Vous êtes sur la page 1sur 78

BUREAU

VERITAS

CHAPITRE 0

PRÉAMBULE DU GUIDE
GRUES MOBILES

1 - PRÉSENTATION
Ce guide regroupe les références techniques et réglementaires ainsi que les méthodologies des
vérifications que les membres du COPREC-AT (dont CEP) se sont engagés à respecter.

Ce guide est évolutif et sera révisé pour le maintenir d'actualité en fonction de$ modifications (créations
de nouveaux paragraphes, changements de position de CEP, parutions de nouveaux textes).

La recherche d'une informationse fait soit à partir du sommaire, soit à partir du tableau guide sur la
consistance de la vérification.

2 - DISPOSITIONS GÉNÉRALES

2.1 - Domaine d'application

Le présent document s'applique à toutes les grues mobiles. Il a pour objet d'exposer les modalités
concernant les vérifications générales périodiques, les vérifications avant mise ou remise en service, en
vue de satisfaire aux prescriptions des textes réglementaires auxquels ces appareils sont assujettis

Il ne prend pas en compte la vérificationdes accessoires de levage de la grue. Si l'appareil est équipé
d'un "Poste de conduite élevable ou d'une nacelle", il y a lieu de se référer à la méthodologie
particulière. relative à l'élévationdu personnel.

Sont exclus de ce guide les grues hydrauliques auxiliaires sur véhicule objets du guide "Grues
hydrauliques auxiliaires sur véhicules".

De même, n'est pas prise en compte la vérification des parties de l'appareil nécessitant des examens
ou études particulières pour déceler certains risques qui ne pourrait être mis en évidence par les seules
vérifications et épreuves telles qu'elles sont codifiées par les textes en vigueur.

La vérification de l'appareil est, sauf spécification particulière, effectuée dans la configuration dans
laquelle il nous est présenté. Les conclusions de cette prestation ne peuvent en aucun cas préjuger de
l'aptitudede cet appareilà un usage autre que celui pourlequel il a été conçu.

-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 1
page 1/6
BUREAU
VERITAS

La vérification de l'appareil n'est pas un suivi de son bon état d'entretien. Ce n'est que lorsque le
mauvais état d'un élément ou le mauvais fonctionnement d'un dispositif risque de mettre directement en
cause la sécurité que nous devons le prendre en compte.

La vérification ne concerne que les éléments normalement accessibles et visibles sans démontage ni
nettoyage.

Ne font pas partie de la mission normale de vérification de l'appareil, les contrôles de conformité de
l'engin:

- au code de la route,
- aux nuisances (bruit émis),

- aux appareils à pression.

2.2 - Réglementation

1 - RÉGLEMENTATION APPLICABLE DANS LE CADRE DES VÉRIFICATIONS


RÉGLEMENT AIRES

. Code du travail

Articles R-233-1-1 Maintien en état de conformité avec les règles techniques de


conception et de construction

R-233-11 Vérifications générales périodiques

R-233-11-1 Vérifications à la mise en service dans l'établissement

R-233-11-2 Vérifications à la remise en service après réparations,


transformations, ...

(articles introduits par le décret n. 93-41 du 11 janvier 1993)

. Arrêté du 9 juin 1993 fixant les conditions de vérification des équipements de travail utilisés pour le
levage des charges.

. CirculaireDRTN. 93-22 du 22 septembre 1993 relative à l'application de l'arrêté du 9 juin 1993.

-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 1
page 216
~. .. .~

BUREAU
VERITAS

2 - RÉGLEMENTATION APPLICABLE PAR LES CONSTRUCTEURS, IMPORTATEURS...

Matériels non marqués CE (mis en service avant le 01/01/95)

r Les grues mobiles construites avant cette date sont considérées comme répondant à l'obligationdéfinie
par la nouvelle réglementation du décret N' 93-40 du 11 janvier 1993 (modifié par le décret 94-1217 du
.29 décembre 1994), si elles restent en état de conformité aux décrets et textes de l'époque de leur
conception.

Ces textes sont les suivants:

- Décret n. 47-1592 du 23 août 1947 modifié dans tous les cas d'utilisation et suivant les cas:

. Pour les grues mobiles utilisées à des travaux de bâtiment et travaux publics:

- décret n. 65-48 du 8 janvier 1965

- arrêté du 2 mars 1965

. Pour les grues mobiles mise en service à l'état neuf avant le 01.01.1986 :

- Voir textes ci-dessus.

. Pour les grues mobiles mise en service à l'état neuf entre le 01.01.1986 et le 31.12.94 :

- l'arrêté du 14 janvier 1985 du Ministère de l'Industrie


rend obligatoire(en complément des textes
cités ci-dessus) la norme NF E 52-087 (décembre 1983) pour les grues conçues, construites et

vendues après cette date, tenant compte des dérogations citées en annexe 2 à ce guide.

Nota: Ce dernier arrêté précise toutefois que les dispositions du point 5.8.2 de la norme, concernant
le dispositif de sécurité s'opposant à la surcharge est applicable aux grues revendues
d'occasion et construites entre le 1.'janvier 1979 et le 1"'janvier 1986.
l

Matériels marqués "CE" (mis en service à l'étatneuf à compter du 1" janvier 1995)

- Règles techniques définies par l'article R 233-84 du Code du Travail.

- Procédures d'autocertification fixées par l'article


R 233-85 du Code du Travail

(Article introduits par le décret n" 92-767 du 29 juillet1992)

-Arrêtés du 18 décembre 1992.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES - 01/96 chapitre i


page3/6
J_ ..

BUREAU
1 .VERITAS

l'
2.3 - Nature des vérifications périodiques

2.3.1 - CONTENU DE LA VÉRIFICATION PÉRIODIQUE

La mission du vérificateur est définie par la section 5 de l'arrêté du 9 juin 1993 et plus particulièrement à
l'article 22. Ce n'est pas une mission de conformité aux textes applicables aux concepteurs ~t
constructeurs, c'est une vérification de l'état de conservation et du bon fonctionnement des dispositifs
en place le jour de la vérification.

La vérification générale comprend donc :

a) Examen de l'état de conservation. défini à l'article 9 de l'arrêté du 9 juin 1993 (appréciation de l'état
de l'appareil et de ses accessoires à demeure, recherche des détériorations apparentes : usures,
déformations, corrosion, fissures, ...).

b) Essais de fonctionnement. définis à l'article 6 de l'arrêté du 9 juin 1993 (recherche des anomalies de
fonctionnement de l'appareil et des dispositifs dont il est équipé). Certains de ces essais sont
explicités au paragraphe 12 s'ils n'ont pas été décrits au chapitre 3 "Etude des dispositifs à vérifier".

c) Examen du maintien de l'état de conformité limité au relevé des non conformités évidentes (absence
d'une sécurité d'origine ou d'une prescription technique) susceptibles de créer une situation
dangereuse (exemple: renversement de l'appareil, risque de chute de la charge. risque de chute ou
de cisaillement des personnes. ...).

Ce n'est pas non plus un avis sur les modifications apportées et signalées lors de la vérification.

2.3.2 - DISPOSITIONS A PRENDRE POUR LA VÉRIFICATION PÉRIODIQUE

Pour la bonne réalisation de la mission, le vérificateur doit disposer des documents suivants:

- l'abaque des charges correspondant à la (ou aux) configuration(s) de la grue le jour de la vérification,
- les caractéristiques des organes de suspente (certificats de câbles ou chaînes).

- le rapport de première mise en service de "appareil, ou éventuellement le dernier rapport d'épreuves,

= - le dernier rapport de vérification générale périodique.


~
- si l'appareil est en location. la justification des vérifications périodiques précédentes.
~ Il doit de plus demander les modifications ou transformations effectuées sur l'appareil depuis la dernière
~ vérification.

;
)
o
"
-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 1
page 4/6

T
BUREAU
VERITAS

r
De plus, le chef d'entreprise doit mettre à la disposition du vérificateur pendant la durée de la
vérification:
t
t
- les charges nécessaires aux essais de fonctionnement dont il doit être capable de justifier les
valeurs ;

- les moyens nécessaires à leur manutention (élingues) appropriés aux charges et en bon état;
- une aire d'essais stable et horizontale et librede tout obstacle;

- le personnel pour la conduite de la grue, et pour la manutention des charges.

Nota: Voir aussi la note technique CEP n. 2605.

2.3.3 - EXCLUSIONS

Sont notamment exclus de la consistance de la vérification :

- la vérification de la résistance du sol sur lequel repose l'appareil,


- la vérification des équipements non présentés lors de la vérification,

- la vérification des matériels utiliséspour le montage ou le démontage des équipements de l'appareil,


- la vérification des appareils et moyens non installés sur l'appareil et mis à la disposition du
vérificateur,

- la vérification des couples de serrage de la couronne d'orientation,


- la vérification des notes de calcul (résistance, stabilité, ...),
- la conformitéà des normes,
- les prescriptions du Code de la route et celles imposées par d'autres règles réglementaires (appareils
à pression, etc.),
- les bruits et gaz d'échappementémispar les moteurs,
- l'aptitude et les instructions aux grutiers et autres personnels.

3 - CONDITIONS DE VÉRIFICATION

3.1 - Caractéristiques générales des appareils


Au cours de la vérification et avant de procéder aux essais et épreuves, s'assurer que les conditions
d'installation et de configuration de ('appareil tel qu'il se présente à notre contrôle, ci-après énoncées,
ne présentent pas d'anomalies apparentes par rapport aux instrudions techniques du constructeur:

- longueur de la flèche et de la fléchette,


. position du chevalet.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 - chapitre 1


page 5/6
BUREAU
VERITAS

r
- angle de la fléchette,

- position des haubans,

- mouflage - dispositif de préhension,

- contrepoids.
r
- calage.

Nota: En cas de doute ou d'absence de documents techniques. le vérificateur


doitse faireconfirmer
par l'utilisateur
que les instructions techniques du constructeur sont respectées (notices
d'instruction) .

3.2 - Conditions climatiques

On ne procède à la vérification que si :

- la température ambiante prise au niveau du sol est ~ -5. C,


- la vitesse du vent sur le site est ~ 70 km/ho

On ne procède aux épreuves que si :

- la température ambiante prise au niveau du sol est ~ -5. C.

- la vitesse du vent sur le site est ~ 50 km/h et si la prise au vent de la charge n'est pas jugée facteur
aggravant.

..

-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 1
page 6/6
BUREAU
VERITAS

CHAPITRE f}
J
1

GÉNÉRALITÉS TECHNIQUES

J 1 - CLASSIFICATION ET DÉFINITION DES APPAREILS

J 1.1 - Grues mobiles

On distingue deux types de grues


J
a) Grues automotrices Le poste de conduite du véhicule et le poste de manoeuvre de la grue
sont confondus.
J

.
.'

Fig.1

b) Grues sur porteur Le poste de conduite du véhicule et le poste de manoeuvre de la grue


sont distincts.

Fig.2

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES - 01/96 chapitre 2


page 1/5
BUREAU
..,
VERITAS

Elles sont classées en fonction

1) de leur flèche

a) les grues dont la flèche principale n'est pas démontée lors des déplacements (cas des grues à
flèche télescopique),

b) les grues dont la flèche principale est ~émontable (cas des appareils à flèche treillis).

,
poulie
r---- --- de moulle
èlèment de tète
de nèche

,---
. crochet
ëlément télescopique
1
1
r----
-ï 1
1

élément de base

élément intermédiaire mécanisme

___J 1
1

1
-- derelevage
_ mécanisme
1
1 ---- CI.e Ip'v::age

élément de pied de fléche


1
L
l

porteur C)orteur

2) de leur système de roulement

- chenilles
- roues sur pneumatiques

"
~ 1.2 - Autres types de grues
- Grues hydrauliques sur véhicule d'une capacité inférieure à 15 tm.
~
~
.:>
- Grues hydrauliques sur véhicule de capacité supérieure à 15 tm.
..
o
Ir
t;
f
...
z:
Ir
w
i
~
zw
:&
:>
()
o
..
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES - 01/96 chapitre 2
pa~ 2/5
BUREAU
VERITAS

Dans ce dernier cas ces machines rentrent dans la catégorie des grues mobiles particulièrement si le
levage est effectué au moyen d'un treuil.

- Appareils de terrassement tels que pelles, tractopelles, chargeurs spécialement aménagés pour le
levage des charges.

- Chariots à portée variable.

Les dispositions générales applicables à ces appareils sont identiques à celles des grues mobiles (en
particulier les tableaux guides sur la consistance des vérifications générales périodiques et vérifications
à la mise ou remise en service).

Des dispositions particulières sont explicitées dans les guides particuliers à ces matériels.

..

-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 2
page 3/5
BUREAU
. VERITAS

2 - TABLEAU GUIDE SUR LA CONSISTANCE DE LA VÉRIFICATION


GÉNÉRALE PÉRIODIQUE
Nature de la Mode de
vérification vérification
OBJET DE LA VÉRIFICATION
Elalde Fone- Conlormih! . ApprKia-
conser. tionne- Examen tions Essais
vation ment Pr.enee Réalisa- visuel dimen..
ticn sionnelles
1 - CHASSIS PORTEUR
1.1. Châssis porteur, état X X
1.2. Freinage et immobilisation en translation (17) X X X X
1.3. Organes de roulement (chenilles, X X

l 1.4.
pneumatiques, ...)
Blocage de suspension (2) X X X X
1.5. Stabilisateurs (2) X X X X

r 2-CHARPENTE-SUPERSTRUCTURE
2.1. Tourelle - Flèche - Fiéchette X X
2.2. Contrepoids X X
3 - PLANCHERS - ACCES INSTALLES A
DEMEURE
3.1. Planchers de service, passerelles X X X X
3.2. Accès à la cabine et pour l'entretienet pour X X X X
la vérification
-
4 CABINE(2)
4.1. Constitution- Visibilité-Vitrage-Situation (6) X X
4.2. Toit de sécurité X X
4.3. Chauffage X X
Stockage matières combustibles X X ct.;
Extincteur X X
4.4. Avertisseur sonore X X X X
4.5. Commandes et organes de service X X X X X
-
5 CÂBLES. CHAINES, TAMBOURS,POULIES,
DISPOSITIFS DE PRÉHENSION
5.1. Câbles ou chaTnes- Attaches - haubans X X X
...
5.2. Tambours X X
5.3. Poulies X X
5.4. Moufles et crochet X X X X
..,
~ 5.5. Bennes - Electro-aimant... X X X X
ëCI:
w 6 - MÉCANISMES
i
~ 6.1. Généralités - Ëtat et jeux X X X X
g
CI: 6.2. Couronne d'orientation X X X X
'"
A.
w 6.3.
z: Déplacement de la cabine: verrouillage X X
1:
z
!!
<>
::>
Q
o
CI:
~
Of
w
zCI:
w
i
;
zw
z:
::>
<>
o
Q
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 2
page4/5
i .,
\j :.... BUREAU
~f , VERITAS

Nature de la Mode de
vérification vérification
OBJET DE LA VÉRIFICATION Elal de Fone- Conformité Apprée,a.
conser. tionne- Examen tlons Essais
vatlon ment Présence Réalisa- visuel dlmen.
lion sionnelles
7 - DISPOSITIFS D'ARRÊT ET DE MAINTIEN
A L'ARRÊT
-
7.1. Freins des mouvements concourant
au levage X X X X

7.2. Freins du mouvement de translation X X X X


(voir 1.2) (17)
Frein d'immobilisation hors service (voir 1.2) X X X
7.3. Frein du mouvement d'orientation (2) X X X X

7.4. Blocage des éléments mobiles en position X X


route (tourelle, fat, chariot, ...)
8 - PROTECTIONS DIVERSES
8.1. Organes en mouvement X X X
1
8.2. Organes en porte-à-faux X X X
8.3. Organes amovibles et chutes d'objets X X X
9 - DISPOSITIFS DE SÉCURITÉ (4)
9.1. ContrOle de la descente des charges
(limitation de vitesse) X X(3)
9.2. Umiteurs de course X X X X
9.3, Butées de relevage de nèche X X X X
9.4. Dispositif s'opposant à la surcharge (2) X X(3)
9.5.
Arrêt général X X
Autres arrêts (2) X X
10. SOURCES D'ÉNERGIE
10.1. Dispositif de séparation X X X X
10.2. Équipements et canalisations X X
-
11 AFFICHAGES ET CONSIGNES
11.L Tableau des charges X X X
11.2. Consignes d'utilisation X X X
11.3. Consignes particulières -
Travaux à proximité des lignes électriques X X X
11.4. Plaque d'identification X X X
11.6. Marquage X X X

Légendes:
(2) : Si existant
(3) : En cas d'impossibilité de réaliser cet essai. le rapport devra en porter la mention et rappeler à l'utilisateur la nécessité de
réaliser cet essai.
(4) : Au sens de la norme NF EN 292-1 pour les appareils de levage. ces dispositifs comprennent notamment les limiteurs de
course, les limiteurs de charge. de moment. détecteurs de survitesse. etc
(6) : Conformité limitée aux risques de chute de l'opérateur à partir du poste de conduite.
(17) : Cette vérification exclut les mouvements de translation liés au déplacement de l'appareil hors fonctionnement levage.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 - chapitre 2


page 5/5
BUREAU
VERITAS

CHAPITRE ~

ÉTUDE DES DISPOSITIFS A VÉRIFIER

1 - CHÂSSIS PORTEUR

1.1 - Châssis porteur-état

COMMENTAIRE

Pour les engins soumis à immatriculation, l'état de l'ensemble du châssis porteur et du fonctionnement
de l'éclairage et de l'avertisseur sont vérifiés par le service des mines. Néanmoins, le vérificateur devra
s'assurer de l'état de la structure du châssis par un examen destiné à déceler des anomalies flagrantes
au niveau du faux-châssis de la grue et de la fixation de ce faux-châssis au châssis du camion porteur.
En cas de difficultés à procéder à ce contrôle (absence de fosse, état de propreté, ...) il pourra être
demandé des examens complémentaires.

