Vous êtes sur la page 1sur 7

Powered by www.educamer.

org

ESPACES VECTORIELS SUR IR


TD APPLICATIONS LINÉAIRES ET MATRICES

Fiche de Travaux

Espaces vectoriels – Sous-espaces vectoriels

Exercice 1 :
→ → → → → →
Soit ( i , j , k ) la base canonique de IR3 ( i = ( 1, 0 , 0 ) ; j = (0, 1 , 0) ; k = (0 , 0 , 1) )
→ → →
Soient e1 , e2 , e3 trois vecteurs de IR3 définis par leurs composantes dans la base canonique :
→ → →
e1 (0 , 1 , -1 ) ; e2 (2 , 3 , 1) ; e3 (5 , 0 , 1)
→ → →
1. Montrer que ( e1 , e2 , e3 ) est une base de IR3
→ → → →
2. Soit u de composante (1, 1, 1) dans la base ( e1 , e2 , e3 )
→ → →
Quelles sont ses composantes dans la base ( i , j , k ) ?
→ → → →
3. Soit v le vecteur de composantes (1, 1, 1) dans la base ( i , j , k )
→ → →
Quelles sont ses composantes dans la base ( e1 , e2 , e3 ) ?
→ → →
Bis : même questions avec e1 (1 , 2 , 4 ) ; e2 (-1 , 2 , 1) ; e3 (2 , 1 , 5)

Exercice 2 :
Soit P3 le sous-ensemble FIR des applications de IR dans IR, défini par :
P3 = {f ∈ FIR
/ ∃ a, b, c ∈ IR ; f(x) = ax² + bx +c , x ∈ IR } ( ensemble des fonctions polynômes
de degré inférieur ou égal à 2 à coefficients dans IR )
1. Montrer que P3 est un IR – e – v
2. Soient e 0 , e1 , e2 les trois éléments de P3 définis par :
∀x ∈ IR , e 0 (x ) = 1 ; e1 ( x ) = x et e2 ( x ) = x 2
Démontrer que la famille ( e 0 , e1 , e2 ) est une base de P3 (cette base est appelée la base
canonique de P3)
En déduire la dimension de P3

Exercice 3 :
Soit P3 le IR-e.v défini dans l’exercice 2 et ( e 0 , e1 , e2 ) sa base canonique. Soient f, g, h les trois
éléments de P3 définis par : ∀x ∈ IR , f ( x ) = x 2 + x + 1 ; g( x ) = 2 x 2 + 3 ; h( x ) = − x 2 − x + 2
1. Démontrer que la famille (f, g, h) est une base de P3
2. Soit p le vecteur de P3 dont les composantes dans la base (f, g, h) sont (5, -2, 1)
Espaces vecoriels sur IR / Applications linéaires _ 1ère C/E & Tle C/E Page 1 / 7

http://maths.educamer.org
Powered by www.educamer.org

Quelles sont les composantes de p dans la base canonique ?

Exercice 4 :
→ → →
Soit E un espace vectoriel rapporté à une base ( i , j , k ).
→ → →
Soit F le sous-espace vectoriel de E engendré par les trois vecteurs u1 , u2 , u3 définis par
→ → → → → → → → → →
u1 = 3 i + j + 2 k ; u2 = - j ; u3 = -2 k - 3 i - 4 j
Quelle est la dimension de F ?

Exercice 5 :
Soient F le sous-espace vectoriel du plan vectoriel réel IR2 engendré par le vecteur (5, 0) et G le s
{
– e – v de IR2 défini par : G = ( x, y ) ∈ IR 2 / x + y = 0 }
1- Déterminer le s – e – v F ∩ G et en donner une base, s’il y a lieu
2- L’ensemble F ∪ G est-il un s – e – v de IR2 ?

