Vous êtes sur la page 1sur 17

Ces gens qui remettent tout à demain (Condensé du livre paru
en
2005
aux


Éditions
de
l'Homme)
Rita Emmett (Auteur)
Lʼobjectif de ce livre

Parmi nos habitudes, remettre au lendemain en est une à laquelle beaucoup de


personnes sʼadonnent, et ce, parfois très fréquemment. La procrastination ou le fait
de temporiser est un véritable frein pour notre productivité et notre accomplissement
personnel. Ainsi, il est bon de sʼintéresser de près à ce problème qui touche une très
grande partie de la population et qui, au final, nʼapporte rien de très utile à celui qui
temporise.
Ce livre a donc justement pour objectif de nous faire comprendre ce quʼest la
procrastination, pourquoi nous temporisons et comment faire pour ne plus
temporiser. Une partie étant réservée à chacune de ces problématiques.

À propos de lʼauteur

(Source : Couverture du livre)


Rita Emmet est une conférencière émérite. Ses séminaires sur la procrastination
connaissent un immense succès. Parmi ses clients, on compte les sociétés AT&T et
Mercedes-Benz. Aux Éditions de lʼHomme, elle a publié « Ces enfants qui remettent
tout à demain ».
Table des matières
Introduction

Partie I : Mieux comprendre la procrastination

Chapitre 1 : Surmonter la peur que vous inspirent les tâches à accomplir

Chapitre 2 : Quelles excuses avez-vous lʼhabitude dʼinvoquer ?

Chapitre 3 : Le petit jeu de la temporisation

Partie II : Pourquoi temporise-t-on ?

Chapitre 4 : Ces peurs qui paralysent

Chapitre 5 : « Je voudrais pouvoir tout faire en même temps ! »

Chapitre 6 : « Au secours, je suis débordé ! »

Partie III : Stratégies efficaces contre la procrastination

Chapitre 7 : Prenez le temps de planifier

Chapitre 8 : S.O.S fouillis !

Chapitre 9 : Le temps cʼest de lʼargent

Chapitre 10 : La vie est un rêve… réalisable

Construction des chapitres


En fin de chapitre vous trouverez des citations motivantes sur le sujet en question et des exercices de
mises en pratique pour pouvoir mettre en application ce que vous venez de voir.
Introduction

La procrastination est un gros problème dans notre société. Remettre au lendemain


est le moyen le plus courant de ne pas faire ce quʼil faut faire aujourdʼhui.
Malheureusement, ce type de comportement nuit à notre productivité, à notre estime,
à la réalisation de nos projets ainsi quʼà notre style de vie.
Mais comme vous devez vous en douter, fort nombreuses sont les personnes dans
ce cas-là. Lorsque nous aurons vu les raisons de la procrastination, vous
comprendrez enfin pourquoi autant de personnes sʼadonnent à reporter leurs tâches.
Jʼai une bonne nouvelle ! La procrastination nʼest pas une attitude innée ou même un
trait de caractère, elle ne sʼapparente donc pas à ce que vous êtes personnellement.
Il sʼagit en fait dʼune habitude et comme toutes les habitudes que lʼon a, elle peut
changer en faisant des efforts, en travaillant dessus.
Lʼauteur de ce livre à savoir Rita Emmett était dʼailleurs totalement dans ce cas de
figure, cʼest à dire une véritable temporisatrice qui ne savait pas du tout sʼorganiser.
Cʼest en partie pour cette raison quʼelle a décidé de rédiger ce présent livre.
Partie I : Mieux comprendre la procrastination

Chapitre 1 : Surmonter la peur que vous inspirent les tâches à accomplir

Nous estimons souvent mal le temps que pourrait prendre la réalisation dʼune tâche.
Nous avons peur que la tâche soit gourmande en temps et quʼelle soit susceptible de
nous prendre une partie trop importante de notre journée. En fait, nous avons
tendance à surestimer son temps, car nous voyons de manière trop obscure
lʼaccomplissement de cette tâche.
Une solution pour être capable de mesurer la tâche en question consiste à utiliser un
minuteur et à le programmer pour 1 heure. Pendant ce laps de temps, ne faites rien
dʼautre, vraiment rien dʼautre que cette tâche. Vous pourrez ainsi voir où vous en
êtes plus facilement.

