Vous êtes sur la page 1sur 16

Table des matières

Introduction............................................................................................................................................. 2
Généralités sur les fibres optiques et la technologie FTTX ..................................................................... 3
A. Fibres optiques ............................................................................................................................ 4
1. Constitution de la fibre optique .................................................................................................. 4
2. Durée de vie d’un câble à fibre optique ...................................................................................... 5
3. Différents types de fibre optique ................................................................................................ 5
a. Fibres optiques multimodes .................................................................................................... 5
3.2 Fibres optiques monomodes ..................................................................................................... 6
4. Multiplexage par longueur d’onde (WDM) ................................................................................. 7
5. Conversion des signaux électriques en signaux optiques ......................................................... 10
6. Paramètres d’une liaison par fibre optique .............................................................................. 10
7. Les atouts et inconvénients de la fibre optique ........................................................................ 11
B- Approche de la technologie FTTX ..................................................................................................... 12
1. Architecture P2P ........................................................................................................................ 13
2. L’architecture GPON .................................................................................................................. 13
3. Réseau de desserte FTTH .......................................................................................................... 14
4. Architecture proposée de la solution FTTH dans la commune de Moungali ............................ 15
Conclusion ............................................................................................................................................. 16

1
Introduction

Dans les télécommunications, les supports de transmission tels que les supports métalliques et
hertziens atteignent leurs limites en terme de débits. La fibre optique est le meilleur support de
transmission parmi toutes les solutions existantes pour réaliser les réseaux hauts débits et
supporter les montées en capacités exigées par les clients de ces réseaux. Anticipant cette
évolution rapide dans les usages des clients, nécessitant plus de synchronisme et qualité, nous
avons fait le choix de la fibre optique car cette dernière est le seul support parmi tant d’autres
capable de supporter la technologie FTTX et apporte de manière pérenne de très haut débit
nécessaire aux nouveaux usages, à la multiplication des utilisations simultanées en un même
lieu et à l’augmentation du nombre d’équipements des clients connectés. Ce qui serait
impossible d’intégrer directement le service Triple Play qu’offre la technologie FTTX, sans
penser à déployer la fibre optique au préalable.

L’objectif de notre travail, est de mettre en place un modèle d’architecture type réseau FTTX
afin de servir les abonnés de la commune de Moungali.

2
Généralités sur les fibres optiques et la technologie FTTX

3
A. Fibres optiques
Dans les télécommunications, l’utilisation d’un guide d’ondes performant afin de transmettre
des quantités importantes de données a fait son chemin depuis les années 1960. L’évolution de
ce support physique, de sa naissance à nos jours, est impressionnante, poussée sans cesse par la
demande des applications requérant des ressources de plus en plus élevées en terme de bande
passante.

Dans ce chapitre nous allons présenter d’une manière générale la technique de l’exploitation de
la fibre optique dans un réseau de transmission des données, et structure constructive et
fonctionnelle ainsi que leurs caractéristiques.

Enfin nous parlerons des applications de la fibre optique dans une liaison de transmissions de
données qui la caractérisent.

1. Constitution de la fibre optique

D’une manière générale, le câble à fibre optique est constitué de trois éléments principaux, entre autres :

Figure 1 : structure d’une fibre optique

• Le cœur

Est un milieu dans lequel une quantité d’énergie lumineuse véhiculée au sein de la fibre sera confiné au
voisinage du centre dont l’indice de réfraction est dans laquelle se propage la lumière.

• La gaine

Couche de verre qui entoure le cœur. La composition du verre utilisée est différente ce celle du cœur.
L’association de ces deux couches permet de confiner la lumière dans le cœur par réflexion totale de la
lumière à l’interface cœur-gaine.

4
• Manteau de protection

Aussi appelé la gaine protectrice, assure à son tour la protection mécanique adéquate à la fibre optique.

2. Durée de vie d’un câble à fibre optique

La durée de vie d’un tel conducteur est estimée à au moins 20 ans. Le signal électrique à transmettre est
transformé en signal lumineux à l’aide d’un émetteur. L’émetteur utilise une LED (Light Emetting
Diode) diode électro luminescente ou un laser pour produire la lumière.