Exercice 6 :
Soient F et G les deux sous-ensembles de IR3 définis par :
F = { (x , y , z) ∈ IR3 / x + y + z = 0 et 2x – y = 0 }
G = { (x , y , z) ∈ IR3 / x + y + z = 0 et 3x – y = 0 }

1. Démontrer que F et G sont des s – e – v de IR3 ; donner, pour chacun d’eux une base et la
dimension
2. Déterminer le sous espace vectoriel F ∩ G et en donner une base, s’il y a lieu

Exercice 7 :
Mêmes questions que pour le n° 6 avec
⎧ ⎫
F = ⎨ ( x, y , z ) ∈ IR 3 / 5 x + y + z = 0 ⎬
⎩ ⎭
⎧ ⎫
G = ⎨ ( x, y , z ) ∈ IR 3 / x − 3y + 5 z = 0 ⎬
⎩ ⎭

Exercice 8 :
⎧ ⎫
1. Soit D = ⎨ ( x, y , ) ∈ IR 2 / 3x − 2y = 0 ⎬
⎩ ⎭
Montrer que D est un IR-e.v et en donner la dimension
2. Parmi les sous-ensembles suivants de IR3, indiquer ceux qui sont des sous espace vectoriel de
IR3 et donner pour chacun une partie génératrice, une base et la dimension
⎧ ⎫ ⎧ ⎫
F1 = ⎨ ( x, y , z ) ∈ IR 3 / x = y = 2 z ⎬ F2 = ⎨ ( x, y , z ) ∈ IR 3 / x + 2y + z = 0 ⎬
⎩ ⎭ ⎩ ⎭
⎧ ⎫
F3 = ⎨ ( x, y , z ) ∈ IR 3 / x + 2y ≥ 0 ⎬
⎩ ⎭

Espaces vecoriels sur IR / Applications linéaires _ 1ère C/E & Tle C/E Page 2 / 7

http://maths.educamer.org
Powered by www.educamer.org

Applications linéaires - Matrices

Exercice 9 :
Soient E un plan vectoriel réel et ϕ l’endomorphisme de E dont la matrice M par rapport à une base
→ → ⎡− 5 − 3⎤
( i , j ) de E est M = ⎢ ⎥
⎣10 6 ⎦
Déterminer le noyau E1 et l’image de ϕ

Exercice 9 bis :
⎡1 − 4⎤
Même question avec M = ⎢ ⎥
⎣2 − 8⎦

Exercice 10 :
→ →
Soient E2 (resp. E3) un IR-e.v de dimension 2 (resp. 3) et B = ( i , j )
→ → →
(resp. B ’ = ( i , j , k ) ) une base de E2 (resp. E3)

Soit f l’application de E2 dans E3 qui à tout vecteur u de E2 de composante (x, y) dans la base B,

associe le vecteur f (u ) dont les composantes (x’, y’, z’) dans la base B ’ sont définies par
⎧ x' = 4 x + y

⎨y ' = x − y
⎪ z' = 2 x + 3y

1. Montrer que f est une application linéaire de E2 → E3 ; donner sa matrice M relativement aux
bases B et B ’
2. Déterminer le noyau et l’image de f. On donnera, s’il y a lieu une base pour chacun de ces s-e.v

Exercice 11 :
→ → →
Soient E un IR-e.v de dimension 3 et B = ( i , j , k ) une base de E.

f :E → E

Soit ⎧ x' = − x + y − z

u(x, y , z ) f (u) = u(x' , y ' , z') / ⎨y ' = x − y + z
⎪ z' = 2x − 2y + 2 z

1. Montrer que f est un endomorphisme de E ; donner sa matrice M relativement à la base B


2. Déterminer le noyau et l’image de f. On donnera s’il y a lieu une base pour chacun de ces s-e.v

Espaces vecoriels sur IR / Applications linéaires _ 1ère C/E & Tle C/E Page 3 / 7

http://maths.educamer.org
Powered by www.educamer.org

Exercice 12 :

⎛1 1⎞
Soit la matrice carrée réelle d’ordre deux : A = ⎜⎜ ⎟⎟
⎝0 1⎠
2 3 4
1. Calculer A , A , A
⎛ 1 n⎞
2. Démontrer que l’on a : ∀n ∈ IN * , An = ⎜⎜ ⎟⎟
⎝0 1 ⎠
⎛1 a⎞
3. Soit a ∈ IR et B = ⎜⎜ ⎟⎟ . Calculer B n pour n ∈ IN*
⎝0 1⎠

Exercice 13 :