Voyons les différents ressentis après la mise en place de ce système :

1. Il aura fallu bien moins de temps que vous le pensiez pour réaliser votre tâche.

2. Si votre projet est en effet conséquent, alors au moins vous aurez commencé à
vous lancer. Décidez dʼailleurs à la fin de la première heure, quand vous déciderez
dʼen replacer une autre.

3. Si vous nʼavez pas terminé, vous commencez par vous approcher de la fin et cela
devrait vous motiver à continuer.

Au final, on a bien plus peur de se lancer dans une tâche que de devoir lui consacrer
du temps.
Il arrive aussi fréquemment que nous avons du mal à nous lancer dans des tâches
pénibles qui, si on ne sʼy attèle pas à temps, finissent par devenir une véritable
source de stress. Il est évident que vous devrez à un moment ou un autre vous
occuper de ces fameuses tâches. Plus ce style de travail est fait rapidement et tôt
dans votre journée, plus dʼune part vous serez satisfait de vous-même et plus il vous
sera facile dʼenchainer sur les autres tâches de votre journée, car votre stress dû à la
procrastination de la première tâche sera absent.
Vous lʼaurez donc compris, lʼidée est donc de commencer par ce qui est le plus
déplaisant !
Bien entendu, il vous sera très difficile, surtout au début, de commencer par les
tâches les plus déplaisantes, mais si vous arrivez à placer ce genre de tâche comme
une habitude, vous aurez alors plus de facilité à la réaliser. Éprouvez, avant de la
réaliser, la satisfaction que celle-ci vous procurera après sa réalisation. Cela vous
permettra de la commencer plus facilement.
Pensez aussi à rendre vos tâches désagréables le moins désagréables possible voir
agréable en y ajoutant des éléments comme :

• écouter de la musique.

• procéder aux sous tâches dans un autre ordre.

• essayez de tourner cette tâche sous la forme dʼun jeu.

Sachez aussi reconnaitre la partie la plus dérangeante de la tâche en question. En


appliquant le conseil précédent sur le principe de rendre une tâche moins
désagréable, essayez de vous concentrer sur la façon de rendre cette partie sensible
beaucoup plus attrayante.
Pour terminer, pensez à vous récompenser du travail effectué. Nʼhésitez donc pas à
vous permettre quelque chose dʼagréable à la fin de votre travail. Par contre, ne vous
leurrez pas en vous disant : « Travail accompli contient sa propre récompense », car
si tel était le cas, pourquoi autant rechigner à lʼaccomplissement de cette tâche ?

Chapitre 2 : Quelles excuses avez-vous lʼhabitude dʼinvoquer ?

Lorsque nous cherchons à réaliser la liste de toutes les choses que nous devons
faire dans notre vie, il arrive fréquemment que nous trouvions de nombreuses
excuses pour ne pas les avoir réalisées ou ne pas pouvoir les réaliser. Les excuses
fusent et nous tentons de nous convaincre nous-mêmes, ainsi que les autres, du
bien-fondé de notre inaction. Plus les excuses fusent, plus notre confiance diminue,
car à force de nous justifier de ne pas passer à lʼaction, nous ne faisons rien qui
puisse affirmer que nous avons le contrôle de notre vie.
Lʼidée est de commencer par se tenir un discours interne positif, encourageant et
proactif. En se confrontant à ce qui nous semble inconnu et où nous nous sentons
inexpérimentés, le temps nous permet de nous palier à ce problème à condition de
débuter modestement pour aller, si votre motivation le permet, jusquʼau rang
dʼexpert.
Ce qui est bien avec le problème des excuses, cʼest quʼune fois nos barrières
renversées, elles nʼont plus lieu de se redresser devant notre chemin. Tant que vous
resterez persuadé que vous ne pourriez pas arriver à quelque chose, vous nʼy
arriverez pas. Plus vous êtes persuadés du contraire, plus vous aurez de chance dʼy
parvenir. Cʼest de lʼautosuggestion positive.
La pire des excuses que lʼon peut trouver vis-à-vis du fait que lʼon ne passe pas à
lʼaction cʼest cette croyance quʼont certaines personnes à croire que lʼon travaille
mieux sous pression. Souvent lorsque lʼon travaille sous pression, cʼest que nous
nous confrontons à une situation dont lʼurgence est devenue trop intense.
Lʼadrénaline nous permet donc de nous lancer, mais les résultats sont souvent bien
moindres que si nous nous étions organisés pour les faire avant. En effet une loi
dans le monde de la productivité stipule quʼune tâche est faite dans le temps qui lui a
été imparti pour la faire, il sʼagit de la loi de Parkinson. Au final si vous fonctionnez
sou pression, il y a de fortes chances pour que vous ayez défini votre travail comme
terminé, mais que celui-ci ne soit pas de qualité optimale.
Souvent la flemme ou la peur nous empêchent de passer à lʼaction avant quʼelle
apparaisse et seul un pic dʼadrénaline nous permet de passer à lʼaction. Rendez-
vous compte des résultats escomptés et vous verrez quʼen général ils ne sont pas
très probants.

