Vous êtes sur la page 1sur 33

MEMENTO ADMINISTRATIF A L'USAGE DES LOGES

Introduction

En accédant au premier maillet d'un Atelier, le nouveau Vénérable Maître se trouve


confronté à un certain nombre de procédures administratives qu'il n'imaginait peut-
être pas. En effet, si l'un des rôles essentiels pour lui est la direction des travaux et
l'animation - et nous n'interviendrons pas dans ce domaine - il en est un second
important également c'est celui la gestion administrative de la Loge en relation
directe avec l'obédience.

Le Vénérable Maître n'est pas seul dans cette tâche ; le Secrétaire, l'Orateur et le
Trésorier principalement ont une fonction bien précise et leur rôle à jouer.
Cependant, c'est le Vénérable Maître qui en dernier ressort contrôle leur travail. Il est
bien évident que le recours à d'anciens Vénérables Maîtres ou à des Frères
expérimentés n'est pas non plus inutile dans la nouvelle fonction.

En effet, l'année maçonnique recouvre la période septembre à septembre. Les


Collèges d'Officiers sont installés à la première tenue de septembre, date effective de
la prise de fonction. Rappelons que la première Tenue de l'année maçonnique ne
peut avoir lieu avant la fin du Convent (Art.54). Ce décalage entre année civile et
année maçonnique a pour conséquence que les informations sont transmises au
secrétariat aux Loges par deux Collèges différents. Il est donc indispensable que les
savoirs administratifs se transmettent d'un Collège à l'autre et que la collaboration
entre les deux Collèges soit effective à chaque fois que cela est nécessaire.

Ainsi, notre souci principal a été de proposer au nouveau Vénérable Maître un


document technique et pratique lui permettant au mieux de gérer la Loge sur le plan
administratif et financier. En effet, un certain nombre de dysfonctionnements
pourrait à l'évidence être éviter dans l'intérêt de tous et conduire alors à des gains de
temps et … d'argent. Si certains exemples vous paraissent étonnants ou irréalistes, ils
sont malheureusement pris du quotidien de l'administration du Grand Orient de
France.
I. LES OFFICIERS

Rappelons tout d'abord pour mémoire les officiers concernés par les tâches
administratives.

ART. 35. - Le Vénérable.

Il appartient au Vénérable de convoquer la Loge, d'ouvrir, de diriger et de fermer les


travaux, de procéder aux Initiations et de conférer les grades, d'assurer le bon
déroulement et l'ordre des Tenues, au besoin en retirant la parole et en faisant couvrir
le Temple à tout Frère contrevenant à l'ordre des travaux ou aux principes
maçonniques.

Il ne peut être repris, en cours de séance, par aucun assistant, la voie de simple
observation étant seule permise à son égard. Il peut, si l'ordre est troublé et son
autorité méconnue, suspendre et même lever la séance sans formalité, celle-ci ne
pouvant être reprise sous la direction d'un autre membre de la Loge.

Il dirige l'administration de la Loge et à ce titre contrôle le travail des autres officiers,


signe les tracés, reçoit, ouvre et règle la correspondance, ordonnance les dépenses
autorisées par la Loge. Il est, de droit, Président de toute commission et chef de toute
délégation de la Loge qu'il représente dans les cérémonies et pour les relations
extérieures.

Il signe les planches officielles.

En cas d'absence ou d'empêchement, il est remplacé dans ses diverses fonctions, en


suivant l'ordre hiérarchique, par le 1er Surveillant, le 2e Surveillant, le Grand Expert,
un des anciens Vénérables ou par un des plus anciens Maîtres, membres actifs,
présents.

ART. 37. - L'Orateur.

L'Orateur, gardien de la Constitution et du Règlement Général, doit s'opposer à toute


délibération qui y serait contraire, demander acte de son opposition et la transmettre
au Conseil de l'Ordre. Il veille aussi à l'exécution du règlement particulier de la Loge
et s'oppose à toute infraction. Dans ce cas, la Loge ne pourra statuer sur le mérite de
l'opposition que dans la séance suivante.

Placé à l'Orient, il demande directement la parole au Vénérable Maître, qui la lui


accorde immédiatement, s'il la sollicite dans l'intérêt de la Loi. Lorsque la discussion
est close, l'Orateur donne ses conclusions sans les motiver pour fixer le sens du vote,
après quoi il ne peut être demandé la parole par aucun Frère, et le Vénérable Maître
les met aux voix. L'Orateur assiste au dépouillement des scrutins et signe les
planches officielles.
Il est spécialement chargé de donner lecture en séance des communications
officielles du Grand Orient de France et du tracé de toutes les planches d'architecture
pour expliquer leur grade aux nouveaux initiés, présente à chaque fête d'ordre le
compte rendu d'activité de la Loge dont copie à adresser au Grand Orient de France,
célébrer les fêtes et cérémonies funèbres.

En l'absence de l'Orateur, l'Orateur adjoint ou le Frère le remplaçant doit terminer


toute affaire qu'il a commencée et donner ses conclusions, lors même si l'Orateur
titulaire arrive pendant la discussion.

ART. 38. - Le Secrétaire.

Le Secrétaire est chargé de tenir le Livre d'Architecture, de donner lecture à chaque


Tenue du tracé des précédents travaux qui, une fois adopté par la Loge, doit être
signé par le Vénérable Maître et par lui. Il doit, dans ce tracé, consigner la lecture des
diverses pièces émanant du Grand Orient de France et le produit du Tronc de la
Solidarité Maçonnique.

Il tient un registre matricule, conforme aux besoins, des divers documents et, sous la
direction du Vénérable Maître, il est chargé des convocations, de la correspondance
et de dresser les divers tableaux, notifications et questionnaires qui doivent être
adressés au Grand Orient de France. Il est chargé de l'apposition du Sceau de la Loge
en l'absence du Garde du Sceau.

Placé à l'Orient, il demande directement la parole au Vénérable Maître, assiste au


dépouillement des scrutins et signe les planches officielles.

ART. 40. - Le Trésorier.

Le Trésorier est chargé du recouvrement et de l'encaissement des cotisations, droits


d'admission et d'Augmentation de Salaire et généralement de toutes sommes dues à
la Loge à un titre quelconque.

Il a la garde des deniers, objets précieux et titres représentatifs de capitaux


appartenant à la Loge.

Il règle les dépenses de la Loge sur pièces justificatives ordonnancées par le


Vénérable Maître.

Il délivre un reçu extrait d'un registre à souche pour toute somme encaissée. Il
enregistre, au fur et à mesure, les recettes et les dépenses opérées, sur un registre
folioté et paraphé par le Vénérable Maître et le Secrétaire.

Il doit dresser et présenter tous les six mois, au plus tard en avril et en octobre, la
situation financière de la Loge. Il est responsable du paiement régulier de toutes
sommes dues par la Loge au Grand Orient de France. Sa comptabilité doit être
vérifiée et arrêtée chaque année dans la séance qui précède les élections générales et
chaque fois qu'il vient à être remplacé dans le courant de l'année.
ART. 41. - L'Hospitalier.

Le Frère Hospitalier favorise la manifestation de la Fraternité au sein de la Loge. A


ce titre, il doit être attentif à toutes les difficultés morales ou matérielles que peuvent
rencontrer les Frères et prendre les initiatives qui conviennent. Il est chargé de la
circulation du Tronc, de la solidarité maçonnique, de l'encaissement et de la garde
des deniers, objets précieux et titres de capitaux recueillis à cette fin, de la remise de
tout secours alloué par la Loge sur ordonnancement du Vénérable Maître. Pour le
surplus, il exécute et rend compte de même manière que le Trésorier.

II. OBLIGATIONS ADMINISTRATIVES

Le Vénérable nouvellement élu est confronté à un certain nombre d'obligations


administratives.

Il paraît ainsi important de rappeler qu'un certain nombre de documents sont à la fois
nécessaires et indispensables :
A. le Règlement général du Grand Orient de France
B. les circulaires administratives envoyées aux Loges (1, 2 , 3 ,4, 5 et 6)
C. les documents administratifs (L04, L03, Etat J, ….)
D. les procédures administratives (pages 141, 142, 143, 144, 145) jointes au
Règlement général).

Le Grand Orateur et le Grand Secrétaire aux Affaires Intérieures constatent, assez


souvent, des disfonctionnements qui ont, le plus souvent, pour origine la non-
observation des procédures administratives résumées aux pages 141, 142 et 143 du
Règlement Général.

1. Correspondance

La correspondance administrative doit être adressée sans indication de nom à :

NETORI
Secrétariat (ou comptabilité)
16, rue Cadet
75439 PARIS Cedex 09

Les Loges parisiennes ont à disposition une boîte à lettre au P.C. Sécurité.

On n'insistera jamais assez sur le premier paragraphe de l'Article 67 : "Toutes les


pièces adressées au G∴O∴D∴F∴ doivent être signées par le Vénérable
Maître, l'Orateur et le Secrétaire, et revêtues du Sceau de la Loge, faute de quoi
elles n'ont pas le caractère officiel et sont considérées comme non avenues".
De plus, tous les documents doivent être remplis de la façon la plus lisible possible
pour être saisis, les adresses et les numéros de téléphone en particulier.

Il ne sera pas répondu aux demandes faites individuellement par les Frères qui
doivent s'en remettre au Vénérable Maître de leur Atelier.

