Vous êtes sur la page 1sur 10

Chapitre 4  : Les contrats

Intro

1) Sources du droit des contrats

-Dt interne : chaque pays dispose de ses règles internes. En Fr c ds le Code Civil (1804 Napoléon) où droit
commun des contrats et droit des contrats spéciaux.

-Dt international : pr les rapports contractuels entre d contractants de nationalités diff.

-Dt de l’UE : règles spéciales relatives à certains contrats

2) Contrats et obligations

-les règles juridiques qui gouvernent les contrats sont 1 partie d’1 ensemble + vaste q l’on appelle le dt d ob°.

3) Dt commun et d contrats spéciaux

-Le dt d contrats est composé de règles communes à ts les contrats de dt pri.

-Réforme : Ordo du 10 fév 2016, refonte entière du dt commun d contrats. Entrée en vigueur le 1 octobre 2016 et
a été modif en 2018.

-Réforme s’applique aux contrats qui ont été conclus à partir de son entrée en vigueur. Pr ceux d’avant, c’est la
loi d’avant qui s’applique.

-Les transformations les + imp sont :

*dispari° formelle de la cause

*sanc° d clauses abusives ds les contrats d’adhésion

*consécra° théorie de l’imprévision

-Dt spé : qd règles spé à tel ou tel contrat.

-Conflits entre dt commun et dt spé des contrats : à ts les contrats nommés s’appliquent à la fois les règles
communes et les règles spéciales. Règles spéciales priment : speciala genetalibus derogant. Dp réforme de
2016 art 1105 al 3 Cciv : « Les règles générales s’appliquent sous réserve de ces règles particulières ».

4) Définition

-Art 1101 Cciv « Le contrat est un accord de volonté entre 2 ou plusieurs personnes, destiné à produire, modifier,
transmettre ou éteindre des obligations ».

-=/= d’1 acte juridique unilatéral lequel naît par la manif d’1 seule volonté.

-Les ob° juri st la finalité de l’accord. Les contractants ont conscience de s’obliger et en cas de défaillance sanc°
et contrainte de la pui publique.

-=/= des accords de courtoisie cm inviter des potes à graille.


5) Classification

A/ Classifica° d contrats

-Contrats nommés et innommés : art 1105 :

*CN a un nom déjà établit par la loi

*CI l’autre non : il naît de la pratique.

-Contrat unilatéral et contrat synallagmatique : art 1106 :

*CU : oblige 1 seule partie vav de l’autre

*CS : ob° réciproques

-Contrat à titre gratuit, contrat onéreux : art 1107 :

*CTG : l1 d parties fournit 1 avantage à l’autre sans rien attendre ni recevoir de contrepartie

*CTO : chacune d parties reçoit de l’autre 1 avantage en contrepartie de celui qu’elle procure

-Contrat commutatif et aléatoire : art 1108 :

*CC : presta° st déterminées de façon certaine au moment de la conclus° du contrat cm contrat de travail

*CA : dp d’éléments aléatoires. Le contrat ne produit des effets qu’en fonc° de l’action de l’aléa cm contrat
d’assurance.

-Contrat a éxécu° instantanée et contrat) éxécu° successive : art 1111 :

*CEI : s’exécute en 1 presta° en 1 trait de tps cm payer 1 chose

*CES : presta° se renew ou se répètent ds le tps cm contrat de travail

-Contrat consensuel, solennel, réel : art 1109 :

*CC : formé par le seul échange de consentement sans formaliste

*CS : formaliste échange des consentements + répondre à 1 formalité prévue par la loi

*CR : contrat formé lorsque la chose est remise cm le prêt.

-Contrat de gré à gré, contrat d’adhésion : art 1110

*CGG : qd contenu est négociable entre les parties

*CA : lorsque le contenu est imposé par l’un des parties, svt standard cm les contrats de téléphonie mobile.
-Contrat cadre et contrat d’applications art 1111 : CC est issu de la pratique+ il forme le cadre d rela°
contractuelles à venir, lesquelles prendront la forme de contrats d’application.