Deux lois sont à prendre en compte lorsque lʼon cherche à sʼorganiser :

La loi de Murphy qui dit que le pire peut toujours survenir. Il faut donc sʼattendre à
ce que des imprévus surviennent au cours de la journée et donc planifier en
conséquence.

La seconde loi que lʼon vient de voir :

La loi de Parkinson qui stipule que toute tâche finit par occuper le temps qui lui est
imparti. Du coup que vous le fassiez à la dernière minute ou bien avant, vous aurez,
dans les deux cas, terminé, mais dans le premier cas au risque dʼune qualité
médiocre.
En revanche là où il peut être intéressant de ne pas trop « travailler » sur une tâche,
cʼest lorsque celle-ci fait appelle à notre créativité ou à lʼutilisation « inconsciente du
cerveau », permettant de faire avancer la tâche sans avoir à y consacrer de la
concentration. Privilégiez donc de laisser reposer ce genre de tâches dans le cas où
vous persistez sans arriver à vos fins, histoire que votre inconscient y réfléchisse à
votre place.

Chapitre 3 : Le petit jeu de la temporisation

Lorsque nous nʼavons pas envie de nous atteler à une tâche, nous faisons souvent
recours à des ruses comme le fait de passer à lʼaction, mais sur des tâches qui ne
font pas parties des choses que lʼon sʼest imposé de faire. Lʼidée est simple, nous
cherchons à déculpabiliser du fait de ne pas faire la tâche en question. Autant pour
nous-mêmes que pour les autres, nous aimons dire que nous nʼavons pas eu le
temps à cause dʼune autre tâche dont nous nous sommes occupés.
Ce principe apparaît souvent lorsquʼau lieu de sʼoccuper dʼun projet, on se dit que ce
nʼest pas le bon moment pour lʼavancer et quʼil est préférable de sʼintéresser encore
et encore aux préparatifs.
Évitez aussi de laisser les autres mettre leurs fardeaux sur votre dos et de profiter du
fait que cela vous sert dʼexcuse pour ne pas faire ce que vous devez faire.
Une autre forme de procrastination consiste à laisser le temps filer sans se
préoccuper des tâches qui nous incombent. Pour vaincre cette forme de
procrastination, prenez conscience que vous laissez le temps filer sans lʼutiliser.
Comme nous lʼavons vu dans lʼintroduction, la procrastination est une habitude, ce
nʼest en rien une attitude innée, il va donc falloir prendre le taureau par les cornes et
changer certains traits de vos mauvaises habitudes en bons traits.
Partie II : Pourquoi temporise-t-on ?

Chapitre 4 : Ces peurs qui paralysent

Voyons dans ce chapitre les différentes peurs qui nous empêchent tant dʼagir.

Le perfectionnisme
Dans ce cas de figure nous avons peur de nous lancer, car une étape du processus
nous effraye et du coup nous remettons à plus tard histoire de « peaufiner » le reste.
Pour vaincre cette peur, il faut tout simplement comprendre quʼil nʼy aura jamais de
situation idéale pour lʼexécution de la tâche en question.
Tous ceux qui ont réussi ont connus dʼinnombrables échecs et les ont considérés
comme des prémisses de la réussite et non comme une fatalité.
Rappelez-vous que lʼêtre humain est imparfait et que la perfection ne peut, du coup,
pas exister.