2. Circulaires administratives

Afin d'aider les Loges à remplir ces taches administratives indispensables à la vie de
l'Obédience, le Secrétariat aux Loges envoie six circulaires annuellement qui
rythment administrativement la vie de la Loge :

- Circulaire N° 1 : Affaires financières et Immobilières décidées par le Convent ;


- Circulaire N° 2 : Tenues spéciales, liste des Délégués Régionaux ;
- Circulaire N° 3 : Les questions à l'étude des Loges ;
- Circulaire N° 4 : Propositions de modification du Règlement Général à adopter au
Convent suivant ;
- Circulaire N° 5 : Organisation des Congrès Régionaux, lieu du Convent ;
- Circulaire N° 6 : Organisation du Convent.

Outre l'application et la mise en œuvre des décisions du Convent, le Conseil de


l'Ordre a la garde de la Constitution et du Règlement Général (Art. 128). A ce titre, il
émet des circulaires aux Loges sur des points particuliers du Règlement Général.

3. Élections et formulaire L04

Chaque année – avant le 30 juin – il est procédé aux élections des Offices prévus
aux Articles 35 à 51 (Art. 52) auxquels il faut ajouter le Maître de la Colonne
d'harmonie (décision du Convent 2002), et le Webmestre (facultatif).

Rappelons en préalable l'Article 13 du Règlement Général qui précise l'éligibilité des


Frères pour l'Atelier :
A) Officier : Maître et 6 mois d'activité dans la Loge
Vénérable Maître : 2 ans de Maîtrise et un an d'activité dans la Loge

Il est également procédé aux différentes élections aux fonctions régionales et


nationales pour l'année n + 1 (délégués au Congrès régional et au Convent).
Toujours au sein de la Loge, il est procédé, éventuellement, à des propositions de
candidatures pour les postes nationaux vacants : Conseil de l'Ordre, CNSM, CNJM,
Officiers du Convent, Commissions Conventuelles et Jury Fraternel Régional (Art.
105 et Art. 13).

Les résultats des Offices de la Loge doivent être notifiés au Secrétariat aux
Loges dans le mois qui suit la date des élections, c'est-à-dire le 31 juillet, dernier
délai (page 141 du Règlement Général). Un seul exemplaire de l'imprimé "Loge
04" entièrement complété (Officiers de la Loge - Délégués au Convent - Délégués
au Congrès Régional) sera envoyé.

Chaque Atelier remet également une copie de l'imprimé "Loge 04" à son (ses)
Délégué(s) au Congrès et au Convent.
3. Annuaire des Loges du GODF

Les imprimés Elections "Loge 04" doivent parvenir au Secrétariat pour le 31 juillet
de chaque année et permettent à la Loge considérée de figurer dans l'Annuaire. Ce
sont les retards apportés à la transmission de ces informations, rue Cadet, qui
repoussent la parution de cet instrument indispensable de communication entre les
Loges. Lorsque ces renseignements ne sont pas parvenus, la Loge figure à l'annuaire
avec la mention R.N.P. (renseignements non parvenus).

Seuls les Vénérables Maîtres ayant expressément autorisé la diffusion de leur adresse
personnelle figurent sur l'annuaire.

Nous rappelons que l'annuaire de l'année précédente doit être renvoyé au Secrétariat
des Loges du GODF dès réception du nouvel annuaire.

4. Rapport d'activité de la Loge

Les dispositions de l'article 37 du Règlement Général précisent que l'Orateur doit


présenter, le compte rendu d'activité de la Loge, dont copie est à adresser au
Secrétariat des Loges du Grand Orient de France. Ces comptes-rendus sont transmis,
pour information, au Délégué régional du Conseil de l'Ordre de la région concernée.

5. Tenues et Réunions spéciales

Parmi les Tenues et Réunions définies notamment à l'Article 57 du Règlement


Général, trois d'entre elles nécessitent une autorisation préalable du Conseil de
l'Ordre, ce sont :

• Les Tenues Blanches Fermées : tous les sujets peuvent être traités, sous la
responsabilité des Loges après autorisation du Conseil de l'Ordre.

• Les Tenues Blanches Ouvertes : les sujets traités concernent l'Ordre maçonnique
sur lesquels le Grand Orient de France a pris une position ou un avis public. Elles
doivent être autorisées par le Conseil de l'Ordre.

• Pour les Tenues familiales ou funèbres qui sont des tenues blanches particulières, il
est également nécessaire d'en informer le Conseil de l'Ordre.

• Les Réunions Publiques et les Colloques : pour ce qui concerne les Orateurs
Francs-Maçons, il s'agit soit de Conseillers de l'Ordre, soit de Frères ayant obtenu
une autorisation du Conseil de l'Ordre. Dans ce dernier cas, la présence d'un
Conseiller de l'Ordre est Obligatoire. Les thèmes sont proposés par les Loges et
soumis à l'autorisation du Conseil de l'Ordre.

(voir également la note d'information du 7 février 2002 sur le même sujet).


En ce qui concerne les réunions publiques, il est rappelé que seuls les Conseillers de
l'Ordre en exercice, ou anciens Conseillers de l'Ordre délégués par le Conseil de
l'Ordre, peuvent prendre la parole en public sur le thème de la Franc-Maçonnerie.
Afin de réduire les délais, les Loges de l'Obédience doivent adresser leurs
demandes d'autorisation directement au Délégué Régional qui a reçu délégation,
sous réserve d'informer ensuite le Conseil de l'Ordre qui devra en délibérer avant la
Tenue concernée. Il est donc souhaitable de déposer les demandes deux mois avant.

De même, toute expression sur le thème de la Franc-Maçonnerie, dans la presse ou


sur les radios locales, doit recueillir l'autorisation préalable du Délégué Régional.

Les Délégués Régionaux du Conseil de l'Ordre sont élus chaque année lors de la
première réunion de septembre du Conseil de l'Ordre à l'occasion du Convent

6. Propositions de modifications du Règlement Général adoptées par le Convent

Les propositions de modifications du Règlement Général renvoyées à l'étude des


Loges et adoptées par le Convent sont immédiatement applicables. Une circulaire
administrative à la suite du Convent en précise le contenu et une mise à jour du
Règlement Général est régulièrement effectuée pour tous les Frères de l'Obédience.

7. Propositions de modifications du Règlement Général renvoyées à l'étude des


Loges par le Convent

Chaque année, le Convent renvoie à l'étude des Loges un certain nombre de


propositions de modifications du Règlement ; celles-ci sont débattues en Loge et le
délégué élu (ou son suppléant désigné) lors du Convent suivant vote (favorablement
ou défavorablement) comme la Loge lui a demandé.

8. Vœux Adoptés par le Convent

Chaque année, le Convent adopte un certain nombre de vœux que le Conseil de


l'Ordre doit mettre en application. Celui-ci en informe régulièrement les Loges et
doit lors de son rapport d'activité en préciser la réalisation ou le cas échéant le
pourquoi de la non réalisation. Le Convent suivant adopte après avis du bureau ce
rapport d'activité par l'intermédiaire des délégués chargés de voter suivant les
directives de leur loge.

9. Mots de semestre (Art. 61 du RG)

Deux fois pas an, le Vénérable Maître est chargé de communiquer les mots de
semestre (qu'il reçoit sous pli secret) aux Frères de son Atelier.

10. Imprimés

Dès le mois d'octobre, les Ateliers doivent prévoir les besoins en imprimés qui leur
seront nécessaires et, si possible, grouper leurs commandes afin d'éviter plusieurs
envois.

Seuls les formulaires, références "Loge 01 à CR-1" (voir Règlement Général -


"liste des imprimés à utiliser") doivent être utilisés.
11. Tableau annuel des effectifs (Etat J)

L'Administration transmet à chaque Loge, courant février de chaque année (200n+1),


l'état des effectifs tenant compte des mouvements régulièrement notifiés, avant le 31
décembre (200n) de l'année précédente.

Ces tableaux devront être vérifiés et complétés par les Ateliers qui les retourneront
au Secrétariat aux Loges dès réception.

Tout mouvement (Initiation, réintégration, affiliation, décès, démission, radiation,


exclusion, honorariat non cotisant) - même s'il concerne une opération ayant eu lieu
auparavant doit être remis auprès du secrétariat du G.O.D.F. avant le 31 décembre
de chaque année.

En effet, après cette date, aucun mouvement ne sera pris en compte au titre de
l'effectif de l'année à venir. Les factures annuelles pour l'exercice 200n+1 sont
établies sur la base des effectifs reçus avant le 31 décembre 200n (au moins pour le
premier tiers de la capitation avant toute régularisation).

Les Vénérables Maîtres sont invités à faire connaître par imprimé "Loge 03" au
Secrétariat, tout changement d'adresse survenu après l'envoi de leur Etat d'Effectifs.

Le solde des timbres, permettant aux Frères Trésoriers de constater le paiement des
capitations, ne sera adressé aux Loges qu'après réception et vérification des tableaux
annuels.

12. Effectifs – Mouvements : le Formulaire L03 et l'Etat J

Le formulaire L03 permet de notifier tous les mouvements nécessaires à l'élaboration


de l'Etat J. C'est-à-dire que l'Etat J prendra en comptes les mouvements du 01-
01 jusqu'au 31-12 arrivés rue Cadet, au plus tard, le 15 janvier. Le L03 permet
de prendre en charge le profane qui, une fois initié, sera élevé successivement au
grade de Compagnon puis au grade de Maître jusqu'à son passage à l'Orient éternel.
Ce même Frère peut avoir quitté l'Obédience pour toutes les raisons, y revenir en
étant passé par d'autres Obédiences ; le L03 permet de tenir compte de l'ensemble de
ces situations.

