Vous êtes sur la page 1sur 12

Ière Partie : Cristallographie Chapitre 1 : Cristallographie 2008/2009

Fig 1 : Représentation schématique d’un réseau cristallin.


CHAPITRE 1 Les intersections entre les arêtes des mailles élémentaires
sont appelées nœud.
CRISTALLOGRAPHIE L’arrangement des atomes constituant le
réseau cristallin peut être engendré par la
Du grec krystallos (cristal) et graphein, translation dans les trois directions de
(écrire) la cristallographie est l’étude des l’espace d’un motif géométrique nommé
formes, des structures et des propriétés maille élémentaire. (à l’instar des
des cristaux. morceaux de sucre dans un paquet). Ce
L’ETAT CRISTALLIN motif géométrique régulier (maille
cristalline) a la forme d’un polyèdre
1.1. Définition du cristal régulier dans lequel les atomes occupent
Un cristal est un solide ordonné à l’échelle des positions bien définies (centre,
atomique et possédant une composition sommet, etc...).
chimique fixée.
Une espèce chimique naturelle cristallisée - Maille élémentaire
constitue un minéral. Elle se présente sous
forme de portions de matières Le plus petit volume d’un minéral, qui
individualisées présentant souvent des conserve toutes ses propriétés, est appelé
formes régulières et qui sont des cristaux. maille élémentaire. Cette dernière, qui
De façon imagée on dira qu’un cristal est peut être un parallélépipède quelconque,
un individu tandis qu’un minéral est une est définie par la longueur de ses trois
espèce. arêtes adjacentes (a, b, c) qui constituent
Ces formes géométriques régulières les paramètres de la maille, exprimées en
caractérisent l’une des propriétés angströms (unité de longueur dont la
physiques du minéral qui est l’état valeur est de un dix millionième de mm)
cristallin ; le contraire de l’état cristallin et les angles respectifs (α,β,γ) entre les
est l’état amorphe caractéristique des directions des axes cristallographiques
verres. (fig3). Exemple la maille est
rhomboédrique pour la calcite, cubique
1.2. Réseaux cristallins, mailles pour la fluorine. On appelle nœud,
Les minéraux sont cristallisés ; ce qui veut l’intersection des trois vecteurs unités (a,
dire que les différents atomes, ions ou b, c). Une maille élémentaire ne contient
groupements homologues, ne sont pas qu’un seul nœud. Compte tenu du fait que
disposés au hasard mais suivant un réseau chaque sommet est commun à huit
tridimensionnel théoriquement infini polyèdres dans le cas de la maille cubique
qu’on appelle réseau cristallin (fig 1). (fig.2).

-1-
UFR-STRM Laboratoire de Géologie du Socle et de Métallogénie Université de Cocody
Ière Partie : Cristallographie Chapitre 1 : Cristallographie 2008/2009

Fig.2 : Représentation schématique d’une maille - Les éléments de symétrie notamment le


élémentaire avec ses différents paramètres.
centre (C), le plan (P) ou miroir (M) et les
Les trois vecteurs constituant la base, axes de symétrie(A).
définissent un dièdre de référence, (Ox,
Oy, Oz) ou (Oxyz). Les translations se font Les sept combinaisons correspondantes
dans les trois directions de l’espace selon d’éléments de symétrie définissent ce
trois axes de référence Ox, Oy et Oz qu’on appelle les sept systèmes cristallins.
appelés axes cristallographiques (fig 2).
Exemple : le plus petit cristal possible de 1.3.3. Notion de symétrie cristalline
NaCl est un cube dont l’arête est de
5,639A°. On dit qu’une figure est symétrique d’une
autre si l’on passe de l’une à l’autre par
une opération autour du point, d’une
droite ou d’un plan. Dans un cristal, la
symétrie se manifeste par la possibilité
d’obtenir, après le jeu d’une opération
géométrique, une configuration du cristal
identique à celle de départ. La symétrie
est d’autant plus élevée que ces
possibilités sont nombreuses. Ces
opérations géométriques, ou opérations
de symétrie, sont au nombre de trois.
Fig 3 : Représentation de la maille élémentaire du Rappelons que la symétrie d’un cristal est
NaCl. directement liée à celle de la maille
élémentaire.
1.3. SYSTEMES CRISTALLINS
1.3.4. Les éléments de symétrie
1.3.1 Définition
Il n’existe dans la nature que 7 types 1.3.4.1. Centre de symétrie
possibles d’agencements en polyèdres qui
par leur translation peuvent remplir Un solide qui admet les faces parallèles 2 à
l’espace. Ces 7 polyèdres constituent ce 2 admet un centre de symétrie (C).
que l’on appelle les solides primitifs des
« systèmes cristallins ». Il s’agit d’une symétrie par rapport à un
point particulier: le centre de symétrie du
1.3.2. Paramètres cristallographiques système. Une face située à une distance n
D'après les définitions précédentes, trois de ce point aura pour homologue, par
vecteurs (donc six paramètres) sont cette opération, une face parallèle mais
nécessaires pour caractériser un Système inversée, située à une distance n derrière
cristallin. ce point. Le point de concours de plusieurs
axes de symétrie ou de plusieurs plans de
Chaque solide primitif est caractérisé par : symétrie est appelé centre de symétrie
-Les paramètres linéaires du cristal (a, b, c) (fig4).
- Les paramètres angulaires (α, β, γ) que
forment entre elle les trois directions Ox,
Oy et Oz ;