La peur de lʼinconnu
Lorsque nous agissions sans trop savoir ce que cela va entrainer par la suite, nous
nous sentons dans une situation dʼinconfort et nous avons souvent peur de ne plus
ressentir la part de bien-être que lʼon avait à ne pas agir.

La peur dʼêtre jugé


Certaines personnes ont peur de la façon dont les autres vont les juger et se privent
de certains passages à lʼaction par peur quʼils nuisent à leur image.

La peur de commettre des erreurs


Cette peur est certainement la plus discutée dans le monde du développement
personnel, car cʼest peut-être celle qui a le plus de mal à sʼintégrer dans nos
systèmes de croyances tellement notre ego prend une place importante dans nos
vies. Lʼidée est de considérer lʼéchec non pas comme un frein à la réussite, mais
simplement comme une composante de cette dernière. Comme dirait un proverbe :
« 100 % de ceux qui ont réussi ont tenté leurs chances. ». Si vous ne faites rien,
vous nʼaurez pas dʼéchecs, mais encore moins de résultats.

La peur du succès
Certaines personnes ont peur de réussir, car elles sont en conflit de valeur. Si elles
réussissent, elles risquent de se sentir égoïstes, superficielles, snob… Du coup elles
se lancent dans lʼaventure sans jamais aller jusquʼau bout. Il leur faut en fait régler ce
problème de conflit de valeur qui leur permettrait de savoir exactement ce quʼelles
veulent tout en respectant leurs valeurs.

La peur à maintenir un haut niveau de performance


Cette peur est une extension de la peur du succès. Le fait de parvenir à vos fins
risque de vous effrayer, car vous risquez dʼavoir peur de ne pas réussir à maintenir
un haut niveau de performance sous peine de perdre confiance en vous. Encore une
fois il sʼagit dʼune réaction dʼego et le succès ne peut jamais être total, il avance
dʼailleurs en dent de scie (montée, descente, montée, descente…).
La peur du changement
Ayant peur de voir notre vie changer du tout au tout et ne plus pouvoir garder pied,
nous avons tendance à minimiser nos actions afin de rester dans nos zones de
confort. Cela rejoint la peur de lʼinconnu.

La peur des responsabilités


Lorsque lʼaction que lʼon cherche à réaliser implique de nous une responsabilité, à
notre goût, trop grande pour nous, il nous arrive de ne pas oser passer à lʼaction.

La peur dʼéprouver des sentiments ou des émotions désagréables


Lʼaffront à des émotions trop vives peut sʼavérer également un frein au passage à
lʼaction.

La peur de terminer ce que lʼon a commencé


Certaines personnes reportent la réalisation de tâches qui, une fois finies, impliquent
de réaliser dʼautres tâches quʼils nʼont pas spécifiquement envie de réaliser.

La peur du rejet
Nous avons peurs dʼêtre mal vus et dʼêtre considérés de lʼintérieur comme des êtres
imparfaits. En gros on sʼimaginerait un peu une phrase comme : « Non, je ne veux
rien savoir de toi, misérable vermisseau. » Encore une fois, contrôler ses réactions
dʼego est le meilleur remède à ce cas de figure.

La peur de prendre la mauvaise décision


Le fait de se tromper, de devoir accepter de passer par lʼéchec fait que certaines
personnes ne se sentent pas capables dʼagir et repoussent le passage à lʼaction
éternellement. Analysez dʼabord si votre choix a des conséquences importantes ou
non et sʼil est réversible ou non. Demander les conseils dʼun expert peut être une
excellente solution, car, qui mieux quʼun expert pourra vous guider à
lʼaccomplissement de votre tâche. En règle général nous avons tendance à avoir
plus de regrets que de remords cʼest-à-dire plus de mal à accepter le fait de ne rien
avoir fait que dʼavoir fait le mauvais choix, pensez-y !
Pour vaincre ses peurs, il est dʼabord important déjà de se demander de lʼidentifier
ou les identifier. Ensuite il sʼagit de chercher à définir le scénario du pire, cʼest-à-dire,
chercher à déterminer les conséquences les plus néfastes que vous risquerez dʼavoir
si jamais quelque chose de mauvais venait à se passer. Amplifier vos peurs au
maximum afin de comprendre quʼau final, la vérité est véritablement moins effrayante
et quʼelle est tout à fait acceptable.
Chapitre 5 : « Je voudrais pouvoir tout faire en même temps ! »