Pour les engins pouvant translater en charge, il y aura lieu en outre d'examiner les suspensions, la
direction, les trains avant et arrière.

Les éléments susceptibles de présenter des anomalies sont notamment:

Longerons:

- au niveau des mains de ressorts,

- à l'arrière de la cabine,
- au niveau du support de balancier,

- aux zones affectées par des réparations ou transformations,

- à la fixation de la traverse arrière,

- à la fixation du faux châssis, s'il existe.

Le départ des fissurations se situe généralement:

- à la base du profilé pour les châssis soudés.


8
o
~ - à partir des trous de rivures pour les châssis rivés,
- à partir des perçages,

- aux extrémités des soudures (équerre~ de renfort ou supports).

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3


page 1/47
- _n_____

BUREAU
VERITAS

Couronne:

- éléments de liaison avec le châssis.

Traverses:

- rivets et soudures cassées et fixation du faux châssis.

Suspension:

- ressorts, étriers,
mains de ressorts, jumelles, brides, balanciers, triangles de suspension, barres (une
différence de hauteur du châssis par rapport au sol peut être une présomption d'anomalie).

Direction:

- fixation des éléments de dir~ction : colonne, boîtier, vérins ... (le jeu dans la direction doit être égal ou
inférieur à 1/15 de tour).

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Lorsqu'il est possible de procéder au contrôle défini dans le commentaire, s'assurer par un examen
visuel, si les conditions le permettent, qu'il n'existe pas de cassure, de fissure ou de déformation
importante. .
En cas de difficultés à procéder à ce contrôle (absence de fosse, état de propreté, ...), il pourra être
demandé des examens complémentaires.

1.2 - Freinage et immobilisation en translation

COMMENT AIRE

Pour les engins pouvant translater en charge, l'efficacité des freins doit être vérifiée.

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

Les grues doivent être équipées d'un frein de service et d'un frein d'immobilisation. Le frein de service
g peut être du type à serrage commandé. Il doit être normalement capable d'arrêter l'appareil sur une
~ distance maximale en mètres donnée par la formule:

2 V2 + 10 V,
100

V étant égal à 80 % de la vitesse maximale et exprimé en km/ho

-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 3
page.2147
BUREAU
VERITAS

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifierpar un essai à vide, à 80 % de la vitesse maximale que le frein de service fonctionne.

Vérifier que le serrage du frein d'immobilisation provoque l'arrêt du véhicule, celui-ci étant à vitesse
réduite.

J
1.3 - Organes de roulement (che-nilles, pneumatiques ...)

COMMENTAIRE

Pour les appareils se déplaçant sur la voie publique, les pneumatiques doivent respecter les conditions
du Code de la route : présence de sculptures apparentes ; toutefois. ce critère, qui a pour objet le
freinage et la tenue de route. n'est pas à prendre en considération dans les autres cas.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier l'état des pneumatiques: la toile ne doit pas apparaître, ils ne doivent présenter ni hernie. ni
coupure laissant apparaître la toile.

S'assurer que les pneus des roues d'un même essieu sont homogènes dans leur type et leurs
dimensions.

S'assurer que les jantes ne sont pas déformées et qu'elles ne présentent pas de fissures.

S'assurer que les écrous de fixation sont tous en place et que les épingles de sécurité sont
correctement disposées sur les cercles démontables.

Vérifierl'état apparent des chenilles, des axes des barbotins, des galets tendeurs, des tuiles.

1.4 - Blocage de suspension

COMMENTAIRE

..c..
... Certaines grues mobiles sur pneumatiques (grues automotrices ou grues sur camion) sont équipées de
~
4è"'" dispositifs de blocage de la suspension avant et/ou arrière dans le but de leur assurer une meilleure
stabilité pendant les manutentions aussi bien sur stabilisateurs que sur pneus.

MOYENS A METTRE EN OEUVRE


,o
01:
.. Le blocage peut être réalisé par des moyens mécaniques ou hydrauliques. Lorsqu'il est réalisé par des
...
vérins hydrauliques, ceux-ci doivent être équipés de clapets de non retour pilotés à l'ouverture s'il existe
un risque de perte de stabilité lié à une fuite hydraulique.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES - 01/96 chapitre 3


page 3/47
-
1 .

~~.:'.
1 .
..
.. BUREAU
VER 1 TA S
~
.
,.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier que le dispositif de blocage fonctionne.

S'assurer lorsque le système comporte des vérins de la présence de clapets par ('essai défini au
r
paragraphe 12.1 relatif aux essais.

1.5 - Stabilisateurs

COMMENTAIRE

La plupart des grues comportent des moyens de calage concourant à leur stabilité.

MOYENS À METTRE EN OEUVRE

Tous les vérins de stabilisateur dont la défaillance peut entraîner une perte de stabilité doivent être
munis de verrouillages; ces verrouillages peuvent être manuels ou automatiques.

Les verrouillages automatiques des vérins hydrauliques doivent être assurés par des clapets de non
retour pilotés.

Les calages assurés par des systèmes mécaniques répondant au principe d'irréversibilité ne
nécessitent pas de verrouillage: vis-écrou, genouillère, ...

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier que les stabilisateurs fonctionnent correctement et qu'ils peuvent manoeuvrer sur Joute leur
course.

Vérifier le bon état :

- des fourreaux et fixations au châssis,

- des semelles et fixations aux vérins,

- des poutres
- des vérins
"Ii
..
..
r
..
Vérifier la présence des verrouillages :

- visuellement s'ils sont du type mécanique,

- selon la procédure définie au paragraphe 12.2 s'ils sont mus hydrauliquement.


..

; Vérifier par un essai en charge que la position des stabilisateurs ne peut pas se modifier, notamment
lors du soulagement d'un point d'appui.

-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 3
page4/47
BUREAU
VERITAS

2-CHARPENTE-SUPERSTRUCTURE

2.1 - Tourelle - Flèche. Fléchette

COMMENTAIRE

L'âge ou plutôt la durée d'exposition des grues aux intempéries et milieux ambiants plus ou moins
corrosifs, leurs conditions de travail (usage intensif) peuvent compromettre gravement la résistance
mécanique de leurs différents éléments.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

S'assurer par un examen visuel :

. que les différents éléments montés (base, mât, flèche) sont homogènes et adaptés à l'appareil,

. de la présence de tous les éléments d'assemblage et de fixation (axes, broches, boulons, rivets, ...),

. de la bonne réalisation de leur mise en oeuvre:

. pas de boulons desserrés ou trop courts


- pas d'axes, de broches ..., sans dispositif d'arrêt s'opposant à leur retrait intempestif

. pas de jeux excessifs


. du bon état de conservation: pas d'anomalie telle qu'usure, déformation ou corrosion importante,

. du bon aspect des soudures: pas de fissures, déchirures, décollement.

2.2 - Contrepoids

COMMENTAIRE

Dans certaines configurations, la stabilité de grues est assurée, par des moyens additionnels (lests,
contrepoids) ; leur présence et leur mise en oeuvre ne doit pas introduire de risques.

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

Les lests ou contrepoids doivent être fixés de manière à éviter tout risque de chute ou de déplacement
intempestif.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3


page 5/47
BUREAU
VERITAS

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

S'informer des configurations nécessitant la mise en place de lests ou de contrepoids. S'assurer auprès
de l'utilisateur que leur positionnement. leur nombre et leur valeur sont conformes aux spécifications du
constructeur.

S'assurer par un exar:nenvisuel du bon état de conservation des lests et de leur fixation.

-
, 3 PLANCHERS -ACCÈS INSTALLES A DEMEURE

3.1 - Planchers de service, passerelle

COMMENTAIRE

Les parties de l'appareil sur lesquelles il est nécessaire de se tenir ou de se déplacer pour effectuer
l'entretien de l'appareil doivent être considérées comme des planchers de service.

Ceux-ci doivent être conçus et agencés pour éviter les risques de chute du personnel au sol et ceux de
chute d'outillage sur du personnel circulant ou travaillant en-dessous.

MOYENS À METTRE EN OEUVRE

Les surfaces des planchers ne doivent être nLencombrées, ni glissantes.

Les passerelles situées à plus de deux mètres de hauteur doivent être munies de garde-corps et
plinthes.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

S'assurer par un examen visuel et des mesures:

- que les planchers et passerelles sont en bon état (absence de corrosion, fissures, ...),
- que la fixation des planchers et passerelles est bien assurée,

- que la surface du platelage est dégagée, propre et non glissante,

- que la protection des platelages est assurée par des garde-corps avec plinthe,

- que les perforations des platelages interdisent le passage d'une bille de 20 mm de diamètre,

- que tous les planchers et passerelles disposent de moyens d'accès.

-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 3
page 6/47
- - -- --- ---------
----

BUREAU
VERITAS

f 3.2 - Accès à la cabine et pour Iientretien et la vérification


"
COMMENTAIRE

L'absence, la mauvaise réalisation ou le mauvais état des accès que le personnel doit utiliser pour se
rendre à la cabine ou sur les passerelles réser:vées à l'entretien, peut être cause d'accident.

MOYENS À METTRE EN OEUVRE


l Lorsque l'accès au poste de conduite ou à la cabine nécessite une échelle, celle-ci devra être équipée
(hauteur supérieure à 2,50 m) d'une crinoline à moins que son installation assure une sécurité
, équivalente.

Au débouché des accès, des dispositifs doivent être prévus, tels que poignées, crosses, ...

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier par un examen visuel et éventuellement par une mesure:


"
- la présence de la crinoline et son état, si elle est nécessaire
1
- l'homogénéité des sections des barreaux et de leur distance (pas),

- l'existence d'un intervalle libre suffisant entre l'échelle et les éléments verticaux arrières,

- la prolongation des échelles jusqu'au niveau de réception,

- la bonne fixation des échelles.

En cas d'absence d'échelle vérifier:


}
- que les marchepieds sont correctement disposés, notamment la distance entre points d'appui,

- qu'il existe des poignées, mains courantes et crosses judicieusement placées et en bon état.

- que les marchepieds, sont en bon état, propres et non glissants.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3


P9ge 7/47
BUREAU
VERITAS

4 - CABINE

4.1 - Constitution - visibilité - vitrage - situation

MOYENS À METTRE EN OEUVRE-

La cabine doit être conçue pour permettre une visibilité suffisante de la charge lors des manoeuvres.

Le siège du conducteur, s'il existe, doit être solidaire de la cabine et disposé de manière à permettre
une conduite aisée de l'engin.

Les baies doivent être en matériaux de sécurité, parfaitement transparents et conçues pour permettre
un nettoyage facile et non dangereux.

Il doit y avoir des essuie-vitres.

Des dispositions doivent être prises pour éviter la chute du personnel hors de la cabine en cas de
destruction de la paroi transparente (baraudage jusqu'à 1 mètre environ).

La cabine doit être construite en matériaux de catégorie difficilement inflammable (classification M2).

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

S'assurer par un examen visuel:

- que la visibilité du conducteur à son poste de conduite est satisfaisante,


- que son siège est correctement fixé, en bon état de conservation et disposé vis à vis des organes de
~
1 1
service,

-
, .
..~
- du bon état des vitrages et parois transparentes,

- de la présence et du bon état apparent des dispositifs de protection des vitrages en parties basse,
ë
~,
.
CI:
I::!
z: - que les baies vitréespeuvent être nettoyées facilement et sans danger, et que les axes d'articulation
des châssis vitrés sont en bon état,
~
:z:
4

Ir .
...

~
~
z:
- que les essuie-vitres fonctionnent.

~
o
:>
Q
o
tt-- CI:
I!;
'!'
iCI:
..
i
;:
z:
..
X
:>
oo
Q
-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 3
page 8/47
BUREAU
VERITAS

4.2 - Toit de sécurité

COMMENTAIRE

Le conducteur de la grue doit être protégé contre la chute éventuelle d'outils ou de menus matériaux ou
d'objets similaires

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

Toit plein métallique ou en matériaux de sécurité tels que verre trempé, feuilleté, armé, matière
plastique (makrolon, plexiglas, ...) capable en un point quelconque d'absorber une énergie de chute de
120 J/cm2et de supporter une charge concentrée de 100 kg appliquée sur une surface de 900 cm2.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier par un examen visuel, la présence et l'état d'un toit de sûreté ou d'un vitrage constitué de
matériaux de sécurité (makrolon. plexiglas ...).

Signaler toute modification flagrante de constitution.

4.3 - Chauffage - stockage matières combustibles - extincteur

t
t ..1: COMMENTAIRE

~
r
La cabine doit pouvoir être chauffée en saison froide sans que l'appareil installé à cette fin n'introduise
un risque d'incendie pour la cabine ou un risque d'intoxication ou de brûlure pour le conducteur.
1
1.

Le stockage de matières combustibles en cabine est proscrit pour éviter tout risque d'incendie de celle-
r ci. de brûlure ou d'intoxication du conducteur.

Le conducteur doit disposer d'un moyen de lutte contre un début d'incendie de la cabine, d'origine
intérieure ou extérieure.

MOYENS À METTRE EN OEUVRE

- Chauffageélectrique à résistance non incandescente ou, appareil à catalyse; dans ce cas le réservoir
de combustible doit être placé hors de la cabine.

- Récipients métalliques fermés placés à l'extérieur de la cabine pour recevoir chiffons, graisse,
déchets combustibles, ...

- Extincteur adapté aux risques.

L'emploides braserosou de résistancesincandescentesest interdit.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3


page 9/47
BUREAU
VERITAS
\,

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

S'assurer par un examen visuel :

- du bon état de conservation de l'appareil de chauffage s'il existe,

- de l'absence de risque de contact direct avec les éléments chauffants s'il y a lieu,
- de la présence de la liaison masse de l'appareil aux structures métalliques s'il s'agit d'un radiateur
électrique.

- du bon état du récipient destiné à recevoir les matières combustibles,


- de l'absence de matières combustibles à l'intérieur de la cabine,

- de la présence d'un extincteur facilement accessible.

4.4 - Avertisseur sonore

COMMENTAIRE

Un moyen sonore peut être nécessaire pour prévenir le personnel au sol des manoeuvres qui peuvent
être dangereuses.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

S'assurer que l'avertisseur sonore est en bon état et fonctionne correctement.

Si la grue est équipée d'un dispositif sonore déclenchable en marche arrière, s'assurer que ce dispositif
fonctionne correctement.

4.5- Commandes et organes de service


COMMENTAIRE

Il est nécessaire de se prémunir contre le risque de maintien en mouvement de l'une quelconque des
parties ou de l'ensemble de l'appareil dès que cesse l'intervention du conducteur sur l'organe de
service.

Bien que pour les grues antérieures aux directives CE les dispositions réglementaires ne visent pas
nommément le risque de mise en marche par action involontaire sur l'organe de service, celui-ci existe.

