Vous êtes sur la page 1sur 629

7 juin 2018

DESSIN ASSISTÉ

Immeuble « La Vigie » ◼ 20 quai Malbert ◼ CS 42905 ◼ 29229 BREST cedex 2 ◼ Tél. 02 98 46 38 39 ◼ Fax. 02 98 46 46 64
GÉOMÉDIA S.A.S.
20 Quai MALBERT
CS 42905
29229 BREST Cedex 2

Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement sous quelque support que ce soit le
présent ouvrage (art. L 122-4 et L 122-5 du Code de la propriété intellectuelle) sans
l'autorisation de l'éditeur.
TABLE DES MATIÈRES

TABLE DES MATIÈRES

i Dessin assisté
TABLE DES MATIÈRES

ii Dessin assisté
TABLE DES MATIÈRES

I. UTILISATION ........................................................................................................................................... 1
I.1. L’ORGANISATION DES MENUS....................................................................................................... 3
I.2. LE BOUTON DANS LA BARRE D’ÉTAT .......................................................................................... 4
I.3. LES OPTIONS DE CONFIGURATION ............................................................................................... 5
I.3.1. Bibliothèques .................................................................................................................................. 6
I.3.2. Options des échelles ....................................................................................................................... 6
I.3.2.1. Options générales ............................................................................................................................. 6
I.3.2.2. Répertoires ........................................................................................................................................ 7
I.3.3. Options générales ........................................................................................................................... 7
I.3.3.1. Environnement utilisateur .................................................................................................................. 7
I.3.3.2. Points topo. / symboles...................................................................................................................... 8
I.3.3.3. Listings / éditeur ................................................................................................................................ 9
I.3.3.4. Autres options.................................................................................................................................... 9
I.3.4. Options des cotations ....................................................................................................................10
I.3.4.1. Cotations linéaires de géomètres .................................................................................................... 10
I.3.4.2. Cotations linéaires de levé d’intérieur .............................................................................................. 10
I.3.4.3. Cotations surfaciques ...................................................................................................................... 11
I.3.5. Options des talus ...........................................................................................................................11
I.3.6. Options des symboles ....................................................................................................................12
I.4. LES ACCROCHAGES SPÉCIALISÉS ................................................................................................13
I.4.1. Accrochage par matricules ............................................................................................................13
I.4.2. Accrochage sur points topographiques .........................................................................................13
I.5. LA CONFIGURATION DES LISTINGS .............................................................................................14
I.5.1. Paramètres généraux.....................................................................................................................14
I.5.2. Format de la page .........................................................................................................................15
I.5.2.1. Format de la page : mode RTF ........................................................................................................ 15
I.5.2.2. Format de la page : mode Texte ...................................................................................................... 16
I.5.3. En-tête et pied de page ..................................................................................................................17
I.6. LA FONCTION ‘IMPRIMER FICHIER’ .............................................................................................18
I.7. LES CHANGEMENTS D’ÉCHELLE ..................................................................................................19
I.8. LES DIALOGUES COMMUNS ..........................................................................................................20
I.8.1. Choix d’une couleur ......................................................................................................................20
I.8.2. Choix d’un calque..........................................................................................................................21
I.8.3. Choix de multiples calques ............................................................................................................22
I.8.4. Sélection d’un style de texte...........................................................................................................23
I.9. LE VISUALISEUR D’OBJETS............................................................................................................26

II. SYSTÈMES DE PROJECTION ..............................................................................................................27


II.1. GENERALITES ....................................................................................................................................29
II.2. PROJECTION1 VERS PROJECTION2 ...............................................................................................29
II.3. PROJECTION COURANTE VERS LII ETENDU ..............................................................................31
II.4. PROJECTION COURANTE VERS L93 (RGF93) ..............................................................................31
II.5. LII ETENDU VERS AUTRE PROJECTION.......................................................................................31
II.6. L93 (RGF93) VERS AUTRE PROJECTION .......................................................................................31
II.7. RETOUR A LA PROJECTION D’ORIGINE ......................................................................................31
II.8. REPROJECTION D’OBJETS...............................................................................................................32
II.9. TRAITEMENT SUR UN REPERTOIRE .............................................................................................33
II.10. CONVERSION DE COORDONNEES ................................................................................................34
II.11. AFFICHER LE PLAN DANS UN NAVIGATEUR .............................................................................36

III. RECALAGE D’HELMERT ....................................................................................................................37


III.1. GÉNÉRALITÉS ....................................................................................................................................39
III.1.1. Transformation d’Helmert .............................................................................................................39
III.2. RECALAGE HELMERT ......................................................................................................................41
III.3. RECALAGE AVEC ÉCHELLE = 1 .....................................................................................................46

iii Dessin assisté


TABLE DES MATIÈRES

IV. LES POINTS TOPOGRAPHIQUES ......................................................................................................47


IV.1. GÉNÉRALITÉS ....................................................................................................................................49
IV.2. CHARGEMENT DE SEMIS ................................................................................................................50
IV.2.1. Paramétrage du fichier de points ..................................................................................................50
IV.2.1.1. Paramétrage du format colonné ...................................................................................................... 51
IV.2.1.2. Paramétrage du format avec séparateurs ........................................................................................ 52
IV.2.1.3. Paramétrage du format Topojis®-PC................................................................................................ 53
IV.2.1.4. Paramétrage du format Excel .......................................................................................................... 54
IV.2.2. Paramétrage du point topographique ...........................................................................................55
IV.2.3. Paramétrage des altitudes .............................................................................................................57
IV.2.4. Paramétrage de l’insertion du semis et des symboles ...................................................................57
IV.2.4.1. Paramétrage de l’insertion des symboles ........................................................................................ 57
IV.2.5. Paramètres de renumérotation et de filtrage .................................................................................58
IV.2.6. Paramètres de changement de repère ...........................................................................................59
IV.2.7. Chargement du semis de points .....................................................................................................59
IV.3. MODIFICATION DES ALTITUDES ..................................................................................................60
IV.4. DESSIN DE POINTS TOPO. ...............................................................................................................61
IV.5. IMMATRICULATION D’ENTITÉS....................................................................................................62
IV.6. IMPLANTATION DE CLOTHOÏDES.................................................................................................63
IV.7. CORRÉLATION D’OBJETS ...............................................................................................................64
IV.8. CRÉER LA LISTE DE TOUS LES POINTS .......................................................................................66
IV.9. CRÉER LA LISTE DES POINTS ........................................................................................................66
IV.10. AFFICHER LA LISTE DES POINTS ..................................................................................................66
IV.10.1. Présentation du dialogue ...............................................................................................................67
IV.10.2. La barre d’outils ............................................................................................................................68
IV.10.3. Le menu contextuel de la grille......................................................................................................71
IV.10.4. Les menus ......................................................................................................................................71
IV.11. AFFICHER LES POINTS (AVEC DOUBLONS) ................................................................................72
IV.12. STATISTIQUES SUR LES BLOCS POINTS ......................................................................................72
IV.13. DESSINER LE TABLEAU DE POINTS .............................................................................................74
IV.14. ÉCRIRE UN FICHIER DE POINTS ....................................................................................................75
IV.14.1. Sélection des points topographiques .............................................................................................75
IV.14.2. Paramétrage du fichier de points ..................................................................................................76
IV.14.2.1. Paramétrage du format colonné ...................................................................................................... 76
IV.14.2.2. Paramétrage du format avec séparateurs ........................................................................................ 77
IV.14.2.3. Paramétrage du format Leica®......................................................................................................... 78
IV.14.2.4. Paramétrage du format Sokkia® ...................................................................................................... 79
IV.14.2.5. Paramétrage du format Excel® ........................................................................................................ 80
IV.14.3. Recherche des codes symboles ......................................................................................................80
IV.14.4. Exemples de fichiers de points.......................................................................................................80
IV.15. ÉDITION D’UN POINT .......................................................................................................................83
IV.16. MENU CONTEXTUEL ........................................................................................................................84
IV.17. SÉLECTION PAR MATRICULES ......................................................................................................85
IV.18. SÉLECTION PAR POLYLIGNE (TRAJET) .......................................................................................85
IV.19. SÉLECTION PAR CONTOUR (CAPTURE) ......................................................................................86
IV.20. SÉLECTION PAR BANDE DE RECHERCHE ...................................................................................86
IV.21. BASCULEMENT DE FAÇADE ..........................................................................................................87
IV.21.1. Saisie des points ............................................................................................................................87
IV.21.2. Les paramètres du basculement de façade ....................................................................................88
IV.22. DÉCOMPOSITION DES BLOCS ........................................................................................................89

V. LES CONSTRUCTIONS DE POINTS ...................................................................................................91


V.1. GÉNÉRALITÉS ....................................................................................................................................93
V.2. PARAMÉTRAGE DES POINTS TOPO ..............................................................................................93
V.3. LES CONSTRUCTIONS DE POINTS.................................................................................................95
V.3.1. Point : Gisement + Distance / Base ..............................................................................................95

iv Dessin assisté
TABLE DES MATIÈRES

V.3.2. Point : Gisement + Distance / Précédent ......................................................................................95


V.3.3. Point : Projection ..........................................................................................................................95
V.3.4. Point : Orthogonale .......................................................................................................................95
V.3.5. Point : Rayonnement .....................................................................................................................96
V.3.6. Point : Intersection de 2 cercles ....................................................................................................96
V.3.7. Point : Intersection de 3 cercles ....................................................................................................96
V.3.8. Point : Intersection Ligne-Cercle ..................................................................................................96
V.3.9. Point : Intersection de 2 droites ....................................................................................................96
V.3.10. Point : Intersection des parallèles à 2 droites ...............................................................................97
V.3.11. Point : Abscisse sur cercle.............................................................................................................97
V.3.12. Point : Parallèle à .........................................................................................................................97
V.3.13. Point : Rayonnement + Pente ........................................................................................................97
V.3.14. Point : Ah + Av / plan vertical ......................................................................................................98
V.3.15. Point : Alignement compensé ........................................................................................................98
V.3.16. Point : Equerre compensée............................................................................................................99
V.3.17. Calcul de points alignés ................................................................................................................99

VI. LES CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES .....................................................................................101


VI.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................103
VI.2. DESSIN D’ENTITÉS..........................................................................................................................103
VI.2.1. LIGNE : Gisement + Distance ....................................................................................................104
VI.2.2. POINT : Gisement + Distance / Base..........................................................................................104
VI.2.3. POINT : Gisement + Distance / Précédent .................................................................................105
VI.2.4. POLYLIGNE par matricules .......................................................................................................105
VI.2.5. POLYLIGNE rectangle / 3 points ................................................................................................105
VI.2.6. POLYLIGNE à Z = 0.0 ................................................................................................................105
VI.2.7. CERCLE MOYEN SELON N POINTS ........................................................................................105
VI.3. AFFICHAGE D’INFORMATIONS ...................................................................................................106
VI.3.1. Affiche : Coordonnées Point........................................................................................................106
VI.3.2. Affiche : Gisement + Distance.....................................................................................................106
VI.3.3. Affiche : Rayon + Centre .............................................................................................................106
VI.3.4. Affiche : Angle par 3 points .........................................................................................................106
VI.3.5. Affiche : Distance Point - Droite .................................................................................................106
VI.3.6. Affiche : Distance cumulée ..........................................................................................................107
VI.4. CALCUL DE POINTS ........................................................................................................................108
VI.4.1. Point : Gisement + Distance / Base ............................................................................................108
VI.4.2. Point : Gisement + Distance / Précédent ....................................................................................108
VI.4.3. Point : Projection ........................................................................................................................109
VI.4.4. Point : Orthogonale .....................................................................................................................109
VI.4.5. Point : Orthogonale directe .........................................................................................................109
VI.4.6. Point : Rayonnement ...................................................................................................................109
VI.4.7. Point : Rayonnement direct .........................................................................................................110
VI.4.8. Point : Intersection de 2 cercles ..................................................................................................110
VI.4.9. Point : Intersection de 3 cercles ..................................................................................................110
VI.4.10. Point : Intersection Ligne - Cercle ..............................................................................................110
VI.4.11. Point : Intersection de 2 droites ..................................................................................................110
VI.4.12. Point : Intersection des parallèles à 2 droites .............................................................................111
VI.4.13. Point : Abscisse sur cercle...........................................................................................................111
VI.4.14. Point : Parallèle à .......................................................................................................................111
VI.4.15. Point : Rayonnement + Pente ......................................................................................................111
VI.4.16. Point : Perpendiculaire à ............................................................................................................112
VI.4.17. Point : Perp. même Distance .......................................................................................................112
VI.4.18. Point : Parallèle à .......................................................................................................................112
VI.4.19. Point : Paral. même Distance......................................................................................................112
VI.4.20. Point : Ah + Av / plan vertical ....................................................................................................112
VI.4.21. Point : Alignement compensé ......................................................................................................113
VI.4.22. Point : Equerre compensée..........................................................................................................113
VI.4.23. Calcul de points alignés ..............................................................................................................113

v Dessin assisté
TABLE DES MATIÈRES

VI.5. ACCROCHAGE PAR MATRICULES ..............................................................................................114

VII. LES SYMBOLES ....................................................................................................................................115


VII.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................117
VII.2. SÉLECTIONNER LE SYMBOLE COURANT .................................................................................117
VII.3. INSÉRER SYMBOLE COURANT ....................................................................................................119
VII.4. INSÉRER SYMBOLE À L’ÉCHELLE ..............................................................................................119
VII.5. INSÉRER SYMBOLE GÉNÉRIQUE.................................................................................................119
VII.6. INSÉRER SYMBOLE 3D ..................................................................................................................119
VII.7. INSÉRER SYMBOLE (TOUS) ..........................................................................................................119
VII.8. INSERTIONS AUTOMATISÉES ......................................................................................................120
VII.8.1. Symbole orienté sur 2 points .......................................................................................................120
VII.8.2. Symbole orienté sur 2 points + échelles ......................................................................................120
VII.8.3. Symbole rectangulaire par 3 points .............................................................................................120
VII.8.4. Symbole rectangulaire par 2 points .............................................................................................120
VII.8.5. Symbole carré par diagonale ......................................................................................................121
VII.8.6. Symbole carré par côté ................................................................................................................121
VII.8.7. Symbole circulaire par rayon ......................................................................................................121
VII.8.8. Symbole circulaire par diamètre (centre) ....................................................................................121
VII.8.9. Symbole circulaire par diamètre (circonférence) ........................................................................121
VII.8.10. Symbole circulaire par 3 points ...................................................................................................121
VII.9. MESURER AVEC UN BLOC ............................................................................................................122
VII.10. POSITIONNER DES BLOCS ............................................................................................................123
VII.11. GESTION DES BIBLIOTHÈQUES ...................................................................................................124
VII.11.1. Charger bibliothèque DDE .........................................................................................................124
VII.12. EXPORT BLOCS → FICHIERS DWG .............................................................................................125
VII.13. DESSIN DE LA BIBLIOTHÈQUE ....................................................................................................126

VIII. L’HABILLAGE ......................................................................................................................................129


VIII.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................131
VIII.2. STYLE DE TEXTE COURANT ........................................................................................................132
VIII.3. DESSIN DE TEXTE ...........................................................................................................................134
VIII.4. NUMÉROTATION AUTOMATIQUE ..............................................................................................135
VIII.5. ENCADREMENT DE TEXTES .........................................................................................................137
VIII.6. DESSIN DES OBJETS MURS / HAIES ............................................................................................138
VIII.6.1. Dialogue de paramétrage ............................................................................................................138
VIII.6.2. Dessin et conversion ....................................................................................................................141
VIII.6.3. Menus contextuels .......................................................................................................................142
VIII.6.4. Modification des propriétés .........................................................................................................143
VIII.7. DESSIN DES LIMITES ......................................................................................................................144
VIII.8. DESSIN DES CLÔTURES .................................................................................................................145
VIII.8.1. Mur simple ...................................................................................................................................146
VIII.8.1.1. Le menu Fichier ............................................................................................................................. 146
VIII.8.1.2. La barre d’outils ............................................................................................................................. 147
VIII.8.1.3. Le paramétrage ............................................................................................................................. 147
VIII.8.1.4. Application de la symbolique ......................................................................................................... 148
VIII.8.2. Mur à grille .................................................................................................................................149
VIII.9. DESSIN DES RÉSEAUX ...................................................................................................................150
VIII.10. AUTRES SYMBOLIQUES ................................................................................................................151
VIII.11. MURS PROJETÉS ..............................................................................................................................152
VIII.12. SYMBOLE D’APPARTENANCE DES MURS.................................................................................152
VIII.13. SYMBOLIQUE LINÉAIRE ...............................................................................................................153
VIII.14. MODIFICATION DE POLYLIGNES ................................................................................................155
VIII.15. SYMBOLIQUE LINÉAIRE : OUTILS ..............................................................................................156
VIII.15.1. Définition des symboliques ..........................................................................................................156

vi Dessin assisté
TABLE DES MATIÈRES

VIII.15.1.1. La gestion des fichiers ................................................................................................................... 156


VIII.15.1.2. Les paramètres généraux .............................................................................................................. 157
VIII.15.1.3. L’onglet ‘Entités Linéaires’ ............................................................................................................. 158
VIII.15.1.4. L’onglet ‘Symboles’ ........................................................................................................................ 159
VIII.15.1.5. L’onglet ‘Autres Symboliques’ ........................................................................................................ 160
VIII.15.1.6. L’onglet ‘Prévisualisation’ .............................................................................................................. 160
VIII.15.2. Editer une symbolique .................................................................................................................161
VIII.15.3. Remplacer des symboliques .........................................................................................................161
VIII.15.4. Appliquer à partir d’un fichier ....................................................................................................162
VIII.15.5. Dessiner la bibliothèque ..............................................................................................................163
VIII.15.6. Lister les symboliques ..................................................................................................................163
VIII.15.7. Mettre à jour une échelle .............................................................................................................164
VIII.15.8. Régénérer les symboliques ..........................................................................................................164
VIII.15.9. Recharger les définitions .............................................................................................................164
VIII.15.10. Associativité active/inactive ........................................................................................................165
VIII.15.11. Effacer les symboliques ...............................................................................................................165
VIII.15.12. Supprimer des réacteurs ..............................................................................................................165
VIII.15.13. Visualisation des blocs définis .....................................................................................................166
VIII.16. DESSIN DES TALUS .........................................................................................................................167
VIII.16.1. Le paramétrage ...........................................................................................................................167
VIII.16.1.1. Talus sans bas de talus ................................................................................................................. 168
VIII.16.1.2. Talus normal .................................................................................................................................. 168
VIII.16.1.3. Talus large ..................................................................................................................................... 169
VIII.16.2. L’objet talus .................................................................................................................................170
VIII.16.3. Le menu contextuel ......................................................................................................................170
VIII.16.3.1. Objet Talus : Affecter un paramétrage ........................................................................................... 170
VIII.16.3.2. Objet Talus : Ajouter des bas de talus ........................................................................................... 170
VIII.16.3.3. Objet Talus : Sélectionner l’axe directionnel .................................................................................. 170
VIII.16.3.4. Objet Talus : Supprimer l’axe directionnel ..................................................................................... 170
VIII.16.4. Copie, décomposition d’objet talus et associativité .....................................................................171
VIII.16.5. Commande de dessin des thalwegs ..............................................................................................171
VIII.17. DESSIN DES BÂTIMENTS ...............................................................................................................172
VIII.18. MODIFICATION DES BÂTIMENTS ...............................................................................................174
VIII.19. PORTES ET FENÊTRES SIMPLES ..................................................................................................174
VIII.20. HACHURAGE DE CONTOURS PAR CALQUE .............................................................................175
VIII.21. COLORIAGE DIRECT DE CONTOURS ..........................................................................................177
VIII.22. COLORIAGE DE CONTOURS IDENTIFIÉS ...................................................................................178
VIII.23. COLORIAGE PAR FICHIER DE MAINTIENS................................................................................179
VIII.24. DÉCOUPAGE DE ZONES .................................................................................................................180

IX. SIGNALISATION HORIZONTALE ET VERTICALE.....................................................................181


IX.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................183
IX.2. LA BARRE DE MENUS ....................................................................................................................184
IX.2.1. Réduction automatique ................................................................................................................184
IX.2.2. Les boutons avec menu ................................................................................................................184
IX.2.3. Les différentes zones ....................................................................................................................185
IX.2.4. La zone de paramétrage ..............................................................................................................186
IX.2.5. La zone de dessin des marquages ................................................................................................186
IX.2.6. La zone de dessin des flèches et des pictogrammes .....................................................................187
IX.2.7. La zone de dessin des autres marquages .....................................................................................187
IX.2.8. La zone de signalisation verticale ...............................................................................................188
IX.2.9. La zone des listings ......................................................................................................................188
IX.2.10. La zone de projection 3D.............................................................................................................188
IX.3. PARAMÉTRAGE DE LA SIGNALISATION HORIZONTALE ......................................................189
IX.3.1. Paramétrage … ...........................................................................................................................189
IX.3.2. Modes d’affichage .......................................................................................................................189
IX.4. DESSIN DE LA SIGNALISATION HORIZONTALE ......................................................................190
IX.4.1. Présentation.................................................................................................................................190
IX.4.2. Dessiner .......................................................................................................................................190

vii Dessin assisté


TABLE DES MATIÈRES

IX.4.3. Créer par conversion ...................................................................................................................190


IX.4.4. Créer par décalage ......................................................................................................................191
IX.4.5. Rappel..........................................................................................................................................191
IX.4.6. Copie des propriétés ....................................................................................................................192
IX.4.7. Fenêtre des propriétés .................................................................................................................192
IX.4.8. Poignées ......................................................................................................................................193
IX.4.9. Poignées multi-fonctions .............................................................................................................193
IX.4.10. Raccourcis clavier .......................................................................................................................193
IX.4.11. Menu contextuel...........................................................................................................................194
IX.5. OPÉRATIONS SUR LA SIGNALISATION HORIZONTALE.........................................................195
IX.5.1. Inverser le sens ............................................................................................................................195
IX.5.2. Coter (étiquettes) .........................................................................................................................195
IX.5.3. Convertir en polyligne .................................................................................................................196
IX.5.4. Coupure .......................................................................................................................................196
IX.5.5. Jonction .......................................................................................................................................196
IX.5.6. Ajouter un pictogramme ..............................................................................................................197
IX.5.7. Règles d’implantation des flèches de rabattement.......................................................................197
IX.5.8. Modifier un pictogramme ............................................................................................................198
IX.5.9. Enlever un pictogramme ..............................................................................................................198
IX.5.10. Menu contextuel...........................................................................................................................198
IX.5.11. Ajouter une zone de modulation ..................................................................................................199
IX.5.12. Modifier une zone de modulation ................................................................................................199
IX.5.13. Enlever une zone de modulation ..................................................................................................199
IX.5.14. Accès riverain ..............................................................................................................................199
IX.5.15. Menu contextuel...........................................................................................................................200
IX.5.16. Afficher les noms .........................................................................................................................200
IX.5.17. Modifier le décalage ....................................................................................................................200
IX.5.18. Désassocier du parent .................................................................................................................200
IX.5.19. Afficher les infobulles ..................................................................................................................200
IX.6. FLÈCHES ET PICTOGRAMMES .....................................................................................................201
IX.6.1. Définition d’un pictogramme.......................................................................................................201
IX.6.2. Liste des flèches et pictogrammes ...............................................................................................201
IX.6.3. Fenêtre de propriétés ..................................................................................................................202
IX.6.4. Menu contextuel...........................................................................................................................202
IX.6.5. Poignées ......................................................................................................................................202
IX.6.6. Pictogramme personnalisé ..........................................................................................................203
IX.6.7. Fond de couleur ...........................................................................................................................203
IX.6.8. Mesurer .......................................................................................................................................203
IX.7. AUTRES MARQUAGES ...................................................................................................................204
IX.7.1. Passage pour piétons ...................................................................................................................204
IX.7.1.1. Fenêtre de propriétés .................................................................................................................... 204
IX.7.1.2. Menu contextuel ............................................................................................................................ 205
IX.7.1.3. Poignées ....................................................................................................................................... 205
IX.7.1.4. Poignées multi-fonctions................................................................................................................ 206
IX.7.1.5. Exemple ........................................................................................................................................ 206
IX.7.2. Bande d’éveil de vigilance ...........................................................................................................207
IX.7.2.1. Fenêtre de propriétés .................................................................................................................... 207
IX.7.2.2. Menu contextuel ............................................................................................................................ 207
IX.7.2.3. Poignées ....................................................................................................................................... 207
IX.7.2.4. Exemple ........................................................................................................................................ 207
IX.7.3. Ralentisseur .................................................................................................................................208
IX.7.3.1. Fenêtre de propriétés .................................................................................................................... 208
IX.7.3.2. Menu contextuel ............................................................................................................................ 209
IX.7.3.3. Poignées ....................................................................................................................................... 209
IX.7.4. Coussin berlinois .........................................................................................................................210
IX.7.4.1. Fenêtre de propriétés .................................................................................................................... 210
IX.7.4.2. Menu contextuel ............................................................................................................................ 210
IX.7.4.3. Poignées ....................................................................................................................................... 210
IX.7.4.4. Exemple ........................................................................................................................................ 210
IX.7.5. Stationnement de bus (ou ligne zigzag) .......................................................................................211
IX.7.5.1. Fenêtre de propriétés .................................................................................................................... 211

viii Dessin assisté


TABLE DES MATIÈRES

IX.7.5.2. Menu contextuel ............................................................................................................................ 211


IX.7.5.3. Poignées ....................................................................................................................................... 211
IX.7.6. Damiers .......................................................................................................................................212
IX.7.6.1. Fenêtre de propriétés .................................................................................................................... 212
IX.7.6.2. Menu contextuel ............................................................................................................................ 212
IX.7.6.3. Poignées ....................................................................................................................................... 213
IX.7.6.4. Poignées multi-fonctions................................................................................................................ 213
IX.7.6.5. Exemples ....................................................................................................................................... 213
IX.7.7. Zone de peinture ..........................................................................................................................214
IX.7.7.1. Fenêtre de propriétés .................................................................................................................... 214
IX.7.7.2. Menu contextuel ............................................................................................................................ 214
IX.7.7.3. Poignées ....................................................................................................................................... 214
IX.7.7.4. Poignées multi-fonctions................................................................................................................ 214
IX.7.8. Zébras et chevrons .......................................................................................................................215
IX.7.8.1. Dessin d’un zébra .......................................................................................................................... 215
IX.7.8.2. Dessin d’un chevron ...................................................................................................................... 215
IX.7.8.3. Fenêtre de propriétés .................................................................................................................... 215
IX.7.8.4. Menu contextuel ............................................................................................................................ 216
IX.7.8.5. Poignées ....................................................................................................................................... 216
IX.7.8.6. Exemples ....................................................................................................................................... 216
IX.7.9. Inscriptions sur chaussée.............................................................................................................217
IX.7.9.1. Dessin ........................................................................................................................................... 217
IX.7.9.2. Fenêtre de propriétés .................................................................................................................... 218
IX.7.9.3. Menu contextuel ............................................................................................................................ 218
IX.7.9.4. Poignées ....................................................................................................................................... 218
IX.7.9.5. Exemple ........................................................................................................................................ 218
IX.8. BANDES RUGUEUSES TRANSVERSALES ..................................................................................219
IX.8.1. Fenêtre de propriétés ..................................................................................................................219
IX.8.2. Menu contextuel...........................................................................................................................220
IX.8.3. Poignées ......................................................................................................................................220
IX.9. SIGNALISATION VERTICALE .......................................................................................................221
IX.9.1. Objets multi-blocs ........................................................................................................................221
IX.9.2. Panneau .......................................................................................................................................222
IX.9.2.1. Positions ........................................................................................................................................ 222
IX.9.2.2. Fenêtre de propriétés d’un objet multi-blocs .................................................................................. 223
IX.9.2.3. Fenêtre de propriétés d’un panneau .............................................................................................. 223
IX.9.2.4. Menu contextuel d’un panneau ...................................................................................................... 224
IX.9.2.5. Poignées ....................................................................................................................................... 224
IX.9.3. Palettes des panneaux .................................................................................................................225
IX.9.4. Ouvrir les palettes .......................................................................................................................225
IX.9.5. Informations sur les palettes........................................................................................................226
IX.9.6. Personnalisation des panneaux de la palette ..............................................................................226
IX.9.7. Créer un panneau ........................................................................................................................227
IX.9.8. Ajouter un support .......................................................................................................................227
IX.9.9. Dialogue de sélection d’un symbole ............................................................................................228
IX.9.10. Créer un objet multi-blocs ...........................................................................................................228
IX.9.12. Insérer un objet multi-blocs.........................................................................................................229
IX.9.13. Editer la définition .......................................................................................................................229
IX.9.14. Editer les propriétés ....................................................................................................................229
IX.9.14.1. Attributs ......................................................................................................................................... 229
IX.9.14.2. Décalages ..................................................................................................................................... 229
IX.9.14.3. Echelles ......................................................................................................................................... 230
IX.9.14.4. Dimensions .................................................................................................................................... 230
IX.9.15. Codes de formatage des textes multilignes ..................................................................................230
IX.9.16. Coter (Etiquettes) ........................................................................................................................231
IX.9.17. Mesurer … ...................................................................................................................................231
IX.9.18. Positionner aux sommets … ........................................................................................................232
IX.9.19. Replacer / une courbe ..................................................................................................................232
IX.9.20. Implanter .....................................................................................................................................232
IX.9.21. Paramétrage ................................................................................................................................233
IX.9.22. Décomposition .............................................................................................................................233
IX.9.23. Listings ........................................................................................................................................234
IX.9.23.1. Dialogue de sélection .................................................................................................................... 234
IX.9.23.2. Marques sur chaussée .................................................................................................................. 234
IX.9.23.1. Préparation du métré ..................................................................................................................... 236

ix Dessin assisté
TABLE DES MATIÈRES

IX.9.23.2. Quantitatifs des panneaux ............................................................................................................. 236


IX.9.23.3. Insertions des panneaux ................................................................................................................ 237
IX.9.23.4. Définitions des multi-blocs ............................................................................................................. 237
IX.9.23.5. Tableau dans le dessin .................................................................................................................. 237
IX.9.24. Projection sur MNT .....................................................................................................................238
IX.9.24.1. Exemple ........................................................................................................................................ 239
IX.10. ANNEXES ..........................................................................................................................................240
IX.10.1. Présentation d’une palette d’outils ..............................................................................................240
IX.10.2. Personnalisation des palettes d’outils .........................................................................................240
IX.10.3. Palettes non visibles ....................................................................................................................240
IX.10.4. Amélioration de l’affichage .........................................................................................................241
IX.10.5. Ombres ........................................................................................................................................241
IX.10.6. Rendu ...........................................................................................................................................241

X. LES PALETTES D’OUTILS .................................................................................................................243


X.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................245
X.2. CRÉATION À PARTIR D’UNE TABLE DE CODES ......................................................................245
X.3. CRÉATION À PARTIR D’UNE BASE D’ARTICLES .....................................................................246
X.4. REGROUPEMENT DE PALETTES ..................................................................................................247

XI. LES COTATIONS ET DIVISIONS ......................................................................................................249