Le terme "mouvement" recouvre donc bien diverses situations :


- les entrées au sein d'une Loge sont le fait d'admissions par initiations ou par
affiliations (à partir de Loges du G∴O∴D∴F∴ ou d'autres Obédiences reconnues
par ce dernier);
- les sorties sont le fait de démissions, de radiations (défaut assiduité, défaut de
paiement ou les deux à la fois), de décès et d'exclusion. L'exclusion ne peut être
prononcée par une Loge mais seulement par une instance de justice maçonnique. La
Loge peut seulement voter l'interdiction d'entrée du Temple à un Frère pour un délai
qui ne saurait être supérieur à 6 mois (Art. 59).

Il faut également tenir compte que tout Franc-Maçon du Grand Orient de France peut
être affilié à plusieurs Loges dépendant de l'Obédience ou d'autres Puissances
Maçonniques reconnues par convention (Art. 81).
Nous allons examiner plusieurs situations qui font, le plus souvent, l'objet de
contestation entre les Loges et le secrétariat aux Loges.

a) Candidature d’un profane

Pour chaque demande d'admission, le Vénérable Maître doit, avant de désigner Ies
enquêteurs, avoir reçu la réponse du Secrétariat aux Loges indiquant que le profane
ne figure pas au registre des refusés (Art. 77 du Règlement Général).

Cette demande se fait au moyen de l'imprimé "L03", paragraphe "demande


d'inscription au fichier des refusés".

Après tout ajournement, il convient de faire une nouvelle demande qui compte pour
une nouvelle "présentation". Passé un délai d'une année, toute demande restée sans
suite, devra être renouvelée.

Les Loges de Paris de d'Ile de France doivent également joindre à la demande, le


carton avec photo du candidat destiné à l'affichage.

Pour toute demande d'admission émanant de profanes domiciliés ou ayant été


domiciliés aux DOM-TOM, les Loges sont invitées à respecter les dispositions de
l'article 77 du Règlement Général.

La procédure d'admission d'un profane est spécifiée dans le Règlement général du


GODF aux Articles 77, 78, 79 et 80.

A la suite de l'initiation, il est impératif de bien vérifier que la rubrique 5 de


l'Imprimé "L03" soit dûment signée par le postulat.

b) Changement de grade

Il est impératif de notifier les passages au grade et Compagnon ou au grade de


Maître. En effet, il arrive régulièrement, que lors des élections, celles-ci ne soient pas
validées par le Secrétariat aux Loges car les Frères élus comme Officiers figurent
encore comme Apprentis au fichier de l'obédience.

c) Décès

Il est rappelé aux Loges que seul le cas de Décès donne lieu à remboursement
"prorata temporis" des trimestres restant à courir, sans rétroactivité

d) Honorariat

Il existe deux types d'honorariat :

* Honorariat pour raison financière : le Frère est exonéré du paiement de la


cotisation (joindre la photocopie du dernier avis d'imposition) ;

* Honorariat pour raison de santé : le Frère est seulement dispensé de l'obligation


d'assiduité, mais demeure redevable de sa capitation.
Un Frère peut être honoraire dispensé et exonéré s'il réunit cumulativement les
conditions posées aux deux alinéas.

Les Loges doivent joindre obligatoirement à la demande d'honorariat l'imprimé


"L03", les justificatifs correspondants à chaque cas.

e) Démission – radiation

Les démissions et les radiations ne donnent pas lieu à remboursement.

Toute notification "L03" de démission ou de radiation datée parvenue après le 31


décembre de chaque année, ne pourra donner lieu à compensation financière.

f) Au sein du Grand Orient, passage d'une Loge A à une Loge B

Le processus administratif permettant de passer de la Loge A à la Loge B s'étale


nécessairement sur plusieurs mois pour les raisons indiquées à l'Art. 82. Il devra être
coordonné entre les deux Loges considérées en étroite collaboration avec le Frère
demandeur.

C'est dans la Loge A - Loge d'appartenance - qu'il paye sa contribution au Grand


Orient de France et c'est également dans cette Loge qu'il recevra ses timbres. Il
paiera également une participation aux charges, aux frais de fonctionnement et
d'entretien supportés par la Loge. De plus, c'est au sein de cette Loge A, que le Frère,
s'il est membre depuis 3 mois au moins et à jour avec le Trésor, est électeur (et
éligible s'il remplit les conditions) pour les fonctions internes à la Loge ainsi que
pour les fonctions régionales et nationales (Art. 12, Art. 13).

Le Frère devra faire sa demande d'affiliation - Loge d'appartenance - à la Loge B


qui se prononcera sur cette demande par boules blanches et boules noires. S'il s'agit
d'un changement d'appartenance (volonté du demandeur), le Frère devra obtenir une
attestation de mise à jour avec le Trésor. Sa démission de A devra être votée par la
Loge et notifiée au secrétariat aux Loges, faute de quoi, il restera à l'Etat J de cette
dernière en situation non cotisant (il devra à la Loge A sa contribution pour frais de
fonctionnement).

En conclusion, le processus administratif doit être coordonné entre les Loges et


notifié dans les temps, par chacune d'elles : rayé de l'Etat J de la Loge A (L03 :
démission) et intégration à l'Etat J de la Loge B (L03, case E : Loge d'appartenance)
faute de quoi, il sera réclamé pour ce Frère une capitation Obédience pour les Loges
A et B alors que son souhait était de ne plus rien avoir à payer à son ancienne Loge
A.

Prenons l'exemple d'un changement effectif au 15 mai, date à laquelle le Frère quitte
l'Etat J de la Loge A et intègre celui de la Loge B. Sachant que tout trimestre
commencé est dû, le service comptabilité du Grand Orient qui, initialement, avait
facturé à la Loge A une capitation Obédience pour toute l'année civile, fera un
avoir de deux trimestres de capitation à la Loge A et facturera à la Loge B deux
trimestres. On voit de suite l'importance qu'il y a à coordonner et à notifier dans les
temps les différentes étapes pour que les mouvements comptables puissent être
effectués à la satisfaction de tous.
g) Au sein du GODF, on peut être affilié à plusieurs Loges (Art. 81)

Par exemple, un Frère est membre cotisant à l'Obédience dans la Loge A tout en
étant affilié Art.81 dans les Loges B et C. Au sein de sa Loge d'appartenance A, il a
tous les droits et devoirs signalés plus haut. Il y paiera sa capitation à l'Obédience, y
recevra ses timbres, et contribuera aux frais et charges de la Loge (loyer, entretien,
petits investissements…). Dans les Loges B et C, il ne dispose pas des même droits
et devoirs que dans A : il ne peut pas être électeur ni être élu pour des fonctions de
représentation de la Loge, c'est-à-dire des fonctions au Congrès régional et au
Convent. Il n'aura pas les mêmes devoirs dans les Loges B et C puisqu'il n'y paiera
pas sa capitation à l'Obédience, mais contribuera à leurs frais et charges. Ce même
Frère pourra devenir membre cotisant dans B ou dans C selon le processus passage
de la Loge A à la Loge B… à condition que les Frères des Loges concernées
l'acceptent, la souveraineté de la Loge étant toujours déterminante !

h) Affiliation de membres d'autres Obédiences

La première question à se poser : est-ce que le demandeur est membre d'une


Obédience reconnue par le Grand Orient de France dont la liste figure pages 129 et
130 du règlement Général ? Dans le cas contraire, il est nécessaire de demander l'avis
du Conseiller de l'Ordre Délégué Régional car il arrive que des reconnaissances
soient en cours et attendent l'avis du Convent et, compte tenu des bonnes relations
déjà existantes, il est possible d'affilier un membre de ladite Obédience. Le processus
d'affiliation d'un membre venant d'une autre Obédience nécessite l'avis du Conseil de
l'Ordre. Cet avis est également requis si le demandeur est un ancien membre du
Grand Orient de France.

En conclusion, beaucoup de dysfonctionnements peuvent être évités dans l'intérêt de


tous. Tout mouvement non signalé à l'aide du formulaire L03 daté avant le 31
décembre aura pour conséquence de voir un ou des Frères figurer à l'Etat J, alors
qu'ils ne sont plus dans la Loge, avec pour conséquence un appel à capitation
correspondant. Tout mouvement non signalé avant le 31 décembre et non parvenu
rue Cadet avant le 15 janvier ne pourra donner lieu à compensation financière. Il est
donc conseillé aux Loges de l'Obédience de prendre leurs dispositions pour que ces
dates soient respectées afin d'éviter les contestations ultérieures.

III. OBLIGATIONS FINANCIERES

1. Capitation (par Frère)

Le Grand Orient de France est une fédération de Loges qui constituent la structure de
base de l'association. Toutes les Loges doivent être déclarées en association Loi
1901. Elles subviennent aux dépenses de l'obédience par l'imputation d'une capitation
annuelle par chaque membre actif (Art. 6). Le règlement doit être effectué par tiers et
par avance afin que la totalité soit réglée avant le Convent (Art. 70).

La capitation recouvre l'année civile (Art. 6) : elle est établie à partir de l'Etat J qui
tient compte des mouvements de l'année – du 01/01 au 31/12 - signalés par la Loge à
l'aide du Formulaire L03 (initiations, réintégrations, démissions, honorariats, décès).
Les mouvements intervenus au cours de l'année civile doivent parvenir au secrétariat
aux Loges pour le 15 janvier au plus tard (Art. 67). Par conséquent, la capitation
annuelle recouvre la période 1er janvier – 31 décembre.

