Vous êtes sur la page 1sur 59

Département de Physique Appliquée

Projet de Fin d’Études

Licence en Sciences et Techniques

Electronique Electrotechnique Automatique

Sujet 
Etude des installations électriques
HTB/HTA existante et
dimensionnement d’une nouvelle
installation BT.

Présenté par : Sous la direction de :

Karkoubi YAHYA Zbitou JAMAL (FSTS)

Zouhair HAMZA Amcharat ABDELRRAHIM (ONE)


Année Universitaire 2016-2017

2
Dédicaces

A mes chers parents, en


témoignage de ma gratitude,
Si grande qu’elle puisse être,
Pour tous les sacrifices qu’ils ont
consentis pour mon bien être et
le soutien qu’ils
M’ont prodigué tout le long de
mon éducation.
Que dieu,
Le tout puissant,
Les préserve et leur procure
santé et longue vie.

Karkoubi et Zouhair

3
Remerciement

Au terme de ce travail, je tiens à exprimer ma profonde gratitude à notre cher


professeur et
encadrant Mrs ZBITOU pour son suivi et pour son énorme soutien, qu’il n’a cessé de
nous prodiguer tout au long de la période du projet.

Je tiens à remercier également mon encadrant Mrs AMCHARAT pour le temps


qu’elle a
Consacré et pour les précieuses informations qu’elle m’a prodiguées avec intérêt et
compréhension.

J’adresse aussi mes vifs remerciements aux membres des jurys pour avoir bien voulu
examiner et juger ce travail.

Mes remerciements vont à tout le personnel que j’ai contacté durant mon stage au sein
de
l’ONE, auprès desquelles j’ai trouvé l’accueil chaleureux, l’aide et l’assistance dont j’ai
besoin.

Je ne laisserai pas cette occasion passer, sans remercier tous les enseignants et le
personnel de la Faculté des Sciences et Techniques de SETTAT, et particulièrement
ceux de la Filière de la licence EEA pour leur aide et leurs précieux conseils et pour
l’intérêt
qu’ils portent à ma formation.

Enfin, mes remerciements à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin au bon
déroulement de ce projet.

Karkoubi et Zouhair

4
Résumé

Le présent rapport décrit le travail réalisé en guise de projet de fin


d’études de deux mois que nous avons effectué au sein de l’Office National
d’Electricité dans le cadre de la formation en licence ELECTRONIQUE
ELECTROTECHNIQUE AUTOMATIQUE (EEA) de la faculté des
sciences et techniques de SETTAT (FSTS).

Notre projet consiste à effectuer l’étude descriptive de poste source


de SETTAT Poste 225/60/22 KV Settat et de dimensionner une nouvelle
installation électrique basse tension BT des services auxiliaires qui se
compose des armoires pour la commande, contrôle et la surveillance du
poste source SETTAT. Dans ce cadre nous étions appelés à travailler et
collaborer avec l’ensemble du personnel de la section du poste source
HTB/HTA et le responsable du projet, afin de mener à bien notre travail.

L’accent a été mis sur la réalisation des tâches demandées par le


maître d’ouvrage du projet Office National d’Électricité et de l’Eau Potable-
Branche Électricité, à savoir le dimensionnement des câbles, des
protections, de transformateur des services auxiliaires et groupe
électrogène. Enfin, nous avons fait l’application du dimensionnement à
l’aide du logiciel des installations électriques CANECO BT et la
compensation de l’énergie réactive pour but d’améliorer la performance de
l’installation électrique BT.

5
6
LISTE D’ANNEXES

ANNEXE A : Schéma unifilaire de l’installation électrique BT du SA.


ANNEXE B : Bilans des puissances des cabines de relayage 1,2 et 3.
ANNEXE C : Section de câble minimale pour les cabines de relayage.
ANNEXE D : Courant du court-circuit des cabines de relayage du SA.
ANNEXE E : Résultat de calcul de choix des disjoncteurs de CR du SA.
ANNEXE F : Sélectivité entre disjoncteur général BT et disjoncteurs du CR 1,2 et 3.
ANNEXE G : Définition du facteur de correction K.
ANNEXE H : Résultats obtenu par CANECO BT.
ANNEXE I : Définition du facteur K de la compensation.

LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Organigramme de l'ONE.


Figure 2 : Division régionale CASABLANCA.
Figure 3 : Direction provinciale de SETTAT.
Figure 4 : Structure nationale du réseau électrique.
Figure 5 : Les niveaux de tension en normes internationaux.
Figure 6 : Poste de Settat réseaux d'interconnexion 225/60 KV.
Figure 7 : Schéma unifilaire du poste source SETTAT.
Figure 8 : Les services auxiliaires du poste de SETTAT.
Figure 9 : Photo du transformateur de puissance poste source SETTAT.
Figure 10 : Transformateur de tension.
Figure 11 : Transformateur de courant.
Figure 12 : Jeu de barre du poste SETTAT.
Figure 13 : Pole disjoncteur 245 KV GL314.
Figure 14 : Sectionneur tripolaire 245 KV du poste SETTAT.
Figure 15 : Sectionneur pantographe.
Figure 16 : Parafoudre du poste SETTAT.
Figure 17 : Eclateur du poste Settat.
Figure 18 : Circuit bouchon.
7
Figure 19 : Schéma de l'installation BT partie alternatif.
Figure 20 : Logigramme de détermination de la section minimale.
Figure 21 : Création de la source avec CANECO BT.
Figure 22 : Partie du schéma unifilaire du réseau alternatif.
Figure 23 : Digramme de puissance.
Figure 24 : Compensation individuelle.
Figure 25 : Compensation par groupe.
Figure 26 : Compensation global centralisée.

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Facteur d'utilisation Ku.


Tableau 2 : Coefficient de simultanéité dans le cas général UTE-C 15-105.
Tableau 3 : Coefficient de simultanéité dans cas des armoires de distribution.
Tableau 4 : Bilan de puissance du bâtiment de commande.
Tableau 5 : Résultat du bilan de puissance.
Tableau 6 : Résultats du bilan de GE.
Tableau 7 : Chutes de tension admissibles.
Tableau 8 : Résultats des sections des câbles.
Tableau 9 : Estimation du courant de court-circuit du Bdc.
Tableau 10 : Les courbes de déclenchements des disjoncteurs.
Tableau 11 : Choix des disjoncteurs du Bdc.
Tableau 12 : Résultat de la sélectivité du Bdc.
Tableau 13 : puissances normalisées des batteries fixes NF C 54 – 100.

LISTES D’ABREVIATIONS  :

EEA Electronique Electrotechnique Automatique.


KV  Kilovolt.
ONE  Office National d’Électricité.
DRC  Division Régionale Casablanca.
HTB  Très haute tension.
8
HTA  Haute tension.
THT  Très Haute Tension.
HT Haute Tension.
MT Moyenne Tension.
BT Basse Tension.
CR Cabine de Relayage
TSA  Transformateur des Services Auxiliaires.
GE  Groupe Électrogène.
DDI Direction de Distribution.
MVA Méga Volt-Ampère.
MALT  Mise A La Terre.
TT  Transformateur de Tension.
TC Transformateur de Courant.
TTC  Transformateur de Tension Capacitif.

SA  Service Auxiliaires.


UPS  Uninterruptible power supply (Alimentation sans interruption) .

BdC  Bâtiment de Commande.


NF   Norme Française.

CEI  Commission électrotechnique internationale.


Md   Alimentation moteur disjoncteur .
Ks Facteur d’utilisation.
Ku Facteur de simultanéité.
SLT Schéma de Liaison à la Terre.
CRE  Compensation du Réseau Electrique.
TGBT  Tableau Général de Basse Tension.

9
SOMMAIRE
Résumé............................................................................................................................. 5
LISTE D’ANNEXES..........................................................................................................6
LISTE DES FIGURES.......................................................................................................6
LISTE DES TABLEAUX....................................................................................................7
LISTE D’ABREVIATIONS................................................................................................8
INTRODUCTION GENERALE.......................................................................................13
CHAPITRE 1 : Office National d’Electricité.
I. INTRODUCTION.................................................................................................14
II. ORGANIGRAMMEDE L’ONE.............................................................................14
1. Introduction.............................................................................................14
2. Division régionale CASABLANCA...........................................................14
3. Présentation des services de la DRC.......................................................15
4. Direction provinciale de SETTAT............................................................15
III. FICHE D’IDENTIFICATION...............................................................................16
IV. LES ACTIVITES D’OFFICE NATIONAL D’ELECTRICITE...............................16
1. Production.................................................................................................16
2. Transport ..................................................................................................17
3. Distribution...............................................................................................17
4. Conclusion.................................................................................................17
V. PRESENTATION DU CAHIER DES CHARGES......................................................17
CHAPITRE 2 : Etude descriptive du poste source HTB/HTA.
I. GENERALITES...........................................................................................................18
1. Structure nationale du réseau électrique................................................18
2. Le concept du réseau électrique de transport et d’interconnexion........18
3. Le concept du réseau électrique de répartition......................................18
4. Le concept du Poste électrique HTB/HTA.............................................19
a. Le poste ouvert..............................................................................19
b. Le poste blindé..............................................................................19
c. La cellule préfabriquée ............................................................... 19
II. DESCRIPTION DU POSTE 225/60/22 KV DE SETTAT…………………………….…….19
1. Schéma unifilaire de POSTE 225/60/22 KV SETTAT...........................21
10
2. Partie THT-HT-MT.................................................................................22
a. Départ 225 KV .............................................................................22
b. Départs 60 KV……………………………………………………………………23
3. Bâtiment de commande………………………………………………………………….23
a. Cabine de relayage N°1, 2 et 3……………………………………………...24
b. Local TSA…………………………………………………………………………..24
c. Local GE…………………………………………………………………………….24
d. Local Incendie…………………………………………………………………...24
4. Les services auxiliaires 380/220 V CA……………………………………………24
a. Définition des services auxiliaires...............................................24
b. Description des services auxiliaires.............................................24
c. Services auxiliaires existant dans le poste Settat........................25
d. Groupe électrogène......................................................................26
e. Fonction normal -secours............................................................26
f. Les services auxiliaires 127, 48 Vcc............................................ 26
III. LES EQUIPEMENTS DU POSTE SOURCE SETTAT...........................................26
1. Partie puissance.......................................................................................26
a. Transformateur 225/60/11 KV de 100 MVA ..............................26
b. Transformateur de tension TT ....................................................27
c. Transformateur de courant TC................................................... 28
d. Jeu barre.......................................................................................28
2. Partie protection......................................................................................29
a. Disjoncteur GL314 245KV à SF6 ................................................29
b. Sectionneur tripolaire..................................................................29
c. Sectionneur pantographe............................................................30
d. Parafoudre....................................................................................30
e. Eclateur........................................................................................30
3. Partie communication.............................................................................31
IV.......................................................................................... CONCLUSION
....................................................................................................................................31