Pour l’opération inverse, consistant à convertir le signal lumineux en signal électrique, on utilise un
détecteur appelé photo diode ou photo transistor.

3. Différents types de fibre optique

Techniquement dans la transmission des données ou des signaux lumineux dans la fibre optique, nous
distinguons deux types de câble à fibre optique qui se distinguent par leur mode qui est juste le nombre
des chemins. Ces deux types de câble sont le multiple et le monomode.

a. Fibres optiques multimodes

Les fibres optiques multimodes ont été les premières sur le marché. Elles se caractérisent par un nombre
important de mode de propagation (trajets lumineux) simultanément. Dans la fibre plusieurs chemins
peuvent être suivis par les signaux lumineux ce qui entraine une dispersion modale qui limite la bande
passante de la fibre. On distingue deux types de fibre optique multimode :

a.1 Fibres optiques multimodes à saut d’indice

Elles sont constituées d’un cœur et d’une gaine optique en verre de différents indices de réfraction. Cette
fibre optique provoque une grande dispersion de signaux qui la traversant, ce qui génère une
déformation. Le cœur à un gros diamètre par rapport à la longueur d’onde du micron mètre dans
l’infrarouge, tous les inconvénients se manifestent ici. On observe l’allure de l’impulsion de sortie
comparée à celle de l’impulsion d’entrée.

Figure 2 : fibre optique multimode à saut d’indice

5
a.2 Fibres optiques multimodes à gradient d’indice

Elles ont été spécialement conçues pour la télécommunication, afin de diminuer l’effet de dispersion
intermodale sans trop réduire l’ouverture numérique c'est-à-dire la puissance couplée. Dans ces fibres,
l’indice du cœur est constitué des couches de verre successives ayant un indice de réfraction proche. La
variation de cet indice de réfraction cœur/gaine présente une courbe parabolique avec un maximum au
niveau de l’axe. Les rayons lumineux suivent l’axe un parcours sinusoïdal. La bande passante est
comprise entre 600 et 3000 Mhz/Km. Les diamètres les fréquents sont 625 µm et 50 µm. Ce type de
fibre est plus utilisé pour les moyennes distances. Un des avantages est que la dispersion modale est
diminuée avec cette fibre. Il y a donc une meilleure réception du signal.

Figure 3 : fibre optique multimode à gradient d’indice.

3.2 Fibres optiques monomodes

Lorsque le diamètre du cœur est petit (moins de 10 µm) et la différence d’indice faible (moins de 0.5
%), il est possible de sélectionner un seul mode qui se propage au voisinage de l’axe.

Dans une fibre optique monomode, le cœur est très fin. Ce qui permet une propagation du faisceau laser
presque en ligne droite. De cette façon, elle offre peu de dispersion du signal et celle-ci peut être
considérée comme nulle. La bande passante est presque infinie, supérieure à 10 Gbps/Km avec une
longueur d’onde de coupure 1.2 µm. Le diamètre du cœur (9 µm) et l’ouverture numérique sont si faibles
que les rayons lumineux se propagent parallèlement avec des temps de parcours égaux. Ce type de fibre
est surtout utilisée en liaison longue distance. Le petit diamètre du cœur des fibres nécessite une grande
puissance d’émission qui est délivrée par des diodes laser. Les longueurs d’onde employées sont 1310,
1550 et 1625 nm.

Une formule expérimentale donne le nombre de modes dans une fibre monomode (condition de
propagation monomode) s’écrit :
2𝑑
m= λ 𝑂𝑁

Avec

• d : diamètre du cœur de la fibre


• λ : longueur d’onde de la lumière utilisée
• ON : ouverture numérique de la fibre.

6
Théoriquement le signal injecté à l’entrée va atteindre la sortie sans aucune déformation c'est-à-dire que
l’onde se propage sans réflexion et il n’y a pas de dispersion modale.

