d’illustrer les
mécanismes par lesquels ces phénomènes d'exclusion et de marginalisation sont créés ou
renforcés, ainsi que les facteurs limitant la participation des populations dans la mise en œuvre
des activités de développement dans la commune de Bafut.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 94
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 9
5

Conclusion de la 2ème partie

L’objectif de cette deuxième partie consistaient à présenter d’une part les enjeux du processus de
développement participatif et d’autre part procéder à l’analyse des facteurs limitant la
participation des populations dans la mise en œuvre des activités de développement dans la
commune de Bafut. L’approche de participative de développement local est très prometteuse et
mérite de s’adapter à chaque contexte social et communautaire. Il est en outre important que les
Bailleurs de fonds accordent un plus grand intérêt sur les possibilités de recourir à des projets de
développement participatif lors de l’étude préalable des opportunités d’aide et de financement
dans les pays en développement. L’approche participative peut se montrer appropriée dans
certains contextes, alors qu’elle ne donnera pas les résultats escomptés dans d’autres. Au lieu
d’en faire un outil « passe-partout », il y a une nécessité de procéder à une étude au cas par cas
en étudiant le contexte économique et social, l’environnement anthropologique de chaque
communauté locale.

Par ailleurs, au regard des données recueillies sur le terrain, de nombreux obstacles freinent
l'émergence et le renforcement de dynamiques locales de développement participatif. Il s'agit
non seulement d'obstacles extérieurs qui naissent d'un environnement socio-politique peu ouvert
aux initiatives d'acteurs locaux et/ou d'un contexte économique peu incitatif. Mais aussi des
obstacles inhérents à la communauté locale elle-même et qui découle du désintérêt pour l’action
collection chez certains groupes sociaux, ainsi que certains facteurs d’ordres socio-culturels.

Le développement local est avant tout l'affaire des communautés concernées. Ce sont elles qui se
prononcent sur les priorités hiérarchisées suivant leurs besoins et contribuent par ailleurs à la
définition des objectifs et besoins, ainsi que la mise en œuvre des actions programmées. Pour
cela elles devront maîtriser le processus participatif, et adhérer à la démarche elle-même en ayant
la possibilité de créer des structures décentralisées permettant l’appropriation de la démarche
participative.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 95
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 9
6

Conclusion générale

Au-delà de toutes les théories relatives à la participation des populations au processus de


développement, on peut dire qu'il y a une participation réelle de la population dans la mise en
œuvre des activités de développement local dans la commune de Bafut. Cela se s’observe
(comme le souligne bien les résultats de notre enquête) à travers les différentes réalisations faites
par les communautés locales, bien que le processus soit plus ou moins lent. En termes
d'infrastructure un certain nombre d'écoles primaires ont été réalisées, des points d’eau ont été
construits, des routes rurales ont été créés ou réhabilitées, des ouvrages de franchissement (pont,
dalots) ont été construits. Nous estimons que ce résultat est d'une signification assez importante
et qui contribue sans doute à dynamiser le développement local dans cette commune. Ainsi,
selon les résultats de nos analyses, les structures associatives de développement sont des acteurs
indispensables dans le développement de la commune de Bafut.

En partant de nos résultats, nous observons que même si les efforts de ces groupements, de ces
organisations et structures associatives ne sont pas souvent comptabilisés, ils occupent
aujourd'hui une place non négligeable dans le processus du développement. A cela s'ajoute leur
volonté de contribuer en ressources humaines (incitation des acteurs externes en faveur de leur
développement) ; en ressources agricole en vue de lutter contre la pauvreté. Pendant et après la
réalisation des actions, des comités de suivi-évaluation composés des membres des
communautés locales et l’agent de développement de la commune de Bafut sont mise sur place.
Aujourd'hui, avec ces instances nous voyons qu'un seul individu ne peut pas décider tout seul
pour conduire les actions de développement. Donc à chaque fois qu'une décision doit être prise
pour des actions, ce sont ces structures qui suivent de près et déclarent à la population des
actions initiées ou réalisées dans un conseil communautaire où tous les acteurs locaux de
développement sont invités. Avec les assemblées communautaires qui se tiennent régulièrement,
les documents comptables sont tenus par rapport aux investissements de la communauté. Partant
donc de ces structures associatives, nous observons que les populations de la commune de Bafut
ont compris qu'elles doivent révéler leurs potentiels et les utiliser pour entreprendre les actions
du développement de leur localité. La dynamique de l’approche participative et la politique de
décentralisation dans la commune de Bafut semble être en train de poser les bases du
développement projeté.

