Vous êtes sur la page 1sur 26

Chapitre 6.

Conduite des travaux


154

Chapitre 6. CONDUITE DES TRAVAUX

1. Les objectifs de gestion d’un chantier


L’entrepreneur, une fois le marché acquis, doit passer à la réalisation de l’ouvrage. Ce travail
de réalisation des travaux exige de lui de gros efforts d’organisation et de gestion. A noter que
l’exécution des travaux de réalisation d’un marché exige toujours un effort de gestion ;
comme on le dit « le chantier se gère ». Cette gestion doit se faire strictement dans les
conditions ci-après :
 Respect des termes du marché ;
 Réalisation de bénéfice.

Gérer un chantier, c’est conduire les travaux de construction de l’ouvrage pour qu’avec le
minimum d’efforts matériels, physiques et financiers arriver à réaliser l’ouvrage avec toutes
les caractéristiques requises dans les délais prévus, au montant prévu et dans les meilleures
conditions d’hygiène et de sécurité. Pour cela, il faut :
 bien installer et équiper son chantier afin d’éviter les pertes d’efforts et assurer la
sécurité et l’hygiène des personnes et des biens ;
 planifier, organiser et contrôler l’exécution des travaux afin d’avoir les qualités
requises et respecter les délais ;
 commander et communiquer avec tous les intervenants pour une meilleure circulation
des idées dans l’intérêt commun ;
 bien gérer les ressources matérielles, humaines et financières afin de réaliser le
maximum de bénéfice.

Ainsi, dans la réalisation des travaux, l’entrepreneur doit, obligatoirement respecter les
exigences du marché en termes de :
 exécuter les travaux de réalisation de l’ouvrage sous sa responsabilité ;
 qualités et caractéristiques des matériaux, des travaux, des équipements et des
ouvrages : architecture, fonctionnalité, fiabilité, durabilité, résistance, stabilité ;
 exécution des travaux de réalisation de l’ouvrage sous sa responsabilité ;
 délais d’exécution des travaux : planning ;
 réalisation des travaux dans des conditions d’hygiène et de sécurité des personnes
et de l’environnement.

Aussi, dans la réalisation des bénéfices, il faut savoir que :


1. L’entrepreneur doit réaliser un bénéfice (maximum) en exécutant les travaux ;  
2. Ce bénéfice est inclus dans les prix et ne doit pas être aux dépens de la qualité des
travaux.

Pour réaliser un bénéfice conséquent, il faut :


 un bon aménagement et un équipement rationnel du chantier pour créer de bonnes
conditions de travail productif ;
 une bonne planification et une organisation scientifique des travaux pour avoir le
meilleur rendement ;
 une bonne gestion des ressources matérielles et humaines pour minimiser les
dépenses ;

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 155

 une meilleure compréhension et circulation des décisions et informations pour un


travail collégial.

L’entrepreneur doit bien gérer son chantier ; il doit, donc, être un bon manager et appliquer
la fameuse formule du management POCCCC (ou POC4) qui signifie :
Planifier - Organiser - Coordonner - Contrôler - Communiquer - Commander.
 Planifier : bien planifier les travaux :
o optimisation du planning suivant les exigences du marché et les moyens de
l’entreprise ;
o prévoir les actions et les approvisionnements à temps.
 Organiser : organiser le travail :
o aménagement rationnel des espaces,
o bonne répartition des tâches.
 Coordonner : coordonner les actions des différentes équipes pour une bonne
exécution des travaux et un meilleur rendement.
 Contrôler :
o faire le contrôle de qualité des matériaux, des travaux, des équipements et des
ouvrages;
o contrôler l’avancement des travaux conformément au planning.
 Communiquer : échange d’idées, transmission des ordres.
 Commander : prendre les bonnes décisions dans l’intérêt de tous les participants

Ainsi, le gestionnaire de chantier doit être un véritable manager, car il exécute un projet, en
effet :
o il a des objectifs à atteindre par des acteurs,
o dans un délai donné et,
o avec des moyens définis, nécessitant l’utilisation d’outils appropriés et dans un
contexte précis

Quels sont les objectifs à atteindre ?


Ils sont de deux types :
 Réaliser l’ouvrage conformément aux termes du marché ;
 Réaliser des bénéfices.

Quels sont les acteurs ?


Les acteurs sont :
 Le personnel technique de l’entreprise
 Les ouvriers qualifiés et non
 Les partenaires

Quel est le délai ?


C’est le délai défini par le planning d’exécution des travaux.

Quels sont les moyens définis, les outils appropriés et le contexte précis?
 Les moyens définis:
 Moyens mis à disposition de l’entreprise
 Moyens disponibles de l’entreprise
 Les outils appropriés utilisés:

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 156

 Moyens techniques et humains pour l’exécution des travaux


 Le contexte précis:
 Site et ses contraintes
 Contraintes du marché.

2. Le personnel de gestion de chantier et ses attributions


Sur un chantier, la gestion des travaux, à différents niveaux, est assurée par :
- les chefs d’équipe ;
- le chef de chantier ;
- le conducteur des travaux ;
- le chef d’entreprise.

2.1. Attributions du chef d’équipe

Sur un chantier, on peut avoir des plusieurs équipes : équipes de maçons, de menuisiers, de


ferrailleurs, de plombiers, d’électriciens, etc…. Chaque équipe est dirigée par un chef
d’équipe, chargé de :
 l’organisation du travail au niveau de l’équipe ;
 la gestion des ressources matérielles et humaines mises à sa disposition ;
 prendre toutes les dispositions pour une bonne exécution des différentes tâches qui
incombent à l’équipe.

2.2. Attributions du chef de chantier

Un chef de chantier dirige un seul chantier et peut avoir sous sa direction plusieurs équipes
travaillant sur le même chantier. On peut, sommairement, résumer les attributions d’un chef
de chantier :
 Rechercher la main d’œuvre ;
 Assurer l’implantation de l’ouvrage ;
 Prévoir les besoins en matériaux, équipements, matériels et outillage ;
 Transmettre les ordres donnés aux travailleurs du chantier et en assure l’exécution ;
 Assurer la police et la sécurité du chantier ;
 Etablir les liaisons entre les différents corps d’état ;
 Effectuer le contrôle des ouvriers ;
 Veiller sur la qualité des travaux pour qu’ils soient réalisés selon les règles de l’art,
conformément aux termes du marché ;
 Fournir toutes les informations en rapport avec l’avancement des travaux et la marche
du chantier : vérifier l’avancement des travaux par rapport au planning ;
 fournir les éléments nécessaires pour la détermination des déboursés secs des
différents ouvrages ;
 établir les quantités d’ouvrages exécutés ;
 établir les plannings détaillés ;
 Tenir la comptabilité du chantier, c’est-à-dire élaborer et tenir les différents carnets et
fiches : (embauche d’ouvriers, réception des plans, des matériaux et des équipements,
pointage des ouvriers, marche des travaux, élaboration des rapports journaliers de
chantiers).

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 157

Le gestionnaire de chantier doit donc tout mettre en œuvre pour une meilleure organisation du
chantier et coordonner les travaux des différents corps d’état pour éviter les travaux après
coups, toujours onéreux et de nature à retarder l’avancement du chantier.

Le chef de chantier est responsable de la bonne exécution de tous ces devoirs. Aussi, pour
bien organiser et gérer ces tâches journalières, le chef de chantier peut élaborer une fiche
mémoire qu’il remplit à la veille de chaque journée de travail (voir tableau 6.1).