XI.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................251
XI.2. GRIPS TEMPORAIRES SUR POLYLIGNES ...................................................................................252
XI.3. SENS DE PARCOURS TEMPORAIRES ..........................................................................................252
XI.4. NUMÉROTATION DES SOMMETS DE POLYLIGNES ................................................................252
XI.5. MOYENNE ENTRE 2 POLYLIGNES ...............................................................................................253
XI.6. MODIFICATION DE POLYLIGNES ................................................................................................253
XI.7. INFORMATIONS SUR POLYLIGNE ...............................................................................................254
XI.8. COTATION LINÉAIRE .....................................................................................................................255
XI.9. COTATION LINÉAIRES AVEC FLÈCHES .....................................................................................257
XI.10. COTATION DE COORDONNÉES....................................................................................................257
XI.11. COTATION DE CROQUIS ................................................................................................................258
XI.12. COTATION DE PENTES...................................................................................................................259
XI.13. COTATION DE FAÇADES (Y SCG) ................................................................................................260
XI.14. TABLEAU PÉRIMÉTRIQUE ............................................................................................................262
XI.15. SUPPRIMER / DÉPLACER UN TABLEAU PÉRIMÉTRIQUE .......................................................263
XI.16. INFORMATIONS SUR SURFACES .................................................................................................264
XI.17. COTATION DE SURFACE ...............................................................................................................264
XI.18. DIVISION DE SURFACE ..................................................................................................................266
XI.19. REDRESSEMENT DE LIMITE .........................................................................................................268
XI.20. CUMUL D’AIRES DE POLYGONES ...............................................................................................269
XI.21. SURFACES DES HACHURAGES ....................................................................................................270

XII. COTATIONS PAR ÉTIQUETTES .......................................................................................................271


XII.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................273
XII.2. UTILISATION ....................................................................................................................................274
XII.2.1. Le menu principal ........................................................................................................................274
XII.2.2. Le menu contextuel ......................................................................................................................274
XII.2.3. La palette de propriétés ...............................................................................................................275
XII.2.4. Quelques raccourcis ....................................................................................................................275
XII.3. LES MODÈLES D’ÉTIQUETTES .....................................................................................................276
XII.3.1. La bibliothèque des modèles........................................................................................................276
XII.3.2. Le gestionnaire de modèles d’étiquettes ......................................................................................277
XII.3.2.1. Les catégories d’objets à coter ...................................................................................................... 278
XII.3.2.2. Gestion des modèles d’étiquettes dans la bibliothèque et dans le dessin courant ......................... 279
XII.3.2.3. Affichage et modification de la définition ........................................................................................ 281

x Dessin assisté
TABLE DES MATIÈRES

XII.3.3. Modèle de cotation d’un point ou d’un bloc (symbole) ...............................................................292


XII.3.3.1. Principales caractéristiques ........................................................................................................... 292
XII.3.3.2. Informations affichables ................................................................................................................. 293
XII.3.4. Modèle de cotation d’un sommet de segment ..............................................................................298
XII.3.4.1. Principales caractéristiques ........................................................................................................... 298
XII.3.4.2. Liste des informations affichables .................................................................................................. 300
XII.3.5. Modèle de cotation d’un segment ................................................................................................306
XII.3.5.1. Principales caractéristiques ........................................................................................................... 306
XII.3.5.2. Liste des informations affichables .................................................................................................. 308
XII.3.6. Modèle de cotation de surface .....................................................................................................313
XII.3.6.1. Principales caractéristiques ........................................................................................................... 313
XII.3.6.2. Liste des informations affichables .................................................................................................. 314
XII.3.7. Modèle de cotation d’une pente sur MNT ...................................................................................317
XII.3.7.1. Principales caractéristiques ........................................................................................................... 318
XII.3.7.2. Liste des informations affichables .................................................................................................. 319
XII.3.8. Les modèles de cotations "métiers" .............................................................................................323
XII.4. COTER DES POSITIONS ..................................................................................................................324
XII.5. COTER DES POINTS OU DES BLOCS ...........................................................................................325
XII.6. COTER DES SOMMETS DE SEGMENTS .......................................................................................326
XII.7. COTER DES SEGMENTS .................................................................................................................327
XII.8. COTER DES SURFACES ..................................................................................................................328
XII.9. COTER ENTRE 2 POINTS ................................................................................................................329
XII.10. COTER DES SEGMENTS CONSÉCUTIFS (CUMUL) ....................................................................330
XII.11. COTER SUR LA CORDE DES ARCS ..............................................................................................331
XII.12. COTER UNE PENTE SUR MNT .......................................................................................................332
XII.13. MODIFIER DES ÉTIQUETTES ........................................................................................................333
XII.13.1. Modifier les propriétés ................................................................................................................333
XII.13.2. Modifier l’orientation ..................................................................................................................333
XII.13.3. Les poignées ................................................................................................................................334
XII.13.4. La palette des propriétés AutoCAD® ...........................................................................................335
XII.13.5. Le menu contextuel ......................................................................................................................335
XII.13.6. Modifier des étiquettes orphelines ...............................................................................................337
XII.13.7. Modifier la lisibilité des textes .....................................................................................................337
XII.13.8. Afficher / masquer les informations indéterminables ..................................................................337
XII.14. LISTING D’ÉTIQUETTES ................................................................................................................338

XIII. LES LISTINGS .......................................................................................................................................339


XIII.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................341
XIII.2. DOCUMENTS D’ARPENTAGE .......................................................................................................342
XIII.3. LISTING DES CALQUES..................................................................................................................343
XIII.4. LISTING DE POINTS ........................................................................................................................344
XIII.5. LISTING D’IMPLANTATION ..........................................................................................................348
XIII.6. LISTING DE LOTISSEMENT ...........................................................................................................350
XIII.7. CONFIGURATION LISTING DE POLYLIGNES ............................................................................352
XIII.7.1. La configuration du listing ..........................................................................................................352
XIII.7.1.1. Généralités .................................................................................................................................... 352
XIII.7.1.2. Le menu Fichier ............................................................................................................................. 352
XIII.7.1.3. La barre d’outils ............................................................................................................................. 353
XIII.7.1.4. Le paramétrage ............................................................................................................................. 353
XIII.8. LISTING DE POLYLIGNES..............................................................................................................357
XIII.8.1. Sélection des POLYLIGNES ........................................................................................................357
XIII.8.2. Informations du listing ................................................................................................................357
XIII.8.3. Mode de création .........................................................................................................................357
XIII.8.4. Exemple de listing........................................................................................................................358
XIII.9. LISTING DE SURFACES ..................................................................................................................359
XIII.10. COMPARAISON DE POINTS ...........................................................................................................360
XIII.11. LISTING DE POINTS (BELGIQUE) .................................................................................................361

xi Dessin assisté
TABLE DES MATIÈRES

XIV. LES PARCELLES ..................................................................................................................................363


XIV.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................365
XIV.2. CRÉER À PARTIR DE POLYLIGNES .............................................................................................366
XIV.3. ÉTIQUETER DES OBJETS PARCELLES ........................................................................................366
XIV.4. AJOUTER DES PARCELLES INCLUSES .......................................................................................367
XIV.5. SUPPRIMER DES PARCELLES INCLUSES ...................................................................................367
XIV.6. PLACER LES SYMBOLES DE MITOYENNETÉ............................................................................368
XIV.7. SUPPRIMER LES SYMBOLES DE MITOYENNETÉ .....................................................................368
XIV.8. PALETTE DE PROPRIÉTÉS .............................................................................................................369

XV. LA TOPOLOGIE / LES POLYGONES ...............................................................................................371


XV.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................373
XV.2. INTERSECTION DE 2 CONTOURS .................................................................................................374
XV.3. SOUSTRACTION DE 2 CONTOURS ...............................................................................................374
XV.4. UNION DE 2 CONTOURS ................................................................................................................375
XV.5. COUPURE DE CONTOURS..............................................................................................................375
XV.6. UNION DE MULTIPLES CONTOURS ............................................................................................376
XV.7. INTERSECTIONS CONTOURS / EMPRISE ....................................................................................376
XV.8. LIGNES, ARCS, CERCLES → POLYLIGNES ................................................................................378
XV.9. SUPPRESSION DES ARCS DE POLYLIGNES ...............................................................................378
XV.10. MODIFICATION DE POLYLIGNES ................................................................................................378
XV.11. NUMÉROTATION AUTOMATIQUE ..............................................................................................379
XV.12. CORRECTION D’ACCROCHAGES .................................................................................................380
XV.13. OPTIMISATION TOPOLOGIQUE....................................................................................................382
XV.14. RECONSTITUTION DE CONTOURS ..............................................................................................383
XV.15. DÉCALAGE DE CONTOURS ...........................................................................................................384
XV.16. CONTRÔLES TOPOLOGIQUES ......................................................................................................385
XV.17. NETTOYAGE DES SEGMENTS ......................................................................................................389
XV.18. CRÉATION DES INTERSECTIONS.................................................................................................389
XV.19. CONTRÔLE DE POLYGONES IDENTIFIÉS ..................................................................................390
XV.20. CONTRÔLE DE CONTOURS FERMÉS ..........................................................................................393
XV.21. DÉCOUPAGE DE ZONES (CLIPPING) ...........................................................................................396

XVI. CONTRÔLES DE STRUCTURATION ...............................................................................................397


XVI.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................399
XVI.2. GESTION DES RÈGLES ...................................................................................................................399
XVI.2.1. Les éléments de la fenêtre ............................................................................................................399
XVI.2.1.1. La barre d’outils ............................................................................................................................. 399
XVI.2.1.2. La zone catégorie .......................................................................................................................... 399
XVI.2.1.3. Le tableau de liste des règles ........................................................................................................ 400
XVI.2.1.4. La zone édition / création de règles ............................................................................................... 400
XVI.2.1.5. Le Commentaire ............................................................................................................................ 400
XVI.2.2. Les différentes catégories de règles .............................................................................................400
XVI.2.2.1. Test d’une LIGNE .......................................................................................................................... 400
XVI.2.2.2. Test d’une POLYLIGNE ................................................................................................................. 400
XVI.2.2.3. Test d’une POLYLIGNE 3D ........................................................................................................... 401
XVI.2.2.4. Test d’un BLOC ............................................................................................................................. 401
XVI.2.2.5. Test d’un TEXTE ........................................................................................................................... 401
XVI.2.2.6. Test d’un ATTRIBUT ..................................................................................................................... 401
XVI.2.2.7. Test d’une HACHURE ................................................................................................................... 402
XVI.2.2.8. Test d’un SOLIDE .......................................................................................................................... 402
XVI.2.2.9. Test d’un SOLIDE3D ..................................................................................................................... 402
XVI.2.2.10. Test d’une FACE3D ....................................................................................................................... 402
XVI.2.2.11. Test d’un CALQUE ........................................................................................................................ 402
XVI.2.2.12. Test d’une VARIABLE ................................................................................................................... 402
XVI.3. CONFIGURATION DU CONTRÔLE ...............................................................................................404
XVI.3.1. Le fichier de configuration du contrôle .......................................................................................404

xii Dessin assisté


TABLE DES MATIÈRES

XVI.3.2. Le fichier de configuration des listings .......................................................................................404


XVI.4. RÉALISATION DU CONTRÔLE ......................................................................................................405
XVI.5. CORRECTION DES ERREURS ........................................................................................................406

XVII. ÉCHANGES PCRS .................................................................................................................................407


XVII.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................409
XVII.2. LES CATÉGORIES D’OBJETS PCRS ..............................................................................................410
XVII.3. CONFIGURATION ............................................................................................................................414
XVII.4. EXPORT PCRS...................................................................................................................................417
XVII.5. IMPORT PCRS ...................................................................................................................................419

XVIII. LECTURE-ÉCRITURE LANDXML ...................................................................................................421


XVIII.1. LECTURE LANDXML ......................................................................................................................423
XVIII.2. ÉCRITURE LANDXML ....................................................................................................................425

XIX. ÉCHANGES BIM ...................................................................................................................................427


XIX.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................429
XIX.2. EXPORT IFC ......................................................................................................................................430
XIX.3. IMPORT IFC.......................................................................................................................................432
XIX.4. EXPORT IMX.....................................................................................................................................434
XIX.5. IMPORT IMX .....................................................................................................................................436
XIX.6. LECTURE D’UN FICHIER BCF .......................................................................................................437
XIX.6.1. Présentation.................................................................................................................................437
XIX.6.2. Dialogue ......................................................................................................................................437
XIX.7. LES PROPRIÉTÉS BIM .....................................................................................................................438
XIX.7.1. Fenêtre de propriétés AutoCAD ..................................................................................................438
XIX.7.2. Définition d’une propriété BIM ...................................................................................................438
XIX.7.3. Définition d’un jeu de propriétés BIM.........................................................................................439
XIX.7.3.1. Les boutons ................................................................................................................................... 439
XIX.7.3.2. La grille des propriétés .................................................................................................................. 440
XIX.7.4. Associer un jeu de propriétés ......................................................................................................440
XIX.7.5. Modifier un jeu de propriétés ......................................................................................................441
XIX.7.6. Rechercher un objet par ses propriétés .......................................................................................441
XIX.7.7. Échanges IFC ..............................................................................................................................442
XIX.7.7.1. Import IFC ..................................................................................................................................... 442
XIX.7.7.2. Export IFC ..................................................................................................................................... 442
XIX.7.8. Palette des propriétés ..................................................................................................................442
XIX.7.8.1. Jeux de propriétés BIM .................................................................................................................. 442
XIX.7.8.2. Aires et volumes des solides 3D .................................................................................................... 442

XX. LES ÉCHANGES DE FICHIERS .........................................................................................................443


XX.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................445
XX.2. LECTURE EDIGEO ...........................................................................................................................446
XX.3. ÉCHANGE → MACAO .....................................................................................................................449
XX.3.1. Configuration ..............................................................................................................................450
XX.3.2. Traitement ...................................................................................................................................452
XX.4. ÉCHANGE → MOSS .........................................................................................................................455
XX.4.1. Configuration ..............................................................................................................................456
XX.4.2. Traitement ...................................................................................................................................458
XX.5. ÉCHANGE ↔ E-FILE ........................................................................................................................460
XX.5.1. Gestion des types de lignes ..........................................................................................................461
XX.5.2. Importation d’un fichier E-File ...................................................................................................463
XX.5.3. Exportation d’un fichier E-File ...................................................................................................465
XX.6. ÉCHANGE → VPMNT ......................................................................................................................469
XX.6.1. Informations sur le programme VPMNT .....................................................................................469
XX.6.1.1. Structure des fichiers de la version 1.0 .......................................................................................... 470
XX.6.1.2. Structure des fichiers de la version 2.0 .......................................................................................... 471
XX.6.1.3. Découpage des fichiers de la version 1.0 ...................................................................................... 473

xiii Dessin assisté


TABLE DES MATIÈRES

XX.6.1.4. Découpage des fichiers de la version 2.0 ...................................................................................... 473


XX.6.1.5. Tableau des correspondances....................................................................................................... 474
XX.6.2. Avant d’utiliser le module............................................................................................................474
XX.6.3. Le fichier de configuration des échanges ....................................................................................475
XX.6.4. Lecture d’un fichier VPMNT .......................................................................................................477
XX.6.5. Initialisation Labels .....................................................................................................................478
XX.6.6. Affiche Label................................................................................................................................478
XX.6.7. Texte → Label .............................................................................................................................479
XX.6.8. Texte → Labels ............................................................................................................................479
XX.6.9. Label → Texte .............................................................................................................................479
XX.6.10. Edition Label ...............................................................................................................................479
XX.6.11. Label courant ..............................................................................................................................480
XX.6.12. Écriture d’un fichier au format VPMNT .....................................................................................480
XX.6.13. Écriture d’un fichier VPMNT Parcelles ......................................................................................484
XX.6.14. Liste des erreurs communes ........................................................................................................486
XX.7. PRÉPARATION APIC .......................................................................................................................487
XX.7.1. Échelles dans attributs ................................................................................................................487
XX.7.2. Infos dans Altitudes .....................................................................................................................487
XX.7.3. Contrôle du dessin .......................................................................................................................487

XXI. ÉDITION DES POINTS TOPO ............................................................................................................489


XXI.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................491
XXI.2. SÉLECTION PAR MATRICULES ....................................................................................................492
XXI.3. SÉLECTION PAR POLYLIGNE (TRAJET) .....................................................................................492
XXI.4. SÉLECTION PAR CONTOUR (CAPTURE) ....................................................................................493
XXI.5. SÉLECTION PAR BANDE DE RECHERCHE .................................................................................493
XXI.6. ÉDITION D’UN POINT .....................................................................................................................494
XXI.7. RÉAJUSTEMENT / SYMBOLE ........................................................................................................495
XXI.8. MODIFICATION DES ALTITUDES ................................................................................................496
XXI.9. DÉCOMPOSITION DES BLOCS ......................................................................................................497
XXI.10. RÉIMMATRICULATION ..................................................................................................................498
XXI.11. SUPPRESSION DES POINTS DOUBLES ........................................................................................499
XXI.12. HAUTEUR DES MATRICULES / ALTITUDES ..............................................................................499
XXI.13. DÉCALAGE DES MATRICULES / ALTITUDES............................................................................500
XXI.14. DÉPLACER MATRICULE ................................................................................................................501
XXI.15. DÉPLACER ALTITUDE....................................................................................................................501
XXI.16. DEPLACER ET TOURNER MATRICULE.......................................................................................501
XXI.17. DEPLACER ET TOURNER ALTITUDE ..........................................................................................501
XXI.18. ROTATION ATTRIBUTS / POINT ...................................................................................................501
XXI.19. ATTRIBUT ALTITUDE → Z DU POINT .........................................................................................502
XXI.20. Z DU POINT → ATTRIBUT ALTITUDE .........................................................................................503
XXI.21. MODIFICATION DES ATTRIBUTS ................................................................................................504
XXI.22. CHANGE CALQUE POINT / MAT / ALT ........................................................................................504
XXI.23. AFFECTE Z SELON TEXTE .............................................................................................................505
XXI.24. INFORMATIONS DANS ALTITUDES ............................................................................................506
XXI.25. ALTITUDES BATHYMÉTRIQUES..................................................................................................507

XXII. ÉDITION DES POLYLIGNES .............................................................................................................509


XXII.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................511
XXII.2. GRIPS TEMPORAIRES SUR POLYLIGNES ...................................................................................511
XXII.3. SENS DE PARCOURS TEMPORAIRES ..........................................................................................511
XXII.4. LIGNES, ARCS, CERCLES → POLYLIGNES ................................................................................512
XXII.5. NETTOYAGE DES ENTITÉS DE LONGUEUR NULLE ................................................................512
XXII.5.1. Sélection des entités .....................................................................................................................512

xiv Dessin assisté


TABLE DES MATIÈRES

XXII.5.2. Récapitulatif de la sélection ........................................................................................................513


XXII.5.3. Actions à effectuer .......................................................................................................................513
XXII.6. SUPPRESSION DES ARCS DE POLYLIGNES ...............................................................................513
XXII.7. TRANSFORMATION DE SPLINE EN POLYLIGNE ......................................................................514
XXII.8. INTÉGRATION DU LISSAGE DES POLYLIGNES ........................................................................514
XXII.9. POLYLIGNES OUVERTES / CLOSES / FERMÉES ........................................................................514
XXII.10. MODIFICATION DE POLYLIGNES ................................................................................................515
XXII.11. JONCTIONS MULTIPLES 2D ..........................................................................................................516
XXII.12. JONCTIONS MULTIPLES 3D ..........................................................................................................516
XXII.13. CRÉATION DES POINTS COMMUNS ............................................................................................516
XXII.14. POLYLIGNES 3D → 2D ....................................................................................................................517
XXII.15. POLYLIGNES 2D → 3D ....................................................................................................................518
XXII.16. RECTANGULARISATION ...............................................................................................................519
XXII.17. DÉPLACEMENT D’UN SOMMET ...................................................................................................520
XXII.18. INSERTION D’UN SOMMET ...........................................................................................................520
XXII.19. SUPPRESSION D’UN SOMMET ......................................................................................................520
XXII.20. COUPURE EN UN SOMMET ...........................................................................................................520
XXII.21. INSERTION DE POINTS PROCHES DANS DES POLYLIGNES 3D ............................................521

XXIII. ÉDITION DES BLOCS ..........................................................................................................................523


XXIII.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................525
XXIII.2. VISUALISATION DES DÉFINITIONS ............................................................................................525
XXIII.3. LISTING (QUANTITATIF) ...............................................................................................................526
XXIII.3.1. Sélection des blocs .......................................................................................................................526
XXIII.3.2. Ajout d’un commentaire ..............................................................................................................527
XXIII.3.3. Associer une tarification ..............................................................................................................528
XXIII.3.4. L’éditeur des tarifs des blocs .......................................................................................................528
XXIII.3.5. Choix du format du listing ...........................................................................................................530
XXIII.3.6. Affichage du récapitulatif du calcul ............................................................................................530
XXIII.3.7. Exemple de listing........................................................................................................................531
XXIII.4. SUBSTITUTIONS DE BLOCS ..........................................................................................................532
XXIII.5. MODIFICATION DE L’ÉCHELLE DES BLOCS .............................................................................533
XXIII.6. ÉCHELLE DIRECTE .........................................................................................................................533
XXIII.7. ROTATION DE BLOCS ....................................................................................................................534
XXIII.8. ROTATIONS INDIVIDUELLES .......................................................................................................534
XXIII.9. ROTATION SELON UNE POLYLIGNE ..........................................................................................535
XXIII.10. MESURER AVEC UN BLOC ............................................................................................................536
XXIII.11. POSITIONNER DES BLOCS ............................................................................................................537
XXIII.12. OCCULTER DES BLOCS .................................................................................................................538
XXIII.13. SUPPRIMER LES OCCULTATIONS ...............................................................................................538
XXIII.14. ÉVIDER DES BLOCS ........................................................................................................................539

XXIV. ÉDITION DES ATTRIBUTS.................................................................................................................541


XXIV.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................543
XXIV.2. MODIFIER DES ATTRIBUTS ..........................................................................................................544
XXIV.3. MISE À JOUR DES VALEURS .........................................................................................................545
XXIV.4. TEXTES => VALEURS .....................................................................................................................546
XXIV.5. ROTATION SELON UNE POLYLIGNE ..........................................................................................546
XXIV.6. DÉPLACEMENT D’UN ATTRIBUT ................................................................................................546
XXIV.7. OCCULTER DES ATTRIBUTS ........................................................................................................547
XXIV.8. SUPPRIMER LES OCCULTATIONS ...............................................................................................548
XXIV.9. NON-CHEVAUCHEMENT DES ATTRIBUTS ................................................................................548

xv Dessin assisté
TABLE DES MATIÈRES

XXIV.10. RENOMMER DES ATTRIBUTS ......................................................................................................549


XXIV.11. ÉDITER DES ATTRIBUTS ...............................................................................................................550

XXV. ÉDITION DES TEXTES ........................................................................................................................551


XXV.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................553
XXV.2. ÉCHELLE DES TEXTES ...................................................................................................................553
XXV.3. MODIFIER DES TEXTES .................................................................................................................554
XXV.4. MISE À JOUR DES VALEURS .........................................................................................................555
XXV.5. ROTATION SELON UNE POLYLIGNE ..........................................................................................555
XXV.6. INVERSER DES TEXTES .................................................................................................................555
XXV.7. OCCULTER DES TEXTES................................................................................................................556
XXV.8. SUPPRIMER LES OCCULTATIONS ...............................................................................................556
XXV.9. INSÉRER UN FICHIER TEXTE .......................................................................................................557
XXV.10. ÉDITER DES TEXTES ......................................................................................................................557

XXVI. ÉDITION DES CALQUES ....................................................................................................................559


XXVI.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................561
XXVI.2. LISTING DES CALQUES..................................................................................................................562
XXVI.3. EFFACER TOUT UN CALQUE ........................................................................................................563
XXVI.4. EFFACER PLUSIEURS CALQUES ..................................................................................................563
XXVI.5. OBJETS → CALQUE COURANT ....................................................................................................563
XXVI.6. OBJETS → CALQUE CHOISI ..........................................................................................................564
XXVI.7. OBJETS CALQUE 1 → CALQUE 2..................................................................................................564
XXVI.8. CALQUES → COULEUR OBJETS...................................................................................................564
XXVI.9. CRÉER / RENOMMER DES CALQUES ..........................................................................................564
XXVI.10. COPIER OBJETS → CALQUE CHOISI ...........................................................................................565
XXVI.11. RECOPIER TOUT UN CALQUE ......................................................................................................565
XXVI.12. FUSIONNER DES CALQUES ...........................................................................................................566
XXVI.13. OBJET => CALQUE COURANT ......................................................................................................566
XXVI.14. OBJET => CALQUE UNIQUE ..........................................................................................................566
XXVI.15. ÉTAT PRÉCÉDENT : CALQUE UNIQUE .......................................................................................566
XXVI.16. OBJET => CALQUE GELÉ ...............................................................................................................567
XXVI.17. ÉTAT PRÉCÉDENT : CALQUE GELÉ ............................................................................................567
XXVI.18. OBJET => CALQUE INACTIF..........................................................................................................567
XXVI.19. ÉTAT PRÉCÉDENT : CALQUE INACTIF .......................................................................................567
XXVI.20. TOUS LES CALQUES… ...................................................................................................................567
XXVI.21. CRÉATION D’UNE TABLE DE RÉAFFECTATION ......................................................................568
XXVI.22. GESTION DES TABLES DE RÉAFFECTATION ............................................................................568
XXVI.23. RÉAFFECTATION DES CALQUES .................................................................................................569
XXVI.24. GESTION DES PRIORITÉS D’AFFICHAGE ...................................................................................570
XXVI.25. MISE À JOUR DE L’AFFICHAGE ...................................................................................................570
XXVI.26. VISIBILITÉ DYNAMIQUE ...............................................................................................................571
XXVI.27. GESTION DES ÉTATS DE CALQUES ............................................................................................572

XXVII. EXPLORATEUR DE THÈMES ...........................................................................................................573


XXVII.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................575
XXVII.2. CRÉER ET MODIFIER DES THÈMES.............................................................................................576
XXVII.2.1. Isoler des thèmes et des calques ..................................................................................................576
XXVII.2.2. Créer des thèmes .........................................................................................................................576
XXVII.2.3. Supprimer des thèmes ..................................................................................................................576
XXVII.2.4. Créer un calque dans des thèmes ................................................................................................577
XXVII.2.5. Retirer des calques d’un thème ...................................................................................................577
XXVII.2.6. Créer des thèmes à partir d’une analyse automatique du dessin ................................................577

xvi Dessin assisté


TABLE DES MATIÈRES

XXVII.2.7. Renommer un thème ....................................................................................................................577


XXVII.2.8. Créer un calque par copie d’un autre calque ..............................................................................578
XXVII.2.9. Rendre un calque courant............................................................................................................578
XXVII.2.10. Mettre des calques dans un nouveau thème.................................................................................578
XXVII.2.11. Mettre un calque dans des thèmes existants ................................................................................578
XXVII.3. PURGER LES THÈMES VIDES .......................................................................................................578

XXVIII. ÉDITION DES IMAGES .......................................................................................................................579


XXVIII.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................581
XXVIII.2. INSERER UNE IMAGE .....................................................................................................................582
XXVIII.3. MISE À L’ÉCHELLE .........................................................................................................................583
XXVIII.4. CALAGE SELON HELMERT ...........................................................................................................583
XXVIII.5. ORIENTER UNE IMAGE ..................................................................................................................584
XXVIII.6. AFFICHER LES IMAGES .................................................................................................................584
XXVIII.7. CACHER LES IMAGES ....................................................................................................................584
XXVIII.8. AFFICHAGE DU CADRE .................................................................................................................584

XXIX. ÉDITION (DIVERS) ..............................................................................................................................585


XXIX.1. ZOOM SUR UN OBJET .....................................................................................................................587
XXIX.2. ZOOM TAILLE RÉELLE ..................................................................................................................587
XXIX.3. PURGER UN DESSIN .......................................................................................................................587
XXIX.3.1. Purger le type de ligne ‘Continu’ ................................................................................................587
XXIX.3.2. Purger les groupes vides .............................................................................................................587
XXIX.3.3. Purger tout ce qui est possible ....................................................................................................587
XXIX.4. COPIER + ALIGNER .........................................................................................................................588

XXX. LA PRÉPARATION DU TRACÉ .........................................................................................................589


XXX.1. GÉNÉRALITÉS ..................................................................................................................................591
XXX.2. CONFIGURATION DU CARROYAGE ............................................................................................591
XXX.2.1. Paramétrage des annotations ......................................................................................................592
XXX.2.2. Paramétrage des marges et du cadre ..........................................................................................593
XXX.2.3. Paramétrage des croix et tirets....................................................................................................594
XXX.2.4. Paramétrage des cartouches .......................................................................................................595
XXX.3. DESSIN DU CARROYAGE ..............................................................................................................597
XXX.4. L’OBJET CARROYAGE ...................................................................................................................599
XXX.4.1. Palette des propriétés ..................................................................................................................599
XXX.4.2. Les poignées ................................................................................................................................599
XXX.4.3. Le double clic ..............................................................................................................................599
XXX.4.4. Le clic droit .................................................................................................................................600
XXX.4.5. Le chevauchement de carroyages ................................................................................................600
XXX.5. INSERTION D’UNE FLÈCHE NORD ..............................................................................................601
XXX.6. ROTATION DES POINTS .................................................................................................................601
XXX.7. CRÉER UNE PRESENTATION / OBJET .........................................................................................602
XXX.8. CRÉER UNE PRESENTATION / CADRE ........................................................................................602
XXX.9. MISE EN PAGE ..................................................................................................................................602
XXX.10. MARQUES DE PLIAGE ....................................................................................................................603
XXX.10.1. Position du cartouche sur la feuille .............................................................................................603
XXX.10.2. Paramètres de dessin ...................................................................................................................603
XXX.10.3. Dessin des marques de pliage .....................................................................................................603
XXX.11. INSERTION DE NOTAS ...................................................................................................................604
XXX.11.1. Saisie du texte ..............................................................................................................................604
XXX.11.2. Utilisation ....................................................................................................................................605
XXX.12. BASCULEMENT DE CADRE ...........................................................................................................605

xvii Dessin assisté


TABLE DES MATIÈRES

xviii Dessin assisté


UTILISATION

I. UTILISATION

1 Dessin assisté
UTILISATION

2 Dessin assisté
UTILISATION

I.1. L’ORGANISATION DES MENUS

COVADIS version 17 est accessible via des menus ou des barres d’outils. Les différentes commandes sont regroupées dans six
menus différents :

• Cov.Calculs pour les calculs topométriques et la géocodification,


• Covadis 2D pour la gestion des échelles et des systèmes de coordonnées, l’insertion et la gestion des semis de points, les
constructions géométriques, l’habillage des plans, la cotation, les listings, le plan cadastral dématérialisé (DMPC) et le
référentiel foncier unifié (RFU), le levé d’intérieur et la gestion des copropriétés,
• Covadis 3D pour les constructions 3D, les modèles numériques de terrain (MNT) et leurs états associés, la visualisation et
l’analyse du relief, les courbes de niveaux, les calculs de cubatures, les profils en long et en travers, le volet paysager et
l’échange de scènes avec TerraVision 3D,
• Covadis VRD pour les projets de plates-formes, le projet linéaire (routes), l’assainissement et les réseaux divers, la conception
de carrefours et de giratoires, les calculs d’épures de giration, les métrés,
• Cov.Echanges pour les contrôles de structuration et les échanges de fichiers selon différents formats (BIM IFC/IMX,
LandXML, DPS, Lolis, TPL, PISTE, EDIGéO, MOSS, MACAO…),
• Cov.Edition pour les fonctions de modification des points topographiques, des polylignes, des blocs, des attributs, des textes,
des calques… ainsi que les fonctions de mise en page et de dessin des carroyages.
Les premiers niveaux des différents menus sont montrés ci-après.