Certaines personnes et principalement les personnes hyperactives ont le don de se


concentrer sur de nouveaux projets dès quʼelles le jugent intéressant. En revanche
elles ont du mal à les tenir sur la durée, car dʼune part le nombre de projets est trop
élevé et leur motivation préfère sʼaxer sur de nouveaux projets qui sont plus
excitants.
Lʼidée pour résoudre la tentation de se lancer dans divers projets en même temps
consiste à prendre conscience de lʼimpossibilité technique que relève ce choix.
Soyez sélectif, déléguez, refusez certaines tâches. Il est important que vous finissiez
dʼautres projets avant dʼen lancer des nouveaux.
Si par exemple quelquʼun vous demande dʼaccomplir une tâche qui pour vous ne fait
pas partie de vos priorités, dites simplement : « Jʼaimerais bien consacrer un peu de
temps à cette noble cause, mais je ne peux pas présentement » ou encore « Je
serais heureux de pouvoir [réaliser...], mais ce ne mʼest pas possible [période
dʼimpossibilité]. » À force de vous affirmer et de définir des plages horaires précises
pour les choses que vous réaliserez, vous finirez par les réaliser plus naturellement.
Cela deviendra tout simplement une habitude.

Chapitre 6 : « Au secours, je suis débordé ! »

Une autre raison qui nous pousse à temporiser cʼest de se sentir débordé de tous les
côtés. Lorsque vous avez de nombreuses choses à accomplir, pensez à segmenter
vos grosses tâches par des sous tâches simples à réaliser. Mettez un ordre
chronologique en fonction de lʼurgence des tâches. Une fois votre liste de sous-
tâches définie chronologiquement, commencez par vous atteler à la première tâche
en question puis, une fois terminée, passez à la suivante. Nʼhésitez pas si une tâche
vous semble difficile pour vous, à la déléguer à quelquʼun dʼautre.
Ce qui fait que cela fonctionne bien cʼest que lorsque lʼon sʼattèle à des tâches
simples, nous sommes beaucoup moins effrayés quant à leur réalisation.

Un autre point important consiste à se faire des listes de choses à faire, également
appelées TO DO List (Liste À FAIRE). Celle-ci possède de nombreux avantages :

• Vous rappeler ce quʼil faut faire

• Libérer votre esprit

• Faire lʼinventaire de ce quʼil y a à faire

• Vous motiver en vous indiquant la direction à suivre

• Vous fixer des objectifs

• Vous concentrer sur les tâches à accomplir


• Éprouver une grande satisfaction après la réalisation dʼune tâche

• Vous représenter le travail à accomplir.

Pour ce qui est de lʼemplacement de votre liste de choses à faire, pensez à définir un
endroit précis où vous pourrez y accéder. Si vous vous dispersez et définissez de
nombreuses listes, vous finirez par les perdre très rapidement. Les feuilles de papier
ont un côté pratique, car elles tombent sous la main. En revanche, elles sont bien
trop faciles à égarer donc préférez un support fixe comme un carnet, un agenda ou
sur ordinateur dans un document texte.

Prenez des notes de ce que vous devez réaliser


Un petit conseil, pour rester motivé dans lʼutilisation de ce système de prise de note,
consiste à ne pas déchirer les pages des tâches que vous avez déjà réalisées. Cela
vous permettra de savourer votre « victoire » et vous permettra de faire le bilan de ce
que vous avez fait.
Un autre conseil pour pouvoir vous motiver et être au top consiste à définir vos temps
morts ou temps de repos. Nous sommes des êtres humains et nous avons des
besoins à satisfaire contrairement à des machines. Il faut donc définir également des
moments où lʼon sʼaccorde du temps pour soi. Lorsque vous êtes dans une situation
dʼattente, comme dans les transports en commun, chez le médecin, etc., profitez de
ces petits moments pour faire avancer vos projets. Pour cela, définissez simplement
à lʼavance ce que vous réaliserez pendant ces temps morts.

