Vous êtes sur la page 1sur 13

Révisions de Terminale S – Notions clés à maitriser de SVT pour le baccalauréat

Plan de révisions

THEME 1A : GENETIQUE ET EVOLUTION

NOTIONS ESSENTIELLES CONSEILS DE REVISIONS COMPETENCES OFFICIELLES Etat d’avancement de vos révisions Date
(attention tout n’est pas indiqué) NON ACQUIS A REVOIR ACQUIS buttoir

CHAPITRE 1 : LE BRASSAGE GENETIQUE ET SA CONTRIBUTION A LA DIVERSITE GENETIQUE


La méiose est la succession de deux divisions - Bien connaître le schéma de - Observer et interpréter des
cellulaires précédée comme toute division d’un méiose observations microscopiques de
doublement de la quantité d’ADN (réplication). Dans - Positionner les brassages inter cellules en méiose
un son schéma général elle produit quatre cellules et intrachromosomique - Effectuer une analyse statistique
haploïdes à partir d’une cellule diploïde. - Attention légendes et allèles simple d’un brassage
Au cours de la méiose, des échanges de fragments de - Revoir analyse de croisement interchromosomique (en analysant des
chromatides (crossing-over ou enjambement) se (fiche méthode et produits de méiose).
produisent entre chromosomes homologues d’une entrainement TP2) - Représenter schématiquement le
même paire. déroulement de la méiose à partir
Les chromosomes ainsi remaniés subissent un brassage - Revoir analyse de croisement d’une cellule diploïde
interchromosomique résultant de la migration (fiche méthode et - Effectuer une analyse statistique
aléatoire des chromosomes homologues lors de entrainement TP2) simple d’un remaniement
l’anaphase I. Une diversité potentiellement infinie de intrachromosomique (en analysant des
gamètes est ainsi produite. produits de méiose)
Des anomalies peuvent survenir. Un crossing-over - Etre capable de schématiser les - Illustrer schématiquement le
inégal aboutit parfois à une duplication de gène. Un anomalies sur schéma de mécanisme du crossing-over et ses
mouvement anormal de chromosomes produit une méiose (revoir TP3) conséquences génétiques
cellule présentant un nombre inhabituel de - Illustrer schématiquement les
chromosomes. Ces mécanismes, souvent sources de mécanismes expliquant certaines
troubles, sont aussi parfois sources de diversification anomalies chromosomiques
du vivant (par exemple à travers l’origine de familles
- Observer et interpréter des
multigénétiques).
observations microscopiques relatives
Au cours de la fécondation, un gamète mâle et un - Réaliser des tableaux de à la fécondation
gamète femelle s’unissent : leur fusion conduit à un croisement et calculer des - Réaliser une analyse statistique simple
zygote. La diversité génétique potentielle des zygotes probabilités (refaire partie TD des résultats d’une fécondation
est immense. Chaque zygote contient une combinaison du TP1)
- Décrire schématiquement un exemple
unique et nouvelle d’allèles. Seule une fraction de ces
de fécondation et ses conséquences
zygotes est viable et se développe.
génétiques

1
CHAPITRE 2 : DIVERSIFICATION GENETIQUE ET DIVERSIFICATION DES ETRES VIVANTS

D’autres mécanismes de diversification des génomes - Etre capable de donner un - Etudier les modalités d’une
existent : hybridations suivies de polyploïdisation, exemple par type de modification du génome
transfert par voie virale etc. diversification (faire exercices - Comparer les gènes du
S’agissant des gènes impliqués dans le développement, d’analyse) développement pour en
des formes vivantes très différentes peuvent résulter - Se documenter et diversifier identifier les homologies de
de variations dans la chronologie et l’intensité les exemples séquences
d’expression de gènes communs, plus d’une différence - Interpréter un changement
génétique évolutif en termes de
Une diversification des êtres vivants est aussi possible modifications du développement
sans modification des génomes : associations (dont
- Etudier un exemple de
symbiose) par exemple
diversification du vivant sans
Chez les vertébrés, le développement de modification du génome
comportements nouveaux, transmis d’une génération
à l’autre par voie non génétique, est aussi source de
diversité : chants d’oiseaux, utilisation d’outils etc.
CHAPITRE 3 : DE LA DIVERSIFICATION DES ETRES VIVANTS A L’EVOLUTION DE LA BIODIVERSITE