Cov.Calculs Covadis 2D Covadis 3D

3 Dessin assisté
UTILISATION

Covadis VRD Cov.Échanges Cov.Édition

I.2. LE BOUTON DANS LA BARRE D’ÉTAT

Un nouveau bouton a été ajouté dans la barre d’état d’AutoCAD ® afin de faciliter l’accès à différentes informations. Ce bouton,
dont l’image est , permet ainsi :
• d’accéder aux options de COVADIS en choisissant l’option « Options de COVADIS… » du menu qui
est affiché lorsque le bouton est cliqué,
• d’accéder au dialogue d’affichage des informations sur COVADIS (A propos…) en choisissant
l’option correspondante dans le menu,
• d’afficher une notification via une info-bulle lorsqu’une mise à jour ou une nouvelle version de
COVADIS est disponible,
• d’accéder aux fichiers PDF des manuels d’utilisation et d’installation,
• de lancer le programme permettant la prise de contrôle à distance du PC (TeamViewer Quick Support), par exemple par le
Support Technique de GÉOMÉDIA afin de vous aider à résoudre un problème.

Un exemple du dialogue d’affichage des informations est montré ci-contre.


Celui-ci vous permet notamment de vérifier le type de votre système d’exploitation
(64 bits si la donnée « x64 » apparaît dans la barre de titre), la version du produit
(ici 17.0), le numéro de série de votre logiciel AutoCAD, le numéro de la clef de
protection de COVADIS…

4 Dessin assisté
UTILISATION

I.3. LES OPTIONS DE CONFIGURATION

Différentes options de configuration du logiciel COVADIS sont disponibles dans un onglet ajouté aux onglets de configuration
d’AutoCAD®.

Pour afficher le dialogue des options de configuration d’AutoCAD ® sélectionnez l’option « Options… » dans le menu Outils ou
dans le menu apparaissant lors d’un clic droit dans la fenêtre graphique ou dans la fenêtre de commande.
Vous pouvez également accéder directement aux options de COVADIS via le bouton sur la ligne d’état d’AutoCAD® (clic
gauche + choisir « Options de COVADIS… »).
Cliquez alors sur l’onglet « Covadis » pour afficher l’arborescence des options de configuration.
L’onglet de configuration de COVADIS est divisé en deux parties : à gauche l’arborescence des différents éléments de
paramétrage et à droite les dialogues de configuration.
Les paragraphes suivants décrivent les principaux éléments de l’arborescence. Ceux qui ne sont pas décrits dans ce chapitre le sont
dans leurs manuels respectifs (États de Terrain, Objets MNT, Profils…).

REMARQUE :
L’ordre des paragraphes ne correspond pas à l’ordre de l’arborescence mais à l’ordre d’importance des paramétrages.

5 Dessin assisté
UTILISATION

I.3.1. Bibliothèques

Cet élément de paramétrage permet de spécifier


l’emplacement des bibliothèques des modules métiers
de COVADIS ainsi que de la bibliothèque des modèles
d’étiquettes. Cela vous permet ainsi de placer ces
bibliothèques sur une unité partagée (disque réseau par
exemple) lorsqu’elles doivent être communes à
plusieurs utilisateurs qui doivent y avoir accès simulta-
nément.
Un exemple de dialogue est montré ci-contre.
 « Utiliser le dossier par défaut (créé lors de
l’installation) » : il s’agit de l’option par défaut.
Elle indique que ce sont les bibliothèques livrées et
installées avec COVADIS qui seront utilisées.
Ces bibliothèques se trouvent généralement dans le
dossier C:\Program Files\Geomedia SA\Covadis\Config si le dossier d’installation de COVADIS n’a pas été modifié.
 « Utiliser un dossier local ou réseau » : si cette option est sélectionnée, vous pouvez indiquer un emplacement local ou
réseau (dossier) dans lequel seront recherchées et mises à jour les bibliothèques.
Lorsqu’une bibliothèque est manquante à l’endroit indiqué, son chemin et son nom de fichier sont écrits en rouge. S’il manque au
moins une bibliothèque, un bouton sera affiché juste au-dessus de la grille.
Celui-ci, dont le libellé est « Copier les bibliothèques manquantes », permet de copier les bibliothèques se trouvant dans le
sous-dossier Config de COVADIS vers le dossier indiqué pour l’emplacement de centralisation des bibliothèques.
Il est aussi possible de ne pas centraliser les bibliothèques en sélectionnant un emplacement différent pour chacune d’elles, ou
uniquement celles concernées. Pour ce faire, utiliser le bouton … se trouvant dans la colonne de droite de la grille.

I.3.2. Options des échelles

I.3.2.1. Options générales

En sélectionnant l’option « Echelles » dans l’arborescence des


configurations, il est possible de modifier des paramètres liés à la
gestion des échelles :
• «  Afficher le nom complet du dessin dans la barre de
titre » : si cette case est cochée, les noms complets des dessins
(unité + répertoire + nom) seront affichés dans les barres de titre
des fenêtres. Sinon, seul le nom du dessin sera indiqué.
 Nom de dessin court :

 Nom de dessin long :

• «  Changement dynamique d’échelle » : active ou désactive le changement dynamique des échelles lors de l’utilisation
de la fonction Echelle du dessin du menu Covadis 2D.
• «  Demander l’échelle pour tous les nouveaux dessins » : cocher cette case pour pouvoir spécifier l’échelle à la
création de chaque nouveau dessin. Si la case n’est pas cochée, l’échelle par défaut sera automatiquement utilisée.
• « Echelle par défaut » : sélectionnez dans cette liste l’échelle à proposer lors de la création des nouveaux dessins si la case
précédente est cochée, à utiliser si la case n’est pas cochée, et à proposer lors de
l’ouverture des dessins sans échelle.
Le dialogue d’avertissement sera automatiquement affiché lors de l’ouverture d’un
dessin sans échelle.
Vous pourrez alors sélectionner une échelle en cliquant sur le bouton « Choisir
une échelle » puis en choisissant l’échelle désirée dans la liste (voir l’ajout des
échelles au paragraphe suivant).
Si vous cliquez sur le bouton « Aucune », une échelle de 1 (1/1) sera quand même
sélectionnée pour le dessin ouvert.

6 Dessin assisté
UTILISATION

• «  Prendre les répertoires de l’échelle la plus proche » : il est


possible de créer des échelles sans leur associer de répertoire (pour
les symboles, les fichiers de définition de points topographiques, les
fichiers de paramétrage des symboliques linéaires, etc.).
Aussi lorsqu’une insertion de symbole (par exemple) est demandée
pour l’une de ces échelles, les symboles de l’échelle la plus proche
numériquement seront proposés si cette case est cochée.

I.3.2.2. Répertoires

Cette option de l’arborescence permet de définir de nouvelles échelles


et de spécifier les répertoires associés. Elle permet aussi de modifier les
échelles définies (répertoires).
Pour ajouter une nouvelle échelle, cliquez sur une échelle existante puis
sur le bouton « Ajouter ». La nouvelle échelle est insérée après celle sélectionnée, et
une valeur d’échelle par défaut lui est affectée (sélection + 50). Changez la valeur si
nécessaire.
Lorsqu’une échelle est sélectionnée, le bouton « Supprimer » sert à la détruire (ainsi
que les répertoires associés), alors que le bouton « Modifier » permet de changer sa
valeur.
Pour ajouter un répertoire à une échelle (où seront recherchés les symboles liés à cette
échelle), sélectionnez l’un des répertoires de l’échelle, cliquez ensuite sur le bouton
« Ajouter » puis sur le bouton « Parcourir… » pour choisir le répertoire dans
l’arborescence de votre ordinateur.
Le bouton « Supprimer » permet d’enlever le répertoire sélectionné dans la liste, alors que le bouton « Parcourir… » permet de
changer le chemin d’accès.

REMARQUE :
Il est possible de définir des échelles sans pour autant leur affecter de répertoire. Dans ce cas, il est préférable de cocher l’option
«  Prendre les répertoires de l’échelle la plus proche » vue précédemment, sinon ces échelles risqueraient d’être inutilisables !

I.3.3. Options générales

I.3.3.1. Environnement utilisateur

Cet élément de l’arborescence vous donne accès à un paramétrage de


l’environnement, c’est-à-dire aux variables système d’AutoCAD®
(unités, système angulaire, …).

• «  Initialiser l’environnement de type ‘Géomètre’ dans


chaque dessin » : si cous cochez cette case, les variables
suivantes seront initialisées avec les valeurs indiquées lors de
l’ouverture de chaque dessin :
CMDECHO =1 → écho des commandes actif
FILEDIA =1 → sélection des fichiers dans des boîtes de dialogue
CMDDIA =1 → utiliser les boîtes de dialogue dans les commandes
ATTMODE =1 → mode d’affichage normal des attributs
ANGBASE = /2 → origine du système angulaire (= 1.570796326794896)
AUNITS =2 → système d’unités (= grades)
AUPREC =4 → nombre de décimales affichées pour les angles
ANGDIR =1 → sens de description des angles positifs (= horaire)
COORDS =2 → mode d’affichage des coordonnées
PLINEGEN =1 → activation de la génération des types de lignes sur les polylignes

7 Dessin assisté
UTILISATION

• «  Lire le fichier de configuration des variables pour chaque dessin » : si cette case est cochée,
BLIPMODE=0
vous pouvez spécifier le nom d’un fichier texte d’extension ‘cve’ dans lequel vous aurez indiqué les
UCSFOLLOW=0
noms des variables à initialiser ainsi que les valeurs à leur donner (à chaque ouverture de dessin).
LUPREC=3
Un exemple vous est donné ci-contre.
REGNAUTO=0
• « Mettre à jour le dessin courant » : ce bouton permet de réinitialiser l’environnement Géomètre
etc.
et/ou de réinitialiser les variables système à partir du fichier de configuration. Il peut être utilisé à
n’importe quel moment pendant une session de travail.

I.3.3.2. Points topo. / symboles

Cette option de l’arborescence permet de fixer des paramètres de


fonctionnement pour les points topographiques et les symboles.

• «  Créer automatiquement la liste des points à l’ouverture


des dessins » : si cette case est cochée, le programme
recherchera, lors de l’ouverture de chaque dessin, les points
topographiques qu’il contient et créera automatiquement la liste
des points (s’il y en a au moins un) utilisable avec de nombreuses
fonctions de COVADIS.
• «  Afficher les info-bulles pour les matricules (hors
accrochage) » : cocher cette case pour activer l’affichage des
info-bulles (tooltips) contenant les matricules des points
topographiques. Cette option est très intéressante puisqu’elle vous
permet de connaître les matricules des points même lorsque ces
attributs ne sont pas visibles. L’image ci-dessous à droite vous
montre l’exemple d’une info-bulle affichée pour le point topogra-
phique de matricule 51 lors du passage du curseur sur son attribut
altitude. Vous remarquerez l’information entre parenthèses indi-
quant que l’altitude d’insertion du bloc point n’est pas nulle. Si tel était le cas, la
valeur 2D serait affichée.
• «  Afficher un message d’erreur et ignorer le point » : si cette option est
sélectionnée (et non la suivante), les fonctions de COVADIS refuseront l’affectation à
un nouveau point d’un matricule déjà existant dans la liste.
• «  Permettre à l’utilisateur de résoudre l’ambiguïté » :
si c’est cette option qui est choisie, le dialogue ci-contre
vous permettra de sélectionner une action à effectuer
lorsqu’un matricule déjà existant dans la liste des points
topographiques sera indiqué pour un nouveau point.
Vous pourrez ainsi ignorer le nouveau point, remplacer le
point existant par le nouveau (coordonnées), remplacer les
coordonnées du point existant par celle du point moyen ou
tout simplement entrer un autre matricule pour le nouveau
point.
• «  Tester le positionnement des nouveaux points en 3D » :
lors du dessin de points topographiques (immatriculation,
constructions, …), il est vérifié qu’aucun point nouveau
n’est placé sur un point existant. Cette vérification peut être
faite en 2D (X et Y) si la case n’est pas cochée ou en 3D (X,
Y et Z) si la case est cochée.
• «  Insérer le symbole courant sur les nouveaux points topographiques » : cochez cette case pour que les fonctions de
construction de points topographiques insèrent le symbole courant (si défini) lors du dessin de nouveaux points.
• «  Insérer un point topographique sur les nouveaux symboles » : si cette case est cochée, un point topographique sera
automatiquement positionné au point d’insertion de chaque nouveau symbole dessiné avec les fonctions du sous-menu
Symboles du menu Covadis 2D.
• «  Repositionner automatiquement les attributs des points topographiques » : cochez cette case si vous désirez que
les attributs de chaque nouveau point topographique construit soient automatiquement déplacés selon leur axe X de telle sorte
qu’il n’y ait pas de chevauchement entre ces attributs et le symbole inséré au même point.

8 Dessin assisté
UTILISATION

• «  Interpoler en Z les constructions topographiques si cela est possible » : si cette case est cochée, les fonctions de
constructions géométriques (calcul de points ou dessin de points topographiques) interpoleront le Z pour les points calculés
lorsque cela sera possible.
• «  Utiliser les attributs poids horizontal (PH) et vertical (PV) » : cochez cette case si vous désirez voir apparaître le
paramétrage des deux attributs PH et PV correspondant aux poids horizontal et vertical des points topographiques (notion
utilisée essentiellement par le logiciel Topojis®-PC).

I.3.3.3. Listings / éditeur

Sélectionnez cet élément dans l’arborescence pour configurer les


options de création et d’affichage des listings.

• «  Afficher automatiquement les fichiers après leur création » :


si cette case est cochée, les fichiers listings seront automati-
quement affichés après leur création. Le choix de l’éditeur
permettant la visualisation des fichiers se fait lors de la
configuration des listings (voir plus loin dans ce chapitre).
• «  Inverser les coordonnées X et Y dans les listings et tableaux » : cochez cette case pour inverser les valeurs des
abscisses et des ordonnées dans les listings et les tableaux de coordonnées.
• «  Utiliser le bloc-notes de COVADIS pour afficher les fichiers textes » : si cette case est cochée, l’affichage du dernier
fichier créé (autre qu’au format RTF) se fera dans le bloc-notes de COVADIS. Si la case n’est pas cochée, c’est le bloc-notes
de Windows® qui sera utilisé.
Cette option peut aussi être modifiée en tapant la commande CovEdit dans AutoCAD®, puis en entrant la nouvelle valeur
pour l’utilisation du bloc-notes de COVADIS (Actif ou Inactif).

I.3.3.4. Autres options


Des options de configuration complémentaires sont disponibles en
cliquant cet élément dans l’arborescence.
• «  Considérer les distances négatives comme étant à droite » :
si cette case est cochée, les distances entrées pour les
constructions devront être négatives à droite et positives à gauche.
Si la case n’est pas cochée, les signes seront inversés.
• «  Purger les hachures vides lors de la purge des
groupes » : cochez cette case pour que les hachurages vides (qui
ne contiennent aucune ligne et ne sont pas dessinés avec le motif
‘SOLIDE’), soient automatiquement supprimés lors de la purge des groupes (dans le menu Cov.Edition).
• «  Retourner les hauteurs par défaut des styles sélectionnés » : certains dialogues de paramétrage vous permettent de
spécifier un nom de style ainsi qu’une hauteur de textes (toutes les cotations et la numérotation automatique). Si cette case est
cochée, le choix d’un style entraîne automatiquement la mise à jour de la hauteur du texte avec la hauteur par défaut associée
au style de texte sélectionné. Cette hauteur peut bien sûr être modifiée pour entrer une valeur différente de celle proposée.
• «  Autoriser les sélections composées (objets + calques) » : si cette case est cochée, certaines fonctions d’édition
(textes, attributs, …) vous permettront de mélanger des choix manuels d’objets et des sélections par calques.
Le message de demande d’une sélection sera alors (par exemple) :
Sélectionnez les objets à traiter ou [caLques] :
Vous pouvez donc choisir des objets à l’écran puis ajouter à la sélection courante tous les objets se trouvant dans un ou
plusieurs calques. De même, il est possible de sélectionner tous les objets d’un calque puis d’en retirer certains de la sélection
avant d’effectuer le traitement.
Si la case n’est pas cochée, le message de demande d’une sélection sera alors :
Sélectionnez les objets à traiter <Entrée = calque(s)> :
Choix des objets :
Choisissez alors graphiquement les objets à traiter ou tapez « Entrée » pour prendre en compte tous les objets d’un ou
plusieurs calques.

9 Dessin assisté
UTILISATION

I.3.4. Options des cotations

I.3.4.1. Cotations linéaires de géomètres

Sélectionnez l’élément correspondant dans l’arborescence pour


accéder aux options relatives à la cotation linéaire de type
‘Géomètre’.

• «  Cotation de la corde des arcs » : si cette option est


cochée, une cote supplémentaire sera inscrite lors de la cotation
d’un segment d’arc pour donner la valeur de la corde. Elle sera
placée entre les deux extrémités de l’arc.
• «  Elimination des cotes en double » : cette option permet, si
cochée, de ne dessiner qu’un seul texte de cote pour les segments
multiples lors de la cotation associative d’un groupe de
polylignes.

Le groupe de paramètres « Cotation des angles » permet de spécifier


des options et paramètres complémentaires utilisables lors de la
cotation des angles.

• « Nom du calque » : indiquez dans la zone d’édition le nom du calque de dessin de la cote angulaire ainsi que le l’arc
matérialisant l’angle coté. Le calque peut aussi être sélectionné en cliquant sur le bouton correspondant.
• « Couleur du calque » : permet de spécifier la couleur pour le calque de dessin. Cette couleur n’est affectée au calque que si
celui-ci n’existe pas encore dans le dessin.
• «  Se servir du nom de calque des cotations linéaires comme préfixe » : si cette option est cochée, le nom de calque
spécifié pour les cotations sera concaténé au nom indiqué dans le paramétrage des cotations pour obtenir le nom du calque de
dessin des cotations angulaires (par exemple : si les cotations linéaires sont dessinées dans le calque ‘Cotations’, que le nom
pour les cotations angulaires est ‘ Angulaires’, alors les cotations angulaires iront dans le calque ‘Cotations Angulaires’).
• «  Positionnement automatique » : si cette case est cochée, les textes de cotation angulaire seront positionnés auto-
matiquement par le programme, sinon, l’option « Distance du sommet » sera prise en compte pour le placement des textes.
• «  Texte aligné avec la cotation » : cochez cette case pour que les textes de cotation angulaire soient alignés avec l’arc
matérialisant l’angle coté. Si la case n’est pas cochée, les textes seront alignés avec l’axe X du système de coordonnées
courant. Cette option n’est prise en compte que lors de la création du style de cotation « Cotation Angulaire » (s’il n’y a qu’un
seul style de cotation angulaire) et des styles de cotations du type « Cotation Angulaire <unité> <décimales> <hauteur> »
créés automatiquement lorsque de nouvelles cotations angulaires doivent être effectuées avec des paramètres différents de ceux
des styles déjà définis.

I.3.4.2. Cotations linéaires de levé d’intérieur

Les options disponibles pour le levé d’intérieur sont quasiment les


mêmes que pour les cotations de type ‘Géomètre’. Une seule option a
été ajoutée compte tenu des spécificités de ce type de cotation.
Il est à noter que les valeurs des options sont enregistrées séparément
pour les deux types de cotation.

«  Chargement automatique dans le dessin courant des flèches » :


cette option complémentaire indique que les blocs matérialisant les
flèches de rappel doivent être automatiquement chargés dans le
dessin pour être proposés lors du paramétrage des cotations de levé
d’intérieur.

10 Dessin assisté
UTILISATION

I.3.4.3. Cotations surfaciques

Quatre options complémentaires sont disponibles pour les cotations


de surfaces.

• «  Avertir quand un polygone s’intersecte lui-même » : si


cette case est cochée, un message d’erreur sera automatiquement
affiché lorsque la cotation d’un contour dont deux segments au
moins ont une intersection sera demandée :

• «  Recalculer le point d’insertion de la surface à chaque fois » : si cette case est cochée, les textes des cotations
associatives seront automatiquement repositionnés après la modification des contours associés.
• «  Enlever la cotation des surfaces ouvertes » : indique, si cochée, que l’ouverture d’une polyligne cotée avec associati-
vité entraînera automatiquement la suppression de la cote. Si la polyligne est à nouveau fermée, la cote sera redessinée.
• «  Confirmer la position des cotes d’un simple clic » : si cette case est cochée ainsi que l’option « Confirmer la position
de chaque surface » dans le dialogue de paramétrage de la cotation de surfaces, alors une seule demande sera faite pour la
position du texte de cotation.

I.3.5. Options des talus

Sélectionnez cet élément dans l’arborescence pour accéder aux


options complémentaires pour le dessin des talus.

• «  Optimisation des angles rentrants » : cette option, si


validée, indique à la fonction de dessin des talus qu’une procédure
particulière doit être appliquée pour améliorer le graphisme aux
cassures des hauts de talus.
Le schéma ci-dessous vous montre un dessin de talus sans
utilisation de cette optimisation ainsi qu’un dessin de talus avec
l’option cochée.

Option désactivée Option activée

• «  Gestion de la priorité du coloriage » : cette option n’est utilisée que lors du dessin de talus avec coloriage. Si la case est
cochée, l’ordre d’affichage entre les barbules et les coloriages sera automatiquement géré de telle sorte que les barbules soient
toujours dessinées après les coloriages.

11 Dessin assisté
UTILISATION

• «  Optimisation des angles sortants » : le principe est similaire à celui de l’optimisation des angles rentrants, mais
appliqué aux angles sortants. Le schéma ci-dessous vous en montre le principe.

Option désactivée Option activée

Dans ce cas, la tolérance correspond à la valeur à ajouter à un angle plat (200 grades) pour la recherche des angles sortants.
Dans le dialogue d’exemple la valeur est 15 grades, ce qui signifie que seuls les angles supérieurs à 215 grades seront
considérés comme sortants.

I.3.6. Options des symboles

Différentes options relatives à la fonction de sélection des symboles


ainsi qu’aux fonctions d’insertion des symboles peuvent être
modifiées lors de la sélection de l’élément « Symboles » dans
l’arborescence des options de configuration.
• «  Mémoriser le symbole courant par dessin » : si cette
case est cochée, le nom du dernier symbole courant sélectionné
sera toujours sauvegardé dans chaque dessin et donc proposé par
défaut lors de la prochaine sélection.
• « Couleur de sélection » : permet de choisir la couleur pour le
fond de l’image de prévisualisation du symbole sélectionné.
• «  Afficher les blocs anonymes » : cochez cette case pour
que les blocs anonymes (blocs de hachures faits avec une version
d’AutoCAD® antérieure à la version 14 par exemple) soient aussi affichés dans la liste des symboles disponibles. Les blocs
anonymes ont généralement un nom qui commence par ‘*X’.
• «  Insérer les symboles dans le calque courant » : si cette case est cochée, les symboles seront insérés dans le calque
courant (comme c’est le cas avec la commande INSERER d’AutoCAD®). Si elle n’est pas cochée, ils seront insérés dans le
calque indiqué dans le dialogue de sélection des symboles.
• «  Rendre le symbole sélectionné courant » : si cette case est cochée, le symbole choisi dans l’une des fonctions
d’insertion de symbole avec sélection (à l’échelle, générique, 3D ou tous) sera automatiquement considéré comme le nouveau
symbole courant.
• «  Insérer le symbole avec une altitude » : cochez cette case pour que les symboles dessinés conservent le Z du point
indiqué pour leur insertion. Sinon, une altitude de 0.0 sera automatiquement utilisée.
• «  Utiliser la commande ‘INSERER’ d’AutoCAD » : si cette option est choisie, les options de la commande INSERER
d’AutoCAD® seront disponibles lors de l’insertion d’un symbole. Sinon, le symbole sera placé au point indiqué sans possibilité
de modifier ses échelles ou son orientation.

12 Dessin assisté
UTILISATION

I.4. LES ACCROCHAGES SPÉCIALISÉS

Deux nouveaux accrochages relatifs aux points topographiques ont été ajoutés à la version précédente de COVADIS. Le premier
est une généralisation de l’accrochage par matricules pouvant être maintenant utilisé pendant n’importe quelle commande, le
second est un nouvel accrochage objet fonctionnant uniquement sur les points topographiques.

I.4.1. Accrochage par matricules

Le nouvel accrochage par matricules de COVADIS est activable par la combinaison de touches <Contrôle+F12>.
Si la liste des points topographiques du dessin courant est actuellement vide, il vous
sera proposé de la créer comme le montre l’exemple de dialogue ci-contre. La liste sera
automatiquement créée à partir de TOUS les points topographiques du dessin courant.
Vous verrez alors apparaître les messages suivants sur la ligne de commande
d’AutoCAD® :
Création de la liste des points en cours ...
... terminée.
859 points topographiques étaient valides.
Lorsque l’accrochage par matricules permanent est activé, le message
suivant est inscrit sur la ligne de commande :
<Accrochage par matricules actif>
et la zone d’état de la fenêtre principale d’AutoCAD® est modifiée de
telle sorte que l’indication « ACCRMAT » apparaisse dans son coin bas
gauche.

Vous pouvez maintenant utiliser cet accrochage dans n’importe quelle commande lorsqu’un point est demandé.

Pour désactiver l’accrochage par matricules, il suffit de retaper au clavier la combinaison de touches <Contrôle+F12>.

I.4.2. Accrochage sur points topographiques


Un nouvel accrochage a été ajouté à AutoCAD® pour permettre d’accrocher directement les points d’insertion des blocs points
topographiques. Son activation et sa désactivation s’effectuent à l’aide de la touche de fonction <F12> ou à l’aide de la fonction
AutoLISP « (CovaOsnapPTopo) ».
Dans ce dernier cas, l’appel de la fonction sans paramètre retourne ‘T’ si l’accrochage est actif ou sinon ‘nil’. Pour activer
l’accrochage, il faut utiliser le paramètre ‘T’ lors de l’appel de la fonction : (CovaOsnapPTopo T). Pour le désactiver, c’est le
paramètre ‘nil’ qui doit être utilisé.
Lorsque l’accrochage sur points topographiques est activé, le message suivant est inscrit sur la ligne de commande :
<Accrochage sur points topo. actif>
et la zone d’état de la fenêtre
principale d’AutoCAD® est modi-
fiée de telle sorte que l’indication
« ACCRPTOP » apparaisse dans
son coin bas gauche.

REMARQUES :
 L’accrochage sur points topographiques de COVADIS est matérialisé par l’icône lorsqu’un point topographique est
présent sous le curseur.
 L’accrochage sur points topographiques fonctionne indépendamment des accrochages aux objets d’AutoCAD ®. Ils peuvent
donc être utilisés simultanément en faisant toutefois bien attention à ce que les points accrochés correspondent bien à ceux
désirés.
 Les accrochages par matricules et sur points topographiques peuvent être utilisés conjointement.
 L’accrochage par matricules permanent ne permet pas de spécifier des séries de matricules de plus de 50 valeurs.

13 Dessin assisté
UTILISATION

I.5. LA CONFIGURATION DES LISTINGS

Cette option du menu Covadis 2D permet de paramétrer l’écriture des fichiers listings produits avec les différentes fonctions de
COVADIS (à de rares exceptions près).

La configuration des listings s’effectue à l’aide d’une


boîte de dialogue comme le montre l’exemple ci-
contre.
Le dialogue est composé d’un menu (« Fichier ») ainsi
que de trois onglets. Le menu permet d’accéder aux
options de gestion des fichiers de paramétrage car il est
possible de sauvegarder différentes configurations de
listings, et de les recharger lorsqu’elles doivent être
utilisées. Seule la dernière configuration chargée sera
utilisée par COVADIS.
Les combinaisons de touches
à la droite des options indi-
quent que ces options sont
accessibles via des raccourcis
clavier. Ainsi, si vous tapez la
combinaison <Contrôle+O>,
le dialogue d’ouverture d’un
fichier de configuration sera affiché.
• « Nouveau » : crée un nouveau fichier de configuration avec les paramètres par
défaut. Si la configuration courante a été modifiée, il vous sera demandé si elle doit
être enregistrée.
• « Ouvrir… » : permet de sélectionner sur le disque le fichier de configuration à ouvrir.
Les fichiers de configuration de listings sont généralement enregistrés dans le sous-
répertoire \Config du répertoire d’installation de COVADIS, et ont l’extension ‘cfl’.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour enregistrer les modifications apportées à la configuration de listings courante.
Si la configuration courante n’a pas encore de nom (SansNom.cfl), c’est l’option suivante qui doit être utilisée.
• « Enregistrer sous… » : cette option permet d’enregistrer la configuration courante tout en spécifiant le nom du fichier à
créer ainsi que l’emplacement où il doit être enregistré.
• « Quitter » : termine le dialogue de gestion des configurations de listings. Si la configuration courante a été modifiée, il vous
sera demandé si elle doit être sauvegardée.

I.5.1. Paramètres généraux

Cet onglet permet d’effectuer le paramétrage général de l’écriture et de l’affichage des listings.

1. Mode de création des fichiers listings


Ce groupe de paramètres vous permet d’indiquer le type de fichier listing à créer ainsi que le nom et l’emplacement du programme
à utiliser pour la visualisation des listings créés.
• «  Fichiers au format Word (RTF) » : indique que
les fichiers listings seront écrits dans un format enrichi
lisible par le traitement de texte Microsoft® Word ou par
un programme de visualisation de ce type de fichiers.
Dans l’exemple ci-contre c’est le ‘visualiseur’ de
fichiers Word qui sera utilisé pour l’affichage des
fichiers listings après leur création.
Si la zone de saisie Afficher avec est laissée vide, le programme défini dans Windows ® pour l’affichage des fichiers RTF sera
automatiquement utilisé, comme si vous double-cliquiez sur ces fichiers dans l’explorateur.

14 Dessin assisté
UTILISATION

• «  Fichiers textes en mode Page » : ce type de


listings n’est utilisé que par le module de calculs
topométriques de COVADIS. Les listings sont des
fichiers texte mais les en-têtes et pieds de page sont
répétés sur chacune des pages. Dans l’exemple, c’est le
bloc-notes de COVADIS qui sera utilisé pour la
visualisation.
• «  Fichiers textes en mode Listing » : les listings de
ce type sont des fichiers textes dans lesquels ne seront
écrits qu’un seul en-tête de page (au début du fichier) et
qu’un seul pied de page (à la fin du fichier). L’exemple
ci-contre montre que ces listings seront affichés avec le
bloc-notes de Windows®.

Le programme de visualisation des fichiers peut être spécifié en


tapant son nom dans la zone d’édition ou en allant le sélectionner
sur le disque à l’aide du bouton « … ». Si son nom complet n’est
pas donné, il vaut mieux être sûr que son chemin d’accès se
trouve bien dans les répertoires indiqués par la variable
d’environnement PATH.

2. Nombres de décimales
Ce groupe de paramètres vous permet de spécifier les nombres de
décimales à utiliser pour les différents types de données écrites
dans les fichiers listings.
Il suffit de sélectionner une nouvelle valeur dans une liste
jaillissante puis d’enregistrer la configuration pour que la
modification soit prise en compte dans le prochain listing créé.

3. Police de caractères
Le bouton « … » de ce groupe de paramètres vous permet de
sélectionner la police de caractères à utiliser dans les listings au
format RTF (et uniquement ceux-ci).
Sélectionnez d’abord le nom de la police, ensuite le style de celle-ci
puis terminez avec la hauteur des textes (taille en points). Cliquez
sur le bouton « OK » pour valider votre choix.
De retour dans l’onglet des paramètres généraux, vous pouvez
constater que la zone de prévisualisation de la police a été mise à
jour (en bas du groupe de paramètres).
Vous pouvez taper un autre texte d’exemple dans cette zone si vous
le désirez.