CHAPITRE 3 : Le dimensionnement d’une installation électrique BT des


services auxiliaires.
11
I. INTRODUCTION......................................................................................................32
II. SCHEMAS DE L’INSTALLATION ELECTRIQUE BT.............................................32
1. Schéma synoptique..................................................................................32
2. Schéma unifilaire de l’installation électrique BT du SA........................33
III. CHOIX DU REGIME DU NEUTRE........................................................................33
1. Introduction.............................................................................................33
2. Critères de choix du régime du neutre...................................................33
3. Choix du schéma de liaison à la terre.....................................................34
IV. BILAN DE PUISSANCE...........................................................................................34
1. Introduction.............................................................................................34
2. Dimensionnement du TSA......................................................................35
3. Dimensionnement du GE........................................................................37
V. CALCUL MANUEL DES SECTIONS DES CABLES BT..........................................37
1. Introduction.............................................................................................37
2. Logigramme de détermination de la section minimale.........................38
3. Détermination du courant maximal d'emploi et courant admissible...38
4. Vérification de la chute de tension.........................................................39
5. Exemple de calcul....................................................................................39
6. Résultat de calcul....................................................................................40
VI. ESTIMATION DU COURANT DE COURT-CIRCUIT............................................41
1. Présentation de la méthode d’impédances..............................................41
2. Méthode de calcul des courants de court-circuit.....................................41
3. Exemple de calcul.....................................................................................42
4. Résultat de calcul......................................................................................43
VII. DIMENSIONNEMENT DES PROTECTIONS DE BT...........................................44
1. Choix des disjoncteurs.............................................................................44
2. Résultats de calcul....................................................................................44
3. La sélectivité.............................................................................................45
a. Définition.......................................................................................45
b. Critères de sélectivité....................................................................45

12
c. Vérification de la sélectivité..........................................................45
VIII. VERIFICATION PAR CANECO BT......................................................................46
1. Introduction..............................................................................................46
2. Application aux canalisations BT du poste.............................................46
IX. CONCLUSION......................................................................................................48

CHAPITRE 4 : compensation de l’énergie réactive de


l’installation électrique BT.

I. COMPENSATION DE L’ENERGIE REACTIVE......................................................49


1. Introduction............................................................................................49
2. Principe de la compensation...................................................................49
3. Types de la compensation.......................................................................49
a. Compensation individuelle...........................................................50
b. Compensation par groupe.............................................................50
c. Compensation globale centralisée................................................50
4. Compensation de l’énergie réactive du transformateur........................50
II. INSTALLATION DES BATTERIES DE CONDENSATEURS.................................50
1. Protection et raccordement des condensateurs......................................51
a. Protection......................................................................................51
b. Raccordement : dimensionnement des câbles............................51
2. Dimensionnement manuel de la CRE.....................................................51
3. Systèmes et types de compensation........................................................53
a. Batteries de condensateurs fixes..................................................53
b. Batteries de condensateurs automatiques...................................53
c. Types de compensations..............................................................53
d. Dimensionnement de la compensation.......................................53
III. CONCLUSION........................................................................................................53
CONCLUSION GENERALE......................................................................54

INTRODUCTION GENERALE :

13
Dans le contexte actuel du besoin ascendant d’énergie électrique, le Royaume du
Maroc développe, renforce son réseau électrique en augmentant sa production en
énergie électrique et étendant son réseau afin d’atteindre la majorité de la population
marocaine.
Et dans le cadre de ce contexte à développer et renforcer le réseau électrique
national, l’ONEE a opté pour la construction d’un poste d’interconnexion et de
transformation dans la région de Settat en 2005, situé à 6 kilomètres de la ville de
Settat, appelé Poste 225/60/22 KV Settat.
C’est dans ce cadre que s’inscrit notre projet de fin d’études dans l’Office
National d’Electricité, qui consiste à élaborer une étude de dimensionnement d’une
installation électrique basse tension BT de tous l’appareillages électriques d’une
nouvelle unité des services auxiliaires du Poste 225/60/22 KV Settat.
C’est ainsi que l’actuelle ONE, s’évertue à trouver des solutions pour l’expansion
urbaine, parmi ces solutions l’extension des postes sources par la modification de leurs
puissances ; en ajoutant une nouvelle tranche 225/60/22 KV qui contiennent
plusieurs équipements primaires et secondaires. Ce projet a pour objectif ; la
satisfaction des exigences du cahier des charges imposé par l’ONEE Branche Electricité.

Ce rapport présente l’intégralité des démarches poursuivies pour la réalisation


de cette étude, en commençant par la compréhension des besoins du cahier des
charges et des normes nécessaires au dimensionnement des différents équipements
et installations électriques BT théoriquement et en terminant par la vérification des
résultats avec le logiciel CANECO BT.
Le présent rapport est structuré comme suit :

 Un premier chapitre qui traite le milieu de stage, les activités d’Office


National d’Electricité et la présentation de cahier des charges.

 Ensuite, le deuxième qui traite l’étude descriptive du poste HTB/HTA


Poste 225/60/22 KV Settat et les équipements du poste.

 Le troisième qui traite le dimensionnement d’une nouvelle installation


électrique basse tension BT des services auxiliaires théoriquement et avec
application du logiciel CANECO BT.

 En terminant par la compensation de l’Energie réactive pour but


d’améliorer la performance de l’installation électrique.
Ce travail se termine par une conclusion générale dans laquelle on résume les
principaux résultats obtenus.

14
CHAPITRE 1 : Office National d’Electricité.
I. INTRODUCTION :
L’Office National de l’Electricité est un établissement public à caractère
industriel et commercial créé en 1963, il emploie près de 9 000 salariés et compte
environ 4 millions d'abonnés. Parmi sa mission est de satisfaire la demande en
électricité aux meilleures conditions de coût et de qualité de service.
II. ORGANIGRAMME DE L’O.N.E :
1. Introduction :
Cette partie est consacrée dans un premier temps à la présentation
d’organigramme de l’établissement public ONE et les directions opérationnelles
(voir figure 1).

Figure 1:Organigramme de l'ONE

L’office National de l’Electricité est structuré en direction d’appuis, fonctionnelles


et opérationnelles.
2. Les directions opérationnelles :
L’ONE constitue trois directions opérationnelles sont :

 La direction de production : sa mission consiste à assurer une gestion


optimale du parc de production ONE et veiller à la satisfaction de la demande
en énergie électrique exprimé par le Dispatching national dans les meilleures
conditions de sécurité, de rendement, de disponibilité et de coût à court,
moyen et long terme. Le dispositif de production dont dispose l’ONE se
compose : d’usines hydrauliques, de centrales thermiques, de centrales à
turbine à gaz, de centrales diesel, de parc éolien, et de centrale solaire.

 La direction de transport : le transport de l’énergie électrique s’effectue


par un réseau de l’haute tension sur le territoire national. Ce réseau est lié au

15
réseau international via les connexions MAROC-Espagne et MAROC-
ALGERIE.

 La direction de distribution : responsable de la distribution d’énergie. La


direction de la distribution de l’ONE est représentée à travers le MAROC par
sept divisions régionales qui sont réparties comme suit :DR de CASA, DR de
MARRAKECH, DR d’AGADIR, DR de KENITRA, DR de MEKNES, DR de FES
et DR d’OUJDA.
3. Division régionale CASABLANCA :
La Division Régionale de CASABLANCA est parmi les sept divisions
opérationnelles relevant de la direction de distribution (DDI), cette Division a
pour rôle la distribution de l'énergie dans toutes les villes de l'ouest du Maroc et
représenter l'ONE dans les provinces de Settat, Berrechid, les provinces de
Casablanca, etc.
La structure de la DRC se résume dans l’organigramme suivant (voir figure 2) :

Figure 2:division régionale CASABLANCA

16
4. Direction provinciale de SETTAT 
Notre stage s’est effectué au sein du poste source SETTAT de l’Office
Nationale d’Electricité et plus précisément dans la section de maintenance
équipe poste source HTB/HTA (voir figure 3) :
L’équipe du poste source SETTAT se compose de deux agents ;
 Un chef de section (Notre encadrant) ;
 Trois techniciens.
Cette équipe assure les fonctions suivantes :
 Intervention suite aux incidents survenus aux postes 60/22KV relevant de la
DP SETTAT.
 Mise à niveau des protections des postes sources.
 Remplacement des compteurs sur les travées des postes sources.
 Réception et mise en service des nouveaux ouvrages.
 Réception et essai des protections et disjoncteurs MT aux postes clients.
 Mise à jour des schémas des postes sources suite aux modifications des
protections.
 Remplacement des contacteurs et des relais thermiques sur les coffrets des
aérothermes des transformateurs 60/22KV.
 Vérification et changement des réglages des protections selon la demande.