Sous l’effet de la pression du milieu, de la concurrence - Bien connaître les définitions - Analyser des exemples de
entre être vivants et du hasard, la diversité des des mots clés : population, spéciation dans des contextes et
populations change au cours des générations. espèce, sélection naturelle, selon des mécanismes variés à
dérive génétique, spéciation partir de documents fournis
L’évolution est la transformation des populations qui - Etre capable d’analyser des - Analyser des informations
résulte de ces différences de survie et du nombre de exemples de spéciation (ex : relatives à la définition des
descendants comparaison ours / grizzly) : TP5 limites d’une espèce vivante
- Avoir quelques repères - Analyser des exemples d’hybrides
La diversité du vivant est en partie décrite comme une
historiques sur la notion interspécifiques, hybrides ou non
diversité d’espèces. La définition de l’espèce est
d’espèces
délicate et peut reposer sur des critères variés qui
permettent d’apprécier le caractère plus ou moins - Etre capable d’analyser le
distinct de deux populations (critères phénotypiques, schéma bilan de la spéciation
interfécondité etc.). Le concept d’espèce s’est
modifié au cours de l’histoire de la biologie

2
Une espèce peut être considérée comme une
population d’individus suffisamment isolés
génétiquement des autres populations. Une population
d’individus identifiée comme constituant une espèce
n’est définie que durant un laps de temps fini.
On dit qu’une espèce disparaît si l’ensemble des
individus concernés disparaît ou cesse d’être isolé
génétiquement. Une espèce supplémentaire est
définie si un nouvel ensemble s’individualise.
CHAPITRE 4 : UN REGARD SUR L’EVOLUTION DE L’HOMME

D’un point de vue génétique, l’Homme et le - Bien connaître les - Comparer les génotypes de
chimpanzé, très proches, se distinguent surtout par la ressemblances et différences différents primates.
position et la chronologie d’expression de certaines entre Homme et chimpanzé - Positionner quelques primates
gènes - Connaître les différents actuels ou fossiles, dans un arbre
Le phénotype humain, comme celui des grands singes tableaux avec les phylogénétique, à partir de
proches, s’acquiert au cours du développement pré et caractéristiques des différents l’étude de caractères ou de leurs
post-natal, sous l’effet de l’interaction entre représentants du genre Homo productions.
l’expression de l’information génétique et - Connaître les principaux de
l’environnement (dont la relation aux autres individus) bases de la phylogénie
Les premiers primates fossiles datent de -65 Ma à -50
- S’entrainer à construire, lire
Ma. Ils sont variés et ne sont identiques ni à l’Homme
et exploiter des arbres
actuel, ni aux autres grands singes actuels. La diversité
phylogénétiques
des grands primates connue par les fossiles, qui a été
- Connaître par cœur les
grande, est aujourd’hui réduite. Homme et chimpanzé
caractères dérivés propres à la
partagent un ancêtre commun récent. Aucun fossile ne
lignée humaine
peut être à coup sûr considéré comme un ancêtre de
l’Homme ou du chimpanzé. - Bien comprendre la notion
d’ancêtre commun
Le genre Homo regroupe l’Homme actuel et quelques
hypothétique
fossiles qui se caractérisent notamment par une face
réduite, un dimorphisme sexuel peu marqué sur le - S’entrainer et refaire TP6 et
squelette, un style de bipédie avec trou occipital TP7
avancé et aptitude à la course à pied, une mandibule
parabolique… Production d’outils complexes et variété
des pratiques culturelles sont associées au genre
Homo, mais de façon non exclusive. La construction
précise de l’arbre phylogénétique est controversée
dans le détail.
CHAPITRE 5 : LES RELATIONS ENTRE ORGANISATION ET MODE DE VIE, RESULTAT DE L’EVOLUTION : L’EXEMPLE DE LA VIE FIXEE DES PLANTES
Les caractéristiques de la plante sont en rapport avec - Citer les différentes adaptations - Effectuer une estimation des
la vie fixée à l’interface sol/air dans un milieu variable en lien avec la vie fixée surfaces d’échanges d’une plante
au cours du temps.
3
Elle développe des surfaces d’échanges de grande - Bien connaître le schéma bilan par rapport à sa masse ou son
dimension avec l’atmosphère (échange de gaz au (s’entrainer à le refaire) volume
niveau des stomates, capture de la lumière pour - Citer les différentes structures - Représenter schématiquement
permettre la photosynthèse pour les cellules anatomiques et leur rôle dans la l’organisation d’une plante type
chlorophyliennes) et avec le sol (échange d’eau et nutrition de la plante et savoir en décrire un exemple
d’ions grâce aux poils absorbants par exemple). Des -
- Citer différences adaptations Recenser, extraire et exploiter
systèmes conducteurs (xylème pour la sève brute et anatomiques et physiologiques des informations concernant des
phloème pour la sève élaborée) permettent les en lien avec les conditions du mécanismes protecteurs chez une
circulations de matières dans la plante, notamment milieu plante (production de cuticules,
entre systèmes aériens et souterrain. de toxines, d’épines etc.)
- Citer des adaptations liées à la
Elle possède des structures et des mécanismes de - Analyser les modalités de
défense des plantes face aux
défense (contre les agressions du milieu, les résistance d’une plante aux
prédateurs
prédateurs, les variations saisonnières) variations saisonnières
- Savoir faire un diagramme floral
L’organisation florale, contrôlée par des gènes de et les analyser - Réaliser la dissection d’une fleur
développement, et le fonctionnement de la fleur - Connaître le modèle de simple et traduire les
permettent le rapprochement des gamètes entre développement d’une plante observations sous une forme
plantes fixées (modèle ABC) schématique simple (diagramme
La pollinisation de nombreuses plantes repose sur une floral)
- Bien revoir TP8, 9 et 10
collaboration animal pollinisateur / plante produit - Mettre en évidence les relations
- Comprendre la notion de co-
d’une co-évolution entre une plante et un animale
évolution
A l’issue de la fécondation, la fleur se transforme en pollinisateur
- Connaître quelques modes de
fruits contenant des graines - Mettre en évidence les relations
dispersion du pollen et des
La dispersion des graines est nécessaire à la survie et entre une plante et un animal
graines
à la dispersion de la descendance. Elle repose souvent assurant sa dissémination
sur une collaboration animal disséminateur / plante,
produit d’une co-évolution.

