Vous êtes sur la page 1sur 21

BREF APERÇU

SUR L’INCENDIE
Un incendie est un feu (d’une grande ampleur) violent et destructeur pour les activités humaines ou la
nature. L’incendie est une réaction de combustion non maîtrisée dans le temps et l’espace.
PRINCIPE DE L’INCENDIE : LE TRIANGLE DE FEU:
Le principe de base de la combustion ou de l’incendie repose sur la combinaison de trois éléments :
 Le combustible (bois, paille, gaz domestique…)
 Le comburant (oxygène de l’air…)
 Une source de chaleur (radiateur, fils électriques, étincelles…)
TRIANGLE DE FEU : Matière combustible + Oxygène + Chaleur =FEU

OXYGENE

MATIERE
CHALEUR
COMBUSTIBLE
L’incendie : Explication physique et thermique

Naissance incendie : 3 conditions

 Combustible :

Un combustible est une matière qui, en présence d’oxygène et d’énergie, peut se combiner à l’oxygène
(qui sert de comburant) dans une réaction chimique générant de la chaleur. C’est un matériaux qui peut
dégager des calories en se transformant.
Exemples : revêtement, meubles, ...

 Comburant :

Gaz ou liquide qui va réagir avec le combustible pour qu’il y est de la combustion. Le principal
comburant est le dioxygène de l’air.

L’énergie d’activation : Chaleur qui porte le système combustible/comburant à une température d’inflammation.
Les deux sources de l’énergie d’activation sont :

-> Extérieure : Ce dit d’une énergie d’activation qui est extérieure au contact comburant / combustible.
Exemple : J’ai
du papier dans l’air et il me faut apporter de l’énergie (une flamme par exemple) pour que la combustion
s’amorce.

-> Induite : Se dit d’une énergie d’activation qui est induite par le contact comburant / combustible. Exemple :
J’ai un hydrocarbure (essence) et je le mets en contact avec de l’acide nitrique concentré (comburant). Le
contact de l’un avec l’autre génère un dégagement de chaleur (énergie) qui est suffisamment
importante pour amorcer la combustion (explosion).

Exemples de sources de chaleur :


-> Appareil de chauffage mal réglé dont la température de surface deviendrait trop élevé et
deviendrait donc le combustible.
-> Échauffement de conducteurs électriques : (utilisation de fusible)
-> Flammes : allumette, cigarette, bougie, chalumeaux, ...
 L’apparition d’un feu est toujours due à la coexistence de trois éléments (matière combustible +
oxygène + chaleur). Si on supprime un seul de ces éléments, le feu s’éteint.

 Les matières combustibles (trois catégories)

 Les combustibles solides (charbon de bois, houille, paille…)


 Les combustibles liquides (issus du pétrole brut et parfois de la biomasse (dérivés d’huiles
végétales)).
 Les gaz combustibles (le gaz naturel).
NB: le feu meurt s’il n’est pas alimenté.

 L’oxygène
 Le feu respire.
 Le taux normal d’oxygène de l’air ambiant est de 21%, si on réduit ce taux à environ 15%, bon
nombre de matière ne brûle plus.

 La chaleur
 Le radiateur ; Le fourneau ;
 Le fil électrique d’une prise surchargée ; La foudre ;
 La végétation en décomposition ; Les produits chimiques volatils ; etc.
Propagation à l’intérieur d’un local : Il y a 3 modes de propagation de la chaleur

