Vous êtes sur la page 1sur 322

RÉPUBLIQUE DE GUINÉE

MINISTÈRE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES


MINISTÈRE DÉLÉGUÉ AU BUDGET
Direction Nationale des Impôts

CODE GENERAL
DES IMPÔTS

Edition 2015
RÉPUBLIQUE DE GUINÉE

MINISTÈRE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES


MINISTÈRE DÉLÉGUÉ AU BUDGET
Direction Nationale des Impôts

CODE GENERAL
DES IMPÔTS

Edition 2015
La Loi n°L/2004/001/AN portant loi de finances pour l'année 2004 promulguée
le 26 février 2004 dispose en son article 22 : est adopté le Code général des
Impôts de la République de Guinée composé de cinq titres : Fiscalité directe
(Titre I), Fiscalité indirecte (Titre II), Autres impôts, redevances, droits et taxes
(Titre III) ; Enregistrement et Timbre (Titre IV), Procédures fiscales (Titre V).
Ce Code est complété par les dispositions des Lois de Finances 2005 à 2014.
TABLE DES MATIERES

TITRE I : FISCALITE DIRECTE

DIVISION I - IMPÔT SUR LE REVENU

Articles
CHAPITRE I : – Dispositions générales 1 à 32

Section I : Personnes imposables


1- Champ d’Application territorial de l’impôt sur le Revenu
2à8
2- Unité d’imposition
9 à 12
3- Associés des sociétés de personnes 13
Section II : - Exemption 14
Section III : - Lieu d’Imposition 15
Section IV : - Revenu Imposable 16 à 19
Section V : - Obligations déclaratives – Contrôle
1- Dispositions Générales : Régime Normal et régime simplifié d’imposition 20 à 22
2- Contenu de la déclaration 23
3- Contrôle – Rectification – Taxation d’office 24 à 28
4- Sanctions 29 à 30
Section VI : - Imposition d’après certains éléments train de vie 31
Section VII : - Calcul de l’impôt 32

CHAPITRE II : - Détermination des Bénéfices nets ou Revenus nets


des catégories des diverses catégories de revenus

Section I : - Revenus Fonciers 33 à 49


Remplacé par la Contribution Foncière Unique depuis le 01/01/1998 :
Articles 13 à 26 de la loi n°L/98/003/AN portant loi de finances pour 1998

Section II : - Traitements - Salaire Pensions et rentes viagères


1 - Définition des revenus imposables 50 à 54
2 - Exemptions 55
3 - Rémunération allouées aux gérants et aux associées de
certaines sociétés 56
4 - Détermination du revenu imposable 57 à 60
5 - Mode de perception de l’impôt 61 à 70
6 - Obligations des employeurs et débirentiers 71 à 79
7 - Régularisation 80
8 - Sanctions 81 à 86

Code Général des Impôts i


Section III : - Bénéfices industriels et commerciaux

1 - Définition 87 à 90
2 - Détermination du Revenu imposable 91 à 107
3 - Obligations déclaratives 108 à 112
4 - Contrôle des déclarations 113 à 117
5 - Sanctions 118 à 121
6 - Cessions; cessations 122
7 - Régime Forfaitaire (abrogé) 123 à 136
8 – Champ d’application du régime réel d’imposition 136 bis
9 - Champ d’application du régime réel d’imposition 137

Section IV : - Bénéfices non commerciaux

1 - Définition 138
2 - Détermination du revenu imposable 139 à 149
3 - Prélèvement proportionnel 150 à 152

Section V : - Bénéfice de l’exploitation Agricole

1 - Définition 153 à 154


2 - Exonérations 155
3 - Détermination du revenu imposable 156
4 - Prélèvement proportionnel 157 à 159

Section VI : - Plus-values immobilières non, professionnelles

1 -Définition 160
2 -Exonérations 161
3 - Détermination de la plus-value imposable 162
4 - Prélèvement libératoire 163 à 167
5 - Sanctions 168 à 169

Section VII : - Revenus de Capitaux Mobiliers

1 - Dispositions générales 170


2 - Définitions : Détermination revenu imposable 171 à 183
3 - Revenus de valeurs immobilières étrangères 184 à 185
4 - Exonérations 186
5 - Modalités d’impositions. Retenues à la source
A/ Revenus perçus des personnes non domiciliées en Guinée 187 à 188
B/ Revenus perçus des personnes domiciliées en Guinée 189 à 192
C/ Dispositions Communes 193 à 196
6 - Obligations déclaratives 197

Code Général des Impôts ii


CHAPITRE III : - Dispositions diverses

I - Retenue à la source sur certains revenus non salariaux 198 à 198 ter
II - Imposition des rémunérations occultes 199
III - Redistribution de dividendes de filiales 200

DIVISION II : TAXES SUR LES SALAIRES

CHAPITRE I : - Versement forfaitaire sur les salaires 201 à 203

CHAPITRE II : - Taxe d’apprentissage

Section I : Entreprises imposables et base de la Taxe 204 à 206


Section II : Etablissement de la Taxe 207 à 213
Section III : Exonérations totales ou partielles 214 à 216
Section IV : Mode de recouvrement de la T.A. 217 à 218

DIVISION III - IMPÔT SUR LES SOCIETES

CHAPITRE I : - Dispositions Générales 219

CHAPITRE II : - Champ d’Application

Section I : Personnes morales passibles de l’impôt sur les Sociétés 220


Section II : Exonérations 221 à 222
Section III : Territorialité 223

CHAPITRE III : Détermination du bénéfice imposable

Section I : Règles Générales 224

Section II : Régimes Spéciaux

1 - Régime des sociétés mère et filiales 225


2 - Fusion de sociétés et opérations assimilées 226
3 Sociétés de personnes soumises par option à l’impôt sur les sociétés 227

CHAPITRE IV : Etablissement de l’impôt - calcul de l’impôt

Section I : Etablissement de l’imposition 228


Section II : Taux de l’impôt 229
Section III : Imputation d’impôt acquitté 230 à 234
Section IV : Règles particulières d’établissement de l’imposition 235
Section V : Modalités de paiement de l’impôt 236
Section VI : Recouvrement 237

Code Général des Impôts iii


CHAPITRE V : Obligation des personnes morales

Section I : Déclaration d’existence et modification du pacte social 238 à 240


Section II : Déclaration du bénéfice ou du déficit 241
Section III : Déclaration en cas de cession ou de cessation d’activité 242
Section IV : Désignation d’un représentant en Guinée 243

DIVISION IV - IMPÔT MINIMUM FORFAITAIRE (IMF)

CHAPITRE I : I.M.F. des sociétés

Section I : - Champ d’application

1 - Personnes morales redevables de l’impôt 244


2- Personnes morales dispensées du versement de l’impôt sur
les sociétés 245

Section II : - Modalités de paiement de l’impôt – Imputation 246 à 247

CHAPITRE II : IMF applicable à certaines entreprises assujetties à l’impôt


sur le revenu 248

CHAPITRE III : IMF applicable à certaines entreprises assujetties à l’impôt


sur les BNC 249 à 250

DIVISION V: PRELEVEMENTS FORFAITAIRES 251 à 256

DIVISION VI - CONTRIBUTION FONCIERE UNIQUE

Section I : - Dispositions générales 257 à 258


Section II : - Personnes et propriétés imposables 259 à 262
Section III : - Exonérations 263
Section IV : - Base d’imposition 264
Section V : - Taux de la CFU 265
Section VI : - Obligations des contribuables 266
Section VII : - -Paiement de la CFU 267
Section VIII : - Retenue à la source 268 à 272
Section IX : - Répartition du produit de la contribution 273
Section X : - Contentieux fiscal 274

DIVISION VII – TAXE PROFESSIONNELLE UNIQUE

Section I : - Personnes imposables 275


Section II : - Exclusions de la TPU 276

Code Général des Impôts iv


Section III : - Etablissement de l’imposition 277 à 282
Section IV : - paiement de l’impôt 283 à 284
Section V : - Répartition du produit de l’impôt 285
Section VI : - Obligations des contribuables 286 à 287

DIVISION VIII – CONTRIBUTION DES PATENTES ET LICENCES

CHAPITRE I – Contribution des patentes

Section I : - Assiette 288 à 300


Section II : - Etablissement des rôles primitifs 301 à 305
Section III : - Obligation des redevables 306 à 308
Section IV : - Formule de patente- sa délivrance 309 à 313
Section V : - Recouvrement 314 à 316
Section VI : - Dégrèvements 317 à 319
Section VII : - Exemptions 320 à321
Section VIII : répartition du produit 322

CHAPITRE II – Contribution des licences 323 à 328

CHAPITRE III – Tableau des patentes – licences 329

DIVISION IX : TAXE UNIQUE SUR LES VEHICULES A MOTEUR

Section I : - Assiette 330


Section II : - Exonérations 331
Section III : - Exigibilité – pénalités – Répartition du produit 332 à 338

DIVISION X : AUTRES IMPÔTS PERCUS AU PROFIT DES


COLLECTIVITES LOCALES

CHAPITRE I : Impôt minimum de développement local 339 à 342

CHAPITRE II : Taxe sur les armes à feu


Section I : - Assiette 343 à 353
Section II : - Tarif de la taxe 354

TITRE II : FISCALITE INDIRECTE

DIVISION I : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE

Dispositions générales 355


Section I : - Champ d’application 356 à 364
Section II : - Fait générateur et exigibilité 365 à 366
Section III : - Bases d’impositions et taux 367 à 373

Code Général des Impôts v


Section IV : - déduction
1- Droit à déduction 374 à 375
2- Exclusion du droit à déduction 376 à 377
3- Limitation du droit à déduction 378 à 380
4- Régularisations 381
Section V : - Obligations 382 à 410

DIVISION II: TAXE SUR LES ACTIVITES FINANCIERES 411 à 420

DIVISION III : TAXE SUR LES ASSURANCES

Dispositions générales 421


Section I : - Champ d’application 422
Section II : - Exonérations 423
Section III : - Base d’imposition et liquidation 424
Section IV : - Taux 425
Section V : - Liquidation et paiement de la taxe 426 à 427

DIVISION IV : TAXES SPECIFIQUES

CHAPITRE I – Taxe sur les boissons alcoolisées

Section I : - Personnes et affaires imposables 428 à 429


Section II : - Exonérations 430
Section III: - Fait générateur 431
Section IV : -Assiette et liquidation 432 à 433
Section V : - Obligations des redevables 434 à 436

CHAPITRE II – Taxe sur les tabacs et cigarettes 437 à 446

CHAPITRE III – Contentieux des impôts indirects 447 à 481

CHAPITRE IV – Dispositions générales 482 à 484

TITRE III: AUTRES IMPÔTS, REDEVANCES, DROITS ET TAXES

CHAPITRE I – Fonds de promotion et de développement du tourisme

Dispositions générales 485 à 488


Section I : - Taxe de promotion touristique 489 à 495
Section II : - Taxe de plage 496 à 501
Section III: - Taxe sur la location de véhicule 502 à 507

CHAPITRE II – Redevance sur les antennes paraboliques 508 à 510

Code Général des Impôts vi


CHAPITRE III – Taxe et redevances applicables à l’exploitation
artisanale et à la commercialisation du diamant et autres gemmes 511 à 512

CHAPITRE IV – Prélèvement sur les billets de loterie 513

CHAPITRE V – Redevances sur les licences de pêches industrielles 514 à 518


CHAPITRE VI – Taxe sur les billets d’avion 518 bis à 518 quinquies
CHAPITRE VII – La taxe sur l’accès aux réseaux des
télécommunications (LFI 2015) 518 sexies à 518 sexies i

TITRE IV : ENREGISTREMENT ET TIMBRE

CHAPITRE I – Les droits d’enregistrement

Section I : - Dispositions générales 519 à 524


Section II : - Assiette et liquidation

1- Détermination de la valeur 525 à 529


2- Liquidation 530 à 534
3- Délais 535 à 538
4- Bureau d’enregistrement 539 à 545
Section III: - Recouvrement 546 à 553
Section IV : - Droit de contrôle 554 à 582
Section V : - Déclarations 583 à 584
Section VI : - pénalités 585 à 591
Section VII : - prescription et restitution
1- Prescription 592
2- Restitution 593 à 595

CHAPITRE II – Les droits de timbre

Section I : - Dispositions générales 596 à 598


Section II : - Assiette et liquidation 599 à 625

CHAPITRE III – Dispositions communes à l’enregistrement et au timbre 626 à 646

TITRE V : PROCEDURES FISCALES

DIVISION I : DROITS DE COMMUNICATION ET DE VERIFICATION

Dispositions générales 647


Section I : - Droit de communication 648 à 653
Section II : - Droit de contrôle 654 à 667

Code Général des Impôts vii


Section III : - Délais de reprises, de réclamations et de compensation
1- Délais de prescriptions 668 à 670
2- Délai de réclamations 671
3- Compétence de la commission d’appel fiscal 671-bis - 671ter
4- Procédure de saisine de la commission 671- quater à 671sexies
5- Effets des avis de la Commission 671- septies
6- Compensations 672

DIVISION II : RECOUVREMENT

Section I : - Dispositions générales 673 à 681


Section II : - La commission d’Appel Fiscal (CAF) 682 à 687
Les dispositions relatives à la Commission d’appel fiscal sont transférés au titre 5 :
Procédures fiscales (art. 34, LF 2014).
Section III : - Procédure de saisie mobilière et de confiscation 688 à 691

TITRE VI : REGIME DEROGATOIRE – INCITATIONS FISCALES

DIVISION I : SECTEURS ET ACTIVITES ELIGIBLES


Section I : - Dispositions générales 692 à 693
Section II : - Secteurs et Activités éligibles 694 à 696

DIVISION II : REGIME FISCAL ET MESURES SPECIFIQUES


Section I : - Régime fiscal
1- Phase d’installation 697
2- Phase de production 698 à 699
Section II : - Mesures spécifiques et Sanctions
1- Mesures spécifiques 700 à 701
2- Sanctions 702

Code Général des Impôts viii


TITRE I - FISCALITE DIRECTE

DIVISION I : IMPOT SUR LE REVENU

CHAPITRE 1
Dispositions Générales

Art.1 - : Il est perçu au profit du modalités particulières prévues à


Budget National un impôt annuel l’article 163 du présent code.
unique sur le revenu des per-
sonnes physiques appelé impôt Les revenus nets catégoriels
sur le revenu. sont déterminés conformément
aux dispositions des articles 33 à
Cet impôt atteint, sous réserve 197 du présent code.
des dispositions de la présente
division instituant des retenues à SECTION I PERSONNES
la source ou prélèvements libéra- IMPOSABLES
toires, le revenu net global du
contribuable déterminé confor- I - Champ d’application
mément aux dispositions des territorial de l’impôt sur le
articles 16 à 19 du présent code. revenu.
Ce revenu net global est consti-
tué par le total des revenus nets Art.2. Sous réserve des disposi-
catégoriels suivants : tions des conventions internatio-
nales relatives aux doubles im-
• Revenus fonciers;
positions, les personnes phy-
• Traitements salaires, siques dont le domicile fiscal est
pensions et rentes viagères ; situé en Guinée sont, quelle que
• Bénéfices industriels soit leur nationalité, imposables à
commerciaux et artisanaux ; l’impôt sur le revenu sur
• Bénéfices non commerciaux ; l’ensemble de leurs revenus de
• Bénéfices agricoles ; source guinéenne comme de
source étrangère.
• Revenus des capitaux mobi-
liers sous réserve des disposi- Sous la réserve visée au précé-
tions de l’article 191 du pré- dent alinéa les personnes phy-
sent code. siques dont le domicile fiscal est
situé hors de la Guinée sont
Les plus-values immobilières non passibles de cet impôt en raison
professionnelles sont imposables de leurs seuls revenus de source
à l’impôt sur le revenu selon les guinéenne.

Code Général des Impôts 1


Art.3. - Pour l’application des a. Les revenus d’immeubles sis
dispositions du présent code, la en Guinée ou de droits relatifs à
Guinée s’entend du territoire de ces immeubles ;
la République de Guinée y com- b. Les revenus d’exploitations
pris les eaux territoriales ainsi industrielles commerciales, arti-
que des zones maritimes sur sanales, agricoles forestières ou
lesquelles la République de Gui- minières sises en Guinée ;
née exerce des droits exclusifs c. Les revenus tirés d’activités
en matière de recherche et professionnelles salariées ou
d’exploitation des ressources non, exercées en Guinée ou
naturelles. d’opérations de caractère lucratif
au sens de l’article 138 et réali-
Art.4. - Sont considérées sées en Guinée ;
comme ayant leur domicile fiscal d. Les revenus de valeurs mobi-
en Guinée : lières guinéennes et de tous
a) Les personnes qui disposent autres capitaux mobiliers placés
en Guinée d’un foyer d’habitation en Guinée ;
permanent ou qui y séjournent e. Les plus-values mentionnées
plus de six mois dans l’année ; à l’article 160 du présent code et
b) Celles qui exercent en Guinée les profits tirés d’opérations défi-
une activité professionnelle sala- nies à l’article 90 du présent
riée ou non, à moins qu’elles ne code, lorsqu’ils sont relatifs à des
justifient que cette activité y est fonds de commerce exploités en
exercée à titre accessoire par Guinée ainsi qu’à des immeubles
rapport à leur activité principale situés en Guinée à des droits
exercée a l’étranger ; les per- immobiliers s’y rapportant ou à
sonnes qui apportent une telle des actions et parts de sociétés
justification demeurent concer- dont l’actif est constitué principa-
nées, le cas échéant, par les lement par de tels biens et droit.
dispositions du présent code
prévoyant l’assujettissement a II. Sont également considérés
l’impôt sur le revenu des per- comme des revenus de source
sonnes domiciliées hors de Gui- guinéenne lorsque le débiteur
née au titre de leurs revenus de des revenus a son domicile fiscal
source guinéenne ; en Guinée ou y est établi :
c) Celles qui ont en Guinée le
centre de leurs intérêts écono- a. Les pensions et rentes via-
miques. gères ;
b. Les produits perçus par les
Art.5. – I. Sont considérés
inventeurs ou au titre de droits
comme revenus de source gui-
d’auteur ainsi que tous les pro-
néenne :

Code Général des Impôts 2


duits tirés de la propriété indus- avoir la disposition antérieure-
trielle ou commerciale et de ment à son départ.
droits assimilés ;
c. Les sommes payées en rému- Les revenus visés au présent
nération des prestations de toute article sont imposés d’après les
nature fournies ou utilisées en règles applicables au premier
Guinée. Une prestation est utili- janvier de l’année du départ.
sée en Guinée si le lieu de
Une déclaration provisoire des
l’utilisation effective de la presta-
revenus imposables en vertu du
tion se situe en Guinée.
présent article est produite dans
les dix jours qui précèdent la
Art.6. - Nonobstant toute dispo-
date du départ. Elle est soumise
sition contraire du présent code
aux règles et sanctions prévues
sont passibles en Guinée de
à l’égard des déclarations des
l’impôt sur le revenu tous reve-
trois premiers mois de l’année
nus dont l’imposition est attri-
suivant celle du départ.
buée à la Guinée par une con-
vention internationale relative
A défaut de déclaration rectificative
aux doubles impositions. souscrite dans ce délai, la déclara-
tion provisoire est considérée
Art.7.- Lorsqu’un contribuable comme confirmée par l’intéressée
précédemment domicilié à avec toutes les conséquences qui
l’étranger transfère son domicile découlent des indications qui s’y
en Guinée, les revenus dont trouvent contenues.
l’imposition est entraînée par
l’établissement du domicile en Les cotisations dues sont calcu-
Guinée ne sont comptés qu’à lées dès réception de la déclara-
partir du jour de cet établisse- tion provisoire. Elles sont immé-
ment. diatement exigibles et recou-
vrées par anticipation.
Art.8.- Le contribuable domicilié
en Guinée qui transfère son do- II. Unité d’imposition.
micile à l’étranger est passible de
l’impôt sur le revenu à raison des Art.9. -Chaque contribuable ma-
revenus dont il a disposé pen- jeur célibataire ou marié est im-
dant l’année et ce, jusqu’à la posable en raison de ses reve-
date de son départ, des béné- nus personnels et de ceux des
fices industriels et commerciaux enfants dont il a la charge.
qu’il a réalisés depuis la fin du
dernier exercice taxé, et de tous Sont considérés comme étant à
revenus qu’il a acquis sans en la charge du contribuable ses

Code Général des Impôts 3


enfants mineurs ou infirmes vi- abattement sur son revenu im-
vant sous son toit. posable à raison des enfants
dont il à la charge, dans les con-
Le contribuable peut toutefois ditions et limites fixées à l’article
réclamer des impositions dis- 18 du présent code.
tinctes pour ses enfants mineurs
ou infirmes vivant sous son toit En aucun cas le bénéfice de
qui tirent un revenu de leur l’abattement visé à l’alinéa pré-
propre travail ou d’une fortune cèdent ne peut être accordé pour
indépendante de la sienne. Les- les mêmes enfants à deux ou
dits enfants distinctement impo- plusieurs conjoints.
sés cessent alors d’être considé-
rés comme étant à la charge du Art.10.- Nonobstant les dispositions
contribuable notamment en vue de l’article 9 les contribuables ma-
de la détermination des revenus, riés domiciliés en Guinée peu-
sous réserve des dispositions de vent réclamer une imposition
l’article 20 du présent code. unique qui est établie au nom du
chef de famille sur l’ensemble
Dans le cas de contribuables des revenus du foyer.
mariés, leurs enfants mineurs ou
infirmes sont considérés comme Lorsque l’épouse ou les épouses
étant à la charge du mari. du contribuable disposent de
revenus personnels ceux-ci dans
Leur charge est toutefois attri- le cas d’exercice de l’option pré-
buée à l’épouse ou à défaut à vue au premier alinéa entrent
l’ascendant ou descendant ayant dans la base imposable imputable
la responsabilité effective des au contribuable sous réserve des
enfants mineurs ou infirmes lors- dispositions afférentes aux retenues
que le mari est empêché no- à la source et prélèvements libéra-
tamment s’il est hors d’état de toires prévues à la présente divi-
manifester sa volonté en raison sion.
de son incapacité, de son ab- L’imposition sur la base des re-
sence, de son éloignement ou de venus du foyer fiscal ouvre droit
toute autre cause. au bénéfice du contribuable au
La charge d’enfants mineurs ou titre de son épouse ou de cha-
infirmes est également attribuée cune de ses épouses à
sur sa demande, à l’épouse qui l’abattement prévu à l’article 18
établit en avoir effectivement la du présent code, dans la limite
charge personnelle et exclusive. du nombre maximum de per-
sonnes à charge prévu par ce
Le contribuable bénéficie d’un dernier texte.

Code Général des Impôts 4


L’option en faveur de l’imposition est produite par les ayants droit du
des revenus du foyer vaut pour défunt dans les six mois de la date
l’année d’imposition au titre de du décès. L’imposition est établie au
laquelle elle est demandée. nom de la succession. Les de-
mandes d’éclaircissement et de
Art.11.- Toute personne ma- justifications ainsi que les notifica-
jeure âgée de moins de vingt- tions de l’Administration fiscale
sept ans au 31 décembre de peuvent être valablement adres-
l’année d’imposition et poursui- sées à l’un quelconque des
vant des études ou se trouvant ayants droit ou des signataires
en apprentissage peut demander de la déclaration de succession.
à ne pas faire l’objet d’une impo-
sition distincte. Sous réserve de Toutefois dans le cas des contri-
l’acceptation du contribuable buables mariés ayant opté pour
dont elle était un enfant à charge l’imposition unique sur
avant sa majorité cette personne l’ensemble des revenus du foyer
est regardée comme demeurant l’imposition est établie au nom du
à la charge dudit contribuable. ou des conjoints survivants.

Art.12. - En cas de décès du III. Associés des sociétés de


contribuable l’impôt sur le revenu personnes
est établi en raison des revenus
Art.13.- Les associés des sociétés
non taxés dont le défunt a dispo-
en nom collectif et les commandi-
sé pendant l’année de son dé-
tés des sociétés en commandite
cès, des bénéfices industriels et
simple sont, lorsque ces sociétés
commerciaux qu’il a réalisés de-
n’ont pas opté pour leur assujet-
puis la fin du dernier exercice tissement à l’impôt sur les socié-
taxé et des revenus que le con- tés, personnellement soumis à
tribuable défunt a acquis sans en l’impôt sur le revenu pour la part
avoir la disposition antérieure- des bénéfices sociaux corres-
ment à son décès. Il en est de pondant à leurs droit dans la
même des revenus dont la distri- société. Il en est de même, sous
bution ou le versement résultent les mêmes conditions :
du décès du contribuable. a. des membres de sociétés ci-
Ces revenus sont imposés viles qui ne revêtent pas en droit
d’après les règles applicables au ou en fait l’une des formes des
premier janvier de l’année au sociétés visées au paragraphe I
cours de laquelle est intervenu le de l’article 202 du présent code
décès. et qui ne se livrent pas à une
La déclaration des revenus impo- exploitation ou à des opérations
sables en vertu du présent article visées aux articles 87 a 90 ;

Code Général des Impôts 5


b. des membres des associa- établi au lieu de leur résidence
tions en participation qui sont ou en cas de pluralité de rési-
indéfiniment responsables et dences au lieu où le contribuable
dont les noms et adresses ont est réputé posséder sa principale
été indiqués à l’administration ; habitation.
c. des indivisaires et des Pour les contribuables domiciliés
membres de sociétés de fait. hors de Guinée le lieu
d’imposition est fixé par arrêté du
Les associés desdites sociétés Ministre de l’Economie et des
ou lesdits indivisaires imposables Finances.
à l’impôt sur le revenu dans les
conditions prévues à l’alinéa SECTION IV - REVENU
premier sont tenus de déposer la IMPOSABLE
déclaration visée à l’article 20 et
Art.16. - I. En ce qui concerne
d’y faire figurer dans le cadre
les contribuables domiciliés en
approprié, la part de bénéfices
Guinée, le revenu imposable est
sociaux correspondant à leurs
constitué par le total des revenus
droits dans la société ou
nets catégoriels mis à la disposi-
l’indivision.
tion du contribuable et des en-
SECTION II. - EXEMPTIONS fants qui sont à sa charge, ou du
foyer fiscal en cas d’option pour
Art.14.-Les agents diplomatiques l’imposition unique des conjoints
et consulaires des pays étrangers prévue par l’article 10, au cours
établis en Guinée sont exemptés de l’année d’imposition sous dé-
de l’impôt sur le revenu en ce qui duction des charges visées à
concerne les revenus liés à l’article 17 ci-après, ainsi que des
l’exercice de leurs fonctions di- abattements visés aux articles 9,
plomatiques ou consulaires à la 10 et 18.
condition qu’ils ne soient pas De la base imposable ainsi défi-
guinéens et dans la mesure ou nie sont toutefois exclus ceux
les pays qu’ils représentent ac- des revenus du contribuable ou
cordent les mêmes avantages du foyer fiscal qui ont fait l’objet
aux agents diplomatiques et d’une retenue à la source ou
consulaires guinéens. d’un prélèvement libératoire.
SECTION III. - LIEU En vue de la détermination du
D’IMPOSITION revenu imposable sont addition-
nés les revenus nets catégoriels
Art.15.- Pour les contribuables dont le contribuable ou le foyer
domiciliés en Guinée l’impôt est fiscal a disposés évalués con-

Code Général des Impôts 6


formément aux règles prévues d’imposition sous la seule déduc-
pour chaque catégorie de reve- tion des revenus qui ont fait
nus par les articles 50 à 197. l’objet d’une retenue a la source
Lorsque le résultat net constate ou d’un prélèvement forfaitaire
au titre d’une catégorie de reve- libératoire.
nus s’avère déficitaire ce déficit
Les revenus nets catégoriels de
n’est pas imputable sur les
source guinéenne des personnes
autres revenus du contribuable
qui n’ont pas leur domicile fiscal
ou du foyer fiscal il est, sous ré-
en Guinée sont déterminés selon
serve des dispositions de l’article
les règles applicables aux reve-
162-III, reportable sur les résul-
nus de même nature perçus par
tats bénéficiaires constatés au
les personnes qui ont leur domi-
titre de la même catégorie au
cile fiscal en Guinée. Lors-
cours des années suivantes.
qu’elles ne sont pas libératoires
De manière générale le revenu de l’impôt sur le revenu les rete-
net correspondant aux diverses nues à la source ou prélève-
catégories de revenus énumé- ments effectués sur les revenus
rées à l’article 1 est déterminé en cause viennent le cas
d’après leur produit respectif échéant s’imputer sur l’impôt sur
pendant l’année d’imposition. II le revenu calculé sur les bases
est constitué par l’excédent du ci-dessus. L’excédent éventuel
produit brut effectivement réalisé, de ces retenues a la source et
y compris la valeur des profits et prélèvements par rapport au
avantages dont le contribuable a montant d’impôt finalement dû
joui en nature sur les dépenses n’est pas restituable.
effectuées en vue de l’acquisition Les personnes physiques exer-
et de la conservation du revenu. çant des activités en Guinée ou y
En ce qui concerne les revenus possédant des biens sans y avoir
trouvant leurs sources hors de leur domicile fiscal peuvent être
Guinée, les règles fixées par le invitées par l’administration fis-
présent code pour leur détermi- cale à designer dans un délai de
nation forfaitaire ne sont pas trois mois à compter de la récep-
applicables. tion de cette demande un repré-
sentant en Guinée autorisé à
II. - En ce qui concerne les con-
recevoir les communications
tribuables dont le domicile fiscal
relatives à l’assiette, au recou-
est situé hors de Guinée le reve-
vrement et au contentieux de
nu imposable est constitué par le
l’impôt.
total des revenus nets de source
guinéenne mis a la disposition du Art.17.- Du total des revenus
contribuable au cours de l’année nets mis à sa disposition au

Code Général des Impôts 7


cours de l’année d’imposition le Le contribuable qui prétend à la
contribuable domicilié en Guinée déduction des charges ci-dessus
qui est imposable selon le ré- énumérées doit les faire figurer
gime normal d’imposition visé à dans la déclaration d’ensemble
l’article 20 peut déduire lors- de ses revenus visée à l’article
qu’elles n’entrent pas en compte 20-V. En aucun cas, le bénéfice
pour la détermination des reve- des déductions concernées ne
nus nets catégoriels, les charges peut être accordé pour les
ci-après : mêmes charges à deux ou plu-
sieurs conjoints produisant des
1°/ Les intérêts afférents aux an-
déclarations séparées.
nuités de remboursement des
emprunts souscrits pour l’acqui-
sition, la construction ou les Art.18.- Du total des revenus
grosses réparations du logement nets mis à sa disposition au
dont le propriétaire se réserve la cours de l’année d’imposition, le
jouissance à titre d’habitation prin- contribuable domicilié en Guinée
cipale ; et imposable selon le régime
normal d’imposition visé à
2°/ Les pensions alimentaires ver- l’article 20 peut déduire une
sées en exécution d’une décision somme égale à 30.000 francs
de justice; guinéens pour chaque enfant
dont il a la charge, ainsi que pour
3°/ Les cotisations de sécurité
sociale et assimilées qui n’ont pas
son épouse ou chacune de ses
été déduites d’un revenu brut ca- épouses dans le cas d’option en
tégoriel ; faveur de l’imposition des reve-
nus du foyer prévus à l’article 10,
4°/ Les dons et subventions aux dans la limite d’un nombre
œuvres et organismes à caractère maximum de six personnes.
philanthropique, social éducatif,
scientifique, culturel ou sportif, Les situations de famille à
dans la limite de 1% du revenu net prendre en considération pour la
global, sous réserve de la présen- détermination du revenu impo-
tation de justification ; sable sont celles existant au 1er
janvier de l’année de l’imposition,
5°/ Une somme égale à 10% du année de réalisation des reve-
montant du loyer annuel payé au nus.
titre de son habitation principale
par le contribuable qui n’en est pas Art.19. - Lorsqu’au cours d’une
propriétaire dans la limite de année, un contribuable a réalisé
30.000 francs guinéens sous ré- un revenu exceptionnel et que le
serve de la présentation de justifi- montant de ce revenu exception-
catifs. nel dépasse la moyenne des

Code Général des Impôts 8


revenus nets au titre des trois régime simplifié d’imposition
dernières années, l’intéressé
peut demander que ce revenu II- Les contribuables auxquels
exceptionnel soit réparti pour s’applique le régime simplifié
l’établissement de l’impôt sur le d’imposition sont dispensés de
revenu, sur l’année de sa réalisa- l’obligation de souscrire une dé-
tion et les années antérieures claration d’ensemble de leurs
non couvertes par la prescription. revenus.
Cette disposition est notamment
applicable pour l’imposition de la Le régime simplifié d’imposition
plus-value d’un fonds de com- est applicable de plein droit aux
merce à la suite du décès de contribuables domiciliés en Gui-
l’exploitant. née, n’ayant pas exercé l’option
prévue à l’article 10, qui :
La même faculté est accordée au
contribuable qui, par suite de 1° - perçoivent exclusivement
circonstances indépendantes de des traitements, salaires, pen-
sa volonté, a eu, au cours d’une sions ou rentes viagères de
même année, la disposition de source guinéenne, assujettis aux
revenus correspondants, par la retenues à la source prévues aux
date normale de leur échéance, articles 61 et 66. Il en est ainsi
à une période de plusieurs an- même si plusieurs traitements,
nées. pensions ou rentes concourent à
Sous peine de forclusion, la de- la formation du revenu imposable
mande doit être déposée avant à un même contribuable ;
le 30 avril de l’année suivant 2°- réalisent exclusivement des
celle de la réalisation du revenu bénéfices industriels ou com-
exceptionnel. merciaux, ou des bénéfices non
commerciaux, ou des bénéfices
SECTION V.- OBLIGATIONS agricoles, faisant l’objet d’un pré-
DECLARATIVES – CONTRÔLE lèvement proportionnel liquidé
sur une base forfaitaire, dans les
I. Dispositions générales- conditions prévues aux articles
Régime normal et régime 150 et 157 ;
simplifié d’imposition. 3°- réalisent exclusivement des
plus-values immobilières non
Art.20. -I- L’impôt sur le revenu professionnelles soumises au
est en principe établi au vu de prélèvement libératoire prévu à
déclarations déposées par le l’article 163 ;
contribuable. Il est cependant 4° - perçoivent exclusivement
institué un régime normal et un des revenus de capitaux mobi-

Code Général des Impôts 9


liers ayant supporté une retenue propres à l’imposition sur la base
à la source libératoire dans les des revenus d’ensemble décla-
conditions prévues à l’article 191 rés par le contribuable.
ou exonérés.
L’option prévue au présent para-
III. Les contribuables qui ne se graphe est exprimée par le dépôt
trouvent pas dans l’une des si- de la déclaration visée au V ci-
tuations énumérées au II ci- après, conformément aux règles
dessus relèvent du régime nor- prévues aux articles 21 à 23. Elle
mal d’imposition. Il en est ainsi vaut pour l’année de l’imposition
des contribuables qui : au titre de laquelle elle a été
perçoivent ou réalisent des re- exercée.
venus provenant de plusieurs
des catégories énumérées à V.- Les contribuables relevant du
l’article 1, sous réserve des dis- régime normal d’imposition sont
positions des articles 163 et 191 tenus de souscrire une déclara-
du présent code ; tion d’ensemble de leurs reve-
sont dans l’obligation de dépo- nus. La production des déclara-
ser une déclaration d’ensemble tions spéciales de bénéfices ou
de leurs revenus par application de revenu prévus aux articles
des dispositions des articles 108, 108, 145, et 197, ne dispense
142, 156 ou 197 du présent pas le contribuable de souscrire
code. ladite déclaration d’ensemble
des revenus.
Sont en outre obligatoirement
assujettis au régime normal VI.- Les contribuables relevant
d’imposition : du régime simplifié d’imposition
Les contribuables mariés qui ont sont seulement tenus, le cas
exercé l’option prévue à l’article échéant, aux obligations décla-
10 ; ratives visées à l’article 129 du
les contribuables qui ont disposé présent code.
au cours de l’année d’imposition
d’au moins deux éléments de Art.21.- La souscription de la
train de vie visés à l’article 31. déclaration d’ensemble des re-
venus visée à l’article 20-V in-
IV. Nonobstant les dispositions combe au contribuable, qui signe
du II, tout contribuable peut opter cette déclaration.
pour le régime normal d’impo-
sition. Lorsque des conjoints ont opté
pour l’imposition unique des re-
Il se trouve en ce cas assujetti à
venus du foyer, la déclaration
toutes les règles et obligations

Code Général des Impôts 10


doit être signée par le chef de morales relevant de l’impôt sur
famille soit, en principe, le mari. les sociétés, les exploitants indi-
viduels relevant des bénéfices
Dans le cas des mineurs non industriels et commerciaux ainsi
émancipés ou des incapables, la que les contribuables soumis à
déclaration est signée par le père l’impôt sur les bénéfices non
ou le tuteur. commerciaux qui, à l’occasion de
l’exercice de leur profession,
Les personnes souscrivant une
versent à des tiers ne faisant pas
déclaration au nom de la suc-
partie de leur personnel salarié
cession d’un contribuable doivent
des commissions, courtages,
préciser leur nom, prénoms et
ristournes, gratifications et autres
adresse.
rémunérations, doivent déclarer
D’une manière générale, la dé- ces sommes avant le 30 avril de
claration peut être signée par un chaque année au moment du
mandataire, à condition qu’il dépôt de leur déclaration de ré-
puisse justifier d’un mandat spé- sultat lorsqu’elles dépassent un
cial ou général en vertu duquel il million de francs guinéens par an
agit. et par bénéficiaire.
La partie versante qui n’a pas
Une déclaration non signée, ou déclaré les sommes visées au
signée de manière non conforme présent article perd le droit de les
aux règles prévues au présent porter dans ses charges déduc-
article, à la valeur d’un simple tibles pour l’établissement de
renseignement dépourvu de ca- l’impôt sur les bénéfices.
ractère probant. 3- les entreprises, sociétés ou
associations qui procèdent à
Art.22. - 1- Le contribuable im- l’encaissement et au versement
posable selon le régime normal des droits d’auteur ou d’inventeur
d’imposition doit faire parvenir à sont tenues de déclarer le mon-
l’Administration fiscale la décla- tant des sommes dépassant un
ration d’ensemble des revenus million de francs guinéens par an
au plus tard le 30 avril de chaque avant le 30 avril de chaque an-
année pour les revenus de née. (LF2004, art20)
l’année précédente. La déclara-
tion doit être adressée à Art.22bis : Les sociétés et en-
l’Administration chargée de treprises ont l’obligation de pu-
l’assiette de l’impôt du lieu du blier par voie de presse, deux
domicile fiscal du contribuable. fois par an, leurs états financiers
(LF2004, art20) (bilans et comptes de résultats)
2- Les dirigeants des personnes (LF2004 art.23).

Code Général des Impôts 11


II. Contenu de la déclaration. Les annexes à la déclaration qui
doivent le cas échéant être
Art.23.- Les déclarations pré- jointes à celle-ci, sont souscrites
vues à l’article 20-V sont rédi- également sur des imprimés éta-
gées sur des imprimés établis blis par l’Administration fiscale.
par l’Administration fiscale con-
formément aux modèles arrêtés Le contribuable assujetti à
par le Ministre de l’Economie et l’obligation de souscrire une dé-
des Finances. Les indications à claration d’ensemble des reve-
fournir dans la déclaration nus, ou exerçant l’option prévue
d’ensemble sont destinées à à l’article 20-IV, doit y faire figu-
permettre l’établissement de rer l’ensemble des revenus per-
l’impôt dont le contribuable est çus ou réalisés par lui-même,
redevable. ses enfants à charge et, dans le
cas d’option en faveur de
Cette déclaration comporte à cet l’imposition unique des conjoints,
effet des mentions relatives no- son épouse ou ses épouses, à
tamment : l’exclusion toutefois :
1° à la situation et aux charges -des plus-values immobilières
de famille, au domicile et au lieu non professionnelles qui ont
d’exercice des activités profes- supporté le prélèvement libéra-
sionnelles du contribuable, toire prévu à l’article 163 ;
2° aux différents éléments com- -des revenus de capitaux mobi-
posant le revenu du contribuable, liers qui ont supporté les rete-
ou du foyer fiscal, nus à la source prévues aux ar-
3° aux charges déductibles. ticles 189 et 190 à condition
qu’elles aient eu un caractère
La déclaration doit, le cas libératoire conformément aux
échéant, être accompagnée de dispositions de l’article 191.
diverses indications ou docu-
ments relatifs à des situations Les contribuables dont le domi-
particulières, notamment: la de- cile fiscal est situé hors de la
mande d’imposition unique Guinée ne doivent toutefois dé-
des conjoints, la demande clarer que leurs seuls revenus de
d’imposition séparée des enfants source guinéenne.
mineurs, la demande de ratta-
Les contribuables doivent joindre
chement des enfants majeurs, la
à leur déclaration de revenu les
demande d’étalement des reve-
justifications des déductions
nus exceptionnels ou différés
auxquelles ils prétendent.
prévue à l’article 19.

Code Général des Impôts 12


III. Contrôle – Rectification – Toutes les demandes écrites
Taxation d’office – doivent indiquer explicitement les
points sur lesquels elles portent
Art.24.- Les déclarations sous- et fixer à l’intéressé un délai de
crites par les contribuables sont quinze jours à compter de la date
soumises au contrôle de de réception pour fournir sa ré-
l’Administration fiscale. ponse. (LF 2001, art.24).
Celle-ci peut demander au contri-
buable des éclaircissements. Art.26. - L’Administration fiscale
Elle peut en outre lui demander a le droit de rectifier les déclara-
des justifications au sujet de sa tions mais elle doit au préalable
situation et ses charges de fa- adresser au contribuable les in-
mille, ainsi que des sommes re- dications des éléments qu’elle se
tranchées de l’ensemble des propose de retenir comme base
revenus nets par application de de son imposition et l’inviter à se
l’article 17 du présent code. faire entendre ou à faire parvenir
son acceptation ou ses observa-
Elle peut également lui deman- tions dans un délai de quinze
der des justifications lorsqu’elle a jours.
réuni des éléments permettant
d’établir que le contribuable peut Le droit de rectification de
avoir des revenus plus impor- l’Administration fiscale s’exerce
tants que ceux qu’il a déclarés. sans préjudice du droit de récla-
Art.25. - Les éclaircissements et mation du contribuable.
justifications visés à l’article pré-
cédent peuvent être demandés Art.27. - I.- Est taxé d’office :
verbalement ou par écrit. • 1° Tout contribuable qui,
après la demande et au
Lorsque le contribuable a refusé terme du délai visé au
de répondre à une demande second alinéa du I de
verbale ou lorsque la réponse l’article 29, n’a pas satis-
faite à cette demande est consi- fait, alors qu’il s’y trouvait
dérée par l’Administration assujetti, à l’obligation de
comme équivalente à un refus de souscrire la déclaration
réponse sur tout ou partie des prévue à l’article 20-V.
points à éclaircir, l’Administration • 2° Tout contribuable qui
fiscale doit renouveler sa de- s’est abstenu de ré-
mande par écrit. Cette demande pondre aux demandes
est obligatoirement visée par un d’éclaircissement ou de
agent ayant au moins le grade justifications de l’Adminis-
d’inspecteur. tration fiscale formulées

Code Général des Impôts 13


par écrit dans les condi- vu à l’article 22, alors qu’il s’y
tions prévues par l’article trouvait tenu.
25.
Le contribuable qui a été invité
II. L’Administration fiscale doit par l’administration à régulariser
notifier au contribuable taxé sa situation et qui n’a pas déféré
d’office l’indication des éléments à cette demande dans un délai
retenus comme base d’impo- de quinze jour est taxé d’office.
sition ainsi que le montant de La majoration visée au premier
l’impôt et des pénalités corres- alinéa est, en ce cas, portée à
pondants ; la mise en recouvre- 50% avec un minimum de
ment est immédiate (LF 2012, art 100.000FG. (LF 2001, art.26).
15).
II. Dans le cas où le revenu dé-
Art.28. - En cas de désaccord claré par un contribuable fait
avec l’Administration fiscale, le l’objet d’un redressement d’un
contribuable taxé d’office ne peut montant inférieur ou égal au
obtenir, par la voie contentieuse, dixième du revenu net impo-
la décharge ou la réduction de la sable, les droits supplémentaires
cotisation qui lui a été assignée correspondants ne sont assortis
qu’en apportant la preuve de d’aucune pénalité.
l’exagération du chiffre retenu Si l’insuffisance de déclaration
comme base d’imposition par excède le dixième du revenu net
l’administration. imposable après redressement,
les droits supplémentaires cor-
II supporte la totalité des frais de respondants aux revenus non
l’instance y compris ceux de déclarés sont majorés de 25%.
l’expertise s’il y a lieu. Toutefois,
si la base fixée par la juridiction Les majorations visées au pré-
compétente n’est pas supérieure sent paragraphe ne s’appliquent
de plus de 10% au chiffre produit qu’aux droits supplémentaires
par le contribuable, ces frais in- résultant d’une insuffisance de
combent au Budget National. déclaration, que cette dernière
ait été déposée ou non dans les
IV. Sanctions délais.

Art.29.- I. Le montant de l’impôt Art.30.- Le contribuable qui,


est majoré de 10% avec un mi- encaissant directement ou indi-
nimum de 10.000 FG pour le rectement des revenus à
contribuable qui n’a pas souscrit l’étranger, ne les a pas mention-
de déclaration dans le délai pré- nés dans sa déclaration, est ré-

Code Général des Impôts 14


puté les avoir omis. Il est tenu de Le personnel de maison,
verser le supplément d’impôt Les voitures automobiles desti-
correspondant ainsi que la majo- nées au transport des per-
ration des droits en sus. sonnes.

SECTION VI.- IMPOSITION Les éléments dont il est fait état


D’APRES CERTAINS pour le calcul du revenu maxi-
ELEMENTS DU TRAIN DE VIE mum sont ceux dont le contri-
buable, ses enfants à charge,
Art.31.- Sauf justification con- son épouse ou ses épouses au
traire fournie par le contribuable, cas d’exercice de l’option prévue
le revenu imposable ne peut être à l’article 10, ont disposé pen-
inférieur à une somme forfaitaire dant l’année dont les revenus
déterminée en appliquant à cer- sont imposés.
tains éléments du train de vie
des contribuables un barème fixé La valeur locative à retenir pour
la loi de finances. Les éléments les résidences principales ou
du train de vie à considérer sont : secondaires est celle servant de
La valeur locative de la rési- base à la contribution foncière
dence principale et, le cas unique ou toute taxe équivalente
échéant, des résidences secon- assise sur la valeur locative ou,
daires en Guinée ou hors de défaut, la locative réelle.
Guinée,

SECTION VII. - CALCUL DE L’IMPOT

Art.32.- I. Le revenu imposable, arrondi au millier de francs guinéens infé-


rieur, est taxé par application du taux de :
0% à la fraction du revenu qui n’excède pas 100.000 FG
10% à la fraction du revenu comprise entre 100.000 et 1.000.000 FG
15% à la fraction du revenu comprise entre 1.000.001 et 1.500.000 FG
20% à la fraction du revenu comprise entre 1.500.001 et 3.000.000 FG
25% à la fraction du revenu comprise entre 3.000.001 et 6.000.000 FG
30% à la fraction du revenu comprise entre 6.000.001 et 10.000.000 FG
35% à la fraction du revenu comprise entre 10.000.001 et 20.000.000 FG
40% à la fraction du revenu supérieure à 20.000.000 FG.

Code Général des Impôts 15


II. De l’impôt ainsi obtenu il con- Le prélèvement supporté au titre
vient de retrancher le cas des plus-values immobilières non
échéant, les sommes déjà ver- professionnelles, libératoire dans
sées ou retenues au titre de tous les cas conformément aux
l’impôt sur le revenu, soit : dispositions de l’article 163, n’est
pas imputable sur le montant
1° Les retenus à la source sup- d’impôt sur le revenu calculé en
portées au titre de traitements et application du tarif fixé au I.
salaires, pensions et rentes via-
gères ; III. Lorsque le total des retenues
2° Le prélèvement forfaitaire sur ou prélèvements imputables sur
les revenus fonciers ; le montant d’impôt sur le revenu
3° Le prélèvement proportionnel calculé en application du tarif fixé
sur les bénéfices industriels et au 1 excède ledit montant, le
commerciaux; contribuable qui a régulièrement
4° Le prélèvement proportionnel déclaré ses revenus d’ensemble
sur les bénéfices non commer- peut obtenir par voie de réclama-
ciaux ; tion adressée à l’Administration
5° Le prélèvement proportionnel fiscale dans les formes et délais
sur les bénéfices agricoles ; prévus en matière d’impôts di-
6° La retenue à la source prévue rects, et sous réserve des dispo-
à l’article 198 ; sitions des articles 64 alinéa 5,
7° Les retenues à la source sur 69 alinéa 5, 150 alinéa 3 et 198-
les revenus de capitaux mobi- II, la restitution des droits qu’il a
liers, appliquées en vertu des supportés en trop.
dispositions des articles 189 et Le barème des éléments de train
190, dans le cas où elles n’ont de vie prévu à l’article 31 du pré-
pas eu de caractère libératoire sent code est établi de la ma-
en vertu des dispositions de nière suivante :
l’article 191.

Code Général des Impôts 16


- Personnel de maison :

Gardien jardinier 100 000


Gens de maison 150 000
Cuisinier 175 000

- Logement et accessoires

Nombre de pièces Logement Mobilier Electricité


_____________________________________________________________________
1 80 000 12 000 20 000
2 120 000 18 000 24 000
3 160 000 24 000 30 000
4 200 000 30 000 36 000
5 240 000 36 000 40 000
6 300 000 48 000 50 000

- Véhicules automobiles (par véhicule)

moins de trois Plus de trois


Types de véhicules
ans ans
Puissance fiscale inférieure à 8 cv 1 000 000 FG 500 000 FG
Puissance fiscale de 8 à 11 cv 1 500 000 FG 750 000 FG
Puissance fiscale supérieure à 11 cv 2 000 000 FG 1 000 000 FG

Code Général des Impôts 17


CHAPITRE 2

Détermination des bénéfices nets


Ou revenus nets des diverses catégories de revenus

SECTION I – REVENUS FONCIERS

Art.33. à 49 - remplacé par la Contribution Foncière Unique depuis le


01/01/1998. (Art.13 à 26 de la loi n°L/98/003/AN portant loi de finances
pour 1998.

SECTION II – TRAITEMENTS, SALAIRES, PENSIONS ET RENTES


VIAGERES.

I. Définition des revenus s’exercerait hors de Guinée et


imposables. que l’employeur serait domicilié
ou établi à l’étranger;
Art.50. - Les traitements publics 2° Lorsque le bénéficiaire est
et privés, émoluments, salaires, domicilié à l’étranger à condition
indemnités, rémunérations assi- que l’activité rétribuée s’exerce
milées, pensions et rentes via- en Guinée.
gères concourent à la formation
du revenu global servant de base II. Les pensions et rentes via-
à l’impôt sur le revenu. gères sont imposables :
1° Lorsque le bénéficiaire est
Art.51. - Conformément aux domicilié en Guinée, alors même
principes posés par les articles 2 que le débiteur serait domicilié
et 5 du présent code: ou établi à l’étranger.
2° Lorsque le bénéficiaire est
I. Les traitements salaires, in- domicilié à l’étranger à la condi-
demnités, émoluments et rému- tion que le débiteur soit domicilié
nérations assimilées y compris ou établi en Guinée.
les primes de toute nature sont
imposables, quel que soit le lieu Art.52. - Sont imposables et
de mise à disposition desdits suivent le sort de la rémunération
revenus : proprement dite, les rémunéra-
1° Lorsque le bénéficiaire est tions accessoires telles que :
domicilié en Guinée, alors même 1°- Les allocations afférentes à la
que l’activité rémunérée qualité ou aux conditions du tra-
vail et les primes de fonction;

Code Général des Impôts 18


2° Les allocations ou indemnités salarié en fin d’activité pour
pour frais professionnels dès lors cause de démission volontaire
qu’elles ne répondent pas aux constituent un supplément de
conditions posées par l’article rémunération entrant dans le
55-2° pour être exonérées; champ d’application de l’impôt
3°- Les indemnités, remboursements sur le revenu.
et allocations forfaitaires pour frais
versés aux dirigeants de sociétés II. Exemptions.
et cadres assimilés, quel que soit
leur objet; Art.55. - Sont affranchis de l’impôt :
4°- Les primes dites de dépay-
sement ou d’éloignement et 1. Les allocations familiales ser-
toutes autres rémunérations vies en application de la régle-
ayant le même objet. mentation en vigueur ;
2. Les indemnités destinées à
Art. 53. - Conformément au assurer le remboursement pour
principe posé par l’article 16-1, leur montant réel des frais pro-
quatrième alinéa du présent fessionnels utilisés conformé-
code, les rémunérations en na- ment à leur objet et sous réserve
ture entrent dans le champ de justification. Il s’agit principa-
d’application de l’impôt au même lement des :
titre que les rémunérations en
espèces, que ces rémunérations - indemnités de logement ;
couvrent l’intégralité de l’activité - indemnités de transport ;
du salarié ou seulement une par- - indemnités de panier et
tie de celle-ci. repas ;
- primes de cherté de vie ;
Ces rémunérations consistent - primes de craie (LFR 2006,
dans la concession gratuite au art.5)
salarié d’un bien dont
l’employeur est propriétaire ou 2° Les allocations et les indem-
locataire ou dans la fourniture nités spéciales destinées à assu-
gratuite de produits ou de ser- rer le remboursement, pour leur
vices. L’évaluation de la rémuné- montant réel, de frais profes-
ration en nature doit être faite en sionnels, effectivement utilisées
tenant compte de la valeur réelle conformément à leur objet, et
des éléments concédés au béné- sous réserve de justifications ;
ficiaire. (LF 2004, art. 19). 3° Les indemnités et primes spé-
ciales de caractère forfaitaire
Art.54. - Les allocations, primes destinées à assurer le rembour-
ou indemnités perçues par un sement de frais professionnels,

Code Général des Impôts 19


effectivement utilisées confor- tions dans la mesure où les pays
mément à leur objet, dans les qu’ils représentent accordent des
limites fixées par arrêté du Mi- avantages analogues aux
nistre de l’Economie et des Fi- membres des missions di-
nances, et sous réserve des dis- plomatiques et consulaires gui-
positions de l’article 52-3; néens, et dès lors que le titulaire
4° Les indemnités de licencie- desdits appointements n’est pas
ment et les indemnités de départ de nationalité guinéenne.
à la retraite
5° Les indemnités temporaires, 10° Abrogé (LFR. 2006, art.4).
prestations et rentes viagères
servies aux victimes d’accidents III. Rémunérations allouées
du travail ou à leurs ayants droit ; aux gérants et aux associés de
6° Les salaires versés aux ap- certaines sociétés.
prentis munis d’un contrat
d’apprentissage répondant aux Art.56. - Les traitements, rem-
conditions posées par le code du boursements forfaitaires de frais
travail ; et toutes autres rémunérations
7° Les allocations, bourses, in- alloués :
demnités et prestations servies - aux gérants majoritaires des
sous quelque forme que ce soit sociétés à responsabilité limitée,
par l’Etat ou les collectivités et - ainsi qu’aux associés en nom
les établissements publics en des sociétés de personnes et
application des lois et règlements aux membres des associations
d’assistance ; en participation y compris les
8° Les rentes viagères servies en syndicats financiers lorsque ces
représentation de dommages- sociétés ont opté pour le régime
intérêts en vertu d’une condam- fiscal des sociétés de capitaux,
nation prononcée judiciairement admis en déduction des béné-
pour la réparation d’un préjudice fices soumis à l’impôt sur les
corporel ayant entraîné pour la sociétés par application de
victime une incapacité perma- l’article 94-d, sont, même si les
nente totale l’obligeant à avoir résultats de l’exercice social sont
recours à l’assistance d’une déficitaires, soumis à l’impôt sur
tierce personne pour effectuer le revenu au nom de leurs béné-
les actes ordinaires de la vie ; ficiaires, dans les conditions pré-
9° Les appointements des vues par la présente section pour
membres des missions diploma- les traitements et salaires.
tiques et consulaires accrédités
auprès de la République de Gui-
née pour l’exercice de leurs fonc-

Code Général des Impôts 20


IV. Détermination du revenu calculée forfaitairement en fonc-
imposable. tion du revenu brut après défal-
cation des cotisations et rete-
Art.57. - Pour la détermination nues visée aux 1° et 2° ci-
des bases d’imposition, il est dessus; elle est fixée à 10% du
tenu compte du montant net de montant de ce revenu.
toutes les sommes qui ont été
mises à la disposition du contri- Art.59. - Abrogé (cf article 53)
buable, à titre de traitements,
indemnités et émoluments, sa- Art.60. - Sous réserve des exo-
laires, pensions et rentes via- nérations prévues à l’article 55,
gères soit par voie de paiement sont soumises à l’impôt, les pen-
soit par voie d’inscription au cré- sions et les rentes viagères
dit d’un compte sur lequel quelle que soit leur forme ou leur
l’intéressé a fait ou aurait pu faire origine.
un prélèvement durant l’année
d’imposition, ainsi que des avan- Pour ces rémunérations, le reve-
tages visés à l’article 53. nu brut est constitué par le mon-
tant total des arrérages perçus
Art.58. - Le montant net du re- en espèces ou nature au cours
venu imposable est déterminé en de l’année d’imposition.
déduisant du montant brut des
sommes payées et des avan- Le cas échéant, peuvent être
tages en espèces ou en nature déduites de ce revenu brut, les
accordés : cotisations de caractère social
1°- Les cotisations des salariés incombant obligatoirement au
aux assurances sociales obliga- pensionné ou au rentier.
toires en vertu des dispositions
de la loi ; V. Mode de perception de
2°- Les retenues faites par l’impôt
l’employeur en vue de la consti-
tution de pensions de retraites en Art.61. - Tout employeur domici-
application d’un régime de pré- lié ou établi en Guinée doit opé-
voyance obligatoire en vertu des rer, pour le compte du Receveur
dispositions de la loi ; des Impôts ou du Trésor, au titre
3°- Les frais professionnels lors- de l’impôt sur le revenu dû par
qu’ils ne sont pas couverts par les bénéficiaires de traitements
des allocations spéciales. et salaires, une retenue lors de
chaque paiement effectué en
La déduction à effectuer au titre faveur:
desdits frais professionnels est

Code Général des Impôts 21


1° de tout employé domicilié en traitements, salaires, pensions
Guinée, ou rentes viagères, de revenus
2° de tout employé domicilié à relevant d’une ou de plusieurs
l’étranger lorsque l’activité rétri- autres catégories identifiées à
buée s’exerce en Guinée. l’article 1 et sous réserve des
dispositions des articles 163 et
Art.62. - La retenue à la source 191, doit être assujetti à l’impôt
prévue à l’article 61 porte sur le sur le revenu sur la base de
montant du revenu imposable l’ensemble de ses revenus.
déterminé dans les conditions
indiquées aux articles 57 et 58 Il doit, à cet effet, souscrire une
ci-dessus. déclaration annuelle de
l’ensemble de ses revenus. En
Art.63. - Le montant de la rete- ce cas, les retenues à la source
nue est calculé par application effectuées sur les traitements,
au revenu mensuel imposable salaires, pensions ou rentes via-
des taux suivants : gères dont lui-même ou ses en-
fants à charge ont bénéficié sont
1) pour la tranche de revenu allant imputables sur le montant
de 0 à 1 000 000 FG 0% d’impôt sur le revenu calculé sur
la base de l’ensemble des reve-
2) pour la tranche de revenu allant
de 1 000 001 à 5 000 000 FG 5%
nus dont il a disposé.

3) pour la tranche de revenu allant De même, dans le cas du contri-


de 5 000 001 à 10 000 000 FG 10% buable domicilié en Guinée ayant
opté, dans les conditions pré-
4) pour la tranche de revenu vues à l’article 10, pour
supérieure à 10 000 000 15% l’imposition de l’ensemble des
revenus du foyer, et assujetti à
(LF. 2011, art.21). ce titre à l’obligation de produire
une déclaration de l’ensemble
Art.64. - La retenue à la source
desdits revenus, les retenues à
établie par l’article 61 ci-dessus
la source effectuées sur les trai-
est en principe libératoire de
tements, salaires, pensions ou
l’impôt sur le revenu dû par le
rentes viagères dont ont bénéfi-
bénéficiaire de traitements ou
cié toutes les personnes compo-
salaires.
sant le foyer fiscal sont impu-
Toutefois, conformément aux
tables sur le montant d’impôt sur
règles établies à l’article 20 du
le revenu calculé sur la base de
présent code, le contribuable
l’ensemble des revenus dont a
domicilié en Guinée disposant,
disposé ledit foyer.
outre de revenus à caractère de

Code Général des Impôts 22


Le contribuable domicilié hors de Art.66. - Tout débiteur de pen-
la Guinée mais percevant des sions ou rentes viagères domici-
traitements ou salaires de source lié ou établi en Guinée doit opé-
guinéenne est également assu- rer, pour le compte du Receveur
jetti à l’obligation de souscrire National des Impôts ou du Tré-
une déclaration de l’ensemble de sor, une retenue au titre de
ses revenus de source gui- l’impôt sur le revenu lors de
néenne, en vue de l’application, chaque paiement effectué, que le
sur cette base, de l’impôt sur le bénéficiaire qu’il soit ou non do-
revenu. La retenue à la source micilié en Guinée.
effectuée sur les traitements et
salaires dont il a bénéficié est Art.67. - La retenue à la source
imputable sur le montant d’impôt prévue à l’article 66 porte sur le
sur le revenu calculé sur la base montant du revenu imposable
de l’ensemble de ses revenus de déterminé dans les conditions
source guinéenne. L’excédent indiquées à l’article 60 ci-dessus.
éventuel de retenue n’est pas
restituable, sous réserve des Art.68. - Le montant de la rete-
dispositions des conventions nue est calculé par application
internationales relatives aux au revenu mensuel imposable
doubles impositions. des taux fixés à l’article 63 du
présent code.
Art.65. - Les contribuables do-
miciliés en Guinée qui reçoivent Art.69. - La retenue à la source
d’employeurs domiciliés ou éta- établie par l’article 66 ci-dessus
blis à l’étranger des traitements est soumise aux mêmes règles
ou salaires, sont tenus de sous- que celle prévues par l’article 64
crire une déclaration annuelle de en manière de traitements et
l’ensemble de leurs revenus, et salaires.
d’y faire figurer lesdits traite-
ments ou salaires, retenus pour Art.70.- Les Contribuables domici-
un montant déterminé confor- liés en Guinée qui reçoivent
mément aux dispositions des d’employeurs domiciliés ou établis à
articles 57 et 58 du présent code. l’étranger des pensions ou rentes
viagères, sont soumis aux
Ces traitements ou salaires sont, mêmes obligations et sont impo-
sous réserve des dispositions sés dans les mêmes conditions
des conventions internationales que les bénéficiaires de traite-
relatives aux doubles imposi- ments et salaires visés à l’article
tions, imposables par voie de 65 du présent code.
rôle, dans les conditions du droit
commun.

Code Général des Impôts 23


VI. Obligations des justificative mentionnant le mon-
employeurs et débirentiers. tant desdites retenues.

Art.71. - Toute personne phy- Art.72. - Les retenues afférentes


sique ou morale qui paye des aux paiements effectués pendant
sommes imposables aux béné- un mois déterminé doivent être
fices visés aux articles 61 et 66 versées dans les quinze jours du
ci-dessus est tenue d’effectuer mois suivant à la caisse du Re-
pour le compte du receveur Na- ceveur national des impôts ou du
tional des Impôts ou du Trésor la Trésor public du lieu de
retenue de l’impôt. l’établissement de l’employeur ou
du domicile du débirentier.
Elle doit, pour chaque bénéfi- Les versements pourront être
ciaire d’un paiement imposable, effectués par tous les modes de
mentionner sur son livre, fichier libération légaux: versement di-
ou autre document destiné à rect, virement ou chèque ban-
l’enregistrement de la paye ou, à caire, chèque postal.
défaut sur un livre spécial, la
date, nature et le montant de ce Art.73. - Lorsque le montant des
paiement, le montant des rete- retenues mensuelles n’excède
nues opérées, la référence du pas 100.000 francs guinéens, le
bordereau de versement prévu à versement peut être effectué
l’article 74 ci-après. dans les quinze premiers jours
de chaque trimestre pour le tri-
Les documents sur lesquels sont mestre écoulé. Si, pour un mois
enregistrés les paiements et les déterminé, le montant des rete-
retenues effectuées doivent être nues vient à excéder 100.000
conservés jusqu’à l’expiration de francs guinéens, toutes les rete-
la troisième année suivant celle nues faites depuis le début du
au titre de laquelle les retenues trimestre en cours doivent être
sont faites. Ils doivent à toute versées dans les quinze pre-
époque et sous peine des sanc- miers jours du mois suivant.
tions prévues à l’article 83 ci-
après, être communiqués, sur sa Dans le cas de transferts de do-
demande, à l’Administration fis- micile, d’établissement ou bu-
cale. reau à l’étranger, ainsi que dans
le cas de cession ou de cessa-
Les employeurs ou débirentiers tion d’entreprise, les retenus ef-
sont tenus de délivrer à chaque fectuées doivent être immédia-
bénéficiaire de paiement ayant tement versées.
supporté les retenues, une pièce

Code Général des Impôts 24


En cas de décès de l’employeur carnets à souche réglementaires
ou du débirentier, les retenues par l’Administration fiscale.
opérées doivent être versées
dans les quinze premiers jours Art.75. - Le montant des verse-
du mois suivant celui du décès. ments constatés au nom de
chaque employeur fera l’objet
Art.74. - Chaque versement est par l’Administration fiscale au fur
accompagné de la déclaration et à mesure de la réception de la
mensuelle unique ou d’un borde- partie des bordereaux formant
reau-avis extrait d’un carnet à avis de recouvrement d’un relevé
souche daté et signé par la partie nominatif tenant lieu de rôle pro-
versante et indiquant : visoire et donnera lieu, chaque
1. La période au cours de la- fin de trimestre, à l’établissement
quelle les retenues ont été
d’un rôle de régularisation.
faites, la désignation, l’adresse
Art.76.- Tous particuliers et
et la profession de la personne,
toutes sociétés ou associations
société, association ou admi-
occupant des employés, commis,
nistration qui les a opérées ; ouvriers ou auxiliaires, moyen-
2. L’effectif des employés, le mon- nant traitement, salaires ou rétri-
tant des salaires versés et butions, sont tenus de remettre
l’assiette des retenues ; dans le courant du mois de jan-
3. Le montant total des retenues vier de chaque année à
effectuées. l’Administration fiscale du lieu de
leur principal établissement, un
Les déclarations mensuelles état présentant pour chacune
uniques ou les bordereaux - avis des personnes qu’ils ont occu-
sont conservés par le comptable pées au cours de l’année précé-
public comme titre provisoire de dente les indications suivantes :
recouvrement. Une partie du
bordereau-avis destinée à 1° Nom, prénom, emploi, lieu du
l’Administration fiscale et dûment domicile des employés dont le
remplie par la partie versante est domicile fiscal est situé en Gui-
adressée par l’agent de percep- née ;
tion à l’administration fiscale pé- 2° Nom, prénom, emploi, lieu de
riodiquement et au plus tard la résidence en Guinée et lieu du
dans les dix premiers jours du domicile à l’étranger des em-
mois pour les versements du ployés dont le domicile fiscal est
mois précédent. situé à l’étranger ;
Les employeurs sont approvi- 3° Montant des traitements, sa-
sionnés, sur leur demande, en laires et rétributions payés soit

Code Général des Impôts 25


en argent, soit en nature pendant payées pendant l’année de la
ladite année ; cession ou de la cessation dans
4° Période à laquelle s’appliquent un délai de six jours.
les paiements lorsqu’elle est infé- Il en est de même de l’état con-
rieure à une année; cernant les rémunérations ver-
5° Montant des allocations spé- sées au cours de l’année précé-
ciales destinées à couvrir les dente s’il n’a pas encore été pro-
frais professionnels excédant duit.
ceux couverts par la déduction
forfaitaire ; En cas de décès de l’employeur
6° Montant des retenues à la ou du débirentier, la déclaration
source effectuées pendant des traitements, salaires, pen-
l’année précédente. sions ou rentes viagères, payés
par le défunt pendant l’année au
Les ordonnateurs, ordonnateurs cours de laquelle il est décédé
délégués, ou sous-ordonnateurs doit être souscrite par les héri-
des budgets de l’Etat, des éta- tiers dans les six mois du décès.
blissements publics, des collecti-
vités locales et des projets pu- Art.79. - Les contribuables do-
blics sont tenus de fournir dans miciliés en Guinée qui reçoivent
le même délai, les mêmes ren- de débiteurs domiciliés ou établis
seignements concernant le per- à l’étranger des traitements, in-
sonnel qu’ils administrent. demnités, émoluments, salaires,
pensions ou rentes viagères,
Art.77. - Tous particuliers et
doivent produire, en ce qui les
toutes sociétés ou associations
concerne, les renseignements
versant des pensions ou rentes
exigés par les articles 76 et 77,
viagères sont tenus dans les
et les joindre à la déclaration
conditions prévues à l’article 76
d’ensemble de leurs revenus de
de fournir les indications relatives
source guinéenne.
aux bénéficiaires de ces pen-
sions ou rentes lorsqu’elles dé-
VII. Régularisation.
passent 100.000 francs guinéens
dans l’année.
Art.80. - I. Les traitements, sa-
Art.78. - Dans le cas de cession laires, pensions et rentes via-
ou de cessation, en totalité ou en gères de même source ou de
partie, de l’entreprise ou de ces- sources différentes dont le con-
sation de l’exercice de la profes- tribuable a disposé pendant une
sion, l’état visé à l’article 76 ci- année déterminée sont totalisés
dessus doit être produit en ce qui à l’expiration de ladite année. Si
concerne les rémunérations le montant de retenues qu’il a

Code Général des Impôts 26


supporté est supérieur à la revenus, en vue de la détermina-
somme effectivement due, le tion du revenu imposable
contribuable peut obtenir, par d’ensemble dudit contribuable
voie de réclamation adressée à effectuée conformément aux
l’Administration fiscale, au plus règles prévus par les articles 16
tard le 30 avril de l’année sui- à 19 du présent code.
vante, la restitution des droits
qu’il a supportés en trop. Dans le Si le montant de retenues qu’il a
cas contraire, les droits ou com- supporté est supérieur au mon-
pléments de droits exigibles sont tant d’impôt sur le revenu calculé
perçus au moyen de rôles établis sur cette base, le contribuable
au nom de l’employeur ou du peut obtenir la restitution des droits
débirentier et mis en recouvre- qu’il a supportés en trop dans les
ment. conditions prévues à l’article 32-III.