THEME 1B : LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE

NOTIONS ESSENTIELLES CONSEILS DE REVISIONS COMPETENCES OFFICIELLES Etat d’avancement de vos révisions Date
(attention tout n’est pas indiqué) NON ACQUIS A REVOIR ACQUIS buttoir
CHAPITRE 1 : LA CARACTERISATION DU DOMAINE CONTINENTAL – LITHOSPHERE CONTINENTALE, RELIEFS ET EPAISSEUR CRUSTALE

La lithosphère est en équilibre (isostasie) sur - Comprendre la notion d’isostasie - Réaliser et exploiter une
l’asthénosphère. Les différences d’altitude moyenne (modèle d’Airy et de Pratt) et modélisation analogique ou
entre les continents et les océans s’expliquent par être capable de calculer numérique pour comprendre la
des différences crustales l’épaisseur de racines crustales notion d’isostasie.
A un relief positif qu’est la chaîne de montagnes (équilibre isostatique) - Utiliser des données sismiques et
répond, en profondeur, une importante racine leur traitement avec des logiciels
crustale (modèle d’Airy)

4
- Bien comprendre que c’est la pour évaluer la profondeur du
lithosphère qui est en équilibre MOHO.
isostatique sur l’asthénosphère - Déterminer un âge en utilisant la
méthode de la droite isochrone
La croûte continentale, principalement formée de - Connaître la composition - Repérer à différentes échelles, des
roches voisines du granite, est d’une épaisseur plus pétrographique de la croûte indices simples de modifications
grande et d’une densité plus faible que la croûte continentale et les différentes tectoniques ou pétrographiques du
océanique densités raccourcissement et de
L’âge de la croûte océanique n’excède pas 200 Ma, - Comprendre la méthode de l’empilement.
alors que la croûte continentale date par endroit de radiochronologie et calculer
plus de 4Ga. Cet âge est déterminé par l’âge des roches. (refaire TP12)
radiochronologie reposant sur l’exploitation de
droites isochrones à partir de rapports isotopiques.
L’épaisseur de la croûte résulte d’un épaississement - Repérer sur une photographie
lié à un raccourcissement et un empilement. On en ou une carte les différents
trouve des indices tectoniques (plis, failles inverses, indices tectoniques et/ou
nappes) et des indices pétrographiques pétrographiques (TP11)
(métamorphisme, traces de fusion partielle). Les - Etre capable de les schématiser
résultats conjugués des études tectoniques et - Comprendre le métamorphisme
minéralogiques permettent de reconstituer un de collision
scénario de l’histoire d’une chaîne de montagnes.