Figure 3:direction provinciale de SETTAT

17
III. FICHE D’IDENTIFICATION :
Nom : Office National d’Electricité.
Création : 1963.
Forme juridique : établissement publique.
Siège social : CASABLANCA /MAROC.
Directeur général : Ali Fassi-Fihri.
Activité : électricité.
Produits : production d’électricité - transport – distribution.
Effectif : 9000.
Chiffre d’affaires : 18,29 Milliard de MAD.
Site web: www.one.org.ma.
IV. LES ACTIVITES D’OFFICE NATIONAL D’ELECTRICITE.
1. Production :
La production d’électricité consiste à la fabriquer par différents moyens :

 Centrales thermiques ;

 Centrales hydrauliques ;

 Centrales solaires ;

L’énergie électrique est produite par conversion de l’énergie primaire :

 Fossile : pétrole, charbon, gaz naturel ;


 Hydraulique : force du courant d’eau d’une rivière ;
 Renouvelable : vent, soleil.
2. Transport :
Le réseau de transport transporte l'énergie électrique des centres de production,
les centrales électriques, aux zones de consommation. Il est présent à deux échelles :
 À l’échelle nationale, via le réseau de grand transport et d'interconnexion.
 À l’échelle régionale et départementale, via le réseau de répartition.
3. Distribution :
Les Réseaux de Distribution sont alimentés directement à partir des Réseaux de
Répartition et exploité, entretenu et développé par l’Office National d’Électricité
(ONE), il permet de transporter l'énergie électrique à l’échelle locale, des centres de
distribution vers le client final : villes, entreprises, …, particuliers ; Grâce à des postes
de transformation, la HT (225 000 v ou 60 000 v) est abaissée en Moyenne Tension
(22 000 volts) ou Basse Tension (400 ou 230 volts).
18
4. Conclusion :
L’énergie électrique n’est pas consommée au lieu de sa production ; Elle est
donc : Produite, Transportée et distribuée aux consommateurs ;
Avant d’être transportée, la tension de l’alternateur subit une première
transformation, une élévation, à l’aide d’un transformateur élévateur (survolteur) ;
Cette élévation a pour but de réduire les pertes par effet Joule dans les lignes de
transport.
V. PRESENTATION DES CAHIERS DES CHARGES :
Le travail qui nous a été demandé de réaliser, pendant une période de
deux mois, est :
Étude descriptive de poste 225/60/22 KV SETTAT :
 Le poste 225/60/22 KV SETTAT ;
 Les services auxiliaires 380/220 V.
Étude d’une nouvelle installation basse tension du poste source SETTAT
poste 225/60/22 KV SETTAT :
 Bilan de puissance (dimensionnement des sources d’énergie basse tension
du poste) ;
 Canalisations ;
 Choix de la protection.
 Compensation de l’énergie réactive.

CHAPITRE 2 : Etude descriptive de poste HTA/HTB 


I. GENERALITES :
1. Structure nationale du réseau électrique :
Les générateurs des centrales électriques fournissent généralement une tension
comprise entre 5 et 20 kV. Cette tension est élevée à une valeur de 225 kV afin
d’être transportée vers les centrales de répartition (dispatching) puis vers les lieux
d’utilisation par les réseaux de transport et de distribution de l’énergie électrique
(voir figure 4), et pour Les niveaux de tension conformément aux normes
internationales (voir figure 5) :

Figure 4 : structure nationale du réseau électrique

19
2. Le concept du réseau électrique de transport et d’interconnexion  :

Les importantes fonctions des réseaux électriques sont d’assurer le transit


de la puissance produite par les moyens de production vers les différents
utilisateurs, tout en prenant les dispositions adéquates et vigilantes qu’aucun
incidents, avaries ou disfonctionnement sur les unités de production ou les
lignes de transport ne puissent influencer sur la continuité d’alimentation de ces
utilisateurs, associé avec une gestion réglementaire déployée et fixée afin de
rechercher l’optimum entre sécurité et coût.
3. Le concept du réseau électrique de répartition  :
Ce réseau a pour rôle de répartir, au niveau régional, l’énergie issue du
réseau de transport. Il est composé, en grande partie, de lignes aériennes dont
chacune peut transiter plus de 100 MVA sur des distances de quelques dizaines
de kilomètres. Leur structure est soit en boucle fermée, soit en boucle ouverte,
mais peut aussi se terminer en antenne au niveau de certains postes de
transformations. Ils alimentent d’une part les réseaux de distribution à travers
les postes de transformation HTB/HTA et d’autres part les utilisateurs
industriels les plus importants.
4. Le concept du Poste électrique HTB/HTA :
Le réseau électrique est un système dont le poste constitue un élément
majeur dans la mesure où c’est le nœud ce qui implique la raison d’être planifier
par sa configuration topologique, surveillé par son rôle spécifique de monitoring
et protégé par réalisation concrète et ordonnée des protections. Pour les postes
électriques on discerne trois types de technologie
a. Le poste ouvert :
Mise en œuvre d’équipements HT séparés ; montés à l’air libre qui joue le
rôle de diélectrique. Cette technologie est notamment utilisée en extérieur.
b. Le poste blindé :
Les équipements HT sont installés dans des enveloppes étanches utilisant
le gaz SF6, comme diélectrique. L’installation peut aussi bien être réalisée en
intérieur qu’en extérieur.
c. La cellule préfabriquée :
Mise en œuvre de matériel compact installé dans une armoire métallique,
l’installation se fait principalement en intérieur. Les postes utilisant cette
technologie sont nommés “postes préfabriqués ». Ce sont majoritairement les
postes MT.
II. DESCRIPTION DU POSTE 225/60/22 KV DE SETTAT :
Le poste 225/60/22 KV de Settat est un poste d’interconnexion et de
transformation du type extérieur, situé à environ 6Km de la ville de Settat sur la
route secondaire reliant la ville de Settat à celle de Ben Ahmed. Il a une
20
configuration double jeux de barre avec travée de couplage pour le poste 225 KV
comme pour le poste 60 KV.

Il est réalisé totalement en technologie numérique pour la partie


protection, contrôle et commande et la supervision du poste par protocole
standard d’échange d’information entre le poste et le dispatching national.
Il est raccordé au réseau national par la structure suivante (voir figure 6).

Au réseau 22 KV par les départs 22 KV :

 Quartier industriel

 Sidi Abdelkrim

 ENCG

 Centre EST

 Quartier
administratif

 Moualine el oued

 Riah

21
Figure 6: Poste de Settat réseaux d'interconnexion 225/60 KV

22
1. Schéma unifilaire de POSTE 225/60/22 KV SETTAT :

Figure 7 : schéma unifilaire du poste source SETTAT

23
2. Partie THT-HT-MT :
a. Départ 225 KV :
Il y a trois travées départ 225 KV ; Chaque module de travée du départ 225 KV
comprend :

 3 diviseurs de tension capacitifs 245 KV. 220000v/ √3/ .100v/√3 ;

 2 circuits bouchons sur phase 4 et 8 ;

 2 ensembles de protection HF comprend 2 bobines de drainage et 2


adaptateurs d’impédance installés sur les phases 4 et 8.

 1 sectionneur tripolaire 245 KV à commande électrique avec MALT.

 1 disjoncteur tripolaire 245 KV à commande électrique.

 3 transformateurs de courant 245 KV.

 2 sectionneurs pantographes unipolaires 245 KV.2000A


Jeu de barres 225 KV :

 2 jeux de barres 225 KV en tube AGS de 160/145mm de diamètre.


 2 transformateurs de tension 245 KV.

Deux travée transformateur 225/60/11 KV : 100MVA chaque travée comprend :

 2 sectionneurs pantographes unipolaires 225KV.


 1disjoncteur tripolaire de 245 KV a commandé électrique.
 1disjoncteur tripolaire 2000A a 72 ,5KV à commande électrique
 2 sectionneurs pantographes tripolaires 72.5KV à commande électrique
 1 sectionneur de neutre 72.5KV
 3 combinés de mesures 72.5KV
 1 TSA de 160KVA
 1 TT 11KV
 1 sectionneur11KV avec fusible
 6 Parafoudres Alsthom type SDC_N4
 3 transformateurs de courant
 Les TC tore du neutre 225 KV et 60 KV
 Les chaines d’isolateurs à 2*18 éléments avec accessoires

Une travée de couplage 225 KV :

 3 transformateurs de courant 245 KV 1000-2000/1

 2 sectionneurs Pantographe à commande électrique unipolaires 245 kV type


Rotatif 2 colonnes 2000A

24
 D’un disjoncteur tripolaire 245 kV à commande électrique, phase par phase
2500 A
b. Départs 60 KV :
Le poste de SETTAT contient six travées départs 60 KV ; Chaque travée est
constituée de :

 Un circuit bouchon installé sur la phase 4 ;


 De trois combinés de mesures 72,5 KV;
 Un sectionneur tripolaire 2000 A 72.5 kV type 1 colonne à
commande manuelle avec Malt ;
 Un disjoncteur tripolaire 2000 A à 72,5 kV à commande électrique utilisant la
gaz SF6 pour l’étouffement de l’arc ;
 Deux sectionneurs pantographe à commande électrique tripolaire.

Deux jeux de barres 60 KV AGS 100/90mm, chaque jeu de barres comprend :

 Des isolateurs support 72,5 KV ;


 Deux transformateurs de tension inductif 72,5 KV.

Une travée de couplage 60 KV, Elle est composée de :

 3 combinés de mesures 72,5 KV ;


 2 sectionneurs tripolaires 72,5 kV type pantographe à commande électrique
2000A ;
 1 disjoncteur tripolaire 72,5 kV 2000 A à commande électrique tripolaire.

Deux transformateurs 60/22KV de 20 MVA.

3. Bâtiment de commande :

Ce bâtiment est constitué de plusieurs locaux :


 Local des Batteries : contient les batteries 127 Vcc et 48 Vcc ;
 Local Services Auxiliaires (SA) : contient les armoires d’alimentation
alternatives et continues, permutations, armoires chargeurs, armoire UPS
et armoire éclairage et prises ;
 Bâtiment de Contrôle commande : Contient les équipements du contrôle
commande du poste ;
 Local Intérimaires : logement de l’agent du poste.

a. Cabine de relayage N°1, 2 et 3 :

Elles contiennent les installations basse tension qui permettent


l’alimentation et le contrôle des équipements THT, HT et MT qui
25
entourent ces cabines, à savoir : alimentation des moteurs des disjoncteurs
et des sectionneurs, relais de protection, éclairages, chauffages des
armoires, pompes d’huile, régleur en charge, etc.
b. Local TSA :
Il contient le transformateur des services auxiliaires et la cellule
moyenne tension pour le raccordement de ce transformateur au tertiaire
du transformateur THT/MT.
La Cabine du Transformateur des services auxiliaires (TSA) ; Ils
sont constitués en particulier :
 2 cellules interrupteur « sectionneur-disjoncteur BT » ;
 2 cellules départ TSA protégées par interrupteurs- fusibles combinés ;
 2 TSA 11 KV/BT de 160 KVA (marque ALSTHOM) ;
 1 TSA 22KV/BT de 160KVA (marque ALSTHOM installé dans le
bâtiment 22KV).
c. Local GE :
Il contient le groupe électrogène et L'équipement de commande et
de contrôle nécessaire au fonctionnement du groupe.
d. Local Incendie :
Il englobe l’installation de détection d’incendie et le système
d’extinction.