C’est dans cette logique de proposer une approche de solutions aux multiples problèmes qui
freinent le développement de nos communautés locales, que nous avons entrepris de conduire

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 96
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 9
7
cette étude intitulé « Analyse de la participation des populations dans la planification et la
mise en œuvre des activités de développement local au Cameroun : cas de la commune de
Bafut ». Notre intérêt pour cette thématique est né d'un constat selon lequel les communautés
locales regorgent de nombreuses potentialités qui ne sont pas toujours mis en valeur. Dans
certains cas, certaines communautés dynamiques parviennent au travers des approches
participatives à initier des actions de développement qui structure et transforment leur milieu.
Tandis qu’ailleurs, les ressources restent latentes.

Ainsi, nous avons jugé utile de chercher à comprendre la part de contribution de la population
dans le processus de développement de notre pays en général et à travers la localité de Bafut en
particulier. Dans cette étude, nous sommes partis de la question de recherche suivante : quelles
sont les forces et les faiblesses de la participation des populations dans la planification et la
mise en œuvre des activités de développement dans la commune de Bafut ?

La théorie du développement local participatif et la théorie de la décentralisation ont servi pour


affiner le cadre théorique. Les études de terrain avec l'utilisation de la technique de l'entretien
semi structuré et des interviews avec certains leaders de la commune de Bafut ont complété notre
démarche méthodologique. Les résultats auxquels notre étude a abouti ont corroboré avec nos
hypothèses de recherche à savoir :

 L’inclusion des populations dans la planification des activités de développement local


induit une meilleure mise en œuvre, suivi et pérennisation des projets de développement
local dans la commune de Bafut ;

 Les facteurs socioculturels, politiques et économiques limitent la participation de certaines


couches sociales à la planification et à la mise en œuvre des activités de développement
local dans la commune de Bafut.

Enfin, bien que nous ayons eu à atteindre ces résultats au terme de ce travail, nous ne pensons
pas avoir épuisé le champ de la recherche sur le sujet du développement participatif dans la
commune de Bafut. Nombreux sont des volets qui n'ont pas pu être abordés au cours de cette
recherche, faute de temps et de ressources nécessaires pour mener une étude plus exhaustive.
Nous estimons avoir laissé la voie de recherche qui peut être compléter par les prochaines
aventures scientifiques.

Partant des réalités observées sur le terrain et des expériences vécues dans le domaine du
développement participatif au Cameroun, nous formulons les recommandations suivantes à
l’endroit des acteurs de développement dans le pays :

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 97
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 9
8
 Sensibiliser la population au changement de vision à l'égard du développement
communautaire pour une participation effective aux projets de développement ;

 Procéder au recrutement des personnels chargés de l’animation communautaire dans


toutes les communes du pays et qui devraient travailler en étroite collaboration avec
les différentes communautés locales ;

 Renforcer les capacités de la couche féminine et juvénile à travers la formation et


l'accompagnement dans les initiatives individuelles et collectives pour assurer leur
émancipation collective ;

 Organiser des compétitions de meilleures pratique de développement local entre les


différentes communautés locales du pays, afin de stimuler une saine émulation entre
ces dernières ;

 Organiser des activités de renforcement de capacité au profit des leaders


communautaires ;

 Fournir des intrants agricoles et les moyens techniques modernes de production aux
Groupes d’Initiatives Communes (GIC) qui œuvrent dans les secteurs de
l’agriculture et l’élevage ;

 Encourager des initiatives privées dans le domaine agropastoral ;

 Sensibiliser à la transparence dans la gestion des affaires publiques locale pour


établir la confiance entre les dirigeants et la population à la base.

