Vous êtes sur la page 1sur 30

Organisation, principes et cahier des charges - Projet EEA Fondamental - 2018

L2 - EEA Fondamentale – FSI – Université de Toulouse (UPS)

Asservissement de la vitesse d'un Moteur à Courant Continu


au moyen d'un variateur de vitesse à faible pertes constitué d’un
hacheur série abaisseur un quadrant piloté par une commande
de type Modulation par Largeur d'Impulsions (M.L.I).

Sommaire

I : Organisation du projet 1
II : Régulation de vitesse d’un moteur à courant continu 8
III : Cahier des charges 18

I : Organisation du projet
Introduction

Le projet technique EEA-Fondamental proposé aux étudiants de L2 EEA durant le semestre S4 est pluridisciplinaire, tout en
demeurant complètement intégré aux matières associées à la filière EEA. Il a pour but de vérifier :
- que l'étudiant possède des connaissances scientifiques et techniques,
- qu'il soit capable de les mobiliser pour réaliser un dispositif technologique d’actualité, en occurrence la régulation de la
vitesse d’un moteur électrique à aimants permanents,
- qu’il puisse s’organiser et mener à bien son projet au moyen d’un travail d’équipe, tout en respectant un cahier de charges,
- qu'il soit capable de synthétiser par écrit et par oral les résultats de ses travaux,
- qu’il puisse gérer, en équipe, le temps qui lui est imparti pour son exposé oral et répondre aux attentes du jury.

I-1. Motivations

Le projet concerne la mise en œuvre complète et la validation de la régulation de vitesse d’un moteur à courant continu
(MCC) au moyen d’un variateur de vitesse à faibles pertes basé sur un hacheur série, abaisseur de tension 1-quadrant,
commandé par modulation de largeur d’impulsions (MLI). Dans son état actuel, ce projet permet de mettre en exergue cinq des
six principales disciplines de l'EEA, notamment :
- l’électrotechnique (moteur à courant continu),
- l’électronique de puissance (hacheur série abaisseur de tension et variateur de vitesse),
- l’électronique (commande par modulation de largeur d’impulsion : MLI et correcteur PI),
- l’automatique (régulation de vitesse, correcteur PI) et
- le traitement de signal (analyse des formes d’ondes du variateur)
afin d’élaborer un dispositif ‘automatisé (asservi)’ couramment utilisé pour réaliser des procédés industriels et dans des
applications diverses pour les domaines, entre autres, domestiques, du transport, de l’aéronautique du spatial et du développement
durable.
A travers cet exemple applicatif, ce projet donne, au préalable, un véritable aperçu de l’interaction de cinq des disciplines
techniques abordées durant le semestre S6 de la L3 EEA Fondamentale et illustre bien comment elles sont intimement liées.
Un enseignement de gestion de projet est assuré au moyen d’un cours d’initiation à la gestion de projet (2h), un cours de
communication (2h) et de 2 Travaux Pratiques (3h). Au cours de cet enseignement les étudiants s’approprieront les outils
(logiciels) indispensables pour l’organisation, la planification, le suivi et la validation des tâches à réaliser ainsi que l’exploitation
des cahiers de charge.
Six travaux dirigés (2h) sont programmés pour introduire les nouvelles notions requises en électrotechnique (machine à
courant continu en régime dynamique, les bases de l’électronique de puissance, le variateur de vitesse, le traitement de signal).
1
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

I-2. Objectifs

Les objectifs à atteindre comprennent plusieurs volets ayant des approches bien identifiées :
I-2-1 Approche scientifique et technique
- la validation d'un régulateur de vitesse à faibles pertes, d'un moteur à courant continu en charge,
- l’interprétation des résultats disciplinaires et globaux obtenus.

I-2-2 Approche organisationnelle du projet


- la mise en œuvre progressive de tâches spécifiques et précises en respectant un cahier des charges,
- l’avancement séquentiel du projet technique et sa vérification au moyen de tests d'essais et de la simulation,
- l’organisation, la coordination, la réalisation et la validation des tâches à effectuer,
- l’interprétation des résultats partiels et finaux.

I-2-3 Approche SHS de l’initiation à la gestion de projet


- l’initiation aux techniques et acquisition du vocabulaire en gestion de projet.

I-2-4 Approche de valorisation


- la rédaction de la partie technique et de la partie initiation à la gestion du projet,
- l’exposé oral de la partie technique et de la partie gestion du projet.

I-3. Moyens techniques requis pour le projet

Pour mener à bien ce projet nous mettons à la disposition des étudiants des moyens techniques suivants :
- un banc de 2 machines à courant continu identiques équipé de son capteur de vitesse,
- une plaquette comportant un correcteur PID ajustable et un comparateur,
- une plaquette pour le câblage de la commande MLI,
- des composants pour réaliser la commande MLI,
- les alimentations nécessaires,
- les appareils de mesures adéquats,
- les accessoires de câblages,
- divers appareils accessoires,
- CAO pour l’automatique,
- Matlab/Simulink,
- CAO pour l’électronique : Pspice

I-4. Réalisation et suivi du projet technique


Pour mener à bien ce projet nous mettons à la disposition des étudiants des facilités suivantes :
- trois ateliers (salles de TP) distincts pour réaliser progressivement, grâce à 9 bureaux d’études de durée 2h (4 BE), 3h (4BE)
et 4h (BE d’assemblage), les tâches qui conduisent à la réalisation du régulateur de vitesse du moteur,
- des chefs d’ateliers (encadrants pédagogiques) qui assurent « l’encadrement » et le suivi technique du projet. Le suivi est
réalisé au moyen de carnets de bord qui seront tenus à jour, avec l’aide du coordinateur d’équipe, au fur et à mesure de
l’avancement du projet technique.
Les bureaux d’études sont associés à trois disciplines :
- AUT : automatique,
- ELN : électronique et
- ETP : électrotechnique et électronique de puissance.
2
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

I-5. Pré-requis (à la fin du S3)

Les prérequis nécessaires sont :


- lois de base de circuits électriques linéaires (S2),
- modélisation de la résistance, l’inductance, le condensateur et la bobine (S3)
- notions d'asservissement (S3),
- simples lois de commande en automatique (S3),
- correcteurs PID (S3),
- moteur à courant continu en régime permanent (statique) : modélisation et caractérisation (S2).
- bases d'électronique linéaire (S3),

I-6. Approfondissement

Un approfondissement technique et scientifique, cependant indispensable, sera principalement abordé durant le semestre S4.
- approfondissement du moteur à courant continu en régime permanent (statique),
- caractérisation de la machine à courant continu en régime statique et dynamique,
- convertisseur statique élémentaire : le hacheur série chargé par une f.é.m via un filtre purement inductif,
- variateur de la vitesse d’un moteur à courant continu à faibles pertes,
- initiation à l'électronique non-linéaire (comparateurs et oscillateurs de relaxation),
- rappels sur l’asservissement de la vitesse du moteur à courant continu.
Toutefois, au cours du semestre S4, on procèdera à :
- la caractérisation du moteur à courant continu en régime dynamique,
- l’approfondissement d'électronique non-linéaire (ELN-II),
- l’approfondissement et la mise en œuvre de montages spécifiques de d'électronique linéaire,
- l’approfondissement et la mise en œuvre des correcteurs PID,
- la mise en œuvre d’un variateur de la vitesse à faibles pertes d’un moteur,
- la mise en œuvre de la régulation de la vitesse du moteur en charge,
- l’étude d’un correcteur PI au moyen de Matlab/Simulink.

I-7. Compétences techniques à acquérir au cours du projet

A la fin du projet, vous devrez pouvoir concevoir et réaliser l’asservissement de la vitesse d'un moteur à courant continu.
Ceci nécessite plusieurs étapes qui regroupant :
- la compréhension du fonctionnement de la machine à courant continu à aimant permanent,
- la mise en œuvre des méthodes de caractérisation des principales caractéristiques de la MCC,
- la détermination expérimentale de ces principales caractéristiques de la MCC (statique et dynamique),
- la compréhension du principe d'un hacheur série 1-Quadrant, abaisseur de tension et sa mise en œuvre in fine,
- la détermination expérimentale des principales caractéristiques du hacheur + MCC, en vue de la mise en œuvre des fonctions de
transfert associées,
- la conception et la réalisation d'une commande M.L.I.,
- l'appréciation des performances des diverses possibilités de commande et de correcteur de l'asservissement de l’ensemble
moteur/hacheur, et
- le bouclage de ces ensembles pour réaliser l'asservissement souhaité suivant un cahier de charges bien précises, le moteur
fonctionnant à vide jusqu’au couple nominal.

3
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

Ce travail doit aussi vous conduire à concevoir et à mettre en œuvre les différents tests requis pour quantifier les
performances du dispositif réalisé et de valider le procédé. Au besoin, vous devriez être en mesure de proposer des solutions
d'amélioration ou de perfectionnement.

I-8. Organisation

Les étudiants se gèrent tous seuls pour former des équipes de 4-5 étudiants appartenant obligatoirement au même groupe de
TP. Chaque équipe doit choisir un coordinateur qui servira d’intermédiaire de l’équipe avec l’équipe pédagogique. Le choix de
ce coordinateur est primordial car il impacte le rendement du groupe. Les deux responsables du projet (technique et SHS) ainsi
que les chefs d’ateliers transmettront un certain nombre de consignes, d’instructions à la fois pratiques et utiles, le plus souvent
au coordinateur par souci d’efficacité, comme dans une entreprise. Le coordinateur doit relayer ces informations sans pertes ni
déformations. Il est donc primordial que le coordinateur de l’équipe soit assidu aux enseignements de TD-projet EEA, BE-
projet, Cours et TP d’initiation à la gestion de projet.

Il est important que les tâches soient bien réparties au sein d’une équipe et que le coordinateur puisse suivre la cohérence et la
pertinence des tâches réalisées, en tant qu’animateur plutôt qu’un chef.