Figure 4 : fibre optique monomode

4. Multiplexage par longueur d’onde (WDM)


Pendant de nombreuses années le seul moyen d’augmenter la capacité d’un réseau de
télécommunications optique était de rajouter les fibres optiques, ceci induisait des coûts très
importants pour un débit maximum par fibre n’excédant pas plus de 2,5 Gbps.

Par la suite, l’idée du multiplexage qui consiste à transmettre simultanément un certain nombre
de signaux sur une seule ligne s’est imposée. Le gain visé est simple : économiser le milieu de
transmission en partageant entre plusieurs signaux.

Tout d’abord, on a eu à s’investir dans la technologie TDM (Time Division Multiplexing) :


cette technique permet une division des signaux selon des périodes de temps. Ainsi, on transmet
quelques signaux distincts sur une seule fibre en employant des segments de temps
préalablement définis. On peut alors atteindre des débits de 10 Gbps, mais la nécessité de
réaliser de gros investissements dans de nouvelles infrastructures la rend trop coûteuse.

De plus, les demandes débits étant toujours croissantes et comme des développements ont
permis l’augmentation de la bande passante des fibres optiques, on s’est tourné vers la
technologie WDM (Wavelength Division Multiplexing). Le multiplexage en longueur d’onde
est une technique qui consiste à injecter simultanément sur une même fibre des signaux
lumineux à des longueurs distinctes. La bande passante de la fibre optique étant de 45 THz, elle
présente alors un fort potentiel au multiplexage de très nombreux canaux sur de longues
distances.

7
Figure 5: principe d’une liaison WDM

Il existe plusieurs technologies WDM, elles restent identiques par leur principe mais se
différencient uniquement par le nombre de canaux exploité dans une fibre.

Les systèmes WDM/DWDM commercialisés aujourd’hui comportent 8, 16,32, 80 voire 160


canaux optiques, ce qui permet d’atteindre des capacités de 80, 160, 320, 400,800 Gbps en
prenant un débit nominal 2.5 ou 10 Gbps. On peut atteindre une capacité de 4000 Gbps (4 Tbps)
avec 400 canaux optiques à 10 Gbps, en technologie U-DWDM. En 2000, le réseau
transatlantique FLAC-ATLANC-1 est le premier réseau haut débit longue distance avec une
capacité de 1.25 Tbps.

Types fenêtres Espacements Canaux Débits potentiels

(nm)

C-WDM 2ème 1,6 – 0,8 8 - 16 2,5 à GHz

WDM 3 ème 0,6 32 320G à 1,28T

D-WDM 3 ème 0,4 – 0,2 80 - 160 3T à 12T

U-WDM 3 ème 0,08 400 10T à 40T

Tableau 1 : différentes technologies du WDM

Le WDM a changé radicalement la donne. Avec lui, une seule fibre optique suffit pour
transmettre plusieurs signaux de « couleurs » différentes (ou canaux) en même temps.
L’ensemble des répéteurs-régénérateurs d’un site géographique a été remplacé par un seul
équipement : l’amplificateur optique. Le WDM évite ainsi tous les coûts de génie civil de
repose de fibre optique.

8
Figure 6 : Opportunité d’utilisation du multiplexage couplé à l’amplification optique

La technologie WDM est sans concurrent du point de vue de la capacité car le coût de la fibre
et des matériaux ne cesse de baisser avec des portées toujours plus longues. A défaut de
fabriquer des fibres plus performantes qui sont déjà à un très haut niveau d’évolution, les
chercheurs préfèrent développer les terminaux et d’utiliser des fibres utilisées. En fait c’est un
peu l’unique technologie utilisée dans le développement des réseaux de transport à longue
distance depuis une dizaine d’années.

Le WDM est donc une technologie à faible coût, car la majeure partie des couts se trouvent
dans les terminaux, et évolue toute seule. C’est ce qui s’appelle le « pay as you grown ».
L’investissement suit la croissance du besoin.

Pour conclure, nous pouvons dire que le principal intérêt du WDM est la pose de nouveaux
câbles optiques, ce qui évite tous les coûts de génie civil. L’accroissement de la capacité se fait
de deux façons : en augmentant le débit par canal lors de l’émission. Actuellement,
l’augmentation de la capacité est de 120% par an.