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 98
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 9
9
ANNEXE 1 : FORMULAIRE D’ENQUETE UTILISE LORS DE NOTRE DESCENTE SUR
LE TERRAIN DANS LA COMMUNE DE BAFUT

Research studies

Theme: The analysis of the participation of the populations in the


planning and the implementation of the local development activities in
Cameroon: case studies of the Bafut municipality.

Household semi-structured interview guide


NB: This survey is carried out in compliance with the law N° 91/023 of December 16, 1991 on
the obligation of secrecy in statistical matters. As a result, the information collected within the
framework of this survey will remain strictly confidential and use only for the subject cited
above.

I. Sociological profile of the respondent:

Q1.1. Name and Surname of the respondent


..........................................................
1= Male
Q1.2. Sexe
2= Female
Q1.3. Age ..........................................................
1= Single
2= Married
Q1.4. Marital status
3= Widowed
4= Divorced
Q1.5. Occupation (Main activity )
..........................................................
Q1.6. Main sources of income ..........................................................
1= illiterate
2= Primary
3= College / High School
Q1.7. Level of education of the respondent
4= Higher Education
5= Professional training
6= Other (please specify)...............................................
Q1.8. Number of people in the respondent
household ..........................................................

Q1.9. Residence stratum of the respondent 1= Urban


2= Rural

Q1.10 Area of residence of the respondent


………………………………………
1= Monogamous
Q1.11 Type of family
2= Polygamous

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 99
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
0
0
NB: Please for each question, just tick or circle the appropriate answers

II. Participation of the population in decision-making process in


the planning of development activities.

Q2.1. Do you participate in the decision-making concerning


the planning of local development activities in your locality? 1= Yes
2= No
If no what can be the reason…………………………...
Q2.2. How do you appreciate the level of involvement of the 1 = Good
population of your community in the decisions making 2 = Good enough
process concerning the development activities? 3 = Unsatisfactory
1= Make your voice heard to contribute to
community development

Q2.3. What are the reasons for your participation in the 2= Get informed about community development
decision making process regarding the development activities activities
in your community?
3= Contribute financially to the implementation of
development activities
4= Other (please specify).............................
1 = Women
2 = young people;
Q2.4. What are the different social categories that participate 3 = Vulnerable people;
in decision-making process when planning development 4 = elderly people
activities in your community? 5 = the council
6 = the state
7 = Other (to be specified) .........................
Q2.5. Amongst them which are the three main social
……………………………………………….
categories mainly represented in the decision-making process
……………………………………………….
when planning development activities in your community?
1 = the total adhesion of populations to decisions
taken locally
Q2.6. What is the influence of local decision-making on the
2 = lack of people's adhesion for decisions made
development of your community?
locally

3 = no influence

1 = The lack of information


Q2.7. What are the factors limiting people's involvement in 2 = political division
the decision-making process in your community? 3 = lack of interest in community development
4 = Other (to be specified) .................................

1 = better sensitization of the populations


Q2.8. What can you suggest so that population's participation
2 = inflicting sanctions on refractory people
in the decision-making on development issues in your
3 = greater decentralization of powers at
community be more effective?
community level

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 100
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
0
III. Participation in the identification and implementation of local 1
development projects

QUESTIONS ANSWER
Q.3.1. Does your community/village have a development 1= Yes
association 2= No
If no what can be the reason…………………………...

1 = The choice is made by the municipality through


the municipal councilors
Q3.2. Who does the selection of projects for funding in
2 = The local population during a village assembly
your community?
3 = The central state
4 = Other (to be specified) .........................