Lorsque vous vous confrontez à une tâche qui nʼa pas été réalisée le jour même,
deux options sʼoffrent à vous :

• Soit cette tâche est à vos yeux dʼune importance négligeable et vous la laissez
tomber ou vous la déléguez.

• Soit, elle est importante, dans ce cas définissez le plus tôt possible un horaire où
vous pourrez lʼaccomplir.

Dans le cas où vous décidez de la reporter, écrivez à côté sʼil sʼagit dʼune tâche
prioritaire ou non afin de clarifier votre liste.

Quand établir une liste de choses à faire ?


Pour définir le meilleur moment de votre liste de choses à faire, faites-le lorsque vous
êtes dans la période où vous vous sentez le plus productif ou dans les moments où
vous sentez que vous commencez à temporiser.

Organisation de vos affaires


Pour ce qui est de la gestion « administrative » dans un domaine précis, pensez à
prendre des dossiers différents dans lesquels vous pourrez ranger toutes vos affaires
concernant ce domaine en question.
Mieux vaut que vous ayez une zone précise où se trouvent toutes vos affaires dans
un domaine que dʼen avoir plusieurs dans tous les sens, car vous risquez de ne plus
vous rappeler dans lequel de ces différents dossiers, vous avez pu ranger ce que
vous cherchez.

Segmenter les tâches


Lorsque vous devez réaliser une tâche avec une échéance, définissez de nouvelles
échéances pour des sous-tâches qui la constituent. Cela permet, comme nous
lʼavons vu précédemment, de moins stresser pour la réalisation dʼune tâche
complexe, vu que celle-ci a été segmentée en tâches simples. De plus, la limite
arbitraire en termes de temps de réalisation vous permet de vous rassurer quant au
respect du délai final de la tâche principale.
Partie III : Stratégies efficaces contre la procrastination

Chapitre 7 : Prenez le temps de planifier

Certaines personnes tentent de se lancer dans des projets sans sʼêtre fixé au
préalable de plans dʼaction. Le problème de cette stratégie est le suivant :

• Il arrive que des imprévus vous retardent : principe de la loi de Murphy.

• Face à la tournure des événements, ces personnes abandonnent très vite.

• À cause de leur mauvaise expérience, elles préfèrent laisser traîner les choses.

Il nʼest pas nécessaire de recourir à des moyens de planification complexes comme


des diagrammes, des tableaux, des mindmap ou cartes heuristiques… mais
simplement de prendre le temps de répondre aux 4 éléments suivants :

• La réflexion

• La rédaction

• La conversation

• Lʼimagination

La réflexion
La réflexion est un élément important dans la planification dʼun projet. En effet dans
le cas contraire nous sommes confrontés au cas des personnes qui se lancent sans
réfléchir comme nous lʼavons vu précédemment.

La rédaction
La rédaction quant à elle consiste à simplement rédiger une liste des éléments à faire
dans votre projet. En effet si vous ne prenez pas le temps de mettre sur papier les
éléments de votre projet ce dernier restera flou ou possédera de nombreuses zones
dʼombres. Comme lʼa dit Mark Victor Hansen, coauteur du best-seller « Bouillon de
poulet pour lʼâme » : « Ne lʼancrez pas dans votre esprit, jetez lʼancre sur du
papier. »

La conversation
Ensuite vient lʼétape de la conversation. Communiquez des éléments de votre projet
à des proches pour avoir leur avis sur le sujet. Cela vous permettra dʼavoir la
confirmation dʼidées, lʼamélioration dʼidées existantes et de nombreux autres retours
sur votre projet.
Lʼimagination
Pour terminer, finissons avec lʼétape de lʼimagination qui consiste à vous visualiser
en train de réaliser votre projet afin de découvrir le maximum dʼéléments qui en font
partie.