9
5. Conversion des signaux électriques en signaux optiques

L’émetteur optique a pour fonction de convertir des impulsions électriques en signaux optiques
véhiculés au cœur de la fibre. A l’intérieur des deux transceivers partenaires, les signaux
électriques seront traduits en impulsions optiques par une LED et lus par une photo transistor
ou une photo diode. On utile une fibre pour chaque direction de la transmission. Les émetteurs
utilisés sont de trois types :

➢ Les LED light Emetting diode qui fonctionnent dans le rouge visible (850 nm). C’est ce
qui est utilisé pour le standard Ethernet FOIRL ;
➢ Les diodes à infrarouge qui émettent dans l’invisible à 1300 nm ;
➢ Les lasers utilisent pour la fibre monomode dont la longueur d’onde est de 1300 au 1550
nm.

Figure 7 : Conversion de signaux électriques en signaux optiques au moyen d'un transceiver


Ethernet

6. Paramètres d’une liaison par fibre optique


Quand les composants appropriés sont sélectionnés pour une liaison par fibre optique, plusieurs
paramètres peuvent être définis et calculés à priori pour la mise en application tel que cela se
fait avec d’autres liaisons de communications par câble ou par faisceaux hertziens.

Ces paramètres sont :

➢ Le gain de liaison ;
➢ La largeur de bande ;
➢ Perte ou affaiblissement optique ;
➢ La performance de la fibre optique.

10
7. Les atouts et inconvénients de la fibre optique

La fibre ne connait pas beaucoup de points négatifs. Son principal inconvénient demeure son
prix de déploiement dû à ses équipements. La connectique et les travaux représentent un
investissement conséquent dans le cadre du déploiement de la fibre optique mais offres de
nombreux avantages pour les Télécommunications :

• La perte de signal sur une longue distance est très faible ;


• Les débits sont très élevés ;
• La fibre optique est insensible aux perturbations radioélectriques. Vous ne risquez donc
pas, par exemple, de voir votre image TV brouillée par temps de pluie ;
• L'entretien de la fibre est moins couteux que certains autres types de câblages ;
• Elle est capable de supporter les technologies de demain ;
• Elle est capable de supporter les trafics d’autres supports de transmission tels que : le
trafic hertzien, trafic venant des câbles coaxiaux, trafic satellitaire et bien d’autres.
• La rentabilité de la fibre est un autre avantage : Le seuil de rentabilité moyen est de 2 à
5 ans.

Il parait normal de pouvoir parler de la fibre optique, certes est un support de taille pour la transmission
fiable de l’information.

Cependant, les performances réalisées par cette technologie répondent valablement aux besoins des
opérateurs des télécommunications ainsi qu’aux utilisateurs privés. Ce chapitre nous a permis de
maitriser la fibre optique afin de bien appréhender la notion FTTX.

11
B- Approche de la technologie FTTX
Le FTTX est une généralisation de plusieurs configurations de déploiement de la fibre optique.

FTTB, FTTO, FTTLA, FTTC, FTTD, FTTH, FTTK, FTTN, FTTP … Tous ces sigles ne vous
parlent sans doute pas … Nous allons donc vous les expliquer pour vous aider à comprendre
les différentes offres fibre optique sociétés et entreprises qui sont proposées sur le marché. Mais
débutons en expliquant ce qu’est le FTTx. Il s’agit d’un terme générique pour toute architecture
de réseau à large bande utilisant la fibre optique. Il fournit tout ou partie de la boucle locale
utilisée pour le dernier kilomètre de raccordement de l’abonné télécom. L’industrie des
télécommunications distingue plusieurs configurations de FTTX distinctes. Nous allons voir
les termes en usage les plus répandus aujourd’hui.

FTTP : Fiber To The Premises (Fibre jusqu’aux locaux – entreprises)

FTTB: Fiber To The Building (Fibre jusqu’au bâtiment), ce type de connexion est uniquement
dédiée aux locaux abritant plusieurs logements ou plusieurs entreprises. Ici, la fibre optique se
termine avant d’atteindre effectivement les abonnés.