1 = The elderly
Q3.3. Which social groups in your community participate in 2 = women
the identification of projects to be financed? 3 = young people
4 = Other (to be specified) ...........................

1 = The elderly
Q3.4. Which social groups in your community participate in 2 = women
the realization of development projects? 3 = young people
4 = Other (to be specified) ...........................
Q3.5. The majority of people in your community/village
financially contribute to the realization of projects in the
1= Yes
locality?
2= No
If no what can be the reason…………………………...

Q.3.6. Is this financial contribution of the population 1= Voluntary


voluntary or compulsory? 2= Compulsory

Q.3.7. What is the average amount of a household


contribution per year for the funding of project in your …………………..… CFA Francs
locality?
Q.3.8. Are the management committees put in place for
each public infrastructure realized in your locality? 1= Yes
2= No
If no what can be the reason ………………………….
Q.3.9. How do you appreciate the mechanism of 1 = Good
maintenance of the public infrastructure realized in your 2 = Good enough
locality? 3 = Unsatisfactory

Q.3.10. What can you propose for the improvement of the


…………………………………………………
mechanism of maintenance of public infrastructure in your
…………………………………………………
locality?

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 101
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
0
VI. Participation of the population in monitoring and evaluation of 2
community development acvities

Q.4.1. Is there exist a monitoring and evaluation mechanism 1= Yes


of project in your area? 2= No
1 = The elderly
Q.4.2. If yes, which social categories participate in the 2 = women
monitoring and evaluation of development activities in your 3 = young people
area? 4 = vulnerable people
5 = Other (to be specified) .................................
1 = village development committee
Q.4.3. The monitoring and evaluation mechanism of projects 2 = fondoms
in your community is structured around: 3 = The council
4 = Other (to be specified) .................................
1 = Every month
2 = Every quarter
Q.4.4. At what frequencies the development committee
3 = Every semester
meetings are organized in your locality?
4 = Every year
5 = Other (to be specified) .................................

Q.4.5. According to you what is the influence of the 1 = Best achievement of projects
monitoring and evaluation mechanism on the success of 2 = Better maintenance of infrastructure realized
projects in your area? 2 = no influence

V. Factors of exclusion of population’s participation in the planning


process and implementation of development activities

Q.5.1. Are the representatives of populations of your locality


regularly invited to take part in council sessions to discuss 1= Yes
about development issues? 2= No

If no what can be the reason ………………………


1 = Perfectly taken into account
Q.5.2. Are the needs of the people in your area taken into
2 = Approximately taken into account
account by the council when preparing the budget?
2 = Not taken into account
1 = political division
2 = the lack of information of the populations
Q.5.3. What are the factors of exclusion of populations in the
3 = leadership conflicts at the village level
planning and implementation of development activities in
4 = the failure to take into account people's aspirations
your locality?
in identifying projects to sponsor
5 = Other (to be specified) .................................
Q.5.4. Does some social categories are excluded from 1= Yes
decision making for development issues in your community? 2= No
If yes what can be the reason ……………………
1 = The elderly
2 = women
Q.5.5. What are the social categories excluded from decision
3 = young people
making in your community?
4 = vulnerable people
5 = Other (to be specified) .................................

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 102
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
0
3

BIBLIOGRAPHIE

Banque mondiale. 1997. Faire reculer la pauvreté en Afrique subsaharienne, Washington D.C.:
Banque mondiale.

Banque mondiale. 2000. Rapport sur le développement dans le monde 2000/2001: Combattre la
pauvreté, Paris: Eska.

Banque mondiale, 2011, Qu'est-ce que la décentralisation ? Decentralization Thematic Team.

Bonfiglioli, Angelo. 2003. Le pouvoir des pauvres. La gouvernance locale pour la réduction de
la pauvreté, New York: Fond d'Équipement des Nations Unies.