La non-observation de ces règles administratives élémentaires pénalise la Loge,


ce qui se traduit, le plus souvent, par des réclamations de capitations que la
Loge juge ne pas devoir.

Le Convent fixe chaque année pour l'exercice à venir (par année civile) le montant
de la capitation :

• Pour les Frères de Paris et da l'Ile de France : 142,30 e en 6003 par exemple
• Pour les Frères de Province et de l'Extérieur : 142,00 e en 6003 par exemple
• et emprunts éventuels : 3,13 e (sur 12 ans) en 6003 par exemple

2. Paiement des capitations

Conformément aux articles 70 et 74 du Règlement Général, le règlement des


obligations financières des Loges doit être effectué par tiers et par avance chaque
année aux dates limites des :

31 JANVIER - 30 AVRIL - 31 JUILLET

Il est fraternellement recommandé aux Frères Trésoriers de joindre à leur titre de


paiement le talon détachable des factures reçues et de grouper leurs envois de
fonds à la comptabilité en fin de mois, afin d'éviter à ce service de tres nombreuses
écritures pour des petites sommes.

Les chèques devront être libellés à l'ordre (en toutes lettres) de Grand Orient de
France.

Recommandations :
- ne pas oublier de signer les chèques
- inscrire la même somme en lettres et en chiffres
- ne pas envoyer de chèque en "blanc"
- préciser le nom de l'Atelier.

3. Charge et frais d'entretien des temples de la rue Cadet, de la rue Froidevaux


et de la rue du Faubourg Saint Martin :

Pour les Ateliers parisiens se réunissant au 16 rue Cadet, 63 rue Froidevaux et 235
rue du Faubourg Saint Martin, une redevance déterminée par le Comité des
Utilisateurs de Paris (C.U.P.) est due par membre actif et par an.

Le règlement de la participation aux charges et frais d'entretien se fait en même


temps que le règlement des capitations au Grand Orient de France.

- C.U.P. (provision pour renouvellement de l'équipement de Temple) : 5,40 euros


- Participation frais de personnel, nettoyage et gardiennage : 45,60 euros
4. Taxes administratives

FRAIS DE DOSSIER PAR ATELIER (EN 2003)

Création d'un Atelier : 160 euros


Fusion, translation, changements d'intitulé : 20 euros
Cumul des Rites : 20 euros
Réveil d'un Atelier : 160 euros
Imprimés moins de 25 Frères : 75 euros
Imprimés de 26 à 50 Frères : 95 euros
Imprimés plus de 50 Frères : 115 euros

FRAIS DE DOSSIER PAR FRERE (EN 2003)

Initiation : 30 euros
Compagnon : 30 euros
Maître : 40 euros
Affiliation d'un Frère venant d'une autre Obédience : 30 euros
Reprise d'activité d'un Frère dans une Loge : 30 euros
Reprise d'activité à l'occasion du réveil d'une Loge par Frère : 30 euros

5. Médailles maçonniques

Il existe trois médailles destinées à honorer les Frères ayant 40, 50 et 60 années
d'activité maçonnique. Elles peuvent être remises soit, au cours des Congrès
Régionaux, soit à l'occasion des Fêtes organisées par les Loges.

Le coût des médailles et de leur gravure est à la charge des Ateliers, à savoir en
septembre 2002 :

- médaille pour 40 années ininterrompues 15 e


- médaille pour 50 années ininterrompues 20 e Frais de port en sus
- médaille pour 60 années ininterrompues 25 e

Le diplôme du soixantenaire est gratuit et accompagne la médaille. Pour tous


renseignements, s'adresser au Secrétariat des Loges du GODF.

6. Sanctions pécuniaires (Art. 73 du RG)

Le non-respect des dispositions prévues au Règlement Général entraîne l'application


d'amendes fixées comme suit, et dont le produit est versé à la Commission Nationale
de la Solidarité Maçonnique :

* Un quart de la capitation si la Loge n'a pas répondu à une circulaire du GODF dans
le délai d'un mois, après rappel du Secrétariat par lettre recommandée ;

* Une capitation si la Loge n'a pas notifié son effectif dans le délai prescrit, ou si elle
ne s'est pas fait représenter au Congrès Régional ;

* Trois fois la capitation si elle ne s'est pas fait représenter au Convent ;


* Cinq fois la capitation si elle a fait une fausse déclaration, sans préjudice de la mise
en accusation devant la Justice Maçonnique ;

* Cinq fois la capitation si une Loge n'a pas réuni le Conseil de Famille ou n'a pas
instruit, tenté la conciliation ou jugé une affaire dans le cadre des dispositions et
délais prévus au Livre VIII.

IV. RELATIONS ADMINISTRATIVES ET FINANCIERES AVEC LE


CONGRES

La Loge a également une correspondance régulière avec son Congrès régional sur le
plan :

B) administratif : Imprimé L04, Etat J, Candidatures aux diverses instances,


questions à l'étude des Loges, vœux, modifications du Règlement Général,
propositions de questions à l'étude…
C) financier : la cotisation régionale (x euros par Frère)

1. Questions à l'étude des Loges

ART. 55 bis - Questions à l'étude des Loges.

Chaque Loge doit répondre au moins à deux des questions renvoyées pour étude
par le Convent :
- question A d'intérêt général,
- question B d'intérêt Maçonnique ou Symbolique,
- question sur la Laïcité,
- question sur la Paix et les Droits de l'Homme,
- question des Loges Hors Métropole.

Pour un meilleur fonctionnement de la Loge, il est souhaitable que le délégué au


Convent revienne avec l'intitulé des questions pour que celles-ci soient connues de
tous rapidement plutôt que d'attendre la circulaire réglementaire du Conseil de
l'Ordre.

D'autre part les rapports établis sont adressés au "Président Congrès régional dont
elles dépendent, dans les formes prévues à l'article 67 al. 1 et au plus tard un mois
avant la Tenue de la séance plénière". (ART. 25 du RG)

En aucun cas donc ces rapports ne sont envoyés au siège rue Cadet à Paris.

2. Vœux et modifications du Règlement général

Ces vœux ou ces modifications sont établis sur des imprimés spéciaux, ils en
précisent les attendus, ils sont signés des trois Lumières et portent le sceau de la
Loge. Ils sont adressés au "Président Congrès régional dont elles dépendent, dans
les formes prévues à l'article 67 al. 1 et au plus tard un mois avant la Tenue de la
séance plénière". (ART. 25 du RG)

En aucun cas donc ces documents ne sont envoyés au siège rue Cadet à Paris.
3. Propositions de questions à l'étude des Loges

Les propositions de questions à l'étude des Loges pour l'année à venir sont établies
sur un imprimé spécial, sont signées des trois Lumières et portent le sceau de la
Loge. Elles sont adressées au "Président Congrès régional dont elles dépendent,
dans les formes prévues à l'article 67 al. 1 et au plus tard un mois avant la Tenue de
la séance plénière". (ART. 25 du RG)

En aucun cas donc ces documents ne sont envoyés au siège rue Cadet à Paris.

V. LA SOLIDARITE

1. Frères en difficultés

Les Frères qui connaissent des difficultés financières graves (privation d'emploi,
etc...) après avoir déposé un dossier à la C.N.S.M., et sous réserve d'avis favorable
émis par elle, paient le quart de la capitation due à l'Obédience pendant la durée de
cette situation.

Chaque année, la Loge doit fournir les justificatifs avant le 15 décembre. A défaut, la
capitation est rétablie et due en entier.

La C.N.S.M. prend en charge la part de capitation revenant au GODF des


bénéficiaires du R.M.I. ou de l'A.S.S. et permet aux Frères non bénéficiaires de ces
allocations ayant des ressources faibles, de bénéficier également de cette mesure.

Ne pas hésitez à se reporter au mémento de l'Hospitalier.

2. La Fondation du G∴O∴D∴F∴
Reconnue d'utilité publique par décret du 19 février 1987, elle est soumise à une
législation complexe qui en fait un outil parfois lourd à manœuvrer, soumis à la
variabilité de ses produits, ce qui influe sur sa capacité d'intervention. Néanmoins,
son efficacité est susceptible d'être notablement améliorée, essentiellement si ses
ressources augmentent … !
Elle peut recevoir dons et legs et vit des produits (intérêts de placement) de son actif
immobilisé. Elle est soumise aux aléas du marché financier protégé (pas de pertes
mais des rendements assez faibles) et ne distribue que ses revenus financiers.
De plus, la Fondation peut collecter des fonds dans le cadre de lignes dédiées et les
redistribuer intégralement. Il s’agit là d’appels à la solidarité, ciblés et
spécifiquement axés sur des évènements ponctuels et définis par avance
(catastrophes naturelles, sinistres, humanitaire,…).
Pour que la Fondation puisse accroître son action, il faudrait que dons et legs soient
plus nombreux. De temps en temps, une pensée particulière pour notre Fondation
serait spécialement appréciée. A certaines occasions, le Tronc hospitalier pourrait
éventuellement lui être adressé. Les dons personnels ou d'entreprises permettent de
bénéficier de réductions fiscales non négligeables. Ceci nous amène à prendre en
considération la notion de mécénat qu'il conviendrait de développer et de
promouvoir.
Enfin, la Fondation gère l'Orphelinat dont les dossiers sont instruits par la C.N.S.M.
qui a, dans ce but, déterminé un barème. Le G∴O∴D∴F∴ verse à un fonds dédié
une somme décidée par le Convent et intégrée dans la capitation de chaque Frère.
3. Jeunesse Fraternelle
C'est une association composée uniquement de Frères et trois sièges de son Conseil
d'Administration sont réservés aux représentants du Conseil de l'Ordre.
Depuis 1969, elle organise à Vichy, au cours de l'été, deux stages de 14 jours où se
retrouvent des adolescents enfants de Francs-Maçons venant de tous les pays et qui
participent à différentes activités (loisirs, sports, détente, réflexion à thème, ...). Ces
séjours sont de grands moments de fraternité entre jeunes et parents lors des
cérémonies de clôture.
Deux dossiers complémentaires nous ont également paru intéressants à aborder : celui
des archives et celui du patrimoine des Loges.

