Vous êtes sur la page 1sur 17

LE NÉO-STRUCTURALISME DE LA CRITIQUE DU CONSENSUS DE

WASHINGTON À L'ÉMERGENCE D'UN NOUVEAU PARADIGME

Jean-Marc Fontaine et Mario Lanzarotti

De Boeck Supérieur | « Mondes en développement »

2001/1 n° 113-114 | pages 47 à 62


ISSN 0302-3052
ISBN 2870810717
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-mondes-en-developpement-2001-1-page-47.htm
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour De Boeck Supérieur.


© De Boeck Supérieur. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

De la critique du Consensus de Washington a


Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)
NOUVEAU PARADIGME

Le néo-structuralisme
De la critique du Consensus de Washington à
l’émergence d’un nouveau paradigme

Jean-Marc Fontaine, Mario Lanzarotti (Centre de Recherche de l’IEDES)

L e néo-structuralisme recouvre un ensemble de


positions au premier abord hétéroclites. Bien
sûr, le terme néo-structuralisme signale une
école de pensée qui explique le sous-développement
par l’existence de facteurs endogènes et structurels
On expose dans la première section le dispositif
rhétorique qui amène les néo-structuralistes à se
situer initialement sur le terrain du court-terme puis,
dans la deuxième, leur corpus théorique (le cadre
macroéconomique de référence). Les sections
plutôt que par les distorsions provoquées par des poli- suivantes, plus axées sur l’analyse des expériences
tiques économiques erronées. On se situe donc à l’op- latino-américaines, examinent les positions
posé des néo-libéraux et dans la grande tradition néo-structuralistes visant à stabiliser et ajuster
structuraliste Cépalienne des années cinquante et intelligemment, et la question des réformes et de la
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


soixante. Mais les néo-structuralistes critiquent aussi gestion macroéconomique. On montrera, enfin,
leurs prédécesseurs pour s’être trop concentrés sur comment, en faisant référence aux expériences
les questions de diagnostic et d’analyse des problèmes asiatiques, les tenants du Consensus de Washington
structurels au détriment de la formulation précise de ont ouvert un espace de discussion qui a permis
politiques économiques, notamment de court-terme. l’énonciation par les néo-structuralistes d’une
La métamorphose qui s’ensuivra sera telle que bien stratégie de politique industrielle et technologique
des tenants du structuralisme historique peineront, alternative. La dernière section présente les
au début, à reconnaître leurs descendants. Ainsi conclusions.
Sunkel (1993) parlera-t-il de “l’attention exclusive que
portent les néo-libéraux et les néo-structuralistes aux
équilibres de flux, de marchés et de prix dans le court-
terme” pour l’opposer à la synthèse qu’il décrit Un dispositif rhétorique : analyse du
comme une “approche historique et structurelle de court-terme et discrédit de la notion de
moyen-long terme ”. Ce positionnement initial va stratégie
donc amener les néo-structuralistes à se distinguer
tant de l’école orthodoxe, représentée par le Consen- Les premiers néo-structuralistes centrent leur
sus de Washington, que des structuralistes fondateurs attention sur la stabilité macroéconomique et
de la CEPAL. Développant au départ des analyses de semblent s’y cantonner. Cette attitude a une
court-terme, ils vont ultérieurement investir le champ explication : en pleine crise des années 80 aucun autre
des politiques de long-terme et dessiner les contours discours n’est recevable. Dans un environnement
d’un nouveau paradigme de développement écono- intellectuel hostile à toute considération d’ordre
mique. structurel, le court-terme est la seule voie d’entrée
dans le débat. Le mélange simpliste de néo-classicisme
scolaire – prêché par la Banque Mondiale – et de

1 Voir aussi (Lustig, 1991, p.38) : “La pensée néo-structuraliste a le biais opposé : un grand souci pour le court terme et alors que le long
terme est quelque peu négligé”.

Mondes en Développement - 2001 - Tome 29 - 113/114 - 47


De la critique du Consensus de Washington a
JEAN-MARC FONTAINE et MARIO LANZAROTTI

monétarisme élémentaire – prôné par le FMI – que contribue à placer les opposants au Consensus de
Wi lliamson ( 1990) bap tisera Co nsensus de Washington en position défensive. Toute attaque
Washington – est considéré à l’époque comme le seul menée au nom d’une stratégie de développement est
paradigme recevable. Deux auteurs de la CEPAL en disqualifiée d’avance$. Les néo-structuralistes vont
font le constat désabusé : “La seule approche donc placer d’abord leur réflexion contexte général
cohérente et globale de la crise disponible Stabilisation-Ajustement et reconnaîtront qu’une
aujourd’hui semble être celle des programmes stabilisation est nécessaire, quitte à en proposer des
néo-conservateurs de restructuration et d’ajustement modalités particulières.
proposés et imposés par les organisations financières
internationales publiques et privées telles que le FMI, C’est probablement ce qui, dans cette première phase
la Banque Mondiale, le système bancaire transnational de la discussion, donne aux néo-structuralistes une
et les gouvernements des pays développés” (Ramos et visibilité moindre que celle dont jouissaient leurs
Sunkel, 1993, p.5) . prédécesseurs Cépaliens. On n’assiste pas ici à un
grand affrontement entre paradigmes, mais à une
La focalisation sur le court-terme s’explique discussion sur un terrain qui se veut neutre :
également par une atmosphère d’urgence. Les années “Personne ne met en question la nécessité de
quatre-vingt sont pour le Nord celles de la découverte maintenir les déséquilibres macroéconomiques dans
de sa fragilité financière, scandées comme elles le sont des limites prudentes. Procéder ainsi, c’est
par, notamment, l’inquiétude qui suit la crise de la simplement reconnaître qu’existent des limites
dette mexicaine en 1982, le krach boursier d’Octobre objectives d’ordre essentiellement comptable qui
1987 et la crise des caisses d’épargne aux Etats Unis. Le transcendent les oppositions théoriques ou
Nord est tétanisé par les problèmes de dette et la idéologiques, et que tout économiste doit prendre en
priorité des priorités est au rétablissement sans délais compte” (Ramos, 1993, p. 83). Il y a là un parti-pris de
des balances des paiements des pays débiteurs. Ceci critique interne : accepter le terrain des institutions de
signifie pour les pays du Sud que, faute de pouvoir Bretton Woods, se servir de leurs instruments
compter sur le financement extérieur, ils devront d’analyse, quitte à les modifier légèrement, les
soumettre leurs politiques économiques à la nécessité compléter par l’introduction de nouveaux concepts,
de dégager des excédents courants ! . C’est une voire, finalement, les déborder.
énorme contrainte. Pour Nora Lustig (1991, p.38.),
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


“les problèmes du court-terme sont si pressants que
c’est vers eux que l’énergie intellectuelle doit être
dirigée plutôt que vers les problèmes de long-terme”. Le cadre macroéconomique de référence
La discussion est située, donc, sur ce terrain.
Les néo-structuralistes ne partent pas d’un cadre
Un autre facteur qui contribue à cette focalisation est macroéconomique ex ante. Leur méthode consiste,
l’émergence dans les années quatre-vingt d’une au contraire, à introduire dans une analyse de
critique systématique des modèles passés de court-terme des déterminants structurels pour
développement, fréquemment tenus pour la cause montrer comment telle séquence de politique
première de sous-développement". Cette critique économique ou tel choc, peuvent produire des
externe est d’ailleurs redoublée par une autocritique résultats atypiques au regard de la théorie orthodoxe.
des “pères fondateurs”, portant sur la mauvaise Techniquement ceci se traduit par l’introduction de
application d’une stratégie jugée valable dans ses variantes au sein d’un modèle standard.
fondements. Mais c’est malgré tout une autocritique
qui recoupe certains thèmes néo-libéraux#, et elle

2 Italiques ajoutées par nous.


3 L’Amérique latine restera exportatrice nette de capital de 1982 à 1990, avec des transferts nets négatifs se montant en moyenne à 3.2%
du PNB pendant cette période, source Ricardo Ffrench-Davis, (1993) p.163
4 Cette idée sous-tend, par exemple, de manière très explicite les analyses de A.O. Krueger (1992, 1993) qui dirigera, pendant la plus
grande partie de la “décennie perdue”, le service de recherches économiques de la Banque Mondiale.
5 Voir par exemple Singer et Roy, (1993), esp. Ch.3. Ces auteurs relèvent nombre de naïvetés et déviations, comme le “fétichisme de
l’investissement” et le “pessimisme des exportations” qui ont poussé à une “substitution aux importations à tout prix”.
6 Les réformes structurelles prônées par les néo-libéraux ont indiscutablement une portée stratégique, mais elles cherchent
essentiellement à créer une situation où la bonne gestion du court-terme suffirait à garantir la stabilité de l’économie et, par là,
l’incorporation du long terme dans le raisonnement des agents économiques privés. L’idée de stratégie de développement suppose, en
revanche, l’incorporation permanente d’objectifs de long terme dans les politiques publiques.

48
De la critique du Consensus de Washington a
NOUVEAU PARADIGME

De nombreux auteurs ont participé à ce travail effets de liaison sont minimes, cette redistribution
théorique, mais nous ferons principalement référence aura pour effet une stérilisation de demande – selon
ici à Lance Taylor (1988, 1991, 1993). D’abord parce un schéma ricardien. À l’inverse – comme ce fut le cas
qu’en formalisant ces variantes, il en a dégagé la en Inde ou au Sri-Lanka – la redistribution en faveur
portée théorique abstraite qu’il situe explicitement des classes rurales peut engendrer un accroissement
par r appor t aux diverses éco les de p e n sé e net de la demande effective, sur le mode malthusien.
contemporaines. Ensuite parce qu’il ne se cantonne
pas à l’Amérique Latine mais s’inspire de l’analyse de Ce que l’on voudrait relever ici c’est, primo, que les
nombreuses expériences de stabilisation dans une modalités d’ajustement des secteurs peuvent
variété de pays, ce qui étend le champ d’application de modifier le niveau de demande effective, et donc le
ses résultats (Taylor, 1988)%. niveau d’activité du pays, via la distribution du revenu.
Et, secundo, que, du fait que cette distinction fix/flex
On illustrera la méthode en examinant trois points : la peut s’appliquer à d’autres découpages sectoriels –
prise en compte de l’hétérogénéité structurelle, n o t a m m e n t a u dé c o u p a ge é c h a n g ea bles /
l’introduction d’un mécanisme spécifique de non-échangeables – le champ d’application de ces
formation des prix et, enfin, les bases d’un diagnostic ajustements asymétriques est suffisamment vaste
de court-terme. pour étayer des conclusions qui contredisent
totalement les attentes – ou, si l’on préfère, qui
L’hétérogénéité structurelle et la distinction expliquent les échecs constatés – des programmes de
prix rigides/prix flexibles (fix/flex-price) stabilisation orthodoxes.