Une réunion de démarrage et six travaux dirigés intégrés (TDI) de 2 heures seront dispensés. Ces enseignements traiteront :
- contexte du projet général et l’agencement des disciplines impliquées : Kick-off Meeting
- le principe et la caractérisation statique de la machine à courant continu : Cours de Machines Electriques
- le comportement dynamique d’une bobine R-L série sous différents régimes : TDI_Projet EEA
- la caractérisation dynamique d’une machine à courant continu : TDI_Projet EEA
- l’initiation à l’électronique de puissance et interconnexion des sources : TDI_Projet EEA
- le hacheur série abaisseur de tension, à commande M.L.I. : TDI_Projet EEA
- le variateur de vitesse piloté par un hacheur série 1 quadrant, abaisseur : TDI_Projet EEA
- éléments de base de l’asservissement applicable au projet : TDI Projet EEA

Les étudiants seront amenés à réaliser les tâches (selon trois cahiers de charges) avec un suivi, pendant des séances dans des
salles de Bureau d’Etudes (BE) dédiées {H0 (ELN)), I3 (AUT) et I2 (ETP}. Les ateliers (tableau 1) des bureaux d’études sont :
AUT Automatique Salle TP I3 - Bât 3TP2
ETP Electrotechnique – Electronique de puissance Salle TP I2 - Bât 3TP2
ELN Electronique Salle TP H0 - Bât 3TP1

Tableau 1 – Salles des Bureaux d’Etudes du projet EEA Fondamental

Les tâches et réalisations techniques se feront en présence et sous la responsabilité des chefs d’ateliers référents/conseils (I du
RACI). Ce référent tiendra un carnet de bord à jour avec la participation du coordinateur de chaque équipe. Chaque équipe de
cinq (au maximum) étudiants doit suivre :
- 3 séances BE d'Electronique (Commande MLI et Correcteur PI) Total de 7 heures.
- 3 séances BE d’Electrotechnique / Electronique de Puissance (MCC et Variateur) Total de 7 heures.
- 2 séances BE d'Automatique (Asservissent/régulation et correcteur) Total de 6 heures.
- 1 séance BE d’Assemblage final (mise en œuvre de la régulation/correcteur PI) Total de 4 heures.

Pour terminer le projet (assemblage), la dernière séance sera dédié à la mise en œuvre de la régulation de la vitesse du moteur
dans la salle I2 (ELN + ETP + AUT). Cette dernière séance sera en grande partie consacrée à la réalisation technique de
l’asservissement avec le moteur fonctionnant en charge variable. Pour y parvenir, il est nécessaire de calculer au préalable les
paramètres du correcteur PI en respectant le cahier ces charges. Ce calcul nécessite la connaissance du modèle complet des deux
4
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

machines et du variateur de vitesse. Chaque machine possède son propre jeu de valeurs des divers paramètres qu’il est nécessaire
de déterminer expérimentalement en salle durant les BE d’ETP.
Seulement 3 équipes pourront travailler simultanément sur les maquettes de régulation. On procèdera par rotation pour
implanter et finaliser l’asservissement du moteur à l’aide d’une plaquette dédiée. Certains enseignants seront disponibles pour
répondre aux questions techniques des étudiants.

I-9. Dates de réalisation techniques (BE)


Compte tenu de nombreux impondérables, les dates des bureaux d’études, des cours (Initiation à la Gestion de Projet,
Communication), des TP-GP et des TDI-Projet indiquées dans ce cahier peuvent être modifiées. Prière de consulter le site web de
la L2-EEA (http://l2-eea-meca-gc.ups-tlse.fr) pour suivre ces changements éventuels.

I-10. Le rapport écrit (BE)


Le rapport écrit doit comporter :
- un résumé
- des mots clefs,
- une introduction générale faisant un état de l’art du sujet traité, les objectifs du projet, la démarche scientifique, les
moyens et techniques utilisés, une présentation du projet par fonctions, et le plan de la rédaction,
- pour chaque partie technique spécifique, il est nécessaire d’introduire l’approche scientifique et technique, l’essentiel de la
structure adaptée et les rappels théoriques pertinents, une étude des structures et justification des choix, la modélisation,
l’identification de certaines structures, les ordinogrammes, les simulations, les mesures (courbes, oscillogrammes),
comparaison théorie/pratique et/ou simulation/pratique, une conclusion,
- une conclusion générale faisant ressortir les points essentiels et la validation du dispositif réalisé,
- une bibliographie (en évitant de la « webographie »)
- éventuellement des annexes.
Un modèle (template) en format numérique vous sera proposé et contiendra toutes les consignes de rédaction. Il est
indispensable de respecter ces consignes de manière stricte.

I-11. Evaluation du rapport du projet EEA

L'évaluation du projet (ou du module) est divisée en trois composantes :

I-11-1 Evaluation du projet en salle : N1

Le référent évalue individuellement la participation de chaque candidat et accorde une note N1 (technique est SHS ayant le
même poids) dite note conduite du projet qui porte sur :

- la préparation du projet (étude préliminaire, ...)

- l'évaluation du travail individuel et du groupe (investissement, comportement, initiatives ...)

- la pertinence de l’analyse théorique, la cohérence de la démarche expérimentale

- le niveau technique (fonctions mises en place, performances atteintes).

I-11-2 Evaluation du rapport écrit : N2

Un jury de lecture évalue le rapport écrit (technique est SHS ayant le même poids) et accorde une note N2 dite note de
rédaction. Il évalue la présentation, la clarté et le contenu du rapport écrit. Le tableau 2 résume les différentes rubriques
considérées avec leurs poids indicatifs.
5
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

Libellé Coeff.
Longueur et pagination du document 60
Contenu de l'introduction 40
Orthographe 40
Grammaire 40
Ponctuation 40
Vocabulaire français 40
Vocabulaire technique 40
Schémas : contenu, lisibilité, pertinence 40
Figure : lisibilité, contenu, axes, grandeurs, graduations,
unités 40
Numérotation et légende des figures 20
Référencement des figures dans le texte 20
Tableau : lisibilité, contenu, grandeurs et unités 40
Numérotation et légende des tableaux 20
Référencement des tableaux dans le texte 20
Mise en page des équations 20
Référencement des équations dans le texte 20
Mise en page globale 20
Plan du rapport 40
Démarche scientifique et technique 100
Qualité et cohérence des résultats 100
Analyses des résultats et comparaison avec la théorie 100
Contenu de la conclusion 100
Gestion de projet 1000
TOTAL 2000
Tableau 2 – Différents points d’évaluation du rapport écrit, avec leurs poids respectifs.

I-11-3 Evaluation de l’oral : N3

Un jury de soutenance évaluera l’oral (technique est SHS ayant le même poids) et accorde une note individuelle N3 dite note de
soutenance. L’exposé dont la durée de rigueur est au maximum 20 minutes sera est suivi d’une séance de 20 minutes de
questions, où le jury évalue les étudiants sur :

- la présentation globale de l’équipe ainsi que la globalité du travail exposé, puis

- pour chaque candidat, la communication (gestion du temps, expression, clarté, précision, concision, contenu des documents
présentés ...),

- pour chaque candidat, sa capacité à justifier et expliquer une fonction, une structure, un choix technologique, un calcul de
dimensionnement,

- pour chaque candidat, sa capacité à présenter succinctement le déroulement du projet, le découpage des tâches et l’analyse des
problèmes rencontrés (partie SHS),

- pour chaque candidat, les réponses aux questions du jury.

Les étudiants peuvent utiliser « Power-Point » ou Keynote. Ils peuvent contacter Mr. N. Sewraj pour réaliser des tests de
leurs présentations avant la soutenance, en s’y prenant suffisamment à l’avance. Un vidéoprojecteur sera mis à la disposition des
étudiants qui peuvent se présenter avec leurs ordinateurs portables. Ceux qui ont des ordinateurs utilisant des connecteurs
particuliers sont priés de se présenter avec leurs connecteurs. Prière de ne pas oublier de charger la batterie de votre ordinateur
portable avant la soutenance. Chaque équipe fera un exposé de 20 minutes équitablement réparti. Il ne faut pas dépasser le
6
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

temps global pour l'exposé. Après l'exposé du groupe, les candidats seront invités à répondre (pendant 20 minutes au maximum)
aux questions individuelles ou à des questions pour le groupe en entier. Des questions faisant appel à des connaissances acquises
dans d'autres modules (de L1 et L2) peuvent être posées. Les réponses doivent être précises et concises.

I-11-4 Evaluation globale du Projet EEA

A la première session, la note finale du PROJET EEA est calculée comme suit : Note du module - Sess1 = (N2 + N3) / 2

La note N1 et les diverses tâches intermédiaires serviront de bonus ou malus.

I-12. Dates importantes


Le rapport écrit doit être en format PDF (Portable Document File) et sa taille ne doit pas dépasser 10 Méga-Octets. Il devra être
impérativement envoyé par email à :

Mr. Neermalsing SEWRAJ (sewraj@laplace.univ-tlse.fr).

Un mail d'accusation de réception sera envoyé dans les plus brefs délais au coordinateur de l’équipe. Faîtes attention à la taille
mémoire du rapport, qui ne doit pas dépasser 10 Moctets.

Les étudiants doivent impérativement déposer DEUX versions manuscrites (version papier) du rapport au secrétariat
pédagogique.

Date limite d’envoi de la version numérique (PDF) du rapport écrit : Jour jj Mois 2018 à 18h.

La date limite de dépôt de la version manuscrite (reliée) du rapport écrit : Jour jj Mois 2018 à 11h00.

Attention, ces dates sont susceptibles d’être modifiées pour diverses raisons. Prière de consulter régulièrement l’emploi
du temps de la formation.
Date de soutenance : Le jour jj Mois 2018 de 8h00 à 20h Lieu : Salle I2 (Bât 3TP2).