I.5.2. Format de la page

Cet onglet vous permet de spécifier les caractéristiques des pages de listing à imprimer. En fonction du type de listing sélectionné
(format RTF ou autres), la page de propriétés sera différente.

I.5.2.1. Format de la page : mode RTF

Si ce type de fichier est sélectionné, la configuration de la mise en page se fera à l’aide du dialogue montré en exemple ci-contre.

15 Dessin assisté
UTILISATION

1. Marges
Entrez dans les zones de saisie les marges (en
millimètres) à prendre en compte pour la mise en page, ou
utilisez les boutons prévus à cet effet à droite des zones
d’édition.

2. À partir du bord
Ces deux paramètres permettent de spécifier la position
des premières lignes d’en-tête et de pied de page. Les
valeurs doivent être inférieures aux marges haute et basse.

3. Format du papier
Vous pouvez sélectionner dans la liste jaillissante le
format du papier d’impression. Trois formats fixes sont
proposés : A5, A4 et A3, ainsi qu’un format utilisateur
pour lequel vous devez spécifier la largeur et la hauteur à l’aide des deux paramètres prévus à cet effet (les valeurs sont à donner
en millimètres).

4. Orientation
Vous pouvez modifier l’orientation du papier en choisissant l’option qui vous convient.

REMARQUES :
 Tous ces paramètres vous permettent de spécifier les informations relatives au format et à la mise en page des listings. Vous
devez donc faire attention à ce que les valeurs indiquées correspondent réellement au papier utilisé car les programmes de
création des fichiers listings n’effectuent aucun contrôle sur leur validité.
 Il n’est pas possible de prévoir le nombre de lignes utiles dans un listing au format RTF, même connaissant tous les
paramètres de format, de mise en page et de police de caractères. Vous devrez donc indiquer le nombre de lignes maximum
à utiliser (entre la marge haute et la marge basse) dans les listings à l’aide du paramètre « Nombre de lignes » accessible
pour les formats autres que RTF (voir ci-dessous).

I.5.2.2. Format de la page : mode Texte

Pour les deux types de fichiers listings non RTF, la


configuration de la mise en page se fera à l’aide du
dialogue montré en exemple ci-contre.

1. Marges
Entrez dans les zones de saisie les marges à prendre en
compte pour la mise en page, ou utilisez les boutons
prévus à cet effet à droite des zones d’édition. Les marges
à gauche et à droite sont données en caractères (colonnes)
alors que les marges haute et basse sont données en
lignes.

2. Format du papier
Le format du papier est à indiquer en nombre de colonnes (largeur) et de lignes (hauteur). Le choix de l’orientation du papier vous
permet d’inverser les valeurs pour la largeur et la hauteur du papier.

REMARQUES :
 Tous ces paramètres vous permettent de spécifier les informations relatives au format et à la mise en page des listings. Vous
devez donc faire attention à ce que les valeurs indiquées correspondent réellement au papier utilisé car les programmes de
création des fichiers listings n’effectuent aucun contrôle sur leur validité.
 Utilisez le paramètre « Hauteur » pour spécifier le nombre maximum de lignes imprimables (sans tenir compte des
éventuelles marges haute et basse) pour les fichiers au format RTF.

16 Dessin assisté
UTILISATION

I.5.3. En-tête et pied de page

Dans cet onglet, vous pouvez spécifier les en-têtes et les


pieds de page à écrire dans les fichiers listings.
Vous disposez pour cela de deux zones de saisie multi-
lignes, l’une pour l’en-tête, l’autre pour le pied de page.
De nombreuses possibilités vous sont offertes pour
l’écriture automatique d’informations relatives à la date, à
l’heure, au nom du fichier créé, ainsi qu’au numéro de
page et au nombre de pages du listing.
Trois codes particuliers vous permettent en plus de
justifier des informations à droite, au centre ou à gauche
de la feuille. Ces justifications sont cumulables, c’est-à-
dire que vous pouvez avoir sur une même ligne des
données cadrées à droite, des données centrées ainsi que
des données cadrées à gauche.

Ces boutons à icône vous per-


mettent de visualiser dans une boîte de
dialogue l’ensemble des codes de
contrôle disponibles pour le formatage
de l’en-tête et du pied de page.
Chaque code de contrôle utilisé sera
automatiquement remplacé par la
valeur correspondante lors de
l’écriture du fichier.
Le bouton « Police d’affichage… »
vous permet de spécifier la police de
caractères à utiliser pour l’affichage
des codes de contrôle ainsi que la
prévisualisation de l’en-tête et du pied
de page. Son utilisation est identique à
celle mentionnée au paragraphe
Paramètres Généraux (§ I.3.1).

La liste des différents codes de contrôle vous est donnée ci-dessous :

%d remplacé par le numéro du jour (01 - 31), %#d pour supprimer le 0 de début
&f remplacé par le nom du fichier listing
&p remplacé par le numéro de page
&P remplacé par le nombre total de pages
%A remplacé par le nom du jour, %a pour le nom abrégé (lun., mar., …)
%B remplacé par le nom du mois, %b pour le nom abrégé (jan., fév., …)
%c remplacé par la date et l’heure en format abrégé (jj/mm/aa hh:mm:ss)
%#c remplacé par la date et l’heure en format complet (jour mois année, hh:mm:ss)
%H remplacé par les heures (00 - 24), %#H pour supprimer le 0 de début
%I remplacé par les heures (00 - 12), %#I pour supprimer le 0 de début
%m remplacé par le mois (01 - 12), %#m pour supprimer le 0 de début
%M remplacé par les minutes (00 - 59), %#M pour supprimer le 0 de début
%S remplacé par les secondes (00 - 59), %#S pour supprimer le 0 de début
%x remplacé par la date au format abrégé (jj/mm/aa)
%#x remplacé par la date au format complet (jour mois année)
%X remplacé par l’heure au format standard (hh:mm:ss)
%y remplacé par l’année sans le siècle (00 - 99), %#y pour supprimer le 0 de début
%Y remplacé par l’année avec le siècle
&& remplacé par le caractère &
%% remplacé par le caractère %
&l indique que le texte qui suit sera aligné à gauche (défaut)
&c indique que le texte qui suit sera centré
&r indique que le texte qui suit sera aligné à droite

17 Dessin assisté
UTILISATION

Exemple d’en-tête de page :


&cCOVADIS version 17
&c(C) Géomédia S.A.S. 1993-2018
Les deux lignes commencent par le code de contrôle &c qui indique qu’elles seront toutes les deux centrées sur la page.

Exemple de pied de page :


&f&cPage &p&r%x - %X
Le premier code de contrôle &f indique que le nom du fichier sera positionné à gauche du pied de page (l’alignement des
textes étant à gauche par défaut). Le second, &c, signifie que tout ce qui va jusqu’au code de contrôle &r sera centré sur la
page. Le code &p sera automatiquement remplacé par le numéro de page et les codes %x et %X seront remplacés,
respectivement, par la date au format abrégé (jj/mm/aa) et par l’heure (hh:mm:ss).

Nous pourrions ainsi avoir comme résultat, dans le cas d’un listing au format RTF :

COVADIS version 17
(C) Géomédia S.A.S. 1993-2018

Zones de texte

Exemple_De_Listing.rtf Page 1 20/01/18 – 10:25:36

Ces boutons à icônes vous


permettent d’effectuer une prévisua-
lisation de l’en-tête ou du pied de page
dans une nouvelle fenêtre de dialogue.
Un exemple vous est montré ci-contre
pour l’en-tête de page.
Le bouton « Police d’affichage… »
vous permet de spécifier la police de
caractères à utiliser pour la prévisua-
lisation de l’en-tête et du pied de page
ainsi que l’affichage des codes de
contrôle. Son utilisation est identique
à celle mentionnée au paragraphe
Paramètres Généraux (§ III.5.1).

I.6. LA FONCTION ‘IMPRIMER FICHIER’

Cette fonction est proposée dans chaque menu de COVADIS. Elle permet de visualiser et d’imprimer le dernier fichier listing ou
récapitulatif de traitement créé. Le programme associé au type de fichier est automatiquement utilisé.

18 Dessin assisté
UTILISATION

I.7. LES CHANGEMENTS D’ÉCHELLE

La première fonction du menu Covadis 2D permet d’effectuer le changement d’échelle du dessin courant.
Le paramétrage se fait à l’aide du dialogue montré en exemple ci-contre.
L’échelle courante vous est rappelée et vous devez indiquer la nouvelle échelle
pour le dessin dans la liste jaillissante.
Si la case «  Mise à l’échelle automatique » est cochée, une mise à l’échelle
sera automatiquement appliquée à tous les éléments cochés dans la liste. Si la
case n’est pas cochée, seule la valeur de l’échelle sera changée dans le dessin et
aucun objet ne sera modifié.
Pour la mise à l’échelle automatique, il suffit de cocher dans la liste les éléments
à mettre à jour. La colonne libellée « Calques à ignorer » indique, pour chaque
type d’élément, les noms des calques qui ne doivent pas être pris en compte pour
le changement d’échelle. Pour modifier une liste de calques, il suffit de cliquer
avec le bouton droit sur la ligne de l’élément concerné puis de sélectionner
l’option « Ajouter des calques à ignorer pour <désignation> … », ou tout
simplement de cliquer deux fois sur cette ligne.

Le changement d’échelle commence lors de l’appui sur le bouton « OK ».


La fonction ne modifie pas les objets du dessin qui doivent subir une
transformation. Elle ne fait que modifier l’échelle du dessin (valeur de l’échelle)
et des types de lignes, puis appelle les fonctions de mise à l’échelle de chacun
des programmes de gestion des éléments à mettre à jour.
Les échelles des types de lignes (variable AutoCAD® ECHLTP) utilisées par défaut sont Echelle du dessin ECHLTP
indiquées dans le tableau ci-contre. 1/50ème 0.5
Ces valeurs sont toutefois modifiables dans le fichier CovEchelle.ini situé dans le sous- 1/100ème 1.0
répertoire \Config du répertoire d’installation de COVADIS. Vous devez pour cela modifier, 1/200ème 2.0
dans la section de paramètres [LTSCALE], la valeur affectée à une échelle. Par exemple, si 1/500ème 5.0
l’échelle des types de lignes à utiliser pour une échelle de 1/100ème doit être 2.0, il faudra 1/1000ème 10.0
remplacer 100=1.000000 par 100=2.000000. Les modifications effectuées ne seront 1/2000ème 20.0
bien entendu prises en compte que lors du prochain changement d’échelle. 1/5000ème 50.0

Principes de la mise à l’échelle des différents éléments :


• Symboliques linéaires : si la définition de symbolique linéaire appliquée à un objet existe pour la nouvelle échelle, elle est
directement utilisée, sinon, le fichier de définition est recopié du répertoire de l’échelle courante vers le répertoire de la
nouvelle échelle.
• Bâtiments : si le fichier de définition de la symbolique de bâtiments appliquée à un objet existe pour la nouvelle échelle, il est
directement utilisé, sinon, les épaisseurs de traits ainsi que l’écartement entre les hachures suivent le rapport des échelles.
• Murs simples : même principe de mise à l’échelle que pour les bâtiments.
• Hachures : pour les hachures qui ne font pas partie des symboliques de bâtiments ou de murs simples, le rapport des échelles
est appliqué à l’écart entre les traits (modèle défini par l’utilisateur) ainsi qu’au facteur d’échelle (modèles préenregistrés).
• Points Topo. : si le fichier de paramétrage des points topographiques existe pour la nouvelle échelle, il sera utilisé pour la mise
à jour de la définition du bloc ainsi que pour l’actualisation du graphisme des points et des attributs. Si le fichier n’existe pas,
le rapport des échelles sera utilisé pour la mise à jour.
• Talus : les longueurs de barbules ainsi que les écarts entre barbules seront multipliés par le rapport des échelles.
• Textes : les définitions de style présentes dans le fichier Styles.car (sous-répertoire de l’échelle) seront remplacées par les
définitions contenues dans le même fichier associé à la nouvelle échelle. Les hauteurs des textes seront mises à jour avec les
nouvelles hauteurs sauf pour les textes dont la hauteur est différente de la hauteur par défaut du style, pour les textes dont le
style a été modifié par rapport à sa définition, et pour les textes dont le style n’est pas défini dans le fichier Styles.car. Dans ces
cas, le rapport des échelles sera automatiquement appliqué.
• Symboles : tous les symboles définis dans le répertoire de l’échelle seront remplacés par les symboles de même nom présents
dans le répertoire de la nouvelle échelle. Tous les autres symboles non génériques subiront une transformation par application
du rapport des échelles.

19 Dessin assisté
UTILISATION

I.8. LES DIALOGUES COMMUNS

Certaines boîtes de dialogue sont utilisées dans de nombreuses commandes de COVADIS ou appelées à partir d’autres fenêtres de
dialogue.

I.8.1. Choix d’une couleur

La sélection d’une couleur pour le dessin d’objets ou pour la


création de calques se fait dans le dialogue ci-contre. Celui-ci est
très semblable à celui d’AutoCAD®.
Pour sélectionner une couleur cliquez dans la zone colorée ou tapez
son numéro (de 1 à 255) dans la zone d’édition en bas à gauche du
dialogue.
Validez le choix en cliquant sur le bouton « OK ».
Une méthode plus rapide pour la sélection d’une couleur est de
cliquer deux fois sur la zone colorée correspondante, ceci ayant pour
effet de valider directement le choix.
Les deux boutons correspondant aux couleurs logiques
d’AutoCAD® « DuCalque » et « DuBloc » ne sont accessibles que
si cela a réellement une signification. En effet, s’il s’agit d’indiquer
la couleur pour la création d’un nouveau calque, seule une couleur
non logique peut être choisie.

Dans la plupart des dialogues où une couleur doit être spécifiée, vous trouverez une
liste jaillissante permettant de sélectionner celle-ci parmi les sept couleurs principales
d’AutoCAD® (Rouge = 1, Jaune = 2, … Blanc = 7) ou de choisir l’option
« DuCalque » si le calque associé est défini dans le dessin ou l’option « Autres… »
pour accéder à l’ensemble des 255 couleurs dans le dialogue présenté ci-dessus.
Vous pouvez aussi directement accéder au dialogue de sélection de la couleur en
cliquant avec le bouton droit de la souris sur la liste jaillissante.

20 Dessin assisté
UTILISATION

I.8.2. Choix d’un calque

L’accès à la sélection d’un calque unique se fait générale-


ment par le bouton à icône . Dans certains dialogues plus
anciens, le bouton de choix est libellé « Calque… » ou
« Choix… ».
Pour valider la sélection, il suffit qu’un calque soit mis en
surbrillance dans la liste et de cliquer sur le bouton « OK »,
ou de cliquer simplement deux fois sur le nom du calque.
Le bouton à icône vous permet d’aller directement
sélectionner un objet dans le dessin pour que son calque soit
automatiquement mis en surbrillance dans la liste. Il ne vous
reste plus qu’à valider le choix en cliquant sur le bouton
« OK ». Cette particularité est très intéressante puisqu’elle
vous permet de sélectionner un calque sans en connaître
préalablement le nom.

La case à cocher «  Filtrer sur » peut être utilisée pour


effectuer un filtrage sur les noms des calques à afficher dans
la liste.
Une fois cochée, la dernière chaîne de filtrage utilisée est
automatiquement proposée par défaut.
Vous pouvez alors spécifier une nouvelle chaîne dans la
zone d’édition ou choisir une valeur précédemment entrée
dans la liste jaillissante.
Dans l’exemple ci-contre, vous remarquerez que la chaîne de
filtrage est ‘vpmnt*’, ce qui a pour effet de ne garder dans la
liste d’affichage que les noms des calques qui satisfont à ce
filtre.

Les différentes possibilités de filtrage vous sont indiquées


dans le tableau ci-dessous.
Les caractères alphanumériques sont traités de façon
littérale. Si des caractères sont encadrés par des crochets, ils
sont considérés comme des caractères uniques (par exemple,
[ab] signifie le caractère ‘a’ ou le caractère ‘b’).
A l’intérieur des crochets vous pouvez utiliser le tiret ‘-’
pour spécifier une gamme de valeurs (par exemple, [A-D]
correspond à ‘A’, ‘B’, ‘C’ ou ‘D’).
Le caractère ‘~’ inverse la validité, comme ‘~v*’ qui signifie
que seuls les calques ne commençant pas par la lettre ‘v’
seront proposés.
Différentes séquences de filtrage peuvent être spécifiées dans la chaîne en les séparant par des virgules (exemple : ‘a*,b*’ pour ne
proposer que les calques dont le nom commence par ‘a’ ou par ‘b’).

Caractère Définition
# Remplace n’importe quel caractère numérique unique.
@ Remplace n’importe quel caractère alphabétique unique.
. Remplace n’importe quel caractère non alphabétique unique.
* Remplace n’importe quelle séquence de caractères, y compris une chaîne vide.
L’astérisque peut être utilisé n’importe où dans la chaîne : au début, au milieu ou à la fin.
? Remplace n’importe quel caractère unique.
~ Si c’est le premier caractère dans une séquence, il signifie « tout sauf la séquence ».
[...] Remplace n’importe lequel des caractères entre les crochets.
[~...] Remplace n’importe lequel des caractères autres que ceux entre les crochets.
- Utilisé dans une séquence entre crochets, indique une gamme de valeurs.
, Sépare différentes séquences pour un même filtre.
' Échappement : indique que le caractère suivant doit être traité littéralement.

21 Dessin assisté
UTILISATION

I.8.3. Choix de multiples calques

L’accès à la sélection d’un calque unique se fait générale-


ment par le bouton à icône . Dans certains dialogues plus
anciens, le bouton de choix est libellé « Calques… » ou
« Choix… ».
Pour sélectionner ou désélectionner un calque dans la liste, il
suffit de cliquer sur la case à cocher à gauche de son nom.
Vous pouvez aussi basculer l’état de sélection d’un calque
en cliquant deux fois sur sa ligne dans la liste.
Si vous cliquez avec le bouton droit de la souris n’importe
où dans la liste, un menu déroulant apparaît vous proposant
deux options :

Choisissez l’une ou l’autre des options pour sélectionner


tous les calques de la liste ou pour tous les désélectionner.
Si au moins un calque a été sélectionné ( au moins une
case cochée), la validation du choix se fait en cliquant sur le
bouton « OK ».

Le bouton à icône vous permet d’aller directement


sélectionner des objets dans le dessin pour que leurs calques
soient automatiquement mis en surbrillance dans la liste. Il
ne vous reste plus qu’à valider le choix en cliquant sur le
bouton « OK ». Cette particularité est très intéressante
puisqu’elle vous permet de sélectionner des calques sans en
connaître préalablement les noms.
La case à cocher «  Filtrer sur » peut être utilisée pour
effectuer un filtrage sur les noms des calques à afficher dans
la liste.
Une fois cochée, la dernière chaîne de filtrage utilisée est
automatiquement proposée par défaut.
Vous pouvez alors spécifier une nouvelle chaîne dans la
zone d’édition ou choisir une valeur précédemment entrée
dans la liste jaillissante.
Dans l’exemple ci-contre, vous remarquerez que la chaîne de
filtrage est ‘vpmnt*’, ce qui a pour effet de ne garder dans la
liste d’affichage que les noms des calques qui satisfont à ce
filtre.

Reportez-vous au paragraphe précédent pour de plus amples informations concernant les possibilités de filtrage.

22 Dessin assisté
UTILISATION

I.8.4. Sélection d’un style de texte

Dans COVADIS, il est possible de gérer et de sélectionner des styles de textes autrement qu’avec la commande STYLE
d’AutoCAD®.
Un fichier nommé Styles.car et placé dans chacun des sous-répertoires d’échelle (\50, \100, \200, …) vous permet de définir vos
styles de textes de façon simple, chaque ligne du fichier correspondant à une définition simplifiée de style :
<Style> <Police> <Hauteur> <Expansion> <Inclinaison> <Reflété> <Renversé> <Vertical>
avec : Style = nom du style de texte (à encadrer par des doubles cotes si le nom contient des espaces)
Police = nom du fichier de police de caractères (l’extension n’est nécessaire que pour les fichiers ‘shx’)
Hauteur = hauteur par défaut pour les textes, celle-ci est donnée en millimètres papier
Expansion = facteur d’expansion du texte (équivalent au facteur d’échelle en X)
Inclinaison = angle d’inclinaison de la police (italique)
Reflété = drapeau de style reflété (symétrie selon l’axe X), mettre "N" pour non et "O" pour oui
Renversé = drapeau de style renversé (symétrie selon l’axe Y), mettre "N" pour non et "O" pour oui
Vertical = drapeau de style vertical, mettre "N" pour non et "O" pour oui
Exemple :
"Arial 1.5" "Arial" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N"
 Style = "Arial 1.5"
Police = "Arial" (implicitement : police de Windows® Arial.ttf)
Hauteur = 1.5 mm
Expansion = 1.0 (valeur par défaut)
Inclinaison = 0.0 (pas d’inclinaison)
Reflété = "N"
Renversé = "N"
Vertical = "N"
Lors de l’installation de COVADIS, un fichier Styles.car est automatiquement placé dans chaque répertoire d’échelle. Un certain
nombre de styles de textes prédéfinis vous sont ainsi proposés.
Vous pouvez enrichir ces fichiers en y ajoutant vos propres définitions de styles à l’aide d’un éditeur de texte, ou grâce au
dialogue de sélection de style qui vous permet, entre autres, d’exporter des définitions existantes vers le fichier Styles.car.
La liste à gauche du dialogue contient tous
les noms des styles de textes présents dans le
dessin courant et/ou dans le fichier Styles.car
de l’échelle courante, ainsi que les icônes
caractérisant les différents styles.
Les cercles rouges et verts indiquent si le
style de texte est défini (cercle vert) ou non
(cercle rouge) dans le dessin courant.
Les autres icônes indiquent :
: Le style de texte n’est défini que dans le
dessin courant.
: Si le cercle est vert, cela signifie que le
style est défini de façon identique dans
le dessin et dans le fichier Styles.car. Si
le cercle est rouge, c’est que le style est
défini dans le fichier Styles.car mais
n’est pas chargé dans le dessin courant.
: Le style de texte est défini dans le dessin
courant et dans le fichier Styles.car,
mais les deux définitions ne sont pas
identiques (hauteurs différentes par exemple).
La plus grande partie du dialogue est occupée par les seize éléments de prévisualisation dans lesquels on retrouve le nom du style,
sa hauteur par défaut ainsi que le nom de la police de caractères utilisée. Le nom de la police est écrit en utilisant la police elle-
même pour vous permettre d’en prévisualiser l’aspect.

Pour sélectionner un style, il suffit de le sélectionner dans la liste ou parmi les éléments de prévisualisation puis de cliquer sur le
bouton « OK ». En double-cliquant sur le nom du style dans la liste ou sur l’élément de prévisualisation correspondant, celui-ci
sera automatiquement sélectionné.

23 Dessin assisté
UTILISATION

La signification des différents boutons à icône du dialogue vous est donnée ci-dessous.
: Affiche les propriétés du style actuellement sélectionné. Trois cas de
figure peuvent se présenter en fonction de la définition du style dans
le dessin et/ou dans le fichier Styles.car.
L’exemple ci-contre montre le dialogue d’affichage des caractéris-
tiques du style "Times 1.5" pour lequel le facteur d’expansion a été
modifié dans le dessin. Ceci a pour effet d’afficher deux onglets dans
le dialogue : l’un pour la définition du style dans le dessin, l’autre
pour la définition du style dans le fichier.
Généralement, un seul onglet sera présent dans le dialogue : soit
« Dans le dessin » si le style n’est défini que dans le dessin courant,
soit « Dans Styles.car » si le style est présent dans le fichier et n’a
pas été défini dans le dessin ou si le style est aussi défini dans le
dessin mais n’a pas été modifié.
: Exporte la définition de style sélectionnée vers le fichier Styles.car. Ce bouton n’est actif que si la définition n’existe pas
dans le fichier ou s’il y a une différence entre la définition du style dans le dessin et celle contenue dans le fichier. Ce bouton
est très intéressant puisqu’il vous permet de mettre à jour le fichier Styles.car sans avoir à l’éditer.
: Importe le style sélectionné dans le dessin courant. Ce bouton n’est actif que si le style n’est pas encore défini dans le dessin
ou s’il y a une différence entre la définition du style dans le dessin et celle contenue dans le fichier. Dans ce cas, l’appui sur
le bouton entraînera la mise à jour de la définition dans le dessin à partir de celle du fichier.
: Importe tous les styles non définis dans le dessin à partir du fichier Styles.car. Les styles déjà définis dans le dessin ne sont
pas mis à jour (s’il y a une différence entre les définitions du dessin et du fichier) comme cela peut être le cas avec le bouton
décrit précédemment.
: Affiche les seize premières définitions de styles dans les éléments de prévisualisation.
: Revient au groupe des seize définitions précédentes.
: Sélectionne la définition de style précédente.
: Sélectionne la définition de style suivante.
: Passe au groupe des seize définitions suivantes.
: Affiche les seize dernières définitions de styles (ou moins) dans les éléments de prévisualisation.
: Cliquez sur ce bouton pour sélectionner le style de texte actuellement utilisé pour un texte ou un attribut dans le dessin. Après avoir
choisi un objet valide, le style correspondant sera automatiquement sélectionné dans la liste ainsi que l’élément de prévisualisation
associé.

REMARQUES :
 Vous remarquerez dans des dialogues
de paramétrage le bouton à icône
vous permettant de sélectionner le
style de texte. Dans ce cas, le dialogue
de sélection sera différent de celui vu
précédemment, les boutons
d’importation et d’exportation étant
remplacés par l’option «  Retourner
la hauteur par défaut aux
dialogues » qui, si cochée, indique
que les hauteurs de texte dans les
dialogues appelant cette fenêtre seront
automatiquement remplacées par les
hauteurs par défaut des styles
sélectionnés.
 Cliquez sur l’icône de la barre de
titre de la fenêtre puis sélectionnez
l’option « Ouvrir ‘Styles.car’ » pour
éditer le fichier.

24 Dessin assisté
UTILISATION

Le contenu du fichier Styles.car fourni avec COVADIS vous est indiqué ci-dessous.

"Arial 1.0" "Arial" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 1.0" "EuroRoman" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 1.5" "Arial" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 1.5" "EuroRoman" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 2.0" "Arial" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 2.0" "EuroRoman" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 3.0" "Arial" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 3.0" "EuroRoman" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 4.0" "Arial" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 4.0" "EuroRoman" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 5.0" "Arial" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 5.0" "EuroRoman" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 6.0" "Arial" 6.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 6.0" "EuroRoman" 6.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 8.0" "Arial" 8.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 8.0" "EuroRoman" 8.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 10.0" "Arial" 10.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 10.0" "EuroRoman" 10.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"

"Times 1.0" "Times New Roman" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Country 1.0" "CountryBlueprint" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Times 1.5" "Times New Roman" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Country 1.5" "CountryBlueprint" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Times 2.0" "Times New Roman" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Country 2.0" "CountryBlueprint" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Times 3.0" "Times New Roman" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Country 3.0" "CountryBlueprint" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Times 4.0" "Times New Roman" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Country 4.0" "CountryBlueprint" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Times 5.0" "Times New Roman" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Country 5.0" "CountryBlueprint" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"

"SSerif 1.0" "SansSerif" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Simplex 1.0" "Simplex.shx" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"SSerif 1.5" "SansSerif" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Simplex 1.5" "Simplex.shx" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"SSerif 2.0" "SansSerif" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Simplex 2.0" "Simplex.shx" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"SSerif 3.0" "SansSerif" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Simplex 3.0" "Simplex.shx" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"SSerif 4.0" "SansSerif" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Simplex 4.0" "Simplex.shx" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"SSerif 5.0" "SansSerif" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Simplex 5.0" "Simplex.shx" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"

"Verdana 1.0" "Verdana" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romans 1.0" "Romans.shx" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 1.5" "Verdana" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romans 1.5" "Romans.shx" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 2.0" "Verdana" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romans 2.0" "Romans.shx" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 3.0" "Verdana" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romans 3.0" "Romans.shx" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 4.0" "Verdana" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romans 4.0" "Romans.shx" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 5.0" "Verdana" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romans 5.0" "Romans.shx" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 6.0" "Verdana" 6.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 8.0" "Verdana" 8.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romand 3.0" "Romand.shx" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 10.0" "Verdana" 10.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romand 6.0" "Romand.shx" 6.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"

"French 1.0" "SuperFrench" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romanc 5.5" "Romanc.shx" 5.5 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"French 1.5" "SuperFrench" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romanc 10.0" "Romanc.shx" 10.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"French 2.0" "SuperFrench" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"French 3.0" "SuperFrench" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"French 4.0" "SuperFrench" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"French 5.0" "SuperFrench" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"

25 Dessin assisté
UTILISATION

I.9. LE VISUALISEUR D’OBJETS

Cet outil vous permet de visualiser n’importe quels objets d’AutoCAD ® ou de COVADIS en 3D dans une fenêtre d’affichage
indépendante des fenêtres du dessin. Cette fenêtre est contenue dans une palette.
Dans cette fenêtre, il est possible :
• d’appliquer au graphisme des objets une déformation en Z,
• d’utiliser un des styles visuels définis dans le dessin courant,
• d’effectuer des zooms et des panoramiques,
• de sélectionner une vue prédéfinie,
• de changer la vue à l’aide de l’outil « orbite 3D »,
• d’ajouter et d’enlever des objets à visualiser.
Un exemple de palette vous est
donné ci-contre.
Pour effectuer les zooms et les
panoramiques, vous devez utiliser la
molette de la souris : la rotation de
celle-ci permet de zoomer, alors que
le déplacement de la souris pendant
que le bouton de la molette est
appuyé permet d’effectuer un
panoramique.
Les rotations en mode « orbite 3D »
s’effectuent en déplaçant la souris
pendant que le bouton gauche est
appuyé.
Le bouton droit permet, quand à lui, d’afficher le menu contextuel proposant les déformations en Z, les styles visuels… Son
arborescence vous est décrite ci-dessous.
Bien entendu, toutes ces opérations ne peuvent s’effectuer que si la palette d’affichage possède le focus du curseur.

REMARQUE :
Des réacteurs temporaires sont placés sur les objets visualisés afin de mettre automatiquement à jour la fenêtre de visualisation
lorsque ces objets sont modifiés.

Arborescence du menu contextuel :

Permet de supprimer la
déformation en Z dans la Liste des facteurs d’échelle
fenêtre d’affichage. en Z applicables aux objets
prévisualisés.

Ces options permettent


d’ajouter ou de supprimer Liste des vues prédéfinies Liste des styles visuels du dessin courant.
des objets à la fenêtre de du dessin courant. Le style visuel par défaut <Aucun> correspond
visualisation. à un ombrage réaliste, mais ne peut pas être
paramétré dans AutoCAD contrairement aux
autres styles.

26 Dessin assisté
SYSTEMES DE PROJECTION

II. SYSTÈMES DE PROJECTION

27 Dessin assisté
SYSTEMES DE PROJECTION

28 Dessin assisté
SYSTEMES DE PROJECTION

II.1. GENERALITES

La loi n°95-115 du 4 février 1995 article 25 ainsi que les décrets n°2000-1276 du 26 décembre 2000 et n°2006-272 du 3 mars 2006
imposent de fournir au service public des plans dans le système RGF93 à compter du 10 mars 2009. Le système RGF93 a été mis
en place pour homogénéiser les systèmes au sein de l’Europe (système global) et gagner en précision (compatibilité avec le WGS84
dont les mesures GPS).
Jusqu’alors, les plans étaient rattachés au système géodésique NTF avec une des quatre
projections Lambert Zone I à IV.