-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 3
page 10/47
BUREAU
VERITAS

MOYENS À METTRE EN OEUVRE

Les organes de service (volants, poignées, boutons-poussoirs, leviers, tirettes, etc.) mis à la disposition
du conducteur pour la manoeuvre de l'appareil, peuvent comporter des dispositifs destinés à empëcher
la mise en marche de l'un quelconque des mouvements de l'appareil non voulue par le conducteur.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

S'assurer par un examen visuel et un essai que l'emplacement des organes de service est correct, que
leur manoeuvre est aisée pour le conducteur depuis sa position de travail.

Vérifier par un essai que le relâchement de tout organe de service, précédemment sollicité entraîne la
mise à l'arrët du mouvement correspondant.

Nota: Pour les appareils anciens en service il sera admis que les organes de service des
mouvements ne concourant pas au levage ne reviennent pas automatiquement au point neutre.

Vérifier le fonctionnement du verrouillage en position neutre, lorsqu'il existe. Pour les postes de
conduite amovibles non pourvus de verrouillage, vérifier que les organes de service sont protégés
contre les risques de mise en marche intempestive.

Vérifier l'identification des fonctions des organes de service et particulièrement ceux commandant les
mouvements de la grue.

S'assurer visuellement que les pédales, si elles existent, ont une surface antidérapante.

5 .. CÂBLES..
CHAÎNES.. TAMBOURS.. POULIES.. DISPOSITIFS DE
PRÉHENSION

5.1 .. Câble ou chaînes.. attaches.. haubans

COMMENTAIRE
~
15
0:
~
La mauvaise adaptation d'un câble à son utilisation, la non correspondance de son diamètre avec le
z
9 profil des gorges des poulies ou le pas de rainurage des tambours, la non adaptation du sens de
5! câblage au mode d'enroulement sur un tambour lisse, le non respect du coefficient d'utilisation, la
ë
..
... mauvaise réalisation des attaches peuvent entraîner sa rupture.
w
:z:
I:
z
~
.. MOYENS A METTRE EN OEUVRE
:>
Q
..
0:
...
..
'!'
w
Adopter le coefficient d'utilisation fixé par la réglementation.
Z
0:
W
i..
z:
w
X
:>
()
..
Q
-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 3
page 11/47
1-

BUREAU
VERITAS

r Grue non marquée "CE" :

Si elle n'est assujettie qu'aux prescriptions du décret du 23 août 1947 (grues de parc, grues d'usage
industriel, ...), les câbles doivent avoir un coefficient d'utilisation au minimum de 5. Rien n'est fixé pour
les chaînes, cependant l'usage a entériné le coefficient de 5.

. .
Si elle est assujettie aux prescriptions complémentaires du décret du 8 janvier 1965 (grues utilisées à
des travaux liés aux bâtiments et travaux publics), les câbles doivent avoir un coefficient d'utilisation
minimal de 6 et les chaînes de 5.

Grue marquée "CE" :


r
J Les coefficients d'utilisation des câbles et de leurs attaches sont fixés par l'arrêté du 18 décembre
1992 :

- pour les câbles de levage: 5

- pour les chaînes de levage: 4


J
Utiliser de préférence les types de câbles préconisés par le constructeur.

.r Les critères de dépose des câbles sont énoncés dans la norme expérimentale française E 52-402 et
par l'article 56 du décret du 8 janvier 1965.

J MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

r Réclamer pour les différents câbles, un certificat comportant les indications prévues par la
norme NF X 51-001 (diamètre. composition. charge de rupture minimale) et vérifier:

1.. - que le câble installé est conforme au certificat présenté, et s'assurer dans la mesure du possible qu'il
est d'un type conforme à celui d'origine préconisé par le constructeur,
..

r - le coefficientd'utilisation du câble. A défaut de présentation d'un certificat, indiquant la force de


rupture du câble, on procédera à une évaluation de celle-ci par référence aux normes de la série
A 47... pour une classe de fils de 1770 N/mm2 (voir tableau en annexe du guide Pont roulant).

1
J Effort à prendre en compte pour l'évaluation du coefficient d'utilisation du câble:
..

- Levage: Force correspondant à la charge statique nominale maximale par brin, sans tenir compte:
des effets dynamiques. du vent, du rendement des mouflages.

- Relevage - haubans - télescopage : Effort statique maximal communiqué par le constructeur de


l'appareil.

La détermination de ces efforts n'entre pas dans le cadre normal de la mission de vérification. Si ces
efforts ne sont pas communiqués. noter en observation la nécessité de les réclamer au constructeur.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01196 chapitre 3


page 12/47
-o. _". _ . h _..

1\\'
BUREAU
VERITAS

Nota: En ce qui concerne les haubans un coefficient d'utilisation inférieurà 6 pourra être admis si les
prescriptions du § 5.3.2.2 de la norme NF E 52-087 sont respectées. Celles-ci stipulent que .Ia
résistance à la rupture effective des câbles de haubans à l'état neuf ne subissant aucune
incurvation doit être supérieure à 4,2 fois l'effort maximal de sollicitationdu hauban. Elle ne doit
en aucun cas être inférieure à 3,5 fois l'effort le plus élevé qui apparaît lors des sollicitations
peu fréquentes..

Procéder à un examen visuel des câbles, sur toute leur longueur (fils brisés. usure, corrosion.
déformation. coques).

Procéder à un examen visuel des chaînes si elles sont mécaniques. l'allongement (mesure du pas) doit
être inférieurà 3 %.

On s'assurera au cours des épreuves ou essais de l'absence de défaut caractérisant la non adaptation
du câble à l'usage,

. mauvais enroulement,
. rotation du câble ou de I? moufle, vrillage,
. déformation au passage des poulies.

Nota: Les chaînes ou câble de télescopage n'étant généralement pas visibles, il y a lieu de préciser
dans le rapport que l'examen n'a pu être effectué.

La position du palonnier de réglage de la tension des chaînes en fin de course, ainsi que
l'existence de bruits anormaux caractéristiques (claquements) sont des signes indiquant l'usure
ou un dt:réglage d'un des éléments constitutifs.

Vérifier que les attaches des points fixes accessibles sont en bon état.

5.2- Tambours

COMMENTAIRE
..

Le mauvais état de surface du tambour peut entraîner la destruction du câble. Un rapport


d'enroulement trop faible compromet la durée de vie d'un câble par fatigue. Le câble qui échappe du
tambour ou son attache qui lâche peuvent entraîner la chute de la charge.

MOYENS À METTRE EN OEUVRE

. Pour les appareils assujettis au décret du 8 janvier 1965 et non marqués "CE" (pour les grues
antérieures au 18'janvier 1995).

- Respect du rapport D/d = 20


o étant le diamètre du tambour à fond de gorge, d le diamètre nominal du câble.

- Le nombre de tours morts du câble sur le tambour ne doit jamais être inférieur à 3.

-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 3
page 13/47
__ n __"

BUREAU
VERITAS

-Les flasques du tambour doivent dépasser d'au moins 2 fois le diamètre du câble la dernière couche
enroulée.

. Pour les grues marquées "CE", aucun rapport d'enroulement n'est actuellement fixé par la
réglementation.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier par un examen visuel et s'il y a lieu une mesure (pour les appareils soumis au décret du 8
janvier 1965) :

- le respect du rapport D/d,

- la hauteur des flasques,

et pour tous les appareils,

- l'attache du câble sur le tambour,

- l'état de surface,

- qu'ilexiste au moinstrois tours mortssur le tambour


- lorsquele finde course bas fonctionne,
-lorsque le crochet est au niveaudu sol (supposé horizontal).
Pour tous les appareils la vérification doit être effectuée dans la configuration présentée avec le
mouflagedéfinipar le constructeur: 1'";

- flèche entièrement déployée à portée minimale pour les flèches télescopiques.


.
- à portée minimalepour les flèchesen treillis.

- que le pas de rainurage du tambour et le profilde la gorge sont adaptés au diamètre du câble,

- lorsqu'il existe l'état et le fonctionnement du presse-câble.


~
oCI:
w
i Attirer l'attention de l'utilisateur si l'angle de déflexion du câble s'enroulant sur le tambour est trop
~ important.
ga:
..
...
w
z:
!f
z:
o
5.3 - Poulies
~
..
g
a:
e. COMMENT AIRE
Of
w
z:
a:
w
i.. Le mauvaisétat d'une poulie peut entrainer le destruction du câble.
z:
w
z:
::>
()
....
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3
page 14/47
- --. _ __ h __.

~ :

BUREAU
VERITAS
l
" '..,

L'échappement du câble risque de provoquer sa rupture et la chute de la charge.

Un rapport d'enroulement trop faible compromet la durée de vie du câble.

MOYENS À METTRE EN OEUVRE

- Respect pour les appareils assujettis au décret du 8 janvier 1965 et non marqués .CE" du rapport D/d
~ 22 pour toutes les poulies. 0 étant le diamètre de la poulie à fond de gorge et d le diamètre nominal
du câble ou à défaut, le diamètre mesuré.

Pour les poulies de guidage. lorsque l'angle d'enroulement CI. est inférieur à 31'30, le rapport D/d peut
être pris inférieur à 22, sans être inférieur à 9 (voir diagramme ci-dessous).

D/d

22

ex:
o
31'30 angle d'enroulement

Cette tolérance de réduction est inapplicable aux câbles du type clos et à ceux antigiratoires.

Pour les grues marquées .CE". aucun rapport d'enroulement n'est actuellement fixé.

- Garde-câble sur la poulie.

- Éviter les angles de déflexion importants (ordre de grandeur admis: 2 à 3 degrés par rapport au plan
de symétrie de la poulie).

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION
-.
! Vérifier. pour les appareils soumis au décret du 8 janvier 1965. par un examen visuel et s'il y a lieu une
mesure :

- le respect du rapport D/d.


- l'état de surface et l'adaptation du profil de la gorge au diamètre du câble.

.~ - l'état de conservation et le fonctionnement du garde-câble.

GUIDE'DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3


page 15/47
BUREAU
VERITAS

Attirer l'attention de l'utilisateur si l'angle de déflexion est trop important.

5.4 - Moufles et crochet


r
COMMENT AIRE

Risque de décrochage de la charge et risque pour le personnel de se faire prendre la main en


manipulant la moufle.

Risque d'inadaptation du crochet ou de la moufle à la charge d'utilisation.

MOYENS À METTRE EN OEUVRE

Le crochet doit être d'un modèle s'opposant au décrochage accidentel des fardeaux, soit par sa forme,
soit par l'adjonction d'un dispositif de sécurité (exemple linguet). Il doit, en application des prescriptions
de la norme NF X 51.001, çomporter l'indication de ses caractéristiques.

Les moufles doivent être enveloppantes et si elles doivent être déplacées à la main, munies de
poignées ou dispositifs équivalents (entretoises, maillons de chaîne).

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

. Vérifier que le crochet comporte un marquage permettant de connaître sa capacité et s'assurer que
celle-ci est compatible avec la charge maximale indiquée sur l'appareil.

Vérifier par un examen visuel ('état du crochet (absence de déformation, d'usure, corrosion, crique,
fissure ...).

Vérifier l'état du linguet ou de tout dispositif équivalent.

Vérifier que le crochet tourne librement autour de son axe sans jeu excessif et contrôler sa fixation
lorsqu'elle est visible sans démontage (notamment l'arrêt en rotation de l'écrou).

Vérifier que la préhension de la moufle s'effectue sans risque (enveloppe et poignées).


1, ...
iS
..II: Vérifier l'adaptation des moufles et crochets à la configuration d'emploi de l'appareil.
z
3
ga:
... 5.5 - Bennes, électro-aimant
~
iz
..,... !l
J.,' %<1

. :;'
~
0
~o COMMENT AIRE
f..
!z Chute de la charge consécutive à la défaillance du système de préhension lui-même par mauvais
;ot CI:
, ,'1' ; ~ amarrage, défaut d'alimentation électrique ou hydraulique.
1""4"
. .
. %
~

.
',""
i
0co
f GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96- chapitre 3
page16/47
'*
..
--,1\J
.'
: .,
.\

BUREAU
VERITAS

MOYENS À METTRE EN OEUVRE

- Conception du système de préhension (réserve de vide, verrouillage sous charge).


- Amarrage complémentaire.

- Interdiction d'accès à la zone d'évolution de l'appareil où les chutes de la charge peuvent se produire.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

S'assurer suivant le cas:

- par un examen visuel, le bon état de conservation du dispositif,

- par un essai, le fonctionnement du dispositif s'il possède un dispositif à fonction mécanique,


hydraulique, pneumatique ou électrique.

- que les dispositions sont p~isespour interdire l'accès à la zone (marquage au sol, barrières ...).

Nota: La vérification de l'efficacité des dispositions prises et leur maintien ne fait pas partie de la
mission normale.

6 - MÉCANISMES

6.1- Généralités- état et jeux

COMMENT AIRE

Les mécanismes sont constitués essentiellement par les réducteurs, les pignons, les accouplements,
les embrayages et les cliquets de retenue.

Une usure ou un jeu exagéré de ces différents composants peut entraîner une chute de la charge.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier par un examen visuel sans démontage et par un essai l'état et les jeux des différents
mécanismes constituant les organes essentiels de chaque mouvement.

Vérifier par un essai le fonctionnement et l'absence de bruit anormal au cours des divers mouvements
des mécanismes.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES - 01/96 chapitre 3


page 17/47

I.!
'1
REAU
ERITAS

~ - Couronne d'orientation

MMENTAIRE

-s jeux excessifs. au niveau des couronnes d'orientation, créent un risque de désolidarisation. des
ments mobiles, de leurs supports entraînant la chute de la flèche ou de la grue.

~rtains assemblages sont réalisés par des boulons à serrage contrôlé qui' nécessitent des vérifications
riodiques.

10YENS A METTRE EN OEUVRE

Dans la plupart des cas, ces moyens sont du ressort du constructeur (graissages, conditions
l'utilisation et d'entretien ...)qui définit également les valeurs des jeux acceptables.

~ÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Jérifier par un examen visuel que l'état du mécanisme d'orientation : motoréducteur, pignons,
couronne, ...n'est pas susceptible d'entraîner des anomalies de fonctionnement.

Vérifier la présence de tous les boulons de fixation de la couronne et que leur serrage ne présente pas
d'anomalies flagrantes.

S'assurer par un essai à vide que les jeux de la couronne ne sont pas excessifs. Absence de bruit
anormal au cours de la rotation de la flèche.

Nota: La mesure du couple de serrage des boulons et des jeux de la couronne ne font pa~ partie de
la mission du vérificateur.

6.3- Déplacement de la cabine


COMMENT AIRE

Le déplacement de l'appareil ne doit en aucun cas entraîner le déplacement de la cabine sur celui-ci
lorsqu'elle possède un déplacement permettant l'amélioration de la vision du grutier en position travail.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

S'assurer par un examen visuel de l'état des dispositifs d'immobilisation de la cabine en place.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES - 01/96 chapitre 3


page 1 8/47
-----
. --.

UREAU

~EINS

ÉNÉRALlTÉS SUR LES FREINS ET DISPOSITIFS Éaulv ALENTS

,Les fonctions de mise à l'arrêt et de maintien de l'arrêt peuvent être assurées par différents types
iW
· '-'organes ou groupes d'organes: i
Il
- freins mécaniques utilisés lorsque le mécanisme est.entraîné par un moteur rotatif, 'f
If
r
.1

. valves, distributeurs, clapets ... lorsque le mécanisme met en oeuvre une transmission hydraulique ou Ii
pneumatique,

- réducteur à vis intrinsèquement irréversible dans le cas d'une transmission mécanique.

Suivant leur nature ou leur montage, ces organes peuvent assurer à la fois le ralentissement et
l'immobilisation du mouvement (freins, valves d'équilibrage associées à des vérins hydrauliques ...) ou
ne remplir qu'une seule des deux fonctions (réducteur irréversible, clapets normalement fermés sur
vérins ... pour l'immobilisation ;. valves d'équilibrage associées à des moteurs hydrauliques, freinage
électrique par le moteur ... pour le ralentissement).

Dans le cas de mouvements s'effectuant à faible vitesse peuvent n'exister que les organes
d'immobilisation.

En revanche, pour certains mouvements des dispositifs complémentaires de ralentissement peuvent


être employés pour permettre en fonctionnement normal un ralentissement plus progressif (freinage
électrique, ralentissement à courant de Foucault, valves d'équilibrage ...)