4. Les services auxiliaires 380/220 V CA :


a. Définition des services auxiliaires :
Les services auxiliaires du poste assurent la distribution et la
production des différentes formes d'énergie (courant continu ou courant
alternatif), dont il est nécessaire de disposer, afin de garantir le bon
fonctionnement de l'appareillage haute tension.
Les services à assurer sont relatifs à l'alimentation des :
 Moteurs des disjoncteurs.
 Circuits de chauffage des coffrets et armoires du matériel extérieur et
des locaux.
 Équipements de protection et de contrôle.
 Équipements de télécommunications.
 Redresseurs (charge des batteries).
 Circuits d'éclairage des installations extérieures et des bâtiments.
b. Description des Services Auxiliaires :
La constitution des services auxiliaires du poste SETTAT est donnée
par le schéma suivant (voir figure 8).
26
Ces services auxiliaires comprennent :
 Les services auxiliaires alternatif : réseau ;
 Les services auxiliaires alternatifs : secourus ;
 Les services auxiliaires 127 Vcc et 48 Vcc : continu.

Figure 8 :Les services auxiliaires du poste de SETTAT

c. Services auxiliaires existent dans le poste Settat :


Ils sont conçus pour assurer l’alimentation permanente en courant
alternatif des équipements BT.
Ils comportent :
 Un groupe électrogène ;
 Deux TSA de 160 KVA chacun ;
 Une armoire permutation automatique TSA ;
 Une armoire permutation automatique “Normal- secours“ ;
 Un inverseur manuel pour alimentation forcée ;
 Deux TSA de 160 KVA chacun ;
 Une armoire SA normal ;
 Une armoire SA secouru.

27
d. Groupe électrogène :
Le poste dispose d’un groupe électrogène qui se met en fonction
automatiquement en cas d’interruption de la distribution électrique de
l’asservie par les TSA ou en cas de dépassement des limites de tension 60KV
permises. Ce groupe électrogène assure l’alimentation de l’armoire des
services auxiliaires secourus.
e. Fonction Normal – Secourus :
En cas de perte de tension d’alimentation, cette fonction permet le
transfert automatique de la source “normale“ à la source “secourus“ et
réciproquement le retour sur alimentation normale au rétablissement de la
tension.
La fonction Normal – Secourus est composée de deux unités
fonctionnelles IS équipées de commandes CM PVN, d’un relais de détection,
d’un relayage auxiliaire pour l’automatisme, d’une alimentation auxiliaire 127
V/ 230 V.
f. Les services auxiliaires 127,48 V CC :
 Constitution des installations en équipements courant
continue :
 Les cabines de relayage CR 225 KV n°1,2 ; 3 ; 5.6 Sont équipés
chaque une d’un redresseur127V de 100A qui alimente en même
temps une batterie de 375Ah.
 Les CR 60 KV n°7, 8,9et10 sont équipées chacune d’un redresseur
de 60A qui alimente en même temps une batterie de 375Ah.
 Le bâtiment de commande est équipé de deux redresseurs127V de
160 A chacun et un redresseur 48V de 80A alimentant
respectivement une batterie 127V, une de 320 Ah et l’autre de 375Ah
une batterie de 48V de 320Ah.
 Le courant continu du bâtiment de commande sert à alimenter :
 la tranche générale
 Les passerelles
 L’onduleur UPS
 La salle de communication
 Les bâtiments 22KV
 Les secours des cabines de relayage.

III. LES EQUIPEMENTS DU POSTE SOURCE SETTAT :


1. Partie puissance :

28
a. Transformateur 225/60/11 KV de 100 MVA :
Le transformateur est un élément statique qui transfère de l'énergie
électrique entre deux circuits grâce à l'induction électromagnétique. Les deux
circuits sont donc séparés électriquement, galvaniquement, mais couplés
magnétiquement.
Ce transformateur constitue des Traversée pour THT-N directement à la
terre, Traversée pour HT-N à la terre via sect NT, Pompe de circulation d’huile,
des Equipements divers (Vannes, dispositif de vidange d’huile, trou de
thermomètre, robinet de la purge des radiateurs), … , etc.
Voir la photo ci-dessous (figure 9).

Figure 9 : photo du transformateur de puissance poste source SETTAT

29
b. Transformateur de tension (TT) :

Selon la définition donnée par la C.E.I, un


transformateur de tension ou potentiel est un «
transformateur de mesure dans lequel la tension
secondaire est, dans les conditions normales
d'emploi, pratiquement proportionnelle à la tension
primaire et déphasée par rapport à celle-ci d'un angle
voisin de zéro, pour un sens approprié des
connexions ». On utilise aussi le terme
transformateur de potentiel (TP).
Les transformateurs de tension sont utilisés sur
les lignes à haute tension pour alimenter des
appareils de mesure (voltmètre, wattmètre, etc.) ou
de protection (relais). Ils servent à isoler ces appareils
de la haute tension et à les alimenter à des tensions
appropriées. Le rapport de transformation est choisi
de façon que la tension secondaire soit d’une centaine
de volts.
Le primaire des transformateurs de tension est
branché en parallèle avec le circuit dont on veut
connaître la tension. Leur construction diffère très
peu de celle des transformateurs conventionnels.
Cependant, leur puissance nominale est Figure 10  : Transformateur de tension
généralement faible (inférieure à 500 VA) de sorte
que le volume de l’isolation dépasse souvent celui du cuivre et de l’acier utilisé.
Même si le secondaire paraît isolé du primaire, la capacitance distribuée
entre les enroulements effectue une connexion invisible qui peut mettre le
secondaire à un potentiel très élevé par rapport au sol si ce dernier n’est pas
raccordé à la masse.
c. Transformateur de courant (TC) :
Les transformateurs de courant sont
utilisés pour ramener à une valeur facilement
mesurable les courants intenses des lignes à
haute ou à basse tension. Ils servent
également à isoler les appareils de mesure ou
de protection des lignes à haute tension. Le
primaire de ces transformateurs est monté en
série avec la ligne dont on veut mesurer
l’intensité. Leur puissance est faible, de l’ordre
de 15 à 200 VA. Le courant nominal
secondaire est généralement compris entre 1
et 5 A. Figure 11 : transformateur de courant

d. Jeu de barre :

30
Un jeu de barres désigne un conducteur de cuivre ou d'aluminium qui
conduit de l'électricité dans un tableau électrique, à l'intérieur de l'appareillage
électrique ou dans un poste électrique.
Le terme officiel est barre omnibus, mais il n'est guère employé. Selon la
définition donnée par la CEI, il s'agit d'« un conducteur de faible impédance
auquel peuvent être reliés plusieurs circuits électriques en des points séparés ».
Un jeu de barres peut être supporté par des isolateurs ou bien
complètement enrobé d'isolant électrique. On doit protéger les jeux de barres
d'un contact accidentel soit en les plaçant dans une enceinte métallique fermée,

Figure 12 : jeu de barre du poste SETTAT

soit en les plaçant à une hauteur hors d'atteinte.


2. Partie protection :
a. Disjoncteur GL314 245KV à SF6 :
Le disjoncteur GL314 est un disjoncteur à
coupure auto pneumatique à SF6 ; Il se compose de
trois pôles actionnés respectivement par trois
commandes à ressort (voir figure).
Chaque pôle est constitué de trois éléments
principaux : Une chambre de coupure, Une
colonne- support et Un carter du mécanisme.
Il est doté d’un système de surveillance
permanente du SF6 à l’aide d’un densimètre à
contacts.
Figure 13 : Pole disjoncteur 245 KV GL314
b. Sectionneur tripolaire :

31
Ce sont des sectionneurs à coupure latérale avec trois supports isolants
par pôle (isolateurs de support ou colonnes isolantes) voir figure 14. Le
mouvement de rotation du dispositif de manœuvre est transformé par le système
mécanique simple en un mouvement composé : une rotation du bras mobile sur
le plan horizontal suivi d’une fermeture à sec. Le mouvement coulissant à la
fermeture des contacts permet de réaliser un contact autonettoyant et auto
serrant assurant une performance optimale lors des sollicitations dues aux
courants de court-circuit.
La commande du sectionneur est réalisée par le moteur de la série CS dont
la partie principale est le réducteur, irréversible et à freinage automatique. Il est
doté d’une manivelle pour la manœuvre de secours manuelle qui entraine le
verrouillage électrique de la commande local lorsqu’elle est utilisée. Ce
verrouillage est cadenassable. La manœuvre de la tige des couteaux de terre a un
verrouillage en position ‘OUVERT-FERME’ qui est cadenassable.

Figure 14 : sectionneur tripolaire 245 KV du poste SETTAT

c. Sectionneur pantographe :
C’est un sectionneur tripolaire à pôles non
tringlés et d’un montage trapèze sur barre ;
Chaque pôle est constitué :
 D’un châssis inférieur surmonté d’une
colonne isolante supportant l’appareil ;
 D’une colonne de manœuvre, isolante,
rotative sur 180°C transmettant le
mouvement de l’organe de manœuvre au
mécanisme de l’appareil par
l’intermédiaire d’un plateau
d’accouplement faisant cadran ;