Tableau 6.1. Modèle de fiche technique de travail journalier d’un chef de chantier.
Chantier …………………………………………………………………………….
Dispositions
Tâches à Commandes à Contrôles à Documents à Nombres
Date de sécurité à observations
réaliser faire effectuer tenir travailleurs
prendre
(1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8)

2.3. Attributions du conducteur des travaux


Un conducteur des travaux suit la marche des travaux sur plusieurs chantiers et coordonne
les activités de l’entreprise. Les attributions d’un conducteur des travaux peuvent être ainsi
résumées :
 Etablir les plannings d’exécution des travaux;
 Superviser, diriger et surveiller les chefs de chantiers;
 Entretenir les rapports entre les chefs de chantiers et les bureaux d’études techniques;
 Etablir les besoins en matériaux, équipements, matériels et outillages pour les remettre
à l’entrepreneur;
 Superviser les tracés des ouvrages;
 Relever les attachements pour les travaux exécutés en régie;
 Rassembler les éléments permettant d’établir les prix de revient;
 Analyser les rapports de chantiers et en tirer les conclusions.
Aussi, le conducteur des travaux peut élaborer une fiche technique lui permettant de recenser
les problèmes et les actions à mener au niveau des différents chantiers dans le but d’une
meilleure gestion de l’action entreprise.

Le chef d’entreprise, quant à lui, il suit la marche de tous les travaux dont son entreprise a la
charge  ; il dirige ainsi, l’ensemble des activités de l’entreprise. Ses attributions peuvent être
ainsi résumées :
 Superviser les plannings d’exécution des travaux des différents chantiers;
 Coordonner les activités les conducteurs des travaux;
 Entretenir les rapports entre les conducteurs des travaux et les autres partenaires;
 Prendre les dispositions pour satisfaire les besoins en matériaux, en équipements et en
matériels pour les différents chantiers;
 Prendre les dispositions nécessaires pour régler les travailleurs;
 Travailler avec les conducteurs des travaux en vue de l’élaboration et de
l’actualisation du bordereau de prix unitaires pour les différents ouvrages
élémentaires;

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 158

 Analyser les rapports hebdomadaires des conducteurs des travaux et en tirer les
conclusions.
C’est seulement dans cette logique de répartition des tâches et des responsabilités que
l’entreprise peut aboutir à de meilleurs résultats dans l’exécution des travaux de construction
d’un ouvrage.

3. La préparation et le démarrage des travaux


3.1. Préparation des travaux
Avant le démarrage des travaux, l’entrepreneur doit préparer les travaux techniquement,
matériellement et financièrement.

3.1.1. Etude détaillée des documents du marché


Le gestionnaire de chantier, après l’acquisition du marché, doit lire attentivement et en détails
les différents documents du marché (documents administratifs, prescriptions techniques,
pièces graphiques) afin de saisir le maître d’œuvre ou d’ouvrage pour toute incompréhension,
contradiction ou ambiguïté au niveau de certaines pièces du marché ; ainsi, il doit :
 Etudier les prescriptions techniques et noter les particularités, les incompréhensions et
les contradictions au niveau des différentes parties de ces prescriptions et entre ces
prescriptions et les réalités du site (par exemple, les caractéristiques des matériaux
locaux) ;
 Etudier les descriptions fournies, les qualités de matériaux exigées, les modes
d’exécution proposées afin de prendre des dispositions nécessaire pour la préparation
et la mise en œuvre des ouvrages ;
 Etudier les pièces graphiques et noter les particularités, les incompréhensions et les
contradictions entre ces pièces et entre elles et les prescriptions techniques ;
 Faire une synthèse de l’ensemble des documents du marché.

3.1.2. Identifications des points d’arrêts

Avant le démarrage des travaux, tous les points sensibles (points critiques et points d’arrêt)
doivent être identifiés par le gestionnaire (chef de chantier et conducteur des travaux). En
dehors des points sensibles, un contrôle permanent de qualité des matériaux et des travaux
doit être assuré par lui.
Un point sensible est défini comme un point critique ou un point d’arrêt. Parfois, les
conditions réelles d’exécution des travaux sur chantier peuvent faire qu’on aura un certain
nombre de points sensibles pour lesquels un contrôle doit être effectué afin de s’assurer de la
qualité des travaux; ce point peut concerner un tracé d’ouvrage, un mode d’exécution, une
mise en œuvre, etc…
Un point critique, c’est un point pour lequel il a été décidé d’effectuer un contrôle interne de
l’exécutant et éventuellement de sa hiérarchie et, pour lequel l’intervention du contrôle n’est
pas nécessaire à la poursuite de l’exécution ; le contrôle est formellement informé du moment
de son exécution et cela dans un délai prédéterminé.

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 159

Un point d’arrêt, c’est un point critique pour lequel un accord formel du contrôle est
nécessaire à la poursuite des travaux, les délais de préavis et les délais de levée des points
d’arrêts étant fixés dans le CCTP. Au point d’arrêt, le contrôle doit d’abord réceptionner les
opérations (travaux) exécutées avant d’entamer les opérations suivantes.

3.1.3. Identification des documents à tenir pour la gestion du chantier


La nature et le nombre de documents à tenir pour la gestion du chantier dépendent de la
spécificité du chantier, en particulier de :
 de la nature de l’ouvrage,
 de l’importance des travaux,
 des exigences du maître de l’ouvrage.

C’est au gestionnaire de chantier, en tenant compte de tout cela et, pour une gestion efficace
de l’information, de définir les documents à tenir et d’élaborer des formulaires simples et
claires pour la collecte et la transmission de toute l’information (sur la gestion de
l’information, nous reviendrons plus tard) relative aux travaux (quantités exécutés, qualité,
durées, éléments de déboursés secs, etc…) et au chantier (sécurité, visites, arrêts, etc…).

3.1.3. L’évaluation des besoins 


Une des premières tâches d’évaluation des besoins d’un chantier consiste à faire la synthèse
des principales opérations et prestations pour réaliser le marché. Cette synthèse permet de
dégager certaines caractéristiques des différents travaux du marché, notamment (voir tableau
6.2) :
 les tâches élémentaires à accomplir ;
 les qualités des matériaux à utiliser avec leurs quantités ;
 Les outils et les équipements nécessaires à la réalisation de chaque tâche ;
 les techniques utilisées pour la mise en œuvre des travaux et les dispositions à
prendre pour l’exécution de ces travaux; etc…

Tableau 6.2. Synthèses des principales opérations pour dégager les besoins.
Désignatio Besoins en Observations
N° n des U Quantités Outils et main Ressources
matériaux
tâches équipements d’œuvre financières
1 2 3 4 5 6 7 8 9

Ainsi, sur la base du devis et les données du planning, le gestionnaire du chantier doit
déterminer les besoins en matériaux et éléments de construction, en outils et équipements, en
ressources humaines et financières afin de doter son chantier en :
 outillages et instruments de travail (pelles, piques, truelles, niveaux, brouettes,
vibreurs, échafaudages, bétonnières, etc...) nécessaires pour la bonne exécution des
travaux dans les délais imposés ;
 matériels de chantiers (grues, bulldozers, niveleuses, bennes, etc...);
 énergie et eau (énergie électrique, gaz, solaire, ...) pour différents besoins;
 main d’œuvre spécialisée (manœuvres, ouvriers qualifiés de différents corps d’état,
techniciens et ingénieurs spécialisés;
 installations provisoires pour la bonne marche du chantier, c’est-à-dire dégager aires
pour les travaux spécialisés (fabrication de béton, coffrage, ferraillage), pour les

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 160

dépôts de matériaux, les magasins, les bureaux, les vestiaires, les installations
sanitaires, les routes provisoires pour la circulation des engins, etc... ;
 matériaux et éléments de construction (agrégats, ciments, fer, bois, éléments
préfabriqués, remblais, etc...) pour éviter toute rupture dans l’exécution des travaux
pour manque d’approvisionnements.

a) Les besoins en matériaux

Les besoins en matériaux de construction sont évalués à partir des quantités de matériaux
calculées nécessaire à la confection des différents ouvrages ; ces besoins sont évalués au fur et
à mesure de l’avancement du chantier et permettent de passer des commandes de matériaux à
temps, sans arrêt des travaux (voir tableau 6.3).