-2-
UFR-STRM Laboratoire de Géologie du Socle et de Métallogénie Université de Cocody
Ière Partie : Cristallographie Chapitre 1 : Cristallographie 2008/2009

faire tourner le cristal autour d’un axe


(axe de symétrie) afin d’amener en
coïncidence au moins une fois deux faces.
Ces axes de symétrie (notés A) entraînent,
pour des cristaux naturels, des rotations
d’angle élémentaire de 180 degrés (axe
binaire A2), de 120 degrés (axe ternaire
A3), de 90 degrés (axe quaternaire A4) et
enfin de 60 degrés (axe sénaire A6 ). Voir la
Fig.4. : Représentation schématique d’un cristal fig.6
présentant un centre de symétrie

1.3.4.2. Plan de symétrie ou réflexion

Son élément de symétrie est nommé


miroir (M) ou encore plan (P) de symétrie.
Un point à une distance n d’un tel plan
possèdera un symétrique à une distance n
derrière ce plan, la droite reliant les deux
points étant perpendiculaire à la surface
du plan. Autrement dit lorsqu’un solide
admet un centre de symétrie et axe de
symétrie d’axe paire alors il a un plan de
symétrie passant par le centre et
Fig.6 : Représentation schématique d’un cristal
perpendiculaire à l’axe (deux ou plusieurs
présentant un axe de symétrie binaire (A2).
axes de symétrie concourants
déterminent un plan de symétrie). Voir
Exemple : Considérons le cube.
fig5.
Si l'on fait passer un axe par le centre de
deux faces opposées, on constate en
faisant tourner le cube sur cet axe qu'il se
retrouve dans une position identique à
chaque rotation de 90°. Cet axe
correspond donc à une symétrie d'ordre 4,
(A4) il est encore appelé axe quaternaire.
(fig7).
Le cube possède six faces et donc trois
axes quaternaires (3A4).

Si l'on fait passer un axe par le centre de


deux arêtes opposées, en faisant tourner
le cube sur cet axe, il se retrouve dans une
Fig.5 : Représentation schématique d’un cristal position identique à chaque rotation de
présentant un plan de symétrie 180°. Cet axe correspond à une symétrie
d'ordre 2 (A2) encore appelé axe binaire.
1.3.4.3. Axe de symétrie ou la rotation Le cube possède 12 arêtes et donc six axes
binaires (6A2).
On dit q’une figure admet un axe de
symétrie d’ordre n si par une rotation de Si l'on fait passer un axe par deux
2π/n autour de cet axe, elle se superpose sommets opposés, on constate qu'il faut
à elle-même. Autrement dit, elle consiste à une rotation de 120° pour retrouver une
-3-
UFR-STRM Laboratoire de Géologie du Socle et de Métallogénie Université de Cocody
Ière Partie : Cristallographie Chapitre 1 : Cristallographie 2008/2009