 Convection :
 La convection est un transport de gaz chaud.
 Un gaz chaud monte : la densité d’un gaz diminue
avec la chaleur, la poussée d’Archimède provoque
donc l’élévation de cette masse.
 Lorsque cette masse atteint un obstacle froid (par
exemple un plafond), elle lui transfert sa chaleur,
refroidit et retombe, il a donc un mouvement de «
roulement », similaire au mouvement de l’eau portée à
ébullition dans une casserole.
 Dans le cas d’un incendie, les fumées suivent le même comportement ascendant. Elles peuvent parcourir
des distances importantes et transférer leur chaleur à un matériau combustible qui serait sur leur trajet. On
cite fréquemment le cas des feux de cave dont les fumées empruntent la cage d’escalier, épargnent les
étages intermédiaires et s’accumulent dans les combles avant de les embraser.
 L’ouverture d’une trappe de désenfumage empêche l’accumulation de fumée. Une porte coupe-feu
empêche la propagation de fumée et donc de l’incendie, et protège les personnes contre l’intoxication.
 Une porte coupe-feu empêche la propagation de fumée et donc de l’incendie, et protège les personnes
contre l’intoxication.
 Rayonnement :
 Il s’agit d’un mode de propagation à distance qui peut se
faire dans le vide. C’est le phénomène qui fait que lorsque
l’on est face à un feu, le côté exposé est chaud alors que le
côté opposé est froid.

 La fréquence du rayonnement située est dans l’infrarouge


(IR). La puissance du rayonnement est fonction de :
 la température (le rayonnement augmente avec la puissance
quatrième de la température)
 la distance (le rayonnement diminue avec le carré de la
distance)
 la nature des particules constituant les fumées, notamment
les suies.
 Conduction
La conduction thermique est le mode de transfert de chaleur provoqué par une différence de température
entre deux régions d’un même milieu ou entre deux milieux en contact sans déplacement appréciable de
molécules.
Ce transfert de chaleur spontané d’une région de température élevée vers une région de température plus
basse obéit à la loi dite de Fourier.

 Ainsi, le manche d’une cuillère métallique qui dépasse d’un plat bouillant va s’échauffer jusqu’à
devenir brulant. Lors d’un incendie, ce même phénomène peut transporter d’importantes quantités
d’énergie d’une pièce à l’autre d’un bâtiment.
 Les matériaux métalliques (éléments de charpentes, rails, conduites, fers à béton...) ont une conductivité
particulièrement élevées.
Propagation d’un feu (bâtiment)
Durant le feu dans une pièce, il se créer une surpression et les gaz chauds et imbrulés cherchent à sortir.
Trois possibilités :

 Les gaz imbrulés sortent vers l’extérieur du


bâtiment par une fenêtre (porte, ouverture, ...) en
face supérieur et de l’air frais rentre en face
inférieure qui permet de relancé la combustion.

 Les gaz imbrulés sortent vers l’extérieur du


bâtiment par une ouverture sous une porte, par les
gaines techniques, ou passer par des parois peu
étanches.

 Transmission d’un locale à un autre par


conductivité d’une paroi à une autre.
LES TYPES DE PROCESSUS DE COMBUSTION
En fonction de la vitesse du processus de réaction, on parle de :
 Une combustion lente : quand il s’agit d’une réaction à basse température pour laquelle il n’y a pas de formation
de flamme. Par ex. la digestion : la nourriture donne le combustible nécessaire (graisses, hydrates de carbone...).
Les poumons se chargent de l’oxygène. Lors de la combinaison du combustible avec l’oxygène, une combustion
lente prend naissance.
 Une combustion normale : si la combinaison de la matière combustible avec l’oxygène va de pair avec
l’apparition d’une lumière ou d’une flamme.
 Une explosion : le processus de combustion se passe très rapidement. La puissance d’une explosion peut détruire,
mais peut aussi être utilisée comme source d’énergie (par ex. moteur à explosion).
 Une détonation : quand la combustion se produit avec une vitesse de propagation énorme. Une autre
caractéristique est une augmentation de la pression qui peut avoir un effet destructeur.
 L’auto-inflammation : Certaines matières organiques peuvent commencer à chauffer spontanément par un
processus de fermentation biologique. La température peut augmenter de telle manière que la température d’auto-
inflammation de la matière est atteinte et que le produit commence à brûler sans qu’une source d’inflammation ne
soit intervenue. Par ex. chiffons imbibés d’huile.
Les causes d’incendie :
Les causes naturelles (foudre, fermentation).
Les causes humaines (acte de malveillance).
Les causes accidentelles (court-circuit électrique, échauffements liés à une surcharge, travaux par point
chaud, échauffements liés aux frottements mécaniques).
La répartition des feux
Les pompiers différentient 5 classes de feu selon la nature de la matière. Les feux d’une même classe
peuvent généralement être éteints avec les mêmes moyens.
LES TYPES DE FEUX :
 LES FEUX SECS (Classe A) : feux de bois, papier, carton, tissus, etc.
 LES FEUX DE LIQUIDES (Classe B) : ce sont les feux d’hydrocarbures.
 LES FEUX DE GAZ (Classe C) : ce sont les feux de gaz naturels.
 LES FEUX DE METAUX SPECIAUX ou d’origine électrique (Classe D) : ce sont les feux de
sodium, magnésium, aluminium ou une surtension électrique.
 NB : Pour empêcher l’apparition d’un feu ou provoquer son extinction, il suffit d’éliminer l’une des
trois composantes.
PRÉVENTION INCENDIE