II. Lorsque le contribuable béné- Dans le cas contraire, les droits


ficiaire de traitements, salaires, ou compléments de droits exi-
pensions ou rentes viagères est gibles sont perçus au moyen de
imposable selon le régime simpli- rôles établis au nom du contri-
fié d’imposition prévu à l’article buable. Toutefois, la partie des
20-II, la retenue à la source est, droits ou compléments de droits
sous réserve des dispositions du exigibles correspondant, le cas
I ci-dessus, libératoire de l’impôt échéant, à une insuffisance de
sur le revenu. retenue sur traitements, salaires,
pensions ou rentes viagères, est
III. Dans le cas où le bénéficiaire établie au nom de l’employeur ou
de traitements, salaires, pen- du débirentier selon la procédure
sions ou rentes viagères est im- prévue à l’article 81.
posable selon le régime normal
d’imposition prévue à l’article IV. Pour la mise en œuvre de
20-III, les traitements, salaires, l’imposition des revenus
pensions ou rentes viagères dont d’ensemble du foyer fiscal, pré-
ce contribuable a disposé pen- vue à l’article 10, les traitements,
dant une année déterminée sont salaires, pensions ou rentes via-
totalisés à l’expiration de ladite gères dont les membres du foyer
année; le revenu net taxable ont disposé pendant une année
imputable au contribuable au titre déterminée sont totalisés à
de cette catégorie de revenus l’expiration de ladite année; le
est, le cas échéant, ajouté aux revenu net taxable imputable au
revenus nets encaissés ou réali- contribuable chef de famille au
sés au titre d’autre catégories de titre de cette catégorie de reve-

Code Général des Impôts 27


nus est, le cas échéant, ajouté VIII. Sanctions
aux revenus nets encaissés ou
réalisés au titre d’autres catégo- Art.81. - Tout employeur ou
ries de revenus, en vue de la débirentier qui n’a pas effectué
détermination du revenu impo- les retenues à la source prévues
sable d’ensemble dudit contri- par les articles 61 et 66 du pré-
buable effectuée conformément sent code ou qui n’a opéré que
aux règles prévues par les ar- des retenues insuffisantes de-
ticles 16 à 19. vient personnellement redevable
Si le montant de retenues que du montant des retenues non
les membres du foyer fiscal a effectuées. Il est en outre pas-
supporté est supérieur au mon- sible d’une amende égale au
tant d’impôt sur le revenu calculé montant des retenues non effec-
sur cette base, le contribuable tuées.
peut obtenir la restitution des
droits qu’il a supportés en trop Art.82. - Tout employeur ou
dans les conditions prévues à débirentier qui, ayant effectué les
l’article 32-III. retenues prévues aux articles 61
et 66, ne les a pas versés au
Dans le cas contraire, les droits Trésor dans les délais prescrits
ou compléments de droits exi- est personnellement imposé par
gibles sont perçus au moyen de voie de rôle d’une somme égale
rôles établis au nom du contri- à celle qu’il aurait dû verser.
buable. Toutefois, la partie des
droits ou compléments de droits Il est outre frappé pour chaque
exigibles correspondant, le cas période d’un mois écoulé entre la
échéant, à une insuffisance de date à laquelle le versement au-
retenue sur traitements, salaires, rait dû normalement être effectué
pensions ou rentes viagères, est et le jour du paiement, d’une
établie au nom de l’employeur ou amende fiscale de 10% du mon-
du débirentier selon la procédure tant des sommes dont le verse-
prévue à l’article 81. ment a été différé. Pour le calcul
de cette amende, toute période
V. Peuvent être également répa- d’un mois commencée est comp-
rées par voie de rôles, dans les tée entièrement.
mêmes conditions et délais que
celles exposées au I, toutes Si le retard excède trois mois,
omissions totales ou partielles l’amende fiscale prévue à l’article
ainsi que toutes erreurs com- 81 ci-dessus est en outre appli-
mises dans l’application des re- cable
tenues.

Code Général des Impôts 28


Art.83. - Toute infraction aux réclamations sont présentées
prescriptions des articles 71, 74, instruites et jugées conformé-
76, 77 et 78 donne lieu à ment aux règles prévues en ma-
l’application d’une amende fis- tière d’impôts directs.
cale de 10.000 francs guinéens, En cas de décès du contreve-
encourue autant de fois qu’il est nant, ou s’il s’agit d’une société,
relevé d’omission ou en cas de dissolution, l’amende
d’inexactitudes dans les rensei- constitue une charge de la suc-
gnements qui doivent être fournis cession ou de la liquidation.
en vertu de ces articles. Lorsque
la production des états visés aux Art.86. - En aucun cas, les
articles 76, 77 et 78 n’a pas été amendes prévues aux articles
effectuée dans les délais pres- 81, 82, alinéa 2, et 83, ne peu-
crits, l’amende est majorée de vent être récupérées sur les sa-
50% si le retard excède un mois lariés ou bénéficiaires de pen-
sans dépasser deux mois, dou- sions ou rentes.
blée s’il est compris entre deux
et trois mois et triplée s’il est su- SECTION III – BENEFICES
périeur à trois mois. INDUSTRUELS ET
COMMERCIAUX
Art.84. - Les droits et amendes
I. Définition
fiscales prévus par les articles
81, 82 et 83 ci-dessus sont cons- Art.87. - Sont considérés
tatés par l’Administration fiscale comme bénéfices industriels et
et compris dans un ou plusieurs commerciaux pour l’application
rôles qui peuvent être mis en de l’impôt sur le revenu, les bé-
recouvrement jusqu’à l’expiration néfices réalisés par des per-
de la troisième année suivant sonnes physiques, exploitants
celle au cours de laquelle les individuels ou membres de so-
infractions sont immédiatement ciétés, et provenant de l’exercice
exigibles en totalité. d’une profession industrielle,
commerciale ou artisanale.
Art.85. - L’application de ces
amendes peut être contestée Il en est de même, dans les
dans un délai de trois mois par- mêmes conditions, des bénéfices
tant du premier jour du mois qui réalisés par les concessionnaires
suit la mise en recouvrement du de mines, par les amodiataires et
rôle, la preuve de l’irrégularité ou sous-amodiataires de conces-
de l’exagération de l’amende sions minières, par les titulaires
devant dans tous les cas être de permis d’exploitation de
apportée par l’intéressé. Les mines et par les explorateurs de

Code Général des Impôts 29


gisements de pétrole et de gaz 4. Les exploitations d’établisse-
combustibles ments destinés à fournir le
Art.87bis.- Les établissements et logement, la nourriture, les
sociétés privés de gestion des
soins personnels ou les dis-
nouvelles technologies de com-
munication,(radio, télévision, tractions,
cyber, presse en ligne, journaux 5. les opérations de commis-
etc…), les écoles et universités sion et de courtage, les opé-
privées, les centres de forma- rations d’assurance,
tions agrées, les comptoirs 6. les opérations de banque, de
d’achat d’ or, et de diamant, les change manuel et de trans-
acheteurs mandataires, les col-
fert.
lecteurs, les suppléants des col-
lecteurs, les commissionnaires
des collecteurs, les courtiers, les Art.89. - Les professions artisa-
balanciers d’or et de diamant nales sont celles des travailleurs
sont soumis aux obligations fis- indépendants qui effectuent à
cales relevant du droit commun titre principal des travaux de pro-
(LF2013, art. 18). duction, transformation, répara-
tion ou des prestations de ser-
Art.88. - L’exercice d’une pro- vices et dont le chiffre d’affaires
fession industrielle ou commer- est principalement constitué par
ciale s’entend de la rémunération de leur travail et
l’accomplissement habituel, par celui des personnes qu’ils em-
des personnes agissant pour leur ploient.
propre compte et poursuivant un
but lucratif, d’opérations à carac- Art.90. - Présentent également
tère industriel ou commercial ou le caractère de bénéfices indus-
d’opérations assimilées, telles triels et commerciaux pour
que : l’application de l’impôt sur le re-
venu, les bénéfices réalisés par
1. les achats de marchandises, les personnes physiques dési-
gnées ci-après :
matières ou objets en vue de
1°- Personnes qui donnent en
leur revente en l’état ou location un établissement com-
après transformation, mercial ou industriel muni du
2. les acquisitions de biens mobilier ou du matériel néces-
meubles en vue de leur loca- saire à son exploitation, que la
tion, location comprenne ou non tout
3. les transports, le transit, les ou partie des éléments incorpo-
rels du fonds de commerce ou
manutentions,
d’industrie ;

Code Général des Impôts 30


2°.- Personnes qui louent ou II. Détermination du revenu
sous-louent des locaux d’habi- imposable.
tation meublés ;
3°.- Personnes qui, habituelle- Art.91. - Sont compris dans le
ment, achètent en leur nom, en total des revenus servant de base
vue de les revendre, des im- à l’impôt sur le revenu les béné-
meubles, des fonds de com- fices obtenus pendant l’année de
merce, des actions ou parts de l’imposition ou dans la période de
sociétés immobilières ou qui, douze mois dont les résultats ont
habituellement, souscrivent, en servi à l’établissement du dernier
vue de les revendre, des actions bilan lorsque cette période ne
ou parts créées ou émises par coïncide pas avec l’année civile.
les mêmes sociétés. Ces per-
sonnes s’entendent notamment Si l’exercice clos au cours de
de celles qui achètent des biens l’année de l’imposition s’étend
immeubles en vue d’édifier un ou sur une période de plus ou de
plusieurs bâtiments et de les moins de douze mois, l’impôt est
vendre en bloc ou par locaux ; néanmoins établi d’après les
4°.- Personnes se livrant à des résultats dudit exercice.
opérations d’intermédiaire pour
l’achat, la souscription ou la Si aucun bilan n’est dressé au
vente des biens visés à l’alinéa 3 cours d’une année quelconque,
du présent article ; l’impôt dû au titre de la même
5°.- Personnes bénéficiaires année est établi sur les béné-
d’une promesse unilatérale de fices de la période écoulée de-
vente portant sur un immeuble puis la fin de la dernière période
qui est vendu par fractions ou imposée ou, dans le cas
parfois à la diligence de ces per- d’entreprise nouvelle, depuis le
sonnes ; commencement des opérations
6°- Membres de copropriétés de jusqu’au 31 décembre de l’année
navires pour la part correspon- considérée. Ces mêmes béné-
dant à leurs droits dans les résul- fices viennent ensuite en déduc-
tats déclarés par la copropriété. tion des résultats du bilan dans
lequel ils sont compris.
Pour l’application du présent
article, les donations entre vifs Lorsqu’il est dressé des bilans
ne sont pas opposables à successifs au cours d’une même
l’Administration. année, les résultats en sont tota-
lisés pour l’assiette de l’impôt dû
au titre de ladite année.

Code Général des Impôts 31


Art.92. - I. Le bénéfice impo- Les travaux en cours sont éva-
sable est le bénéfice net, déter- lués au prix de revient.
miné d’après les résultats V. Les écarts de conversion des
d’ensemble des opérations de devises ainsi que les créances et
toute nature effectuées par dettes libellées en monnaies
l’entreprise, y compris notamment étrangères par rapport aux mon-
les cessions d’éléments quel- tants initialement comptabilisés sont
conques de l’actif, soit en cours, déterminés à la clôture de chaque
soit en fin d’exploitation. exercice en fonction du dernier
cours de change et pris en
II. Le bénéfice net est constitué compte pour la détermination du
par la différence entre les valeurs résultat imposable de l’exercice.
de l’actif net à la clôture et à
l’ouverture de la période dont les Art.93. - Le bénéfice net est
résultats doivent servir de base à établi sous déduction de tous
l’impôt diminuée des supplé- frais ou charges qui satisfont aux
ments d’apport et augmenté des conditions suivantes :
prélèvements effectués au cours 1. Être exposés dans l’intérêt
de cette période par l’exploitant direct de l’exploitation ;
ou par les associés. L’actif net 2. Correspondre à une charge
s’entend de l’excèdent des va-
effective et être appuyés de
leurs d’actif sur le total formé au
passif par les créances des tiers, justifications suffisantes ;
les amortissements et les provi- 3. Se traduire par une diminu-
sions justifiés. tion de l’actif net de
l’entreprise ;
III. Il est tenu compte, en vue de 4. Être compris dans les
la détermination du bénéfice d’un charges de l’exercice au
exercice, des produits ou des
cours duquel ils ont été en-
charges ayant pour contrepartie
des créances ou des dettes cer- gagés.
taines dans leur principe et dans
leur montant. Art.94. - Sont notamment déduc-
tibles, les frais généraux de toute
IV. Pour l’application des disposi- nature, les dépenses de personnel
tions prévues au I et au II du et de main d’œuvre, le loyer des
présent article, les stocks sont immeubles dont l’entreprise est
évalués au prix de revient ou au locataire, les dépenses de répara-
tion et d’entretien des locaux pro-
cours du jour de la clôture de
fessionnels et du matériel, à
l’exercice, si ce cours est infé-
l’exclusion des dépenses d’exten-
rieur au prix de revient. sion ou de transformation.

Code Général des Impôts 32


a) Toutefois, les rémunérations dus, sont régulièrement versés,
directes ou indirectes y compris et donnent lieu aux retenues
les indemnités, allocations, avan- prévues par le présent code.
tages en nature et rembourse- c) Les rémunérations allouées
ments de frais alloués par les aux membres des sociétés de
entreprises, ne sont admises en personnes et organismes dont
déduction des résultats que dans les bénéfices sont imposés dans
la mesure où elles correspondent les conditions prévues à l’article
à un travail effectif et ne sont pas 13 du présent code, ne sont pas
excessives eu égard à déductibles desdits bénéfices.
l’importance du service rendu. Cependant, les appointements
Les rémunérations qui sont ex- alloués aux conjoints et autres
clues des charges déductibles en membres de la famille des asso-
vertu de ce principe, sont consi- ciés des mêmes sociétés et or-
dérées pour l’imposition du béné- ganismes, sont normalement
ficiaire comme des revenus mobi- déductibles, sous réserve du
liers s’il elles sont versées par une respect des conditions énoncées
entreprise passible de l’impôt sur au précèdent alinéa.
les sociétés ou comme des béné-
fices non commerciaux si elles d) Les rémunérations allouées, à
sont versées par une entreprise raison de leurs services effectifs,
dont l’exploitant est passible de aux dirigeants des sociétés pas-
l’impôt sur le revenu. sibles de l’impôt sur les sociétés,
b) Les appointements en argent de plein droit ou sur option, sont
ou en nature que les exploitants admises en déduction du béné-
individuels prélèvent sur leurs fice de la société pour
recettes professionnelles à titre l’établissement de l’impôt, sous
de rémunération de leur travail réserve du respect des condi-
sont exclus des charges déduc- tions prévues au deuxième ali-
tibles. Il en est de même des dé- néa du b) ci-dessus.
penses exposées dans l’intérêt Il en est ainsi :
personnel de l’exploitant. 1. -dans les sociétés anonymes,
Les appointements alloués aux des traitements fixes ou pro-
membres de la famille de l’ex- portionnels, y compris les je-
ploitant, y compris son conjoint ou tons de présence, alloués, à
ses conjoints, sont déductibles
raison de leur fonction de di-
dans les conditions de droit
commun dès lors qu’ils corres- rection, au président du con-
pondent à un travail effectif, ne seil d’administration, au direc-
sont pas excessifs eu égard à teur général, ainsi que des
l’importance des services ren- traitements versés aux admi-

Code Général des Impôts 33


nistrateurs remplissant des sont par ailleurs soumises à
fonctions techniques ; l’impôt sur le revenu dans les
2. -dans les sociétés à respon- conditions prévues à l’article 56.
sabilité limitée, des rémunéra-
e) Sont également déductibles,
tions allouées aux gérants les jetons de présence versés
majoritaires et minoritaires, dans les sociétés anonymes à
aux gérants non associés des actionnaires non-salariés et
qu’ils appartiennent ou non à les honoraires versés par les
un collège de gérance majori- sociétés anonymes aux adminis-
taire ; trateurs exécutant un travail par-
ticulier non salarié, pour autant
3. -ainsi que des rémunérations
qu’ils représente la rémunération
allouées aux associés en nom d’un travail effectif et ne sont pas
des sociétés en nom collectif, excessifs eu égard à l’impor-
aux commandités des socié- tance des services rendus. Ces
tés en commandité simple et différents revenus sont par ail-
aux membres des associa- leurs imposables au nom de
tions en participation, lorsque leurs bénéficiaires dans les con-
ditions prévues aux articles 138
ces sociétés ou associations
et suivants.
ont opté pour l’impôt sur les
sociétés; f) En revanche, dans les sociétés
4. -et des rémunérations al- anonymes, les jetons de pré-
louées aux administrateurs de sence et les tantièmes ordinaires
sociétés civiles passibles de alloués aux administrateurs, ès-
qualité, ne sont pas déductibles
l’impôt sur les sociétés ou
des résultats et sont considérés
ayant opté pour cet impôt. comme des distributions de bé-
néfices imposables au nom des
Les rémunérations de toute na-
bénéficiaires dans les conditions
ture allouées aux gérants majori-
de l’article 174.
taires des sociétés à responsabi-
lité limitée, ainsi qu’aux associés
g) Les loyers et charges loca-
en nom des sociétés de per-
tives des locaux et du matériel
sonnes et aux membres des as-
pris en location par l’entreprise
sociations en participation y
constituent des charges déduc-
compris les syndicats financiers
tibles à concurrence de la frac-
lorsque ces sociétés ou associa-
tion échue ou courue au titre de
tions ont opté pour le régime
l’exercice.
fiscal des sociétés de capitaux,

Code Général des Impôts 34


En ce qui concerne les loyers et L’impôt sur le revenu et l’impôt
charges locatives des locaux sur les sociétés sont en tout état
affectés au logement du person- de cause exclus des charges
nel salarié, leur déductibilité est déductibles du résultat impo-
toutefois subordonnée au res- sable. Il en est de même de:
pect, par l’entreprise, des obliga- L’impôt minimum forfaitaire ;
tions prévues aux articles 61, 62 des impôts et taxes retenus à la
et 268 du présent code. source à la charge des employés
ou des tiers.
h) Dans le cadre de l’exécution
d’un contrat de crédit-bail et Si des dégrèvements sont ulté-
pendant la durée de ce contrat, rieurement accordés sur les im-
les loyers versés au bailleur pôts déductibles, leur montant
constituent des charges déduc- entre dans les recettes de
tibles dans les conditions de droit l’exercice au cours duquel
commun. l’exploitant est avisé de ces dé-
grèvements.
En fin de bail, si le locataire lève
l’option d’achat, il est tenu de Le montant des transactions,
réintégrer dans les résultats de amendes, confiscations, pénali-
son entreprise une somme égale tés de toute nature mises à la
à la différence entre, d’une part charge des contrevenants aux
le montant total de l’inves- dispositions légales et réglemen-
tissement évalué au prix de re- taires régissant les prix, le con-
vient initial dans les écritures de trôle des stocks, le ravitaillement,
l’entreprise de crédit-bail et, la répartition des divers produits,
d’autre part, la somme des amor- le change, ainsi que les infrac-
tissements pratiqués par le bail- tions aux règles d’assiette et de
leur augmentée du prix de ces- liquidation des impôts, contribu-
sion effectivement versé audit tions, taxes et tous droits
bailleur au moment de la levée d’entrée, de sortie, de circulation
de l’option. ou de consommation ne peut
être admis en déduction des bé-
Art.95. - Sont déductibles du néfices imposables.
bénéfice de l’entreprise les im-
pôts, taxes et droits à la charge Art.96. - Sont déductibles les
de l’entreprise et mis en recou- primes d’assurance couvrant les
vrement au cours de l’exercice, risques professionnels ou consti-
sauf disposition expresse de la tuant une charge d’exploitation.
loi fiscale. Cependant, les entreprises qui
se constituent leur propre assu-

Code Général des Impôts 35


reur, ne peuvent pas déduire société ait été entièrement libéré,
pour l’assiette de l’impôt les pro- qu’il s’agisse de constitution de
visions qu’elles constituent à ce société ou d’augmentation de
titre. En outre, les primes capital.
d’assurances sur la vie contrac- Dans le cas des sociétés sou-
tées au profit de l’exploitant indi- mises à l’impôt sur les sociétés,
viduel et des membres de sa les intérêts servis aux associés
famille, des dirigeants de socié- ou actionnaires possédant en
tés et du personnel salarié de droit ou en fait la direction de
l’entreprise ne sont pas déduc- l’entreprise ne sont déductibles
tibles pour l’assiette de l’impôt. que lorsque les sommes laissées
ou mises à la disposition de
Art.97. - Les frais financiers sont l’entreprise n’excèdent pas, pour
déductibles dès lors qu’ils répon- l’ensemble desdits associés ou
dent aux conditions générales de actionnaires, le montant du capi-
déduction des charges de tal social libéré. Cette dernière
l’entreprise exposées à l’article limite n’est toutefois pas appli-
93 et sous réserve que les rete- cable aux intérêts afférents aux
nues à la source de droit aient avances consenties par une so-
été effectivement appliquées. ciété à une autre société mère
Toutefois, les intérêts des capi- au sens de l’article 225.
taux engagés par l’exploitant et
les sommes de toute nature ver- Les intérêts déductibles dans les
sées à titre de rémunération des conditions ci-dessus définies
fonds propres de l’entreprise, constituent, pour les bénéfi-
qu’ils soient capitalisés ou mis en ciaires, des revenus de
réserve, ne sont pas admis en créances, dépôts et comptes
déduction du bénéfice soumis à courants. Par contre, les intérêts
l’impôt. excédentaires exclus des
En outre, les intérêts alloués aux charges déductibles sont consi-
associés de sociétés à raison dérés comme les produits
des sommes qu’ils laissent ou d’actions ou de parts sociales
mettent à la disposition de la même en l’absence de solde
société en sus de leur part de bénéficiaire taxable à l’impôt sur
capital, quelle que soit la forme les sociétés.
de la société, ne sont déductibles
Art. 97 A Une société soumise à
que dans la limite de ceux calcu-
l’impôt sur les sociétés est dite
lés au taux de refinancement
sous-capitalisée lorsque les
normal de la banque centrale.
avances consenties par des en-
Cette déduction est subordonnée
treprises liées, telles que définies
à la condition que le capital de la
à l’article 97.B du présent code,

Code Général des Impôts 36


à cette société, excèdent, à d’un titre de propriété. Il s’entend
n’importe quel moment de son généralement, mais pas exclusi-
exercice, une fois et demi le vement, de la rémunération d’un
montant de ses capitaux propres prêt d’argent effectué par un
appréciés à la clôture de cet agent économique à un autre
exercice. agent économique. (LF 2014, Art
Doit être réintégrée dans le ré- 12)
sultat imposable de cette société
sous-capitalisée la fraction des Art.98. - Sont déductibles les
intérêts versés qui excède la provisions constituées en vu de
somme : faire face à des pertes ou
• Du montant des intérêts re- charges nettement précisées et
çus d’entreprises liées ; que les événements en cours
• Et de vingt-cinq pour cent rendent probables, à condition
(25%) de son résultat impo- qu’elles aient été effectivement
sable préalablement majoré constatées dans les écritures
du montant, des déductions comptables de l’exercice et figu-
pour intérêts versés aux en- rent au relevé des provisions
treprises liées. (LF 2014, Art prévu à l’article 109.
10)
Les provisions qui, en tout ou
Art.97 B : Deux entreprises sont partie, reçoivent un emploi non
réputées être liées : conforme à leur destination ou
• Lorsqu’une entreprise détient deviennent sans objet au cours
directement ou par personne d’un exercice ultérieur sont rap-
interposée la majorité du ca- portées aux résultats dudit exer-
pital social de l’autre ou y cice. Lorsque le rapport n’a pas
exerce en fait le pouvoir de été effectué par l’entreprise elle-
décision. même, l’administration peut pro-
• Ou lorsque les deux entre- céder aux redressements néces-
prises sont placées, l’une et saires dès qu’elle constate que
l’autre dans les conditions les provisions sont devenues
définies précédemment, sous sans objet.
le contrôle d’une même en-
treprise tierce.(LF 2014, Art Art.99. - Les pourboires, dons et
11) libéralités ne sont pas déduc-
tibles, à moins qu’ils ne profitent
Art.97 C : Aux fins du présent à des œuvres ou organismes
code, un intérêt est défini comme d’intérêt général à caractère phi-
tout paiement lié à un passif et lanthropique, sportif, scientifique,
qui n’est pas la rémunération social ou familial, établis ou do-

Code Général des Impôts 37


miciliés en Guinée et dans la sent les conditions requises par
limite de un pour mille du chiffre l’article 93 et, lorsqu’elles s’y
d’affaires. trouvent assujetties, ont effecti-
Ne sont pas concernées par vement supporté la retenue à la
cette limitation, les dépenses source prévue à l’article 198.
faites par les entreprises, dans le
cadre du développement éco- Sous réserve des conventions
nomique et social des collectivi- internationales relatives aux
tés locales qui satisfont, toute- doubles impositions, la part des
fois, non seulement aux condi- frais généraux de siège d’une
tions générales de déductibilité entreprise établie ou domiciliée à
des charges visées à l’article 93 l’étranger correspondant aux
du présent code ; mais égale- opérations faites en Guinée ne
ment à l’effectivité des biens et peut être admise en déduction
services fournis en faveur des- du bénéfice imposable en Gui-
dites collectivités (LF2013,art.15) née que dans une limite égale à
10% du chiffre d’affaires réalisé
Art.100. - Les sommes versées par l’entreprise en Guinée.
pour l’utilisation de brevets, li-
cences, marques de fabrique, Art.101. - I. Sont déductibles les
dessins, formules, procédés de amortissements appliqués par
fabrication et autres droits ana- l’entreprise, à condition que cette
logues en cours de validité, ou dernière relève du régime réel
en rémunération de services d’imposition et qu’elle tienne une
effectifs tels que frais généraux comptabilité conforme au plan
de siège pour la part incombant comptable en vigueur, dans la
aux opérations faites en Guinée, limite des résultats obtenus sur
frais d’études, d’assistance tech- la base des calculs effectués
nique, financière ou comptable, selon les taux d’amortissement
sont admises comme charges linéaires décrits au tableau ci-
déductibles lorsqu’elles remplis- après :

Code Général des Impôts 38


DUREE TAUX
IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES
D’UTILISATION D’AMORTISSEMENT

Frais d’établissement 3 ans 33,33%


Construction à usage commercial,
artisanal ou agricole 20 ans 5%
Matériel de transport :
- véhicule de tourisme 3 ans 33,33%
- Camions et véhicules tout terrain 5 ans 20%
Matériel et outillage 5 ans 20%
Mobilier et matériel de bureau 10 ans 10%
Installation, aménagement et agen- 10 ans 10%
cements
Matériel informatique 3 ans 33,33%

Les amortissements du matériel En cas de cession desdits maté-


et du mobilier domestique mis riels et mobiliers domestiques la
gratuitement à la disposition des plus-value n’est pas prise en
dirigeants et du personnel ne considération pour la détermina-
sont pas déductibles de la base tion du résultat fiscal.
de l’impôt quelle que soit la mé- (LF 1995, art.16).
thode d’amortissement utilisée.
II. Sont déductibles les amortis-
Les amortissements des véhi- sements qui, ayant été réguliè-
cules particuliers immatriculés par la rement comptabilisés au cours
Direction Nationale des Transports d’exercices déficitaires, sont ré-
terrestres dans le genre « VP » putés différés; leur déduction est
sont exclus des charges déduc- toutefois subordonnée à leur
tibles pour la détermination du inscription dans un tableau spé-
résultat imposable pour la frac- cial des amortissements différés.
tion de leur prix d’acquisition qui
dépasse 20 millions de FG. Le III. A la clôture de chaque exer-
prix d’acquisition à retenir cice, la somme des amortisse-
s’entend prix d’achat toutes ments effectivement pratiqués
taxes comprises augmenté, le depuis l’acquisition ou la création
cas échéant du coût également d’un élément donné, ne peut être
taxes comprises des équipe- inférieure au montant cumulé des
ments et accessoires, que ceux amortissements calculés suivant le
ci soient fournis avec le véhicule mode linéaire et répartis sur la
ou qu’ils fassent l’objet d’une durée normale d’utilisation. A dé-
livraison distincte. faut de se conformer à cette obli-

Code Général des Impôts 39


gation, l’entreprise perd définitive- s’appliquer si l’entreprise reprend
ment le droit de déduire la fraction tout ou partie des activités d’une
des amortissements qui a été ainsi autre entreprise ou lui transfère
irrégulièrement différée. tout ou partie de ses activités.

IV. Lorsque le montant des VI. Les biens donnés en location


amortissements pratiqués ex- sont amortis sur leur durée nor-
cède celui des amortissements male d’utilisation quelle que soit
susceptibles d’être admis en la durée de la location.
déduction pour l’assiette de
l’impôt, la différence est réinté- VII. Les entreprises de crédit-bail
grée dans le bénéfice imposable. bénéficient pour les biens mobi-
Toutefois, les amortissements liers données en location d’un
exagérés qui sont réintégrés régime d’amortissement particu-
dans les bénéfices imposables lier; la durée d’amortissement de
d’un exercice peuvent être admis ces biens est réputée coïncider
en déduction des bénéfices im- avec la durée du contrat de cré-
posables des exercices suivants dit-bail.
au cours desquels l’entreprise a
pratiqué des amortissements Pour les biens immobiliers, les
inférieurs à ceux auxquels elle amortissements doivent être pra-
pouvait prétendre ou même pour tiqués par l’établissement de
lesquels elle a cessé tout amor- crédit-bail conformément aux
tissement, sans pour autant en- dispositions du premier alinéa du
freindre la règle d’amortissement I du présent article.
minimum obligatoire résultant
l’application des dispositions ci- VIII. Nonobstant les dispositions
dessus. de l’article 93, les entreprises ont
la faculté de faire comprendre
V. Les amortissements pratiqués parmi leurs charges immédiate-
et réputés différés en période ment déductibles des bénéfices
déficitaire sont reportables sans imposables le prix d’acquisition
aucune limitation de durée. Le des matériels et outillages, maté-
report est toutefois subordonné à riels et mobiliers de bureau,
l’inscription de ces amortisse- d’une valeur unitaire hors taxe ne
ments au relevé spécial prévu à dépassant pas 100.000 francs
l’article 109. guinéens.
En ce qui concerne les mobiliers
La faculté de report illimité des de bureau, les achats en cause
amortissements réputés différés doivent résulter du renouvelle-
en période déficitaire cesse de ment courant du mobilier installé.

Code Général des Impôts 40


Si un bien déterminé se com- Art.103. - Les frais d’établisse-
pose de plusieurs éléments qui ment engagés au moment de la
peuvent être achetés séparé- constitution de l’entreprise ou de
ment, il y a lieu de prendre en l’acquisition par celle-ci de ses
considération le prix global de ce moyens permanents d’exploi-
bien, et non la valeur de chaque tation, bien que ne constituant
élément, pour apprécier la limite pas des dépenses qui compor-
ci-dessus fixée. tent une contrepartie dans l’actif
de l’entreprise, peuvent faire
Art.102. - L’amortissement des l’objet d’un amortissement éche-
biens d’équipement neufs autres lonné sur les cinq premiers exer-
que les immeubles et les véhi- cices de l’activité. Cet amortis-
cules de tourisme, acquis ou sement, s’il est pratiqué en
fabriqués à compter de l’entrée l’absence de bénéfices, peut être
en vigueur de la loi portant adop- considéré comme régulièrement
tion des présentes dispositions, différé en période déficitaire et
peut être calculé selon un mode reporté sur les premiers résultats
dégressif, à condition que lesdits bénéficiaires sans limitation de
biens : durée.
a) soient utilisés exclusivement
pour les opérations indus-
Art.104. - Les entreprises peu-
trielles de fabrication, de ma- vent déduire de leurs résultats
nutention, de transport, de imposables les indemnités de
pêche et d’exploitation agri- congés payés pour le montant
cole; correspondant aux droits acquis
b) soient destinés à un usage par les salariés. Il en est de
d’au moins trois ans en Gui- même des charges sociales et
née. fiscales afférentes à ces indem-
nités.
Le taux applicable pour le calcul
de l’amortissement dégressif est Les entreprises doivent pratiquer,
obtenu en multipliant le taux lors du versement de l’indemnité
d’amortissement linéaire corres- de congés payés au salarié, la
pondant à la durée normale retenue à la source prévue à
d’utilisation du bien par un coeffi- l’article 61.
cient fixé à 1,5 lorsque la durée
normale d’utilisation du bien est de Art.105. - Par dérogation aux
trois ou quatre ans, à 2 lorsque dispositions de l’article 92, les
cette durée est cinq ou six ans, 2,5 plus-values provenant de la ces-
lorsque la durée d’utilisation du sion en cours d’exploitation
bien est supérieure à six ans. d’éléments de l’actif immobilisé, ne

Code Général des Impôts 41


sont pas comprises dans le bé- industriel ou agricole installées
néfice imposable de l’exercice au en Guinée.
cours duquel elles ont été réali- Si le remploi est effectué dans le
sées si le contribuable prend délai prévu au présent article, les
l’engagement de réinvestir en plus-values distraites du bénéfice
immobilisations dans ses exploi- imposable sont considérées
tations en Guinée, avant comme affectées à
l’expiration d’un délai de trois ans l’amortissement des nouvelles
à partir de la clôture de cet exer- immobilisations et viennent en
cice, une somme égale au mon- déduction du prix de revient des
tant de ces plus-values ajouté au nouvelles immobilisations pour le
prix de revient des éléments cé- calcul des amortissements et des
dés. plus-values réalisées ultérieure-
ment. Dans le cas contraire, elles
Cet engagement de réinvestir sont rapportées aux bénéfices
doit être annexé à la déclaration imposables de l’exercice au
des résultats de l’exercice au cours duquel a expiré le délai ci-
cours duquel les plus-values ont dessus.
été réalisées.
Si le contribuable vient à cesser
Pour l’application des disposi- sa profession ou à céder son
tions qui précèdent, les valeurs entreprise au cours du délai ci-
constituant le portefeuille sont dessus, les plus-values à réin-
considérées comme faisant par- vestir sont immédiatement rap-
tie de l’actif immobilisé lors- portées aux bénéfices impo-
qu’elles sont entrées dans le sables de l’exercice.
patrimoine de l’entreprise cinq
ans au moins avant la date de Art.106. - L’imposition de la
cession. Lorsque des valeurs plus-value du fonds de com-
identiques non discernables ont merce, éléments corporels et
été acquises à des dates diffé- incorporels, constatée à l’occa-
rentes, on considère que les va- sion du décès de l’exploitant, est,
leurs cédées sont les plus an- lorsque l’exploitation est conti-
ciennes. nuée par un ou plusieurs con-
joints ou héritiers ou succes-
Sont considérées comme des
sibles en ligne directe, reportée
immobilisations au sens de
dans les conditions prévues à
l’alinéa premier du présent article
l’article 105.
les souscriptions à des augmen-
L’application de cette disposition
tations de capital par acquisition
est subordonnée à l’obligation
d’actions ou de parts nouvelles
pour les nouveaux exploitants de
de toutes sociétés à caractère

Code Général des Impôts 42


n’apporter aucune augmentation tant de leur bénéfice imposable
aux évaluations des éléments de pour l’année précédente auprès
l’actif figurant au dernier bilan du service des impôts dont dé-
dressé par le défunt. pend le siège de leur exploita-
tion.
Art.107. - En cas de déficit subi
pendant un exercice, ce déficit Si l’entreprise a été déficitaire, la
est considéré comme une charge déclaration du montant du déficit
de l’exercice suivant et déduit du est produite dans le même délai.
bénéfice réalisé pendant ledit Les entreprises admises au bé-
exercice. Si ce bénéfice n’est néfice des dispositions du code
pas suffisant pour que la déduc- des investissements ne sont pas
tion puisse être intégralement dispensées de ces obligations
opérée, l’excédent du déficit est déclaratives.
reporté successivement sur les La déclaration est adressée à
exercices suivants jusqu’au troi- l’Administration fiscale qui en
sième exercice qui suit l’exercice donne décharge. Son contenu
déficitaire. est fixé par arrêté du Ministre de
l’Economie et des Finances.
Les déficits réalisés par les so- Dans l’impossibilité justifiée de
ciétés exonérées d’IS et de BIC déterminer avec exactitude le
ne peuvent en aucun cas faire bénéfice dans le délai prévu au
l’objet d’un report dans les bilans présent article, les contribuables
des exercices de la période de pourront exceptionnellement
droit commun (LF 2001, art.29). produire dans le même délai,
une déclaration provisoire qui
Art.107. bis – Pour le calcul de devra être régularisée dans les
l’impôt, toute fraction du bénéfice trois mois qui suivent.
imposable inférieure à 1000 FG Les contribuables assujettis à
est négligée. Le taux est fixé à l’obligation déclarative prévue au
30% du bénéfice imposable. premier alinéa sont par ailleurs
(LF.2011, art.20) tenus de souscrire au lieu de leur
domicile la déclaration de
III. Obligations déclaratives. l’ensemble de leurs revenus,
conformément aux dispositions
Art.108. - Les contribuables qui en matière d’imposition selon le
réalisent des bénéfices indus- régime normal prévues à l’article
triels ou commerciaux ou qui 20-V.
sont assujettis à l’impôt sur les Art.109. - Les contribuables
sociétés sont tenus de souscrire, visés à l’article précédent sont
au plus tard le 30 avril de chaque tenus de fournir en même temps
année, une déclaration du mon-

Code Général des Impôts 43


que la déclaration de leur béné- nature à justifier l’exactitude des
fice imposable, une copie de leur résultats indiqués dans sa décla-
bilan, une copie de leur compte ration, ainsi que les comptes
de résultats, faisant ressortir le rendus et les délibérations des
montant de leur chiffre d’affaires conseils d’administration ou des
et de leur bénéfice brut, la liste assemblées générales des ac-
détaillée par catégorie des frais tionnaires ou porteurs de parts et
généraux et l’indication détaillée les rapports des commissaires
des rectifications extracompta- aux comptes.
bles à opérer en vue d’obtenir le
résultat fiscal, un relevé détaillé Art.111. - Les contribuables
des amortissements et provi- visés à l’article 108 doivent le
sions constitués par prélève- cas échéant, indiquer les noms
ments sur les bénéfices, confor- et adresses du ou des comp-
mément à des modèles qui sont tables ou experts chargés de
fixés par arrêté du Ministre de tenir leur comptabilité, en préci-
l’Economie et des Finances. sant si ces techniciens font ou
non partie du personnel salarié
Ces mêmes contribuables doi- de leur entreprise.
vent obligatoirement inscrire en Ils peuvent joindre à leur déclara-
comptabilité sous une forme ex- tion les observations essentielles
plicite la nature et la valeur des et les conclusions qui ont pu leur
avantages en nature accordés à être remises par les experts
leur personnel. comptables ou les comptables
agrées chargés par eux, dans les
Les personnes morales pas-
limites de leur compétence,
sibles de l’impôt sur les sociétés
d’établir, contrôler ou apprécier
sont tenues en outre de fournir le
leur bilan et leur compte de ré-
relevé des mouvements ayant
sultats.
affecté pendant l’exercice les
comptes courants des associés
Art.112. - Les entreprises dont
ainsi que l’état des intérêts payés
le siège social est situé hors de
au titre de créances, dépôts ou
Guinée sont tenues :
cautionnements, avec l’identité et
1. d’avoir leur direction effec-
l’adresse des bénéficiaires.
tive en Guinée avec un re-
Art.110. - Le déclarant est tenu présentant en Guinée nanti
de présenter, à toute réquisition des pouvoirs les plus éten-
de l’Administration fiscale, tous dus en vue de les représen-
documents comptables, inven- ter valablement ;
taires, copies de lettres, pièces
2. -de représenter à toute réqui-
de recettes et de dépenses, de

Code Général des Impôts 44


sition de l’administration fis- 2. -ne se conforment pas aux
cale les mêmes documents prescriptions de l’article 110,
que ceux prévus aux articles 3. -présentent une comptabilité
109 et 110. inexacte, incomplète ou non
probante ne permettant pas
IV. Contrôle des déclarations de justifier l’exactitude des
résultats déclarés.
Art.113. - L’Administration fis-
cale vérifie les déclarations.
Art.115. - Sont passibles de
Elle entend les intéressés lors- taxation d’office les contribuables
que leur audition lui parait utile qui :
ou lorsqu’ils demandent à fournir 1. n’ont pas souscrit la déclara-
des explications orales. tion de leurs résultats dans
le délai légal et n’ont pas ré-
Elle peut rectifier les déclarations gularisé leur situation dans
mais fait connaître par écrit au les conditions prévues à
contribuable la rectification qu’elle l’article 29-1, deuxième ali-
envisage et lui en indique les néa;
motifs. Elle invite en même 2. se sont abstenus de ré-
temps l’intéressé à faire parvenir pondre dans le délai de dix
son acceptation ou ses observa- jours à une demande
tions dans un délai de quinze d’explications écrites ou qui
jours. A défaut de réponse dans ont fait à cette demande une
ce délai, ou lorsque le désaccord réponse équivalente à une
persiste, l’Administration fiscale fin de non-recevoir. (LF
fixe la base d’imposition sous 2001, art.28).
réserve du droit de réclamation
de l’intéressé après l’établisse- Art.115. bis - La procédure de
ment du rôle (LF 2001, art.27). taxation d’office s’applique éga-
lement :
Art.114. - Sont passibles de 1. lorsque le contribuable s’abs-
rectification d’office les déclara- tient de répondre dans le dé-
tions des contribuables visés à lai fixé à l’article 115 ci-
l’article 108 qui : dessus à une demande
1. -ne fournissent pas à l’appui d’éclaircissements ou de jus-
de leur déclaration de résul- tifications ;
tats les documents ou rensei- 2. en cas de défaut de dési-
gnements prévus à l’article gnation d’un représentant
109, fiscal en Guinée ;

Code Général des Impôts 45


3. en cas de défaut de tenue de majoration ou de minora-
ou de présentation de la tion d’achats ou de ventes ;
comptabilité ou de pièces 2. de paiements de redevances
justificatives constaté par excessives ou sans contre-
procès-verbal ; partie ;
4. en cas de rejet d’une comp- 3. de prêts sans intérêts ou à
tabilité inexacte, incomplète des taux injustifiés ;
et non probante ; 4. de remise de dettes ;
5. ou en cas d’opposition à 5. d’avantage hors de propor-
contrôle fiscal. (LF 2012 art. tion avec le service rendu.
15).
A défaut d’éléments précis pour
Art.116. - Lorsque l’imposition a opérer les redressements prévus
été assurée par voie de taxation à l’alinéa précédent, les produits
d’office comme il est indiqué aux imposables seront déterminés
articles 114 et 115 ci-dessus, le par comparaison avec ceux des
contribuable ne peut obtenir par entreprises similaires exploitées
voie contentieuse la décharge ou normalement en Guinée. (LF
la réduction de la cotisation qui 2012, art. 15).
lui est assignée qu’en démon-
trant le caractère exagéré de la Les entreprises établies en Gui-
base retenue par l’Administra- nées dont le chiffre d’affaires
tion. annuel hors taxes ou l’actif brut
figurant au bilan est supérieur à
Art.117. Pour les sociétés qui 175 000 000 000 de GNF ;
sont sous la dépendance, de
droit ou de fait d’entreprises ou • ou qui détiennent ou contrô-
groupes d’entreprises situées lent à la clôture de l’exercice
hors de Guinée ou pour celles directement ou indirectement ,
qui possèdent le contrôle plus de la moitié du capital ou
d’entreprises situées hors de des droits de vote d’une en-
Guinée, les paiements effectués treprise dont le chiffre
par quelque moyen que ce soit, d’affaires annuel hors taxes
assimilables à des actes anor- ou l’actif brut figurant au bi-
maux de gestion, constituent des lan est supérieur à
transferts de bénéfices passibles 175 000 000 000 GNF;
de l’impôt sur les sociétés. • ou qui sont détenues ou
contrôlées, à la clôture de
Il s’agit entre autre : l’exercice directement ou in-
directement pour plus de la
1. des versements sous forme moitié de leur capital ou de

Code Général des Impôts 46


leur droit de vote par une en- sumer que ces entreprises ont
treprise dont le chiffre opéré un transfert de bénéfices.
d’affaires annuel hors taxes (LF 2014, Art 13)
ou l’actif brut figurant au bi-
lan est supérieur à 175 000 Pour l’établissement de leur im-
000 000 GNF doivent tenir à pôt sur les bénéfices ou sur le
la disposition de l’Adminis-
revenu, les entreprises établies
tration fiscale, une documen-
tation permettant de justifier en Guinée au sens de l’article
leur politique de prix de 117-A du présent code doivent
transfert pratiquée dans le réintégrer dans leur résultat im-
cadre des transactions de posable:
toute nature réalisées avec
des entreprises établies hors 1. Les bénéfices indirecte-
de Guinée avec lesquelles ment transférés par voie
elles sont liées. de majoration ou de dimi-
• Sont considérés comme
nution des prix d’achat ou
établies en Guinée les en-
treprises exploitées par une de vente ou par tout
personne domiciliée en Gui- moyen à des entreprises
née (au sens de l’article 4 du liées au sens de l’article
CGI) ou les entreprises 97-B du présent code,
soumises à l’impôt sur les établies hors de Guinée.
sociétés exploitées en Gui-
née au sens de l’article 223 2. Les bénéfices indirectement
du CGI. transférés par voie de ma-
joration ou de diminution
Par ailleurs, l’Administration peut
des prix d’achat ou de
exiger des entreprises qui ne
vente ou par tout autre
remplissent pas les conditions du
moyen à des entreprises
premier paragraphe toute infor-
établies dans un Etat
mation ou tous documents sur
étranger dont le régime
les relations qu’elle entretient
fiscal est privilégié.
avec des entreprises étrangères
et sur la méthode de détermina- Des entreprises sont réputées
tion des prix des transactions si, être établies dans un Etat dont le
au cours d’une vérification de régime fiscal est privilégié si elles
comptabilité l’Administration a y sont assujetties à des impôts
réuni des éléments faisant pré- sur les bénéfices ou les revenus

Code Général des Impôts 47


dont le montant est inférieur de Dans le cas ou aucune imposi-
plus de la moitié à celui de tion sur les bénéfices n’est exi-
l’impôt sur les bénéfices ou les gible, les personnes visées au 1er
alinéa du présent article qui ont
revenus dont elles auraient dû
été invités par l’Administration à
être redevables dans les condi- régulariser leur situation et qui
tions de droit commun en Guinée n’ont pas déféré à cette de-
si elles y avaient été établies au mande dans un délai de trente
sens de l’article 117-A du pré- jours sont passibles d’une
sent code. (LF 2014, Art14) amende liquidée au taux de 2%
sur le chiffre d’affaire hors taxe
V. Sanctions de l’exercice concerné. Cette
amende comporte un minimum
Art.118. - Les sanctions prévues de 500 000 FG et un maximum
à l’article 29-1 sont applicables de 5 000 000 FG.
au contribuable soumis à la dé- (LF 1992, Art.16)
claration de son bénéfice réel qui
n’a pas produit cette déclaration Art.121. - En cas d’insuffisance
dans le délai prescrit à l’article de déclaration, souscrite ou non
108, même si le résultat de dans le délai légal, les sanctions
l’exercice est déficitaire. applicables sont celles prévues à
l’article 29-II du présent code.
Art.119. - Sans objet
VI. Cessions, cessations.
Art.120. - Les personnes phy-
siques ou morales, guinéennes Art.122. - I Dans le cas de ces-
ou étrangères, dont l’exploitation sion ou de cessation en totalité
bénéficie d’un régime fiscal dé- ou en partie d’une entreprise
rogatoire au droit commun en commerciale, industrielle, artisa-
vertu d’une loi ou d’une conven- nale ou minière dont les résultats
tion régulière accordant des sont imposés d’après le régime
avantages généraux ou spéci- du bénéfice réel, l’impôt sur le
fiques sont tenues de souscrire revenu dû en raison des béné-
aux obligations prévues par les fices réalisés dans cette entre-
articles 108, 109, 110, et 241 du prise ou exploitation et qui n’ont
présent code. pas encore été imposés, est im-
médiatement établi.
Lorsque ces obligations n’ont
pas été respectées, les imposi- Les contribuables doivent dans
tions exigibles sont assorties des un délai de dix jours, déterminé
sanctions prévues par l’article comme il est dit ci-après, aviser
29-1 du présent code. l’Administration fiscale de la ces-

Code Général des Impôts 48


sion ou de la cessation et lui faire gnements et de la déclaration
connaître la date à laquelle elle a visés au paragraphe précédent,
été effective ainsi que, s’il y a les dispositions de l’article 29-I
lieu, les noms, prénoms et sont applicables.
adresse du cessionnaire. Le dé-
lai de dix jours commence à cou- Les cotes établies dans les con-
rir : ditions prévues par le présent
article sont immédiatement exi-
1. lorsqu’il s’agit de la vente ou gibles pour totalité.
de la cession d’un fonds de III.- Les dispositions du présent
commerce, du jour où la vente article sont applicables dans le
ou la cession a été publiée cas de décès de l’exploitant. Les
dans un journal d’annonces renseignements nécessaires
légales ou du jour de la prise pour l’établissement de l’impôt
de possession effective par sont alors produits par les ayants
l’acquéreur ; droit du défunt dans les douze
mois de la date du décès.
2. lorsqu’il s’agit de la vente ou
IV. En cas de cession ou de ces-
de la cession d’autres entre-
sation d’entreprise, les provisions
prises, du jour où l’acquéreur visées à l’article 98 et non en-
ou le cessionnaire a pris ef- core employées sont considé-
fectivement la direction des rées comme un élément du bé-
exploitations ; néfice immédiatement impo-
sable.
3. lorsqu’il s’agit d’une cessation
d’entreprise, du jour de la V. En cas de cession qu’elle ait
fermeture définitive des éta- lieu à titre onéreux ou à titre gra-
blissements. tuit, qu’il s’agisse d’une vente
forcée ou volontaire, le cession-
II.- Les contribuables sont tenus naire peut être rendu respon-
de la faire parvenir à l’Adminis- sable, solidairement avec le cé-
tration fiscale dans le délai de dix dant, du paiement des impôts
jours ci-dessus, outre les rensei- afférents aux bénéfices réalisés
gnements visés au deuxième par ce dernier pendant l’année
alinéa du présent article, la dé- ou l’exercice de la cession jus-
claration de leur bénéfice ac- qu’au jour de celle-ci ; ainsi
compagnée des documents pré- qu’aux bénéfices de l’année ou
vus à l’article 109. de l’exercice précédent lorsque,
A défaut de la production dans le la cession étant intervenue pen-
délai fixé ci-dessus des rensei- dant le délai normal de déclara-

Code Général des Impôts 49


tion, ces bénéfices n’ont pas été industrielles ou artisanales ne
déclarés par le cédant avant la remplissant pas les conditions
date de la cession. pour être soumises au régime du
bénéfice réel normal sont sou-
Toutefois, le cessionnaire n’est mises au régime simplifié d’impo-
responsable que jusqu’à concur- sition.
rence du prix du fonds de com-
merce, si la cession a été faite à Un arrêté du Ministre en charge
titre onéreux, ou de la valeur des Finances précises les obliga-
retenue pour la liquidation du tions comptables et déclaratives
droit de mutation entre vifs, si des entreprises soumises à cha-
elle a eu lieu à titre gratuit, et il cun des régimes d’imposition.
ne peut être mis en cause que (LF.2010, art.20)
pendant un délai de trois mois
qui commence à courir du jour SECTION IV – BENEFICES
de la déclaration prévue au deu- NON COMMERCIAUX
xième et troisième alinéa du I du
présent article, si elle est faite I. Définition.
dans le délai imparti par lesdits
alinéas, du dernier jour de ce Art.138. - Sont considérées
délai à défaut de déclaration. comme provenant de l’exercice
d’une profession non commer-
VII. Régime forfaitaire ciale ou comme revenus assimi-
lés aux bénéfices non commer-
Art.123. à 136 - abrogés (Loi de ciaux, les bénéfices des profes-
finances 1996, art. 67). sions libérales, des charges et
offices dont les titulaires n’ont
VIII. Champ d’application du pas la qualité de commerçant et
régime réel d’imposition de toutes occupations, exploita-
tions lucratives et sources de
Art.137. - Sont soumis au régime profits ne se rattachant pas à
du bénéfice réel normal : une catégorie de bénéfice ou
Les personnes physiques ou revenus. Ces bénéfices com-
morales réalisant un chiffre prennent notamment:
d’affaires supérieur ou égal à
1. les produits de droits
500 millions de francs guinéens ;
d’auteurs perçus par les écri-
Les personnes physiques ou
morales soumises à la TVA de vains ou compositeurs et par
plein droit ou sur autorisation du leurs héritiers ou légataires;
Directeur National des Impôts ; 2. les produits perçus par les in-
Les entreprises commerciales, venteurs au titre soit de la

Code Général des Impôts 50


concession de licences d’ex- quelle que soit l’année au cours
ploitation de leurs brevets, de laquelle ont été effectuées les
soit de la cession ou conces- opérations génératrices de ces
sion de marques de fabrique, recettes.
procédés ou formules de fa-
IV. Toutefois, par dérogation à ce
brication.
principe, l’Administration admet
sur demande de l’intéressé que
II. Détermination du revenu le bénéfice soit déterminé
imposable. d’après les résultats d’une comp-
tabilité tenue selon les règles de
Art.139. - I – Le bénéfice à rete- la comptabilité commerciale.
nir dans les bases de l’impôt sur Nonobstant la dérogation, le béné-
le revenu est constitué par fice imposable demeure celui réali-
l’excédent des recettes totales sé au cours de l’année civile.
sur les dépenses nécessitées
par l’exercice de la profession. Il V. Il convient de déduire du mon-
tient compte des gains ou des tant des sommes encaissées, les
pertes provenant soit de la réali- débours payés pour le compte
sation des éléments d’actif affec- du client, les honoraires rétrocé-
tés à l’exercice de la profession dés et les sommes perçus à titre
sous réserve des dispositions de de dommages intérêts.
l’article 160, soit des cessions de
charges et d’offices ainsi que de VI. Les dépenses admises en
toutes indemnités reçues en con- déduction des recettes pour
trepartie de la cessation de l’assiette de l’impôt sont celles
l’exercice de la profession ou du effectuées en vue de l’acquisition
transfert d’une clientèle. ou de la conservation du revenu
et qui sont nécessaires directe-
II. Le bénéfice imposable est
ment pour l’exercice de la pro-
celui réalisé au cours de l’année
fession.
civile.
III. Les recettes sont constituées Lorsque les dépenses revêtent
par les sommes effectivement un caractère mixte, privé et pro-
encaissées par le contribuable fessionnel, il convient de procé-
ou dont il a eu la disposition dans der à une ventilation pour déter-
le cadre de l’exercice de son miner la part desdites dépenses
activité ou à l’occasion de toutes se rattachant effectivement à
opérations lucratives qui s’y rat- l’exercice de l’activité.
tachent quel que soit le mode de D’autre part, sauf dans le cas
perception desdites sommes et d’une comptabilité tenue selon

Code Général des Impôts 51


les règles commerciales comme services rendus, ils sont ré-
prévu au paragraphe 4 ci- gulièrement versés, et don-
dessus, les dépenses doivent nent lieu aux retenues pré-
avoir été effectivement payées
vues par le présent Code ;
au cours de l’année d’imposition.

VII. Les dépenses professionnelles 4. Les impôts et taxes profes-


sont prises en compte pour leur sionnels payés au cours de
montant réel. l’année de l’imposition sauf
disposition expresse d’un
Art. 140. Les dépenses déduc-
texte de loi.
tibles comprennent notamment
et sous réserve des dispositions L’impôt sur le revenu est en tout
de l’article 139 : état de cause exclu des charges
déductibles du bénéfice impo-
1. Les achats de fournitures et sable.
produits revendus à la clien-
tèle ou entrant dans la com- Si des dégrèvements sont ulté-
position des prestations ef- rieurement accordés sur les im-
pôts déductibles, leur montant
fectuées à l’exclusion de tout
entre dans les recettes de
achat de matériel amortis- l’année au cours de laquelle le
sable, comme en matière de dégrèvement a été remboursé.
bénéfices industriels et Les dispositions de l’article 95,
commerciaux ; dernier alinéa, du présent Code
sont également applicables en
2. Les frais de personnels tels matière de bénéfices des profes-
que salaires, indemnités di- sions non commerciales et reve-
verses, avantages en nature nus assimilés ;
et charges sociales ;
4°.- Les loyers et charges des
3. Les appointements alloués, locaux professionnels. Lorsque
le cas échéant, aux le contribuable est propriétaire
membres de la famille du ti- des locaux affectés à l’exercice
de sa profession, aucune déduc-
tulaire de bénéfices non
tion n’est apportée de ce chef au
commerciaux, sont déduc- bénéfice imposable ;
tibles dès lors qu’ils corres-
pondent à un travail effectif, 5°.- Les amortissements effec-
s’ils ne sont pas excessifs tués suivant les règles appli-
cables en matière de bénéfices
eu égard à l’importance des
industriels et commerciaux.

Code Général des Impôts 52


Art.141. - Les contribuables qui comportant la date d’acquisition
réalisent ou perçoivent des béné- ou de création et le prix de re-
fices non commerciaux ou des vient des éléments d’actif affec-
revenus assimilés sont placés tés à l’exercice de leur profes-
sous le régime de la déclaration sion, le montant des amortisse-
contrôlée. ments effectués sur ces élé-
ments ainsi qu’éventuellement le
Art.142. - Les contribuables prix et la date de ces mêmes
sont tenus de souscrire chaque éléments. Pour les professions
année, au plus tard le 30 avril, assujetties au secret profession-
une déclaration dont le contenu nel, le livre journal ne comporte
est fixé par arrêté du Ministre de en regard de la date que le détail
l’Economie et des Finances. des sommes encaissées. Les
livres, registres, pièces de re-
Cette déclaration est adressée cettes, de dépenses ou de comp-
au service fiscal du lieu tabilité appuyant les énonciations
d’exercice de l’activité, qui peut de la déclaration doivent être
demander aux intéressés tous présentés à toute réquisition de
renseignements susceptibles de l’Administration fiscale.
justifier l’exactitude des chiffres Les officiers publics ou ministé-
déclarés et notamment tous élé- riels ne peuvent opposer le se-
ments permettant d’apprécier cret professionnel aux demandes
l’importance de la clientèle. d’éclaircissements, de justifica-
tion ou de communications de
Les contribuables sont par ail- documents concernant les indi-
leurs tenus de souscrire au lieu cations de leur comptabilité à
de leur domicile la déclaration de l’administration fiscale.
l’ensemble de leurs revenus,
conformément aux dispositions Art.144. - Les dispositions de
en matière d’imposition selon le l’article 113 sont applicables en
régime normal prévues à l’article matière de bénéfices non com-
20-V. merciaux.
Sont de même applicables en
Art.143. - Les contribuables
matière de bénéfices non com-
sont tenus d’avoir un livre journal
merciaux :
servi au jour le jour et présen-
tant le détail de leur recettes et 1. La procédure de rectification
de leurs dépenses profession- d’office prévue à l’article
nelles. Ils doivent en outre tenir 113, en ce qui concerne les
un document appuyé des pièces contribuables visés à l’article
justificatives correspondantes, 143 ;

Code Général des Impôts 53


2. La procédure de rectification Chaque associé est personnel-
d’office prévue à l’article lement imposé pour la part des
113, en ce qui concerne les bénéfices sociaux correspondant
contribuables visés à l’article à ses droits dans la société. Les
142 qui n’ont pas souscrit la impositions ainsi comprises dans
déclaration de leurs résultats les rôles au nom des associés
dans le délai légal et n’ont n’en demeurent pas moins des
pas régularisé leur situation dettes sociales.
dans les conditions prévues
à l’article 29-I, deuxième ali- Les membres des professions
néa, ou qui se sont abstenus libérales qui apportent leur colla-
de répondre dans le délai de boration à des confrères placés
quinze jours (voir art. 29/1) à vis-à-vis de ceux-ci en état de
une demande d’explications subordination sont considérés
écrites ou qui ont fait à cette comme exerçant eux mêmes une
demande une réponse équi- profession non commerciale. Les
valente à une fin de non- revenus retirés de cette collabo-
recevoir ; ration sont en conséquence im-
posables en tant que bénéfices
3. Les dispositions de l’article
non commerciaux.
116 du présent code.
Art.149. - Dans le cas de cessa-
Art.145 à 147. - abrogés (Loi de tion de l’exercice d’une profes-
finances 1996, art. 67). sion non commerciale ou de dé-
cès du contribuable, l’impôt sur
Art.148. - Les sociétés et grou- le revenu dû à raison des béné-
pements autorisés non soumis à fices afférents à l’exercice de
l’impôt sur les sociétés doivent cette profession y compris ceux
produire la même déclaration qui proviennent de créances ac-
que les contribuables exerçant à quises non recouvrées et qui
titre individuel. n’ont pas encore été imposés est
immédiatement établi.
Ils sont tenus en outre d’indiquer
sur l’imprimé de déclaration les Il en est de même en cas de dis-
noms, prénom, adresse et quali- solution d’une société de per-
té des associés, leur part en sonnes n’ayant pas opté pour le
pourcentage dans les résultats régime des sociétés de capitaux.
de la société ou du groupement
et le montant de la part du résul- Le contribuable ou ses ayants
tat net à prendre en considéra- droit sont tenus d’aviser l’Admi-
tion pour le calcul de la base nistration fiscale de la cessation
d’imposition. ou du décès en précisant la date

Code Général des Impôts 54


effective de cessation ainsi que, ction aux obligations prévues au
s’il y a lieu, les nom prénom et présent article.
adresse du successeur et de
faire parvenir à ladite Administra- III. Prélèvement proportionnel.
tion les déclarations spéciales
Art.150. - Les contribuables
prévues aux articles 142 et 145
dont le bénéfice imposable fait
afférentes à la période s’éten-
l’objet d’une évaluation adminis-
dant du 1er janvier de l’année en
trative sont assujettis à un prélè-
cours à la cessation effective ou
vement proportionnel.
à celle du décès.
Le montant du prélèvement est
Le délai de production de ces calculé par application au mon-
déclarations est de dix jours et tant du bénéfice du taux de 30%.
commence à courir du jour où la
cessation a été effective lorsqu’il Lorsqu’en vertu des dispositions
s’agit de la cessation de de l’article 20 du présent code, le
l’exercice d’une profession autre contribuable relève du régime
que l’exploitation d’une charge simplifié d’imposition, le prélè-
ou d’un office .Dans ce dernier vement appliqué au montant de
cas, le délai court du jour où a bénéfice ayant fait l’objet d’une
été publiée la nomination du évaluation administrative est
nouveau titulaire ou du jour de la libératoire de l’impôt sur le reve-
cessation effective si elle est nu.
postérieure à cette publication.
En cas de décès, le délai en Dans le cas contraire, le montant
cause est de douze mois à de prélèvement est imputable sur
compter du jour du décès. le montant d’impôt sur le revenu
L’imposition immédiate doit être liquidé sur la base de l’ensemble
établie en retenant le cas des revenus dans les conditions
échéant les plus-values ou prévues aux articles 16 à 19;
moins-values professionnelles l’excédent éventuel n’est pas
réalisées. Si l’activité est pour- restituable.
suivie dans les conditions prévue Art.151. - Le prélèvement prévu
à l’article 106 du présent Code, à l’article 150 ci-dessus est établi
la taxation de la plus-value est au nom de chaque contribuable,
reportée dans les mêmes condi- au titre du bénéfice retenu pour
tions qu’à l’article 105 du même l’ensemble de ses activités non
Code. commerciales en Guinée, au
siège de la direction des activités
Les dispositions de l’article 29-I ou, à défaut, au lieu du principal
sont applicables en cas d’infra- établissement.

Code Général des Impôts 55


Dans les sociétés et groupe- arrêté dans le délai d’un mois
ments autorisés visée à l’article suivant la réception de la déci-
148, sauf le cas d’option pour sion de fixation du bénéfice. Il lui
l’impôt sur les sociétés, chacun est donné reçu de son verse-
des associés supporte person- ment.
nellement, le cas échéant, le
prélèvement proportionnel pour SECTION V - BENEFICES DE
la part de bénéfices sociaux cor- L’EXPLOITATION AGRICOLE
respondant à ses droits dans la
société. I. Définition

Art.152. - La liquidation du pré- Art.153. - Sont considérés


lèvement prévu à l’article 150 est comme bénéfices de l’exploi-
effectuée, suite à l’évaluation du tation agricole pour l’application
bénéfice, par l’Administration de l’impôt sur le revenu, les re-
fiscale ou le cas échéant, par la venus procurés par l’exploitation
commission des impôts. de biens ruraux.

Le montant du prélèvement est Ces revenus s’entendent de


indiqué au contribuable en même ceux résultant de la culture et de
temps que le montant de béné- l’élevage.
fice proposé ou retenu.
Le montant du prélèvement dû Ils comprennent notamment ceux
par le contribuable est définiti- qui proviennent de la production
vement arrêté à la somme résul- forestière même si les propriétés
tant de l’application du taux pré- se bornent à vendre les coupes
vu à l’article 150 au montant du de bois sur pied. Ils comprennent
bénéfice accepté par le contri- également les produits des ex-
buable ou fixé par la commission ploitations agricoles, avicoles,
des impôts dans les conditions piscicoles et assimilées, ainsi
prévues à l’article 146. La déci- que les profits réalisés par les
sion de fixation du bénéfice chercheurs et obtenteurs de
prise, soit par l’Administration nouvelles variétés végétales.
fiscale et en ce cas préalable-
Art.154. - Lorsque les agricul-
ment visée par le directeur pré-
teurs vendent en même temps
fectoral des impôts, soit par
que les produits de leurs propres
commission des impôts, vaut titre
exploitations des produits ache-
de perception.
tés, les profits réalisés sur la
Le contribuable est tenu de ver-
vente de ces derniers relèvent de
ser à la recette des impôts le
la catégorie des bénéfices indus-
montant du prélèvement ainsi
triels et commerciaux. De même

Code Général des Impôts 56


les contribuables ne participant tares en culture sèche et dix hec-
pas eux-mêmes à la culture des tares en culture irriguée ;
produits ou à l’élevage des ani-
maux qu’ils vendent, réalisent à 2° Les revenus des exploitations
raison de ces ventes des profits agricoles d’expérimentation et de
de nature commerciale. vulgarisation scientifique ;
Les profits que les agriculteurs 3° Pour une période de cinq an-
retirent de la vente des produits nées, les nouvelles exploitations
de leurs récoltes doivent être agricoles à condition qu’un inves-
assujettis à l’impôt sur le revenu tissement minimum de 10.000.000
dans la catégorie des bénéfices de francs guinéens ait été effec-
industriels et commerciaux lors- tué.
que les ventes sont réalisées
dans une installation commer- III. Détermination du revenu
ciale permanente agencée pour imposable.
la vente au détail ou à l’aide d’un
personnel spécialisé. Art.156. - Le bénéfice agricole
imposable est déterminé forfaitai-
De même, les profits réalisés par
rement par l’Administration fis-
les cultivateurs qui font subir des
cale.
transformations aux produits
qu’ils récoltent eux-mêmes sont Le Contribuable peut toutefois
considérés comme des béné- demander à être imposé sur le
fices industriels et commerciaux montant de son bénéfice réel.
lorsque les opérations de trans- Cette option qui doit être notifiée
formation portent sur des pro- chaque année à l’Administration
duits ou sous-produits autres que fiscale avant le 31 décembre, est
ceux qui sont destinés à irrévocable pour l’année d’impo-
l’alimentation de l’homme et des sition en cause.
animaux ou qui peuvent être Le bénéfice réel de l’exploitation
utilisés à titre de matières pre- agricole est alors déterminé se-
mières dans l’agriculture et lon les règles applicables en ma-
l’industrie. tière de bénéfice industriels et
commerciaux.
II. Exonérations.
L’option en faveur du régime
Art.155. - Sont exonérés : d’imposition d’après le bénéfice
réel emporte par ailleurs
1° Les revenus agricoles prove- l’obligation, pour le contribuable,
nant de cultures vivrières sur une de souscrire la déclaration de
surface inférieure à quinze hec-

Code Général des Impôts 57


l’ensemble de ses revenus pré- les conditions prévues aux ar-
vue à l’article 20-V du présent ticles 16 à 19 ; l’excédent éven-
code. Elle implique en outre re- tuel n’est pas restituable.
nonciation au prélèvement pro-
portionnel prévu à l’article 157 ci- Art.158. - Le prélèvement pro-
après. portionnel prévu à l’article 157 ci-
dessus est établi au nom de
Les règles de détermination for- chaque contribuable, au titre du
faitaire du bénéfice agricole, ain- bénéfice retenu pour l’ensemble
si que celles relatives aux obliga- de ses exploitations agricoles en
tions administratives des contri- Guinée, au siège de la direction
buables, seront précisées par un des entreprises ou, à défaut, au
arrêté du Ministre de L’économie lieu du principal établissement.
et des Finances.
Les sociétés de personnes dont
IV. Prélèvement proportionnel le siège social est situé hors de
Guinée sont, le cas échéant,
Art.157. - Les contribuables assujettis au prélèvement forfai-
dont le bénéfice imposable est taire au lieu de leur principal éta-
déterminé forfaitairement sont blissement en Guinée d’après les
assujettis à un prélèvement pro- résultats des opérations qu’elles
portionnel. y ont effectuées.

Le montant du prélèvement est Dans les sociétés de personnes


calculé par application au mon- visées à l’article 13, sauf le cas
tant du bénéfice imposable du d’option pour l’impôt sur les so-
taux de 15%. ciétés, chacun des associés
supporte personnellement, le cas
Lorsqu’en vertu des dispositions échéant, le prélèvement forfai-
de l’article 20 du présent code, le taire pour la part de bénéfices
contribuable relève du régime sociaux correspondant à ses
simplifié d’imposition, le prélè- droits dans la société.
vement appliqué au montant de
bénéfice déterminé forfaitaire- Art.159. - La liquidation du pré-
ment est libératoire de l’impôt sur lèvement prévu à l’article 157 est
le revenu. effectuée, suite à l’évaluation du
bénéfice, par l’Administration
Dans le cas contraire, le montant fiscale. (Art. 127 abrogé)
de prélèvement forfaitaire est Le montant du prélèvement est
imputable sur le montant d’impôt indiqué au contribuable en même
sur le revenu liquidé sur la base temps que le montant de béné-
de l’ensemble des revenus dans fice proposé ou retenu.

