Vous êtes sur la page 1sur 16

LES VITESSES

Encyclopédie
des Accros de l’auto
Des pignons à la chaîne
Q
uand tu entends le mot ‘vitesses’, tu penses peut-être
immédiatement au dérailleur de ton vélo ou à la boîte de
vitesses d’une voiture. C’est tout à fait logique, car ces deux
inventions sont des exemples parfaits de vitesses. Grâce à elles, les ballades
à vélo et en voiture sont beaucoup plus agréables aujourd’hui que par le
passé. Car les choses étaient très différentes avant.

1867 Sur les premiers vélos, les


pédales sont fixées à la roue
avant. Chaque tour de pédales
entraîne donc un tour de la roue avant. En
1867, le Français Pierre Michaux présente
son grand-bi. Ce vélo est équipé d’une très
grande roue à l’avant et d’une toute petite
roue à l’arrière. Le cycliste peut ainsi rouler
vite sans devoir pédaler rapidement. Mais
grimper une côte est un vrai cauchemar.

1885 John Kemp Starley, un inventeur anglais, conçoit


le vélo tel que nous le connaissons aujourd’hui:
deux roues de même taille, des pédales sur un pignon à l’avant
et une chaîne qui transmet la force du cycliste à un pignon sur
l’essieu arrière. Ajoutes-y des pneus à air (une invention faite en
1888 par un célèbre Ecossais, John Boyd Dunlop) et tu obtiens un
moyen de transport pratique et confortable.

1901
1867 1885 1899 1933

2
Encyclopédie des Accros de l’Auto LES VITESSES

1899 Panhard et Levassor, deux


constructeurs automobiles fran- 1952 Le constructeur automo-
bile Porsche introduit la
çais, font des expériences avec les vitesses. boîte de vitesses manuelle moderne. De
C’est avec une grande fierté qu’ils présentent une nos jours, toutes les voitures ont cinq à six
voiture à quatre vitesses. Mais il faut faire preuve vitesses (plus une marche arrière), tandis
d’une très grande habilité pour changer de rap- que les poids lourds comptent jusqu’à seize
port. Les pignons du système tournent les uns vitesses en marche avant et deux vitesses
indépendamment des autres: ils doivent donc en marche arrière.
tourner plus ou moins à la même vitesse pour
s’emboîter correctement. Si tu veux savoir com-
ment la boîte de vitesses d’une voiture moderne
résout ce problème, va vite lire les pages 6 et 7. 1958

1901 Les premiers vélos équipés d’un


changement de vitesses sur moyeu
font leur apparition sur le marché. Le changement
de vitesses sur moyeu fonctionne sur la base d’un
système de pignons cachés dans l’essieu arrière Hub Van Doorne, un inventeur hollandais,
(le moyeu). Dans le changement de vitesses sur lance le Variomatic: une boîte de vitesses
moyeu, la chaîne du vélo ne change pas de place et automatique sans pignons. Fini, donc, d’uti-
tourne toujours en ligne droite. Et comme le sys- liser le levier de vitesses pour changer de
tème de pignons est enfermé dans le moyeu, il ne rapport: la voiture le fait toute seule. Envie
subit les attaques ni de la poussière ni de la boue de savoir comment le système fonctionne
ni de l’humidité. Aujourd’hui encore, un très grand exactement? Fonce à la page 14.
nombre de vélos urbains ont un changement de vi-
tesses sur moyeu, le plus souvent avec trois à cinq
vitesses. Il n’est quasi pas possible d’avoir plus de
vitesses dans ce système, car le moyeu n’offre pas
assez de place pour accueillir plus de pignons.
2000 Audi, la célèbre marque al-
lemande, lance une version
améliorée du Variomatic. Entièrement com-
mandée par l’électronique, cette nouvelle
version – baptisée Multitronic – diminue la
1933 Un Italien dénommé Campa-
gnolo lance le premier dé-
consommation de la voiture et augmente sa
vitesse.
railleur fiable sur le marché. Un système révo-
lutionnaire, car il permet plus de vitesses que
le changement de vitesses sur moyeu. Deux ou
trois pignons à l’avant, et jusqu’à dix pignons à
l’arrière: voilà jusqu’à trente vitesses possibles.
La chaîne coulisse sur les pignons grâce à un
guide et des petites manettes servent à com-
mander le mécanisme.

1958 2000
1952

3
Les dents de la technique

L
es vitesses, ce sont des pignons. Beaucoup de pignons. Que ce soit
sur ton vélo ou dans la boîte de vitesses d’une voiture. Mais comment
fonctionnent les pignons, au fait? Et quand faut-il utiliser une chaîne ou
une courroie?