Les dispositifs d'arrêt et de maintien à l'arrêt doivent:

- être capables d'assurer leur fonction dans toutes les conditions normales de service.

Pour les appareils soumis aux intempéries, ces dispositifs doivent être capables d'assurer la mise et le
maintien à l'arrêt, même lorsque le vent atteint la force limite de service fixée par le constructeur. Le
maintien à l'arrêt pour les vents dépassant cette limite peut éventuellement être assurée par des
moyens complémentaires.

- permettre. sans modification de leur réglage. la réalisation des épreuves statiques et dynamiques.

- être correctement réglés et entretenus pour conserver leur efficacité.

- ne permettre le mouvement que sur une action volontaire de l'opérateur.

i
i:
~
()
o
..
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01196 chapitre 3
page 19/47
UREAU

.1- Freinsdes mouvements concourant au levage


Soncernent les mouvements de levage, de relevage, de télescopage ...)

,COMMENTAIRE

Perte de contrôle des mouvements concourant au levage (relevage, télescopage ...) par suite de
l'absence, de l'insuffisance ou de la défaillance des djspositifs d'arrêt.

MOYENS A METTRE EN OEUVRE


, 1 I"
:r.

Ces mouvements doivent être munis de freins ou dispositifs équivalents capables d'arrêter et de 'f',
~

maintenir à l'arrêt les charges les plus fortes (y compris les charges d'épreuves).
'i j
,i'
l
Pour ces mouvements les fonctions d'arrêt et de maintien à l'arrêt doivent être automatiquement
assurées lorsque cesse l'action de l'opérateur et ce, même en cas d'interruption de l'alimentation Il
en énergie du mouvement. . 1
t

Cette énergie qui peut être électrique. hydraulique, pneumatique, ... ne peut donc agir que dans le sens
"du desserrage" ou "d'ouverture" rendant possible le mouvement ; l'arrêt ou le maintien à l'arrêt par
"serrage" ou Nfermeture" étant obtenu par ('action de contrepoids ou ressorts (de préférence du type
comprimé).

Les mécanismes entraînés par des moteurs rotatifs (thermiques, électriques, hydrauliques ou
pneumatiques) doivent être munis d'un frein mécanique, (éventuellement incorporé au moteur) à moins
que la chaîne cinématique comporte un réducteur dynamiquement irréversible.

Les mécanismes entraînés par des vérins hydrauliques ou pneumatiques comportent un distributeur.
Ce dernier peut assurer la fonction de mise à l'arrêt. Toutefois, il n'est généralement pas suffisamment
étanche pour assurer la fonction de maintien à "arrêt. De plus, des canalisations et des raccords sujets
à défaillance sont bien souvent intercalés entre le vérin et le distributeur. En conséquence:

- ou bien le distributeur doit être directement fixé sur le vérin et posséder par conception une étanchéité
..
suffisante: distributeur à clapet par exemple,

- ou bien un dispositif de verrouillage hydraulique à ouverture commandée normalement fermé au


., repos doit être disposé directement sur le vérin (clapet anti-retour piloté. valve d'équilibrage, ...). En
i
cas d'impossibilité de fixation directe. une canalisation rigide. la plus courte possible comportant un
a
ië nombre minimum de raccords et correctement protégée peut être interposée entre le vérin et le
..
...
w clapet.
I:
Ï:
z
~
()
::> MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION
o
o
c
e;
'!'
w
z S'assurer de la présence de freins ou dispositif équivalent normalement serrés au repos pouvant être
cw
Z actionnés directement du poste de conduite.
;:
z
w
z:
::>
()
o
o
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3
page 20/47
r

,UREAU
VERITAS

Vérifier l'état des dispositifs de freinage, notamment l'état des garnitures et autre composants si cela ne
\écessite pas de démontage.

Vérifier le fonctionnement des freins sous charge.

- lors d'une coupure d'alimentation en énergie,

- pendant l'arrêt du moteur,

- en cas d'interruption de la chaîne cinématique (point mort, débrayage ...).

en procédant à des essais tels que définis au paragraphe 12.3.

7.2 - Freins du mouvement de translation


11f[;i
Voir le paragraphe 1.2.

7.3 - Freins du mouvement d'orientation


'~
COMMENT AIRE
~ '

"1;
Toute grue mobile doit être équipée d'un frein ou d'un dispositif équivalent capable d'arrêter et de
maintenir à l'arrêt les charges les plus fortes y compris celles correspondant aux épreuves.
Il
,!
1
1:

Ces dispositifs doivent être installés de façon à :

- soit pouvoir fonctionner automatiquement, même en cas d'interruption en énergie motrice de


l'appareil,

- soit être actionnés immédiatement et directement par le préposé à la manoeuvre, de son poste de
travail, même en cas d'interruption en énergie motrice de l'appareil.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier l'état des dispositifs de freinage notamment l'état des garnitures et autres composants, si cela
ne nécessite pas de démontage.

Vérifier le fonctionnement des freins en faisant procéder à des essais tels que définis au
paragraphe 12.3.

Vérifier l'état du dispositif destiné à immobiliser la tourelle lors des déplacements sur route de la grue, si
ce dispositif existe.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES, 01/96 chapitre 3


page 21/47
..

BUREAU
VERITAS

t~8 - PROTECTIONS DIVERSES

8.1 - Organes en mouvement

COMMENT AIRE

La protection des organes en mouvement accessibles. soit en service normal. soit pendant la période
d'entretien eHectué à partir des emplacements prévus à cet eHet, est nécessaire partout où leur
mouvement constitue un danger.

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

. Capots. carters protégeant les engrenages, les organes de transmission par chaîne ou courroie, les
manchonsd'accouplementaccessiblesdepuis les zones aménagéespour le travail ou le passage
du personnel.

. Garde-corps ou écrans empêchant l'approche des organes ci-dessus.

. Garde-roues pour les galets.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier pour les parties accessibles par un examen visuel la présence et l'état des protections
concernant :

- les organes mobiles des groupes moto-réducteurs et des freins,


- les engrenages, les poulies, les galets ...

8.2 - Organes en porte-à-faux

COMMENTAIRE

La défaillance du dispositif de fixation d'un organe mécanique mobile monté en porte-à-faux tel que:
contrepoids de frein, poulie de frein ... présente le risque de chute de cet organe. Le personnel placé
en-dessous pouvant en être aHecté, des dispositions particulières s'imposent pour se prémunir contre
ce risque.

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

Pour les organes mobiles en porte-à-faux. le risque de chute à considérer est celui consécutif à une
défaillance du dispositif de fixation de ces organes et -nonà la rupture de ces organes eux-mêmes.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3


page22147

.
.- . . ---

'Ii
BUREAU
.- 1.

Ii,

Les solutiop~suivantes peuvent convenir:

- freinage des vis et boulons de fixation,

- enveloppes, berceaux, boîtiers, carters rendus solidaires du bâti et capables de retenir les organes
mobiles en porte-à-faux, en cas de chute.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier par un examen visuel la présence et l'état de moyens mis en oeuvre énoncés précédemment.

8.3 - Organes amovibles et chutes d'objets

COMMENT AIRE

Toute mesure doit être prise pour éviter les chutes des organes amovibles tels que: couvercles,
boîtiers, enveloppes, et soustraire ainsi le personnel des dangers qui peuvent en résulter.

Les moyens à mettre en oeuvre peuvent ne pas être nécessaires pour les parties amovibles situées à
faible hauteur, au-dessus des passerelles lorsque celles-ci constituent un écran de protection.

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

Les moyens les plus fréquemment rencontrés sont:

- les chaînettes ou câbles de retenue,


- la plate-forme de service munie d'une plinthe.
MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier par un examen visuel la présence et l'état des moyens mis en oeuvre énoncés précédemment.

...
i~ 9 - DISPOSITIFS DE SÉCURITÉ
~
a:
..
~
w
z:
9.1 - Contrôle de la descente des charges (limitation de vitesse)
~
z
g
o
:> COMMENT AIRE
o
o
..
f:
~
...
z
.. Tous les mouvements concourant à la descente de la charge doivent être munis d'un dispositif limitant
loi
la vitesse et interdisant la chute libre.
!
zw
z;
:>
()
o
o
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES - 01/96 chapitre 3
page 23/47
BUREAU
VERITAS

Lorsqu'un moteur fait fonction de limiteur de vitesse, des dispositions devront être prises pour éviter
-l'emballement" de la charge même en cas de défaillance de l'alimentation en énergie motrice (baisse
de régime du moteur thermique, anomalie hydraulique ...).

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

Si l'appareil est équipé d'un mécanisme de changement de vitesse avec passage à un point mort, un
système de freinage doit automatiquement immobiliser la charge ou la flèche avant qu'intervienne la
commande de débrayage à moins qu'un dispÇ}$itifn'interdise la manoeuvre autrement qu'avec la charge
posée.

- Pour les grues à transmission entièrement mécanique, le moteur thermique joue le rôle de limiteur de
vitesse, à condition que tout risque d'emballement soit exclu et ce, même si le moteur est arrêté.

- Sur certains appareils, la descente des charges peut être contrôlée par un ralentisseur du type à
.courant de Foucault". Son action pouvant venir en complément ou suppléer celle du moteur
thermique.

. - Pour les moteurs hydrauliques, la limitation de vitesse est généralement obtenue par un dispositif
l
normalement fermé, piloté à l'ouverture. De ce fait, le moteur ne peut tourner à une vitesse supérieure
à celle fixée par le débit de la pompe.

- Pour les vérins hydrauliques, la limitation de vitesse obtenue soit par un orifice calibré, soit par un
régulateur de débit, soit par dispositif de retenue normalement fermé, piloté à l'ouverture, dans ce
dernier cas, le vérin ne peut se déplacer à une vitesse supérieure à celle fixée par le débit de la
pompe.
t

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION
f

Pour tous les appareils:

Vérifier l'absence d'emballement par des essais en charge réalisés dans les conditionf'rlOrmales
d'utilisation. Ces essais seront effectués pour des régimes de vitesse différents et notamment à la
vitesse maximale autorisée par le constructeur et seront combinés avec des mouvements de reprise de
la charge (descente, arrêt, montée). (Voir le paragraphe 12.4.)

En outre pour les treuils de levage:

:= mûs par un moteur thermique:


ë
a:
...
Z
~
.. Vérifier par un essai si la chaîne cinématique comporte un dispositif mécanique dont le fonctionnement
E normal interrompt celle-ci (embrayage, crabotage, boite de vitesse et inverseur comportant un point
ë
..
...
... mort ...)que l'emballement du mouvement ne peut pas être obtenu par une manoeuvre normale.
z:
~
z
g
<>
mûs par un appareil hydraulique ou pneumatique
::0
C
<>
a:
e.
'!=
S'assurer que le dispositif faisant fonction de limiteur de vitesse est placé à proximité de l'organe
...
za: récepteur et qu'il est relié à ce dernier par une canalisation rigide.
...
!zw
X
::0
<>
<>
c
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3
page 24/47
r
~BUREAU
VER 1T A-S

Nota: En cas d'impossibilité de réaliser cet essai. le rapport devra en porter la mention et rappeler à 1
l'utilisateur la nécessité de réaliser cet essai.
;III!

9.2 - Limiteurs de course

GÉNÉRALITÉS

Le heurt violent sur les butées ou les butoirs ou le dépassement des limites normales de déplacement.
peut provoquer des déformations, voire la rupture d'éléments. la chute de la charge ou le renversement
de l'appareil.

Des dispositifs doivent :

. arrêter les mouvementsdans le sens dangereux.

. éviter que les organes mobiles entrent en contact avec les parties fixes à moins que des
dispositions partic'ulières'soient prises pour éviter les effets néfastes d'une mise en butée (bloc à
bloc).

La première fonction est généralement remplie par la mise en butée de l'élément mobile, associée à un
limiteurd'effort. de charge ou de pression, pour autant que l'effort engendré après fonctionnement du
limiteurd'effort :

- soit tel que le rapport arithmétique entre la force de rupture des câbles intervenant dans la chaîne
cinématique et l'effort maximal calculé lors de la mise en butée, soit au moins égal aux valeurs des
coefficients d'utilisationdéfinis par les textes réglementaires,

- n'entraîne pas la détérioration ou la ruine d'un élément sollicité lors du bloc à bloc.

- soit tel que son réglage permette la réalisation des essais ou épreuves sans déréglage.

La seconde fonction est généralement remplie par action sur un contact électrique agissant sur le circuit
de commande du moteur correspondant ou sur sa mise à la masse dans la cas d'un moteur thermique.

Ce dispositif communément appelé "finde course" a pour but de provoquer automatiquement l'arrêt du
.
é5
mouvement avant la mise en butée.
a:
~ On distingue:
~

~ - le fin de course qui provoque l'arrêt par action sur l'organe de commande du mouvement, en
~
1:
permettant le mouvement inverse.
.,
g

~ - le hors. course ou "surcourse" qui doit agir sur un dispositif de commande différent de celui sur lequel
f
...
agit le fin de course précédent (alimentation générale le plus souvent).
'!=
...
.,
a:
... Nota: Un fin de course ne devrait être sollicité qu'accidentellement à la suite d'une défaillance du
..
~
.,... conducteur. Dans le cas où il serait utilisé systématiquement pour obtenir l'arrêt automatique,
z:
:> conseiller la mise en place d'un fin de course de sécurité (surcourse ou hors course).
()
o
..
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBilES. 01/96 chapitre 3
page 25/47
BUREAU
, VERITAS

9.2.1- MOUVEMENTSDE LEVAGE (haut et bas)

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

Un limiteur de course haut et, si nécessaire un limiteur de course bas, doit être installé sur tous les
mouvements de levage et doit être efficace dans tous les cas de configurations particulières
(notamment d'utilisation de fléchette et de rallonge de fléchette).

Le limiteur de course bas est nécessaire lorsqÜ'aux conditions d'utilisation, la longueur du câble ne
permet pas de garantir les trois tours morts sur le tambour.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

. Vérifier l'existence et par un essai à vide l'efficacité des dispositifs installés ou des dispositions
prises.

En l'absence de fin de course bas, s'assurer qu'il subsiste trois tours morts sur le tambour lorsque le
crochet est au point le plu$ bas de l'aire desservie par la machine lors de l'intervention.

. Vérifier que le fin de course haut interrompt le mouvement de télescopage de flèche et, si
nécessaire, celui du mouvement de relevage.

9.2.2 - MOUVEMENTS DE RELEV AGE (flèche et fléchette)

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

Un limiteur de course haut ou dispositif équivalent (butée fixe. course du vérin associée au limiteur de
pression ...) est également nécessaire; pour les fléchettes à volée variable, un limiteur de course bas
est également nécessaire.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier par un essai à vide le fonctionnement des limiteurs de course existants.

S'assurer de la compatibilité de cette sécurité avec celle protégeant le mouvement de levage.


..

9.2.3 - MOUVEMENTS D'ORIENTATION

COMMENTAIRE

Dans la pratique il s'avère rarement nécessaire d'avoir recours à des limiteurs d'orientation. Leur
utilisation ressort de cas très particuliers.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3


page 26/47
- -- -_0- _.. . --. . *-

BUREAU
V-E RIT AS
.J

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION
1

Vérifier s'ils existent par des essais à vide le fonctionnement des limiteurs de course. Il:
J,:
.'
1
!
Vérifier que la position des stabilisateurs ne peut pas se modifier, notamment lors du soulagement d'un i

point d'appui (voir paragraphe 1.5). 1


>.

9.2.4 - TÉLESCOPAGE DE LA FLÈCHE

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

Le mouvement de télescopage doit être équipé d'un fin de course ou dispositif équivalent (mise en
butée, limitée généralement par la course du vérin correspondant associée au limiteur de pression).

Pour les grues à flèche télescopique, la sortie de la flèche est asservie au limiteur de course haut.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier l'existence d'un fin de course ou d'un dispositif équivalent et par un essai, son fonctionnement.

9.3- Butées de relevage de la flèche

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

Pour les appareils à câble, des amortisseurs associés à des butées doivent exister afin d'atténuer les
chocs dans la charpente de la flèche et de la fléchette lorsqu'elle se trouve en position de relevage
maximal et éviter le renversement arrière.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

, Vérifier l'existence des amortisseurs et butées par un essai à vide que leur positionnement est correct.