position identique. Cet axe est donc de - Le prisme cubique utilisé pour la
symétrie d'ordre 3 (A3) et encore appelé démonstration ci dessus est un prisme
axe ternaire. droit dont toutes les faces sont carrées.
Le cube possède huit sommets et donc Le prisme quadratique est un prisme droit
quatre axes ternaires (4A3). dont les bases sont carrées et les faces
latérales rectangulaires, la brique
ancienne dont la hauteur et la largeur sont
égales, alors que la longueur est différente
est en fait un prisme quadratique.
- Le prisme orthorhombique est aussi un
prisme droit mais dont les bases et les
quatre faces latérales sont des rectangles,
Fig 7 : Représentation des axes de référence la brique actuelle le représente
parfaitement.
1.4. Les formes géométriques
- Le prisme monoclinique est oblique selon
-Les pinacoides une direction, les deux faces latérales
inclinées selon la direction sont des
Imaginons l'un des axes étudiés ci dessus ( parallélogrammes, si l'on reprend le cas
ici un axe vertical z ) et une face qui lui de la brique actuelle, les deux bases sont
serait parallèle, isolée dans l'espace. (fig7 toujours des rectangles ainsi que deux
ci-dessus) Si l'axe est binaire, on obtient faces, les deux autres faces sont des
par rotation de 180° autour de cet axe une parallélogrammes. On peut l'obtenir en
autre face parallèle; on dit que l'ensemble déformant par exemple l'enveloppe
forme ainsi une figure appelée extérieure d'une boite d'allumettes posée
"pinacoide". à plat par pression du doigt sur l'une des
Si l'axe est ternaire, on obtient trois faces arêtes de la face supérieure.
décalées de 120° limitées latéralement par - Le prisme triclinique est oblique selon
leurs intersections et illimitées dans le deux directions, on peut le représenter
sens de la hauteur. Cette forme qui comme un prisme monoclinique dont les
ressemble à une boite ouverte aux deux faces seraient aussi des parallélogrammes.
extrémités, constitue en fait un prisme à - Le prisme rhomboédrique possède six
section triangulaire. faces identiques (comme le cube) mais en
Le pinacoide tout comme le prisme sont forme de losange, on peut le comparer à
des formes "ouvertes" qui peuvent être un cube que l'on aurait écrasé
limités par deux plans appelés "bases", (rhomboèdre obtus) ou au contraire étiré
mais aussi par des bipyramides, des (rhomboèdre aïgu) par deux de ses
rhomboèdres qui sont des formes sommets opposés. C'est aussi un prisme
"fermées". monoclinique dont les bases seraient des
losanges et dont les faces latérales
- Le prisme est un solide de forme seraient des losanges identiques, ou
géométrique simple possédant (si il est encore un prisme triclinique dont les
fermé ) deux bases de même forme bases et les faces seraient aussi des
parallèles entre elles, et dont les faces losanges identiques.
latérales sont des parallélogrammes; il est
dit "droit" si les faces latérales sont -Le prisme hexagonal contrairement aux
perpendiculaires aux bases (elles sont autres prismes dont les bases sont toutes
alors des rectangles ou même des carrés), constituées par des quadrilataires,
et "oblique" quant elles sont obliques sur possède deux bases de forme hexagonales,
les bases. il est parfois considéré comme étant la
réunion de trois prismes à bases en forme
-4-
UFR-STRM Laboratoire de Géologie du Socle et de Métallogénie Université de Cocody
Ière Partie : Cristallographie Chapitre 1 : Cristallographie 2008/2009

de triangle équilatéral; ses faces latérales le centre du cristal, on obtient alors les
sont rectangulaires. axes cristallographiques ou axes de
référence; les angles entre les axes sont
Il n'existe en fait que ces sept types appelés alpha, beta et gamma.
différents de prismes qui sont Dans le système le plus symétrique ( le
susceptibles d'être empilés sans laisser de système cubique ), ils sont tous trois
vide entre eux, en d'autres termes égaux et font entre eux des angles droits,
remplissant exactement l'espace. dans le système le moins symétrique ( le
Si un cristal appartient au système système triclinique ), aucun des angles
orthorhombique (par exemple), cela n'est un angle droit et les axes tout comme
signifie qu'il suffira d'empiler (comme les angles d'ailleurs peuvent être inégaux
pour les cubes ci dessus) autant de entre-eux.
prismes identiques qu'il le faut pour
reconstituer son ensemble. 1.6. Le s 7 systèmes cristallins
Ces sept types de prismes constituent les
polyèdres élémentaires des sept systèmes 1.6.1. Le système Cubique
cristallins.