COVADIS permet de reprojeter vos plans vectoriels en utilisant les commandes du menu
Systèmes de projection de COVADIS 2D affiché ci-contre.

Les projections usuellement rattachées au système RGF93 sont :


• La projection Lambert 93 qui couvre toute la France mais présente une grande altération
linéaire surtout au nord et au sud.
• Les projections Coniques Conformes (CC42 à CC50) qui divisent la France en neuf zones centrées sur les parallèles 42° à 50°
de latitude. Le recouvrement entre zones est important et la faible altération linéaire permet la prise de cotes sur les plans comme
on le faisait avec les anciennes projections Lambert Zone I à IV.

REMARQUES :
 La reprojection d’un plan nécessite de connaître les projections de départ et d’arrivée. Vous ne pouvez donc pas transformer
un plan en coordonnées locales (sans projection) avec ces commandes. Vous devrez utiliser un recalage d’Helmert en
connaissant les coordonnées projetées d’au moins trois points identifiables du plan.
 Bien que le RGF93 soit plus précis que la NTF, le fait de reprojeter un dessin de NTF vers RGF93 ne le rendra pas plus précis
pour autant. Il est donc important de connaître l’historique d’un plan pour en apprécier la précision.
 Les objets AutoCAD® à reprojeter ne doivent pas avoir de direction d’extrusion.

II.2. PROJECTION1 VERS PROJECTION2

Cette commande permet de choisir les projections de départ et d’arrivée puis d’effectuer la transformation des objets du dessin.

Si le dessin courant n’a pas été enregistré le programme propose de le faire.


Sachez que le dessin courant sera fermé à l’issue du traitement et qu’un nouveau
dessin sera créé.

La boîte de dialogue ci-contre s’affiche ensuite.


Commencez par choisir dans la liste « Système de départ » la
projection du dessin à transformer.
Choisissez, ensuite, la projection d’arrivée.
Les systèmes géodésiques et l’ellipsoïde rattaché aux projections sont
affichés pour information.
La case à cocher «  Renommer les calques » ajoute un préfixe aux
noms de calques. Ce préfixe est propre à la projection d’arrivée. Les
calques ne sont pas renommés si elle est décochée.
Lancez le traitement en appuyant sur le bouton <OK>.

29 Dessin assisté
SYSTEMES DE PROJECTION

Le tableau récapitulant le nombre d’objets transformés s’affiche comme dans l’exemple ci-contre.
Les objets sont triés par catégorie
et des colonnes dénombrent les
incidents intervenus lors de la
reprojection :
• La colonne « Trouvés »
indique le nombre d’objets de
chaque catégorie contenus dans
le dessin.
• La colonne « traités » indique
le nombre d’objets pour
lesquels la reprojection a
fonctionné.
• La colonne « Transformés »
indique le nombre d’objets tels
que les cotations AutoCAD® ou
les hachures sous forme de bloc
pour lesquels un nouvel objet à
été créé en remplacement.
• La colonne « Ignorés »
indique le nombre d’objets n’ayant pas besoin d’être traités. Ce sont par exemple les hachures associatives qui seront redessinées
par AutoCAD® avec leur objet support qui lui aura subi la reprojection.
• La colonne « Supprimés » indique le nombre de références externes qui ont été supprimées du dessin.
• La colonne « Avec erreur » indique le nombre d’objets n’ayant pas pu être reprojetés, notamment parce qu’ils n’étaient pas
dans le domaine de validité de la projection de départ ou dans celui de la projection d’arrivée.

REMARQUE :
Une fois un dessin reprojeté, celui-ci est enregistré avec le préfixe de la projection d’arrivée. Une information indiquant la
projection actuelle est également inscrite dans le dessin. Il s’ensuit que le dessin original n’est pas écrasé.

Appuyez sur le bouton « Terminez + Listing » pour fermer le tableau et afficher le listing de la reprojection comme suit :

COVADIS - RECAPITULATIF D'UN CHANGEMENT DE SYSTEME DE PROJECTION

Informations sur le fichier d'origine


Nom du fichier dessin : C:\ Changement de repere.dwg
Système de projection : Projection Lambert Zone I
Système géodésique : Nouvelle Triangulation Française (NTF)
Ellipsoïde de projection : Clarke 1880 (IGN)

Informations sur le nouveau fichier


Nom du fichier dessin : C:\ CC50_Changement de repere.dwg
Système de projection : Projection Lambert 93 Zone 9 (CC50)
Système géodésique : Réseau Géodésique Français 1993 (RGF93)
Ellipsoïde de projection : IAG GRS 80
Date du traitement : le 07/04/2008 à 10:09:18

Informations sur le traitement


Nombre total d'entités rencontrées dans le dessin : 447
Erreurs rencontrées pendant le traitement : 0
Références externes supprimées du dessin : 0
Cotations AutoCAD décomposées en entités de base : 0

30 Dessin assisté
SYSTEMES DE PROJECTION

II.3. PROJECTION COURANTE VERS LII ETENDU

Cette commande est identique à la commande du paragraphe I.2 si ce n’est que la projection d’arrivée est forcément la projection
Lambert II étendu.

II.4. PROJECTION COURANTE VERS L93 (RGF93)

Cette commande est identique à la commande du paragraphe I.2 si ce n’est que la projection d’arrivée est forcément la projection
Lambert 93.

II.5. LII ETENDU VERS AUTRE PROJECTION

Cette commande est identique à la commande du paragraphe


I.2 si ce n’est que la projection de départ est celle enregistrée
dans le dessin. Si cette projection n’est pas la projection
Lambert II étendu le message ci-contre est affiché.

II.6. L93 (RGF93) VERS AUTRE PROJECTION

Cette commande est identique à la commande du paragraphe


I.2 si ce n’est que la projection de départ est celle enregistrée
dans le dessin. Si cette projection n’est pas la projection
Lambert II étendu le message ci-contre est affiché.

II.7. RETOUR A LA PROJECTION D’ORIGINE

Quand on effectue une reprojection, le programme écrit dans le dessin le nom de la nouvelle et de l’ancienne projection.
Cette commande ouvre donc la boîte de sélection des projections de façon à revenir à l’ancienne projection du dessin.

31 Dessin assisté
SYSTEMES DE PROJECTION

II.8. REPROJECTION D’OBJETS

Les objets AutoCAD® ne sont pas tous transformés de la même façon. Voici la liste des méthodes utilisées pour les principaux types
d’objets
• Les polylignes et les lignes : Chaque sommet est recalculé dans le nouveau système. Pour les segments d’arc, la même méthode
que pour les arcs est utilisée. Il s’ensuit que la tangence entre un arc et un alignement n’est plus exactement respectée.
• Les arcs : Chaque extrémité ainsi que le milieu de l’arc est recalculé. Un nouvel arc passant par ces trois points est dessiné.
• Les cercles : Trois points également répartis sont transformés et un nouveau cercle est construit sur ces points.
• Les blocs : Le point d’insertion est recalculé puis la rotation correspondant à la différence angulaire du nord de chaque projection
est appliquée. Si le symbole est générique (ce n’est pas un symbole d’un répertoire d’échelle) une mise à l’échelle correspondant
à la différence d’altération linéaire est effectuée
• Les textes : Comme pour les blocs mais sans mise à l’échelle.
• Les images raster : Le centre de l’image est transformé et comme pour les blocs une légère rotation et un facteur d’échelle globale
sont appliqués. Il ne s’agit donc pas d’un traitement pixel par pixel mais d’une transformation globale (translation, rotation et
facteur d’échelle) de l’image.

Certains objets propres à COVADIS peuvent également être transformés. Le traitement effectué dépend de l’objet :
• Murs / haies et parcelles : même méthode que pour les polylignes.
• Plates-formes VRD : comme pour les polylignes et les altitudes restent inchangées.
• MNT : chaque sommet est transformé indépendamment, puis un contrôle est effectué pour vérifier qu’il n’y a pas d’intersections
entre les côtés.
• Étiquettes : comme pour les textes.
Si vous constatez un grand nombre d’erreurs, il est possible que les coordonnées de départ ne correspondent pas au domaine de
validité de la projection de départ. Il est également possible que les coordonnées d’arrivée ne soient pas dans le domaine de validité
de la projection d’arrivée.

Lorsque vous tentez de transformer un objet dessiné


dans un Système de Coordonnées Utilisateur (SCU)
non horizontal, les transformés sont disposés sur un
grand cercle. Pour remédier à cela, il convient de
remettre les objets dans un SCU horizontal.

Pour les polylignes 2D, commencer par faire un jeu


de sélection avec la commande FILTER
d’AutoCAD.
Transformer ensuite ces polylignes (rappel du jeu de
sélection précédent avec « p ») avec la commande
Covadis 3D/ Gestion des polylignes 2D/ Convertir en
polyligne 3D. Retransformer les polylignes 3D en 2D
si besoin.

Pour les blocs dessinés avec une direction


d’extrusion, il n’y a pas de commande qui permette
de résoudre le problème.

Le meilleur étant de ne pas dessiner l’objet dans un SCU qui ne soit pas strictement horizontal.

32 Dessin assisté
SYSTEMES DE PROJECTION

II.9. TRAITEMENT SUR UN REPERTOIRE

Si vous avez beaucoup de dessins à reprojeter, cela peut être fastidieux de devoir les ouvrir l’un après l’autre puis de lancer le
changement de projection.
La commande cachée CovaProjChgDoss permet de choisir un répertoire et de
traiter les dessins qui s’y trouvent. Le dossier est choisi dans la boîte classique de
Windows©.
Si le dossier sélectionné ne contient aucun dessin AutoCAD®, le message d’erreur
suivant apparaît.

Sinon, la boîte de dialogue de sélection des projections de départ et d’arrivée est


affichée comme au paragraphe I.2.

REMARQUE :
Cette commande utilise un procédé qui n’existe qu’à partir de la version 2004 d’AutoCAD ® et ne sera pas utilisable sur une
version antérieure.

Après une confirmation de votre part, le traitement est effectué pour chaque dessin et un récapitulatif par dessin est écrit dans le
fichier texte COVADIS - Historique Nouvelle Projection.txt créé dans le dossier à traiter. Ce fichier est ouvert en fin de traitement.

Exemple de fichier récapitulatif :

==============================================================================
Dossier traité : E:\COVADIS\Exemples\
Nombre de fichiers : 2
Projection de départ : Projection Lambert Zone I
Projection d'arrivée : Projection Lambert 93 Zone 9 (CC50)
==============================================================================

Nom du dessin traité : dessin1.dwg


- Ouverture du fichier => OK
- Projection courante = Inconnue => Transformation
- Sauvegarde + nouveau nom => CC50_dessin1.dwg
- Sauvegarde du dessin => OK
- Fermeture du fichier => OK
- Transformation du dessin => OK
- Nombre d'objets traités = 453
- Nombre d'erreurs = 0
==============================================================================

Nom du dessin traité : dessin2.dwg


- Ouverture du fichier => OK
- Projection courante = Inconnue => Transformation
- Sauvegarde + nouveau nom => CC50_dessin2.dwg
- Sauvegarde du dessin => OK
- Fermeture du fichier => OK
- Transformation du dessin => OK
- Nombre d'objets traités = 447
- Nombre d'erreurs = 0
==============================================================================

33 Dessin assisté
SYSTEMES DE PROJECTION

II.10. CONVERSION DE COORDONNEES

Cet outil permet de convertir des coordonnées d’un système vers un autre via une boîte de dialogue.
Un exemple de dialogue est montré ci-dessous.

1. Système de départ
La partie gauche du dialogue concerne le système de départ : soit le système WGS84, soit l’un des autres systèmes proposés par
COVADIS. Utilisez la liste jaillissante pour le sélectionner.
Si nécessaire, les informations relatives au système choisi sont rappelées dans les deux zones sous la liste de choix (système
géodésique et ellipsoïde de projection).
Les points à convertir doivent être entrés dans la zone d’édition de gauche. Il est possible de convertir plusieurs points en une seule
opération. Par exemple, vous pouvez coller le contenu d’un fichier de points directement dans la zone d’édition.
Comme cela est stipulé en-dessous de la zone de saisie, les coordonnées des points doivent être séparées soit par des espaces, soit
par des virgules, soit par des points-virgules. Pour les systèmes autres que le WGS84, l’ordre des coordonnées doit obligatoirement
être X, Y puis Z, cette dernière coordonnée étant facultative.
Pour le système WGS84, l’ordre des coordonnées par défaut est longitude, latitude puis hauteur (facultative).
Si vos points sont donnés en latitude-longitude plutôt qu’en longitude-latitude, un mot clef permet de l’indiquer au programme :
#latlon. Ce mot clef doit être spécifié avant le premier point à convertir. Il permet aussi d’indiquer que pour une conversion vers le
système WGS84, les données résultantes doivent être calculées en latitude-longitude.
De la même façon, si les points comportent plus de données que X-Y-Z ou longitude-latitude-hauteur, comme des numéros de points,
des codes de géocodification…, il est aussi possible d’indiquer à partir de quelle valeur commencent les coordonnées grâce au mot
clef #istart.
Par exemple, pour une ligne de données du type « <matricule> <code> <X> <Y> <Z> », il faudra ajouter le mot clef #istart3 avant
le premier point pour indiquer que la première coordonnée est en troisième position.
Un dernier mot clef est disponible pour indiquer le nombre de décimales à utiliser pour les données converties : #ndecim. À l’instar
du mot clef précédent, il doit être suivi du nombre de décimales, comme par exemple #ndecim3 pour ne conserver que 3 décimales
dans les coordonnées issues de la conversion.

2. Système d’arrivée
La partie droite du dialogue concerne le système d’arrivée : soit le système WGS84, soit l’un des autres systèmes proposés par
COVADIS. Utilisez la liste jaillissante pour le sélectionner.
Si nécessaire, les informations relatives au système choisi sont rappelées dans les deux zones sous la liste de choix (système
géodésique et ellipsoïde de projection).
Si des mots clefs sont utilisés dans la zone de saisie des points à convertir, ils seront rappelés dans la zone des résultats

34 Dessin assisté
SYSTEMES DE PROJECTION

3. Conversion
Pour effectuer la conversion de coordonnées, il suffit de cliquer sur le bouton ‘>>’. Si des erreurs sont rencontrées lors du traitement
(nombre de coordonnées insuffisant, valeurs incorrectes ou hors système…), le message « *** ERREUR *** » sera indiqué à la
place du résultat pour la ligne en erreur.

4. Exemples
Les exemples ci-dessous montrent différents paramétrages de conversions.

35 Dessin assisté
SYSTEMES DE PROJECTION

II.11. AFFICHER LE PLAN DANS UN NAVIGATEUR

Ces 4 commandes permettent d’ouvrir une page Web d’un site de cartographie en ligne (au choix : Google Maps, Mappy,
OpenStreetMap, MapChannels), et de zoomer aux coordonnées du centre du dessin courant.
Chaque commande convertit les coordonnées du centre du dessin en (longitude, latitude), et donc nécessite un système de projection.
Si un système de projection a été préalablement défini, alors il est automatiquement détecté et utilisé.
Sinon, un dialogue permet de sélectionner un système de projection.

Pour rappel, 2 méthodes sont possibles pour définir un système de projection :


• par la commande Affecter une projection au dessin,
• ou par la commande d’AutoCAD MAP mapcsassign,

Exemple d’affichage d’un plan dans MapChannels

36 Dessin assisté
RECALAGE D’HELMERT

III. RECALAGE D’HELMERT

37 Dessin assisté
RECALAGE D’HELMERT

38 Dessin assisté
RECALAGE D’HELMERT

III.1. GÉNÉRALITÉS

Le recalage d’un plan se fait sur un nombre de points allant de 3 à 99, un fichier récapitulatif pouvant être écrit sur le disque à l’issue
du calage pour garder une trace des points utilisés, ainsi que des différents coefficients de la transformation.

III.1.1. Transformation d’Helmert

1. Principe
Elle consiste à ‘adapter’ par la méthode des moindres carrés la figure des points d’appui dans le système de coordonnées initial 1 à
la figure des points homologues dans le système de coordonnées final 2, sans qu’il n’y ait de déformation de la figure initiale.
On applique pour cela à la figure initiale une similitude plane directe, c’est-à-dire le produit d’une homothétie positive, d’une rotation
et d’une translation.
y b y Bt

C
a A
c Ct
At
x x
Système initial a, b, c Système final A, B, C
après transformation At, Bt, Ct
On impose la condition : S = AAt2 + BBt2 + CCt2 minimale.

2. Calcul
La figure initiale doit donc subir une translation de composantes p en x et q en y, une rotation d’angle  et une homothétie de rapport
k. Donc pour chaque point transformé :

{Y == q ++ k x sin +−k y cos 


Xt p k x cos k y sin
t
en posant a = k cos  et b = k sin  les formules de transformation s’écrivent :

{Y == q ++ b x −+ a y
Xt p ax by
t

La condition des moindres carrés MMt2 = [(Xt − X)2 + (Yt − Y)2] minimale peut s’écrire :
MMt2 = [(p + a xi − b yi − Xi)2 + (q + b xi + a yi − Yi)2] = F(a, b, p, q)
et pour que F(a, b, p, q) soit minimale, il faut :

F 0, F 0, F 0, et F 0.
= = = =
a b p q
soit un système de quatre équations à quatre inconnues :
1 F
n p + a  x i − b  y i − Xi = 0
2 p =
(1) (si on a n points)

1 F
n q + a  y i − b  x i − Yi = 0
2 q =
(2)

Système dont la
1 F
= ... ... = 0 (3) résolution n’est
2 a pas commode
1 F
= ... ... = 0 (4)
2 b

39 Dessin assisté
RECALAGE D’HELMERT

3. Résolution pratique
Des équations (1) et (2) on obtient les paramètres p et q :

xi yi Xi xi yi Yi


p=−a
n +b n + n
et q = − b
n +a n + n

• Détermination des centres de gravité de la figure formée par les points d’appui dans le système de coordonnées initial g(xg, yg)
et dans le système final G(XG, YG) :

xi yi Xi Xi


xg = n , yg = n et XG = n , YG = n

• Détermination des coordonnées réduites = coordonnées rapportées aux systèmes d’axes passant par les centres de gravité :
x’i = xi − xg, y’i = yi − yg et X’i = Xi − XG, Y’i = Yi − YG,

• Détermination des paramètres de la transformation :


p = a xg + b yg + XG et q = − b xg − a yg + YG
Les coordonnées d’un point après transformation seront :
X t = − a x g + b y g + XG + a x − b y
{Y = − b x
t g − a y g + YG + b x + a y
ou
Xt = a (x − xg) − b (y − yg) + XG = a x’ − b y’ + XG
{Y = b (x − x ) + a (y − y ) + Y
t g g G = b x’ + a y’ + YG
ou encore
Xt − XG = a x’ − b y’ = X’t
{Y − Yt G = b x’ + a y’ = Y’t

On peut écrire de nouveau la condition des moindres carrés :


MMt2 = [(Xt − X’)2 + (Yt − Y’)2] minimum
MMt2 = [(a x' − b y’ − X’)2 + (b x’ + a y’− Y’)2] = F(a, b)

Le changement d’axes a permis de réduire le nombre des inconnues à deux : pour que F(a, b) soit minimum, il faut que
F 0, et F 0.
= =
a b
1 F
2 a =  i
x’ (a x’i − b y’i − X’i) + y’i (b x’i + a y’i − Y’i) = 0
2 2
a x’i − b x’i y’i − x’i X’i + b y’i x’i + a y’i − y’i Y’i = 0

2 2 x’i X’i + y’i Y’i


a (x’i + y’i ) − (x’i X’i + y’i Y’i) = 0  a= 2 2
x’i + y’i
1 F
2 b =  − i
[( y’ ) (a x’i − b y’i − X’i)] + x’i (b x’i + a y’i − Y’i) = 0
2 2
b y’i − a x’i y’i + y’i X’i + a y’i x’i + b y’i − x’i Y’i = 0

2 2 x’i Y’i − y’i X’i


b (x’i + y’i ) − x’i Y’i + x’i Y’i = 0  b= 2 2
x’i + y’i

• Pour chaque point à transformer on applique alors les formules :

40 Dessin assisté
RECALAGE D’HELMERT

{XY == qp ++ ba xx +− ab yy
t
t
ou sous forme
matricielle
Xt
Yt =
p
q +
a
b
−b
a 
x
y
2 2
On calcule les coordonnées des points d’appui dans le système, les résidus (vx et vy) et les distances résiduelles (vx + vy ),
puis on applique cette transformation aux autres points du réseau initial.
De plus : a = k cos  et b = k sin  donc  = arctg (b / a) et k = b / sin  = a / cos .

III.2. RECALAGE HELMERT

Cette fonction permet d’effectuer le recalage du plan en entrant les points (de 3 à 99) nécessaires au calcul des coefficients de la
transformation d’Helmert.
Le recalage s’effectue à partir du dialogue montré en exemple ci-contre.
Le premier onglet rappelle les coordonnées digitalisées ainsi que les coordonnées vraies correspondantes (coordonnées réelles).
Le second récapitule les différents éléments de calcul (voir plus loin).

1. Point de calage n° <numéro>


Ce groupe de paramètres n’est activé
que lorsqu’un élément est sélectionné
dans l’une ou l’autre des listes d’affi-
chage (selon l’onglet courant).
Il permet d’entrer les coordonnées X et
Y d’un point de calage dans la zone de
saisie correspondante ou de cliquer le
point sur le plan à digitaliser après
avoir cliqué le bouton .
Pour répercuter une modification dans
le tableau des points de calage, cliquez
sur le bouton .

2. Point de référence n° <numéro>


Ce groupe de paramètres n’est activé
que lorsqu’un élément est sélectionné
dans l’une ou l’autre des listes
d’affichage (selon l’onglet courant).
Il permet d’entrer les coordonnées X et
Y d’un point de référence (= point vrai)
dans la zone de saisie correspondante
ou de cliquer le point sur le plan à
digitaliser après avoir cliqué le bouton
.
Pour répercuter une modification dans
le tableau des points de calage, cliquez sur le bouton .

3. Saisie des points


Ces trois boutons permettent de saisir les points de calage ainsi que les points de référence :
: Permet de saisir les points de calage et les points de référence dans la même séquence :
Digitalisez le point de calage numéro 1 : <saisie d’un point de calage>
Coordonnées vraies du point numéro 1 (format X,Y) : <saisie d’un point de référence>
Digitalisez le point de calage numéro 2 : <saisie d’un point de calage>
. . .

: Permet de saisir tous les points de calage à la suite :


Digitalisez le point de calage numéro 1 : <saisie d’un point de calage>

41 Dessin assisté
RECALAGE D’HELMERT

Digitalisez le point de calage numéro 2 : <saisie d’un point de calage>


. . .

: Permet de saisir tous les points de référence à la suite, les points de calage devant déjà avoir été saisis :
Coordonnées vraies du point numéro 1 (format X,Y) : <saisie d’un point de référence>
Coordonnées vraies du point numéro 2 (format X,Y) : <saisie d’un point de référence>
. . .

42 Dessin assisté
RECALAGE D’HELMERT

4. Edition des points


Ces trois boutons permettent de gérer la mise à jour, l’ajout et la suppression des points :
: Cliquez sur ce bouton pour remplacer les coordonnées digitalisées et vraies du point actuellement sélectionné dans l’un des
tableaux (selon l’onglet courant) par les valeurs contenues dans les zones d’édition des groupes Point de calage et Point de
référence.
: Cliquez sur ce bouton pour ajouter un nouveau point à la fin des tableaux. Les coordonnées X et Y du nouveau point
(digitalisées et vraies) sont par défaut égales à zéro.
: Cliquez sur ce bouton pour supprimer le point actuellement sélectionné dans les tableaux.
Si la case «  Calcul automatique » du groupe Calcul / Fichiers est cochée, les calculs des coefficients de transformation sont
automatiquement refaits après chaque action sur l’un de ces boutons.

5. Calcul / Fichiers
: Cliquez sur ce bouton pour effectuer le calcul des coefficients du calage. Les résultats sont alors affichés dans la zone
prévue à cet effet, la première colonne donnant les valeurs des coefficients des équations de calcul, la seconde indiquant l’erreur
moyenne quadratique (E.M.Q.) ainsi que les transformations effectuées sur les points digitalisés.
Equations : X transformé = P  A  Xdigitalisé  B  Ydigitalisé
Y transformé = Q  B  Xdigitalisé  A  Ydigitalisé
• « Coefficient A » : valeur A dans les équations
• « Coefficient B » : valeur B dans les équations
• « Coefficient P » : valeur P dans les équations
• « Coefficient Q » : valeur Q dans les équations
• « E.M.Q. » : erreur moyenne quadratique
• « Rotation » : rotation appliquée par rapport à l’origine du repère (0.0,0.0,0.0), sachant que A = Khomothétie  cos(rotation),
et que B = K homothétie  sin(rotation)
• « Homothétie » : coefficient de l’homothétie appliqué par rapport à l’origine du repère (voir les formules ci-dessus)
• « Translations en X et Y » : composantes du vecteur de translation appliqué aux points digitalisés
: Permet de recharger un fichier de //////////////////////////////////////////////////////////////////////
calage contenant les coordonnées //
digitalisées et vraies des différents // COVADIS - SAUVEGARDE DES POINTS DE CALAGE
//
points. Les fichiers de points de calage // Fichier dessin : F:\Covadis\Exemple.dwg
sont au format ASCII (texte brut) et // Calage effectué le : 20/03/2001 à 17:20:44
possèdent l’extension ‘cld’. Un // Nombre de points : 8
exemple vous est donné ci-contre. //
//////////////////////////////////////////////////////////////////////
: Ce bouton vous permet 1 306644.602612 354734.063586 307500.000000 355500.000000
2 306942.308156 354840.619654 307897.279876 355500.000000
d’enregistrer les points de calage 3 307241.054909 354949.074296 308294.559752 355500.000000
(points digitalisés et points de 4 307166.126134 355155.471442 308294.559752 355774.471377
référence) dans un fichier sur disque 5 307091.197358 355361.868589 308294.559752 356048.942754
6 306792.450604 355253.413947 307897.279876 356048.942754
(voir l’option précédente). 7 306493.703851 355144.959306 307500.000000 356048.942754
 « Calcul automatique » : cette option, 8 306568.632626 354938.562160 307500.000000 355774.471377
si elle est cochée, indique que les calculs
doivent être refaits après chaque modification apportée aux points digitalisés ou aux points de référence.
Après un calcul des coefficients de
transformation des points digitalisés, vous
pouvez visualiser les écarts sur les points en
sélectionnant le second onglet du dialogue :
« Ecarts sur les points ».
Différentes informations sont alors données
dans un tableau comme le montre l’exemple
ci-contre.

43 Dessin assisté
RECALAGE D’HELMERT

6. Validation
: Ce nouveau bouton à icône permet tout simplement de valider le paramétrage avant de pouvoir effectuer le recalibrage de tout
ou partie du dessin courant :
Sélectionnez les objets à transformer (<Entrée> = tout le dessin) :

REMARQUE :
La transformation des entités du dessin à partir de l’adaptation de Helmert se fait uniquement en 2D. Cela signifie que les altitudes
des entités sont conservées et ce, même si le facteur d’homothétie n’est pas égal à 1.

: Ce bouton vous permet de créer le fichier listing correspondant au calage effectué.


Le fichier listing peut être créé au format ASCII (texte brut) ou RTF (format Word ®). Le format généré dépend du paramétrage
effectué avec la commande Configuration des listings du menu Covadis 2D.
Pour de plus amples informations concernant ce paramétrage, reportez-vous au paragraphe I.3 du chapitre UTILISATION.
Si le listing de points doit être créé au format ASCII, son extension sera ‘cal’. Si le format RTF a été choisi pour l’écriture, le
programme ajoutera le suffixe ‘_cal’ au nom du fichier dessin pour vous proposer un nom de fichier par défaut, et l’extension
‘rtf’ sera utilisée.

Exemple de fichier listing de calage au format ASCII :

==============================================================================
RECAPITULATIF DU CALAGE POUR DIGITALISATION
==============================================================================
Nom du dessin traité : Exemple
Date de la digitalisation : 20/03/2001
Nombre de points de calage : 8
==============================================================================
Tableau des points utilisés
------------------------------------------------------------------------------
No X digit Y digit X vrai Y vrai
------------------------------------------------------------------------------
1 306644.603 354734.064 307500.000 355500.000
2 306942.308 354840.620 307897.280 355500.000
3 307241.055 354949.074 308294.560 355500.000
4 307166.126 355155.471 308294.560 355774.471
5 307091.197 355361.869 308294.560 356048.943
6 306792.451 355253.414 307897.280 356048.943
7 306493.704 355144.959 307500.000 356048.943
8 306568.633 354938.562 307500.000 355774.471
==============================================================================
Tableau des écarts
------------------------------------------------------------------------------
No X vrai Y vrai d X d Y X transf Y transf Ecart
------------------------------------------------------------------------------
1 307500.000 355500.000 1.443 1.268 307501.443 355501.268 1.921
2 307897.280 355500.000 -0.225 -0.477 307897.055 355499.523 0.528
3 308294.560 355500.000 0.143 -0.434 308294.703 355499.566 0.457
4 308294.560 355774.471 0.113 -0.180 308294.673 355774.291 0.213
5 308294.560 356048.943 0.083 0.074 308294.643 356049.016 0.111
6 307897.280 356048.943 -0.284 0.030 307896.996 356048.973 0.286
7 307500.000 356048.943 -0.652 -0.013 307499.348 356048.930 0.652
8 307500.000 355774.471 -0.622 -0.267 307499.378 355774.205 0.677
------------------------------------------------------------------------------
Valeur de l'E.M.Q. : 0.806143
Angle de rotation : -22.162554 gr
Rapport d'homothétie : 1.25115631
Coef. A d'adaptation : 1.17610291
Coef. B d'adaptation : -0.42681853
Vecteur de translation : -204551.237882,69179.103833
==============================================================================

44 Dessin assisté
RECALAGE D’HELMERT

Exemple de fichier listing de calage au format RTF :

COVADIS version 17
(C) Géomédia S.A.S. 1993-2018

RECAPITULATIF DU CALAGE POUR DIGITALISATION

Nom du dessin : F:\Covadis\Exemple.dwg


Date de la digitalisation : 20/01/2011
Nombre de points de calage : 8

Tableau des points utilisés

N° X digitalisé Y digitalisé X vrai Y vrai


1 306644.603 354734.064 307500.000 355500.000
2 306942.308 354840.620 307897.280 355500.000
3 307241.055 354949.074 308294.560 355500.000
4 307166.126 355155.471 308294.560 355774.471
5 307091.197 355361.869 308294.560 356048.943
6 306792.451 355253.414 307897.280 356048.943
7 306493.704 355144.959 307500.000 356048.943
8 306568.633 354938.562 307500.000 355774.471

Tableau des écarts

N° X vrai Y vrai dX dY X transformé Y transformé Ecart


1 307500.000 355500.000 1.443 1.268 307501.443 355501.268 1.921
2 307897.280 355500.000 -0.225 -0.477 307897.055 355499.523 0.528
3 308294.560 355500.000 0.143 -0.434 308294.703 355499.566 0.457
4 308294.560 355774.471 0.113 -0.180 308294.673 355774.291 0.213
5 308294.560 356048.943 0.083 0.074 308294.643 356049.016 0.111
6 307897.280 356048.943 -0.284 0.030 307896.996 356048.973 0.286
7 307500.000 356048.943 -0.652 -0.013 307499.348 356048.930 0.652
8 307500.000 355774.471 -0.622 -0.267 307499.378 355774.205 0.677

Caractéristiques du calage

Valeur de l'E.M.Q. (m) 0.806143


Angle de rotation (gr) -22.162554
Rapport d'homothétie 1.251156
Coef. A d'adaptation 1.176103
Coef. B d'adaptation -0.426819
Vecteur de translation -204551.237966 69179.104104

exemple_cal.rtf Page 1 20/01/2011 - 17:20:44

45 Dessin assisté
RECALAGE D’HELMERT

III.3. RECALAGE AVEC ÉCHELLE = 1

Cette commande permet de calculer la meilleure transformation (rotation et translation uniquement) afin de caler un dessin sur des
points connus en coordonnées planimétriques.