S'assurer dans le cas des grues à flèche treillis. que les barres anti-retournement sont en bon état et
que leurs caractéristiques sont identiques à celles d'origine (par exemple: marquage).

9.4- Dispositif s.opposant à la surcharge

COMMENT AIRE

1) Toutes les grues construites entre le 1erjanvier 1986 et le 31 décembre 1994 doivent être
équipées d'origine d'un dispositif de sécurité s'opposant à la surcharge (arrêté du 14janvier 1985 du
Ministère de "Industrie), conforme aux normes NF E 52-086 et NF E 52-087.

-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 3
page 27/47
BUREAU
.

Pour les grues plus anciennes

Si elles restent en utilisation dans l'entreprise depuis une date antérieure au 1'" janvier 1986, à
défaut d'avoir été prévu par l'utilisateur lors de sa commande, aucun dispositif ne peut être
systématiquement demandé. Il peut être imposé cas par cas, par les services de l'Inspection du
Travail, CRAM, ou suggéré par les CHS.

Si elles ont été revendues d'occasion après le 1"r janvier 1986, elles doivent être équipées d'un
dispositif s'opposant à la surcharge si elles ont été construites après le 1"'janvier 1979.

2) Toutes les grues construites après le 1"rjanvier 1995 et non marquées "CE", doivent être
équipées d'un limiteur de charge et d'un limiteur de moment, si elles présentent:

- une charge maximale d'utilisation au moins égale à 1000 kg,


- un moment de renversement au moins égal à 40 000 Nm (4000 daN.m) conçu conformément à
l'article 4.2.1 .4 du décret n' 92-767 du 29 juillet 1982

MOYENS À METTRE EN OEUVRE

La conception de ces dispositifs varie selon:

f! · le nombre d'état de charge défini par le constructeur,

. l'utilisation des appareils,

Les principaux dispositifs sont basés sur:

. le contrôle de la valeur de la charge:

- peson,
..
- poulie ou mouflage peson,

- effort au treuil,

1
...
· le contrôlede la valeurde la portée:
- longueur de flèche,

- inclinomètre.

. le contrôle de la valeur du moment de renversement:

- pression dans les vérins ou efforts sur les tirants de relevage.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3


page 28/47

.,

----
BUREAU
VERITAS

Selon la complexité des grues (état de charge, utilisation) ces dispositifs peuvent ëtre utilisés seuls ou J
associés entre eux.

Ils peuvent fournir:

- des informations simples sur les paramètres,

- une signalisation à l'approche ou lors du dépassement des états de charge définis par le constructeur,

- des signaux provoquant la coupure automatique des mouvements dangereux.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Lorsque l'un de ces dispositifs est installé, indiquer sur le rapport de vérification à la mise ou remise en
service ses caractéristiques:

- identification du système (références et nom du constructeur),


- paramètres pris en compte (couple, charge, longueur de flèche ou inclinaison, devers, etc.),

- exploitation des paramètres (indication de la charge, signalisation, coupure, commutation).

De plus dans le cadre de l'obligation de maintien en état de conformité, s'assurer que le dispositif n'a
pas été modifié ou supprimé.

Vérifier son fonctionnement, par un essai tel que défini au paragraphe 12.6.

9.5 - Arrêt général (arrêt normal) r ..~

COMMENT AIRE

La défaillance d'un organe de service ou de commande peut provoquer l'impossibilité d'arrëter un


mouvement.

':" MOYENS A METTRE EN OEUVRE


II:
I:!
a;
a Le conducteur doit disposer à proximité immédiate du poste de commande d'un dispositif (clef de
5
...
contact prisonnière, coup de poing ...) coupant tous les mouvements concourant au déplacement de la
~
.. charge par rapport au porteur.
x
zo
;::
o
:>
co
CI:
I!I
.CI:
!Ï!
15
0-
Z
;::
Z
w
~
:>
o
o
..
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01196 chapitre 3
page29/47
BUREAU
VERITAS
/

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier :

- la présence au poste de commande de ce dispositif.


- son l'efficacité par un essai tel que défini au paragraphe 12.5.

o - SOURCES D'ÉNERGIE (thermique, hydraulique, électrique)


Nota: Pour les grues mues électriquement, se reporter à l'annexe 2 (grues électriques alimentées par
source extérieure ou par source autonome).

10.1 - Dispositif de séparation

COMMENT AIRE

Ce dispositif permet l'isolement de tout l'appareil de sa source d'énergie.

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

Ce dispositif facilement accessible doit remplir la fonction de coupure.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier lors des vérifications à la mise ou remise en service la présence de ce dispositif,

- par un examen visuel son état de conservation,

- par un essai son fonctionnement.

10.2 - Équipements et canalisations

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier, par un examen visuel, l'état de conservation des équipements et canalisations en place, leur
fixation et leurs raccordements ou branchements.

Pour les canalisations hydrauliques, vérifier leur état apparent et leur étanchéité (raccordement au
distributeur, aux vérins ...).

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES - 01/96 chapitre 3


page 30/47

- - -
>
BUREAU
VERITAS
)

11 - AFFICHAGES ET CONSIGNES

11.1 - Tableau des charges

COMMENTAIRE

La charge maximale d'utilisation est variable selon la configuration de l'appareil.

Cette variation est liée aux paramètres suivants:

Porteur: -sur pneumatiques, sur stabilisateurs,


- devers,
- présence de contrepoids supplémentaires, etc.

Configuration: - longueur~e la flèche


- portée,angle,
- nombre de brins de mouflage,

- présence d'une fléchette ...

Utilisation: - vitesse de levage


..
- secteur d'orientation ...

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

Des documents indiquant les charges admissibles de l'appareil en fonction des différents paramètres
indiqués ci-dessus doivent être disponibles au poste de conduite.

Compte tenu de la complexité du tableau de charge, on ne demandera pas systématiquement


l'affichage de la charge maximale à l'extérieur de l'appareil.

Ces documents devront être suffisamment renseignés pour informer le grutier des limites d'utilisationde
l'engin. et ceci dans les différents cas de son emploi.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifierque ces documents existent, que leurs indications correspondent bien à l'équipement de la grue
présentée, et que seuls, les tableaux de charge correspondant à 75 % du basculement sont à la
disposition du personnel.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3


page 31/47
--- -. - -----

BUREAU
VERITAS

11.2 - Consignes d'utilisation

COMMENT AIRE

Le conducteur doit être informé en permanence des dangers que les manoeuvres de la grue peuvent
entraîner tant pour le personnel situé dans la zone d'évolution de l'appareil que pour lui-même et le
matériel.

De leur coté, les travailleurs au sol lorsqu'ils sont dans la zone d'évolution de l'appareil, doivent être
informés des dangers que présente cette situation.

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

On utilise à cette fin des consignes d'utilisation à ('attention du conducteur de la grue et des consignes
particulières à l'attention du personnel au sol.

Ces consignes sont établies par le chef d'établissement après consultation du C.H.S. de l'entreprise ou
à défaut des délégués du p~rsonnel.

Les consignes d'utilisation doivent être apposées en évidence au poste de commande de la grue. Elles
doivent rappeler notamment J'interdiction de transporter les charges au-dessus du personnel, de
balancer les charges pour les déposer hors du rayon d'action de la grue.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier au moins:

- l'existence d'une consigne générale affichée sur l'appareil.

- qu'une consigne rappelant au personnel l'interdiction de passer sous la charge est affichée.

Nota: La présence de la notice d'instructions du conducteur n'est vérifiée que lors des vérifications sur
mises en service.

.~ 11.3- Consignes particulières -travaux à proximité des


lignes électriques aériennes

COMMENT AIRE

L'appareil pouvant être amené à travailler à proximité des lignes électriques aériennes non isolées, il
existe des risques de contact de la flèche de l'appareil avec celles-ci, notamment en cas de fausses
manoeuvres ou d'un manque d'attention du grutier.

8'
o
'Q
-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 3
page32147
--
BUREAU
VERITAS

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

Des mesures de protection doivent être prises pour éviter le contact accidentel entre la grue et les
lignes électriques aériennes ou des consignes particulières données au conducteur.

(1 MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

S'assurer, en l'absence de mesures de protections, que le grutier est en possession de consignes


1 particulières.
.

" 11.4 - Plaque d'identification

COMMENT AIRE

Elle permet l'identification de l'appareil.

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

En général le constructeur appose une plaque durable qui mentionne:

- Le nom et l'adresse du constructeur,


.,
- le modèle, le type et le numéro de série,
- l'année de mise en service.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Constater la présence de la plaque d'identification. En cas d'absence de cette plaque. faire exécuter un
marquage ou un repérage afin de permettre d'identifier ultérieurement l'appareil.

-
-GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 3
page 33/47
- ------ ---

BUREAU
VERITAS
:1 !

,, ,
. ESSAIS DE FONCTIONNEMENT

Ce chapitre reprend les divers essais cités et non décrits dans les paragraphes précédents. Ils doivent
être eHectués dans les conditions prévues par l'arrêté du 9 juin 1993 (article 6) :

- lors des vérifications générales périodiques,


- lors des vérifications avant mise ou remise en service.

Les essais définis ci-dessus sont destinés :

. à s'assurer du bon fonctionnement des mécanismes et des dispositifs de sécurité en place sur
l'appareil.

. à déclencher, lorsqu'ils existent certains dispositifs particuliers tels que les limiteurs de charge et de
moment de renversement.

Les essais sont cités dans le tableau guide de la vérification périodique du chapitre 2 et dans celui
concernant les mises et remises en service au paragraphe 13.

Les essais sont réalisés en charge, et dans le cas des vérifications avec épreuves. pour éviter des
manutentions inutiles, ils seront, chaque fois que ce sera possible, réalisés:

- en même temps que les épreuves,


- avec les charges d'épreuve dynamique.

En cas d'absence d'indications sur les caractéristiques de charge de l'appareil, surseoir aux essais.

En cas d'absence partielle ou totale des charges requises pour les essais (charges nominales), il
conviendra de l'indiquer dans le rapport sous forme "d'actions à entreprendre".

12.1 -Blocage de suspension

(Essai prévu au paragraphe 1.4.)

Le fonctionnement du dispositif de blocage sera vérifié en procédant comme suit:

- soulever au ras du sol une charge parmi celles autorisées par le constructeur en utilisation sur
pneumatiques,

- Vérifier au cours d'une orientation d'au moins 180' l'absence de déplacements relatifs, essieux-
châssis.

Dans le cas de blocage par vérins hydrauliques. la présence éventuelle d'un verrouillage hydraulique
(clapets pilotés à l'ouverture) sera vérifié de la manière suivante : le blocage étant mis en place et le

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96- chapitre 3


page 34/47
-- --- __o. _.. __ h___

"

BUREAU : Il

!
i
VERITAS !

moteur arrêté, on fera manoeuvrer le levier de commande des vérins : si ceux-ci se rétractent sous le
poids de la grue, c'est qu'il n'existe pas de clapets (cas de vérins verticaux).

Dans le cas de blocage par d'autres dispositifs. la présence et la position de ces dispositifs seront
vérifiés visuellement.

12.2 - Stabilisateurs

(Essai prévu au paragraphe 1.5.)

L'efficacité des dispositifs de stabilisation sera appréciée lors des essais en charge, notamment au
cours des mouvements d'orientation par la mesure du déplacement des différents organes du dispositif
de stabilisation (rentrée des vérins par exemple).

Dans le cas de vérins hydrauliques. la présence éventuelle de clapets de sécurité pilotés à l'ouverture
sera vérifiée de la manière suivante:

. Le blocage étant mis en place et le moteur arrêté. on fera manoeuvrer le levier de commande des
vérins: si ceux-ci se rétractent sous le poids de la grue, c'est qu'il n'existe pas de clapets (cas de
vérins verticaux).

. Dans le cas où d'autres dispositifs sont utilisés la présence et la position de ceux-ci seront vérifiées
par un examen visuel.

12.3 - Freins

12.3.1 - FREINAGE NORMAL

(Essais prévus aux paragraphes 7.1 et 7.2.)

La vérification du bon fonctionnement des freins pour les différents mouvements concourant au levage
s'effectuera:

- pour le levage avec une charge donnant l'effort maximum au brin, (majorée de 10 % s'il s'agit d'une
vérification avec épreuves),

- pour le relevage de flèche, dans les mêmes conditions de charge par variation de portée,
- pour le télescopage. dans les mêmes conditions de charge et avec la flèche relevée à sa position
maximale.

Il sera effectué, pour chacun des mouvements (levage, relevage. télescopage, orientation. translation)
dans les deux sens et sur toutes les courses autorisées par le tableau de charge, des manoeuvres qui
comporteront au moins deux arrêts successifs (à vitesse réduite puis à vitesse maximale).

Au cours de ces différents essais, on appréciera le fonctionnement des freins ainsi que le
comportement de l'appareil et de ses éléments particulièrement sollicités par les efforts dynamiques
lors de l'arrêt des mouvements.
-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 3
page 35/47
.

BUREAU
VERITAS
~
1
!

Vérifier par un essai que le déplacement voulu ou non voulu d'un organe de service ne doit pas
entraTner une perte de contrôle de la charge de la part de l'opérateur ainsi qu'un emballement du
mouvement de la charge lorsque le moteur est à l'arrêt.

Pour tous les mouvements, celui de levage au treuil excepté, les essais seront exécutés la charge étant
à la distance minimale possible du sol.

Nota: Un freinage efficace. notamment en mouvement horizontal. ne signifie pas nécessairement un


arrêt brutal.

-
12.3.2 ARRÊT ET MAINTIEN À L'ARRÊT SOUS COUPURE D'ÉNERGIE

(Essai prévu au paragraphe 7.1.)

Procéder au cours des essais définis au paragraphe 12.3.1 à une coupure d'énergie dans les conditions
suivantes: :,1

- pour le levage lors de la descente de la charge,


- pour le relevage lors de la descente de la flèche à portée maximale.
à l'aide du dispositif d'arrêt général mentionné au paragraphe 9.5 l'essai devant être effectué la charge
étant aussi basse que possible.

12.4 - Limitation de vitesse

(Essai prévu au paragraphe 9.1.)

Au cours des essais précédemment définis (voir paragraphe 12.3.1) on s'assurera que la vitesse se
stabilise pour les différents régimes de vitesse. On commencera par la vitesse la plus lente pour
progressivement atteindre la vitesse maximale admissible.

12.5- Arrêt général


(Essai prévu au paragraphe 9.5.)
rta
\~ Le fonctionnement du dispositif d'arrêt général est vérifié lors de l'essai sous coupure d'énergie défini
au paragraphe 12.3.2.

12.6 - Dispositif s'opposant à la surcharge

(Essai prévu au paragraphe 9.4.)

La vérification du dispositif s'opposant à la surcharge selon les modalités de la norme NF E 52-086 doit
être considérée comme une prestation particulière contractuelle. celle-ci étant effectuée conformément
à l'annexe 1. Cette vérification ne concerne que les grues non marquées "CE".
GUIDEDE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3
page 36/47
r

BUREAU
VERITAS

Le fonctionnement et les déclenchements du ou des dispositifs s'opposam a la surcnarge ces appareils


seront vérifiés avec les charges d'essai ou d'épreuve et ne nécessitera pas, sauf cas très particulier, la
mise en oeuvre d'autres charges.

Au cours de chaque essai, on notera au point de présignalisation ou de coupure, les valeurs des
différents paramètres entrant dans la détermination de la charge nominale de l'appareil (portée,
longueur de flèche, orientation, etc.) et l'on s'assurera que cette dernière n'est pas:
..

- au point de signalisation supérieur à 1/0,9 de la charge d'essai,

- au point de coupure supérieur à 1/1,1 de la charge d'essai.

On ne mentionnera dans les rapports de vérification que les observations relatives aux anomalies de
fonctionnement du dispositif s'opposant à la surcharge, par rapport à ses possibilités constructives.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES - 01/96 chapitre 3


page 37/47
r
,
.
BUREAU
.