Lance Taylor part d’un constat élémentaire : tous les Au niveau théorique, on voit qu’ont été introduites
secteurs ne jouissent pas du même potentiel dans le schéma de stabilisation deux variantes qui
d ’adaptation aux cho cs. Il fo rm alise c e t t e minent les fondements de la macroéconomie
hétérogénéité des secteurs par l’adoption d’un orthodoxe. Tout d’abord, la possibilité qu’une
schéma fix-flex-price dans lequel l’ajustement variation de prix n’entraîne pas de réallocation de
s’opérera, selon les secteurs, par le niveau des prix ou facteurs entre les secteurs et notamment entre
les quantités produites. Les secteurs caractérisés par secteurs échangeables et non-échangeables en cas de
une rigidité de l’offre – ou de la demande & – réagiront dévaluation. Et ensuite, que l’ajustement peut
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


à un choc selon un schéma flex-price, c’est-à-dire par s’opérer via une redistribution récessive des revenus.
une variation de prix, à quantités fixes ; c’est,
typiquement, le cas du secteur agricole, notamment Les avatars d’une équation de prix
vivrier. D’autres, au contraire, caractérisés par une
sous-utilisation des capacités de production – On conçoit alors que la formalisation du prix joue un
typiquement, le secteur industriel – s’adapteront rôle central dans le corpus macroéconomique
selon un schéma fix-price par une variation des structuraliste. Et de fait, les néo-structuralistes
quantités produites et une faible variation des prix. On recourront fréquemment à une équation de type prix
conçoit qu’une telle asymétrie des modalités de marge (mark-up), initialement due à Michal Kalecki
d’ajustement des secteurs puisse engendrer des (1971)', qui se présente sous la forme générique :
modifications de la distribution des revenus, et donc
tant du niveau comme de la structure de la demande p = (coût).(1+m ),
effective. Un accroissement de la demande vivrière,
par exemple, entraînera une augmentation du prix où m représente le mark-up par rapport au coût.
des biens vivriers et, par là même, une redistribution L’intérêt de cette formule est de permettre
au profit de l’agriculture qui altérera le niveau de la d’expliciter un certain nombre d’enchaînements
demande effective. Si l’agriculture est une faible atypiques. On en présente ici quelques illustrations.
consommatrice de produits manufacturés et que les

7 Synthèse d’études réalisées dans le cadre du programme WIDER de l’Université des Nations-Unies, qui portaient sur 18 pays dont 7
pays latino-américains (Nicaragua, Colombie, Mexique, Pérou, Chili, Brésil, Argentine) - 5 pays africains (Cote d’Ivoire, Kenya,
Tanzanie, Soudan et Ghana) - 3 pays asiatiques (Inde, Corée du Sud, Sri-Lanka), plus Philippines, Egypte et Turquie.
8 Ces deux rigidités aboutissent sensiblement au même résultat : une rigidité de l’offre limite l’ajustement par les quantités produites, une
rigidité de la demande limite l’ajustement par les quantités écoulées. Dans un cas comme dans l’autre, la variable d’ajustement à un choc
(d’offre ou de demande) sera le prix, plutôt que la quantité.
9 Notons qu’il ne s’agit pas d’une innovation : les structuralistes historiques connaissaient bien Kalecki dont ‘El Trimestre Economico’
de Mexico avait déjà publié, en 1955, un article essentiel (Kalecki, 1955).

Mondes en Développement - 2001 - Tome 29 - 113/114 - 49


De la critique du Consensus de Washington a
JEAN-MARC FONTAINE et MARIO LANZAROTTI

Une des séquences les plus connues – l’"effet Cavallo" équation permet d’illustrer la nature inflationniste du
– concerne l’impact stagflationniste des tentatives de conflit redistributif et, donc, de formaliser les
contrôle de l’inflation par contraction de la masse mécanismes de propagation de type inertiel. De
monétaire. L’argument s’illustre en notant même, elle permet de mettre en lumière les
conséquences redistributives des mouvements de
p = [(coût).(1+a .t E)].(1+m ) prix.

où a , coefficient structurel, est le pourcentage de la On part d’une formule originelle de type


production courante financée par emprunts bancaires
à court terme, et t E le taux d’intérêt. La hausse de t E, p = b .w.(1+m ),
résultant d’une contraction de la masse monétaire,
décourage, d’un côté, l’investissement, et ralentit le où b est l’input en travail par unité produite (l’inverse
niveau d’activité. Mais de l’autre, dans des économies de la productivité du travail) et w le taux de salaire
où le secteur industriel dépend lourdement nominal.
d’emprunts bancaires (a élevé) elle accroît les frais
financiers, et donc les prix. La lutte contre l’inflation Selon les hypothèses que l’on fait soit sur les
réintroduit donc un ferment inflationniste dans une évolutions de w/p (salaire réel) et de m , soit sur les
économie par ailleurs poussée vers la récession. anticipations qui se forment à leur sujet, on obtiendra
une série de configurations inflationnistes :
Une deuxième séquence concerne les dévaluations en indexation pure des salaires (p/w constant),
présence d’inputs importés. En écrivant l’équation de adaptation des taux de marge (m variable), indexations
prix sous la forme partielles, indexations retardées, anticipations
simples, anticipations dynamiques, qui illustrent
p b .w c t . p $i .(m 1
c. ) autant de configurations inflationnistes. Sans entrer
dans le détail notons qu’en regroupant divers
éléments inflationnistes dans une équation générique
(où w représente le taux de salaire nominal, b le de type :
coefficient technique du travail, c le contenu importé,
t ? le taux de change et pE le prix en dollars des inputs
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


p = [(b .w + c .t ?.pE). (1+a .t E)].(1+m )
importés) on met en évidence un effet cost-push, qui
sera d’autant plus marqué que c sera élevé, comme et en examinant diverses hypothèses d’indexation, on
c’est le cas dans les économies semi-industrialisées. ouvre un champ d’analyse des extrêmement riche et
En é te n dan t l e raiso nnem ent à l’éche l l e diversifié .
intersectorielle, on finit par oblitérer la distinction
entre échangeables et non-échangeables, puisque
L’équation simple p = b .w.(1+m ) permet également
cette formule montre que la réaction des prix relatifs
d’analyser le processus de redistribution des revenus
des diverses catégories de biens dépend de la
engendré par les ajustements de prix. Le partage
s t ructu r e de l e urs inp uts. Ainsi, un b ie n
salaire-profit se déduisant immédiatement du partage
non-échangeable à fort contenu en inputs importés ne
salaire-marge!, cette formulation permet d’explorer
se comportera pas très différemment d’un bien
les modalités de restauration des équilibres
échangeable, par exemple un bien d’exportation, à
fondamentaux (de type S = I ou S-I = X-M), non pas
fort contenu en inputs domestiques (Schydlowsky,
par la variation du seul niveau d’activité (Y) mais
1982). Le prix relatif échangeables/non-échangeables
également par un processus redistributif de type
restera alors pratiquement insensible à la dévaluation
Kaldorien " (Kaldor, 1956). Selon, donc, que
et les réallocations (switching) attendues de la
l’ajustement des prix s’opérera à taux de marges fixes
dévaluation ne se produiront pas : une dévaluation
ou variables#, le niveau d’activité aura tendance à
engendrera une poussée inflationniste sans effet sur le
réagir ou sous-réagir aux forces d’expansion ou de
schéma d’allocation intersectoriel.
contraction de l’économie. Ce schéma fournit donc la
base théorique permettant d’analyser l’apparition de
Enfin, en revenant à la formulation originale de
redistributions récessives évoquées précédemment.
Kalecki qui relie salaires et taux de marge, cette

10 Cette marge dépend, dans la formulation originelle, du degré de monopole dont jouit une industrie sur le marché, mais elle est utilisée ici
d’une manière souple qui ne contredit pas nécessairement le paradigme néo-classique : un taux de marge variable, notamment en cas de
déséquilibre entre l’offre et la demande, peut rendre compte de situations “flex-price” de type “market-clearing”.
11 Voir Taylor (1991) pour d’autres utilisations de cette formule.