B/ Classification des obligations contractuelles

-Dp réforme 2016 : art 1163 « L’ob° a pr objet 1 presta° présente ou future ».

-Presta°= choses + presta° de service.

-Possible de distinguer obliga° de moy et de résultat ms !! ce n’est que jurisprudentiel et doctrinal, la réforme ne
l’a pas consacré.

-OR= obliga° correctement effectuée que si résultat est atteint

-OM= le débiteur s’engage à tt mettre en œuvre pr réaliser son obliga°.

6) Les principes généraux gouvernants les contrats

Autonomie de la volonté La volonté individuelle est la seule source du contrat


Consensualisme Un contrat est valablement formé par le seul échange
des consentements, sans que l’accomplissement de
formalités ne soit nécessaire art 1172
Liberté contractuelle Nul ne peut ê contraint de contracter. Tte pers est
libre de choisir son contractant, le contenu et la forme
du contrat art 1102
La bonne foi Art 1104 même ds les négocia° précontractuelles (art
1112al 1)
La force obligatoire du contrat Qd condi° de validité sont réunies le contrat a une
force comparable à 1 loi. Il s’impose aux parties et au
reste dont le juge. Art 1103.
Effet relatif et opposabilité du contrat Le contrat ne crée d ob° qu’entre les parties/ Ms qd
produit d effets sur d tiers le contrat leur est
opposable.

Section1  : Le processus de la formation du contrat

-La loi ne définit pas les négocia° ou les pourparlers. C 1 échange entre 2 ou pl personnes de proposi° et de
contre-proposi° tendant à la conclu d’1 contrat définitif. C dc 1 période de discussion orientée vers la conclu d’1
contrat.

-La liberté de rupture unilatérale des négo : parties ne st pas obligées de conclure le contrat négo même qd les pr-
parlers sont encadrés par d conven° préparatoires. C issu du prin de lib contractuelle et plus précisément la lib de
ne pas contracter. Dp la réforme de 2016 : « L’initiative, le déroulement et la rupture d négo précontractuelles
sont libres » Art 1112 al 1 Cciv.

-Contrat définitivement formé qd une offre a rencontré une acceptation à propos des éléments essentiels du
contrat négocié Art 1113 Cciv et Art 1114 Cciv.

I)Les éléments essentiels du contrat négocié


-éléments objectifs : dépendent de la nat du contrat. Cm dans la vente le prix et la chose à vendre. La loi ne pt
pas tjr donner c éléments notamment ds les contrats innommés alors la jurisprudence le fait. Ces éléments sont
dits essentiels sinon accessoires.

-éléments subjectifs : cad qui dépendent de la volonté d’au moins d’1 d partie et qui détermine le contrat pour les
parties. Ils ont un caractère essentiel pr les parties.

II)L’Offre

-= offre ou policita°, manifeste la volonté de son auteur de s’engager, cad d’ê lié en cas d’accepta°. Sinon c
seulement une invita° à entrer en négo (Art 1113 et 1114). C 1 proposi° ferme de conclure un contrat à d condi°
déter de telle sorte q l’accepta° suffit à la formation du contrat. L’offre dt ê précise et ferme

Précise : les éléments st déter

Ferme : absence de réserves

-La forme de l’offre pt ê expresse ou tacite.

-Révoca° de l’offre : libre révocabilité de l’offre.

1/ L’offre prévoit sa durée de vie

Pas de révoca° par anticipation (art 1116) sinon engagement de la responsabilité extracontractuelle ms pas de
condamna° à réparer la perte des avantages attendues du contrat (art 1116 al 3).

2/L’offre ne prévoit pas de durée

Rétracta° qu’après délais raisonnable (art 1116 al 1)

-L’offre doit ê adressée au public ou à 1 personne déterminée.

III)L’Accepta°

-= manifestation de la volonté de son auteur d’é lié ds les termes de l’offre (art 1118)

- C l’express° de l’inten° définitive du destinataire de l’offre de conclure le contrat aux condi° prévues par
l’offrant.

-Le silence ne vaut pas accepta° : Cass Civ 1870 + Art 1120 + « qui ne dit mot ne consent pas ».