CHAPITRE 2 : LA CONVERGENCE LITHOSPHERIQUE : CONTEXTE DE LA FROMATION DES CHAINES DE MONTAGNES

Les chaînes de montagnes présentent souvent les - Etre capable de reconstituer - Recenser, extraire et organiser des
traces d’un domaine océanique (ophiolites) et l’histoire d’une chaîne de données de terrain entre autres
d’anciennes marges continentales passives (failles montagnes (et la schématiser) lors d’une sortie.
normales, blocs basculés, sédiments anté-rift, syn- - Repérer les différents indices - Repérer à différentes échelles, de
rift et post-rift). La « suture » de matériaux de l’histoire d’une chaîne de l’échantillon macroscopique de
océaniques résulte de l’affrontement de deux montagnes sur des cartes ou roche à la lame mince, des
lithosphères continentales (collision) des photographies minéraux témoignant de
Tandis que l’essentiel de la lithosphère continentale - Refaire TP13 et TP14 transformations liées à la
continue de subduire, la partie supérieure de la subduction
- Bien connaître les
croûte s’épaissir par empilement de nappes dans la - Raisonner à l’aide de calculs
caractéristiques de l’ancien
zone de contact entre les deux plaques. simples sur le lien entre âge de la
domaine océanique
Les matériaux océaniques et continentaux montrent lithosphère / densité / Subduction
- Effectuer des calculs pour
les traces d’une transformation minéralogique à
prouver que c’est
grande profondeur au cours de la subduction
l’augmentation de la densité
La différence de densité entre l’asthénosphère et la
de la lithosphère océanique qui
lithosphère océanique âgée est la principale cause
est à l’origine de la subduction
de la subduction. En s’éloignant de la dorsale, la
lithosphère océanique se refroidit et s’épaissit.

5
L’augmentation de sa densité au-delà d’un seuil - Faire un lien entre âge de la
d’équilibre explique son plongement dans lithosphère, densité et
l’asthénosphère. En surface, son âge n’excède pas subduction
200Ma. - Revoir fiche méthode : analyse
profil topographique

CHAPITRE 3 : LE MAGMATISME EN ZONE DE SUBDUCTION – UNE PRODUCTION DE NOUVEAUX MATERIAUX CONTINENTAUX

Dans les zones de subduction, des volcans explosifs - Connaître les grandes - Observer à différentes échelles, de
émettes des laves souvent visqueuses (riches en différences entre volcanisme l’échantillon macroscopique à la
silice) associées à des gaz. explosif et volcanisme effusif lame mince, les roches mises en
La déshydratation des matériaux de la croûte (notamment en lien avec la place dans un cadre de subduction
océanique subduite libère de l’eau qu’elle a richesse en silice) et comprendre les différences de
emmagasinée au cours de son histoire, ce qui - Bien connaître le structures et leurs particularités
provoque la fusion partielle des péridotites du métamorphisme de subduction minéralogiques (abondance en
manteau sus-jacent. (HP/BT) et les conséquences de minéraux hydroxylés).
Si une fraction des magmas arrive en surface la déshydratation des - Réaliser et exploiter les résultats
(volcanisme), la plus grande partie cristallise en métagabbros de modélisations numériques de
profondeur et donne des roches à structure grenue - Expliquer et comprendre que la fusion partielle des roches.
de type granitoïde. Ce sont des roches déshydration des métagabbros - Comparer les compositions
magmatiques plutoniques (granite, granitoïde, entraîne l’hydratation des minéralogiques d’un basalte et
diorite) péridotites => abaissement de d’une andésite.
leur point de fusion à l’origine
d’un magma
- Comprendre qu’une
cristallisation lente de ce magma
est à l’origine des roches
L’autre fraction du magma cristalise rapidement en magmatiques plutoniques
surface et donne des roches à structure (granite, granitoïde, diorite)
microlithique de type andésite et rhyolithe. Ce sont - Comprendre que la cristallisation
des roches magmatiques volcaniques. rapide est à l’origine des roches
Un magma, d’origine mantellique, aboutit ainsi à la magmatiques plutoniques
création de nouveaux matériaux continentaux. (andésite, rhyolite)
- Réaliser un schéma général de la
subduction et de la production
de nouveaux matériaux
continentaux.
- Refaire TP15 et TP16
- Savoir analyser des diagrammes
PT