Fig 7 : représentation des 7 prismes constituant les 7


systèmes cristallins
Formule de Symétrie:
1.5. Les axes de référence
C 3A4/3P(3M) 4A3 6A’2/6P’(6M’)
Pour étudier les systèmes cristallins, il est
commode de se reporter à leurs axes de 1.6.2. Le système Quadratique
référence. Ce sont trois droites
imaginaires parallèles aux faces du cristal,
le choix des longueurs et des directions de
ces axes est en relation avec les longueurs
des cotés de l'unité de croissance
cristalline. Ces axes sont appelés a, b et c
et semblables aux axes cartésiens mais ils
sont construits sur des éléments existants
c'est à dire les arêtes du cristal; on choisit
les trois arêtes qui représentent le mieux
la symétrie du système et qui est la plus
répandue, par exemple le cube pour le
système cubique, le prisme quadratique Formule de Symétrie :
pour le système quadratique, le prisme
hexagonal pour le système hexagonal. etc C A4 2A’2/2P’ 2A’’2/2P’’
Ces arêtes doivent se joindre pour former
un sommet commun, nous avons donc
trois axes possédant une origine
commune, il reste à translater l'ensemble
de manière à ce que l'origine coïncide avec

-5-
UFR-STRM Laboratoire de Géologie du Socle et de Métallogénie Université de Cocody
Ière Partie : Cristallographie Chapitre 1 : Cristallographie 2008/2009

1.6.3. Le système Orthorhombique 1.6.6. Le système Rhomboédrique

Formule de Symétrie:

C A2/P A’2/P’ A’’2/P’’

1.6.4. Le système Monoclinique

Formule de Symétrie: Formule de Symétrie:

C A2/P C A3 3A2/3P

1.6.5. Le système Triclinique

1.6.7. Le système Hexagonal

Formule de Symétrie : C

Formule de Symétrie:

C, A6/P 3A’2/3P 3A’’2/3P’’

-6-
UFR-STRM Laboratoire de Géologie du Socle et de Métallogénie Université de Cocody
Ière Partie : Cristallographie Chapitre 1 : Cristallographie 2008/2009

1.7. Notation des Faces ou Indices de OA = 1a, OB = 2b, OC = 3c : caractéristiques


Miller (h k l) du plan (face) ABC

Les notations d’Haüy et Lévy ont le mérite OA’= 2a, OB’= 4b, OC’= 6c : caractéristiques
définir une image des plans du plan (face) A'B'C'
cristallographiques, mais seules les
notations indispensable aux calculs Exemple de calcul des indices de Miller
cristallographiques sont celles de Miller. (h k l)
Ces notations ou indices sont cependant
toutes basées sur les longueurs
numériques définies par l’intersection du
plan (face) cristallographique avec les
trois axes cristallographiques. Plus
généralement tout nœud, rangée, ou plan
sera identifié par trois nombres
correspondants aux trois axes
cristallographiques. Chaque axe ayant de
part et d’autre de l’origine un coté positif
et un coté négatif il est évident que ces
nombres pourront être positifs ou
négatifs par exemple 1.2.3 ou 1.-2.3. Une
face d’un cristal ou un plan est désigné par
un groupe de trois chiffres (parfois 4)
appelés indice de Miller. Ce plan est noté
(h k l ) où h, k et l sont les coordonnées
entières. Les nombres négatifs sont notés
avec un trait au-dessus (l se lit « moins l
-1° les indices de Miller sont calculés à
»)
partir des inverses des segments
OA=1, OB=2, et OC=3 pour le plan ABC
1/OA = 1/1 1/OB = 1 /2 1/OC = 1/3

OA’=2, OB’=4, OC’=6 pour le plan O’B’C’


1/OA’ = 1 /2 1/OB’ = 1 /4 1/OC’ = 1/6

-2° les indices de Miller sont obtenus en


multipliant chacun de ses inverses par le
plus petit commun multiple (PPCM ) des
dénominateurs

pour le plan ABC 1 , 2 , 3 : ppcm = 6

indice de Miller ( h k l ) ( 1/1 x 6 =6 ) ( 1 /2


x 6 = 3 ) ( 1 /3 x 6 = 2 ) (632)

pour le Plan A’B’C’ 2 , 4 , 6 : ppcm = 12

Fig 8. Valeurs représentatives a, b, c des indice de Miller (h k l ) 1 /2 x 12 = 6 ) ( 1/4


dimensions de la maille élémentaire x 12 = 3 ) ( 1/6 x 12 = 2 ) ( 632)

-7-
UFR-STRM Laboratoire de Géologie du Socle et de Métallogénie Université de Cocody
Ière Partie : Cristallographie Chapitre 1 : Cristallographie 2008/2009