Section 2  : Les condi° de validité du contrat

Art 1128 Cciv, st nécessaires à la validité d’1 contrat :


1/Le consentement d parties
2/Leur capacité à contracter
3/Un contenu licite et certain
-Sinon nullité Art 1128 Cciv. Cad anéantissement rétroactif du contrat : le contrat annulé est censé ne jamais
avoir existé Art 1178 Cciv.

!! Si le contrat est déjà en cours d’exécu° ou s’il a été exécuté la nullité n’entraînera q des restitu° réciproques !!
I)La forme du consentement

-Principe du consensualisme : art 1172.

-Contrat consensuel = acte juridique qui pt ê conclu sous une forme quelconque. Est consensuel 1 contrat pr la
conclusion duquel la loi n’exige pas l’accomplissement de formalités.

-Avantages :

*triomphe du respect de la parole donnée dc de la morale

*sur le plan éco : gain de tps

-Inconvénients ;

*difficulté de preuve

*risq de s’engager à la légère

*absence de protec° d créanciers

-Dc formalisme notamment ds les contrats solennels

II)La qualité du consentement

-Art 1130 Cciv : L’erreur, le dol et la violence vicient le consentement qd sans eux la personne n’aurait pas
contracté ou si ms ds d condi° substantiellement différentes. (Ce sont des vices du consentement)

-Art 1131 Cciv : les vices du consentement st 1 cause de nullité relative du contrat.

-Art 1144 Cciv : le délai de l’ac° en nullité ne court, en cas d’erreur ou de dol, que du jour où ils ont été
découverts et, en cas de violence, que du jour où elle a cessé.

*l’erreur : apprécia° inexacte de la réalité. L’erreur commise par l’1 d partie sur 1 élément du contrat lors de la
forma° de celui-ci, confère à l’errans (celui qui a commis l’erreur) une ac° en nullité.

*la violence : Art 1140 Cciv « Il y a violence lorsqu’une partie s’engage sous la pression d’1 contrainte qui lui
inspire la crainte d’exposer sa personne, sa fortune ou celle de ses proches à un mal considérable ».

La contrainte pt ê physique ou morale.

*le dol : la tromperie

A) Les éléments constitutifs du dol

-Art 1137 Cciv : dol est le fait pr 1 contractant d’obtenir le consentement de l’autre par des manœuvres ou des
mensonges. Constitue également un dol la dissimula° intentionnelle par l’1 d contractants d’1 info° dt il sait le
carac déter pr l’autre partie.

-3 éléments constituent de manière cumulative le dol :

1/Elément matériel

-Manœuvres et mensonges

-Mensonges apparaissent expressément dans le code civil au titre de dol dp réforme 2016.

-Manœuvres= machinations sf dol bonus qui exagéra° d’usage et de qualité de prestation.


-Dp réforme 2016 : réticence dolosive apparaît ds la loi = « dissimula° intentionnelle par l’1 d contractants d’1
info° dt il sait le carac déter pr l’autre partie » Art 1137 al 2

2/Elément intentionnel

-volonté d’induire le partenaire en erreur

-en cas de réticence dolosive cet élément dt également ê établi

3/Elément psy

-le dol est admis q si la victime commet 1 erreur sur la substance, la valeur ou même les motifs

-l’erreur commise dt ê déter : sans l’erreur la victime n’aurait pas contracté ou ds d condi° =/=

- « l’erreur qui résulte d’1 dol est tjr excusable ».

B) L’auteur du dol

-le dol n’est cause de nullité q s’il émane du cocontractant ou de son rpzant, de son gérant d’affaires, de son
préposé, de son porte-fort , tier de connivence

C) La preuve du dol

-La victime dt démontrer le dol

D) Sanc° du dol

-Nullité : si le dol est retenu il entraine la nullité du contrat. Il rend le contrat annulable.

-Auteur du dol engage sa resp civ délictuelle à condi° q le contractant trompé ai subi préjudice lié à la tromperie.
Le préjudice dt ê démontré et ne pt consister en la seule nullité du contrat.