6
CHAPITRE 4 : LA DISPARITION DES RELIEFS

Les chaînes de montagnes anciennes ont des reliefs - Bien comprendre la différence - Exploiter des données
moins élevés que les plus récentes. On y observe à entre chaînes anciennes et cartographiques
l’affleurement une plus forte proportion de récentes - Utiliser des images ou des données
matériaux transformés et/ou formés en profondeur. - Comprendre la notion de roches satellites pour qualifier et
Les parties superficielles des reliefs tendent à à l’affleurement éventuellement quantifier
disparaître. - Connaître différents l’érosion d’un massif actuel
Altération et érosion contribuent à l’effacement mécanismes d’altération des - Etablir un schéma bilan du cycle
des reliefs. L’altération regroupe les processus roches des matériaux de la croûte
physiques, chimiques et biologiques qui conduisent
- Connaître les principes du continentale.
de la roche saine à ses produits de décomposition.
transport des produits de
L’érosion est l’ensemble des phénomènes qui
démantèlement et les processus
altèrent, enlèvent les débris et particules issus de
de sédimentation
l’altération et modifient le relief
- Comprendre l’implication des
Les produits de démantèlement sont transportés
phénomènes tectoniques dans la
sous forme solide ou soluble, le plus souvent par
disparition des reliefs
l’eau, jusqu’en des lieux plus ou moins éloignés où
ils se déposent (sédimentation) - Refaire TP17
Des phénomènes tectoniques participent aussi à la - Revoir vidéos
disparition des reliefs. L’ensemble de ces - Savoir réaliser le schéma bilan
phénomènes début par la naissance du relief et du cycle des matériaux et du
constitue un vaste recyclage de la croûte recyclage de la croûte
continentale continentale

THEME 2 : ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAIRES

NOTIONS ESSENTIELLES CONSEILS DE REVISIONS COMPETENCES OFFICIELLES Etat d’avancement de vos révisions Date
(attention tout n’est pas indiqué) NON ACQUIS A REVOIR ACQUIS buttoir
THEME 2A : GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

La température croît avec la profondeur (gradient - Bien connaître les définitions - Exploiter des données extraites
géothermique : augmentation de la température en suivantes : flux géothermique des atlas régionaux des ressources
fonction de la profondeur. Il est d’environ 3°C/100m (+valeur moyenne), gradient géothermales en France,
soit 30°/km). géothermique (+valeur concernant la température des
Un flux thermique atteint la surface en provenance moyenne), conduction, fluides extraits dans ces zones.
des profondeurs de la Terre (flux géothermique). Le convection, géothermie basse - Exploiter les données issues de la
flux géothermique est la quantité d’énergie dégagée énergie, géothermie haute tomographie sismique.
par la Terre par unité de surface. Il dépend du énergie
gradient géothermique et de la conductibilité des
roches. Il est d’environ 60mW/m2 en moyenne.

7
Gradient et flux géothermique varient selon le - Connaître l’inégale répartition
contexte géodynamique. Il est plus élevé au niveau du flux géothermique
des dorsales, des zones volcaniques des zones de - Connaître l’origine de ce flux
subduction et des point chauds. géothermique (chaleur
Le flux thermique a pour origine principale la d’accrétion + désintégration
désintégration des substances radioactives radioactive)
contenues de la roche, mais aussi le refroidissement - Connaître les deux modes de
de la Terre liée à la chaleur initiale de notre planète transfert de chaleur et leur
depuis sa création efficacité
Deux mécanismes de transfert thermiques existent
- Connaître le graphique
dans la Terre : la convection et la conduction. La
représentant l’évolution du
convection est un déplacement de chaleur associée
gradient géothermique et le
à un déplacement de matière. La conduction n’est
relier aux différents
pas associés à un déplacement de matière, il se fait
mécanismes de transfert de
de proche en proche. Le plus efficace est la
chaleur
convection.
- Connaître les principaux types
On observe des transferts par convection au niveau
d’exploitation de l’énergie
du noyau et du manteau, des transferts par
géothermique
conduction au niveau de la lithosphère et de
- Connaître le schéma bilan
l’interface noyau/manteau
général
La Terre est une machine thermique. L’énergie
géothermique utilisable par l’Homme est variable un - Refaire TP18 (notamment les
endroit à l’autre. L’énergie géothermique haute exercices de la partie TD)
énergie permet de faire du chauffage et de - Relire la fiche méthode
l’électricité contrairement à l’énergie géothermique
basse énergie qui ne permet pas de faire de
l’électricité. Le prélèvement éventuel d’énergie par
l’Homme ne représentent qu’une infime partie de ce
qui est dissipé.
THEME 2B : LA PLANTE DOMESTIQUEE

La sélection exercée par l’Homme sur les plantes - Etre capable de comparer - Comparer une plante cultivée et
cultivées a souvent retenu (volontairement ou plante cultivée et son ancêtre son ancêtre naturel supposé
empiriquement) des caractéristiques génétiques naturel - Recenser, extraire et exploiter des
différentes de celles qui sont favorables pour les - Citer différentes techniques de informations afin de comprendre
plantes sauvages. génie génétique les caractéristiques de la
Une même espèce cultivée comporte souvent - Bien comprendre les modification génétique d’une
plusieurs variétés sélectionnées selon des critères techniques de croisement et plante
différents ; c’est une forme de biodiversité. les gènes d’intérêt
Les techniques de croisement permettent d’obtenir - Refaire partie TD du TP19
de nouvelles plantes qui n’existaient pas dans la
- Bien relire la fiche méthode
nature (nouvelles variétés, hybrides etc.)