Tableau 6.3. Fiche d’évaluation des besoins en matériaux


Chantier .........................................................................................................
..................…….
Périodes prévisionnelles de
N° Désignation des Classe/ Unité Quantité consommation des Observations
matériaux Caractéristique matériaux
s Début Durée Fin
1 Ciment CEM II sacs 50 05/05 15jour 26/05 Pour BP
s
2 Ciment CEM II sacs 120 25/05 20jour 15/06 Pour
s fondat.
3 graviers 5/25 m3 30 05/05 35jour 15/06 BP, fondat.
s
4 sable 0/5 m3 18 05/05 35jour 15/06 BP, fondat.
s

b) Les besoins en équipements et en outils

Les besoins en outils et matériels de chantier sont évalués à partir des exigences du planning
en la matière ; ces besoins sont évalués au fur et à mesure de l’avancement du chantier et
permettent de passer des commandes d’outils et matériels à temps, sans arrêt des travaux (voir
tableau 6.4).

Tableau 6.4. Fiche d’évaluation des besoins en outils et matériels de chantier.


Chantier ..........................................................................................................
.................…….
Désignation des Périodes prévisionnelles
N° équipements Caractéristiques Nombre d’utilisation de Observations
(outillages, matériels) l’équipement
Début Durée Fin
1 Pelles - 20 05/05 30 04/06
jours
2 Piques - 20 25/05 10 05/06
jours Tous W de
3 burins - 5 05/05 5 jours 10/06 BA
4 bétonnière - 1 05/05 30 04/06
jours

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 161

c) Les besoins en ressources humaines

Les besoins en ressources humaines sont évalués à partir des exigences du planning en la
matière ; ces besoins sont évalués au fur et à mesure de l’avancement du chantier et
permettent de chercher et recruter la main d’œuvre à temps, sans arrêt des travaux (voir
tableau 6.5).

Tableau 6.5. Fiche d’évaluation des besoins en ressources humaines.


Chantier ..........................................................................................................
.................…….
Périodes prévisionnelles
N° Désignation des travailleurs Caractéristiques Nombre d’utilisation du Observations
travailleur
Début Durée Fin
1 Maçons - 14 05/05 20 25/05
jours
Tous W de
2 Manœuvres - 30 05/05 20 25/05
BA
jours
3 Ferrailleurs - 2 05/05 20 25/05
jours
4 Menuisiers - coffreurs - 4 05/05 20 25/05
jours

d) Les besoins en ressources financières


Les besoins en ressources financières sont évalués à partir des exigences du planning en la
matière ; ces besoins sont évalués au fur et à mesure de l’avancement du chantier et
permettent de chercher les fonds nécessaires à temps, sans arrêt des travaux.

3.2. Travaux préparatifs sur le chantier


La préparation du chantier consiste à :
 faire un coin sanitaire ;
 clôturer le chantier ;
 placer les panneaux d’indication ;
 débroussailler et nettoyer le terrain ;
 décaper la terre végétale ;
 niveler le terrain ;
 matérialiser le niveau de référence ;
 implanter les ouvrages.

Faire un coin sanitaire

L’installation du coin sanitaire est la première opération précédant le début des travaux. Le
coin sanitaire est placé dans un coin, un peu à l’écart des aires de travail et des mouvements
des ouvriers et des engins. Son emplacement est indiqué sur le plan d’installation du chantier.

Clôturer le chantier

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 162

La clôture du chantier a pour rôle de matérialiser les limites du chantier (limites pouvant
déborder en dehors du terrain dont les bornes sont bien indiquées ou matérialisées) et en
même temps de sécuriser le chantier. Les limites du chantier sont fonction de l’espace
environnant disponible, de la nature du chantier, de l’importance des travaux et des ouvrages
environnant existants. En cas d’ouvrages linéaires très longs (routes, par exemple), on procède
par des déviations et des signalisations de travaux.

Placer les panneaux d’indication


Il y a deux panneaux d’indication:
- le panneau du permis de construire;
- le panneau de chantier.

Le panneau de permis de construire : Ce panneau est relatif à la publicité du permis de


construire et doit être installé sur le chantier dès l’obtention du permis de construire. Ce
panneau indique :
- le nom du bénéficiaire;
- la date et le numéro du permis de construire;
- la nature des travaux et de l’ouvrage;
- l’adresse de l’autorité où le dossier peut être consulté.
Le panneau de chantier : Ce panneau est relatif à la publicité des divers intervenants sur le
chantier (éventuellement avec leurs coordonnées), à savoir :
- le maître de l’ouvrage ou le maître d’ouvrage délégué ;
- les sources de financement et le montant des travaux par lot ;
- le maître d’œuvre ;
- les bureaux conseil (bureau de suivi technique, bureau de contrôle);
- les entreprises chargées de la réalisation de l’ouvrage, par lot;
- les délais d’exécution : date de début des travaux ; durée des travaux ; date de fin
prévue.

Débroussaillage et nettoyage du terrain


Cette opération consiste à :
- l’enlèvement de buissons, d’arbustes, la coupe d’arbres et le désherbage;
- l’arrachage des souches et des racines;
- évacuation des produits en dehors du terrain;
- remblayage et compactage des cavités produites par l’enlèvement des souches et
des racines.

Décapage de la couche végétale


Il s’agit de décaper la couche végétale sur une profondeur variant de 20 à 50 cm suivant la
nature du sol du terrain. Cette opération consiste à :
- enlever la couche végétale de très faible portance et les débris végétaux;
- l’évacuation des terres décapées en dehors des limites de l’emprise de l’ouvrage;
- la mise en dépôt des terres arables.

Niveler le terrain

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 163

Après le décapage des terres végétales, on passe au nivellement du terrain par déblayage et/ou
remblayage jusqu’à la formation de la plate-forme générale d’implantation des ouvrages aux
côtes et pentes indiquées sur les plans. Pour les bâtiments, on demande, en général une plate-
forme horizontale. Les opérations du nivellement consistent, en général :
- au déblayage et transport des terres;
- au remblayage des terres par couches successives d’épaisseur n’excédant pas 20
cm (10 cm pour un compactage manuel) et leur compactage jusqu’à l’obtention du
degré de compactage exigé par les prescriptions techniques du marché;
- le régalage, le nivellement et le talutage de la surface.

Matérialiser le niveau  0,00


Après le nivellement, on matérialise le niveau de référence  0,00, conformément aux
indications des plans, par des bornes en béton parfaitement scellées dans le sol et en nombre
suffisant. Pour les bâtiments, ce niveau peut être, soit le niveau du sol fini du rez de chaussée,
soit la cote du sol sous revêtement, soit un autre niveau.

