Vous êtes sur la page 1sur 5

PLAN DE TRAVAIL

INTRODUCTION
I.DEMARCHE ET METHODOLOGIE EMPLOYEE
II.PRESENTATION DES DIFFERENTES SOURCES DE DONNEES
III.PRESENTATION DES OUTILS DE COLLECTE
IV.PRESENTATIONS DES QUESTIONS
CONCLUSION

1
INTRODUCTION
L’arrondissement de Dibombari, situé dans le département du Moungo fait face à
l’accroissement de sa production de poulets de chairs. Dans le cadre du cours de
collecte de donnée, nous nous sommes intéressés à l’impact de cette production sur les
habitudes alimentaires de la population. Partant de notre démarche, nous vous
présenterons les différentes sources et outils de collecte de données, ainsi que les
questions et leur analyse.

I. DEMARCHE ET METHODOLOGIE EMPLOYEE


Pour obtenir ces informations, notre groupe constitue de 16 membres a été
repartit en 5 groupes de 3 membres chacun pour se rapprocher des différents acteurs et
doté des permissions nécessaires, fournis par l’Ecole Technique d’Agriculture de
Dibombari.
Tout d’abord, parce qu’un producteur est plus à même de fournir les informations sur
le domaine nous sommes allés en marchant vers Mr Paulin. Ancien apprenant à l’ETA
de Dibombari, nous a bien reçus. Là-bas nous avons procédé à un entretien structuré
pendant lequel nous avons enregistré ses dires grâce à l’application magnétophone
d’un Android, en vue de son traitement.
Ensuite, parce qu’étant le charge de la ferme et participant à la
commercialisation des poulets élevés à l’ETA, Mr Epanti a été rencontre dans son
bureau. Très accueillant, nous avons effectués avec lui un interview non structuré, les
notes étant prises sur papier à l’aide d’un stylo à bille.
Mr Siewe, formateur a ETA et installe à Dibombari, nous aura été d’une grande
aide, en tant qu’habitant de la localité et soumis au quotidien des habitants. Il a été
approche à la bibliothèque du campus, et a été soumis pendant environ 20min à un
entretien non structuré durant lequel les notes ont été dans un bloc note et des cahiers.
Etant le représentant administratif de la commune, nous avons tenté
d’approcher le maire de Dibombari, mais au vue de son indisponibilité, il nous a été
recommandé d’atteindre le 2eme adjoint au maire, Mr.OTTI KOULE FERDINAND.
Face à lui, et avec un magnétophone, on a effectué un interview non structure portant
sur l’apport économique et sociale des producteurs à Dibombari.
Enfin, Mr Mbock IV a été approche dans son bureau car il effectue une petite
production au sein de l’établissement et est également consommateur privilégié.

II. PRESENTATION DES DIFFERENTES SOURCES


DE DONNEES
 Mr Paulin : Parce qu’ancien apprenant à L’ETA et producteur de poulets de
chair dans la localité.
 Mr Epanti : Chargé de la ferme à ETA produit les poulets de chair à titre
académique, donne un point de vue non négligeable.

2
 Mr Siewe : En tant que Encadreur et habitant de la localité il est imprégné des
habitudes de la population.
 Mr Mbock IV : Directeur de l’ETA de Dibombari et consommateur privilégié
 Le 2ème adjoint au maire : Car c’est dans son unité administrative que sont
enregistrés toutes les fermes et les transactions des producteurs.

III. PRESENTATION DES OUTILS DE COLLECTE


 Questionnaire
 Entretien

IV. PRESENTATIONS DES QUESTIONS

 Mr Epanti
 Qui sont les principaux clients des poulets produits à l’ETA ?
 Ce sont les grossistes de Douala et peu de la population en consomme, la
production des poulets de chair n’a presque pas d’effet sur les habitudes
alimentaires de la population de Dibombari. Les ménages de la localité
consomment plus les poulets de chair pendant les fêtes et les cérémonies
telles que les deuils, funérailles, les baptêmes.
 En tant que charge de la ferme consommez-vous le poulet de chair ?
 Non, pas vraiment, environ 5 poulets par an.

