Vous êtes sur la page 1sur 11

Pr.CHERAIT.

Y : Caractères des matériaux

Chapitre II (résumé)

CARACTERES DES MATERIAUX

1- LE BETON
Le béton est un matériau artificiel obtenu par un mélange de liant (ciment), d’eau, d’agrégats
(sable et gravier), et éventuellement d’adjuvant, le tout choisi de façon rationnelle. Les
agrégats ou granulats, qui suivant leurs dimensions, se classent en fillers, sables, gravillons et
pierres, composent l’ossature du béton et jouent un rôle de remplissage. La pâte de ciment qui
se forme après le gâchage à l’eau du mélange enrobe les grains de sable et de graviers,
remplit les espaces entre eux et joue le rôle de lubrifiant des agrégats en communiquant au
béton une certaine plasticité, nécessaire pour une mise en œuvre correcte. La pâte de ciment
en durcissant, fixe les grains des agrégats et donne au béton des propriétés intéressantes,
notamment une bonne résistance à la compression.

La composition du béton est caractérisée principalement par le dosage en liant (exprimé en


kg/m3) et le rapport eau/ciment.

Le béton utilisé pour les ouvrages précontraints ne diffère en rien, d’un point de vue
constituants de base, d’un béton traditionnel pour ouvrages en béton armé, cependant,
l’intervention de certains phénomènes propre à la technique de la précontrainte tels que les
pertes par retrait, fluage et relaxation, par exemple, impose une étude plus fine et plus
spécifique de la composition.

En phase de construction et lors de la mise en tension, les contraintes dans le béton sont
souvent très élevées et nettement supérieures en général aux contraintes maximales en
service, en effet:

 la précontrainte est appliquée initialement à sa valeur maximale (par la suite l’effort de


précontrainte diminue suite à l’intervention des pertes de précontrainte),

 les charges extérieures appliquées sont souvent plus faibles qu’en service,

 la section du béton est souvent incomplète.

Comme la précontrainte est antagoniste des charges extérieures, ces trois raisons vont dans le
même sens, c’est-à-dire l’agressivité de la précontrainte initiale. En pratique, l’opération de la
mise en tension des câbles constitue souvent un test sur la qualité du béton utilisé.

Les objectifs visés par l’étude de la composition du mélange pour les ouvrages courants en
béton précontraint, sont les suivants:

 une très bonne résistance à la compression, notamment au jeune âge. La section de


béton étant le plus souvent entièrement comprimée,

 une forte compacité et une bonne résistance aux agents agressifs et aux intempéries,
afin d’éviter tout risque de rupture des câbles par corrosion,
Pr.CHERAIT.Y : Caractères des matériaux

 réduire au maximum les déformations de fluage et de retrait afin de limiter les pertes de
précontrainte par suite de l’intervention de ces deux phénomènes,
 permettre un remplissage correct, notamment des zones à ferraillage dense, en donnant
au béton une maniabilité suffisante.

Propriétés du béton
Résistances mécaniques

En pratique, on lie souvent la résistance ultime du béton en compression, qui apparaît comme
facteur essentiel dans la conception des ouvrages; au rapport eau/ciment. Cependant à côté de
ce facteur, d’autres paramètres jouent également un rôle très important sur les
caractéristiques mécaniques et rhéologiques du béton.

Résistance caractéristique à la compression selon le BPEL91

Le béton est défini par sa résistance à la compression, à l’âge de 28 jours, dite résistance
caractéristique et notée "fc28". Elle se mesure par écrasement de cylindres de 16cm de
diamètre et de 32cm de hauteur. Les éprouvettes sont coulées soit dans des moules
métalliques, soit dans des moules en carton imperméabilisé. Les cylindres sont conservés soit
en laboratoire à 20°C et à un degré hygrométrique d’au moins 95% lorsqu’il s’agit
d’éprouvettes pour études préalables du béton, soit à proximité de l’ouvrage lorsqu’il s’agit
d’éprouvettes de contrôle. Avant l’essai à la presse, les faces du cylindre au contact des
plateaux sont rectifiées au moyen d’un enduit coulé sur un marbre rectifié. La charge est
appliquée régulièrement à raison d’une augmentation de (52)kg/cm2par seconde.

FIG 1. Eprouvettes cylindriques 16.32.