⎛ −1 −2 ⎞
Déterminer l’ensemble des matrices carrées M réelles d’ordre 2 qui satisfont à : M2 = ⎜⎜ ⎟⎟
⎝4 −1 ⎠

Exercice 14 :
→ →
Soient E un plan vectoriel réel et ( i , j ) une base de E. m étant un réel quelconque, on appelle fm
→ → ⎛m 1 ⎞
l’endomorphisme de E dont la matrice Am par rapport à la base B = ( i , j ) est Am = ⎜⎜ ⎟⎟
⎝ 1 m⎠
1. Déterminer les réels m pour lesquels fm est un automorphisme.
2. Trouver le noyau de chacun des endomorphismes fm qui ne sont pas des automorphismes.

Exercice 15 :
⎧ ⎫ ⎧ ⎫
Soit B1 = ⎨ u1 , u2 ⎬ et B2 = ⎨ v 1 , v 2 , v 3 ⎬ deux bases respectives de IR2 et IR3
⎩ ⎭ ⎩ ⎭
f : IR2 → IR3 une application linéaire définie par : f( u1 ) = v 1 + 2v 2 − v 3 et f( u2 ) = v 1 − v 2

1. Déterminer la matrice M f ( B 1,
B 2)
2. Montrer que B 3
{
= − u1 + u2 ,2u1 − u2 } {
et B 4 = v 1 , v 1 + v 2 , v 1 + v 2 + v 3 }
2 3
Sont respectivement des bases de IR et de IR
3. Déterminer M f ( B 3,
B 4
) ; Mf ( B 1
, B 4
) et M f ( B 3,
B 2 )

Exercice 16 :
→ →
Soit E2 un plan vectoriel muni d’une base ( i , j )
A/ a et b étant des réels donnés, on considère l’endomorphisme f de E2 défini par :
→ → →
f( i + j ) = 2a i
→ → →
f( i - j ) = 2b j
→ →
1. Déterminer la matrice de f dans la base ( i , j )
2. Trouver tous les couples de réels (a, b) pour lesquels f n’est pas bijective.
Dans chacun des cas trouvés, on déterminera Kerf et Imf
3. Montrer qu’il existe deux couples de réels (a, b) pour lesquels f o f = IdE 2
Dans chacun des cas trouvés, on déterminera l’ensemble F des vecteurs invariants

Espaces vecoriels sur IR / Applications linéaires _ 1ère C/E & Tle C/E Page 4 / 7

http://maths.educamer.org
Powered by www.educamer.org


B/ Soit g l’application de E2 dans E2 qui à tout u (x,y) associe le vecteur
→ → 1 →
g( u ) = ( αx − y ) i + ( − x + αy ) j ; α ∈ IR
4
1. Montrer que g est une application linéaire
2. Déterminer α pour que g o g = g

Exercice 17 :
→ →
Soit E un plan vectoriel rapporté à une base ( i , j ).
On considère l’endomorphisme f de E défini par :
→ → → → → →
f( i ) = 4 i - j f( j ) = 2 i + j
→ → → →
1. Déterminer f( u ) où u = x i + y j (x, y réels)
2. Montrer que f est bijectif

3. Déterminer f − 1 (u ) (f −1 est l’endomorphisme réciproque de f)
⎧→ → →⎫ ⎧→ → →⎫
4. D 1 = ⎨u ∈ E / f (u ) = 3 u ⎬ D 2 = ⎨u ∈ E / f (u ) = 2 u ⎬
⎩ ⎭ ⎩ ⎭

a) Montrer que D1 est une droite vectorielle dont on donnera une base e1

b) Montrer que D1 est une droite vectorielle dont on donnera une base e2
→ →
c) Montrer que ( e1 e2 ) est une base de E
→ →
d) Sans calcul, déterminer f( e1 ) et f( e2 )
→ →
En déduire le matrice M de f dans la base ( e1 e2 )