Code Général des Impôts 58


Le montant du prélèvement dû par les sociétés et orga-
par le contribuable est définiti- nismes passibles de l’impôt
vement arrêté à la somme résul- sur les sociétés, qui demeu-
tant de l’application du taux pré-
rent assujetties pour ces
vu à l’article 157 au montant de
bénéfice accepté par le contri- profits aux règles prévues
buable ou fixé par la commission aux articles 224 et 226,
des impôts. La décision de fixa- 2. ni les cessions d’éléments
tion du bénéfice prise, soit par d’actif immobilisé d’une en-
l’Administration fiscale et en ce treprise commerciale, indus-
cas préalablement visée par le trielle, artisanale, agricole,
directeur préfectoral des impôts,
ou nécessaire à l’exercice
vaut titre de perception.
d’une profession libérale, les
Le contribuable est tenu de ver- profits réalisés à l’occasion
ser à la caisse du Trésor le mon- de telles cessions se trou-
tant du prélèvement forfaitaire vant imposés selon les
ainsi arrêté dans le délai d’un
règles prévues, selon le cas,
mois suivant la réception de la
décision de fixation du bénéfice. en matière de bénéfices in-
Il lui est donné reçu de son ver- dustriels et commerciaux, de
sement. bénéfices agricoles ou de
bénéfices non commerciaux.
SECTION VI – PLUS-VALUES
IMMOBILIERES NON Toutefois, les plus-values immo-
PROFESSIONNELLES bilières des entreprises ou pro-
I. Définition. fession ci-dessus mentionnées
sont regardées comme des plus-
Art.160. - I. Les plus-values values immobilières non profes-
réalisées par les personnes phy- sionnelles, et assujetties aux
siques ou des sociétés de per- dispositions de la présente sec-
sonnes lors de la cession à titre tion, lorsque le bénéfice ou reve-
onéreux de biens ou droits im- nu imposable desdites entre-
mobiliers dans le cadre d’une prises ou professions fait l’objet
gestion patrimoniale privée, sont d’une détermination forfaitaire ou
passibles de l’impôt sur le revenu d’une évaluation administrative.
selon les règles prévues à la
présente section. Ce régime II- Exonérations.
d’imposition ne concerne : Art.161. - Sont toutefois exoné-
rées de l’impôt sur le revenu les
1. ni les cessions consenties plus-values résultant de la cession :

Code Général des Impôts 59


1. d’immeubles et de droits sans rapport avec la valeur réelle
immobiliers dont le prix de de l’immeuble ou du droit immo-
cession n’excède pas la bilier à l’époque de l’acquisition,
l’inspecteur de l’Enregistrement
somme de 2.000.000 de
est en droit de substituer ladite
francs guinéens; valeur réelle, qu’il lui appartient
2. d’immeubles non bâtis ou de d’établir par tous moyens de
droits correspondants à de preuve, à l’évaluation faite par le
tels biens. cédant, sans préjudice du droit
de réclamation de ce dernier.
III. Détermination de la plus- En cas d’acquisition à titre gra-
value imposable. tuit, la valeur d’acquisition pré-
sumée est la valeur vénale des
Art.162. - I. La détermination de immeubles au jour de la mutation
la plus-value imposable s’effec- à titre gratuit.
tue par comparaison entre le prix
de cession, et le prix d’acquisi- Le prix d’acquisition est majoré :
tion par le cédant.
1. Des frais afférents à l’acqui-
Le prix de cession est réduit du
montant des taxes acquittées et sition à titre gratuit à l’exclu-
frais supportés par le cédant. sion des droits de mutation;
Le prix d’acquisition est la 2. Des frais afférents à l’acqui-
somme ou contre-valeur payée sition à titre onéreux, que le
par le cédant pour obtenir la pro- cédant peut fixer forfaitaire-
priété de l’immeuble, ou du droit
ment à 15% ;
réel immobilier. Ce prix est révé-
lé par les actes de toute nature 3. Le cas échéant, des dé-
ayant date certaine. penses, dûment justifiées,
de construction, de recons-
A défaut de documents relatifs à truction, d’agrandissement,
l’immeuble lui-même, la même de rénovation ou d’améliora-
valeur est déterminée par le prix tion, réalisées depuis l’acqui-
ou l’estimation figurant dans les
sition, lorsqu’elles n’ont pas
actes, pièces ou documents qui
se rapportent à des immeubles été déjà déduites du revenu
voisins et de même consistance. imposable et qu’elles ne
En l’absence de tels actes, présentent pas le caractère
pièces ou documents, cette va- de dépenses locatives; il est
leur est estimée par le cédant. tenu compte également, des
Dans le cas où l’estimation faite travaux effectués par le cé-
par le cédant est manifestement
dant; ces travaux peuvent

Code Général des Impôts 60


faire l’objet d’une évaluation IV. Prélèvement libératoire.
ou être estimés en appli-
quant le coefficient 3 au Art.163. - Les contribuables qui
réalisent une plus-value immobi-
montant des matériaux utili-
lière non professionnelle impo-
sés; lorsque le contribuable sable sont assujettis à un prélè-
n’est pas en mesure d’ap- vement proportionnel.
porter la justification des dé-
penses mentionnées au pré- Le montant du prélèvement est
sent alinéa, ces dépenses calculé par application au mon-
sont forfaitairement fixées à tant de la plus-value imposable,
déterminé selon les règles pré-
15% du prix d’acquisition.
vues à l’article 162, au taux de
15%.
Le prix d’acquisition augmenté
des frais d’acquisition et les dé-
Le prélèvement appliqué au
penses mentionnées au précé-
montant de plus-value imposable
dent alinéa sont en outre majo-
est dans tous les cas libératoire
rés par application d’un coeffi-
de l’impôt sur le revenu.
cient fixé par arrêté du Ministre
de l’Economies et des Finances
Art.164. - Le prélèvement libéra-
en fonction de l’année d’acqui-
toire prévu à l’article 163 ci-
sition du bien ou droit concerné
dessus est liquidé par les inspec-
ou de réalisation des dépenses.
teurs chargés de l’enregistre-
ment des cessions à titre oné-
II. En vue de l’application de
reux d’immeubles au moment et
l’impôt, la plus-value déterminée
à l’occasion des formalités d’en-
conformément aux règles pré-
registrement desdites cessions.
vues au I, est diminuée d’une
Il est dû, nonobstant toutes con-
somme égale à 10% de son
ventions contraires, par celui qui
montant par année entière de
bénéficie de la plus-value.
possession du bien ou du droit
cédé.
Il est payé à l’Enregistrement en
même temps que les droits
III. Les moins-values ne sont pas
d’enregistrement des cessions
déductibles des revenus impo-
de biens immeubles concernées,
sables du contribuable; elles ne
soit par les officiers ministériels
peuvent pas s’imputer sur les
responsables du paiement des
plus-values des années anté-
droits, soit par le déclarant, sauf
rieures ou postérieures.
leur recours contre le redevable.
Il leur est délivré une quittance

Code Général des Impôts 61


du paiement effectué, extraite L’un des exemplaires de ce bul-
d’un registre à souche, en même letin est transmis au comptable
temps que l’acte enregistré leur public chargé du paiement, par
est restitué ou que la quittance une lettre valant opposition ad-
des droits leur est remise. ministrative au paiement du prix
Si le prélèvement prévu à l’article de vente jusqu’à concurrence du
163 n’est pas réglé en même montant du prélèvement; l’autre
temps que les droits de mutation, exemplaire est joint à l’acte de
la formalité de l’enregistrement vente enregistré et transmis par
est refusée, sauf dans le cas des l’inspecteur de l’Enregistrement
acquisitions visées à l’article 165 avec l’original ou la copie dudit
ci-après. acte à l’ordonnateur chargé de
mandater le prix de l’aliénation.
Art.165. - Le prélèvement liqui-
dé à l’occasion des acquisitions Le montant du prélèvement rete-
faites par l’Etat, les collectivités nu lors du paiement du prix est
publiques ou les établissements mis à la disposition de
publics administratifs, dont les l’inspecteur de l’Enregistrement
acquisitions immobilières sont qui en fait alors recette, et en
exonérées de droits d’enregistre- avise le Directeur National des
ment, est réclamé par l’inspec- Impôts, au plus tard dans les dix
teur de l’enregistrement. premiers jours du mois pour les
paiements du mois précédent.
Aucune somme ne peut être or-
donnancée au profit du cédant Art.166. - Les officiers publics et
s’il n’a au préalable, justifié du ministériels et les fonctionnaires
paiement du prélèvement. investis d’attributions du même
ordre sont dans tous les cas, et
Si le cédant déclare n’être pas sauf les exceptions mentionnées
en mesure d’acquitter le prélè- à l’article 167 ci-après, tenus
vement, l’acte est cependant pour responsables du paiement
enregistré, l’inspecteur fait au du prélèvement dont l’exigibilité
sommier ad hoc la consignation est révélée par les actes qu’ils
nécessaire et établit en double reçoivent ou les documents qu’ils
exemplaire un bulletin de liquida- annexent ou dont ils font usage.
tion du prélèvement contenant
Art.167. - Les greffiers des tribu-
toutes les indications permettent naux pour les jugements rendus à
d’identifier le redevable ainsi que l’audience sont déchargés de cette
sa créance sur la collectivité pu- responsabilité si les redevables
blique intéressée. invités par eux à consigner le
montant du prélèvement exigible

Code Général des Impôts 62


en même temps que les droits II. L’omission dans les actes ou
d’enregistrement négligent de le déclarations de mutations immo-
faire. bilières, des renseignements
prescrits au I est punie d’une
Dans ce cas, le recouvrement du amende égale à 50% du prélè-
prélèvement est poursuivi directe- vement exigible sans pouvoir
ment contre les intéressés par
être inférieure à 10.000 francs
l’inspecteur de l’Enregistrement.
guinéens. Cette amende est per-
A cet effet, les greffiers adres- sonnelle à l’officier ministériel
sent à ce fonctionnaire dans les rédacteur de l’acte ou au décla-
quinze jours qui suivent le pro- rant.
noncé de la sentence ou la si-
gnature de l’acte; l’exigibilité du III. L’indication d’une valeur
prélèvement. d’acquisition reconnue fausse est
passible d’une pénalité égale au
V. Sanctions double du prélèvement exigible
calculée en tenant compte de la
Art.168. - I Les actes ou décla- véritable valeur d’acquisition,
rations de mutation doivent con- sans que cette pénalité puisse
tenir des renseignements sur être inférieure à 10.000 francs
l’affectation de l’immeuble anté- guinéens.
rieurement à la cession, de na-
ture à établir le caractère non IV. Le contribuable qui n’a pas
professionnel au sens de l’article supportés le prélèvement prévu
160 de la plus-value le cas à la présente section à la suite
échéant réalisée à l’occasion de d’indications erronées concer-
ladite cession, ainsi que dans nant l’affection de l’immeuble
l’origine de propriété, des rensei- cédé antérieurement à sa ces-
gnements tant sur le date et le sion est passible d’une pénalité
mois d’acquisition, que sur la égale au double du prélèvement
valeur des immeubles à l’époque exigible.
de leur acquisition par celui ou
V. Les droits en sus perçus à
ceux qui les aliènent.
titre de pénalités pour défaut
Ces renseignements doivent être
d’enregistrement dans les délais,
complétés par l’indication de la
portent sur les droits simples
date à laquelle les actes, pièces,
d’enregistrement majorés du
jugements ou documents relatifs
prélèvement des plus-values
à l’immeuble ont été enregistrés
immobilières non profession-
et, autant que possible par la
nelles.
relation elle-même de l’enregis-
trement.

Code Général des Impôts 63


Art.169. - Tous les litiges relatifs Les revenus de valeur mobilière
au mode de détermination de la de source étrangère font l’objet
plus-value immobilière non pro- des dispositions spéciales de
fessionnelle imposable, ainsi l’article 184.
qu’à la liquidation et à la percep- Lorsque ces revenus sont com-
tion du prélèvement, sont réglés pris dans les recettes d’une en-
comme en matière de droits treprise industrielle, commer-
d’enregistrement. ciale, artisanale, agricole ou non
commerciale, ils entrent en
SECTION VII – REVENUS DE compte pour la détermination du
CAPITAUX MOBILIERS résultat imposable, dans la caté-
gorie correspondante du revenu.
I. Dispositions générales.
II. Définitions - Détermination
Art.170. - Lorsqu’ils sont en-
du revenu imposable
caissés par des personnes phy-
siques ayant leur domicile fiscal Art.171. - Les revenus de capi-
en Guinée et qu’ils n’entrent pas taux mobiliers comprennent :
dans les recettes d’une entre- 1° Les produits de placements à
prise industrielle, commerciale, revenu variable;
artisanale, agricole ou non com- 2° Les produits de placements à
merciale, les revenus des capi- revenu fixe.
taux mobiliers de source gui-
néenne, autres que ceux qui ont Les produits de placements à
été libérés de l’impôt dans les revenu variable sont les revenus
conditions fixées à l’article 191 des actions, les plus-values de
par l’application des retenues à cessions d’actions, les revenus
la source prévues aux articles de parts sociales et revenus as-
189 et 190 , ou exonérés, sont similés réalisés par les per-
pris en compte dans le revenu sonnes morales passibles de
global et soumis à l’impôt sur le l’impôt sur les sociétés.
revenu dans la catégorie des (LF.2011, art.18)
revenus de capitaux mobiliers. Les produits de placements à
revenu fixe sont les revenus de
Les revenus de capitaux mobi- créance, dépôts, cautionnements,
liers de source guinéenne perçus comptes courants, revenus de fonds
par des personnes ayant leur d’Etat, revenus des obligations et
domicile fiscal ou leur siège so- autres négociables émis par des
cial hors de Guinée sont imposés personnes morales de droit pu-
selon les dispositions de l’article blic ou privé et les revenus de
187. bons de caisse.

Code Général des Impôts 64


Art.172. - Les distributions im- Leur montant tient compte, le cas
posables dans la catégorie des échéant, des redressements
revenus de capitaux mobiliers apportés aux bénéfices déclarés.
sont celles qui sont réalisées par :
Ces bénéfices et produits doivent
1. Les sociétés et autres col- en outre subir certaines correc-
lectivités assujetties obliga- tions afin de dégager les résul-
toirement à l’impôt sur les tats d’ensemble de l’entreprise
sociétés ; pour la période d’imposition con-
2. Les sociétés qui ont opté sidérée.
pour leur assujettissement à
Les bénéfices retenus pour
l’impôt sur les sociétés y
l’assiette de l’impôt sur les socié-
compris celles qui à défaut
tés doivent être augmentés de
d’option sont cependant
ceux qui sont légalement exoné-
taxables à l’impôt sur les so-
rés dudit impôt ou n’entrent pas
ciétés en vertu de l’article
dans son champ d’application, et
202-IV ;
diminués des sommes payées
3. Les collectivités qui seraient
au titre de l’impôt sur les sociétés
normalement passibles de
et, d’une manière générale, de
l’impôt sur les sociétés mais
tous les impôts qui ne sont pas
qui en sont expressément
admis dans les charges déduc-
exonérées par l’article 203.
tibles, des amendes et pénalités
de toute nature qui ne sont pas
Art.173. - Sont considérés com-
admises en déduction pour
me distribués :
l’assiette de l’impôt sur les socié-
tés, des bénéfices réalisés au
1° Tous les bénéfices ou produits
cours d’exercices antérieurs et
qui ne sont pas mis en réserve
qui n’ayant pas été imposés lors
ou reportés à nouveau ou incor-
de leur réalisation sont, pour une
porés au capital et qui sont en
cause quelconque, fiscalement
conséquence transférés hors du
rattachés à l’exercice considéré.
patrimoine social des sociétés ou
personnes morales désignées à Le montant global des bénéfices
l’article 172. distribués est calculé en retran-
chant des bénéfices imposables
Les bénéfices et produits ainsi corrigés, les sommes qui,
s’entendent de ceux qui ont été prélevées sur ces bénéfices ont
retenus pour l’assiette de l’impôt été incorporées au capital ou
sur les sociétés. mises en réserve.

Code Général des Impôts 65


2° sauf preuve contraire, toutes • Les intérêts excédentaires
les sommes ou valeurs mises à alloués aux associés et ex-
la disposition des associés, ac- clus des charges déductibles
tionnaires ou porteurs de parts en fonction des dispositions
directement ou par personnes ou de l’article 97 même en
sociétés interposées à titre l’absence de solde bénéfi-
d’avances, de prêts ou d’acomp- ciaire taxable à l’impôt sur
tes. les sociétés ;
3° Sont également considérés • Les frais généraux divers rap-
comme revenus distribués : portés au bénéfice imposable ;
• Les redressements des ré-
• Les sommes ou valeurs at- sultats déclarés à la suite
tribuées aux porteurs de d’un contrôle fiscal dans la
parts bénéficiaires ou de mesure où ils ne sont pas
fondateur au titre de rachat demeurés investis dans
de ces parts ; l’entreprise. C’est ainsi que
• Les rémunérations et avan- les sommes correspondant à
tages occultes ; la réintégration fiscale
d'amortissements, de provi-
• La fraction des rémunéra- sions ou rehaussement de
tions des dirigeants de so- l’évaluation des valeurs
ciétés et des cadres assimi- d’exploitation ne représen-
lés, jugée excessive en fonc- tent pas des revenus distri-
tion des dispositions de bués.
l’article 94-a ;
• Les dépenses et charges Lorsque le redressement aboutit
dont la déduction pour à substituer à un déficit déclaré
l’assiette de l’impôt sur les un solde bénéficiaire, la pré-
sociétés est interdite en ver- somption de distribution
tu des dispositions de s’applique uniquement à concur-
l’article 99 ; rence de la fraction du redres-
sement effectivement cotisée à
• L’amortissement du capital
l’impôt sur les sociétés. La frac-
par remboursement du mon-
tion du redressement ayant an-
tant des actions et parts so-
nulé le déficit déclaré n’est sus-
ciales au moyen de fonds
ceptible d’être taxée au titre des
prélevés sur les bénéfices
revenus distribués que si
sociaux sans entraîner des
l’Administration fiscale apporte la
réductions du capital au bi-
preuve de l’appréhension par les
lan sauf ce qui est dit à
associés des sommes ainsi réin-
l’article 176-2°;
tégrées.

Code Général des Impôts 66


Lorsque le redressement aboutit distribués aux associés en pro-
simplement à annuler ou à ré- portion de leurs droits. Cette dis-
duire le déficit déclaré, les position est applicable, le cas
sommes réintégrées ne peuvent échéant, au prorata des résul-
être considérées comme distri- tats qui cessent d’être soumis à
buées que si la preuve ci-dessus cet impôt.
est rapportée par l’Administration
fiscale. Art.176. - Ne sont pas considé-
rés comme revenus distribués :
Art.174. - Relèvent de la caté-
gorie des revenus de capitaux 1° Les répartitions présentant pour
mobiliers : les associés ou actionnaires le
1- Les jetons de présence et les caractère de remboursement d’ap-
tantièmes ordinaires alloués ports ou de primes d’émission.
aux administrateurs en leur Toutefois, une répartition n’est
qualité de membres du con- réputée présenter ce caractère
seil d’administration ; que si tous les bénéfices ou les
2- Les jetons de présence et les réserves autres que la réserve
tantièmes spéciaux alloués à légale ont été auparavant répartis.
certains administrateurs en
tant que membres du comité Ne sont pas considérées comme
d’études ; des apports pour l’application de
3- Les jetons de présence payés la présente disposition :
aux actionnaires à l’occasion
des assemblées générales ; • les réserves incorporées au
4- Les rémunérations, rembour- capital étant entendu que
sements forfaitaires de frais et l’incorporation directe de bé-
toutes autres rétributions re- néfices au capital est assimi-
venant aux administrateurs, lée à une incorporation de
associés gérants, membres réserves ;
du conseil d’administration à • les sommes incorporées au
l’exclusion des salaires, de capital ou aux réserves à
revenus non commerciaux ou l’occasion d’une fusion de
de redevances de propriété sociétés.
industrielle.
2° Les amortissements de tout
Art.175. - Lorsqu’une personne ou partie de leur capital social,
morale soumise à l’impôt sur les parts d’intérêts ou de comman-
sociétés cesse d’y être assujet- dites effectués par les sociétés
tie, ses bénéfices et réserves concessionnaires de l’Etat ou
capitalisées ou non sont réputés autres collectivités publiques

Code Général des Impôts 67


lorsque ces amortissements sont Art.177. - La dissolution des
justifiés par la caducité de tout personnes morales soumises à
ou partie de l’actif social notam- l’impôt sur les sociétés entraîne
ment par dépérissement pro- la taxation du boni de liquidation
gressif ou par obligation de re- entre les mains des associés.
mise de la concession à l’autorité
concédante. Le caractère Le boni de liquidation s’entend
d’amortissement de l’opération et du point de vue fiscal de la diffé-
la légitimité de l’exonération se- rence entre le montant de l’actif
ront constatés dans chaque cas net social et celui des apports
dans des conditions fixées par réels primes d’émission com-
arrêté du Ministre de l’Economie prises, ou assimilés, susceptibles
et des Finances ; d’être repris par les associés en
franchise d’impôt.
3° Les remboursements consé-
cutifs à la liquidation de la socié- Même à défaut de répartition
té et portant : effective du boni de liquidation
• sur le capital amorti à concur- entre les associés, l’imposition
rence de la fraction ayant, de ce boni au titre des revenus
lors de l’amortissement, sup- distribués est exigible du seul fait
porté l’impôt sur le revenu de la disparition de l’être social
des valeurs mobilières ou qui peut intervenir à la suite non
l’impôt sur le revenu ; seulement d’une dissolution pro-
prement dite mais aussi d’une
• sur les sommes incorporées fusion ou dans certains cas,
au capital ou aux réserves à d’opérations telles qu’une trans-
l’occasion d’une fusion anté- formation entraînant la création
rieure dans la mesure où d’un être moral nouveau. Il en est
elles ont supporté en raison de même en cas de transformation
de la fusion, l’impôt sur le re- n’entraînant pas la création d’un
venu des valeurs mobilières. être moral nouveau mais ayant
4° Les sommes mises à la dis- pour effet la modification du ré-
position des associés dès lors gime fiscal de la société.
qu’elles constituent la rémunéra- Le boni attribué lors de la liquida-
tion d’un prêt, d’un service ou tion d’une société aux titulaires
d’une fonction et sont valable- de droits sociaux en sus de leur
ment comprises dans des apport n’est compris, le cas
charges déductibles pour l’assi- échéant, dans les bases de
ette de l’impôt sur les sociétés. l’impôt sur le revenu que jusqu’à
concurrence de l’excédent du
remboursement des droits dans

Code Général des Impôts 68


les cas où ce dernier est supé- total des distributions tel qu’il
rieur au montant de l’apport. La résulte des déclarations de la
même règle est applicable dans personne morale visées à
le cas où la société rachète au l’alinéa ci-dessus, la société est
cours de son existence, les droits invité à fournir à l’Administration
de certains associés, action- fiscale dans un délai de trente
naires ou porteurs de parts béné- jours toutes les indications com-
ficiaires. plémentaires sur les bénéfi-
ciaires de l’excédent des distribu-
Art.178. - Dans le cas de fu- tions.
sions de sociétés ou de scissions
opérées avec l’agrément du Mi- En cas de refus ou à défaut de
nistre de l’Economie et des Fi- réponse dans ce délai, les
nances, l’attribution gratuite de sommes correspondantes aug-
titres représentatifs de l’apport mentées du complément de dis-
aux membres de la société ap- tribution qui résulte de la prise en
porteuse n’est pas considérée charge de l’impôt par la per-
comme une distribution de reve- sonne morale versante, sont
nus mobiliers. imposées au nom de ladite per-
sonne morale dans les condi-
Les dispositions ci-dessus tions prévues à l’article 199.
s’appliquent également en cas
d’apport partiel d’actif lorsque la Art.180. - Le revenu brut
répartition des titres a lieu dans s’entend du montant brut des
un délai d’un an à compter de la produits distribués effectivement
réalisation de l’apport. perçus par le bénéficiaire.

Art.179. - Pour chaque période Lorsqu’ils sont payables en es-


d’imposition, la masse des reve- pèces, les revenus de cette na-
nus distribués définis aux articles ture sont imposables au titre de
173 à 176 est considérée comme l’année soit de leur paiement en
répartie entre les bénéfices pour espèces ou par chèque soit de
l’évaluation du revenu de chacun leur inscription au crédit d’un
d’eux à concurrence des chiffres compte. Il n’est donc tenu
indiqués dans les déclarations compte de leur date d’échéance.
fournies par la personne morale
dans les conditions de l’article Art.181. - Les produits de pla-
241. cements à revenu fixe entrent
dans la catégorie des revenus de
Au cas où la masse des revenus capitaux mobiliers.
distribués excède le montant

Code Général des Impôts 69


Les placements à revenu fixe Art.182. - Les revenus de la
s’analysent d’une manière géné- catégorie prévue à l’article 181
rale comme des prêts d’argent sont déterminés de la façon sui-
consentis à des personnes phy- vante :
siques ou à des personnes mo-
1°- Pour les obligations, effets
rales de droit privé ou public et
publics et emprunts, par l’intérêt
assortis d’une rémunération re-
ou le revenu distribué dans
vêtant la forme d’un intérêt. Ils
l’année;
comprennent :
1- Les revenus des fonds • Pour les lots, par le montant
d’Etat ou produits des em- même du lot;
prunts émis par le Trésor • Pour les primes de rembour-
public ; sement, par la différence
2- Les revenus de bons du entre la somme remboursée
Trésor et assimilés ; et le taux d’émission des em-
prunts;
3- Les intérêts, arrérages et
produits de toute nature des 2°- Pour les revenus des créances,
dépôts, cautionnements et comptes
obligations, effets et tous
autres titres d’emprunt né- courants, par le montant brut des
gociables émis par les per- intérêts, arrérages ou tous autres
sonnes morales guinéennes produits des valeurs désignées à
de droit public et de droit pri- l’article 181, l’impôt est dû par le
vé, les lots et primes de seul fait , soit du paiement des
remboursement payés aux intérêts de quelque manière qu’il
porteurs des mêmes titres ; soit effectué, soit de leur inscrip-
tion au débit ou au crédit d’un
4- Les produits des bons de compte dès lors que le créancier
caisse émis en contrepartie a son domicile fiscal en Guinée
d’un prêt par les banques, ou y possède un établissement
les entreprises industrielles stable dont dépend la créance, le
et commerciales et quel que dépôt ou le cautionnement.
soit leur objet par les collec- En cas de capitalisation des inté-
tivités ; rêts d’un prix de vente de fonds
5- Passibles de l’impôt sur les de commerce, le fait générateur
sociétés même si elles sont de l’impôt est reporté à la date
en fait exonérées dudit impôt du paiement effectif des intérêts.
par une disposition particu-
lière ; Les dispositions de l’article 19
relatives aux revenus exception-
6- Les revenus des créances, nels ou différés sont applicables
dépôts, cautionnement et aux revenus de capitaux mobiliers.
comptes courants.

Code Général des Impôts 70


Art.183. - D’une manière géné- internationales relatives aux
rale, les frais et charges qui grè- doubles impositions, soumis à
vent tant les produits de place- l’impôt sur le revenu guinéen
ments à revenu variable que lorsqu’ils sont perçus par des
ceux qui résultent de placement personnes physiques ayant leur
à revenu variable que ceux qui domicile fiscal en Guinée.
résultent de placements à revenu Le revenu est déterminé par la
fixe sont déductibles pour leur valeur brute en monnaie gui-
montant réel dès lors qu’ils sont néenne des produits encaissés
exposés en vue de l’acquisition d’après le cours du change au
ou de la conservation des reve- jour des paiements sans autre
nus imposables. Pour être dé- déduction que celle des impôts
ductibles au titre d’une année établis dans le pays d’origine et
donnée, ces dépenses doivent dont le paiement incombe au
être effectivement réglées au bénéficiaire.
cours de ladite année. Le montant des lots est fixé par
le montant même du lot en mon-
Au nombre des charges déduc- naie guinéenne.
tibles peuvent figurer notamment :
1- Les frais de garde des titres ; Pour les primes de rembourse-
ment, le revenu est déterminé
2- Les frais d’encaissement
par la différence entre la somme
des coupons s’ils ne sont
remboursée et le taux d’émission
pas déjà déduits directement
des emprunts.
par l’établissement payeur ;
3- Les frais de location des Art.185. - Sous réserve des
coffres ; dispositions des conventions
4- Les primes d’assurances re- internationales relatives aux
latives aux valeurs mobi- doubles impositions, les intérêts,
lières dans la mesure où arrérages ou tout autre produit
l’objet du contrat n’est pas des créances, dépôts, caution-
de couvrir les risques de dé- nements et comptes courant sont
préciation. soumis, lorsqu’ils ont une origine
étrangère, à l’impôt sur le revenu
III. Revenus de valeurs
dans les mêmes conditions que
mobilières étrangères.
les revenus de la même nature
Art.184. - Les revenus de va- dont la source se trouve en Gui-
leurs mobilières émises hors de née.
Guinée et les revenus assimilés IV. Exonérations.
sont en principe et sous réserve
des dispositions des conventions Art.186. - I. Les dispositions des
articles 181 à 183 ne sont pas

Code Général des Impôts 71


applicables aux intérêts, arré- par des sociétés passibles de
rages et tous autres produits des l’impôt sur les sociétés en Gui-
comptes courants figurant dans née et qui présentent le carac-
les recettes provenant de tère de produits d’actions et parts
l’exercice d’une profession indus- sociales ou de revenus assimilés
trielle, commerciale, agricole ou au sens des articles 172 à 180
d’une exploitation minière, sous sous réserve de ce qui est dit au
la double condition : IV.

1° que les contractants aient l’un III. La même retenue s’applique


et l’autre, l’une des qualités également aux produits de pla-
d’industriel, de commerçant ou cements à revenus fixes de
d’exploitant agricole ou minier ; source guinéenne.
2° que les opérations inscrites au
IV. Sont exclus du champ
compte courant se rattachent
d’application de la retenue à la
exclusivement à l’industrie, au
source :
commerce ou à l’exploitation
agricole ou minière des deux 1- Les rémunérations occultes
parties. taxées dans les conditions
de l’article 199 ;
V. Modalités d’imposition.
Retenues à la source. 2- Les avances, prêts ou
acomptes consentis aux as-
A/Revenus perçus par sociés et considérés comme
personnes non domiciliées en revenus distribués au sens
Guinée de l’article 173 ;
3- Sous certaines conditions
Art.187. - I. Sous réserve des
qui sont définies par arrêté
dispositions des conventions
du Ministre de l’Economie et
internationales relatives aux dou-
des Finances, les produits
bles impositions, les revenus de
d’actions, de parts sociales
capitaux mobiliers de source
ou de parts bénéficiaires qui
Guinéenne payés en Guinée et
bénéficient à des organisa-
perçus par les personnes ayant
tions internationales, à des
leur domicile fiscal ou leur siège
Etats souverains étrangers
social hors de Guinée, font l’objet
d’une retenue à la source égale à ou aux banques centrales de
10% du montant brut des revenus ces Etats ;
distribués. (LF 2011, art. 17) 4- Sur décision du Ministre de
l’Economie et des Finances,
II. La retenue visée au I la retenue à la source peut de
s’applique aux revenus distribués même être réduite ou suppri-

Code Général des Impôts 72


mée en ce qui concerne d’une sés en Guinée par les sociétés
part, les produits visés ci- étrangères au sens de l’article
dessus qui bénéficient à des 243 sont réputés distribués, au
institutions publiques étran- titre de chaque exercice, à des
gères et d’autre part, les pro- associés n’ayant pas leur domi-
duits afférents à des place- cile fiscal ou leur siège social en
ments constituant des inves- Guinée.
tissements directs en Guinée
qui bénéficient à des organi- Les bénéfices visés à l’alinéa
sations internationales, à des précédent s’entendent du mon-
Etats souverains étrangers, tant total des résultats impo-
aux banques centrales de ces sables ou exonérés, après dé-
Etats ou à des institutions fi- duction de l’impôt sur les socié-
nancières publiques étran- tés.
gères.
Les distributions ainsi détermi-
V. Les retenues opérées par nées font l’objet d’une retenue à
l’établissement payeur au cours la source au taux de 10%.
de chaque trimestre civil doivent (LF.2011, art.17)
être versées à la caisse du comp-
table public compétent dans le Cette retenue doit être versée au
mois suivant l’expiration de ce comptable public compétent par
trimestre et donnent lieu au dépôt la société étrangère elle-même
d’une déclaration dont le modèle ou son représentant désigné
est établi par arrêté du Ministre de comme prévu à l’article 243.
l’Economie et des Finances.
Le versement doit intervenir dans
Le comptable public compétent le délai qui est imparti à la socié-
est celui du lieu où l’établiss- té étrangère pour souscrire la
ement payeur souscrit la déclara- déclaration de ses résultats. A
tion de ses résultats. l’appui de son versement, la so-
VI. La retenue à la source prévue ciété doit déposer une déclara-
au présent article est libératoire tion faisant apparaître distincte-
de l’impôt sur le revenu éventuel- ment le montant :
lement dû en Guinée par les per-
sonnes visées au I, bénéficiaires 1- des bénéfices et plus-values
des produits qui l’ont supportée. à retenir pour l’assiette de
l’impôt;
Art.188. - I. Sous réserve des 2- de l’impôt correspondant;
dispositions des conventions inter-
nationales relatives aux doubles 3- des bénéfices et plus-values
impositions, les bénéfices réali- réalisés en Guinée et exoné-
rées dudit impôt.

Code Général des Impôts 73


II.- La société peut toutefois de- changes du jour de la mise en
mander que la retenue à la paiement.
source exigible en vertu des dis- La société est tenue de produire,
positions du I fasse l’objet d’une à l’appui de sa demande de révi-
nouvelle liquidation dans la me- sion, des copies accompagnées,
sure où les sommes auxquelles le cas échéant, des traductions
elle a été appliquée excèdent le appropriées, des décisions ou
montant total de ses distributions délibérations relatives aux distri-
effectives. butions ainsi mentionnées, ainsi
Il en est de même dans la me- que des procès-verbaux ou
sure où elle justifie que les béné- comptes rendus des assemblées
ficiaires de ces distributions ont générales d’actionnaires ou
leur domicile fiscal ou leur siège d’associés qui ont approuvé les
en Guinée, et qu’elle leur a trans- comptes de l’exercice.
féré les sommes correspondant
à la retenue. B/ Revenus perçus par des per-
L’excédent de perception lui est sonnes domiciliées en Guinée
restitué. Art.189. - Les produits de pla-
Les distributions à retenir pour cements à revenu variable défi-
l’application de ces dispositions nis à l’article 171, ainsi que les
s’entendent des distributions au revenus énumérés à l’article 174
sens des articles 173 et suivants font l’objet d’une retenue à la
du code qui ont été effectuées au source par la société distributrice
cours de la période de douze ou cédante d’actions ou de part
mois qui suit la clôture de sociales. (LF.2011, art.19)
l’exercice ou de la période dont
les résultats ont été retenus pour La retenue au taux de 10% du
le calcul de la retenue à la montant des revenus distribués
source, quel que soit l’exercice est reversée au comptable public
auquel elles se rapportent. chargé du recouvrement dans le
La demande de révision est pro- mois qui suit la distribution ou la
duite dans les trois mois qui sui- mise en paiement desdits reve-
vent l’expiration de la période de nus. (LF 2011, art. 17)
douze mois définie au précédent Le versement de la retenue est
alinéa. Elle mentionne, pour accompagné :
chaque distribution : 1- d’un état de distribution no-
minatif ;
- sa date;
2- d’une copie du procès-verbal
- son montant en monnaie gui- d’assemblée ayant fixé la
néenne d’après le cours des distribution ;

Code Général des Impôts 74


3- d’une note explicative avec et 190 du présent code sont libé-
demande de reçu. ratoires de l’impôt sur le revenu
lorsqu’elles s’appliquent à des
Art.190. - Les produits de pla- revenus de capitaux mobiliers
cements à revenu fixe définis dont le débiteur est domicilié ou
aux articles 171 et 181 font établi en Guinée, bénéficiant à
l’objet d’une retenue à la source une personne physique dont le
par la personne qui assume le domicile fiscal est situé en Gui-
paiement desdits revenus. née, dans le cas où le montant
Toutefois, cette retenue à la de revenus de capitaux mobiliers
source ne s’applique pas aux ayant supporté lesdites retenues
intérêts provenant de comptes perçu par le contribuable au
d’épargne ou de comptes de cours de l’année d’imposition
dépôt à terme de plus de trois n’excède pas 3 millions de francs
mois ouverts dans les livres des guinéens.
établissements bancaires. (LF
1992, art.17) Le caractère libératoire desdits
retenues ne peut toutefois être
Le taux de la retenue est fixé à invoqué pour les produits qui
10% pour l’ensemble des reve- sont pris en compte pour la dé-
nus concernés, y compris les lots termination du bénéfice impo-
payés aux créanciers et aux por- sable d’une entreprise indus-
teurs d’obligations (LF. 2010, art. trielle, commerciale, artisanale
22). ou agricole ou d’une profession
non commerciale, relevant d’un
Le versement de la retenue est régime réel d’imposition.
effectué à la caisse du comp-
table public chargé du recouvre- Les retenues à la source visées
ment du lieu de l’établissement au premier alinéa sont égale-
payeur dans le mois qui suit celui ment dépourvues de caractère
au cours duquel la retenue a été libératoire en ce qui concerne :
opérée.

Chaque versement est accom- 1° Les intérêts versés au titre


pagné d’une déclaration dont le des sommes que les associés
modèle est établi par arrêté du assurant en droit ou en fait la
Ministre de l’Economie et des direction d’une personne morale
Finances. laissent ou mettent directement
ou par personnes interposées à
Art.191. - Les retenues à la la disposition de cette personne
source prévues aux articles 189 morale ;

Code Général des Impôts 75


2° Les intérêts des sommes que à charge pour elle d’en retenir
les associés d’une personne les montants sur les sommes
morale laissent ou mettent direc- versées aux bénéficiaires desdits
tement ou par personnes inter- revenus.
posées à la disposition de cette Les retenues sont liquidées sur
personne morale lorsque la le montant brut des revenus mis
constitution et la rémunération de en paiement.
ce placement sont liés en droit
ou en fait à la souscription ou à Art.194. - Le contentieux du
l’acquisition de droits sociaux. recouvrement des retenues à la
Toutefois, les dépôts effectués source est réglé dans les condi-
par les sociétaires des orga- tions prévues en matière de con-
nismes coopératifs exonérés testations relatives au recouvre-
d’impôts sur les sociétés ouvrent ment des impôts, taxes rede-
droit, sur les produits desdits vance et sommes quelconques
dépôts, à l’application de rete- dont la perception incombe aux
nues à la source libératoires. comptables publics.

Lorsqu’elles ne présentent pas Art.195. - Les sanctions des


de caractère libératoire, les rete- infractions aux articles 187 à
nues à la source prévues aux 190 et à l’article 192 sont celles
articles 189 et 190 s’imputent sur prévues par les articles 81 et 82
le montant d’impôt sur le revenu du présent code.
dû par le contribuable dans les
Art.196. - Il est interdit aux so-
conditions prévues à l’article 197.
ciétés et personnes morales de
prendre à leur charge le montant
Art.192. - La retenue à la source des retenues afférentes :
applicable aux produits payés
hors de Guinée à des personnes 1- aux dividendes et autres
physiques domiciliées en Guinée produits répartis aux asso-
par des débiteurs situés en Gui- ciés, actionnaires et porteurs
née est opérée par le débiteur de parts ou aux membres
même s’il n’assure pas lui-même des conseils d’administration
le paiement des revenus. des sociétés anonymes;
2- aux revenus visés aux ar-
C/ Dispositions communes
ticles 174 et 181.
Art.193. - Les retenues à la
source prévues aux articles 187
à 190 sont payés par la per-
sonne qui effectue la distribution,

Code Général des Impôts 76


VI. Obligations déclaratives Les revenus de capitaux mobi-
liers doivent être déclarés pour
Art.197. - Les contribuables leur montant brut.
domiciliés en Guinée ayant en-
caissé des revenus de capitaux Le montant des retenues à la
mobiliers non exonérés, qui n’ont source supportées en application
pas supporté les retenues à la des dispositions des articles 189
source visées aux articles 189 et et 190 vient en déduction du
190 ou pour lesquels lesdites montant d’impôt sur le revenu
retenues n’ont pas le caractère liquidé sur la base des revenus
libératoire, ont l’obligation de d’ensemble.
déposer ou d’adresser à l’Admi-
nistration fiscale avant le 30 avril Si le montant de retenues que le
de chaque année une déclara- contribuable a supporté est su-
tion spéciale conforme au mo- périeur au montant d’impôt sur le
dèle établi par l’Administration revenu calculé sur cette base, le
fiscale, fournissant une récapitu- contribuable peut obtenir la restitu-
lation des retenues à la source tion des droits qui ont été suppor-
supportées, ainsi que la déclara- tés en trop dans les conditions
tion prévue à l’article 20, en vue prévues à l'article 32-III.
de leur imposition sur la base de
leur revenu d’ensemble.

CHAPITRE 3
Dispositions diverses

I. Retenue à la source sur Guinée dans l’exercice d’une pro-


certains revenus non fession libérale;
salariaux.
b. Aux produits perçus par les
Art.198. - I. Il est institué au profit inventeurs ou au titre de droits
du Budget National une retenue à d’auteur ou de droits assimilés,
la source applicable, lorsqu’ils sont ainsi qu’à tous les produits tirés de
payés par un débiteur établi en la propriété industrielle ou com-
Guinée à des personnes ou des merciale ou de droits assimilés;
sociétés qui n’ont pas dans ce
pays d’installation professionnelle
c. Aux sommes payées en rému-
permanente : nération des prestations de toute
nature matériellement fournies ou
a. Aux sommes versées en rému effectivement utilisées en Guinée.
nération d’une activité déployée en

Code Général des Impôts 77


II. Le taux de la retenue est fixé à par l’Etat ou une collectivité terri-
15% du montant brut des toriale à des personnes ou à des
sommes versées ou des produits sociétés qui n’ont pas en Guinée
perçus (LF 1992 art.18 ; LF 2012 d’installation professionnelle per-
art. 23). manente.
La retenue s’impute sur le mon- II- Le taux de cette taxe est fixé à
tant de l’impôt sur le revenu ou 15% des sommes versées. Le
fait générateur de la taxe est
de l’impôt sur les sociétés le cas l’encaissement du revenu. Cette
échéant établi au nom du bénéfi- taxe est versée au comptable du
ciaire des sommes dont le paie- Trésor compétent dans les
ment a justifié l’application de la quinze jours du mois suivant
retenue. L’excèdent éventuel de l’encaissement. Le versement
retenue n’est pas restituable. est accompagné d’un bordereau-
avis fourni par l’administration
III. La retenue prévue par le pré-
fiscale. (LF 2012, art.24).
sent article est opérée par le
débiteur des sommes versées et III- Cette taxe s’impute, le cas
remise au Trésor accompagnée échéant sur le montant de l’impôt
d’un bordereau-avis conforme au sur le revenu ou de l’impôt sur
modèle fixé par l’Administration les sociétés pour les personnes
fiscale, au plus tard le 15 du domiciliées en Guinée au sens
mois suivant celui du paiement. de l’article 223 du présent code.
IV. Le débiteur qui s’est abstenu IV- Pour les personnes ne dispo-
d’opérer la retenue ou qui sant pas en Guinée d’installation
sciemment, n’a opéré qu’une professionnelle permanente,
retenue insuffisante, est passible cette taxe est libératoire de
d’une amende égale au montant l’impôt sur le revenu, de l’impôt
de la retenue non effectuée. sur les sociétés, de l’impôt mini-
Il demeure en outre tenu au ver- mum forfaitaire sur les salaires et
sement de la retenue non effec- de la retenue à la source sur les
tuée et peut être personnelle- traitements et salaires versés à
ment imposé de la somme cor- des salariés non guinéens. (LF
respondante par voie de rôle. 1992 ; art.18)
Article 198 bis. - I- Il est institué Article 198 ter. - Il est institué
au profit du Budget National une au titre de l’impôt sur le revenu
taxe forfaitaire applicable aux une retenue à la source au taux
sommes et produits visés à de 10% sur les sommes versées
l’article 198 lorsqu’ils sont payés au titre de commission ou cour-

Code Général des Impôts 78


tage par les sociétés d’assu- au montant des sommes versées
rances à des agents ou courtiers ou distribuées, le double du taux
n’ayant pas la qualité de salarié. maximum de l’impôt sur le reve-
nu.
La retenue est effectuée par la
société d’assurance débitrice et Lorsque l’entreprise a sponta-
déduite de la commission versée nément fait figurer dans sa dé-
au courtier. Elle est reversée claration de résultats le montant
avant le 15 du mois suivant celui des sommes en cause, le taux
du paiement au comptable du de la pénalité est ramené à 1,5
Trésor compétent. fois le taux maximum de l’impôt
sur le revenu.
Le versement est accompagné
d’un état établi, daté et signé par
Les dirigeants sociaux de droit
la partie versante indiquant les
ou de fait sont solidairement res-
noms, prénoms et adresse du ou
ponsables du paiement de cette
des bénéficiaires, le montant brut
pénalité.
des commissions et celui de la
retenue opérée.
III. Redistribution de
La retenue est libératoire de dividendes de filiales
l’impôt sur le revenu pour le bé-
néficiaire sauf lorsque ce dernier Art.200. - Dans le cas de redistri-
est imposable selon le régime bution des produits nets des parti-
normal d’imposition visé à cipations d’une société mère dans
l’article 20 du Code des impôts le capital d’une société filiale gui-
directs d’Etat. (LF 1992, art.18) néenne, exonérés d’impôt sur les
sociétés dans les conditions pré-
II. Imposition des rémunéra- vues à l’article 225, le crédit
tions occultes d’impôt correspondant à la rete-
nue à la source opérée par la
Art.199. - Les sociétés et autres société filiale sur les produits
personnes morales passibles de distribués à la société mère est
l’impôt sur les sociétés qui, direc- imputable sur la retenue à la
tement ou indirectement, versent source applicable à la redistribu-
à des personnes dont elles ne tion des produits nets corres-
révèlent pas l’identité, des com- pondants par la société mère.
missions, courtages, ristournes L’excèdent n’est pas restituable.
commerciales ou non, gratifica-
tions et toutes autres rémunéra- Les sociétés qui entendent béné-
tions, sont soumises à une péna- ficier des dispositions du présent
lité fiscale calculée en appliquant article doivent :

Code Général des Impôts 79


1- D’une part, mentionner, d’impôt remis par les socié-
dans la note explicative vi- tés filiales distributrices ou
sée à l’article 189, le mon- les documents qui en tien-
tant de la somme à imputer ; nent lieu.
2- D’autre part, joindre à ladite
note les certificats de crédits

Code Général des Impôts 80


DIVISION II
TAXES SUR LES SALAIRES

Chapitre 1
VERSEMENTS FORFAITAIRES SUR LES SALAIRES

Art.201. - Outre les obligations Art.202. - Les sommes dues par


qui leur incombent en vertu des les employeurs au titre du ver-
articles 61 et 71 à 78 du présent sement forfaitaire sur les salaires
code, les particuliers et sociétés doivent être versées au comp-
employant en Guinée un person- table des impôts mensuellement ou
nel salarié devront verser forfai- trimestriellement dans les condi-
tairement, au profit du Budget tions prévues aux articles 72 à
National, une somme égale à 6% 74. Un bordereau-avis de ver-
du montant global des traite- sement distinct de celui des re-
ments, salaires, indemnités et tenus à la source sera utilisé.
émoluments effectivement payés Les versements forfaitaires sur
par eux à l’ensemble du person- les salaires effectués donneront
nel, y compris les avantages en lieu à l’établissement d’un rôle de
argent et en nature, après dé- régularisation.
duction, le cas échéant, des coti-
sations pour les prestations fami- Art.203. - Les dispositions de
liales. L’évaluation des avan- l’article 81 sont applicables à
tages en nature est effectuée l’employeur assujetti au verse-
conformément aux dispositions ment forfaitaire sur les salaires
de l’article 59 du présent qui n’a pas effectué dans les
code.(LF94,art21) délais prescrits le versement dû.

Chapitre 2

TAXE D’APPRENTISSAGE

SECTION 1. ENTREPRISES 1° Par les personnes physiques,


IMPOSABLES ET BASE DE LA ainsi que par les sociétés en
TAXTE nom collectif, en commandite
simple et par les associations en
Art.204. - Il est perçu au profit
participation n’ayant pas opté
du Budget National une taxe dite
pour leur assujettissement à
d’apprentissage. Cette taxe est
l’impôt sur les sociétés, lorsque
due :

Code Général des Impôts 81


ces personnes et sociétés exer- l’impôt sur les sociétés, en vertu
cent une activité visée aux ar-
ticles 87 à 90; de l’article 220, à l’exception de
2° Par les sociétés, associations ceux désignés au V de l’article
et organismes passibles de précité, quel que soit leur objet.

Art.205. - La taxe d’appre- Art.208. - Le redevable est tenu


ntissage est calculée au titre de remettre chaque année à
d’une année donnée sur la base l’Administration fiscale au plus
des traitements, salaires, appoin- tard le 5 avril, une déclaration
tements, indemnités et rétribu- conforme à un modèle établi par
tions quelconque, y compris les l’Administration , indiquant, no-
avantages en espèces ou en tamment, le montant des sa-
nature, dont le montant global laires, rémunérations et avan-
figure dans les frais généraux de tages passibles de la taxe qui ont
l’entreprise. été versés pendant l’année pré-
cédente, le cas échéant ventilé
Art.206. - Sont affranchis de la par établissements distincts, ain-
taxe : si que le montant des exonéra-
1° Les entreprises pour les- tions prévues à l’article 206 du
quelles la base d’imposition dé- présent code.
terminée conformément à l’article
La déclaration est produite au
précédent n’excède pas 300.000
lieu du siège de la direction de
francs guinéens;
l’entreprise ou, à défaut, du prin-
2° Les ouvriers travaillant à do-
cipal établissement.
micile et les artisans;
3° Les sociétés ayant pour objet
Art.209. - L’Administration fis-
exclusif les divers ordres
cale vérifie les déclarations. Elle
d’enseignement.
entend les intéressés lorsque
leur audition lui parait utile ou
SECTION II. ETABLISSEMENT
lorsqu’ils demandent des explica-
DE LA TAXE
tions verbales.
Art.207. - La taxe est établie au Elle peut rectifier les déclara-
nom de chaque personne ou tions. Mais elle fait alors con-
entreprise redevable, pour naître au redevable la rectifica-
l’ensemble de ses établisse- tion qu’elle envisage et lui en
ments exploités en Guinée, au indique les motifs.
siège de la direction de
l’entreprise ou, à défaut, au lieu Elle invite en même temps les
du principal établissement. intéressés à faire parvenir leur

Code Général des Impôts 82


acceptation ou leurs observa- vues en matière d’imposition à
tions dans un délai de quinze l’impôt sur le revenu des béné-
jours. fices industriels et commerciaux
sont applicables à la déclaration
A défaut de réponse dans ce des appointements, salaires et
délai, l’Administration fixe la base rétributions qui n’ont pas encore
d’imposition, sous réserve du donné lieu à l’application de la
droit de réclamation du rede- taxe, ainsi qu’à l’établissement et
vable après établissement du au recouvrement des cotisations
rôle. correspondantes.
Art.210. - Pour le calcul de la SECTION III. EXONERATIONS
taxe toute fraction du montant TOTALES OU PARTIELLES
global des salaires imposables
inférieure à 1.000 francs est né- Art.214. - Sont exonérés de la
gligée. Le taux de la taxe est fixé taxe d’apprentissage les em-
à 3%. ployeurs assujettis à la contribu-
tion de 1,5% pour le finance-
Art.211. - Le redevable qui n’a
ment de la formation profession-
pas souscrit sa déclaration dans
nelle. Par ailleurs des exonéra-
le délai prévu à l’article 208 ci-
tions totales ou partielles peu-
dessus est imposé d’office et sa
vent être accordées aux assujet-
cotisation est majorée de 25%.
tis sur leur demande par décision
Art.212. - Dans le cas où le re- du Ministre de l’Economie et des
devable n’a déclaré qu’un chiffre Finances sur proposition du Mi-
insuffisant d’au moins un nistre des Affaires Sociales
dixième, la majoration de 25% après avis du Comité consultatif.
est appliquée à la taxe corres-
pondant aux appointements non Les entreprises assujetties à la
déclarés. taxe d’apprentissage pourront
La taxe est doublée lorsque bénéficier d’une atténuation de
l’insuffisance constatée excédant ladite taxe, égale à 5.000 francs
un dixième ou la somme de guinéens par apprenti dont elles
50.000 francs guinéens, le con- justifieront la présence dans leur
tribuable n’établit pas sa bonne entreprise. Cette atténuation ne
foi. pourra dépasser 50% de la taxe
due en raison des salaires payés
Art.213. - Dans le cas de ces- à l’ensemble de leur personnel.
sion ou de cessation d’entreprise
ainsi que le cas de décès de
l’exploitant, les dispositions pré-

Code Général des Impôts 83


Sont seuls pris en considéra- Ministre des Affaires Sociales
tion pour les exonérations : après avis du Comité consultatif,
par voie de dégrèvement d’office
1° Les frais des cours profes- ou d’imposition supplémentaire.
sionnels et techniques de degrés
divers ; Art.216. - Les rôles sont arrêtés,
2° Les salaires des techniciens rendus exécutoires et mis en
qui sont chargés de la formation recouvrement, les poursuites
et de la direction des apprentis sont exercées et les réclama-
isolés ou en groupe dans la li- tions sont présentées, instruites
mite d’un technicien pour cinq et jugées comme en matière de
apprentis ; contributions directes.
3° Les indemnités journalières
payées aux apprentis lorsqu’ils SECTION IV. MODE DE RE-
sont soumis à un programme COUVREMENT DE LA TAXE
d’apprentissage méthodique ou D’APPRENTISSAGE
pour leurs heures de présence
aux cours professionnels ; Art.217. - La taxe d’appren-
La qualité d’apprenti sera certi- tissage est exigible en totalité
fiée par une attestation de dans les trois mois de l’année
l’Inspection Régionale du Travail. suivant celle du paiement des
4° Les frais des œuvres com- salaires taxables.
plémentaires de l’enseignement
technique et de l’apprentissage. Art.218. - Les assujettis devront
Les dépenses des œuvres et calculer spontanément le mon-
écoles sont soumises au contrôle tant de la taxe due au titre de
de la commission de la formation l’année précédente et verser leur
professionnelle. cotisations au receveur des im-
pôts au plus tard le 30 avril, leur
Art.215. - En cas de cession ou versement s’accompagnant de la
de cessation d’entreprise, ainsi remise d’une déclaration ou d’un
que dans le cas de décès de bordereau-avis d’un modèle arrê-
l’exploitant, le Ministre de l’Eco- té par l’Administration fiscale.
nomie et des Finances arrête le
montant des exonérations dont il Une partie dudit bordereau remplie
y a lieu de tenir compte pour par le service du receveur des im-
l’établissement de l’imposition pôts sera remise au redevable qui la
immédiatement exigible. joindra à la déclaration prévue à
Cette imposition est ultérieure- l’article 208 ci-dessus. Un rôle sera
ment rectifiée, s’il y a lieu, con- établi par l’Administration fiscale
formément à la proposition du pour régulariser les perceptions par
anticipation ainsi effectuées.

Code Général des Impôts 84


Dans le cas où le redevable n’aurait recouvrement par voie de rôle
pas versé dans les délais prévus ci- nominatif dans les conditions de
dessus le montant de la taxe ou droit commun.
n’aurait versé sciemment qu’une
somme insuffisante, les droits dus
seront majorés de 25% et mis en

DIVISION III
IMPOT SUR LES SOCIETES
CHAPITRE 1
Dispositions générales

Art.219. - Il est établi un impôt an- personnes morales visées à l’article


nuel sur les revenus ou bénéfices 220. Cet impôt est désigné sous le
réalisés par les sociétés et autres nom d’impôt sur les sociétés.

CHAPITRE 2
Champ d’application

SECTION I – PERSONNES des formes indiquées au para-


MORALES PASSIBLES graphe précédent, les sociétés
DE L’IMPOT SUR LES civiles quand elles se livrent à
SOCIETES. une exploitation ou à des opéra-
tions dont les résultats relève-
Art.220. - I. Sont passibles de raient de la catégorie des béné-
l’impôt sur les sociétés quel que fices industriels et commerciaux
soit leur objets, les sociétés ano- s’ils étaient réalisés par une per-
nymes, les sociétés à responsa- sonne physique.
bilité limitée, les sociétés coopé-
ratives et leurs unions sous ré- III. Les sociétés en nom collectif,
serve des dispositions de l’article les sociétés en commandité
221, et toutes autres personnes simple et les associations en
morales se livrant à une exploita- participation sont soumises à
tion ou à des opérations de ca- l’impôt sur les sociétés si elles
ractère lucratif. optent pour leur assujettissement
à cet impôt dans les conditions
II. Sont également passibles de prévues à l’article 227.
l’impôt sur les sociétés même
La même option peut être exer-
lorsqu’elles ne revêtent pas l’une
cée par les sociétés civiles de

Code Général des Impôts 85


personnes autres que celles as- activité de nature administrative
sujetties de plein droit à l’impôt autres que les établissements
sur les sociétés selon les dispo- scientifiques d’enseignement et
sitions du paragraphe II ci- d’assistance, ainsi que les asso-
dessus. ciations et collectivités non sou-
Cette option entraîne l’applica- mis à l’impôt sur les sociétés en
tion aux dites sociétés sous ré- vertu d’une autre disposition sont
serve des exceptions prévues assujettis au dit impôt en raison :
par le présent code, de l’ense-
mble des dispositions auxquelles 1. de la location des immeubles
sont soumises les personnes bâtis et non bâtis dont ils sont
morales visées au paragraphe I propriétaires ou qu’ils possè-
du présent article. dent ou détiennent à un titre
quelconque;
Les sociétés de personnes is-
2. de l’exploitation de leurs pro-
sues de la transformation anté-
priétés agricoles ou fores-
rieure de sociétés de capitaux
tières;
sans création d’un être moral
nouveau ne peuvent pas opter 3. des revenus de capitaux mo-
pour le régime des sociétés de biliers dont ils disposent, à
capitaux sauf le cas où l’option l’exception des dividendes
est concomitante à la transfor- des sociétés guinéennes,
mation. lorsque ces revenus n’entrent
pas dans le champ d’appli-
IV. Même à défaut d’option, cation des retenues à la
l’impôt sur les sociétés source visées aux articles
s’applique dans les sociétés en 187 à 192.
commandité simple et dans les
associations en participation, y Pour l’application de ces disposi-
compris les syndicats financiers, tions, les revenus de capitaux
à la part de bénéfices corres- mobiliers sont comptés dans le
pondant aux droit des comman- revenu imposable pour leur mon-
ditaires et à ceux des associés tant brut.
autres que ceux indéfiniment
responsables ou dont les noms SECTION II. EXONERATIONS.
et adresses n’ont pas été indi-
qués à l’Administration fiscale. Art.221. - I. Sont exonérés à
titre permanent de l’impôt sur les
V. Sous réserve des exonéra- sociétés :
tions prévues à l’article 221, les 1. Les sociétés coopératives et
établissements publics ayant une leurs unions ainsi que les

Code Général des Impôts 86


groupements villageois et reconnus d’utilité publique
leurs unions, ayant pour objet chargés du développent ru-
la production, la transforma- ral ou de la promotion agri-
tion, la conservation et la cole ;
vente de produits agricoles 5. Les sociétés coopératives de
sauf pour certaines opéra- construction ;
tions à caractère commercial
6. Les collectivités locales, leurs
telles que: les ventes effec-
groupements, ainsi que leurs
tuées dans un magasin de
régies de services publics ;
détail distinct de l’établisse-
ment principal, les opérations 7. Les chambres de commerce,
de transformation de produits d’industrie, d’artisanat et
ou sous produits autre que d’agriculture ;
ceux destinés à l’alimentation 8. Les bénéfices réalisés par
humaine ou animale ou pou- des associations sans but lu-
vant être utilisés comme ma- cratif, organisant avec le
tières premières dans l’agri- concours de l’Etat ou des col-
culture ou l’industrie et les lectivités locales des mani-
opérations effectuées avec festations publiques corres-
des non sociétaires ou mem- pondant à l’objet défini par
bres ; leurs statuts et présentant du
2. Les sociétés coopératives point de vue économique un
d’approvisionnement et d’achat intérêt certain pour la collec-
ainsi que les groupements vil- tivité territoriale;
lageois ou de quartier ayant le 9. Les organismes sans but
même objet, fonctionnant con- lucratif légalement constitués
formément aux dispositions qui et dont la gestion est désinté-
les régissent ; ressée, pour les services de
3. Les sociétés coopératives de caractères social, éducatif,
consommation ainsi que les culturel ou sportif rendus à
groupements villageois ou de leurs membres ;
quartiers ayant le même ob- 10. Les clubs et cercles privés
jet, qui se bornent à grouper pour leurs activités autres
les commandes de leurs ad- que le bar, la restauration et
hérents et à distribuer dans les jeux.
leurs magasins de dépôt, les
denrées, produits ou mar-
II. Bénéficient d’une exonération
chandises qui ont fait l’objet
d’impôt sur les sociétés pendant
de ces commandes ;
les dix premières années de leur
4. Les sociétés, organismes, fonctionnement, les organisa-
coopératives et associations

Code Général des Impôts 87


tions à caractère coopératif et convention internationale relative
pré-coopératif régies par les dis- aux doubles impositions.
positions de l’ordonnance n° L’exploitation d’une entreprise en
005/PRG/SGG/88 du 10 février Guinée s’entend de l’exercice
1988, autres que celles visées habituel en Guinée d’une activité
au I. industrielle ou commerciale qui
Cette exonération temporaire peut soit s’effectuer dans le
peut être renouvelée par déci- cadre d’un établissement stable,
sion du Ministre de l’Economie et soit être réalisée par l’inter-
des Finances prise après consul- médiaire d’un représentant n’ayant
tation du service national d’assis- pas de personnalité indépendante,
tance technique aux coopéra- soit résulter de la réalisation
tives. d’opérations formant un cycle lu-
cratif complet.
Art.222. - Peuvent être exoné-
rés à titre temporaire totalement Ces principes sont applicables
ou partiellement, dans le cadre pour déterminer la situation au
des dispositions du code des regard de l’impôt guinéen tant
investissements, toutes sociétés des opérations réalisées en Gui-
et autres personnes morales née par les sociétés étrangères
bénéficiant d’un agrément ou que des opérations réalisées
titulaires d’une convention d’étab- hors de la Guinée par les socié-
lissement. tés guinéennes.
SECTION III. TERRITORIALITE Par suite, il n’est pas tenu
Art.223. - L’impôt sur les socié- compte pour la détermination
tés s’applique uniquement aux des bénéfices imposables à
bénéfices réalisés dans les en- l’impôt sur les sociétés, des bé-
treprises exploitées en Guinée néfices et des pertes qui se rat-
ainsi qu’à ceux dont l’imposition tachent à une entreprise exploi-
est attribuée à la Guinée par une tée hors de Guinée.

Code Général des Impôts 88


CHAPITRE 3
Détermination du bénéfice imposable.
SECTION I - REGLES sont retranchés du bénéfice net
GENERALES total défalcation faite d’une quote-
part représentative de frais et
Art.224. - I.- Sous réserve des charges. Cette quote-part est fixée
dispositions prévues aux articles uniformément à 5% du produit
222 et 223 ainsi qu’au présent total des participations mais elle
chapitre, le bénéfice imposable ne peut excéder, pour chaque
des sociétés et personnes période d’imposition, le montant
morales assujetties à l’impôt sur total des frais et charges de toute
les sociétés est déterminé nature exposés par la société par-
d’après les règles fixées aux ticipante au cours de ladite pé-
articles 91 à 105, 108 à 112 et riode.
117.
Le bénéfice de ces dispositions
II.- En cas de déficit subi pendant est appliqué sous les conditions
un exercice, le déficit est consi- suivantes :
déré comme une charge de
1. La société mère et la société
l’exercice suivant et déduit du
filiale doivent être consti-
bénéfice réalisé pendant ledit
tuées sous la forme de so-
exercice.
ciétés par actions ou à res-
ponsabilités limitée ;
Si le bénéfice n’est pas suffisant
pour que la déduction prévue au 2. La société mère doit avoir
précédent alinéa puisse être in- son siège social en Guinée
tégralement opérée, l’excédent et être passible de l’impôt
du déficit est reporté successi- sur les sociétés ;
vement sur les exercices sui- 3. Les titres de participation dé-
vants jusqu’au troisième qui suit tenus par la société mère
l’exercice déficitaire. doivent revêtir la forme no-
minative ou être déposés
SECTION II - REGIMES dans un établissement agréé
SPECIAUX. par l’Administration et repré-
senter au moins 10% du ca-
I. - Régime des sociétés mères pital de la société filiale ;
et filiales.
Toutefois, aucun pourcen-
Art.225. - Les produits nets des tage minimal n’est exigé
participations d’une société mère pour les titres reçus en ré-
dans le capital d’une société filiale munération d’apports par-

Code Général des Impôts 89


tiels admis au régime fiscal II. Fusions de sociétés et
des fusions ; opérations assimilées.
4. Les titres de participation
doivent avoir été souscrits à Art.226. - Les plus-values
l’émission. A défaut, la so- autres que celles réalisées sur
ciété participante doit avoir les marchandises résultant de
pris l’engagement écrit de l’attribution gratuite d’actions ou
les conserver pendant un de parts sociales à la suite de
délai de deux ans ; fusions de sociétés par actions
ou à responsabilité limitée sont
5. Les titres doivent appartenir
exonérées de l’impôt sur les so-
à la société mère en pleine
ciétés.
propriété.
En cas d’absorption par une Le même régime est applicable
tierce société d’une société lorsqu’une société par actions ou
détenant une participation sa- à responsabilité limitée apporte :
tisfaisant aux conditions exi- 1. l’intégralité de son actif à
gées par le présent article, le deux ou plusieurs sociétés
bénéfice à la société absor- constituées à cette fin sous
bante ou nouvelle. l’une de ces formes, à condi-
tion que les sociétés bénéfi-
De même une société partici- ciaires soient toutes de na-
pante est fondée à se prévaloir tionalité guinéenne;
du régime de faveur lorsque la 2. une partie de ses éléments
société dont elle détient les ac- d’actif à une autre société
tions ou parts absorbe une tierce constituée sous l’une de ces
société ou est absorbée par formes, à condition que la
celle-ci sous réserve que la fu- société bénéficiaire de
sion ne soit pas réalisée pour l’apport soit de nationalité
faire échec aux conditions susvi- guinéenne.
sées et sans que la participation L’application des dispositions du
puisse bénéficier d’un traitement présent article est subordonnée
plus favorable que si l’opération à l’obligation constatée dans
n’avait pas eu lieu. l’acte de fusion ou d’apport de
calculer les amortissements an-
La qualité de société mère doit nuels à prélever sur les béné-
s’apprécier à la date de mise en fices ainsi que les plus-values
distribution des produits de la ultérieures résultant de la réalisa-
filiale. tion de ces éléments d’après le
prix de revient qu’ils compor-
taient pour les sociétés fusion-

Code Général des Impôts 90


nées ou pour les sociétés appor- fiscale sont réputés ne disposer
teuses, déduction faite des amor- de la quote-part leur revenant
tissements déjà réalisés par dans les bénéfices sociaux affec-
elles. tés à la constitution de réserves,
en vue de l’application de l’impôt
Les dispositions du présent ar- sur le revenu, qu’au moment de
ticle ne sont applicables que la mise en distribution desdites
lorsque les opérations en cause réserves.
ont été préalablement agrées par
le Ministre de l’Economie et des L’option, pour être valable, doit
Finances. être notifiée à l’Administration
fiscale dans les trois premier
III. Sociétés de personnes mois de l’année d’imposition.
soumises par option à l’impôt
sur les sociétés. Elle est valable à compter de
ladite année et elle est irrévo-
Art.227. - Les sociétés en nom cable. La notification indique la
collectif, les sociétés en com- désignation de la société et
mandite simple et les associa- l’adresse du siège social, les
tions en participation peuvent noms, prénoms et adresse de
opter pour le régime applicable chacun des associés ou partici-
aux sociétés de capitaux. Dans pants ainsi que la répartition ca-
ce cas, les associés en nom, les pitale sociale entre ces derniers.
commandités et les membres Elle est signée par tous les as-
des associations en participation sociés ou participants et il en est
dont les noms et adresses ont délivré récépissé.
été indiqués à l’Administration

CHAPITRE 4.
Etablissement de l’imposition – Calcul de l’impôt
SECTION I : ETABLISSEMENT Toutefois, l’Administration fiscale
DE L’IMPOSITION peut désigner comme lieu
d’imposition :
Art.228. - L’impôt sur les sociétés
1. soit celui où est assurée la
est établi sous une cote unique au
direction effective de la socié-
nom de la personne morale ou
té;
association pour l’ensemble de
ses activités imposables en Gui- 2. soit celui de son siège social
née au lieu de son principal éta- s’il est situé en Guinée.
blissement.