50
De la critique du Consensus de Washington a
NOUVEAU PARADIGME

Dilemmes redistributifs : prix, salaires, exhi- appliquées à une économie stagnationniste, la


laration et stagnation précipiteront plus avant dans la récession.Or les
configurations exhilarationnistes ne seraient pas très
On conçoit qu’en articulant rigidités sectorielles, répandues : les études de cas coordonnées par Taylor
distinctions fix/flex et effets redistributifs, ce schéma (1988) font apparaître une fréquence élevée de
permet de fonder un diagnostic général selon la configurations stagnationnistes% (Kenya, Turquie,
capacité que présentera une économie à fabriquer ou Brésil des années 80, Mexique, Argentine, Chili). Si,
à stériliser de la demande effective au cours du de plus, on inclut dans le schéma une politique
pr oce ssu s de stabilisatio n. C’est à q u o i budgétaire qui stérilise la demande intérieure, on
néo-structuralistes (Taylor 1991) et post-keynésiens a b o u t it à de s c o n f igu r a t io n s p a r a d o x a les
(Bhaduri et Marglin, 1990) vont s’employer en d’"exhilaration bloquée" (Fontaine, 1993).
définissant deux configurations – assez proches des
régimes classique et keynésien définis par Malinvaud L’a r gu m e n t s’é t e n d à l a q u e st i o n d e
(1980) et explorés par la théorie de la régulation l’ordonnancement des mesures de politique
(Bowles et Boyer, 1990) – qu’ils dénommeront économique. Une économie n’est, en effet, pas
exhilarationniste et stagnationniste. exhilarationniste ou stagnationniste sub specie
æternitatis mais elle peut passer d’un état à l’autre.
Le raisonnement, dans son principe, est assez Typiquement, en début d’ajustement, une économie
simple$. Une redistribution régressive contracte la semi-industrialisée aura des capacités de production
demande de biens de consommation. Mais l’effet net excédentaires et relèvera vraisemblablement d’un
n’est pas nécessairement récessif s’il s’accompagne diagnostic stagnationniste & . Si tel est le cas, la
d ’u n accr oissem ent de l’investisse m e n t première phase de l’ajustement devrait être
(l’augmentation des marges accroissant les expansionniste, et appuyée par un transfert de
perspectives de profit) ou des exportations (évolution ressources financières ' . Puis, lorsque le taux
des marges dans le secteur exportateur). On conçoit d’utilisation des capacités productives aura augmenté
donc qu’une redistribution régressive puisse et que l’économie se dirigera vers une situation
engendrer une augmentation de la demande effective exhilarationniste, une deuxième phase pourra être
– au q u e l cas o n p arlera de co nfigur a t io n envisagée .
exhilarationniste – ou une diminution de cette
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


demande – configuration stagnationniste. En termes On voit donc, ici, comment, à partir d’un accord sur la
de diagnostic, une économie de type exhilarationniste n é c e ssit é de m a in t e n ir l e s dé sé qui li bres
réagira positivement aux mesures orthodoxes de macroéconomiques dans des limites prudentes, les
stabilisation. En revanche, de telles mesures néo-structuralistes ont introduit des variantes sur une

12 Pour une démonstration des possibilités ouvertes par cette formulation cf. Taylor (1991) esp. Chs. 3, 4, 7 et 9 où l’analyse est étendue
successivement au conflit redistributif,à l’inflation, à la dévaluation et à l’évolution des termes de l’échange internes
(agriculture/industrie et échangeables/non-échangeables) et externes.
13 La part p des profits dans le PIB est donnée par p = m /(1+m ).
14 Un enrichissement relatif des classes aisées, à forte propension à épargner, accroît l’épargne totale dans le système. L’équilibre S=I se
rétablit conjointement et par une variation de revenu global et par une modification de la répartition du revenu. La redistribution, en
accroissant la propension moyenne à épargner, neutralise une part de l’effet de relance. A la limite, le rééquilibrage S=I se produit à PNB
constant.
15 Il s’agit ici de faire intervenir les effets redistributifs de l’inflation (évolution comparée de w/p et de m ) dans un schéma “kaldorien” (cf.
note précédente).
16 Pour une exposition ‘in extenso" de ce modèle, voir Bhaduri et Marglin (1990), Marglin et Bhaduri (1990) ou Taylor (1991) Ch.3. Pour
une présentation plus heuristique, en français, voir Fontaine (1993).
17 On comprend aisément pourquoi si l’on note que ce schéma suppose une forte réactivité des volumes (d’investissement, d’exportations)
à des mouvements de prix. Or on a vu que dans des économies semi-industrialisées les réactions des prix, comme les réactions aux prix,
peuvent être capricieuses, voire atypiques.
18 Dans une économie disposant de capacités sous-utilisées, une augmentation des salaires se traduira par une augmentation de la
demande et donc, du fait de l’existence de capacités oisives, une relance non-inflationniste de la production : on est clairement en régime
stagnationniste. Au fur et à mesure qu’on se rapproche de la pleine utilisation du capital, un blocage d’offre s’installe et toute
augmentation de salaire accroîtra la demande mais induira une hausse des prix qui poussera _ à la hausse. Une augmentation de salaires
engendrera donc, via l’inflation, une redistribution régressive : on est passé en régime exhilarationniste.
19 Pour relâcher la pression sur la balance courante et permettre, entre autres, de financer l’importation d’inputs complémentaires
nécessaire au redémarrage de l’activité industrielle.
20 On notera que le seul cas d’ajustement satisfaisant d’Afrique subsaharienne, le Ghana, a précisément suivi ces étapes.

Mondes en Développement - 2001 - Tome 29 - 113/114 - 51


De la critique du Consensus de Washington a
JEAN-MARC FONTAINE et MARIO LANZAROTTI

base ad hoc qui modifient en profondeur l’analyse des pour financer les déficits budgétaires engendrés par
stabilisations. son remboursement. Et, de l’autre, mettre en œuvre
des politiques de contrôle des prix et des revenus
pour maîtriser les facteurs de propagation de
l’inflation.
Stabiliser et ajuster intelligemment.
Les néo-structuralistes admettent donc, comme les
U n de s poin ts de dép art de la réflex io n néo-libéraux, qu’il faut agir sur la demande nominale.
néo-structuraliste a été la reconnaissance de Ils reprennent cependant à leur compte la distinction
l’importance du choc exogène d’offre de capital introduite par les anciens structuralistes entre causes
étranger subi par l’Amérique Latine au début des de l’inflation et mécanismes de propagation. Mais,
années 80, évalué à 6% du PIB régional  , une contrairement à ces derniers, ils attribuent ici une
situation qui contraint à l’ajustement structurel. Mais plus grande importance à la maîtrise des facteurs de
s’ils ne contestent pas le principe de la stabilisation et propagation de l’inflation qu’à la lutte contre ses
de l’ajustement, les néo-structuralistes en dénoncent causes structurelles.
l’inefficacité. Pour citer Taylor (1988, p.3): “La
principale conclusion est que des politiques mieux L’idée de base est que dans les pays d’inflation
conçues auraient produit des effets plus satisfaisants p e r sist a n t e œ u v r e n t de s a n t ic ip a t io n s à la
et que les programmes de type Fonds/Banque ne se perpétuation de la hausse des prix. Dans ce contexte,
sont avérés optimaux ni en termes de stabilisation ni les différents agents tentent, par des mécanismes
en termes de croissance et de redistribution”. D’où le d’indexation institutionnalisés, de défendre leurs
projet central, énoncé par Ramos (1993, p.84) : “Le revenus réels en anticipant la prolongation de
débat est aujourd’hui centré sur la recherche l’inflation passée (Landerretche, 1992). Comme tous
d’alternatives permettant de restaurer l’équilibre au les agents font pareil, celle-ci se trouve effectivement
plus faible coût récessif possible” . reconduite (Lopes, 1986). L’inflation acquiert donc
une force inertielle telle qu’elle se propage de période
Il s’agit donc de dégager des surplus courants en période même si les causes à l’origine de la hausse
permettant d’honorer la dette externe alors que l’on finissent par disparaître (Bresser Pereira, 1986).
ne dispose plus de financement étranger. Ces surplus
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


peuvent s’obtenir, d’une part, par la compression de C’est justement la présence d’anticipations qui
l’absorption domestique et, de l’autre, par la expliquerait le danger récessif des programmes de
réallocation des ressources productives vers les stabilisation axés sur le contrôle de la demande, de la
secteurs des biens échangeables. Dans la pratique, il a monnaie et du déficit public (Ramos 1993). Si
fallu, de plus, batailler contre des processus l’objectif d’inflation implicite dans ces politiques
inflationnistes fréquemment explosifs. Dans ce s’avère inférieur aux anticipations du public, le
contexte, les néo-structuralistes s’attacheront à ralentissement de la demande nominale globale
montrer que ni les déterminants structurels de l’offre - qu’elles provoquent sera préjudiciable à la
qui commandent la réallocation des ressources - ni la production : les agents économiques ajustant leurs
nature de l’inflation, ne répondent au schéma prix en fonction de leurs propres anticipations, la
s t a ndar d q u i insp ire les reco m m andatio n s masse monétaire ! sera insuffisante pour maintenir
orthodoxes. les transactions réelles et la production aux prix
in du it s p a r l e s a n t ic ip a t io n s p r iv é e s. L es
L’inflation inertielle et les chocs hétérodoxes comportements non coopératifs des agents au
moment de fixer leurs revenus nominaux jouent dans
Pour les néo-structuralistes, le contrôle non récessif le même sens : on ne peut individuellement se
de l’inflation ne peut résulter d’un simple ajustement conformer à l’objectif implicite d’inflation sans la
nominal de la demande globale. Il faut, d’une part, garantie que tout le monde s’y conformera, sous peine
alléger la pression sur le budget public, l’Etat ayant dû de voir sa situation se dégrader (Velasco, 1991). Dans
assumer le poids de la dette externe contractée dans ces conditions, le contrôle de la demande nominale
les années précédentes et donc émettre de la monnaie doit s’accompagner du contrôle des anticipations

21 Etant donné le fort niveau d’endettement, l’arrêt virtuel des entrées de capital étranger en 1982 a placé la région dans l’obligation
d’opérer une inversion du transfert net de ressources de 1.5% du PIB avant la crise à –4.5% après, ce qui supposait le dégagement de
surplus en compte courant de même hauteur (Ramos, 1993).
22 Italiques ajoutées par les auteurs.
23 Gérée en fonction de l’objectif officiel, inférieur, d’inflation.