La saisie des couples de points de calage s’effectue exactement de la même façon que pour un recalage d’Helmert. Veuillez donc
vous référer à cette commande pour cette partie.
La boîte de dialogue ci-dessous est un exemple de saisie.

Une fois les couples de points saisis, le bouton effectue les opérations suivantes :
1) Calcul des coefficients de la transformation d’Helmert (avec un facteur Khomothétie différent de 1).
Equations : X transformé = P  A  Xdigitalisé  B  Ydigitalisé
Y transformé = Q  B  Xdigitalisé  A  Ydigitalisé
Les coefficients A et B sont alors égaux à A = Khomothétie  cos(rotation) et B = K homothétie  sin(rotation)
2) Division de A et B par K homothétie et attribution de la valeur 1 à K homothétie.
3) Calcul des points transformés avec ces paramètres puis recalcul de P et Q.
4) Calcul des points définitifs transformés, des écarts et de l’E.M.Q.

REMARQUE :
Puisque l’on force Khomothétie à 1, il est évident que l’E.M.Q obtenue sera toujours supérieure à celle d’un recalage d’Helmert
classique.

Après validation du dialogue, sélectionnez les objets à traiter ou tapez <Entrée> pour effectuer le traitement sur tout le dessin :
Sélectionnez les objets à transformer (<Entrée> = tout le dessin) :

46 Dessin assisté
RECALAGE D’HELMERT

47 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV. LES POINTS TOPOGRAPHIQUES

47 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

48 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.1. GÉNÉRALITÉS

Le module POINTS TOPOGRAPHIQUES de COVADIS regroupe un certain nombre de fonctions permettant :


• de lire un fichier de points issu d’un logiciel de calculs topométriques et de créer les entités correspondantes dans la base de
données d’AutoCAD® (blocs avec attributs),
• de transformer des semis de points de 2D en 3D, de 3D en 2D, ainsi que par l’ajout d’une
constante altimétrique,
• de construire des nouveaux points par immatriculation d’entités dessinées, par saisie manuelle
des coordonnées, par accrochage ou par implantation sur une clothoïde calculée,
• de modifier des entités (lignes, polylignes, faces 3D, …) pour placer leurs sommets proches
des points topographiques exactement sur ces points.
• de créer une liste des points topographiques présents dans le dessin et de l’afficher,
• d’obtenir des statistiques sur les matricules des points topographiques utilisés,
• de dessiner un tableau de coordonnées paramétrable à partir d’une sélection de points
topographiques,
• d’écrire un fichier de points topographiques (différents formats possibles) à partir d’une
sélection ou de la totalité des points présents dans le dessin,
• de modifier les caractéristiques d’un point topographique,
• de sélectionner des points topographiques selon différentes méthodes,
• de décomposer des objets points topographiques (blocs avec attributs) en entités points et
textes.

L’objet utilisé par COVADIS TOPO pour représenter les points topographiques dans AutoCAD ® est un bloc avec attribut(s).
Sa partie graphique peut être soit un point (pour un diamètre nul) soit un anneau (pour un diamètre non nul).
Sa partie attributaire peut contenir chacun des attributs facultatifs suivants :
• matricule du point (étiquette de l’attribut = MAT),
• altitude du point (étiquette de l’attribut = ALT),
• code symbole du point (étiquette de l’attribut = COD),
• le poids horizontal du point (étiquette de l’attribut = PH), pour les fichiers issus de Topojis ®-Pc,
• le poids vertical du point (étiquette de l’attribut = PV), pour les fichiers issus de Topojis ®-Pc.

Chaque attribut utilisé peut être configuré séparément pour :


• son calque et sa couleur de dessin, EXEMPLE DE POINT TOPOGRAPHIQUE
• son mode de justification,
• son angle de rotation, Matricule Attribut altitude
• sa position relative au point de semis.

COVADIS TOPO propose automatiquement le nom de bloc TCPOINT 112 13.56


comme valeur par défaut pour les points topographiques. Pour les calques,
les noms proposés sont : TopoPnt pour l’insertion des blocs points
topographiques, TopoMat pour le dessin des attributs matricules,
Piqué de point
TopoAlt pour le dessin des attributs altitudes, TopoCod pour le dessin
des attributs codes symboles, et TopoPhv pour les attributs poids
horizontaux et poids verticaux (si utilisés).

REMARQUE :
La notion de blocs points topographiques est très importante car ceux-ci sont utilisés dans de nombreuses fonctions de l’applicatif
COVADIS.

49 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.2. CHARGEMENT DE SEMIS

Cette fonction permet de créer automatiquement des objets graphiques


(points topographiques) dans la base de données d’AutoCAD®, à partir
de la lecture d’un fichier de points.
Le fichier de points à traiter doit obligatoirement être au format ASCII
(fichier texte lisible avec le bloc-notes de Windows® ou de COVADIS)
et son format connu pour pouvoir être indiqué lors du paramétrage.
Les différents paramètres nécessaires à l’insertion d’un semis de points
dans un dessin sont accessibles à partir d’un dialogue unique, divisé en
plusieurs groupes représentant les étapes du paramétrage :
• Sélection du fichier de points, indication de son format et
paramétrage éventuel du format.
• Sélection de la définition du point topographique à utiliser.
• Paramétrage des attributs altitudes.
• Type d’insertion du semis (2D/3D) et paramétrage de l’insertion
éventuelle de symboles.
• Renumérotation et filtrage des points.
• Changement de repère.

IV.2.1. Paramétrage du fichier de points


Différents formats de fichiers de points peuvent être lus par COVADIS. La sélection du
format se fait dans la liste jaillissante libellée « Format du fichier ».
Le nom du fichier de points à traiter doit être saisi dans la zone d’édition « Nom », ou
sélectionné sur le disque en cliquant sur l’icône . Dans ce cas, les extensions proposées
pour les fichiers dépendront du format de fichier choisi.
Un troisième paramètre peut être nécessaire si le fichier de
points est au format colonné, délimité par des séparateurs, au
format Topojis®-PC ou un fichier Excel : il s’agit du nom du
fichier de configuration du format. L’exemple ci-contre vous
montre la partie du dialogue pour un fichier de points au
format colonné.
Les derniers fichiers de paramétrage utilisés sont toujours proposés par défaut. Pour sélectionner ou pour modifier un fichier de
paramétrage, cliquez simplement sur le bouton .

Le bouton vous permet, quant à lui, de


visualiser le contenu du fichier de points. Il est à
noter que ce bouton est automatiquement désactivé
si le fichier indiqué n’existe pas.
Un exemple d’affichage de fichier de points vous
est donné ci-contre.

50 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.2.1.1. Paramétrage du format colonné

Un fichier est dit au format ‘colonné’ lorsqu’une


information se retrouve toujours à la même position
quelle que soit la ligne du fichier. Par exemple,
l’altitude des points pourrait être indiquée par les
caractères 30 à 37.
Il est donc nécessaire que COVADIS connaisse
parfaitement le format lors de la lecture du fichier pour
que les données soient correctement acquises.
Le dialogue de paramétrage de la lecture des fichiers
colonnés se présente comme dans l’exemple ci-contre.
Pour les coordonnées des points (X, Y et Z), deux
valeurs sont à configurer : la partie entière et la partie
décimale.
Pour paramétrer une valeur, spécifiez sa colonne de
début (à partir de 1) et sa colonne de fin, ou sa colonne
de début et le nombre de caractères qu’elle possède
(longueur).
Pour indiquer qu’une valeur n’est pas présente dans le
fichier de points (pas d’altitude, pas de code symbole), il suffit de ne pas mettre de valeur pour la colonne de début et d’indiquer une
longueur nulle.
Vous remarquerez la zone « Exemple » vous permettant de vérifier à tout moment la validité du paramétrage.

Le menu « Fichier » permet de gérer différents fichiers de paramétrage.


Les combinaisons de touches à la droite des options indiquent que ces options sont accessibles via des
raccourcis clavier. Ainsi, si vous tapez la combinaison <Contrôle+O>, le dialogue d’ouverture d’un fichier
de configuration sera affiché.
• « Nouveau » : crée un nouveau fichier de configuration avec les paramètres par défaut. Si la
configuration courante a été modifiée, il vous sera demandé si elle doit être enregistrée.
• « Ouvrir… » : permet de sélectionner sur le disque le fichier de configuration à ouvrir.
Les fichiers de configuration sont généralement enregistrés dans le sous-répertoire
\Config du répertoire d’installation de COVADIS, et ont l’extension ‘col’.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour enregistrer les modifications apportées
à la configuration courante. Si aucun nom n’a encore été affecté à cette configuration
(SansNom.col), c’est l’option suivante qui doit être utilisée.
• « Enregistrer sous… » : cette option permet d’enregistrer la configuration courante tout en spécifiant le nom du fichier à créer
ainsi que l’emplacement où il doit être enregistré.
• « Quitter » : termine le dialogue de gestion des configurations. Si la configuration courante a été modifiée, il vous sera demandé
si elle doit être sauvegardée.
L’appui sur le bouton libellé « Terminer » est équivalent à la sélection de l’option « Quitter » du menu, ainsi qu’à l’appui sur
l’icône de fermeture de la fenêtre .

REMARQUE :
Lorsque les différentes données (matricule, X, Y, Z et code symbole) sont séparées par un ou plusieurs espaces, et que les
coordonnées sont en mètres, il est plus simple d’utiliser le format avec séparateur espace pour la lecture de ce type de fichiers.

51 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.2.1.2. Paramétrage du format avec séparateurs

Le format avec séparateur est utilisable lorsque les


valeurs sur les lignes du fichier de points sont séparées
par un caractère particulier (une virgule par exemple)
ou par un ou plusieurs espaces.
Vous devez indiquer quel est le caractère utilisé pour
séparer les données sur les lignes du fichier. Sélec-
tionnez l’option « Espace(s) » si un ou plusieurs
espaces séparent deux valeurs consécutives.
Donnez aussi l’ordre dans lequel se trouvent les
données sur une ligne du fichier, 0 indiquant une
valeur non présente.
Vous remarquerez la zone « Format des données »
vous permettant de vérifier à tout moment la validité
du paramétrage.

Le menu « Fichier » permet de gérer différents fichiers de paramétrage.


Les combinaisons de touches à la droite des options indiquent que ces options sont accessibles via des
raccourcis clavier. Ainsi, si vous tapez la combinaison <Contrôle+O>, le dialogue d’ouverture d’un fichier
de configuration sera affiché.
• « Nouveau » : crée un nouveau fichier de configuration avec les paramètres par défaut. Si la
configuration courante a été modifiée, il vous sera demandé si elle doit être enregistrée.
• « Ouvrir… » : permet de sélectionner sur le disque le fichier de configuration à ouvrir.
Les fichiers de configuration sont généralement enregistrés dans le sous-répertoire
\Config du répertoire d’installation de COVADIS, et ont l’extension ‘sep’.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour enregistrer les modifications apportées
à la configuration courante. Si aucun nom n’a encore été affecté à cette configuration
(SansNom.sep), c’est l’option suivante qui doit être utilisée.
• « Enregistrer sous… » : cette option permet d’enregistrer la configuration courante tout en spécifiant le nom du fichier à créer
ainsi que l’emplacement où il doit être enregistré.
• « Quitter » : termine le dialogue de gestion des configurations. Si la configuration courante a été modifiée, il vous sera demandé
si elle doit être sauvegardée.
L’appui sur le bouton libellé « Terminer » est équivalent à la sélection de l’option « Quitter » du menu, ainsi qu’à l’appui sur
l’icône de fermeture de la fenêtre .

52 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.2.1.3. Paramétrage du format Topojis®-PC

Le paramétrage du traitement d’un fichier au format Topojis®-PC se fait


à l’aide de la boîte de dialogue montrée en exemple ci-contre.

Il est possible de dessiner automatiquement dans AutoCAD® les figures


construites dans le logiciel Topojis®-PC (et extraites du fichier de
points) en cochant la case «  Insérer les figures ».
Si tel est le cas, les figures peuvent être dessinées dans des calques dont
le nom correspond à la partie alphanumérique (radical) de leur matricule
ou bien regroupées dans un calque unique.
Le nom du calque unique peut être sélectionné dans la liste des calques
définis dans le dessin à l’aide du bouton ou directement tapé dans
la zone de saisie. La couleur du calque peut être choisie dans la liste
jaillissante.

Les cinq derniers paramètres du dialogue permettent de spécifier des


valeurs de filtrage sur les points à traiter.
Les fichiers issus de Topojis®-PC ont le format suivant, certains champs
(Z, TN, C, CS, PH, PV, ...) pouvant être facultatifs :

<matricule>:X=<abscisse >,Y=<ordonnée >,Z=<altitude >,TN=<code TN>,C=<code symbole>,CS=<code station>, ...


Pour ne pas insérer dans le dessin les points dont le code TN est 0 (par exemple), il suffit de mettre la valeur 0 dans la zone de saisie
correspondante.

Le menu « Fichier » permet de gérer différents fichiers de paramétrage.


Les combinaisons de touches à la droite des options indiquent que ces options sont accessibles via des
raccourcis clavier. Ainsi, si vous tapez la combinaison <Contrôle+O>, le dialogue d’ouverture d’un fichier
de configuration sera affiché.
• « Nouveau » : crée un nouveau fichier de configuration avec les paramètres par défaut. Si la
configuration courante a été modifiée, il vous sera demandé si elle doit être enregistrée.
• « Ouvrir… » : permet de sélectionner sur le disque le fichier de configuration à ouvrir.
Les fichiers de configuration sont généralement enregistrés dans le sous-répertoire
\Config du répertoire d’installation de COVADIS, et ont l’extension ‘jsi’.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour enregistrer les modifications apportées
à la configuration courante. Si aucun nom n’a encore été affecté à cette configuration
(SansNom.jsi), c’est l’option suivante qui doit être utilisée.
• « Enregistrer sous… » : cette option permet d’enregistrer la configuration courante tout en spécifiant le nom du fichier à créer
ainsi que l’emplacement où il doit être enregistré.
• « Quitter » : termine le dialogue de gestion des configurations. Si la configuration courante a été modifiée, il vous sera demandé
si elle doit être sauvegardée.
L’appui sur le bouton libellé « Terminer » est équivalent à la sélection de l’option « Quitter » du menu, ainsi qu’à l’appui sur
l’icône de fermeture de la fenêtre .

53 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.2.1.4. Paramétrage du format Excel

Le paramétrage du chargement d’un semis de points à partir


d’un fichier Excel se fait à l’aide de la boîte de dialogue
montrée en exemple ci-contre.

Le paramétrage est relativement simple : dans la partie gauche


du dialogue, vous indiquez les indices des lignes du fichier à
traiter, et dans la partie droite, vous spécifiez les colonnes
contenant les données utiles (matricule du point, X, Y, Z et
code symbole).

Si l’ensemble des lignes du fichier doit être traité, indiquez les


valeurs ‘1’ pour le premier numéro de ligne et ‘0’ pour le
dernier (comme dans l’exemple de dialogue).

REMARQUES :
 Les deux formats de fichiers XLS et XLSX sont pris en compte par la commande.
 Le fichier de configuration Defaut.cxl n’est pas fourni par défaut mais il sera automatiquement créé lors de la première
demande de paramétrage.

54 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.2.2. Paramétrage du point topographique

Avant d’insérer un semis de points dans le dessin courant, vous devez définir le bloc point topographique à utiliser. Pour ce faire,
vous pouvez charger un fichier de définition existant ou en créer un nouveau. Cliquez sur le bouton à icône pour accéder à la
gestion des fichiers de configuration des points topographiques.
Le paramétrage du bloc point s’effectue à l’aide du
dialogue ci-contre.
Le groupe de paramètres Bloc point topographique
vous permet de spécifier :
• « Nom du bloc » : entrez dans cette zone de
saisie le nom du bloc à utiliser pour le dessin des
points topographiques.
• « Calque » : tapez le nom du calque d’insertion
des points topographiques ou sélectionnez-le
dans la liste des calques existants en cliquant sur
le bouton .
• « Diamètre du point » : spécifiez dans cette
zone de saisie le diamètre du piqué de point. Si la
valeur est nulle, une entité AutoCAD® de type
POINT sera utilisée, sinon, le point sera
matérialisé par un ANNEAU et un POINT.
• « Couleur de dessin » : utilisez la liste pour
indiquer la couleur de création du calque
d’insertion des points topographiques.
Les différents attributs des blocs points topographiques se configurent de manière identique. Spécifiez les paramètres de dessin d’un
attribut après avoir sélectionné l’onglet qui lui correspond.

• « Créer l’attribut » : ce bouton permet d’activer ou de désactiver la création de l’attribut dans la définition du bloc et, par
conséquent, sa présence dans le dessin. Vous remarquerez les deux icônes et à côté des libellés des onglets pour indiquer
si les attributs doivent être créés ( ) ou non ( ).
• « Calque » : permet de spécifier le nom du calque de dessin de l’attribut. Entrez son nom dans la zone de saisie ou sélectionnez-
le à l’aide du bouton à icône.
• « Style de texte » : le style de texte pour le dessin de l’attribut doit être sélectionné en cliquant sur le bouton à icône .
Reportez-vous au paragraphe I.8.4 pour de plus amples informations sur la sélection d’un style de texte.
• « Justification » : sélectionnez le mode de justification de l’attribut dans cette liste jaillissante. Les
différents modes possibles vous sont indiqués ci-contre.
• « Hauteur de l’attribut » : entrez dans cette zone de saisie la hauteur de l’attribut en millimètres papier.
Le programme tiendra compte de l’échelle du dessin courant pour la conversion en unités dessin.
• « Couleur de dessin » : choisissez la couleur de dessin de l’attribut dans cette liste jaillissante. La
couleur n’est prise en compte que lors de la création du calque.
• « Rotation » : quatre valeurs vous sont proposées pour l’angle de rotation de l’attribut : 0, 100, 200 ou 300 grades.
• « Décalage en X » : il s’agit de la distance selon l’axe X entre
le point de semis et le point de justification de l’attribut. Hauteur du matricule

• « Décalage en Y » : il s’agit de la distance selon l’axe Y entre


Décalage en Y (> 0)
le point de semis et le point de justification de l’attribut. Points de
Diamètre justification
Un exemple de définition de point topographique avec uniquement Décalage en Y (< 0)
du point
les attributs matricule et altitude vous est donné ci-contre. L’attribut
matricule est justifié en mode ‘Bas Gauche’ alors que l’attribut
altitude est justifié en mode ‘Haut Gauche’. Aucune rotation n’est Hauteur de l’altitude
appliquée aux attributs.

Décalage en X (> 0)

55 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

Le menu « Fichier » permet de gérer différents fichiers de paramétrage.


Les combinaisons de touches à la droite des options indiquent que ces options sont accessibles via des
raccourcis clavier. Ainsi, si vous tapez la combinaison <Contrôle+O>, le dialogue d’ouverture d’un fichier
de configuration sera affiché.
• « Nouveau » : crée un nouveau fichier de configuration avec les paramètres par défaut. Si la
configuration courante a été modifiée, il vous sera demandé si elle doit être enregistrée.
• « Ouvrir… » : permet de sélectionner sur le disque le fichier de configuration à ouvrir.
Les fichiers de configuration des points topographiques sont toujours enregistrés dans le
sous-répertoire de l’échelle courante (par exemple \200), et ont l’extension ‘bpt’.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour enregistrer les modifications apportées
à la configuration courante. Si aucun nom n’a encore été affecté à cette configuration
(SansNom.bpt), c’est l’option suivante qui doit être utilisée.
• « Enregistrer sous… » : cette option permet d’enregistrer la configuration courante tout en spécifiant le nom du fichier à créer
ainsi que l’emplacement où il doit être enregistré. Attention : pour pouvoir être utilisé dans le dessin courant, le fichier doit être
présent dans le répertoire de l’échelle courante.
• « Quitter » : termine le dialogue de gestion des configurations. Si la configuration courante a été modifiée, il vous sera demandé
si elle doit être sauvegardée.
L’appui sur le bouton libellé « Terminer » est équivalent à la sélection de l’option « Quitter » du menu, ainsi qu’à l’appui sur
l’icône de fermeture de la fenêtre .

REMARQUES IMPORTANTES :
 Seuls les fichiers de définition de points topographiques présents dans le répertoire de l’échelle courante peuvent être pris en
compte par la fonction. En effet, pour permettre les changements d’échelle, seuls les noms des fichiers sont stockés et non les
chemins d’accès complets.
 Bien que cela ne soit pas obligatoire, il est fortement conseillé d’utiliser le même nom pour le bloc point topographique et
pour le fichier de définition. Par exemple, si vous désirez utiliser un point topographique nommé ‘PointTopo’, enregistrez
son fichier de définition sous PointTopo.bpt.
 Dans chacun des répertoires d’échelle fournis avec COVADIS se trouve un fichier de configuration de point topographique
nommé tcpoint.bpt permettant de définir un bloc nommé TCPOINT.
 Les fonctions de COVADIS qui permettent d’insérer des points topographiques (chargement de semis, traitement de fichier
géocodé, immatriculation, …) n’autorisent pas la redéfinition d’un bloc point topographique pour éviter les incohérences
entre les définitions des blocs et les insertions de ces blocs dans le dessin.
 Les valeurs à donner pour le diamètre du point, pour les hauteurs d’attributs et les décalages entre le point de semis et ses
attributs sont à spécifier en millimètres. Les programmes effectuent automatiquement le calcul des valeurs correspondantes
en unités terrain (mètres) à partir de l’échelle courante lors de la définition d’un bloc point et de son insertion dans le dessin.
 L’accrochage aux objets d’AutoCAD® à utiliser pour relier les points entre eux dépend de la valeur spécifiée pour le diamètre
du point. Si cette valeur est nulle utilisez l’accrochage NODal, et, si cette valeur est non nulle choisissez les accrochages
NODal ou CENtre pour les autres.
 Il est toutefois maintenant préférable d’utiliser le nouvel accrochage « sur points topographiques » proposé avec votre logiciel
COVADIS et permettant d’accrocher les points topographiques même en sélectionnant l’un de leurs attributs.
 La présence de l’attribut matricule d’étiquette MAT (ou NUMERO pour les fichiers créés avec le logiciel AutoMAP de la
société PC-Vision) est obligatoire dans les points topographiques pour que ceux-ci soient considérés comme tels par les
différentes fonctions de COVADIS.

56 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.2.3. Paramétrage des altitudes

Le groupe de paramètres Altitudes vous permet de spécifier trois paramètres relatifs aux altitudes et aux attributs associés.
• « Nombre de décimales pour l’attribut » : sélectionnez dans la liste jaillissante le
nombre de décimales à utiliser pour les attributs altitudes des points topographiques dans
le dessin. La valeur couramment utilisée est 2.
• «  Insérer les points pour Z = 0.0 » : si cette case est cochée, tous les points
rencontrés dans le fichier lu seront insérés dans le dessin. Si la case n’est pas cochée, les
points d’altitude nulle et sans altitude seront ignorés.
• «  Mettre un attribut pour Z = 0.0 » : cochez cette case si vous désirez que les points d’altitude nulle et sans altitude soient
quand même dessinés avec une valeur de ‘0.0’ pour l’attribut altitude. Ce paramètre est essentiellement utilisé lorsque l’altitude
0.0 est significative (au bord de la mer par exemple).

IV.2.4. Paramétrage de l’insertion du semis et des symboles

Ce groupe de paramètres vous permet de spécifier le type d’insertion du semis de points (2D ou 3D), d’optimiser la création des
attributs ainsi que de configurer l’insertion automatique de symboles sur les points codés.
• « Insérer le semis de points… » : permet de choisir le mode d’insertion du semis de
points. Si l’option «  2D » est sélectionnée, les points du semis auront tous une altitude
nulle, mais les attributs altitudes (si présents) indiqueront quand même les altitudes des
points levés. Si c’est l’option «  3D » qui est sélectionnée, les points seront insérés à
leur altitude réelle (levée). Cette option est nécessaire pour la création des courbes de
niveaux, pour le dessin de modèles numériques de terrain, ...
• «  Supprimer les attributs non renseignés » : cette option permet d’indiquer au programme de ne pas créer les attributs
sans valeur. Par exemple, si l’attribut code symbole est demandé et que l’option est validée, seuls les points ayant un code
symbole posséderont l’attribut d’étiquette COD. Ceci permet de réduire la taille du dessin en éliminant les attributs inutiles.
• «  Insérer aussi les symboles sur les points » : cochez cette case si vous désirez utiliser le mécanisme d’insertion des
symboles à partir des codes lus dans le fichier de points. Dans ce cas, le bouton à icône sera actif et vous permettra de
paramétrer l’insertion des symboles.

IV.2.4.1. Paramétrage de l’insertion des symboles

Le paramétrage de l’insertion des symboles sur les points


topographiques s’effectue à partir du dialogue ci-contre.
1. Spécification des noms de symboles
• « Préfixe pour les noms de blocs » : si cette zone
de saisie est non vide, elle sera utilisée comme préfixe
pour les noms des symboles à insérer. Par exemple, si
le préfixe est ‘Topo’ et que le code symbole d’un
point est 8, le symbole inséré sera Topo8.
• « Chemin d’accès aux symboles » : ce paramètre
vous permet d’indiquer l’endroit où le programme
doit aller chercher les symboles (fichiers d’extension
dwg) qui ne sont pas définis dans le dessin. Vous
pouvez cliquer sur le bouton à icône pour
sélectionner directement le répertoire.
• «  Rechercher aussi dans … » : si cette case est
cochée, les symboles seront aussi recherchés si nécessaire dans tous les répertoires de l’application COVADIS.

57 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

• « Table des correspondances » : une table de correspondances peut être utilisée pour remplacer les codes symboles
directement par les noms des blocs à insérer. Spécifiez le nom de la table dans la zone de saisie ou sélectionnez-la en cliquant
sur le bouton . Chaque ligne de la table de correspondance doit être de la forme :
<code>,<symbole>[,<calque>[,<échelle en X>[,<échelle en Y>[,<échelle en Z>]]]]
où : <code> = code du point topographique lu dans le fichier,
<symbole> = nom du bloc à insérer sur le point topographique,
<calque> = nom du calque d’insertion du bloc (s’il n’est pas fourni, la valeur indiquée plus loin sera utilisée),
<échelle en X> = facteur d’échelle en X du bloc à insérer (si elle n’est pas fournie, la valeur indiquée plus loin sera utilisée),
<échelle en Y> = facteur d’échelle en Y du bloc à insérer (égale à l’échelle en X si non fournie),
<échelle en Z> = facteur d’échelle en Z du bloc à insérer (égale à l’échelle en X si non fournie).
Exemples :
1,Borne,Bornes,1
2,Plaque80,Eaux usées,0.8,0.8
3,Plaque120,Eaux usées,1.2,1.2
4,Arbre1,Arbres
5,Boite PTT,PTT,1,0.5,1.5

2. Paramétrage de l’insertion
• « Calque d’insertion » : indiquez dans cette zone de saisie le nom du calque d’insertion des symboles. Cette valeur ne sera prise
en compte que si une table de correspondances n’est pas utilisée ou pour les codes n’ayant pas de calque associé dans la table.
La valeur spéciale $AUTO permet de placer chaque symbole inséré dans un calque qui porte son nom.
• « Couleur de dessin » : il s’agit de la couleur utilisée lors de la création des calques d’insertion des symboles. Les calques déjà
existants avant le chargement du semis de points ne seront pas modifiés.
• « Echelle d’insertion des symboles » : cette valeur sera utilisée pour les facteurs d’échelle en X, Y et Z des symboles insérés
sauf si des valeurs différentes sont spécifiées dans une table de correspondance.

IV.2.5. Paramètres de renumérotation et de filtrage

Ce groupe de paramètres vous permet de changer l’immatriculation des points lus dans le fichier avant leur insertion dans le dessin
ainsi que d’effectuer un filtrage sur les points à charger.
• « Nouveau radical » : entrez le radical alphanumérique que vous désirez donner à TOUS les
points du semis, ou laissez vide la zone d’édition si vous ne désirez pas effectuer de modification
(ou pas de radical).
Un matricule possédant un radical alphanumérique est de la forme <radical>.<indice>, le radical
pouvant comporter un nombre quelconque de caractères (lettres majuscules ou minuscules,
chiffres, caractères spéciaux), l’indice pouvant avoir une valeur allant de 1 à 999999.
(Exemples : P.10, LOT.123, ...)
Un matricule sans radical alphanumérique comporte uniquement une valeur numérique (numéro de point). La plupart des
logiciels de calculs topographiques (autres que Topojis®-PC) ne connaissent que ce type de matricules.
• « Incrément d’indice » : cette option vous permet d’ajouter une constante numérique à tous les indices des matricules. Par
exemple, si un premier semis de points a été chargé dans le dessin avec des numéros de points allant de 1 à 1800, et qu’un second
semis doit être inséré dans le même dessin avec des numéros de points allant de 1 à 700, il est préférable d’indiquer un incrément
d’indice de 1999 (par exemple) pour que les nouveaux points soient numérotés de 2000 à 2699 et qu’il n’y ait pas de matricules
doubles.
• « Premier matricule » : permet d’indiquer le matricule du premier point qui sera inséré dans le dessin, tous les points de
matricules inférieurs étant ignorés.
• « Dernier matricule » : permet d’indiquer le matricule du dernier point qui sera chargé dans le dessin, tous les suivants (de
matricules supérieurs) étant ignorés.

58 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.2.6. Paramètres de changement de repère

Les trois paramètres de ce groupe vous permettent d’ajouter des valeurs constantes aux coordonnées
des points de semis.
Spécifiez les décalages en X, Y et Z dans les zones de saisie prévues à cet effet.
Si une coordonnée ne doit pas être modifiée, entrez une valeur nulle (0.0).

IV.2.7. Chargement du semis de points

Cliquez sur le bouton « OK » du dialogue de configuration du chargement de semis pour valider les différents paramètres et
commencer le dessin des objets.

REMARQUE :
Vous rencontrerez peut-être le message d’erreur ci-contre. Il est affiché
lorsque les trois conditions suivantes sont réunies :
• un bloc point topographique est déjà défini dans le dessin courant,
• il existe au moins une insertion de ce bloc dans le dessin,
• vous tentez de charger un semis de point en utilisant un autre fichier de
définition mais avec le même nom pour le bloc point topographique.
Ces conditions indiquent que le bloc point topographique devrait être
redéfini, ce qui n’est pas autorisé.
Si le bloc déjà défini n’a pas encore été inséré dans le dessin, il vous sera
alors demandé s’il doit être redéfini (cela est possible puisqu’il n’y a encore
aucune insertion de ce bloc).
Si vous répondez non à la question, le bloc actuellement défini dans le
dessin sera alors automatiquement utilisé pour le chargement du semis, sauf
si vous cliquez sur le bouton « Annuler », auquel cas le programme
annulera le chargement du semis de points.