3.3. Implantation du projet

Il s’agit tout d’abord de l’implantation et du piquetage de l’emprise des plates-formes des


bâtiments, des voiries et des réseaux. L’implantation des ouvrages se fait conformément aux
plans d’implantation fournis par le maître d’œuvre ; un procès-verbal de réception de
l’implantation constatera l’opération.

3.4. Installation du chantier


3.4.1. Plan d’installation du chantier
Un plan d’installation d’un chantier est un plan de masse du chantier sur lequel sont données
toutes les informations relatives à l’aménagement du chantier, en particulier :
- les limites du chantier avec les voies d’accès au chantier et les voies de circulation
interne des engins ;
- les limites du projet à réaliser ;
- les aires de stockage des matériaux ;
- les aires de fabrication de matériaux et de travail ;
- l’emplacement des équipements (matériels) fixes ;
- le bureau de chantier, les vestiaires et les magasins;
- les installations sanitaires ; etc...

L’étude d’installation (et d’aménagement) du chantier consistera donc à :


- dégager les surfaces disponibles pour le stockage des matériaux, les postes de
travail, l’emplacement du matériel de chantier, les magasins, le bureau de chantier,
le local sanitaire et les autres installations ;
- faire le tracé au sol de ces différentes surfaces, des voies d’accès au chantier
(entrée et sortie des véhicules) et des voies intérieures de circulation ;
- fixer les dates d’occupation des différentes surfaces conformément à l’évolution
(planning) du chantier ;
- prévoir les dispositifs de sécurité et d’hygiène du chantier ;

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 164

- faire figurer aussi les indications suivantes sur le plan : encombrement des
ouvrages à construire, les limites du terrain, l’emplacement du matériel de
chantier, l’emplacement des postes de travail, emplacement des stockages,
l’emplacement du local de rendez-vous de chantier, l’emplacement des sanitaires
et des vestiaires, le tracé de la clôture de chantier, l’entrée et la sortie des
véhicules.

Il s’agit donc au niveau de l’installation du chantier de positionner tous les matériaux,


postes de travail, ateliers, bureaux et autres pour une meilleure exécution des travaux en
évitant les déplacements inutiles, les mouvements non productifs, les accidents, la perte et la
détérioration des matériaux et tout ce qui est contraire aux objectifs d’une organisation
rationnelle du travail.

Le plan d’installation du chantier fait partie des plans d’exécution à élaborer et à fournir par
l’entreprise. Le chef de chantier doit tout mettre en œuvre pour une meilleure organisation du
chantier et coordonner les travaux des différents corps d’état pour éviter les travaux après
coups, toujours onéreux et de nature à retarder l’avancement du chantier.

3.4.2. Organisation du bureau de chantier


Le bureau de chantier = local pour les rendez-vous de chantier

Ce local est généralement placé sous la responsabilité du chef de chantier ; ce bureau doit
répondre à un certain nombre d’exigences :
- il doit être clos et couvert ;
- la table de réunion et les sièges doivent permettre le déroulement des différentes
réunions dans des conditions de confort acceptable ;
- des casiers ou placards fermant à clé doivent être prévu afin d’arranger les
documents qui restent en permanence sur le chantier (les dossiers du marché, les
dossiers des plans « bon pour exécution », les comptes rendus de réunion, les
plannings, le journal du chantier, etc…) ;
- des endroits (murs ou panneaux) pour afficher un certain nombre de dossiers qui
doivent être visualiser en permanence, comme par exemple les plannings, les
« visuels » d’avancement des travaux , les principaux plans, la liste des plans « bon
pour exécution », le dernier compte rendu de chantier, des renseignements
concernant l’effectif des ouvriers et la liste des différentes entreprises intervenant
dans le marché, un répertoire d’adresses ou de téléphones pour des cas d’urgence :
pompiers, police, gendarmerie, ambulance, taxis, etc…

4. L’exécution des travaux


4.1. L’hygiène et la sécurité sur le chantier
SUR UN CHANTIER, IL FAUT :
1. tout d’abord, la sécurité,
2. après la bonne organisation,
3. puis ensuite, le savoir.
Le chef de chanter est responsable de l’hygiène et de la sécurité sur le chantier.

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 165

L’hygiène et la sécurité des chantiers sont réglementées par le Code du travail. L’entreprise
(le chef de chantier) doit prendre toutes les dispositions pour que les travaux se déroulent dans
des conditions correctes pour les travailleurs (ouvriers) :
 en installant des coins (locaux) sanitaires et des vestiaires,
 en prévoyant des moyens de protection :
o pour les travaux en hauteur et les travaux à risque,
o pour les appareils présentant des risques et,
o contre les chutes de matériaux, etc…

Voici quelques règles élémentaires pour assurer l’hygiène et la sécurité sur le chantier :
 Clôturer le chantier.
 Utiliser des casques de protection (tous les travailleurs et visiteurs).
 Utiliser des chaussures fermées avec des semelles dures et résistantes.
 Porter des lunettes de protection si nécessaires.
 Disposer des passerelles (en planches de bois) pour traverser les fouilles en rigoles de
largeur supérieure à 30 cm et de profondeur supérieure à 50 cm ;
 Signaler toujours la présence du danger : chutes de matériaux ; endroits en hauteur
sans garde-corps.
 Ne jamais utiliser les mains pour fouiller ou ramasser les déblais : utiliser des gans.
 Les échelles pour monter en hauteur doivent avoir toujours la hauteur nécessaire,
c’est-à-dire que dans sa position d’utilisation, elles doivent déborder le seuil du
support supérieur (de 1,00 m) auquel elle doit être attachée et de plus, leurs
déplacements (glissements) doivent être bloqués en parties inférieure.
 Pour les grandes hauteurs, utiliser toujours les filets de capture et d’amortissement des
chutes.
 Nettoyer constamment le chantier en le débarrassant des gravats, divers déchets,
vieilles pointes, morceaux de bois, serre-joints cassés, morceaux de fer à béton, etc…
 Signaler les postes de travail.
 Stocker et disposer les matériaux de façon à éviter tout éboulement, chute ou
renversement de matériaux.
 Dégager une place pour le dépôt provisoire des gravats et autres déchets de
construction.
 Vérifier toujours la fixation, la résistance, la stabilité et la rigidité des échafaudages.
 Arrêter le travail en cas d’intempéries (pluies, vents) si les ouvriers y sont exposés
 Protéger les piquets d’implantation de l’ouvrage.
 Eloigner les cantines des lieux des travaux dégageant de la poussière.
 En cas de travaux dégageant assez de poussières (démolition par exemple), prendre
des dispositions pour protéger les travailleurs (utilisation de masque).
 Avoir toujours sur le chantier une boite de pharmacie contenant le minimum de
produits pour les premiers secours et les petits soins (alcools, mercurochrome, bandes,
coton, compresses, ciseaux, calmants, etc…).

4.2. La gestion des espaces et les différents aménagements du chantier

Avec l’évolution du chantier, son plan de masse change pour tenir compte :
 des travaux déjà exécutés qui seront matérialisés par une partie de l’ouvrage réalisée et
entraînant la disparition de certains stockages et de postes de travail ;

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 166

 de nouveaux travaux en instance de réalisation, nécessitant d’approvisionnements en


matériaux et d’équipements et de nouveaux postes de travail ;
 la disparition de certaines voies de circulations, d’installations provisoires ;
 l’agrandissement de l’ouvrage qui prendra de plus en plus son allure final.