Que font les pignons?


Transmission des forces
Les pignons transmettent des forces. Un grand pignon tourne
plus lentement, mais exige plus de force qu’un petit pignon.
C’est pourquoi les usagers d’un grand-bi devaient pédaler com-

1
me des bœufs pour pouvoir faire tourner cette énorme roue.
Plutôt gênant dans les montées!

Accélération ou ralentissement d’un


mouvement de rotation
Un petit pignon a moins de dents et tourne plus vite qu’un
grand pignon. En plaçant un petit pignon à côté d’un grand, on

2
transforme donc un mouvement rapide en un mouvement lent.
L’insertion d’un pignon de grande taille fait exactement l’inverse.

Inversion d’un mouvement


En utilisant des pignons comptant le même nombre de dents,
on inverse le sens de rotation tout en gardant la même vitesse.
L’ouvre-boîte en est un exemple très pratique. En utilisant des

3
pignons comptant un nombre de dents différent, on modifie
non seulement le sens de rotation, mais aussi la vitesse.

4
EncyclopédieGaragastenEncyclopedie
des Accros de l’Auto LES VITESSES
BANDEN

Transmission à distance d’un mouvement


de rotation
Les pignons placés côte à côte ou l’un au-dessus de l’autre se
transmettent un mouvement sur une très courte distance.

On peut aussi relier des pignons sur une


distance plus importante, en utilisant
une chaîne. Les maillons de la chaîne
s’accrochent alors aux dents du pignon
(comme sur un vélo).

Les pignons et la chaîne peuvent


aussi être remplacés par des
poulies et une courroie. Les
poulies sont comme des
pignons sans dents, et
une courroie est comme une
chaîne sans maillons. La grande
différence avec une transmission par
chaîne, c’est que la courroie peut glisser, ce que
la chaîne ne peut absolument pas faire. Les appareils qui
sont actionnés par un moteur électrique ont vraiment besoin
d’une transmission capable de glisser. Si la partie mobile de
ce type d’appareil (le tambour d’un lave-linge, par exemple) se
bloque, le moteur électrique doit pouvoir continuer à tourner.

4
Ce qui est impossible si on utilise une chaîne. Et là, bonjour la
casse! Soit la chaîne saute, soit le moteur brûle.

Maintien d’un sens de rotation


Si on place un troisième pignon entre deux pignons, ces deux
pignons vont tourner dans le même sens. C’est très pratique
dans les petits espaces (les montres mécaniques, par exem-
ple). La marche arrière d’une voiture a aussi un troisième pi-
gnon de ce genre, que l’on appelle un pignon inverseur.

5
Pour garder le sens du mouvement, on peut aussi utiliser une
courroie ou une chaîne.

5
Comment fonctionne une boîte de vitesses
Chaque moteur a un régime optimum spé- directement au moteur. C’est la raison pour
cifique. Lorsqu’il tourne à ce régime, le laquelle on utilise une boîte de vitesses. Une
moteur garantit une conversion optimale boîte de vitesses est un système d’arbres et
du carburant en une force rotative pour les de pignons, qui convertit la vitesse de rota-
roues. Ce régime est toujours supérieur à la tion du moteur en un mouvement plus lent
vitesse à laquelle les roues tournent. Ce se- pour les roues.
rait donc une bonne idée de relier les roues

La boîte de vitesses d’une voiture fonctionne un


peu comme le changement de vitesses d’un vélo:
la chaîne passe d’un pignon à l’autre. Une boîte de
vitesses est juste un peu plus compliquée car elle
se compose de trois arbres, qui sont reliés entre
eux: l’arbre primaire qui vient du moteur, un arbre
intermédiaire ou arbre d’embrayage, et l’arbre de
transmission qui va vers les roues.

MOTeuR

arbre primaire

pignon 3ième
2ième vitesse
pignon
L’arbre primaire et l’arbre d’embrayage 1re VITESSE
tournent constamment avec le moteur. Les
pignons sur l’arbre d’embrayage font aussi
arbre d’embrayage
constamment tourner les pignons de l’ar-
bre de transmission. Mais ces pignons ne
sont pas fixés sur leur arbre et l’arbre de
transmission ne suit donc pas le mouve-
ment. Sauf quand on passe une vitesse...