59 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.3. MODIFICATION DES ALTITUDES

Cette fonction permet d’effectuer différents traitements sur les blocs points topographiques :
• Passage d’un semis de points de 2D en 3D si le bouton d’option «  Mettre / garder les points en 3D » est sélectionné. Dans
ce cas, la valeur de l’attribut altitude sera utilisée pour le passage en 3D.
• Passage d’un semis de points de 3D en 2D si le bouton d’option «  Mettre / garder les points en 2D » est sélectionné et si,
bien sûr, le semis de points a été inséré en 3D.
• Ajout d’une constante altimétrique aux attributs altitudes si la valeur à ajouter aux altitudes est non nulle, si le semis de points
est en 2D et que le bouton «  Mettre ... en 2D » est choisi.
• Ajout d’une constante altimétrique aux attributs altitudes et mise à jour de l’altitude des points topographiques si la valeur à
ajouter aux altitudes est non nulle, si le semis de points est en 3D et que le bouton «  Mettre ... en 3D » est choisi.
• Modification du nombre de décimales dans les attributs altitudes à condition que les blocs points soient insérés en 3D.
Le dialogue de paramétrage de la fonction se présente
comme indiqué ci-contre.

1. Points topographiques à prendre en compte


Ce groupe de paramètres vous permet de configurer la
sélection des points topographiques à traiter.
 « Nom(s) des blocs points + calque(s) » : les
blocs points topographiques seront sélectionnés à
partir des informations données dans les deux listes
de droite : noms des blocs et calques d’insertion des
blocs.
Le bouton permet de choisir les noms des blocs
à traiter alors que le bouton permet de choisir
leurs calques de dessin.
Le bouton permet, quant à lui, de supprimer un
élément sélectionné dans une liste.
 « Sélection manuelle » : indique que les points
topographiques seront sélectionnés manuellement.
Si la case «  Utiliser pour filtrer la sélection manuelle est cochée », les points topographiques sélectionnés devront
correspondre obligatoirement aux noms de blocs et aux calques indiqués dans les listes.
Après validation du dialogue, vous devrez sélectionner graphiquement les points topographiques à traiter dans le dessin.
 « Tous les points du dessin » : choisissez cette option si tous les points topographiques présents dans le dessin courant doivent
être traités. Seuls les blocs possédant l’attribut matricule (MAT ou NUMERO) seront pris en compte.
 « Tous les points contenus dans la liste » : si cette option est active, cela indique que la liste des points topographiques pour
le dessin courant n’est pas vide. Choisissez l’option pour que les points contenus dans la liste soient pris en compte pour le
traitement.
Si la case «  Filtrage par matricules » est cochée, seuls les points topographiques dont le matricule est supérieur ou égal à la
valeur de « Premier matricule » et inférieur ou égal à la valeur de « Dernier matricule » seront pris en compte pour le traitement.
Ceci vous permet de ne modifier que les points topographiques concernés.

2. Opérations à effectuer
 « Mettre / garder les points en 2D » : si cette option est choisie, les points topographiques sélectionnés seront mis à l’altitude
nulle. Cette option n’influe pas sur le contenu de l’éventuel attribut altitude des points traités.
 « Mettre / garder les points en 3D » : cette option indique que les points topographiques sélectionnés seront mis en 3D. Si un
point est déjà à une altitude non nulle, celle-ci sera conservée. Si un point est à une altitude nulle, son nouveau Z sera pris dans
son attribut altitude. Si l’attribut n’est pas présent, le point restera à l’altitude zéro.
• « Constante altimétrique à ajouter » : cette valeur sera ajoutée à toutes les altitudes des points si l’option de mise en 3D est
choisie et aux valeurs des attributs altitudes.
• « Nouveau nombre de décimales » : utilisez cette liste pour changer le nombre de décimales affichées dans les attributs
altitudes. Ce nombre n’influe en rien sur l’altitude des points insérés en 3D.

Cliquez sur le bouton « OK » pour effectuer le traitement.

60 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.4. DESSIN DE POINTS TOPO.

Cette fonction permet d’insérer des nouveaux points topographiques aux points indiqués par l’utilisateur.
Si aucun point topographique n’est actuellement défini dans le dessin courant, le dialogue de paramétrage sera affiché avec le dernier
fichier de définition utilisé proposé par défaut. Sélectionnez le fichier de configuration à utiliser puis validez le dialogue comme
cela est décrit au paragraphe IV.2.2.
Si au moins un point topographique est maintenant défini dans le
dessin, le dialogue ci-contre est affiché pour vous permettre de
spécifier les différentes options pour l’insertion des points.

1. Bloc point topographique


Ce groupe de paramètres vous permet d’indiquer le nom du bloc point
topographique à utiliser ainsi que le calque d’insertion.
• « Nom du bloc » : sélectionnez dans cette liste jaillissante le nom
du point topographique à insérer. Tous les blocs points
topographiques actuellement définis dans le dessin (qui possèdent
l’attribut matricule MAT ou NUMERO) sont proposés.
• « Fichier de définition » : le nom du fichier de configuration du
bloc point est rappelé dans cette zone. S’il s’agit d’un dessin fait
avec une version précédente de COVADIS et que la mise à jour
du bloc point n’a pas été faite le message « (Inconnu) » sera
affiché. Le bouton vous permet de choisir un autre fichier de
définition si nécessaire.
• « Calque d’insertion » : le dernier calque d’insertion utilisé pour
le bloc point sélectionné sera proposé par défaut. Gardez cette
valeur ou spécifiez-en une nouvelle dans la zone de saisie ou en
cliquant sur l’icône de choix .
• « Couleur de dessin » : cette couleur sera utilisée lors de la
création du calque d’insertion des points topographiques.

2. Matricule du premier point


Ces paramètres permettent de spécifier le matricule du prochain point topographique à créer.
Entrez le radical et l’indice du matricule dans les zones de saisie. Vous pouvez cliquer sur le bouton pour que le programme
recherche le plus grand indice utilisé dans le dessin courant pour un radical donné.
Si vous cochez la case «  Proposer avant l’insertion », chaque matricule vous sera proposé avant d’être utilisé pour l’insertion
du point topographique. Si la case n’est pas cochée, les indices des matricules seront automatiquement incrémentés après chaque
insertion de point.

3. Insertion des points


Indiquez dans ce groupe de paramètres si les nouveaux points topographiques doivent être insérés en 2D ou en 3D.
Le paramètre « Ecart minimal » vous permet de spécifier la distance en dessous de laquelle deux points sont considérés comme
identiques. Dans ce cas, il n’y aura pas d’insertion d’un nouveau point.
La comparaison des coordonnées peut être effectuée en 2D ou en 3D selon la valeur du paramètre de configuration générale
«  Tester le positionnement des nouveaux points en 3D » (voir le paragraphe I.3.3.2).
De plus, seuls les points contenus dans la liste des points topographiques sont pris en compte pour les comparaisons.

4. Attributs
On trouve, dans ce groupe de paramètres, un onglet pour chaque attribut -
autre que le matricule - présent dans la définition du bloc point.
Pour valider la création de l’attribut lors de l’insertion du bloc, enfoncez
le bouton « Créer l’attribut ».

61 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

Trois possibilités sont offertes pour renseigner les valeurs des attributs :
 « Aucune valeur » : l’attribut ne sera pas renseigné lors de l’insertion du bloc.
 « Entrée manuelle » : vous devrez spécifier la valeur de l’attribut pour chaque nouveau point dessiné.
 « Valeur constante » : la valeur indiquée dans la zone de saisie sera automatiquement affectée pour cet attribut à tous les blocs
points topographiques insérés avec ce paramétrage.
Dans le cas de l’attribut altitude une option supplémentaire vous permet d’indiquer que la valeur de l’attribut doit être prise dans
l’altitude d’insertion des points topographiques. Le nombre de décimales pour le texte de l’attribut est alors paramétrable.

Le paramétrage de la fonction étant maintenant effectué, cliquez sur le bouton « OK » pour le valider et indiquez les emplacements
des nouveaux points topographiques en accrochant, par exemple, les points caractéristiques d’entités dessinées (extrémités de lignes,
sommets de polylignes, …).
Le message d’invite sur la ligne de commande est le suivant :
Point à immatriculer ou [Paramètres/Rotation/caLque] :
et vous permet, en cours de saisie des points, de modifier les paramètres (option Paramètres), d’indiquer une orientation pour l’axe
X des points topographiques (option Rotation), ou de changer le calque d’insertion des blocs (option caLque).
En fonction de la configuration faite, il peut vous être demandé de valider le matricule ou d’en entrer un autre :
Matricule du point ou [Fin de liste = N.2] <N.2> :
ainsi que de spécifier la valeur d’un attribut :
Altitude du point 'N.2' <0.00> :

IV.5. IMMATRICULATION D’ENTITÉS

Cette fonction permet de créer de nouveaux points topographiques en les insérant automatiquement sur les points caractéristiques
des objets construits dans le dessin.
Le paramétrage est identique à celui de la fonction précédente. Après validation des valeurs,
le dialogue ci-contre est affiché pour demander si les centres des arcs et des cercles doivent
aussi être immatriculés. Cliquez sur le bouton correspondant au traitement à effectuer.
Vous pouvez maintenant sélectionner les entités à immatriculer. Comme pour la fonction
précédente, si des entrées manuelles ont été paramétrées (matricules ou attributs), le
programme s’arrêtera à chaque point pour vous permettre de donner les valeurs attendues.

Les entités pouvant être immatriculées sont :


• les arcs,
• les lignes,
• les polylignes 2D et 3D,
• les cercles (si l’immatriculation des centres a été demandée),
• les points,
• les faces 3D,
• les insertions de blocs (si l’immatriculation des centres a été demandée),
• certains objets COVADIS : les plates-formes, les parcelles, les murs / haies, la signalisation longitudinale.

62 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.6. IMPLANTATION DE CLOTHOÏDES

Comme les deux fonctions précédentes, l’implantation de clothoïdes permet de créer de nouveaux points topographiques le long
d’une clothoïde déjà calculée.
Son paramétrage est rigoureusement identique à celui de la fonction de dessin des points.
Une fois celui-ci effectué, vous devez donner les informations suivantes :
1. point de tangence avec l’alignement droit (point de départ de la clothoïde),
2. second point de l’alignement droit (dans la direction opposée à la tangente de départ),
3. valeur de la constante ‘A’ de la clothoïde calculée (avec son signe),
4. abscisse curviligne du point à calculer (si aucune valeur n’est entrée : retour au 1),
5. distance du point de profil gauche (ou 0.0 si aucun), la valeur précédemment utilisée étant proposée par défaut,
6. distance du point de profil droit (ou 0.0 si aucun), la valeur précédemment utilisée étant proposée par défaut,
7. retour à l’étape 4, pour entrer une nouvelle abscisse.

Comme pour la fonction précédente, si des données sont à entrer manuellement (contrôle des matricules, valeurs des attributs),
celles-ci seront demandées avant l’insertion de chaque point topographique.

Exemple d’implantation de points sur une clothoïde

Point de tangence avec l’alignement droit


Second point de l’alignement droit
Constante ‘A’ = -50

63 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.7. CORRÉLATION D’OBJETS

Cette fonction permet de modifier des objets dans un dessin pour faire correspondre leurs caractéristiques géométriques (sommets,
centres, points d’insertion) avec les positions des points topographiques.
Le paramétrage se fait à l’aide du dialogue ci-contre.
La commande a été complétée pour afficher un dialogue récapitulatif
des opérations effectuées et des sommets restant à traiter.
1. Points topographiques à prendre en compte
Indiquez dans ce groupe de paramètres le mode de sélection des points
topographiques devant servir de support aux objets à traiter :
 « Sélection manuelle » : les points topographiques seront à
sélectionner graphiquement après l’appui sur le bouton « OK » ou
après la sélection des objets à traiter si le bouton à icône a été
utilisé.
 « Tous les points du dessin » : tous les points topographiques du
dessin seront automatiquement pris en compte.
 « Tous les points contenus dans la liste » : seuls les points
topographiques contenus dans la liste seront pris en compte pour
le traitement. Cette option est désactivée si la liste est vide.

2. Objets à traiter
Ce groupe de paramètres vous permet de spécifier les types des objets
à traiter (en cochant les cases correspondantes), ainsi que les calques
contenant ces objets.
Le bouton vous permet de modifier la liste des calques alors que
le bouton sert à supprimer l’élément courant (s’il y en a un) dans
la liste.
L’option «  Utiliser les noms de calques pour filtrer la sélection manuelle » doit être utilisée lorsque vous désirez sélectionner
manuellement les objets à traiter et que seuls les objets dessinés dans les calques de la liste doivent être pris en compte.

3. Paramètres de traitement
« Rayon de recherche des points topographiques de corrélation » : indiquez dans cette zone de saisie le rayon de recherche des
points autour des sommets, centres ou points d’insertion des entités à modifier.
«  Conserver les altitudes des objets en 3D » : si cette case n’est pas cochée, les altitudes des points caractéristiques des entités
modifiées seront automatiquement mises à zéro.
«  Mettre en 3D les objets traités (si cela est possible) » : si cette case est cochée, les altitudes des points caractéristiques des
entités traitées seront aussi modifiées pour correspondre aux altitudes des points d’appui. Bien sûr seules les entités cercles,
lignes, polylignes 3D, symboles et faces 3D pourront subir cette transformation.

Cliquez sur le bouton « OK » pour valider le paramétrage et effectuer le traitement ou sur le bouton pour sélectionner
préalablement les objets à transformer.

126 126
123 123

125 125
124 128 124 128

127 127

64 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

À l’issue de la commande, un dialogue récapitulatif est automati-


quement affiché.
Ce dialogue présente dans une grille le résultat de la corrélation :
• les sommets n’ayant pas de points topographiques dans leur rayon
de recherche sont affichés en orange,
• les sommets positionnés automatiquement sur un point d’appui
situé dans le rayon de recherche sont affichés en vert,
• les sommets déjà superposés à un point topographique sont affichés
en noir.

Pour chaque objet, les informations affichées sont :

• le type et le calque de l’objet,


• le matricule du point topographique superposé au sommet,
• les coordonnées du sommet,
• cliquez le bouton pour sélectionner un point topographique dans le dessin afin de récupérer sa position et de l’affecter au
sommet correspondant. La ligne est affichée en bleu pour indiquer que le sommet a été déplacé par une opération manuelle.
Cliquez une ligne de la grille pour zoomer sur la position du sommet correspondant : deux cercles marqués d’une croix montrent
son emplacement. Le plus petit cercle représente le rayon de recherche.

Cliquez le bouton pour écrire un listing des points restant à corréler.

Cliquez le bouton pour dessiner un cercle autour de chaque sommet restant à corréler.

REMARQUES :
 En cliquant la case «  Masquer les sommets traités », la grille affiche uniquement les sommets non corrélés (lignes de
couleur orange).
 Les coordonnées X et Y sont affichées avec 3 décimales. La valeur de Z utilise le nombre de décimales courant du dessin.

65 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.8. CRÉER LA LISTE DE TOUS LES POINTS

Cette fonction permet de créer automatiquement la liste de tous les points topographiques du dessin courant sans que l’utilisateur
n’ait à paramétrer les noms des blocs points et leurs calques d’insertion.
Après création de la liste, le nombre de points valides est affiché sur la ligne de commande :
718 points topographiques étaient valides.

IV.9. CRÉER LA LISTE DES POINTS

Cette fonction permet de créer et de mettre à jour la liste des points


topographiques associée au dessin courant.
Si la liste n’est pas vide, le dialogue ci-contre vous permettra d’indiquer si son
contenu doit être remplacé par les nouvelles informations ou simplement
complété.
Cliquez sur le bouton « Annuler » si vous ne désirez pas modifier la liste
existante.
Le choix des points topographiques à prendre en compte pour la mise
à jour de la liste peut être fait en indiquant les noms des blocs points
ainsi que les calques d’insertion de ces blocs puis en cliquant sur le
bouton « OK », ou en sélectionnant graphiquement les points
topographiques après avoir cliqué sur le bouton à icône .
Dans ce cas, l’option «  Utiliser les noms de calques pour filtrer
la sélection manuelle » peut être validée pour ne prendre en
considération que les blocs points dont les noms et calques d’insertion
apparaissent dans les listes déroulantes.

REMARQUE :
Pour vider complètement la liste des points topographiques du
dessin courant, choisissez tout d’abord l’option « Remplacer »
puis annulez le dialogue de paramétrage.

IV.10. AFFICHER LA LISTE DES POINTS

Cette commande permet de visualiser le contenu de la liste des points topographiques.


Un dialogue affiche une grille détaillant chaque point topographique de la liste courante.
Elle propose des commandes de gestion ou de modification des points affichés :
• affichage du nombre de points 2D et du nombre de points 3D dans le titre,
• utilisation d’une barre d'outils contenant les boutons de fonctions,
• possibilité de trier le tableau en cliquant un en-tête de colonne,
• écriture de listing, au format RTF, au format XLS, ou dans le dessin (tableau),
• possibilités de zoomer autour du point courant, ou d’effectuer un zoom étendu ou un zoom fenêtre,
• menus contextuels, dans la grille et dans l’en-tête,
• différents modes de sélection graphique des points : manuelle, ou par trajet ou par capture,
• possibilité d’afficher ou de masquer des colonnes,
• possibilité de modifier le Z ou l’attribut ALT des points sélectionnés,
• possibilité d'afficher les coordonnées en SCU ou SCG,
• possibilité de paramétrer le nombre de décimales de l'affichage.

66 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

Avant l’affichage du dialogue, différentes opérations automatiques sont effectuées :


1. Si l’altitude d’un point topographique en mémoire est différente de l’altitude du bloc correspondant dans le dessin, alors l’altitude
du point topographique en mémoire est mise à jour par l’altitude du bloc.
2. Si la position d’un point topographique en mémoire est différente de la position du bloc correspondant dans le dessin, alors la
position du point topographique en mémoire est mise à jour par la position du bloc. Un message récapitulant le nombre de points
topographiques corrigés sera affiché.
3. Si la valeur de l’attribut ‘Altitude’ d’un point topographique ne correspond pas à son altitude, alors un message récapitulant le
nombre de points concernés sera affiché.

Le dialogue est montré en exemple ci-dessous.

IV.10.1. Présentation du dialogue


1. La zone de titre
Le titre affiche le nombre de points 2D (c’est-à-dire ayant une altitude nulle), et le nombre de points 3D (c’est-à-dire ayant une
altitude non nulle). Le titre est mis à jour automatiquement quand l’altitude d’un point topographique est modifiée dans la grille.

2. Les menus
Trois menus déroulants proposent des commandes concernant la sélection des points de la liste, la modification des points
sélectionnés, et différents moyens de zoomer dans le dessin.
Le fonctionnement de chaque commande de menu est présenté dans le chapitre suivant.

3. La barre d’outils
Sous le titre, une barre d’outils, composée de boutons, d’une liste déroulante et de deux cases à cocher permet d’effectuer rapidement
et facilement des opérations sur les points topographiques affichés (sélection, modification, listing, zoom ...).
Le fonctionnement de chaque composant de la barre d’outils est présenté dans le chapitre suivant.

4. La grille d’affichage des points


Les points de la liste sont affichés dans une grille composée de plusieurs colonnes. Pour chaque point sont indiqués : son matricule
(attribut MAT), ses coordonnées X, Y et Z du point d’insertion, la valeur de l’attribut ALT, son code, le nom du bloc et son calque
d’insertion.
Il est possible de trier la liste : pour cela il suffit de cliquer sur l’en-tête de la colonne choisie comme critère de tri. Le tri peut être
croissant ou décroissant. Pour repérer facilement la colonne de tri, un triangle gris est affiché dans son entête.

REMARQUE :
En double-cliquant une ligne de la grille, vous pouvez éditer les caractéristiques du point topographique courant. A la sortie du
dialogue d’édition, les nouvelles valeurs validées sont affichées dans la grille. Si le Z ou l’attribut ALT sont modifiés, alors le
point topographique correspondant est aussi mis à jour dans le dessin.

67 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

5. Le menu contextuel des entêtes de la grille


Si certaines colonnes ne sont pas utiles, il est possible de les masquer. Pour cela, effectuez un clic droit sur l’en-tête
des colonnes pour afficher un menu contextuel : les colonnes affichées sont précédées d’une coche. Sélectionnez dans
le menu la colonne à masquer. Recommencez la même opération pour réafficher une colonne masquée.
Choisissez la commande « Tous » pour réafficher toutes les colonnes.

6. Couleur des lignes de la grille


Les lignes de la grille peuvent avoir une couleur différente dans certaines situations :
• orange si la valeur de l’attribut ALT est différente de la valeur du Z,
• orange si le Z est nul et l’option est cochée.
• bleu si le point fait partie du jeu de sélection courant.

IV.10.2. La barre d’outils

Les éléments de la barre d’outils peuvent être classés en 7 catégories :

1 2 3 4 5 6 7

1) Les boutons de sélection


Ces 3 boutons permettent d’effectuer une sélection de points topographiques selon différents modes. Après utilisation de ces boutons,
les lignes des points choisis sont aussi sélectionnées dans la grille.

• Le bouton permet de sélectionner manuellement des points topographiques dans le dessin..

• Le bouton permet de sélectionner des points topographiques en mode « Trajet ». Indiquez les polylignes de sélection dans
le dessin. Les points topographiques dont le point d’insertion se trouve sur le passage d’une polyligne de sélection sont
automatiquement sélectionnés.
Le message suivant est affiché sur la ligne de commande pour vous inviter à effectuer une sélection de polylignes :
Indiquez les polylignes de sélection ou [caLques] :
Tapez L ou choisissez l’option « caLques » pour sélectionner toutes les polylignes contenues dans un ou plusieurs calques.
Une fois les polylignes choisies, un message récapitule le nombre de points topographiques mis dans la sélection :
 2 point(s) topographique(s) dans la sélection

• Le bouton permet de sélectionner des points topographiques en mode « Capture ». Indiquez les contours de sélection dans
le dessin. Les points topographiques situés à l’intérieur d’un contour de sélection sont automatiquement sélectionnés.
Le message suivant est affiché sur la ligne de commande pour vous inviter à effectuer une sélection de polylignes :
Indiquez les contours de sélection ou [caLques] :
Tapez « L » ou choisissez l’option « caLques » pour sélectionner toutes les polylignes contenues dans un ou plusieurs calques.
Une fois les polylignes choisies, un message récapitule le nombre de points topographiques mis dans la sélection :
=> 5 point(s) topographique(s) dans la sélection

• Le bouton permet de sélectionner des points topographiques en mode « Bande de recherche » autour d’une polyligne.
Cliquez les points ou sélectionnez la polyligne. Puis indiquez la largeur de recherche autour de la polyligne, manuellement à la
ligne de commande, ou graphiquement en déplaçant le curseur.
Cliquez les points ou [Polyligne] : p
Sélectionnez une polyligne (2D ou 3D) non fermée :
Demi-largeur de la bande de recherche :
Demi-largeur = 5.00 mètres.
=> 6 point(s) topographique(s) dans la sélection

68 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

2) Les boutons de modification


Ces 5 boutons permettent de modifier l’altitude (Z) ou l’attribut ALT des points topographiques sélectionnés dans la grille.
• permet de remplacer le contenu de l’attribut ALT par la valeur courante de l’altitude (Z) du point.
• permet de remplacer la valeur d’altitude (Z) du point par le contenu de l’attribut ALT.
• permet de saisir une valeur constante qui sera affectée à l’altitude (Z) des points sélectionnés. L’attribut ALT est inchangé.
• permet de saisir une valeur qui sera ajoutée à l’altitude (Z) des points sélectionnés. Cela provoque un déplacement vertical
des points. L’attribut ALT est inchangé.
• permet de sélectionner un texte (simple ou multiligne) représentant une altitude pour affecter sa valeur à l’altitude (Z) et
à l’attribut ALT du point sélectionné.

REMARQUES :
 A la sortie du dialogue, l’altitude des points topographiques du dessin est la valeur d’altitude (Z) affichée dans la grille.
 Quand l’attribut ALT est modifié, le nombre de décimales utilisé est le même que le champ « Nouveau nombre de
décimales » de la commande Cov. Edition → Point topographiques → Modification altitudes.
 Si un point topographique existe dans la liste mais pas dans le dessin, alors il est automatiquement supprimé de la liste.
 Si la position d’un point topographique de la liste est différente de la position réelle dans le dessin, alors c’est la position dans
le dessin qui est affichée et la liste est mise à jour.
 Il est nécessaire de cocher l’option « Mettre à jour l’attribut ALT » du menu Modification pour actualiser l’attribut après
une modification du Z.

3) Les boutons d’affichage des erreurs


Les points erronés de la liste sont ceux :
• dont l’attribut ALT est différent de la valeur de l’altitude Z,
• ou dont le Z est nul (uniquement si un Z nul est considéré comme une erreur).
Ces points sont affichés en couleur orange dans la liste.
Cliquez le bouton pour visualiser le point erroné suivant dans la liste.
Cliquez le bouton pour visualiser le point erroné précédent dans la liste.

4) Le bouton de listing
Ce bouton affiche un dialogue de paramétrage de l’écriture du listing des points topographiques.
Sélectionnez le format d’écriture du listing :
 « RTF » : un fichier au format RTF sera créé.
 « XLS » : un fichier au format XLS sera créé.
 « DWG » : le listing sera écrit dans le dessin sous forme d’un tableau.
Dans le champ « Titre », renseignez le titre du listing.
Choisissez les données à écrire en cochant les options correspondantes (le
matricule et les coordonnées X et Y sont toujours écrits).
Indiquez si le listing doit contenir « Seulement les points sélectionnés », ou
s’il doit contenir « Toute la liste ».
Puis choisissez le nombre de décimales pour l’écriture des coordonnées.

69 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

Les options suivantes sont actives seulement dans le cas d’un listing « DWG ».
Le tableau des points est dessiné sous la forme d’un ‘vrai’ tableau. La représentation de ce tableau est gérée par un style de tableau
(commande de menu Format → Style de tableau) nommé CovadisTableauPTopo
Ce style de tableau gère le format d’écriture du titre, des en-têtes de colonnes et des données.

REMARQUES :
 Si le style de tableau n’existe pas, il est créé automatiquement et ajouté au dessin.
 Si le style de tableau existe déjà, alors il est utilisé prioritairement au paramétrage du dialogue.

Renseignez le nom du calque de dessin du tableau, ou cliquez le bouton pour choisir un calque existant.
Cochez l’option  « Courant » pour dessiner le tableau dans le calque courant.
Sélectionnez la couleur du calque de dessin dans la liste déroulante.
Cliquez le bouton pour sélectionner le style d’écriture des textes, qui s’affiche dans le champ « Style ».
Conservez la hauteur de texte du style, ou renseignez la hauteur des textes.
Renseignez l’écart entre 2 lignes du tableau, qui correspond à la hauteur d’une cellule.
Cliquez « OK » pour valider le paramétrage, puis cliquez le point haut gauche du tableau dans le dessin.

Exemple de listing écrit dans le dessin.

5) La liste déroulante des décimales


Choisissez dans cette liste le nombre de décimales pour l’affichage des coordonnées. Le contenu de la grille est automatiquement
mis à jour. A l’ouverture du dialogue, le nombre de décimales du dessin courant est sélectionné.

6) Les boutons de zoom


• permet de zoomer autour du point courant de la liste. Il est inutile de le cliquer si l’option  « Zoom auto » est cochée.
• permet de zoomer dans le dessin en cliquant 2 points définissant une fenêtre de zoom.
• permet d’effectuer un zoom étendu du dessin.

7) Les cases à cocher des options


 « Zoom auto » : cochez cette option pour que le programme zoome automatiquement sur le point topographique sélectionné
dans la liste. Si l’option n’est pas cochée, cliquez le bouton pour zoomer sur le point courant.
« Z = 0 => orange » : cochez cette option pour afficher les points d’altitude nulle (et de matricule vide) en couleur orange.

70 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.10.3. Le menu contextuel de la grille

Un menu contextuel, accessible par clic droit dans la grille, propose des commandes
complémentaires aux boutons de la barre d’outils.

• La commande « Tout sélectionner » permet d’effectuer une sélection complète des


points topographiques de la grille.
• La commande « Inverser la sélection » permet d’inverser la sélection des lignes de la
grille (par exemple, après une sélection par capture, pour sélectionner les points
topographiques situés à l’extérieur des contours).
• La commande « Ajouter au jeu de sélection » permet de remplir un jeu de sélection
contenant les points topographiques sélectionnés. A la sortie du dialogue, ce jeu de
sélection devient le jeu de sélection courant du dessin. On peut ainsi appliquer des
commandes aux points topographiques du jeu de sélection (effacement, rotation,
déplacement, copie ...).
• La commande « Vider le jeu de sélection » permet de vider le jeu de sélection courant.

REMARQUES :
 Le jeu de sélection peut être utilisé lors de la prochaine demande d’un choix d’objets en tapant simplement « P » au clavier
(pour « sélection Précédente ») à la question : Choix des objets.
 Le jeu de sélection peut aussi être utilisé par les commandes d’édition des points topographiques : quand une commande
demande les points topographiques à prendre en compte, choisissez le mode « sélection manuelle » puis tapez « P » comme
Précédent.

 Les lignes des points contenus dans le jeu de sélection sont affichées en couleur bleue.

• La commande « Supprimer de la liste » supprime les points sélectionnés de la liste courante. Ils ne sont plus affichés dans la
grille mais restent présents dans le dessin.
• La commande « Supprimer de la liste et du dessin » supprime les points sélectionnés de la liste courante, et les enlève du
dessin (par exemple, pour effacer tous les points d’altitude nulle, ou pour effacer un point trop proche d’un autre point). Ils ne
sont plus affichés dans la grille.
• La commande « Recréer la liste de tous les points » vide la liste courante, et recrée une nouvelle liste à partir des points
topographiques du dessin.
• La commande « Afficher les coordonnées en SCU » permet de modifier le mode d’affichage des coordonnées pour prendre
en compte le repère du SCU courant. Quand les coordonnées sont déjà affichées en SCU, l’intitulé du menu devient « Afficher
les coordonnées en SCG » pour réafficher les coordonnées en repère général.
Pour changer le facteur de zoom automatique autour du point courant, utilisez la commande « Modifier la taille du zoom auto »
et entrez une nouvelle valeur. Une petite valeur (resp. une grande valeur) provoque un zoom plus précis (resp. plus étendu).

IV.10.4. Les menus

Le menu Sélection regroupe des commandes relatives à la sélection de points topographiques, dans la grille ou dans le dessin.
Le menu Modification permet de modifier les attributs ou l’altitude d’un point topographique.
Le menu Zoom permet de modifier l’étendue du zoom dans le dessin.

71 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.11. AFFICHER LES POINTS (AVEC DOUBLONS)

Cette commande permet de visualiser tous les points topographiques du dessin, en conservant les éventuels doublons. En cas de
doublons détectés, un avertissement est affiché. Les doublons sont écrits en orange dans la liste déroulante afin de mieux les repérer.
Chaque matricule d’un doublon peut être modifié par la commande du menu Modification → Edition du point ou en
double-cliquant la ligne du point dans la liste.
Une commande du menu Modification permet de ré-immatriculer les points topos en doublon, en commençant la nouvelle
numérotation après le plus grand indice utilisé par les matricules. Un point topographique en doublon est inchangé, les autres points
de même matricule sont renumérotés.