52
De la critique du Consensus de Washington a
NOUVEAU PARADIGME

inflationnistes. C’est là l’essence des programmes efficace”. Le raisonnement est étayé par un modèle à
connus dans les années 80 comme chocs hétérodoxes double déficit classique :
(Ikonicoff et Salama, 1987) qui comportaient des
politiques de prix et de revenus visant à induire des Y-A = X-M,
évolutions nominales de certaines variables clés
(salaires, taux de change et d’intérêt, prix de produits) où Y est le PIB, A l’absorption domestique et X-M la
conformément à l’objectif d’inflation implicite dans balance commerciale. On en déduit la séquence
les politiques monétaires et fiscales. Des orientations élémentaire : le tarissement des transferts financiers
donc opposées aux programmes orthodoxes de extérieurs oblige à dégager un excédent commercial
stabilisation qui incluent normalement des pour honorer la dette. Cela nécessitera de combiner
libéralisations abruptes des prix et des taux d’intérêt, une action directe sur X et M – au moyen d’une
ou alors se contentent d’un contrôle partiel des dévaluation – et une diminution de A. Moins l’action
anticipations. Toutefois, en dépit de quelques succès, directe sur la balance commerciale sera efficace –
comme au Mexique (et en Israël), les tentatives c’est-à-dire moins les exportations et les importations
hétérodoxes ont souvent connu l’échec (au Brésil, en seront élastiques – plus forte devra être la réduction
Argentine, au Pérou) car elles ont achoppé sur le de l’absorption.
double contrôle de la demande et des anticipations.
Ces échecs, ainsi que ceux des politiques orthodoxes, C’est ici que Ramos fait intervenir une considération
seraient d’après Sunkel et Zuleta (1990) à la base de bon sens : le secteur exportateur des pays soumis à
d’une revalorisation au sein du néo-structuralisme de l’ajustement souffre de rigidités #. C’est précisément
l’importance des facteurs structurels et de l’analyse du l’un des problèmes structurels auxquels l’ajustement
long terme. doit remédier. Quant aux importations, typiquement
composées d’inputs et d’équipements, elles sont très
Minimiser le coût récessif de l’ajustement faiblement substituables et donc pratiquement
incompressibles, sauf à diminuer le niveau d’activité,
Pour les néo-structuralistes, la reconversion Y. Comme la dévaluation ne permet pas de dégager les
productive a toujours, dans le court terme, un coût excédents commerciaux requis, c’est l’absorption qui
récessif lié à la sous-utilisation temporaire des devra supporter le poids du rééquilibrage. Or ce n’est
facteurs, en raison de la rigidité des prix et de pas A qui détermine le solde commercial, mais Y-A et
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


l’immobilité relative des facteurs. Mais, en même comme, de surcroît, Y diminue – suite à la diminution
temps, il redoutent que ce coût temporaire dépasse des importations complémentaires et autres effets
les bénéfices permanents de l’ajustement (Marfán, récessifs des dévaluations $ – la chute de l’absorption
1987), l’hétérogénéité structurelle caractéristique des sera aggravée d’autant. L’ajustement s’opère donc sur
pays en développement s’opposant au transfert de le mode récessif. De plus, la contrainte fiscale
ressources entre activités productives (Ffrench Davis, résultante peut s’avérer excessive : avec une faible
1990) ". Les politiques d’ajustement doivent donc base fiscale, l’Etat est dans l’incapacité de dégager
être adaptées aux circonstances. l’excédent budgétaire nécessité par l’ajustement
extérieur % et doit recourir à la taxe inflationniste.
Ramos (1993, p.84) donne une vue synthétique de L’accélération de l’inflation n’est donc pas une
l’argument : “L’ajustement a privilégié les mesures de déviation ou la marque de l’incompétence des
contrôle de la demande (...) au détriment des mesures ministres des finances des pays du Sud mais, au
de réallocation des ressources. Comme un ajustement contraire, un élément structurellement inscrit dans la
efficace requiert un transfert de ressources et la stratégie même de l’ajustement.
transformation de l’appareil de production, un
ajustement qui procède par choc ne peut être Gradualisme, sélectivité et lissage

24 Le coût de la sous utilisation des capacités productives a été estimé à 40 milliards de dollars par an au cours des quatre années qui ont
suivi le déclenchement de la crise en 1982 (Ffrench Davis et Feinberg, 1986).
25 Du côté de l’offre domestique comme celui de la demande mondiale. Pour une présentation théorique complète de cet argument cf.
Bacha (1984 et 1990).
26 Effet multiplicateur négatif exercé sur un pays déficitaire ( Hirschman, 1949 ; Cooper, 1971), effets inflationnistes qui diminuent le
niveau de consommation, et effets redistributifs internes (Diaz Alejandro, 1963 et Krugman et Taylor, 1978).
27 Dans le contexte de l’ajustement latino-américain Ramos situe l’effort fiscal à environ 4% du PNB. Avec une base fiscale représentant
10 à 15% du PIB, il eût fallu diminuer les dépenses ou accroître les recettes de 25 à 40%. La taille d’un tel ajustement fiscal est si énorme
qu’il présuppose une réforme fondamentale, donc du temps.

Mondes en Développement - 2001 - Tome 29 - 113/114 - 53


De la critique du Consensus de Washington a
JEAN-MARC FONTAINE et MARIO LANZAROTTI

Afin de diminuer le coût de l’ajustement, les sélectives d’incitation à la restructuration productive ;


néo-structuralistes recommandent l’application de et gérer sélectivement la réduction de l’Absorption.
politiques graduelles et sélectives, à l’opposé des
tra i te me n ts de cho c no n discrim inants. Le
gradualisme et la sélectivité sont d’abord justifiés par
l’idée générale que la réallocation des ressources est La question des réformes et de la
forcément lente pour les raisons évoquées plus haut. gestion macroéconomique
L’ouverture abrupte et généralisée à la concurrence
étrangère laisserait trop de ressources trop longtemps Sur les trois volets que comportent les programmes
sous-utilisées, avec les coûts récessifs correspondants. orthodoxes de réformes structurelles – libéralisation
Des incitations sélectives visant à promouvoir domestique, libéralisation du commerce extérieur et
temporairement certaines activités d’exportation libéralisation financière – les néo-structuralistes se
et/ou de substitution aux importations constituent un trouvent en désaccord nuancé sur les deux premiers
moyen d’accélérer la reconversion. points, et en opposition totale sur le troisième.

La question de la sélectivité concerne aussi la gestion Certes, les néo-structuralistes admettent que la mise en
de l’absorption : une réduction non-ciblée de œuvre des politiques de substitution aux importations
l’absorption sera d’autant plus forte qu’elle portera a donné lieu à des excès protectionnistes. D’où leur
également sur les non-échangeables dont l’effet direct position en faveur d’une libéralisation contrôlée,
sur la balance commerciale est faible &. La perte de assortie de recommandations de sélectivité et de
revenu par dollar épargné est donc plus forte quand gradualisme. Ils sont rejoints sur ce point par un
elle porte sur le secteur non-échangeable. A privilégier auteur au passé orthodoxe en la personne de
la diminution des dépenses publiques, qui portent McKinnon (1982) qui, en s’appuyant sur les exemples
majoritairement sur des biens non-échangeables, on de la Pologne et de l’Allemagne de l’Est, estime qu’une
choisit une voie particulièrement coûteuse de libéralisation rapide du commerce extérieur
rééquilibrage de la balance commerciale. Une provoquera l’effondrement du secteur manufacturier '.
réduction ciblée des importations aurait diminué le
coût récessif de l’ajustement. La discussion sur les réformes sera cependant
révélatrice de désaccords profonds, dépassant
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


Les néo-structuralistes reconnaissent toutefois que, largement la question de l’intelligence de l’ajustement.
face à l’énormité des ressources qu’il a fallu Ce débat vient au devant de la scène vers la fin des
abruptement dégager pour honorer la dette années quatre-vingt, au moment où le courant
extérieure, le gradualisme était difficile à mettre en néo-libéral tente lui-même de tirer des enseignements
œuvre. Un ajustement à moindre coût aurait donc des échecs des premières libéralisations. C’est alors
nécessité un desserrement de la contrainte extérieure, que l’on voit émerger les contours d’un paradigme
c’est-à-dire une attitude différente de la part du FMI. alternatif, néo-structuraliste, de développement.
Celui-ci, en imposant la résorption de la totalité du
déficit externe, alourdit inutilement l’ajustement, Pour répondre aux problèmes rencontrés par les
alors qu’il suffisait d’en résorber la partie permanente, libéralisations, le courant néo-libéral a bâti une
la partie transitoire (liée aux chocs exogènes approche en termes de périodisation des réformes
transitoires) pouvant être supportée par le (timing and sequencing) (Krueger, 1986 ou Michaely,
financement international. 1986)!, que les néo-structuralistes ont récusée. Ainsi,
pour Fanelli et Frenkel (1994, p. 608) : “L’évaluation
En matière d’ajustement structurel, les principaux de s e xp é r ie n c e s de r é f o r m e e n t e r m es d e
enseignements qui se dégagent de l’analyse périodisation correcte ou défectueuse repose sur une
néo-structuraliste sont par conséquent qu’il faut forte hypothèse a priori : une libéralisation
œuvrer pour obtenir un lissage dans le temps du correctement ordonnancée mettra toujours
transfert des ressources lié au remboursement de la l’économie sur une voie stable avec un taux de
dette étrangère ; utiliser des mesures transitoires et croissance élevé. Cette hypothèse a pour seul

28 Ils n’allègent la facture d’importations qu’en fonction de leur contenu en inputs importés, traditionnellement faible.
29 On lui doit aussi la fameuse phrase “La libéralisation d’une économie fortement encadrée est semblable à la traversée d’un champ de
mines : chaque pas risque d’être le dernier” (McKinnon, 1991).
30 L’exercice consiste à repérer, en fonction de la vitesse de réaction des divers marchés, l’ordre dans lequel ils devraient être libéralisés.
Une des recommandations centrales consiste à ne procéder à la libéralisation du compte de capital “qu’après que les ressources
intérieures auront réagi aux signaux des politiques modifiées” (Kueger, 1986, p.30)

