Vous êtes sur la page 1sur 6

Les pilules contraceptives contiennent une substance permettant

d’éviter une grossesse. Ces substances (hormones) ne sont pas toutes


les mêmes, c’est pourquoi une même pilule (celles de 3e ou 4e
génération par exemple) peut convenir à une femme et pas à une autre.

Œstrogène et progestérone sont des hormones produites par les ovaires.


La testostérone est une hormone produite par les testicules.

Une hormone est une substance, produite et libérée par un organe dans
le sang, qui modifie le fonctionnement d’un autre organe. Chez les
femmes, l’œstrogène et la progestérone sont des hormones sexuelles qui
agissent sur l’appareil génital ; chez les hommes, c’est la testostérone
qui assure ce rôle.

Le cerveau produit des hormones qui agissent sur l’appareil


reproducteur. La libération d’une grande quantité de ces hormones
provoque l’ovulation.
La pilule d’urgence est
prise le plus tôt possible
après le rapport et permet
d’éviter une grossesse non
désirée.

Si la couverture
contraceptive en France est
l’une des plus élevées au
monde, un tiers des
grossesses restent non
prévues. Les premières causes sont une utilisation incorrecte, un manque d’informations sur les
méthodes de contraception et la persistance d’idées reçues.

La contraception : moyens empêchant une fécondation.


Le planning familial : lieu gratuit et confidentiel informant sur la contraception, la sexualité et les
interruptions volontaires de grossesse.

Un couple est considéré comme infertile s’il ne parvient


pas à concevoir un enfant 12 mois après l’arrêt de toute
méthode contraceptive.

Un diagnostic d’infertilite
M. et Mme A. produisent des gamètes mais n’arrivent
pas à avoir d’enfant. D'une part, des analyses montrent
que la glaire cervicale de Mme A. reste un peu épaisse
même lors de l’ovulation. Normalement, lors de
l’ovulation cette glaire cervicale est peu épaisse et
permet le passage des spermatozoïdes. Lorsqu’il n’y a
pas ovulation, cette glaire cervicale est plus épaisse et
rend difficile le passage des spermatozoïdes.

D'autre part, le spermogramme de M. A. montre deux fois moins de spermatozoïdes que la normale
avec une mobilité qui baisse plus rapidement qu’attendue au cours du temps.

1
Un traitement par
stimulation ovarienne
Une ovulation entraine normalement une
augmentation de la température moyenne du
corps au-dessus de 37 °C chez les femmes, qui
persiste pendant toute la deuxième partie du
cycle féminin.
Le médecin peut prescrire, en cas d’ovulations
irrégulières ou absentes, un traitement
hormonal. Ce dernier, pris par voie orale ou par injection, agit sur le cerveau qui sécrète
normalement des hormones et stimule les ovaires. Ce traitement déclenche une ovulation au cours
d’un cycle féminin, avec parfois plusieurs ovules libérés en même temps.

Paramètres par éjaculation Références mondiales


volume de sperme 1,5 mL
nombre de spermatozoïdes par mL 39 millions
spermatozoïdes vivants > 58 %

Le principe de l’ICSI (injection intracytoplasmique de spermatozoïde)


Dans cette méthode, un ovule est prélevé à l’aide d’une seringue dans l’un des ovaires et un
spermatozoïde est sélectionné. La rencontre des cellules reproductrices se réalise à l’extérieur du
corps, en laboratoire. L’embryon est déposé dans l’utérus avec une autre seringue comme pour une
FIVETE.

La procréation médicalement assistée (PMA) : ensemble des méthodes médicales permettant à


un couple d’avoir un enfant.
Un spermogramme : examen
médical au cours duquel sont
analysées diff érentes caractéristiques
du sperme.
La glaire cervicale : substance
produite au niveau du col de l’utérus.

Le préservatif, féminin ou masculin,


est le seul moyen de contraception
constituant une barrière physique protégeant des IST.