Tableau 3 – Dates prévisionnelles de soutenance du projet L2 EEA Fondamental.

La soutenance se fera successivement équipe par équipe présentant seule, les membres des autres équipes n’étant pas
autorisés à assister à cette soutenance. Ce jury est composé d’enseignants référents/conseils de la partie technique et ceux de la
partie SHS.

7
PRHE –Group
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 20 Avril
FSI : Département EEA : L2 EEA : Projet Interdisciplinaire
II : Régulation de vitesse d’un moteur à courant continu

Introduction
Régulateur et disciplines scientifiques
Le but principal de ce projet transversal pluridisciplinaire est la mise en œuvre expérimentale de la régulation de la
vitesse d’un moteur à courant continu. Le moteur à courant continu étudié pourra être chargé par un dispositif mécanique
Principe d’un
constitué d’une régulateur
MCC de même modèlede vitesse
fonctionnant d’un
comme moteur
générateur électrique
électrique, pouvant donc débiter sur une charge
électrique, notamment un rhéostat. Le principe de cette régulation est schématisé par la figure 1.

ε (t) Vitesse
Consigne + uvar(t) um(t)
Correcteur Variateur/ Moteur Ω(t)
- MLI
Valeur vΩC vΩ(t)
ou
Profil vΩC(t)
Capteur

Système de commande Système à commander

ETP : Moteur et variateur


ELN : Commande MLI, Correcteur et Capteur
AUT : Comparateur et régulateur (asservissement)
Figure 1 : Principe de l’asservissement du banc moteur/générateur à courant continu.

Pour une consigne de vitesse donnée (valeur ou profil temporel), le système se régulera tout seul (automatiquement) à la
valeur consigne dans la mesure où celle-ci demeure raisonnable. Il est indispensable de bien connaître le modèle
T2 N. Sewraj
macroscopique du banc moteur et de son variateur électronique afin, d’une part, de fixer une consigne adéquate et, d’autre
part, de déterminer les paramètres du correcteur (ici on se limitera à un correcteur PI). Le banc moteur, équipé d’un capteur
de vitesse, ainsi que le variateur de vitesse et une platine correcteur PID sont mis à votre disposition.

Le variateur de vitesse est constitué d’un hacheur série piloté par une commande électronique de type modulation par
largeur d’amplitude (MLI). Un des objectifs du projet est le réaliser cette commande MLI lors des BE d’électronique en
suivant un cahier de charges précis décrit plus loin. Si votre commande MLI n’est pas opérationnelle lors de l’assemblage, un
dispositif performant sera mis à votre disposition suivant une pénalité.

Les correcteurs P et I peuvent être réalisés au moyen d’amplificateurs opérationnels dans des circuits très élémentaires.
Lors des BE d’électronique chaque équipe doit se coordonner pour aussi réaliser le correcteur PI. Toutefois, vos correcteurs
PI ne seront pas utilisés lors de l’assemblage, car une platine parfaitement dédiée à cette tâche sera mise à votre disposition
sans pénalité.

Afin de bien déterminer les paramètres du correcteur PI, il est indispensable d’identifier au mieux chaque paramètre du
modèle macroscopique du banc de machines, notamment :

- le moteur,

- la charge mécanique du moteur, précisément la génératrice montée au bout de son arbre et

- le bloc variateur de vitesse.

8
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

II-1 Modélisation du banc moteur/générateur


Le dispositif expérimental étudié au cours de ce projet est un banc sur lequel deux machines à courant continu (MCC) à
aimant permanents sont accouplées.

Figure 2 : La banc de machines moteur/générateur accouplées

Le moteur est actionné par une tension uM(t) délivrée par délivrée par l’ensemble MLI/Hacheur. Ce hacheur série,
commandé par modulation de largeur d’impulsion (M.L.I.), constitue une "source de tension moyenne" à haut rendement, et
réglable. La commande du hacheur sera développée durant les BE d’électronique. Durant les BE de ETP, la modélisation de
ce banc s’effectuera de deux manières différentes afin d’obtenir un modèle de connaissance ainsi qu’un modèle de
comportement. Chacun de ces modèles aura un rôle particulier dans le travail à effectuer.

II-1-1 Modélisation du banc : modèle de connaissance

Le principe d’une modélisation de connaissance se repose sur l’appréhension la plus fine possible du système considéré.
La démarche généralement observée consiste en trois étapes :

- l’analyse des composantes élémentaires du système,

- la définition des hypothèses permettant de se ramener aux domaines de la physique lié au système,

- l’application des lois de la physique en vue de l’obtention d’un modèle mathématique idéal (c’est souvent un
ensemble d’équations différentielles couplées).

Ici, l’analyse des constituants du système est la suivante :

- la première machine est le moteur d’asservissement offrant un couple utile moteur agissant dans le même sens que la
vitesse,

- la seconde est utilisée comme une charge mécanique offrant un couple résistant s’opposant à la vitesse. Cette
machine fonctionne en générateur électrique délivrant une tension permettant de débiter un courant dans un circuit
R-L composé de l’impédance interne de l’induit de la génératrice MCC en série avec une résistance de charge RCh.
Cette résistance varie entre 0 et 50 Ω, mais on prendra une valeur de 6.8 Ω, pour un fonctionnement nominal du
moteur..

Les hypothèses classiques d’utilisation d’une MCC, à aimant permanent, en régime dynamique sont les suivantes :

- on néglige la réaction magnétique d’induit : les machines sont à flux constant,

- la résistance de l’induit et l’inductance de l’induit sont constantes (machine linéaire sans effet de peau),

- les pertes mécaniques de l’ensemble se résument aux pertes par frottement visqueux (hypothèse assujettie à caution).

Le tableau suivant résume la notation des grandeurs physiques utilisées dans cette étude de régulation de vitesse du banc
de machines à courant continu. Nous donnons aussi des valeurs numériques des paramètres du modèle de la machine à
9
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

courant continu. Ces valeurs peuvent servir à déterminer une approximation des paramètres du correcteur PI. Il est
toutefois préférable de télécharger les "data-sheet" des machines à courant continu spécifiques données dans la rubrique
cahier des charges électrotechnique/électronique de puissance.

Vous travaillerez avec une des 3 machines PARVEX proposées :

RX320E

RX330C

RX430F

Pour mener à bien l’étude, vous devez utiliser les valeurs que vous déterminerez expérimentalement lors des BE
d’électrotechnique/électronique de puissance.

Grandeur physique Notation Valeur ou expression Unités


Constante de couple du moteur Km 0.021 Nm.s/rad
Constante de couple du générateur Kg 0.021 Nm.s/rad
Résistance de l’induit du moteur Rm 0.56 Ω
Résistance de l’induit du générateur Rg 0.56 Ω
Résistance de charge du générateur RCh 6.8 Ω
Inductance de l’induit du moteur Lm 5.3 mH
Inductance de l’induit du générateur Lg 5.3 mH
-6
Moment d’inertie du moteur, ou du générateur J 500 10 kg.m2
Négligé dans la partie
Couple de frottement sec du moteur, ou du générateur CFS (t ) automatique Nm
Coefficient de frottement visqueux µ 0.0182 Nm.s/rad
Vitesse angulaire de rotation de l’arbre Ω(t) - rad/s
Tension aux bornes de l’induit du moteur Um(t) - V
Tension aux bornes de l’induit du générateur Ug(t) - V
Courant traversant l’induit du moteur Im(t) - A
Courant traversant l’induit du générateur Ig(t) - A
Couple utile (moteur) du moteur Cm(t) - Nm
Couple résistant du générateur Cr(t) - Nm
Force électromotrice du moteur Em(t) Em (t) = K m ⋅ I m (t) V
Force électromotrice du générateur Eg(t) Eg (t) = K g ⋅ I g (t) V
Couple de frottement visqueux du moteur, ou du générateur Cv (t ) Cv (t) = µ ⋅ Ω(t) Nm
M M
Couple électromagnétique du moteur Cem (t ) Cem (t) = K m ⋅ Ω(t) Nm
G G
Couple électromagnétique du générateur Cem (t ) Cem (t) = K g ⋅ Ω(t) Nm
Couple de pertes collectives du moteur, ou du générateur C0 (t ) C0 (t) = CFS (t) + Cv (t) Nm
Négligé dans la partie
Couple de frottement sec du moteur, ou du générateur CFS (t ) automatique Nm
Coefficient du capteur tachymétrique Ktach 0.84 V.s/rad
Tableau 3 – Notations des gradeurs physiques et valeurs numériques indicatives concernant cette étude.
Il est conseillé de consulter le site de PARVEX pour retrouver les valeurs concernant votre machine.

10
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

Le comportement de la MCC motrice, soumise à la tension de commande um(t), est régit par les équations différentielles
électromécaniques suivantes en convention de signe récepteur :

– L’équation électrique pour l’induit du moteur :

dim (t)
um (t) = Em (t) + Rm ⋅ im (t) + Lm (1)
dt
– L’équation mécanique du banc moteur/générateur :

dΩ(t)
2J M
= Cm (t) − Cr (t) = Cem (t) − C0M (t) − (Cem
G
(t) + C0G (t))
dt

En supposant les paramètres mécaniques des deux machines identiques, cette équation devient :

dΩ(t) M G
2J = Cem (t) − Cem (t) − 2C0 (t)
dt

dΩ(t) M G
2J = − 2CFS (t) − 2 µ Ω(t) + Cem (t) − Cem (t) (2a)
dt

Pour l’étude de la régulation, il est commode de négliger le couple de frottement sec pour aboutir à un système linéaire.
Avec cette hypothèse, l’équation mécanique se simplifie de la manière suivante :

dΩ(t) M G
2J ≈ − 2 µ Ω(t) + Cem (t) − Cem (t) (2b)
dt

Pour l’étude dynamique en BE d’électrotechnique, vous utiliserez l’équation 2a car le couple de pertes par frottement sec
CFS est très supérieur au couple de pertes par frottement visqueux Cv, même à la vitesse nominale de la machine.

