Vous êtes sur la page 1sur 1

RESUMÉ

La Société de Distribution d’Eau de Côte d’Ivoire (SODECI), concessionnaire du service public de


distribution d’eau en C.I, a réalisé un chiffre d’affaires de 98,4 milliards F CFA en 2018 avec un
bénéfice net de 2,864 milliards F CFA (Annexe 1).
Malgré une progression continue du chiffre d’affaires depuis 2011, elle peine à faire croître ses
profits. Le résultat net oscille entre 2,6 mil et 2,8 milliards de FCFA depuis 2013.
Cette situation induit une baisse progressive de sa profitabilité. En 2018, le taux de profitabilité
était de 2,91%, son plus bas niveau sur 10 ans, abstraction faite de 2010.
À la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l’UEMOA, son cours a baissé à 3050 F CFA, son
plus bas niveau depuis le 24/09/2012.
Parue en 2016 sous l’intitulé Responsabilité sociale des entreprises et compétitivité 1, une étude de
France Stratégie portant sur 8 500 entreprises relève un écart de performance économique moyen
d’environ 13 % entre les entreprises ayant mis en place des pratiques RSE et celles ne l’ayant pas
fait. Ces écarts de performance varient en fonction de la dimension RSE observée : 5 % pour la
dimension ‘‘relation client/fournisseur’’, 8 % pour la dimension ‘‘certification environnementale’’, 9
% pour la dimension ‘‘ressources humaines’’ et 20 % pour la dimension ‘‘sociale’’.
Le gain économique de la dimension ’’ressources humaines’’ s’explique par la meilleure valorisation
du capital humain et organisationnel de l’entreprise que génèrent les pratiques RSE : mettre en
place des dispositifs managériaux collaboratifs ou des innovations organisationnelles améliore le
climat social, mais aussi l’efficacité et l’engagement des collaborateurs. Ces éléments ont un
impact net sur la performance économique de l’entreprise.
Par ailleurs, selon cette étude, les entreprises associant pratiques de gestion des ressources
humaines RSE et outils de gestion technologique et organisationnelle (certification sur la qualité,
actions de formation, outils de travail collaboratifs, etc.) ont une performance économique
supérieure d’environ 20 % à celle des autres entreprises.
En outre, c’est lorsque les contraintes réglementaires (loi et norme ISO 26000) sont combinées
avec des pratiques volontaires qu’on observe un lien positif avec la performance sur les
entreprises étudiées.
Les gains en efficience que peut générer la RSE se répercutent positivement sur la compétitivité.
En outre, une démarche d’amélioration continue dans les domaines de la sécurité, des
compétences ou des conditions de travail permet aussi aux organisations de prévenir les risques
industriels, sanitaires ou psychosociaux, et d’éviter ainsi les coûts associés.
À ce titre, l’indice IBET et plus encore le SROI, sont de bons indicateurs pour éclairer les impacts
d’une politique RSE sur la performance économique d’une organisation.
Il s’agit pour nous dans le cadre de ce mémoire de contribuer à l’augmentation de la profitabilité
de la SODECI par la proposition d’un plan d’actions RSE efficientes. Ceci explique le choix du
thème suivant : « Contribution à l’augmentation de la profitabilité d’une société de distribution de
l’eau : le cas de la SODECI ».