Certaines personnes peuvent utiliser plusieurs moyens de contraception.

Les moyens de contraception sont diversifiés. Chaque femme, chaque homme et chaque couple peut
choisir le moyen qui lui convient le mieux en fonction des avantages (par exemple l'implant se
garde jusqu'à 3 ans) et des inconvénients (comme la prise de poids avec certaines pilules) de celui-
ci.

2
Pour juger de l’efficacité d’une méthode contraceptive, on parle d’efficacité théorique et
d’efficacité pratique. Sur notre site, ces efficacités s’expriment en pourcentage de femmes qui n’ont
pas été enceintes au cours de la première année où elles ont utilisé le contraceptif.
• L’efficacité théorique correspond à l’efficacité observée lorsque le contraceptif est utilisé
parfaitement et qu’il n’y a pas d’interactions avec d’autres médicaments ni problème
d’utilisation. Exemple : la pilule a une efficacité théorique de 99 % ; cela veut dire que si on
étudie 100 femmes qui commencent à prendre la pilule et qui n’ont connu aucun problème
d’utilisation (pas d’oublis, pas de vomissements, pas de problèmes médicaux…), au bout
d’un an, il y en aura 99 qui ne seront pas enceintes et 1 qui sera enceinte.
• L’efficacité pratique se mesure « dans la vie de tous les jours », avec les erreurs
d’utilisation, les oublis, etc. Cette efficacité pratique est donnée pour 100 femmes. Mais plus
les erreurs d’utilisation sont fréquentes, plus le risque d’échec de la méthode est élevé.
Exemple : la pilule a une efficacité pratique de 96 % ; cela veut dire que si on étudie 100
femmes qui commencent à prendre la pilule dans la vraie vie, certaines vont connaître des
problèmes d’utilisation (oublis, vomissements, problèmes médicaux…), au bout d’un an, il y
en aura 96 qui ne seront pas enceintes et 4 qui seront enceintes.
Au final, si on reprend l’exemple de la pilule : la pilule est une méthode contraceptive
théoriquement très efficace. Mais si quelqu’un qui l’utilise l’oublie plusieurs fois par mois, elle le
sera beaucoup moins et le risque de grossesse non désirée deviendra alors très important.
Pour toutes ces raisons, une contraception efficace est avant tout celle qui vous convient le plus au
moment où vous l’utilisez et qui est adaptée à votre vie, à vos envies, vos besoins et votre situation
médicale.

Le dépistage : recherche d’une ou plusieurs maladies chez un individu.


Une IST : infection sexuellement transmise lors d’un rapport sexuel (sida, hépatite B, etc.).

Efficacité Efficacité Protege Pas de Pas de Sans A utiliser …


pratique % théorique% contre les pose par manipulati hormones
IST un on durant
profession le rapport
nel de
sante

Implant 99.9 99.9 non non oui non 1 fois tous les 3
ans

Sterilisatio 99.8 99.9 non non oui oui 1 seule fois


n dans la vie
masculine

DIU 99.8 99.8 non non oui non 1 fois tous les 5
hormonal ans

Sterilisatio 99.5 99.5 non non oui oui 1 seule fois


n feminine dans la vie

DIU au 99.2 99.4 non non oui oui 1 fois tous les 4
cuivre a 10 ans

Contracept 94 99.7 non non oui non 1 fois tous les 3


ifs mois
injectables

Anneau 92 99.7 non oui oui non 1 fois par mois


vaginal

Patch 91 99.7 non oui oui non 1 fois par


semaine

Pilule 91 99.7 non oui oui non Tous les jours

Diaphragm 88 94 non oui oui oui Chaque rapport


e

3
Efficacité Efficacité Protege Pas de Pas de Sans A utiliser …
pratique % théorique% contre les pose par manipulati hormones
IST un on durant
profession le rapport
nel de
sante