Chapitre 8 : S.O.S fouillis !

Parmi la masse dʼinformation actuelle, il est important de savoir faire le tri entre les
choses qui nous sont véritablement utiles et les autres. Nous avons tous une quantité
de temps limitée à 24 heures par jour, il est donc bon de rappeler que :

• Nous ne pouvons pas tout faire.

• Nous ne pouvons pas tout lire.

• Nous ne pouvons pas tout savoir.

À lʼécole nous avons tendance à apprendre les choses de façon trop linéaire et de
sorte que pour comprendre une chose, il faut nécessairement avoir compris celle qui
la précède au risque de représailles.
Il était possible autrefois de lire lʼintégralité des journaux, des magazines, livres, etc.,
mais aujourdʼhui ce nʼest plus le cas. Lʼinformation vient de toutes parts et il est très
difficile dʼavoir le temps de lire toutes ces sources dʼinformation. Ainsi, il est bon de
faire un tri parmi ces sources pour pouvoir se concentrer sur lʼessentiel et avoir
suffisamment de temps pour le reste. Définissez simplement vos priorités de que
vous devez réaliser.
Si vous avez des tonnes de papiers étalés partout, du fait que vous nʼarrivez pas à
vous débarrasser de vos affaires, il serait bien de commencer par définir un endroit
de rangement avant de tout trier, puis de commencer à trier au fur et à mesure.
Nʼhésitez pas à jeter à la corbeille. Cela fait toujours un peu peur, mais il existe tant
de choses que lʼon garde uniquement parce que lʼon nʼa pas eu envie de réfléchir à
ce que lʼon veut réellement en faire.
Une question intéressante permet de mieux se rendre compte du problème engendré
par lʼaccumulation de paperasse : « Seriez-vous prêt à dépenser votre argent,
durement gagné, pour accroître votre pile de papiers ? »
En règle générale nous répondons à cette question par quelque chose du style :
« Jamais de la vie ! Je déteste voir la paperasse sʼaccumuler. Pourquoi irais-je payer
pour en avoir encore plus ? »
Pourtant, cʼest ce que font de nombreuses personnes en sʼabonnant à de multiples
magazines quʼils ne lisent pas. Demandez-vous donc réellement pourquoi vous avez
décidé dʼacheter ce magazine ou pourquoi vous vous y êtes abonné. Si cʼest par
souci de culpabilité, il y a en effet peu de chance que vous le lisiez un jour, vous
savez donc ce quʼil vous reste à faire.
De même, il peut sembler difficile également de se défaire de catalogues
promotionnels où lʼon vous propose des affaires en or à ne pas manquer. En règle
générale, vous pouvez être sûr que ce type dʼoffres se représentera à vous. Si
jamais vous en doutez, une idée simple consiste à en empiler un certain nombre,
dʼen faire une pile. Ensuite, prenez du temps pour les lire un à un, ensuite pour les
lire en diagonale, et pour finir par même en jeter une bonne majorité.
Vous verrez, ainsi, à quel point vous ne manquerez pas grand-chose à ne plus lire ce
genre de catalogue.

En plus de laisser de la paperasse partout, de nombreux temporisateurs apprécient


également de collectionner de nombreux objets. Voici les 3 raisons qui font que lʼon
tient tant à ne pas se débarrasser de certaines choses :

• Jʼaime mon fouillis.

• Cela pourrait me servir un jour

• Je suis incapable de jeter quoi que ce soit.

Jʼaime mon fouillis


La véritable origine de cet attachement réside dans les sentiments liés à ces objets.
Ils ont pour nous une importance dans notre vie vis-à-vis de notre passé et nous
avons du mal à nous en débarrasser à cause de ce lien au passé. Posez-vous donc
les questions suivantes :

• Jʼai peut-être déjà apprécié cela, mais est-ce que je lʼapprécie toujours
aujourdʼhui ?

• Jʼai peut-être eu besoin de cela, mais est-ce encore le cas aujourdʼhui ?

Cela vous permettra de faire un tri entre ce que vous garderez ou jetterez dans les
objets qui ont pour vous un affect sentimental.