.VÉRIFICATIONSSUR MISES OU REMISES EN SERVICE


.., '1

13.1 - Généralités
. 1

13.1.1 - TEXTES DE RÉFÉRENCE

. Code du travail

Articles: R.233-11-1(mises en service)


R.233-11-2(remisesen service)

. Arrêté du 9 juin 1993

- section 3 (articles 12 à 18: mises en service)

- section 4 (articles 19 â 21: remises en service)

. Circulaire D.R.T. n" 93-22 du 22 septembre 1993

13.1.2 - CONTENU DE LA VÉRIFICATION

1 -MISE EN SERVICE DANS L'ÉTABLISSEMENT

. Cas où le responsable de la mise sur le marché (constructeur,


utilisateur) s'est assuré de l'aptitude à l'emploi (article 13).
installateur et parfois

- examen d'adéquation (prévu par l'article 5 de l'arrêté du 9 juin 1993),

- essais de fonctionnement (prévu par l'article 6).


Nota: Dans ce cas l'information sur la réalisation de la vérification de l'aptitude à l'emploi dans
,1
~;
l'établissement doit être présentée par le client sous forme d'un document.

. Cas où le responsable de la mise sur le marché ne s'est pas assuré de l'aptitude à l'emploi.

- examen d'adéquation (prévu par l'article 5),


- essais de fonctionnement (prévus par l'article 6),

- épreuve statique (prévue par l'article 10),

- épreuve dynamique (prévue par l'article 11).

,: 1i'
!
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3 i
page 38/47 1

il
1

j
BUREAU
VERITAS

IIIri
-
2 REMISE EN SERVICE DANS L'ÉTABLISSEMENT
,Hi
dl
;i
. Après:

- changement de site d'exploitation ou de conditions d'utilisation,

- démontage suivi d'un remontage de l'appareil,

- remplacement. réparation ou transformation importante intéressant des organes essentiels (par


exemple les pièces citées dans l'article 9 de l'arrêté du 9 juin 1993).

- accident provoqué par défaillance d'un organe essentiel de l'appareil.


. Contenu de la mission

- examen d'adéquation (prévu par l'article 5 de l'arrêté du 9 juin 1993).

- examen de l'état de conservation (prévu par l'article 9).


- épreuve statique (prévue par l'article H]).

- épreuve dynamique (prévue par l'article Il).

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3


page 39/47
-- .---

,
, -- BUREAU
VERITAS
,!

l
t .
r

.
'-
'
, !

13.2 - Tableau guide sur la consistance de la vérification


f avant mise ou remise en service
Nature de la Mode de

, OBJET DE LA VÉRIFICATION
Elalde
consera
vérification
Fone-
tionne-
Conlormilo!
Examen
vérification
Appro!cia-
hons Essais
vatlon menl Pro!sence Ro!alisa. visuel d.men.
tion sionnelles
J 1
1. CHÂSSIS PORTEUR
1.1. Châssis porteur, état (X) X

r 1.2.
1.3.
Freinage et immobilisation en translation (17) (X)
Organes de roulement (chenilles,
pneumatiques ...)
(X)
X X
X
X

1.4. Blocage de suspension (2) (X) X X X


1.5.
Stabilisateurs (2) (X) X X (9) X X
2. CHARPENTE - SUPERSTRUCTURE
2.1. Tourelle -Flèche -Fléchette (X) X
2.2.
Contrepoids (X) X
3. PLANCHERS - ACCES INSTAllES A
DEMEURE
3.1. Planchers de service - Passerelles (X) X X X
3.2. Accès à la cabine et pour j'enlretien etla (X) X X X X
vérification
4. CABINE (2)
4.1. Constitution-Visibilité-Vitrage-Situation (6) (X) X X
4.2. Toit de sécurité (X) X X
4.3. Chauffage (X) X
Stockage matières combustibles (X) X X
Extincteur X X
4.4. Avertisseur sonore (X) X X X X
4.5. Commandes et organes de service (X) X X X X
5. CÂBLES. CHAINES TAMBOURS, POULIES,
DISPOSITIFS DE PRÉHENSION
5.1. Câbles ou chaînes - Attaches - haubans (X) X X
5.2. Tambour du treuil (X) X
5.3. Poulies (X) X
5.4. Mounes et crochets (X) X X
5.5. Bennes - Électro-aimant ... (X) X X X X
6. MÉCANISMES
6.1. Généralités - État et jeux (X) X X X
6.2. Couronne d'orientation (X) X X X
6.3. Déplacement de la cabine et verrouillage (X) X X X

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES - 01/96 chapitre 3


page 40/47
l
BUREAU
VERITAS
1 l

': j

Nature de la Mode de
vérification vérification
OBJET DE LA VÉRIFICATION
Etat de Fonc- Cenle,mi" App,écia-
conser- tionn. Examen tions Essais
vation ment P,6sence Réalisa- visuel dimen-
tion sionnelles
7. DISPOSITIFS D'ARRÊT ET DE MAINTIEN -
A L;ARRÊT
7.1. Freins des mouvements concourant
au levage (X) X X X (10) X X
7.2. Freins du mouvement de translation (X) X X X
(voir 1.2) (17)
Frein d'immobilisation hors service (voir 1.2) (X) X X X
7.3. Frein du mouvement d'orientation (2) (X) X X X
7.4. Blocage des éléments mobiles en position X X
route (tourelle, fat. chariot. n.)
8. PROTECT10N"ÔIVERSES
8.1. Organes en mouvement (X) X X
8.2. Organes en porte-à-faux (X) X X
8.3. Organes amovibles et chutes d'objets (X) X X
9. DISPOSITIFS DE SÉCURITÉ (4)
9.1. ContrOlede la descente des charges
(limitation de vitesse) X X X(3)
9.2. Umiteurs de course (X) X X X
9.3. Butées de relevage de nèche (X) X X X
9.4. Dispositif s'opposant à la surcharge (2) X X (7)(8) X(3)
9.5.
Arrêt général X X X
Autres arrêts (2) X X X.
10. SOURCES D'ÉNERGIE
10.1. Dispositif de séparations (X) X X X X
10.2. Équipements et canalisations (X) X
11. AFFICHAGES ET CONSIGNES
11.1. Tableau des charges X X
11.2. Consignes d'utilisation X X
11.3. Consignes particulières -
.1 Travaux à proximité des lignes électriques X X
11.4. Plaque d'identification X X
11.6. Marquage X X
11.7. Notices d'instructions X (14)
11.8. Déclaration de conformité X (14)

",

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 - chapitre 3


page 41/47
BUREAU
VERITAS

Nature de la Mode de
vérification vérification
OBJET DE LA VÉRIFICATION
Etal de Fonc. Conlormil6 Apprkia.
conser.. tionne. Examen bons Essais
vallon ment Pr6sence R6alisa. visuel dîmen..
tlon sicnnelles
12. ÉPREUVES

12.1. Essais en surcharge X X (15)


13. EXAMEN D'ADÉaUATION
-

X: M~e~rem~eenseN~~
(X) : Rem~eenseN~eun~uemeM

Légendes :
(2) Si existant
(3) En cas d'impossibilité de réaliser cet essai, le rapport devra en porter la mention et rappeler à l'utilisateur la nécessité de
réaliser cet essai.
1
(4) Au sens de la norme NF EN 292.1 pour les appareils de levage, ces dispositifs comprennent notamment les limiteursde
course, les limiteurs de charge, de moment. les détecteurs de survitesse, etc.
(6) Conformité limitée aux risques de chutes de l'opérateur à partir du poste de conduite.
(7) Applicable aux grues :
. marquées 'CE' et de capacité supérieure ou égale à 1 tonne.
. ou conformes aux normes NF E 52-087 ou E 52-088.
(8) Applicable aux grues:
. marquées 'CE' et dont le moment de renversement est supérieur ou égal à 4 t.m,
. ou conformes aux norme NF E 52-087 ou E 52-088.
(9) Verrouillage hydraulique ou mécanique des stabilisateurs.
(10) Conformité limitée à la retombée automatique du frein en absence d'énergie
(14) Ne concerne que les mises en service.
(15) lorsque les épreuves s'avèrent nécessaires.
(17) Cettevérificationexclutles mouvementsde translationliés audéplacement
de "appareilhorsfonctionnement
levage.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 - chapitre 3


page 42/47
..

~UREAU
E RIT AS ,

'1

1
:1

13.3 - Épreuves
ii

Les charges d'épreuves ne peuvent être inférieures à 1,33 Pm pour l'épreuve statique (valeur ramenée :1

à 1,25 Pm pour les grues marquées "CE") et 1,10 Pm pour l'épreuve dynamique. il

l
1.

L'appareil devra subir les épreuves statiques et dynamiques sans défaillance et aucune déformation
permanente résiduelle décelable visuellement de la charpente de la grue ou des mécanismes ne devra 1

être constatée à l'issue de chaque épreuve. 1

Au cours des épreuves dynamiques, les charges devront être telles qu'elles sollicitent au maximum les
treuils de levage dans la limite des configurations d'emploi définies par le constructeur. . 'i
,1
l

'1

Les freins devront maintenir les charges d'épreuve statique et arrêter les charges d'épreuve dynamique. !
i
1

Au cours des épreuves, la stabilité devra être assurée sans adjonction de dispositifs non prévus en
fonctionnement normal.

En cas d'absence d'indication sur les caractéristiques de charge de l'appareil, surseoir aux épreuves.

13.3.1 - ÉPREUVES AVANT MISE EN SERVICE

13.3.1.1 - NOMBRE D'ESSAIS

Pour la flèche la plus courte et la plus longue, deux séries d'épreuves seront effectuées. Les charges
d'épreuves seront calculées sur la base des charges nominales maximales correspondant aux portées
extrêmes (mini et maxi). Si la grue comporte une rallonge de flèche, ou peut être équipée d'une
fléchette, les mêmes séries d'épreuves sont à effectuer avec:

- la rallonge
- la fléchette

Lorsque la grue dispose de moyen de stabilisation auxiliaire, on procédera à l'ensemble des épreuves
définies ci-dessus pour les différentes configurations possibles:

- grue sur pneumatiques,

- grue sur stabilisateurs.


- avec contrepoids auxiliaire.

Si la capacité de charge de l'appareil varie suivant ('orientation de la charge. l'ensemble des épreuves
indiquées ci-dessus sera effectué pour chacune des différentes zones de capacité.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3


page43/47
/

:UREAU
E RIT AS

-
13.3.1.2 ÉPREUVE STATIQUE

Les épreuves sont conduites moteur arrêté.

Durée des essais


..
1 L'essai sera de 1 heure à la portée maximale pour chacun des treuils et % d'heure pour chacun des
autres essais.

Application de la charge

Le transport des charges sur le lieu de l'épreuve pourra être effectué par l'appareil à éprouver. sous
réserve de ne pas le surcharger.

Dans le cas de la mise en charge par une liaison verticale entre l'appareil et un point d'ancrage, avec
interposition d'un dynanomètre et d'un moyen de traction, s'assurer que le point d'ancrage est apte à
supporter l'effort demandé.

Avec l'accord du fournisseur ou de l'utilisateur, la charge d'épreuve statique peut être soulevée par
l'appareil à éprouver. avec les précautions nécessaires, de façon à introduire le minimum de surcharges
dynamiques.

On ne soulèvera la charge que de la hauteur suffisante pour qu'elle ne soit pas en contact avec le sol.

En cas de désaccord pour procéder comme défini ci-dessus, deux cas sont à considérer:

. Charge indivisible:

- soulèvement par un moyen autre que celui du mécanisme à éprouver,

- reprise du mou des élingues,


- tension contrôlée et reprise si besoin est pendant les premières minutes,

- libération progressive
du moyen ayant servi au soulèvement de la charge en prenant les précautions
nécessaires pour éviter les à-coups.

. Charge divisible:

- Soulèvementd'une charge au plus égale à la charge d'épreuve dynamique à une distance minimale
~~:\:
!!
au-dessus du sol permettant d'effectuer les mesures,
.. :...
a'
h
t....
- apport en une ou plusieurs fractions de la charge complémentaire, sans pratiquem~nt introduire de
;0;11;. surcharges dynamiques.
~"fl
.
ë~ .
1:.
.
..
i
Q
4<
l'
1:
-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 3
"- page 44/47
r~
j, :...:

!
-- -- - --.

.8 U REA U
VER 1 T A-S ,

13.3.1.3 - ÉPREUVE DYNAMIQUE

On procédera en particulier aux mouvements simultanés de relevage de flèche, de télescopage,


d'orientation et de translation, suivant les combinaisons de mouvements autorisés par le constructeur
dans les conditions d'utilisations normalement prévues.

13.3.2 - ÉPREUVES AVANTREMISEEN SERVICE

13.3.2.1 - CAS PARTICULIER: GRUES SOUMISES À DES DÉPLACEMENTS FRÉaUENTS

Les grues mobiles non installées à demeure et soumises à des déplacements fréquents sont
dispensées des épreuves mentionnées à l'article 19 de l'arrêté du 9 juin 1993, si elles ont fait l'objet
dans la configuration où elle nous est présentée de la vérification avant mise en service et depuis moins
de 6 mois d'une vérification générale périodique. Dans ce cas, une vérification périodique doit être
effectuée.

La circulaire DRT 93-22 du 22 septembre 1993 définit les termes "déplacements fréquents. comme
étant des changements d'établissements ou de chantiers souvent répétés, comme c'est le cas pour les
grues de location ou appartenant aux entreprises BTP.

Ceci concerne toutes les grues à flèche télescopique ou treillis, à condition que, pour leur transport, il
ne soit pas procédé à des démontages de parties importantes, tels que, comme le précise la circulaire,
les mécanismes, les contrepoidset structures autres que les élémentsde flèche, fléchette,moufleset
accessoiresde préhension.

Dans ces conditions, les grues doivent être vérifiées en vérification périodique tous les 6 mois. Si cet
intervalle est augmenté, les épreuves doivent être effectuées. Il faut donc vérifier, comme indiqué à
l'article 20 IIC qu'une copie du dernier rapport de vérification général périodique soit tenue à disposition
dans le poste de commande de la grue.

Les autres grues mobiles à demeure dans l'établissement (en: grues de parc) et qui n'ont pas fait
l'objet des cas nécessitant une vérification à la remise en service citée à l'article 20 l, sont vérifiées
périodiquement tous les 12 mois.

Pour toutes les grues mobiles, le remplacement. la transformation ou le démontage des organes
essentiels (éléments mécaniques cités dans l'article 9 de l'arrêté du 9 juin 1993, les éléments de
charpente, les lests ...) nécessitent une vérification périodique de l'appareil et des épreuves (circulaire
DRT 93-22 du 22 septembre 1993 - ARTICLE 20 le).

13.3.2.2 - AUTRES CAS D'ÉPREUVES

Dans le cas de renouvellement d'épreuves effectué en application des alinéas c) et d) de l'article 20


paragraphe r de l'arrêté du 9 juin 1993, on se limitera à un examen de l'état de conservation de la
grue et à des épreuves.

Mécanismes: On procédera à une épreuve statique et une épreuve dynamique conduite suivant les
modalités des paragraphes 6.2.1.2 et 6.2.1.3.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES - 01/96 chapitre 3


page 45/47
BUREAU
.

Charpentes: On précédera à une série d'épreuves à portée maximale et une seule épreuve
dynamique à portée minimale.

13.3.3 - CRITÈRES D'ACCEPTATION DES ÉPREUVES

13.3.3.1 - GÉNÉRALITÉS

Les di~positifs de freinage et d'arrêt devront maintenir les charges d'épreuve statique et arrêter les
charges dynamiques dans les conditions normales de manoeuvre sans modification de réglage.

Lors de l'épreuve statique, la limite de basculement ne doit pas être atteinte, et il ne doit pas être
constaté :

- ni descente de la charge,
- ni soulèvèrhent important de l'un des points d'appui.

13.3.3.2- TOLÉRANCE SUR LA DESCENTE DE LA CHARGE

La descente de la charge au cours de l'épreuve résulte essentiellement des paramètres suivants:

- tassement du sol sous appuis, ou des appuis eux-mêmes (pneumatiques, vérins, suspension, etc.),

- glissement des treuils,

- fuites hydrauliques.

Dans la pratique, une descente de la charge de l'ordre de 100 mm dans l'heure est acceptable, l'origine
de la mesure étant prise l'appareil en charge.

En cas de valeur supérieure, il conviendra d'en rechercher les causes. A cet effet, on mesurera : les
glissements des treuils, les rentrées des vérins et de la flèche.

Valeurs admissibles en pratique:

- glissement des treuils glissement nul (pas de valeur appréciable à l'oeil),

- vérins stabilisateurs 5 mm dans l'heure.