8
Les techniques du génie génétique (transgénèse,
mutagénèse) permettent d’agir directement sur le
génome des plantes cultivées.

THEME 3A : LE MAINTIEN DE L’INTEGRITE DE L’ORGANISME – QUELQUES ASPECTS DE LA REACTION IMMUNITAIRE

NOTIONS ESSENTIELLES CONSEILS DE REVISIONS COMPETENCES OFFICIELLES Etat d’avancement de vos révisions Date
(attention tout n’est pas indiqué) NON ACQUIS A REVOIR ACQUIS buttoir
CHAPITRE 1 : LA REACTION INFLAMMATOIRE, UN EXEMPLE DE REPONSE INNEE

L’immunité innée ne nécessite par d’apprentissage - Connaître parfaitement les - Observer et comparer une
préalable, est génétiquement héritée et est présente dés différents schémas bilans coupe histologique ou des
la naissance. Elle repose sur des mécanismes de - Refaire TP20 documents en microscopie
reconnaissance et d’action très conservés au cours de - Bien connaître les différentes avant et lors d’une réaction
l’évolution. L’immunité innée date d’il y a 800.000 ans et étapes de la réaction inflammatoire aigüe.
est opérationnelle dés la naissance inflammatoire - Recenser, extraire et exploiter
Très rapidement mise en œuvre, l’immunité innée est la des informations, sur les
- Connaître l’ensemble des
première à intervenir lors de situations variées (atteintes cellules et les molécules
acteurs moléculaires
des tissus, infection, cancer). C’est une première ligne de impliquées dans la réaction
- Comprendre l’action des anti-
défense qui agit d’abord seule puis se prolonge pendante inflammatoire aigüe.
inflammatoires
toute la réaction immunitaire. - Recenser, extraire et exploiter
La réaction inflammatoire aigüe en est un mécanisme - Bien comprendre la notion de
reconnaissance. des informations, y compris
essentiel. Elle fait suite à l’infection ou à la lésion d’un expérimentales, sur les effets
tissu, et met en jeu des molécules à l’origine de symptômes de médicaments antalgiques
stéréotypés (rougeur, chaleur, gonflement, douleur). et anti-inflammatoires.
La reconnaissance de l’élément étranger se fait grâce à la
fixation à un récepteur PRR. Cette reconnaissance permet
le recrutement de cellules plus spécialisées.
Certaines cellules sentinelles, après reconnaissance,
libèrent des médiateurs chimiques (prostaglandines,
cytokines, histamines etc.) qui permettent le phénomène
de vasodilatation et la sortie de cellules spécialisées
(diapédèse)
Les médicaments anti-inflammatoires bloquent très
souvent cette synthèse.
Des phagocytes ou macrophages réalisent la phagocytose.
La phagocytose est fait de 4 étapes : adhésion ou
reconnaissance (via récepteur PRR), ingestion, digestion et
libération des déchets.

9
L’immunité innée préparer le déclenchement de
l’immunité adaptative : un leucocyte phagocytaire
présente à sa surface un peptide antigénique grâce à une
protéine du CMH (complexe majeur d’histocompatibilité).
Elle devient une cellule présentatrice d’antigène qui
pourra migrer dans les ganglions lymphatiques pour
déclencher la réponse adaptative spécifique.
CHAPITRE 2 : L’IMMUNITE ADAPTATIVE, PROLONGEMENT DE L’IMMUNITE INNEE