54
De la critique du Consensus de Washington a
NOUVEAU PARADIGME

fondement les convictions tirées de modèles Cette mécanique avait pu être observée et dénoncée
simplistes. Il n’y a pas de raison d’exclure a priori la lors des premières libéralisations financières dans le
possibilité de scénarios explosifs ou d’équilibres de cône sud de l’Amérique Latine dans les années 70
stagnation”. (Zhaler, 1991). Aussi, lors de la reprise des entrées de
capital en Amérique Latine au début des années 90 les
Plus précisément, “l’ouverture financière tend à créer néo-structuralistes s’opposeront à l’ouverture non
des problèmes systémiques quel que soit l’ordre dans sélective du compte de capital, afin d’éviter des
lequel on libéralise les marchés (....) La libéralisation futures déstabilisations par envol des capitaux de
financière interne renforce le lien entre inflation et court terme. Ils proposaient une régulation des
taux d’intérêt, la libéralisation externe (…) affaiblit le entrées capable, par une taxation ad hoc ou par des
lien entre inflation et taux de change. Aussi, les écarts contrôles quantitatifs, de décourager l’afflux des
entre taux d’inflation se reflètent-ils plus facilement capitaux de court terme et spéculatifs, tout en
dans le différentiel de taux d’intérêt nominaux que a dm e t t a n t l e s c a p it a u x c a n a l isa b l es vers
dans l’évolution du taux de change nominal” (Akyüz, l’investissement productif à hauteur des capacités
1994, p. 541). La libéralisation financière prédispose d’absorption des économies (French-Davis et al.,
les économies à des épisodes récurrents de 1994). Seul le Chili a appliqué de manière
réajustements brutaux sous forme de crises financières, systématique ce type de politique, raison pour
illustrés par le mécanisme pervers des capitaux laquelle il aurait échappé à l’effet “tequila”! qui a suivi
volatiles, sur lequel on reviendra. l’aboutissement au Mexique, en 1994, du mécanisme
pervers dénoncé par les néo-structuralistes
Mais la question de la réforme financière conduit aussi (French-Davis, 1996). Cette même configuration se
à des considérations de long-terme et de stratégie retrouvera lors de la crise asiatique de 1997 : afflux de
d’industrialisation. Le centre de l’argument est que, par capital spéculatif, appréciation réelle, creusement du
opposition au financement direct sur le marché déficit extérieur et fuite. Les fameux encajes!! chiliens
financier, le financement de l’industrie par les banques ont alors été au centre des discussions liées à la prise
sur les modèles Allemands ou Japonais! réduit le coût de conscience, beaucoup plus large cette fois-ci, des
du capital pour l’industrie. Il favorise les stratégies dangers des capitaux volatiles.
industrielles et engendre une forme d’efficacité
financière de long-terme compatible avec les On notera que la régulation proposée des entrées de
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


politiques de développement (Akyüz, 1994). De capital étranger influe l’ensemble de la politique
même, l’ouverture à l’investissement étranger direct macroéconomique. Pour éviter l’appréciation réelle
(IDE), très conseillée par les néo-libéraux, suscite des transitoire de la monnaie nationale, on ne peut se
doutes chez les néo-structuralistes. En effet, une borner à la régulation des flux des capitaux. Il est
ouverture non sélective vis-à-vis de l’IDE leur semble nécessaire de conduire une politique monétaire qui
susceptible d’inhiber le développement des capacités évite l’apparition de différentiels trop attractifs de
technologiques nationales (Lall, 1995 ; Katz, 2000), taux d’intérêt. Ceci limite le rôle du taux d’intérêt
une question pour eux capitale. On reviendra sur ce local dans le contrôle de l’inflation. La gestion de la
point. demande globale exige donc que la politique
monétaire soit complétée par une politique fiscale,
Le problème des capitaux volatiles notamment en recourant à des taxes flexibles selon la
conjoncture. La politique de change doit également
Pour les néo-structuralistes la volatilité des capitaux s’adapter et éviter la fixité du taux de change, qui
étrangers de court terme ou à caractère spéculatif favorise l’appréciation réelle mécaniquement (du fait
s er ait u n e so urce m ajeure d’insta b il it é des différentiels d’inflation) et indirectement (en
macro-économique. Ces capitaux favoriseraient, en octroyant une garantie de change qui encourage
période d’entrée, la surévaluation des monnaies l’entrée des capitaux). Or, du point de vue de la
nationales et l’émergence de déficits en compte croissance à long terme, les fluctuations du taux de
courant insoutenables dans le long terme ; ils change – préjudiciables à la production de biens
provoqueraient, lors des inévitables retournements, échangeables – doivent être évitées. D’où la
des dévaluations excessives. proposition de systèmes de flottement administré

31 On retrouve là un des grands enseignements de Gerschenkron (1966).


32 Contagion dans la fuite des capitaux hirondelle.
33 Dépôt d’une fraction des transferts financiers sur un compte non rémunéré.

Mondes en Développement - 2001 - Tome 29 - 113/114 - 55


De la critique du Consensus de Washington a
JEAN-MARC FONTAINE et MARIO LANZAROTTI

(dirty floating) donnant une lisibilité à la trajectoire L’évaluation très négative faite par le courant
du taux de change réel (French-Davis et al., 1994). néo-libéral de l’industrialisation par substitution aux
importations à la latino-américaine est bien illustrée
Le recours au flottement administrée du taux de par Krueger (1974). Les traits dominants en seraient
change traduit un souci fondamental des l’inefficacité productive généralisée et l’existence de
néo-structuralistes : celui de l’articulation de la gestion comportements rentiers. C’est donc l’intervention
macroéconomique aux objectifs de la croissance à étatique qui est tenue pour principale responsable de
long terme. Cette même préoccupation est exprimée la crise de l’endettement des années 80,
par Ramos (2000) quand il dénonce les effets négatifs indépendamment des divers chocs exogènes que les
sur l’investissement des politiques anti-inflationnistes économies latino-américaines ont subis à l’époque.
trop axées sur le taux d’intérêt ; il propose alors que la
Banque Centrale gère le taux de cotisations retraite en Tout en admettant les excès du protectionnisme
fonction de la conjoncture pour agir sur la pratiqué en Amérique Latine, les néo-structuralistes
consommation, le taux de cotisation moyen restant vont tenter de redresser le diagnostic néo-libéral
constant à terme. selon plusieurs axes. Par une réévaluation, d’abord,
des acquis de la croissance par substitution aux
Or, la prise en compte du long-terme par les importations (Amadeo, 1999) ; par l’attribution
néo-structuralistes ne se limite pas à signaler un ensuite d’une responsabilité déterminante aux chocs
besoin abstrait de cohérence inter-temporelle. Elle se extérieurs dans la crise ; par la réinterprétation
prolonge en une réflexion très riche sur les objectifs finalement des politiques économiques appliquées
mêmes de la politique de long terme. dans les pays asiatiques à croissance rapide.

L’idée extrêmement négative que les néo-libéraux se


font des trois décennies qui précédent la crise des 80
Politique industrielle et technologique ne se justifie pas en effet au vu des indicateurs
économiques et sociaux de l’époque. Hirschman
Le recours à la politique industrielle a été fortement (1986) parle, au contraire, des “trente glorieuses
mis en question dans les années 80 par le paradigme latino-américaines” pour caractériser la période
de croissance proposé par Balassa (1978,1981,1988), 1950-81, au cours de laquelle le Produit Régional par
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


qui établissait une relation biunivoque entre les habitant double pratiquement et les niveaux
phases de l’industrialisation et le type de politique d’éducation et de santé s’améliorent significativement.
économique appliquée. La typologie des politiques Pour Katz et Kosacoff (1998) la substitution aux
économiques était construite par référence à la importations a été le cadre d’un apprentissage
neutralité des incitations accordées respectivement à technologique et institutionnel et a conduit à
l’exportation et à la substitution aux importations. l’émergence d’une base technologique nationale. Des
Dans cette conception, on passait d’une phase initiale enquêtes micro-économiques menées auprès
d e su b stitu tion aux im p o rtatio ns de bi e n s d’établissements industriels latino-américains
ma nu factu r é s l égers avec un faible bia is montrent en effet que des entreprises ayant au départ
anti-exportateur à une phase d’exportation de des niveaux de productivité très faibles deviennent
produits manufacturés associée à une politique progressivement plus efficaces grâce à une adaptation
économique neutre. Cette séquence était censée technologique (Katz, 1986, 1987). Cette évolution ne
représenter le parcours des NPI asiatiques, les pays pouvant se faire dans un cadre non protégé, la phase
latino-américains s’étant quant à eux fourvoyés dans de substitution aux importations apparaît comme une
une deuxième phase de substitution aux importations condition préalable à l’orientation de l’activité
d’inputs industriels et biens de capital nécessitant un m a n u f a c t u r iè r e v e r s l ’e xp o r t a t io n , q u e les
fort biais anti-exportateur. Ce paradigme, nous le néo-structuralistes appellent de leurs vœux.
verrons, sera fortement contesté par toute une série
d’études empiriques, ce qui finira, paradoxalement, La responsabilité principale de la crise des années 80
par placer le courant néo-libéral sur une position ne devrait pas dans ces conditions être attribuée aux
défensive!". effets pervers des politiques industrielles appliquées
par les Etats, mais aux divers chocs extérieurs subis à
Le débat sur le diagnostic l’époque par les pays de la région. Il est vrai que des
estimations quantitatives des chocs suggèrent qu’ils
ont été d’importance comparable dans les pays