Bonnal, J. ]995. Participation et risques d'exclusion: réflexions à partir de quelques exemples


sahéliens, série «Participation populaire», no 9, Rome: FAO. 136

Cernea, Michael M. 1998. La dimension humaine dans les projets de développement les
variables sociologiques et culturelles. Paris: Kar1hala.

Chauveau, l-P. 1997. La dynamique des sociétés rurales face aux projets participatifs de
développement rural. Réflexions et propositions d'action à partir d'expériences d'Afrique de
l'Ouest, série «Participation populaire», no Il, Rome: FAO.

CJing J.P., Razafindrakoto M. et Roubaud F. 2002. «Un processus participatif pour établir de
nouvelles relations entre les acteurs», in Cling, Roubaud et Razafindrakoto, Les nouvelles
stratégies internationales de lutte contre la pauvreté, Paris: DIALlÉconomica.

Correze, Annette. 2003. «La décentralisation, une opportunité pour la participation au


développement», in Journée d'Étude IRAM 2003 «De la Participation à l'Empowerment», Paris,
Institut de Recherches et d'Applications des Méthodes de développement.

Dumas André. Participation et projets de développement. In: Tiers-Monde, tome 24, n°95, 1983.
pp. 513-536;

Floquet, A et Mongbo R. 2000. « Production de connaissances et de consenssus pendant les


MARP et au-delà», in Lavigne-Delville P., Sellamna N. et Mathieu M., Les enquêtes
participatives en débat: ambitions, pratiques et enjeux, Paris, Karthala.

Gentil, Dominique. 2003. « Les méthodes participatives en débat», in Journée d'Étude IRAM
2003 «De la Participation à l'Empowerment», Paris: Institut de Recherches et d'Applications des
Méthodes de développement.

Hatcher, Pascale. 2003. Le modèle de développement intégré: la multilatéralisation des


orientations stratégiques de développement, Thèse de maîtrise en science politique, Université
du Québec à Montréal.

INS. : 2001, Enquête camerounaise auprès des ménages, (Ecam I)

INS. : 2004, Enquête camerounaise auprès des ménages, (Ecam II)

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 103
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
0
Jacob J.-P. 2000. Sciences sociales et coopération en Afrique: les rendez-vous manqués, Genève, 4
Nouveaux Cahiers de l'IUED (10).

Karima Boudedja. Les acteurs et le développement local : outils et représentations. Cas des
territoires ruraux au Maghreb. Géographie. Université Paul Valéry - Montpellier III, 2013.

Lambert, Agnès. 2003. « La participation dans l'élaboration des politiques de développement


rural et de lutte contre la pauvreté et les inégalités », in Journée d'Étude IRAM 2003 «De la
Participation à l'Empowerment», Paris, Institut de Recherches et d'Applications des Méthodes de
développement.

Lambert, A. t Le Meur, P-Y. 2002. Guide opérationnel pour la prise en compte des groupes
d'acteurs dans les politiques de lulle contre la pauvreté et les inégalités,
GRET.
Lammerink, Marc et Wolffers, Ivan. 1998. Approches participatives pour un développement
durable, Paris: Karthala.

Lavigne-Delville P., Sellamna N. et Mathieu M. 2000. Les enquêtes participatives en débat:


ambitions, pratiques et enjeux, Paris, Karthala.

Lavigne-DelviJJe P. et Mathieu M. 2003. «Le diagnostic participatif comme enjeu de pouvoir et


comme processus social», in Journée d'Étude IR AM 2003 «De la Participation à
l'Empowennent», Paris, Institut de Recherches et d'Applications des Méthodes de
développement.

Lavigne-Delville, P. 2005. Les diagnostics participatifs dans le cadre des projets de


développement rural dans les pays en développement: postulats, pratiques et effets sociaux des
PRA/Marp, Communication au colloque «Cultures et pratiques participatives», Paris.