Exercice 18 :
On considère deux réels non nuls a et b et ϕ l’endomorphisme du plan vectoriel E2
→ → → → → →
Défini par : ϕ ( i ) = a i + b j , ϕ ( j ) = (1 - a) i + (1 – b) j
→ →
( i , j ) étant une base de E2
→ →
1. Déterminer la matrice de ϕ dans la base ( i , j )
2. En déduire que :
⎧→⎫
a) Pour a – b ≠ 0 , Ker ϕ = ⎨ 0 ⎬
⎩ ⎭
b) Pour a – b = 0 Ker ϕ est une droite vectorielle dont on précisera une équation cartésienne et
une base
1
3. On suppose a = b = , montrer alors que
2
a) ϕ o ϕ = ϕ
→ →
b) Ker ϕ et Im ϕ sont des droites vectorielles de bases respectives e1 et e2
→ →
c) ( e1 e2 ) est une base de E2
→ →
En déduire la matrice de ϕ dans la base ( e1 , e2 )

Espaces vecoriels sur IR / Applications linéaires _ 1ère C/E & Tle C/E Page 5 / 7

http://maths.educamer.org
Powered by www.educamer.org

Exercice 19 :
→ → →
Soit E un espace vectoriel réel de dim 3 et ( i , j , k ) une base de E. Soit f l’endomorphisme de E
défini par :
→ → → → → → → → →
f( i ) = i + j f( j ) = j - k f( k ) = i + k

→ → →
1. (f( i ) , f( j ), f( k ) est-il une base de E ?
f est-il un endomorphisme de E ?
→ →
2. a) Soit u (x, y, z). Déterminer les composantes (x’, y’, z’) de f( u )
b) Démontrer que Kerf est une droite vectorielle dont on donnera une base
→ → → →
3. Soit u (x, y, z). Démontrer que f( u ) = (x + z) f( i ) + (y – z) f( j )
⎧ → → ⎫
En déduire que Imf est un plan vectoriel dont une base est ⎨f ( i ), f ( j )⎬
⎩ ⎭

Exercice 20 :
→ →
On considère un plan vectoriel E. Soit B = ( i , j ) une base de E et f un endomorphisme de E dont
la matrice dans B est définie par :

⎡ 1 ⎤
1
A= ⎢ ⎥
⎢− 2 −21⎥
⎣ ⎦

I/
1- Montrer que f o f = θ où θ est l’endomorphisme nul de E
En déduire que f n’est pas bijectif.
2- Déterminer le noyau E1 de f
3- Déterminer l’image E2 de f
Comparer E1 et E2
→ → → →
4- Soit u un vecteur non nul de E1, montrer qu’il existe un vecteur v de E tel que f( v ) = u
→ →
Montrer que ( u , v ) est une base de E
→ →
Ecrire la matrice de f dans la base ( u , v )

II/
On considère l’ensemble F des endomorphisme de E de la forme g = af + b IdE où a et b
désignent des réels quelconques et IdE l’application identique de E
1- Montrer que F muni de l’addition des endomorphismes et de la multiplication des
endomorphismes par un réel est un IR-ev
2- Montrer que (IdE, f) est une base de F
3- Montrer que F est stable pour la loi o de composition des applications
4- Déterminer a et b pour que g = af + bIdE admette un symétrique dans F pour la loi o
Soit g-1 ce symétrique. Exprimer g-1 en fonction de f et IdE
5- Déterminer l’ensemble des éléments g de F tels que g o g = IdE

Espaces vecoriels sur IR / Applications linéaires _ 1ère C/E & Tle C/E Page 6 / 7

http://maths.educamer.org
Powered by www.educamer.org

Exercice 21 :
→ → →
E désigne un espace vectoriel de dimension 3 muni d’une base ( i , j , k ) et f l’endomorphisme de
→ → → →
1 ⎛→ →

E défini par f( i ) = i ; f( j ) = f( k ) =
2 ⎝ j +k ⎠
On note Kerf le noyau de f, et Imf l’image de f.
1. Déterminer une base de Kerf
2. Déterminer une base de Im f
3. Démontrer que tout vecteur de E s’écrit de manière unique comme somme d’un vecteur de Kerf
et d’un vecteur de Imf
4. a) Vérifier que f o f = f
b) Démontrer que u ∈ Imf ⇔ f (u)=u ( on utilisera 4.a )

Espaces vecoriels sur IR / Applications linéaires _ 1ère C/E & Tle C/E Page 7 / 7

http://maths.educamer.org