34 Pour une analyse plus détaillée de ces évolutions voir Lanzarotti (1999)

56
De la critique du Consensus de Washington a
NOUVEAU PARADIGME

asiatiques, sans que ceux-ci basculent pour autant Mais la réappréciation positive de l’industrialisation
dans la crise (Balassa, 1984 ; Sachs, 1985). Mais ces latino-américaine par les néo-structuralistes ne les
travaux ne tiennent pas compte d’un choc spécifique à conduit pas à en oublier les faiblesses. En classant les
la région latino-américaine, à savoir le choc d’offre de pays latino-américains selon le rythme de croissance
capital provoqué par l’arrêt de l’afflux de capital et les inégalités de revenu, Fajnzylber (1990) montre
étranger, qui s’ajoute aux chocs de demande (dus à la que dans la période 1970-87 la “case” correspondant à
récession internationale), de taux d’intérêt (dus aux la croissance rapide avec équité est vide, ce qu’il
pol itiq u e s mo nétaires restrictives des p a y s associe à leurs faiblesses technologiques. Pour Sunkel
industrialisés) et de termes de l’échange. Singh, (1993) le facteur qui a le plus pesé dans cette situation
(1995) estime que les pays asiatiques n’auraient est le caractère imitatif du modèle de consommation
probablement pas échappé à la crise s’ils avaient subi des classes moyennes et supérieures latino-
un choc d’offre de capital comparable. Pourquoi y américaines. C’est ce qui aurait conduit à la
ont-ils échappé, alors que leurs paiements extérieurs production locale des biens correspondants, à sa
étaient dans une situation analogue à celle des pays protection excessive et à l’orientation exagérée vers le
latino-américains ? Pour Singh les banques auraient eu marché interne. Ceci dans un contexte de distribution
un comportement moutonnier et un effet de inégalitaire du revenu et au détriment de l’emploi et
contagion aurait eu lieu en Amérique Latine. Ces de la consommation populaire.
propos prennent un relief particulier à l’aune de ce
qui s’est passé une quinzaine d’années plus tard dans Pour les néo-structuralistes, il s’agit donc de remplir la
la région asiatique : un choc d’offre de capital qui l’a case vide. Or une politique d’ouverture radicale et
effectivement fait basculer dans la crise. Certains n a ïv e n e f e r a it q u ’a c c e n t u e r l e s t e n d a nc es
auteurs ont expliqué ce choc en termes de panique mimétiques, affaiblir l’entreprise nationale et
des investisseurs étrangers, écartant l’idée qu’il renforcer la spécialisation sur les ressources
pouvait être justifié par le mauvais l’état des naturelles. Il faut donc définir une nouvelle stratégie
économies de la région, considérées au contraire de développement à long terme qui mette l’accent sur
comme structurellement saines (Radelet et Sachs ; l’incorporation, à la fois, du progrès technique et des
1998, 1999). secteurs populaires à l’activité économique. La CEPAL
(1990, 1992) parlera de “transformation productive
Les néo-structuralistes latino-américains ont par avec équité”. Fajnzylber (1983) de création d’un
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


ailleurs contesté l’analyse néo-libérale des politiques “noyau endogène de dynamisation technologique ”!$.
économiques appliquées dans les pays asiatiques de Plus précisément, le noyau endogène est un système
croissance rapide. Ils se sont inspirés des recherches où s’articulent des activités de production
faites par des économistes hétérodoxes d’autres technologiquement porteuses, leurs fournisseurs,
régions (Amsden, 1989 ; Lall, 1990 ; Wade, 1990)!# qui des institutions d’éducation, de formation et de
montraient la présence dans des pays comme la Corée recherche développement, des agences étatiques
du Sud et Taiwan de politiques étatiques actives et fixant les grandes orientations, des politiques, des
sélectives, ce que la Banque Mondiale (1993) a fini par normes. De la même manière, Sunkel (1993) parle d’un
admettre tout en émettant des doutes quant à leur “développement depuis l’intérieur” par opposition à
impact réel et à la possibilité de les reproduire ailleurs. une fausse alternative entre “développement vers
Les néo-structuralistes vont au contraire y voir la intérieur” et “développement vers l’extérieur”. Peu
confirmation du bien fondé de l’action étatique et de importe le marché auquel on s’adresse pourvu que
la sélectivité. l’on développe des productions efficaces en
améliorant les conditions de vie de la population.
Cette nouvelle dynamique d’interfécondité entre
économistes hétérodoxes d’horizons différents On retrouve cette position chez Ramos (2000).
semble aboutir, dans les années 90, à l’émergence Analysant les années d’ajustement structurel dans une
d’une réflexion commune sur les contenus des optique de long terme, il constate que la case vide
politiques industrielles et technologiques à mettre en tend à se perpétuer. La croissance et la productivité
œuvre dans le monde en développement. exhibent des performances inférieures à celles de la
période d’industrialisation par substitution aux
La stratégie industrielle et technologique importations, tant dans les années 80 que dans les

35 Voir aussi Lanzarotti (1992).


36 À savoir d’une trajectoire sectorielle d’apprentissage technologique conduisant à une nouvelle insertion internationale, simultanément
avec une plus grande articulation et équité sociales (l’exclusion sociale ne pouvant qu’introduire de l’incertitude et porter préjudice à
l’investissement).

Mondes en Développement - 2001 - Tome 29 - 113/114 - 57


De la critique du Consensus de Washington a
JEAN-MARC FONTAINE et MARIO LANZAROTTI

années 90!%. La faiblesse de la productivité résulterait avantages évidents, comme ceux qui reposent sur les
des archaïsmes technologiques et de relations ressources naturelles, seraient loin de couvrir
industrielles autoritaires et conflictuelles. Cette l’ensemble des activités potentiellement intéressantes
situation traverse tous les secteurs avec des et s’en contenter serait un renoncement. Il faudrait
différences énormes entre entreprises au sein même par conséquent un effort particulier d’identification et
des secteurs. On voit ici réapparaître le problème de d’acquisition des avantages comparatifs dans lequel
l’hétérogénéité structurelle, mais aggravé par l’Etat devrait jouer un rôle central. La sélectivité
l’ajustement structurel : seule une petite fraction des apparaît ainsi comme un trait naturel de la politique
entreprises aurait réussi à s’approprier les meilleures de développement.
pratiques internationales. La lenteur de la diffusion de
la modernisation limite le nombre d’emplois à forte Lall (1994) critique pour sa part l’hypothèse
productivité et le niveau des salaires, de sorte que la néo-classique d’une technologie non onéreuse et
question de la concentration du revenu reste entière. absorbée passivement par les firmes des pays en
On rejoint ainsi l’explication fournie par Oshima développement. La maîtrise effective des technologies
(1994) de la brièveté de la phase ascendante de la importées suppose un processus d’apprentissage
courbe en U inversée de Kuznets dans les pays coûteux et risqué, les technologies ayant toujours des
asiatiques : la diffusion relativement rapide de la éléments tacites par définition non transmis. L’étape
modernisation manufacturière. En Amérique Latine suivante, celle de l’innovation à partir des
on serait exactement dans la configuration inverse. technologies transférées, comporte, elle aussi, des
coûts d’apprentissage. D’autres facteurs hors-marché
L’Intervention Sélective et la Réhabilitation pèsent sur ces processus de développement des
du rôle de l’Etat capacités technologiques, notamment les externalités
technologiques, selon lesquelles des activités
Contrairement à la Banque Mondiale (1991, 1993) qui interdépendantes ne peuvent planifier leurs
recommande des interventions minimales et non investissements sans anticiper l’apprentissage
sélectives face à d’éventuelles imperfections du technologique de l’autre. Ce genre de défaillance du
marché, les néo-structuralistes défendent avec force la m a r c h é , q u i a p p e l l e de s in t e r v e n t io n s d e
nécessité d’interventions ambitieuses visant à coordination des investissements, est plus ou moins
promouvoir certains secteurs spécifiques de important selon les activités. Là encore, l’intervention
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


production. Leurs positions sont fondées sur le rejet se doit d’être sélective afin de maximiser l’impact
de la théorie orthodoxe de l’avantage comparatif et de dynamique des externalités.
son corollaire libre échangiste.
En raison de ces interdépendances, le développement
Ceci se justifie d’abord par le contexte international. technologique est considéré par Lall et Teubal (1998)
L’économie mondiale est caractérisée par de telles comme un processus d’apprentissage collectif,
asymétries dans la distribution des connaissances et traversé par de lourdes externalités, des effets de
du pouvoir que l’application par les pays en diffusion, des échanges délibérés d’informations et
développement de politiques de libre échange ne autres comportements coopératifs. Il doit par
peut conduire qu’à la concentration des gains entre conséquent être un objet privilégié de la politique
les mains des plus puissants. On notera que ce industrielle. L’apprentissage collectif doit de plus
raisonnement se trouve conforté par les statistiques s’appuyer sur un système éducatif et de formation, des
sur la répartition de la richesse mondiale après deux institutions de recherche, des infrastructures
décennies de libéralisation. technologiques, etc., qui fournissent aux entreprises
des inputs qu’elles ne peuvent se procurer
Le caractère statique de l’approche orthodoxe est internement. Etant donné le caractère systémique de
également en cause. Pour French-Davis (1990) le l’apprentissage et des défaillances du marché, il faut
développement économique suppose surtout une des politiques intégrées et cohérentes, et non pas des
efficacité dynamique conduisant à l’expansion de la interventions isolées par produits ou marchés. Le
frontière productive. Or, dans les économies diagnostic de la dynamique actuelle du changement
naissantes il y aurait des externalités dynamiques technique en Amérique Latine semble justifier ces
substantielles, des économies d’échelle et de propositions : quasi-absence de RD formelle au sein
spécialisation, rendant diffus les avantages des firmes, segmentation entre les institutions
comparatifs. Ceux-ci ne pourraient émerger publiques de science et technologie et les activités
spontanément dans un marché auto-régulé. Les productives (Rodriguez, 1993).