6
Encyclopédie des Accros de l’Auto LES VITESSES

Quand l’automobiliste passe une vitesse, il fixe l’un des


pignons sur l’arbre de transmission, ce qui entraîne la ro-
tation de l’arbre et, par conséquent, des roues. Pour cela,
il faut un baladeur, une courroie crantée que l’on peut
déplacer de gauche à droite sur l’arbre grâce au levier de
vitesses. Les dents du baladeur s’emboîtent exactement
dans les petits trous sur le côté du pignon. Dès que le bala- levier de vitesses
deur s’agrippe dans le pignon, le pignon se fixe et l’arbre de
transmission se met à tourner.

baladeur

arbre de transmission

Tu sais que les pignons


qui s’emboîtent les uns
dans les autres tournent
en sens opposé. Ce prin-
cipe est appliqué pour
la marche arrière d’une
voiture. Un pignon in-
verseur est inséré entre
l’arbre d’embrayage et
pignon l’arbre de transmission,
inverseur qui se met du coup à
tourner dans l’autre sens.
Et les roues suivent di-
rectement le mouvement.

pignon pignon
pignon 5ième vitesse inverseur
4 vitesse
ième
pignon
me
vitesse

La première vitesse a un petit pignon sur l’arbre d’embrayage et un


grand pignon sur l’arbre de transmission. C’est logique: compare donc
avec les vitesses d’un vélo. Pour démarrer facilement, il faut sélection-
ner un petit pignon au niveau des pédales (où la force est exercée) et
un grand pignon au niveau de la roue arrière. Mais dès que la voiture
roule vite, l’automobiliste passe à la vitesse supérieure et réduit ainsi
l’écart entre les deux pignons. Le système de la boîte de vitesses per-
met donc de faire tourner les roues de plus en plus vite tout en gardant
le même régime au niveau du moteur.

7
Comment fonctionne une vitesse de vélo
Un vélo équipé seulement d’une transmission par
Pour atteindre le sommet d’une butte,
chaîne (sans vitesses) est parfait pour les plats
il faut choisir une vitesse permettant
et les descentes. Mais pour pédaler face au vent de pédaler plus vite. Il faut alors moins
ou pour grimper une côte, il faut monter sur les de force pour faire tourner le pédalier.
pédales et y mettre toutes ses forces. Avec les Le pignon placé au niveau des pédales
vitesses, par contre, il est toujours possible de est toujours plus grand que le pignon à
rouler à un rythme agréable, que ce soit en côte, l’arrière, mais plus la différence entre
les deux est petite, moins il faut four-
en descente, avec le vent dans
nir d’effort pour avancer.
le dos ou contre le vent.

S’il roule à plat et avec le vent dans


le dos, le cycliste peut opter pour une
vitesse permettant de pédaler plus
lentement. La roue tourne vite, mais
le cycliste pédale lentement.
Un dérailleur s’accompagne d’une
ou deux manettes. Autrefois fixées
sur le cadre du vélo, elles se trouvent Le groupe de pignons qui se
aujourd’hui au niveau du guidon. Les trouve à l’arrière s’appelle
manettes servent à déplacer la chaîne la cassette. Le pignon le
d’un pignon à l’autre. plus grand est toujours le
plus proche des rayons.

8
Encyclopédie des Accros de l’Auto LES VITESSES

Moins de tours, plus d’air

T
u sais déjà que chaque moteur de voiture possède un régime
optimal, c’est-à-dire un régime où il a un rendement maximum.
Ou, pour le dire autrement, lorsque le moteur tourne à ce régime
optimal, le moteur transforme la totalité du carburant consommé en
énergie pour les roues.

Un moteur de voiture peut facilement avant le feu suivant sont d’excellents clients
atteindre 5000 tours par minute, voire plus. pour les pompistes, mais de très mauvais
Mais c’est à faible régime qu’il consomme le calculateurs car ils consomment beaucoup
moins. En roulant dans les tours inférieurs plus de carburant.
et en passant plus vite la vitesse supérieure,
le conducteur réalise pas moins de 10% En plus, c’est bon pour l’environnement
d’économie de carburant. Concrètement: de rouler à l’économie. Il faut savoir que la
pour un moteur diesel, il faut changer de combustion de diesel ou d’essence libère
vitesse à maximum 2000 tours/minute et des substances toxiques dans l’air. Moins on
pour un moteur essence, à maximum 2500 consomme de carburant, moins on produit
tours/minute. de substances dangereuses.

Et il est encore possible d’apporter


d’autres améliorations à son style de
conduite. Par exemple en laissant la voi-
ture rouler doucement jusqu’au feu rouge.
Comme cela, elle n’arrivera à hauteur du
feu qu’au moment où il passera au vert. Et
pourra continuer sa route sans freinage ni
changement de vitesses. Les conducteurs
qui démarrent comme des fous dès que le
feu passe au vert et qui freinent sec juste

9
Les vitesses au travail

Q
ui a un faible pour les pignons? Le mécanicien automobile
et le mécanicien de cycles savent tous deux parfaitement
comment remplacer, réparer et régler une boîte de vitesses ou
un dérailleur. Même s’il y a de sérieuses différences entre les nombreux
systèmes. L’intérieur d’une boîte de vitesses manuelle n’a rien à voir
avec celui d’une boîte automatique. Et un changement de vitesses
sur moyeu est très différent d’un dérailleur.