Code Général des Impôts 91


Les personnes morales exerçant le bénéfice imposable est imputé
des activités en Guinée ou y sur le montant de l’impôt sur les
possédant des biens sans y avoir sociétés. Il n’est pas restituable.
leur siège social, sont impo- Le mécanisme d’imputation visé
sables au lieu de leur direction au précédent alinéa est appli-
effective telle que stipulée à cable :
l’article 243. Dans les cas prévus • Aux revenus mobiliers qui en-
à l’article 220-IV, l’impôt sur les trent dans le champ d’appli-
sociétés est établi au nom de la cation de la retenue à la
société ou du gérant connu des source prévue aux articles
tiers. 189 et 190 et notamment aux
revenus d’obligations, d’effets
SECTION II
publics et autre titres d’em-
TAUX DE L’IMPOT
prunts négociables;
Art.229. - Pour le calcul de • Aux revenus des valeurs mo-
l’impôt, toute fraction du bénéfice bilières étrangères lorsqu’ils
imposable inférieure à 1.000 sont mis en paiement par des
francs guinéens est négligée. sociétés ayant leur siège
dans des pays liés à la Gui-
Le taux de l’impôt sur les socié- née par une convention in-
tés est fixé à 35% du bénéfice ternationale relative aux dou-
imposable. bles impositions;
SECTION III – IMPUTATION
D’IMPOTS ACQUITTES. Les sociétés guinéennes qui
perçoivent ces revenus bénéfi-
Art.230. - Les retenues à la cient d’une déduction impôt sur
source perçues en application de impôt qui est limitée au montant
l’article 198 sont imputables sur du crédit correspondant à l’impôt
le montant de l’impôt sur les so- retenu à la source à l’étranger tel
ciétés, le cas échéant exigible à qu’il est prévu par lesdites conven-
raison des revenus qui les ont tions internationales.
supportées. L’excédent éventuel Ne peuvent pas bénéficier de
des retenues à la source sur le l’imputation impôt sur impôt, les
montant d’impôt sur les sociétés sociétés ou collectivités suivantes :
exigible n’est pas restituable.
• Les établissements publics,
Art.231. - Le crédit d’impôt cor- associations et autres collecti-
respondant à la retenue à la vités assujetties à l’impôt sur
source opérée sur les revenus les sociétés en vertu de
mobiliers encaissés par des per- l’article 220-V;
sonnes morales et compris dans

Code Général des Impôts 92


• Les sociétés mères pour les Art.234. - La taxe unique sur les
dividendes de leurs filiales, véhicules visée au présent code
déductibles du bénéfice net acquittée au cours d’un exercice
en vertu de l’article 225. par une société ayant exclusive-
En outre lorsqu’un exercice est ment pour activité le transport de
déficitaire, les crédits d’impôt personnes ou de marchandises
attachés aux revenus mobiliers au titre de véhicules de trans-
compris dans les résultats dudit ports publics de personnes ou de
exercice ne peuvent être impu- marchandises, est imputable sur
tés, ni reportés, ni restitués et l’impôt sur les sociétés dû par
tombent donc en non valeur. cette société au titre du même
exercice. L’excédent non imputé
Art.232. - Les sociétés qui en- n’est pas restituable.
tendent bénéficier des crédits Cette imputation est exclue lors-
d’impôt attachés aux revenus que les impositions établies sont
mobiliers qu’elles ont encaissés passibles d’une pénalité pour
sont tenues : retard, défaut de paiement ou
encore pour retard ou défaut de
1. d’une part, de mentionner déclaration de bénéfice.
dans leur déclaration de ré- (LF 1992, art 20).
sultats, le montant de la
somme à imputer; SECTION IV – REGLES
PARTICULIERES
2. d’autre part, de joindre à leur
D’ETABLISSEMENT DE
déclaration les certificats de
L’IMPOT
crédits d’impôt remis par les
établissements payeurs.
Art.235. - L’impôt sur les socié-
tés est établi dans les mêmes
Elles doivent en outre tenir à la conditions et sous les mêmes
disposition de l’Administration sanctions que l’impôt sur le re-
fiscale toutes justifications utiles venu.
ainsi que tous documents em-
ployés ou établis par elles, pour En cas de dissolution, de trans-
effectuer ce calcul. formation entraînant la création
d’un être moral nouveau,
Art.233. - L’imposition forfaitaire d’apport en société, de fusion, de
annuelle visée à l’article 244 du transfert de siège ou d’un éta-
présent code est imputable sur blissement à l’étranger, l’impôt
l’impôt sur les sociétés dû pen- sur les sociétés est établi dans
dant l’année d’exigibilité de cette les conditions prévues à l’article
imposition. 242 du présent code.

Code Général des Impôts 93


De même, sous réserve des dis- au paiement desquelles la socié-
positions de l’article 220-III, la té est en droit de surseoir en
transformation d’une société par vertu d’une disposition légale.
actions ou à responsabilité limi-
tée en une société de personnes Les sociétés nouvelles sont dis-
est considérée comme une ces- pensées de ces versements au
sation d’entreprise. Toutefois, en cours des douze premiers mois
l’absence de création d’un être de leur activité, qu’elles aient été
moral nouveau, la transformation constituées au début ou à la fin
de telles sociétés en société de de l’année civile et quelle que
personnes n’entraîne pas soit la durée de leur premier
l’imposition immédiate des béné- exercice.
fices en sursis d’imposition et
II- Les acomptes sont payés au
des plus-values latentes incluses
plus tard le 15 juin et le 15 sep-
dans l’actif social à la double
tembre de chaque année. (LFI
condition qu’aucune modification
2015)
ne soit apportée aux écritures
comptables du fait de la trans- III- Le solde de l’impôt sur les
formation et que l’imposition sociétés du au titre de la période
desdits bénéfices et plus-values fixée au paragraphe1 de l’article
demeure possible sous le nou- 241 ci-après est payé au plus
veau régime fiscal applicable à tard à la date limite prévue par le
la société transformée. même article pour le dépôt de la
déclaration de résultats.
SECTION V – MODALITES DE Le solde est liquidé sous déduc-
PAIEMENT DE L’IMPOT. tion des acomptes versés en
cours de période d’imposition, de
Art.236. - I. L’impôt sur les so-
l’impôt minimum forfaitaire affé-
ciétés donne lieu au versement
rent au même exercice et
de deux acomptes chacun ar-
compte tenu des droits à répéti-
rondi au millier de francs gui-
tion d’impôts acquittés tels que
néens inférieur. Chaque acompte
prévus aux articles 230 à 233 du
est égal au tiers de l’impôt sur
présent code.
les sociétés exigible sur les ré-
sultats du dernier exercice dont IV- La société qui estime que le
la date d’imposition est échue. montant d’un ou des acomptes
La base de calcul de l’acompte sera égal ou supérieur à la cotisa-
est éventuellement diminuée des tion d’impôt sur les sociétés dont
dégrèvements accordés sur elle sera finalement redevable
l’impôt du au titre de l’exercice peut selon le cas, demander une
de référence et des cotisations réduction ou une dispense de

Code Général des Impôts 94


paiement en ce qui concerne le
second acompte. SECTION VI –
Elle doit présenter à cet effet une RECOUVREMENT.
requête motivée au Directeur
National des Impôts, trente jours Art.237. - Les acomptes et le
au moins avant la date d’exigi- solde de l’impôt sur les sociétés
bilité de l’acompte. sont calculés par la société rede-
Le Directeur National des Impôts vable et versés par elle avant les
accuse réception de la demande dates limites fixées aux para-
et signifie sa réponse dans les graphes 2 et 3 de l’article 236.
30 jours. (LF1992, art.21). Les sommes dues au titre des
acomptes et du solde de liquida-
V. Si l’un des versements prévus tion de l’impôt sur les sociétés et
au présent article n’a pas été non payées à l’échéance légale,
intégralement acquitté aux dates sont réclamées à la société en
prescrites, une majoration de vertu d’un titre de perception
10% est appliquée aux sommes rendu exécutoire par le receveur
non réglées à ces dates. des impôts.

VI. Le recouvrement des Le recouvrement desdites


acomptes ou fractions d’acom- sommes est alors poursuivi
ptes non réglés et des majora- comme en matière d’impôts di-
tions de 10% correspondantes rects recouvrés par voie de rôle.
est poursuivi dans les conditions Nonobstant les pénalités d’assi-
prévues à l’article 237. ettes applicables, toute insuffi-
sance retard ou omission de
VII. Les duplicata des quittances versement est passible d’un inté-
des versements d’acomptes et rêt de retard au taux de 1% par
de l’impôt minimum forfaitaire mois. Pour le calcul du délai de
des sociétés sont adressés par retard, tout mois commencé est
le comptable chargé du recou- considéré comme entier. L’assi-
vrement à l’Administration fis- ette de la pénalité est constituée
cale. Ces duplicata sont annexés par le montant des acomptes ou
à la déclaration des résultats droits dont le paiement a été
produite par la société dans les retardé (LF 1992, art.18)
conditions prévues à l’article 241.

Code Général des Impôts 95


CHAPITRE 5
Obligations des personnes morales

SECTION I – DECLARATION constituant les apports ;


D’EXISTENCE ET
DE MODIFICATION DU PACTE 5° Le nombre, la forme et le
SOCIAL. montant :
Art.238. - Les sociétés, collecti- • des titres négociables émis
vités et autres personnes mo- en distinguant les actions des
rales visées à l’article 219 sont obligations et en précisant
tenues de déposer dans le mois pour les premières, la somme
de leur constitution définitive ou, dont chaque titre est libéré et
le cas échéant, du jour où elles pour les secondes, la durée
deviennent passibles de l’impôt de l’amortissement et le taux
sur les sociétés, une déclaration de l’intérêt ;
indiquant : • des parts sociales ou parts
de capital non représentées
1° La raison sociale, la forme par des titres négociables ;
juridique, l’objet principal, la du-
• des autres droits de toute
rée, le siège de la société, ainsi nature attribués aux associés
que le lieu de son principal éta- dans le partage des béné-
blissement et le numéro de la fices ou de l’actif social, que
boîte postale ; ces droits soient ou non
2° La date de l’acte constitutif
constatés par des titres ;
ainsi que celui de l’enregis-
trement de cet acte dont un 6° La liste des détenteurs des
exemplaire sur papier non tim- titres, des parts sociales ou parts
bré, dûment certifié, est joint à la de capital et des autres droits.
déclaration ;
3° Les noms, prénoms et domi- Art.239. - En cas de modifica-
ciles des dirigeants ou gérants tion de la raison sociale, de la
et, pour les sociétés dont le capi- forme juridique, de l’objet, de la
tal n’est pas divisé en actions, durée, du siège de la société ou
les noms, prénoms et domicile du lieu de son principal établis-
précis comportant l’indication sement, d’augmentation, de ré-
d’une boite postale de chacun duction ou d’amortissement du
des associés; capital, libération totale ou par-
4° La nature et la valeur des tielle des actions, d’émission, de
biens mobiliers et immobiliers remboursement ou d’amortisse-

Code Général des Impôts 96


ment d’emprunts représentés par opérations jusqu’au 31 décembre
des titres négociables, de rem- de l’année.
placement d’un ou plusieurs diri- En cas d’absence de déclaration
geants ou gérants ou, dans les ou de déclaration tardive, la li-
sociétés dont le capital n’est pas quidation de l’impôt dû à raison
divisé en actions, d’un ou plu- de la période d’imposition est
sieurs associés, les sociétés faite d’office dans les conditions
visées à l’article 238 doivent faire de l’article 115, et la cotisation
la déclaration dans le délai d’un d’impôt est majorée dans les
mois et déposer en même temps conditions prévues à l’article 118.
un exemplaire, sur papier non (LF 96, art.66; LF 2004, art.20).
timbré, dûment certifié, de l’acte
modificatif. II. Les personnes morales et
associations visées au I sont
Art.240. - Les déclarations pré- tenues de fournir en même
vues à l’article 239 doivent être temps que leur déclaration du
adressées ou remises au service bénéfice ou du déficit, outre les
de l’Administration fiscale dont la pièces prévues à l’article 109, les
personne morale relève. comptes rendus et les extraits
des délibérations des conseils
SECTION II. DECLARATION d’administration ou des action-
DE BENEFICES OU DE naires et, dans le mois suivant
DEFICIT. leurs dates, si les délibérations
interviennent après le délai de
Art.241. - I. Les personnes mo- dépôt des déclarations de béné-
rales et associations passibles fice ou de déficit, un état indi-
de l’impôt sur les sociétés sont quant les bénéfices répartis aux
tenues de souscrire les déclara- associés actionnaires ou por-
tions prévues par les dispositions teurs de parts ainsi que les
relatives à l’assiette de l’impôt sommes ou valeurs mises à leur
sur le revenu en ce qui concerne disposition au cours de la pé-
les bénéfices industriels et com- riode retenue pour l’assiette de
merciaux imposés d’après le l’impôt sur les sociétés et pré-
régime du bénéfice réel. sentant le caractère de revenus
distribués au sens des articles
La déclaration du bénéfice ou du
173 et 174.
déficit est déposée au plus tard
le 30 avril de chaque année. En III. Sont taxé d’office les déclara-
cas de début d’activité en cours tions des sociétés passibles de
d’année civile, la déclaration por- l’impôt sur les sociétés qui :
tera sur les résultats réalisés
1. ne fournissent pas à l’appui
depuis le commencement des

Code Général des Impôts 97


de leur déclaration de résul- SECTION IV. DESIGNATION
tats les documents ou rensei- D’UN REPRESENTANT EN
gnements prévus à l’article GUINEE
109 ;
2. ne se conforment pas aux Art.243. - Les personnes mo-
prescriptions de l’article 110 ; rales exerçant des activités en
Guinée ou y possédant des
3. présentent une comptabilité
biens sans y avoir leur siège
inexacte, incomplète ou non
social et imposables à l’impôt sur
probante ne permettant pas
les sociétés comme prévu à
de justifier l’exactitude des
l’article 228, sont tenues aux
résultats déclarés. (LF 2012,
obligations prévues à l’article
art.15).
112.
IV. Conformément au principe
En outre, ces personnes morales
posé à l’article 235, alinéa pre-
qui ne satisfont pas aux prescrip-
mier, les dispositions des articles
tions dudit article sont taxées
118 à 121 sont applicables en
d’office à l’impôt sur les sociétés,
matière d’impôt sur les sociétés.
lorsqu’elles n’ont pas satisfait
SECTION III. DECLARATION dans le délai de quatre-vingt dix
EN CAS DE CESSATION jours à la demande de
D’ACTIVITE. l’Administration fiscale les invi-
tant à désigner un représentant
Art.242. - En cas de cession ou en Guinée, sans préjudice des
de cessation d’activité, la déclara- sanctions fiscales prévues à
tion de résultats prévus à l’article l’article 118 et des sanctions pé-
241 doit être produite dans un nales qui pourraient être appli-
délai de quinze jours à compter de quées en vertu des dispositions
la date de la cession ou de la ces- de la loi
sation effective de l’activité. Art.243bis : Le bénéfice des
L’impôt sur les sociétés dû en rai- avantages prévus par ces dispo-
son des bénéfices y compris les sitions est accordé à tout inves-
plus-values qui n’ont pas encore tisseur dont l’activité est con-
été imposés, est établi immédia- forme aux dispositions législa-
tement dans les conditions de tives et règlementaires en vi-
l’article 122 sauf ce qui est dit à gueur et consolidées dans le
l’article 226 relatif aux fusions de code des investissements.
sociétés et opérations similaires.

Code Général des Impôts 98


DIVISION IV

IMPOT MINIMUM FORFAITAIRE

CHAPITRE 1
Impôt minimum forfaitaire des sociétés

SECTION I. CHAMP (LF 2012, art.19).


D’APPLICATION.
Entreprises du réel simplifié
I. Personnes morales
redevables de l’impôt. Le montant de l’impôt minimum
Art.244. - Les sociétés et autres
forfaitaire ne peut en aucun cas
personnes morales passibles de être inférieur à 4 500 000 FG, ni
l’impôt sur les sociétés sont assu- dépasser 15 000 000 FG et est
jetties à une imposition forfaitaire payable en une seule fois au
annuelle d’un montant égal à 3% plus tard le 15 janvier de l’année
de leur chiffres d’affaires de au cours de laquelle il est exi-
l’année précédente quels que gible (LF 2012, art.19).
soient les résultats d’exploitation et
désignée sous le nom d’impôt II. Personnes morales
minimum forfaitaire des sociétés. dispensées du versement de
(LF1994, art.16) l’impôt minimum forfaitaire
Sont également redevables de des sociétés.
l’Impôt minimum forfaitaire toutes
les entreprises commerciales ou Art.245. - Sont toutefois dispen-
industrielles quelque soit leur sés du versement de l’impôt mi-
forme juridique dans la mesure où nimum forfaitaire des sociétés:
elles relèvent du régime déclaratif.
(LF2002, art.16). 1. Les sociétés organismes vi-
sés à l’article 220-V ;
Entreprises assujetties a la TVA et 2. Les sociétés et personnes
au régime du réel normal morales exonérées de l’im-
pôt sur les sociétés à raison
Le montant de l’impôt minimum
de tout ou partie de leurs
forfaitaire des sociétés ne peut en
opérations en vertu de l’arti-
aucun cas être inférieur à 15 000
000 FG, ni dépasser 60 000 000 cle 221 ;
FG en ce qui concerne les activi- 3. Les sociétés nouvelles à
tés industrielles et commerciales. l’exclusion des transforma-

Code Général des Impôts 99


tions de personnes morales, La fraction de l’impôt minimum
pour la première année civile forfaitaire des sociétés et entre-
de leur exploitation ; prises relevant du système dé-
Par contre, les sociétés et claratif supérieure à 4 500 000
autres personnes morales FG peut être imputée sur les
sommes dues par les personnes
demeurent soumise à l’impôt
morales et physiques au titre de
minimum forfaitaire pendant l’impôt sur les sociétés ou de
la période de liquidation. l’impôt sur le BIC, notamment au
titre des acomptes provisionnels
4. Les sociétés et autres per- dont le versement est prévu à
sonnes morales agrées dans l’article 236 ou sur le solde de
le cadre des dispositions du cet impôt.
code des investissements et
pendant la période d’exem- En cas de taxation d’office a l’IS,
ption d’impôt sur les sociétés ; a l’impôt BIC ou au BNC, a
l’encontre d’une personne mo-
rale ou physique, l’IMF payé ne
5. Les sociétés ayant cessé
peut être imputé (LF2013,
toute activité professionnelle
antérieurement au 1 janvier art.11).
de l’année d’imposition et L’imputation ne peut être effec-
non assujetties à la contribu- tuée que sur le principal de
tion des patentes dans les l’impôt sur les sociétés ou les
rôles de l’année précédente. acomptes dus à ce titre à
l’exclusion de toute majoration
SECTION II. MODALITES DE ou pénalité d’assiette et de re-
PAIEMENT DE L’IMPOT – couvrement.
IMPUTATION
L’impôt minimum forfaitaire des
Art.246. - L’imposition forfaitaire sociétés ne constitue pas pour
doit être payée spontanément à l’entreprise versante une charge
la caisse du comptable chargé déductible même lorsque n’ayant
du recouvrement de l’impôt sur pu être imputé sur l’impôt sur les
les sociétés au plus tard le 15 sociétés ou sur ses acomptes, il
janvier de l’année au cours de prend le caractère d’un prélève-
laquelle il est exigible. ment fiscal définitif.
A défaut d’un tel paiement, Copie de la quittance des verse-
l’imposition est établie d’office ments de l’impôt minimum forfai-
avec une pénalité d’assiette de taire des sociétés est jointe à la
10%. Elle est recouvrée dans les déclaration prévue à l’article 241.
conditions de droit commun. Art.247. - Sans objet

Code Général des Impôts 100


CHAPITRE 2
Impôt minimum forfaitaire applicable à certaines entreprises
Assujetties à l’impôt sur le revenu.

Art.248. - Les contribuables d’imposition à laquelle il se rat-


passibles de l’impôt sur le reve- tache. L’excédent éventuel
nu, exploitant une entreprise d’impôt minimum forfaitaire sur le
commerciale de la catégorie “Im- montant d’impôt sur le revenu dû
port-Export” quelque soit le ré- par le contribuable n’est pas res-
gime d’imposition sont passibles tituable.
de l’impôt minimum forfaitaire
prévu par l’article 244. Il ne constitue pas une charge
déductible du bénéfice industriel
En ce qui concerne les contri- et commercial imposable.
buables visés au précédent ali-
néa, l’impôt minimum forfaitaire Sous réserve des dispositions du
est dû au 1 janvier de l’année présent article, les règles pré-
d’imposition. Il est payable en vues à l’article 246 s’appliquent à
une seule fois. l’impôt minimum forfaitaire appli-
cable aux personnes visées au
Il est imputable sur l’impôt sur le premier alinéa.
revenu dû au titre de l’année

CHAPITRE 3
Impôt minimum forfaitaire applicable aux personnes assujetties à
l’impôt sur les bénéfices non commerciaux.

Art.249. - les contribuables pas- forfaitaire ne peut en aucun cas


sibles de l’impôt sur les béné- être inférieur à 4 500 000 FG, ni
fices non commerciaux sont as- dépasser 15 000 000 FG et est
sujettis à une imposition annuelle payable en une seule fois au
forfaitaire d’un montant égal à plus tard le 15 janvier de l’année
3% de leurs recettes brutes de au cours de laquelle il est exi-
l’année précédente, quels que gible. (LF 2012, art.20).
soient les résultats d’exploitation
et désignés sous le nom d’impôt Le montant des recettes brutes
minimum forfaitaire. s’entend de l’ensemble des re-
cettes et produits acquis dans le
Le montant de l’impôt minimum cadre de l’exercice de l’activité, y

Code Général des Impôts 101


compris toutes les sommes pro- commerciaux exigibles en totalité
venant des activités annexes et l’année suivant l’année d’impo-
accessoires ou de gestion de sition.
l’actif professionnel, quelle que
soit leur situation au regard des La fraction de l’impôt minimum
taxes sur le chiffre d’affaire. forfaitaire qui excède, le cas
échéant, le montant de la cotisa-
Art.250. - le montant de l’impôt tion d’impôt sur les bénéfices
minimum forfaitaire du en appli- non commerciaux exigibles est
cation de l’article 249 ci dessus, définitivement acquise au Trésor
à l’exclusion des pénalités, vient Public.
en déduction de la cotisation (LF 1995, art. 15)
d’impôt sur les bénéfices non

DIVISION V
PRELEVEMENTS FORFAITAIRES
(LF 1997, art.25; LF1999, art.17; LF2000, art.16, LF2001, art.22)

Art.251. - Un prélèvement forfai- la Direction Nationale des Dou-


taire à l’importation est exigible anes (LF2001,art.22)
sur toutes les importations de
marchandises ou de biens effec- Son paiement ne peut être frac-
tuées par les personnes phy- tionné et doit intervenir avant
siques ou morales non immatri- l’enlèvement des biens importés.
culées à la TVA. (LF97, art.25).

Art.252 - Ce prélèvement est Art.253. - Cet acompte est per-


liquidé sur le bordereau de taxa- çu au taux de 10% sur tous les
tion délivré par la Société Géné- achats locaux de biens et de
rale de Surveillance (SGS) au services effectués par l’Etat et
taux de 5% sur la valeur CAF les collectivités locales. (LF99,
des importations lors du dédoua- art. 17).
nement sauf pour les importa- Il est perçu par voie de pré-
tions hors programme de sécuri- compte au Trésor Public au mo-
sation des recettes douanières ment de la mise en paiement des
pour lesquelles le prélèvement mandats y afférents.
Art.254. - Il est également appli-
est perçu par la Direction Natio- cable aux achats locaux réalisés
nale des Impôts en liaison avec par les établissements publics et

Code Général des Impôts 102


les entreprises minières, les so- Ce précompte est appliqué par la
ciétés de téléphonie, les ban- Banque centrale de la Répu-
ques, les sociétés d’assurance, blique de Guinée par voie de
les établissements de micro fi- retenue à la source au moment
nances et les sociétés pétro- du paiement des intérêts aux
lières. ayants droit.
Un arrêté du ministre des fi-
nances fixe les procédures de Le montant total des précomptes
gestion et de contrôle de ce pré- supportés par un contribuable au
compte. (LF2000, art.16 com- cours d’une année sera imputé à
plété par LFR 2012, art.5). l’impôt sur les bénéfices exigible
au titre du même exercice. En
Un prélèvement de 5% au titre cas de déficit ou d’insuffisance
du précompte BIC est appliqué de bénéfice, le montant du pré-
sur les commissions versées aux compte non imputé sera repor-
distributeurs des unités indus- table pendant une période de
trielles locales. (LF2008, art15) trois années successives avant
d’être prescrit. (LF2006, art.24)
Art.255. - Le prélèvement est
imputable sur l’impôt sur les bé- Art.256.- L’absence de dépôt de
néfices industriels et commer- déclaration dans les délais lé-
ciaux et l’impôt sur les sociétés gaux entraîne l’impossibilité de
dus au titre de l’exercice au pratiquer l’imputation des prélè-
cours duquel les opérations sont vements et la mise en recouvre-
réalisées. En ce qui concerne ment des montants déjà imputés
l’impôt sur les sociétés, le prélè- sur les acomptes au titre de
vement est imputable sur les l’impôt sur les sociétés de
acomptes et sur le solde. l’exercice concerné. En cas de
résultat déficitaire le prélèvement
Art.255.bis - Il est institué au reste acquis au Trésor (LF97,
profit du budget national un pré- art.25).
compte d’impôt sur les bénéfices
de 15% sur les intérêts générés
par les bons du trésor.

Code Général des Impôts 103


DIVISION VI
CONTRIBUTION FONCIERE UNIQUE

Section 1- En cas d’impossibilité d’accéder


Dispositions générales au propriétaire, le possesseur, le
mandataire, le locataire, le léga-
Art.257. - Il est institué au profit taire ou tout autre ayant droit est
du Budget National et du Budget tenu d’acquitter ladite contribu-
des collectivités locales une con- tion au nom et pour le compte du
tribution annuelle sur les proprié- propriétaire. (LF1998, art.15)
tés bâties et non bâties sises sur
l’ensemble du territoire national Art.260. - Lorsqu’un propriétaire
de la République de Guinée dé- de terrain ou d’immeuble sans
nommée contribution foncière grande valeur, loue le fonds par
unique « CFU ». Cette contribu- bail de longue durée à un pre-
tion entre en vigueur le 1er Jan- neur, à charge pour ce dernier
vier 1998. (LF1998, art.13) de construire à ses frais un im-
meuble bâti de valeur, devant
Art.258. - La contribution fon- revenir sans indemnité et libre de
cière unique est un impôt synthé- toutes charges au bailleur à
tique qui se substitue aux impôts l’expiration du bail, la contribu-
et taxes ci-après : tion foncière unique est due à
raison de l’immeuble construit et
1. la contribution foncière sur pour la durée du bail par le pre-
les propriétés bâties ; neur. (LF1998, art.16)
2. la contribution foncière sur
les propriétés non bâties ; Art.261. - Les propriétés bâties
3. la taxe d’habitation ; sont :
4. l’impôt sur le revenu foncier.
(LF1998, art.14) 1. les constructions fixées au sol
à perpétuelle demeure telles
que : maisons, fabriques, ma-
Section 2 - Personnes et nufactures, usines et en géné-
propriétés imposables ral tous les immeubles cons-
truits en maçonnerie fer, bois
Art.259.- La contribution fon- ou autres matériaux ;
cière unique est due par les per-
sonnes physiques ou morales 2. l’outillage des établissements
possédant des propriétés fon- industriels attachés au fonds
cières bâties au 1er Janvier de à perpétuelle demeure ou re-
l’année d’imposition. posant sur des fondations

Code Général des Impôts 104


spéciales faisant corps avec Section 4 - Base d’imposition
l’immeuble, ainsi que toutes
installations commerciales ou Art.264. - La contribution fon-
industrielles assimilées à des cière unique est assise sur la base
constructions. (LF1998, art.17) des valeurs locatives réelles des
biens imposables au 1er janvier de
Art.262. - Les propriétés non l’année d’imposition.
bâties sont : Les terrains nus à La valeur locative réelle est le prix
usage commercial ou industriel que le propriétaire retire de ses
tels que chantier, lieu de dépôt immeubles lorsqu’il les donne à
de marchandises et autres em- bail dans les conditions normales,
placements de même nature, soit ou à défaut, le prix qu’il pourrait en
que les propriétaires les occu- retirer en cas de location.
pent, soit qu’ils les fassent occu- (LF1998, art.20)
per par d’autres à titre gratuit ou
onéreux. (LF1998, art.18) Section 5 - Taux de la
contribution foncière unique
Section 3 - Exonérations
Art.265. - le taux de la contribu-
Art.263. - Sont exonérés de la tion foncière unique est fixé
contribution foncière unique : comme suit :
1. immeubles occupés par les
1- les propriétés appartenant à propriétaires 10% de la va-
l’Etat et aux collectivités lo- leur locative annuelle ;
cales lorsqu’elles sont affec- 2. les immeubles à location
tées à un service public ou 15% de la valeur locative
d’utilité générale ; annuelle. (LF1998, art.21)
2- les édifices et lieux servant à
l’exercice du culte ; Section 6 - Obligation des
3- les immeubles à usage contribuables
préscolaire et scolaire pu-
blics ;
Art.266. - Les propriétaires des
4- les immeubles à usage
biens visés aux articles 259 et s.
préscolaire et scolaire privés
lorsqu’ils sont édifiés par les
ci-dessus sont tenus de procéder
promoteurs. (LF1998, art.19) à la déclaration de leurs revenus
5- Les propriétés appartenant fonciers accompagnés de tous
aux représentations diplo- moyens de justifications (baux
matiques et consulaires authentiques, contrats de loca-
dans le cadre de la récipro- tion, etc).
cité. (LF 1999, art.17). En l’absence d’actes de l’espèce,
l’administration fiscale procédera
à l’évaluation établie par compa-

Code Général des Impôts 105


raison avec des locaux dont le des loyers à un ou des particu-
loyer aura été régulièrement liers est tenue de déposer ou
constaté ou par voie d’appré- d’adresser à l’Administration fis-
ciation directe. (LF1998, art.22) cale, avant le premier février de
chaque année, un état récapitu-
Section 7 - Paiement de la latif des loyers payés l’année
contribution précédente au titre de l’ensemble
des immeubles pris en location,
Art.267. - La contribution fon- et des sommes reversées au titre
cière unique est recouvrée par le du prélèvement forfaitaire.
receveur de la fiscalité à Conakry Toute infraction aux obligations
et par le receveur des impôts à déclaratives prévues au présent
l’intérieur du pays. paragraphe est sanctionnée par
Le paiement de la contribution l’application d’une majoration
foncière unique s’effectue au égale à 10% des sommes dues
plus tard le 30 juin de chaque au titre de l’année d’imposition.
année. Il peut s’effectuer aussi
par versements d’acompte ou III. Toute société qui n’a pas ef-
par retenues à la source pour ce fectué dans les délais prescrits le
qui concerne les biens loués à versement des retenues opérées
l’Etat ou aux personnes morales. en application du présent article
Ces retenues à la source sont est personnellement imposée par
imputables sur la contribution voie de rôle d’une somme égale
foncière unique due par les re- à ce qu’elle aurait du verser.
devables. Elle est en outre frappée pour
En cas d’excédent non impu- chaque période d’un mois écoulé
table, le trop perçu est définiti- entre la date à laquelle le verse-
vement acquis pour le trésor ment aurait du normalement être
public. effectué et le jour du paiement,
(LF1998, art.23) d’une amende fiscale de 10% du
montant des sommes dont le
Section 8 - Retenue à la source versement a été différé. Pour le
calcul de cette amende, toute
Art.268. – I. Les personnes mo- période d’un mois commencé est
rales assujetties à l’impôt sur les comptée entièrement.
sociétés, de plein droit ou sur Si le retard excède trois mois, les
option, sont assujetties à la rete- amendes fiscales prévues au IV
nue à la source. sont également applicables.

II. Toute société assujettie à IV. Toute société visée ci dessus


l’impôt sur les sociétés versant qui s’est abstenue d’opérer les

Code Général des Impôts 106


retenues prévues par le présent Art.269. - I- Les établissements
article ou qui, sciemment, n’a publics à caractère industriels ou
opéré que des retenues insuffi- commercial, les organisations
santes, est passible d’une non gouvernementales (ONG),
amende égale au montant des locales et étrangères, les institu-
retenues non effectuées. tions internationales, représenta-
Les dispositions des articles 84 tions et missions diplomatiques
et 85 du présent code sont appli- et consulaires et organismes
cables aux droits et amendes assimilés ont l’obligation de pro-
fiscales prévus au présent ar- céder à une retenue à la source
ticle. sur le montant du loyer des im-
meubles pris en loca-
Les dispositions du présent ar- tion.(LF2000, art.17).
ticle s’appliquent également aux
revenus fonciers encaissés à II- Une obligation identique incombe
raison de locations consenties aux agences immobilières, syndic
par des particuliers à l’Etat ou à d’immeubles, gérants de biens, so-
une collectivité territoriale. ciétés civiles immobilières et tous
La retenue à la source est alors autres intermédiaires de procé-
pratiquée par l’Etat ou la collecti- der à la retenue à la source sur
vité locataire, qui en reverse le le montant brut des loyers à ver-
montant aux impôts. ser au propriétaire des locaux
L’Etat ou la collectivité territoriale et/ou immeubles loués. (LF2000,
versant des loyers à un ou des art.18).
particuliers adresse à
l’administration fiscale, avant le Art.270. - le montant de la rete-
premier février de chaque année, nue est égal à 15% du montant
un état récapitulatif des loyers du loyer brut qui doit être reversé
payés l’année précédente au titre à la caisse du Receveur des Im-
de l’ensemble des immeubles pôts dans les 15 jours du mois
pris en location, et des sommes suivant le paiement du loyer. La
versées au titre du prélèvement retenue est déduite du loyer ver-
forfaitaire. sé au propriétaire.

Dans le cas de cessation de la La liquidation et le versement de


location, de transfert de siège à la retenue sont effectués à l’aide
l’étranger, de cession d’un imprimé dont le modèle est
d’entreprise, les retenues effec- établi par la Direction Nationale
tuées doivent être immédiate- des Impôts, comportant l’indica-
ment versées. tion de la partie versante,
l’adresse du ou des immeubles

Code Général des Impôts 107


loués, ainsi que pour chaque Section 9 - Répartition du
immeuble ou partie d’immeuble produit de la contribution
pris en location, le nom et le pré-
nom du propriétaire, la période Art.273. - Le produit de la contri-
au titre de laquelle a été payé le bution foncière unique est reparti
loyer, le montant brut de celui-ci comme suit :
et le montant du prélève-
ment.(LF2000, art.19) 1- Immeuble appartenant à des
personnes physiques
Art.271. - les locataires des im- a) Zone de Conakry
meubles appartenant à l’Etat et - Budget des communes 60%
aux collectivités publiques autres - Budget de la ville de Conakry 40%
que ceux affectés à un service b) Préfectures
public ou d’utilité générale, sont - Budget des préfectures 50%
- Budget des communes urbaines 50%
tenus de précompter et de rever-
c) Zone rurale
ser à l’administration fiscale 15% - Budget des préfectures 20%
du loyer au titre de la Contribu- - Budget des CRD 80%
tion Foncière Unique. (LF2003,
art.17). 2- Immeuble appartenant aux per-
sonnes morales
Art.272. - Tous actes translatifs a) Zone de Conakry
de la propriété ou de son usage, - Budget de l’Etat 20%
toute attribution de titre foncier et - Budget de la ville de Conakry 40%
d’une façon générale, tout acte - Budget des communes 40%
attribuant un droit de propriété ou b) Préfectures
d’usage d’un bien taxable n’en - Budget des préfectures 50%
porte effet qu’autant qu’il com- - Budget des communes urbaines 50%
c) Zone Rurale
porte la mention que le proprié-
- Budget des préfectures 20%
taire du bien est à jour de ses - Budget des CRD 80%
obligations au regard de la con- (LF.2005, art. 19).
tribution foncière unique.
Section 10 - Contentieux fiscal
Art.274. - Le contentieux de la
contribution foncière unique est
régi par les mêmes règles que
celui des impôts directs d’Etat.

Code Général des Impôts 108


DIVISION VII
TAXE PROFESSIONNELLE UNIQUE
(LF 1996, art.69 à 80)
Section 1 : Personnes • les gérants de stations de
imposables distribution de produits
pétroliers ;
Art.275. - Sont assujetties à la • les exploitants d’usines de pro-
Taxe professionnelle unique les duction et de fabrication de
personnes physiques ou morales toutes sortes ;
exerçant de manière habituelle • les transporteurs et loueurs de
des activités commerciales, in- véhicules ;
dustrielles ou artisanales qui • les blanchisseries par procédés
réalisent un chiffre d’affaire an- mécaniques ou chimiques
nuel inférieur à 150 millions de (pressing) ;
francs Guinéens. • les laboratoires de photos
automatisés ;
Les personnes soumises à la • les exploitants d’établissements
Taxe Professionnelle unique sont hôteliers ;
exonérées de la Contribution des • les marchands d’or et de
patentes, de l’impôt sur les béné- diamants ;
fices industriels et commerciaux,
• les personnes exerçant des
de l’impôt sur les sociétés et de
activités financières telles que
l’impôt minimum forfaitaire (LF.2010,
bureaux de change ou intermé-
art.18).
diaires financiers.
• les commerçants import-export,
Section 2 : EXCLUSIONS DE
LA TAXE PROFESSIONNELLE • les professions libérales,
UNIQUE • les exploitants de cinémas et
les locations de cassettes
Art.276. - ne sont pas soumis à vidéo,
la taxe professionnelle unique • les boulangeries et pâtisseries
quel que soit le montant de leur modernes,
chiffre d’affaire : • les restaurants, bars, dancing,
• les personnes assujetties à la • les briqueteries modernes,
TVA ; • les entreprises prestataires
et/ou fournisseurs de l’Etat et
• les pharmacies, les labora-
des collectivités décentralisées.
toires d’analyse médicale, les (LF1996, art.71, complétés par art.
cliniques et cabinets de 27 LF2001, LF.2010 art.19)
soins ;

Code Général des Impôts 109


Section 3 : ETABLISSEMENT tif devront déposer au plus tard
DE L’IMPOSITION le 15 février de chaque année,
au service des Impôts du lieu
Art.277. - L’unité d’imposition d’exercice de leur activité, une
est l’établissement professionnel. déclaration faisant apparaître :
Un même contribuable qui pos- 1. le montant du chiffre
sède plusieurs établissements d’affaire réalisé l’année
professionnels dans la même précédente ;
localité ou dans des lieux diffé-
2. le montant de la taxe pro-
rents est soumis à autant
d’impositions au titre de la Taxe fessionnelle unique due.
Professionnelle Unique. Les ex-
Cette déclaration devra être ac-
ploitations contiguës donnent lieu
à impositions séparées. (LF1996,
compagnée du paiement de la
art.72). taxe.
(LF1997, art.15).
Art.278. - La taxe profession-
nelle unique est assise sur le Art.281. - Les assujettis relevant
chiffre d’affaire réalisé au cours du régime déclaratif doivent tenir
de l’année précédente. Le taux au jour le jour :
est fixé à 5%. 1. un livre des achats,
Par dérogation à l’alinéa précé- 2. un livre des ventes ou des
dent, pour la première année prestations effectuées.
d’activité, la Taxe Profession-
nelle Unique est déterminée par En cas de minoration des élé-
application du barème de la pa- ments figurant sur la déclaration
tente. et/ou d’absence de tenue des
(LF1996, art.73). documents visés à l’article pré-
cédent, les rappels d’impôt se-
Art.279.- Pour l’établissement ront assortis d’une majoration
de la Taxe Professionnelle égale à 25%.(LF1997,art.17).
Unique, il est institué deux ré-
gimes d’imposition : 2- LE REGIME DE L’EVALUATION
ADMINISTRATIVE
1- Le régime déclaratif ;
2-Le régime de l’évaluation ad-
Art.282. - Les assujettis au ré-
ministrative. (LF1997, art.14).
gime déclaratif n’ayant pas dé-
posé leur déclaration à la date du
1- LE REGIME DECLARATIF
15 février seront considérés
comme s’étant volontairement
Art.280.- Les assujettis désirant
placés sous le régime évaluatif.
se placer sous le régime déclara-
(LF1997, art.18).

Code Général des Impôts 110


Le chiffre d’affaire imposable Section 5 : REPARTITION DU
sous le régime de l’évaluation PRODUIT DE L’IMPÔT
administrative est déterminé par
les Services des Impôts au Art.285. - Le produit de la TPU
moyen de tous les éléments en est versé sur un compte unique
sa possession, notamment par le Receveur des Impôts. Au
l’importance des locaux profession- dernier jour de chaque mois il est
nels, les chiffres d’affaires des an- procédé à la répartition du pro-
nées précédentes, le matériel duit de la manière suivante :
d’exploitation, le personnel em-
ployé, la nature de l’activité, la a) Zone de Conakry :
clientèle et le train de vie de - Budget de la ville de Cona-
l’exploitant. kry :100% pour les marchés
En cas de contestation sur le d’intérêt ville (Madina, Niger
montant de l’évaluation effec- et Kenien) ;
tuée, le contribuable devra pro- - Budget des communes de
duire un livre des achats et des Conakry : 100% (redevables
ventes ou prestations effectuées. TPU revenant à chaque
En tout état de cause le montant commune)
de l’impôt dû suite à l’évaluation b) Préfectures :
par le Service des Impôts ne - Budget des préfectures :20%
pourra être inférieur à un mini- - Budget des communes ur-
mum fixé par catégorie profes- baines : 80%
sionnelle par arrêté du ministre c) Zone rurale :
des finances. (LF1997, art.19). - Budget des préfectures :20%
- Budget des CRD :80%
Section 4 : PAIEMENT DE
L’IMPÔT (LF2006, art.26).
Art.283. - La taxe profession- Section 6 : OBLIGATION DES
nelle Unique est payable au plus CONTRIBUABLES
tard le 15 février de chaque an-
née en un seul versement. Art.286. - La formule réglemen-
taire délivrée après paiement
Lorsque les impositions sont total de l’impôt par le Service des
comprises dans un rôle émis Impôts doit être présenté à toute
après le 15 février, les cotisa- réquisition des agents habilités.
tions sont exigibles immédiate- Le défaut de présentation de
ment. (LF1996, art.75).
cette formule est passible d’une
amende de 20% de la cotisation
Art.284. - (LF1996, art.76).
due. (LF1996, art.78).

Code Général des Impôts 111


Art.287. - Les procédures de aux mêmes règles que celles qui
recouvrement, de contrôle et de régissent les impôts directs.
contentieux de la taxe profes- (LF1996, art.80).
sionnelle Unique sont soumises

DIVISION VIII
PATENTES – LICENCES

Chapitre 1 - CONTRIBUTION DES PATENTES ET LICENCES

SECTION 1 - ASSIETTE Art. 290. – ces droits sont réglés


conformément aux tableaux A. B.
Art. 288. – Toute personne qui C et D. annexés au présent
exerce sur le territoire de la Ré- texte. Ils sont établis :
publique de Guinée une indus- 1. d’après un tarif général pour
trie, une profession non explici- les professions énumérées
tement comprise dans le champ
d’application de la Taxe profes- dans le tableau A.
sionnelle unique et les exemp- 2. d’après un tarif spécial pour
tions déterminées par le présent celles qui font l’objet des ta-
texte, est assujettie à la contribu- bleaux B C et D.
tion des patentes.
Les patentes sont annuelles et Art.291. – les commerces, indus-
personnelles, et ne peuvent ser- tries et professions non compris
vir qu’à ceux à qui elles sont dé- dans les exemptions et non dé-
livrées. nommés dans les tableaux an-
Le fait habituel d’une profession nexés au présent texte n’en sont
comporte, seul, l’imposition des pas moins assujettis à la patente.
droits de patentes. Les droits auxquels ils doivent
être soumis sont réglés d’après
Art. 289. – la contribution des l’analogie des professions exer-
patentes se compose, en prin- cées.
cipe des éléments suivants :
– DROIT FIXE -
1. Un droit fixe ;
2. Un droit proportionnel sur la Art. 292. –le patentable qui,
valeur locative des locaux dans le même établissement,
exerce plusieurs commerces,
professionnels.
industries ou professions, ne
peut être soumis qu’à un seul
droit fixe. Ce droit est le plus

Code Général des Impôts 112


élevé de ceux qu’il aurait à payer 3- D’être situés dans des locaux
s’il était assujetti à autant de droit distincts, lors même que ceux-ci
fixes qu’il exerce de profession. seraient juxtaposés dans le
même immeuble à d’autres éta-
Si les professions exercées dans blissements du même patenté.
le même établissement compor-
tent, pour le droit fixe, soit seu- Mais les opérations effectuées
lement des taxes variables à par un patenté dans ses propres
raison du nombre d’employés, locaux ou dans des locaux sépa-
d’ouvriers, de machines ou rés pour le compte de tiers dont il
autres éléments d’imposition, soit n’est pas représentant, contrô-
à la fois des taxes de cette na- lées par le ou les commettants,
ture et des taxes déterminées soit qu’ils exigent des rapports,
c’est à dire arrêtées à un chiffre comptes rendus, comptabilités
invariable, le patentable est as- spéciales, soit qu’ils fassent sur-
sujetti aux taxes variables veiller périodiquement lesdites
d’après tous les éléments opérations par des agents ou
d’impositions afférents aux pro- inspecteurs, donnent toujours
fessions exercées, mais il ne lieu à imposition de droits de
paye que la plus élevée des patentes distincts établis au nom
taxes déterminées. du ou des commettants.

Art. 293. – le patentable ayant Art. 294. – le patentable qui ex-


plusieurs établissements dis- ploite un établissement industriel
tincts de même espèce ou et qui n’y effectue pas la vente
d’espèce différente, est passible de ses produits est exempt du
d’un droit fixe à raison du com- droit fixe pour les magasins sé-
merce, de l’industrie ou de la parés, mais situées dans la
profession exercée dans chacun même localité, dans lesquels
de ces établissements. sont exclusivement vendus les
Sont considérés comme formant produits de sa fabrication.
des établissements distincts
ceux qui présentent le triple ca- Art. 295. – Dans les établisse-
ractère : ments à raison desquels le droit
fixe de patente est réglé d’après
1- D’avoir un préposé spécial le nombre des ouvriers les indi-
traitant avec le public même s’il vidus au- dessous de seize ans
n’a pas la procuration du chef ou et au-dessous de soixante ans
de l’agent de maison ; ne sont pas comptés dans les
2- De comporter un inventaire éléments de la cotisation.
spécial de leurs marchandises ;

Code Général des Impôts 113


Ne sont également pas comptés à l’exception toutefois des appar-
dans ces éléments, la femme tements servants de logements
travaillant avec son mari, les ou d’habitation.
enfants non mariés travaillant
avec leurs ascendants, le simple Il est dû alors même que les lo-
manœuvre dont le concours est caux occupés sont concédés à
indispensable à l’exerce de la titre gratuit.
profession. La valeur locative est déterminée
Dans les professions dont la soit au moyen des baux authen-
classe ou le droit fixe est réglé tiques ou de locations verbales,
d’après le chiffre d’affaires, le soit par comparaison avec des
chiffre d’importation ou locaux dont le loyer aura été ré-
d’exportation, ou de location, le gulièrement constaté ou sera
chiffre à considérer est celui de notoirement connu ou, à défaut
l’année précédant celle de de ces bases, par voie
l’imposition. d’appréciation directe.

Lorsque la patente est établie Mais en aucun cas, le droit pro-


pour la première fois, le chiffre portionnel ne peut être inférieur
déterminant est évalué par au tiers du droit fixe, exception
l’administration. Cette patente, faite pour les patentés qui en
provisoire, est susceptible soit sont exempts.
d‘un dégrèvement partiel soit
d’une imposition supplémentaire Art.297. – Le droit proportionnel
au début de l’année suivante pour les usines et établissements
quand les chiffres réels sont industriels est calculé sur la va-
connus. leur locative de ces établisse-
ments pris dans leur ensemble et
– DROIT PROPORTIONNEL - munis de tous les moyens de
production.
Art.296. – le doit proportionnel
est établi sur la valeur locative Art. 298. – le droit proportionnel
des bureaux, magasins, bou- est payé dans toutes les localités
tiques, usines, ateliers, hangars, où sont situés les locaux ser-
remises, chantiers, terrains de vants à l’exercice des profes-
dépôt, wharfs et autres locaux et sions imposables.
emplacements servant à
l’exercice des professions impo- Art. 299. – le patentable qui
sables y comprises les installa- exerce dans le même local ou
tions de toute nature passibles dans des locaux non distincts
de la contribution foncière unique plusieurs industries ou profes-

Code Général des Impôts 114


sions passibles d’un droit propor- SECTION II- ETABLISSEMENT
tionnel différent, paye le droit DES RÔLES PRIMITIFS
d’après le taux applicable à la
profession qui comporte le droit Art.301.- Les agents des impôts
le plus élevé. procèdent annuellement au re-
censement des imposables des
Dans le cas où les locaux sont tableaux A, B, et D (1ère partie) et
distincts, il paye pour chaque à la préparation des rôles primi-
local le droit proportionnel attri- tifs.
bué à l’industrie ou à la profes-
sion qui y est spécialement exer- Art.302.-Avant d’entreprendre ce
cée. travail ils prennent connaissance
auprès des administrations et
Dans le cas d’opérations effec- établissements publics des re-
tuées par un patenté pour des gistres, déclarations et tous do-
tiers à titre de représentant et cuments nécessaires à l’assiette
ayant donné lieu à l’assiette de de la contribution des patentes.
droit distincts, le droit proportion-
nel est établi sur la valeur loca- D’une manière générale, les ad-
tive des locaux séparés où ministrations publiques, les of-
s’effectuent les dites opérations, fices, les établissements publics,
si les locaux sont communs, le qui détiennent des documents
droit proportionnel frappe pour permettant de déceler l’existence
chaque commettant la valeur des commerces, industries ou
locative totale afférente aux lo- professions et d’en apprécier
caux du représentant. l’importance, sont tenus de
communiquer aux agents char-
Art.300.- Tout individu qui se gés de l’assiette des impôts rele-
déplace de localité en vue vant du service des impôts, tous
d’effectuer, même occasionnel- renseignements qu’ils requerront
lement, des opérations commer- pour établir les impôts institués,
ciales d’achat ou de vente, est sans pouvoir leur opposer le se-
tenu d’avoir une patente de mar- cret professionnel.
chand forain.
Art. 303.- Les rôles primitifs sont
En sont cependant dispensés les rendus exécutoires et mis en
employés salariés effectuant des recouvrement, conformément
achats pour le compte des pa- aux dispositions des textes en
tentées des 1ére, 2ème et 3ème vigueur sur le régime financier de
classe du tableau A. la République de Guinée.

Code Général des Impôts 115


Art.304.- Sont imposables par 3- les patentés qui entre-
voie de rôles supplémentaires : prennent dans le cours
de l’année une profes-
1- les individus omis aux sion comportant un droit
rôles primitifs qui exer- fixe plus élevé que celui
çaient avant le 1er janvier afférent à la profession
de l’année de l’émission qu’ils exerçaient tout
de ces rôles une profes- d’abord. Il est également
sion, un commerce ou dû un supplément de
une industrie assujettis à droit proportionnel par
la patente, ou qui, anté- ceux qui viennent à oc-
rieurement à la même cuper en cours d’année
époque, avaient apporté des locaux d’une valeur
dans leur profession, locative supérieure à
commerce ou industrie, celle des locaux pour
des changements don- lesquels ils ont été primi-
nant lieu à des augmen- tivement imposés, et par
tations de droits. Toute- ceux qui entreprennent
fois, les droits ne sont une profession passible
dus qu’à partir du 1er jan- d’un droit proportionnel
vier de l’année pour la- plus élevé. Les supplé-
quelle le rôle primitif a ments sont dus à comp-
été émis ; ter du premier jour du
2- ceux qui entreprennent mois dans lequel les
dans le cours de l’année changements prévus par
une profession sujette à les deux derniers para-
la patente, ne doivent la graphes auront été opé-
contribution qu’à partir rés.
du premier jour du mois
dans lequel ils ont com- Les rôles supplémentaires sont
mencé à exercer. ouverts dans chaque contrôle au
Toutefois, les patentes du début de chaque trimestre et les
tableau C et de la 2ème contribuables y sont inscrits au
partie du tableau D sont fur et à mesure des déclarations
dues pour l’année entière ou des découvertes. Ces rôles
sans fractionnement, sont arrêtés à la fin de chaque
quelle que soit l’époque à trimestre et mis en recouvrement
laquelle le patentable en- conformément aux règlements
treprend ou cesse son en vigueur.
commerce ;

Code Général des Impôts 116


Art.305.- Les rôles supplémen- fession, sans changer de nature,
taires ne sont pas soumis aux devient passible de droits plus
commissions des impôts. élevés.
SECTION III - OBLIGATIONS Art. 308.- Le défaut de déclara-
DES REDEVABLES tion dans le délai préfixé, est
(DECLARATIONS, PENALITES sanctionné par l’inscription au
CORRESPONDANTES) rôle d’un droit supplémentaire
égal au montant des droits com-
Art.306.- Ceux qui entreprennent
promis.
dans le cours de l’année une
profession sujette à la patente,
Les patentables tenus de
sont tenus d’en faire la déclara-
s’acquitter dans le délai fixé par
tion par écrit au fonctionnaire
l’article 314 ci-après et ceux qui
chargé d’établir les rôles de leur
ne l’auront pas fait, se verront
résidence dans les trois jours de
imposés par voie de rôle sup-
l’ouverture. Il est remis aux inté-
plémentaire.
ressés un certificat de leur décla-
ration qui tient lieu de formule
SECTION IV - FORMULE DE
jusqu’à la réception de
PATENTE - SA DELIVRANCE
l’avertissement.
La contribution est exigible à
Art.309.- Les contribuables
partir du premier du mois dans
exerçant en Guinée sont tenus
lequel ils sont commencés à
de se faire délivrer par les fonc-
exercer.
tionnaires chargés de
l’établissement des rôles une
Art. 307.- Les patentés qui, dans
formule spéciale extraite d’un
le cours de l’année, entrepren-
registre à souches, qui ne leur
nent une profession comportant
sera remise que contre paiement
un droit proportionnel plus élevé
intégral des droits de patente à la
que celui qui était afférent à la
recette des impôts.
profession qu’ils exerçaient tout
d’abord, doivent en faire la décla-
Art.310.- Les entrepreneurs de
ration dans les mêmes condi-
transport sont admis à se faire
tions et dans les mêmes délais.
délivrer autant de formules de
patentes, extraites du registre à
Il en est de même pour les con-
souches, qu’ils possèdent de
tribuables qui viennent à occuper
véhicules en circulation.
des locaux d’une valeur locative
supérieure à celle des locaux
Lorsqu’un des patentables visés
pour lesquels ils sont été primiti-
à l’article 308 ci-dessus produit
vement imposés ou dont la pro-

Code Général des Impôts 117


une des déclarations prévues pourra se faire délivrer par le
aux articles 306 et 307 de la sec- Directeur des impôts, ou par le
tion III ci-dessus, ou demande le fonctionnaire chargé de
renouvellement d’une formule l’établissement des rôles de sa
périmée le fonctionnaire chargé résidence, un certificat qui fera
de l’établissement du rôle lui mention des motifs obligeant le
remet immédiatement une fiche patenté à le réclamer et sera
indiquant le montant des droits assujetti aux droits du timbre.
exigibles.
Art.312.- Les contribuables visés
Le receveur des impôts reçoit en à l’article 308 sont tenus de justi-
totalité la somme mentionnée sur fier, à toute réquisition, de leur
la fiche qu’il conserve comme imposition à la patente, sous
titre provisoire de recouvrement. peine de saisie ou séquestre, à
leur frais, des marchandises par
Au vu du récépissé, l’agent eux mise en vente, et des ins-
d’assiette remet au contribuable truments servant à l’exercice de
la formule de patente tirée du leur profession, à moins qu’ils ne
registre à souches. donnent caution suffisante jus-
Les impositions établies dans qu’à la présentation de la pa-
ces conditions sont portées pour tente.
ordre sur le premier rôle supplé- Ils ne pourront prouver valable-
mentaire. ment leur imposition que par la
production de la formule régle-
Le numéro de la quittance et la mentaire de patente.
date à laquelle les patentes ont
été soldées sont rappelés en Art.313.- Les patentés de toutes
marge du rôle. les catégories qui ne pourront
faire la preuve de leur imposition
Art.311.- Tout patentable exer- seront astreints au payement de
çant à demeure est tenu, dans la contribution pour l’année en-
son établissement, de justifier de tière sans préjudice d’un droit en
son imposition à la patente, au sus égal au montant de la pa-
titre de l’année en cours, lorsqu’il tente qui leur sera imposée.
est requis par les agents de
l’administration et tous officiers et SECTION V - RECOUVREMENT
agents de police judiciaire.
Art.314.- La contribution des
Le patenté qui aura égaré sa patentes est payable par antici-
patente et qui sera dans le cas pation au plus tard le 15 janvier
d’en justifier hors de son domicile de chaque année.

Code Général des Impôts 118


Les assujettis doivent se libérer paiements exigibles par anticipa-
en une fois par anticipation. tion, réglementés par l’article 309
Lorsque les impositions sont et suivants du présent texte.
comprises dans un rôle émis
après le 15 janvier, les cotisa- SECTION VI- DEGREVEMENTS
tions portées sur les rôles sont
dus dans les trente jours qui sui- Art.317.- Les demandes en dé-
vent leur mise en recouvrement. grèvement de toute nature sont
adressées au Directeur des Im-
Tous les patentables n’exerçant pôts. Elles sont présentées, ins-
pas leur profession à demeure truites et jugées conformément
sont tenus de payer la totalité aux lois.
des droits dont ils sont rede-
vables, dès le début de leur acti- Elles ne sont recevables que si
vité. elles appuyées de
l’avertissement, d’un extrait du
En cas d’installation d’établiss- rôle, de la quittance de paiement
ement nouveau, la patente doit ou d’une sommation du receveur
être versée dans le mois suivant des impôts, ou de toute pièce
cette installation. justificative.

En cas de déménagement hors Art.318.- Les patentés qui ré-


du ressort de la recette des im- clament contre la fixation de
pôts comme en cas de vente leurs taxes seront admis à prou-
volontaire ou forcée, la contribu- ver la justesse de leur réclama-
tion est exigible en totalité. tions par la présentation de leur
livres de commerce régulière-
Art.315.- Dans le cas ment tenus et de tous autres
d’opérations effectuées pour le documents.
compte de tiers par un représen-
tant et ayant donné lieu à Art.319.- La contribution des
l’imposition de droits de patentes patentes est due jusqu’au trente
distincts, le représentant et le ou et un décembre de l’année de
les commettants sont solidaire- l’imposition.
ment responsables du paiement Toutefois ; les droits ne sont dus
des droits correspondants. que pour le passé et le mois cou-
rant dans les cas suivants :
Art.316.- Les rôles supplémen-
taires sont recouvrés dans les Cessation pour cause de décès,
mêmes conditions que les rôles faillite déclarée, liquidation judi-
primitifs, exception faite des ciaire, expropriation ou expul-

Code Général des Impôts 119


sion, incendie, cession de fonds tistes et ne vendant que
de commerce comportant jouis- les produits de leur art ;
sance des locaux, la vente du 5- Les professeurs des sci-
matériel ou des marchandises, ences et arts d’agrément,
ainsi que la mise en gérance les instituteurs primaires ;
libre d’un fonds ou d’un change- 6- Les sages-femmes, les
ment de gérant libre. gardes-malades, et les vé-
térinaires ;
Dans ce cas les parties intéres- 7- Les éditeurs des feuilles
sées doivent adresser au direc- périodiques, les artistes
teur des impôts une demande de lyriques et dramatiques ;
dégrèvement dans le mois qui 8- les cultivateurs, seule-
suit l’un des évènements plus ment pour la vente et la
haut. manipulation des récoltes
et fruits provenant des
SECTION VII - EXEMPTION terrains qui leur appar-
tiennent ou exploités par
Art.320.- Ne sont pas assujettis eux, et pour la vente du
à la patente : bétail qu’ils élèvent qu’ils
y entretiennent ou qu’ils y
1- L’Etat et les établisse- engraissent ;
ments publics pour les 9- Les loueurs d’une
services publics d’utilité chambre meublée ;
générale, mais ils se- 10- Les pêcheurs, lors même
raient normalement im- que la barque qu’ils mon-
posables pour toute ex- tent leur appartient sous
ploitation exercée dans réserve qu’ils remplissent
les mêmes conditions les conditions prévues au
que les particuliers ; paragraphe du 21 du
2- Les fonctionnaires et em- présent article ;
ployés salariés par ces 11- Les associés des Socié-
services ou établisse- tés en nom collectif, en
ments en ce qui concerne commandite ou ano-
seulement l’exercice et nyme ;
leurs fonctions ; 12- les caisses d’épargne et
3- Les maîtres ouvriers des de prévoyance adminis-
corps de troupes sous la trées gratuitement, les
même réserve ; assurances mutuelles ré-
4- Les peintres, sculpteurs, gulièrement autorisées ;
graveurs et dessinateurs, 13- Les capitaines de navires
considérés comme ar- de commerce ne navi-

Code Général des Impôts 120


guant pas pour leur hérents des dites socié-
compte, les pilotes ; tés ;
14- les cantiniers, attachés à 19- Les sociétés coopéra-
l’armée lorsqu’ils ne ven- tives de consommation
dent pas de boissons al- vendant exclusivement à
coolisées ; leurs adhérents agricoles
15- Les établissements pu- et les Sociétés de se-
blics et privés ayant pour cours et prêt mutuels
but de recueillir les en- agricoles ;
fants pauvres et leur 20- Les artisans n’ayant pas
donner une profession ; plus d’un ouvrier « et un
16- Les commis et toutes ou deux apprentis sous
personnes travaillant à contrat régulier d’appren-
gage, à façon ou à la tissage » ;
journée, dans les mai- 21- Les tailleurs ne possédant
qu’une machine ;
sons, ateliers et bou-
22- Les aveugles bénéficiant de
tiques de leur profession ; la protection sociale.
17- les planteurs vendant du
bois de chauffage prove- Art.321.- Il est fait applica-
nant exclusivement du tion d’une réduction de 50%
débroussaillage pour la du montant de la contribution
mise en valeur de leurs des patentes due par les
plantations ; usines et établissements in-
18- les sociétés coopératives dustriels. La présente dispo-
agricoles de production et sition ne s’applique pas aux
leurs unions pour les opé- entreprises d’extraction de
rations qui, entrant dans carrière ainsi qu’à toute en-
les usages de l’agriculture, treprise ayant pour base
ne donneraient pas lieu à d’activité le prélèvement de
l’application de la patente ressources naturelles et aux
si elles étaient effectuées
entreprises conventionnées
dans les mêmes condi-
(LF 2003, art. 18)
tions par chacun des ad-

Code Général des Impôts 121


SECTION VIII – REPARTITION DU PRODUIT
Art.322.- Le produit de la patente est réparti comme suit :
a) Zone de Conakry
- Budget de la ville 100% des patentes / personnes morales
- Budget des communes 100% des patentes / personnes physiques
b) préfectures
- Budget des préfectures 60%
- Budget des communes ou CRD 40%
(LF2001, art.37)

Chapitre 2 - CONTRIBUTION DES LICENCES

Art.323.- Toute personne ou guère compter que sur la clien-


toute société se livrant à la vente tèle des touristes et des passa-
en gros ou en détail de vins ordi- gers, pourront être exonérés des
naires, vins fins, bière, cidre, droits de licence, pendant
poirés, liqueurs et boissons al- l’année où ils commencent à
cooliques, soit à consommer sur exercer et de la moitié des droits
place, soit à emporter est assu- pendant l’année suivante.
jettie à un droit de licence pour
chaque établissement de vente, Art.325.- La licence ne comporte
sans réduction pour les succur- qu’un droit fixe. Elle comprend
sales. cinq (5) classes suivant la nature
des opérations. Le tarif appli-
Est assimilée à la vente toute cable à chaque classe est réglé
remise de boissons faite à par le Tableau D figurant à
l’occasion de transaction com- l’article 329 du présent code.
merciales, que ce soit à titre
d’échange, de troc ou même de Art.326.- La licence est indépen-
cadeau. dante de la patente et
l’exemption de l’une ne dispense
Art.324.- Toutefois, les contri- pas du paiement de l’autre. Dans
buables qui installent des éta- le cas où plusieurs des profes-
blissements relevant de sions comprises au tableau D
l’industrie hôtelière dans les loca- sont exercées dans le même
lités où il est connu que leur établissement, le droit le plus
création n’a d’autre raison d’être élevé est seul exigible.
que favoriser le développement
du tourisme en République de Art.327.- Toutes les dispositions
Guinée est où ils ne peuvent édictées par le présent texte et

Code Général des Impôts 122


concernant l’assiette et le recou- En cas de non paiement de la
vrement des patentes, les décla- licence exigible d’avance l’auto-
rations que sont tenus de faire rité administrative pourra ordon-
les contribuables, la production ner la fermeture immédiate de
des formules de patentes et de- l’établissement sans préjudice de
mandes de dégrèvements sont paiement total des droits dus au
applicables en matière de li- titre de la licence pour l’exercice
cence. en cours.
Les licences dues par les assu-
jettis aux six premières classes Art.328 - L’intégralité des droits
du tableau A sont exigibles dans de licences est destinée au bud-
les mêmes conditions que la get des collectivités du lieu
patente. Celles qui sont dues par d’exercice de la profession ou
les contribuables des autres caté- d’installation de l’établissement.
gories sont exigibles d’avance
comme il est dit à l’article 309.

Chapitre 3 - TABLEAUX DES PATENTES ET LICENCES


Art.329. - Les tarifs de la contribution des patentes et licences sont les suivants
(LF 2013, art. 17):
TABLEAU A
I - Patentes des Commerçants
Commerçants dont le chiffre d’affaires est de :
1ère Classe :
Supérieur à 1 500 000 000 FG
Droit fixe 5 000 000 FG
Droit proportionnel 15%
2ème Classe :
Compris entre 500 000 000 à 1 500 000 000 FG
Droit fixe 3 500 000 FG
Droit proportionnel 15%
3ème Classe :
Inférieur ou égal à 500 000 000 FG
Droit fixe = 2 500 000 GNF
Droit proportionnel 15%

Code Général des Impôts 123


II Patentes des autres professions

PREMIERE CLASSE

Droit Fixe = 3 000 000 FG


Droit Proportionnel = 15%
Sont compris dans cette classe :
1- Compagnie de navigation ;
2- Hôtel dont le chiffre d’affaires (CA) est supérieur à 50 000 000 GNF
3- Bar, restaurant dont chiffre d’affaires est supérieur à 100 000 000 GNF
4- Sociétés d’assurances et de réassurances ;
5- Sociétés de télécommunication ;
6- Consignataire de navire ;
7- Sociétés de construction et de travaux publics ;
8- Banques, établissements financiers et de crédit (siège)
9- Société de manutention et de consignation ;
10- Prestataires portuaires et aéroportuaires ;
11- Stockage de pétrole ;
12- Sociétés de déménagement ;
13- Agences de publicité (personnes morales) ;
14- Hôtel trois à cinq étoiles ;
15- Autres activités n’entrant pas dans le cadre de l’exploitation des différents gise-
ments naturels (personnes morales).

DEUXIEME CLASSE

Droit Fixe = 2 500 000 GNF


Droit Proportionnel= 15%
Sont compris dans cette classe :
16- Agence de navigation ;
17- Pharmacien dont le CA est supérieur à 150.000 000 GNF
18- Hôtel, restaurant, bar dont le CA est compris entre 150 000 000 et 500 millions GNF
19- Agence d’assurance
20- Sociétés d’expertise industrielle, commerciale, immobilière, maritime
21- Station de pompage et de distribution de carburant ;
22- Cliniques personnes morales
23- Universités privées
24- Stations de télévisions privées
25- Agences de publicité (personnes physiques)
26- Clubs nautiques

Code Général des Impôts 124


TROISIEME CLASSE

Droit Fixe = 2 000 000 FG


Droit Proportionnel = 15%
Sont compris dans cette classe :
27- Ingénieur conseil et sociétés de surveillance
28- Pharmacien dont le chiffre d’affaires est inférieur à 150 000 000 FG
29- Commissionnaire en marchandises;
30- Commissionnaire en Douane ;
31- Transitaire ;
32- Agence de voyage ou de tourisme ;
33- Clinique médicale dont le chiffre d’affaires est inférieur à 150 000 000 GNF;
34- Laboratoire de recherche biologiques ou d’analyses médicales ;
35- Bar- dancing
36- Représentant commercial ;
37- Distributeur de films cinématographiques ;
38- Bureau d’études ;
39- Exploitant d’une entreprise mécanographique, imprimeur ;
40- Gestionnaire d’immeubles ;
41- Avocat à la cour exerçant à Conakry ;
42- Cabinet individuel d’expertise comptable ou fiscal
43- Exploitant de cinéma à Conakry, (1ère catégorie)
44- Agence de transport ;
45- Succursale entreprise publique ;
46- Architecte ;
47- Agence de publicité ;
48- Succursale de banque, établissements financiers et de crédit ;
49- Manutentionnaire (personne physique) ;
50- Entrepôt frigorifique ;
51- Pâtissier dont le chiffre d’affaires est supérieur à 150 000 000 GNF
52- Sociétés et entreprises de distribution d’images

QUATRIEME CLASSE

Droit fixe = 1 500 000 GNF


Droit proportionnel = 10%
Sont compris dans cette classe :
53- Cabinets de médecins ou sages-femmes exerçant à Conakry ;
54 -Notaire exerçant hors de Conakry ;
55- Boucher abattant plus de 300 bœufs ;

Code Général des Impôts 125


56- Café avec terrasse ;
57- Transformateur produits du cru ;
58 -Entrepreneurs de bâtiments (personne physique)
59 - Agence de location de voiture ;
60 - Artisan occupant plus de 10 ouvriers ;
61- Boulanger dont le chiffre d’affaires est supérieur à 200 000 000 FG
62- Exploitant de cinéma hors de Conakry (1ère catégorie) ;
63- Confiseur ;
64 -Entrepreneur autre que bâtiment et transport ;
65- Loueur de fonds de commerce ;
66- Exploitant cinéma à Conakry (2ème catégorie) ;
67 - Fripier grossiste
68 -Labo-photo ;

CINQUIEME CLASSE
Droit fixe = 1.000 000 GNF
Droit proportionnel = 10%
Sont compris dans cette classe :
69- Marchands de bétail (1ère catégorie)
70- Electricien ou radio- électricien (réparation) ;
71 -Salon de coiffure Manucure – pédicure ;
72 -Loueur de vidéogrammes à Conakry ;
73- Huissier de justice exerçant à Conakry ;
74- Masseur – Kinésithérapeute ;
75 - Mécanographe ;
76- Bureau de renseignement divers ;
77- Exploitant de cinéma à Conakry (3ème catégorie);
78 -Boulanger dont le CA est inférieur à 200 000 000 GNF
79 -Exploitant de cinéma hors de Conakry (2ème catégorie) ;
80 -Tailleur –brodeur (1ère catégorie) ;
81- Atelier de construction métallique ;
82 -Tôlier peintre (1ère catégorie)
83 -Casino et entrepôt de jeux de hasard
SIXIEME CLASSE

Droit Fixe = 500 000


Droit Proportionnel = 10%
Sont compris dans cette classe :
84 Mécanicien garagiste (1ère catégorie) ;

Code Général des Impôts 126


85 Boucher Urbain
86 Entreprises de spectacles sédentaires et théâtres ;
87 Artisan employant de 5 à 10 ouvriers ;
88 Entrepreneur de jeux et amusements publics ;
89 Crémerie- glaces ;
90 Gargotes aménagées en restaurant ;
91 Loueur de plus d’une chambre meublée ;
92 Tôlier-peintre (2ème catégorie) ;
93 Atelier métallique (2ème catégorie) ;
94 Chaudronnerie ;
95 Atelier de soudure ;
96 Tapissier – garnisseur ;
97 Bijoutier avec vitrine ;
98 Menuisier – garnisseur ;
99 Courtier ;
100 Magasin dépôt – entrepositaire ;
101 Huissier de justice exerçant hors de Conakry ;
102 Cabinet Vétérinaire ;
103 Piscine et gymnase public ;
104 Agences de gardiennage ;
105 Commissaires priseurs ;
106- Esthéticienne ;
107 -Loueur de vidéogrammes hors de Conakry ;
108- Entreprise de projection en public de vidéogrammes ;
109 -Géomètre ;
110-Bureau de change ;
111 -Auto-Ecole ;
112-Tailleur-brodeur (2ème catégorie) ;
113- Photographe ;
114- Salon de coiffure et de beauté ;
115- Architecte se bornant à dresser des plans ;

TABLEAU « B »

Toutes les personnes inscrites au tableau B sont assujetties au droit proportionnel de


10% ou de 15% exception faite de celle pour lesquelles le présent tableau prévoit
exemption du droit proportionnel.