37 Pour un diagnostic concordant voir aussi CEPAL (2000).

58
De la critique du Consensus de Washington a
NOUVEAU PARADIGME

paradigme néo-structuraliste a eue et peut encore


Conclusion avoir sur ce processus. Certains néo-structuralistes
notoires ont d’ailleurs participé à l’élaboration de
Après une phase d’émergence au cours de la première
rapports récents de la Banque Mondiale. Toutefois
partie des années quatre-vingts, où il s’est concentré
force est de constater que cette réflexion semble pour
sur la politique de court terme, le courant
l’instant prendre un tout autre chemin. Ce n’est pas le
néo-structuraliste va progressivement réincorporer le
fondement même des programmes d’ajustement
souci du long terme et s’enraciner plus fermement
structurel qui est mis en question, mais surtout l’idée
dans la tradition Cépalienne. On aboutit ainsi, au
que l’on puisse contraindre un pays à les appliquer
tournant du siècle, à la formation d’un nouveau
par le mécanisme classique de conditionnalité des
paradigme de développement, c’est-à-dire d’un cadre
prêts. On a ainsi assisté à la création de nouveaux
global de réflexion sur la question du développement
systèmes de prêts où, pour accéder au financement,
et des politiques de développement. Les fondements
les pays intéressés doivent élaborer internement et
théoriques de ce paradigme sont pour partie ceux du
démocratiquement des programmes contre la
structuralisme, mais ils empruntent aussi à d’autres
pauvreté et pour la croissance, dans le respect de la
cou r an ts de la p ensée éco no m ique , a u
philosophie économique et institutionnelle des
post-keynésiannisme, à l’évolutionnisme, au
bailleurs de fonds. L’aide doit aller là où il y a des
néo-classicisme hétérodoxe, voire à l’école de la
environnements sains (good policy environments). Il
régulation.
s’agit donc d’une sorte de déplacement de la
conditionnalité qui soulève toute une série
On peut, en schématisant, énoncer les quelques d’interrogations que l’on ne peut aborder ici. On
grands principes sur lesquels repose le paradigme notera toutefois que dans la mesure où l’initiative
néo-str u ctu r aliste. Le p rem ier c’est q u e l e d’élaboration revient aux pays bénéficiaires,
développement économique nécessite de politiques l’influence néo-structuraliste devra, plus que dans le
de long terme, industrielles et technologiques, dans la passé, s’exercer davantage au niveau national.
mesure où les avantages compétitifs des pays sont
spontanément diffus et stériles, en raison de
Reste la question du rôle d’Etat, qui est très actif dans
l’existence généralisée de phénomènes hors marché
l’approche néo-structuraliste. Comment se protéger
et d’hétérogénéité structurelle. Deuxièmement,
du danger d’apparition, dans le cadre de politiques
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


l’objectif stratégique de ces politiques doit être
industrielles sélectives, de comportements rentiers
l’émergence d’un noyau endogène de dynamisation
aux effets pervers ? Pour Teubal (1990) la logique
technologique, ce qui comporte non seulement des
même de la politique industrielle néo-structuraliste
facteurs économiques mais aussi sociaux et
devrait s’y opposer. Une définition claire des objectifs
institutionnels. Ce noyau doit contribuer à la diffusion
et un cadre rigoureux de référence devrait permettre
du progrès technique et à une large incorporation des
d’identifier et de prévenir toute tentation affairiste, et
populations à l’économie moderne ; c’est en quelque
une vision de long-terme devrait permettre de tenir
sorte le vecteur de l’homogénéisation structurelle.
les intérêts corporatifs en lisière en spécifiant à
Troisièmement, la stabilité économique, la bonne
l’avance les activités appelées à se restructurer.
gestion du court terme, sont des conditions
nécessaires à la croissance à long terme. Toutefois, il
Or, cela suppose un comportement exigeant de l’Etat
n’existe pas de politique macroéconomique unique et
dont aucun mécanisme n’assure a priori le bon
de validité universelle ; certains outils de la politique
aboutissement. L’allusion au contrôle citoyen porte la
économique peuvent dans certaines conditions être
marque d’une vision quelque peu naïve et angélique
contre-productifs du point de vue du long terme, en
de l’Etat démocratique, qui n’est pas sans rappeler la
décourageant l’investissement ou en gênant
conception du marché chez les néo-libéraux. On
l’efficacité de l’allocation des ressources. La politique
touche, ici, aux limites de l’analyse économique. Mais
de court terme doit aussi être pensée en fonction du
là où la naïveté néo-libérale s’incarne dans un
long terme : il faut une cohérence inter-temporelle
processus économique global qui ferme le paradigme
des politiques économiques.
sur lui-même, la référence à l’Etat des économistes
néo-structuralistes s’ouvre, au contraire, sur un appel
Les problèmes de pauvreté et d’inégalité corrélatifs à
fructueux à d’autres disciplines sociales.
la mise en œuvre des programmes d’ajustement
structurel ont poussé les institutions de Bretton
Woods à des révisions significatives de leurs positions
au cours des dernières années. Ces révisions vont
probablement continuer dans les années à venir et on
peut se poser la question de l’influence que le

Mondes en Développement - 2001 - Tome 29 - 113/114 - 59


De la critique du Consensus de Washington a
JEAN-MARC FONTAINE et MARIO LANZAROTTI

Références bibliographiques CEPAL (2000), Equidad, desarrollo y ciudadanía, Naciones Uni-


das, Santiago de Chile.

AKYÜZ Y. (Ed.) (1994), “L’ouverture hétérodoxe : politiques et COOPER R.N. (1971), “Devaluation and agregate demand in
réformes économiques pour les années 90", N° spécial de la Revue Aid-Receiving Countries” in Bhagwati J.N., Jones R.W., Mundell
Tiers-Monde, 139 vol. xxxv. R.A. et Vanek J. (Eds.) : Trade, Balance of Payments and Growth,
North Holland Publishing Company, Amsterdam.
AKYÜZ Y. (1994), “Libéralisation financière, mythes et réalités”
in Akyüz Y. (Ed.) : “L’ouverture hétérodoxe : politiques et réfor- DIAZ ALEJANDRO C. (1963), “A note on the impact of devalua-
mes économiques pour les années 90", N° spécial de la Revue tion and the redistributive effect”, Journal of Political Economy,
Tiers-Monde, 139 vol. xxxv. N°71.

AMADEO E.J. (1999), “Opening, Stabilization and Macroecono- FAJNZYLBER F. (1983), La industrializacion trunca, Nueva
mic sustainability in Brazil”, in TAYLOR L. (Ed.) : After Neoli- Imagen, México.
beralism, what next for Latin America ? University of Michigan
Press, Ann Arbor. FAJNZYLBER F. (1990), "Industrialización en América Latina :
de la caja negra al casillero vacío", Cuadernos de la Cepal N°60,
AMSDEN A. (1989), Asia’s Next Giant. Oxford University Press, Naciones Unidas, Santiago de Chile.
New York.
FANELLI J.M. et FRENKEL R. (1994), “Gradualisme, traitement
BACHA E. L. (1984), “Growth With Limited Supplies Of Foreign de choc et périodisation” in Akyüz Y. (Ed.) : “L’ouverture hétéro-
Exchange : A Reappraisal of The Two-Gap Model” in Syrquin, doxe : politiques et réformes économiques pour les années 90", N°
M., Taylor L. and Westphal L. (Eds.) : Economic Structure and spécial de la Revue Tiers-Monde, 139 vol. xxxv.
Performance : Essays in Honour of Hollis B. Chenery, Academic
Press, New-York. FFRENCH DAVIS R. et R. FEINBERG (Eds) (1986), Más allá
de la crisis de la deuda. Bases para un nuevo enfoque, Ediciones
BALASSA B. (1984), “Adjustement Policies in developing coun- CIEPLAN, Santiago de Chile.
tries : A reassessment ”, World Development, N° 9 vol.12.
FFRENCH DAVIS R. (1990), “Ventajas comparativas dinámicas
BALASSA B. (1978), “Exports and Economic Development : : un planteamiento neoestructuralista” in Elementos para el diseño
Further Evidence”, Journal of Development Economics N°5 de políticas industriales y tecnológicas en América Latina, Cua-
(june). dernos de la CEPAL N°63, Naciones Unidas, Santiago de Chile.

BALASSA B. (1981), The Newly-Industrializing Countries in the FFRENCH-DAVIS R. (1993), “Capital Formation and the Ma-
World Economy, Pergamon Press, New York. croeconomic Framework : a Neostructuralist Approach” in
Sunkel, Osvaldo, Development from Within : Toward a Neostruc-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


BALASSA B. (1988), “The Lessons of East Asian Development : turalist Approach for Latin America, Lynne Riener, Boulder &
an Overview”, Economic Development and Cultural Change N°3 London, London.
vol.36 supplement.
FFRENCH-DAVIS R. et al. (1994), “International competitive-
BANQUE MONDIALE (1991), Le Défi Du Développement. Rap- ness and the macroeconomics of capital account opening”, UNC-
port sur le développement dans le monde. TAD Review 1994.

BANQUE MONDIALE (1993), The East Asian Miracle : Econo- FFRENCH DAVIS R. (1996), “Capitales golondrina, estabilidad
mic growth and public policy, Oxford University Press, New York. y desarrollo” in Urriola R. (Ed.) : La globalizacion de los desajus-
tes, Editorial Nueva Sociedad, Caracas.
BERTHOMIEU C. et EHRHART C. (2000), “Le néostructura-
lisme comme fondement d’une stratégie de développement alter- FONTAINE J-M. (1993), “Demande et Investissement dans le
native aux recommandations neoliberales”, Economie Appliquée, processus d’Ajustement” in La Réhabilitation de la Demande N°
N°4 Tome LLIII. spécial Revue Tiers-Monde, Juillet-Septembre, 135 vol. XXXIV

BHADURI A. et MARGLIN S. (1990), “Unemployment and the FRENKEL R., FANELLI J.M. et ROZENWURCEL G. (1992),
real wage : the economic basis for contesting political ideologies”, “Réformes du commerce extérieur et ajustement en Amérique La-
Cambridge Journal of Economics, N°14. tine : le syndrôme d’hystérésis” in Fontaine J.M. (Ed.) : Réformes
du Commerce Extérieur et Politiques de Développement, PUF, Pa-
BOWLES S. et BOYER R. (1990), “A Wage-led Employment Re- ris.
gime : Income Distribution, Labour Discipline and Aggregate De-
mand in Welfare Capitalism” in Marglin S.A. et Schor J.B. (Eds.) : GERSCHENKON A. (1966), Economic Backwardness in Histo-
The Golden Age of Capitalism, Claredon Press, Oxford. rical Perspective, Harvard University Press, Harvard.