Toutefois, dans certains cas, on peut admettre certaines valeurs de résistance obtenues à
partir de l’expérience. Ainsi pour les bétons vibrés correctement, on peut utiliser pour la
résistance à la compression à 28 jours les valeurs suivantes:
TABLEAU 1: Valeurs usuelles de la résistance du béton à 28 jours.
Classes du ciment 45 et 45R 55 et 55R
Condition de fabrication CC AS CC AS

fc28 16 300 325 325 300


(MPa) 20 350 400 375 350
25 (1) (1) (1) (1)
30 non admis
* dans le tableau précédent:
CC, désigne les conditions courantes de fabrication des bétons,
AS, signifie avec autocontrôle surveillé,
(1), cas à justifier par une étude appropriée.
Pr.CHERAIT.Y : Caractères des matériaux

L’auto contrôle surveillé intervient essentiellement par la rigueur accrue qu’il introduit dans le
processus de fabrication du béton.
Pour les sollicitations qui s’exercent sur un béton âgé de moins de 28 jours, on se réfère à la
résistance caractéristique fcj obtenue au jour considéré selon les approximations suivantes:

j
f cj= ( f)
4, 76+0 , 83 j c 28
si →f c 28≤40 MPa

Ainsi :
fc7 = 0,662fc28, fc14 = 0,855fc28, fc21 = 0,946fc28.

j
f cj=( f
1 , 40+0 ,95 j c 28) si →f c 28≻40 MPa

Ainsi :
fc7 = 0,869fc28, fc14 = 0,952fc28, fc21 = 0,984fc28
On pratique obtient couramment fck = 30MPa (par exemple, pour des ouvrages coulés en place)
et, avec un peu plus de soin, 35 ou 40MPa. À l’heure actuelle, l’utilisation de fluidifiants permet
d’atteindre fck = 60MPa et même, moyennant l’adjonction de fumées de silice, 80 à 100MPa.

Résistance à la traction selon le BPEL91

La résistance caractéristique à la traction, à l’âge ‘j’ jours, notée ftj, est conventionnellement
définie par la relation:

f tj=0,6+0,06f cj
dans cette relation fcj et ftj sont exprimées en MPa.
Exemples :

f c28=25 MPa →f t 28 = 0,06×25+0,6 = 2,1 MPa


f c28=30 MPa →f t 28 = 0 ,06×30+0,6 = 2,4 MPa
Déformations longitudinales instantanées du béton
On peut considérer comme déformation instantanée une déformation résultant de l’application
d’un effort statique s’exerçant pendant une durée inférieure à 24 heures en ordre de grandeur.
Dans les cas courants, aux états limites de service, on peut admettre pour la loi de
comportement du béton, un modèle linéaire. Pour le module longitudinal instantané du béton
noté Eij, on considère la valeur suivante:

FIG.2 : diagramme parabole rectangle (BPEL91).

Module de Young instantané selon le BPEL91.


Pr.CHERAIT.Y : Caractères des matériaux

3
Eij =11000 √ f cj
fcj exprimée en MPa.

TABLEAU 2 : Valeurs du module de Young en fonction de la résistance du béton selon

le BPEL91.

Résistance 16 20 25 30 35 40
(MPa)
Eij 27718 29859 32164 34180 35982 37619
(MPa)

Coefficient de poisson
Le module de déformation transversale est donné par la formule suivante
E
G=
2(1+ ν)
E : Module de Young,
ν : Coefficient de poisson.
Le coefficient de poisson est le rapport entre la déformation relative transversale et la
déformation relative longitudinale pris égale à :
 0 pour le calcul des sollicitations en considérant le béton fissuré,
 0,2 pour le calcul des déformations en considérant le béton non fissuré.

Masse volumique
Le règlement impose une valeur identique à celle du béton armé, soit 2500kg/m 3.

Coefficient de dilatation thermique


Le coefficient de dilatation thermique du béton varie entre 9 à 12.10 -6. Dans les calculs on
adoptera une valeur forfaitaire de 10-5/C.

2 - ARMATURES PASSIVES ET ACTIVES

2.1. Armatures passives : pour béton armé

Les produits sidérurgiques les plus couramment utilisés sont les ronds lisses de nuance douce,
les barres à haute adhérence en acier naturel ou écroui et les treillis soudés

Caractéristiques géométriques

Les diamètres des aciers pour les ronds lisses ou crénelés sont normalisés. Ces diamètres sont
reportés dans le tableau suivant.