32
 D’un embiellage de commande, un ressort d’équilibrage et des pare-
effluves ;
 D’un système pantographe en X à 8 bras, en tube d’alliage d’aluminium
avec pare-effluves ;
Figure 15 : sectionneur pantographe
 Un trapèze avec un dispositif de
communication permettant la coupure de
courant de transfert de barres fixé sur la ligne, complète le dispositif.
d. Parafoudre :
Le parafoudre est donc un appareil destiné à
protéger le matériel électrique contre les surtensions
transitoires élevées et à limiter la durée et souvent
l'amplitude du courant de fuites. Il existe trois
parafoudres réservés pour les différentes phases
arrivant dans le poste. Ces parafoudres sont
constitués d’une partie isolante donc l’isolation
dépend du niveau de tension et une autre partie
métallique qui est reliée à la terre.
Il est nécessaire, en revanche, d'utiliser des
parafoudres dès que l'on veut réduire l'isolement des
matériels, renforcer leur protection vis-à-vis des
surtensions ou améliorer la qualité du service. Ces Figure 16 : parafoudre du poste SETTAT
dispositifs présentent de meilleures
caractéristiques de protection, moyennant toutefois un coût plus élevé.
e. Eclateurs
L'éclateur est encore utilisé sur les
réseaux de distribution et de transport
d'électricité, partout où l'isolation des
matériels à protéger est compatible avec la
protection fournie par les éclateurs, c'est-à-
dire lorsqu'il s'agit d'isolation dans l'air ou de Figure 17 : éclateur du poste Settat
matériels pour lesquels il n'est pas
économiquement intéressant de rechercher de très bas niveaux d'isolement :
matériels à moyenne tension HTA (22 kV) et certains matériels à haute tension
HTB tels que, par exemple, les réducteurs de
mesure.
3. Partie communication :
 Circuit bouchon :
L’office national d’électricité utilise une
technique pour la communication entre Le
réseau national par un circuit bouchon ; En effet,
les lignes de transport électrique ne sont pas que
porteuse de puissance, mais aussi de signaux de
commande (130 kHz) et de systèmes de téléphonie,
33
tous ces équipements d’un poste et tournant autour de la grande fonction de protection,
ont besoin de maintenance pour assurer une efficacité de leur rôle.
Pour empêcher les fréquences de télécommande de remonter dans
l'interconnexion, on dispose un circuit bouchon au point de connexion. Le circuit est
constitué par : un condensateur (C) et une inductance (L), qui sont montés en parallèle.
Ces éléments sont dimensionnés pour supporter le courant nominal I n et le courant de
court-circuit Icc du réseau. Le tout crée une résonance pour une bande passante qui
assure la communication entre les différents postes tout en servant aussi de
télécommande, et de télémesure. Figure 18 : circuit bouchon
IV. CONCLUSION :
Dans cette partie nous avons fait une étude descriptive du poste source
SETTAT, tout en respectant les données de cahier des charges posé par l’ONE.

CHAPITRE 3 : Dimensionnement d’une nouvelle installation électrique BT


des services auxiliaires.

I. INTRODUCTION
Dans cette partie, en se basant sur la méthodologie décrite par les normes
recommandées pour le dimensionnement de chaque équipement, nous allons tout
d’abord commencé par dimensionner les différentes sources d’alimentation :
 Elaborer le bilan de puissance de l’installation ;
 Dimensionner le transformateur des services auxiliaires ;
 Dimensionner le groupe électrogène ;
Ensuite nous sommes passés au dimensionnement des canalisations :
 Choisir le régime du neutre ;

34
 Calculer les sections des câbles ;
 Choisir le matériel de protection ;
 Vérifier les résultats par CANECO BT.
II. SCHEMAS DE L’INSTALLATION ELECTRIQUE BT :
1. Schéma synoptique :
L’installation BT partie alternatif

Figure 19 : schéma de l'installation BT partie alternatif

2. Schéma unifilaire de l’installation électrique BT du SA :


L’ANNEXE A donné le schéma unifilaire des services auxiliaires détaillé
du poste 225/60/22 kV, élaboré à l’aide du logiciel Office.
III. CHOIX DU REGIME DU NEUTRE
1. Introduction :
Actuellement, les trois schémas de liaison à la terre, longtemps appelés
régimes du neutre tels que définis par la norme NF C 15-100 [5], sont : TN, TT,
IT ces trois schémas ont une même finalité en termes de protection des
personnes et des biens.
La maîtrise des effets des défauts d’isolement. Ils sont considérés comme
équivalents sur le plan de la sécurité des personnes contre les contacts indirects.
Il n’en est pas nécessairement de même pour la sûreté de l’installation électrique
35
BT en ce qui concerne ; La disponibilité de l’énergie et la maintenance de
l’installation.
2. Critères de choix du régime du neutre :
Les trois SLT mondialement utilisés et normalisés par la CEI ont pour
objectif commun la recherche de la meilleure sûreté. Sur le plan de la protection
des personnes, les trois régimes sont équivalents si l’on respecte toutes les règles
d’installation et d’exploitation. Étant donné les caractéristiques de chaque
régime, il ne peut donc être question de faire un choix à priori. Ce choix doit
résulter d’une concertation entre l’utilisateur et le concepteur du réseau sur :

 Les caractéristiques de l’installation,

 Les conditions d’exploitation.


D’abord, il ne faut pas oublier que les trois SLT peuvent coexister
dans une même installation électrique, ce qui est une garantie pour obtenir la
meilleure réponse aux besoins de sécurité et de disponibilité. Ensuite s’assurer
que le choix n’est pas recommandé ou imposé par les normes. Puis dialoguer
avec l’utilisateur pour connaître ses exigences et ses moyens. En résumé,
plusieurs paramètres conditionnent le choix du SLT. En effet, c’est le croisement
des impératifs réglementaires, de continuité de service, de continuité
d’exploitation et de nature du réseau et des récepteurs qui détermine le ou
les types de schémas les plus judicieux.
Dans certains cas, ce sont les textes réglementaires qui imposent le
SLT. Sinon, l’utilisateur est libre de choisir, la définition du SLT ne pourra
résulter que d’une concertation entre lui-même et le concepteur du réseau. Elle
portera :

 En premier lieu, sur les impératifs d’exploitation (continuité de service


impérative ou non) et sur les conditions d’exploitation (entretien assuré
par un personnel) ;

 En second lieu, sur les caractéristiques particulières du réseau et des


récepteurs.
3. Choix du schéma de liaison à la terre :
Les critères du choix dépendent de plusieurs aspects :

 Aspects techniques (fonction du réseau électrique, surtensions, courant


de défaut)

 Exploitation (continuité de service, maintenance)

 Sécurité économiques (coûts d’investissements, d’exploitation)


En particulier, il faut réaliser un compromis entre deux considérations
techniques importantes :

36
 Réduction du niveau des surtensions.

 Réduction du courant de défaut à la terre ;


Un courant de défaut trop élevé entraîne toute une série de conséquences :

 Dégâts par l’arc au point de défaut; en particulier, fusion des circuits


magnétiques des machines tournantes.

 Tenue thermique des écrans de câble.

 Dimensions et coût de la résistance de mise à la terre.

 Induction dans les circuits de télécommunications voisins.

 Danger pour les personnes, par élévation du potentiel des masses.


Ainsi, d’après la comparaison des différents régimes du neutre, et en
concertation avec le maitre d’ouvrage, nous avons décidé d’adopter le régime du
neutre TN. Comme notre réseau électrique est étendu et contient des câbles en
cuivre dont la section est supérieure à 10 mm², la norme nous impose de
prendre un régime TN-S. Pour les départs de longueurs importantes nous
avons renforcé la protection par des disjoncteurs différentiels résiduels DDR
et/ou par l’augmentation de section des câbles.
IV. BILAN DE PUISSANCE :
1. Introduction :
Le bilan de puissance est nécessaire à l'établissement des flux d'énergie active
et réactive en régime permanent pour toutes les parties de l'installation. Il
permet de dimensionner les sources d'énergie, les systèmes de compensation
d’énergie réactive, les équipements, et les canalisations électriques. Le bilan de
puissance est établi à partir des puissances assignées des récepteurs en leur
appliquant, si nécessaire, des facteurs d'utilisation et de simultanéité.

 Le facteur d'utilisation (inferieur ou égale à 1) caractérise le fait qu'un récepteur


donné absorbe en régime normal une puissance inférieure à sa puissance nominale,
l'application d'un facteur inférieur à 1 nécessite la connaissance exacte des
conditions d'utilisation des récepteurs.

Type de récepteur Ku
Chauffage ou éclairage 1
Prises de courant 1
Moteur électrique 0,75

Tableau 1: facteur d'utilisation Ku

 Coefficient de simultanéité Ks : Il traduit le fait qu’un ensemble de récepteurs


ne soit pas utilisé en même temps. La détermination du facteur de simultanéité
(inferieur ou égale à 1) implique la connaissance approfondie des conditions de
fonctionnement et d'exploitation de l'installation.

37
 Cas général :

Utilisation Ks
Eclairage 0,9
Chauffage 0,8
Prise de courant 0,1+(0,9/n)
Moteur 0,75/0,60
Tableau 2: coefficient de simultanéité dans le cas général UTE-C 15-105

 Cas des armoires de distribution :

Nombre de circuit Ks
2 et 3 0,9
3 et 5 0,8
4 et 9 0,7
10 et plus 0,6
Tableau 3: coefficient de simultanéité dans cas des armoires de distribution

 Coefficient de réserve Ke : Ce facteur peut s’appliquer à tout ou une partie de


l’installation et représente les extensions futures qui pourront être faites sans modification
de l’installation. On prendre on générale 1.25.
L’intensité totale fournie par le réseau : I=S/(U*√(3 )) avec S la puissance apparente
appelée.

2. Dimensionnement du TSA :
Méthode de calcul : 
Pour dimensionner le transformateur des services auxiliaires, il faut
déterminer la puissance apparente nominale, ce qui revient à :
 Déterminer la puissance absorbée de chaque récepteur alimenté par le
TSA.
 Calculer la puissance d’utilisation de chaque récepteur, avec Ku le facteur
d’utilisation qui s’applique à un récepteur qui n’absorbe pas la totalité de
la puissance nominale :
- Les moteurs sont utilisés en général à 75% de leurs charges donc
Ku=0.75.
- L’éclairage Ku=1, car une lampe est utilisée à 100% de sa puissance
nominale.
 Multiplier la puissance d'utilisation des récepteurs par le facteur Ks
Tableau des résultats :

38
Le tableau 4 et 5, représente un récapitulatif de calcul effectué pour
trouver la Bilan de puissance pour le bâtiment de commande, pour les cabines de
relayage vous trouvez leurs tableaux dans : ANNEXE B.

Tableau 5:résultat du bilan de puissance

Remarque :
 Un facteur de simultanéité Ks=0,6 a était appliqué à l’ensemble des
charges, vu que les récepteurs ne fonctionnent pas en même temps.
 L’extension du poste est prise en considération, pour cela nous avons
appliqué un facteur d’extension Ke de 1,08.