➢ FTTS: Fiber To The Street (Fibre jusqu’à la rue )


➢ FTTD: Fiber To The Door (Fibre jusqu’au pas de porte)
➢ FTTO: Fiber To The Office (Fibre jusqu’au bureau)
➢ FTTE / FTTZ: Fiber To the Telecom Enclosure / Fiber To the Telecom Zone
➢ FTTN : Fiber To The Node (Fibre jusqu’au dernier amplificateur), correspond à une
installation dans laquelle la fibre arrive à un point de distribution (sous-répartiteur) desservant
un ensemble de bâtiments. Le FTTN utilise souvent l’infrastructure à paire torsadée
existante pour fournir et terminer le raccordement jusque chez l’utilisateur. Il est donc
moins coûteux à déployer.

➢ FTTC : Fiber To The Cab (Fibre jusqu’au sous-répartiteur): à la même signification


technique que le FTTN , cependant, la zone desservie en FTTN est généralement
considérée comme plus large que celle desservie en FTTC ;
➢ FTTC / FTTK : Fiber To The Curb / Fiber To The Kurb (Fibre jusqu’au trottoir)
➢ FTTH: Fiber To The Home (Fibre jusqu’au domicile), LE FTTH est un réseau de
télécommunication qui se termine en fibre optique au domicile de l’abonné.

12
Il existe deux types d’architectures pour le déploiement de la technologie FTTH :

1. Architecture P2P

Figure 8 : architecture P2P

Cette architecture nécessite un investissement initial important mais sa gestion est simplifiée :
gestion souple de la qualité de service (débit) vis à vis du client. Mais si, en théorie, la
technologie P2P permet à chaque usager de bénéficier d’un débit très élevé (100 Mb/s ou
plus), dans la pratique, ce débit va dépendre des capacités des liaisons de l’opérateur en amont
du commutateur Ethernet situé dans le NRO.

2. L’architecture GPON
L’architecture GPON consiste à partager une fibre optique sur une portion plus ou moins
longue du réseau, puis de la diviser en plusieurs fibres, sur des distances courtes, afin de
desservir plusieurs abonnés.

Figure 9: architecture GPON


Les équipements actifs au niveau du NRO (ou OLT : Optical Line Terminal) disposent de
ports PON permettant d’émettre/recevoir des flux à/vers plusieurs équipements terminaux
d’abonnés (ou ONT : Optical Network Terminal) sur une unique fibre optique.

13
3. Réseau de desserte FTTH
Les réseaux FTTH sont structurés en plaques, organisés autour d’un Noeud de Raccordement
Optique (NRO). Il s’agit d’un local technique abritant les équipements actifs de l’opérateur et
concentrant les paires de fibres optiques provenant des usagers. Un NRO peut desservir
plusieurs milliers, voire dizaines de milliers de foyers.
Dans la topologie du réseau de l’opérateur, le NRO marque la frontière entre son réseau de
collecte (en amont) et son réseau de desserte (en aval).

Figure 10 : NRO Orange France

14
4. Architecture proposée de la solution FTTH dans la commune de Moungali

Figure 11 :architecture de la solution FTTH déployée dans la commune de Moungali

15
Conclusion
Nous voici arrivé au terme de notre travail intitulé : « La technologie FTTX ».

Cette infrastructure réseau FTTX présente certainement un meilleur moyen pour assurer le
transport et les échanges des données à de très haut débit et la bonne gestion des deux réseaux
métropolitains.

Ce réseau à fibre optique présente des avantages du point de vue performance et fiabilité du
réseau. L’augmentation de la taille du réseau est assurée car les infrastructures FTTX donnent
une ouverture et capable de supporter la montée en puissance et l’ajout de nouvelles
technologies. L’ingénierie de trafic est mise en œuvre pour optimiser les besoins prévisionnels
en bande passante.

16

Vous aimerez peut-être aussi