– Les équations électromécaniques du moteur sont :


Em (t) = K m ⋅ Ω(t) (3)
M
C (t) = K m ⋅ im (t)
em (4)

Le comportement de la génératrice entrainée par le moteur (par son couple utile-moteur Cm(t)) est régit par les équations
différentielles électromécaniques suivantes :

– L’équation électrique pour l’induit du générateur :

dig (t)
ug (t) = Eg (t) + Rg ⋅ ig (t) + Lg (5)
dt

– Les équations électromécaniques du générateur sont :


Eg (t) = K g ⋅ Ω(t) (6)
G
Cem (t) = K g ⋅ ig (t) (7)

Il est commode d’écrire ces équations en notation Laplace pour simplifier l’étude de l’asservissement1. A l’aide des
équations électromécaniques (1), (2b) et (3) du moteur, on peut établir le modèle dynamique du moteur à MCC. On entend

1 M G
La transformée de Laplace des signaux um(t), Em(t), Eg(t), im(t), ig(t), Ω(t), Cem (t) et Cem (t) sont respectivement Um(p),
11
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

par modèle dynamique du moteur en boucle ouverte, la fonction de transfert entre le signal d’entrée um(t) de l’induit du
moteur et le signal de sortie, la vitesse Ω(t). Pour cela, il est commode de définir les fonctions de transfert de la manière
suivante :

I m (p) I m (p)
(i) F1 (p) = , puis entre F 2 (p) = M en utilisant le théorème de superposition2.
U m (p) E m (p)
M
C em (p)
(ii) F 3 (p) = .
I m (p)
Ω(p) Ω(p)
(iv) F 4 (p) = M
, puis entre F 5 (p) = G en utilisant le théorème de superposition.
C em (p) C em (p)

II-1-2 Modélisation du banc : modèle de connaissance modèle de comportement (boîte noire)

La modélisation comportementale (boîte noire) est très utile dans des situations où les lois régissant le système sont
inconnues, trop complexes ou inaccessibles. Les seules données disponibles pour l’utilisateur sont des signaux d’entrée et de
sorties du système. Pour obtenir ce modèle dit boîte noire, on applique un ou plusieurs types à l’entrée du système et on
étudie les sorties. Cette approche, apparemment simpliste, permet toutefois d’obtenir des modèles dont l’utilisateur peut fixer
la complexité.
e(∞)

s(∞)

63%s(∞)

e(0), s(0)
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

T τ
R

Figure
Figure 3 : Réponse indicielle 4: Réponse
d’un système d’un
du premier ordrepremier ordre: Ω(t) du banc moteur à vide.
avec un retard

Pour la2.2
présenteModélisation "boite noire"
étude, vous pouvez considérer que le bancdu système
moteur à commander
se comporte comme un système dynamique du premier
ordre, avec un La
retard :
modélisation boite noire repose sur le principe que les méchanismes du système
étudié sont inaccessibles et inconnus. Les seules données disponibles pour l’utilisateur
sont les signaux d’entrées et de sorties du systèmes. Pour obtenir ce modèle, on introduit
un ou plusieurs type de signaux en entrée du système et on étudie les sorties.
M G
Cette
Em(p), Im(p), Ω(p), Cem ( p) etquiCem
approche ( p) paraître
peut . handicapante au premier abord permet toutefois d’ob-
tenir des modèles dont on peut fixer la complexité.
Dans l’étude qui nous concerne, nous allons considérer que le banc moteur se comporte
2
commedynamique
: Tout système un système dynamique
linéaire répond du
au premier
théorèmeordre :
de superposition : Un système linéaire subissant l’influence de
plusieurs entrée, verra sa sortie comme la somme des influences de chacune des entrées prises séparément.
K
H(p) = e−TR p 12
1 + τp
Les paramètres d’un tel modèle peuvent s’identifier par l’étude graphique de la réponse
indicielle (cf. figure 4) :
– Retard : T
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

K
H ( p) = e−TR p .
1+ τ p
Les paramètres d’un tel modèle sont :

s(∞) − s(0)
- le gain statique K= ,
e(∞) − e(0)
- la constante de temps τ et
- le retard TR
qui peuvent être identifiés graphiquement (figure 3).

II-2 Modélisation du pilotage de la MLI et du hacheur (bloc sous-système MLI/Hacheur)


Le hacheur série, piloté par une commande MLI fixant la fréquence fMLI du signal de commande ainsi que son rapport
cyclique α, permet d’alimenter le moteur avec une tension variable dont la valeur moyenne dépend de α. Compte tenu de la
forte inertie de la du banc, cette tension moyenne fixe la vitesse de rotation de la machine en régime permanent. La sortie du
hacheur peut être vue comme une source de tension ajustable permettant de faire varier la vitesse du moteur.
série
Afin d’équations
de réaliser différentielles
un asservissement de vitesse,liant l’entrée
il nous (leune
faut obtenir signal représentant
modélisation l’erreur)
dynamique du tandemàMLI/
la tension
hacheur.
Cette de sortie du
modélisation hacheur
a pour , c’est à dire
objet la détermination d’unelesérie
signal de commande
d’équations différentiellesdu moteur.
liant Comme
l’entrée (le il a été
signal représentant
vu en cours, les processus physiques mis en jeu sont des processus non linéaires. Une
l’erreur ε(t) à la sortie du comparateur lorsqu’il n’y a pas de correcteur) à la tension de sortie du hacheur, c’est à dire le signal
modélisation non linéaire étant trop compliquée à analyser, nous nous contenterons d’une
de commande du moteurstatique
modélisation um(t). Lesdu
processus physiques
bloc MLI mis en jeu
hacheur. sont des
Ainsi, processus
nous non linéaires.
choisissons : Une modélisation non
linéaire étant trop compliquée à analyser, nous nous contenterons d’une modélisation statique du bloc MLI hacheur. Ainsi,
nous choisissons : u(t) = κum (t)

La caractérisation statique quiuma(t) = Keffectuée


été ⋅ uvar (t) sur le bloc(6) d’amplification de puissance a

où uvarconsisté à relever
(t) est la tension d’entréela
du tension u lorsqu’est
dispositif commande appliquée
MLI/hacheur. une4, est
La figure tension constante
un relevé m comprise
expérimentalud’un des moteurs
entre 2, 5V et 10V en entrée. Le résultat est présenté
à vide pour um(t) comprise entre 2,5 V et 10 V, qui illustre bien l’équation (6).
figure 3.

30

25

20
[V]V

Releve experimental
um(t) Uen

15
Approximation lineaire

10

0
2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
Um [V]
uVAR(t) en V
Figure 3: Caractérisation linéaire du bloc d’amplification de Puissance 13

Donnez les coefficients de la régression linéaire définie sur la figure 3. Pour se faire,
vous utiliserez le code suivant :
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

Figure 4 : Caractérisation linéaire du bloc d’amplification de puissance pilotant le moteur.

II-3 Elaboration des spécifications du cahier des charges


Concernant l’asservissement, l’élaboration d’un cahier des charges pertinent est une étape préliminaire et indispensable à
réalisation d’une loi de régulation correcte. Vous devez compléter ce cahier des charge des spécifications suivant les critères
de performance concernant :

- le temps de montée,s

- le temps de réponse à 5%,

- la précision de la réponse (erreur en régime permanent à un échelon) et

- le premier dépassement,

à partir des caractéristiques électromécaniques réelles de votre banc de machine (figure 5).

e(∞)
D
%
ε(∞)
1.05s(∞)
s(∞)
0.95s(∞)
0.9s(∞)
Afin d’afficher à l’écran le résultat de l’essai en boucle ouverte, vous utiliserez le code
suivant :
load acquisition1.txt
tps=acquisition1(:,1);
V_ref=acquisition1(:,2);
V_omega=acquisition1(:,3);
plot(tps,V_ref,tps,V_omega,’r’)
0.1s(∞) TR5%
grid 0
0 T
m

2.3 Création de schéma-blocs


Figure
Figure 5 :6: Critère
Critères dedans
mesure
de mesure Matlab
de performance
de performance d’un système

Dans cette partie, nous allons mettre en oeuvre différents types de correction par
Consigne Erreur Commande Sortie
II-4 Création
boucle de schémas-blocs
fermée. Pour ce dans MATLAB.
faire nous allons k
p nous initier avecmodele
la programmation Matlab et
sadeboite
Afin mettreàenoutils
oeuvreControl
les différents System
types de correction Lesfermée,
en boucle
Toolbox. travaux quiutiliser
on peut vontlasuivre
programmation Matlab et
vont être
programmés
sa boite et exécutés
à outils Control dans ,l’éditeur
System Toolbox en créant desde programmes
texte Matlab.dans l’éditeur de texte Matlab. avant les exécuter.
L’éditeur se lance dans le menu File|New|M-File.
L’éditeur se lance dans le menu File|New|M-File. Considérons le bouclage représenté sur figure 6. Ici, le système, en boucle
Nous allons mettre Figure en 7: Système
place corrigé représentée
un bouclage par un correcteur proportionnel
sur figure 5. Le modèle utilisé sera
ouverte, est supposé du premier ordre. Vous utiliserez le modèle de comportement identifié au §II-1-2 et représentant la
celui du premier ordre identifié dans la partie 2.2 et représentant la dynamique du banc
dynamique du banc moteur.
moteur.
de sortie :
Erreur = Consigne − Sortie
1. Calculez Consigne
la Fonction de transfert en boucle ouverte. Déduisez-en la fonction de
Sortie
Correcteur Système
transfert en boucle fermée.
2. Pour kp = 1 : Calculez, grâce au théorème de la valeur finale, la précision pour un
échelon unitaire. 3
3. Construisez dans votre
Système script
Bouclé Matlab le système équivalent au système bouclé de
la figure 7 grâce aux instructions de la section 2.3. Tracez la réponse indicielle grâce
à l’instruction suivanteFigure 6 : Système5:bouclé
: Figure par un retour
Système bouclé unitaire
14
step(sys)
Nous allons aborder, ici, les méthodes de création de système par schéma-blocs. L’élé-
ment de base
3. Sans rentrerd’un
dansschéma-bloc est la fonction
les détails, le théorème de transfert.
de la valeur Matlab
finale énonce que et sa boite à outils
Control System Toolbox permettent de déclarer des fonctions de transfert grâce à
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

Dans la suite de cette section, nous développerons les notions élémentaires afin de vous initier à la programmation
Matlab et sa boîte à outils Control System Toolbox. Nous abordons, ici, les méthodes de création de système par schéma-
blocs. L’élément de base d’un schéma-bloc est la fonction de transfert. Matlab et sa boite à outils Control System Toolbox
permettent de déclarer des fonctions de transfert grâce à l’instruction tf :
num = [...] ;
den = [...] ;
F = tf(num, den)
où num et den sont des vecteurs contenant les coefficients (même nuls), rangés dans l’ordre des puissances décroissantes, des
polynômes du numérateur et dénominateur, respectivement. Tout schéma-bloc est l’agencement de sous-systèmes, eux mêmes
définis comme agencements de fonctions de transfert. Le Control System Toolbox propose des mécanismes décrivant ces
agencements (cf. tableau 4). Vous devez déclarer dans votre script Matlab la fonction de transfert du modèle identifié qui sera
nommée modele.