Après avoir fait un calcul de toutes les puissances consommées par les
différents récepteurs, nous constatons que le transformateur (TSA) doit
fournir une puissance de 200 kVa.
3. Dimensionnement du GE :
Méthode de calcul :
39

Tableau 4 : Bilan de puissance du bâtiment de commande


Le groupe électrogène est utilisé pour alimenter les installations sensibles
en cas de perte de la source normale. Sa puissance sera calculée suivant la même
méthodologie suivie dans le calcul de la puissance du TSA dans le paragraphe
précédent.
Pour dimensionner le groupe électrogène, il faut déterminer la puissance
apparente nominale secouru, ce qui revient à :
 Déterminer la puissance absorbée de chaque récepteur alimenté par le GE.
 Calculer la puissance d’utilisation de chaque récepteur, avec Ku le facteur
d’utilisation qui s’applique à un récepteur qui n’absorbe pas la totalité de la
puissance nominale :
- Les moteurs sont utilisés en général à 75% de leurs charges donc Ku=0.75.
- L’éclairage Ku=1, car une lampe est utilisée à 100% de sa puissance
nominale.
 Multiplier la puissance d'utilisation des récepteurs par Ks.

Tableau de résultat :
Le tableau 6, représente un récapitulatif de calcul effectué pour trouver la
Bilan de puissance pour le bâtiment de commande, pour les cabines de relayage
vous trouvez leurs tableaux dans : ANNEXE B.
Pour assurer le bon fonctionnement et assurer l’alimentation des
services auxiliaires secourus, le groupe électrogène doit avoir une
puissance de 47 kVA, qui est une valeur inférieure à celle de 70 kVA
précisée dans le cahier des charges.
V.

Tableau 6 : résultats du bilan de GE

CALCUL MANUEL DES SECTIONS DES CABLES BT :

1. Introduction :
En conformité avec les recommandations de la norme NF C 15-100, le choix de la
section des câbles doit satisfaire plusieurs conditions nécessaires à la sécurité de
l’installation, à savoir :

 Véhiculer le courant maximal d’emploi


 Ne pas générer des chutes de tension supérieures aux valeurs admissibles
(exigées par la norme).
 Supporter les contraintes thermiques en cas de défaut (court-circuit).

2. Logigramme de détermination de la section minimale :


40
Le logigramme résume le principe de la méthode de calcul de la section des
câbles (voir figure 20) :

Figure 20 : logigramme de determination de la section minimale

3. Détermination du courant maximal d'emploi et courant admissible :


Le courant maximal d'emploi Ib est défini selon la nature de l'installation
alimentée par la canalisation.
Dans le cas de l'alimentation individuelle d'un appareil, le courant Ib sera
égal au courant assigné de l'appareil alimenté. Par contre, si la canalisation
alimente plusieurs appareils, le courant Ib sera égal à la somme des courants
absorbés, en tenant compte des facteurs d'utilisation et de simultanéité de
l'installation.
 Calcul du courant Ib :

En courant alternatif monophasé En courant alternatif triphasé


S S
Ib= Ib=
U √ 3∗U

 Calcul du courant admissible Iz :


 Le Mode de pose détermine la valeur de K1 et la lettre de sélection. Ainsi,
indique-t-il les autres facteurs de correction correspondants.
 Connaissant ces facteurs qui dépendent de la température, mode de pose,
la nature du câble et le type d’isolant, nous en déduit leurs valeurs.

41
 Puis nous calculons le facteur de correction global K.
4. Vérification de la chute de tension :

La chute de tension doit être vérifiée entre l’origine de l’installation et


l’utilisation. Si la chute de tension est acceptable, la section normalisée sera donc
la section juste supérieure à la section trouvée, sinon, il faut augmenter la section
et revérifier la chute de tension jusqu’à l’obtention d’une chute de tension
conforme à la norme. Selon la norme NF C 15 100.

 Méthodologie de calcul :

La chute de tension sur une canalisation est calculée par la formule :

ρ 100
En triphasé ∆ U ( % )= √3∗Ib∗L∗ [ S
cos φ+ λ sin φ ]U

ρ 100
En monophasé ∆ V ( % )=2∗Ib∗L∗
[ S
cos φ+ λ sin φ
]U

Avec : L : longueur du conducteur en Km.


Ib : courant d’emploi en A.
ρ : la résistivité du conducteur en Ω.mm2/Km.
S : la section du conducteur en mm2.
λ : la réactance linéique du conducteur en Ω/Km.
U :la tension nominale entre phases.
V :la tension entre phase et notre.
Les normes imposent que la chute entre l’origine de l’installation BT et tout
point d’utilisation n’excède pas les valeurs du tableau suivant :
Les chutes de tension admissibles en courant alternatif
Eclairage Autre usage
Alimentation par poste HTA/BT 6% 8%
Tableau 7 : chutes de tension admissibles

5. Exemple de calcul :
Afin d’illustrer la méthodologie de calcul adopté, on se limitera sur un seul
départ, du fait que le principe de calcul est le même pour tous les départs.
Prenons comme exemple la canalisation entre le TSA et le jeu de barre 380 Vac.
 La puissance d’utilisation est Su = 200 kVA.
 La tension nominale U = 380 V
200∗1000
 Le courant d’emploi IB ¿ = 303A
√ 3∗380
 Le courant nominal : on prend la valeur normalisée juste supérieure,
la protection est faite par disjoncteur, alors In = 310A.

 Détermination des coefficients de correction k voire l’ANNEXE G :

42
 D’après le cahier des charges, les câbles sont :
 Multiconducteurs, isolants PRC et avec une température de 45°C ;
 Conduits encastrés dans des matériaux thermiquement isolants

Avec une lettre de sélection B et une conduits encastrés dans des
matériaux thermiquement isolants : k1=0, 77 ;
 Avec une température de 45°C : K2= 0, 87 (pour un isolant PRC)
 Avec une lettre de sélection B et un nombre de circuit égale 1 : k3=1.
 Donc on obtient :

K In(A) Iz(A) Sph(mm2) Sn(mm2)


0,66 310 469 300 300

 Vérification de la chute de tension:


23 100
∆ U ( % )= √3∗310∗0,04∗ [ 300
∗0,8+ 0,08∗0,6
380 ]
=0,61%

La chute de tension est acceptable, donc la section normalisée choisie est la


section minimale déjà calculée S=300 mm2.
6. Résultat de calcul :
Le tableau 8, représente un récapitulatif de calcul effectué pour trouver la section de
câble minimale pour le bâtiment de commande, pour les cabines de relayage de vous
trouver leurs tableaux dans l’ANNAXE C.

k1 k2 k3
40,00 30,50 0,80 63,00 0,77 1,00 0,87 94,04 25,00 0,42
Bdc 2 45,00 28,63 0,80 63,00 0,77 1,00 0,87 94,04 25,00 0,45
Bdc 3 16,00 54,87 0,80 63,00 0,77 1,00 0,87 94,04 25,00 0,30
Bdc 4 40,00 26,56 0,80 63,00 0,77 1,00 0,87 94,04 25,00 0,37
Bdc 5 45,00 25,42 0,80 63,00 0,77 1,00 0,87 94,04 25,00 0,40
Bdc 6 16,00 24,95 0,80 63,00 0,77 1,00 0,87 94,04 25,00 0,14
Bdc 4 30,00 4,75 0,80 5,00 0,77 1,00 0,87 7,46 1,50 0,77
Bdc 5 45,00 32,04 0,80 32,00 0,77 1,00 0,87 47,77 6,00 1,98
Bdc 6 30,00 0,98 1,00 1,00 0,77 1,00 0,87 1,49 1,50 0,35
Bdc 7 20,00 4,75 0,80 6,00 0,77 1,00 0,87 8,96 1,50 0,53
Bdc 8 4,00 7,00 0,80 10,00 0,77 1,00 0,87 14,93 2,50 0,09
Bdc 9 10,00 0,65 1,00 1,00 0,77 1,00 0,87 1,49 1,50 0,08
Bdc 10 15,00 0,65 1,00 1,00 0,77 1,00 0,87 1,49 1,50 0,12
Bdc 11 35,00 7,00 0,80 10,00 0,77 1,00 0,87 14,93 2,00 1,02
Bdc 12 40,00 0,91 0,80 1,00 0,77 1,00 0,87 1,49 1,50 0,20
Bdc 13 48,00 0,65 1,00 1,00 0,77 1,00 0,87 1,49 1,50 0,38
Bdc 14 15,00 16,02 0,80 20,00 0,77 1,00 0,87 29,86 4,00 0,56
Bdc 15 8,00 0,65 1,00 1,00 0,77 1,00 0,87 1,49 1,50 0,06
Bdc 16 35,00 0,33 1,00 1,00 0,77 1,00 0,87 1,49 1,50 0,14
Bdc 17 15,00 0,45 0,80 1,00 0,77 1,00 0,87 1,49 1,50 0,04
Bdc 18 15,00 0,33 1,00 1,00 0,77 1,00 0,87 1,49 1,50 0,06
Bdc 19 40,00 0,65 1,00 1,00 0,77 1,00 0,87 1,49 1,50 0,35
Bdc 20 20,00 6,66 0,80 10,00 0,77 1,00 0,87 14,93 2,50 0,44
Bdc 21 30,00 0,65 1,00 1,00 0,77 1,00 0,87 1,49 1,50 0,11
Bdc 22 10,00 10,91 43 0,80 11,00 0,77 1,00 0,87 16,42 2,50 0,36
Bdc 23 10,00 10,91 0,80 11,00 0,77 1,00 0,87 16,42 2,50 0,36
Bdc 24 10,00 0,33 1,00 1,00 0,77 1,00 0,87 1,49 1,50 0,04
Bdc 25 22,00 2,84 0,80 5,00 0,77 1,00 0,87 7,46 1,50 0,38
Tableau 8 : résultats des sections des câbles
VI. ESTIMATION DU COURANT DE COURT-CIRCUIT  :

1. Présentation de la méthode d’impédances :


La détermination des valeurs de courant de court-circuit présumé en tous
points d’une installation est essentielle au choix des matériels (Pdc des
dispositifs de protection). Elle commence par l’estimation de cette valeur à
l’origine de l’installation, puis en n’importe quel point selon plusieurs méthodes
dont le choix dépend de l’importance de l’installation, des données disponibles,
du type de vérification à effectuer…
La méthode des impédances consiste à totaliser les résistances et
réactances des boucles de défaut depuis la source jusqu’au point considéré et à
en calculer l’impédance équivalente. Les différents courants de court-circuit et de
défaut sont alors déduits par l’application de la loi d’Ohm.
2. Méthode de calcul des courants de court-circuit  :
Nous nous intéresserons au calcul du courant de court-circuit maximal, ce
courant sera évalué par la méthode des impédances, puisque toutes les
caractéristiques de la boucle de défauts sont connues, y compris celles de la
source d’alimentation.
Le courant Icc est obtenu par l’application de la relation suivante :

U
Icc=
√ 3∗Zcc
Avec
Zcc : l’impédance par phase en amont du défaut.
U  : tension entre phase.