Les deux plans ont le même indice de Fig. 12. le plan coupe les axes X et Z en
Miller. Ils sont parallèles définissant deux segments de même
valeur, le point d’intersection avec l’axe Y
Indices de Miller cas particulier est reporté à l’infini l’indice de Miller est :
(101)

Fig. 13. le plan coupe les axes X et Y en


définissant deux segments de même
valeur, le point d’intersection avec l’axe Z
est reporté à l’infini l’indice de Miller est :
(110)

Fig. 14. le plan coupe les axes Y et Z en


définissant deux segments de même
valeur, le point d’intersection avec l’axe
fig.9 fig. 10 fig. 11
X est reporté à l’infini l’indice de Miller
est : (011)
Plan sécant avec un axe
cristallographique et parallèle aux deux Lorsque le plan est sécant avec le segment
autres négatif d’un axe cristallographique le
chiffre correspondant est affecté du signe
Fig.9 le plan coupe l’axe X, les points moins. Ex : (1-1 0)
d’intersection avec les axes Y et Z sont
reportés à l’infini l’indice de Miller est :
(100). Fig.10. le plan coupe l’axe Y, les
points d’intersection avec les axes X et Z
sont reportés à l’infini l’indice de Miller
est : (010). Fig.11 le plan coupe l’axe Z, les
points d’intersection avec les axes X et Y
sont reportés à l’infini l’indice de Miller
est : (001)

Fig 12 Fig 13 Fig14


Fig.15 : Exemples de plans pour une structure
cubique
Plan sécant avec deux axes
cristallographiques et parallèle au
troisième

-8-
UFR-STRM Laboratoire de Géologie du Socle et de Métallogénie Université de Cocody
Ière Partie : Cristallographie Chapitre 1 : Cristallographie 2008/2009

1.8. Notion de troncature Quadratique : Les trois axes sont


perpendiculaires; deux d'entre eux ont la même
Les formes cristallines que peut longueur et se trouvent dans un plan, le
troisième (axe principal) est plus long ou plus
présenter une espèce minérale court. Les formes typiques
découlent toutes d’un solide primitif. Par sont des prismes et des pyramides tétragonaux,
troncature, c'est-à-dire par le le trapézoèdre tétragonal, des pyramides
remplacement d’un sommet ou d’une ditétragonales, ainsi que des bipyramides.
arrête par une face ; et en appliquant à
cette ablation les différents éléments de polyèdre de base = prisme droit à base carrée
symétrie du système considéré. Cette
troncature n’est toutefois pas ....................................................
quelconque puisqu’elle doit entraîner la
suppression d’un nombre entier de Le système hexagonal
maille élémentaire. Les longueurs
découpées sur les 3 côtés adjacents du
solide primitif sont des multiples entiers
des longueurs a, b, et c de la maille
élémentaire (fig).
Exemple : Dans le système cubique
(a=b=c), la face (111) est un triangle
équilatéral. Dans le système quadratique
(a=b≠c) la face (111) est un triangle
isocèle (fig). hexagonal: Dans ce système il y a quatre axes.
Trois ce trouvent dans un plan, ont la même
Le système cubique longueur et se coupent avec des angles de 120°,
le quatrième leur est perpendiculaire et n'a pas
la même valeur. Les formes typiques sont des
prismes et des pyramides hexagonaux, des
pyramides et des bipyramides dihexagonales

polyèdre de base = prisme droit à base


hexagonal

Cubique : Les trois axes ont la même longueur et ....................................................


sont perpendiculaires entre eux. Les formes
typiques sont le cube, l'octaèdre régulier (8 Le système rhomboédrique
faces), le rhombododécaèdre ( 12 faces à 4
angles), le pentagonododécaèdre, le
tétragonotrioctaèdre (ou trapézoèdre),
l'hexoctaèdre (48 faces). Polyèdre de base =
cube

....................................................

Le système quadratique
Rhomboédrique ou ternaire: Dans le système,
on trouve les mêmes axes et angles que dans le
système hexagonale. c'est pourquoi on groupe
parfois ces deux systèmes dans le système
hexagonal. Leur distinction réside dans les
éléments de symétrie. Dans le système
hexagonal, le contour de la forme primitive est
hexagonal, dans le système rhomboédrique, il
est triangulaire. Les formes
typiques du système rhomboédrique sont des

-9-
UFR-STRM Laboratoire de Géologie du Socle et de Métallogénie Université de Cocody
Ière Partie : Cristallographie Chapitre 1 : Cristallographie 2008/2009

prismes et des pyramides trigonaux, le Le système triclinique


rhomboèdre et le scalénoèdre. Polyèdre de base
= rhomboèdre

....................................................