Lévy, Marc. 2001. «Lutte contre la pauvreté, réduction des inégalités et de la vulnérabilité: bilan
des actions à la base», in G. Winter, Inégalités et politiques publiques en Afrique; pluralité des
nonnes et jeux des acteurs, Paris: Karthala-IRD.

Mathieu, Marilou. 2002. «Ballade d'un expert anthropologue sur les traces de la MARP»,
in Lavigne-Delville P., Sellamna N. et Mathieu M., Les enquêtes participatives en débat:
ambitions, pratiques et enjeux, Paris, Karthala.

Olivier De Sardan J.-P., Bierschenk, T. et Chauveau, J-P. 2000. Courtiers en développement. Les
villages africains en quête de projets, P31is: Karthala.

D'AQUINO, Patrick et SECK, Sidi Mohammed, 2001, Et si les approches participatives étaient
inadaptées à la gestion décentralisée de territoire ? Géo carrefour

Plan Communal de développement de la Commune de Bafut (PCD), 2017

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 104
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
0
5

Table des matières


AVERTISSEMENT / WARNING .............................................................................................................. iii
DEDICACE ................................................................................................................................................. iv
REMERCIEMENTS .................................................................................................................................... v
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................................... vi
TABLE DES ILLUSTRATIONS............................................................................................................... vii
RESUME ..................................................................................................................................................... ix
ABSRACT ................................................................................................................................................... x
INTRODUCTION GENERALE .................................................................................................................. 1
I. Contexte et justification de l’étude ................................................................................................... 1
II. Problématique................................................................................................................................... 3
III. Objectifs de l’étude ...................................................................................................................... 5
III.1. Objectif général ........................................................................................................................... 5
III.2. Objectifs spécifiques .................................................................................................................. 5
IV. Hypothèses de recherche .............................................................................................................. 6
V. Revue de la littérature....................................................................................................................... 6
VI. Méthodologie de l’étude ............................................................................................................... 9
VII. Intérêt de l’étude ......................................................................................................................... 12
VIII. Plan de rédaction ........................................................................................................................ 13
1ère partie :................................................................................................................................................... 14
CADRE D’INTELLIGIBILITE DU DEVELOPPEMENT PARTICIPATIF ET MISE EN EVIDENCE
DES MECANISMES DE PARTICIPATION DES POPULATIONS DANS L’IMPLEMENTATION
DES ACTIVITES DE DEVELOPPEMENT DANS LA COMMUNE DE BAFUT ................................. 14
INTRODUCTION DE LA PREMIERE PARTIE ................................................................................. 15
Chapitre 1 : ................................................................................................................................................. 16
CADRE CONCEPTUEL ET THEORIQUE DU DEVELOPPEMENT PARTICIPATIF ........................ 16
I. Cadre conceptuel du développement participatif ........................................................................... 16
I.1. La notion de développement local ............................................................................................... 16
I.2. La notion de participation ............................................................................................................ 18
I.3. La notion de développement participatif...................................................................................... 19
II. Cadre théorique de la décentralisation et du développement participatif ....................................... 20
II.1. Cadre théorique de la décentralisation ........................................................................................ 20
II.2. La théorie du développement participatif ................................................................................... 23
Conclusion du chapitre 1 ........................................................................................................................ 27
Chapitre 2 : ................................................................................................................................................. 28