Agencement Syntaxe d’appel Description graphique


u(t) A B y(t)
Systèmes en série F=series(A,B)
F

A
+
u(t) y(t)
Systèmes en parallèle F=parallel(A,B) +
B

+
u(t) A y(t)
-
Bouclage F=feedback(A,B)
B

Tableau 4 : Description graphique et syntaxe d’appel des agencements (série, // et bouclage) du Control System Toolbox
Table 2
II-5 Elaboration des correcteurs P et PI
– Déclarez dans votre script Matlab la fonction de transfert du modèle identifié qui
A ce stade on suppose que l’élaboration des spécifications du cahier des charges a été réalisée comme indiqué au §II-3.
sera nommée modele.

II-5-1 Correcteur proportionnel (P)


3Dans Elaboration de correcteurs
un premier temps nous considérerons que notre système est corrigé grâce à un correcteur proportionnel C(p) = K P,
via3.1 Elaboration
un bouclage à retour unitairedes spécifications
(cf figure 7). L’étude de la correction proportionnelle consiste à évaluer l’influence du
correcteur KP sur la précision du système bouclé (figure 7). La précision est la valeur du signal d’erreur en régime établi. Ce
L’élaboration d’un cahier des charges pertinent est une étape préliminaire et indispen-
signal d’erreur
sable à la est en fait lad’une
création comparaison
loi deentre la consigne
régulation et le signal de sortie :
correcte.
1. Définissez un cahier des charges suivant
Erreur les critères
= Consigne − Sortie de performance suivants (cf.
figure 6) :
– Temps de montée
– Temps de réponse à 5%
– Précision de la réponse (erreur en régime permanent)

15
3.2 Etude d’une correction proportionnelle
Dans un premier temps nous allons considérer que notre système est corrigé grâce à
un correcteur proportionnel C(p) = kp et via un bouclage à retour unitaire (cf figure 7).
0.1s(∞) TR5%
0
Organisation & consignes, modélisation
0 T du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril
m

où sys représente le système considéré. Comparez les erreurs obtenu par le calcul
et la simulation.Figure 6: Critère de mesure de performance
4. Pour kp ̸= 1 Consigne
: Calculez le gain
Erreur
de commande proportionnel permettant
Commande Sortie
d’assurer une
erreur en régime établi de 0.1. k modele
p

Testez ce gain sous Matlab.


5. Tracez la sortie du système en réponse à une entrée constante.
7: Système
FigureFigure 7 : Systèmecorrigé par
corrigé par un un correcteur
correcteur proportionnel
proportionnel
3.3 Un correcteur proportionnel intégral
II-5-2 Correcteur proportionnel intégral (PI)
de sortie :
La fonction de transfert d’un correcteur proportionnel intégral est de la forme :
4 Vers
La fonction une
de transfert d’unimplantation
correcteur Erreur
proportionnel analogique
= Consigne intégral − Sortie
(figure dede la
8) est boucle
la forme : de ré-
1 + Ti p
1. gulation
Calculez la Fonction correcteur de transfertC(p) en = kboucle
i ouverte. Déduisez-en la fonction de
Ti pTi p
1+
transfert en boucle fermée. C( p) = ki
Le but de cette partie est la mise en Ti p
Dans un premier
2. Pour kp = 1 temps,
: Calculez, nousgrâce poserons Tplace
au théorème i = ki =
matérielle
de1.la valeur de lafinale,
boucle la de régulation
précision pourtelle
un
qu’elle a été étudiée dans 3 les sections précédentes. Dans cette mise en application, tous
échelon unitaire.
les éléments étudiés durant ce projet vont
Consigne
p
être utilisés. Nous rapellons Sortie ici les principaux
3.
blocs :Construisez dans votre script ki 1+T
Matlab T p i
i
le système équivalent
modele au système bouclé de
la figure 7 grâce aux instructions de la section 2.3. Tracez la réponse indicielle grâce
L’amplification de puissance : Cette fonction est composée d’un modulateur de lar-
à l’instruction suivante :
geur d’impulsions suivi d’un hacheur. Le hacheur sera accompagné d’une alimenta-
step(sys)
tion spécifique.
Figure Figure8: Système corrigé par un correcteur proportionnel intégral
8 : Système corrigé par un correcteur proportionnel-intégral
Le3.banc moteur
Sans rentrer dans: les
Il détails,
sera relié à la sortie
le théorème de la de l’amplification
valeur finale énonce que de puissance (c’est-à-dire
1. la sortie dule hacheur).
Appliquez théorème de La laMCCvaleur génératrice
finale au système débiterabouclé sa tension de sortie
de la figure sur une
8. Déduisez
II-6 Vers une implémentation
résistance de analogique
charge de de la
6.8Ω. lim
boucle
Le y(t)
debanc = lim
régulationcomporte (p)
pYcorrecteur aussi un capteur tachymétrique
du précédent calcul l’erreur det→∞ position.p→0 Concluez sur l’intérêt de l’action intégrale.
Le but de monté soit sur l’axe commun soit sur l’axe de la génératrice suivant le cas de étudiée
montage les
2. cette
Rappelez-vous partie
Construisez queest la mise
la
Y (p) en place
fonction
= F (p)U matérielle
de avec
(p) transfert
U (p) la de lacorrecteur
boucle
dutransformée dederégulation
en
la utilisant
place du telle qu’elle
l’instruction
signal a été
d’entrée ettfF (p)dans
le
duentre
banc.
sectionstransfert
précédentes. l’entrée
Dans et la
cette misesortie
en application, tous les éléments étudiés
3. Simulez la réponse indicielle du système bouclé (instruction step). L’erreur correspond- durant ce projet vont être utilisés.
La correction
Nous rappelons iciàles
: Cetteblocs
principaux
fonction sera assurée par une platine analogique modélisant un
elle l’erreur théorique: calculée ?
contrôleur de type proportionnel, intégral 9 et dérivé (PID). La structure fondamen-
L’un
taledes de la principaux
platine estproblèmes
la suivantede: l’automaticien est de choisir les paramètres du
L’amplification
correcteur de(ici
puissance
Ti et k:i Cette
). Nous fonction est composée
proposons une approched’un modulateur de largeur d’impulsions suivi d’un
heuristique.
hacheur. Le hacheur sera accompagné d’une alimentation spécifique. 1
1. Quel est l’ordre de la fonction G(p) de transfert
= kp + kde i la +boucle
kd p fermée. (1)
p
2. En faisant varier Ti entre
Le banc moteur : Le banc moteur sera
0.01 et 0.1 et ki entre 1 etde10,
relié à la sortie de l’amplification
relevez la pulsation propre
puissance (c’est-à-dire la sortie du
Cette structure d’amortissement
et le coefficient est modélisée surdu platine
transfert comme le décrit
en boucle la figure
fermée. Utilisez9. On en déduit
l’instruction
hacheur). La MCC
les génératrice
relations débitera son
entre =lesdamp(SYS). courant
paramètresCette de sortie
du contrôleur sur une résistance
PID, de charge de 6.8 Ω. Le banc :
suivante [Wn,Z] commande Matlab d et ceux
kp , ki , krenvoie Wndelalapulsation
platine
comporte aussipropre
un capteur ωn ettachymétrique
Z le coefficient monté d’amortissement
soit sur l’axe commun ζ. soit
Afinsurdel’axe de la génératrice
récupérer l’ensemble suivant
desle cas
k = k k
de montage ducalculs
banc. en vue d’une exploitation graphique, p 2 1,pvous appliquerez un script voisin du

suivant : ki = k2 k1,i
La correction : Cette fonction de correction sera assurée kdpar = une platine analogique modélisant un contrôleur de
k2 k1,d
m=10;n=10;
type proportionnel, intégral et dérivé (PID). La %structure
Tv=linspace(.01,0.1,n); vecteurfondamentale de la platine
des valeur est la suivantedu
des paramètres : correcteur à teste
Comme nous le verrons pendant la manipulation, chacune des actions proportion-
kv=linspace(1,10,m); % vecteur des valeur des paramètres du correcteur à tester
nelle, intégrale ou dérivée pourra être connectée
1 ou mise hors circuit grâce à des
Z=zeros(n,m); % MatriceG( p) =
de kstockage
+ ki des+ coeff
kd ⋅ p d’ammortissement
interrupteurs. p
Wn=zeros(n,m); % Matrice de stockagep des pulsations propres
k1,i p1
10
+
k1,p + k2

d
k1,d dt

Figure 9 : Système corrigé par un correcteur proportionnel-intégral


Figure 9: Structure d’un correcteur proportionnel intégral et dérivé
16

12
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

Cette structure est modélisée sur la platine mise à disposition, comme le décrit la figure 9. On en déduit les
relations entre les paramètres du contrôleur PID, kp, ki, kd et ceux de la platine :

kp = k2 ⋅ k1, p
ki = k2 ⋅ k1,i
kd = k2 ⋅ k1,d

Comme nous le verrons pendant la manipulation, chacune des actions proportionnelle, intégrale ou dérivée pourra
être connectée ou mise hors circuit grâce à des interrupteurs.