- vérin(s) relevage 10 mm dans "heure,

- télescopage déplacement relatif de deux éléments consécutifs 50 mm dans l'heure.

-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 chapitre 3
page 46/47
BUREAU
.

13.3.3.3 - SOULÈVEMENT DES POINTS D'APPUI

(essai prévu au paragraphe 1.5)

L'orientation de la flèche suivant l'axe passant par l'un des points d'appui peut entraîner le soulèvement
d'un point d'appui par suite de la déformation du châssis (torsion).

Dans la pratique. un décollement de l'ordre_de 5 à 15 cm peut être accepté. considérant qu'il n'affecte
pas la stabilité de l'appareil.

13.4 - Examen d'adéquation

Cet examen est prévu dans les vérifications avant mise ou remise en service (arlicle5 de l'arrêté du 9
juin 1993). Il doit être effectué conformément aux dispositions du Cahier des Charges du COPREC-AT
(annexe A de ce dernier document).

Cependant. pour les appareils mobiles, tels que les grues, leur mobilité conduisant à des utilisations
très diverses dans des circonstances et des environnements variables ne permet pas dans la majorité
des cas à un vérificateur intervenant ponctuellement de se prononcer sur tous les sites où sera utilisé
l'appareil et notamment sur:

- leur adaptation aux travaux à exécuter,

- leur capacité à être utilisé et à accomplir ses fonctions en toute sécurité,

- la conformité de l'installation et de leur utilisation.

- la conformité à la notice du constructeur.

Dans ce cas. l'examen d'adéquation ne peut être convenablement et intégralement réalisé lors de la
vérification à la mise ou remise en service. Le rapport doit donc préciser les investigations effectuées et
leurs résultats, et l'indication de la partie de l'examen d'adéquation restant à la charge de l'utilisateur sur
tous les sites où l'appareil mobile sera utilisé.

Pour un appareil mobile et soumis à des déplacements fréquents, le rapport de mise ou remise en
service doit préciser cette phrase du pré-rapport :

"La mobilité de l'appareil autorisant des utilisations très diverses dans des environnements différents,
l'utilisateur doit s'assurer lors de chaque mise en oeuvre que l'appareil est bien adapté aux travaux à
réaliser et que son installation et son utilisation restent conformes aux prescriptions du constructeur".

Le rapport doit en outre mentionner les renseignements et les documents mis à disposition lors des
vérifications.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 chapitre 3


page 47/47
,..
BUREAU
. "
1
t
ANNEXE 0

1 Méthodologie d'essais des dispositifs


de sécurité

l s'opposant à la surcharge

r (applicable aux grues mobiles non marquées "CE"


et rentrant dans le champ d'application de la norme NF E 52-087)

f'1 -OBJET

r Le présent document préGiseles vérifications nécessaires pour s'assurer du bon fonctionnement des
dispositifs de sécurité s'opposant à la surcharge et leur conformité aux prescriptions de la norme
NF E 52-086.

Nota: La dérogation n. 1 à la norme NF E 52-087 permet éventuellement de ne pas respecter les


paragraphes 4.3, 4.4, 4.6 de la norme NF E 52-086 sous réserve de mesures compensatoires.

Cette dérogation fait l'objet de l'annexe 3.

it.

.i 2 - PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT
Des capteurs (1) transmettent des informations relatives à l'état de charge de la grue, telles que:

- longueur de la flèche,
- angle par rapportà l'horizontale,
- charge ou moment,
- effort au brin.

Des détecteurs (2) définissent la configuration dans laquelle travaille la grue en fonction de la mise en
place éventuelle des éléments suivants:

- ensemble des appuis additionnels (stabilisateurs),

(1) Capteur : dispositif permettant une mesure continue d'un paramètre.

(2) Détecteur dispositif permettant de contrôler la présence d'un organe. d'un état. Fonctionne par tout ou rien.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES - 01/96 annexe 1


page 1/8
----

BUREAU
.

- fléchette,
- rallonges manuelles, etc.
et s'il y a lieu :

- de l'orientation de la flèche,

- du devers,
- du mouflage, etc.
les informations transmises par les capteurs et les détecteurs sont prises en compte automatiquement
par le Contrôleur d'État de Charge (CEG). Celui-ci délivre des signaux:

- informant le conducteur que la charge atteint au plus 90 % de la charge nominale Pm, dans les
conditions d'utilisation,

- permettant d'obtenir la coupure des mouvements de la grue dans le sens de l'aggravation du danger
pour une charge Q la pius proche possible de Pm et au plus égale à 1,10 Pm.

les informations visuelles ou sonores délivrées par le CEC doivent être perceptibles par le conducteur.

le CEC doit comporter un dispositif de neutralisation placé hors de portée du conducteur. Cette
neutralisation doit entraîner l'impossibilité de réarmement direct du CEC (destruction d'un composant)
et déclencher une signalisation spécifique, perceptible par le conducteur.

le CEC peut comporter un dispositif d'inhibition (1) permettant d'interrompre certaines fonctions
pendant la phase de montage.

3 - PRÉCISIONS DES MOYENS DE MESURES


la précision des moyens de mesure utilisés pour vérifier le bon fonctionnement du dispositif de sécurité
s'opposant à la surcharge doivent être compatibles avec la précision demandée à celui-ci.

les mesures concernent :

- la portée (ou l'angle de relevage et la longueur de flèche)

- la charge,
- le devers.

(1) Inhibition: Suspension provisoire d'action, neutralisation momentanée.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 - annexe 1


page218
,
l

VÉRIFICATIONS

4.1 - Contrôle des sécurités positives (§ 4.5 de la norme NF E 52-086)

Vérifier successivement que la coupure quelconque de l'un des fils des circuits extérieurs au CEC :

- d'alimentation,
r
- de transmission des informations au CEC,
..
1

L - de transmission des signaux de coupure des mouvements,


1

1
déclenche la coupure des mouvements ou la commutation sur la position correspondant à la
configuration la plus favorable.

4.2 - Contrôle du dispositif de neutralisation et du dispositif


d'inhibition du CEe pour le montage (§ 4.4 de la norme
t NF E 52-086)

Vérifier.:

1) qu'il existe un dispositif de neutralisation du CEC, qu'il permet la poursuite des opérations en cours
et que la signalisation de la neutralisation est perceptible par l'opérateur.

2) que la remise en service du CEC ne peut être effectuée qu'après remplacement de l'élément
destructible.

Nota: S'il est fait usage de la dérogation n' 1 à la norme NF E 52-087 (absence de destruction d'un
élément du CEC), vérifier l'application des mesures compensatoires suivantes:

"le dispositif de neutralisation doit:

1) contrairement à l'alinéa 3 du paragraphe 4.4 être conçu de telle sorte que son entrée en
action provoque:
- la suppression de l'action du CEC sur les commandes de mouvement,
- le maintien de la présignalisation
- le maintien des informations délivrées par les indicateurs.
2) être tel que son action soit limitée dans un temps compatible avec les opérations en cours.

3) émettre un signal permanent perceptible par le chef de manoeuvre et par le personnel


environnant lorsqu'il est activé".

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 annexe 1 .


page 3/8

- --- -
- ,- " Il
Ilr'"
1
. "
,

S'il existe un dispositif d'inhibition du CEC pour le montage, véritier qu'il est impossible de lever une
charge dans la zone de montage (1) autre que le poids de la moufle correspondant à la configuration de
la grue, et inversement que ce dispositif ne permet pas d'annuler l'action du CEG en dehors de la zone
de montage.

4.3- Vérification du détecteur de devers


(paragraphe 4.6 de norme NF E 52-086)

Vérifier la coupure des mouvements de la grue dans le sens d'aggravation du risque dès que l'assiette
de celle-ci sort des tolérances d'horizontalité fournies par le constructeur.

Nota: S'il est fait usage de la dérogation n' 1 à la norme NF E 52-087 (absence de coupure du
mouvement), vérifier l'application de la mesure compensatoire suivante:

"La grue doit être équipée d'un avertisseur entrant en action dès que son assiette n'est plus
dans les tolérances d'horizontalité prévues par le constructeur".

4.4 - Contrôle des niveaux de présignalisation et de coupure


Pour ces essais, il faut au préalable dresser un état des configurations possibles de l'appareil.

4.4.1 - DÉFINITION DES ESSAIS LORS DE LA VÉRIFICATION INITIALE

Pour les 3 angles correspondant :

. à la portée maximale,
1

- à la portée minimale (angle le plus grand autorisé par le constructeur),


- à la portée moyenne.
ïl On effectue un essai pour:

- la flèche la plus longue,

- la flèche la plus courte,

- la flèche de longueur moyenne.

Dans le cas où la capacité de charge dépend d'autres paramètres (stabilisateurs, devers, allonge
manuelle, fléchette, volée variable, etc.). Ces essais sont répétés pour chaque configuration.

(1) Zone de montage : inclinaisonde flèche inférieure au minimumindiquépar le constructeur au tableau des charges.

GUIDEDE VERIFICATION: GRUES MOBILES - 01/96 annexe 1


page 4/8
"
1119-
dl
BUREAU
.
1

Pour chaque essai, vérifier:

- le seuil de présignalisation,

- le seuil de coupure (paragraphe 4.1 de la norme NF E 52-086)

Au cours de ces essais, vérifierque les différents paramètres sont pris en compte automatiquement.

4.4.2 - La réalisation des essais définis en 4.4.1 sera effectuée dans les conditions de manoeuvres
normalement rencontrées lors des opérations de manutention.

Tous les mouvements (levage,abaissement de flèche,sortiedes télescopesde flèche,rotation)


pouvant conduire à une diminutionde la capacité de charge de l'appareil, seront essayés
indépendamment.

Afin de pouvoir procéder éventuellement à cette vérificationlors des épreuves réglementaires de


l'appareil,on utiliserade préférence pour les essais les charges définies pour les épreuves statiques et
,; dynamiques soit :

- 1,33 fois la charge nominale à la portée maximale,

- 1,33 fois la charge nominale à la portée minimale.

Pour l'essaià portée intermédiaire: une charge correspondant à environ la moyenne des 2 charges
précédentes.

i Dans le cas de la grue à flèche téléscopable en charge, la valeur de la charge retenue devra être
compatible avec la capacité de télescopage de l'appareil.

Au cours de chaque essai, on notera au point de présignalisation ou de coupure, les valeurs des
différents paramètres entrant dans la détermination de la charge nominale de l'appareil (portée,
t:e .
longueur de flèche, orientation, etc.) et l'on s'assurera que cette dernière n'est pas:
.
~~..
.

- au point de signalisation supérieure à 1/0,9 de la charge d'essai,

- au point de coupure supérieure à 1/1,1 de lacharge d'essai.

Que les essais soient effectués chez le fournisseur ou sur le site, il est nécessaire, suivant le cas, que
le fournisseur dans le premier cas, ou l'utilisateur dans le second. se soit préoccupé de la force motrice.
des charges et de leur amarrage, du personnel de manutention. des accessoires de levage (sauf
dispositions contraires contractuelles) et de la mise à disposition du réceptionnaire des documents
nécessaires à la bonne exécution des essais.

GUIDE DE VERIFICATION. GRUES MOBILES. 01/96 annexe 1


page 5/8
BUREAU
II~
VERITAS

RAPPORT

Le rapport doit comporter:

- une description sommaire du osas (dispositif de sécurité s'opposant à la surcharge), indiquant en


particulier les paramètres pris en compte par celui-ci,

- les différentes configurations de la grue et les essais effectués,

- Les résultats des vérifications indiquées au paragraphe 4,

- la nature et le sens des mouvements coupés,

- les valeurs des seuils de présignalisation et de coupure déterminés au cours de ces essais,
- le résultat de la vérification du fonctionnement des commutations automatiques ou des signalisations.

COMMENTAIRE

PRINCIPE OE FONCTIONNEMENT

-
1 commutation automatique

Il ressort de la lecture de la norme NF E 52-086 que le dispositif de sécurité s'opposant à la surcharge


(OSOS) doit être à commutation automatique et pratiquement inviolable. Tous les paramètres (longueur
de flèche, angle dé relevage,' orientation, stabilisateurs, etc.) dont la variation change la capacité de la
grue, doivent agir automatiquement et aucune manipulation ne doit donc être nécessaire 'pour adapter
le OSOS à la configuration de la grue.

Par exception à la règle précédente, il est toutefois admis que pour des appareils très complexes que la
{t
commutation ne soit pas automatique pour certains éléments. Dans ce cas, le dispositif de
commutation manuelle doit être condamné afin que la manoeuvre ne puisse être effectuée que par un
personnel qualifié.

Nota: La dérogation n' 1 à la norme NF E 52-087 permet de s'affranchir de la commutation


L automatique pour le contrôle des stabilisateurs, sous réserve des mesures compensatoires
suivantes: (voir ~'annexe2) :

"La sélection d'un tableau de charge faite en fonction de la position des stabilisateurs doit être
annulée dès que l'opérateur actionne la commande des stabilisateurs.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 annexe 1


page 6/8
..
i
BUREAU
.

Cette annulation doit entraîner le retour automatique au tableau de charge le plus sécurisant.

Un indicateur visuel à sécurité positive n


doit être installé au poste de conduite et rester allumé
tant que les stabilisateurs ne sont pas complètement sortis.

2 - Capteurs

Les oses actuellement existants comportent:

- soit un capteur de moment permettant de mesurer le produit (charge + poids mort) par la portée,
- soit un capteur de charge.

Le capteur de moment ne tient pas compte de l'effort sur un brin de câble. Il autorise donc la levée des
charges supérieures à la capacité du treuil.

Le capteur de charge mesure généralement l'effort sur un brin de câble et non pas la charge totale. Il
autorise donc la levée des charges supérieures à la capacité de l'appareil si le nombre de brins de
mouflage est supérieur à celui qui est strictement nécessaire.

Afin d'éviter ces deux inconvénients, le osas doit obligatoirement tenir compte du couple de
renversement et de l'effort au câble, ceci peut être obtenu soit:

- par l'association d'un capteur de charge et d'un capteur de moment,

- par un capteur de charge et un dispositif mesurant le nombre de brin de mouflage.

3 - Les sens d'aggravation du danger

Ce sont :

- la montée pour le mouvement de levage,


'J

- l'allongement pour le mouvement de télescopage,

- le retrait des stabilisateurs (ce qui implique donc qu'un dispositif interdise le retrait des stabilisateurs
grue en charge),

- le passage en orientation d'un secteur déterminé vers un secteur où la capacité de la grue est
inférieure.

Dans ce cas, le osas doit pouvoir commander l'arrêt du mouvement d'orientation. Ceci implique
l'existence d'un frein automatique ; or le couple nécessaire au freinage étant ex1rêmement variable en
fonction de la portée, de la charge et du vent, il est très difficile d'obtenir l'arrêt automatique en rotation
à moins que la vitesse d'orientation ne soit très lente.

(0)Le fonctionnementconcomittantde deuxvoyantspeutêtreconsidérecommerempli$$antcette fonction


. GUIDEDE VERIFICATION:GRUESMOBILES.01/96 annexe 1
page 7/8
,
,
~
r BUREAU
IlrT
!
i

VERITAS
'J

Par ailleurs. les utilisateurs ont tendance maintenant à demander des appareils ayant la même capacité
de charge sur 360'. En conséquence, il ya peu de chance qu'il existe des grues munies de CEC et
ayant des capacités différentes suivant les secteurs.

La seule solution pratique serait d'avoir une capacité de charge plus forte, flèche verrouillée vers
l'arrière.

... Dans ce cas, il faut vérifier que la commutation se fait automatiquement sur les caractéristiques de
charge. flèche orientable dès que le verrouillage est supprimé.

- la montée et la descente pour le relevage de flèche.

Le sens descente correspond à une augmentation du moment. donc à une aggravation du risque, et le
sens montée, pour la plupart des grues, permet de lever une charge supérieure à Pm, treuil de levage
arrêté. Dans les deux cas, il y a danger de surcharge, il faut donc interdire les deux sens du
mouvement.

La coupure du mouvement de relevage de la flèche ne permettant pas dans certaines circonstances la


dépose de la charge, cet inconvénient peut être pallié en décalant les seuils de coupure du osas;
par
exemple 1,05 dans le sens d~aggravationnormale du risque (augmentation de la portée), 1,10 dans le
sens de la diminution normale du risque (diminution de la portée).

