Vous êtes sur la page 1sur 8

TP

Tenue En Service Des Matériaux

TP N°1

Effet d’entaille sur les essais de traction

GEM3 S1 (MTCN)
G1
BACCOUR Issam
BESBES Dalel
BACCOUR Walid

0 Labo. Tenue en service des matériaux


I. Introduction:
Parmi tous les essais mécaniques, l'essai de traction est certainement l'essai le plus utilisé. Il
sert à déterminer les principales caractéristiques mécaniques telles que le module d'élasticité,
le coefficient de Poisson, la limite d'élasticité, la résistance à la rupture, l'allongement après
rupture . Son exécution est facile et les résultats obtenus servent à dimensionner toutes sortes
des pièces allant d'un pignon microscopique jusqu'à la structure métallique d'une grande halle.

Cet essai a comme objectifs :


 de faire connaître le fonctionnement d'une machine de traction;
 de mesurer des courbes de traction;
 d'interpréter les résultats obtenus: déterminer la limite élastique, etc.

II. Dispositif

Mors mobile

Mors fixe

Fig 1 : Machine de traction

Une machine de traction est constituée d'un bâti portant une traverse mobile. L'éprouvette de
traction, vissée ou enserrée entre des mors, selon sa géométrie, est amarrée à sa partie inférieure à la
base de la machine et à sa partie supérieure à la traverse mobile.

1 Labo. Tenue en service des matériaux


III. Résultats et interprétations
 Triangulaire

Fig 2: Courbe de traction pour l’éprouvette triangulaire

2 Labo. Tenue en service des matériaux


 Rectangulaire :

Fig 3: Courbe de traction pour l’éprouvette rectangulaire

3 Labo. Tenue en service des matériaux


 Circulaire:

Fig 4: Courbe de traction pour l’éprouvette circulaire

4 Labo. Tenue en service des matériaux


IV. Interprétations :
Au cours de l'essai, on mesure l'écartement des bords de l'entaille en fonction de la force
appliqué.
Les courbes obtenues F = f(∆l) représentent des courbes d’un essai de traction. Chacune
présente trois zones : zone élastique, zone plastique et zone de rupture.
- Pour l’éprouvette contenant l’entaille triangulaire la limite élastique Re corresponde à
F=10.32 kN, Rm corresponde à F =12,02 kN et enfin la rupture se traduit à F = 4.38 kN.
- Pour l’éprouvette contenant l’entaille rectangulaire la limite élastique Re corresponde à
F=10.06kN, Rm corresponde à F =12,2 kN et enfin la rupture se traduit à F = 5.12 kN.
- Pour l’éprouvette contenant l’entaille circulaire la limite élastique Re corresponde à
F = 9.99 kN, Rm corresponde à F =13,19 kN et enfin la rupture se traduit à F = 8.64 kN.
En guise de conclusion et suivant les résultats triangulaires résiste mieux au chargement
appliqué. Ensuite on trouve l’éprouvette à entaille rectangulaire et puis l’éprouvette à entaille
circulaire.

5 Labo. Tenue en service des matériaux


V. Résultats par simulations
 Triangulaire
Contrainte de Von Mises

 Rectangulaire
Contrainte de Von Mises

 Circulaire
Contrainte de Von Mises

6 Labo. Tenue en service des matériaux


Interprétations :
Après simulation, on remarque que la répartition de la contrainte de Von Mises est non
uniforme. Il y a une concentration de contrainte au niveau de chaque entaille des éprouvettes.
Pour l’éprouvette à entaille triangulaire la contrainte maxi σmax = 52,91MPa, pour
l’éprouvette à entaille rectangulaire la contrainte maxi σmax = 63,35MPa et enfin pour
l’éprouvette à entaille circulaire la contrainte maxi σmax = 50,55 MPa.
On dit ici que l’éprouvette à entaille rectangulaire est la plus sollicitée par rapport aux
autres.

σnom = F/S avec S =e*(l-2*r)=2*(30-2*5)= 2*20 = 40 mm²


σnom= 1000/40 = 25 MPa
Kt= σmax/ σnom avec Kt est le coefficient de concentration de contrainte
Triangulaire  : σmax = 52,91MPa ; Kt,triang= 52,91/25 = 2,11
Rectangulaire : σmax = 63,35 MPa ; Kt,rectang= 63,35/25 = 2,53
Circulaire  : σmax = 50,55 MPa ; Kt,circu= 50,55/25 = 2,02

Kt,circu< Kt,triang <Kt,rectang

On remarque que l’éprouvette à entaille rectangulaire à la valeur le plus importante de K t


donc on peut citer qu'il attient la plasticité avant les autres types d'éprouvettes.

VI. Conclusion :
On remarque les résultats expérimental trouver en essai de traction ne sont pas les mêmes
résultats obtenu après simulation. Cette contradiction due au différentes causes:
 intérieure de l'éprouvette (la présence de fissures et des point de faiblesse au niveau
de l’entaille de chaque éprouvette lors de la propagation de ces derniers)
 extérieure de l'éprouvette (la différence de température...)
 liées à la préparation des éprouvettes ou pièces.
L'effet de la forme de l'éprouvette sur l'énergie de rupture est très prononcé.

7 Labo. Tenue en service des matériaux