Vous êtes sur la page 1sur 1

Ennemies et maladies du plamier a huile:

Le Palmier à huile est considéré en général comme peu atteint par des maladies et des insectes.
Cependant un certain nombre d'insectes dont plusieurs sévissent aussi sur le Cocotier sont de nature
à lui causer quelques dégâts, quoiqu'en général ils aient une préférence pour le Cocotier. Tels sont
Rynchophorus Schach, Oryctes rhinoceros, Coptotermes Gestroi, Mahasena, Valanga nigricornis, etc.

Cependant une Bruche Pachymœrus nucleorum, dont l'adulte à 1 cm. de long attaque les noix
tombées dans la proportion de 70 °/o. Par cpntre sur les pieds sains, les fruits dans les régimes ne
sont jamais attaqués à moins qu'ils ne soient déjà endommagés. Un hispinse, Ceblœmenodora
elsedis (41) a des larves qui attaquent le feuillage de la môme façon que Prometholeca Cumingii celui
du Cocotier. Il a fait de gros dégâts à la Gold Coast mais sa multiplication est arrêtée par les pluies et
les parasites. On signale aussi aux Indes Néerlandaises Xyleborus Morstatti qui perce les nervures des
feuilles, Mucialla rufovenalis qui attaque les fleurs et les jeunes fruits du Palmier. En outre les larves
de certaines mouches endommagent les feuilles encore fermées. Citons encore les chenilles de
Dioscophora (1) Voir R.B.A., n« 74, 1928, p. 342-353. — ill

— celindc, Uypolimnas misippus, Orthocraspcda tnina et Lansdownia bifenestralis ; En Afrique on a


trouvé (17) Gamma lutea C. dilatata, Diostrombus nitidus. Rhina Afzeliicvause des galeries dans les
troncs ayant été calcinés. Coccotypes congonus Haggers s'attaque aux fruits tombés à terre et
dépourvus de leur pulpe, il perfore les noyaux. On le rencontre au Kasaï (37). Parmi les maladies on a
signalé en Malaisie : une pourriture du bourgeon qui nécessite l'excision des tissus malades. On met
ensuite du sel ou du sulfate de cuivre dans la plaie ; la maladie de la Couronne, qui atteint de place
en place une feuille qui se recroqueville; en général la plupart des Palmiers se rétablissent de cette
affection. Un champignon comestible : Auriculana polytrichia peut être multiplié sur YElœis (9).

Fumure de l'Hevea.

— Jusqu'à présent on ne s'est pas beaucoup soucié de la fumure systématique de VElœis. Il faut
cependant remarquer qu'une production de 1200 kg. d'huile, correspond à l'enlèvement de 9700 kg.
de matière verte. De plus, dans la jeune plantation la productivité de YElœis est augmentée par la
culture à grands écarlemenls et la grande surface d'enracinement atteinte vers la 9e et la 10e année.
Il est possible que dans les cultures en sol pauvre les rendements puissent être améliorés par des
applications régulières d'engrais, mais il reste à savoir si l'augmentation de production compenserait
le surcroît de dépense.