A première vue, c’est le mécanicien auto- sion doit être apportée au niveau du câble du
mobile qui a la tâche la plus lourde. Car la dérailleur. Car c’est lui qui va permettre à la
boîte de vitesses d’une voiture est bien plus chaîne de glisser sans encombre d’un pignon
compliquée que le système de vitesses d’un à l’autre. Et il n’y a rien de plus
vélo. Sans oublier qu’une boîte de vitesses
ne fonctionne que si elle est parfaite-
ment réglée. Mais grâce à sa passion pour
l’automobile, le mécanicien connaît le sys-
tème de commande des vitesses comme sa
poche. Et tu sais quoi? Le système de pig-
nons de la boîte de vitesses se cache dans
un boîtier bien fermé, dans un bain d’huile
qui garantit une excellente lubrification. Les
saletés et les poussières n’y ont pas accès.
C’est un peu différent pour le dérailleur d’un
vélo.

Le réglage d’un dérailleur est un véritable


travail de précision. Cet engin se compose
d’une foule de petites pièces, qui jouent tou-
tes un rôle essentiel. La plus grande préci-

10
Encyclopédie des Accros de l’Auto LES VITESSES

énervant qu’une vitesse qui ‘craque’. Or, Un bon mécanicien de cycles connaît aussi
c’est ce qui arrive quand la chaîne n’est pas les avantages et les inconvénients de tous les
bien accrochée au pignon. Le passage rapide types de dérailleurs. Car son boulot consiste
d’une vitesse à l’autre est surtout très impor- aussi à conseiller les clients. Un cycliste du
tant pour les coureurs cyclistes et les vété- dimanche, qui ne roule jamais en terrain ac-
tistes, par exemple lorsqu’ils se retrouvent cidenté, n’a pas vraiment besoin de trois pig-
soudain face à une petite montée bien raide. nons à l’avant et d’une cassette de dix pignons
à l’arrière. Ce type de vélo correspond plus
au routier chevronné. Et que faire lorsqu’un
fan de VTT se plaint de sa chaîne qui patine?
Les pignons du vélo sont-ils usés? Ou est-ce
la chaîne qui est distendue? Le mécanicien
de cycles connaît la bonne réponse.

11
Variez avec le Variomatic

C
es cent dernières années, les expériences n’ont pas manqué sur les
boîtes de vitesses. Le levier de vitesses, par exemple, a déjà changé
plusieurs fois de place. Sur certaines voitures, le levier n’était plus
qu’une manette au volant; sur d’autres, il était intégré dans le tableau de
bord. Mais les expériences les plus intenses ont naturellement été menées
sur le système de transmission même. Et ces expériences ont parfois
débouché sur des inventions fantastiques. Le Variomatic en est un
magnifique exemple. Cette boîte de vitesses automatique a fait la fierté
de Hub Van Doorne, constructeur automobile et fondateur de la marque
hollandaise Daf.

Les premières Daf équipées du tout nou- conducteurs de Daf n’avaient donc plus qu’à
veau Variomatic sont sorties de l’usine en appuyer sur l’accélérateur ou la pédale de
1958. Mais, avant d’en arriver là, il a fallu frein. Les vitesses, la voiture les pas-
plusieurs années pour mettre le système sait toute seule. Ce qui est drôle, c’est
au point. Au début des années 50, Hub Van que la voiture pouvait rouler aussi
Doorne réfléchissait déjà à un nouveau sys- vite en marche arrière qu’en marche
tème de transmission. Les boîtes de vites- avant. Des courses spéciales étaient
ses automatiques (dans lesquelles ce n’est organisées uniquement
pas le conducteur qui change les vitesses, en marche
mais la voiture elle-même) existaient déjà. arrière dans
Mais toutes reposaient sur un système de les années
pignons. Et comme il y a autant de vitesses ‘70. Inutile
que de pignons, le nombre de vitesses était de dire que
toujours limité. les Daf étaient
imbattables.
Le Variomatic n’avait pas de pignons. Et
le levier de vitesses n’avait que deux posi-
tions: marche avant et marche arrière. Les

12
Encyclopédie des Accros de l’Auto LES VITESSES

13
Le Variomatic à la loupe
Le Variomatic compte trois composants essentiels: une
courroie et deux poulies qui peuvent s’agrandir ou se ré-
trécir grâce à leurs deux moitiés mobiles. La courroie relie
les deux poulies.