Code Général des Impôts 127


I- Première Partie

Professions imposées d’après le montant des marchés ou adjudications et sous déduc-


tion des droits primitivement imposés ; y compris la taxe déterminée ;

- Bac (adjudicataire, concessionnaire ou fermier de) 1,5% du montant du prix


de la ferme, de l’adjudication ou de la concession;
- Eau (concessionnaire de la distribution de) 1,5% du montant annuel du prix
des recettes et exemption du droit proportionnel ;
- Fournitures aux services et établissements publics aux troupes de l’air, de
terre et de mer, aux hospices civils et militaires et aux prisons : 1,50% du
montant des marchés ;
- Matériel, machine, véhicule (loueur de) : 2% du montant de la location ;
- Travaux topographiques, géodésiques ou autres comportant fourniture de
rapports, d’études, de plans ou de projets (adjudicataire ou entrepreneur de) :
1,50% du montant des travaux ;
En aucun cas le droit fixe ne pourra être inférieur à celui qui résulterait du tarif du ta-
bleau A ;

- Transports de dépêches et de colis postaux (entrepreneur de) : 1.50% du


montant de l’adjudication ;
- Travaux publics et de génie civil (entrepreneur de) : 0,5% du montant des
marchés.

Le produit de la patente proportionnelle est affecté au budget de la collectivité du lieu


d’exécution du marché.

II- Deuxième Partie

Professions pour lesquelles le droit fixe est égal au montant de la taxe déterminée :

-Exploitant d’une usine d’acétylène ou d’oxygène

Droit fixe : 3 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 10%

-Blanchisserie par procédé chimique ou mécanique

Droit Fixe : 2 000 000 GNF


Droit proportionnel : 10%

Code Général des Impôts 128


-Exploitant de carrière

Droit Fixe : 2 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 12%

-Fabricants d’explosifs

Droit fixe : 1 500 000 GNF


Droit proportionnel : 12%

-Exploitant forestier exportant sa production

Droit Fixe : 3 000 000 GNF


Droit proportionnel : 12%

-Exploitant forestier vendant sa production sur place


Droit Fixe : 1 500 000 GNF
Droit Proportionnel : 12%

-Exploitant d’une usine de glace

Droit Fixe :
Droit proportionnel : 1 000 000 GNF
12%
-Imprimeur

Droit Fixe :
Droit Proportionnel : 2 000 000 GNF
12%
-Fabrique de briques et autres objets en terre cuite pour
la construction et l’ornementation avec moteur

Droit fixe : 2 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 10%

-Exploitant de fabrique de chaux et de ciment

Droit Fixe : 3 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 12%

Code Général des Impôts 129


-Exploitant d’une usine de conserve

Droit Fixe : 2 000 000 GNF


Droit Proportionnel 10%

-Exploitant machine à décortiquer, à moudre ou à broyer

Droit Fixe : 500 000 GNF


Droit Proportionnel : 12%

-Exploitant huilerie savonnier

Droit Fixe : 2 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 10%

-Fabricant de parpaings (briques et ciment)

Droit Fixe : 3 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 10%

-Exploitant d’un broyeur pulvériseur

Droit Fixe : 1 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 10%

-Exploitant usine matériel plastique

Droit Fixe : 2 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 12%

-Fabrique de peinture

Droit Fixe : 2 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 12%

-Exploitant scierie mécanique

Droit Fixe : 2 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 12%

Code Général des Impôts 130


-Fabrique tabac cigarettes

Droit Fixe : 5 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 12%

-Distilleur -liquoriste

Droit Fixe : 5 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 10%

-Exploitant usine de production d’énergie électrique

Droit Fixe : 3 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 10%

-Exploitant brasserie

Droit Fixe : 5 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 10%

-Fabricant d’alumine

Droit Fixe : 5 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 10%

-Entrepreneur de bateau remorqueur

Droit Fixe : 2 000 000 GNF


Droit Proportionnel 5%
-Constructeur de charpentes métalliques

Droit Fixe : 3 000 000 GNF


Droit Proportionnel : 12%
-Autres fabricants

Droit Fixe : 2 000 000 GNF


Droit Proportionnel 12%

Code Général des Impôts 131


-Fabrique de produits pour la parfumerie

Droit Fixe : 1 500 000 GNF


Droit Proportionnel : 12%

-Usine d’égrenage et de pressage


Droit Fixe : 1 500 000 GNF
Droit Proportionnel : 12%

Le calcul de la valeur locative s’effectue, à défaut de baux authentiques, de la manière


suivante :
- Valeur vénale : 70% du prix de revient des immeubles et équipements
- Valeur locative : 10% de la valeur vénale.
III- Troisième partie
Professions imposées d’après le montant des importations et exportations.
Le chiffre global à considérer pour les importateurs ou exportateurs est la valeur ré-
glementaire en douane des importations et exportations effectuées pendant l’année
précédant celle de l’imposition. Lorsque la profession est entreprise en cours d’année
le montant annuel est déterminé comme une première imposition. En ce qui concerne
les importateurs et exportateurs la base imposable à considérer est constituée par le
montant cumulé des importations et exportations.

Importation et Exportation Droit Fixe Droit Proportionnel

-Jusqu’à : 300 000 000 GNF 2 500 000 15%


-De 300 000 001
à 500 000 000 GNF 3 000 000 15%
-De 500 000 001
à 1 000 000 000 GNF 3 500 000 15%
-De 1 000 000 001
à 1 500 000 001 GNF 4 000 000 15%
-De 1 500 000 001
à 3 000 000 000 GNF 5 000 000 15%
-De 3 000 000 001
à 5 000 000 000 GNF 6 000 000 15%
-Au delà de 5 000 000 000 GNF 8 000 000 15%

Code Général des Impôts 132


Tableau C
Les producteurs, agriculteurs ou artisans qui portent sur les marchés des produits de
leur récolte, les objets de leur industrie ou les animaux de leur élevage restent exempts
de patentes.

Tableau D
MARCHAND DE BETAIL

Cette patente sera appliquée à ceux qui se livrent à l’achat et à la vente du bétail.
Elle est indépendante de celle que le contribuable pourra acquitter à l’occasion de
l’exercice d’une autre industrie ou profession.
Pour la détermination des droits fixes des deux catégories il sera fait état le cas
échéant, des équivalences suivantes :

1 boeuf = 2 ânes = 6 moutons ou chèvres


1 cheval = 2 bœufs

Première catégorie
Marchand sédentaire
Droit fixe : 500 000 GNF
Droit proportionnel : 10%
Les patentés rangés dans cette catégorie sont soumis aux mêmes règles que les pa-
tentes du tableau A.
Deuxième catégorie
Marchand ambulant
Droit fixe : 250 000 GNF
Droit proportionnel : 1/5 DF
La patente des marchands de bétail ambulant est due pour l’année entière quelle que
soit l’époque à laquelle la profession a commencé à être exercée. Les patentés de
cette catégorie doivent être munis d’une formule sur papier de couleur.

Tableau spécial

I-MARCHANDS D’OR

Première Catégorie
Marchand d’or au détail
Droit fixe = 1 500 000 GNF
Droit Proportionnel = 1/3 DF

Code Général des Impôts 133


Deuxième Catégorie
Marchand d’Or demi gros
Droit fixe= 2 000 000 GNF
Droit Proportionnel= 1/3 DF

Troisième catégorie
Marchand d’Or demi gros
Droit Fixe= 3 000 000 GNF
Droit Proportionnel 1/3 DF

II- MARCHAND ET EXPORTATEUR DE DIAMANT

1- Marchand de diamant
Droit Fixe= 12 000 000 GNF
Droit Proportionnel= 1/3 DF

2-Exportateur de Diamant
Droit Fixe= 30 000 000 GNF
Droit Proportionnel= 1/3 DF

III - La contribution des patentes des comptoirs d’achat et collecteurs d’or ou de dia-
mant est fixé comme suit (article 38. LF 2014) :

1- Comptoir d’achat : Droit fixe : 20 000 000 GNF


Droit proportionnel : 1/3 DF
2- Acheteurs mandataires : Droit fixe : 7 500 000 GNF
Droit proportionnel : 1/3 DF
3- Agent collecteur : Droit fixe : 3 500 000 GNF
Droit proportionnel : 1/3 DF
4- Balancier/ Courtier : Droit fixe : 2 000 000 GNF
Droit proportionnel : 1/3 DF

Tableau E
Licences
Première classe :
Hôtel, restaurant, bar, supermarché ou marché
Surface vendant des boissons alcoolisées
-Ville de Conakry : 1 500 000 GNF
-Chefs lieux des régions administratives 1 000 000 GNF
-Autres préfectures 600 000 GNF

Code Général des Impôts 134


Deuxième classe
Cabaret, restaurant, bar, wagon-bar, motel

-Ville de Conakry : 1 000 000 GNF


-Chefs lieux des régions administratives 600 000 GNF
-Autres préfectures 500 000 GNF

Troisième classe

Cantine, hôtel, restaurant, pension

-Ville de Conakry : 300 000 GNF


-Chefs lieux des régions administratives : 200 000 GNF
-Autres préfectures : 150 000 GNF
-Commerçants vendant les boissons alcoolisées : 300 000 GNF
-Autres commerçants non compris dans les classes précédentes : 200 000 GNF

DIVISION IX

TAXE SUR LES VEHICULES A MOTEUR (LF. 2004 art. 25 modifié successivement
par la LF. 2005 art. 19 ; LF. 2006 art. 18 ; LF.2007 art. 19 ; LF. 2010 art. 21; LF 2012
art.21 ; LF 2013, art.16).

SECTION 1 - ASSIETTE

Art.330. - Il est perçu une taxe annuelle sur les véhicules à moteur d’après les tarifs
ci-après :

A - Véhicules particuliers :
1. Motocyclette, cyclomoteur, scooter 75 000 FG
2. Voiture jusqu’à 12 cv 200 000 FG
3. Pick-up, camionnette, fourgonnette et véhicule 4x4 300 000 FG

B– Véhicules servant au transport de marchandises à titre onéreux :


1. Jusqu’à 5 tonnes 400 000 FG
2. De 6 à 10 tonnes 550 000 FG
3. De 11 à 15 tonnes 600 000 FG
4. De 16 à 20 tonnes 770 000 FG
5. Plus de 20 tonnes 900 000 FG

Code Général des Impôts 135


C- Véhicules servant au transport de personnes à titre onéreux :
1. Jusqu’à 5 places 300 000 FG
2. De 6 à 10 places 400 000 FG
3. De 11 à 20 places 500 000 FG
4. De 21 à 30 places 600 000 FG
5. De plus de 30 places 700 000 FG

D- Engins lourds :
1. Camion grue 1 500 000 FG
2. Hydrocurseur 2 000.000 FG
3. Machine de terrassement 2 000 000 FG
4. Grue, bulldozer, pelle mécanique, marteaux piqueurs 3 000 000 FG

E-Autres véhicules :
1. Yacht de plaisance à moteur fixe ou hors bord 600 000 FG
2. Bateaux de plaisance à moteur fixe ou hors bord : 1 000 000 FG

F-Vignettes exonérées : 50 000 FG

SECTION 2 - EXONERATIONS

Art. 331. - Seuls sont exemptés de la TUV :


a)- les véhicules des corps diplomatiques et consulaires immatriculés en
CMD, en CD et en CC ;
b)- les véhicules appartenant à l’Etat ou aux collectivités territoriales immatri-
culés en VA ;
c)- les véhicules militaires immatriculés en AG ;
d)- les véhicules des institutions internationales spécialisées et reconnues en
République de Guinée. (LF1999, art.15).

SECTION 3 – EXIGIBILITE – La répétition des droits ne pourra


PENALITES – REPARTITION être poursuivie contre le nouveau
DU PRODUIT propriétaire d’un véhicule acquis
en cours d’année et qui justifiera
Art.332. - La taxe est due pour du paiement de la taxe.
l’année entière quelle que soit
l’époque de la mise en circulation Art.333. - Tout propriétaire d’un
du véhicule, sans fractionnement véhicule à moteur est tenu d’en
en cas d’aliénation ou de des- faire la déclaration au service
truction en cours d’années. des impôts ou à défaut, au Préfet
avant le 31 décembre de chaque

Code Général des Impôts 136


année. Récépissé lui est donné Art.337. - Le produit de la Taxe
de sa déclaration. La déclaration Unique sur les Véhicules est
doit être faîte dans le mois de la reparti comme suit :
mise en circulation d’un véhicule a)-Zone de Conakry
taxable lorsque celle-ci a lieu en - Budget de l’Etat…............…50%;
cours d’année. - Budget de la Ville de
Conakry………...............….25% ;
Art.334. - Une pénalité de 25% - Budget des Communes…..25%
du montant dû s’applique après Le produit alimentant le budget
les trois mois de la mise en vente des Communes sera reparti de
des vignettes (LF1999, art.15). façon équitable entre les 5
Communes de Conakry.
Art.335. - Le paiement de la
taxe est constitué par la déli- b)-Préfectures
vrance d’une vignette de contrôle - Budget de l’Etat……...50%;
portant les caractéristiques du - Budget Préfectoral…..25%;
véhicule (marque, puissance, - Budget des Communes..25%.
numéro d’immatriculation) et le (LF2001, art.38)
millésime de l’année pour la-
quelle elle est valable. Il y est Art.338. - Le paiement de la
apposé, au moment de sa déli- taxe unique sur les véhicules en
vrance le tampon du service et le ce qui concerne les exploitants
visa de l’agent chargé de sa déli- individuels d’entreprises de
vrance. transport de marchandises ou de
La vignette devra obligatoirement personnes est déductible de
être collée sur la face interne du l’impôt sur le revenu au titre des
pare-brise du véhicule (côté bénéfices industriels et commer-
droit) de façon à être très appa- ciaux dus par l’exploitant. (LF
rente. 2000, art.14).
L’excédent non imputé n’est pas
Art.336. - Sont habilités à cons- restituable. Cette disposition
tater les infractions les agents n’est pas applicable en cas de
des impôts, tous officiers et retard dans le dépôt de la décla-
agents de police judiciaire et ration de bénéfice ainsi qu’en
toutes autres personnes asser- cas de défaut de paiement.
mentées, spécialement dési- (LF 1992, art.20).
gnées à cet effet.

Code Général des Impôts 137


DIVISION X – AUTRES IMPÔTS PERCUS AU PROFIT DES
COLLECTIVITES LOCALES
Chapitre 1 : CONTRIBUTION AU DEVELOPPEMENT LOCAL

Art. 339 à 342 - Abrogés (LF.2011, article 36).

Chapitre 2 : TAXE SUR LES ARMES A FEU

SECTION 1 - ASSIETTE de l’établissement des rôles au


lieu de sa résidence.
Art.343. - Tout détenteur Cette déclaration doit être faite
d’armes à feu ou à air comprimé, dans un délai de quinze jours
est astreint au paiement d’une soit à partir de l’entrée en pos-
taxe dont les règles d’assiette et session, soit à partir de l’arrivée
le taux sont fixés comme suit. au lieu de la résidence.

Art.344. - La taxe sur les armes Toute arme non déclarée sera
à feu et à air comprimé à laquelle soumise à la double taxe, sans
sont assujettis dans toute préjudice des pénalités prévues
l’étendue du territoire national les par les règlements en vigueur
détenteurs d’armes est annuelle sur la détention des armes à feu
et perçue dans toute l’étendue ou à air comprimé.
du territoire national et perçue
Art.347. - La taxe est due pour
sur rôle suivant les règles appli-
l’année entière sans fractionne-
cables en matière de contribution
ment quelle que soit l’époque de
directe.
l’année à laquelle l’arme est pos-
Art.345. - Sont exemptés de la sédée. Elle est payable en une
taxe annuelle : seule fois et est exigible dès la
1. les armes détenues par les mise en recouvrement des rôles.
commerçants et exclusive- Art.348. - Les rôles sont établis
ment destinées à la vente ; nominativement, toutefois en ce
2. les armes de guerre déte- qui concerne les armes de traite,
nues par l’autorité militaire. ils pourront être établis numéri-
quement par village ou par fa-
Art.346. - Tout détenteur d’une mille dans la même forme que
arme à feu soumise à l’impo- celle prévue pour les rôles de la
sition est astreint, si elle n’a déjà taxe de région.
été recensée, à en faire la déc-
lration au fonctionnaire chargé

Code Général des Impôts 138


Art.349. - En cas de cession mier cas au Gouverneur de Ré-
d’une arme ayant acquitté la taxe gion où il va se fixer et dans le
en République de Guinée, le nou- second cas au Gouverneur de
veau propriétaire ne sera assujetti Région où il avait sa résidence.
à aucun paiement pour le temps
restant à courir sur la période pour Art.352. - Les Préfets, les Sous-
laquelle les droits auront été ac- préfets et les agents des impôts
quittés. dans les localités où ces derniers
Le transfert sera constaté par un sont chargés de l’établissement
simple visa apposé sur le récépis- des rôles, établissent chaque an-
sé de versement par le fonction- née au mois de janvier les rôles
naire chargé de l’établissement primitifs des détenteurs d’armes.
des rôles et la mutation sera opé- Ils dressent en outre à la fin de
rée d’office sur les rôles de l’année chaque trimestre un rôle supplé-
suivante. mentaire sur lequel sont compris
les assujettis omis au rôle primitif,
Art.350. - Lorsqu’une arme est insuffisamment imposés dans ces
mise hors d’usage, le détenteur ne rôles, ou possesseurs d’armes
pourra obtenir sa radiation du rôle nouvellement acquises ou intro-
qu’autant qu’il aura fait remise, duites et n’ayant pas encore été
dans les formes prévues par la soumises à la taxe dans le courant
réglementation en vigueur, du de l’exercice.
permis de port d’arme qui lui avait Les impositions supplémentaires
été délivré pour ladite arme. Cette pourront être établies suivant état
remise n’entraînera dans aucun nominatif tenant lieu de rôles pro-
cas décharge du paiement de la visoires dressés au fur et à me-
taxe pour l’année en cours, si sure des perceptions effectuées.
l’arme était en usage au 1er jan-
vier. Art.353. - Les rôles sont arrêtés,
Si l’arme réparée est remise en rendus exécutoires et mis en re-
usage elle devra obligatoirement couvrement, les poursuites sont
faire l’objet d’une nouvelle déclara- exercées et les réclamations sont
tion sous peine des sanctions dic- présentées, instruites et jugées
tées pour défaut de déclaration. comme en matière de contribu-
tions directes.
Art.351. - Si le détenteur d’une La taxe sur les armes à feu est
arme imposable transfère sa rési- perçue au profit des budgets lo-
dence d’une région à une autre, ou caux.
quitte le territoire national, il devra
en faire déclaration dans le pre-

Code Général des Impôts 139


SECTION II - TARIF DE LA TAXE

Art.354. - Les tarifs de la taxe annuelle perçue pour la détention des


armes à feu et à air comprimé sont fixés ainsi qu’il suit :

Fusils et carabines de chasse rayés d’un calibre supérieur à 6mm et


fusils de chasse à 3 canons ……………………………………...2.000 Fg

Fusils de chasse ordinaire à 2 canons lisses ou à répétition


automatique ……………………………………………………….1.200 Fg

Fusil de chasse ordinaire à un canon lisse …………………….. 750 Fg

Carabines de tir d’un calibre inférieur ou égal à 6mm et arme dite de


jardin ou pouvant servir à la chasse ……………………………..1 000 Fg

Armes dites de salon, carabine et pistolet à air ou à gaz


comprimé ……………………………………………………………..225 Fg

Armes de traite………………………………………………………..300 Fg

Pistolets et revolvers ………………………………………………...750 Fg

Code Général des Impôts 140


TITRE II - FISCALITE INDIRECTE

DIVISION I

TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE

Loi n° L/95/035/CTRN du 30/06/1995 complétée par la loi n°009/95 de


la 28/12/1995 portante loi de finances pour 1996.

Art.355. - Il est institué sur les Sont notamment considérées


activités économiques exercées comme des activités écono-
en République de Guinée, un miques :
régime de taxe sur la valeur
ajoutée (TVA). Ce régime entre 1- Les livraisons de biens : la
en vigueur le 01 avril 1996. La livraison de biens consiste en un
taxe sur la valeur ajoutée se transfert du pouvoir de disposer
substitue aux taxes suivantes : de ce bien même si ce transfert
taxe à la production, taxe sur les s’est opéré en vertu d’une réqui-
affaires, taxe sur le chiffre sition de l’autorité publique.
d’affaire à l’importation. L’échange, l’apport en société, la
(L95/035/CTRN,art.1 et 2) vente à tempérament, sont assi-
milés à des livraisons de biens.
SECTION I – CHAMP
D’APPLICATION 2- Les prestations de services :
toutes les activités qui relèvent
Art.356. - sont soumises à la du louage d’industrie ou du con-
TVA les opérations relevant trat d’entreprise par lequel une
d’une activité économique qui personne s’oblige à exécuter un
constituent une importation, une travail quelconque moyennant
livraison de biens ou une presta- rémunération, sont des presta-
tion de services, effectuées sur tions de services.
le territoire de la république de
Guinée à titre onéreux par un Sont notamment considérées
assujetti. comme des prestations de ser-
Sont réputées activités écono- vices :
miques, les activités industrielles, • les locations de biens
commerciales, non commerciales, meubles et immeubles ;
artisanales, agricoles, extractives • les opérations portant sur
ou forestières.
des biens meubles incorpo-
rels ;

Code Général des Impôts 141


• les opérations de leasing et Art.357. - sont également sou-
de crédit-bail ; mises à la TVA
• le transport de personnes et
de marchandises, le transit 1- les livraisons à soi même de
biens et de services.
et la manutention ;
Sont considérés comme livrai-
• la fourniture d’eau, d’élec- sons à soi-même les prélève-
tricité de gaz, de téléphone ; ments d’un bien ayant donné lieu
• les opérations réalisées à déduction de TVA pour des
dans le cadre d’une activité besoins autres que ceux de
libérale, de travaux d’études, l’entreprise.
de conseil, de recherche et
d’expertise ; Sont considérés comme presta-
• les ventes à consommer sur
tion à soi-même :
place ; • l’utilisation d’un bien ayant
• les réparations et le travail à donné lieu à déduction de
façon ; TVA, pour des besoins
• -les travaux immobiliers autres que ceux de
exécutés par les différents l’entreprise ;
corps de métiers participant
• les prestations de services
à la construction, l’entretien
à titre gratuit effectuées par
et la réparation de bâtiments
un assujetti, pour des be-
et d’ouvrages immobiliers,
soins autre que ceux de
les travaux publics, les tra-
l’entreprise.
vaux de construction métal-
liques, de démolition, les 2- Les importations de biens ou
travaux accessoires ou pré- de marchandises en Guinée,
liminaires aux travaux im- même si l’importateur n’a pas la
mobiliers. qualité d’assujetti à la TVA. Par
importation il faut entendre le
3- Les subventions à caractère franchissement du cordon doua-
commercial qu’elle qu’en soit la nier pour la mise à la consomma-
nature, perçues par les assujettis tion de biens ou de marchan-
à raison de leur activité impo- dises provenant de l’extérieur ou
sable. de mise à la consommation en
(L95/035/CTRN,art.3 ; suite de régime douanier sus-
LF1996,art13) pensif. (LF 1996, art.14)

Code Général des Impôts 142


Art.358. - sont assujetties à la autorisation du Directeur Natio-
Taxe sur la Valeur Ajoutée les nal des Impôts, se placer dans le
personnes physiques ou morales champ d’application de la TVA si
y compris les collectivités pu- leur chiffre d’affaires annuel se
bliques et les organismes de situe entre 150 millions et 500
droit public qui réalisent à titre millions de francs guinéens.
habituel ou occasionnel et d’une
manière indépendante, des opé- L’autorisation de se placer dans
rations imposables entrant dans le champ d’application de la TVA
le champ d’application de la taxe entraine de plein droit l’impo-
et accomplies dans le cadre sition au titre des bénéfices in-
d’une activité économique effec- dustriels et commerciaux ou de
tuée à titre onéreux. Les per- l’impôt sur les sociétés. Les per-
sonnes ci-dessus définies sont sonnes réalisant un chiffre
assujetties à la TVA quelque soit d’affaires inférieur à 150 millions
leur statut juridique et leur situa- de francs guinéens ne peuvent,
tion au regard des autres impôts, en aucun cas, être assujetties à
la forme ou la nature de leurs la TVA. Le chiffre d’affaires à
interventions. prendre en considération est
(LF 1996, art.15) celui réalisé au cours du dernier
exercice clos. (LF 2010, art. 17)
Art.359 - Les personnes visées
à l’article 358 du code général Art.360. - par dérogation à
des impôts réalisant, quelle que l’article précédent, les entre-
soit la nature de leurs opérations, prises nouvelles pourront, sur
un chiffre d’affaires annuel égal leur demande, être assujetties à
ou supérieur à 500 millions de la TVA à compter du premier jour
francs guinéens sont assujetties du mois qui suit celui au cours
à la TVA de plein droit. duquel leur chiffre d’affaire cu-
mulé depuis le 1er janvier de
Sont également assujetties de l’année dépasse 60 millions de
plein droit à la TVA, les entre- FG.
prises nouvellement créées dont Pour être assujetties dès leur
le montant total des investisse- première année d’activité à la
ments est égal ou supérieur à TVA les entreprises devront
500 millions de francs guinéens. remplir les conditions suivantes :
1. être à jour de toutes leurs
Lorsque leur chiffre d’affaires ne obligations fiscales ;
dépasse pas les limites visées 2. présenter des documents
au premier paragraphe du pré-
comptables justifiant de
sent article, elles peuvent, sur

Code Général des Impôts 143


leur chiffre d’affaire réali- Un arrêté du Ministre de
sé depuis le début de leur l’économie et des finances préci-
activité. sera les modalités d’application
de cette disposition. (LF.2007,
Ces entreprises pourront effec- art.20)
tuer la déduction de la TVA ayant
grevé leurs immobilisations ac- Art.362. - sont exonérés de taxe
quises, importées ou réalisées sur la valeur ajoutée :
depuis le début de leur activité. a) Les ventes de timbres au pro-
(LF/R 1997, art.9) fit du budget de l’Etat ainsi que
Art.361. - les activités ci-après les importations de ces biens ;
exercées par des personnes b) Les opérations suivantes dès
physiques ou morales, quelle lors qu’elles sont soumises à des
que soit leur situation au regard taxations spécifiques exclusives
des autres impôts et le niveau de de toute taxation sur le chiffre
leur chiffre d’affaire, entrent dans d’affaire: les intérêts agios et
le champ d’application de la autres produits perçus par les
TVA : banques et les établissements
1. transit et transport de de crédit ;
produits pétroliers, Les opérations ayant pour objet
la transmission des biens immo-
2. hôtellerie, pensions d’au
biliers et des biens meubles cor-
moins 10 chambres, porels passibles des droits
3. imprimerie « moderne », d’enregistrement à l’exclusion
4. Menuiserie « moderne », des opérations de même nature
5. constructions immobilières effectuées par les marchands de
et de travaux publics, biens ou celles de crédit-bail
6. Supermarché, c) les opérations relatives aux
locations de terrains non aména-
7. commerçants importateurs
gés et de locaux nus;
de boissons alcoolisées et
d) les ventes, importations, im-
de cigarettes, pressions et compositions de
8. Blanchisserie « moderne » publications périodiques impri-
mées quelle que soient leurs
(LF/R 1999, art.12) dénominations (journal ou revue)
Art.361 bis. - les acquisitions de principalement composées de
biens et services destinés à textes relatives aux nouvelles et
l’exploitation des entreprises aux informations d’intérêt général
titulaires de titres miniers et de à l’exclusion des recettes de pu-
permis de recherches sont assu- blicité.
jetties à la TVA.

Code Général des Impôts 144


e) les services ou opérations à tions de transit, d’embarque-ment
caractère social, éducatif, sportif, et de transbordement sur mar-
culturel, philanthropiques ou reli- chandises destinées à l’expor-
gieux rendu par les organismes tation.( LF 2014, Art39)
sans but lucratif dont la gestion
est bénévole et désintéressée. Art.363. - sont soumises à la
Toutefois, les opérations réali- taxe sur la valeur ajoutée toutes
sées par ces organismes sont les affaires réalisées en Répu-
taxables lorsqu’elles se situent blique de Guinée non comprises
dans un secteur concurrentiel. dans la liste des exonérations,
alors même que le domicile ou la
f) les biens ci-après : résidence de la personne phy-
- riz, sique ou le siège social de la
- blé, société assujettie seraient situés
- farine et les additifs entrant en dehors des limites territoriales
dans sa production ; de la Guinée.
- Pain ;
- Huiles alimentaires ; Une affaire est réputée faite en
- Huile de palmiste ; Guinée, s’il s’agit d’une vente,
- Poisson (LF 2012, art.18). lorsque celle-ci est réalisée aux
conditions de livraison de la mar-
g) Les biens ci-après dans des chandise en Guinée, et s’il s’agit
conditions qui seront fixées par d’autres opérations, lorsque la
arrêté ministériel : prestation est effectuée ou ren-
- produits pharmaceutiques due en Guinée, que le presta-
- engrais et produits phytosani- taire y dispose ou non d’un éta-
taires, blissement stable ou d’une base
- livres et fournitures scolaires. fixe.

h) Les ventes de biens usagés Sont également soumises à la


faites par les personnes qui les TVA les prestations de services
ont utilisées pour les besoins de et opérations assimilées rendues
leur exploitation. par des personnes établies hors
(LF 1996, art.17; LF 1997, de Guinée, sur ordre et pour
art.22). compte d’un établissement ou
d’une succursale implantée en
i) les opérations d’amarrage, de Guinée, lorsque leur coût consti-
remorquage, de pilotage por- tue pour cet établissement ou
tuaire des navires pour l’embar- cette succursale une charge
quement des marchandises à d’exploitation, à l’exception des
l’exportation ainsi que les opéra- prestations qui concourent direc-

Code Général des Impôts 145


tement et exclusivement à la réali- leur ajoutée et, le cas échéant,
sation d’importations ou d’opéra- les pénalités y afférentes doivent
tions assimilées. être payées par la personne
cliente pour le compte de la per-
Par exception, en ce qui con- sonne n’ayant pas en Guinée un
cerne les transports internatio- établissement stable ou une ins-
naux, les opérations sont répu- tallation professionnelle perma-
tées faites dans l’Etat du lieu du nente. (LF 1996, art.19).
domicile ou de la résidence habi-
tuelle s’il s’agit d’un transporteur SECTION 2 - FAIT GENERA-
individuel ou du lieu du siège s’il TEUR ET EXIGIBILITE
s’agit d’une société, alors même
que le principal de l’opération Art.365. - le fait générateur se
s’effectuerait hors de cet Etat. produit à :
1. la livraison pour les ventes
Le terme Guinée désigne le terri-
2. Au franchissement du cor-
toire national, l’espace aérien,
les eaux territoriales et les autres don douanier pour les im-
zones maritimes sur lesquelles portations
en conformité avec le droit inter-
national, la République de Gui- 3. La livraison des biens et
née a des droits souverains aux marchandises en ce qui
fins de l’exploitation et de concerne les échanges de
l’exploration des ressources na- biens et les travaux à fa-
turelles des fonds marins, de çon :
leurs sous-sol et des eaux sous 4. L’exécution des services et
jacentes et adjacentes. travaux en ce qui concerne
(LF 1996, art.18). les prestations de services
et les travaux immobiliers
Art.364. - le redevable non rési- 5. L’encaissement du prix en
dent est tenu de désigner à ce qui concerne les autres
l’Administration fiscale un repré- affaires.
sentant solvable accrédité rési-
dent sur le territoire Guinéen qui Par exception à ce qui précède
est solidairement responsable le fait générateur est constitué
avec lui du paiement de l’impôt. par la première utilisation, ou
Ce représentant doit être unique première mise en service, dans
et lui même assujetti à la taxe le cas des livraisons ou des pres-
sur la valeur ajoutée. tations à soi – même. (LF 1996,
art.20)
En cas de non désignation d’un
représentant, la taxe sur la va-

Code Général des Impôts 146


Article366. - La taxe sur la va- l’opération y compris les sub-
leur ajoutée est exigible : ventions ainsi que tous les frais,
1. Pour les importations lors taxes et prélèvements de toute
de la mise à la consomma- nature y afférents à l’exclusion
tion de la taxe sur la valeur ajoutée
2. Pour les ventes, les livrai- elle même.
sons, y compris les livrai-
sons à soi-même lors de la La base d’imposition est notam-
réalisation du fait généra- ment constituée par :
teur ; 1. Le montant des marchés
3. Pour les prestations de mémoires ou factures pour
services et les affaires réa- les travaux immobiliers exé-
lisées avec l’Etat ou les cutés ;
collectivités locales, au 2. La valeur des produits reçus
moment de l’encaissement en paiement du bien livré,
du prix ou des acomptes ; augmentée éventuellement
4. En cas d’escompte d’un ef- du montant de la soulte en-
fet de commerce la taxe caissée pour les échanges.
sur la valeur ajoutée est 3. En ce qui concerne les pres-
exigible à la date de tations de services, toutes
l’échéance de l’effet. les sommes et tous les
avantages reçus et, le cas
Les prestataires de services et échéant, la valeur des biens
les entrepreneurs de travaux incorporés dans l’exécution
immobiliers peuvent être autori- du service.
sés à acquitter la TVA d’après 4. Le prix de revient des biens
les débits. Cette autorisation ne ou des services, pour les li-
vise pas les affaires réalisées vraisons ou prestations à soi
avec l’État ou les collectivités – même :
locales. 5. La différence entre le prix de
En cas de perception d’acompte vente et le prix d’achat en ce
avant la note de débit, la taxe qui concerne le commerce
reste exigible lors de l’encaisse- des biens d’occasion. (LF
ment. (LF 1996, art.21) 1996, art.22)
SECTION 3 - BASES Art.368. - La base d’imposition
D’IMPOSITION ET TAUX sur les fournitures d’eau et
d’électricité est déterminée après
Art.367. - La base d’imposition application d’un abattement pra-
est constituée par toutes les tiqué sur chaque facture men-
sommes, valeur, bien ou ser- suelle. Cet abattement est de
vices perçus en contrepartie de

Code Général des Impôts 147


20 000 FG pour l’eau et 50 000 l’essence, le gazole et le
FG pour l’électricité. (LF 1996, pétrole (LF 2013, art. 13).
art.23)
Art.371. - Sont également ex-
Art.369.- Pour les importations clues de la base d’imposition les
faites en Guinée la base impo- sommes perçues à titre de con-
sable a la taxe sur la valeur ajou- signation lors de la livraison
tée au cordon douanier est cons- d’emballages identifiables, récu-
tituée par la valeur en douane pérables et réutilisables. Lorsque
augmentée des droits et taxes de ces emballages n’ont pas été
toute nature liquidés par l’admi- rendus au terme des délais en
nistration des Douanes à l’exce- usages dans la profession. La
ption de la taxe sur la valeur taxe sur la valeur ajoutée est due
ajoutée. (LF 1996, art.24) sur le prix de cession. (LF 1996,
art.26)
Art.370.- Sont exclus de la base
d’imposition : Art.372. - En ce qui concerne
- Les escomptes de caisse, les marché de l’Etat financés par
remises, rabais, ristournes et les budgets publics, les prêts ou
autres réductions de prix aides extérieures, la base de la
consentis à condition qu’ils taxe sur la valeur ajoutée est
bénéficient effectivement et constituée par le montant des
pour leur montant exact au marchés toutes taxes compris à
client ; l’exclusion de la taxe sur la va-
- Les débours qui ne sont que leur ajoutée.
des remboursements de Les disposition du paragraphe ci-
frais et qui sont facturés dessus s’appliquent également
pour leur montant exact au aux marchés concernant les éta-
client si les conditions sui- blissements publics à caractère
vantes sont remplies par industriel, commercial, scienti-
l’intermédiaire : fique, technique et administratif,
• Agir en vertu d’un mandat les collections et organismes de
préalable et explicite ; droit publics jouissant ou non de
• Rendre compte exactement
la personnalité juridique et de
a son commettant les dé-
penses effectives ; l’autonomie financière.
• Justifier auprès du Service Un arrêté du Ministre chargé des
des impôts du montant finances fixe les procédures
exact des débours. d’assujettissement et les modali-
• La marge de détail prévue tés particulières de perception de
dans la structure des pro- la taxe sur la valeur ajoutée pour
duits pétroliers sur ces marchés. (LF 1996, art.27)

Code Général des Impôts 148


Art.373. - Les taux de la taxe 2– Exclusion du droit à
sur la valeur ajoutée sont les déduction
suivant :
Taux général : 18% applicable à Art.376. - Est exclue du droit
toutes les opérations taxables à déduction la taxe avant grevé :
l’exclusion des exportations et 1. Les dépenses de logement,
des transports internationaux : hébergement, restauration,
Taux zéro : 0% applicable aux réception, spectacle, loca-
exportations et aux transports tions de véhicules et trans-
internationaux. Ces taux port de personnes.
s’appliquent à la base calculée Cette exclusion ne concerne
hors taxe sur la valeur ajoutée. pas les dépenses suppor-
(LF 1996, art.28) tées au titre de leur activité
imposable par les profes-
SECTION 4 - DÉDUCTIONS sionnels de l’hôtellerie de la
1- Droit à déduction restauration et du spectacle.
2. Les importations de biens et
Art.374. - La taxe sur la valeur marchandises réexpédiés en
ajoutée ayant grevé en amont les l’état ;
éléments du prix d’une opération 3. Les biens cédés sans rému-
imposable est déductible de la nération, ou moyennant une
taxe sur la valeur ajoutée appli- rémunération très inférieure
cable à cette opération. Cette à leur prix normal ;
TVA n’est déductible que si les 4. Les services se rattachant à
biens et services sont néces- des biens exclus du droit à
saires à l’exploitation. Le droit à déduction ;
déduction prend naissance lors- 5. les produits pétroliers à
que la taxe devient exigible chez l’exception :
l’assujetti. (LF 1996, art.29) • de ceux utilisés par des
Art.375. - La taxe sur la valeur appareils fixes comme
ajoutée dont les entreprises peu- combustibles ou agents de
vent opérer la déduction, est fabrication dans les entre-
celle qui figure sur : prises industrielles. Dans
1. Les factures délivrées par les ce cas, la taxe est déduc-
fournisseurs légalement auto- tible à concurrence de 50%
risés à la mentionner ;
de son montant.
2. Les documents d’importation ;
3. Les déclarations souscrites Ce pourcentage sera porté
par le redevable en cas de li- à 60% au 1er janvier 1997,
vraison à soi–même. 70% au 1er janvier 1998, à
(LF 1996, art.30) 80% au 1er janvier 1999, à

Code Général des Impôts 149


90% au 1er janvier 2000 et hicules ou de transport pu-
à 100% au 1er janvier 2001 blic de personnes.
(LF 1996, art.31) ; (LF 1996, art.32)
6. de la TVA acquittée au cor- 3- Limitation du droit
don douanier ayant grevé déduction
les produits pétroliers impor-
Art.378. - Les entreprises qui ne
tés par les distributeurs
sont pas assujetties à la taxe sur
agrées et destinés à la re- la valeur ajoutée pour l’ensemble
vente (LF/R96, art.14) ; de leurs activités, ne sont autori-
sées à déduire qu’une fraction de
7. les dépenses téléphoniques la taxe ayant grevé les biens et
et d’internet, à l’exception services bénéficiant du droit à
des entreprises et sociétés déduction.
dont l’objet est directement
lié aux prestations télépho- Cette fraction est déterminée par
niques et d’internet (LFR le rapport existant entre le total
2012, art.6). des opérations soumises à la
TVA, qu’elles soient effective-
Art.377. - N’ouvrent également ment taxées ou exportées et la
pas droit à déduction la taxe totalité du chiffre d’affaires réali-
ayant grevé les véhicules ou sé par l’entreprise. Ces éléments
engins, quelle que soit leur na- sont déterminés hors taxes sur la
ture, conçus ou aménagés pour valeur ajoutée. (LF 1996, art.33)
le transport des personnes ou
pour des usages mixtes, consti- Art.379. - La déduction est de :
tuant une immobilisation. Il en - 100% si le rapport est à 0,9 :
est de même des pièces déta- - 80% Si le rapport est supérieur
chées, et accessoires de ces à 0,7 et inférieur ou égal à 0,9 :
véhicules et engins. - 60% Si le rapport est supérieur
à 0,5 et inférieur ou égal à 0,7 :
Toutefois l’exclusion ci-dessus
- 40% Si le rapport est supérieur
mentionnée ne concerne pas :
à 0,3 et inférieur ou égal à 0,5 :
1. les véhicules routiers com- - 0% Si le rapport est inférieur à
portant outre le siège du 0,3.
conducteur, plus de huit (LF 1996, art.34)
places assises et utilisés
par les entreprises pour le Art.380. - Pour la détermination
transport exclusif de leur des recettes afférentes aux opé-
personnel : rations soumises à la taxe sur la
2. les immobilisations des en- valeur ajoutée, sont exclues :
treprises de location de vé-

Code Général des Impôts 150


1. les livraisons à soi-même et vendeur au bénéficiaire d’une
les subventions d’équipe- attestation mentionnant le mon-
ment non taxables : tant de la taxe déductible.
2. les indemnités ne consti- Le reversement de la taxe sur la
tuant pas la contrepartie valeur ajoutée est intégralement
d’une opération soumise à la exigé en ce qui concerne les
taxe de la valeur ajoutée : services et biens ne constituant
3. les remboursements de dé- pas des immobilisations lorsque
bours. (LF 1996, art.35) ceux ci sont utilisés pour les opé-
rations non soumises à la taxe
4- Régularisations de la valeur ajoutée.
(LF 1996, art.36)
Art.381. - Lorsqu’un bien ayant
fait l’objet d’une déduction au SECTION V - OBLIGATIONS
titre des immobilisations ne fait
plus partie des immobilisations Art.382. - Les redevables doi-
de l’entreprise, ou en absence de vent tenir une comptabilité régu-
sortie d’actif en cas de modifica- lière comportant :
tion de ce regard du droit à dé- 1. Un livre journal coté et
duction, en cas de changement paraphé :
de réglementation, soit en raison 2. Un journal des ventes :
d’un changement d’utilisation 3. Un journal des achats :
avant la fin de la troisième année 4. Un livre d’inventaire.
qui suit celle de l’acquisition,
l’assujetti est redevable d’une La comptabilité doit être dispo-
fraction de la taxe antérieure- nible en République de Guinée.
ment déduite. Cette fraction est (LF 1996, art.37)
égale au montant de la déduction
diminué d’un cinquième par ou Art.383. - Tout redevable de la
fraction d’année écoulée depuis taxe sur la valeur ajoutée est
l’acquisition. tenu de délivrer une facture pour
les opérations imposables effec-
En cas de cession, si le bien tuées avec d’autres assujettis.
constitue une immobilisation Cette facture, doit obligatoire-
pour l’acquéreur, ce dernier peut ment faire apparaître :
opérer la déduction de la taxe
sur la valeur ajoutée correspon- 1. Son nom et adresse exacts
dant au montant reversé par le avec mention de son numé-
vendeur au titre de la régularisa- ro d’identification fiscale ;
tion. Cette déduction est subor-
donnée à la délivrance par le

Code Général des Impôts 151


2. Le nom, l’adresse et le nu- ajoutée sur une facture ou sur un
méro d’identification fiscale tout autre document en tenant
du client ; lieu, est redevable de la taxe du
3. Le montant des opérations seul fait de sa facturation.
hors taxes ; Lorsque la facture ou le docu-
4. Le montant de la TVA et le ment ne correspond pas à la
taux appliqué ; livraison d’une marchandise ou à
5. Le montant toutes taxes l’exécution d’une prestation de
comprises. service, ou fait état d’un prix non
(LF 2013, art.12) acquitté effectivement par
l’acheteur, la taxe est due par la
Art.383.bis : compter du 1er jan- personne qui l’a facturée.
(LF 1996, art.39)
vier 2015, toutes les entreprises
assujetties ou non à la TVA sur Art.385. - toute personne assu-
toute l'étendue du territoire na- jettie à la taxe sur la valeur ajou-
tée doit fournir aux agents de la
tional ont l'obligation d'afficher Direction nationale des Impôts,
visiblement et lisiblement leur tant au principal établissement
enseigne et leur numéro d'iden- que dans les succursales ou
agences, toutes justifications
tification fiscale sur l'entrée prin-
concernant les opérations impo-
cipale de leur siège social. (LFI sables. (LF 1996, art.40)
2015)
Art.383.ter : Obligation est faite
Art.386: La TVA est reversée
à toute entreprise assujettie ou spontanément chaque mois et
non à la TVA de faire apparaitre les redevables sont tenus de
clairement sur tout document souscrire une déclaration men-
tant le Numéro d'immatriculation suelle unique accompagnée du
moyen de paiement et du ta-
fiscal que tout élément d'infor-
bleau récapitulatif de déduction
mation permettant de la localiser de la TVA. En outre, pour les
(Numéro de téléphone, siège sociétés de téléphonie et les
social, Numéro de compte ban- fournisseurs d'accès à internet,
caire…). (LFI 2015) intranet, GSM, etc. l'obligation
leur est faite de produire en an-
Art.384. - toute personne qui nexe de la DMU les éléments,
mentionne la taxe sur la valeur constitutifs du chiffre d'affaires
taxable et non taxable à la TVA.

Code Général des Impôts 152


La déclaration afférente à un remboursement de leur crédit de
mois doit être déposée au plus TVA dans la limite de la taxe qui
tard le quinze du mois suivant. a grevé les biens constituant des
(LF 1996, art.41, complété par la immobilisations et ouvrant droit à
LF 2012, art. 16). déduction acquis ou importés au
cours du trimestre civil.
4- Remboursement
de crédit de TVA La TVA déductible sur ces biens
acquis au cours du trimestre doit
Art.387. - Lorsque le montant de être égale ou supérieure à 100
la taxe déductible au titre d’un millions de FG.
mois est supérieur à celui de la Le remboursement est effectué
taxe exigible, l’excédent consti- selon la procédure prévue à
tue un crédit d’impôt imputable l’article 387 sus mentionné et à
sur la taxe exigible du mois sui- l’article 16 du décret n°95/354/
vant. Le crédit d’impôt ne peut PRG/SGG du 28/12/95 et décrite
pas faire l’objet d’un rembourse- à l’article 8 de l’arrêté n°A/96/
ment au profit de l’assujetti. 3330/MF/SGG du 18/06/96 por-
tant application de la TVA (cf
Par exception, les assujettis réa- annexes 1 et 2) et complétée par
lisant des opérations d’expor- l’instruction ministérielle con-
tations peuvent demander le jointe N°1976/MEF/MBB/CAB/14
remboursement de leur crédit de du 1er Janvier 2014.
taxe dans la limite du montant de Le remboursement est remis en
la TVA calculée fictivement par cause et fait l’objet d’un rever-
l’application du taux en vigueur sement s’il apparaît que l’entre-
au montant des exportations prise n’a pas exercé d’activité
réalisées aux cours du mois. Ce taxable pendant les 9 mois qui
remboursement n’est possible ont suivi la demande de rem-
qu’après trois mois de crédit boursement et si, au cours de la
successifs. (LF 1996, art.42) même période elle n’est pas à
Toutefois, les entreprises expor- jour dans toutes ses obligations
tatrices qui revendent sur le terri- fiscales. Ce reversement est
toire Guinéen une partie de leur assorti des pénalités pour paie-
production ou de leurs marchan- ment tardif. Le remboursement
dises ne bénéficient pas de est, dans ce cas, subordonné à
l’avantage de cette disposition. la présentation d’une caution qui
(LF 2001, art.21). s’engage solidairement avec
l’entreprise, à reverser les som-
Art.388. - les entreprises assu-
mes indûment restituées. (LF/R
jetties à la taxe sur la valeur
97, art.12)
ajoutée peuvent demander le

Code Général des Impôts 153


Art.388 bis. - la TVA acquittée 5 - Sanctions
par les entreprises titulaires d’un
permis de recherche ou de titre Art.389. - Le paiement tardif de
minier ouvre droit à déduction la TVA donne lieu au versement
suivant le régime de droit com- d’un intérêt de retard qui est dû
mun. indépendamment de toute sanc-
Ces entreprises sont considé- tion.
rées comme assujetties à la TVA Le taux de l’intérêt de retard est
et, bénéficient du rembourse- fixé à 2% par mois. Il s’applique
ment intégral de leur crédit de sur le montant des sommes
taxe si leur activité est entière- mises à la charge du contri-
ment consacrée à la recherche buable ou dont le montant a été
ou exploitation minière. différé. (LF/R 1996, art.16).
L’intérêt de retard est calculé à
Toutefois, n’ouvre pas droit à compter du 1er jour du mois sui-
remboursement la taxe qui grève vant celui au cours de quel
les biens et services ci-dessous : l’impôt devait être acquitté jus-
1. Les consommations domes- qu’au dernier jour du mois de
tiques d’eau, d’électricité et paiement.
de gaz ;
2. Les importations ou achats Art.390. - le défaut du dépôt
locaux de denrées alimen- dans les délais légaux de la dé-
taires et autres produits et claration mensuelle visée à
biens non destinés à la re- l’article 386 donne lieu l’appl-
cherche ou à l’exploitation ication de l’intérêt de retard visé
minière ; à l’article 389 ci-dessus ainsi que
3. Les consommations télé- d’une majoration de 10% du
phoniques à usage profes- montant des droits mis à la
sionnel ou privatif. charge du contribuable ou résul-
La demande de remboursement tant de la déclaration, avec un
doit être déposée dans les minimum de 100.000 francs Gui-
quinze jours du mois suivant la néens.
constatation du crédit et les rem- La majoration est portée à 50%
boursements dus seront effec- lorsque le document n’a pas été
tués dans un délais de soixante déposé dans les 10 jours sui-
jours suivant la réception de la vants la réception d’une mise en
demande. (LF.2007, art.24) demeure. (LF/R 1996 art.17).

Code Général des Impôts 154


Art.391. - Lorsque la déclaration ainsi qu’à l’application d’une
visée à l’article 386 ci-dessus fait amende égale à 200% de ce
apparaître des éléments insuffi- montant avec un minimum d’un
sants, incomplets ou inexacts, le million de francs guinéens, sans
montant des droits mis à la préjudice de l’application des
charge du contribuable est as- sanctions prévues aux articles
sorti de l’intérêt de retard visé à 399, 400 et 403 du présent code
l’article 389 en cas de bonne foi. (LF/R 96, art.18 ; LFR 2011,
Si l’absence de bonne foi est art.7)
constatée, une majoration de
50% est appliquée en sus de Art.395.- Les omissions ou
l’intérêt de retard. En cas de ma- inexactitudes relevées dans la
nœuvre frauduleuse ou déclaration mensuelle visée à
d’opposition à contrôle fiscal la l’article 386 donnent lieu à
majoration est portée à 100% l’application d’une amende de 50
(LF 1996, art.45, modifié et com- 000 FG pour chaque déclaration
plété par la LF 2012, art.16). comportant des omissions ou
inexactitudes.
Art.392. - le défaut de dépôt L’amende n’est pas encourue si
d’une déclaration mensuelle les infractions révélées entraî-
unique (DMU) dans les délais nent l’application d’une autre
légaux a pour effet de faire sanction d’un montant plus éle-
perdre à l’entreprise concernée vée. (LF 1996, art.46)
la possibilité de reporter le crédit
de TVA sur les déclarations sui- Art.396. - Tout défaut de décla-
vantes. (LF/R 97, art.14) ration de taxe sur la valeur ajou-
tée donnera lieu à l’évaluation
Art.393. - en cas de réduction d’office prévue à l’article 401 du
de crédit de TVA suite à un re- présent code. (LF 1996, art.47)
dressement effectué par le ser-
vice des impôts, une amende Art.397. - Les infractions aux
égale à 10% du crédit indûment règlements qui fixent l’assiette et
déclaré sera appliquée. (LF/R la perception de la taxe sur la
97, art.13) valeur ajoutée peuvent donner
lieu à des poursuites judiciaires.
Art.394. - La mention, sur une Les informations sont constatées
facture, de la TVA, par une en- par procès verbal ou notification
treprise qui n’est pas titulaire du de redressement.
numéro d’identification fiscale (LF 1996, art.48)
avec clé TVA donne lieu à la
perception de la taxe facturée

Code Général des Impôts 155


Art.398. - tout redevable qui ne bles ou aurait eu intérêt à la
répond pas dans le délai de 15 fraude. (LF 1996, art.51)
jours à une notification de re-
dressement ou à un procès- Art.401. - A défaut d’une comp-
verbal suite à un contrôle fiscal tabilité régulière, les agents de
est réputé avoir accepté les l’administration fiscale évalueront
redressements de droit, les d’office, à l’aide de tous les élé-
amendes et les pénalités qui y ments et renseignements dont ils
sont portés. (LF 1996, art.49) pourront disposer, le montant de
la créance de l’état à l’encontre
Art.399. - indépendamment des du redevable. (LF 1996, art.52)
sanctions ci-dessus, les contre-
venants peuvent être frappés Art.402. - Lorsqu’un redevable
d’incapacité par les tribunaux ne présente pas ses documents
pendant un an au moins à pren- comptables ou refuse de se
dre part à l’élection de la chambre soumettre au contrôle fiscal à la
de commerce, d’industrie et TVA, il lui est remis une mise en
d’agriculture ou d’être eux-mêmes demeure l’invitant à se conformer
élus. à ses obligations légales dans un
En cas d’infractions répétées à délai de 15 jours à compter de la
un même objet, une peine date de réception de la mise en
d’emprisonnement de 6 mois à demeure.
un an pourra être prononcée. A défaut de présentation des
En outre, les tribunaux pourront documents comptables dans le
décider qu’il sera interdit aux délai précité, le redevable est
contrevenants d’exercer leur sanctionné par une amende d’un
commerce ou leur profession sur million de francs Guinéens. Il est
le territoire Guinéen pendant un alors taxé d’office et astreint au
an au moins et 5 ans au plus. paiement d’une pénalité de
L’inobservation de cette interdic- 100% des droits compromis. (LF
tion entraînera l’application d’une 1996, art.53)
amende de 1.000.000 à 5.000.000
FG et un emprisonnement d’un an Art.402.bis : Lorsqu'une entre-
à 2 ans. (LF 1996, art.50)
prise ne respecte pas les dispo-
Art.400. - Sont punis des sitions prévues à l'article 383 ,
mêmes peines que les auteurs 383 bis, 383 ter, il lui sera infli-
directs de la fraude, les coau- gée une amende de :
teurs, les complices et toute per- - Pour les Grandes Entre-
sonne qui aura aidé à réduire ou prises: 10 millions de
dissimuler les opérations taxa- francs guinéens;

Code Général des Impôts 156


- Pour les Moyennes Entre- Dans le cas de défaut de verse-
prises: 5 millions de francs ment la prescription court de
guinéens; l’expiration du délai imparti au
- Pour les Petites Entreprises: redevable pour effectuer le
1.000.000 de francs gui- paiement des droits.
néens.
Dans le cas de minoration de la
Art.403. - La Direction Nationale Taxe due la prescription part du
des Impôts peut sur décision du jour où l’administration a eu con-
Directeur National prononcer la naissance de la créance en
fermeture administrative des constatant la fraude par procès-
locaux professionnels pour une verbal ou une notification de re-
durée n’excédant pas deux se- dressement. (LF 1996, art.56)
maines, de personne qui ne
s’acquitte pas de ses obligations Art.406. - L’action en restitution
dans les délais légaux. des droits indûment versés se
Pendant cette période de ferme- prescrit par trois ans à compter
ture administrative, la Direction du paiement des droits. (LF
Nationale des Impôts est autori- 1996, art.57)
sée à apposer à la devanture du Art.407. - Pour les assujettis
local fermé un avis mentionnant : dont l’existence n’a pas été por-
« FERME POUR CAUSE DE tée à la connaissance de
NON PAIEMENT D’IMPOTS » l’Administration, la prescription
(LF 1996, art.54) ne joue contre l’administration
fiscale qu’à compter du jour où
Art.404. - les ventes sans fac- elle a constaté son existence.
tures pour un redevable de la (LF 1996, art.58)
TVA sont passibles d’une
amende fiscale égale au double Art.408.- La prescription est
des droits compromis. En cas de interrompue par les demandes
récidive, l’amende encourue sera de renseignements ou de justifi-
égale au quadruple des droits. cations, par le versement d’un
(LF 1996, art.55) acompte par le dépôt d’une de-
mande en réduction de pénalités
6 - Prescription par les notifications de redres-
sement par des procès-verbaux
Art.405. - la prescription est et par tout acte comportant re-
acquise au redevable de la taxe connaissance des assujettis. (LF
au 31 décembre de la troisième 1996, art.59)
année qui suit la date à la quelle
cette taxe était exigible.

Code Général des Impôts 157


Art.409.- La notification d’un • la saisie ;
titre de perception met fin au • la citation en justice que
délai de prescription et ouvre le cette dernière soit engagée
délai de l’action en recouvrement par l’administration ou par
du receveur des impôts. l’assujetti. (LF 1996, art.60)
Cette notification interrompt la
prescription courant contre Art.410. - Les infractions en
l’administration et y substitue la matière de TVA concernant les
prescription de droit commun. biens importés sont constatées
Ce nouveau délai est interrompu poursuivies et réprimées selon la
par tous les actes interruptifs de réglementation des Douanes.
droit commun, notamment : (LF 1996, art.61)
• le paiement ;
• le commandement ;

DIVISION II
TAXE SUR LES ACTIVITES FINANCIERES
dit-bail sont soumises à la TVA et
Art.411. - sont soumises à la ne sont pas passibles de la Taxe
taxe sur les activités financières sur les Activités Financières.
les opérations qui se rattachent Sont notamment considérés com-
aux activités bancaires, finan- me telles :
cières et d’une manière géné- 1. les locations de coffres-forts ;
rale, au commerce des valeurs et 2. les consultations juridiques ou
de l’argent. (LF1996, art.82).
financières ;
Art.412. - Sont assujettis à la 3. les frais de tenues de compte.
Taxe sur les activités financières (LF1996, art.84).
les établissements de crédit tels
Art.414. - Le fait générateur et
l’exigibilité de la taxe sont consti-
que définis par la loi L94/017/
tués par le prélèvement des inté-
CTRN du 01 juin 1994 relative à
rêts, commissions ou autres ré-
l’activité et au contrôle des éta-
munérations. (LF1996, art.85).
blissements de crédit. (LF1996,
art.83). Art.415. - La taxe sur les activi-
tés financières est assise sur le
Art.413. - Les opérations qui ne
montant brut des rémunérations
se rattachent pas spécifiquement
réalisées à l’occasion des opéra-
au commerce de l’argent ou des
tions imposables : la taxe elle-
valeurs et les opérations de cré-

Code Général des Impôts 158


même est exclue de la base Taxe sur la Valeur Ajoutée.
d’imposition. (LF1996, art.88).
En ce qui concerne les opéra-
tions de change et sur valeurs Art.418 - Les taux de la Taxe sur
les Activités Financières sont fixés
mobilières, l’assiette de la taxe
à:
sur les activités financières sera
• 5% pour les opérations de
déterminée par un arrêté du mi-
nistre des finances. (LF1996, crédit d’une durée supé-
art.86). rieure à un an ;
• 13% pour les autres opéra-
Art.416 - Sont exonérés de la tions. (LF1996, art.89).
Taxe sur les Activités financières :
1. les opérations réalisées par la Art.419. - La taxe est liquidée sur
Banque Centrale de la Répu- les imprimés fournis par l’Admini-
blique de Guinée dans le stration fiscale et reversée sponta-
nément par le redevable à la Re-
cadre de la mission générale
cettes des Impôts.
qu’elle a reçue de l’Etat ; La taxe est recouvrée suivant les
2. les intérêts et commissions mêmes règles, les mêmes garan-
relatifs aux opérations réali- ties et sous les mêmes sanctions
sées sur le marché monétaire que la Taxe sur la Valeur Ajoutée.
interbancaire ; (LF1996, art.90).
3. les intérêts sur les comptes à Art.420. - Le contrôle et le con-
terme. (LF1996, art.87). tentieux sont régis par les mêmes
dispositions qu’en matière de Taxe
Art.417 - Les redevables de la sur la Valeur Ajoutée. (LF1996,
Taxe sur les activités financières art.91).
sont immatriculés dans les mêmes
conditions que les assujettis à la

DIVISION III
TAXE SUR LES ASSURANCES
SECTION 1 - CHAMP
Art.421. - La taxe sur les assu- D’APPLICATION
rances se substitue à la Taxe
unique régie par les articles 656 Art.422. - Sont assujettis à la
et suivants du Code de taxe sur les assurances et dis-
l’Enregistrement qui sont abro- pensés du droit de timbre ou de
gés. (LF1996, art.93). la formalité de l’enregistrement :

Code Général des Impôts 159


1. les conventions d’assurances SECTION 3 - BASE
et de rentes viagères con- D’IMPOSITION ET LIQUIDA-
clues avec une société ou TION
compagnie d’assurances ou
avec tout autre assureur gui- Art.424. - La taxe est assise sur
le montant des sommes stipu-
néen ou étranger, quel que
lées au profit de l’assureur et de
tous accessoires dont celui-ci
2. soit le lieu ou la date auxquels bénéficie directement ou indirec-
elles sont conclues ; tement du fait de l’assuré déduc-
3. les contrats d’assurances pro- tion faite des annulations et rem-
prement dits : note de couver- boursements constatés au cours
ture et polices. (LF1996,art.94). de la même période.
La base d’imposition comprend
SECTION 2 - EXONERATIONS également tous les frais acces-
soires de la prime (frais de re-
Art.423. - Sont exonérés de la couvrement, d’estimation, de
taxe : gestion, d’honoraires, de révi-
sion, remises aux agents ou
1. Les contrats d’assurance courtiers, intérêt des primes ar-
sur la vie ou de rente via- riérées ou moratoriées).
gère souscrits per des per- Elle comprend aussi toutes les
sonnes n’ayant pas en Gui- autres sommes revenant à
l’assureur en vertu du contrat
née leur domicile fiscal à la
d’assurances et notamment :
date de la conclusion du
contrat ; - les indemnités de résiliation
2. les autres contrats, dans la - les intérêts afférents aux
mesure ou le risque se actes d’avances sur police
trouve situé hors Guinée ou d’assurance vie.
ne se rapporte pas à un éta- (LF1996, art.96).
blissement industriel, com-
mercial ou agricole situé en SECTION 4 - TAUX
Guinée ; Art.425.- Les taux sont fixés
3. les assurances de crédit à comme suit :
l’exportation ; Navigation maritime, fluviale ou
4. les opérations de réassu- aérienne :
rance. • 20% pour les risques de toute
(LF1996, art.95). nature de navigation maritime

Code Général des Impôts 160


ou fluviale des bateaux de sport résidence du représentant res-
ou de plaisance ; ponsable dans les quinze jours
• 8% pour les autres risques qui suivent la fin du mois.
- Assurances sur la vie et rentes Lorsque l’assureur n’est pas éta-
viagères : 5% bli en république de Guinée, la
• Autres assurances : 12% pour taxe est due par l’assuré.
les assurances contre les (LF1996, art.98).
risques de toutes natures non
visés ci-dessus. (LF1996, Art.427. - La taxe est exigible et
recouvrée selon les mêmes
art.97).
règles, les mêmes garanties et
SECTION 5 - LIQUIDATION ET sous les mêmes sanctions que la
PAIEMENT DE LA TAXE Taxe sur la Valeur Ajoutée.
Le contrôle et le contentieux sont
Art.426. - La taxe est versée par régis par les mêmes dispositions
l’assureur ou par son représen- qu’en matière de taxe sur la va-
tant responsable au Receveur leur ajoutée. (LF1996, art.99).
des Impôts du lieu du siège so-
cial, agence ou succursale ou

DIVISION IV - TAXES SPECIFIQUES


Chapitre I – TAXE SUR LES BOISSONS ALCOOLISEES

Section 1 - Personnes et
Affaires Imposables
Art.428.- Sont frappées d’une taxe sur les boissons alcoolisées les
cessions de boissons effectuées en République de Guinée à titre oné-
reux ou à titre gratuit
après fabrication en Guinée de ces boissons alcoolisées.
Art.429.- : Sont notamment imposables :
Les cessions effectuées par les coopératives et groupements d’achats
à leurs membres, par les maisons principales à leurs succursales ou
magasins de détail.
Sont assimilés à des cessions les prélèvements effectués par les
commerçants ou producteurs pour leurs besoins propres et l’affectation
à la consommation personnelle ou familiale par toutes personnes lors-
que ladite affectation est consécutive à la production.

Code Général des Impôts 161


SECTION II - EXONERATIONS
Art.430.- : Sont exonérées de la taxe sur les boisons alcoolisées les
cessions et opérations assimilées portant sur les produits suivants :
1- produits médicamenteux alcoolisés sauf l’alcool de menthe ;
2- boissons alcoolisées destinées à l’exportation à la condition qu’elles
soient inscrites sur un registre spécial avec indication de la date
d’envoi, de la quantité envoyée et du lieu de destination (N° certificat
d’ex-portation) ;
3- boissons alcoolisées ayant déjà supporté la taxe spécifique sur les
boissons alcoolisées soit à l’entrée soit à l’intérieur.

SECTION III – FAIT


GENERATEUR

Art.431.- : La taxe sur les boissons alcoolisées est due dès la première
cession réalisée dans les conditions fixées aux articles 432 et 433 ci-
dessus, après production des boissons alcoolisées en Guinée.

Le fait générateur est constitué, soit par la livraison, en cas de cession


proprement dite, soit par le prélèvement ou l’affectation à la consom-
mation.

SECTION IV - ASSIETTE ET LIQUIDATION

Art.432.- La taxe est applicable aux bières et autres boissons alcooli-


sées produites en République de Guinée aux tarifs suivants :
- Par bouteille ou boîte jusqu’à 50 cl :………………….1000 FG,
- Par bouteille ou boîte de plus de 50 cl:……………….1500 FG
(LF.2011, art.23).

La surtaxe fiscale applicable aux jus de fruits et boissons gazeuses ou


non gazeuses non alcoolisées produits en République de Guinée est
supprimée (LF 1997, art.21).

Code Général des Impôts 162


Art.433.- La taxe sur les boissons alcoolisées est due chaque mois en
raison du montant des livraisons ou prélèvements effectués le mois
précédent et versée spontanément au trésorier régional de la résidence
dans les conditions précisées à l’article 434 ci-après.

SECTION V - OBLIGATIONS DES REDEVABLES

Art.434.- Tout redevable doit tenir un livre comptable côté et paraphé


par le Directeur des impôts, faisant ressortir nettement, en nature,
quantité, et degré pour toutes les boissons alcoolisées :
1- le stock au 1er janvier de chaque année;
2- les rentrées ou fabrications inscrites au jour le jour ;
3- les sorties également inscrites au jour le jour avec indication des
noms et adresses des clients.

Art.435.- Tout redevable des taxes sur les boissons alcoolisées doit
remettre chaque année avant le 1er mars au Directeur des impôts un
état récapitulatif des boissons alcoolisées fabriquées, entrées, vendues
ou livrées au cours de chaque mois de l’année précédente, précisant :

1- le degré ;
2- les taxes correspondantes et la date des versements effectués ;
3- le stock au 1er octobre de l’année précédente.

Dans le cas du décès du redevable, de même que les cas de cession


en totalité ou partie de l’entreprise, l’état prévu ci-dessus doit être pro-
duit dans les 6 mois de la date du décès ou dans les dix jours de la
date de la cession ou de la cessation.

Art.436.- Les modalités de liquidation, de recouvrement, de constata-


tion et de répression des infractions, de transaction, de poursuite,
d’amendes, de contentieux sont, pour les taxes sur les boissons alcoo-
lisées, identiques à celles des autres taxes indirectes.

Chapitre II – TAXE SUR LES TABACS, CIGARES ET


CIGARETTES

Art.437 à 446.- Abrogés (LF 1989, art.27 et LF 1997, art.21)

Chapitre III - CONTENTIEUX DES IMPOTS INDIRECTS

Code Général des Impôts 163


Art.447.- Les fonctionnaires ou agents de l’assiette de la liquidation ;
du contrôle ou du recouvrement des taxes indirectes sont tenus de
garder secrets les renseignements de quelques nature qu’ils soient,
qu’ils ont recueillis dans l’exercice de leurs fonctions.

Art.448.- Les impôts indirects bénéficient d’un privilège et préférence


sur tous les meubles et effets mobiliers des comptables pour leur dé-
bets et sur ceux des redevables pour les droits et amendes à
l’exception des frais de justice, de ce qui sera dû pour 6 mois de loyer
seulement et des marchandises en nature qui seront encore sous
balles et sous cercles sur la revendication dûment formulée par les
propriétaires ou fournisseurs.
Ce privilège s’exercera immédiatement après celui des contributions
directes et taxes assimilées à celle-ci.

Le privilège du trésor, en matière de taxes indirectes et en cas de fail-


lite ou de liquidation judiciaire, est limité au montant principal dû et des
intérêts de retard afférents aux six mois précédent le jugement de fail-
lite, toutes amendes encourues seront abandonnées.

Art.449.- Les infractions aux règlements qui fixent l’assiette, la quotité


et le mode de perception des taxes indirectes intérieures perçues en
Guinée peuvent donner lieu à des poursuites judiciaires.
Les infractions sont prouvées par tous modes de droits communs ou
constatées par des procès-verbaux dressés par les officiers de police
judiciaire ou par des fonctionnaires ou agents de l’ad-ministration as-
sermentés, chargés de l’application des taxes ou de contrôle.

Art.450.- Les règles établies en matière douanière sont applicables en


cette matière pour tout ce qui a trait à la compétence, la procédure de-
vant les tribunaux, les saisies et le privilège de l’administration.