La génération de consigne : Cette fonction sera réalisée par un générateur basse fréquence permettant d’obtenir
des créneaux de tensions. Nous travaillerons essentiellement sur des créneaux de 0 à 6 V à une fréquence de signal
autour de 0.1Hz. La période devrait être adapter aux observations afin d’obtenir le régime établi sur chaque créneau
montant.

17
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

III : Cahier des charges

III-1 : Cahier des charges - Electronique

Objectifs :
- Approfondir les connaissances en Electronique
- Utiliser les acquis du 1er et 2nd semestre en électronique
- Analyse du cahier des charges pour concevoir un système électronique
- Choix de composants pour la réalisation du système

Présentation du système général


Le variateur de vitesse d’un moteur à courant continu comporte deux parties bien distinctes :
1/ Une partie électronique de puissance correspondant au hacheur et à sa charge
2/ Une partie électronique de commande correspondant au pilotage du hacheur.
Ici, nous nous intéressons seulement à la partie 2.

Système de commande
Pour fonctionner, le hacheur doit recevoir un signal de commande, soit une tension en créneau, telle que
représentée sur la figure 1.
V

t
T θ
Figure CdC_ELN_1 : Forme d’onde du signal de sortie de la commande M.L.I.

Cette commande porte le nom de commande M. L. I. (Modulation de Largeur d’Impulsions). Et c'est bien la
réalisation de cette tension de commande que vous devez mettre en œuvre, en suivant un cahier des charges
bien établi et détaillé ci dessous.

Cahier des charges


Cahier des charges « technique » de la Commande M.L.I.

1/ Le bloc de commande M. L. I. doit fournir un signal rectangulaire de fréquence f et de rapport cyclique α


variables (Fig. 1). Ce signal devrait être utilisable pour piloter les commutations d'un interrupteur de puissance
(MOSFET) du hacheur série.
F α doit pouvoir varier de 0 à 1.

2/ L’interrupteur de puissance du hacheur est bloqué (Interrupteur ouvert) lorsqu’on lui applique une tension
de 0 V et passant (interrupteur fermé) lorsque la tension appliquée est de 10 V.
18
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

F Le signal de sortie de la commande MLI doit donc être entre 0 et 10 V


3/ La commande MLI doit fonctionner pour f réglable dans le dispositif avec : 1 kHz < f < 20 kHz.
F Son point de fonctionnement « médian » doit être dimensionné pour f = 10 kHz.

4/ La valeur de α doit être commandée par une tension continue (pour la boucle de régulation)
F La tension continue de commande de α se situe entre : 0 V (α=0) et 15 V (α = 1).

5/ Seule une alimentation +15V/-15V symétrique est à disposition pour alimenter le circuit de commande de
la MLI.

Cahier des charges de réalisation


1/ La commande MLI sera réalisée à l'aide d'AOP.
2/ Les étages choisis devront dans un premier temps être dimensionnés sur le papier (calculs)
puis à l'aide des outils de modélisation que vous connaissez (LT SPICE ou Cadence).
3/ Un prototype du dispositif complet sera réalisé sur platine labdec avec un soin particulier
concernant le câblage des différents étages.
4/ Vous devrez définir votre projet étape par étape et faire valider chacune des étapes par
l'enseignant référent/conseil en remplissant dûment le carnet de bord ‘ELECTRONIQUE’.

Quelques indications:
- Votre commande va comporter probablement plusieurs étages.
- Un des étages sera probablement un oscillateur.
- Tout est réalisable avec vos connaissances en électronique.

19
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

III – 2 : Cahier des charges – Electrotechnique/Electronique de puissance

MATERIELS MIS À DISPOSITION


- un banc de 2 MCC identiques, à aimants permanents, couplés mécaniquement, qu’il faut identifier avec
un autocollant.
(Pensez à recueillir les données du constructeur de votre machine MCC).
Machine Parvex : RX320, RX330,
- un générateur de fonctions à basses fréquences (GBF)
- une alimentation continue réglable : 0 – 60 V / 20 A
- rhéostats : 50 Ω / 5 A 33 Ω/6 A 100 Ω/2.5 A 330 Ω/1 A 1000 Ω/0.7 A
- un oscilloscope numérique TDS210 ou équivalent,
- une sonde de courant (à effet Hall) PR30 pour visualiser le courant instantané,
- des ampèremètres pour mesurer des courants dc ou ac
- des voltmètres pour mesurer des tensions dc ou ac
- un banc hacheur série, abaisseur à 1 quadrant, avec possibilité de réglage de la fréquence f et du rapport
cyclique α

OBJECTIFS

Objectifs principaux :
- Analyse du cahier des charges pour concevoir un système de conversion d’énergie électrique
- Mise en oeuvre d’un variateur de vitesse d’une MCC à faibles pertes
- Analyse du variateur de vitesse pour la MCC

Objectifs intermédiaires :
- Caractérisation d’une MCC en régimes statique et dynamique
- Approfondir les connaissances en Electrotechnique et Electronique de puissance via l’utilisation d’un
hacheur série 1 quadrant abaisseur (de tension) en tant que variateur de vitesse d’un moteur à courant
continu

Points d’appui :
- Utiliser les acquis du S3 de L2 SPI/EEA : (Cours/Td/Tp d’Energie Electrique)
- Mettre à profit l’enseignement Cours/Td/Tp du S4 de L2 EEA (Machines électriques)
- Mettre à profit l’enseignement TDI du S4 en L2 EEA (Projet EEA Fondamental)

FEUILLE DE ROUTE : Conversion d’Energie


Proposer un montage qui permet de réaliser la variation de vitesse d’un moteur à courant continu à aimants
permanents, à faibles pertes, basé sur une structure simple de type hacheur série abaisseur 1 quadrant piloté par une
commande M. L. I. (Modulation de Largeur d’Impulsions).
Caractériser complètement la machine à courant continu à aimants permanent (inducteur et induit), afin de
déterminer tous les paramètres de son modèle (linéaire) afin d’analyser le comportement dynamique de la machine.
Pour cela, vous devez proposer et réaliser la détermination expérimentale des paramètres de son modèle, d’un point de
vue statique et dynamique.
Réaliser expérimentalement le profil de vitesse du moteur "à vide" avec une excitation échelon de la tension
appliquée à l’induit du moteur. Cette courbe est indispensable pour les BE d’automatique.
Nous vous proposons de procéder en quatre étapes :
1/ Caractérisation statique et dynamique d’une machine à courant continu
2/ Profil de vitesse du moteur à vide en réponse indicielle.
3/ Performances d’un variateur de vitesse à faibles pertes (écologique).

20
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

Rappels sur la platine de commande


Cette platine MLI (Modulation de Largeur d’Impulsion) délivre un signal carré de rapport cyclique α variable,
utilisable pour piloter les commutations d'un interrupteur de puissance. Le circuit intégré utilisé est le circuit
SG352. Le principe de base employé, consiste à générer une dent de scie asymétrique (DS), et de la comparer à une
tension de commande ou de référence (V ) réglable. Cette comparaison se fait à l’aide d’un AOP (amplificateur
ref

opérationnel) qui suivant le résultat délivre en sortie une tension nulle ou maximale de 15 Volts. Le résultat de la
comparaison (V ) accessible sur les bornes de sortie, est alors un signal carré de rapport cyclique variable,
com

utilisable pour piloter les commutations d'un interrupteur de puissance.


Remarque : La commande MLI est réalisée durant la partie Electronique de ce projet.

Précautions - Remarques - Recommandations


Ø Il est impératif de faire vérifier tous les montages à chaque modification.
Ø L'oscilloscope est l'instrument de mesure de base dans cette manipulation. Il est vivement conseillé de revoir son
fonctionnement, étudié en premier cycle, et en particulier de connaître la distinction entre les positions AC (CA) et DC
(CC) ! De plus, il est impératif d'utiliser la sonde différentielle double ST1000 pour visualiser les différentes tensions.

21
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

Cahier des charges de réalisation


1/ Il est souhaitable de réaliser cette étude en suivant les étapes définies par les tâches 1 à 3 ci-dessous.

2/ Vous devrez définir votre projet étape par étape et faire valider chacune des étapes par l'enseignant
référent/conseil en remplissant dûment le carnet de bord "Electrotechnique/Electronique de Puissance".

=================================================================
Tâche N°1 : Caractérisation statique et dynamique d’une machine à courant continu (MCC).
1-1 Réaliser la détermination expérimentale de r = Re (résistance d’induit), K = Km (coefficient de
Ω

couple) et C (couple de pertes collectives : C = C + µ∗Ω), pour les deux machines :


0 0 0 FS

1-2 Réaliser la détermination expérimentale de L = Le, pour les deux machines.

1-3 Réaliser la détermination expérimentale de J (moment d’inertie du moteur) et µ (coefficient de


frottement visqueux du moteur), en supposant que C0 est le même pour les deux machines.
Attention Ω(t) correspond à ω(t) de la partie automatique.

1-4 Synthèse et conclusions de la caractérisation expérimentale de la MCC.

Tâche N°2 : Profil de vitesse du moteur


2-1 Réaliser expérimentalement le montage permettant de faire varier la vitesse (au moyen d’un
hacheur) de votre moteur MCC chargé mécaniquement par un générateur à courant continu,
lui même chargé électriquement par une rhéostat adapté.