ARCHIVES

ART. 45. - L'Archiviste bibliothécaire.

L'Archiviste bibliothécaire est chargé de la garde, du classement et de la


conservation de tous les documents, registres, pièces et livres appartenant à la Loge
et nécessaires à son fonctionnement (exemplaire de la Constitution et de son
Règlement Général, cahiers de Grades aux rituels nécessaires à la Loge, documents
comptables transmis par le Frère Trésorier, comptes-rendus des travaux transmis par
le Frère Secrétaire, circulaires et autres pièces provenant du Grand Orient de France
transmis par le Vénérable Maître ou l'Orateur).

A la fin de chaque année et à chaque fois qu'il doit être remplacé, il est procédé à une
vérification dont il dresse procès-verbal.

Pour faciliter la conservation et l'accès à ces documents, il est souhaitable que le


classement soit uniforme au sein des Ateliers de l'obédience. Il est recommandé de
s'inspirer du procédé utilisé aux archives départementales.
Les documents sont classés chronologiquement, ils sont classés par sujet, par
exemple :
La Loge : sa fondation, son installation son ou ses rituels, ses locaux, Livre
d'Architecture, comptabilité ;
Les membres : tableaux annuels, dossiers relatifs aux membres ;
Les rapports avec l'Obédience : correspondance, circulaires du grand Orient,
questions à l'étude des Loges, les délégués aux Congrès Régionaux et au Convent ;
L'activité propre à la Loge : rapports, fêtes, banquets, relations avec les autres
Loges, publications et notes historiques.

I. Pourquoi archiver

Les archives de la Loge sont généralement confiées Frère Archiviste-Bibliothécaire,


mais ce n'est pas toujours le cas. Il arrive que les Vénérables Maîtres se transmettent
les uns après les autres des cartons de documents, le plus souvent en "vrac" ou
simplement classés de façon chronologique. L'archivage est ainsi sommaire.

Mais pourquoi archiver ? Livres d'architecture, cahiers de présence, planches ou


correspondances particulières ont ou auront un intérêt certain. A ce propos, certaines
Loges effectuent des photocopies de Livres d'architecture pour être sûres qu'il restera
des traces… Car, au-delà de la simple utilité pratique de documentation, les archives
sont une mémoire indispensable. Un nombre croissant de Frères s'intéresse à
l'histoire de leur Loge, d'un personnage maçon, d'une étude particulière et les
archives sont sources documentaires plus qu'intéressantes (symbolisme, questions
rituelles, questions à l'étude des Loges, tableau de Loges, activité de la Loge…).
II. Où Archiver ?

Il semble important de dire qu'aucune archive de Loge ne soit détenue ou en dépôt


chez un Frère. Trop de problèmes sont arrivés suite à une démission ou au passage à
l'Orient éternel, dans la mesure où des archives n'ont jamais été rendues à la Loge, ce
qui est regrettable. Elles ont alors pu totalement disparaître ou elles peuvent être
retrouvées parfois chez des antiquaires ou des bouquinistes.

Ainsi les archives doivent être déposées dans un lieu (les locaux maçonniques,
location des casiers linéaires…) où elles seront à la fois en sûreté mais également
consultables de façon satisfaisantes. Il importe aussi qu'elles soient conservées dans
des conditions adéquates (température, humidité…)

III. Comment archiver ?

Il nous a semblé judicieux se s'appuyer une circulaire envoyée à toutes les Loges de
l'Obédience par la Commission d'Histoire du GODF en octobre 1964. En effet, cette
façon d'archiver se pratique déjà et une homogénéisation des pratiques semble la plus
judicieuse pour que les chercheurs, quels que soient le lieu ou la Loge, le travail soit
facilité.

Voici donc l'inventaire que nous proposons :

NOTE SUR LE CLASSEMENT ET L'INVENTAIRE


DES ARCHIVES DES ATELIERS DE L'OBÉDIENCE

(Circulaire envoyée à toutes les Loges de l'Obédience par la Commission d'Histoire


du GODF en octobre 1964.)

I - CLASSEMENT

Le cadre de classement, uniforme pour tous les Ateliers de l'Obédience, s'inspire du


procédé employé pour le classement des Archives départementales ou communales.

Les documents seront répartis en séries distinguées par une lettre. A l'intérieur de
chaque série, liasses et registres seront pourvus d'un numéro. L'ensemble Lettre et
Numéro constituent la cote de la liasse ou du registre.

Autant que possible, dans chaque série, les documents seront classés
chronologiquement. En principe, un registre constitue une cote. On appelle liasse, un
dossier de pièces se rapportant au même sujet. Il est recommandé de porter sur
chaque pièce d'une même liasse sa cote. Exemple : B 25 n° 5. Ce travail, souvent
long et fastidieux, est cependant indispensable pour pouvoir reclasser rapidement
toute pièce sortie pour une raison quelconque d'un dossier.

Le cadre de classement ci-joint est prévu pour recevoir ultérieurement des additions.
Il est recommandé à l'archiviste de chaque Atelier de compléter chaque année son
classement en y ajoutant les pièces de l'année écoulée.
Cas d'une Loge née de la fusion de deux ou de plusieurs Ateliers, ou de Loges
possédant les Archives d'un Atelier en sommeil.
Dans l'un et l'autre cas, il conviendra de distinguer les cotes appartenant aux divers
Ateliers en affectant la lettre de série d'un coefficient particulier à chaque Atelier. Par
exemple : la série A étant affectée aux pièces relatives à la fondation de la Loge, à
son règlement etc., on pourra consacrer la sous-série 1 A à l'un des anciens Ateliers ;
la sous-série 2 A, à l'autre ; et enfin la sous-série 3 A, à l'Atelier né de la fusion.
Procéder de même pour les autres séries.

II - INVENTAIRE

L'inventaire doit évidemment suivre le classement. Pour chaque cote (liasse ou


registre), on indiquera les dates extrêmes (c'est-à-dire la date du document le plus
ancien et celle du document le plus récent ; se borner au millésime), pour chaque
liasse, le nombre de pièces pour chaque registre, le nombre de feuillets.

Exemples :

C. 8 (Registre), 24 x 36 cm, 120 feuillets.


1824-1839. Livre d'architecture pour les Tenues au grade d'Apprenti.

M. 26 (Liasse). 28 pièces papier.


1926. Rapports sur les questions soumises à l'étude des Loges, relatives à... etc.

Le travail préparatoire pourrait être fait sur fiches, puis reporté sur feuille. En
remettre un double, aux fins de publications, à la Commission d'Histoire.

CADRE DE CLASSEMENT DES ARCHIVES D'UNE LOGE

1. LA LOGE

A - Fondation; Constitution; Installation ; Statuts ; Règlements particuliers ; Rituels.


B - Locaux.
C - Livres d'Architecture.
D - Comptabilité.
E - (vacant)

2. LES MEMBRES

F - Registres matricules.
G - Tableaux annuels.
H - Dossiers relatifs aux membres.
J - (vacant)
K - (vacant)

3. RAPPORTS AVEC L'OBÉDIENCE

L - Rapports avec l'Obédience ; Correspondance ; Circulaire du Grand Orient


M - Questions étudiées en Loge ; Rapports (questions soumises à l'étude des Loges).
N - Délégués aux Convents, Assemblées, Congrès régionaux.
Q - Comptes rendus des Assemblées : Congrès régionaux, Convents.
P - Publications de l'Obédience.
Q - Associations et groupements maçonniques et para-maçonniques.
R - (vacant)

4. ACTIVITÉ PROPRE DE LA LOGE

S - Rapports; Manifestations; Fêtes; Banquets; Registre de présence.


T - Relations avec les autres Loges.
U - Relations avec le monde profane.
V - Correspondances diverses (à classer chronologiquement).
W - Publications de la Loge.
X - Notes et études historiques sur la Loge.
Y- (vacant)

5. DIVERS

Z - Documents divers n'entrant dans aucune des séries ci-dessus.

PATRIMOINE

I. Généralités

ART. 46. - L'Architecte.

Le mobilier de la Loge est confié à la surveillance de l'Architecte qui en tient


inventaire. Chaque année, et à chaque changement d'Architecte, un récolement des
objets portés sur l'inventaire est fait par deux Commissaires nommés par le
Vénérable Maître, lesquels en dressent procès-verbal.

L'Architecte propose les réparations pour l'entretien du mobilier ainsi que tout achat
de meubles nouveaux. Il propose, quand il y a lieu, les réparations locatives de
l'immeuble, présente les plans et devis de tous travaux envisagés, en surveille
l'exécution, recueille les mémoires des entrepreneurs qu'il a fait vérifier, s'il n'a lui-
même les connaissances nécessaires, donne son avis pour les règlements à effectuer
en la matière.