Art.451.- Quiconque aura refusé d’obéir aux injonctions des fonction-


naires ou agents chargés de l’application des taxes ou du contrôle,
quiconque aura injuriés ou se sera livré à des voies de fait à l’égard ;
sera passible d’un amende de 10.000 à 20.000 francs guinéens, sans
préjudice des pleines prévues au code pénal de la République de Gui-
née.

Code Général des Impôts 164


Il est enjoint à toutes les autorités civiles et militaires de prêter main
forte aux fonctionnaires et agents chargés de l’application des taxes et
du contrôle lorsqu’elles en seront requises.

Art.452.- Tout excédent en quantité ou toute différence en nature,


constaté à l’occasion d’une vérification quelconque, tout transport sans
laissez passer valable des marchandises soumises à une taxe inté-
rieure entraînera confiscation immédiate de la marchandise et s’il y a
lieu, des moyens de transport sans préjudice des pénalités fiscales
prévues par les règlements.

Les délinquants pourront en outre être condamnés à un emprisonne-


ment de quinze jours à un mois. Il en sera de même en cas de déficit
constaté à l’occasion d’un recensement. La confiscation étant rempla-
cée par le paiement de la valeur de la marchandise au prix courant.

Art.453.- Les mêmes peines sont applicables en cas de déficit constaté


au cours d’un transport qui résulterait d’une mise en consommation
frauduleuse, en cas de différence entre les écritures d’un compte de
fabrication des produits et celles d’un registre de laissez- passer ou
entre les écritures de la comptabilité commerciale et celles d’un compte
de fabrication, en cas d’omission ou d’inexactitude dans les écritures
de la comptabilité commerciale, du compte de fabrication des produits
ou du livre journal des ventes qui seraient de nature à réduire la valeur
imposable .

Art.454.- Seront passibles d’une amende de 10.000 à 20.000 francs


guinéens les redevables d’une taxe qui auront contrevenu aux pres-
criptions imposées à tout redevable.
En outre une amende de 500 à 1000 francs guinéens par jour de retard
sera due jusqu’au jour où les contrevenants auront régularisé leur si-
tuation.

Art.455.- Les mêmes peines seront également applicables aux rede-


vables qui ne se seront pas libérés du paiement des taxes dues dans
les conditions prévues par les règlements.

Art.456.- La tenue d’une comptabilité irrégulière ou frauduleuse pourra


entraîner un emprisonnement de 6 mois à un an sans préjudice des
sanctions prévues aux articles 454 et 455.

Code Général des Impôts 165


Toute mention d’une taxe indirecte sur une facture même par un rede-
vable non imposable aux taxes indirectes entraînera non seulement le
paiement immédiat, de la taxe mentionnée, mais encore les sanctions
prévues au paragraphe I du présent article.

Art.457.- Toute autre inobservation des prescriptions réglementaires


sera punie d’une amende de 10.000 à 20.000 francs guinéens.

Art.458.- En cas de récidive, les peines ci-dessus seront doublées. En


cas d’infractions répétées relatives à un même objet une peine
d’emprisonnement de 6 mois à un an pourra en outre être prononcée.

Art.459.- Indépendamment des pénalités ci-dessus, les délinquants


peuvent être déclarés par les tribunaux, incapables pendant un an
moins de prendre part à l’élection des membres de la chambre Econo-
mique ou d’être eux-mêmes élus.

En cas d’infractions répétées, les tribunaux pourront décider qu’il sera


interdit aux délinquants d’exercer leur commerce ou leur profession en
république de Guinée, pendant un an au moins et cinq ans au plus.

L’inobservation de cette interdiction entraînera l’application d’une


amende de 10.000 à 20.000 francs guinéens et un emprisonnement
d’un an à deux ans.

Art.460.- Sont punis des mêmes peines que les auteurs directs de la
fraude les co-auteurs, les complices et toute personne qui aura aidé à
réduire ou à dissimuler les opérations taxables ou aurait eu intérêt à la
fraude.

Art.461.- Le ministère public exercera d’office les poursuites contre


tous ceux qui auront participé à un délit en matière de taxes indirectes.
Les dispositions du code d’instruction criminelle sont applicables à
l’action du ministère public et celle de l’administration.

Art.462.- Les redevables des taxes indirectes qui n’auront pas souscrit
de déclaration d’existe-nce ou de modification dans leur activité seront
passibles d’une astreinte de 5.000 francs guinéens par mois de retard.

Art.463.- Toutes infractions à la réglementation des taxes indirectes,


omission ou insuffisances de versement constatées par les agents véri-

Code Général des Impôts 166


ficateurs assermentés, donneront lieu à la rédaction de procès-verbaux
qui seront notifiés, aux redevable et transmis au Directeur des Impôts.

A défaut d’une comptabilité régulière les agents vérificateurs évalueront


d’office à laide de tous les éléments et renseignements dont ils pour-
ront disposer le montant de la créance de l’état à l’encontre du rede-
vable.
Art.464.- Le défaut de versement non justifié pendant plus de trois
mois donnera lieu à la procédure d’urgence et à l’évaluation d’office pré-
vu à l’article 463 ci-dessus.

Art.465.- Dans le cas prévu à l’article 464 l’agent ayant constaté le


défaut de versement prolongé, établira aussitôt un état de liquidation
des droits omis, cet état de liquidation sera transmis dans les plus brefs
délais au Directeur des impôts.

Art.466.- Au vu des procès-verbaux de vérification qui lui seront trans-


mis, le Directeur des impôts établit mensuellement un état de liquida-
tion des sommes restant dues par les redevables et le transmet au
RSR qui le prend en charge et poursuit, par toutes voies légales, le
recouvrement des droits qui sont immédiatement exigibles.

Art.467.- Les infractions commises entraînent en outre l’application des


pénalités constituées par des amendes fiscales et éventuellement des
poursuites judiciaires.

Art.468.- En cas de simple retard dans le paiement des droits dus au


plus tard le 15 du mois pour les opérations effectuées le mois précé-
dent, toutes autres formalités requises étant remplies, le redevable
encourt une amende fiscale de 3% du montant des droits qui auraient
dû être acquittés pour le premier mois de retard. Cette amende est
majorée de 1% des droits par mois ou fraction de mois de retard sup-
plémentaire.

Art.469.- Sont passibles d’une amende fiscale égale ou double des


droits compromis les redevables ayant omis de verser les taxes dues
pendant plus de trois mois et les redevables dont les versements ne
correspondent pas aux sommes dues d’après leurs écritures comp-
tables ou dont la comptabilité présente des inexactitudes ou des opéra-
tions de nature à réduire le montant des opérations taxables.

Code Général des Impôts 167


En cas de récidive de manœuvres frauduleuses ou de mauvaise foi,
l’amende encourue sera égale au quadruple des droits.
Art.470.- En sus des amendes prévues aux articles 468 et 469 ci-
dessus le délinquant pourra faire l’objet des sanctions générales pré-
vues par le contentieux de la répression des taxes indirectes.

Art.471.- Les ventes sans factures sont passibles des peines prévues
à l’article 469 ci-dessus.

Art.472. – Lorsqu’il est établi qu’à l’occasion de l’exercice de son activi-


té professionnelle une personne a travesti ou dissimulé l’identité ou
l’adresse de ses fournisseurs ou de ses clients, ou accepté sciemment
l’utilisa-tion d’une identité fictive ou d’un prête nom, celle-ci est rede-
vable d’une amende fiscale égale à cinquante pour cent des sommes
versées ou reçues au titre de ces opérations.
Le non respect des dispositions du présent article est assimilé aux
ventes sans factures visées à l’article 471 et passible des mêmes sanc-
tions.

Art.473.- Les amendes établies peuvent donner lieu à une transaction.


Cette transaction ne devient définitive qu’après le règlement total des
droits étudiés ou compromis.

Art.474.- le ministre des finances est habilité à transiger avec le délin-


quant.
Art.475.- le montant des amendes fiscales définitivement arrêté est
porté sur un état de liquidation par le Directeur des impôts, cet état est
immédiatement exigible et le RSI est chargé d’en poursuivre le recou-
vrement dans les mêmes conditions que les droits compromis.

Art.476.- Les poursuites pour les paiements des droits et des amendes
s’exercent par le moyen des contraintes décernées par le RSI, les con-
traintes s’exécutent par toutes voies de droit.

Art.477.- Le RSI, doit informer trimestriellement le service des impôts


des recouvrements effectués sur les états de liquidation émis.

Art.478.- La prescription est acquise aux redevables des taxes indi-


rectes que l’administration n’a pas réclamée dans le délai de 3 ans à
compter de la date à la quelle ces taxes étaient exigibles

Code Général des Impôts 168


Dans le cas de défaut de versement, la prescription court de
l’expiration du délai imparti au redevable pour effectuer le paiement des
droits.

Dans le cas de minoration des droits dus, la prescription part du jour où


l’administration a eu connaissance de la créance en constatant la
fraude par un procès-verbal.

Les agents des impôts disposent d’un délai de trois ans à partir du
mois où ont été effectuées les opérations taxables non déclarées pour
dresser procès-verbal et constater la créance de l’Etat.

Art.479.- L’action en restitution des droits indûment versés se prescrit


par trois ans à compter du paiement des droits.

Art.480.- Le contentieux des taxes indirectes relève des tribunaux ci-


vils.
Art.481.- Pour l’apurement des restes à recouvrer des taxes indirectes
sur les états de liquidation, le RSI devra se conformer aux prescriptions
de la direction de la comptabilité publique.

Chapitre IV - DISPOSITIONS GENERALES

Art.482.- Un carnet de bordereau- avis de versement d’un modèle arrê-


té par le Ministre des Finances sera immédiatement envoyé au rede-
vable.

Ce carnet rappellera sur sa couverture les dispositions essentielles de


la réglementation des taxes indirectes et énuméré les sanctions en cas
d’infraction.
Chaque bordereau -avis comprendra trois parties.
La première partie intitulée déclaration, mentionnera les noms, profes-
sion et adresse du redevable, le mois ou la période où sont réalisées
les opérations imposables.

S’il s’agit notamment des taxes sur le chiffre d’affaires et de la taxe sur
les spectacles, la déclaration devra comporter la mention du montant
des affaires taxables à des taux différents, selon leur nature, ainsi que
l’indication des déductions dont le redevable peut bénéficier le cas
échéant.

Code Général des Impôts 169


S’il s’agit de taxe sur les boissons alcoolisées, la déclaration comporte-
ra le nombre de litres ou de bouteilles de chacun des produits taxables
cédés ou prélevés au cours de la période considérée.

La déclaration fera ressortir en toutes lettres le montant net des droits


dus par le redevable. Elle sera datée et signée et transmise avant le 15
de chaque mois au RSI, accompagnée de la deuxième partie de borde-
reau intitulé « Avis de versement ».

L’avis de versement sera également rempli, daté et signé par le rede-


vable. Il indiquera en toutes lettres le montant et le mode de paiement
utilisé (remise, espèce ou chèque à la caisse du RSI, versement ou
virement au compte courant postal ou au compte bancaire ouverts au
nom du RSI), le numéro et la date de la quittance délivrée.

La déclaration ainsi adoptée sera transmise au Directeur des impôts le


jour même du paiement des droits. La partie des bordereaux intitulé
« souche » sera conservée par le redevable.

Art.483. - au vu des déclarations qui lui seront transmises, le Directeur


des impôts établira un état de liquidation récapitulatif mensuel ne com-
portant que les redevables s’étant spontanément acquittés de leur obli-
gation au cours du mois considéré.

Cet état sera transmis au RSI pour valoir titre définitif du recouvrement
dans le cinq premiers jours du mois suivant.

Art.484.- Le Directeur des impôts fera procéder par les agents lacés
sous ses ordres à la vérification des déclarations souscrites de manière
à déceler éventuellement le montant des droits dissimulés. Il fera éga-
lement rechercher les redevables qui auraient omis de souscrire dans
les délais une déclaration ou de respecter les autres obligations qui
leur sont imparties par la réglementation.

Code Général des Impôts 170


TITRE III – AUTRES IMPÔTS, REDEVANCES DROITS ET TAXES
Chapitre 1 FONDS DE PROMOTION ET DE DEVELOPPEMENT DU
TOURISME
(Loi n° L/92/022/CTRN du06/08/1992)

Dispositions Générales • la taxe sur la location de véhicules,


Art.485. - Il est crée, au profit du TLV.
département chargé du tourisme,
un fonds de promotion et de dé- Art.488. - un compte d’affectation
veloppement du tourisme, en spéciale est ouvert au trésor public
sous la rubrique FDPT. Ce compte
abrégé FPDT.
est géré par le ministère chargé des
Art.486. - Le FPDT a pour objet finances, pour le compte du dépar-
le financement des actions de tement chargé du tourisme et de
développement du tourisme en l’hôtellerie.
République de Guinée, telles Section 1 - Taxe de promotion
que : Touristique (TPT)
1. la réalisation d’études et
(Loi n° L/92/023/CTRN du
d’actions de promotion touris- 06/08/1992)
tique et hôtelière par diffusion
de cartes, catalogues, dé- Art.489 - La Taxe de Promotion
pliants, affiches et autres Touristique est levée au profit du
fonds de promotion touristique.
supports publicitaires ;
Elle fait l’objet d’un compte
2. le lancement de toutes cam- d’application spéciale ouvert dans
pagnes publicitaires et promo- la Loi des Finances sous la ru-
tionnelles ; brique Fonds de Promotion et Dé-
3. la représentation à l’étranger veloppement Touristique.
des services guinéens char- (LF2010. Art. 26).
gés du tourisme et de l’hôtel-
Art.490. - Toute personne séjour-
lerie.
nant dans un hôtel ou un établis-
sement d’hébergement assimilé
Art.487. - les ressources du est assujettie au paiement de la
FDPT sont constituées par le taxe de promotion touristique.
produit des taxes suivantes, qui
lui sont affectées : Art.491 - Le tarif de la Promotion
• la taxe de promotion touristique, TPT ; Touristique est fixé à 10 000 Fg
• la taxe de plage, TP ; par personne et par nuitée.

Code Général des Impôts 171


Le montant est dû par toute per- - Casinos : 5 millions de francs
sonne séjournant dans un hôtel ou guinéens.
dans un établissement d’héber- - (LF.2010, art.26)
gement assimilé.
Toutefois, sur la demande de Art.492. - Le redevable légal de
leurs propriétaires ou de leurs la Taxe de Promotion Touristique
gérants et après autorisation de (TPT) est l’hôtelier, le Restaura-
l’office National du Tourisme, les teur, le Barman, l’exploitant du
Hôtels non classés sont soumis casino qui l’incorpore dans le prix
à un prélèvement forfaitaire de des prestations.
1 500 000 francs guinéens par (LF.2010, art. 26)
an.
Art.493. - La taxe de promotion
Ne peut être admis au bénéfice touristique est liquidée chaque
au paiement forfaitaire, un éta- mois par le redevable légal. Le
blissement dont plus de la moitié paiement est effectué au trésor
des chambres est facturée à plus public dans les quinze jours sui-
de 25 000 francs guinéens la vant le mois d’assiette, accom-
nuitée. pagné d’un bordereau déclaratif
Les restaurants, les bars et les des nuitées. Il donne lieu à la
dancings et casinos ne dépen- délivrance d’une quittance, ins-
dant pas d’hôtel sont soumis aux crite sur le bordereau déclaratif
prélèvements forfaitaires annuels par les services du trésor. Le
ci-après : redevable exerçant son activité
hors de Conakry peut se libérer
• Restaurants classés
auprès du comptable du trésor
500 000 francs guinéens ;
de la préfecture dont il relève. Le
• Restaurants non classés
redevable admis au paiement
250 000 francs guinéens ;
forfaitaire se libère trimestrielle-
• Bar dancing et Night club. ment avant le 20 du dernier mois
- Zone de Conakry 750 000 du trimestre civil d’assiette.
francs guinéens ; Art.494. - Les redevables admis
- Chefs lieux de régions admi- au paiement forfaitaire font l’objet
nistratives et préfectures de d’un ordre de recette collectif
première catégorie 500 000 émis trimestriellement par le dé-
francs guinéens ; partement chargé du tourisme au
cours du premier mois du tri-
- Les autres préfectures
mestre d’assiette et rendu exécu-
300 000 francs guinéens ; toire sous quinzaine par la Direc-
tion nationale des Impôts.

Code Général des Impôts 172


Ce titre collectif est transmis au de la plage publique, sur la plage
comptable du trésor au plus tard publique elle même ou sur une
le dernier jour ouvrable du deu- zone contiguë.
xième mois, pour prise en charge
et recouvrement. La simple déambulation sur une
plage aménagée n’est pas con-
Art.495. - Les règles d’assiette sidérée comme séjour au sens
en matière de liquidation amiable du présent article.
et contentieuse de la taxe de
promotion touristique sont celles La liste limitative des plages
applicables en matière de taxes aménagée est fixée par arrêté du
sur le chiffre d’affaire. ministre du tourisme.
Les règles de recouvrement
amiable et contentieux sont Art.498. - La Taxe de Plage
celles applicables en matière de (TP) est fixée à 6 000 francs gui-
contributions indirectes. néens. Elle est due par toute
personne séjournant sur une
Section 2 - Taxe de plage, TP. plage publique.(LF.2010. Art. 26)
(Loi n° L/92/024/CTRN du
06/08/1992) Art.499. - La taxe de plage est
facturée et perçue sur les lieux
Art.496. - La taxe de plage est d’embarquement ou de séjour,
destinée à financer toutes les par des agents assermentés
opérations visant à développer le agissant en qualité de régisseurs
tourisme en république de Gui- de recettes du trésor public.
née et notamment l’aménage- Chaque paiement donne lieu à
ment des lieux touristiques. La remise d’un reçu numéroté et
taxe de plage fait l’objet d’un daté tiré d’un carnet à souche. A
compte d’affectation spéciale défaut de justification du pouvoir
ouvert dans les lois de finances et de la remise du reçu tiré d’un
sous la rubrique Fonds de déve- tel carnet, le redevable est fondé
loppement et de promotion du à refuser tout paiement qui lui
tourisme, FDPT. serait demandé.
Les carnets à souche sont déli-
Art.497. - Toute personne sé- vrés à l’agent assermenté par le
journant sur une plage publique comptable du trésor de ratta-
aménagée est assujettie au chement.
paiement de la taxe de plage. Ne
sont pas assujetties à ce paie- Art.500. - En cas de refus de
ment les personnes ayant leur paiement injustifié, l’agent as-
résidence habituelle sur le site sermenté est en droit de requérir

Code Général des Impôts 173


le déguerpissement du redevable Art.503. - Toute personne pre-
récalcitrant, y compris par le re- nant en location à titre onéreux
cours à la force publique. un véhicule automobile de tou-
En aucun cas il n ‘est fondé à risme ou à usage mixte, tourisme
confisquer ou retenir quelque et utilitaire, est assujettie au
document ou objet que ce soit, y paiement de la taxe sur la loca-
compris une pièce d’identité, en tion de véhicules.
possession du redevable. Ne sont pas soumises à la taxe
les locations de véhicules uni-
Art.501. - La taxe de plage est quement utilitaires de moins de
reversée par l’agent assermenté, quatre places et celles de véhi-
chaque premier jour ouvrable de cules poids lourds et assimilés.
la semaine, au trésor public
contre quittance du comptable de Art.504. - La taxe sur la location
rattachement et sur présentation des véhicules est fixée comme
du carnet à souche aux fins de suit :
vérifications. Terrestre : 6 000 francs guinéens
L’agent assermenté exerçant son par véhicule et par jour de loca-
activité hors de Conakry peut se tion ;
libérer auprès du comptable du Maritime : 6 000 francs guinéens
trésor de la préfecture dont il par bateaux de plaisance et
relève. barques loué et par jour de loca-
tion. (LF.2010, art. 26)
Section 3 - Taxe sur la location
de véhicules
Art.505. - Le loueur est le rede-
(Loi n° L/92/025/CTRN du
vable légal de la taxe sur la loca-
06/08/1992)
tion de véhicules et le fait géné-
Art.502. - La taxe sur la location rateur de la taxe est l’encais-
de véhicules est destinée à fi- sement du prix de location. Par
nancer toutes les opérations vi- loueur on entend toute personne
sant à développer le tourisme en physique ou morale exerçant à
république de Guinée et notam- titre habituel une activité de loca-
ment l’aménagement des lieux tion de véhicule, avec ou sans
touristiques. La taxe sur la loca- chauffeur, que ce soit à titre
tion de véhicules fait l’objet d’un d’activité principale ou acces-
compte d’affectation spéciale soire.
ouvert dans les lois de finances La taxe de location de véhicules
sous la rubrique Fonds de déve- est facturée et encaissée par le
loppement et de promotion du loueur avec la location elle-
tourisme, FDPT. même, et identifiée comme telle
sur la facture remise au locataire.

Code Général des Impôts 174


A défaut elle est réputée avoir libérer auprès du comptable du
été incluse dans le prix de la trésor de la préfecture dont il
location. relève.

Art.506. - La taxe sur la location Art.507. - Les règles de territo-


de véhicules est liquidée chaque rialité et d’assiette en matière de
mois par le redevable légal. Le liquidation amiable et conten-
paiement est effectué au trésor tieuse de la taxe sur la location
public dans les quinze jours sui- de véhicules sont celles appli-
vant le mois d’assiette, accom- cables en matière de taxes sur le
pagné d’un bordereau déclaratif chiffre d’affaire.
des locations. Il donne lieu à Les règles de recouvrement
délivrance d’une quittance, ins- amiable et contentieux sont
crite sur le bordereau déclaratif celles applicables en matières de
par les services du trésor. contributions indirectes.
Le .redevable exerçant son acti-
vité hors de Conakry peut se

Chapitre 2 REDEVANCE SUR LES ANTENNES PARABOLIQUES


(Loi n°L/94/028/CTRN,art.6, complétée par l’arrêté
n°94/4398/MF/SGG)

Art.508. - Tout détenteur d’une - les membres des missions di-


antenne parabolique est assujetti plomatiques et consulaires
au paiement d’une redevance accréditées en République de
annuelle au profit du Trésor Pu- Guinée dans la mesure ou les
blic.
Etats qu’ils représentent ac-
Art.509.- le tarif de la redevance cordent des avantages ana-
est fixé comme suit : logues aux membres des mis-
- 100 000 FG pour tout utilisateur sions diplomatiques et consu-
d’une antenne parabolique in- laires guinéens,
dividuelle ; - les établissements publics
- 200 000 FG par propriétaire d’enseignement ;
d’antenne parabolique à usage - les établissements sociaux et
collectif. hospitaliers.
Art.510. - Sont exonérés de la
redevance :

Code Général des Impôts 175


Chapitre 3 TAXES ET REDEVANCES APPLICABLES A
L’EXPLOITATION ARTISANALE ET A LA COMMERCIALISATION
DU DIAMANT ET AUTRES GEMMES
(Loi n°L/92/004 du 01/04/1992, LF2011, art.43 à 51)

Art.511. - Une taxe égale à 3% Ces montants sont directement


de la valeur totale des diamants verses sur le compte du Tresor
et autres gemmes exportés est public.
versée par les comptoirs d’achat
au Trésor public. Elle est payée Les collecteurs qui auront payes
lors de l’exportation des dia- la Redevance annuelle tels que
mants et autres gemmes. Une stipule au paragraphe ci-dessus
fraction de cette taxe est affectée ne seront soumis au paiement
par la loi de finances de chaque d’aucun autre droit de collecteur
année à un compte d’affectation au cours de la même année.
spéciale, dénommé « Fonds de
promotion minière ». Le montant de la caution pour
l’ouverture d’un comptoir d’achat
Les montants des redevances et est fixé à 25 000 dollars US.
taxes sur la commercialisation du Ce montant est remboursable
diamant et autres gemmes sont après arrêt des activités du dit
fixes comme suit : comptoir, sous réserve du res-
• Redevance Comptoir pect des obligations contenues
d’Achat : 25 000 dollars dans les cahiers de charge.
US/an en devises ;
• Redevance pour Acheteur- La taxe à l’exportation est fixée a
Mandataire : 3 000 dollars 3% de la valeur déterminée par
US/an en devises ; l’Expert du Gouvernement au-
• Redevance Collecteur : près du Bureau National des
3 000 000 FG/an ; Expertises du diamant (BNE).
• Redevance Suppléant Col-
lecteur pour : 300 000 Les Redevances et la taxe a
FG/an ; l’exportation sont liquides par
• Redevance Commissaire l’agent comptable du BNE au
du Collecteur : 200 000 compte des différents bénéfi-
FG/an ; ciaires.
• Redevance Courtier :
500 000 FG/an . Les montants des Redevances
issus de l’exploitation artisanale
pour la commercialisation de l’or :

Code Général des Impôts 176


Redevance Comptoir : Seuls les détenteurs des comp-
25 000 000 FG/an ; toirs d’achat sont autorises a
Redevance Acheteur : l’exporter l’or.
5 000 000 FG/an ; Les mandataires des comptoirs,
Redevance Collecteur : les collecteurs et les balanciers
2 500 000 FG/an ; qui auront payés les redevances
Redevance Balancier : ne seront soumises au paiement
500 000 FG/an. d’aucun autre droit à l’exception
de la patente liée à l’activité.
Le montant de la caution pour
l’ouverture d’un comptoir d’achat Art.512. - Les autres frais,
est fixe à 25 000 000 FG. charges et redevances visés par
Ce montant est remboursable la présente loi sont fixés par ar-
après arrêt des activités du dit rêté conjoint du ministre chargé
comptoir, sous réserve du res- des mines et du ministre chargé
pect des obligations contenues des finances.
dans les cahiers de charge.

Chapitre 4 PRELEVEMENT SUR LES BILLETS DE LOTERIE


(LF 1992, art.39)

Art.513. - Abrogé (LF.2011. du public. Son taux est fixé à


art.24) 15%.(LF.2011, art.26)

Art.513. bis - Il est institué, au Art.513. quater - La taxe est


profit du budget national une collectée et reversée par l’entre-
taxe sur les jeux de hasard orga- prise qui organise les jeux. Les
nisé sur le territoire de la Répu- modalités de déclarations, de
blique de Guinée. (LF.2011; contrôles et de recouvrements
art.25) ainsi que les obligations, sanc-
tions et contentieux sont celles
Art.513. ter - La taxe est assise prévues pour la taxe sur la valeur
sur le prix de vente des tickets, ajoutée. (LF.2011, art.27)
billets ou recettes de casinos et
divers jeux mis à la disposition

Code Général des Impôts 177


Chapitre 5 REDEVANCES DE LICENCES DE PECHE
INDUSTRIELLE

Art.514. - Les redevances de licences de pêches industrielles sont


réglementées comme suit :

A- PECHES AUX ENGINS ACTIFS

1 – Chalutiers congélateurs

- Navires battant pavillon guinéen


• Licence de pêche pour les chalutiers pélagiques 18 $ E. U./T.J.B
• Licence de pêche pour les chalutiers céphalopoliers non prévu
• Licence de pêche pour les chalutiers émiraux 100 $ E.U/T.J.B

- Navires étrangers basés en guinéen


• Licence de pêche pour les chalutiers pélagiques 40 $ E. U./T.J.B
• Licence de pêche pour les chalutiers céphalopoliers non prévu
• Licence de pêche pour les chalutiers démersaux 185 $ E.U/T.J.B

- Navires étrangers
• Licence de pêche pour les chalutiers pélagiques 60 $ E. U./T.J.B
• Licence de pêche pour les chalutiers céphalopoliers 267 $ E.U/T.J.B
• Licence de pêche pour les chalutiers crevettiers 328 $ E.U/T.J.B
• Licence de pêche pour les chalutiers démersaux 246 $ E.U/T.J.B

2- Chalutiers glaciers

- Navires battant pavillon guinéen


• Licence de pêche pour les chalutiers démersaux 40 $ E.U/T.J.B

- Navires étrangers basés en guinéen


• Licence de pêche pour les chalutiers démersaux 80 $ E.U/T.J.B

- Navires étrangers
• Licence de pêche pour les chalutiers démersaux 120 $ E.U/T.J.B

Code Général des Impôts 178


B- PECHES AUX ENGINS PASSIFS

- Licences de pêche pour les thoniers senneurs 20 000$ E. U/an


- Licences de pêche pour les thoniers senneurs 15 000$ E. U/an
- Licences de pêche pour palangriers 15 000$ E. U/an
- Licences de pêche au filet maillant 600$ E. U/an
- Licences de pêche pour les navires collecteurs appuyés
par des barques motorisées Guinéen : 60$ E. U/T.J.B/an
E.B. : 150$ E.U./T.J.B./an
G. : 250$ E.U./T.J.B./an

Art.515. - Le paiement des re- Art.517. - Les navires battant


devances pour une année calen- pavillon guinéen et les navires
daire peut être effectué à étrangers basés en guinée, pour
échéance trimestrielle ou semes- toutes catégories de pêche, sont
trielle conformément à la durée autorisés à effectuer le paiement
de la validité de la licence cor- de redevance de pêche en mon-
respondante. Dans ce cas, le naie nationale, à la parité du jour,
montant de la redevance est alors que les navires étrangers
majoré respectivement de 5% et ont l’obligation de s’acquitter en
de 3% pour tous les navires en devises et à échéance annuelle
exercice dans les eaux gui- ou semestrielle.
néennes.
Art.518. - Les licences de pêche
Art.516. - Les navires de pêche sont établies vu de la quittance
pélagique dont les captures sont constatant le versement de la
exclusivement des complexes de redevance dans les comptes du
stockage de transformation et de Trésor Public.
distribution des produits de la
pêche payent une redevance de
50 dollars E.U/T.J.B/an

Chapitre 6 TAXE SUR LES BILLETS D’AVION

Art.518.bis - Il est créé une taxe La contribution de solidarité à


sur les billets d’avion en vols inter- l’UNITAID est destinée au fonds
nationaux émis en République de de dispositif international pour
Guinée dénommée contribution de l’achat des médicaments (UNI-
solidarité à l’UNITAID. TAID).

Code Général des Impôts 179


Le montant est fixé à 2 dollars sence à bord est directe-
US par billet payable en franc ment liée au vol considéré
guinéen au cours du jour de la notamment les membres de
Banque Centrale de la Répu l’équipage assurant le vol y
compris les agents de sécu-
blique de Guinée. (LF.2011, rité ;
art.28) 2. Les passagers en transit ;
3. Les enfants de moins de 2
Art.518.ters - Les compagnies ans ;
de transports aériens sont les 4. Les évacuations sanitaires
redevables légaux de le contribu- d’urgence ;
tion de solidarité à l’UNITAID ; 5. Les cas de force majeure
les redevables réels sont les conformément au protocole
bénéficiaires du titre de trans- de Montréal. (LF.2011,
port. art.30)

La déclaration de la taxe est pro- Art.518. quinquies - Un arrêté


duite sur un modèle d’imprimé conjoint des Ministres chargés
fourni par les services de la Di- des transports et des finances
rection Nationale des Impôts. fixe les modalités de recouvre-
(LF.2011, art.29) ment et de répartition de la con-
tribution de solidarité à l’UNITAID.
Art.518.quater - Sont exonérés (LF.2011, art.31)
de la taxe sur les billets d’avion :
1. Le personnel dont la pré-

Chapitre 7 : La taxe sur l’accès aux réseaux des


télécommunications (LFI 2015)

Art.518. sexies a : Taxe sur Art.518. sexies b : Sous réserve


l'Accès au Réseau des Télé- de l'application de conventions et
accords internationaux signés et
communications Il est institué, ratifiés par la République de
au profit du budget de l'État, Guinée est soumise à la taxe
une taxe dénommée «Taxe visée à l'article précédent toute
sur l'Accès au Réseau des personne titulaire d'une licence
d'exploitation du réseau des té-
Télécommunications », en
lécommunications ouvert au pu-
abrégé TARTEL. blic délivrée par ou pour le
compte de l'État guinéen.

Code Général des Impôts 180


Art.518. sexies c : Sous réserve - l'émission d'une facture avant
de l'alinéa 2 du présent article, que les prestations ne soient
l'assiette de la taxe est consti- effectuées;
tuée par le montant hors Taxe du
chiffre d'affaires réalisé par le - l'encaissement, sur la base de
titulaire d'une licence d'exploita- facture ou non, du prix de la
tion du réseau des télécommuni- prestation ou d'acompte sur
cations ouvert au public. ce prix, antérieurement à la
réalisation de ladite prestation
ou à l'émission de facture ou
Art.518. sexies d : Le fait géné- document en tenant lieu.
rateur et l'exigibilité de la taxe
interviennent simultanément à : 3) en ce qui concerne l'internet:

- la livraison des produits et


1) en ce qui concerne la télépho-
services internet (ventes et
nie mobile :
les locations d'appareils té-
léphoniques fixes et mobile,
- la livraison de carte télépho-
les équipements et de four-
nique;
nitures permettant l'accès à
internet) ;
- I'émission d'une facture avant
toute livraison de carte télé-
- l'émission d'une facture avant
phonique;
toute livraison de l'équipe-
ment;
- l'encaissement, sur la base de
facture ou non, du prix ou
d'acomptes sur le prix, anté- - l'encaissement, sur la base
rieurement à la livraison de de facture ou non, du prix de
carte téléphonique ou à la prestation ou d'acompte
l'émission de facture ou do-
sur ce prix, antérieurement à
cument en tenant lieu;
la réalisation de ladite pres-
- l'exécution de la prestation, tation ou à l'émission de fac-
s'agissant du roaming. ture ou document en tenant
2) en ce qui concerne le télé- lieu.
phone fixe:
Art.518. sexies e : Les titulaires
- l'exécution de la prestation; de licences d'exploitation du ré-
seau des télécommunications

Code Général des Impôts 181


ouvert au public fixes et/ou mo- le redevable légal encourt une
biles sont les redevables réels et pénalité égale à 10% des droits
légaux de la taxe. A ce titre, la dus d'après cette déclaration.
taxe ne sera pas récupérée sur Lorsque la déclaration est sous-
le consommateur final du service crite après mise en demeure du
de télécommunication. service des impôts, la pénalité
encourue est égale à 25% des
Art.518. sexies f : Le taux de la droits dus d'après cette déclara-
taxe est fixé à 3%. tion.

Art.518. sexies g : La taxe est Dans tous les cas, le minimum


déclarée et acquittée dans les de pénalité est de 500.000 francs
mêmes délais et suivant les guinéens.
mêmes procédures que la taxe
sur la valeur ajoutée due sur les Si, dans un délai de 10 jours
opérations intérieures assujetties après mise en demeure du ser-
à celle-ci. vice des impôts, le redevable ne
souscrit pas la déclaration qui lui
Dans l'accomplissement des a été réclamée, il est taxé d'office
formalités de déclaration, les et le montant de droit correspon-
redevables utilisent les imprimés dant à cette taxation est majoré
de déclaration appropriés mis à d'une pénalité égale à 50% dudit
leur disposition par les services montant.
compétents de la Direction Na-
tionale des Impôts. Dans le cas où la déclaration
souscrite après le délai fixé à
Art.518. sexies h : Les rede- l'article 386 du CGI ne donne
vables de la taxe déposent, au- ouverture à aucun droit, la péna-
lité est de 500.000 francs gui-
près du service des impôts qui néens.
gère leur dossier fiscal, la décla-
ration y afférente dans le délai Les omissions et inexactitudes
fixé à l'article 386 du Code Géné- constatées dans la déclaration
ral des Impôts (CGI). sont sanctionnées par une péna-
lité égale à 10% des droits com-
Lorsque la déclaration est sous- promis. Si l'absence de bonne foi
crite après le délai prévu à l'ar- est constatée, une majoration de
ticle 386 précité et sans mise en 50% est appliquée. En cas de
demeure du service des impôts,

Code Général des Impôts 182


manœuvre frauduleuse ou d'op- communications ouvert au pu-
position à contrôle fiscal, la ma- blic sont du ressort de la Di-
joration est portée à 100%. rection Nationale des Impôts
et sont exécutées dans les
Dans tous les cas, le paiement mêmes conditions et délais,
tardif de la TARTEL donne lieu les mêmes modalités et les
au versement d'un intérêt de mêmes procédures et garan-
retard fixé à 2% par mois, in- ties prévues par le Code Gé-
dépendamment de toute autre néral des Impôts en matière
de Taxe sur la Valeur Ajoutée.
sanction.

Art.518. sexies i : Les opéra-


tions d'assiette, de recouvre-
ment, de contrôle et de con-
tentieux afférentes à la taxe
sur l'accès au réseau des télé

Code Général des Impôts 183


TITRE IV- ENREGISTREMENT ET TIMBRE
Chapitre I- LES DROITS D’ENREGISTREMENT

Section I - Dispositions
générales 6. Les procès verbaux d’adjudi-
cation aux enchères public
Art.519.- La formalité de l’enre- de bien meuble ou les actes
gistrement donne lieu à la percep- constatant toute autre vente
tion de droits fixes, proportionnels des mêmes biens faite avec
ou progressifs suivant la nature publicité ou concurrence ;
des actes et les mutations qui y 7. Les actes de cessions de
sont assujettis. fonds de commerce ou de
clientèle ;
Art.520.- l’enregistrement accom- 8. Les actes portant formation,
pli en vertu des modalités du pré- fusion, dissolution proroga-
sent chapitre constitue une condi- tion ou liquidation de Socié-
tion d’opposabilité à l’adminis- tés ;
tration des actes qui y sont assu- 9. Les actes portants augmen-
jettis. tation ou réduction de capital
social ;
Art.521.- doivent être enregistré 10. Les actes portant cession
dans le délai d’un mois de leur d’actions, de parts de fonda-
date, les actes, documents ou teur ou de toutes autres
opérations juridiques : parts sociales ;
11. Les actes se rapportant à
1. Tous les actes des notaires, tous marchés ;
12. Les actes constatant par-
huissiers de Justice, gref-
tage de biens immeubles à
fiers et commissaires- pri- quelques titre que ce soit ;
seurs ; 13. Les actes de donation ;
2. les jugements, arrêts autres 14. Les inventaires de meubles,
décisions de justice ; en ma- titres, papiers et prisées de
tière civile ou commerciale ; meubles ;
3. les certificats de propriété ; 15. Les actes portant accepta-
4. les actes portant transmis- tion ou répudiation de suc-
sion de bien immeubles ; cession, legs ou communau-
5. les baux d’immeubles ur- té ;
bains ou ruraux sous toutes 16. Et tous les autres actes pré-
formes que se soit, à durée vus par la loi
limité ou illimitée ;

Code Général des Impôts 184


dans les actes et documents
Art.522.- les actes et documents soumis à la formalité de l’enre-
passés pour le compte des col- gistrement.
lectivités publiques, des établis- Le contrôle de l’assiette est
sements publics administratifs, exercé exclusivement par le Chef
mais non des établissements de la division enregistrement,
publics industriels et commer- son receveur ou un agent ayant
ciaux, sont exonérés des droits le grade d’inspecteur des impôts.
d’enregistrement.
Art.526.- Pour les créances à
Art.523.- Les actes soumis à la terme et autres actes obliga-
formalité de l’enregistrement sont toires, la valeur de cession et
nécessairement enregistrés sur transfert est déterminée par le
les minutes, brevets ou origi- capital exprimé dans l’acte qui en
naux. fait l’objet.

Une copie des actes soumis à la Art.527.- Si les sommes et va-


formalité de l’enregistrement doit leurs ne sont pas déterminées
être fournie par le déclarant pour dans un acte ou un jugement
conservation à la Direction Na- donnant lieu au droit proportion-
tionale des Impôts. nel ou progressif, les parties sont
tenues d’y suppléer, avant
Art.524.- Les mutations de biens l’enregistrement, par une décla-
meubles et immeubles pour ration estimative certifiée et si-
cause de décès ouvrent droit à la gnée au bas de l’acte ou du ju-
perception de droits d’enregis- gement.
trement selon les modalités et Dans tous les cas ou les droits
les tarifs énoncés dans le pré- sont perçus d’après une déclara-
sent chapitre. tion estimative des parties, la
déclaration et l’estimation doivent
Section II : - Assiette et être détaillées.
liquidation
Art.528.- Pour la liquidation et le
1 – détermination de la valeur. paiement des droits sur les
échanges, les immeubles, quelle
Art.525.- Pour la liquidation des que soit leur nature, sont estimés
droits d’enregistrement, il est d’après leur valeur nominale ou
retenu la valeur de la propriété, leur valeur vénale réelle à la date
de l’usage ou de la jouissance de la transmission.
des biens de toute nature ou Néanmoins, si, dans les deux an-
montant telle qu’elle est indiquée nées qui auront précédé ou suivi

Code Général des Impôts 185


l’acte d’échange, les immeubles proportionnel, les autres à un droit
transmis ont fait l’objet d’une adjudi- fixe, il n’est rien perçu sur ces der-
cation, soit par autorité de justice, nières dispositions, sauf application
soit volontaire avec admission des du droit fixe le plus élevé comme
étrangers, les droits exigibles ne minimum de perception si le mon-
pourront être calculés sur une tant des droits proportionnels exi-
somme inférieure au prix de gibles est inférieur.
l’adjudication en y ajoutant toutes
les charges en capital, à moins qu’il Toutefois, pour la liquidation des
ne soit justifié que la consistance droits, les dettes et charges sui-
des immeubles à subi, dans vantes ne sont pas déduites :
l’intervalle, des transformation sus-
ceptibles d’en modifier la valeur. 1. Les dettes contractées par le
de cujus au profit des héritiers
Art.529.- Pour les partages de biens ou de personnes interposées,
meubles ou immeubles entre copro- sauf preuve d’authenticité et
priétaires ou de tous héritages entre de régularité suffisantes ;
les héritiers, cohéritiers et coasso- 2. Les dettes échues depuis plus
ciés à quelques titres que ce soit, le de trois mois avant l’ouverture
droit est liquidé sur le montant de de la succession, sauf preuve
l’actif net partagé. contraire.

Tarif et Application :
2. –Liquidation
Art.533.- Le minimum du droit
Art.530.- Lorsqu’un acte renferme d’enregistrement est fixé comme suit
deux dispositions tarifées différem- pour le droit fixe :
ment, mais qui, à raison de leur
corrélation, ne sont pas de nature à 1. 100 000 FG pour tous actes
donner ouverture à la pluralité des relatifs à la vie des sociétés,
droits, la disposition qui sert de base
ONG, institutions internatio-
à la perception est celle qui donne
lieu au tarif le plus élevé. nales, organismes et collec-
tivités publics ;
Art.531.- Lorsqu’un acte quelconque 2. 50 000 FG pour les autres
soit civil, soit judiciaire ou extra- actes (mariage, divorce, at-
judiciaire, comporte plusieurs dispo-
testation notaire, procura-
sitions indépendantes ou ne dérivant
pas nécessairement les unes des tion, etc). (LF.2005, art. 16).
autres, il est dû pour chacune
d’elles, et selon son espèce, un droit Art.534.- Les tarifs portés à
particulier. l’article 534 du Code général des
impôts sont modifiés et complé-
Art.532.- Lorsqu’un acte contient tés comme suit :
plusieurs dispositions indépendantes (LF. 2005 art.17)
donnant ouverture, les unes au droit

Code Général des Impôts 186


Base de calcul du droit
Nature des actes Tarifs proportionnel
Fixe Proportionnel

I. Mutation de propriété à titre onéreux :

A) – Mutation d’immeubles :
- vente 10% De la valeur dans l’acte
- acquisition de bâtiments destinés à être
démolis et remplacés par des
constructions neuves 5% De la valeur dans l’acte
- acquisition de terrains destinés à la
construction de maisons exclusivement
réservées à l’habitation
- acquisition de terrains ou de bâtiments 5% valeur portée à l’acte
destinés à être démolis en vue de la
construction de bâtiments neufs à
usage industriel
- acquisition d’immeubles par une 2% valeur portée à l’acte
entreprise industrielle aux fins
d’exploitation professionnelle
- Echange d’immeubles 5% valeur portée à l’acte
15% valeur figurant dans l’acte
portant échange d’immeubles
B) – Mutation de meubles :
- vente de meubles valeur portée à l’acte
- Inventaire de meubles, titres et papiers, 5%
prisée de meubles
- Mutation de Fonds de commerce 50.000 FG valeur portée à l’acte
- Cession de clientèle 10% idem
- Cession d’office 20% idem
20%
II. Mutation de jouissance :

- bail d’immeubles à durée limitée Montant du bail porté à l’acte,


2% y compris les charges
locatives
- bail d’immeubles à durée illimitée Montant du bail pour 20 ans
14% dans l’acte y compris les
charges locatives

- location- accession à la propriété Montant du bail porté à l’acte y


d’immeubles (location-vente) 2% compris les charges locatives.
Montant porté à l’acte
- bail d’immeubles ruraux Idem
- crédit-bail mobilier (leasing) 0,50%
- location-accession à la propriété de 3% Idem
biens meubles.

Code Général des Impôts 187


2%
- Partage d’immeuble urbain 2% Montant porté à l’acte

- liquidation, partage de succession 1% Montant à l’acte

- partage d’immeubles ruraux 5% Idem

Mutation de propriété à titre gratuit entre


vifs :
- donation immeuble 15% Valeur portée à l’acte
- donation en ligne directe 2% Valeur à l’acte
- donation en ligne collatérale 3% Valeur à l’acte
- donation entre non parents 10% Valeur à l’acte

- Société :
1) constitution de société ou apport en
capital 1%
2) augmentation de capital par nouveaux
apports, incorporation de bénéfice ou de
réserve, fusion :
tranche de 1 à 100 000 000 FG 1% (LF2011, art.33)
de 100 000 001 FG à 500 000 000 FG 0,5%
tranche supérieure à 500 000 000 FG 0,25%

- Cessions d’action, d’obligation


négociable, de parts de fondateur, de
parts bénéficiaires ou le capital n’est 10%
pas divisé en part simples. Valeur à l’acte (LF90 art24)

- Réduction de capital 3%
Montant de la réduction
- Dissolution 10%
- Liquidation 10%
- Prorogation 10%
III)- Autres actes et documents
- Acceptation pure et simple
Succession, legs ou communauté 50.000FG
- acte judiciaires 50.000FG
- attestations notariées 50.000FG
- certificat de propriété 50.000FG
- contrat de mariage :
a)- avec apport 50.000
b)- sans apport 50.000
- cession de créances 5%
Valeur de créance portée à
l’acte
- divorce 50.000FG
- non conciliation 50 000 FG (LF1990, art.24)
- exploit d’huissier 50.000FG (LF1990, art.24)

Code Général des Impôts 188


- condamnation en paiement 0,5% (LF1996, art.100)
- inscription d’hypothèque 1% Valeur des hypothèques
- main levée d’hypothèque 1% portée à l’acte (LF96,art100.)

Nantissement de fonds de commerce 1% (LF1996, art.100)


Nantissement de matériel 1% (LF1996,art.100)

- marchés 5% Montant des marchés


- Nantissement de marché
* de 1 à 10 millions de FG 1%
* de 10 à 100 millions de FG 0,50%
* de 100 à 1 milliard de FG 0,25% Montant des marchés
* supérieur à 1 milliard de FG 0,10% (LF 1996,art.100)

- procuration 50.000 FG
- renonciation pure et simple à
succession, legs ou communauté 50.000 FG
- rentes (constitution, cession) 3%
- testament 50.000 FG Montant global des rentes.

- Actes d’ouverture de crédit consentis par


les établissements bancaires (contrat de
prêts, découverts, facilités de caisse) et
autres opérations assimilées passées entre
sociétés mères et filiales 0,10%
Montant de l’opération
- Délivrance de visas, attestations, certificats (LF 2001, art.30)
ou autres pièces par la DNI :
1- Certificat d’immatriculation ou re-
immatriculation :
Sociétés et autres personnes morales 100 000FG
Personnes physiques 75 000 FG
2- Quitus fiscal
*Sociétés, ONG, professions libérales 100 000FG
*Personnes physiques 75 000FG
3- Certificat d’imposition / non imposition 100 000FG

Code Général des Impôts 189


3 - délais 4- Bureau d’enregistrement.

Art.535.- Les actes des officiers Art.539.- Les officiers ministé-


ministériels et officiers publics, riels et officiers publics ne peu-
les actes sous seing privés et les vent faire enregistrer leurs actes
actes des notaires doivent être qu’au bureau de la préfecture du
enregistrés sans exception dans lieu où ils résident.
les trente jours de leur date. Les huissiers et toutes autres
personnes ayant le pouvoir de
Art.536.- Doivent également être signifier des exploits ou d’établir
enregistrés dans les trente jours, des procès- verbaux ou rapport
de leur date, les procès verbaux font enregistrer les actes qu’ils
de conciliation dressés par les sont tenus de soumettre à cette
juges, les sentences arbitrales formalité au bureau de la préfec-
en cas ordonnance d’exequatur, ture du lieu où ils exercent leurs
les sentences arbitrales et les fonctions.
accords survenus en cours
d’instance, les ordonnances de Art.540.- Les procès-verbaux de
référé, ainsi que les jugements et vente publique et aux enchères
arrêt en premier ou en dernier de meubles, effets, marchan-
ressort contenant des décisions dises, bois, fruits, récoltes et tous
définitives en toutes matières. autres objets mobiliers ne peu-
vent être enregistrés au bureau
Art.537.- Les testaments dépo- où la vente a lieu.
sés chez les notaires ou par eux
reçus sont enregistrés dans les Art.541.- L’enregistrement des
six mois du décès des testateurs. actes sous seing privé soumis
obligatoirement à cette formalité
Art.538.- Dans tous les cas où la a lieu, pour les actes portant
présente codification fixe un délai transmission de propriété
pour l’enregistrement d’un acte d’usufruit ou de jouissance de
ou d’une déclaration, pour le biens meubles, de fond de com-
paiement d’un droit ou pour merce ou de clientèle, ainsi que
l’accomplissement d’une formali- pour les actes de cession d’un
té, le jour de la date de l’acte ou droit à un bail ou au bénéfice
celui du point de départ du délai d’une promesse de bail portant
n’est pas compté. surtout ou partie d’un meuble, au
Lorsqu’il expire un jour non ou- bureau de la situation des biens
vrable, le délai est prorogé jus- et, pour tous les autres actes, au
qu’au premier jour ouvrable qui bureau du domicile de l’une des
suit. parties contractantes.

Code Général des Impôts 190


Art.542.- Les déclarations de enregistrés au bureau de la si-
mutation verbale d’immeubles, tuation de ces immeubles sans
de fonds de commerce ou de qu’il puisse être exigé un double
clientèle, ainsi que les déclara- droit.
tions de cessions verbale d’un
droit au bail ou au bénéfice d’une Section III- Recouvrement
promesse de bail portant sur tout
ou partie d’un immeuble doivent Art.546.- les droits d’enregistre-
être faites au bureau de la situa- ment sont payés avant l’enre-
tion des biens. gistrement au taux et quotités
que prescrit le présent chapitre.
Art.543.- Les actes passés en Nul ne peut atténuer ni en diffé-
pays étranger peuvent être enre- rer le paiement sous prétexte de
gistrés dans tous les bureaux de contestation sous la quotité ni
la République indistinctement. pour quelque autre motif que se
soit, sauf à se pouvoir en restitu-
Art.544.- Les testaments faits tion s’il y a lieu .
hors de Guinée ne peuvent être
exécutés sur les biens situés en Art.547.- seul le receveur de
Guinée qu’après avoir été enre- l’enregistrement est habilité a
gistrés au bureau de domicile du percevoir les droits dûment liqui-
testateur en Guinée s’il en avait dés ; les droits ainsi acquittés
conservé un ou, dans tous les doivent l’objet d’un reçu extrait
autres cas, au bureau de son d’un carnet à souche et livré a
dernier domicile connu en Gui- qui de droit.
née.
S’il prévoit la disposition Art.548.- Les droits des actes à
d’immeuble situé en Guinée, le enregistrer seront acquittés :
testament doit être, en outre, 1- par les notaires pour les
enregistré au bureau de la situa- actes passés devant
tion de ces immeubles sans qu’il eux ;
puisse être exigé un double droit, 2- par les huissiers et autres
l’original du testament devant ayant pouvoir de faire des
être archivé par l’autorité compé- exploits et procès-ver-
tente du lieu. baux, pour ceux de leur
Art.545.- les mutations par dé- ministère ;
cès sont enregistrées au bureau 3- par les greffiers pour les
de domicile du de cujus, quelles actes et jugements pas-
que soient les valeurs mobilières sés et reçus aux greffes ;
ou mobiliers a déclarer. Les im- 4- par les secrétaires des
meubles doivent, en outre, être administrations locales pour

Code Général des Impôts 191


les actes de ces adminis- de 2%, et ajoutés à chaque ver-
trations soumis à la for- sement, tout mois commencé
malité ; comptant pour un mois entier.
5- par les parties, pour les
actes sous-seing privé ; Art.551.- A défaut de paiement,
6- par les héritiers, léga- les créances relatives aux droits
taires et donataires, leurs d’enregistrement font l’objet d’un
tuteurs et curateurs, et titre de perception individuel ou
les exécuteurs testamen- collectif établi par la Direction
taires, pour les testa- Nationale des Impôts.
ments et autres libéralité
à cause de mort. La notification du titre de percep-
tion interrompt la prescription
Art.549.- les héritiers, donataires courant contre l’administration.
ou légataires, les cohéritiers sont
solidaires pour le paiement des Art.552.- le redevable qui con-
droits de mutation par décès. teste le bien-fondé de la récla-
mation ou de la quotité des
Art.550.- sur la demande du lé- sommes réclamés peut former
gataire ou donataire ou de l’un opposition motivée dans le mois
quelconque des cohéritiers soli- de la réception de la notification.
daires le montant des droits de
mutation par décès peut être Art.553.- les poursuites précé-
acquitté en plusieurs versements dant du titre de perception peu-
égaux dont le premier a lieu au vent être engagées quinze jours
plus tard à la date de la décision après la notification de la position
accordant le délais de paiement de la Commission d’enregistre-
sollicité, sans que le paiement ment et du timbre, à défaut de
pour solde puisse intervenir plus paiement ou d’opposition avec
de trois ans après l’expiration du constitution de garanti.
délais prévu pour souscrire la Les poursuites ont lieu par minis-
déclaration de succession. tère d’huissier.
Le nombre de ces versements
est fonction de la décision accor- Section IV : droit de contrôle.
dant l’autorisation, sans qu’il ne
puisse en aucun cas être supé- Art.554.- après examen des
rieur à trois. actes et documents qui leur sont
Les intérêts sur les droits différés soumis pour enregistrement, les
sont calculés au taux pratiqué agents de la Direction Nationale
par la Banque Centrale de la des Impôts sont habilités en cas
République de Guinée, majoré de sous estimation, a contester

Code Général des Impôts 192


les valeurs portés dans ces do- riels, officiers publics, greffiers et
cuments et actes et, éventuelle- secrétaire d’administration pour
ment, à procéder à leur redres- les actes dont ils sont déposi-
sement par référence, à la valeur taires.
du marché.
Art.557.- L’autorité judiciaire
En cas de sous estimation fla- peut porter à la connaissance de
grante, l’Etat peut se substituer à la Direction Nationale des Impôts
l’acquéreur en exerçant le droit toutes indications qu’elle peut
de préemption tel que défini à recueillir et qui est de nature à
l’article 559. faire présumer une fraude com-
mise en matière fiscale ou une
Art.555.- Les administrations manœuvre quelconque ayant eu
d’Etat et autres collectivités pu- pour objet ou pour résultat de
bliques et les entreprises concé- frauder ou contourner la loi fis-
dées ou contrôlées par ces col- cale, qu’il s’agisse d’une instance
lectivités publiques, ainsi que civile ou commerciale ou d’une
tous les établissements ou orga- information criminelle ou correc-
nismes quelconques sous la tu- tionnelle même terminée par un
telle de l’autorité administrative, non-lieu.
ne peuvent opposer le secret
professionnel aux agents de la Durant le mois qui suit l’enre-
Direction Nationale des Impôts gistrement de toute décision les
dans l’exercice de leurs fonc- pièces restent déposées au
tions. greffe et demeurent à la disposi-
tion du service de l’enregistre-
Art.556.- Les dépositaires des ment .
registres de l’état civil et toutes
les autres personnes chargées Art.558.- pour l’assiette et le
des archives et dépôts de titres contrôle des droits, les agents de
publics sont tenus de les com- la Direction Nationale des impôts
muniquer aux agents de la Direc- ont le droit d’obtenir communica-
tion Nationale des Impôts à tion :
toutes réquisitions et de les lais- 1) Chez tous les officiers publics
ser prendre, sans frais, les ren- ou ministériels, de tous les
seignements extraits et copies documents comptables dont
qui leur sont nécessaire dans la tenue est prescrite par les
l’exercice de leur fonction. textes réglementant leur pro-
fession ;
Ses dispositions s’appliquent 2) Dans les sociétés quelle que
également aux officiers ministé- soit leur forme, les compa-

Code Général des Impôts 193


gnies et entreprise de toute La Direction Nationale des Im-
nature et les établissements pôts majorera d’un dixième les
de banque et de crédit, ainsi prix ainsi déclarés.
que chez les commerçants et
les assureurs, agents repré- Art.560.- pour les recouvrements
sentants, courtiers ou inter- confiés à la Direction Nationale
médiaires, les livres dont la des Impôts en vertu du présent
tenue est prescrite par le chapitre, autre que ceux des
code de commerce ou de droits en sus, amendes et pénali-
tous documents comptables tés, le trésor jouit d’un privilège
en tenant lieu, ainsi que tous sur tous les meubles et effets
les livres, registres titres mobiliers des redevables. Ce
pièces de recettes de dé- privilège s’exerce immédiate-
pense ou de comptabilité, de ment après celui des impôts di-
toutes polices et copie de po- rects et des taxes sur le chiffre
lices concernant des assu- d’affaires .
rances en cours et de tout
autre document pouvant ser- Art.561.- il est défendu a tout
vir au contrôle des droits, tels notaire ou greffier de recevoir un
que délibérations, compte acte en dépôt sans dresser acte
rendu d’assemblées, effets de dépôt. Les actes déposés
en portefeuille, bordereaux doivent être obligatoirement en-
de coupon, correspondance, registrés.
etc. Font exception les testaments
déposés chez les notaires par
Art.559.- lorsque que la Direction les testateurs.
Nationale des Impôts estime que
le prix de vente et de cession ou Art.562.- Il est défendu aux
le montant de bail sont insuffi- juges et arbitres de se prononcer
sants il peut être exercé, dans et aux administrations munici-
les six mois du jour de l’enre- pales de rendre un acte en fa-
gistrement, un droit de préemp- veur de particulier, sur des actes
tion au profit du trésor public. non enregistrés, à peine d’être
La Direction Nationale des Im- personnellement responsables
pôts est ainsi habilité à faire des droits.
substituer l’Etat à l’acquéreur de
l’immeuble, droit immobilier, Art.563.- Il ne peut être fait
fonds de commerce ou bail dont d’usage en justice d’aucun acte
les valeurs déclarées ont été passé en pays étranger qui n’ait
jugées insuffisantes. acquitté les mêmes droits que s’il
avait été souscrit en Guinée ; il

Code Général des Impôts 194


en est de même pour les men- Art.568.- Toute personne ou
tions desdits actes dans des société qui se livre à des opéra-
actes publics. tions d’intermédiaire dans l’achat
ou la vente d’immeuble ou de
Art.564.- Les tribunaux devant fonds de commerce qui d’une
lesquels sont produits des actes manière habituelle achète en son
non enregistrés doivent, soit sur nom des biens dont elle devient
réquisition du ministère public propriétaire en vue de les re-
soit même d’office, ordonner le vendre doit :
dépôt au greffe de ces actes
pour être immédiatement soumis - en faire la déclaration dans
à la formalité de l’enregistrement. les quinze jours du commen-
cement des opérations ci-
Art.565.- Les parties qui rédigent dessus visées, au bureau
un acte sous seing privé soumis des impôts de sa résidence
à enregistrement dans un délai et, s’il y a lieu, à chacune de
déterminé doivent en établir un ses succursales ou agences ;
double sur papier timbré revêtu - tenir deux répertoires à co-
des mêmes signatures que l’acte lonnes, non sujet au timbre,
lui même ; ce double reste dépo- présentant jour par jour, sans
sé au bureau de l’enregistrement blanc, ni interligne, ni rature
lorsque la formalité est requise. et par ordre numérique, tout
les mandats, promesses de
Art.566.- En matière ventes actes translatifs de
d’assistance judiciaire, les gref- propriété et, d’une manière
fiers sont tenus, dans les trois générale, tous les actes se
mois du jugement ordonnant rattachant à sa profession
liquidation des dépenses de la d’intermédiaire ou à sa quali-
taxe des frais par le juge, de té de propriétaire, l’un des
transmettre au receveur des im- répertoires étant affecté aux
pôts l’extrait du jugement ou opérations d’intermédiaire et
l’exécutoire. l’autre, à celles qui sont ef-
fectuées en qualité de pro-
Art.567.- Les états de frais dres- priétaire.
sés par les avocats, huissiers,
greffiers et notaires doivent faire Chaque article du réper-
ressortir distinctement, dans une toire doit contenir :
colonne spéciale et pour chaque 1° Son numéro ;
débours, le montant des droits 2° La date de l’acte ;
de toute nature payés au trésor. 3° Sa nature ;

Code Général des Impôts 195


4° Les noms et prénoms première quinzaine des mois de
des parties et leur domi- janvier, avril, juillet et octobre.
cile ;
5° L’indication des biens, Art.570.bis - En matière de droit
leur situation et le prix, d’enregistrement la non présen-
lorsqu’il s’agit d’actes qui tation des répertoires au visa du
ont pour objet la proprié- Chef de la division enregistre-
té, l’usufruit ou la jouis- ment par tout auxiliaire de justice
sance de bien. donne lieu à l’application d’une
amende de 1 million de francs
Art.569.- Les officiers ministé- guinéens. (LF.2011, art. 34)
riels, officiers publics, greffiers et
secrétaires d’administration et Art.571.- Les notaires, huissiers,
des collectivités locales doivent greffiers et secrétaires
tenir des répertoires à colonnes d’administration et des collectivi-
sur lesquels ils inscrivent, jour tés locales sont tenus de com-
par jour, sans blanc, ni interligne, muniquer leurs répertoires à
ni nature et ordre numérique : toute réquisition aux agents habi-
lités de la Direction Nationale
1- Les notaires : tous les actes et des Impôts qui se présentent
contrats qu’ils reçoivent même chez eux pour les vérifier.
ceux qui sont passés en bre-
vets ; Ces répertoires sont côtés et
2- Les huissiers : tous les actes paraphés, à savoir :
et exploits de leur ministère ; - ceux des notaires par le pré-
3- Les greffiers : tous les actes et sident ou, à défaut, par un
jugements qui doivent être enre- juge du tribunal de première
gistrés sur les minutes. instance de sa résidence ;
- ceux des huissiers et gref-
Art.570.- Les notaires, huissiers, fiers des tribunaux de pre-
greffiers et secrétaires mière instance et des cours
d’administration et des collectivi- d’appel, par le président ou
tés locales présentent tous les par le juge commis à cet ef-
trois mois leurs répertoires aux fet ;
agents habilités de la Direction - ceux des secrétaires des
Nationale des Impôts de leur administrations et des collec-
résidence qui les visent et énon- tivités locales par le chef de
cent dans leur visa le nombre l’administration ou de la col-
d’actes inscrits. Cette présenta- lectivité.
tion a lieu chaque année dans la

Code Général des Impôts 196


Les dispositions relatives à la bulletins n°3 du casier judiciaire
tenue et au dépôt des répertoires par eux délivrés.
sont applicables aux commis-
saires-priseurs et aux courtiers Les huissiers et greffiers présen-
de commerce, mais seulement tent, sous peine des sanctions
pour les procès-verbaux de prévues à l’article 586, le réper-
vente de meubles et de mar- toire prévu à l’article 572 au visa
chandises et pour les actes faits de l’agent habilité des impôts de
en conséquence de ces ventes. leur résidence, qui y mentionne
le numéro du dernier acte inscrit.
Art.572.- Les huissiers et gref- Cette présentation a lieu le 16
fiers tiennent sur registre non des mois de janvier, avril, juillet
timbré, côté et paraphé par le et octobre. Si le jour fixé pour le
président de la chambre civile du visa est un jour férié, le visa est
tribunal de première instance, apposé le jour ouvrable suivant.
des répertoires à colonnes sur
lesquels ils inscrivent, jour par Sous peine de l’amende fixée à
jour, sans blanc, ni interligne, ni l’article 586, les greffiers sont
rature et par ordre numérique, tenus, pour chaque omission,
tous les actes, exploits et déci- d’inscrire au répertoire spécial
sions judiciaires qui sont dispen- prévu à l’article 572 les bulletins
sés des formalités du timbre et n°3 du casier judiciaire par eux
de l’enregistrement. délivrés.
Chaque article du répertoire con-
tient : Art.574.- Toute déclaration de
1-) son numéro ; mutation par décès souscrite par
2-) la date de l’acte ; les héritiers, donataires et léga-
3-) sa nature ; taires ou leurs époux, tuteurs,
4-) les noms et prénoms des curateurs ou administrateurs
parties et leur domicile. légaux se termine par une men-
tion ainsi conçue :
Chaque acte porté au répertoire « Le déclarant affirme que la
est annoté de son numéro présente déclaration est sincère
d’ordre. et véritable ; il affirme, en outre,
qu’elle comprend l’argent comp-
Art.573.- sous peine d’amende à tant, les créances et toutes
fixer par le Ministère des fi- autres valeurs mobilières gui-
nances, les greffiers sont tenus, néennes ou étrangères qui, à sa
pour chaque commission, d’ins- connaissance, appartenaient au
crire au répertoire spécial les défunt soit en totalité, soit en
partie ».

Code Général des Impôts 197


Lorsque la partie affirme ne sa- de l’article 534 du présent cha-
voir ni ne pouvoir lire et écrire, le pitre.
receveur lui donne lecture et
traduction de la mention prescrite Art.577.- Les dispositions des
au paragraphe qui précède et articles 533 et 534 sont appli-
certifie au bas de la déclaration cables aux contrats de cession
que cette formalité a été accom- d’un droit à un bail ou au béné-
plie et que la partie a affirmé fice d’une promesse de bail por-
l’exactitude complète de sa dé- tant sur tout ou partie d’un im-
claration. meuble.

Art.575.- Dans tout acte ou dé- Art.578.- Le notaire qui dresse


claration ayant pour objet soit un inventaire après décès est
une vente d’immeubles, soit une tenu, avant la clôture, d’affirmer
cession de fonds de commerce, que, au cours des opérations, il
soit un échange ou un partage n’a constaté l’existence d’aucune
comprenant des immeubles ou valeur ou créance autre que
fonds de commerce, les ven- celles portées dans l’acte, ni
deurs acquéreurs, échangistes d’aucun compte en banque hors
ou copartageants ou leurs de Guinée, et qu’il n’a pas dé-
époux, tuteurs ou administra- couvert l’existence hors de Gui-
teurs légaux sont tenus chacun née soit d’un compte individuel
de terminer l’acte ou la déclara- de dépôt de fonds ou de titres,
tion par une mention ainsi con- soit d’un compte indivis ou col-
çue : lectif avec solidarité.
« La partie soussignée affirme
que le présent acte (ou la pré- Art.579.- Les meubles effets et
sente déclaration) exprime tous autres objets mobiliers ne
l’intégralité du prix ou de la peuvent être vendus publique-
soulte convenu.». ment et aux enchères qu’en pré-
sence et par ministère d’officiers
Les mentions prescrites par les publics ayant qualité pour y pro-
alinéas qui précèdent doivent céder.
être écrites de la main du décla-
Aucun officier public ne peut pro-
rant ou des parties à l’acte, si ce
céder à une vente publique aux
dernier est sous seing privé.
enchères d’objets mobiliers sans
qu’il n’en ait préalablement fait la
Art.576.- Le notaire qui reçoit un
déclaration au bureau des impôts
acte de vente, d’échange ou de
dans le ressort duquel la vente
partage est tenu de donner lec-
aura lieu.
ture aux parties des dispositions

Code Général des Impôts 198


Art.580.- La déclaration prévue à Art.582.-
l’article précédent est rédigée en 1-) Les droits d’enregistrement
double exemplaire et est datée et sont à la charge du déclarant. La
signée par l’officier public. Elle déclaration ne peut être produite
contient les nom, prénoms, quali- que par le preneur ou par le bail-
té et domicile de l’officier, du leur ; aucune autre personne ne
requérant et de la personne dont peut se substituer à l’une de ces
le mobilier sera mis en vente et deux parties ;
l’indication de l’endroit où se fera 2-) Les inscriptions hypothé-
la vente, ainsi que celle du jour caires et les main-levées d’hypo-
et de l’heure de son ouverture. thèque sont à souscrire par le
Elle ne peut servir que pour le bénéficiaire du prêt ou de l’opé-
mobilier de celui qui y sera dé- ration objet de l’hypothèque.
nommé.
Section V – Déclarations
La déclaration est déposée au
bureau des impôts et est enre- Art.583.- Les héritiers, légataires
gistrée sans frais. L’un des ou donataires ou leurs tuteurs ou
exemplaires, rédigé sur papier curateurs sont tenus de souscrire
timbré, est remis revêtu de la une déclaration détaillée et de la
mention de l’enregistrement à signer sur une formule imprimée
l’officier public qui devra fournie par l’Administration.
l’annexer au procès-verbal de la Toutefois, en ce qui concerne les
vente. L’autre exemplaire, établi immeubles situés dans la cir-
sur papier non timbré, est con- conscription de bureaux autres
servé au bureau. que celui où est souscrite la dé-
claration, le détail en est présen-
Art.581.- Les agents habilités de té non dans cette déclaration
la Direction Nationale des Impôts mais distinctement pour chaque
sont autorisés à se transporter bureau de la situation des biens
sur tous les lieux où se font des sur un formulaire fourni par
ventes publiques aux enchères l’Administration et signé par le
et à se faire présenter les pro- déclarant.
cès-verbaux de vente et les co-
pies des déclarations préalables. Art.584.- Les sociétés civiles et
Ils dressent le procès-verbal des commerciales, quelle que soit
contraventions qu’ils ont recon- leur forme juridique, sont tenues
nues et constatées. de faire au bureau de
l’enregistrement du lieu où elles
auront leur siège social, dans les
trois mois de leur constitution

Code Général des Impôts 199


définitive, une déclaration cons- Toute infraction à ces disposi-
tatant : tions est punie d’une amende de
100.000 FG.
1-) l’objet, le siège et la durée
de la société ; Toute société en infraction doit
2-) la date de l’acte constitutif, régler cette amende et régulari-
et celle de l’enregistre- ser sa situation dans le mois de
ment de cet acte, dont un la mise en demeure, sous peine
exemplaire sur papier non d’une amende de 100.000 FG
timbré dûment certifié est par mois supplémentaire de re-
joint à la déclaration ; tard.
3-) Les noms et domiciles des
administrateurs, directeurs Art.586.- Les héritiers, dona-
ou gérants ; taires ou légataires qui n’ont pas
4-) le nombre, la nature et la souscrit dans les délais prévus la
quotité des titres émis en déclaration des biens à eux
distinguant, le cas échéant, transmis par décès payent, à titre
les actions des obligations
d’amende, 1% des droits dus par
les titres nominatifs des
mois ou fraction de mois de re-
titres au porteur.
tard.
Toute infraction à ces disposi-
tions est punie d’une amende
Cette amende ne peut excéder
équivalent à 30% du capital so-
en totalité la moitié du droit
cial.
simple qui est dû pour la muta-
tion, ni être inférieure à 10.000
Section VI – Pénalités
FG. Si la déclaration ne donne
ouverture à aucun droit, les héri-
Art.585.- En cas de modification
tiers, donataires ou légataires
quelconque aux statuts, de
paieront une astreinte de 5.000
changement d’administrateurs,
FG par mois ou fraction de mois
directeurs ou gérants, d’émission
de retard.
de titres nouveaux ou de dissolu-
tion, les sociétés visées ci-
Les tuteurs ou curateurs suppor-
dessus devront en faire la décla-
tent personnellement la peine ci-
ration, dans un délai d’un mois,
dessus lorsqu’ils ont négligé de
au bureau qui aura reçu la décla-
faire les déclarations dans les
ration primitive et déposer en
délais.
même temps un exemplaire de
l’acte ou de la délibération ayant
Art.587.- La peine pour les
pour objet ces modifications,
omissions qui sont reconnues
changements, émission ou dis-
avoir été faites dans les déclara-
solution.