2-2 En exploitant votre modèle (valeurs numériques) du moteur, proposer et faire valider par le
chef d’atelier le protocole complet qui permet de visualiser le profil de vitesse de votre
moteur "à vide mécaniquement" en réponse indicielle.

2-3 Réaliser le relevé expérimental du profil de vitesse du moteur "à vide" entre 0 et la vitesse
nominale.

2-4 Réaliser le relevé expérimental du profil de vitesse du moteur "à vide" en imposant deux
paliers à ±20% de 1000 tr/min, autour de 1000 tr/min.

2-5 Réaliser le relevé expérimental du profil de vitesse du moteur "en charge" en imposant deux
paliers à ±20% de 1000 tr/min, autour de 1000 tr/min, avec un couple moteur moyen autour
de la moitié du couple nominal du moteur.

Tâche N°3 : Etude du variateur de vitesse, à faibles pertes, du moteur


Faire fonctionner le variateur de vitesse avec le moteur à vide et observer la tension de sortie um(t) du
hacheur.

3-1 En faisant varier la tension d’entrée uVAR (tension dc) tracer la caractéristique expérimentale
de la tension moyenne à la sortie du hacheur Um_moy =f (uVAR_moy) pour le moteur en
1

alimentant ce dernier à sa tension nominale. Vous avez besoin de cette courbe pour les BE
d’automatique.

3-2 Tracer la caractéristique expérimentale de la vitesse N =f (α) pour le moteur à vide (N étant en
1

tr/min) et analyser.

3-3 Tracer l’évolution expérimentale de α = f (Cu) pour le moteur en charge, à vitesse constante) et
2

analyser.
=================================================================

22
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

III – 3 : Cahier des charges - AUTOMATIQUE

OBJECTIFS
Objectifs principaux :Régulation d’un moteur à courant continu
- Réalisation de la régulation par CAO de l’automatique
-Objectifs
Analyse et: modélisation d’un systèmeAnalyse et modélisation de système, Matlab, Ela-
CAO de l’automatique,
- Elaboration de correcteurs suivant un cahier de charges
boration de correcteurs, régulation de vitesse.
- Analyse du cahier des charges pour concevoir un correcteur
Pré-requis : Cours d’Introduction à l’automatique linéaire, Analyse temporelle des sys-
- Mise en oeuvre d’une régulation de vitesse
tèmes linéaire du 1er et 2nd ordre, Notion de stabilité
Points d’appui :
- Utiliser les acquis du S3 de L2 EEA-MK-GC : Cours/Td/Tp :
1 Principe général
Introduction à l’automatique linéaire,
er
Analyse
Le but temporelle
principal des systèmes
de cette linéaires est
manipulation et 2nd ordre,
du 1l’étude de la variation de vitesse d’un
Notions de stabilité
moteur à courant continu et à aimants permanents au moyen d’un hacheur série . C’est
un ensemble utilisé par exemple pour la propulsion de véhicules électriques, ou encore
pour les perceuses sans fil.
Cahier des charges
L’objectif de réalisation
de la partie Automatique de ce module est le développement d’un système de
commande
1/ Il est souhaitable deautonome controlant
réaliser cette la vitesse
étude en suivant du système
les étapes banc
définies par moteur
les tâches 1 à 8 via un hacheur
ci-dessous.
série etudié durant les parties électronique et électrotechnique du projet. Bien entendu ce
2/ Vous devrezdedéfinir
système votre devra
commande projet répondre
étape par àétape et faire
un cahier desvalider chacune
charges des étapes par l'enseignant
spécifique.
référent/conseil en remplissant dûment le carnet de bord "Automatique".

2 Modélisation et identification du modèle dynamique


Tâche N°1Le: Schématisation
premier travail de
de l’architecture
l’automaticiendecommence par la définition d’un modèle propre à
commande.
être commandé. Une architecture classique de commande est donnée figure 1. Cette figure
Afin d’effectuer
représentelaun
reconnaissance
schéma bloc des fonctions
général des bloc élémentaires de la figure CdC_AUT_1 :
d’asservissement.

Système de commande Système à commander

Figure CdC_AUT_1 : Identification des fonctions blocs élémentaires d’un schéma bloc général d’asservissement
Figure 1

1. Mettez en évidence les blocs suivants : Référence, Amplification de puissance (MLI


I-1 Mettez-y en évidence les blocs suivants : Référence, Amplification de puissance (MLI/Hacheur), Banc moteur,
Contrôleur. et Hacheur), Banc moteur, Controleur, Capteur.

I-2 Mettez-y en évidence les signaux suivants : la référence Vref(t) (représentative de la vitesse de référence Ω(t)),
l’erreur Uerr(t), la mesure VS(t) = VΩ (t) (représentative de la vitesse réelle de sortie Ω(t)), et de la commande UVAR(t).
1

23
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

Tâche N°2 : Modélisation de connaissance du banc moteur en boucle ouverte, et


Tâche N°3 : Création d’un modèle de simulation simulink

Il s ‘agit dans un premier, d’établir le modèle dynamique du banc moteur en boucle ouverte :
um(t) ==> Ω(t), puis de l’exploiter pour déterminer la réponse d’un système par simulation à l’aide de
Matlab/Simulink. Les tâches 2 et 3 sont donc imbriquées.

2-1 : A l’aide des équations électromécaniques du moteur données au §II-1-1, établissez le modèle
Ω( p)
dynamique du moteur à MCC H ( p) = , au moyen des fonctions de transfert F1(p), F2(p), F3(p),
U m ( p)
F4(p) et F5(p), en suivant le protocole indiqué au §II-1-1.

2-2 : En associant un bloc à chaque fonction de transfert calculées précédemment (F1(p) à F5(p)),
représentez le schéma-bloc du système banc de moteur, sur papier libre.

3-1 : Crééz le modèle Simulink et le fichier Matlab d’initialisation de variables, en utilisant les blocs :
– {Simulink|Continuous|Transfer Function},
– {Simulink|Math Operations|Gain},

– {Simulink|Math Operations|Sum}.

Le signal de tension u (t) est donnée par le bloc {Simulink|Sources|Step} et la vitesse de sortie Ω(t) est
m

récupérable dans un bloc {Simulink|Sinks|To Workspace} (sélectionner l’option Save format, Structure with

time).

2-3 : Effectuez le même type travail de modélisation pour la MCC génératrice en décrivant le transfert du
G
entre C em ( p) et Ω(p).

3-2 : Puis créez le modèle Simulink permettant de modéliser le banc moteur complet.

3-3 : Tracez sous Matlab la réponse temporelle du système lorsque l’entrée est un échelon de 1V. Vous
pourrez vous inspirer de la démarche suivante :
!– Dans votre schéma Simulink, fixez un temps de simulation adéquat, c’est à dire permettant d’observer
le régime permanent de la réponse.
– Sous Matlab, exécutez le code suivant
tps = omega.time ;
vitesse = omega.signals.values ;
plot(tps, vitesse)
grid

24
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

25
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

Tâche N°4 : Modélisation boite noire du moteur et modélisation du bloc amplificateur


Durant les BE d’ETP vous avez réalisé un essai en boucle ouverte permettant d’enregistrer pour votre
moteur à vide, la réponse indicielle conduisant à la vitesse Ω(t). Ce relevé peut conduire à la
détermination du modèle de comportement du système sans avoir recours aux lois physiques régissant
le fonctionnement du banc. Il s’agit de la modélisation de type boîte-noire du moteur à "vide" considéré
comme un système dynamique du premier ordre

4-1 : En considérant que le système se comporte, en première approximation, comme un système


dynamique du premier ordre, déterminez les valeurs des trois paramètres inconnus du modèle du
moteur MCC à partir de votre relevé expérimental de Ω(t) en réponse indicielle. Le paragraphe §II-1-2
résume toutes les informations requises pour réaliser cette tâche.

Si vous ne disposez pas de relevé expérimental concernant votre banc moteur, vous pouvez utiliser le
graphique de la figure 3.
Afin de compléter la modélisation de la chaîne directe, il est indispensable de modéliser le bloc
amplification constitué par le tandem commande MLI/hacheur, sans en connaître la structure interne.
Pour cela de la caractéristique, en valeur moyenne, de transfert direct tension d’entrée VVAR(t), tension
de sortie u (t) est indispensable. Vous procèderez à la modélisation du pilotage de la MLI et du hacheur
m

série, de la manière suivante, en vous assurant que votre fichier de données "caract_ampli.txt" contient
deux colonnes ASCII : la tension d’entrée, puis la tension de sortie, toutes les deux en V.

4-2 : A partir de votre relevé de la caractéristique tension/tension de votre bloc commande


MLI/hacheur, déterminez les coefficients de sa régression linéaire, à l’aide les outils Matlab présents dans
le menu {Tools|Basic Fitting} de la fenêtre graphique.
load caract_ampli.txt : Cela suppose que vous avez un fichier ‘caract_ampli.txt’.
plot (UVAR, Um, ’*’) : Attention, ici U_m(t) est confondue avec UVAR(t), tandis que U(t) est confondue Um(t).

Si vous ne possédez pas un tel fichier, vous pouvez utiliser le fichier préenregistré concernant un des
bancs disponibles dans la salle de Conversion-Energie (Salle I2). Pour cela, il suffit de remplacer la
première commande ci-dessus par la suivante :
load caract_mlihacheur

Tâche N°5 : Elaboration des spécifications du cahier des charges pour le système de commande
Afin d’élaborer les spécifications de l’asservissement, inspirez-vous de la figure 5 du §II-3 et des valeurs
des paramètres du modèle des machines, et définissez un cahier de charges réaliste pour les critères de
performances suivantes :
- le temps de réponse étant fixé à 5%,
- temps de montée :
- précision de la réponse (erreur en régime permanent) :
- dépassement :

26
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

Tâche N°6 : Etude d’une correction proportionnelle par simulation


6-1 : Pour une correction proportionnelle (§II-5-1), calculez la Fonction de transfert en boucle ouverte. Déduisez-en
la fonction de transfert en boucle fermée.
6-2 : Pour kP = 1, calculez, grâce au théorème de la valeur finale, la précision pour un échelon unitaire.3
6-3 : Construisez dans votre script Matlab le système équivalent au système bouclé de la figure 7 grâce aux
instructions de la secttion §II-4. Tracez la réponse indicielle grâce à l’instruction suivante : step(sys) 

6-4 : Pour kp ≠ 1, calculez le gain de commande proportionnel permettant d’assurer une erreur en régime établi de
0.1. Testez ce gain sous Matlab.
6-5 : Tracez la sortie du système en réponse à une entrée constante.