D'après le Règlement général du GODF (article 46), c'est donc le Frère Architecte
qui tient l'inventaire de la Loge. Cette pratique n'est pas toujours usitée. Certes le
plus souvent c'est le Comité des Utilisateurs des locaux qui en a la charge.
Cependant, au niveau de certains objets maçonniques, il conviendrait d'en effectuer
un inventaire plus particulier. En effet, certaines loges possèdent un patrimoine
parfois méconnu ou ignoré : tabliers, bannières, photographies, diplômes…

Ces objets sont intéressants à plus d'un titre :


D) ils participent à la mémoire de la Loge, de l'Orient, de l'obédience ;
E) ils peuvent avoir également une réelle valeur financière;
F) ils peuvent de plus avoir toute leur place dans une exposition ou un ouvrage
particulier.
Une véritable politique patrimoniale s'est mise en place dans l'obédience et ce dans le
cadre de la restructuration du Musée de la Franc-Maçonnerie et il importe à notre
sens qu'elle soit suivie dans les Loges. Il n'est pas question bien entendu de collecter
les différents inventaires qui seront effectués, mais de faire en sorte qu'ils existent,
libre ensuite à la Loge de le communiquer au Conservateur du Musée.
De plus, si certaines pièces ont une valeur financière, il importe de les restaurer, de
les protéger voire de les assurer. Il est possible de laisser ces pièces en dépôt au
Musée qui se chargera en contrepartie de la restauration le cas échéant, celle-ci
pouvant être parfois coûteuse.

Il est également souhaitable que les loges puissent numériser les pièces pour réaliser
une banque de données photographique ; de même des photographies des locaux, des
temples maçonniques sont à recommander car ceux-ci constituent un véritable
patrimoine culturel.

Ce patrimoine culturel peut participer grandement à une réflexion historique


interne au sein de l'obédience, mais aussi à une extériorisation efficace.

Pour effectuer l'inventaire des pièces maçonniques, il nous paraît judicieux de


d'utiliser la grille du Musée de la Franc-Maçonnerie (ci-jointe). Une fiche par objet
comprenant une photographie, une description sommaire ou plus détaillée est
envisageable.

II. Inventaire Musée de la Franc-Maçonnerie

Classification de l'inventaire

Arts appliqués
Al - Horlogerie
A2 - Tabatières et boîtiers
A3 - Divers

Bijoux
B1 - Loges bleues
B2 - Hauts grades
B3 - Emblématiques d'extérieur
Série G (Gloton)

Compagnonnique, opératif et para-maçonnique


Cl - Opératif ancien et actuel
C2 - Compagnonnique, Charbonnerie, Martinisme et autres

Dessins et peintures
Dl - Gravures, lithographies et dessins
D2 - Peintures et aquarelles, tapis de loge peints
D3 - Autres

Arts du feu
F1 - Faïences
F2 - Porcelaines
F3 - Verreries
F4 - Terres, sulfures et autres
Jetons et médailles
J1 - Médailles de loges ou d'obédiences
J2 - Jetons
J3 - Métaux
J4 - Médaillons, décorations profanes et autres

Métaux
Ml - Epées, poignards
M2 - Compas, pièces rituelles, fontes, plaques et autres
M3 - Couverts et divers

Objets rituels non métalliques


01 - Maillets
02 - Cannes
03 - Sacs et troncs
04 - Autres (gants, tabernacle,…)

Papiers et parchemins
P1 - Patentes, diplômes, brefs et cartes d'identité
P2 - Ouvrages imprimés hors Bibliothèque
P3 - Tableaux de loge
P4 - Livres d'Architecture
P5 - Courriers et manuscrits
P6 - Photographies, gravures imprimées, affiches, cartes
P7 - Rituels
P8 - Cartes géographiques, postales et diverses

Sigillographie
S1 - Matrices
S2 - Sceaux et moulages
S3 - Coins dormants
S4 - Tampons à encre

Textiles et décors cuir


T1 - Bannières
T2 - Tabliers
T3 - Cordons
T4 - Sautoirs et camails
T5 - Autres

Divers
Ph - Philatélie
St - Statuaire
Z - Mobiliers et boiseries
X - Objets divers et inclassables
Fonds P Anxionnaz, F Viaud et L.Bourgeois
QUELQUES IDEES RECUES AUXQUELLES IL FAUT TORDRE LE COU

A) Dans le domaine administratif

1°) Un maçon libre dans une Loge libre :

Du point de vue du Règlement Général, cette formule est erronée. Pourtant, combien
de fois pouvons-nous l'entendre au cours d'une année, y compris dans de hautes
instances de l'Obédience ! En réalité, la Loge est souveraine dans le respect du
règlement général de l'Obédience. Elle peut élaborer un Règlement intérieur qui ne
peut inclure des dispositions contraires à celles du règlement Général (Art. 25 intitulé
Souveraineté).

2°) Un profane dont le casier judiciaire n'est pas vierge ne peut pas devenir Franc-
Maçon au Grand Orient de France :

Les articles 76 et 77 définissent les conditions d'admission au Grand Orient de


France. L'alinéa 3 de l'article 77 est très souvent mal interprété. Il est demandé au
profane de 'déclarer sur l'honneur qu'il n'a jamais encouru de condamnation
(…) ou faisant connaître la date des condamnations encourues et le libellé du
jugement, et qu'il ne fait l'objet ni d'une information judiciaire, ni de
poursuites'. Un profane condamné qui a payé sa dette à la société peut être
considéré comme étant de réputation et de mœurs irréprochables, c'est à la Loge
souveraine qui appréciera. Par contre un profane qui cacherait une condamnation ou
qui cacherait des poursuites en cours, même une fois initié, se verrait, à la demande
de la Loge exclu par la justice maçonnique. Il n'est écrit nulle part que pour être
admis au Grand Orient de France il faut avoir un casier judiciaire vierge. Le profane
doit tout dire, encore une fois, la Loge apprécie.

3°) Après une radiation et après une exclusion, peut-on réintégrer le Grand Orient
de France ?

Quelle que soit la raison pour laquelle on n'est plus membre du Grand Orient de
France (démission, radiation et exclusion), à condition de la vouloir réellement, il est
possible de réintégrer l'Obédience dans la mesure où une Loge accepte cette
réintégration.

* Démission : suivre les indications de l'Art. 82.

* Radiation (défaut d'assiduité ou de paiement ou les deux à la fois) : suivre les


indications des articles 81 et 82 et, en cas de radiation pour défaut de paiement, le
demandeur devra s'acquitter de l'intégralité de sa dette. La réintégration ne peut avoir
lieu qu'après 6 mois après la date de radiation.
Dans le cas d'une radiation, la difficulté n'est pas administrative. Elle tient au fait que
l'ancienne Loge (ou une autre Loge) accepte un Frère radié à la majorité absolue des
Maîtres présents au moment du vote (Art. 98).
* Exclusion : rappelons que l'exclusion ne peut être prononcée que par une instance
de justice maçonnique, la Loge ne possède pas ce pouvoir de justice, au nom de la
séparation des pouvoirs.
Après un délai de cinq années, l'ancien Franc-Maçon peut présenter une demande
écrite de réintégration au Conseil de l'Ordre. C'est la Commission Conventuelle des
Sanctions, Grâces et Dégrèvements qui présentera le dossier. Elle se réunit une seule
fois par an au moment du Convent (Art.156).

En conclusion, les Francs-Maçons du Grand Orient de France estiment que l'homme


est perfectible et tend vers les hautes valeurs morales. Par conséquent, une fois
réhabilité après avoir purgé la peine infligée par la justice, il n'est pas impossible de
réintégrer une Loge de l'obédience.

4°) Peut-on être Vénérable Maître dans une Loge où on est qu'affilié (Art. 81) ?

Rappelons que la Loge d'appartenance est celle où l'on paye sa capitation à


l'Obédience, c'est, par conséquent, celle où l'on reçoit ses timbres. L'article 12 précise
que les membres fondateurs et affiliés d'une Loge ne peuvent être électeurs, pour les
affaires extérieures à la Loge (mandats régionaux et nationaux…). Par conséquent,
un membre affilié peut être électeur pour les affaires intérieures à la Loge, par
exemple les Officiers de la Loge. Donc, étant électeur à une fonction, on peut être élu
à cette fonction pourvu que l'on remplisse les conditions (Art. 13). En précisant le
raisonnement, on pourrait conclure que ce Vénérable Maître ne pourrait pas
représenter sa Loge à l'extérieur (Congrès Régionaux et Convent).

5°) Je suis membre du Grand Orient de France !

Non, M∴T∴C∴F∴, tu es membre d'une Loge qui, elle, adhère au Grand Orient de
France. Ce dernier est une fédération de Loges (1060 à l'été 2003). Le Grand Orient
de France est une association 1901 - association déposée auprès de la Préfecture de
Police à Paris le 27 octobre 1913 - qui réunit ses membres en assemblée générale une
fois par an à l'occasion du Convent. Ses membres en sont les 1060 Loges. La
représentation de chaque Loge est obligatoire au Convent ; la non-représentation
entraîne une amende pour la Loge (Art. 73). Le raisonnement est le même pour la
représentation au Congrès Régional.

B) Dans le domaine maçonnique

1°) La Loge : 'Les F∴M∴du G∴O∴D∴F∴se réunissent en groupes (…) c'est la


Loge qui initie et permet exclusivement de participer à la vie maçonnique' (Art.
24).