Toutes les fois, le plan d’aménagement du chantier doit répondre aux conditions citées ci-
dessus, à savoir :
 hygiène et sécurité sur le chantier ;
 installer et positionner tous les postes de stockage de matériaux, de fabrication et de
travail, l’équipement et toutes les installations provisoires pour une meilleure
exécution des travaux en évitant les déplacements inutiles, les mouvements non
productifs, les accidents, la perte et la détérioration des matériaux et tout ce qui est
contraire aux objectifs d’une organisation rationnelle du travail

4.3. La gestion des matériaux et du matériel

4.3.1. La gestion des matériaux de construction

Sur le chantier, les matériaux doivent être stockés conformément aux prescriptions
techniques et disposés de manière à faciliter l’avancement et l’exécution des travaux.
Le gestionnaire de chantier doit approvisionner le chantier en matériaux et éléments de
construction, compte tenu :
- des quantités de matériaux nécessaires pour la réalisation d’une tâche donnée ;
- des quantités de matériaux consommées par jour et des moyens disponibles ;
- des délais d’exécution ;
- des conditions d’approvisionnements.

Pour cela, il doit :


 établir des plans d’approvisionnement,
 commander les matériaux,
 réceptionner les matériaux fournis et,
 gérer les matériaux stockés sur chantier.

Une gestion rationnelle des approvisionnements permet ainsi :


 d’éviter des ruptures d’approvisionnements conduisant à des arrêts de travaux ;
 d’éviter l’encombrement du chantier par des matériaux qui ne seront pas utilisés tout
de suite ;
 de s’assurer de la marche normale des travaux grâce à la marge de sécurité au niveau
des stocks de matériaux ;
 de connaître, à tout moment, la quantité de matériaux disponible en stock.

Ainsi, le gestionnaire de chantier est amené à établir les pièces suivantes :


 un carnet de commande de matériaux : ce carnet comporte la nature des matériaux
à commander avec leurs caractéristiques et les quantités demandées, les travaux pour
lesquels les matériaux sont demandés, etc... (voir tableau 6.6) ;
 un carnet de réception de matériaux ou carnet d’approvisionnement en
matériaux de construction : ce carnet doit comporter les dates de réception, le nom

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 167

du fournisseur, les quantités et les qualités des matériaux et éléments de construction,


etc... (voir tableau 6.7) ;
 un carnet de consommation de matériaux : ce carnet doit comporter la date, la
désignation du matériau, les quantités consommées, les travaux concernés, etc… (voir
tableau 6.8) ; pour plus de lisibilité, il est conseillé d’établir des carnets de
consommation par matériau (remblai, ciment, fer, etc…), cela permet aussi de
dégager facilement les quantités consommées par matériau de construction pour la
réalisation du projet  (voir tableau 6.9) ;
 un carnet de gestion des stocks par matériaux de construction (voir tableau 6.10) :
on peut établir un carnet pour l’ensemble des matériaux de construction les plus
couramment utilisés, comme on peut établir un carnet par matériau de construction
pour faciliter la lisibilité de la gestion.

Tableau 6.6. Modèle de carnet de commande de matériaux.


CARNET DE COMMANDE DE MATERIAUX
Chantier ..............................................................................................................................................
Date de commande, le .......................... Date limite de fourniture sur chantier, le ………………….
Travaux Observat
Matériaux à commander
N° ciblés ions
Désignation Classe/Qualité/Caractéristique Quantité

Tableau 6.7. Modèle de carnet de réception des matériaux.


CARNET D’APPROVISIONNEMENTS EN MATERIAUX
Chantier ..............................................................................................................................................
Désignation des
Date de Nom du Qualité/Classe/ Observa-
N° matériaux et Unités Quantités
réception fournisseur Caractéristique tions
éléments

Tableau 6.8. Modèle de carnet de consommation de matériaux.


CARNET DE CONSOMMATION DE MATERIAUX
Chantier : ……………………………………………………………………………………………
N° Date Désignation des Classe/Qualité/Cara Quantités Travaux Observatio
matériaux ctéristique consommées ciblés ns

Tableau 6.9. Modèle de carnet de consommation par matériau de construction.


CARNET DE CONSOMMATION DES MATERIAUX
Chantier ....................................................................................................................

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 168

.......…….
Nature du matériau
............................................................................................................…
N° Date de Désignation des matériaux Quantité Travaux Total Observa-
consom- avec leurs caractéristiques consommée ce exécutés cumulé tions
mation jour

Tableau 6.10. Modèle de carnet de gestion des stocks de matériaux de construction.


CARNET DE GESTION DES STOCKS
Chantier ....................................................................................................................
.......…….
Désignation des Entrée Stock Quantité Motif de Quantité Observa
N° Date
matériaux du jour ancien sortie sortie en stock -tions

4.3.2. La gestion du matériel

La gestion efficace des équipements (outils, équipements moyens, matériels de chantier)


permet, non seulement d’augmenter la productivité du travail, mais aussi l’utilisation efficace
et rentable des équipements, excluant les encombrements et les attentes non productives.
Comme pour les matériaux, ici aussi, le gestionnaire de chantier doit être amené à établir :
 un plan d’utilisation prévisionnelle des équipements : ce plan permet de lancer à temps
les commandes et ne pas retarder l’avancement normal des travaux ;
 des fiches de commandes d’équipements (voir tableau 6.11) ;
 des carnets de réception des équipements (voir tableau 6.12) ;
 des carnets d’utilisation des équipements : c’est un carnet qu’on établit pour voir
comment les outillages et matériel de chantier sont utilisés dans les différents travaux ;
il doit comporter les dates, les outils et équipements utilisés et les travaux pour
lesquels ils ont été utilisés (voir tableau 6.13).

Tableau 6.11. Modèle de carnet de commande d’équipements.


CARNET DE COMMANDE D’EQUIPEMENTS
Chantier ..............................................................................................................................................
Date de commande, le .......................... Date limite de fourniture sur chantier, le ………………….
Travaux Observat
Equipements à commander
N° ciblés ions
Désignation Classe/Qualité/Caractéristique Quantité

Tableau 6.12. Modèle de carnet de réception des équipements.


CARNET DE RECEPTION DES EQUIPEMENTS
Chantier ..............................................................................................................................................
N° Date de Désignation des Qualité/Classe/ Quantités Travaux Observa-

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 169

réception équipements Caractéristique ciblés tions

Tableau 6.13. Modèle d’utilisation des équipements.


CARNET D’UTILISATION DES EQUIPEMENTS
Chantier ...................................................................................................................
...........
N° Date Désignation des équipements avec Quantité Travaux Observations
leurs caractéristiques exécutés

4.4. La gestion des ressources humaines


Les besoins en ressources humaines sont déjà clairs ; il s’agit pour le gestionnaire de chantier
de (d’) :
 recruter le personnel qualifié et non, nécessaire pour la bonne exécution des travaux
de construction conformément au planning ;
 procéder à une bonne répartition des tâches et à une bonne organisation des équipes de
travail ;
 rémunérer les ouvriers en fonction de la qualité et de la quantité du travail exécuté et
du niveau de responsabilité ;
 avoir les informations professionnelles sur les ouvriers ;
 avoir les contacts pour l’ensemble des travailleurs en cas d’urgence.