Alors que l’immunité innée est largement répandue chez - Comprendre le lien entre - Recenser, extraire et
les êtres vivants, l’immunité adaptative est propre aux immunité innée et immunité exploiter des informations, y
vertébrés. Elle s’ajoute à l’immunité innée et assure une adaptative compris expérimentales, sur
action plus spécifique contre des molécules ou partie de - Comprendre les différentes les cellules et les molécules
molécules. L’immunité adaptative date d’il y a environ 400 étapes de l’immunité à intervenant dans l’immunité
Ma. médiation cellulaire et à adaptative.
Les cellules de l’immunité adaptative ne deviennent médiation humorale - Concevoir et réaliser une
effectrices qu’après une première rencontre avec un - Connaître parfaitement tous expérience permettant de
antigène grâce aux phénomènes de sélection, les schémas bilans caractériser la spécificité des
d’amplification et de différenciation clonales. molécules intervenant dans
- Connaître l’ensemble des
Les défenses adaptatives associées avec les défenses l’immunité adaptative.
acteurs moléculaires (leur
innées permettent normalement d’éliminer la cause du - Concevoir et réaliser des
récepteur, leur cible et leur
déclenchement de la réaction immunitaire. expériences permettant de
mécanisme d’action)
L’immunité à médiation humorale fait appel aux mettre en évidence les
- Ne pas confondre lymphocyte
lymphocytes B qui possèdent des anticorps membranaires. immunoglobulines lors de la
B et plasmocytes
Après reconnaissance ils se différencient sous l’action de réaction immunitaire.
- Ne pas confondre lymphocyte
l’interleukine 2 en plasmocytes et lymphocytes B
T4 ou T8 et lymphocytes T
mémoires. Les plasmocytes sécrètent des Anticorps qui se
auxiliaires ou cytotoxiques
fixeront sur les antigènes afin de former un complexe
immun qui sera détruit par phagocytose. Les anticorps sont - Revoir TP21 (immunité à
spécifiques en raison de leur structure moléculaire et la médiation humorale) et TP22
présence d’une partie variable (immunité à médiation
L’immunité à médiation cellulaire fait appel aux cellulaire)
lymphocytes T CD8 qui possèdent un récepteur TCR. Après - Connaître la structure d’un
reconnaissance ils se différencient sous l’action de anticorps et la notion de
l’interleukine 2 en LT cytotoxiques et LT8 mémoires. Les complémentarité
LT cytotoxiques se fixent sur les cellules infectées et les - Comprendre le rôle pivot des
détruisent par cytolyse et apoptose. LT4 et de l’interleukine
Les lymphocytes T CD4 jouent un rôle central. Après - Comprendre l’action du VIH
reconnaissance (via leur récepteur TCR) ils se différencient sur les LT4
sous l’action de l’interleukine 2 en LT auxiliaires qui
permettent les différentes différenciations des cellules

10
effectrices de l’immunité à travers la sécrétion - Comprendre la notion de
d’interleukine 2. Ces cellules sont la cible du virus VIH. cellules auto-réactives.
- Bien connaître la méthode
d’Ouchterlony (voir fiche
Le système immunitaire, normalement, ne se déclenche méthode)
pas contre des molécules de l’organisme ou de ses
symbiotes (bactéries intestinales par ex). Cela est vrai
notamment pour la réponse adaptative.
Pourtant les cellules de l’immunité adaptative, d’une
grande diversité, sont produites aléatoirement par des
mécanismes génétiques complexes qui permettent
potentiellement de répondre à une multitude de
molécules. La maturation du système immunitaire résulte
d’un équilibre dynamique entre la production de cellules
et la répression ou l’élimination des cellules auto-
réactives.
CHAPITRE 3 : LE PHENOTYPE IMMUNITAIRE AU COURS DE LA VIE

Une fois formés, certains effecteurs de l’immunité - Comprendre pourquoi on parle - Recenser, extraire et
adaptative sont conservés grâce à des cellules mémoires à de phénotype immunitaire organiser des informations sur
longue durée de vie. - Savoir expliquer le mode la composition d’un vaccin et
Cette mémoire immunitaire permet une réponse d’action des vaccins sur son mode d’emploi
secondaire à l’antigène plus rapide et quantitativement - Comprendre la notion de -
plus importante qui assure une protection de l’organisme cellules mémoires
vis à vis de cet antigène. La vaccination déclenche une
telle mémorisation.
L’injection de produits immunogènes mais non pathogènes
(particules virales, virus atténués etc.) provoque la
formation d’un pool de cellules mémoires dirigées contre
l’agent d’une maladie. L’adjuvant du vaccin déclenche la
réaction innée indispensable à l’installation de la réaction
adaptative.
Le phénotype immunitaire d’un individu se forme au gré
des expositions aux antigènes et permet son adaptation à
l’environnement. La vaccination permet d’agir sur ce
phénomène
La production aléatoire de lymphocytes naïfs est continue
tout au long de la vie mais, au fil du temps, le pool des
lymphocytes mémoires augmente

11
THEME 3B : NEURONE ET FIBRE MUSCULAIRE – LA COMMUNICATION NERVEUSE

NOTIONS ESSENTIELLES CONSEILS DE REVISIONS COMPETENCES OFFICIELLES Etat d’avancement de vos révisions Date
(attention tout n’est pas indiqué) NON ACQUIS A REVOIR ACQUIS buttoir
CHAPITRE 1 : LE REFLEXE MYOTATIQUE, UN EXEMPLE DE COMMANDE REFLEXE DU MUSCLE