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 105
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
0
MISE EN EVIDENCE DES MECANISMES DE PARTICIPATION DES POPULATIONS DANS 6
L’IMPLEMENTATION DES ACTIVITES DE DEVELOPPEMENT DANS LA COMMUNE DE
BAFUT ....................................................................................................................................................... 28
I. Présentation de la Commune de Bafut ................................................................................................ 29
I.1. Monographie, aspect géographique et socio-économique de la commune de Bafut ................... 29
I.2. Principales missions, fonctionnement et ressources de la commune de Bafut ............................ 40
II. Analyse des mécanismes de participation des populations dans l’implémentation des activités de
développement dans la commune de Bafut ............................................................................................ 52
II.1. Les modes opératoires de participation des populations dans la planification des activités de
développement dans la commune de Bafut ........................................................................................ 53
II.2. Analyse de la participation des populations dans l’implémentation des projets de développement
local dans la commune de Bafut ......................................................................................................... 58
Conclusion du chapitre 2 ........................................................................................................................ 65
Conclusion de la 1ère partie ..................................................................................................................... 66
2ème partie : ................................................................................................................................................. 67
ENJEUX DE L’APPROCHE PARTICIPATIVE ET ANALYSE DES FACTEURS LIMITANT LA
PARTICIPATION DES POPULATIONS DANS L’IMPLEMENTATION DES ACTIVITES DE
DEVELOPPEMENT DANS LA COMMUNE DE BAFUT ..................................................................... 67
INTRODUCTION DE LA DEUXIEME PARTIE ................................................................................ 68
Chapitre 3 : ................................................................................................................................................. 69
APPROCHE PARTICIPATIVE DE DEVELOPPEMENT LOCAL : DEFIS ET ENJEUX..................... 69
I. Les défis liés à l’approche participative du développement local .................................................. 70
I.1. Le défi de l’institutionnalisation des approches participatives .................................................... 71
I.2. Le défi lié à l’application à grande échelle des approches participatives..................................... 74
I.3. Le défi de l’articulation entre décentralisation, gouvernance locale et développement participatif
............................................................................................................................................................ 75
II. Les enjeux et problèmes liés à l’application de l’approche participative de développement local 77
II.1. Les enjeux de l’application de l’approche de développement participatif.................................. 77
II.2. Quelques problèmes liés à l’application de l’approche participative de développement ........... 78
Conclusion du 3ème chapitre .................................................................................................................... 81
Chapitre 4 : ................................................................................................................................................. 82
LES FACTEURS LIMITANT LA PARTICIPATION DES POPULATIONS DANS LA
PLANIFICATION ET L’IMPLEMENTATION DES ACTIVITES DE DEVELOPPEMENT DANS LA
COMMUNE DE BAFUT ........................................................................................................................... 82
I. Les mécanismes à travers lesquels les phénomènes d'exclusion des populations dans
l’implémentation des activités de développement sont créés ou renforcés ............................................ 83
I.1. Les objectifs de la participation tels que perçus par les acteurs du développement dans la
commune de Bafut.............................................................................................................................. 83
I.2. Les mécanismes d’exclusion liés à la mise en œuvre de la démarche participative .................... 86
I.3. Les mécanismes d’exclusion renforcés par la faiblesse de l’organisation communautaire ......... 88
I.4. Les mécanismes d’exclusion favorisés par le contexte administratif et institutionnel ................. 89

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 106
Analyse de la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des activités de
développement local au Cameroun : cas de la commune de Bafut. 1
0
II. Les facteurs limitant la participation des populations dans la planification et la mise en œuvre des 7
activités de développement dans la commune de Bafut ......................................................................... 91
II.1. Le désintérêt pour l’action collective comme facteur limitant la participation des populations
dans la réalisation des activités de développement dans la commune de Bafut ................................. 91
II.2. Les facteurs socio-culturels limitant la participation des populations dans l’implémentation des
activités de développement dans la commune de Bafut ..................................................................... 93
Conclusion du chapitre 4 ........................................................................................................................ 94
Conclusion de la 2ème partie .................................................................................................................... 95
Conclusion générale ................................................................................................................................... 96
ANNEXE ............................................................................................................................................... 99
BIBLIOGRAPHIE ............................................................................................................................... 103
Table des matières .................................................................................................................................... 105

MEMOIRE DE MASTER PROFESSIONEL « MANAGEMENT DES PROJETS » rédigé et soutenu par : PEGUI YANNICK FELIX 107

Vous aimerez peut-être aussi