TABLEAU 3 : Diamètres des barres normalisées, exprimés en mm.


Diamètre 3 3. 4 4. 5 5. 6 7 8 9 1 1 1 1 2 2 3 40
5 5 5 0 2 4 6 0 5 2
Ronds lisses et X X X X X X X X X X
Pr.CHERAIT.Y : Caractères des matériaux

H.A
Fils tréfilés H.A X X X X X X X
Fils tréfilés H.A X X X X X X X X X X X X

TABLEAU 4 : Propriétés physiques des barres haute adhérence.


Diamètre Section Périmètre Poids
(mm) (cm2) (cm) (kg/ml

6 0.283 1.88 0.222


8 0.503 2.51 0.395
10 0.785 3.14 0.617
12 1.13 3.77 0.888
14 1.54 4.40 1.21
16 2.01 5.03 1.58
20 3.14 6.28 2.47
25 4.91 7.85 3.85
32 8.04 10.1 6.31
40 12.57 12.6 9.87
Armatures à haute adhérence (HA)
L'adhérence acier béton peut être considérablement améliorée en réalisant des saillies sur le
noyau rond de l’armature. On a ainsi imaginé différentes formes de saillies dont les meilleures
sont constituées de noyaux cylindriques munis de nervures enroulées en hélice. On parle alors
d’acier à haute adhérence.

Acier haute adhérence ¿{ Bar es H. A ¿ {Fils H. A ¿¿¿


- Diagramme conventionnel
Il s’agit de diagrammes simplifiés utilisés dans les codes de calcul des structures en béton
armé. Le figure 3 montre le diagramme «Contrainte déformation» d’un acier naturel.

FIG.3 : Diagramme conventionnel des aciers naturels

Avec :
ε s  : allongement relatif de l’acier, limité 0,1 % ;

Es  : module d’élasticité longitudinal pris égal à 200000MPa ;

f e  : limite élastique garantie par le fabricant.


Pr.CHERAIT.Y : Caractères des matériaux

Les treillis soudés


Ils peuvent se présenter sous forme de fils bruts de tréfilage ou de fils tréfilés à haute
adhérence. Les fils sont ensuite assemblés par soudure pour constituer des mailles carrées ou
rectangulaires. D’un point de vu commercial, les treillis soudés se présentent :
 En rouleau de 25m de longueur pour les diamètres inférieurs où égaux à 5mm.

FIG.4 : Photo d’un rouleau de treillis soudés.

 En panneaux : dans ce cas les espacements entre axes des fils, exprimées en millimètres
peuvent prendre :
Pour les fils porteurs : [75, 100, 125, 150, 200]mm. 

FIG.5 : Vue en plan d’un treillis soudé.


Pour les fils de répartition : [50, 100, 125, 150, 200, 250, 300]mm.
Désignation des treillis soudés 

Exemple : TS 5/4 ( 100 × 250 ) désigne un treillis soudé :


Ayant des fils porteurs Ø5espacés de 100mm ;
Ayant des fils de répartition Ø4 espacés de 250mm.
Nuance des armatures pour béton armé

Pour les ronds lisses, il existe deux nuances : FeE215 et FeE235, correspondant à des limites
d’élasticité garantie de 215 et 235MPa, pour les barres à haute adhérence, les nuances sont
FeE400 et FeE500 et correspondent à des limites d’élasticité garantie de 400 et 500MPa.
TABLEAU 5 : Désignation et caractéristiques des aciers pour béton armé.
Pr.CHERAIT.Y : Caractères des matériaux

Types d’aciers Désignation Limite d’élasticité fe (MPa)

215
FeE215
Ronds lisses 235
FeE235
Aciers haute 400
FeE400
adhérence HA 500
FeE500
Treillis soudés lisses
500
TSL
Treillis soudés haute
500
adhérence TSHA

Aptitudes des armatures à rester solidaires au béton


Cette aptitude s’exprime à travers les coefficients de fissuration (ou d’adhérence) et de
scellement.
Valeurs du coefficient de fissuration :
η=1 pour les ronds lisses.