Le réflexe myotatique est un réflexe - Connaître parfaitement le - Observer et comparer des lames
monosynaptique. Il met en jeu différents éléments schéma bilan du réflexe histologiques de fibre et de nerf
qui constituent l’arc réflexe. Il s’agit d’une myotatique - Observer des lames histologiques
contraction réflexe d’un muscle déclenché par un - Savoir localiser les corps pour comprendre l’organisation de
stimulus qui est son propre étirement. La moelle cellulaires des neurones la moelle épinière
épinière constitue le centre nerveux. impliqués - Recenser, extraire et exploiter des
Les neurones sensitifs captent l’information au - Connaître le schéma global informations afin de caractériser
niveau du fuseau neuromusculaire. Les fibres d’une boucle réflexe le fonctionnement d’une synapse
sensitives passent par la racine dorsale de la moelle
- Savoir schématiser et expliquer chimique
épinière. La synapse entre le neurone sensitif et le
le fonctionnement d’une - Interpréter les effets de
motoneurone est au niveau de la substance grise au
synapse chimique substances pharmacologiques sur
centre de la moelle épinière.
- Connaître l’ensemble des le fonctionnement de synapses
Le motoneurone transite par la racine ventrale de la
caractéristiques d’un message chimiques
moelle épinière et établit une synapse neuro-
nerveux (potentiel de repos,
musculaire au niveau de la plaque motrice du
potentiel d’action, codage
muscle.
etc.)
Les neurones sont des cellules spécialisées dans la
- Expliquer pourquoi le message
transmission du message nerveux. On peut observer
nerveux est de nature physique
de nombreuses dendrites autour du corps cellulaire.
et chimique
Un des prolongements est nommé l’axone.
Le message nerveux est de nature électrique codé en - Connaître les différents
potentiels d’action. Il répond à la loi du tout ou rien, éléments d’un neurone
c’est à dire qu’il se déclenche à partir d’un certain - Connaître l’action de
seuil. Il est codé en fréquence de potentiels différentes substances
d’action. Le message nerveux est également de pharmacologiques
nature chimique : au niveau des synapses, l’arrivée - Refaire TP24 + bien connaître
d’un potentiel d’action provoque l’exocytose de les grandes expériences
vésicules contenant des neurotransmetteurs qui, une historiques (partie TD du TP24)
fois libérés, pourront se fixer sur des récepteurs du - Revoir les deux fiches méthodes
neurone post-synaptique permettant par la suite de
déclencher un potentiel post-synaptique.
Au niveau de la synapse neuro-musculaire, le
neurotransmetteur est l’acétycholine

12
Des agonistes ou antagonistes peuvent modifier
cette transmission synaptique. Le curare en est un
exemple.
CHAPITRE 2 : DE LA VOLONTE AU MOUVEMENT – MOTRICITE ET PLASTICITE CEREBRALE

L’exploration du cortex cérébral permet de - Connaître et comprendre - Recenser, extraire et exploiter des
découvrir les aires motrices spécialisées à l’origine l’organisation du cortex informations, afin de caractériser
des mouvements volontaires. moteur les aires motrices cérébrales
- Connaître le trajet des voies - Recenser et exploiter des
Les messages nerveux moteurs qui partent du
motrices informations afin de mettre en
cerveau cheminent par des faisceaux de neurones
qui descendent dans la moelle jusqu’aux - Comprendre pourquoi on parle évidence la plasticité du cortex
de commande volontaire moteur.
motoneurones. C’est ce qui explique les effets
paralysants des lésions médullaires. - Comprendre la notion
Le corps cellulaire du motoneurone reçoit des d’intégration neuronale
informations diverses qu’il intègre sous la forme d’un - Comprendre la notion de
message moteur unique et chaque fibre musculaire plasticité cérébrale (à travers
reçoit le message d’un seul motoneurone. l’exemple de récupération
La comparaison des cartes motrices de plusieurs après AVC)
individus montre des différences importantes. Loin - Comprendre la notion de
d’être innées, ces différences s’acquièrent au cours capital nerveux
du développement, de l’apprentissage des gestes et
de l’entrainement.
Cette plasticité cérébrale explique aussi les
capacités de récupération du cerveau après la perte
de fonction accidentelle d’une petite partie du
cortex moteur. Les capacités de remaniements se
réduisent tout au long de la vie, de même que le
nombre de cellules nerveuses. C’est donc un capital
à préserver et entretenir.

13