Lorsque les deux moitiés d’une


Reliée aux roues, la
poulie se rapprochent, elles aug-
deuxième poulie est
mentent le diamètre du disque
également mise en
que la courroie parcourt. Si les
mouvement via la
deux moitiés de l’autre poulie
courroie.
Le moteur s’écartent, le disque ainsi formé a
actionne la un diamètre plus petit. Cela crée
première un nouveau rapport de transmis-
poulie via un sion entre les deux poulies.
arbre.

arbre primaire
courroie

Et comme les poulies peuvent se rap-


procher et s’écarter indépendamment poulie
l’une de l’autre, le nombre de vitesses
est infini, en marche avant comme en arbre
marche arrière.
Arbre de transmission

Variomatic est une marque. Le système dans Audi a par exemple lancé son système Multi-
lequel le rapport de transmission entre deux tronic. Cette transmission à variation continue
poulies est constamment adapté aux circons- est entièrement commandée par l’électro-
tances porte aussi un nom plus général: la nique. Et là où le Variomatic utilisait encore
transmission à variation continue ou TVC. une courroie en plastique, le Multitronic s’est
vu doté d’une chaîne d’entraînement en acier.
Aujourd’hui, Daf ne construit plus de voitures Mais les avantages restent les mêmes: les vi-
(mais bien encore des camions). Mais le sys- tesses se changent sans à-coups et, comme la
tème TVC a survécu et est à nouveau utilisé de voiture roule toujours au meilleur rapport, elle
plus en plus souvent. Il y a quelques années, consomme moins de carburant.

14
Encyclopédie des Accros de l’Auto LES VITESSES

Questions-réponses
Est-il possible de passer la marche arrière quand
la voiture roule à 120 km/h?
Non, la marche arrière ne peut être pas-
sée que lorsque la voiture est à l’arrêt.
Pour passer la marche arrière, on uti-
lise le levier de vitesses pour placer un
pignon inverseur entre l’arbre de trans-
mission et l’arbre d’embrayage. Ce pignon
sert à inverser le sens de rotation de l’arbre de
transmission et à faire rouler la voiture en mar-
che arrière. Il te suffit donc d’imaginer ce qui se
passe si tu veux emboîter un pignon à l’arrêt et
un pignon qui tourne vite. Beaucoup de bruit et de
craquements en perspective, mais c’est mission impossible. Les
pignons ne peuvent s’emboîter que lorsqu’ils sont tous les deux à l’arrêt. La voi-
ture doit donc elle aussi être à l’arrêt pour pouvoir passer la marche arrière.

Pourquoi est-il conseillé de laisser la première


vitesse sur une voiture garée en pente?
C’est le meilleur moyen d’être sûr de retrouver sa voiture là où on l’a laissée.
Bon, normalement, il n’y a aucun danger à se garer en côte si le frein à main est
bien tiré. Mais que se passe-t-il si le frein à main n’est pas bien serré? Ou s’il
a un problème? La voiture va dévaler la pente. Sauf si le conducteur a laissé la
première vitesse.
Petite explication: les pignons de l’arbre de transmission ne sont pas fixés sur
l’arbre en question. La seule façon de fixer l’un des pignons sur l’arbre est de
passer une vitesse, ce qui actionne le baladeur. Si la voiture est au point mort
(sans aucune vitesse sélectionnée, donc), il n’y a aucune connexion entre l’arbre
de transmission et le reste de la boîte de vitesses. Et si l’arbre de transmis-
sion peut bouger librement, les roues le peuvent aussi puisqu’elles sont reliées
avec l’arbre de transmission. Si le frein à main ne marche pas, la voiture va donc
rouler librement jusqu’au bas de la rue. Mais si la première vitesse est passée,
l’arbre de transmission est attaché à l’arbre primaire via l’arbre d’embrayage.
Or, l’arbre primaire ne peut bouger que si le moteur tourne. Les roues sont donc
bloquées grâce au système d’engrenages de la boîte de vitesses. Une protection
supplémentaire dans les côtes.

15
L’Encyclopédie des Accros de l’Auto est une initiative d’unavenirquiroule.be
unavenirquiroule.be est une action du secteur automobile.

unavenirquiroule.be, Avenue J. Bordet 164, 1140 BRUXELLES

Éditeur responsable : Luc De Moor, unavenirquiroule.be


Concept et réalisation : www.linkinc.be et www.zeppo.be
Dessins : Sam Vanallemeersch