-La victime pt prétendre qu’à d DI, sans demander la nullité du contrat. Ce qui aboutit indirectement à une
réduc° de prix.

III)Le contenu contractuel

-Il faut un contenu licite te certain cad exigences d’existence et de détermination.

A) Existence du contenu contractuel

- Existence d’1 presta° :

*contrat valable q si ob° a pr objet une presta° (Art 1163).

*la presta° pt ê :

+ une chose : vente, bail, dona°

+ac° : contrat médical

+inac° : clause de non-concu stipulée par 1 contrat de travail

-Presta° présente ou future :


*le contrat est valable dès lors q la presta° existe au moment de la conclusion du contrat. On parle de presta°
future ou qui existera ds le futur.

B) Détermina° du contenu du contrat

1/La presta°

-déterminé et déterminable : identifica° précise

-Réf 2016 art 1163 : « La presta° est déterminable lorsqu’elle peut ê déduite du contrat ou par référence aux
usages ou aux rela° antérieures des parties, sans qu’1 nouvel accord d parties soit nécessaire »

2/Le prix

-Réforme : règles spécifiques au prix ds certains types de contrat : cadre ou presta° de service il faut 1 référence
au prix.

-Contrats cadres : Art 1164 « il peut ê convenu q le prix sera fixé unilatéralement par l’1d parties » = contrat
cadre valable même si prix pas déterminé ni déterminable au sens Art 1163. Loi autorise clause qui confère à 1
partie le pouvoir de déter unilatéralement le prix. Ms la partie dt motiver le prix sinon possibilité invoquer abus
de droit.

-Contrat de presta° de services : Art 1165 « Ds les contrats de presta° de service, à défaut d’accord d parties av
leur exécu°, le prix pt ê fixé par le créancier, à charge pr lui d’en motiver le montant en cas de contesta° ».

C)Equilibre du contrat

-Normalement ce n’est pas pris en compte, pas besoin d’égalité entre les deux parties ds 1 contrat.

-Ms le législateur le souligne ds certaines hypothèses ds le cadre de déséquilibres objectifs :

*défaut d’équivalence des presta° qd 1 loi le prévoit cm pr les immeubles ds certains cas

*contrepartie illusoire ou dérisoire (Art 1169)

*ob° essentielle privée de substance « Tte clause qui prive de sa substance l’ob° essentielle du débiteur est
réputée non-écrite » Art 1170.

*déséquilibre entre les droits et les ob° d parties : certains contractants sont placés ds 1 rapport d’ob° défavorable
ou placés en situa° de faiblesse.

-Art 1171 : sanctionne déséquilibre significatif entre les dts et ob° d parties pr les contrats d’adhésion.

Sec°3  : La force obligatoire du contrat

-Art 1103 : « Les contrat légalement formés tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faits »

-Le contrat valablement formé doit recevoir exécu° tel qu’il a été convenu par les parties, l’1 d contractant e pt
rompre le contrat unilatéralement ni le modifier

I)Le champ de la force obligatoire du contrat

A) La créa° d’ob° entre parties

-Art 1199 « Le contrat ne crée d’ob° qu’entre les parties. Les tiers ne pv ni demander l’éxecu° du contrat ni se
voir contraints de l’exécuter, sous réserve des disposi° de la présente sec° et de celles du chap III et du titre IV ».

-Le contrat ne crée d’ob° qu’à la charge d pers qui ont fait le contrat
-Les parties peuvent ê représentées pr la conclus° du contrat, ça a le même effet.

B) Opposabilité des contrats aux tiers

-Art 1200 « Les tiers doivent respecter la situa° juridique créée par le contrat. Ils peuvent s’en prévaloir
notamment pr apporter la preuve d’1 fait ».

-Cependant le contrat leur est opposable : pr les tiers le contrat est 1 fat juridique : il crée 1 situa° juridique q les
tiers peuvent subir : ils ne peuvent l’ignorer, doivent respecter et ils peuvent s’en prévaloir.