Il ressort de cet article que les activités de type fraternelle, club des 50 et autres ne
font pas partie du parcours maçonnique, même si la qualité de maçon semble être
requise pour ces groupements.
2°) A propos de l'initiation

La première démarche en direction de l'Obédience est – à l'aide du Formulaire L03 –


la demande de non inscription au fichier des refusés du profane. 'En outre, sauf
accord spécial du Conseil de l'Ordre, un délai de deux mois devra être respecté
entre la réponse du grand Orient de France quand à l'existence ou non d'une
précédente demande du profane et l'initiation'. En pratique, les deux mois courent
dès l'inscription de la demande de la Loge au Grand Orient de France.
Après l'initiation, le nouveau Frère confirme l'obligation en apposant sa signature…

3°) Y a-t-il un Rite officiel dans les Loges bleues du Grand Orient de France ?

La réponse est non. Il y a un rite réglementaire : le Rite Français, c'est le Rite


auquel le Grand Orient ouvre ses Loges. On ne peut changer de Rite sans l'avis du
Conseil de l'Ordre, il s'agit d'un cumul de rite. Autrement dit, une Loge qui vient
d'être installée au Rite Français, ne peut pas, dans sa Tenue suivante travailler à un
autre rite, la demande de cumul de rite ne pouvant se faire qu'après l'installation de la
Loge et non avant, au moment de la constitution du dossier de création (Art. 72).
Les rites pratiqués sont :
Le Rite Français, (il en existe plusieurs variantes dites Français Moderne, Français
rétabli. En réalité, à propos de Rite Français, il faudrait dire Rite administratif ou
Rite du Régulateur de Maçon de 1801) ;
Le Rite Ecossais Ancien et Accepté (REAA);
Le Rite Ecossais Rectifié (RER);
Le Rite de Memphis Misraïm;
Le Rite York Emulation.

4°) Les Apprentis prennent-ils part au vote lors du vote sur l'augmentation de
salaire de l'un des leurs ?

L'article 90 définit les conditions nécessaires pour être reçu Compagnon. L'article 91
précise que la proposition est faite au grade de l'impétrant; il s'agit bien d'une
proposition pour laquelle les Apprentis votent. Par contre, c'est la Chambre des
Compagnons qui examine la proposition et qui statue sue cette demande et qui
admet ou pas l'impétrant. Donc, les Apprentis votent sur la proposition et la
Chambre des Compagnons statue et décide de l'admission. Ce même raisonnement
s'applique pour l'augmentation de salaire du grade de Compagnon au grade de
Maître.
En conclusion, on est admis par l'instance à laquelle on aspire à être membre.
ANNEXE

CODE DE PROCEDURE POUR LES VŒUX ET REGLEMENT

Révision de la Constitution
Article 181 : Tout amendement à la Constitution doit être présenté au Convent
et s’il est pris en considération, renvoyé à l’étude des Loges avec avis du Conseil
de l’Ordre et de la Chambre Suprême de Justice Maçonnique, dans un délai qui
ne saurait dépasser trois mois.

Toute proposition de modification doit être motivée. La motivation de la ou des


Loges demandant une telle modification doit être portée à la connaissance de toutes
les Loges de l’Obédience en même temps que la proposition même de modification.
Le Convent statuera l’année suivante. Toute modification de la Constitution devra
être prise à la majorité des deux tiers des Loges inscrites au G.O.D.F., représentant
au moins la moitié des Régions.

Motion :

Une motion est une proposition faite dans une assemblée délibérante par un ou
plusieurs de ses membres. C’est un texte demandant un changement radical par
rapport à une attitude, une façon de faire, une politique menée.

Cette disposition n’existe dans le Règlement Général que sous forme d’une motion
de défiance (article 114). Il s’agit d’un droit d’interpellation du Convent qui lui
permet d’engager la responsabilité du Conseil de l’Ordre. Il s’exerce par le dépôt
d’une motion de défiance écrite réunissant un dixième des loges inscrites issues de
cinq Régions au moins.

La motion doit être datée et signée par les Vénérables Maîtres, Orateurs et
Secrétaires des Loges demanderesses (article 67 du R.G.) Les Loges et les Régions
doivent y être clairement repérées. La commission missionnée jugera si les
conditions sont réunies sur la forme et donnera son avis sur le fond. Après débat, le
vote nominal de défiance est acquis à la majorité des deux tiers des Loges
présentes. Il entraîne la démission d’office des Conseillers de l’Ordre à l’exception
des Conseillers élus qui n’étaient pas en fonction l’année précédente. Il est alors
procédé immédiatement à de nouvelles élections au niveau régional, aux fins de
pourvoir au remplacement des postes des Conseillers devenus vacants et ce pour la
durée des mandats restant à courir.

Vœu :
Le Vœu est une demande ou une requête faite par une instance qui n’a pas autorité
ou pouvoir pour en décider (par exemple une Loge ou un congrès Régional).
La présentation d’un vœu doit comprendre :
a) la motivation,
b) la proposition.

Il doit être signé par le Vénérable, l’Orateur, le Secrétaire de la Loge (ou le


Président, l’Orateur, le Secrétaire du Congrès Régional) revêtu du Sceau de la
Loge (ou du Congrès Régional) d'après l'article 67 du R.G. Le vœu sera accepté
après délibération et vote à la majorité des Frères présents, sur les conclusions du
Frère Orateur (article 117 du R.G.), puis transmis au Secrétariat du Congrès
Régional dans les délais prévus.
La commission des "Vœux et Règlements" du Congrès Régional vérifiera la
recevabilité de la demande, elle rejettera toute proposition non conforme ou envoyée
hors délais. Elle pourra également donner son avis sur le fond, mais la décision
après délibération sera prise à la majorité absolue des délégués présents, sur les
conclusions du frère Orateur du Congrès Régional (article 117).

Le vœu peut être amendé sur décision du Congrès, la nouvelle rédaction sera assurée
par le Secrétariat du Congrès Régional et proposée aux délégués dans les mêmes
conditions que celles citées plus haut. Sur la page de présentation, il doit être indiqué
le nombre de votants et le nombre de voix obtenues, puis il sera envoyé au
Secrétariat du Grand Orient de France dans les délais prévus pour présentation
devant la Commission Conventuelle. Si enfin le vœu est conforme aux dispositions
prévues, il sera présenté par la Commission Conventuelle « Vœux et Règlements »
devant le Convent qui statuera dans les mêmes conditions que pour le Congrès
Régional.

Révision du Règlement Général

Article 182 : Toute modification du Règlement Général doit être approuvée par le
Convent, après avoir été soumise à l’examen des Loges au moins six mois avant
l’ouverture du Convent ayant à en connaître.

Toute proposition de modification doit être motivée. La motivation de la ou des


Loges demandant une telle modification doit être portée à la connaissance de toutes
Loges de l’Obédience, en même temps que la proposition même de modification.

Une proposition de modification du Règlement Général doit être accompagnée de


l’ancienne et de la nouvelle rédaction du ou des articles concernés. Comme pour le
vœu, la proposition doit être signée par le Vénérable, l’Orateur, le Secrétaire de
la Loge (ou le Président, l’Orateur, le Secrétaire du Congrès Régional) revêtue
du sceau de la Loge (ou du Congrès Régional) d'après l'article 67 du R.G. Cette
proposition sera acceptée à la majorité absolue des Frères présents après délibération
et sur les conclusions du Frère Orateur, puis transmise au Secrétariat du Congrès
Régional dans les délais prévus.

La commission des "Vœux et Règlements" du Congrès Régional vérifiera la


recevabilité de la demande, elle rejettera toute proposition non conforme ou envoyée
hors délais. Elle pourra également donner son avis sur le fond, mais la décision
après délibération sera prise à la majorité absolue des délégués présents, sur les
conclusions du frère Orateur du Congrès Régional ( article 117 )

La proposition de modification du Règlement Général peut être amendée sur


décision du Congrès, la nouvelle rédaction sera assurée par le Secrétariat du Congrès
Régional et produite aux délégués dans les mêmes conditions que celles citées plus
haut. Sur la page de présentation, il doit être indiqué le nombre de votants et le
nombre de voix obtenues, puis elle sera envoyée au Secrétariat du Grand Orient de
France dans les délais prévus pour présentation devant la Commission Conventuelle.
Si enfin la modification est conforme aux dispositions prévues, elle sera présentée
par la Commission Conventuelle « Vœux et Règlements » devant le Convent qui
pourra apporter ou non des amendements. Le Convent statuera dans les mêmes
conditions que le Congrès Régional.

Si la modification est retenue par le Convent, elle sera renvoyée dans l’année qui suit
(au moins six mois avant l’ouverture du Convent suivant) devant toutes les Loges du
Grand Orient de France pour qu’elles en prennent connaissances. La proposition
n’est plus amendable, la Loge exprimera son choix par la voix de son délégué au
Convent suivant, lors des votes appropriés.
Le Congrès Régional n’est pas concerné par cette navette. Ce renvoi des propositions
de modifications du Règlement Général devant les Loges concerne l’article 182 qui
dit ceci : "Toute modification du Règlement Général doit être approuvée par le
Convent, après avoir été soumise à l’examen des Loges, au moins six mois avant
l’ouverture du Convent ayant à en connaître".