Le système orthorhombique

Triclinique: Les trois axes sont des longueurs


différentes et forment entre eux des angles
aigus.
Les formes typiques sont des faces parallèles.
Les cristaux ont des faces naturelles égales par
paires. Polyèdre de base =parallélépipède incliné
Orthorhombique ou rhombique: Les trois axes dont seul un angle du triède de base n'est pas
sont perpendiculaires entre eux et ont des droit
longueurs différentes.
Les formes typiques sont le pinacoïde de EXERCICES
base, des prismes et des pyramides
orthorhombique, ainsi que des bipyramides
orhorhombiques. Polyèdre de base = prisme
Exercice 1
droit a base rectangulaire
Cochez la ou les bonnes réponses
....................................................
1) Une structure cristalline est définie par son
réseau et sa base:
Le système monoclinique

Vrai
Faux

2) Dans un cristal cubique de paramètre de réseau a,


la norme des vecteurs fondamentaux est a dans les
cas:

d'un cubique simple


Monoclinique ( cristallisation à un axe oblique)>: d'un cubique centré
Les trois axes sont de longueurs différentes;
deux sont perpendiculaires entre eux, et le d'un cubique à faces centrées
troisième est incliné par rapport au plan des
deux premiers. Les formes typiques sont le 3) Le plan (0 0 1) est celui qui coupe les axes
pinacoïde de base et des prismes à faces cristallographiques en:
terminales penchées

polyèdre de base =parallélépipède incliné dont a = 1, b = 0, c = 0


seul un angle du triède de base n'est pas droit a = 0, b = 1, c = 0
c=1
....................................................

4) Le plan (0 1 6) est celui qui coupe les axes


cristallographiques en:

a = 0, b = 1, c = 6

- 10 -
UFR-STRM Laboratoire de Géologie du Socle et de Métallogénie Université de Cocody
Ière Partie : Cristallographie Chapitre 1 : Cristallographie 2008/2009

a = 0, b = 3, c = 1/2 découpées sur les axes sont consignés


dans le tableau suivant :
b = 3, c = 1/2

Faces Axe Axe Axe Indices


5) Le plan (2 3 12) est celui qui coupe les axes
OX OY OY de Miller
cristallographiques en:
A 2a 3b c
B -2a 3b -3c
a = 3, b = 2, c = 1/2
C a α 1/2
a = 2, b = 3, c = 1/2 D a b c
a = 2, b = 1/2, c = 3 E -a b c
F 3 2 1/2
6) La maille cristalline contient: G 2 1/2 3
H 3 1/2 α
une fois la base dans le cas du cubique I 1/2 1/2 1/2
simple J α 2 3
deux fois la base dans le cas du cubique
centré
trois fois la base dans le cas du cubique à Exercice 3
faces centrées Représenter les différentes faces
quatre fois la base dans le cas du cubique correspondant aux indices de Miller dans
à faces centrées le tableau suivant :
une structure cubique à faces centrées Faces Indices Représentation
avec une base à 4 atomes
De Miller
A

7) Le silicium aune structure:


(413)
cubique simple
cubique centrée
cubique à faces centrées avec une base à
deux atomes
structure diamant
hexagonale compacte B
(222)
10) Le Chlorure de sodium a:

une structure cubique centrée


une structure cubique à face centrée
une base à deux atomes l'un en (0 0 0)
l'autre en (1/2 1/2 1/2)
une base à deux atomes l'un en (0 0 0)
l'autre en (1/2 0 0) C
une succession d'atomes Na et Cl le long (312)
de l'axe (1 0 0) de sa maille cristalline
une succession d'atomes Na et Cl le long
de l'axe ( 1 1 1) de sa maille cristalline

Exercice 2
Donner les indices de Miller des faces
cristallographiques dont les longueurs

- 11 -
UFR-STRM Laboratoire de Géologie du Socle et de Métallogénie Université de Cocody
Ière Partie : Cristallographie Chapitre 1 : Cristallographie 2008/2009

Faces Indices Représentation


De Miller
D (323)

E
(325)

F
(321)

- 12 -
UFR-STRM Laboratoire de Géologie du Socle et de Métallogénie Université de Cocody