Code Général des Impôts 200


tions de biens transmis par dé- l’amende et en supporte définiti-
cès est d’un droit en sus de celui vement la moitié.
qui se trouve dû pour les objets
omis, sans que ce droit en sus Art.588.- Tout retard dans
puisse être inférieur à 30.000 l’enregistrement des actes et
FG. documents soumis à cette forma-
lité, dont le paiement des droits
Dans tous les cas où l’omission prévus en matière de succes-
présente le caractère d’une dis- sions, entraîne la perception
simulation frauduleuse, la peine d’une pénalité égale à 10% des
est du double du droit en sus de droits exigibles. Lorsque le retard
celui qui est dû pour les objets dépasse trois mois à compter du
omis. dernier jour du délai d’enregistre-
ment, la pénalité appliquée est
Les tuteurs ou curateurs suppor- égale au montant des droits
tent personnellement les peines simples exigibles.
ci-dessus lorsqu’ils ont fait des
omissions ou des dissimulations Art.589 - Tout défaut de paie-
frauduleuses sans que ce droit ment du droit d’enregistrement
en sus puisse être inférieur à 30 d’un acte notarié dans un délai
000 FG. d’un mois est imputable au no-
Dans tous les cas où l’omission taire qui l’a rédigé et est person-
présente le caractère sus de nellement redevable du montant
celui qui est dû pour les objets sans préjudice d’une pénalité de
omis. 50% si le retard excède 2 mois et
de 100% des droits lorsque le
Toute déclaration souscrite pour défaut de déclaration a été cons-
le paiement des droits de muta- taté par l’administration. Toute-
tion par décès qui a indûment fois les notaires et les différentes
entraîné la déduction d’une dette parties visées dans les actes
est punie d’une amende égale au authentiques sont solidaires en
triple du supplément de droit cas de non acquittement des
exigible, sans que cette amende droits légalement dus (LF 2001,
puisse être inférieure à 30.000 art.32 modifié par la LF 2003,
FG. art.20)

Le prétendu créancier qui en a Art.590.- Lorsqu’elle entraîne un


faussement déclaré l’existence préjudice pour le trésor, toute
est tenu solidairement avec le inexactitude ou omission dans
déclarant au paiement de les pièces ou déclarations dépo-
sées aux fins d’enregistrement, y

Code Général des Impôts 201


compris les insuffisances de prix, sans qu’il soit nécessaire
donne lieu au paiement d’un droit de recourir à des re-
en sus égal au complément du cherches ultérieures ;
droit simple exigible, sans pour b) A compter du jour où les
autant être inférieur à 30.000 FG. agents de la Direction
Nationale des Impôts ont
Les pénalités pour retard de été mis en mesure de
paiement prévues à l’article pré- constater les contraven-
cédent s’appliquent à la fraction tions ou, en ce qui con-
du prix qui a été dissimulée. cerne les répertoires, du
jour ou ceux-ci ont été
Art.591.- Est nulle et de nul effet, présentés à leur visa.
toute convention ayant pour objet 2-) Après un délai de dix
de dissimuler partie du prix d’une ans :
vente d’immeuble ou d’une ces- • A compter du jour du dé-
sion de fonds de commerce ou cès, pour la demande re-
de clientèle ou d’une cession de lative au dépôt de la dé-
droit à un bail ou au bénéfice claration de succession et
d’une promesse de bail sur tout de paiement des droits et
ou partie d’un immeuble et tout pénalités de retard auxquels
ou partie de la soulte d’une cette déclaration donne ou-
échange ou d’un partage com- verture ;
prenant des biens immeubles, un • A compter du jour de
fonds de commerce ou une clien- l’enregistrement de la dé-
tèle. claration de succession,
pour la demande relative
Section VII – Prescription et aux droits et pénalités
restitution exigibles sur la valeur des
biens omis dans cette
1. – Prescription. déclaration ;
• A compter du jour de
Art.592.- Il y a prescription : l’enregistrement de l’acte
1-) Après un délai de trois ans : de donation ou de la décla-
a) A compter du jour de ration de succession, pour
l’enregistrement d’un acte la demande relative aux
ou autre document ou droits et pénalités exigibles
d’une déclaration, pour la par suite de l’indication
demande relative aux inexacte, dans cet acte
droits dont l’exigibilité se- ou cette déclaration, du
rait suffisamment révélée lieu ou du degré de pa-
par cet enregistrement, renté entre le donateur ou

Code Général des Impôts 202


de cujus et les dona- erreur des parties ou de
taires, héritiers ou léga- l’Administration est prescrite
taires ; après un délai de deux ans à
• A compter du jour de compter du paiement.
l’enregistrement de la dé-
claration de succession : En ce qui concerne les droits
devenus restituables par suite
- pour la demande relative aux d’un événement postérieur,
droits et pénalités exigibles l’action en remboursement est
par suite de l’inexactitude prescrite après une année à
d’une attestation ou déclara- compter du jour où les droits sont
tion de dette ; devenus restituables et au plus
- pour l’action tendant à prou- tard, en tout état de cause, après
ver la simulation d’une dette cinq ans à compter de la percep-
dans les conditions de tion.
l’article 591 ;
- pour les demandes signifiées La prescriptions sont interrom-
par le versement d’un pues par les demandes signi-
acompte ou par le dépôt fiées après ouverture du droit au
d’une pétition en remise des remboursement. Elles le sont
pénalités. également par les demandes
motivées que les contribuables
La notification du titre de percep- adressent à l’administration par
tion interrompt la prescription lettre recommandée avec accusé
courant contre l’Administration à de réception.
laquelle se substitue la prescrip-
tion de droit commun. Art.594.- Il est crée une Com-
mission de l’enregistrement et du
La date des actes sous seing timbre composée :
privé ne pourra être opposée au 1. du Directeur National des
Trésor pour prescription des Impôts ou son représentant ;
droits et peines encourues, à 2. du Chef Bâtonnier de l’ordre
moins que ces actes n’aient ac- des avocats, notaires et
quis une date certaine par les huissiers ou son représen-
décès de l’une des parties ou de tant.
toute autre manière.
La commission tient ses réunions
2 - Restitution au siège de la Direction Natio-
nale des Impôts.
Art.593.- L’action en restitution
des sommes indûment ou irrégu-
lièrement perçues par suite d’une

Code Général des Impôts 203


Le contribuable dûment repré- de signifier sa position au contri-
senté est invité à se présenter buable intéressé par lettre re-
devant la Commission pour faire commandée avec accusé de
valoir sa position. réception dans un délai
n’excédant pas un mois.
La Commission examine toutes
requêtes des redevables portant Art.595.- Les tribunaux de pre-
sur le champ d’application des mière instance sont compétents
droits, l’assiette, la liquidation, le pour statuer en matière
recouvrement ou tout autre as- d’enregistrement et de timbre.
pect de l’application des droits
d’enregistrement ; la Direction
Nationale des Impôts est tenue

Chapitre 2 – LES DROITS DE TIMBRE


du 30/09/1999 portant fixation
Section I – Dispositions des tarifs des droits de timbre
Générales et des actes administratifs pu-
blics ci-après annexé (annexe
Art.596.- La contribution du 8)).
timbre est acquittée par
l’apposition de timbres mobiles Art.597.- En ce qui concerne les
sur les documents soumis à jugements et arrêts correction-
l’enregistrement conformément nels, la formalité peut être ac-
complie au moyen du « visa pour
aux dispositions de l’article 521 timbre ».
et s. du présent code.
Art.598.- La formalité du timbre
Les actes administratifs sont peut être acquittée, selon les
soumis au paiement d’un droit de cas, au moyen soit du timbre de
timbre. Ce paiement se traduit dimension, soit du visa soit du
par l’apposition d’un timbre fiscal timbre quittance.
dûment oblitéré par le service
administratif qui délivre l’acte. Un
arrêté du ministre chargé des Section II – Assiette et
finances fixe la liste des actes liquidation
retenus et le tarif du droit de
timbre.(LF 1995, art.24 complé- Art.599.- Les tarifs de timbre
té par l’arrêté A/99/5330/MEF sont fixés comme suit :

Code Général des Impôts 204


Tarifs
Nature des actes Fixes Proportionnels

Connaissements

- Transports intercontinentaux………………………... 10 000


- Connaissements venant de l’étranger ………………. 10 000

Timbre de dimension

- Demi-feuille et papier normal…………………………. 250


- Papier registre ............................................................. 500

Droit de timbre sur les marchés publics et privés

- Tranche de 1 à 10 millions de FG 1%
- Tranche de 10 à 100 millions de FG 0,5%
- Tranche de 100 à 1 milliard de FG 0,25%
- Tranche supérieure à 1 milliard de FG 0,10%
(LF 95 art.23)
Effets de commerce

- Effets ordinaires 1%
- Effets domiciliés dès leur création dans un établissement de crédit
ou un bureau de chèques postaux ……………………. 1%

Timbre pour affiches publicitaires

- Sur papier libre ……………………………………………. 1 000


- Sur panneaux toutes dimensions…………………………… 3 000
( y compris panneaux lumineux).

Quittances

- Pour les sommes comprises entre 10 000 et 50 000 FG …… 1 000


- Pour les sommes comprises entre 50 000 et 1 million …….. 2 000
- Pour les sommes supérieures à 1 million de FG …………… 5 000

Code Général des Impôts 205


Art.600.- Dans les divers cas où, vendre ou distribuer ces papiers
en matière d’impôts, le paiement et impressions.
est attesté par l’apposition de
timbres ou vignettes, Les timbres, papiers et impres-
l’administration fiscale peut, sous sions timbrées saisis chez ceux
certaines conditions, autoriser qui en font le commerce en con-
les redevables à effectuer la for- treventions aux dispositions de
malité à l’aide de machines à l’alinéa qui précède sont confis-
timbrer. qués au profit du trésor.

Ces modes particuliers de paie- Art.604.- Le papier timbré qui a


ment sont réglementés par le été employé à un acte quel-
présent chapitre. conque ne peut servir pour autre
acte, quand bien même le pre-
Art.601.- Sans préjudice des mier n’aurait pas été achevé.
dispositions particulières expo-
sées dans le présent chapitre, Art.605.- Il ne peut être fait, ni
sont solidaires pour le paiement expédié, deux actes à la suite
des droits de timbre et des l’un de l’autre sur la même feuille
amendes : de papier timbré, nonobstant tout
usage ou règlement contraire.
1. tous les signataires, pour les
actes synallagmatiques ; Sont exceptés de la disposition
2. les prêteurs et les emprun- qui précède : les rectifications
teurs, pour les obligations ;
des actes passés en l’absence
3. les officiers ministériels qui
des parties, les quittances des
ont reçu ou rédigé des actes
mentionnant des actes ou
prix de vente et celles de rem-
livres non timbrés. boursements de contrats de
constitution et obligation, les in-
Art.603.- Nul ne peut vendre ni ventaires, procès-verbaux et
distribuer des timbres, papiers ou autres actes qui ne peuvent être
impressions timbrées qu’en vertu consommés dans un même jour
d’une commission de l’Adminis- et dans la même vacation, les
tration. procès-verbaux de reconnais-
sance et levée de scellés, les
Toutefois, les préposés du Tré- significations des huissiers qui
sor, agents spéciaux, receveurs peuvent faire l’objet de plusieurs
de la Direction Nationale des quittances authentiques ou être
Impôts ou gérants de bureau de délivrées par les comptables de
poste et agents des douanes derniers publics sur une même
sont habilités de plein droit à créance ou sur un seul terme de

Code Général des Impôts 206


fermage ou de loyer. Toutes du timbre prescrit et d’énoncer le
autres quittances qui sont don- montant du droit de timbre payé.
nées sur une feuille de papier
timbré n’ont pas plus d’effet que En cas d’omission, les notaires,
si elles l’étaient sur papier non avocats, greffiers, huissiers et
timbré. autres officiers publics sont pas-
sibles d’une amende de 30 000
Art.606.- Il est fait défense aux FG pour chaque contravention.
notaires, huissiers, greffiers ar-
bitres et experts d’agir, aux juges Art.609.- Il est également fait
de se prononcer et aux adminis- défense à tout inspecteur de
trations publiques de rendre un l’enregistrement :
arrêté sur un acte, registre ou
effet de commerce non écrit sur 1. d’enregistrer un acte qui ne
papier marqué du timbre prescrit serait pas sur papier marqué
ou non visé pour timbre. du timbre prescrit ou qui
n’aurait pas été visé pour
Aucun juge ou officier public ne timbre ;
peut coter ni parapher un registre 2. d’admettre à la taxe ou à la
assujetti au timbre, si les feuilles formalité de l’enregistrement
n’en sont pas timbrées. les protêts d’effets négo-
ciables sans se faire repré-
Art.607.- Les états de frais dres- senter ces effets en bonne et
sés par les avocats, huissiers, due forme.
greffiers et notaires doivent faire
ressortir distinctement, dans une Art.610.- Toute contravention
colonne spéciale et pour chaque aux dispositions du présent cha-
débours, le montant des droits pitre est passible d’une amende
payés au trésor. de 30 000 FG sans préjudice du
paiement du droit de timbre ini-
Art.608.- Lorsqu’un effet, titre, tialement dû.
livre, bordereau ou tout autre
acte sujet au timbre et non enre- Art.611.- Lorsque des actes,
gistré est mentionné dans un registres, effets ou pièces quel-
acte public, judiciaire ou extra- conques en contravention à la
judiciaire, mais n’a pas été re- réglementation du timbre leur
présenté à l’inspecteur lors de sont présentés, les agents de la
l’enregistrement de cet acte, Direction Nationale des impôts
l’officier public ou ministériel est sont autorisés à les retenir pour
tenu de déclarer expressément les joindre aux procès-verbaux
dans l’acte si le titre est revêtu qu’ils en font, à moins que les

Code Général des Impôts 207


contrevenants ne consentent à agents de la Direction Nationale
signer lesdits procès-verbaux ou des impôts ont été mis en me-
à acquitter sur le champ sure de constater les contraven-
l’amende encourue et le droit de tions au vu de chaque acte sou-
timbre. mis à l’enregistrement.

Art.612.- Les préposés des Art.615.- Les distributeurs auxi-


douanes ont, pour constater les liaires de timbres mobiles paient
contraventions au titre des actes comptant leurs commandes au-
ou écrits sous seing-privé et pour près du receveur de
saisir les pièces en contraven- l’enregistrement et du timbre.
tion, les mêmes attributions que
les agents de la Direction Natio- Il leur est alloué, sur le montant
nale des impôts. annuel des achats, une remise
de 2 %.
Art.613.- Les droits de timbre et
amendes pour contravention à la Art.616.- Dans tous les cas où la
réglementation sont recouvrés présente codification autorise
par voie de titre de perception et, l’usage de timbres mobiles,
en cas d’opposition, les ins- ceux-ci sont oblitérés au moment
tances sont instruites et jugées de l’emploi par l’apposition à
selon les formes prescrites par l’encre, en travers du timbre, de
les règlements en vigueur. la signature des contribuables,
ainsi que de la date et du lieu de
Pour les droits de timbre perçus l’oblitération.
par la Direction Nationale des
impôts qui ne sont pas majorés Cette signature peut être rem-
de pénalités de retard par les placée par un cachet faisant
textes en vigueur, il est ajouté, à connaître le nom ou la raison
compter de la date de la notifica- sociale du redevable, ainsi que la
tion du titre de perception, des date et le lieu de l’oblitération.
intérêts moratoires calculés au
taux légal sur la somme recon- L’oblitération doit être faite de
nue exigible. Tout mois com- telle manière que la signature et
mencé est compté pour un mois la date ou le cachet figurent en
entier. partie sur le timbre mobile et en
Art.614.- Une prescription de partie sur le papier sur lequel le
trois ans s’applique aux timbre est apposé.
amendes pour contravention à la
réglementation du timbre. Cette Art.617.- Sont considérés com-
prescription court du jour où les me non timbrés les actes ou

Code Général des Impôts 208


écrits sur lesquels le timbre mo- des impôts, officiers de police
bile a été apposé ou oblitéré judiciaire, agents de la force pu-
usage ou sans l’accomplisse- blique et préposés des douanes.
ment des conditions prescrites
ou sur lesquels a été apposé un Art.622.- Les contraventions
timbre ayant déjà servi. sont constatées par des em-
ployés des douanes ou de la
Art.618.- Les timbres mobiles Direction Nationale des impôts et
sont collés sur la première page par tous autres agents ayant
de chaque feuille et oblitérés au qualité pour verbaliser en ma-
moyen d’un cachet ou de la si- tière de timbre.
gnature du contribuable.
Les capitaines de navires gui-
Art.619.- Il est interdit à toutes néens ou étrangers doivent exhi-
personnes, sociétés et établis- ber aux agents des douanes soit
sements publics d’encaisser ou à l’entrée, soit à la sortie des
de faire encaisser pour leur ports, les connaissements. Le
compte ou pour le compte manquement à cette prescription
d’autrui des effets de commerce est punie d’une amende de 100
ou toutes autres valeurs non 000 FG.
timbrées ou non visées pour
timbres. Art.623.- Les droits acquittés
volontairement par les contri-
Art.620.- Le droit de timbre est à buables au moyen, même à la
la charge du débiteur ; néan- suite d’une erreur, de papiers ou
moins, le créancier qui a donné de timbres mobiles ne peuvent
quittance, reçu ou décharge en être restitués ; il en est de même
contravention aux dispositions des droits payés au moyen de
des articles 621, 622 et 623 est machines à timbrer dont le mode
tenu personnellement et sans de perception rend, comme dans
recours, nonobstant toute stipu- le cas précédent, la restitution
lation contraire, au paiement du impossible.
montant des droits, frais et
amendes. Art.624.- Si les droits ont été
versés sur la requête d’un agent
Art.621.- La convention est suffi- de l’administration ou si le paie-
samment établie par la représen- ment résulte d’une erreur de
tation des pièces non timbrées et l’administration, la restitution est
annexées aux procès-verbaux possible.
que sont autorisées à dresser les
agents de la Direction Nationale

Code Général des Impôts 209


Les droits de timbre payés en ou à forfait, sont toujours suscep-
numéraire, notamment les paie- tibles d’être restitués.
ments sur états, sur déclarations

CHAPITRE III
Dispositions communes à l’enregistrement et au timbre

Exonérations du ministère public et ayant pour


objet :
Art.625.- Sont exonérés de la
formalité de l’enregistrement les 1. de réparer les omissions et
actes faits en vertu et pour faire les rectifications néces-
l’exécution des textes relatifs aux saires sur les registres de
accidents du travail, à l’exception l’état civil, s’agissant d’actes
des procès-verbaux de concilia- qui intéressent des individus
tion et des décisions définitives notoirement indigents ;
des juridictions saisies, lesquels 2. de remplacer les registres de
actes sont enregistrés gratis. l’état civil perdus ou détruits
et de suppléer aux registres
Les mêmes règles sont appli- qui n’auraient pas été tenus.
cables en matière de timbre.
Sont enregistrés gratis les juge-
Art.626.- Les actes constatant ments prononcés à la requête du
des acquisitions d’immeubles ministère public et ayant le
faites par les collectivités locales même objet.
en vue de revente après lotisse-
ment sont exonérés des droits de Art.629.- Les registres d’état
timbre. civil, ainsi que les tables an-
nuelles et décennales de ces
Art.627.- Sont exonérées de registres, sont dispensés de
toute perception au profit du tré- timbre, de même que les extraits
sor les acquisitions faites à des actes d’état civil de toute
l’amiable et titre onéreux par les nature délivrés aux particuliers.
collectivités locales et destinées
à des travaux d’urbanisme ou de Art.630.- Sont dispensés de
construction. l’enregistrement toutes les
pièces relatives à l’application de
Art.628.- Sont exonérés de la la réglementation sur les alloca-
formalité de l’enregistrement les tions familiales, ainsi que les
actes de procédure (à l’exception jugements et arrêts et générale-
des jugements) faits à la requête ment tous les actes de procédure

Code Général des Impôts 210


relatifs à cette même réglemen- exempts de la formalité de
tation. l’enregistrement.

Tous les actes, jugements et Les autres pièces à produire


pièces énumérés au présent certaines ventes telles que certi-
article sont dispensés du timbre, ficats de propriété ou intitulés
tant sur les originaux que sur d’inventaires, sont aussi exoné-
leurs extraits, grosses ou expédi- rées de la formalité de l’enre-
tions. gistrement et du timbre.

Art.631.- Le contrat d’appren- Art.635.- Les imprimés, écrits et


tissage constaté par écrit est actes de toute espèce néces-
exempt de la formalité de l’enre- saires pour le service des
gistrement. caisses d’épargne sont exempts
La même exemption s’applique des formalités de l’enregistre-
pour la formalité du timbre. ment et du timbre.

Art.632.- Sont exonérés de la Art.636.- Les registres et livrets


formalité de l’enregistrement tous à l’usage des caisses d’épargne
les actes faits en exécution des sont exonérés des droits de
dispositions de la législation du timbre.
travail et de la prévoyance so-
ciale en matière de différends Art.637.- Sont dispensés de
individuels ou collectifs entre timbre les certificats, actes de
patrons et ouvriers ou employés. notoriété et toutes autres pièces
exclusivement relatives à la li-
Il en est de même de tous les quidation et au paiement des
actes nécessités par l’application pensions que l’Etat acquitte en
des textes sur les procédures de complément des rentes viagères
conciliation et d’arbitrage. servies au personnel ouvrier des
administrations publiques par la
Art.633.- La demande d’une per- caisse nationale de sécurité so-
sonne qui sollicite l’assistance ciale.
judiciaire est faite sur papier
libre. Art.638.- Sont exonérés du droit
de timbre les certificats de mala-
Art.634.- Les cédules ou avertis- die délivrés par les médecins
sements pour citer soit devant la assermentés quand ces docu-
justice de paix, soit devant le ments concernent des agents au
bureau de conciliation, sont service d’une collectivité pu-
blique.

Code Général des Impôts 211


Art.639.- Les dons et legs de naux de commerce sont portées
toute nature consentis au béné- devant le juge de paix par simple
fice de l’association « la croix - déclaration faite sans frais.
rouge » sont exonérés de tous
droits d’enregistrement et de Les actes judiciaires auxquels
timbre. donne lieu cette instance devant
le juge de paix ne sont pas sou-
Sont également exonérés de mis au timbre.
tous droits de timbre et Art.644.- Les plans, procès – ver-
d’enregistrement l’acquisition et baux, certificats, significations,
la location par la croix – rouge contrats et autres actes faits en
des immeubles nécessaires à vertu des textes sur l’expropriation
son fonctionnement. pour cause d’utilité publique sont
exonérés de la formalité de l’enre-
Art.640.- Sont exonérés de la gistrement, à l’exception des ju-
formalité de l’enregistrement les gements, contrats de vente et
prescriptions, mandats et ordon- actes fixant l’indemnité qui sont
nances de paiement sur les enregistrés gratis lorsqu’il y a lieu
caisses nationales ou locales, à la formalité du timbre.
leurs endossements et acquits,
ainsi que les quittances des fonc- Les dispositions de l’alinéa qui
tionnaires et employés salariés précède sont applicables :
de l’administration, pour leurs 1. a tous les actes ou contrats
traitements et émoluments. relatifs à l’acquisition de ter-
rains, même clos ou bâtis, ef-
Art.641.- Sont exempts de la fectuée en exécution d’un
formalité de l’enregistrement les plan d’alignement régulière-
actes de procédure relatifs aux ment approuvé pour l’ouver-
inscriptions sur les listes électo- ture ou l’élargissement de
rales, ainsi qu’aux réclamations rues ou places publiques et
et aux recours tant contre ces de routes pistes reconnues ;
inscriptions que contre les opéra- 2. a tous les actes et contrats
tions électorales. aux terrains acquis pour la
voie publique par simple me-
Art.642.- Tous les actes judi- sure de voirie.
ciaires en matière électorale sont
dispensés du droit de timbre. Art.645.- Le contrat de travail tel
que réglementé par les lois en
Art.643.- Les réclamations contre vigueur est exonéré de tous droits
la confection des listes relatives à de timbre et d’enregistrement.
l’élection des membres des tribu-

Code Général des Impôts 212


Sont également exonérés de tous Art.646.- L’assisté judiciaire est
droits de timbre et d’enregistre- dispensé du paiement des som-
ment : mes dues au trésor pour droits de
1. les certificats de travail déli- timbre, d’enregistrement et de
vrés aux travailleurs ; greffe, ainsi que de toute consi-
2. les livres d’ouvrier et toutes gnation d’amende.
les pièces délivrées pour
constater la qualité de salarié
sont exonérés de timbre.

Code Général des Impôts 213


TITRE V - PROCEDURES FISCALES

DIVISION I
DROITS DE COMMUNICATION ET DE VERIFICATION
(LF 1994)

Art.647. - les dispositions de la soit leur forme, les banques et


présente division s’appliquent établissements assimilés, les
aux impôts directs, taxes indi- compagnies d’assurance, les
rectes, droit d’enregistrement et représentants, courtiers et inter-
de timbre. médiaires. Toutefois, en ce qui
concerne les professions libé-
SECTION I - DROIT DE COM- rales dont l’exercice implique des
MUNICATION prestations de services à carac-
tère juridique, fiscal ou comp-
Art.648. - Pour permettre de
table, le droit de communication
relever tout renseignement utile
ne peut porter que sur la com-
en vue de l’assiette et du con-
munication globale du dossier.
trôle de l’impôt sur le revenu dû
par des tierces personnes, Art.649. - Sur la demande de la
l’administration des impôts peut Direction Nationale des Impôts,
demander communication : les personnes susvisées sont
a) des documents de services ou tenues d’indiquer les soldes, à
comptables détenus par les ad- une date déterminée, des
ministrations de l’Etat, les collec- comptes ouverts dans leurs écri-
tivités locales, les établissements tures au nom de leurs clients,
publics ou tout organisme sans ainsi que le montant des ventes
que puisse lui être opposé le effectuées à un client pendant
secret professionnel. une période donnée lorsque ce
b) des livres et documents dont client exerce lui-même une acti-
la tenue est rendue obligatoire vité économique.
par les lois en vigueur, pour les
personnes physiques ou morales Art.650. - A l’ égard des socié-
exerçant une activité passible de tés, le droit de communication
l’impôt sur le revenu ou de prévu à l’article 1er s’étend au
l’impôt sur les sociétés, notam- registre de transfert d’actions et
ment les officiers publics ou mi- d’obligations, ainsi qu’aux feuilles
nistériels, les entreprises privées, de présence aux assemblées
les sociétés, quelle que générales.

Code Général des Impôts 214


Art.650.bis - Tout contribuable les intéressés ne fournissent les
personne morale ou physique qui renseignements par écrit ou re-
s’abstiendra de communiquer à mettent leurs documents aux
l’Administration fiscale tout ren- agents contre récépissé.
seignement ou document néces-
saire pour l’assiette ou le con- Art.652.bis - Pour rechercher
trôle de l’impôt, est passible les manquements aux règles de
d’une amende de 1 million de facturation auxquels sont soumis
francs guinéens. Le paiement de les assujettis à la TVA, les
cette amende n’interrompe pas agents des impôts ayant le grade
une procédure de taxation d’inspecteur peuvent se faire
d’office engagée et ne libère pas présenter les factures, notes,
le redevable des obligations dé- bandes de caisse ou autres
claratives. pièces tenant lieu de factures
afin de s’assurer de l’application
Tout refus de prendre une cor- correcte des règles de la TVA.
respondance de l’Administration
fiscale entraine l’établissement A cette fin les inspecteurs peu-
d’un procès-verbal et le pli con- vent avoir accès aux locaux pro-
cerné est considéré comme ef- fessionnels de l’assujetti pendant
fectivement reçu. tout le temps de travail de
(LF.2011, art.35) l’entreprise.
Art.651. - L’autorité judiciaire
Mais le domicile privé des diri-
peut donner connaissance à
geants de l’entreprise n’est pas
l’administration fiscale de toute visé par cette disposition. (LF2008.
indication qu’elle peut recueillir, art. 16).
de nature à faire présumer une
fraude commise en matière fis- Art.652.ter - Lors de la première
cale, ou une manœuvre quel- intervention, l’Administration fis-
conque ayant pour objet ou pour cale remet un avis d’enquête
résultat de frauder ou de com- dument signé par le Directeur
promettre un impôt, qu’il s’agisse national ou son Adjoint au contri-
d’une instance civile ou d’une buable ou, en son absence, à
information criminelle ou correc- son représentant.
tionnelle, même terminée par un
non-lieu. A l’issue de l’enquête, les inspec-
Art.652. - Le droit de communi- teurs établissent un procès-
cation s’exerce dans les locaux verbal consignant les manque-
des personnes physiques et mo- ments constatés ou l’absence de
rales concernées, à moins que tels manquements. Le droit

Code Général des Impôts 215


d’enquête ne peut en lui-même Art.655. - Toute vérification sur
donner lieu à une notification de place doit être précédée d’un
redressement. Cependant l’Admi- avis de vérification ou de pas-
nistration peut exercer son droit de sage indiquant la nature, la date
reprise. de vérification ainsi que les an-
nées soumises à vérification.
Le procès-verbal est conjointe-
ment signé par les inspecteurs Art.656. - Les contribuables
des services fiscaux et le contri- doivent être informés qu’ils ont la
buable. faculté de se faire assister d’un
conseil de leur choix, par men-
En cas de refus de signer par tion spéciale sur l’avis de vérifi-
l’une des parties, mention en est cation.
faite au procès-verbal.
Art.657. - En cas de contrôle
Toute opposition à une mission inopiné tendant à la constatation
d’enquête est passible d’une des éléments physiques de
amende de cinq millions de l’exploitation, ou de l’existence
francs guinéens. (LF2013, art. ou de l’état des documents
14) comptables, l’avis de vérification
est remis au début des opéra-
Art.653. - Un arrêté du Ministre tions.
des finances fixe les modalités
d’application des dispositions de Art.658. - A l’issue de la vérifica-
la présente section. tion les inspecteurs des impôts
doivent obligatoirement envoyer
Art.653A au contribuable vérifié soit une
Art.653 A1 notification de redressements,
soit une notification d’absence de
SECTION II - DROIT DE redressements.
CONTROLE
Art.659. - La notification de re-
Art.654. - Il est reconnu à dressements doit indiquer entre
l’administration fiscale le droit de autre les impôts droits taxes pé-
vérification sur pièces et sur riodes, documents et points pré-
place des déclarations fiscales cis examinés ainsi que les ar-
souscrites par tout contribuable ticles du présent code ou de tout
soumis au régime réel d’impo- autre texte légal appliqué.
sition.

Code Général des Impôts 216


Art.660. - A la réception de la être opposés à l’administration
notification de redressements les fiscale qu’en ce qui concerne les
contribuables peuvent formuler périodes documents impôts
des observations ou accepter les droits et taxes qui y sont indi-
redressements envisagés dans qués. Il en résulte que l’examen
un délai de 30 jours (15 jours en de tout nouveau document ou
matière de TVA article 49 LF 96). point nouveau peut entraîner
En cas de rejet total ou partiel valablement un nouveau redres-
des observations formulées par sement.
le contribuable, l’inspecteur des
impôts ayant rédigé la notifica- Art.664. - Les agents des im-
tion doit obligatoirement consta- pôts sont tenus de garder secret
ter par écrit, le désaccord total les renseignements de quelque
ou partiel qui subsiste. Il doit nature que ce soit recueillis dans
envoyer dans le délai maximum l’exercice de leurs fonction.
de trois mois à compter de la Ces dispositions ne s’opposent
date de réception des observa- pas à l’échange de renseigne-
tions formulées par ce dernier, ments entre l’administration gui-
un écrit pour confirmer les re- néenne et celles des Etats avec
dressements ou notifier l’accep- lesquels sont conclues des con-
tation de ses observations. ventions fiscales et/ou d’assis-
Le défaut de confirmation dans le tance mutuelle administrative.
délai sus visé équivaut à une
acceptation tacite des observa- Art.665. - En ce qui concerne
tions du contribuable. les droits d’enregistrement les
inspecteurs chargés de l’enregis-
Art.661. - Les assujettis doivent trement ne peuvent délivrer
être obligatoirement informés du d’extrait de leurs registres que
délai de réponse dont ils dispo- sur ordonnance du juge lorsque
sent. Ce délai est de 30 jours à ces extraits sont demandés par
compter de la date de réception l’une des parties contractantes
des documents visés à l’article ou ses ayants cause. Les droits
précédent. pour la délivrance des extraits
sont fixés par arrêté.
Art.662. - A défaut de réponse
par le contribuable dans les dé- Art.666.- En matière de contrôle
lais impartis, l’impôt notifié est fiscal, aucune action en répéti-
mis en recouvrement. tion ne peut être exercée à
l’encontre d’un contribuable pré-
Art.663. - Les documents men- alablement vérifié dans des con-
tionnés à l’article 659 ne peuvent ditions régulières.

Code Général des Impôts 217


Lorsque la vérification de comp- rée de plus de 6 mois en ce
tabilité, pour une période déter- qui concerne :
minée au regard d’un impôt ou 5. les entreprises relevant du
d’une taxe ou d’un groupe régime du réel d’imposition
d’impôts ou taxes est achevée, en matière de BIC,
l’administration ne peut procéder - les contribuables relevant de
à une nouvelle vérification de ces l’impôt synthétique,
écritures au regard des mêmes - les entreprises relevant de
impôts et taxes pour la même l’impôt sur les bénéfices non
période. commerciaux.
(LF/R 1999, art. 10 et 11)
Toutefois cette règle ne s’applique
pas : Art.667. - Le Directeur National
des Impôts est autorisé à procé-
1. lorsque la vérification a été der à la transaction entre les
limitée à des opérations dé- droits et les pénalités avec les
terminées telles que les dé- contribuables vérifiés.
clarations de TVA et les
autres taxes indirectes pour Dans le cadre du traitement d’un
les périodes comprises recours contentieux, les seuils de
dans les exercices comp- compétence en matière de dé-
tables soumis à la vérifica- grèvement en principal et pénali-
tion au regard des impôts tés cumulés sont fixés comme
sur les bénéfices ; suit :
2. lorsque le réexamen des 1. Le Directeur National des Im-
écritures, des documents pôts dans la limite maximum
comptables s’avère néces- de cent millions (100 000 000)
saire pour instruire les ob- GNF ;
servations et réclamations
2. Le Ministre Chargé des Fi-
des contribuables ;
nances au-delà de cent mil-
3. lorsque le contribuable s’est
livré à des manœuvres lions (100 000 000) GNF.
frauduleuses au titre des
Il reste entendu que les déci-
périodes prescrites en ma-
sions de dégrèvement doivent
tière d’impôts et taxes.
être appuyées des instructions
4. Sous peine de nullité de
l’imposition, la vérification menées aux différentes phases
sur place des livres et do- de la procédure (article 14 LF
2014).
cuments comptables ne
peut s’étendre sur une du-

Code Général des Impôts 218


SECTION III - DELAIS DE Art.669. - L’administration fis-
REPRISE, DE RECLAMATION cale dispose d’un délai de trois
ET COMPENSATION. ans à compter de la date de
l’infraction pour constater et
1 - Délai de prescription sanctionner les infractions com-
mises par les contribuables, qu’il
Art.668. - Les insuffisances ain- s’agisse d’erreur, d’omission, de
si que les erreurs et omissions déclaration hors délai ou de toute
totales ou partielles constatées autre infraction. Toutefois :
dans la détermination des bases a) pour les contribuables dont
d’imposition ou le calcul de l’existence n’a pas été portée à
l’impôt peuvent être réparées par la connaissance des tiers par
l’administration jusqu’au 31 dé- des publications ou déclarations
cembre de la troisième année légales, la prescription ne joue
suivant celle au cours de laquelle contre l’administration fiscale que
les sommes dues devaient être pour compter du jour ou elle a pu
versées au trésor. constater l’existence de l’assu-
jetti au vu d’un acte soumis à
Lorsque l’impôt est perçu par l’enregistrement, ou au moyen de
voie de retenue à la source, le documents régulièrement déposés
droit de réparer peut s’exercer à auprès des services fiscaux com-
l’égard de la personne physique pétents.
ou morale chargée d’opérer la b) toute omission ou insuffisance
retenue jusqu’au 31 décembre d’imposition révélée par une ins-
de la troisième année suivant tance devant les tribunaux ré-
celle au cours de laquelle les pressifs peut, sans préjudice du
sommes dues devaient être ver- délai général, être réparées jus-
sées au Trésor. qu’à l’expiration de l’année sui-
vant celle de la déclaration qui a
Lorsque les déficits afférents à clos cette instance.
des périodes d’imposition pres-
crites ont été imputées sur des Art.670. - Les délais de pres-
revenus d’une période non pres- cription sont interrompus par les
crite, le droit de réparer peut demandes signifiées, par le ver-
s’étendre aux trois dernières sement d’un acompte, par le
périodes d’imposition prescrites. dépôt d’une demande de réduc-
Toutefois le redressement ne tion de pénalités, par la notifica-
peut excéder dans ce cas le tion de redressements et toute
montant des déficits imputés sur action comportant reconnais-
les revenus de la période non sance des contribuables.
prescrite.

Code Général des Impôts 219


2- Délai de réclamation. 3 - Compétence de la
commission
Art.671.- Les contribuables qui
contestent tout ou partie du mon- Art.671.-bis : - La Commission
tant de l’impôt mis à leur charge d’appel fiscal est chargée
doivent adresser leurs réclama- d’examiner les différends entre la
tions au Directeur National des Direction Nationale des Impôts et
Impôts dans le mois qui suit la les entreprises. Elle est présidée
mise en recouvrement du rôle. par un magistrat désigné par le
Président de la Cour Suprême
Après instruction, il est statué sur choisi pour ses compétences en
ces réclamations par le Ministre matière fiscale. Elle comprend en
chargé des finances ou la per- outre : un membre désigné par le
sonne déléguée par lui à cet ef- Ministre de l’Economie et des
fet, conformément aux disposi- Finances, le Directeur National
tions du règlement général de la des Impôts qui peut se faire re-
comptabilité publique, sans pré- présenter par le Directeur Natio-
judice pour les contribuables nal adjoint ou le Chef du Service
requérants du droit de saisir le des grandes entreprises, un
tribunal compétent dans le délai agent de la Direction Nationale
d’un mois suivant la date de noti- des Impôts désigné par le Direc-
fication de la décision de teur National ayant au moins
l’administration. rang de Chef de division, deux
membres désignés par le Prési-
A défaut de réponse de dent de la Chambre de com-
l’Administration fiscale dans le merce et d’industrie, un membre
délai de six mois suivant la date désigné par le Président de
de réclamation, les contribuables l’ordre des experts comptables.
requérants peuvent introduire En cas de partage des suffrages,
une demande devant le tribunal la voix du Président est prépon-
compétent dans le délai d’un dérante. Un agent de la Direction
mois suivant l’expiration du délai Nationale des Impôts remplit les
de réponse. fonctions de secrétaire de com-
mission avec voix consultative.
Pour les contribuables non- (LF 2014, Art 34)
résidents, le délai de saisine du
tribunal compétent est porté à Art. 671.-ter : La Commission
deux mois. d’appel fiscal intervient en cas de
désaccord concernant les mises
en recouvrement par voie d’avis
de mise en recouvrement con-

Code Général des Impôts 220


cernant les impôts suivants : date prévue. En l’absence du
TVA, taxe sur les contrats Président, la fonction est assurée
d’assurance, taxe sur les activi- par le Directeur National des
tés financières, impôt sur les Impôts ou son représentant. La
sociétés. Commission siège valablement,
La Commission n’est pas compé- même en l’absence d’un ou plu-
tente en matière de procédures sieurs de ses membres. (LF
fiscales ou de pénalités. (LF 2014, Art 34).
2014, Art 34).
Art 671.-sexies : La Commis-
4- Procédure de saisine de la sion, après avoir entendu à huis
commission. clos et de façon contradictoire le
représentant de l’entreprise et du
Art. 671.- quarter : La commis- service de la Direction Nationale
sion peut être saisie par le Direc- des Impôts à l’origine des impo-
teur National des Impôts ou par sitions contestées, émet un avis
le représentant légal de sur le bien-fondé légal des impo-
l’entreprise destinataire d’un Avis sitions. L’avis, signé par le Prési-
de mise en recouvrement. La dent de la Commission, est noti-
saisine doit s’effectuer par lettre fié à l’entreprise par le secrétaire.
du Directeur National des Impôts (LF 2014, Art 34)
ou du représentant légal de
l’entreprise au Président de la 5- Effets des avis de la
Commission (LF 2014, Art 35). Commission

La saisine de la Commission ne Art.671.- septies: Lorsque le


suspend pas l’action en recou- contribuable n’entend pas suivre
vrement. ultérieurement l’avis de la Com-
mission d’Appel Fiscal, il sup-
Art. 671.-quinquies : La com- pose la charge de la preuve au
mission d’appel fiscal siège au plan contentieux. (LF 2014, Art
minimum une fois par mois. La 36).
liste des affaires soumises à la
commission et la date de la 6- Compensation
séance sont établies conjointe-
ment par le Président et le Direc- Art.672. - Lorsqu’un contri-
teur National des Impôts. Les buable demande la décharge ou
membres de la Commission et la réduction d’une imposition,
les entreprises concernées sont l’Administration fiscale peut au
convoqués par le Secrétaire au cours de l’instruction de cette
moins deux semaines avant la demande opposer à l’intéressé

Code Général des Impôts 221


toute compensation entre les En cas de contestation par le
dégrèvements justifiés et les contribuable du montant des
droits dont ce contribuable peut droits afférents à une insuffi-
être encore redevable en raison sance ou une omission, l’admi-
d’insuffisances ou d’omissions nistration fiscale accorde le dé-
non contestées, constatées dans grèvement et engage la procé-
l’assiette ou le calcul de ses im- dure de redressement prévue à
positions non atteintes par la l’article 654 ci-dessus.
prescription.

DIVISION II
PROCEDURES DE RECOUVREMENT

SECTION I : DISPOSITIONS vable en vertu d’un titre de per-


GENERALES ception rendu exécutoire con

Art.673. - les dispositions de la formément à la législation en


présente division s’appliquent vigueur. (LF 1996 art 104)
aux impôts directs, taxes indi-
rectes, droit d’enregistrement et Art.676. - En ce qui concerne
de timbre. (LF 1996 art 104) les impôts à versement sponta-
nés non acquittés dans les délais
Art.674. - Seuls sont habilités à légaux, un avis de mise en re-
encaisser les recettes publiques couvrement est adressé par le
les comptables du Trésor et des comptable public. (LF 1996 art
Impôts. Les comptables des Im- 104)
pôts encaissent les impôts et Art. 677. - Les avis de mise en
taxes intérieures, les comptables recouvrement pourront être pu-
du Trésor encaissent les autres bliés dans la presse ou faire
recettes publiques (LF/R 1997,art .6) l’objet de communiqués radioté-
lévisés par le ministre des fi-
Art.675. - Les receveurs du Tré- nances. . (LFR 1996, art.9)
sor et des impôts sont seuls
chargés du recouvrement des Art.678. - Le défaut ou
impôts et taxes qu’ils ont pris en l’insuffisance de paiement des
charge dans leurs écritures. A impôts et taxes dans un délai de
l’exception des impôts à verse- vingt jours suivant la réception
ment spontané les impôts et d’un titre de perception ou d’un
taxes sont réclamés au rede avis de mise en recouvrement
peut entraîner l’exercice de

Code Général des Impôts 222


poursuites à l’encontre du rede- Art.681. - le ministre des fi-
vable défaillant, notamment : nances peut, sur proposition du
1. la fermeture administrative Directeur National des Impôts,
des locaux professionnels prononcer à l’encontre de toute
pour une durée n’excédant personne qui ne s’acquitte pas
de ses obligations fiscales dans
pas deux semaines sur auto-
les délais légaux, une interdiction
risation écrite du Directeur temporaire ou définitive de parti-
National des Impôts et du ciper aux marchés de l’Etat.
Directeur National du Trésor Cette sanction est publiée dans
pour la ville de Conakry et la presse et peut faire l’objet de
sur celle du Directeur Pré- communiqués radiotélévisés par
fectoral de l’Economie et des le ministre des finances. (LFR
1996, art.8)
Finances pour les préfec-
tures. SECTION II – LA COMMISSION
2. l’utilisation de l’avis à tiers D’APPEL FISCAL (CAF)
détenteur ;
3. la prise de sûretés sur tous Les dispositions relatives à la
les biens et avoirs du contri- Commission d’Appel Fiscal sont
buable. transférées au titre 5 Procédures
fiscales.
(LF 1996 art 104)
Les articles 682, 683, 684, 685,
686 et 687 sont transférés,
Art.679. - Dans le cas de cessa-
modifiés et abrogés ; et de-
tion d’activité ou de fermeture
viennent respectivement 671 –
d’entreprise, le comptable public
II, 671 –III, 671 –IV, 671 –V, 671
peut engager les poursuites sans
–VI et 671 –VII (LF2014, Art 34).
délai, dès l’envoi de l’Avis de
Mise en Recouvrement. En cas
SECTION III- PROCEDURE DE
de liquidation judiciaire, la procé-
SAISIE MOBILIERE ET DE
dure est suivie auprès de
CONFISCATION
l’administrateur judiciaire chargé
de la liquidation. (LF 1996 art
Art.688. - Le Directeur National
104)
des Impôts est habilité à prendre
des mesures conservatoires et à
Art.680. - un arrêté du Ministre
faire procéder par les services du
des finances précise les modali-
recouvrement à la saisie des
tés d’application de la présente
biens meubles corporels d’une
division. (LF 1996 art 104)
entreprise ou à la confiscation de
véhicules lui appartenant ou ap-

Code Général des Impôts 223


partenant à son dirigeant de droit tant total supérieur à 30 millions
ou de fait. de FG ;
Au cours d’une procédure de La saisie ne peut intervenir
contrôle fiscal externe, lorsqu’il qu’après un délai de deux se-
apparaît des indices sérieux et maines à compter de la notifica-
concordants tendant à prouver tion de l’avis de la Commission
que le contribuable vérifié orga- d’appel fiscal. (LFR1997, art.22).
nise manifestement son insolva-
bilité afin de d’échapper au Art.690. - La saisie s’opère se-
paiement de l’impôt, le Directeur lon les modalités prévues par les
National des impôts peur saisir le textes en vigueur.
Président du Tribunal de pre- (LFR1997, art.23).
mière instance par voie de référé
afin d’obtenir une décision Art.691. - La confiscation des
l’autorisant à procéder à la saisie véhicules est ordonnée par le
conservatoire des biens meubles Directeur National des Impôts.
corporels, dès lors que la Elle est précédée d’une saisie
créance est certaine et exigible. conservatoire et le véhicule ne
(LF2014, Art 37) devient la propriété de l’Etat si
l’entreprise ne s’est pas acquit-
Art.689. - Les conditions sui- tée de sa dette dans un délai de
vantes doivent être remplies : la deux semaines après la saisie.
créance de l’Etat doit concerner (LFR1997, art.24)
les impôts relevant de la compé-
tence de la Commission d’Appel
fiscal,
Le montant total des impôts et
pénalités impayées doit être su-
périeur à 50 millions de FG ;
La Commission d’Appel fiscal
doit avoir rendu un avis favorable
à l’administration pour un mon-

Code Général des Impôts 224


TITRE VI - REGIME DEROGATOIRE – INCITATIONS FISCALES
DIVISION I
SECTEURS ET ACTIVITES ELIGIBLES
(LF 2014)
d) Promotion immobilière à
SECTION I – DISPOSITIONS caractère social ;
GENERALES

Art.692. - Les dispositions de la e) Activités de transport ter-


présente section fixent les déro- restre, maritime, fluvial et
gations au droit commun dans aérien ;
les domaines fiscaux suscep- f) Industries culturelles : livre,
tibles d’inciter les personnes disque, cinéma et produc-
physiques et morales à investir tions audio-visuelles ;
en Guinée (art.16, LF 2014). g) Activités de travaux d’assai-
nissement, de voirie, de trai-
Art.693. - Le bénéfice des avan- tement de déchets urbains
et industriels. (art. 18, LF
tages prévus par ces dispositions
2014).
est accordé à tout investisseur
dont l’activité est conforme aux
Art.695. - Les secteurs soumis à
dispositions législatives et rè-
règlementation technique :
glementaires en vigueur et con-
solidées dans le Code des Inves- a) Santé, Education et
tissements (art.17, LF 2014). Formation ;
b) Publication de quotidiens et
SECTION II – SECTEURS ET périodiques ;
ACTIVITES ELIGIBLES c) Diffusion de programmes
radiophoniques ou télévisés ;
Art.694. - Les secteurs éligibles, d) Production d’électricité et
sans être limitatifs, sont : d’eau à des fins commer-
a) Agriculture, élevage, pèche ciales ;
et activités connexes ; e) Postes et télécommunica-
tions ;
b) Industries manufacturières f) Fabrication de médicaments
de production ou de trans- et produits toxiques. (art. 19,
formation ; LF 2014).
c) Industries touristiques et
autres activités hôtelières ;

Code Général des Impôts 225


Art.696. - Les activités exclues c) Fabrication, vente
du bénéfice des avantages fis- d’explosifs, d’armes et
caux et douaniers de munitions ;
d) Banque et finance. (art.
a) Activités de revente en 20, LF 2014).
l’état de marchandises ;
b) Les entreprises des sec-
teurs minier et pétrolier ;

DIVISION II
REGIME FISCAL ET MESURES SPECIFIQUES
(LF 2014)

SECTION I – REGIME FISCAL ment du Projet agréé (art. 21, LF


2014).
1 – Phase d’installation

Art.697. - Pendant cette période 2 – Phase de production


qui ne peut excéder trois (3) ans,
à compter de la date de première Art.698. - Pendant la phase
importation d’équipements du d’exploitation, l’investisseur bé-
projet, l’investisseur bénéficie néficie d’un même régime fiscal
des avantages fiscaux suivants : dérogatoire consistant en des
réductions d’impôts et taxes du-
o Exonération de la Patente ; rant une période maximum de 8
o Exonération de la Contribu- ou 10 ans selon la zone d’imp-
tion Foncière Unique lantation à compter de la date de
(CFU) ; démarrage des activités de pro-
o Exonération du Versement duction (art. 24, LF 2014).
Forfaitaire (VF);
o Exonération de la Taxe Art.699.- Pour l’application du
d’Apprentissage (TA) ; à régime fiscal dérogatoire, le terri-
l’exclusion de la contribu- toire national est subdivisé en
tion de 1.5% pour le finan- deux zones A et B dont les li-
cement de la formation pro- mites seront définies par texte
fessionnelle. règlementaire (art. 25, LF 2014).
Les réductions d’impôts et taxes
Ces exonérations visent exclusi- applicables en zone A sont les
vement les activités et salaires suivantes :
liés directement au développe

Code Général des Impôts 226


1- L’Impôt Minimum Forfaitaire 100% de réduction pour les
(IMF), le Bénéfice Industriel et 1ère, 2ème et 3ème années ;
Commercial (BIC), l’Impôt sur
les Sociétés (IS), la Contribu- 50% de réduction pour les
tion des Patentes et la Contri- 4ème, 5ème et 6ème années ;
bution Foncière Unique (CFU) :
25% de réduction pour les
100% de réduction pour les 7ème et 8ème années.
1ère et 2ème années ;
2- Versement Forfaitaire
50% de réduction pour les (VF) et Taxe d’Appren-
3ème et 4ème années ; tissage (TA) :

25% de réduction pour les 100% de réduction pour


5ème et 6ème années ; les 1ère, 2ème et 3ème an-
nées ;
2- Le Versement Forfaitaire (VF)
et la Taxe d’Apprentissage 50% de réduction pour
(TA) : les 4ème, 5ème et 6ème an-
nées ;
100% de réduction pour les
1ère et 2ème années ; 25% de réduction pour
les 7ème, 8ème, 9ème et
50% de réduction pour les 10ème années.
3ème et 4ème années ;
3- Droits d’enregistrement :
25% de réduction pour les 100% de réduction pour
5ème, 6ème, 7ème et 8ème an- les 1ère, 2ème et 3ème an-
nées ; nées ;
Les réductions d’impôts et taxes 50% de réduction pour
applicables en zone B sont les les 4ème, 5ème et 6ème an-
suivantes : nées ;
25% de réduction pour
1- Impôt Minimum Forfaitaire les 7ème, 8ème, 9ème et
(IMF) - Bénéfice Industriel et 10ème années.
Commercial (BIC) –
Impôt sur les Sociétés (IS) -
Contribution des Patentes -
Contribution Foncière
Unique (CFU) :

Code Général des Impôts 227


SECTION II – MESURES ou l’accroissement de ses per-
SPECIFIQUES ET SANCTIONS formances peut bénéficier des
incitations visées par les pré-
1 – Mésures spécifiques sentes dispositions, lorsque son
programme d’investissement
Art.700. - Le Gouvernement est assure une augmentation de la
autorisé, pour des raisons stra- production des biens ou de ser-
tégiques et en fonction de vices ou du nombre de travail-
l’orientation de la politique éco- leurs guinéens à concurrence de
nomique, à proroger de 8 à 10 35% au moins. (art. 29, LF
ans la durée du régime déroga- 2014).
toire lorsque l’investissement
s’inscrit dans un des cadres ci- 2 – Sanctions
après :
9 Haute intensité de main- Art.702. - En cas de manque-
d’œuvre (nombre d’emplois ment aux dispositions de la pré-
supérieur à cinq cents sente loi et/ou à celles du code
(500) ; des Investissements, les admi-
nistrations fiscales, sans préju-
9 Haute intensité capitalis- dices d’autres sanctions prévues
tique (volume des capitaux par la législation, sont autorisées
supérieur à US 100 mil- à rappeler les droits compromis
lions) ; avec pénalités et amendes sub-
séquentes. (art. 30, LF 2014).
9 Activités expressément dé-
clarées stratégiques par le
Gouvernement ;

9 Régions ou sites expres-


sément déclarés priori-
taires. (art. 28, LF 2014).

Art.701. - Toute entreprise exis-


tante, engagée dans un pro-
gramme d’investissement qui
introduit des technologiques in-
novantes, ou prévoie l’extension
de ses capacités de production,
le renouvellement de ses actifs

Code Général des Impôts 228


ANNEXES
FISCALITÉ MINIÈRE ET PÉTROLIÈRE

Code Général des Impôts 229


Annexes Fiscalité minière et pétrolière

Code Général des Impôts 230


Annexes Fiscalité minière et pétrolière

Code Général des Impôts 231


Annexes Fiscalité minière et pétrolière

Code Général des Impôts 232


Annexes Fiscalité minière et pétrolière

Code Général des Impôts 233


Annexes Fiscalité minière et pétrolière

Code Général des Impôts 234


Annexes Fiscalité minière et pétrolière

Code Général des Impôts 235


Annexes Fiscalité minière et pétrolière

Code Général des Impôts 236


Annexes Fiscalité minière et pétrolière

Code Général des Impôts 237


Annexes Fiscalité minière et pétrolière

Code Général des Impôts 238


Annexes Fiscalité minière et pétrolière

Code Général des Impôts 239


Annexes Fiscalité minière et pétrolière

Code Général des Impôts 240


Annexes Fiscalité minière et pétrolière

Code Général des Impôts 241


Annexes Fiscalité minière et pétrolière

Code Général des Impôts 242


Annexes Instruction ministérielle conjointe

INSTRUCTION MINISTERIELLE
CONJOINTE

Code Général des Impôts 243


Annexes Instruction ministérielle conjointe

MINISTERE D'ETAT CHARGE DE REPUBLIQUE DE GUINEE


L'ECONOMIE ET DES FINANCES Travail-Justice-Solidarité

MINISTERE DELEGUE AU BUDGET

Instruction ministérielle conjointe N°1976/ 31 JAN.2014


Relative au mécanisme de remboursement des crédits de TVA
aux Entreprises Minières

Le Ministre d'Etat, Ministre de l'Economie et des Finances


Le Ministre Délégué au Budget
A

Messieurs:

- L'Inspecteur Général des Finances


- Le Directeur National des Impôts
- Le Directeur National du Trésor
et dela Comptabilité Publique
- Le Directeur Général des Douanes
- Le Directeur National du Budget

Toutes les entreprises minières sont assujetties à la TVA en application


des dispositions du Code Général des Impôts et des textes d'application
y afférents, notamment l'arrêté A/2006/5297/MEDE/SGG portant
modalités d'application de la TVA aux éntreprises titulaires dé titres-
miniers et de permis de recherche minière.

Actuellement, les entreprises minières réalisent toutes leurs opérations à


l ’exportation et ne peuvent collecter de TVA sur leurs ventes en raison du
taux zéro qui leur est appliqué. Le principe de neutralité de la TVA
implique que la TVA payée par ces entreprises sur les biens et services

Code Général des Impôts 244


Annexes Instruction ministérielle conjointe

importés ou achetés localement leur soit remboursée par le Trésor


public. Cependant, au cours des dernières années, l'Etat a accumulé
des arriérés de crédits de TVA dus aux entreprises minières en raison de
l'existence d'un mécanisme non viable de remboursement de cette taxe.

La présente instruction a par conséquent pour objet de mettre en place,


à compter du 1 er janvier 2014, un dispositif approprié de
remboursement des crédits de TVA aux entreprises minières dans le but
de :
- clarifier les missions des différents services intervenant dans la
chaîne du traitement des demandes de remboursement;
- rembourser avec célérité les crédits de TVA dus;
- éviter l'accumulation d'arriérés de crédits de TVA;
- et renforcer la fiabilité du système de gestion de cette taxe.

1° Ouverture d'un compte bancaire à la BeRG destiné


exclusivement au remboursement des crédits de TVA.
II est prescrit à la Direction nationale du Trésor et de la comptabilité
publique de procéder à l'ouverture d'un compte bancaire à la BCRG
intitulé « Remboursement des crédits de TVA aux entreprises minières
». La gestion de ce compte est assurée par le Payeur général du Trésor
(PGT). Ce compte est alimenté par l' ACCT par un prélèvement mensuel
de 10% sur la recette de TVA totale encaissée. Les ressources
mobilisées sur ce compte sont-cfeSÎinées exclusivement au règlement
des crédits de TVA dus aux entreprises minières.

20 Liquidation parla Direction Nationale des' Impôts (DNI) des


remboursements de crédits de TVA aux entreprises minières.

Il est prescrit que les demandes de remboursement des crédits de TV


A, dûment formulées, soient déposées par les entreprises minières
auprès de la DNI le 15 de chaque mois.

Code Général des Impôts 245


Annexes Instruction ministérielle conjointe

Ces demandes doivent être conformes aux déclarations mensuelles


uniques (DMU) déposées et appuyées des copies de toutes les factures
des fournisseurs de biens et services, objet des montants de TVA
acquittés.

La DNI dispose d ’un délai de 30 jours pour exercer les contrôles requis et
établir un bulletin de liquidation du montant accepté en remboursement.
La DNI est tenue d'informer l'entreprise requérante du montant admis en
remboursement et, le cas échéant, des montants rejetés ou suspendus,
en indiquant les motifs y afférents.

Le bulletin de liquidation, dûment signé par le directeur national des


impôts ou par la personne déléguée par lui à cet effet, et accompagné
des pièces requises, est transmis à la Paierie Oénérale du Trésor (POT)
pour mise en paiement. La DNl est tenue de conserver les copies des
factures aux fins de contrôle.

La régularité de la liquidation des droits à rembourser relève de la


responsabilité du directeur national des impôts ou de la personne
déléguée par lui à cet effet.

3° Règlement des crédits de TVA par la Paierie Générale du Trésor (PGT).

Il est prescrit à la POT d'exercer, sur le dossier de remboursement


transmis par la DNI, les contrôles de régularité qui lui incombent. La POT
dispose d'un délai de 5 jours pour exercer les contrôles requis et engager
la procédure de règlement. Ces contrôles, qui engagent sa
responsabilité, portent notamment sur le caractère libératoire du
règlement et l'absence d'opposition au paiement.

Code Général des Impôts 246


Annexes Instruction ministérielle conjointe

Si les contrôles sont satisfaisants, la PGT donne ordre à la BCRG de


payer aux entreprises bénéficiaires les droits dus, par l'émission à leur
nom, de chèques barrés BCRO, tirés sur le compte « Remboursement
de crédit de TVA aux entreprises minières ».

La POT établira une situation hebdomadaire de ces paiements à la


DNTCP. Cette situation sera transmise respectivement au Ministre
Délégué au Budget et au Ministre d'Etat Chargé de l'Economie et des
Finances.

En cas d ’irrégularités constatées dans le contrôle d ’un dossier de


remboursement, un bordereau est émis par la PGT pour retourner à la
DNI le dossier en cause, avec indication des motifs de rejet.

Les procédures comptables relatives aux opérations de remboursement


de crédit de TVA, seront fixées par note de service de Direction Nationale
du Trésor et de la Comptabilité Publique.

4° Contrôle a posteriori par l'Inspection Générale des Finances:

II est demandé à l'Inspection Générale des Finances d'exercer,


trimestriellement, un contrôle a posteriori sur les opérations relatives au
remboursement des crédits de TVA, d'en dresser et communiquer
rapport au Ministre d'Etat Chargé de l'Economie et des Finances et au
Ministre Délégué au Budget.

Toutefois, sur requête de ces autorités, en tant que de besoin, un contrôle


contradictoire est effectué par l'Inspection Générale d'Etat et/ou un
cabinet d'audit indépendant.

Code Général des Impôts 247


Annexes Instruction ministérielle conjointe

Tous les services concernés sont chargés, chacun en ce qui le concerne,


de la bonne exécution des dispositions de la présente instruction.

Le Ministre Délégué

Code Général des Impôts 248


Annexes Commission d’Appel Fiscal

ARRETE
PORTANT COMPOSITION, DESIGNATION DES
MEMBRES ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT
DE LA COMMISSION D’APPEL FISCAL

Code Général des Impôts 249


Annexes Commission d’Appel Fiscal

REPUBLIQUE DE GUINEE
Travail-Justice-Solidarité
----------
MINISTERE DELEGUE AU
BUDGET

ARRETE A /2012/ 1337 / MDB/SGG/12


PORTANT COMPosrTION, DESIGNATION DES MEMBRES ET MODALITES
DE FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION D'APPEL FISCAL

LE MINISTRE DELEGUE AU BUDGET

Vu la Constitution;

Vu la loi L!2001/029/AN du 31 décembre 2001, portant Principes


fondamentaux de création, d'organisation et de contrôle des structures
des services publics;

Vu la loi L/2004/001/AN du 26 février 2004 portant loi de finances pour


2004, notamment en son article 22 ;

Vu les articles 682 à 691 du Code général des Impôts;

Vu le décret D/2012/007/P-RG/SGG du 24 décembre 2010 portant


nomination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement;

Vu les Décrets W D/2010//009/PRG/SGG du 27 décembre 2010,


D/2010/016/PRG/SGG du 30 décembre 2010 et D/2011/002jPRG/SGG
du 4 janvier 2011 portant nomination des Ministres;

Vu le Décret D/2011/118/PRG/SGG du 14 avril 2011, portant attributions


et organisation du Ministère Délégué au Budget;

Code Général des Impôts 250


Annexes Commission d’Appel Fiscal

ARRETE

Article 1er: Le présent arrêté fixe la composition, la désignation des


membres et les modalités de fonctionnement de la Commission d’Appel
fiscal.

I - Composition de la Commission d’Appel fiscal

Article 2: La Commission d'Appel fiscal prévue par l'article 682 du code


général des Impôts est composée comme suit :

=
Président: Un magistrat nommé par le Premier président de la Cour
Suprême;

Membres:
=
Un cadre désigné par le Ministre délégué au Budget;
=
Le Directeur national des Impôts, qui peut se faire représenter par le
Directeur national Adjoint ou par le Chef du service des grandes
entreprises;
=
Un agent de la Direction Nationale des Impôts désigné par le Directeur
National, ayant au moins rang de Chef de division;
=
Deux membres désignés par le Président de la Chambre de
commerce, d'industrie et d'artisanat;
=
Un membre désigné par le Président de l'ordre des experts
comptables et comptables agréés.

II - Composition de la Commission d’Appel fiscal

Article 3: P.M.

Article 4: les membres de la Commission, lorsqu’ils sont nommés es


qualité, cessent toute fonction au sein de ladite commission dès qu’ils
sont appelés à d ’autres fonctions.
En cas de décès ou d ’empêchement d ’un membre de la Commission, il
est procédé à son remplacement par l’institution qui l’a désigné.

Code Général des Impôts 251


Annexes Commission d’Appel Fiscal

Dans le cas où l'un des membres de la Commission désigné par le


Président de la Chambre de commerce et d'industrie ou par le Président
de l'Ordre des experts comptables est personnellement concerné ou
impliqué dans une procédure 'pendante devant ladite Commission, le
Président pourvoit à sa suppléance par une personne préalablement
désignée.

Article 5 : Le Secrétaire de la Commission est nommé par son Président


sur proposition du Directeur national des Impôts.

Article 6 : Le Président fixe, dans les conditions prévues au présent


arrêté, les modalités de fonctionnement de la Commission d'Appel Fiscal
ainsi que les conditions dans lesquelles le Secrétariat est organisé et
fonctionna.
III - Saisine de la Commission

Article 7 : Lorsque la Commission est saisie par le Directeur national des


Impôts, celui-ci en informe le Président de la Commission par écrit.

Lorsque la Commission est saisie par une entreprise destinataire d'un


avis de mise en recouvrement, celle-ci en informe par écrit le Président et
le Directeur national des Impôts. Ce dernier vérifie que les conditions de
saisine sont remplies et en informe le Président.

En cas de saisine irrégulière, le Directeur national des Impôts en informe


directement l'entreprise et le Président de la Commission.

Article 8 : le Président et le Directeur national des Impôts fixent


conjointement la liste des affaires soumises à la Commission ainsi que la
date et l'heure des séances.

Le Secrétaire convoque, au plus tard un mois avant la réunion, les


membres de la Commission, le représentant légal de l'entreprise
concernée et le responsable du service à l'origine des impositions
contestées.

Code Général des Impôts 252


Annexes Commission d’Appel Fiscal

Le service à l'origine des impositions contestées remet au Président et au


Secrétaire de la Commission, au plus tard deux semaines avant la
réunion, un rapport, faisant état des éléments appuyant sa position. Une
copie de ce rapport est transmise, dans les quarante huit heures suivant
sa réception, à chaque membre de la Commission. Un exemplaire est
conservé au Secrétariat.

Article 9 : L'entreprise concernée peut, si elle le souhaite, remettre au


secrétariat de la Commission, des observations écrites, au plus tard une
semaine avant la tenue de la séance. Les membres de la Commission en
sont avertis sans délai et ces observations sont consultables au
Secrétariat par les membres qui peuvent, s'ils le souhaitent, en prendre
copie.
IV - Tenue des séances

Article 10 : La Commission se réunit le lundi, le mardi ou le mercredi.


Les séances de la Commission ne sont pas publiques. Le Secrétaire, le
représentant de l'entreprise et le représentant du service à l'origine des
impositions assistent aux séances et l'entreprise peut se faire assister
par un conseil de son choix.

La Commission est valablement réunie lorsque quatre de ses membres


sont présents, même en l'absence d'un représentant de l'entreprise ou
du service à l'origine des impositions contestées.
Aucune communication avec l'extérieur n'est autorisée durant les
débats.

En cas d'éléments nouveaux sérieux résultant des débats ou de la


complexité particulière de l'affaire, le Président peut convoquer une
nouvelle séance de débats, au plus tard un jour franc après la date du
premier débat.

Article 11 : le Président est responsable de la tenue des débats et dirige


les prises de paroles.

Code Général des Impôts 253


Annexes Commission d’Appel Fiscal

Le Secrétaire expose à la Commission les données de l'affaire en lui


fournissant tous renseignements de nature à permettre aux
commissaires de se prononcer en toute connaissance de cause et
répond, si nécessaire, à leurs demandes d'explications.

Article 12 : A l'invitation du Président, le service à l'origine des


impositions expose ses arguments, suivis de l'exposé des arguments du
représentant de l'entreprise ou de son conseil.
Les membres de la Commission peuvent poser toutes questions utiles
après les exposés le Secrétaire peut être interrogé par le Président

Article 13 : Tous les membres de la Commission sont soumis aux règles


relatives au secret professionnel. L'administration des impôts est,
inversement, déliée de cette obligation à l'égard de la Commission, en ce
qui concerne les affaires soumises à son appréciation.

v - Délibérations et avis de la Commission

Article 14: Aux fins de délibération, le Président invite les représentants


de l'entreprise et de l'Administration à se retirer.
La Commission délibère immédiatement après les débats dans la même
salle. Le Secrétaire assiste aux délibérations.

Article 15 : L'avis de la Commission, contenu dans une


recommandation, est préparé par le Secrétaire et approuvé et signé par
le Président.
L'avis doit préciser la nature des divers rehaussements retenus et
chacun de ces rehaussements doit être justifié, par l'indication des motifs
sur lesquels la commission s'est fondée ou par l'énoncé des conditions
de détermination de la base d'imposition.

Article 16 : La Commission d'Appel fiscal est dotée d'une allocation


budgétaire comprenant. Les indemnités allouées à ses membres et à
son Secrétaire ainsi que les frais de fonctionnement.