LES LOGES DU GRAND ORIENT DE FRANCE

Souveraineté

Article 25 : Les Loges Maçonniques du Grand Orient de France se gouvernent


librement. Elles ont droit de discipline sur leurs membres et sur tous les Francs-
Maçons assistant à leurs travaux.
Elles adressent au Président du Congrès Régional dont elles dépendent, au plus tard
un mois avant la Tenue de la séance plénière ayant à en connaître :
a. leur rapport sur chacune des questions renvoyées à l’étude des Loges par le
Convent précédent ;
b. leurs vœux (motions, vœux et modifications du Règlement Général )
c. les propositions de questions qu’elles souhaitent voir mettre à l’étude des Loges
pour l’année à venir.
Conditions d’accès aux votes des différentes propositions :

Pour pouvoir participer au vote des vœux et modifications proposés par la Loge
autres que celles concernant la Constitution et le Règlement Général, les conditions
d’électeur sont les suivantes :

Article 12 : Etre membre actif faisant partie de la Loge depuis trois mois au moins,
être à jour avec toutes les caisses du G.O.D.F. sans aucune exception, posséder la
carte d’identité maçonnique dûment revêtue des timbres exigibles faisant foi, et ne
pas se trouver pas en état de suspension de droits maçonniques, soit par mesure
conservatoire prononcée dans les conditions définies au Livre VIII, article 142 du
Règlement Général, soit par décision de Justice Maçonnique.
Les membres fondateurs et affiliés d’une Loge ne peuvent être électeurs pour les
affaires extérieures à la Loge (élections aux mandats régionaux et nationaux,
Constitution et Règlement Général, Vœux) que dans la seule Loge à laquelle ils
appartiennent aux termes de l’article 81.

Article 81 : Tout franc-maçon du Grand Orient de France peut être affilié à plusieurs
Loges dépendant de l’Obédience ou d’autres Puissances maçonniques reconnues par
convention du Grand Orient de France. Il ne paie sa capitation que dans une seule
Loge dans laquelle il exerce ses droits définis à l’article 12.

Article 59 : Seuls les Maîtres ont droit de voter sur les questions ayant trait à une
modification de la Constitution ou du Règlement Général.

Les propositions elles-mêmes :

Les propositions retenues seront celles votées à la majorité absolue des Frères
présents sur les conclusions du Frère Orateur, en respectant les dispositions de
l’article 58.

Article 58 : Les travaux d’une Tenue d’Obligation ou d’une Tenue Mixte, ne


peuvent être ouverts qu’avec le concours d’au moins sept membres actifs de la
Loge ; La présence de quatre Maîtres au moins et de trois Compagnons étant
indispensable pour les deux premiers grades. En réunion de comité, il ne peut être
pris de décision que si au moins sept membres actifs de la Loge sont présents, sauf
pour des mesures préparatoires et pour des allocations de secours. Les procès-
verbaux des réunions de Comité sont lus et adoptés en Tenue d’obligation.

Article 60 : Il ne peut être pris de décision sur une proposition nouvelle d’intérêt
général dans la séance même où elle est faite. Cette proposition doit être renvoyée,
soit à une Tenue prochaine, soit à une réunion de Comité, soit à une Commission
chargée de faire un rapport. Dans tous les cas, il faut qu’elle soit annoncée sur les
planches de convocation. Il en est de même s’il s’agit d’annuler une décision, sauf le
cas où celle-ci a été prise dans la même Tenue, mais à la condition qu’aucun des
Frères présents et autorisés à participer à sa délibération n’ait couvert le Temple.
Article 25 : Les Loges adressent au Président du Congrès Régional dont elles
dépendent, dans les formes prévues à l’article 67 al. 1, au plus tard un mois avant la
Tenue de la séance plénière :
1. leurs rapports sur chacune des questions renvoyées à l’étude des Loges par le
Convent.
2. leurs vœux et propositions de modification du Règlement Général

Administration

Article 67 : Toutes les pièces adressées par les Loges au Grand Orient de France
doivent être signées par le Vénérable Maître, l’Orateur et le Secrétaire, et revêtues du
Sceau de la Loge, faute de quoi elles n’ont pas de caractère officiel et sont
considérées comme non avenues.

LE CONGRES REGIONAL

Attributions

Article 105 § 7 : Les Congrès Régionaux transmettent au Convent les vœux, les
propositions de modification de la Constitution ou du Règlement Général
émanant des Loges de la Région dans les formes prescrites par les dispositions de
l’article 67 alinéa 1 en précisant le nombre de votants et le nombre de voix
obtenues en séance plénière du Congrès pour chaque vœu et proposition.
Les vœux, les propositions de modification de la Constitution ou du Règlement
Général doivent parvenir au Grand Orient de France au plus tard deux mois
avant le Convent, et à tous les membres de la Commission Conventuelle au plus
tard un mois avant le Convent.

Article 105 bis al. 1 : Seuls les délégués des Loges au Congrès Régional participent
au vote.

Article 105 § 8 : Les Congrès Régionaux étudient toutes questions relatives à


l’intérêt de l’Ordre et émettent des vœux.

Conditions pour la prise en compte des propositions

Les vœux, les propositions de modification de la Constitution ou du Règlement


Général sont votés à la majorité des délégués présents.

LE CONVENT

Fonctionnement de la Commission Conventuelle Vœux et Règlement

Toutes les propositions de vœux et modifications de la Constitution ou du


Règlement Général doivent parvenir à tous les membres de la Commission
Conventuelle au plus tard un mois avant le Convent. A défaut de respecter cette
clause, les propositions reçues hors délais ne seront pas examinées par la
Commission.

La Commission Conventuelle examinera les propositions retenues par les Congrès


Régionaux et statuera sur la forme suivant les critères définis plus haut.
Les propositions ne respectant pas ces dispositions seront rejetées avec mention
"irrecevable sur la forme". Les Loges auront accès aux décisions de la Commission.

La Commission Conventuelle pourra donner un avis sur le fond avec mention


"favorable ou pas sur le fond" en motivant ou pas cet avis sans que celui-ci soit
prépondérant sur celui du Convent.

Toute proposition retenue par la Commission Conventuelle pourra être amendée par
le Convent. Chaque amendement retenu par le Convent fera l’objet d’une nouvelle
rédaction de la proposition rédigée par la Commission qui sera soumise à la décision
majoritaire du Convent.

Ordre du Jour

Article 115 : L’ordre du jour des travaux du Convent,


- préparé par le Conseil de l’Ordre à partir des propositions votées et
transmises par les régions au moins deux mois à l’avance sous peine
d’irrecevabilité,
- arrêté par le Bureau du Convent, élargi aux Présidents des Commissions
Conventuelles, est adressé aux délégués des Loges au moins un mois avant la
réunion du Convent.

Toutes les questions provenant des Congrès Régionaux seront examinées en


Commissions Conventuelles et devront figurer à l’ordre du jour immédiatement
après le budget et les rapports annuels touchant l’administration (les vœux et
propositions de modification de la Constitution ou du Règlement Général en font
partie). Aucune modification de l’ordre du jour n’est recevable, exceptées celles
émanant du Congrès des Loges Hors-Métropole ou celles ayant été votées à la
majorité des deux tiers des Loges présentes.

Travaux

Article 119 : Tous les délégués des Loges peuvent participer aux travaux de toutes
les Commissions Conventuelles.
Seuls les commissaires désignés par les Congrès Régionaux ou leurs suppléants ont
voix délibérative.
Le rapporteur de la Commission Conventuelle doit exposer les travaux des Ateliers
avant de présenter au vote du Convent les conclusions de la Commission
Délibérations

Article 117 : Les décisions sont prises à la majorité des délégués présents sur les
conclusions du Frère Orateur.
Les décisions concernant :
- les dispositions du Règlement Général,
- les opérations immobilières importantes,
requièrent la majorité absolue des Loges inscrites au Grand Orient de France.
Les modifications de la Constitution devront recueillir la majorité des deux tiers des
loges inscrites au Grand Orient de France.

Toute proposition nouvelle doit être renvoyée à l’étude des Bureaux ou d’une
Commission spéciale. Il ne peut être statué dans la séance du Convent où elle est
faite.
Le procès-verbal de chaque séance du Convent est distribué au commencement de la
séance suivante. Le Président le soumet à l’adoption des membres présents.

Dispositions du Règlement intérieur du Convent, liées au fonctionnement de la


Commission Vœux et Règlement

Article 8. – Les rapporteurs des Commissions et l’Orateur ne peuvent utiliser la


demande de passage à l’ordre du jour que si le projet concerné a déjà fait l’objet
d’une décision au Convent ou si les dispositions du Règlement Général prévoient le
cas en question.

Article 9. – Si plusieurs projets de vœux sont convergents, le Rapporteur les


présentera groupés avec une proposition commune.

Article 10. – En cas d’amendement à une proposition, on commence la discussion


par celui-ci puis on aborde le reste de la proposition.

Article 11. - Les révisions du Règlement intérieur non dérogatoires au Règlement


Général peuvent être votées à la majorité simple des délégués du Convent.
mois septembre octobre novembre décembre janvier février mars avril mai juin juillet août

semaine 1 Convent

Mouvements
Installation
intervenus au
semaine 2 du Collège
d'Officiers cours de
l'année civile
Tout
mouvement
Renvoi
(Initiation,
corrigé
Installation réintégration, Résultats
Mots de de l'Etat Mots de
semaine 3 du Collège affiliation, des Offices
d'Officiers semestre J fourni semestre
décès, de la Loge
par le
démission,
GODF
radiation,
exclusion,
Elections
Paiement Paiement
Installation Paiement des des
des des
semaine 4 du Collège capitations Offices
d'Officiers capitations capitations
(1er tiers) Articles
(2e tiers) (3e tiers)
35 à 51