Tâche N°7 : Etude d’une correction proportionnel et intégral par simulation


En considérant une correction proportionnel-intégral (§II-5-2), posez dans un premier temps : Ti = 1/ki = 1 s.

7-1 : Appliquez le théorème de la valeur finale au système bouclé de la figure 8. Déduisez du précédent calcul
l’erreur de position. Concluez sur l’intérêt de l’action intégrale.
7-2 : Construisez la fonction de transfert du correcteur en utilisant l’instruction tf.
7-3 : Simulez la réponse indicielle du système bouclé (instruction step). L’erreur correspond- elle à l’erreur
théorique calculée ?
L’un des principaux problèmes de l’automaticien est de choisir les paramètres du correcteur (ici Ti et ki). Nous
proposons une approche heuristique.
7-4 : Quel est l’ordre de la fonction de transfert de la boucle fermée ?
7-5 : En faisant varier, d’une part, Ti entre 0.01 s et 0.1 s et, d’autre part, ki entre 1 et 10, relevez la pulsation
propre ainsi que le coefficient d’amortissement du transfert en boucle fermée.
Utilisez l’instruction suivante : [Wn,Z] = damp(SYS). Cette commande Matlab renvoie Wn la pulsation propre
ωn et Z le coefficient d’amortissement ζ. Afin de récupérer l’ensemble des calculs en vue d’une exploitation
graphique, vous appliquerez un script voisin du suivant :
m = 10 ; n = 10 ;

 v = linspace(0.01, 0.1, n) ; % vecteur des valeur des paramètres du correcteur à tester
T
kv = linspace(1, 10, m) ; % vecteur des valeur des paramètres du correcteur à tester
Z = zeros(n, m) ; % Matrice de stockage des coefficient d’amortissement

Wn = zeros(n, m); % Matrice de stockage des pulsations propres
for i = 1 : n

for j = 1 : m
Ti = Tv(i) ;
Ki = kv(j)

BF = ... % Actualiser ici la boucle fermé avec
% les nouvelles valeurs de Ti et ki
[dum_Wn,dum_Z] = damp(BF) ;
Wn(i, j) = dum_Wn(1) ;

 Z(i, j) = dum_Z(1) ;

end

end
figure(1)

surf(Tv, kv, Z)

figure(2)

surf(Tv, kv, Wn)

3
Sans rentrer dans les détails, le théorème de la valeur finale énonce que : lim ( y(t)) = lim ( pY ( p))
t→∞ p→0

Rappelons que Y(p) = F(p)·U(p) avec U(p) la transformée de la place du signal d’entrée et F(p) le transfert entre
l’entrée et la sortie

27
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

Nous souhaitons maintenant définir les paramètres Ti et ki du correcteur C(p) de manière à conférer à la sortie
du système la réponse la plus rapide possible (au sens du temps de réponse à 5%), tout en limitant le dépassement à
20% de la valeur finale. En remarquant que le système bouclé est un système du second ordre, procédez en suivant
les étapes :

7-6 : Calculez les valeurs limites de ζ (Z) pour lesquelles le dépassement est inférieur à 20%. Le dépassement D
est défini par la formule suivante :
ςπ

1−ς 2
D (%) = 100 e

7-7 : En utilisant la matrice Z, déduisez les valeurs du couple (Ti, ki) permettant de satisfaire la contrainte sur le
dépassement D ≤ 20%.
7-8 : En considérant que le temps de réponse T5% est donné par :
3
T5% ≈
ς ωn

choisissez le paramètre ωn parmi la grille Wn permettant de minimiser le temps de réponse.

7-9 : Déduisez les meilleures valeurs de correction Ti∗ et ki∗.

En vous référant aux résultats graphiques obtenus pour la précédente tâche et aussi grâce à vos connaissances
sur le comportement temporel des systèmes du second ordre, choisissez un jeu de valeurs du couple (Ti, ki)
permettant d’obtenir la réponse la plus rapide possible (au sens du temps de réponse à 5%), tout en limitant le
dépassement à 20% de la valeur finale.

Tâche N°8 : Assemblage : Réalisation de la boucle de commande

En vous inspirant des explications données paragraphe §II-6, réaliser l’implémentation de la boucle de

régulation correcteur en effectuant les tâches suivantes.

8-1 : Réalisation de la boucle de commande


1. Formez grâce au bloc MLI et hacheur la fonction d’amplification de puissance. Rappel :
– La sortie de la MLI, de type BNC, peut doit être relié au hacheur au moyen d’un câble coaxial.
– Le hacheur doit être alimenté par une tension continue de 30 V obtenue grâce au bloc d’alimentation se
trouvant au dessus de la paillasse.
2. Branchez l’amplification de puissance à l’induit du de la MCC motrice. Connectez ensuite le circuit induit de la
MCC génératrice à la résistance de 6.8 Ω. Vérifiez que la vitesse du moteur varie avec le rapport cyclique α.
3. Sur les indications de l’enseignant, vous connecterez la platine de commande d’une part au générateur de
signaux, d’autre part au modulateur de largeur d’impulsions. Enfin, on vous indiquera comment procéder à la
fermeture de la boucle de régulation.
4. Soyez attentifs à avoir une masse commune entre tous les éléments du montage. Avant le premier essai, faites
vérifier votre montage par l’enseignant.
28
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

8-2 : Etude de la précision du système asservi par un correcteur proportionnel

Pour cette première manipulation, il vous est demandé de shunter les actions intégrale et dérivée de manière à ne

garder que l’action proportionnelle de la platine analogique. Vous réaliserez l’étude de la précision de réponse du
système à des échelons de tension compris entre 0 et 6 V pour différentes valeurs de kp. Cette étude devra être la

plus exhaustive possible. Les valeurs de kp à tester seront 1, 2, ..., 10, 20, 30, 40, 50, 100.

Vous mesurez lors de vos essais l’erreur statique, le temps de réponse à 5% et la valeur d’un éventuel dépassement.

Vous produirez les graphiques permettant d’observer l’erreur statique ainsi le temps de réponse en fonction du gain

du correcteur proportionnel. A partir de ce graphe, apportez vos conclusions sur l’utilisation d’un correcteur

proportionnel. On s’attardera sur l’intérêt et les inconvénients d’un grand gain dans la boucle.

8-3 : Etude de la correction proportionnelle et intégrale


Tout d’abord, sélectionnez les actions proportionnelle et intégrale et laissez l’action dérivée hors circuit.

Vous imposerez un créneau de consigne d’environ compris entre 0 et 6 V. L’étude suivante se réalisera à valeur
constante de kp = 5. Une fois de plus, cette étude sera la plus exhaustive possible. Les valeurs à tester seront :

ki = 0.1, 0.2, ..., 0.9, 1,2, ..., 10, 11, 12, 20, ..., 100.

Lors de vos essais, vous devez mesurer le temps de réponse à 5% et la valeur d’un éventuel dépassement.

Vous fournirez une représentation graphique de vos résultats que vous commenterez avec précision.

Vous conclurez en donnant le couple de paramètres kp, ki que vous conseillerez. Ce choix devra bien sûr être

argumenté.

8-4 : Effet de l’action dérivée


Pour cette étude, vous garderez la valeur de kp et la plage de variation de ki. La valeur de kd sera fixée à 0.3.

Toujours pour un créneau de tension de consigne compris entre 0 et 6 V, mesurez à nouveau le temps de réponse à
5% et la valeur d’un éventuel dépassement. Après avoir compilé vos résultats sous forme graphique, vous
analyserez l’effet de l’action dérivée sur la régulation.

8-5 : Influence de la résistance de charge

La résistance de charge nominale est de 6.8 Ω. On vous demande de mesurer l’effet apporté par le changement
de la résistance de charge sur la régulation. En effet, ce changement de résistance peut se comparer au changement
de matériel à percer pour une perceuse.

Faites l’essai d’une résistance de charge de 10 Ω pour une boucle de régulation proportionnelle puis sur la
boucle de régulation PI. Visualisez et relevez l’effet de ce changement de résistance sur la précision, le temps de
29
Organisation & consignes, modélisation du banc, cahier des charges - Projet L2_EEA Fondamental – 2017/18 – 20 Avril

réponse à 5%. Vous commenterez avec précision ces résultats puis vous conclurez en faisant une analogie entre la
valeur de la résistance de charge et la résistance à la pénétration d’un matériel fictif à percer.

8-6 : Conclusion générales

Comparez les résultats des phases de simulation et de manipulation. Observez-vous des différences notables ?
Analysez le système physique, pour expliquez ces éventuelles différences (on s’attachera aux effets de saturation
notamment).

Glossaire des tâches en automatique


1. Schématisation de l’architecture de commande ;

2. Modélisation de connaissance du banc moteur ;

3. Création d’un modèle de simulation Simulink ;

4. Modélisation "Boite Noire" ;

5. Elaboration du Cahier de Charge pour le système de commande ;

6. Etude d’une correction proportionnelle par simulation ;

7. Etude d’une correction proportionnelle et intégrale par simulation ;

8. Montage et test de l’asservissement du banc moteur ;

9. Etude de différentes lois de commande et de leur robustesse aux variations de paramètres.

=================================================================

30