Préservatif 85 98 oui oui non oui Chaque rapport


masculin

Cape 84 91 non oui oui oui Chaque rapport


cervicale

Préservatif 79 95 oui oui oui oui Chaque rapport


féminin

Retrait 78 96 non oui non oui Chaque rapport

Abstinence 75 95 non oui oui oui Chaque rapport


periodique

Spermicide 71 82 non oui non oui Chaque rapport


s

L'implant est un petit bâtonnet en plastique de 4 cm de long et 2 mm de diamètre. Le médecin ou


la sage-femme l'insère sous la peau du bras. Une fois en place, l'implant ne se voit pas et ne sent
pas. Il est efficace à 99,9 % et dure 3 ans. Attention, celui-ci ne protège pas contre les infections
sexuellement transmissibles!

Le préservatif empêche le passage des spermatozoïdes dans le vagin, et donc la fécondation. Il doit
être changé à chaque rapport sexuel, entre chaque pénétration. On peut très facilement se procurer
des préservatifs dans les pharmacies, sur internet, mais aussi dans les grandes surfaces ou encore
dans les distributeurs automatiques. Efficaces à 98 %, il est la seule protection contre les IST
(infections sexuellement transmissibles).

Les pilules contiennent des hormones qui ressemblent à celles que fabriquent naturellement le
corps. L'efficacité de la pilule est de 99,7 %. Mais attention, pour que ce moyen de contraception
soit efficace, il faut prendre une pilule tous les jours à heure régulière ! Elle peut être prescrite par
un médecin (généraliste ou gynécologue) ou une sage-femme. Elle ne protège pas contre les IST.

Le stérilet est un contraceptif en forme de T, d’environ 3 cm, inséré dans le vagin par un
gynécologue ou autre professionnel de santé. Il rend les spermatozoïdes inactifs et donc empêche
une grossesse mais ne protège pas contre les IST. D’une durée de vie de 5 ans, il est d’une grande
efficacité : 99,8 %. Il peut être posé chez des femmes n’ayant pas eu d’enfants.

Des méthodes de contraception pour éviter une grossesse


Avoir des rapports sexuels sans souhaiter de grossesse est possible.
Les hormones contrôlent le fonctionnement des appareils reproducteurs : ce sont les oestrogènes et
la progestérone chez la femme et la testostérone chez l’homme. La connaissance de ces hormones
permet la création de moyens de contraception, comme les pilules contraceptives, les implants et
les patchs.
D’autres méthodes existent comme le stérilet (empêchant la nidation) ou le préservatif masculin ou
féminin (empêchant le dépôt de spermatozoïdes dans le vagin).

Des méthodes pour aider les couples


Des couples essaient d’avoir un enfant mais n’y arrivent pas ; cela est lié à une infertilité masculine
ou féminine, ou parfois des deux partenaires.
La Procréation Médicalement Assistée (PMA) permet d’aider ces couples : selon les causes
d’infertilité, un professionnel de santé propose la méthode la plus adaptée.
4
Des rapports sexuels responsables
Un rapport sexuel peut aboutir à une grossesse. Si les deux personnes ayant un rapport n’ont pas ce
désir, il est important d’utiliser une méthode de contraception.
Les infections sexuellement transmissibles constituent un risque lors d’un rapport sexuel, d’où
l'intérêt d’utiliser un préservatif et de faire des dépistages.
Avoir un rapport sexuel est avant tout une affaire de choix et de désir réciproque, dans le respect de
chaque partenaire et de son éducation.

La sexualité n’est pas une technique, c’est une relation de respect réciproque qui implique de
prendre le temps de connaitre l’autre.

La contraception : moyen empêchant une fécondation.


Un dépistage : recherche d’une ou plusieurs maladies chez un individu.
L'infertilité : incapacité à concevoir un enfant.
Une hormone : substance libérée par
un organe dans le sang qui modifie le
fonctionnement d’un autre organe.
La procréation médicalement
assistée (PMA) : ensemble des
méthodes médicales permettant à un
couple d’avoir un enfant.

5
6