η = 1,6 pour les barres HA où fils HA de diamètre supérieur où égal à 6mm.

η = 1,3 pour les fils de diamètre inférieur à 6mm.

Valeurs du coefficient de scellement :


ψ= 1 pour les ronds lisses.

η = 1,5 pour les barres où fils HA.

2.2 - Armatures de précontraintes


Dans la pratique du béton précontraint les aciers sont tendus en moyenne entre
(1000÷1500)MPa, ce qui nécessite l’emploi d’aciers durs à haute résistance et à haute limite
d’élasticité. La composition minéralogique des aciers durs à haute résistance et à haute limite
d’élasticité varie d’un fabriquant à un autre.
La fabrication des aciers à haute résistance met en jeu plusieurs traitements thermiques et
mécaniques.
 Traitements thermiques  : ils sont constitués par les combinaisons de diverses
opérations : chauffe, refroidissement (trempe) et, pour certains traitements, réchauffage
(revenu). Les principaux traitements sont :
 La trempe ;
 Le patentage ;
 Le vieillissement artificiel par chauffage.
 Traitements mécaniques  : ce sont soit des opérations de laminage à froid soit de
tréfilage. Ces opérations permettent de réduire fortement les diamètres et modifiant en même
temps les propriétés mécaniques de l’acier. Enfin les barres peuvent recevoir des empreintes
par laminage, destinées à augmenter l’adhérence.
Pr.CHERAIT.Y : Caractères des matériaux

On peut également améliorer considérablement les caractéristiques des aciers en leur faisant
subir un durcissement mécanique. Celui-ci peut être réalisé par voie d’étirage, de traction ou
de torsion. Le durcissement mécanique change la structure du métal et favorise l’élévation de
la résistance de l’acier.
Les aciers de précontrainte qui se présentent sous forme de fils, de torons ou de barres, se
classent en catégories ou en classes de résistances.
- Catégories d’aciers de précontrainte
Pour les câbles de précontrainte, on utilise généralement des :
a) fils d’acier à très haute résistance,
b) barres à haute résistance,
c) torons à très haute résistance,
LES FILS
Les fils sont des armatures principales dont les diamètres  varient de 3 à 12,2mm, livrés
sous forme de couronnes de 200kg et de diamètre D tel que : D  250, pour éviter les
contraintes résiduelles dues à leur enroulement en cerce. Cette disposition permet au fil d’être
auto dérouleur, ce qui signifie qu’au déroulage le fil est approximativement rectiligne et ne
garde pas de trace importante de la flexion qu’il a subie.
Les fils ronds et lisses : la surface des fils ronds, lisses, est celle d’un cylindre circulaire. Le
fil est défini par son diamètre nominal D; le producteur garantit les tolérances sur le diamètre,
et, éventuellement, le calibrage du fil.
Les diamètres des fils les plus courants sont 5, 7, 8 et 12mm ; les fils de 5mm, les plus utilisés
autrefois, sont moins répondues aujourd’hui, de même que les fils de 12mm, qui ne sont
employés que pour certains usages spéciaux, tels que la précontrainte verticale d’âmes de
poutres par mono fils.
Les fils non ronds ou non lisses : les fils non ronds ou non lisses peuvent être obtenus soit
directement par laminage, soit à partir d’un fil rond lisse tréfilé auquel on fait subir une passe
spéciale pour le munir d’empreintes ou d’aspérités destinées à augmenter ses qualités
d’adhérence. Dans cette catégorie entrent également les fils ondulés obtenus à partir d’un fil
rond lisse auquel on impose une déformation permanente à peine perceptible à l’œil, mais
suffisante pour augmenter l’adhérence.

FIG.6 : Fils pour précontrainte.

Les caractéristiques des fils les plus utilisés sont présentées dans le tableau suivant:
Pr.CHERAIT.Y : Caractères des matériaux

TABLEAU 6 : Caractéristiques mécaniques des fils usuels.