Un incendie peut être évité si l’on s’arrange pour que le triangle du feu ne soit pas fermé. On peut le
faire en éliminant un des trois facteurs (oxygène, combustible et source d’inflammation)
Matière combustible : Dans un environnement avec de l’oxygène où une source de chaleur peut se
transformer en source d’inflammation, il faut éviter la présence de matières combustibles.
Oxygène : Il n’est généralement pas possible d’éliminer l’oxygène, mais on peut dans certains cas,
diminuer la teneur ou le volume en oxygène. L’oxygène ne brûle pas lui-même mais entretient le
processus de combustion et peut augmenter considérablement le danger d’incendie (par ex. éviction
d’oxygène par l’azote dans les silos).
Source d’inflammation : L’incendie peut être prévenu en évitant les sources d’inflammation où du
matériel combustible et de l’oxygène sont présents.
MOYENS D’EXTINCTION :

 L’eau : est encore toujours le moyen d’extinction le plus utilisé. Il est très efficace pour l’extinction de feux avec des
matières solides. L’avantage est que l’eau est presque partout présente et est relativement bon marché. Par son action
refroidissante, elle retire la chaleur du foyer d’incendie de sorte que le feu s’éteint. L’eau est aussi très efficace pour
éviter que le feu ne s’étende du fait qu’elle refroidit le matériel qui n’est pas encore atteint par le feu.

 Sable : Du sable fin et sec est très efficace contre les feux de liquides inflammables répandus sur le sol ou de certains
métaux. Le sable étouffe le feu en empêchant l’arrivée d’oxygène, en outre il a une action refroidissante.

 Poudres extinctrices : Les poudres sont adaptées pour presque tous les feux. Il y a des poudres sur le marché qui servent
pour les feux de classe ABC, BC et D. La poudre étouffe le feu et a une action anticatalytique. Cela veut dire qu’une
réaction chimique a lieu par laquelle la combustion devient impossible.

 Mousse : La plupart des extincteurs sont de nos jours remplis avec de la mousse. L’extincteur contient principalement de
l’eau et un moyen formant de la mousse. À cause de la mousse, l’eau lors de l’extinction reste flotter sur la matière à
éteindre (par ex. sur l’essence). Par conséquent, l’arrivée d’oxygène est fermée et le feu s’éteint. La plupart des
extincteurs à mousse sont adéquats pour les feux de classe A et B.

 Dioxyde de carbone : Le CO2 est un gaz incolore plus lourd que l’air. Le gaz n’est pas conducteur et c’est pourquoi il est
tout à fait adapté pour des feux à proximité d’appareils ou dans des appareils sous tension. En raison de sa pureté, c’est
aussi un bon moyen d’extinction pour les installations électriques. Le CO2 est efficace pour les feux de classe B et C.
 L’outil le plus important est l’extincteur. L’extincteur est donc un appareil de lutte contre l’incendie,
capable de projeter ou de répandre une substance appropriée, appelée « agent extincteur », afin
d’éteindre un début d’incendie.