BRESSER PEREIRA (1986), “Inflacao inercial, choque hetero- GUILLÉN ROMO H. (1994), “De la pensée de la CEPAL au néo-
doxo no Brasil”, Revista de Economia Politica N°3 vol. 6 libéralisme, du néo-libéralisme au néo-structuralisme : une revue
de la littérature sud-américaine”, Tiers Monde , N° 140 vol. XXXV.
CEPAL (1990), Transformación Productiva con Equidad. La ta-
rea prioritaria del desarrollo de América Latina y el Caribe en los HIRSCHMAN A. (1949), “Devaluation and the trade Balance : a
años noventa, Naciones Unidas, Santiago de Chile. Note” The Review of Economics and Statistics, N°23.

CEPAL (1992), Equidad y Transformación Productiva : un Enfo- HIRSCHMAN A. (1986), The Political Economy of Latin Ameri-
que Integrado , Naciones Unidas, Santiago de Chile. ca Development : seven exercises in retrospection, International
Congress of the Latin American Studies Association, Boston.

60
De la critique du Consensus de Washington a
NOUVEAU PARADIGME

IKONICOFF M. et SALAMA P. (1987), “Les Politiques d’Ajus- LOPES F. (1986), O choque heterodoxo, Editoria Campus, Rio de
tement : Orthodoxie ou hétérodoxie ?”, N° spécial de la Revue Janeiro.
Tiers-Monde, 109 vol.XXVIII.
LUSTIG Nora (1991), “From Structuralism to Neostructuralism :
KALDOR Nicholas (1956), “Alternative Theories of Distribu- the search of a heterodox paradigm” in Meller Patricio (Ed.), The
tion”, Review of Economic Studies, N°23. Latin American development debate : neostructuralism, neomone-
tarism, and adjustment processes , Westview, Boulder, Colorado.
KALECKI M. (1955), “El Problema del Financiamiento del De-
sarrollo Económico”, El Trimestre Económico, N°4 vol.21. MALINVAUD E. (1980), Profitability and Unemployment, Cam-
bridge University Press, Cambridge et Maison des Sciences de
KALECKI M. (1971), “Class struggle and distribution of national l’Homme, Paris.
income” in Selected Essays on the Dynamics of Capitalist Econo-
my, 1933-70,Cambridge university Press, Cambridge. MARFÁN M. (1987), “Reactivación y restricción externa : el rol
de la política fiscal”, Colección Estudios CIEPLAN, N° 22, Santia-
KATZ J. (1986), Desarrollo y crisis de la capacidad tecnológica go de Chile.
latinoamericana. El caso de la industria metalmecánica, CEPAL,
Buenos Aires. MARGLIN S.A. et BHADURI A. (1990), “Profit Squeeze and
Keynesian Theory” in Marglin S.A. et Schor J.B. (Eds.) : The Gol-
KATz J. (éd) (1987), Technology Generation in Latin America den Age of Capitalism, Claredon Press, Oxford.
Manufacturing Industries, Macmillan, Londres.
MARGLIN S.A. et SCHOR J.B. (Eds.) (1990), The Golden Age of
KATZ J. (2000), “Pasado y presente del comportamiento tec- Capitalism, Claredon Press, Oxford.
nológico de América Latina”, CEPAL : Serie Desarrollo Produc-
tivo N°75 ; Naciones Unidas, Santiago de Chile. McKINNON R. (1973), Money and Capital in Economic Deve-
lopment, The Brookings Institution, Washington.
KATZ J. et KOSACOFF B. (1998), “Aprendizaje tecnológico, de-
sarrollo institucional y la microeconomia de la substitucion de im- McKINNON R. (1982), “The Order of Economic Liberalization :
portaciones” in Desarrollo Economico N° 148 vol.37. Lessons from Chile and Argentina”, Carnegie-Rochester Con-
ference Series on Public Policy, N°17.
KRUEGER A.O. (1974), “The political economy of the rent
seeking society”, American Economic Review N°3 vol.64. McKINNON R. (1991), The Order of Economic Liberalization.
Financial Control in the Transition to a Market Economy, Johns
KRUEGER A.O. (1986), “Problems of liberalization” in Choski Hopkins University Press, Londres.
M.A. et PapageorgiouD. (Eds.) : Economic Liberalization in De-
veloping Countries, Basil Blackwell, Londres. MELLER Patricio (Ed) (1991), The Latin American development
debate : neostructuralism, neomonetarism, and adjustment pro-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur


KRUEGER A.O. (1992), Economic policy reform in developing cesses, Westview, Boulder, Colorado.
countries, Basil Blackwell, Oxford.
MICHALLY M. (1986), “The Timing and Sequencing of a Trade
KRUEGER A.O. (1993), Political economy of policy reform in de- Liberalization Policy” in Choski M.A. et PapageorgiouD. (Eds.) :
veloping countries, MIT Press, Cambridge, Mass. Economic Liberalization in Developing Countries , Basil
Blackwell, Londres.
KRUGMAN P. et TAYLOR L. (1978), “Contractionary Effects of
Devaluation”, Journal of International Economics, N°8. OSHIMA H.T. (1994), “The Impact of Technological Transorma-
tion on Historical Trends in Income Distribution of Asia and the
LALL S. (1990), Building Industrial Competitiveness in Develo- West”, The Developing Economies, N°3 vol.XXXII.
ping Countries, OECD Developement Centre, Paris.
RADELET S. et SACHS J. (1998), “The East Asian Crisis: Diag-
LALL S. (1994), “Industrial Policy : The role of government in nosis, Remedies, Prospects”, Brookings Panel 26-27 mars, Wa-
promoting industrial and technological development”, UNCTAD shington D.C.
Review 1994.
RADELET S. et J. SACHS (1999), “What have we learned, so far,
LALL S. (1995), “Industrial Strategie and policies on foreign di- from the Asian financial crisis ?” Miméo, Harvard Institute for In-
rec investment in East Asia” in Transnational Corporations N°3 ternational Development.
vol.4.
RAMOS J. (1993), “Macroeconomic Equilibria and Deve-
LALL S. et M. TEUBAL (1998), “Market-Stimulating Technolo- lopment” in Sunkel op.cit.
gy Policies in Developping Countries : A Framework with Exam-
ples from East Asia”, World Development, N°8vol.26. RAMOS J. (2000), “Hacia una segunda generación de reformas.
Políticas de competitividad en economías abiertas”; Trimestre
LANDERRETCHE O. (1992), “Inflación moderada y persistente Economico, N°26 vol.LXVII (1).
en una economía heterogénea y periférica : el caso colombiano
1970-1990" in Sarmiento E. (Ed) : Cambios estructurales y creci- RAMOS J. et SUNKEL O. (1993), “Toward a Neostructuralist
miento : 20 años de experiencia en Colombia, Tercer Mundo Edi- Synthesis”, in O. Sunkel (Ed.) : Development from Within : To-
tores, Bogotá. ward a Neostructuralist Approach for Latin America, Lynne Rie-
ner, Boulder & London.
LANZAROTTI M. (1992), La Corée du Sud : une sortie du sous-
développement , Presses Universitaires de France, Paris. RODRIGUEZ E. (1993), “The endogenization of technological
change : a development challenge” in O.Sunkel (Ed.) : Deve-
LANZAROTTI M. (1999), “Le Néo-Libéralisme face à la crois- lopment from Within : Toward a Neostructuralist Approach for
sance asiatique”, Revue Tiers Monde, N°157 vol. XL. Latin America, Lynne Riener, Boulder & London.

Mondes en Développement - 2001 - Tome 29 - 113/114 - 61


De la critique du Consensus de Washington a
JEAN-MARC FONTAINE et MARIO LANZAROTTI

SACHS G. (1985), “External debt and macroeconomic perfor- Taylor L. (1991), Income, distribution, inflation and growth, lec-
mance in Latin America and East Asia”, Brookings Papers on Eco- tures on structuralist macroeconomic theory, MIT Press, Cam-
nomic Activity, N° 2. bridge, Mass.

SCHYDLOWSKI D. (1982), “Alternative approaches to Short- Taylor L. (1993), The Rocky road to reform : adjustment, income
Term Economic Management in Developing Countries” in Kil- distribution, and growth in the developing world, MIT Press,
lickT (Ed.) : Adjustment & Financing in the Developing World, Cambridge, Mass.
IMF, Washington.
Teubal M. (1990), “Lineamientos para una política de desarrollo
SINGER H. W. et ROY S. (1993), Economic progress and pros- industrial y tecnológica” in Elementos para el diseño de políticas
pects in the Third World : lessons of development experience since industriales y tecnológicas en América Latina, Cuadernos de la
1945, Edward Elgar, Aldershot. CEPAL N°63, Naciones Unidas, Santiago de Chile.

SINGH A. (1995), “How did East Asia Grow so Fast? Slow Pro- Wade R. (1990), Governing the market, Princeton University
gress Towards an Analytical Consensus”. UNCTAD Discussion Press, Princeton.
Papers N° 95.
Williamson John (1990), “What Washington means by Policy Re-
SUNKEL O. (Ed) (1993), Development from Within : Toward a form”, in John Williamson (Ed.) Latin American Adjustment :
Neostructuralist Approach for Latin America, Lynne Riener, how much has happened ? Institute for International Economics,
Boulder & London. Washington.

SUNKEL O. et ZULETA G. (1990 ), “Neoestructuralismo versus Velasco A. (1991), “Monetarism and Structuralism: Some Ma-
neoliberalismo en los años noventa” in Revista de la Cepal, N°42. croeconomic Lessons” in Meller (Ed) The Latin American deve-
lopment debate : neostructuralism, neomonetarism, and
TAYLOR L. (Ed.) (1999), After Neoliberalism, what next for La- adjustment processes , Westview, Boulder, Colorado.
tin America ? University of Michigan Press, Ann Arbor, Michigan.
Zahler R. (1991), “Financial Strategies in Latin America : The
Taylor, L. (1988), Varieties of Stabilization Experience, towards Southern Cone Experience ” in Meller (Ed) The Latin American
sensible Macoreconomics in the Third World, Clarendon Press, development debate : neostructuralism, neomonetarism, and ad-
Oxford. justment processes , Westview, Boulder, Colorado.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 94.239.0.101 - 05/04/2020 16:12 - © De Boeck Supérieur

62
De la critique du Consensus de Washington a