La bonne gestion des ressources humaines mises à disposition passe, avant tout, par :
 le pointage des ouvriers ;
 le placement de l’ouvrier qu’il faut à la place qu’il faut  en évitant le sous emploi des
ouvriers spécialisés et la surestimation du professionnalisme de certains ouvriers en
les désignant pour des travaux très compliqués ;
 la prise des dispositions pour motiver les ouvriers en cas de nécessité.
Ainsi, le gestionnaire de chantier doit établir des outils lui permettront de mieux gérer le
personnel, notamment :
 un carnet d’embauche de travailleurs : fiche où l’on écrit le nom des travailleurs
embauchés avec leurs spécialités et rémunérations et les travaux pour lesquels ils sont
recrutés (voir tableau 6.14) ;
 un carnet de renseignement sur le personnel : fiche signalétique établie pour chaque
ouvrier avec tous les renseignements nécessaires sur l’ouvrier (nom et prénoms,
qualification, assurance, adresse, contact en cas d’accident, etc…) ; à défaut de fiche
signalétique, un carnet de renseignement sur les travailleurs peut être établi (voir
tableau 6.15) ;
 un carnet de pointage journalier des travailleurs sur chantier : liste journalière des
travailleurs présentant sur le chantier (voir tableau 6.16) ;
 une fiche de paiement des travailleurs : fiches de paiement des travailleurs à remplir
chaque fois qu’il y a paiement des travailleurs : fiche individuelle (voir tableau 6.17)
ou pour groupe de travailleurs (voir tableau 6.18).

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 170

Tableau 6.14. Modèle de carnet d’embauche.


CARNET D’EMBAUCHE DE TRAVAILLEURS
Chantier ....................................................................................................................
...…….
Mode de Observat
N° Date NOM et Prénoms Profession Travaux ciblés
rémunération ions

Tableau 6.15. Modèle de carnet de renseignement sur les travailleurs.


CARNET DE RENSEIGNEMENT SUR LE PERSONNEL
Chantier .........................................................................................................
.........…….
Début du chantier ................................ Période du ..................... au
..................................
N° NOM et Prénoms Profession Adresse Téléphone A contacter en Observat
cas d’urgence ions

Tableau 6.16. Modèle de carnet de pointage journalier des ouvriers.


CARNET DE POINTAGE DES OUVRIERS
Chantier .........................................................................................................
.........………………
Semaine du ……………………. au …………………………
N NOM et Prénoms Profession Lun Mar Mer Jeu Vend Sam
°

Tableau 6.17. Modèle de fiche de paiement d’un travailleur.


FICHE DE PAIEMENT DES TRAVAILLEURS
(Format pour un travailleur)
Chantier ...........................................................................................................................
…….
NOM et Prénoms du travailleur
...................................................................................................
Profession ............................................................................................................
Date de paiement .............................................................................................................……
N° Période TRAVAUX EXECUTES
d’exécution Observations
des travaux

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 171

Désignation Quantité Mode Montant


d’évaluation

TOTAL (en F CFA)

Tableau 6.18. Modèle de fiche de paiement d’un groupe de travailleurs.


FICHE DE PAIEMENT DES TRAVAILLEURS
(Format pour un groupe de travailleurs)
Chantier ....................................................................................................................
.......…….
Nature des travaux exécutés
...................................................................................................................................
Période d’exécution des travaux, du ...................... au .............................. Date de paiement
............................

Nom et Prénoms du Mode d’évaluation du coût Mont net à Emarge


N° Profession
travailleur de la prestation payer ments

4.5. La gestion des ressources financière du chantier

Pour réaliser des travaux de construction, le maître de l’ouvrage met à la disposition de


l’entreprise des ressources financières que celle-ci transforme en ressources humaines et
matérielles. Une gestion efficace de ces ressources est alors indispensable pour mener à bien,
dans les délais et avec bénéfice, les travaux de construction. Nous n’allons pas aborder la
gestion financière des chantiers ici. Nous insisterons seulement sur la gestion des ressources
financières mises à la disposition du gestionnaire de chantier pour les petits besoins du
chantier ; ces fonds sont couramment appelés fond de roulement. Ainsi, le gestionnaire de
chantier doit bien utiliser ces fonds et établir un carnet de menues dépenses qui doit comporter
tous les renseignements sur les dépenses réalisées qui sont généralement relatives aux
déplacements, à l’achat d’outils et produits, à de petits travaux, aux pourboires, etc... (voir
tableau 6.19).

Tableau 6.19. Modèle de carnet de menues dépenses.


CARNET DE MENUES DEPENSES
Chantier ....................................................................................................................
.......…….

Date
DEPENSES Motifs
Observation
Désignation Quantité Montant s

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 172

4.6. La gestion des décisions du contrôle

Il s’agit des attitudes à tenir face aux différentes décisions du bureau chargé du suivi
technique des travaux ; ces décisions sont, soit :
 des instructions verbales ;
 des arrêts de travaux ou de chantier ;
 des reprises de travaux.

Les instructions verbales sont données par le Bureau de suivi technique sous forme de notes
de chantier, signées par l’ordonnateur avec accusé de réception du gestionnaire de chantier.
Elles sont, en général, relatives à l’organisation du chantier, à la sécurité, aux modalités
d’exécution, etc.... Elles interviennent toujours en application des termes du marché. Face à
ces instructions, l’entreprise doit, soit :
 s’exécuter,
 engager des démarches nécessaires pour :
o trouver un compromis ;
o porter des réserves auprès du maître de l’ouvrage ;
o demander un arbitrage extérieur.

Un ordre d’arrêt des travaux intervient quand  les conditions ne sont pas remplis pour
continuer l’exécution des travaux ( mauvais matériaux, manque de détails pour l’exécution
d’un ouvrage, manque de personnel de maîtrise, manque de matériels ou d’outils de chantier,
etc…). L’ordre est donné par le BST qui juge que les conditions présentes ne permettent pas
d’exécuter les travaux conformément aux termes du marché et aux règles de l’art (non
application des termes du marché). L’arrêt peut concerner des travaux spécifiques ou
l’ensemble des travaux. Face à cet ordre d’arrêt des travaux, l’entreprise doit, soit :
 s’exécuter,
 engager des démarches nécessaires pour :
o trouver un compromis ;
o porter des réserves auprès du maître de l’ouvrage ;
o demander un arbitrage extérieur.

Quand les conditions sont redevenues favorables, on autorise la reprise des travaux en
émettant un ordre de reprise des travaux, ce qui sert de document justificatif à l’entreprise
pour continuer les travaux.

4.7. La gestion de l’information

Le gestionnaire de chantier, dans sa mission principale de conduire les travaux d’exécution de


l’ouvrage dans les règles de l’art, doit, en plus de l’application des principes du management
(planifier, organiser, commander, coordonner, contrôler, communiquer), prendre des notes,
remplir périodiquement des états, en un mot bien gérer l’information pour mieux en profiter et
tenir une certaine comptabilité de chantier. Pour une meilleure gestion de l’information
relative à la marche du chantier, aux conditions d’exécution des travaux, aux prises de
décisions, aux incidents et autres, il doit être amené à établir et tenir périodiquement un
certain nombre de documents, comme par exemple :
 un journal de chantier ;
 un cahier de visite de chantier ;

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 173

 un carnet de rendez vous ;


 un carnet de quantités de travaux exécutés ;
 un carnet d’état d’avancement des travaux ;
 un carnet des travaux en régie ;
 un carnet de suivi des éléments en béton armé pour leur décoffrage ;
 un rapport de chantier journalier ; etc…

4.7.1. Le journal du chantier


Le journal du chantier est un cahier en plusieurs copies, tenu tous les jours de travail, du début
du chantier jusqu’à sa fin, par le gestionnaire de chantier ; il est le document le plus important
de la vie du chantier dans lequel les différents intervenants peuvent noter certaines de leurs
constatations et observations. Les informations notées dans ce cahier se rapportent aux
éléments suivants :
 les données sur les effectifs de travailleurs sur chantier ;
 les données sur les matériaux de construction (approvisionnements du chantier) et sur
le matériel de chantier (panne et/ou utilisation) ;
 les données par rapport aux travaux réalisés dans la journée et l’avancement du
chantier ; 
 les visites importantes ;
 les remarques sur l’exécution de certains travaux et les observations du contrôle ; 
 les incidents de travail ;
 les arrêts de travaux  et la mention des journées d’intempéries ; etc… 

La tenue à jour et la prise de connaissance du journal de chantier doivent être à l’ordre du jour
de la première réunion de chantier afin que chaque participant se persuade du rôle et de
l’utilité d’un tel document. Les comptes rendus des réunions peuvent y être directement
rédigé parfois par le maître d’œuvre. Pour faciliter sa tenue, le gestionnaire peut élaborer un
formulaire type de journal de chantier (imprimé) qu’il rempli quotidiennement.