Le calcul de l’intensité de court-circuit se résume alors au calcul de


l’impédance Zcc, équivalente à toutes les impédances parcourues par Icc du
générateur jusqu’au point de défaut.

Zcc=√ ¿¿
∑ R  : Somme des résistances en série.
∑ X  : Somme des réactances en série.
 Détermination des diverses impédances de court-circuit :
 Impédance du réseau amont :

Dans la plupart des calculs, on ne remonte pas au-delà du point de


livraison de l’énergie. La connaissance du réseau amont se limite alors
généralement aux indications fournies par le distributeur, à savoir uniquement la
puissance de court-circuit Scc (en kVA). La résistance et la réactance équivalente
du réseau amont est :

ࢁ૛
Zaൌ ࢞ൌࢇࢆ െࢇࡾ
ࢉࢉࡿ 44
 Impédance interne du transformateur :
Cette impédance se calcule à partir de la tension de court-circuit Ucc
exprimée en % :

Transformateur

Zt Rt Xt

ࢉࢉࢁ૛ ࢁ ࢛ࢉࡼ‫ࢁכ‬૛
Ztൌ * Rtൌ Xtൌ࢚ࢆ െ
࢚ࡾ
૚૙૙ ࢔ࡿ ࢔ࡿ૛

Pcu = pertes cuivre du transformateur.


Sn = puissance apparente nominale du transformateur.
Ucc = tension de court-circuit du transformateur (exprimée en %).

 Impédance des liaisons :


L’impédance des liaisons ZL dépend de leur résistance, réactance
linéiques et de leur longueur. La résistance linéique RL des canalisations se
calcule par la formule suivante

ρ∗L
R= Et X =λ∗L
S

Avec :

λ=réactance linéique .
L = longueur du câble.
ρ = Résistivité.

3. Exemple de calcul :
On veut calculer la valeur du courant lors
d’un court-circuit au point B puis lors d’un court-
circuit au point C de l’installation.
Caractéristiques de l’installation :
 Réseau amont Scc = 250 MVA
 Transformateur 60/√ 3kV/380V, Sn= 200
kVa, Ucc=4%, Pcu = 2.5 kW
(U = 380V entre 2 phases au secondaire)
 Câble C1= 300 mm2 en cuivre L=3 mètres.

On calcule par la méthode des impédances la


valeur du courant de court-circuit Icc (C).

Application numérique :

 Réseau amont :

45
U2
Za¿ =0.577 et Ra = 0,15* Za = 0.086 mΩ donc Xa=√ Za−Ra=0.577mΩ
Scc

 Transformateur :

Zt¿0.577 et Rt = 9.025 mΩ donc Xt= √ Za−Ra= 27.34 mΩ

 Câble C1:

22.5∗40
Ra= =3 mΩ et Xa=0.08∗40=3.2mΩ
300

Donc le courant de court-circuit au point B est :


380
Icc ( B )= =7,47 k A
√3∗Z (B)
Et :au point C est :
380
Icc ( C )= =6 , 5 kA
√ 3∗Z (c )
4. Résultat de calcul :
Le tableau ci-dessous (tableau 9), présente le calcul de courant de court-
circuit du bâtiment de commande et pour les cabines de relayage, veuillez voir
(ANNEXE D).

Tableau 9 : Estimation du courant de court-circuit du BdC

VII. DIMENSIONNEMENT DES PROTECTIONS DE BT :


1. Choix des disjoncteurs :
46
Le rôle fondamental des protections d’un réseau électrique est d’assurer la
sécurité des personnes et des biens, ainsi que la continuité de service, c’est à dire
la permanence de l’alimentation des différents récepteurs.
Dans notre projet l’appareil de protection utilisé est le disjoncteur. Les
caractéristiques à prendre en compte dans le choix d’un disjoncteur sont le
courant d’utilisation dans les conditions normales, pouvoir de coupure (Pdc) qui
doit être supérieur au Icc et La courbe de déclenchement.
Nous rappelons les cinq types de courbes de déclenchement avec leurs cas
d’utilisation dans le tableau suivants (tableau 10) :
Courbe Déclenchement Utilisation
B Déclenchement : 3 à 5 In Protection des générateurs,
Des câbles de grande longueur
Et des personnes dans TN et IT
C Déclenchement :5 à 10 In Applications courantes
D Déclenchement : 10 à 14 In Protection des circuits à fort
Appel de courant
Z Déclenchement : 2,3 à 3,6 In Protection des circuits
Electroniques
MA Déclenchement : 12,5 In Protection des départs moteur
Tableau 10 : les courbes de déclenchements des disjoncteurs

2. Résultats de calcul :
Nous présentons ici le tableau du résultat de calcul pour le bâtiment de
commande, pour l’intégralité des tableaux de la protection, vous les trouverez
dans l’ANNEXE E.

Tableau 11 : choix des disjoncteurs du Bdc

3. La sélectivité :
47
a. définition

La sélectivité est une technique qui consiste à coordonner les protections de


manière à ce qu’un défaut sur un circuit ne fasse déclencher que la protection
placée en tête de ce circuit, évitant ainsi la mise hors service du reste de
l’installation. La sélectivité améliore la continuité de service et la sécurité de
l’installation
 Sélectivité ampèremétrique :
Une protection ampérométrique est disposée au départ de chaque tronçon
: son seuil est réglé à une valeur inférieure à la valeur de défaut minimal
provoqué par un court-circuit sur la section surveillée, et supérieure à la valeur
maximale du courant provoqué par un court-circuit situé en aval (au-delà de la
zone surveillée).
 Sélectivité chronométrique :
Sélectivité dans laquelle les protections sollicitées sont organisées pour
fonctionner de manière décalée dans le temps. La protection la plus proche de la
source a la temporisation la plus longue.
La différence des temps de fonctionnement ∆T entre deux protections
successives est l’intervalle de sélectivité.
b. Critères de sélectivité :
Dans le réseau basse tension le type de sélectivité à mettre en place est la
sélectivité ampérométrique renforcée en cas de besoin par une autre
chronométrique.
 Dans la zone des surcharges :
La sélectivité est assurée en surcharge si le temps de non-déclenchement
du disjoncteur amont D1 est supérieur au temps maximal de coupure du
disjoncteur D2. Cette condition est réalisée en pratique si le rapport :

 Dans la zone des court-circuites :


Dans ce cas, la protection est sélective si le rapport entre les seuils de
réglage magnétique :

c. Vérification de la sélectivité :
L’évaluation de la sélectivité entre disjoncteur amont et aval repose sur la
vérification des deux critères déjà cités. Nous présentons ici le tableau des
résultats de la sélectivité entre disjoncteur général basse tension et disjoncteurs
des circuits alternatifs du Bdc, pour l’ensemble des tableaux récapitulatifs vous
pouvez consulter l’ANNEXE F.

48
Bdc 1 63,00 6,35 7,94 vérifié vérifié
Bdc 2 63,00 6,35 7,94 vérifié vérifié
Bdc 3 63,00 6,35 7,94 vérifié vérifié
Bdc 4 63,00 6,35 7,94 vérifié vérifié
Bdc 5 63,00 6,35 7,94 vérifié vérifié
Bdc 6 63,00 6,35 7,94 vérifié vérifié
Bdc 7 5,00 80,00 17,86 vérifié vérifié
Bdc 8 32,00 12,50 17,86 vérifié vérifié
Bdc 9 1,00 400,00 6,67 vérifié vérifié
Bdc 10 6,00 66,67 6,67 vérifié vérifié
Bdc 11 10,00 40,00 4,00 vérifié vérifié
Bdc 12 1,00 400,00 6,67 vérifié vérifié
Bdc 13 1,00 400,00 6,67 vérifié vérifié
Bdc 14 10,00 40,00 4,00 vérifié vérifié
Bdc 15 1,00 400,00 6,67 vérifié vérifié
Bdc 16 1,00 400,00 6,67 vérifié vérifié
Bdc 17 20,00 20,00 2,50 vérifié vérifié
Bdc 18 1,00 400,00 6,67 vérifié vérifié
Bdc 19 1,00 400,00 6,56 vérifié vérifié
Bdc 20 1,00 400,00 6,45 vérifié vérifié
Bdc 21 1,00 400,00 6,35 vérifié vérifié
Bdc 22 1,00 400,00 6,25 vérifié vérifié
Bdc 23 10,00 40,00 6,67 vérifié vérifié

Bdc 25 11,00 36,36 4,00 vérifié vérifié

Bdc 27 1,00 400,00 6,67 vérifié vérifié


Bdc 28 5,00 80,00 4,00 vérifié vérifié

Tableau 12 : résultat de la sélectivité du Bdc

Comme le montre le tableau la sélectivité est bien vérifié entre


les disjoncteurs de bâtiment de commande.
VIII. VERIFICATION PAR CANECO BT :
1. Introduction :
CANECO BT, est un logiciel de calculs et schémas d’installation
électrique basse tension, il est considéré comme leader Européen dans ce
domaine.
En effet, Il détermine les canalisations ainsi que tout l’appareillage de
distribution d’après une base de données multi-fabricant. Il produit tous les
schémas et les documents nécessaires à la conception, réalisation, vérification de
l’installation.

2. Application aux canalisations BT du poste:


 Création de la source :
Après avoir choisi le transformateur de 200 kVA à partir du bilan
de puissance de l’installation, on a validé le choix à l’aide de CANECO BT
comme le montre la figure suivante :

49
 Création des circuits de distribution et circuits terminaux :

Figure 21 :création de la source avec CANECO BT

Comme déjà signalé, le schéma du réseau est très facile à réaliser par CANECO
BT grâce aux circuits électriques pré-dessinés proposés dans la bibliothèque des
modèles de circuit.
Alors pour créer les circuits de distributions et les circuits terminaux, il faut tout
d’abord définir le type des circuits de distribution et choisir les tableaux, et les
circuits terminaux (éclairage, prise de courant, moteur).

La figure suivante présente une partie du schéma unifilaire du réseau alternatif


établi sur le logiciel CANECO BT.