Cela pourrait me servir un jour


Posez-vous la question suivante :
« Pourquoi est-ce quʼun objet qui ne vous a pas servi toutes ces dernières années
pourrait vous servir un jour prochain ? »
Si jamais vous doutez de lʼutilisation de lʼélément en question, posez-vous les
questions suivantes.
• Aurais-je de la difficulté à en trouver un autre ?

• Combien cela me coûterait-il ?

Déterminez ensuite le choix dʼaprès vous le plus sage, et passez à lʼaction.


Une fois que vous aurez pris lʼhabitude de faire ce tri, cela deviendra beaucoup plus
naturel et automatique et vous répondrez très rapidement à ce genre de questions.
Je suis incapable de jeter quoi que ce soit
Lorsque lʼon collectionne des objets, on a le sentiment de posséder une forte valeur
financière alors quʼen réalité nous nʼen voulons plus. Si vous ne savez pas comment
vous débarrasser de vos affaires, vous pouvez décider de faire un don à un
organisme de charité ou tout simplement faire une mise en enchère. Vous pouvez
également demander de lʼaide à un ami qui sera, lui, capable de prendre une
décision.
Pour ce qui est des cadeaux, il arrive souvent que nous recevions des cadeaux qui
ne nous plaisent pas. Si jamais il y a une raison pour que des personnes vous offrent
des cadeaux parce quʼils cherchent à « participer », préférez les mettre sur la piste
de ce qui vous serait utile au lieu de les laisser décider dʼacheter quelque chose qui
ne servira, au final, quʼà leur faire dépenser inutilement, ou simplement pour soulager
leur sentiment dʼacceptation.

Chapitre 9 : Le temps cʼest de lʼargent

La perte dʼargent est lʼune des grosses problématiques des gens qui temporisent, et
joue un rôle majeur aujourdʼhui.

Un des premiers problèmes : les impôts.


On peut facilement se sentir débordé par la tonne de paperasse que lʼon nous
demande pour payer les impôts. Tous les documents sont généralement éparpillés
partout et cela décourage certains à sʼen occuper rapidement.
Une solution consisterait à ranger les documents photocopiés pour les impôts dans
un même endroit afin de ne pas avoir à aller à droite et à gauche pour les récupérer.
Établissez également un échéancier pour éviter dʼavoir à payer plus cher à chaque
fois que vous dépassez les délais accordés. Comme nous lʼavons vu précédemment,
segmentez les grosses tâches ayant une date limite en sous tâches dont la date
limite est arbitraire. Définissez les petites récompenses que vous vous offrirez
lorsque vous aurez atteint vos objectifs intermédiaires.
Les impôts ne sont pas les seuls frais auxquels vous devrez rester vigilant, de plus
les dettes peuvent rapidement grimper et vous prendre à la gorge si vous ne faites
pas attention à ces dépenses.
Pour compenser vos fuites financières ou simplement pour gagner de lʼargent,
pensez aussi à ouvrir un livret épargne. À long terme le potentiel financier peut
sʼavérer très intéressant.
Chapitre 10 : La vie est un rêve… réalisable

La plus grosse problématique de la temporisation cʼest quʼelle nous fait regretter de


ne pas avoir agi. Du coup on se plaint avec des « jʼaurais dû ». Nous avons plus
souvent tendance à regretter de ne pas avoir agi que de mal avoir agi. Un jour sans
prévenir votre vie se terminera, alors au lieu de remettre à plus tard profitons de
lʼinstant présent que nous avons pour avancer.
Cherchez donc ce qui vous tient le plus à cœur et planifiez vos projets. Souvent
lorsque lʼon a envie de réaliser plusieurs choses, on se dit que lʼon nʼa pas le temps.
En réalité ce nʼest pas de temps, mais dʼorganisation que lʼon manque. En priorisant
et en définissant des plages horaires il nous devient possible dʼutiliser notre temps à
bon escient.
Si vous passez vos journées à faire des tâches qui vous rebutent, il peut être bon
pour vous de chercher à faire des activités qui vous plaisent. Si cela vous effraie de
commencer à cause du « manque de temps », décomposez votre activité en sous
activités moins coûteuses en temps.