II)Interpréta° du contrat

-Art 1188 : « Le contrat s’interprète d’après la commune inten° d parties plutôt qu’en s’arrêtant au sens littéral
de ses termes. Lorsque cette inten° ne pt ê décelée, le contrat s’interprète selon le sens que lui donnerait 1 pers
raisonnable placée ds la même situa° ».

-Art 1192 « On ne pt interpréter les clauses claires et précises à peine de dénatura° ».

-La ? ° de l’interpréta° se pose que lorsque les parties ne sont pas d’accord sur le sens à donner à 1 ou pl clauses
de la conven°

-Qd il y a ambigüité le juge pr interpréter : « On ne pt interpréter les clauses claires et précises à peine de
dénatura° » art 1192.

-Le juge va rechercher l’inten° commune des parties. Et si inten° commune n’est pas décelable le juge va utiliser
les autres procédés d articles 1188 à 1191.

III)Irrévocabilité du contrat

-Art 1193 « Les contrats ne peuvent ê modifiés ou révoqués que du consentement mutuel des parties, ou pr les
causes que la loi autorise »

-Art 1210 « Les engagements perpétuels sont prohibés. Chaque contractant pt y mettre fin ds les conditions
prévues pr le contrat à durée indéterminée »

-Les parties déterminent librement la durée du contrat mais ne peuvent lui conférer 1 durée illimitée.

-Lorsque le contrat est correctement exécuté seul 1 accord d parties pt y mettre fin Art 1193. Si contrat pas
correctement exécuté la rupture doit, en principe ê demandée au juge.

A) Contrat à durée indéterminée.

Art 1121 « Lorsque le contrat est conclu pour une durée indéterminée, chaque partie pt y mettre fin à tt moment,
sous réserve de respecter le délai de préavis contractuellement prévu, ou, à défaut, un délai raisonnable ».

-Révocabilité unilatérale : Art 1121 + prohibi° des engagements perpétuels art 1120.

-Faculté de résilia° à tout moment : Art 1121 : résilia° unilatérale pr intervenir à tt moment. Le contentieux
concerne les contrats de distribu° dont les contrats de concession commerciale automobile. Avant la réforme la
Cour de cassation disait aux juges du fond qu’ils n’avaient pas à considérer le motif de la rupture et la réforme de
2016 va ds ce sens aussi.

-Anéantissement non-rétroactif : le contrat à durée indéterminée est un contrat de durée. On parle alors de
résilia° et elle opère que pour le futur n’anéantit pas les effets qui ont déjà eu lieu.

-Limite : le contractant qui exerce son doit de résilia° unilatéral doit « respecter le délai de préavis
contractuellement prévu, ou à défaut, un délai raisonnable » art 1211.
-Abus de droit : jurisprudence d’avant 2016 sanctionnait cet abus. Les trib sanctionnaient et contrôlaient les
circonstances de la rupture. Le CC fonda° art 4 DDHC que dt ê garantie la répara° du préjudice éventuel
résultant d condi° de la rupture d’1 contrat de dt privé à durée indéterminée d’autre part.

B) Contrat a durée déterminée

-Art 1212 « Lorsque le contrat est conclu pour une durée déterminée, chaque partie doit l’exécuter jusqu’à son
terme. Nul ne peut exiger le renouvellement du contrat ».

-Irrévocabilité unilatérale : qd le contrat est conclu pr 1 durée déter. Il doit ê exécuté jusqu’à son terme. Av la
réforme de 2016 les tribunaux jugeaient que les parties étaient libres de déroger par clause contraire. Insertion
d’une clause de résiliation unilatérale.

-Renouvellement possible par accord des parties (art 1214)

-Tacite reconduc° : si parties continuent l’exécu° du contrat même après son terme. Donne naissance à 1 nv
contrat dont le contenu est identique au précédent ms dont la durée est indéterminée (art 1215).

-Clause de tacite reconduc° : pt prendre la forme d’une clause dans le contrat par anticipation. Stipule qu’à
défaut de la manifesta° de volonté contraire de l’une d parties à l’issue du contrat, ce dernier se renouvellera
automatiquement. Si la clause n’indique pas pour quelle durée le contrat se renouvelle, le contrat nouveau sera
un CDI.