Figure 22 : partie du schéma unifilaire du réseau alternatif

50
Après avoir saisie, sur l’interface du logiciel, les différentes informations
relatives à l’installation à savoir : Caractéristiques de la source, puissances des
récepteurs, longueurs des câbles, modes pose, …, etc. Le logiciel nous livre un
ensemble de résultats concernant : les chutes de tension, les sections
minimales, les réglages des dispositifs de protection, en conformité avec la
norme NFC 15-100 en vigueur.

51
Ainsi, nous avons obtenu les comparaisons explicitées sur le tableau 13 :

Tableau 13  : comparaison les résultats des sections théorique avec les résultats du CANECO BT

Les résultats trouvés par CANECO-BT sont les mêmes trouvés théoriquement, ce qui
valide nos résultats de calcul.

IX. CONCLUSION :
Dans ce chapitre, nous avons établis un bilan de puissance, celui-ci nous a
permis de choisir le transformateur adéquat à installer et aussi le groupe électrogène
qui vont répondre aux besoins des différents récepteurs en termes d’énergie. Ensuite,
nous avons élaboré les calculs (section,∆ U % et Icc) du réseau électrique BT des
services auxiliaires par la méthode classique et à l’aide du logiciel de dimensionnent
CANECO BT.

CHAPITRE 4 : compensation de l’énergie réactive de


l’installation électrique BT.

52
I. COMPENSATION DE L’ENERGIE REACTIVE

1. Introduction :
La compensation de puissance réactive est indispensable pour une
correcte gestion technique et économique d’un système électrique en MT et BT.
Les bénéfices obtenus sont : Optimisation technique et Optimisation
économique.
Les réseaux électriques à courant alternatif fournissent deux formes d'énergie :
 L'énergie « active » Ea mesurée en kWh qui est transformée en énergie
mécanique (travail), chaleur, lumière, etc…
 L'énergie « réactive » Er mesurée en kVARh qui prend 2 formes :
L’une nécessaire et consommée par les circuits inductifs (transformateurs,
moteurs, etc.…), l’autre fournie par les circuits capacitifs (capacité des câbles,
batteries de condensateurs, etc.).
les équipements de compensation (condensateurs et batteries) permettent de
diminuer la consommation d’énergie réactive afin de réaliser des économies sur
les factures d’électricité et d’optimiser le dimensionnement des équipements
électriques.
2. Principe de la compensation :
Le diagramme de puissance ci-dessous représente le principe de la
compensation de l’énergie réactive :

Figure 23 : digramme de puissance

53
La puissance réactive Qc requise pour la compensation est calculée à
partir de la puissance active P et de la tan Φ mesurée sur l’installation :
Qc =P*(tan Φ1- tan Φ2)
3. Possibilités d’implantation :
La compensation de réactive peut être réalisée sur tout point d’une
installation. Chaque méthode où elle sera installée suivra une stratégie différente
pour obtenir l’amélioration du facteur de puissance.
a. Implémentation individuelle :
Compensation directe à la
machine à compenser ; il s’agit de la
solution technique la plus optimale pour
réduire directement la consommation de
réactive dans la charge. Son utilisation est
habituelle pour les pompes, les moteurs
ou les transformateurs.
Figure 24 : compensation individuelle
b. Implémentation par groupe :

54
Compensation pour groupes de charges dans des
installations où il existe une distribution sectorisée et large. Complément
d’appui pour un système de compensation centralisée globale,
augmentant la capacité de la ligne qui alimente le groupe de charge
compensées.

c.
Figure 25 :compensation par groupe

Implémentation globale :
Compensation connectée à
l’entrée générale de l’installation,
habituellement utilisée pour la
réduction de la facturation électrique pour surcharges par énergie réactive.
Figure 26 : compensation global centralisée

4. Compensation de l’énergie réactive du transformateur :


Lors de la définition d’une installation de compensation d’énergie
réactive, il est conseillé de prévoir un condensateur fixe correspondant à la
consommation réactive interne du transformateur chargé à 75 % Un
transformateur a besoin, pour assurer son fonctionnement, d’énergie réactive
interne nécessaire à la magnétisation de ses enroulements. Le tableau ci-
dessous donne, à titre indicatif, la valeur de la batterie fixe à installer :
Puissance nominale du Puissance kVAR à prévoir pour la
Transformateur en kVA consommation interne du
transformateur chargé à 75 %
200 9
250 11
315 15
400 20
Tableau 13 : puissances normalisées des batteries fixes NF C 54 – 100

II. INSTALLATION DES BATTERIES DE CONDENSATEURS :


1. Protection et raccordement des condensateurs :
a. Protection :
Il est indispensable de prévoir une protection externe au condensateur. Cette
protection sera réalisée soit :
Par un disjoncteur :
 Relais thermique, réglage entre 1,3 et 1,5 In,
 Relais magnétique réglage entre 5 et 10 In.
Par fusibles type GI calibre 1,5 à 2 In, (In = Intensité nominale du
condensateur).
55
b. Raccordement et dimensionnement des câbles  :
Les normes en vigueur des condensateurs sont établies pour que ceux-ci
supportent une surcharge permanente de 30 % en I nominale.
Ces normes autorisent également une tolérance maximale de +10 % sur la
capacité nominale. Les câbles devront donc être dimensionnés au minimum
pour : Icâble= 1,3 x 1,1 x Inominale (Inominale du condensateur); soit :

Icâble= 1,43 x Inominale


2. Dimensionnement manuel de la CRE :
Après avoir comparé entre les différentes implantations, nous avons opté
pour le choix de l’implantation par secteur vu ses avantages nombreux.
Compensation de l’énergie réactive du transformateur :
D’après le tableau 13, la batterie fixe de condensateurs à installer pour la
compensation de l’énergie réactive du transformateur a une énergie réactive :
Qc=9 kVAR.
Exemple de calcul de la Compensation de l’énergie réactive d’une
cabine de relayage (CR N°1):
Nous présentons ici la méthode de calcul pour CR N°1 Normale (non secouru) :
On a Pt =16 042 W Qt=8910 VAR St=18345 VA et Cos(Φ)=0,87
On veut obtenir après compensation un Cos(Φ)=0,95
Et on a Qc =Pt*(tan Φ1- tan Φ2) =K*Pt on peut déterminer K à partir du tableau
l’ANNEXE H.
Alors d’après le tableau K=0,474 avec K= tan Φ1- tan Φ2
A.N Qc=16 042 * 0,474 = 3 352 var
Finalement, pour obtenir un facteur de puissance égale à 0,95 il faut que Qc de la
batterie de condensateur égale à 3,352 KVAR

56
Pour les autres cabines de relayage voir le schéma synoptique ci-dessous :

57
3. Systèmes et types de compensation :
a. Batteries de condensateurs fixes :
La puissance réactive fournie par la batterie est constante quelles que
soient les variations du facteur de puissance et de la charge des récepteurs,
donc de la consommation d’énergie réactive de l’installation.
Ce type de batteries est généralement utilisé dans les cas suivants :
 Installation électrique à charge constante fonctionnant 24h/24.
 Compensation hors charge des transformateurs.
b. Batteries de condensateurs automatiques
La batterie de condensateurs est fractionnée en gradins, avec possibilité
de mettre en service plus ou moins de gradins, en général de façon
automatique. Ce type de batterie est installé en tête de la distribution BT ou
d'un secteur important. Elle permet une régulation pas à pas de l’énergie
réactive. L’enclenchement et le déclenchement des gradins sont pilotés par un
relais varmétrique.
c. Types de compensations choisie :
En basse tension, la compensation de l’énergie réactive s’effectue au choix
avec deux systèmes d’équipements :
 Système à compensation fixes si Qc/Sn < 15%.
 Système à compensation automatique si Qc/Sn > 15%.
Qc : puissance réactive de l’équipement de compensation, en kVAR.
Sn : puissance apparente du transformateur de l’installation, en kVA.
Et on a Qc/Sn < 15% car Qc=9KVAR et Sn=200KVA donc on choisit la
compensation fixe.
III..................................................................................... CONCLUSION :
Dans cette partie, nous avons vu que l’énergie consommée et composée d’une
partie “active”, transformée en chaleur ou mouvement, et d’une partie “réactive”
transformée par les actionneurs électriques pour créer leurs propres champs
électromagnétiques.
L’utilisateur ne bénéficie que de l’apport énergétique de la partie “active” ; la
partie “réactive” ne peut pas être éliminée, mais doit être compensée par des
dispositifs appropriés. L’énergie totale soutirée au réseau de distribution sera ainsi
globalement réduite.
La localisation des dispositifs de compensation, dépend du positionnement et de
la nature des charges à compenser. Nous avons estimé manuellement, les puissances
des batteries à installer pour le poste de transformation des services auxiliaires du
poste source SETTAT et pour le les cabines de relayage.

58
CONCLUSION GENERALE
Au terme de ce projet de fin d’études, une brève rétrospective permet de dresser
le bilan du travail effectué avec ses difficultés, ses contraintes, mais aussi et surtout
le supplément de formation si riche dont nous avons eu la chance de bénéficier. Nous
pouvons considérer que ce travail de fin d’études, s’est articulé autour de trois parties
principales.
La 1ere partie concerne l’étude descriptive du poste source SETTAT. Il nous a fallu,
d’abord, comprendre le principe de fonctionnement de chaque équipement du poste et
les bâtiments des services auxiliaires ; pour donner une description bien déterminée à ce
poste.
La 2ème partie concerne l’étude technique d’une nouvelle installation électrique BT des
services auxiliaires, nous avons d’abord élaboré un bilan de puissance. Ensuite, et à
l’aide du logiciel CANECO BT, nous avons vérifié notre calcul théorique qui concerne les
sections des câbles choisi, les chutes de tension et les courant de court-circuit pour
déterminer le pouvoir de coupure des disjoncteurs.
La 3ème partie concerne la compensation de l’énergie réactive de l’installation
électrique BT des Services Auxiliaires.
Cependant, ce Projet de Fin des Etudes fut une opportunité d’enrichir nos
compétences techniques, managériales et relationnelles. En effet, ce travail nous a
permis de participer à la phase d’étude d’un projet de construction d’un ouvrage
électrique, qui représente un supplément riche à notre formation, dont nous avons
eu la chance de bénéficier.
Ce projet nous a permis également de découvrir et d’utiliser plusieurs outils
informatiques dont : Pack d’Office (WORD, POWER POINT et EXCEL), Paint et
CANECO BT.

59