Le journal de chantier permet d’une part de centraliser les différentes informations liées à
l’exécution de l’ouvrage et d’autre part de retrouver l’historique du chantier. L’original du
journal de chantier reste avec le maître de l’ouvrage après la réception des travaux.

Indépendamment du cahier journal de chantier, le gestionnaire de chantier peut établir un


cahier de visite de chantier, spécialement conçu à cet effet, dans lequel on indiquera :
 la date de la visite ;
 le statut et l’identité du visiteur ;
 les observations et les suggestions du visiteur.

Aussi, le gestionnaire de chantier peut tenir séparément des carnets de quantité de travaux
exécutés par jour (voir tableau 6.20) et d’avancement des travaux (voir tableau 6.21) des
différents ouvrages.

Tableau 6.20. Modèle de carnet d’évaluation des quantités exécutées d’ouvrages


FICHE D’EVALUATION DES QUANTITES D’OUVRAGES
Chantier ....................................................................................................................
.......…….
Dat N° Désignation de Evaluation des quantités Unité Quantités Observations

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 174

e l’ouvrage exécutées

Tableau 6.21. Modèle de carnet d’état d’avancement des travaux des différents ouvrages.
FICHE D’ETAT D’AVANCEMENT DES TRAVAUX
Chantier : …………………………………………………………………………………………………..
Etabli le
……………………………………………………………………………………………………………
Montant
Quantité Quantité % Prix
N° Désignation des ouvrages Unité travaux
du marché exécutées d’exécution unitaire
exécutés

4.7.2. Le carnet de rendez vous

Tous les problèmes, devant trouver leurs solutions au cours des rendez-vous (réunions) de
chantier avec le maître d’œuvre, doivent être inscrits par le chef de chantier dans un carnet
spécial. Les réponses du maître d’œuvre doivent être datées, en plus, il faut noter tous les
ordres verbaux et si nécessaire compléter cela par des croquis (voir tableau 6.22).

Tableau 6.22. Modèle de carnet de rendez-vous.


CARNET DE RENDEZ-VOUS
Chantier : …………………………………………………………………………………………
Renseignements REPONSES

d’ordre Date à demander ou problèmes à du maître d’œuvre avec date et Observations
poser par le chef de chantier signature du répondant

4.7.3. Carnet de suivi des éléments en béton armé pour leur décoffrage

Pour les ouvrages en béton armé, il est conseillé d’établir un carnet spécial de suivi de ces
éléments pour leur décoffrage ; cela empêchera un décoffrage prématuré pouvant être très
nuisible pour ces éléments (voir tableau 6.23).

Tableau 6.23. Modèle de fiche de suivi des éléments en béton armé pour leur décoffrage.
FICHE DE SUIVI DES ELEMENTS EN BETON ARME
Chantier ...................................................................................................................
........…….
Désignation de Date de mise en Durée nécessaire Date de Observations
l’ouvrage œuvre du béton pour le décoffrage décoffrage

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 175

4.7.4. Carnet des travaux en régie

Ce carnet est établit pour les travaux exécutés en régie, c’est-à-dire les travaux qui sont réglés
en fonction de la quantité des matériaux utilisés, des moyens mis en œuvre et du temps passé
pour leur réalisation. C’est le cas de certains travaux supplémentaires à faire au cours de
l’exécution d’un projet. Ce carnet doit comporter les renseignements sur les ordres
d’exécution, les détails des travaux à exécuter, le visa du maître d’œuvre, etc... (voir tableau
6.24).

Tableau 6.24. Modèle de carnet des travaux en régie.


CARNET DES TRAVAUX EN REGIE
Chantier ....................................................................................................................
.......…….
Date de l’ordre N° Détails des travaux Visa du maître
avec N° d’O.S., d’ordre avec quantités de matériaux, d’œuvre et date de Observations
de P.V. temps de réalisation, équipe contrôle

4.7.5. Rapport de chantier journalier

Le rapport de chantier journalier est écrit et signé par le Chef de Chantier tous les jours durant
toute la durée de réalisation des travaux. Le contenu doit renfermer les éléments suivants :
 la date de rédaction ;
 la liste des travaux exécutés : quantification et pourcentage d’exécution ;
 le nombre total d’ouvriers sur le chantier et leur nombre par spécialités;
 les quantités de matériaux consommés et le matériel utilisé ;
 les interruptions de travail et leurs causes avec mention de la durée de la journée de
travail ;
 les incidents de travail et accidents ;
 les travaux exécutés en régie dans le cas échéant ;
 les prévisions des besoins en matériaux et matériels ;
 les demandes et réclamations : renseignements ; plans d’exécution ;
 les remarques par rapport aux paiements des ouvriers ;
 les demandes de fond pour les menues dépenses ; etc….

Pour faciliter la rédaction du rapport journalier de chantier, le gestionnaire de chantier peut le


présenter sous forme de formulaire à remplir quotidiennement.

5. L’achèvement des travaux et la remise de l’ouvrage

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 176

A la fin des travaux, l’entrepreneur doit remettre l’ouvrage au propriétaire (maître de


l’ouvrage). Pour cela, l’entrepreneur avise par écrit le maître d’œuvre et le maître de
l’ouvrage de la fin des travaux et demande par la même occasion de réceptionner
l’ouvrage.
Selon la législation malienne, on a une double réception (dans les cas courants) :
- la réception provisoire prononcée à la fin des travaux ;
- la réception définitive prononcée un an après la réception provisoire.
Réception des travaux = acte contradictoire par lequel le maître de l’ouvrage donne quitus à
l’entreprise de l’exécution de l’ouvrage ou déclare accepter l’ouvrage avec ou sans réserves.
Quitus = acte par lequel la gestion d’une personne est reconnue exacte et régulière.
Réserves = protestations faites contre le déroulement et les conditions d’exécution des
travaux  ; les réserves sont les imperfections, les malfaçons, les travaux inachevés, etc….

5.1. La visite pour la préparation de la réception provisoire des travaux

Avant la réception de l’ouvrage, on procède, au préalable, à une série d’opérations qui sont :
 la reconnaissance des ouvrages exécutés ;
 la constatation de l’inexécution des prestations prévues au marché ;
 la constatation éventuelle d’imperfections et de malfaçons ;
 la constatation du repliement des installations de chantier ;
 la constatation de la remise en état des terrains et des lieux ;
 les constatations relatives à l’achèvement des travaux.