Diamètre Classes I II III IV
fpe (MPa) 1255 1393 1451 1500
7mm Fpe (KdaN) 4,83 5,36 5,58 5,77
fpr (MPa) 1402 1559 1628 1667
fpe (MPa) 1255 1393 1451
8mm Fpe (KdaN) 6,31 7,00 7,29
fpr (MPa) 1402 1559 1628

LES BARRES
De diamètre supérieur ou égal à 12,5mm, elles ne sont livrées que rectilignes (et sous longueur
maximale de l’ordre de 12m). Elles peuvent être soit lisses, soit nervurées, les nervurations
faisant alors office de filetage grossier (cas des barres Dywidag). Les diamètres les plus
courants sont 26mm, 32mm et 36mm. Mais il existe des barres plus grosses (Macalloy f_40, 50
et même 75mm). De telles armatures ne sont employées qu’en post-tension. Elles peuvent
être préférées aux fils dans certaines applications; en particulier celles où la rigidité de
l’armature est intéressante pour l’exécution : barres en attente verticales par exemple. Les
barres les plus courantes ont un diamètre de 26mm et la longueur maximale disponible est de
l’ordre de 18m, ce qui réduit leur utilisation, sauf à utiliser des coupleurs. Le tableau suivant
donne les caractéristiques des barres les plus utilisées:

FIG. 7 : barres de précontraintes.

Tableau 7 : Caractéristiques mécaniques des barres pour précontrainte.


Diamètre Section fprg fprg Relaxation à 1000 h
(mm) (mm²) (MPa) (MPa) (%)
20 314 1030 828
20 314 1230 1083
26 531 1030 834
26 531 1230 1083 4%
32 804 1030 833
32 804 1230 1082
36 1018 1030 835
36 1018 1230 1081

LES TORONS
Pr.CHERAIT.Y : Caractères des matériaux

Ils sont constitués par des fils tréfilés, de plus petit diamètre que les fils précédents (  = 2 à
4mm) disposés en hélice, régulièrement placés les uns par rapport aux autres en une ou
plusieurs couches superposées. Le pas de toronnage est le pas de l’hélice qui constitue l’axe
du fil dans le toron.

Les torons actuellement utilisés sont, soit des torons à trois fils symétriquement enroulés les
uns sur les autres, soit des torons à sept fils formés par une couche de six fils enroulés
symétriquement autour d’un fil central, qui est souvent d’un diamètre légèrement supérieur à
celui des fils périphériques.

Fig.8: Torons à 7 fils.

Les torons à trois fils, utilisés exclusivement pour la précontrainte par pré-tension sont formés
par des fils de 2,4mm de diamètre ; leur diamètre d’encombrement est de 5,2mm et leur
section nominale de 13,6mm2.
Les torons à sept fils les plus courants sont : les torons de 1/2’’, soit 12,7mm, formé de six fils
4,2mm, enroulés sur un fil de 4,3mm et dont la section nominale est 94mm 2. Notons enfin
l’existence de torons à plusieurs couches, et en particulier celle du toron de 19 fils, formé d’une
couche périphérique de 12 fils et une couche intermédiaire de 6 fils autour d’un fil central.
TABLEAU 8 : Caractéristiques mécaniques des torons.
Dénomination Classes I II III
fpe (MPa) 1518 1603
T13 Fpe (KdaN) 15,79 16,67
fpr (MPa) 1697 1791
fpe (MPa) 1411 1552 1622
T15 Fpe (KdaN) 19,62 21,58 22,56
fpr (MPa) 1623 1743 1814

Les torons peuvent être utilisés seuls (mono fil, mono toron) mais peuvent également, afin
d’obtenir des capacités de précontraintes importantes, être regroupés pour constituer un
câble.
Exemple de caractéristiques d’un câble T15S (super) :
 Poids de 1T15S =1,12kg/m,
 Section de T15S =140mm2,
 Force de rupture nominale = 252,1kN,
Pr.CHERAIT.Y : Caractères des matériaux

 Force maximale sous ancrage = 241,3kN,


 Limite garantie à la rupture fprg = 1860MPa,
 Limite garantie élastique fpeg = 1553MPa.
σ 0 =Min {0,8 fprg , 0,9f peg } = 1397 ,7 MPa
Tension à l’origine :
Nomenclature des câbles
Selon la nomenclature, un câble s’identifie par 2 chiffres séparés par les lettres F ou T. Le
premier chiffre désigne le nombre de fils, le deuxième leur diamètre et enfin la lettre indique
qu’il s’agit soit d’un fil (F) soit d’un toron (T) (Ex: 20F13 signifie câble constitué de 20 fils de
diamètre 13mm).