4 - Charge nominale Pm

Dans le texte, Pm désigne la charge nominale de la grue compte tenu de sa configuration.

Les valeurs de Pm doivent être fournies par le constructeur sous la forme de tableaux ou d'abaques.

5 - Contrôle du dispositif d'inhibition du CEC pour le montage

Lorsque le osas est équipé d'un capteur de moment, ce capteur peut mesurer des moments plus
élevés pendant le montage de la flèche (flèche proche de l'horizontale) que celui correspondant aux
positions de travail. Si aucune autre indication n'est donnée au CEC, celui-ci interdira le relevage de la
flèche et donc le montage de la grue.

Pour éviter cet inconvénient, il faut que le osas soit muni de capteurs ou de détecteurs indiquant au
CEC que la grue se trouve dans une position de montage. Si tel n'est pas le cas, la norme autorise
d'installer un dispositif inhibant le CEC dans la zone de montage. Toutefois, ce dispositif ne doit pas
permettre de lever des charges sans le contrôle du CEC. Les deux conditions suivantes doivent donc
être remplies :

- impossibilité de monter une charge dans la zone de montage (même en utilisant le mouvement de
relevage. treuil arrêté),

- impossibilitéd'inhiber le CEC en dehors de la zone de montage, ou de manoeuvrer en dehors de la


zone de montage lorsque le CEG est inhibé.

-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 annexe 1
page 8/8
BUREAU
VERITAS

ANNEXE 6

Dérogations a la norme
NF E 52-087 (décembre 1993)

GRUES MOBILES

RÈGLES GÉNÉRALES DE SÉCURITÉ

et applicables,aux grues non marquées "CE" devant être équipées d'un dispositif de sécurité défini à
l'annexe 1. ...1

Cette annexe ne concerne pas les grues marquées "CE" et soumises par conception aux règles
techniques de l'article R 233-84 du Code du Travail (décret n. 92-767 du 29 juillet 1992).

OBJET:

La norme NF E 52-087 concernant les "Règles générales de sécurité" des grues mobiles a fait l'objet de
demandes de dérogations ou d'interprétations.

Un tableau de synthèse résumant ces dérogations est joint à la présente annexe.

Pour connaître le contenu des dérogations il y a lieu de déterminer dans la colonne "Réf. dérogation" le
numéro de repère et de se reporter au texte correspondant (voir repères 1 et 2).

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 annexe 2


page 1/4
i~ ' ~;.; ,".'
A'II',~ -- ~ If - - 11"-
'~iO~ oro',. ~ ';;.if7~
~~ '::f" t!
r ..
"---

DÉROGATIONS NORMES NF E 52-087

G> ApPAREILSCONCERNÉS RÉF. NORME OBJETDELA DÉROGATION RÉF. DÉROGATION MESURESCOMPENSATOIRES


c -
o
m
o Grues mobiles. E 52-086 § 4.3. Absence de commutation automatique lors E 52-087 n' 1 a Retour automatique au tableau des
m du travail avec stabilisateurs.
< charges le plus sécurisant.
m
])
:!! Indicateur positif de la position des
o stabilisateurs non sortis.
» -
-1
(5
Z .-- ,
G> § 4.4. Absence de destruction du C.E.e. lors E 52-087 n' 1 b Maintien des informations des
])
c de sa mise hors service indicateurs et de la présignalisation.
m
Cf)
s: Durée limitée à l'opération en cours.
o
Ç!!
r
m Signal permanent perceptible par le
Cf)
o personnel environnant.
-
iD
m
§ 4.6. Absence de coupure lors d'un devers E 52-087 n' 1 c Présence d'un avertisseur.
Repère 1

Grues mobiles E 52-087 Visibilité des câbles et chaînes E 52-087 n' 1 1 La vérification des câbles notamment
§ 5.3.4 Repère 2 dans les parties fermées, doit se
faire selon les instructions du manuel
de conduite.

~ :J~
U)
ro ro
~~
.j:>.1\)

~
BUREAU
, VERITAS
.L

REPÈRE 1

Demande de dérogation n' 1-11à la norme NF E 52-087

Il - Le comité de dérogation est favorable à l'octroi de dérogations au paragraphe 5.8.2 de la norme


NF E 52-087 pour les grues mobiles et les grues hydrauliques auxiliaires de capacité supérieure à
147 kN.m non couvertes par d'autres dérogations sous les conditions suivantes:

a) Paragraphe 4.3 de la norme NF E 52-086

Il est admis de ne pas avoir de commutation automatique pour le contrôle des stabilisateurs.

A titre de mesure compensatoire

. La sélection d'un tableau de charge faite en fonction de la position des stabilisateurs doit être
annulée dès que l'opérateur actionne la commande des stabilisateurs. Cette annulation doit
entraîner le retour automatique au tableau de charge le plus sécurisant.

. Un indicateur visuel à sécurité positive (*) doit être installé au poste de conduite et rester allumé tant
que les stabilisateurs ne sont pas complètement sortis.

(") Le fonctionnement concomittant de deux voyants peut être considéré comme remplissant cette
condition.

b) Parag.raphe 4.4 de la norme NF E 52-086

Il est admis de ne pas appliquer le 4 alinéa: "cette neutralisation du CEC doit entrainer l'impossibilité
de réarmement dû CEC sans intervention d'un personnel qualifié. Cette impossibilité de réarmement
doit être liée à la destruction d'un élément du CEC.

A titre de mesure compensatoire

Le dispositif de neutralisation doit:

1) contrairement à l'alinéa 3 du paragraphe 4.4, être conçu de telle sorte que son entrée en action
'1 provoque :
- la suppression de l'action du CEC sur les commandes de mouvement,
- le maintien de la présignalisation,
- le maintien des informations délivrées par les indicateurs.

2) être tel que son action soit limitée dans un temps compatible avec les opérations en cours.

t 3) émettre un signal permanent perceptible par le chef de manoeuvre et par le personnel environnant
~,... lorsqu'il est activé.
F
1
;'~
~i':>

ia
:r
GUIDE DE VERIFICATION. GRUES MOBILES. 01/96 annexe 2
page 3/4
-. -. -- - _.-....-

BUREAU
1
.VERITAS
V

c) Paragraphe 4.6 à la norme NF E 52-086

Il est admis que les mouvements de la grue ne soient pas coupés dès que son assiette n'est plus dans
les tolérances d'horizontalité prévues par le constructeur.

A titre de mesure compensatoire

La grue doit être équipée d'un avertisseur entrant en action dès que son assiette n'est plus dans les
tolérances d'horizontalité pr~vues par le constructeur.

REPÈRE 2

Demande de dérogation n. 1-1à la norme NF E 52-087

Avis formulé par le comité de dérogation

1- La demande de précision sur le point 5.3.4 ne peut être reçue à titre de demande de dérogation.
Dans l'attente d'une interprétation par la commission de normalisation. le comité de dérogation
considère que cet alinéa peut être compris comme suit:

"Les vérifications en cause doivent être menées conformément aux instructions du manuel de
conduite et d'entretien lorsque ces instructions existent."

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 annexe 2


page 4/4
,
. ~i i8 ...~...

ANNEXE c)

Méthodologie de vérification de
l'installation électrique des grues
alimentées par une source
externe ou autonome

. .:)RESCRIPTIONS GÉNÉRALES - ALIMENTATION EXTERNE OU


6.UTONOME 1

1.1 - Appareillage

COMMENT AIRE

L'appareillage électrique installé sur les grues doit être protégé des influences externes particulièrement
agressives des sites d'utilisation.

MOYENS À METTRE EN OEUVRE

les enveloppes de l'appareillage électrique doivent être conçues de telle façon que les projections
d'eau ne puissent y pénétrer.

Elles doivent en outre résister aux chocs mécaniques auxquelles elles peuvent être exposées
(I.P.3 .4.7 minimum)

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Juger par un examen visuel que le matériel est en bon état. Porter une attention particulière aux
entrées des câbles dans les enveloppes.
;
!

1
1

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES - 01196 annexe 3


page 1/7
)"'
i :UREAU
E oR 1 TAS

.2 - Dispositifs de séparation

- .2.1 - COUPURE SUR L'APPAREIL

COMMENTAIRE

Le dispositif de coupure sur l'appareil permet d'isoler tout l'appareil de la source d'énergie.

'OYENS À METTRE EN OEUVRE

e dispositif, facilement accessible doit remplir les fonctions de coupure omnipolairesimultanée et de


'J~paration.

IÉTHODOLOGIE ÔÈ VÉRIFICATION

. °érifier l'existence d'un dispositif de coupure sur l'appareil, son accessibilité, son état et son
Inctionnement.

.2.2 - COUPURE AU POSTE DE CONDUITE

r"OMMENT AIRE

Le préposé à la conduite de la grue doit disposer d'un dispositif coupant en une seule manoeuvre tous
. s conducteurs actifs~

MOYENS A METTRE EN OEUVRE

lout dispositif (en général bouton "marche/arrêt") qui coupe en une seule manoeuvre l'alimentation
oénérale de la grue. Ce dispositif doit être aisément reconnaissable, facilement et rapidement
:cessible du poste de conduite.

'~ÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier la présence au poste de commande d'un dispositif coupant en une seule manoeuvre
"llimentation générale de la grue et, par un essai, son fonctionnement.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 annexe 3


page 2/7
UREAU
E RIT AS

1.3 - Protection des pièces nues sous tension

COMMENTAIRE

__es pièces nues sous tension autre que la très basse tension de sécurité (TBTS) doivent être
soustraites à tout contact fortuit.

~OYENS A METTRE EN OEUVRE i

.a protection des pièces nues sous une tension autre que TBTS peut être réalisée par mise hors de \ 1

portée (par des enveloppes ou des écrans de forme et de résistance mécanique appropriées).
) i
"'ÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION
Il
:;ontrôler la présence et l'état de ces protections. r

1.4 - Circuit de commànde ,

COMMENTAIRE

Le schéma électrique doit être étudié de telle façon que l'apparition d'un ou de plusieurs défauts
d'isolement ne puisse entraîner un fonctionnement intempestif ou interdire J'arrêtde la grue.

MOYEN A METTRE EN OEUVRE

Les différentes dispositions permettant de répondre à ces exigences sont exposées dans la norme
NF EN 60.204-1 "Équipement électrique des machines, règles générales" (indice de classement
C.79.130).

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Cette vérification n'est pas incluse dans la mission normale.

1.5 - Protection des canalisations et récepteurs

La vérification des prescriptions de ce paragraphe n'entre pas dans le cadre de l'arrêté du 9 juin 1993et
fait l'objet d'une mission complémentaire contractuelle.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifierl'état des protections en place.


f

.~
-
GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 annexe 3
page 3/7
_hu ________

..

REAU
RITAS 1

.6- Isolement 1

LJMMENT AIRE 1
1

faut maintenir en permanence dans toute l'installation un niveau d'isolement suffisant pour éviter
l'electrisation des personnes et prévenir les incendies.

J ~THODOLOGIE DE VÉRIFICATION
1

~ttevérification ne fait pas partie de la mission normale.

Nota: Les mesures d'isolement des autres circuits ne sont pas à faire systématiquement car elles
peuvent entraîner la dégradation de composants électroniques.
~
rRESCRIPTION PARTICULIÈRES ALIMENTATION EXTERNE -
"'.1- Câbled'alimentation

COMMENT AIRE

Les câbles d'alimentation des grues doivent être protégés des influences externes particulièrement
;:ogressivessur les sites d'utilisation.

MOYEN A METTRE EN OEUVRE

,"outes dispositions devront être prises pour pallier les risques d'écrasement ou de cisaillement de cette
canalisation lors de ('utilisation de la grue.

";ette canalisation souple comportera obligatoirement un conducteur de protection. Elle sera du type
HO 7 RN-F ou équivalent.

IIIIÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Jérifier l'état et le type de la canalisation. Demander éventuellement la mise en place de protections


mécaniques complémentaires sur les parties particulièrement exposées (canalisation au sol sur voie de
drculation).

GUIDE DE -VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01/96 annexe 3


page 4/7
1.-,-

2.2 - Coupure générale verrouillable

COMMENT AIRE

/1 doit être possible d'effectuer et de garantir la séparation électrique de la grue de sa ligne


d'alimentation pour assurer sa mise hors service lors de certaines interventions en dehors des périodes
d'utilisation.
1
1

MOYENS A METTRE EN OEUVRE i

Ce dispositif. directement accessible, doit remplir les fonctions de coupure omnipolaire. de séparation et
de verrouillage mécanique en position.
~
,
,

Les fusibles ne sont pas admis pour remplir ces fonctions. !i

Si le raccordement de la ligne d'alimentation à l'armoire contenant le dispositif de coupure générale est


réalisé par une prise débrochable, celle-ci doit comporter un système qui s'oppose au retrait ou à
l'introduction sous tension de la partie mobile.

Les prises de courant sont admises seulement si ln :::; 16A. Leur mise en oeuvre ne doit pas rendre
possible l'inversion de l'ordre des phases.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier que le dispositif de coupure générale existe, est accessible et en bon état.

2.3 - Mise à la terre

COMMENT AIRE

Associée à un dispositif de surveillance ou de coupure automatique, la mise à la terre a pour but de


limiter la montée en potentiel des masses métalliques et de ce fait, d'assurer la protection du personnel
contre les contacts indirects. Son examen ne peut être dissocié du calibre de la ou des protections
assurant la coupure de tous les conducteurs actifs et sensibles aux courants de défaut.

Dans tous les cas, la montée en tension des masses métalliques accessibles simultanément doit être
limitée à 25 V. .

MOYENS À METTRE EN OEUVRE

Les masses et éléments métalliques, qu'ils soient fixes ou mobiles doivent être reliés à une prise de
terre ou, au circuit général du site d'implantation lorsque ce dernier existe.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES 01/96 - 'annexe 3


page 5/7
BUREAU
VERITAS
/

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATION

Vérifier que le câble d'alimentation de la grue comporte un conducteur de terre.

Vérifier par un examen visuel l'état des prises de terre de la grue.

Vérifier par un essai le fonctionnement du disjoncteur différentiel. . !


i
Vérifier la compatibilité du résultat de cette mesure avec la sensibilité du dispositif de protection. 1

Nota: Les mesures de la valeur des résistances des prises de terre et du seuil de déclenchament du
disjoncteur différentiel sont exclues de la mission normale. .~

2.4 - Continuité des masses

MOYENS À METTRE EN OEUVRE

Outre les dispositions énumérées au paragraphe 2.3, la continuité doit être assurée entre toutes les
masses susceptibles d'être mises accidentellement sous tension.

MÉTHODOLOGIE DE VÉRIFICATJON

S'assurer visuellement de la présence du conducteur de protection et de son raccordement aux


équipements électriques ainsi que la liaison de ces équipements aux masses qui leur sont les plus
voisines.

: - PRESCRIPTIONS PARTICULIÈRES - ALIMENTATION AUTONOME

COMMENTAIRE

Outre les installations alimentées à partir des groupes électrogènes fixes ou de réseau type EDF, les
appareils peuvent être alimentés par des sources d'alimentation solidaires de l'appareil. La sécurité
devra être assurée pour les risques résultant de la mise accidentelle sous tension des masses de
l'appareil par J'alimentation autonome. .

Ne sont pas pris en compte, les risques inhérents à la mise sous tension accidentelle des masses par
l'extérieur.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01196 annexe 3


pagesn
BUREAU
VERITAS

MOYENS À METTRE EN OEUVRE

Ils seront inspirés de la note UTE C 15401 (mai 1993) "Installation des groupes moteurs thermiques -
générateurs. .

La protection peut être assurée par la mise au neutre de l'installation schéma T. N. S. (liaison directe de
.. la borne du neutre ou à défaut d'une borne de phase de la génératrice à la borne masse).

La mise au'neutre de l'installation entraîne:

a) la liaison de toutes les masses des appareils d'utilisation à la masse du groupe par un conducteur de
protection disposé dans le câble d'alimentation de ces appareils et de section identique à celle des
conducteuractifs, .

b) L'installation d'un dispositif différentiel haute sensibilité (protection contre les chocs électriques).

, ~~1 ,
\
METHODOLOGIE DE VERIFICATION

S'assurer visuellement que les dispositions de "mise au neutre" sont correctement réalisées.

Vérifier le fonctionnement du dispositif différentiel.

GUIDE DE VERIFICATION: GRUES MOBILES. 01196 annexe 3


page 7/7
--