Ces opérations sont effectuées lors d’une visite appelée visite pour la préparation de la
réception provisoire des travaux ou encore visite pour « la réception technique des
travaux », concept couramment utilisé par certains professionnels. Les parties prenantes de
cette visite sont les différents intervenants. Elle doit permettre de s’assurer de l’achèvement
des travaux, de l’absence de défauts de construction et, dans le cas échéant de recenser toutes
les malfaçons et imperfections. Ces imperfections et malfaçons doivent être corrigées par
l’entrepreneur avant la réception provisoire des travaux.

5.2. La réception provisoire des travaux


La réception provisoire d’un ouvrage peut être prononcée sans ou avec réserves. Les
réserves sont constituées par les imperfections dans l’exécution des travaux, certaines
malfaçons, les détails de travaux inachevés. Le maître de l’ouvrage conteste ces imperfections
dans l’exécution des travaux.
En cas de réception des travaux avec réserves, on établit la liste des réserves. La liste des
réserves est jointe au procès verbal de réception provisoire des travaux. L’entrepreneur
doit dans ce cas effectuer les travaux nécessaires pour lever ces réserves pendant le délai de
garantie de parfait achèvement (une année), c’est-à-dire avant la réception définitive. C’est au
maître de l’ouvrage, sauf s’il en a chargé contractuellement le maître d’œuvre, de se
charger de vérifier la levée des réserves.
Avant la réception définitive, l’entrepreneur est tenu à l’obligation de parachèvement de
l’ouvrage en levant les réserves signalées à la réception provisoire et en donnant suite à la

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 177

demande du maître de l’ouvrage de reprendre les vices cachés à la réception provisoire et qui
apparaissent au cours de ce délai. L’entrepreneur reste redevable des réserves et des vices
apparus au cours du délai de garantie (délai de parfait achèvement). Si l’entrepreneur ne
s’exécute pas, le maître de l’ouvrage doit faire jouer les sûretés financières (retenue de
garantie, etc…). La levée des réserves est notée dans le procès-verbal de réception définitive
des travaux. Une fois toutes les réserves levées, l’entrepreneur peut bénéficier de la retenue de
garantie.

5.3. Réception définitive des travaux

La réception définitive a lieu un an après la réception provisoire. Elle se tient après réparation
de toutes les imperfections et malfaçons apparues au cours de ce délai (1 an) de parfait
achèvement.

5.4. Bilan des travaux

Après l’exécution de l’ensemble des travaux du marché, il faut faire le bilan financier, c’est-à-
dire évaluer les dépenses réellement réalisées et les comparer aux dépenses prévisionnelles
selon l’offre de l’entreprise. Cette opération permet de prendre certaines dispositions pour
mieux gérer les travaux et/ou corriger les offres futures de l’entreprise.

5.4.1. Evaluation des déboursés secs des différents ouvrages


Il est important, dès le début de réalisation d’un ouvrage élémentaire, de recenser toutes les
informations (quantités de matériaux consommées, main d’œuvre utilisée, produits et
matériels utilisés) relatives aux dépenses pour exécuter ledit ouvrage ; autrement dit
rassembler tous les éléments pour évaluer le déboursé sec de l’ouvrage élémentaire. Avec ces
informations, on détermine le déboursé sec de l’ouvrage élémentaire. Cette opération est
effectuée pour tous les ouvrages élémentaires du marché. A la fin des travaux, on obtient un
tableau récapitulatif de déboursés secs de tous les ouvrages élémentaires composant le
marché. Pour cela, la démarche est la suivante :
 élaborer un carnet de dépenses journalières pour la réalisation des travaux pour chaque
ouvrage élémentaire ;
 établir une fiche synthèse de réalisation des travaux pour chaque ouvrage élémentaire ;
 faire le récapitulatif des dépenses relatives à tous les ouvrages élémentaires.

Un carnet de dépenses journalières pour la réalisation des travaux d’un ouvrage


élémentaire comprend les éléments suivants (voir tableau 6.25) :
 la date  et la nature des travaux exécutés ;
 les éléments du déboursé sec :
o matériaux utilisés : nature, quantités et coût ;
o la main d’œuvre : effectif et coût ;
o les produits, équipements et matériels utilisés pour l’exécution des travaux :
nature et coût.

Tableau 6.25. Modèle de carnet de dépenses journalières par ouvrage élémentaire.


CARNET DE DEPENSES JOURNALIERES POUR LA REALISATION DES TRAVAUX
Chantier : …………………………………………………………………………………………..

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 178

Nature de l’ouvrage élémentaire : …………………………………………………………………….


Date Eléments Nature Unité Quantité Prix Coût Observations
déboursé sec unitaire
Matériau 1

Matériaux Matériau 2

Ouvrier 1

Main d’œuvre Ouvrier 2

Outil 1
Outils et Outil 2
matériel
Quantité ouvrage élémentaire
Total déboursé sec de la quantité exécutée
Déboursé sec unitaire

Une fiche synthèse de réalisation des travaux d’un ouvrage élémentaire comprend les
éléments suivants (voir tableau 6.26) :
 la désignation des matériaux avec leur quantité et coût ;
 la main d’œuvre : effectif et coût ;
 la désignation des produits, équipements et matériels utilisés pour l’exécution des
travaux avec le coût total d’utilisation.

Tableau 6.26. Modèle de fiche synthèse de réalisation d’un ouvrage élémentaire.


FICHE SYNTHESE DE REALISATION D’UN OUVRAGE
Chantier : …………………………………………………………………………………………
Nature de l’ouvrage élémentaire : ……………………………………………………………
Quantités pour Prix
Désignation Nature Montant
tout le marché unitaire

Matériaux

Main d’œuvre

Outils et matériels utilisés


TOTAL DEBOURSE SEC DE L’OUVRAGE ELEMENTAIRE

Le récapitulatif des déboursés secs des travaux exécutés comprend les éléments suivants
(voir tableau 6.27) :
 la désignation des différents ouvrages élémentaire ;
 le coût des matériaux par ouvrage élémentaire ;
 le coût de la main d’œuvre par ouvrage élémentaire ;
 le coût des produits, équipements et matériels utilisés pour le coût l’exécution des
travaux par ouvrage élémentaire.

Tableau 6.27. Modèle de fiche récapitulative des déboursés secs des travaux.

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011
Chapitre 6. Conduite des travaux 179

RECAPITULATIF DES DEBOURSES SECS DES TRAVAUX EXECUTES


Chantier : ……………………………………………………………………………………………
Coût de la Coût des outils
Désignation des ouvrages Coût des Déboursé
N° main et matériels
élémentaires matériaux sec
d’œuvre utilisés

5.4.2. Appréciations
L’appréciation du bilan financier s’effectue en comparant les dépenses prévisionnelles à celles
réellement effectuées ; cette comparaison peut se faire (voir tableau 6.28)  :
 au niveau de chaque ouvrage élémentaire à travers les déboursés secs, c’est-à-dire en
évaluant l’écart entre le déboursé sec prévisionnel et le déboursé sec réel ;
 au niveau des montants totaux des déboursés secs de l’ensemble des ouvrages, en
évaluant l’écart entre le montant total des déboursés secs prévisionnels et celui des
déboursés secs réels.

Tableau 6.28. Modèle de comparaison des déboursés secs prévisionnels et réels.


COMPARAISON DES DEBOURSES SECS DES TRAVAUX
Chantier : …………………………………………………………………………………………….
Déboursé sec Déboursé sec
N° Désignation des ouvrages Ecart Observations
prévisionnel réel

TOTAL DES DEBOURSES SECS

Cours d’Organisation et de Gestion des chantiers de l’ENI-ABT de Bamako, par H.A. DICKO, Ph.D -2011