Code Général des Impôts 254


Annexes Commission d’Appel Fiscal

Le montant de cette allocation et les modalités d'indemnisation des


membres et du Secrétaire seront fixés par décision du Ministre délégué
au Budget, sur proposition du Président de la Commission.

Article 17 : les recommandations de la Commission ne sont pas


susceptibles d'appel.

Toutefois, les juridictions administratives demeurent compétentes,


conformément à la loi en vigueur, en cas de désaccord persistant.

Article 18 : le présent arrêté, qui prend effet à compter de sa date de


signature, sera enregistré et publié au Journal Officiel de la République.

Conakry, le 19 Mars 2012

Ampliations: PRG : 1
Primature :1
MEF:l
MDB:l
SGG: 1.
Mohamed DIARE
Cour Suprême: 1
OECCAG: 1
CCIAG: 1
Intéressés: 7
Archives: 2/17

Code Général des Impôts 255


Code Général des Impôts 256
Annexes Code Minier

CODE MINIER

Code Général des Impôts 257


Annexes Code Minier

TITRE V : DES DISPOSITIONS FINANCIERES

Article 159: Dispositions Sauf dispositions contraires, la


Générales procédure applicable pour le
recouvrement et le contrôle de
Article 159-I : Principe Général ces droits et redevances est
celle de droit commun. En par-
Outre les impôts, redevances ticulier, les principes et notions
et taxes prévus au Code Géné- définis dans le Code Général
ral des Impôts, le titulaire d’un des Impôts ou dans le Code
Titre minier ou d’une Autorisa- des Douanes s’appliquent de
tion est assujetti, pour ses ac- plein droit pour les besoins du
tivités en Guinée, au paiement présent Code minier.
des droits et redevances pré-
vus aux articles 159-II à 164 du
présent code minier.
CHAPITRE I: DROITS ET REDEVANCES SUPERFICIAIRES

Article 159-II: Droits fixes et ment d’une redevance fixe an-


redevances annuelles nuelle dont le montant est fixé
par voie réglementaire.
L'attribution des Titres miniers et
des Autorisations ainsi que, le La liquidation et le recouvrement
cas échéant, leur renouvelle- de ces droits sont déterminés par
ment, extension, prolongation, voie réglementaire.
cession, transmission et Amodia-
tion, sont soumis, à la délivrance Article 160 : Redevances
de l’acte conférant les droits, au superficiaires
paiement d'un droit fixe dont le
montant et les modalités sont Tout titulaire d’un Titre minier ou
fixés par voie réglementaire. d’une Autorisation d’exploitation
de Substances de carrières qui
Les Agents Collecteurs, les lui donne le droit de se livrer à
Comptoirs d’Achat et les Bu- des Activités minières ou de car-
reaux d’Achat Agréés pour la rières, est soumis au paiement
commercialisation des diamants, annuel d'une redevance superfi-
de l’or et autres substances pré- ciaire, conformément au tableau
cieuses sont assujettis au paie- ci-après pour les Substances

Code Général des Impôts 258


Annexes Code Minier

minières, et à un arrêté conjoint Les modalités de déclaration et


du Ministre en charge des Mines de règlement de cette redevance
et du Ministre en charge des superficiaire sont fixées par
Finances pour les Substances de arrêté conjoint du Ministre en
carrières. charge des Mines et du Ministre
en charge des Finances.
Cette redevance superficiaire est
proportionnelle à la superficie La mise à jour de ces taux se fait
décrite dans le Titre minier ou par arrêté conjoint du Ministre en
dans l’Autorisation. charge des Finances et du Mi-
nistre en charge des Mines.

Redevances superficiaires par titre minier :

REDEVANCES SUPERFICIAIRES USD/km2


NATURE DU TITRE
2ème renouvelle-
Octroi 1er renouvellement
ment
Permis de recherche 10 15 20
Permis d’exploitation
75 100 200
industrielle
Permis d’exploitation
20 50 100
semi-industrielle
Concession minière 150 200 300
Permis d’exploitation par
150* 200* 250*
dragage

*par km

Code Général des Impôts 259


Annexes Code Minier

CHAPITRE II : TAXES SUR L’EXTRACTION DES SUBSTANCES


MINERALES ET TAXE SUR LES SUBSTANCES DE CARRIERE

Article 161: Taxe sur nière extraite. En particulier,


l’extraction des Substances l’assiette de la taxe sur l’extrac-
minières autres que les tion des substances de catégorie
Métaux précieux 1 sera ajustée proportionnelle-
ment à leur teneur effective.
Tout titulaire d’un Titre d’exploi-
tation minière qui procède à L’unité de poids est définie dans
l’extraction de substances mi- le tableau ci-dessous. Il s’agit de
nières, autres que des Métaux la tonne métrique (TM) pour les
précieux, est redevable d’une Substances minières autres que
taxe sur l’extraction de ces subs- les Substances radioactives,
tances minières. Toutefois, les Pierres précieuses et autres
substances radioactives ne sont Pierres gemmes, de la livre pour
pas soumises à cette taxe. les substances radioactives et du
carat (Ct) pour les Pierres pré-
Le fait générateur de cette taxe cieuses et autres Pierres
intervient au moment de la sortie gemmes. Si l’unité de poids ex-
carreau-mine des substances traite contient plusieurs types de
minières. Elle est exigible au plus substances minières, chaque
tard le 15 du mois qui suit le substance minière sera taxée
mois où est intervenu le fait gé- séparément en fonction de sa
nérateur. Toutefois, en ce qui teneur dans l’unité de poids ex-
concerne l’extraction des Pierres traite et de l’indice de prix qui lui
précieuses et autres Pierres est applicable.
gemmes, l’exigibilité de la taxe
est la date de l’évaluation par le L’indice de prix applicable à la
BNE. substance minière extraite est
défini dans le tableau ci-dessous
L’assiette de cette taxe est la en fonction de la nature de la
valeur de la Substance minière substance minière extraite.
extraite. Cette valeur est déter-
minée en fonction de la teneur Toutefois, par dérogation à ce
(aussi appelée le « grade »), du qui précède, la valeur des
poids des Substances minières Pierres précieuses et autres
extraites et de l’indice de prix Pierres gemmes est détermi-
applicable à la Substance mi- née par le BNE en fonction de

Code Général des Impôts 260


Annexes Code Minier

la qualité des pierres et de titulaire du Permis d’exploitation


leur carat. industrielle ou semi-industrielle
de substances minières ou de la
Le taux de la taxe sur l’extraction Concession minière mais par un
des substances minières est Sous-traitant de ce dernier, ce
défini dans le tableau ci-dessous Sous-traitant est solidairement
en fonction de la nature de la responsable avec le titulaire du
substance minière extraite. Titre minier du paiement de la
taxe sur l’extraction des Subs-
Tout retard de plus de trente (30) tances minières.
jours calendaires dans le paie-
ment de la taxe sur les Subs- Les modalités de déclaration et
tances minières est passible de de règlement de la taxe sur
sanctions pouvant aller jusqu’au l’extraction des Substances mi-
retrait du Titre minier ainsi que nières sont fixées par voie ré-
jusqu’à la fermeture des installa- glementaire.
tions d’extraction.
Cette taxe est déductible pour le
Lorsque l’Activité minière n’est calcul du bénéfice imposable.
pas effectuée directement par le
Taux de la taxe sur l’extraction des Substances minières par
Substance :

UNITE DE
SUBSTANCE EXTRAITE TAXE ASSIETTE
TAXATION
MINERAI DE FER
Prix du minerai de fer (mesuré par
le Platts China Iron Fines CFR
Minerai de fer de teneur 62%) moins les coûts de transport
TM 3%
standard (mesurés par le Baltic Exchange
Capesize Index Route C3-
Tubarao/Qingdao)
BAUXITE
Prix Vendeur LME 3 mois de la
Bauxite TM 0,075% tonne d’Aluminium primaire pour
une Bauxite en AI2O3 de 40%
AUTRES SUBSTANCES NON FERREUSES
Métaux de base : Cuivre, Etain, Nickel, Zinc
Concentré TM 3,0% Prix FOB

Code Général des Impôts 261


Annexes Code Minier

UNITE DE
SUBSTANCE EXTRAITE TAXE ASSIETTE
TAXATION
Métal TM 3,0% Prix FOB
Métaux mineurs : Cobalt,
TM 3,0% Prix FOB
Titane, Molybdène
PIERRES GEMMES
Pierres précieuses
Diamants bruts :
Taxe sur la production in- Ct 5,0% Estimation Bureau National
dustrielle d’Expertise (BNE)
Taxe sur la production se- Ct 3,5% Estimation Bureau National
mi-industrielle d’Expertise (BNE)
Pierre d’une valeur unitaire Ct 5,0% Estimation Bureau National
égale ou supérieure à cinq cent d’Expertise (BNE)
mille (500 000) USD
Pierres précieuses autres que les Diamants (Emeraude, Rubis, Saphir, etc.) et autres
Pierres Gemmes
Taxe sur la production in- Ct 2,0% Estimation Bureau National
dustrielle d’Expertise (BNE)
Taxe sur la production semi- Ct 1,5% Estimation Bureau National
industrielle d’Expertise (BNE)
Pierre d’une valeur unitaire Ct 5,0%
Estimation Bureau National
égale ou supérieure à cinq
d’Expertise (BNE)
cent mille (500 000) USD

Légende :

Ct : Carat = 0,20519655 LME : London Metal Exchange


LB : Livre US = 0,4535923 kg TM : Tonne métrique

Un nouvel indice de prix sera L’indice de prix et le taux de


institué par arrêté conjoint du toute Substance minière non
Ministre en charge des Mines et visée dans le tableau ci-dessus
du Ministre en charge des Fi- seront fixés par voie réglemen-
nances si l’indice de prix visé taire.
dans le tableau ci-dessus devient
caduc.

Code Général des Impôts 262


Annexes Code Minier

Le taux de la taxe défini dans le fourni un rapport approuvé par


tableau ci-dessus sera majoré de le Ministre certifiant que le titu-
quinze pour cent (15%) au-delà laire du Titre minier a réalisé au
d’une période de production ini- moins quatre-vingt pour cent
tiale par Substance minière fixée (80%) des travaux relatifs à la
dans le tableau ci-dessous si le construction des infrastructures
titulaire du Titre minier n’a pas de transformation en Guinée.

PERIODE DE PRODUCTION INITIALE PAR SUBSTANCE MINIERE

Société déjà en ex-


Société nouvelle
ploitation
Bauxite 8 ans 18 ans
Minerai de fer - 20 ans

Article 161-I : Taxe sur la cours du métal précieux extrait


production industrielle ou au Fixing de l’après-midi à
semi-industrielle des Métaux Londres.
précieux
La taxe est exigible à la date de
Tout titulaire d’un Titre d’exploi- la pesée desdits lingots à la
tation minière qui procède à Banque Centrale de la Répu-
l’extraction de Métaux précieux blique de Guinée.
est redevable d’une taxe sur la
production industrielle ou semi- Le taux de la taxe sur l’extraction
industrielle des Métaux précieux. des Métaux précieux est fixé à
cinq pour cent (5%).
Le fait générateur de cette taxe
intervient au moment de la sortie Lorsque le lingot pesé contient
carreau-mine des Métaux pré- des Métaux précieux autres que
cieux. le métal précieux dont il est prin-
cipalement composé, ces autres
L’assiette de la taxe est la valeur Métaux précieux contenus dans
du lingot telle que déterminée à le lingot sont soumis à la taxe sur
la pesée à la Banque Centrale la production industrielle ou se-
de Guinée en tenant compte de mi-industrielle des Métaux pré-
la pureté du métal précieux et du cieux au terme de chaque tri-
mestre de l’année civile selon

Code Général des Impôts 263


Annexes Code Minier

des modalités fixées par voie titulaire d’un Titre d’exploitation


réglementaire. La BCRG prélève, minière mais par un Sous-traitant
selon des modalités fixées par de ce dernier, ce Sous-traitant
voie réglementaire, un échantil- est solidairement responsable
lon des lingots pesés en vue de avec le titulaire du Titre minier du
contrôler la teneur desdits lin- paiement de la taxe sur la pro-
gots. duction industrielle ou semi-
industrielle des Métaux précieux.
Tout retard de plus de trente (30)
jours calendaires dans le paie- Les modalités de déclaration et
ment de la taxe sur la production de règlement de la taxe sur la
industrielle ou semi-industrielle production industrielle ou semi-
des Métaux précieux est passible industrielle des Métaux précieux
de sanctions pouvant aller, en sont fixées par voie réglemen-
cas de retards prolongés ou ré- taire.
pétés, jusqu’au retrait du Titre
minier ainsi que jusqu’à la ferme- Cette taxe est déductible pour le
ture des installations d’extraction. calcul du bénéfice imposable.

Lorsque l’Activité minière n’est


pas effectuée directement par le

Taux de la Taxe sur la production industrielle ou semi-industrielle


des métaux précieux :

UNITE DE
SUBSTANCE PRODUITE TAXE ASSIETTE
TAXATION
Métaux précieux : Argent, Or,
Platinoïdes, Palladium, Rho- OZ 5,0% Fixing de l’après-midi à Londres
dium

Légende :

OZ : Once Troy = 31,103477 g

Un nouvel indice de prix sera nances si l’indice de prix visé


institué par arrêté conjoint du dans le tableau ci-dessus devient
Ministre en charge des Mines et caduc.
du Ministre en charge des Fi-

Code Général des Impôts 264


Annexes Code Minier

Article 162 : Taxe sur les taxe dont les taux sont fixés par
Substances de carrières arrêté conjoint du Ministre en
charge des Mines et de la Géo-
L'exploitation et le ramassage logie et du Ministre en charge
des Substances de carrières des Finances.
sont soumis au paiement d’une

CHAPITRE III: TAXES A L’EXPORTATION

Article 163: Taxe à de la teneur (aussi appelée le


l’exportation sur les Subs- « grade »), du poids des Subs-
tances minières autres que les tances minières exportées et de
Substances précieuses l’indice de prix applicable aux
Substances minières exportées.
Les Substances minières ex- En particulier, l’assiette de la
traites en Guinée par les titu- taxe à l’exportation des subs-
laires d’un Titre d’exploitation tances de catégorie 1 sera ajus-
minière qui sont exportées à tée proportionnellement à leur
l’état brut, sans avoir été préala- teneur effective.
blement transformées en pro-
duits semi-finis ou finis en Gui- L’unité de poids est la tonne mé-
née, font l’objet d’une taxe spéci- trique pour les Substances mi-
fique à l’exportation. nières autres que les Substances
radioactives, et la livre pour les
Toutefois, ne sont pas assujet- Substances radioactives. Si
ties à cette taxe à l’exportation l’unité de poids exportée contient
les exportations de Métaux pré- plusieurs types de Substances
cieux. Les Pierres précieuses et minières, chaque Substance
Pierres Gemmes sont soumises minière sera taxée séparément
à une taxe à l’exportation spéci- en fonction de sa teneur dans
fique définie à l’article 163-II du l’unité de poids exportée et de
présent Code. l’indice de prix qui lui est appli-
cable.
L’assiette de la taxe à l’expor-
tation sur les Substances mi- L’indice de prix applicable pour
nières est la valeur des Subs- les Substances minières est dé-
tances minières exportées. Cette fini dans le tableau ci-dessous en
valeur est déterminée en fonction

Code Général des Impôts 265


Annexes Code Minier

fonction de la nature de la Subs- minières, tel que défini par le


tance minière extraite. Code des Douanes. La taxe à
l’exportation est solidairement
Le taux de la taxe à l’exportation due par le déclarant en douane
sur les Substances minières est qui agit dans le cadre d’un man-
défini dans le tableau ci-dessous dat de représentation. Cette taxe
en fonction de la nature de la est recouvrée par les services
Substance minière exportée. des douanes. La procédure
douanière s’applique de plein
La taxe est exigible au moment droit.
de l’exportation des Substances
minières, telle que l’ « expor- Les modalités de calcul, de
tation » est définie par le Code déclaration et de règlement de
des Douanes. cette taxe sont fixées par voie
réglementaire.
Le redevable de cette taxe est
l’exportateur des Substances

Taux de la taxe à l’exportation sur les Substances minières


autres que les Substances précieuses

UNITE DE
SUBSTANCE EXPORTEE TAXE ASSIETTE
TAXATION
MINERAI DE FER
Prix du minerai de fer (mesuré par
le Platts China Iron Fines CFR
Minerai de fer de teneur 62%) moins les coûts de transport
TM 2%
standard (mesurés par le Baltic Exchange
Capesize Index Route C3-
Tubarao/Qingdao)
BAUXITE
Prix Vendeur LME 3 mois de la
Bauxite TM 0,075% tonne d’Aluminium primaire pour
une Bauxite en AI2O3 de 40%
AUTRES SUBSTANCES NON FERREUSES
Métaux de base : Cuivre, Etain, Nickel, Zinc
Concentré TM 2,0% Prix FOB
Métal TM 2,0% Prix FOB

Code Général des Impôts 266


Annexes Code Minier

UNITE DE
SUBSTANCE EXPORTEE TAXE ASSIETTE
TAXATION
Métaux mineurs : Cobalt,
TM 2,0% Prix FOB
Titane, Molybdène
SUBSTANCES RADIOACTIVES
Uranium
Concentré (Yellowcake) LB 3,0% Prix Ux Spot U2O8
Autres substances ra-
LB 2,0% Prix Ux Spot
dioactives

Légende :

LB : Livre US = 0,4535923 kg TM : Tonne métrique


LME : London Métal Exchange

Un nouvel indice de prix sera peuvent solliciter l’application


institué par arrêté conjoint du d’un régime de déclaration sim-
Ministre en charge des Mines et plifiée.
du Ministre en charge des Fi-
nances si l’indice de prix visé Ce régime les autorise à déclarer
dans le tableau ci-dessus devient la taxe à l’extraction sur les subs-
caduc. tances minières visée à l’article
161 du présent Code et la taxe à
L’indice de prix et le taux de l’exportation sur les substances
toute substance minière non vi- minières autres que les subs-
sée dans le tableau ci-dessus tances précieuses visée à
seront fixés par voie réglemen- l’article 163 du présent Code sur
taire. une seule et même déclaration.

Article 163-I: Régime déclaratif Ce régime n’est accordé que sur


simplifié agrément conjoint du Ministre en
charge des Mines et du Ministre
Les titulaires d’un Titre d’exploi- en charge des Finances. Les
tation minière qui extraient des modalités d’application de ce
Substances minières en Guinée régime particulier sont fixées par
dans le but exclusif de les expor- voie réglementaire.
ter à l’état brut, sans les re-
vendre sur le marché intérieur,

Code Général des Impôts 267


Annexes Code Minier

Article 163-II : Taxe à Toutefois, le taux de cette taxe à


l’exportation sur les Pierres l’exportation est diminué de moi-
précieuses et autres Pierres tié si les Pierres précieuses ou
Gemmes Pierres Gemmes sont exportées
après avoir été taillées en Gui-
Les Pierres précieuses et Pierres née.
Gemmes extraites en Guinée par
les titulaires d’un Titre d’exploi- La taxe est exigible au moment
tation minière et qui sont expor- de l’exportation des Pierres pré-
tées à l’état brut ou taillé font cieuses et Pierres Gemmes, telle
l’objet d’une taxe spécifique à que l’ « exportation » est définie
l’exportation. par le Code des Douanes.

L’assiette de la taxe à Le redevable de cette taxe est


l’exportation sur les Pierres pré- l’exportateur, tel que défini par le
cieuses et Pierres Gemmes est Code des Douanes, des subs-
la valeur des Pierres précieuses tances minières. La taxe à
et Pierres Gemmes exportées. l’exportation est solidairement
Cette valeur est déterminée par due par le déclarant en douane
le Bureau National d’Expertise qui agit dans le cadre d’un man-
(BNE) en fonction de la qualité dat de représentation. La procé-
des pierres et de leur carat. dure douanière s’applique de
plein droit.
Le taux de la taxe à l’exportation
sur les Pierres précieuses est Les modalités de calcul, de dé-
défini dans le tableau ci-dessous claration et de règlement de
en fonction de la nature des cette taxe sont fixées par voie
Pierres précieuses et Pierres réglementaire.
Gemmes exportées.

Code Général des Impôts 268


Annexes Code Minier

Taux de la taxe à l’exportation sur les Pierres précieuses et autres


Pierres Gemmes

UNITE DE
SUBSTANCE EXPORTEE TAXE ASSIETTE
TAXATION
Pierres précieuses
Diamants bruts :
Ct 3,0% Estimation Bureau
Taxe sur la produc-
National d’Expertise
tion industrielle
(BNE)
Ct 3,0% Estimation Bureau
Taxe sur la produc-
National d’Expertise
tion semi-industrielle
(BNE)
Pierre d’une valeur Ct 5,0%
Estimation Bureau
unitaire égale ou supé-
National d’Expertise
rieure à cinq cent mille
(BNE)
(500 000) USD
Pierres précieuses autres que les Diamants (Emeraude, Rubis,
Saphir, etc.) et autres Pierres Gemmes
Ct 1,5% Estimation Bureau
Taxe sur la produc-
National d’Expertise
tion industrielle
(BNE)
Ct 1,5% Estimation Bureau
Taxe sur la produc-
National d’Expertise
tion semi-industrielle
(BNE)
Pierre d’une valeur Ct 5,0%
Estimation Bureau
unitaire égale ou
National d’Expertise
supérieure à cinq cent
(BNE)
mille (500 000) USD

Légende : Ct : Carat = 0,20519655

Code Général des Impôts 269


Annexes Code Minier

Le taux de la taxe sur les Pierres est fixé à un virgule cinq


précieuses ou Pierres Gemmes pour cent (1,5%) de la va-
non visées dans le tableau ci- leur fixée par les experts
dessus sera fixé par voie régle- du BNE;
mentaire. • pour les pierres pré-
cieuses, y compris les
Article 164 : Taxe à l'exporta- diamants, d’une valeur
tion sur la production artisanale unitaire égale ou supé-
d’or, de Pierres précieuses et rieure à cinq cent mille
autres Pierres Gemmes (500 000) USD, ce taux
est fixé à cinq pour cent
L’or et les Pierres précieuses et (5%) de la valeur fixée
Pierres Gemmes extraits en Gui- par les experts du BNE.
née par les titulaires d’une Auto-
risation d’exploitation artisanale Ces taux pourront être ajustés
sont soumis à une taxe à l'expor- par un arrêté conjoint du Ministre
tation aux taux suivants : en charge des Finances et du
Ministre en charge des Mines.
• pour l'or, le taux de cette
taxe est de un pour cent Cette taxe est exigible au mo-
(1%), la valeur de réfé- ment de l’exportation, telle que
rence pour le calcul de définie par le Code des Dou-
cette taxe étant le cours anes. Le redevable de cette taxe
d'achat de l'or par la est l’exportateur, tel que défini
BCRG ; par le Code des Douanes. La
• pour les diamants d’une procédure douanière s’applique
valeur unitaire strictement de plein droit.
inférieure à cinq cent
mille (500 000) USD, le Les modalités de calcul, de dé-
taux est de trois pour cent claration et de règlement de
(3%) de la valeur fixée cette taxe sont fixées par voie
par les experts BNE ; réglementaire.
• pour les Pierres pré-
cieuses, autres que le Article 165 : Répartition entre
diamant, et Pierres les différents budgets
Gemmes d’une valeur
unitaire strictement infé- Les droits fixes, la taxe sur
rieure à cinq cent mille l’extraction des substances mi-
(500 000) USD, ce taux nières autre que les Métaux pré-

Code Général des Impôts 270


Annexes Code Minier

cieux, la taxe sur la production Budget National ………soixante-


industrielle ou semi-industrielle sept pour cent (67%)
des Métaux précieux, la taxe sur
les Substances de carrières, la Bureau National d’Expertise
taxe à l’exportation sur les subs- (BNE).………. vingt-et-un pour
tances minières autres que sur cent (21%)
les substances précieuses et la
taxe à l'exportation sur la produc- Expert Evaluateur ………douze
tion artisanale d’or, payés au pour cent (12%) au vu du contrat
Budget National par les titulaires liant l’expert évaluateur au Minis-
des Titres miniers ou d’Autori- tère en charge des Mines
sations, sont répartis comme
suit : Les montants correspondants
font l’objet d’une publication dans
Budget National.…………quatre- le Journal Officiel et sur le site
vingt pour cent (80%) internet officiel des Ministères en
charge des Mines, de la Décen-
Appui direct au budget local de tralisation et des Finances.
l’ensemble des Collectivités
locales du pays …………quinze Les modalités d’utilisation, de
pour cent (15%) gestion et de contrôle des res-
sources allouées aux Collectivi-
Fonds d’Investissement Minier tés locales en vertu des disposi-
………………cinq pour cent (5%) tions qui précèdent sont détermi-
nées par un arrêté conjoint des
La taxe à l’exportation sur la pro- Ministres en charge des Mines,
duction artisanale, industrielle et de la Décentralisation et des
semi-industrielle de Pierres pré- Finances, conformément aux
cieuses et Pierres Gemmes vi- dispositions du Code des Collec-
sée à l’article 164 est repartie tivités locales.
comme suit :

Code Général des Impôts 271


Annexes Code Minier

CHAPITRE IV: LISTES MINIERES

Article 166 : Définition et Une liste minière pour la phase


procédure d’agrément de la de recherche ne peut contenir
liste minière que des équipements, matériels,
machines, matières premières et
Les titulaires d’un Titre minier consommables nécessaires pour
doivent établir et faire agréer par cette phase de recherche. Une
le Ministre en charge des Mines liste minière pour la phase de
et le Ministre en charge des Fi- construction ne peut contenir que
nances, avant le démarrage de des équipements, matériels, ma-
leurs opérations, et pour cha- chines, matières premières et
cune de leurs phases d’activités consommables nécessaires pour
définies à l’article 168 du présent cette phase de construction. Une
Code, une liste appelée « liste liste minière pour la phase
minière ». d’exploitation ne peut contenir
que des équipements, matériels,
Le contenu de la liste minière est machines, matières premières et
strictement limité aux catégories consommables nécessaires pour
définies à l’article 167 du présent cette phase d’exploitation.
Code. Il regroupe l’ensemble des
équipements, matériels, ma- Cette liste minière est révisable
chines, matières premières et périodiquement en fonction de
consommables pour lesquels le l’évolution des besoins des titu-
titulaire du Titre minier demande laires du Titre minier. Si des
à bénéficier de l’exonération des équipements, matériels, ma-
droits et taxes à l’importation chines, matières premières et
durant les phases de recherche consommables devant être im-
et de construction, en application portés ne figurent pas sur la liste
des articles 171, 171-I, 173 et minière préalablement définie et
174 du présent Code, ou de- agréée, un amendement de la
mande à bénéficier des taux ré- liste existante doit être déposé
duits de droits de douane durant auprès du Ministre en charge
la phase d’exploitation en appli- des Mines et du Ministre en
cation des articles 179 et 180 du charge des Finances pour agré-
présent Code. ment. Cet amendement doit res-
pecter l’ensemble des conditions
Le contenu de la liste minière est relatives aux listes minières, no-
propre à chaque phase d’activité. tamment quant aux catégories et
au contenu de la liste.

Code Général des Impôts 272


Annexes Code Minier

Toutefois, ne peuvent figurer sur Nationale de la Géologie, le Bu-


cette liste minière les équipe- reau d’Études et de Stratégie
ments, matériels, machines, ma- ainsi que tous autres services
tières premières et consom- compétents, sont chargées
mables dont on peut trouver d’assurer le suivi de la liste mi-
l’équivalent fabriqué en Guinée nière. Elles sont chargées du
et qui sont disponibles à des suivi du matériel, des engins
conditions commerciales au miniers ou tous autres produits
moins égales à celles des biens importés pendant la phase de
à importer. recherche par les sociétés mi-
nières.
Les listes des biens appartenant
aux Sous-traitants doivent faire Article 167 : Catégorisation
partie intégrante de celles des des marchandises figurant sur
sociétés titulaires de Titres mi- la liste minière
niers auxquelles, elles sont liées.
Elles doivent figurer sous une Les importations des titulaires
rubrique spéciale établie au nom d’un Titre minier sont classées
de chaque Sous-traitant. en trois catégories:

Les modalités relatives au dépôt, Première catégorie : les équipe-


à l’agrément et à la révision de ments, matériels, gros outillages,
ces listes minières sont détermi- engins et véhicules figurant sur
nées par voie réglementaire. le registre des immobilisations
des sociétés concernées, à
Un comité composé des repré- l’exclusion des véhicules de tou-
sentants du CPDM, du Cabinet risme ;
du Ministère en charge du Bud-
get et de la Direction générale Deuxième catégorie : les con-
des Douanes est chargé de sommables destinés à
l’examen des listes minières. l’extraction et à la concentration
des substances minières brutes,
L’inspection Générale des Mines y compris le fioul lourd à
et de la Géologie et la Direction l’exclusion des carburants, lubri-
Générale des Douanes, en col- fiants courants et autres produits
laboration avec les services pétroliers ;
techniques compétents, notam-
ment le CPDM, la Direction Na- Troisième catégorie : les con-
tionale des Mines, la direction sommables destinés à la trans-

Code Général des Impôts 273


Annexes Code Minier

formation sur place des subs- fiques, à l’exclusion des carbu-


tances minières en produits se- rants, lubrifiants courants et
mi-finis ou finis, y compris le fioul autres produits pétroliers.
lourd et les lubrifiants spéci-

CHAPITRE V : DEFINITION DES PHASES D’ACTIVITES

Article 168 : Définition des Ces avantages fiscaux et doua-


phases d’activités niers sont définis au présent titre.

Les avantages fiscaux et doua- En ce qui concerne les produits


niers dont bénéficient les titulaires pétroliers, les achats des titulaires
de Titres miniers sont propres à de Titres miniers ne bénéficient
chaque Titre minier et varient en d’aucune exonération. Toutefois,
fonction de la phase d’activité. Ces les importations de fioul lourd des-
phases sont : tiné à l’extraction et à la concentra-
tion des substances minières
• la phase de recherche; brutes et à la transformation sur
• la phase de construction; place des substances minières en
• la phase d’exploitation, qui produits semi-finis ou finis sont
est réputée commencer à exonérées de TVA et de droits de
compter de la Date de la douanes à l’exclusion de la rede-
première production com- vance sur le traitement des liquida-
merciale. tions, conformément aux disposi-
tions des articles 171, 171-I, 173,
174, 176, 179 et 180 du présent
Code, sous réserve que ce fioul
Chaque phase est réputée se ter- lourd figure sur les listes minières,
miner lorsque commence la phase pour la phase de recherche, pour
suivante, et ce même si des activi- la phase de construction de la
tés liées à la phase précédente se mine et pour la phase
poursuivent. Le titulaire d’un Titre d’exploitation de la mine, définies
minier ne peut donc cumuler à un
à l’article 166 du présent Code
instant donné, pour un même titre,
respectivement, déposées préa-
le bénéfice de régimes fiscaux et
lablement au commencement de
douaniers ouvert à des phases
différentes. chacune de ses phases.

Code Général des Impôts 274


Annexes Code Minier

CHAPITRE VI : DISPOSITIONS FISCALES APPLICABLES A


TOUTES LES PHASES D’ACTIVITES

Article 169 : Régime partie des prestations de toute


d’imposition des salariés nature délivrées par des entre-
employés par les titulaires prises ou personnes non établies
d’un titre minier en Guinée et qui sont fournies ou
utilisées en Guinée.
Les salariés, y compris les expa-
triés, employés par les titulaires Cette retenue, dont le taux est
d’un Titre Minier ou d’une Autori- fixé par l’article 198 du Code
sation sont soumis à l’impôt sur Général des Impôts, doit être
le revenu en Guinée conformé- prélevée par le bénéficiaire du
ment aux dispositions des ar- service et reversée au Trésor
ticles 61 à 70 du Code Général Public au plus tard le 15 du mois
des Impôts. suivant celui au cours duquel la
retenue a été opérée. Elle n’est
Article 170 : Retenue à la pas déductible de l’impôt sur les
source sur les revenus non bénéfices.
salariaux et effets personnels
du personnel expatrié Article 170-II : Effets person-
nels du personnel expatrié
Article 170-I : Retenue à la
source sur les revenus non Les effets personnels importés
salariaux par les employés expatriés des
titulaires d’un Titre minier sont
Sous réserve de dispositions exonérés de droits de douanes.
contraires des conventions fis-
cales dûment ratifiées, les titu- On entend par effets personnels,
laires d’un Titre Minier sont tenus les effets à usage domestique et
de procéder à une retenue à la n'ayant aucun caractère com-
source, libératoire de tout autre mercial, dans la mesure où ils
impôt sur les revenus, faite sur sont importés en quantité raison-
les sommes payées en contre- nable.

Code Général des Impôts 275


Annexes Code Minier

CHAPITRE VII : AVANTAGES FISCAUX ET DOUANIERS EN PHASE


DE RECHERCHE

Article 171 : Dispositif • l'Impôt Minimum Forfai-


d’exonération durant la phase taire (IMF) ;
de recherche • la contribution des pa-
tentes ;
Article 171-I: Exonérations • la contribution à la forma-
fiscales en phase de recherche tion professionnelle ;
• la Contribution Foncière
Les titulaires d’un Permis de re- Unique (CFU) ;
cherche bénéficient pendant • la taxe d’apprentissage.
toute la durée de la phase de
recherche, de l'exonération de: Le bénéfice du dispositif
d’exonération est subordonné au
• la Taxe sur la Valeur dépôt, avant le démarrage de la
Ajoutée (TVA) sur les im- phase de recherche, d’une liste
portations des équipe- minière pour la phase de re-
ments, matériels, ma- cherche, conformément aux dis-
chines et consommables positions de l’article 166 du pré-
visés par la liste minière sent Code.
soumise, avant le démar-
rage de la phase de re- L’ensemble des autres disposi-
cherche, sous réserve tions du Code Général des Im-
que cette liste minière ait pôts s’applique de plein droit.
été agréée conformément
aux dispositions de Les carburants, lubrifiants et
l’article 166 du présent autres produits pétroliers impor-
code. Toutefois, ne sont tés bénéficient du rembourse-
pas exonérés de TVA les ment de la TVA, dans les limites
importations de biens qui des quotas annuels fixés par le
sont exclus du droit à dé- Ministre en charge du Budget.
duction en application
des dispositions du Code La durée de ces exonérations est
Général des impôts, limitée à la durée de la phase de
quand bien même ces recherche.
biens figureraient sur la
liste minière dûment
agréée.

Code Général des Impôts 276


Annexes Code Minier

Article 171-II : Droits de des Douanes dans le premier


douane trimestre de chaque année un
état des biens ayant bénéficié de
Les titulaires d’un Permis de re- l'Admission Temporaire.
cherche bénéficient du régime de
l'Admission Temporaire pour Lorsque la construction de la
l'importation des équipements, mine commence, et nonobstant
matériels, machines, matières la continuation de toute activité
premières et consommables vi- de recherche, la phase de re-
sés dans la liste minière relative cherche est réputée terminée.
à la phase de recherche.
Lorsque la phase de recherche
L’Admission Temporaire de ces est réputée terminée, les biens
biens n’est admise que si ladite ayant bénéficié du régime de
liste minière a été déposée, l’Admission Temporaire sortent
avant le démarrage de la phase du régime de l’Admission Tem-
de recherche, et a été dûment poraire et doivent :
agréée conformément aux dis-
positions de l’article 166 du pré- • soit être réexportés par le titu-
sent code. laire du Permis de recherche ;
• soit être conservés ou reven-
Toutefois, les matériaux et dus en République de Guinée
pièces de rechange des véhi- par le titulaire du Permis de
cules utilitaires, nécessaires au recherche. Dans cette hypo-
fonctionnement des matériels et thèse, le titulaire du Permis de
équipements professionnels figu- recherche est redevable de
rant sur la liste minière ne béné- tous les droits et taxes liqui-
ficient pas de l'exonération : dés par le service des
Douanes sur la base d'une
évaluation qui tient compte de
• de la Redevance de Traite- la dépréciation intervenue
ment des Liquidations ;
jusqu'au jour de la sortie du
• de la Taxe d'Enregistrement ;
régime de l’admission tempo-
• du Prélèvement Communau- raire.
taire (PC) ;
• des Centimes Additionnels.
Toutefois, lorsque lesdits biens
figurent sur la liste minière dépo-
Les titulaires d’un Permis de re- sée par le titulaire du Titre minier
cherche sont tenus de fournir au pour sa phase de construction,
CPDM, à la DNM et au service ce dernier peut demander au

Code Général des Impôts 277


Annexes Code Minier

service des Douanes compétent pitre, les titulaires d’un Permis


à ce que l’Admission Temporaire de recherche sont soumis aux
de ces biens soit prorogée jus- obligations déclaratives de droit
qu’à la fin de sa phase de cons- commun prévues aux disposi-
truction. tions des articles 108, 238,
239, 241 du Code Général des
Article 172 : Obligations décla- Impôts ainsi qu’aux obligations
ratives déclaratives de droit commun
prévues au Code des Douanes.
Nonobstant les exonérations
prévues par le présent Cha-

CHAPITRE VIII : AVANTAGES FISCAUX ET DOUANIERS EN


PHASE DE CONSTRUCTION DE LA MINE

Article 173: Exonération de la présent code. Toutefois,


TVA et des autres impôts ne sont pas exonérés de
TVA les importations de
Les titulaires d’un Titre biens qui sont exclus du
d’exploitation minière bénéficient droit à déduction en ap-
pendant toute la durée de la plication des dispositions
phase de construction de l'exo- du Code Général des Im-
nération de : pôts, quand bien même
ces biens figureraient sur
• la Taxe sur la Valeur la liste minière dûment
Ajoutée (TVA) sur les im- agréée, à l’exception du
portations des équipe- fuel lourd.
ments, matériels, ma- • l'Impôt Minimum Forfai-
chines, matières pre- taire (IMF) ;
mières et consommables • la contribution des pa-
visés par la liste minière tentes ;
soumise, avant le démar- • la contribution à la forma-
rage de la phase de tion professionnelle ;
construction, sous ré- • la Contribution Foncière
serve que cette liste mi- Unique (CFU) ;
nière ait été agréée con- • la taxe d’apprentissage
formément aux disposi-
tions de l’article 166 du

Code Général des Impôts 278


Annexes Code Minier

Le bénéfice du dispositif Article 174 : Exonération des


d’exonération est subordonné au droits de douane et obliga-
dépôt, avant le démarrage de la tions déclaratives
phase de construction, d’une
liste minière pour la phase de Article 174–I : Exonération des
construction de la mine, confor- droits de douane
mément aux dispositions de
l’article 166 du présent Code. Pendant la phase de construc-
tion de la mine, les titulaires d’un
L’ensemble des autres disposi- Titre d’exploitation minière béné-
tions du Code Général des Im- ficient du régime de l'Admission
pôts s’applique de plein droit. Temporaire pour l'importation
des biens visés à la première
Les carburants, lubrifiants et catégorie de leur liste minière,
autres produits pétroliers impor- telle que définie par l’article 167
tés bénéficient du rembourse- du présent Code, c’est-à-dire
ment de la TVA, dans les limites pour la liste des biens figurant
des quotas annuels fixés par le sur le registre des immobilisa-
Ministre en charge du Budget. tions du titulaire du titre minier.

La durée de ces exonérations est L’Admission Temporaire de ces


limitée à la durée de la phase de biens n’est admise que si ladite
construction. La phase de cons- liste minière a été déposée,
truction prend fin à la Date de la avant le démarrage de la phase
première production commer- de construction, et a été dûment
ciale. La fin de la phase de cons- agréée conformément aux dis-
truction marque le début de la positions de l’article 166 du pré-
phase d’exploitation et ce no- sent Code.
nobstant la continuation de toute
activité de construction. Toutefois, les matériaux et
pièces de rechange des biens
figurant sur la première catégorie
de la liste minière ne bénéficient
pas de l'exonération :

Code Général des Impôts 279


Annexes Code Minier

• de la Redevance de Trai- Guinée, le titulaire du


tement des Liquidations ; permis d’exploitation in-
• de la Taxe d'Enregistre- dustrielle et semi-indus-
ment ; trielle ou de la concession
• du Prélèvement Commu- minière est redevable de
nautaire (PC) ; tous les droits et taxes li-
• des Centimes Addition- quidés par le service des
nels. Douanes sur la base
d'une évaluation qui tient
Les titulaires d’un Titre d’exploi- compte de la dépréciation
tation minière sont tenus de intervenue jusqu'au jour
fournir au CPDM, à la DNM et au de la sortie du régime de
service des Douanes dans le l’Admission Temporaire.
premier trimestre de chaque an- Le taux des droits de
née un état des biens ayant bé- douane applicable est le
néficié de l'admission temporaire. taux de droit commun ;
• soit être conservés par le
Lorsque la phase d’exploitation titulaire du permis d’ex-
de la mine commence, et no- ploitation industrielle et
nobstant la continuation de toute semi-industrielle ou de la
activité de construction, la phase concession minière. Dans
de construction est réputée ter- cette hypothèse, le titu-
minée. laire du permis d’exploi-
tation industrielle et semi-
industrielle ou de la con-
Lorsque la phase de construction
cession minière est rede-
est réputée terminée, les biens
vable de tous les droits et
ayant bénéficié du régime de
taxes liquidés par le ser-
l’Admission Temporaire sortent
vice des Douanes sur la
du régime de l’Admission Tem-
base d'une évaluation qui
poraire et doivent :
tient compte de la dépré-
ciation intervenue jus-
• soit être réexportés par le qu'au jour de la sortie du
titulaire du Titre d’exploi- régime de l’admission
tation minière; temporaire. Le taux des
• soit être revendus en Ré- droits de douane appli-
publique de Guinée par le cable est le taux de droit
titulaire du Titre d’exploi- commun. Toutefois, si
tation minière. En cas de lesdits biens figurent sur
revente en République de la liste minière déposée

Code Général des Impôts 280


Annexes Code Minier

par le titulaire du titre mi- Article 174-II : Obligations dé-


nier pour sa phase claratives
d’exploitation et sont con-
servés par ce dernier Nonobstant les exonérations
pendant toute la durée de prévues par le présent Chapitre,
sa phase d’exploitation, les titulaires d’un Titre
ils sont alors soumis aux d’exploitation minière sont sou-
taux réduit de droits de mis aux obligations déclaratives
douane prévus aux ar- de droit commun prévues aux
ticles 179 ou 180 du pré- dispositions des articles 108,
sent Code, selon qu’il 238, 239, 241 du Code Général
s’agit d’équipements de des Impôts ainsi qu’aux obliga-
transformation sur place tions déclaratives de droit com-
ou d’extraction. mun prévues au Code des
Douanes.

CHAPITRE IX : AVANTAGES FISCAUX ET DOUANIERS EN PHASE


D'EXPLOITATION

Article 175 : Exonérations des substances minérales. Un


texte d’application définira les
Les titulaires d’un Titre d’exploi- modalités d’application de la
tation minière qui entrent en Contribution Foncière Unique,
phase d'exploitation, bénéficient au-delà du délai de 3 ans men-
pendant trois (3) ans à compter tionné dans le présent article.
de la Date de la première pro-
duction commerciale, de l'exoné- Article 176 : Imposition sur les
ration : bénéfices et autres impôts

• de l'Impôt Minimum For- En phase d'exploitation, les titu-


faitaire (IMF); laires d’un Titre d’exploitation
• de la Contribution Fon- minière sont soumis, selon les
cière Unique au taux de règles de droit commun, à tous
10%. les impôts autres que ceux pour
lesquels ils bénéficient de
Les installations minières sont l’exonération prévue à l’article
les immobilisations permettant 175 du présent code, et notam-
l’extraction et la transformation ment mais pas exclusivement :

Code Général des Impôts 281


Annexes Code Minier

• à la Taxe sur la Valeur • à la contribution à la for-


Ajoutée (TVA) à l’exclu- mation professionnelle ou
sion de la TVA à l’impor- à la taxe d'apprentis-
tation des biens d’équipe- sage, selon le cas;
ment figurant sur la liste • à la Contribution au Dé-
minière visés par la pre- veloppement Local, visée
mière catégorie prévue à à l’article 130 du présent
l’article 167 du présent Code ;
Code; • aux droits fixes et rede-
• à l'impôt sur les Béné- vances annuelles visés à
fices Industriels et Com- l’article 159-II du présent
merciaux et de l'Impôt sur Code ;
les Sociétés au taux de • aux redevances superfi-
30% ; ciaires visées à l’article
• à l'Impôt sur le Revenu 160 ;
des Valeurs Mobilières • à la taxe sur l’extraction
(IRVM) au taux de 10%; des Substances minières
• aux droits d'enregistre- autres que les Métaux
ment sur les actes portant précieux visée à l’article
création de la société, 161 du présent Code ;
augmentation de capital • à la taxe sur la production
par apports nouveaux, industrielle ou semi-
apports en capital, incor- industrielle des Métaux
poration de bénéfice ou précieux visée à l’article
de réserve, ou fusion ; 161-I du présent Code ;
• au versement forfaitaire • à la taxe à l’exportation
sur les salaires ; sur les Substances mi-
• à la retenue à la source nières autres que les Mé-
sur les revenus non sala- taux précieux visée à
riaux (RNS) ; l’article 163 du présent
• à la retenue à la source Code ;
des impôts sur les sa- • à la taxe à l’exportation
laires ; sur les Pierres précieuses
• à la taxe unique sur les et Pierres Gemmes visée
véhicules à l'exception à l’article 163-II du pré-
des véhicules et engins sent Code.
de chantier au taux en vi-
gueur ;

Code Général des Impôts 282


Annexes Code Minier

Les carburants, lubrifiants et d’exploitation minière dans le but


autres produits pétroliers impor- de générer un revenu, sont con-
tés sont imposés conformément sidérées comme des charges
au droit commun. Ils bénéficient déductibles du bénéfice impo-
toutefois du remboursement de sable pour le calcul de l'impôt sur
la TVA dans les limites des quo- les Bénéfices Industriels et
tas accordés par le Ministre en Commerciaux et de l'Impôt sur
charge du Budget. les Sociétés :

Toutefois, les importations de • les frais généraux de


fioul lourd destiné à l’extraction toute nature, les dé-
et à la concentration des subs- penses de personnel et
tances minières brutes et à la de main d'œuvre, le loyer
transformation sur place des des immeubles dont l'en-
substances minières en produits treprise est locataire, les
semi-finis ou finis sont exonérées dépenses de réparation
de TVA sous réserve que ce fioul et d'entretien des locaux
lourd figure sur la liste minière professionnels et du ma-
pour la phase d’exploitation de la tériel, à l'exclusion des
mine, définie à l’article 166 du dépenses d'extension ou
présent Code, déposée préala- de transformation ;
blement au commencement de • la taxe sur l’extraction
cette phase d’exploitation. des Substances minières
autres que les Métaux
En outre les titulaires d’un Titre précieux visée à l’article
d’exploitation minière sont assu- 161 du présent Code ;
jettis au paiement des taxes et • la taxe sur la production
redevances environnementales industrielle ou semi-
sur les établissements classés, industrielle des Métaux
conformément aux dispositions précieux visée à l’article
du Code de l’Environnement et 161-I du présent Code ;
de ses textes d’application. • la taxe à l’exportation sur
les Substances minières
Article 177: Des charges dé- autres que les Métaux
ductibles des bénéfices précieux visée à l’article
163 du présent Code ;
Pendant la phase d'exploitation, • la taxe à l’exportation sur
les dépenses suivantes effec- les Pierres précieuses et
tuées par les titulaires d’un Titre Pierres Gemmes visée à

Code Général des Impôts 283


Annexes Code Minier

l’article 163-II du présent • la Contribution au Déve-


Code. loppement Local prévue à
• les frais financiers dès l’article 130 du présent
lors qu'ils répondent aux Code;
conditions générales de • les pertes de change en-
déduction des charges de registrées à la suite de
l'entreprise et que les fluctuations du cours des
taux d’intérêt sont ceux changes selon les moda-
en usage au moment où lités définies dans le
les emprunts sont con- Code Général des Im-
tractés, dans les limites pôts.
fixées par le Code Géné-
ral des Impôts ; Ces charges sont déductibles du
• les déficits des années bénéfice imposable pour le calcul
antérieures conformé- de l'impôt sur les Bénéfices In-
ment aux dispositions du dustriels et Commerciaux et de
Code Général des Im- l'Impôt sur les Sociétés sous
pôts; réserve qu’elles remplissent les
• les amortissements réel- conditions de déductibilité des
lement effectués par l'en- charges fixées à l’article 93 du
treprise. Les titulaires Code Général des Impôts.
d’un Titre d’exploitation
minière sont autorisés à Article 178 : Provision pour
pratiquer des amortisse- Reconstitution de Gisement et
ments dégressifs confor- droits de douane pendant la
mément aux dispositions phase d’exploitation
du Code Général des Im-
pôts ; Article 178–I : Provision pour
• la part annuelle versée Reconstitution de Gisement
dans le Compte fiduciaire
de réhabilitation des Une provision pour reconstitution
sites miniers prévu à de Gisement d'un montant
l’article 144 du présent maximum de dix pour cent (10%)
Code ; du bénéfice imposable peut être
• la Provision pour Recons- constituée, en phase d’exploi-
titution de Gisements tation, par les titulaires d’un Titre
prévue à l’article 178 du d’exploitation minière à la fin de
présent Code; chaque exercice.

Code Général des Impôts 284


Annexes Code Minier

En cas d'exercice déficitaire, la des immobilisations ainsi ac-


provision sera calculée sur la quises sera réduite du montant
base de zéro virgule cinq pour de la provision utilisée pour fi-
cent (0,5%) de la valeur des pro- nancer leur acquisition pour cal-
duits marchands exploités par culer leur base d’amortissement.
l'entreprise.
La partie de la provision qui n'au-
La provision ainsi constituée est rait pas été utilisée dans les deux
déductible du bénéfice impo- ans de sa constitution doit être
sable pour le calcul de l'impôt sur rapportée aux résultats du troi-
les Bénéfices Industriels et sième exercice qui suit celui au
Commerciaux et de l'Impôt sur titre duquel elle a été constituée.
les Sociétés. D’autre part, la provision qui au-
rait été utilisée pour procéder à
Cette provision doit faire l’objet des achats autres que des
d’une inscription comptable dis- achats d’immobilisations visées
tincte permettant d’identifier au paragraphe 4 du présent ar-
l’année de constitution de la pro- ticle doit être immédiatement
vision. Elle devra être employée réintégrée dans le bénéfice im-
dans les deux ans de sa consti- posable.
tution pour l’achat d’immobili-
sations destinées à la recherche Article 178-II : Des droits de
et l'extraction de Substance mi- douane en phase
nières ou à la transformation sur d’exploitation
place des Substances minières
en produits finis et semi-finis sur Pendant la phase d’exploitation
le territoire de la Guinée. de la mine, les titulaires d’un
Titre d’exploitation minière sont
La provision ainsi employée n’a redevables des droits de
pas à être réintégrée dans le douanes à l’importation dans les
bénéfice imposable pour le calcul conditions de droit commun à
de l'impôt sur les Bénéfices In- l’exception des importations de
dustriels et Commerciaux et de biens figurant sur leur liste mi-
l'Impôt sur les Sociétés, sous nière pour la phase d’exploitation
réserve que les immobilisations de la mine qui bénéficient des
ainsi acquises ne soient pas re- taux préférentiels visés aux ar-
vendues dans les trois (3) an- ticles 179 et 180 du présent
nées qui suivent leur date Code.
d’acquisition. Toutefois, la valeur

Code Général des Impôts 285


Annexes Code Minier

Les titulaires d’un Titre d’ex- • pour l'importation des


ploitation minière sont notam- biens visés à la troisième
ment soumis : catégorie de leur liste mi-
nière, telle que définie par
• à la Redevance de Trai- l’article 167 du présent
tement des Liquidations ; Code, c’est-à-dire pour
• à la Taxe d'Enregistre- les consommables desti-
ment ; nés à la transformation
• au Prélèvement Commu- sur place des substances
nautaire (PC) ; minières en produits finis
• aux Centimes Addition- et semi-finis, à l’exclusion
nels. des carburants, lubrifiants
et autres produits pétro-
Article 179 : Des droits de liers.
douane pour équipements de Le bénéfice du taux unique de
transformation sur place droits de douane de cinq pour
cent (5%) est subordonné au
dépôt, préalablement à la phase
Les titulaires d’un Titre d’exploi-
d’exploitation, d’une liste minière
tation minière acquittent, pendant
pour la phase d’exploitation de la
la phase d'exploitation, les droits
mine, conformément aux disposi-
de douane au taux unique de
tions de l’article 166 du présent
cinq pour cent (5%) :
Code.
• pour l'importation des
Toutefois, par exception au pre-
biens visés à la première
mier paragraphe du présent ar-
catégorie de leur liste mi-
ticle, les importations de fioul
nière, telle que définie par
lourd destiné à la transformation
l’article 167 du présent
sur place des substances mi-
Code, c’est-à-dire pour la
nières en produits semi-finis ou
liste des biens figurant
finis sont exonérées de droits de
sur le registre des immo-
douane sous réserve que ce fioul
bilisations des titulaires
lourd figure sur la liste minière
ou bénéficiaires, dès lors
pour la phase d’exploitation de la
qu'ils sont destinés à la
mine définie à l’article 166 du
transformation sur place
présent Code déposée préala-
des substances minières
blement au commencement de la
en produits finis et semi-
phase d’exploitation.
finis ;

Code Général des Impôts 286


Annexes Code Minier

Article 180 : Des droits de les matières premières et


douane pour les équipements autres consommables des-
d'extraction tinés à l'extraction et à la
concentration des subs-
Les titulaires d’un Titre d’exploi- tances minières brutes, à
tation minière acquittent, pendant l’exclusion des carburants,
la phase d'exploitation, les droits lubrifiants et autres pro-
duits pétroliers.
de douanes au taux unique de
six virgule cinq pour cent (6,5%) :
Le bénéfice du taux unique de
droits de douane de six virgule
• pour l'importation des
cinq pour cent (6,5%) est subor-
biens visés à la première
donné au dépôt, préalablement à
catégorie de leur liste mi-
la phase d’exploitation, d’une
nière, telle que définie par
liste minière pour la phase
l’article 167 du présent
d’exploitation de la mine, con-
Code, c’est-à-dire pour la
formément aux dispositions de
liste des biens figurant
l’article 166 du présent Code.
sur le registre des immo-
bilisations des titulaires
ou bénéficiaires, dès lors Toutefois, par exception au pré-
qu’ils sont destinés à l'ex- sent article, les importations de
traction et à la concentra- fioul lourd destinés à l’extraction
tion des substances mi- et à la concentration des subs-
nières brutes ; tances minières brutes sont exo-
nérées de droits de douane sous
• pour l'importation des
réserve que ce fioul lourd figure
biens visés à la deuxième
sur la liste minière pour la phase
catégorie de leur liste mi-
d’exploitation de la mine définie à
nière, telle que définie par
l’article 166 du présent Code dé-
l’article 167 du présent posée préalablement au commen-
Code, c’est-à-dire pour cement de la phase d’exploitation.

Code Général des Impôts 287


Annexes Code Minier

CHAPITRE X : SOUS-TRAITANTS DIRECTS

Article 181 : Définition des laires d’un Titre minier bénéfi-


sous-traitants directs et cient des dispositions doua-
régime de déconsolidation nières et fiscales uniquement
sur les droits et taxes à
Article 181–I : Définition des l’importation de leurs biens
sous-traitants directs comme prévu :

Les Sous-traitants directs - aux articles 171 à 172


sont les sous-traitants, définis à du présent Code lorsque
l’article 1 du présent Code, qui le titulaire du Permis de
livrent directement des biens recherche pour lequel ils
ou fournissent directement des travaillent est en phase
services aux titulaires d’un Titre de recherche ;
minier. Sont donc exclus, entre - aux articles 173 à 174
autres, de cette définition les du présent Code lorsque
sous-traitants des sous- le titulaire d’un Permis
traitants directs. d’exploitation industrielle
et semi-industrielle ou
L’activité de ces Sous-traitants d’une concession mi-
directs doit être strictement nière pour lequel ils tra-
limitée à une activité de re- vaillent est en phase de
cherche, de construction construction ;
d’installations minières, telles - aux articles 176 et 177
que définies à l’article 168 du et aux articles 178 à 180
présent Code, ou à une activité du présent Code lorsque
d’extraction. le titulaire d’un Permis
d’exploitation industrielle
Article 181–II : Régime fiscal et et semi-industrielle ou
douanier des sous-traitants d’une Concession mi-
directs nière pour lequel ils tra-
vaillent est en phase
Sous réserve qu’ils aient cons- d’exploitation.
titué une liste minière conforme
aux dispositions de l’article
181-III du présent Code, les
Sous-traitants directs des titu

Code Général des Impôts 288


Annexes Code Minier

Article 181–III : Obligations nière pour lequel il tra-


des sous-traitants directs vaille ;
• pour lesquelles le Sous-
Le Sous-traitant direct doit traitant direct demande
constituer, conformément aux à bénéficier des taux ré-
dispositions des articles 166 et duits de droits de
167 du présent Code, et dans douane, en application
les conditions prévues à ces des articles 179 et 180
articles, une liste minière, par du présent Code, durant
phase d’activité, définissant les la phase d’exploitation
catégories d’équipements, ma- du titulaire du Titre
tériels, machines et consom- d’exploitation minière
mables : pour lequel il travaille.

• pour lesquelles le Sous- Le contenu de la liste minière


traitant direct demande est strictement limité aux caté-
à bénéficier de l’exoné- gories définies à l’article 167 du
ration des droits et taxes présent Code et il est propre à
à l’importation, en appli- chaque phase d’activité.
cation de l’article 171 du
présent Code, durant la Le Sous-traitant direct doit faire
phase de recherche du agréer sa liste minière par le
titulaire du Permis de Ministre en charge des Mines
recherche pour lequel il et le Ministre en charge des
travaille ; Finances avant le démarrage
• pour lesquelles le Sous- de ses opérations. Cette liste
traitant direct demande doit être une partie intégrante
à bénéficier de l’exoné- de la liste de la société titulaire
ration des impôts, droits du Titre minier, dont elle consti-
et taxes à l’importation, tuera une rubrique spécifique.
en application des ar-
ticles 173 et 174 du pré- Afin de faire agréer sa liste, le
sent Code, durant la Sous-traitant doit joindre à
phase de construction cette liste :
du titulaire du Permis
d’exploitation industrielle • une copie du Titre mi-
et semi-industrielle ou nier du titulaire du Titre
de la concession mi- d’exploitation minière
pour lequel il travaille ;

Code Général des Impôts 289


Annexes Code Minier

• une attestation para- articles 171 et 174 du


phée et signée par un présent Code ou des
responsable de l’entre- taux réduit de droits de
prise titulaire du Titre douane prévus aux ar-
minier qui l’emploie, lé- ticles 179 et 180.
galement habilité à en-
gager cette dernière, qui L’entreprise, titulaire du Titre
certifie que la liste mi- d’exploitation minière, qui em-
nière soumise par le ploie le Sous-traitant direct est
Sous-traitant direct rem- solidairement responsable avec
plit l’ensemble des con- ce dernier du paiement de tous
ditions prévues au pré- droits et taxes, et pénalités
sent Code pour bénéfi- éventuellement y afférentes,
cier des exonérations dont ce Sous-traitant est rede-
douanières prévues aux vable.

CHAPITRE XI : BARRIERE FISCALE D’EXPLOITATION

Article 181-IV : Régime de peuvent se rapporter à des


déconsolidation phases d’activité différentes
pour chacun de ces titres mi-
En application des dispositions niers.
de l’article 168 du présent
code, les titulaires d’un Titre Aux fins du présent Code ainsi
minier ne peuvent cumuler, à que pour l’application des dis-
un instant donné, et pour un positions de droit commun du
même titre, le bénéfice Code Général des Impôts, cette
d’avantages fiscaux ouverts à personne morale est réputée
des phases d’activité diffé- avoir une personnalité fiscale
rentes. distincte pour chacun de ces
titres miniers. Si cette personne
Toutefois, une personne morale morale exerce par ailleurs une
qui détient plusieurs titres mi- activité tierce autre qu’une acti-
niers peut obtenir, en applica- vité pour laquelle un titre minier
tion des dispositions du présent est requis en application des
Code, des avantages fiscaux dispositions du présent Code,
pour chacun de ces titres mi- elle est également réputée
niers. Ces avantages fiscaux avoir une personnalité distincte

Code Général des Impôts 290


Annexes Code Minier

au titre de cette activité. vendeur ou prestataire et d’une


Chaque activité en relation charge déductible pour l’activité
avec un titre minier ou avec identifiée par le numéro preneur.
une activité tierce doit être Toutefois, ces livraisons et pres-
identifiée par un numéro tations ne sont pas considérées
d’identification fiscal distinct et comme des opérations pour les
doit faire l’objet d’une compta- besoins de la TVA.
bilité distincte.
Par notion de prix du marché, on
Il en ressort qu’il ne peut être entend un prix normal de vente
au même stade de commerciali-
procédé à aucune compensa-
sation et dans des conditions
tion entre impôts, droits et
comparables de pleine concur-
taxes de même nature entre rence.
activités identifiées par un nu-
méro d’identification distinct et
Lorsque l’évaluation des presta-
que, notamment, les charges
tions ou livraisons entre deux
supportées au titre d’un titre activités identifiées par un numé-
minier ne peuvent être déduc- ro d’identification distinct n’est
tibles du bénéfice imposable pas jugée satisfaisante par
d’un autre titre minier. l’Administration des Impôts, cette
dernière peut procéder à une
D’autre part, toute livraison de évaluation d’office desdites pres-
bien ou prestation de service tations ou livraisons, à charge
entre deux activités identifiées pour le contribuable de démon-
par un numéro d’identification trer que son évaluation initiale
fiscal distinct d’une même per- correspond au prix du marché.
sonne morale doit faire l’objet
d’une facturation pro-forma et Toutes les autres dispositions du
d’une évaluation au prix du mar- Code Minier et du Code Général
ché conduisant à la constatation des Impôts s’appliquent de plein
d’un produit taxable pour droit.
l’activité identifiée par le numéro

Code Général des Impôts 291


Annexes Code Minier

CHAPITRE XII : STABILISATION DES REGIMES FISCAUX ET


DOUANIERS

Article 182: Application de la • de la Contribution au Dévelop-


stabilisation aux substances pement Local, visée à l’article
minières 130 du présent Code ;
• du droit unique d’entrée défini
La stabilisation du régime fiscal au présent Code.
et douanier est garantie aux titu-
laires d’un Titre d’exploitation Sont également visés, de ma-
minière qui ont signé une Con- nière limitative, par la stabilisa-
vention minière. tion, les taux et assiettes, sous
réserves des dispositions rela-
La durée maximale de la période tives à la modification d’indices :
de stabilisation du régime fiscal
et douanier est fixée à 15 ans. • de la taxe sur l’extraction
Cette période de stabilisation des substances minières
court à compter de la date autres que les Métaux
d’octroi du Titre d’exploitation. précieux visée à l’article
161 du présent Code ;
Pendant cette période de stabili- • de la taxe sur la produc-
sation, les taux des impôts, droits tion industrielle ou semi-
et taxes ne sont sujets à aucune industrielle des Métaux
augmentation ou diminution. Ces précieux visée à l’article
taux demeurent tels qu'ils étaient 161-I du présent Code ;
à la date d’octroi du Titre minier. • de la taxe à l’exportation
D’autre part, aucune nouvelle sur les substances mi-
taxe ou imposition de quelque nières autres que sur les
nature que ce soit n'est appli- substances précieuses
cable au titulaire du Titre minier visées à l’article 163 du
pendant cette période. présent Code ;
• de la taxe à l’exportation
Sont visés, de manière limitative, sur les Pierres précieuses
par la stabilisation, les taux : et Pierres Gemmes visée
à l’article 163-II du pré-
• de l’impôt sur les Béné- sent Code.
fices Industriels et Com-
merciaux et de l'Impôt sur Sont notamment expressément
les Sociétés; exclus de la stabilisation, les taux

Code Général des Impôts 292


Annexes Code Minier

des droits fixes, des redevances Article 183 : Changement de


annuelles et des redevances classification de l’autorisation
superficiaires visés aux articles d’exploitation de Substances
159-II et 160 du présent Code de carrières
ainsi que des droits d’accises et
taxes environnementales. Le titulaire d’une Autorisation
d’exploitation de Substances de
A l’exception de la taxe sur carrières dont l'exploitation né-
l’extraction ou sur la production cessite des investissements im-
et de la taxe à l’exportation, la portants dépassant un montant
stabilisation ne couvre pas fixé par voie réglementaire et
l’assiette des impôts, droits et dont la part de production desti-
taxes. née à l'exportation représente au
moins cinquante pour cent
Toutefois, tout changement (50%), ou dont l’extraction an-
d’assiette, durant la période de nuelle dépasse trente mille (30
stabilisation, qui ne s’appliquerait 000) m³, peut demander auprès
pas à l’ensemble des contri- du service compétent à ce que
buables d’un même impôt, d’un son autorisation soit assimilée à
même droit ou d’une même taxe, un Permis d’exploitation indus-
mais qui affecterait exclusive- trielle et semi-industrielle et bé-
ment les titulaires de Titres mi- néficier de ce fait des avantages
niers, sera réputé discriminatoire fiscaux et douaniers en phase de
et ne sera pas opposable à ces construction et d’exploitation
derniers. visés aux Chapitres VIII à XI du
Titre V du présent Code.

CHAPITRE XIII : RÉGLEMENTATION DES CHANGES

Article 184: Ouverture de exportations de Substances mi-


comptes en devises nières, sur les comptes de la
Banque Centrale de la Répu-
Les titulaires d’un Titre minier blique de Guinée (BCRG) ou-
ainsi que leurs Sous-traitants verts dans les livres d’une
directs, sont soumis à la régle- banque étrangère de premier
mentation de change en vigueur ordre.
en République de Guinée. Ils
sont tenus de rapatrier leurs re- Des arrangements bancaires
cettes en devises, issues des appropriés sont conclus à cet

Code Général des Impôts 293


Annexes Code Minier

effet avec la BCRG pour la cou- Cette retenue à la source est


verture des dépenses en francs liquidée par la société de droit
guinéens, l’ouverture des guinéen distributrice.
comptes en devises, et pour tous
types de transaction à l'extérieur Il est garanti au personnel étran-
y compris les paiements des ger résidant en République de
fournisseurs étrangers de biens Guinée, employé par des titu-
et services nécessaires à la con- laires d’un Titre minier ou d’une
duite des Activités minières ainsi Autorisation, la libre conversion
que pour le service de la dette. et le libre transfert dans leurs
pays d'origine, de tout ou partie
Article 185 : Garanties de des salaires ou autres éléments
transfert de rémunération qui leur sont
dus, sous réserve que leurs im-
Sous réserve de satisfaire les pôts et autres taxes aient été
obligations prévues à l’article 184 acquittés conformément aux dis-
du présent Code, il est garanti positions du présent Code et du
aux titulaires de Titres miniers ou Code Général des Impôts.
d’Autorisations le libre transfert à
l'étranger des dividendes et des Article 186 : Déclaration
produits des capitaux investis d'importation et d'exportation
ainsi que le produit de la liquida- des matières précieuses
tion ou de la réalisation de ses
avoirs. L'importation et l'exportation de
l'or sont soumises à déclaration
Toutefois, les revenus distri- préalable à la BCRG. Celles des
bués par une société de droit Pierres précieuses et des autres
guinéen à des non-résidents Pierres gemmes sont soumises à
font l’objet d’une retenue à la déclaration préalable au BNE.
source au taux prévu par
l’article 189 du Code Général Ces opérations d’importation et
des Impôts, sous réserve du d’exportation doivent, dans
taux préférentiel de l’IRVM pour tous les cas, se faire en pré-
le secteur minier prévu à sence d’un représentant de la
l’article 176 du présent Code, Direction Générale des Dou-
ou de conventions fiscales pré- anes.
voyant un taux plus favorable.

Code Général des Impôts 294


Annexes Code Minier

CHAPITRE XIV : AUTRES DISPOSITIONS COMPTABLES ET


ÉCONOMIQUES

Article 187: Plan comptable vérification et de contrôle de ce


national et audit personnel autorisé par l'État.

Le titulaire d’un Titre minier ou Toutefois, les obligations visées


d’une Autorisation d’exploitation au présent article ne sont pas
industrielle et semi-industrielle de applicables aux exploitations
Substances de carrières, doit artisanales.
tenir, en République de Guinée,
une comptabilité conformément Article 188: Dépenses enga-
au SYSCOHADA, faire certifier, gées par l'État
pour chaque exercice, par un
Commissaire aux comptes agrée Au cas où l'État aurait effectué
en Guinée son bilan et ses des travaux de recherche dans
comptes d'exploitation et com- l'emprise d'un Titre minier, préa-
muniquer ses états financiers à lablement à son attribution, les
chaque fin d'exercice au Ministre dépenses y afférentes sont,
en charge des Mines et au Mi- après audit et évaluation par un
nistre en charge des Finances au auditeur indépendant, rembour-
plus tard le 30 avril de l'exercice sées par le titulaire du Titre mi-
suivant. nier sur le compte du Fonds
d’Investissement Minier. Les
En application des dispositions modalités de traitement de ces
du Code des Douanes, du Code dépenses seront définies lors de
Général des Impôts et du Livre l'établissement de la Convention
des Procédures Fiscales ou de minière ou du cahier des
tout autre texte applicable, il doit charges.
conserver pendant la durée de
droit commun l’ensemble des Toutefois, ne sont pas rembour-
documents comptables et pièces sables les dépenses engagées
justificatives en Guinée et en par l'État dans le cadre des
donner accès, sur demande, au études géologiques fondamen-
personnel de l'État autorisé aux tales, de la cartographie géolo-
fins de vérification ou de con- gique de base, de la prospection
trôle. Il doit faciliter le travail de minière stratégique, y compris
toutes les méthodes géolo-

Code Général des Impôts 295


Annexes Code Minier

giques, géophysiques, géochi- L’option pour ce droit à amortis-


miques, et autres devant aboutir sement différé est sujette à
à la découverte d'indices sur le l’approbation préalable du Direc-
périmètre du Permis de re- teur Général des Impôts auquel
cherche préalablement à l'émis- doit être fourni :
sion dudit Permis.
• copie du rapport d’audit
Article 189 : Amortissement de l’expert comptable du
titulaire du Titre minier re-
Un titulaire d’un Titre minier peut latif aux achats
opter pour que l’amortissement d’immobilisations durant
des immobilisations achetées en les phases de recherche
phase de recherche et en phase et de construction ;
de construction soit différé à • copie des factures
compter du début de sa phase d’achat des immobilisa-
d’exploitation.