 MAIS COMMENT CHOISIR UN EXTINCTEUR ?

À chaque type de feu correspond un type d’agent extincteur :


 Eau pulvérisée avec ou sans additif ;
 Poudre ;
 Dioxyde de carbone, appelé communément « neige carbonique ».
Il existe deux grandes familles d’extincteurs :
les extincteurs à pression auxiliaire et les extincteurs à pression permanente. La mise en action est différente pour ces
deux types.
 Les extincteurs à pression auxiliaire Une cartouche de gaz comprimé (CO2) est percutée par l’utilisateur et la pression
se répand dans le corps de l’extincteur. On trouve ce principe dans les extincteurs à eau et à poudre.
 Les extincteurs à pression permanente On trouve ce principe dans les extincteurs à dioxyde de carbone (CO2). Celui-ci
est comprimé à 50 bars et se trouve sous forme liquide. Lors du fonctionnement de l’extincteur, le fluide passe
brusquement de 50 bars à une pression de 1 bar (pression atmosphérique). Cette détente brutale provoque une forte
diminution de température qui solidifie le CO2 pour donner de la neige carbonique. La température ambiante étant très
supérieure à la température de solidification, cette neige s’échauffe puis se transforme directement en phase gazeuse.
Tableau de correspondance entre les types de feux et les types d’extincteur
 OBSERVATION
 Chaque année, les incendies en milieu professionnel font de nombreuses victimes.
 Un incendie est un feu violent et destructeur pour les activités humaines ou la nature.
 L’incendie est une réaction de combustion non maitrisée dans le temps et l’espace.
 La combustion est une réaction chimique exothermique c’est-à-dire accompagnée d’une
production d’énergie sous forme de chaleur.
 Un incendie n’est jamais dû au hasard.
 Les incendies sont dramatiques sur le plan économique : bien souvent, l’entreprise disparaît.
 D’où l’importance du management de la sécurité et de l’hygiène au travail.
CONSÉQUENCES DES INCENDIES
La destruction des biens, du mobiliers, voir une dégradation partiel ou totale du bâtiment
(risque d’effondrement).

 Chez l’homme, de lésions :


Par brûlure.
Par asphyxie (inhalation de gaz toxique (CO) ou défaut d’O2).
Par écrasement (objets ou panique).
Par électrisation ou électrocution (=décès) => Les gaines dénudées par la chaleur.
Par chocs, projections ou chutes d’objets.
Chute : volontaire ou involontaire.
PRINCIPE DE PRÉVENTION

Récapitulatif des préventions du risque d’incendie :

 Éviter l’échauffement d’appareils domestiques


 Limiter la charge de combustibles dans les locaux
 Réduire la propagation des flammes, des gaz et de la chaleur (gaines, parois, portes,
ouvertures, ...)
 Éviter/limiter le risque d’effondrement, de chute d’objets.
 Évacuation sereines.
OBJECTIFS DES PRÉVENTIONS DE L’INCENDIE :

 Prioritaire : préservation des personnes : l’objectif prioritaire est toujours la vie des
personnes !
 Protection des biens: l’objectif numéro 2 est la préservation des biens.
 Hiérarchiser les protections (Liées à l’ampleur du risque) :

 Nombre d’occupants du bâtiment


 L’état de veille des personnes (lieu de repos / de passage)
 Usages des bâtiments (Niveau de connaissances des personnes du bâtiment)
 Capacité de mobilité des personnes
 Lieu à risques : dû principalement aux produits stockés.
 Formes et dimensions du bâtiment => distance à parcourir pour sortir.
Usage (ex. Gymnase / hôtel), (ex. cariste / grande surface)
PRINCIPES APPLICABLES POUR ÉVITER LES INCENDIES :

 Éviter la naissance du feu.


 Limiter l’élévation de la température.
 Éviter la propagation des gaz, flammes, chaleur.
 Assurer l’évacuation rapide des occupants.
 Permettre l’accès aux moyens de secours.