 Mr Siewe
 En tant que formateur a l’ETA de Dibombari et résident de la
localité, quel pourrait être la production de poulets de chair ici à
Dibombari ?
 Elle est énorme. Je connais 8 grandes fermes dans la localité. C’est une
zone stratégique par excellence et détient le plus grand nombre de ferme
du département du Moungo.
 Au vue de cette énorme production de poulet de chair dans la localité,
quelle proportion de la population en consomme ?
 La majorité de la production est exportée surtout vers la ville de Douala à
des grossistes et en réalité, la population de Dibombari n’en consomme
presque pas. Ils en consomment plus pendant les fêtes de fin d’années et a
des occasions particulières comme les funérailles, les mariages...

 Mr Paulin

3
 Qu’est-ce qui vous motive à faire dans la production du poulet de
chair ?
 C’est la beauté du poussin qui m’a motivé, et en plus c’est rentable, car en
45 jours je peux récupérer mon argent.
 Travaillez-vous pour quelqu’un, ou bien c’est votre propre
entreprise ?
 C’est ma propre entreprise, et pour le moment, je travaille seul car je n’ai
pas encore un revenu important.
 En tant qu’ancien de l’ETA, avez-vous été subventionné pour
démarrer votre production ?
 Non, je me suis lancer avec mes propres fonds, et pour dire vrai, j’ai
débuté avec j’ai commencé avec un montant de 3000 XAF.
 Apres la production, que deviennent les poulets de votre ferme ?
 Je les vends au grossiste et aux habitants de la localité. Cependant les
poulets de plus de 45 jours sont appelés reformes et le prix change.
 Dans ce cas, a combien rendez-vous vos poulets ?
 Ca dépend de la quantité commandée, aux grossistes je les vends a 2500
XAF le poulet et aux clients particuliers, je le vends a 3000 XAF, tandis
que les reformés sont écoulés à 5000 XAF à cause de la qualité de leur
nutrition.
 D’après vous, depuis la croissance des producteurs à Dibombari, est
ce que les poulets de chair sont plus accessible à la population ?
 En fait, ça fait autour de 2-3ans que les producteurs se développent
réellement ici, et ça a permis aux populations d’être plus proche du poulet
si je peux dire, car même si la consommation est faible, elle est plus
importante qu’il y’a cinq ans par exemple.

 Mr. OTTI KOULE FERDINAND


 Quel est l’apport des producteurs de poulets de chair dans la localité ?
 S’il faut parler d’un point de vue économique, les producteurs n’apporte
pas grand-chose car en réalité, ça fait 2 ans que la production de poulets
de chair a été booste ici, et c’est surtout due à un manque d’espace dans la
ville, car la majorité viennent ici par besoin d’espaces, vu que ce n’est pas
évident de trouver de l’espace pour une production à Douala par exemple.
En plus de cela, un crédit a été attribué par le MINEPAT aux producteurs,
ce qui a fait en sorte que les producteurs viennent s’enregistrer a la mairie
et ne paient pas non plus d’impôt
 En tant que Adjoint au maire, est ce que les producteurs arrivent à réduire
le chômage dans la localité ?
 Pour dire vrai, ça n’a pas un vrai impact parce que ceux qui ont essayé ont
été confrontés aux cas de vols, ce qui fait en sorte que les producteurs ont
tendances à venir avec leur propre main d’œuvre et ne recrutent plus ici.

4
V. TRAITEMENT ET ANALYSE DES
INFORMATIONS
De ces différents interview et au vue des réponses obtenues il ressort que la
production de poulet de chair n’a pas d’impact significatif sur les habitudes de
consommations des habitants. Cependant on remarque tout de même que bien que
faible, la consommation des poulets de chairs par la population a clairement
augmenté ces dernières années.

CONCLUSION
Au terme de notre analyse il aura été question pour nous d’élaborer notre devoir
portant sur la collecte des données, et qui avait pour thème l’impact de la production
des poulets de chairs sur les habitudes alimentaires de la population de Dibombari.
Pour ce faire, nous avons procéder de façons méthodique en effectuant une sélection
réfléchie des sources de données, tout en employant des outils fiables et présentant des
questions pertinentes qui ont ensuite été amené à notre analyse.