En pratique les parties prévoient 1 préavis avant lequel la manifesta° de volonté de ne pas renouveler dt ê donné.

-Proroga° du contrat : volonté avant l’expira° de celui-ci (art 1213). = report du terme extinctif et ne donne dc
pas naissance à 1 nv contrat.

IV)Intangibilité du contrat

-Les parties doivent exécuter le contrat tel qu’il a été voulu par elles sans pouvoir le modifier unilatéralement (art
1193).

-Rôle du juge : il ne doit pas s’immiscer ds la conven° d parties pr la modif. Il doit uniquement faire respecter ce
qui a été valablement conclu.

-Modifica° conventionnelle : modifica° pt résulter de la volonté des deux parties (art 1193). Par exemple, pour
pallier le changement de circonstances économiques cm les fluctua° du prix d matières premières. : clause pt ê
introduite en cours de contrat : on parle alors d’avenant au contrat. Le contrat modifié n’est pas 1 nv contrat, sauf
clause contraire.

-Révision pour imprévision : CE 1916 CG éclairage de Bordeaux s’applique aux contrats admin. + Ccas Canal
de Craponne 1876. Consacré par la réforme de 2016 Art 1195 « Si un changement de circonstances imprévisible
lors de la conclusion du contrat rend l'exécution excessivement onéreuse pour une partie qui n'avait pas accepté
d'en assumer le risque, celle-ci peut demander une renégociation du contrat à son cocontractant. Elle continue à
exécuter ses obligations durant la renégociation.

En cas de refus ou d'échec de la renégociation, les parties peuvent convenir de la résolution du contrat, à la date
et aux conditions qu'elles déterminent, ou demander d'un commun accord au juge de procéder à son adaptation.
A défaut d'accord dans un délai raisonnable, le juge peut, à la demande d'une partie, réviser le contrat ou y mettre
fin, à la date et aux conditions qu'il fixe. »

Etape 1 : débiteur peut demander renégocia° du contrat à son co-contractant.

Etape 2 : en cas refus, échec renégocia° parties peuvent convenir anéantissement du contrat ou saisine juge

Etape 3 : alternatives (inconnues).

Etape 4 : à défaut d’accord ds 1 délai raisonnable juge peut réviser le contrat ou y mettre fin, à la date et aux
condi° qu’il fixe.
II)L’impossibilité d’exécuter  : la force majeure

-Art 1218 « Il y a force majeure en matière contractuelle lorsqu'un événement échappant au contrôle du débiteur,
qui ne pouvait être raisonnablement prévu lors de la conclusion du contrat et dont les effets ne peuvent être
évités par des mesures appropriées, empêche l'exécution de son obligation par le débiteur.

Si l'empêchement est temporaire, l'exécution de l'obligation est suspendue à moins que le retard qui en résulterait
ne justifie la résolution du contrat. Si l'empêchement est définitif, le contrat est résolu de plein droit et les parties
sont libérées de leurs obligations dans les conditions prévues aux articles 1351 et 1351-1 » ;

- « à l’impossible nul n’est tenu » : débiteur n’est plus tenu d’exécuter le contrat dès lors que cette exécu° est
devenue impossible du fait d’1 événement que l’on dit de force majeure.

A) Notion de FM

=lorsqu’un 1 événement échappant au contrôle du débiteur qui ne pouvait ê raisonnablement prévu lors de la
conclusion du contrat et dont les effets ne pv ê évités par des mesures appropriées, empêche l’exécu° de son ob°
par le débiteur Art 1218 al 1.

-La force majeure concerne ttes les ob° découlant du contrat.

-Les critères :

*événement échappant au contrôle du débiteur

*événement ne pouvant ê raisonnablement prévu

*événement dt les effets ne peuvent ê évités par des mesures appropriées

*événement empêchant l’exécu° de son ob° par le débiteur

B) Effet de la force majeure

- libéra° du débiteur de ses ob° par rapport au créancier

-pas de dommages et intérêts

-libéra° temporaire qd l’impossibilité d’exécuter aussi et pr définitive c’est pareil.