IV.12. STATISTIQUES SUR LES BLOCS POINTS

Cette fonction vous permet de visualiser les différents matricules utilisés pour les points topographiques.
Vous devez pour cela commencer par sélectionner les
points à prendre en compte.
Le choix s’effectue grâce au dialogue ci-contre.
 « Nom(s) des blocs points + calque(s) » : les blocs
points topographiques seront sélectionnés à partir des
informations données dans les deux listes de droite :
noms des blocs et calques d’insertion des blocs.
Le bouton permet de choisir les noms des blocs à
traiter alors que le bouton permet de choisir leurs
calques de dessin.
Le bouton permet, quant à lui, de supprimer un
élément sélectionné dans une liste.
 « Sélection manuelle » : indique que les points
topographiques seront sélectionnés manuellement.
Si la case «  Utiliser pour filtrer la sélection
manuelle est cochée », les points topographiques
sélectionnés devront correspondre obligatoirement aux noms de blocs et aux calques indiqués dans les listes.
Après validation du dialogue, vous devrez sélectionner graphiquement les points topographiques à traiter dans le dessin.
 « Tous les points du dessin » : choisissez cette option si tous les points topographiques présents dans le dessin courant doivent
être traités. Seuls les blocs possédant l’attribut matricule (MAT ou NUMERO) seront pris en compte.
 « Tous les points contenus dans la liste » : si cette option est active, cela indique que la liste des points topographiques pour
le dessin courant n’est pas vide. Choisissez l’option pour que les points contenus dans la liste soient pris en compte pour le
traitement.
Si la case «  Filtrage par matricules » est cochée, seuls les points topographiques dont le matricule est supérieur ou égal à la
valeur de « Premier matricule » et inférieur ou égal à la valeur de « Dernier matricule » seront pris en compte pour le traitement.
Ceci vous permet de ne modifier que les points topographiques concernés.
L’option «  Filtrer par altitudes » vous permet de filtrer selon les altitudes des points, en saisissant les altitudes minimale et
maximale des points à prendre en compte.

72 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

Une fois la sélection des blocs effectuée, le dialogue ci-contre est affiché.
Si différents noms de blocs ont été pris en compte, choisissez celui
pour lequel vous désirez afficher les matricules en utilisant la liste à gauche.
Les matricules sont triés par ordre croissant avec, dans la colonne de gauche,
les différents radicaux utilisés (s’il y en a), et, dans les colonnes de droite, la
liste des indices associés.
Des statistiques diverses sont également affichées :
• le nombre de points traités,
• les coordonnées du coin bas-gauche et du coin bas-droit,
• l’altitude minimale et l’altitude maximale de tous les points sélectionnés.

Les différentes représentations des indices sont les suivantes :

<indice> indique que l’indice est isolé


<indice1> − <indice2> indique une suite d’indices allant de indice1 à indice2
<indice>  <nombre> indique que l’indice est utilisé plusieurs fois (nombre)

Le bouton permet de créer un fichier contenant toutes les informations relatives aux matricules des blocs sélectionnés. Le
fichier proposé par défaut sera composé du nom du dessin en cours (avec son chemin d’accès) et de l’extension ‘mat’.
#########################################################
# COVADIS - RECAPITULATIF DES MATRICULES UTILISES #
#=======================================================#
# Nom du dessin : F:\Covadis\Exemple.dwg #
# Traitement du : 20/03/2001 à 17:20:30 #
#########################################################
# Nom du bloc point topographique = TCPOINT #
#===========================#===========================#
# Radical ! Indices # Radical ! Indices #
#---------!-----------------#---------!-----------------#
# E ! 4 # E ! 10 #
# E ! 14 - 15 # E ! 18 - 23 #
# E ! 25 - 81 # E ! 83 - 96 #
# E ! 98 - 112 # E ! 114 - 140 #
# E ! 142 - 153 # E ! 155 - 168 #
# E ! 170 - 201 # E ! 203 - 225 #
# E ! 227 - 230 # E ! 233 #
# E ! 236 # E ! 248 #
# E ! 253 # E ! 262 - 263 #
# E ! 374 # E ! 378 - 379 #
# E ! 386 - 400 # E ! 402 - 405 #
# E ! 407 - 410 # E ! 412 - 427 #
# E ! 450 - 458 # E ! 460 - 461 #
# E ! 555 # E ! 559 #
# E ! 678 # E ! 751 #
# E ! 753 # E ! 757 - 758 #
#########################################################

73 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.13. DESSINER LE TABLEAU DE POINTS

Cette fonction permet de dessiner un tableau de coordonnées de points topographiques directement dans AutoCAD ®.
Cette commande du sous-menu Points topographiques dessine désormais un tableau de coordonnées des points topographiques
directement dans AutoCAD®, comme le fait déjà le bouton « Listing » du dialogue affichant la liste des points topographiques.
Ce tableau est géré par le style de tableau nommé CovadisTableauPTopo, qui permet de modifier simplement sa représentation.

Le choix des points à prendre en compte s’effectue grâce au dialogue présenté au paragraphe IV.11.
Une fois la sélection des points topographiques effectuée, le dialogue ci-contre
vous permet alors de configurer le dessin du tableau des points.

Dans le champ « Titre », renseignez le titre du listing.


Choisissez les données à écrire en cochant les options correspondantes (le
matricule et les coordonnées X et Y sont toujours écrits).
Puis choisissez dans la liste déroulante le nombre de décimales pour l’écriture des
coordonnées.

Le tableau des points est dessiné sous la forme d’un ‘vrai’ tableau. La
représentation de ce tableau est gérée par un style de tableau (commande de menu
Format → Style de tableau) nommé CovadisTableauPTopo
Ce style de tableau gère le format d’écriture du titre, des en-têtes de colonnes et
des données.

Renseignez le nom du calque de dessin du tableau, ou cliquez le bouton pour


choisir un calque existant.
Cochez l’option «  Courant » pour dessiner le tableau dans le calque courant.
Sélectionnez la couleur du calque de dessin dans la liste déroulante.
Cliquez le bouton pour sélectionner le style d’écriture des textes, qui s’affiche dans le champ « Style ».
Conservez la hauteur de texte du style, ou renseignez la hauteur des textes.
Renseignez l’écart entre 2 lignes du tableau, qui correspond à la hauteur d’une cellule.
L’option «  Trier les points par ordre croissant des matricules » permet d’ordonner ou non le contenu du tableau.
Cliquez « OK » pour valider le paramétrage, puis cliquez le point haut gauche du tableau dans le dessin.

REMARQUES :
 Si le style de tableau n’existe pas, il est créé automatiquement et ajouté au dessin.
 Si le style de tableau existe déjà, alors ses propriétés sont remplacées par celles du dialogue de paramétrage.

74 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.14. ÉCRIRE UN FICHIER DE POINTS

Cette fonction permet de créer un fichier de points


(matricules, coordonnées X, Y et Z, et codes symboles
éventuels) dans l’un des formats suivants :
• GéoBase COVADIS,
• fichier de points colonné,
• fichier de points avec séparateurs,
• fichier de points au format Topojis®-PC,
• fichier de points au format Leica® (Wild®),
• fichier de points au format Spectra Precision®
(Geotronics®),
• fichier de points au format Sokkia®,
• classeur Excel (XLS ou XLSX).

Le paramétrage de la fonction s’effectue par


l’intermédiaire du dialogue montré en exemple ci-
contre. Celui-ci est divisé en trois groupes de
paramètres permettant d’indiquer quels points
topographiques doivent être pris en compte, de
spécifier le nom et le format du fichier à créer (et
éventuellement de paramétrer le format), ainsi que de
valider ou non différentes options pour renseigner les
codes symboles.

IV.14.1. Sélection des points topographiques

Ce groupe de paramètres vous permet de configurer la sélection des points topographiques à traiter.
 « Nom(s) des blocs points + calque(s) » : les blocs points topographiques seront sélectionnés à partir des informations
données dans les deux listes de droite : noms des blocs et calques d’insertion des blocs.
Le bouton permet de choisir les noms des blocs à traiter alors que le bouton permet de choisir leurs calques de dessin.
Le bouton permet, quant à lui, de supprimer un élément sélectionné dans une liste.
 « Sélection manuelle » : indique que les points topographiques seront sélectionnés manuellement.
Si la case «  Utiliser pour filtrer la sélection manuelle est cochée », les points topographiques sélectionnés devront
obligatoirement correspondre aux noms de blocs et aux calques indiqués dans les listes.
Après validation du dialogue, vous devrez sélectionner les points topographiques à traiter dans le dessin.
 « Tous les points du dessin » : choisissez cette option si tous les points topographiques présents dans le dessin courant doivent
être traités. Seuls les blocs possédant l’attribut matricule (MAT ou NUMERO) seront pris en compte.
 « Tous les points contenus dans la liste » : si cette option est active, cela indique que la liste des points topographiques pour
le dessin courant n’est pas vide. Choisissez l’option pour que les points contenus dans la liste soient pris en compte pour le
traitement.
Si la case «  Filtrage par matricules » est cochée, seuls les points topographiques dont le matricule est supérieur ou égal à la
valeur de « Premier matricule » et inférieur ou égal à la valeur de « Dernier matricule » seront pris en compte pour le traitement.
Ceci vous permet de créer le fichier uniquement pour les points topographiques désirés.

75 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.14.2. Paramétrage du fichier de points

Différents formats de fichiers de points peuvent être écrits par COVADIS. La sélection
du format se fait dans la liste jaillissante libellée « Format du fichier ».
Le nom du fichier de points à créer peut être saisi dans la zone d’édition « Nom », ou
sélectionné sur le disque en cliquant sur l’icône . Dans ce cas, les extensions
proposées pour les fichiers dépendront du format de fichier choisi.
Un troisième paramètre peut être nécessaire si le fichier de
points est au format colonné, délimité par des séparateurs,
au format Leica® ou au format Sokkia® : il s’agit du nom
du fichier de configuration du format. L’exemple ci-contre
vous montre la partie du dialogue pour un fichier de points
au format Leica®.
Les derniers fichiers de paramétrage utilisés sont toujours proposés par défaut. Pour sélectionner ou pour modifier un fichier de
paramétrage, cliquez simplement sur le bouton .

IV.14.2.1. Paramétrage du format colonné

Un fichier est dit au format ‘colonné’ lorsqu’une


information se retrouve toujours à la même position
quelle que soit la ligne du fichier. Par exemple,
l’altitude des points pourrait être indiquée par les
caractères 30 à 37.
Le dialogue de paramétrage de l’écriture des fichiers
colonnés se présente comme dans l’exemple ci-contre.
Pour les coordonnées des points (X, Y et Z), deux
valeurs sont à configurer : la partie entière et la partie
décimale.
Pour paramétrer une valeur, spécifiez sa colonne de
début (à partir de 1) et sa colonne de fin, ou sa colonne
de début et le nombre de caractères qu’elle possède
(longueur).
Pour indiquer qu’une valeur ne doit pas être écrite dans
le fichier de points (pas d’altitude, pas de code
symbole), il suffit de ne pas mettre de valeur pour la
colonne de début et d’indiquer une longueur nulle.
Vous remarquerez la zone « Exemple » vous
permettant de vérifier à tout moment la validité du
paramétrage.

Le groupe d’éléments Paramètres pour l’écriture vous permet de spécifier différentes options :
 « Supprimer les radicaux alphanumériques » : si les matricules des points topographiques sélectionnés pour l’écriture du
fichier contiennent des radicaux, ceux-ci seront automatiquement supprimés si cette case est cochée. Par exemple, le matricule
du point EU.123 sera transformé en 123 dans le fichier.
 « Supprimer les points d’altitude nulle » : si cette case est cochée, les points sans altitude (à Z = 0.0 dans AutoCAD®) seront
automatiquement omis lors de l’écriture du fichier.
• « Alignements dans les colonnes » : ce sous-groupe de paramètres permet d’indiquer les côtés d’alignement des matricules
et codes symboles dans leurs colonnes respectives. Cliquez sur les boutons pour sélectionner les modes d’alignement désirés.

76 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

Le menu « Fichier » permet de gérer différents fichiers de paramétrage.


Les combinaisons de touches à la droite des options indiquent que ces options sont accessibles via des
raccourcis clavier. Ainsi, si vous tapez la combinaison <Contrôle+O>, le dialogue d’ouverture d’un fichier
de configuration sera affiché.
• « Nouveau » : crée un nouveau fichier de configuration avec les paramètres par défaut. Si la
configuration courante a été modifiée, il vous sera demandé si elle doit être enregistrée.
• « Ouvrir… » : permet de sélectionner sur le disque le fichier de configuration à ouvrir.
Les fichiers de configuration sont généralement enregistrés dans le sous-répertoire
\Config du répertoire d’installation de COVADIS, et ont l’extension ‘col’.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour enregistrer les modifications apportées
à la configuration courante. Si aucun nom n’a encore été affecté à cette configuration
(SansNom.col), c’est l’option suivante qui doit être utilisée.
• « Enregistrer sous… » : cette option permet d’enregistrer la configuration courante tout en spécifiant le nom du fichier à créer
ainsi que l’emplacement où il doit être enregistré.
• « Quitter » : termine le dialogue de gestion des configurations. Si la configuration courante a été modifiée, il vous sera demandé
si elle doit être sauvegardée.
L’appui sur le bouton libellé « Terminer » est équivalent à la sélection de l’option « Quitter » du menu, ainsi qu’à l’appui sur
l’icône de fermeture de la fenêtre .

IV.14.2.2. Paramétrage du format avec séparateurs

Un fichier de points est au format avec séparateur


lorsque les valeurs sur les lignes sont séparées par un
caractère particulier (une virgule par exemple) ou par
un ou plusieurs espaces.
Vous devez indiquer le caractère à utiliser pour séparer
les données sur les lignes du fichier. Sélectionnez
l’option « Espace(s) » si un espace doit être placé
entre deux valeurs consécutives.
Donnez aussi l’ordre dans lequel doivent se trouver les
données sur une ligne du fichier, 0 indiquant une
valeur non présente.
Vous remarquerez la zone « Format des données »
vous permettant de vérifier à tout moment la validité
du paramétrage.

Le groupe d’éléments Paramètres pour l’écriture vous permet de spécifier différentes options :
 « Supprimer les radicaux alphanumériques » : si les matricules des points topographiques sélectionnés pour l’écriture du
fichier contiennent des radicaux, ceux-ci seront automatiquement supprimés si cette case est cochée. Par exemple, le matricule
du point EU.123 sera transformé en 123 dans le fichier.
 « Supprimer les points d’altitude nulle » : si cette case est cochée, les points sans altitude (à Z = 0.0 dans AutoCAD®) seront
automatiquement omis lors de l’écriture du fichier.
• « Nombre de décimales » : utilisez cette liste jaillissante pour spécifier le nombre de décimales pour l’écriture des
coordonnées dans le fichier de points.

Comme pour le format colonné vu précédemment, le menu « Fichier » permet de gérer différents fichiers de paramétrage.
L’appui sur le bouton libellé « Terminer » est équivalent à la sélection de l’option « Quitter » du menu, ainsi qu’à l’appui sur
l’icône de fermeture de la fenêtre .

77 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.14.2.3. Paramétrage du format Leica®

Le paramétrage de l’écriture des fichiers de points au


format Leica® se fait à l’aide du dialogue ci-contre.

1. Format des données


Ce groupe de paramètres vous permet d’indiquer si les
données doivent être écrites sur 8 ou 16 caractères.
Dans le cas des données écrites sur 8 caractères, il peut
être nécessaire d’effectuer un changement de repère
(décalage d’origine) si les coordonnées sont trop grandes.
En effet, si une abscisse de 351200.000 doit être écrite
dans le fichier, il faudra 10 caractères pour ne pas perdre
une partie des données, ou soustraire 350000 à la valeur
(et à toutes les autres abscisses du fichier) pour revenir à
des valeurs plus faibles.

Si la case «  Ecrire la ligne de fin de fichier » (! ----+) est cochée, cette séquence de caractères (nécessaire à certains systèmes)
sera automatiquement écrite à la fin du fichier de points.

2. Paramètres pour l’écriture


 « Supprimer les radicaux alphanumériques » : si les matricules des points topographiques sélectionnés pour l’écriture du
fichier contiennent des radicaux, ceux-ci seront automatiquement supprimés si cette case est cochée. Par exemple, le matricule
du point EU.123 sera transformé en 123 dans le fichier.
 « Supprimer les points d’altitude nulle » : si cette case est cochée, les points sans altitude (à Z = 0.0 dans AutoCAD®) seront
automatiquement omis lors de l’écriture du fichier.
• « Nombre de décimales » : utilisez cette liste jaillissante pour spécifier le nombre de décimales à ajouter à la valeur 3
(minimum) pour l’écriture des coordonnées dans le fichier de points.

3. Ecriture du code symbole


Si vous désirez faire apparaître le code symbole des points topographiques dans le fichier au format Leica® choisissez l’une des
options «  Avant le point » et «  Après le point ». Ceci est nécessaire puisque ces valeurs ne peuvent pas être mises sur les
lignes de données (11…), mais doivent se trouver sur des lignes de commande particulières (41…).
La zone d’édition « Commande » vous permet de spécifier le label de la commande correspondant au code symbole. Si cette zone
reste vide, le code sera directement placé après le label 41 :
41xxxx+0000SY12 où SY12 est le code symbole du point topographique
si une valeur est indiquée dans cette zone, comme par exemple code_sym, la ligne de commande deviendra :
41xxxx+code_sym 42.…+0000SY12 où SY12 est le code symbole du point topographique

4. Décalage d’origine
Entrez dans les zones de saisie les valeurs à soustraire aux abscisses (X) et ordonnées (Y) de tous les points topographiques
sélectionnés avant leur écriture dans le fichier.
Ce décalage ne peut être utilisé qu’avec le format de données sur 8 caractères. Il est inutile si les coordonnées restent inférieures à
10000.0 et que le nombre de décimales n’est pas supérieur à 3.

Comme pour les formats vus précédemment, le menu « Fichier » permet de gérer différents fichiers de paramétrage.

L’appui sur le bouton libellé « Terminer » est équivalent à la sélection de l’option « Quitter » du menu, ainsi qu’à l’appui sur
l’icône de fermeture de la fenêtre .

78 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.14.2.4. Paramétrage du format Sokkia®

Le paramétrage de l’écriture des fichiers de points au format


Sokkia® se fait à l’aide du dialogue ci-contre.

1. Format des données


Deux types de formats sont disponibles pour l’écriture des
fichiers Sokkia® : SDR20 et SDR33.
Le format SDR20 se caractérise par une longueur de 4
caractères pour les matricules des points et une longueur de 10
caractères pour les coordonnées.
Le format SDR33 permet, quant à lui, d’écrire les matricules
et les coordonnées sur 16 caractères.
Exemple de débuts de fichiers (point 40) :
SDR20 00EDSDR20
10NMFileExportPts
08TP0040350544.209251000.446 243.049
SDR33 00EDSDR33
10NMFileExportPts
8TP0000000000000040 350544.209 251000.446 243.049

2. Décalage d’origine
Entrez dans les zones de saisie les valeurs à soustraire aux abscisses (X) et ordonnées (Y) de tous les points topographiques
sélectionnés avant leur écriture dans le fichier.
Ce décalage est nécessaire pour le format SDR20 si le nombre de caractères pour les coordonnées est supérieur à 10.

3. Paramètres pour l’écriture


 « Supprimer les radicaux alphanumériques » : si les matricules des points topographiques sélectionnés pour l’écriture du
fichier contiennent des radicaux, ceux-ci seront automatiquement supprimés si cette case est cochée. Par exemple, le matricule
du point EU.123 sera transformé en 123 dans le fichier.
 « Supprimer les points d’altitude nulle » : si cette case est cochée, les points sans altitude (à Z = 0.0 dans AutoCAD®) seront
automatiquement omis lors de l’écriture du fichier.
 « Ecrire le code symbole » : cochez cette case pour que le code symbole soit ajouté à la fin des lignes de données pour les
points topographiques qui en possèdent un.
• « Nombre de décimales » : utilisez cette liste jaillissante pour spécifier le nombre de décimales pour l’écriture des
coordonnées dans le fichier de points.

Comme pour les formats vus précédemment, le menu « Fichier » permet de gérer différents fichiers de paramétrage.

L’appui sur le bouton libellé « Terminer » est équivalent à la sélection de l’option « Quitter » du menu, ainsi qu’à l’appui sur
l’icône de fermeture de la fenêtre .

79 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.14.2.5. Paramétrage du format Excel®

Le paramétrage de l’écriture du fichier de points au format


Excel se fait à l’aide de la boîte de dialogue montrée en
exemple ci-contre.

Le paramétrage est relativement simple : dans la partie gauche


du dialogue, vous indiquez les options de traitement des
matricules et des altitudes (voir la paragraphe précédent), et
dans la partie droite, vous spécifiez les colonnes contenant les
données utiles (matricule du point, X, Y, Z et code symbole).

REMARQUES :
 Les deux formats de fichiers XLS et XLSX sont pris en compte par la commande.
 Le fichier de configuration Defaut.cxl n’est pas fourni par défaut mais il sera automatiquement créé lors de la première
demande de paramétrage.

IV.14.3. Recherche des codes symboles


Si les codes symboles doivent être écrits dans le fichier de
points, deux méthodes sont proposées :
• utilisation de la valeur contenue dans l’attribut COD
des points topographiques sélectionnés,
• recherche du symbole présent au même point qu’un
point topographique et utilisation de son nom de bloc.
Dans le cas où les deux cases relatives aux deux méthodes sont cochées, une troisième vous permet de donner la priorité à l’une ou
l’autre des valeurs.

REMARQUE :
Dans le cas où le code symbole correspondrait au nom des blocs insérés et que deux blocs se trouvent au point d’insertion du
point topographique, les deux noms des blocs seront concaténés. Exemple : si les blocs PTT01 et ECL03 sont placés au même
point, la chaîne inscrite dans le fichier sera : ‘PTT01 + ECL03’.

IV.14.4. Exemples de fichiers de points

 GéoBase COVADIS
000001 Point P.1005 0 350175.3301 212140.3153 174.2856 gw06
000002 Point P.1006 0 350175.9522 212140.7680 172.6598
000003 Point P.1009 0 350170.0474 212144.5434 173.5482
000004 Point P.1010 0 350173.1806 212146.7534 173.8214
000005 Point P.1011 0 350176.2582 212148.9240 174.0254
000006 Point P.1015 0 350171.7566 212141.5848 174.3265 v017
000007 Point P.1016 0 350175.6769 212144.2709 174.3564 v017
000008 Point P.1017 0 350179.5808 212147.2061 173.8234 v017
000009 Point P.1041 0 350175.6896 212133.9534 173.9962
000010 Point P.1143 0 350180.7392 212135.3841 172.1485 gw01
000011 Point P.1144 0 350182.1492 212136.3786 0.0000
000012 Point P.1145 0 350182.2957 212135.6322 0.0000
000013 Point P.1146 0 350182.6380 212142.5981 172.7234 gw05
000014 Point P.1147 0 350182.0779 212142.5670 0.0000

80 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

 Format colonné (radicaux supprimés)


1005 350175.330 212140.315 174.286 gw06
1006 350175.952 212140.768 172.660
1009 350170.047 212144.543 173.548
1010 350173.181 212146.753 173.821
1011 350176.258 212148.924 174.025
1015 350171.757 212141.585 174.327 v017
1016 350175.677 212144.271 174.356 v017
1017 350179.581 212147.206 173.823 v017
1041 350175.690 212133.953 173.996
1143 350180.739 212135.384 172.149 gw01
1144 350182.149 212136.379 0.000
1145 350182.296 212135.632 0.000
1146 350182.638 212142.598 172.723 gw05
1147 350182.078 212142.567 0.000

 Format Topojis®-PC (points d’altitude nulle supprimés)


P.1005:X=350175.330,Y=212140.315,Z=174.286,C=gw06
P.1006:X=350175.952,Y=212140.768,Z=172.660
P.1009:X=350170.047,Y=212144.543,Z=173.548
P.1010:X=350173.181,Y=212146.753,Z=173.821
P.1011:X=350176.258,Y=212148.924,Z=174.025
P.1015:X=350171.757,Y=212141.585,Z=174.327,C=v017
P.1016:X=350175.677,Y=212144.271,Z=174.356,C=v017
P.1017:X=350179.581,Y=212147.206,Z=173.823,C=v017
P.1041:X=350175.690,Y=212133.953,Z=173.996
P.1143:X=350180.739,Y=212135.384,Z=172.149,C=gw01
P.1144:X=350182.149,Y=212136.379
P.1145:X=350182.296,Y=212135.632
P.1146:X=350182.638,Y=212142.598,Z=172.723,C=gw05
P.1147:X=350182.078,Y=212142.567

 Format Leica (8 caractères, décalage 350000,212000, code avant)


410001+code_sym 42....+0000gw06
110002+00P.1005 81..10+00175330 82..10+00140315 83..10+00174286
110003+00P.1006 81..10+00175952 82..10+00140768 83..10+00172660
110004+00P.1009 81..10+00170047 82..10+00144543 83..10+00173548
110005+00P.1010 81..10+00173181 82..10+00146753 83..10+00173821
110006+00P.1011 81..10+00176258 82..10+00148924 83..10+00174025
410007+code_sym 42....+0000V017
110008+00P.1015 81..10+00171757 82..10+00141585 83..10+00174327
410009+code_sym 42....+0000V017
110010+00P.1016 81..10+00175677 82..10+00144271 83..10+00174356
410011+code_sym 42....+0000V017
110012+00P.1017 81..10+00179581 82..10+00147206 83..10+00173823
110013+00P.1041 81..10+00175690 82..10+00133953 83..10+00173996
410014+code_sym 42....+0000gw01
110015+00P.1143 81..10+00180739 82..10+00135384 83..10+00172149
110016+00P.1144 81..10+00182149 82..10+00136379 83..10+00000000
110017+00P.1145 81..10+00182296 82..10+00135632 83..10+00000000
410018+code_sym 42....+0000gw05
110019+00P.1146 81..10+00182638 82..10+00142598 83..10+00172723
110020+00P.1147 81..10+00182078 82..10+00142567 83..10+00000000

 Format Leica (16 caractères, pas de code)


*110001+0000000000P.1005 81..10+0000000350175330 82..10+0000000212140315 83..10+0000000000174286
*110002+0000000000P.1006 81..10+0000000350175952 82..10+0000000212140768 83..10+0000000000172660
*110003+0000000000P.1009 81..10+0000000350170047 82..10+0000000212144543 83..10+0000000000173548
*110004+0000000000P.1010 81..10+0000000350173181 82..10+0000000212146753 83..10+0000000000173821
*110005+0000000000P.1011 81..10+0000000350176258 82..10+0000000212148924 83..10+0000000000174025
*110006+0000000000P.1015 81..10+0000000350171757 82..10+0000000212141585 83..10+0000000000174327
*110007+0000000000P.1016 81..10+0000000350175677 82..10+0000000212144271 83..10+0000000000174356
*110008+0000000000P.1017 81..10+0000000350179581 82..10+0000000212147206 83..10+0000000000173823
*110009+0000000000P.1041 81..10+0000000350175690 82..10+0000000212133953 83..10+0000000000173996
*110010+0000000000P.1143 81..10+0000000350180739 82..10+0000000212135384 83..10+0000000000172149
*110011+0000000000P.1144 81..10+0000000350182149 82..10+0000000212136379 83..10+0000000000000000
*110012+0000000000P.1145 81..10+0000000350182296 82..10+0000000212135632 83..10+0000000000000000
*110013+0000000000P.1146 81..10+0000000350182638 82..10+0000000212142598 83..10+0000000000172723
*110014+0000000000P.1147 81..10+0000000350182078 82..10+0000000212142567 83..10+0000000000000000

81 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

 Format Spectra Precision


5=P.1005 5=P.1010 5=P.1016 5=P.1143 5=P.1146
37=350140.3153 37=350146.7534 37=350144.2709 37=350135.3841 37=350142.5981
38=212175.3301 38=212173.1806 38=212175.6769 38=212180.7392 38=212182.6380
39=174.286 39=173.821 39=174.356 39=172.149 39=172.723
4=gw06 5=P.1011 4=V017 4=gw01 4=gw05
5=P.1006 37=350148.9240 5=P.1017 5=P.1144 5=P.1147
37=350140.7680 38=212176.2582 37=350147.2061 37=350136.3786 37=350142.5670
38=212175.9522 39=174.025 38=212179.5808 38=212182.1492 38=212182.0779
39=172.660 5=P.1015 39=173.823 39=0.0000 39=0.0000
5=P.1009 37=350141.5848 4=V017 5=P.1145
37=350144.5434 38=212171.7566 5=P.1041 37=350135.6322
38=212170.0474 39=174.327 37=350133.9534 38=212182.2957
39=173.548 4=V017 38=212175.6896 39=0.0000
39=173.996

 Format Sokkia SDR20


00EDSDR20
10NMFileExportPts
08TP1005350175.330212140.315 174.286gw06
08TP1006350175.952212140.768 172.660
08TP1009350170.047212144.543 173.548
08TP1010350173.181212146.753 173.821
08TP1011350176.258212148.924 174.025
08TP1015350171.757212141.585 174.327V017
08TP1016350175.677212144.271 174.356V017
08TP1017350179.581212147.206 173.823V017
08TP1041350175.690212133.953 173.996
08TP1143350180.739212135.384 172.149gw01
08TP1144350182.149212136.379 000.000
08TP1145350182.296212135.632 000.000
08TP1146350182.638212142.598 172.723gw05
08TP1147350182.078212142.567 000.000

 Format Sokkia SDR33


00EDSDR33
10NMFileExportPts
08TP0000000000P.1005 175.330 140.315 0.000gw06
08TP0000000000P.1006 175.952 140.768 0.000
08TP0000000000P.1009 170.047 144.543 0.000
08TP0000000000P.1010 173.181 146.753 0.000
08TP0000000000P.1011 176.258 148.924 0.000
08TP0000000000P.1015 171.757 141.585 0.000V017
08TP0000000000P.1016 175.677 144.271 0.000V017
08TP0000000000P.1017 179.581 147.206 0.000V017
08TP0000000000P.1041 175.690 133.953 0.000
08TP0000000000P.1143 180.739 135.384 0.000gw01
08TP0000000000P.1144 182.149 136.379 0.000
08TP0000000000P.1145 182.296 135.632 0.000
08TP0000000000P.1146 182.638 142.598 0.000gw05
08TP0000000000P.1147 182.078 142.567 0.000

82 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.15. ÉDITION D’UN POINT

Cette fonction permet de modifier les caractéristiques suivantes d’un point topographique :
• calque d’insertion,
• coordonnées du point d’insertion (X, Y et Z),
• angle de rotation,
• facteurs d’échelle (en X, Y et Z),
• valeur des attributs matricule, altitude et code symbole (si présents).

Un exemple du dialogue de paramétrage vous est montré ci-contre.


Le premier groupe de paramètres permet de modifier les valeurs des attributs du
bloc, alors que le second peut être utilisé pour les caractéristiques de l’insertion
de blocs.

4. Attributs du point topographique


Les trois zones de saisie vous permettent de modifier les valeurs des trois
principaux attributs des points topographiques. Si une des zones est désactivée,
cela indique que le point topographique courant ne possède pas l’attribut
correspondant. Le bouton permet de remplacer le matricule courant par un
nouveau matricule composé du préfixe et du « plus grand numéro + 1 ».

5. Paramètres d’insertion du bloc


• « Bloc inséré » : rappelle le nom du bloc point topographique.
• « Calque » : permet de changer le calque d’insertion du bloc point en tapant
son nom dans la zone d’édition ou en le sélectionnant dans la liste des calques
du dessin après avoir cliqué sur le bouton . Si le nom saisi ne correspond
pas à un calque existant, celui-ci sera automatiquement créé après la
validation des modifications.
• « Point d’insertion » : vous pouvez entrer les coordonnées du point d’insertion du bloc dans les zones de saisie ou cliquer sur
le bouton pour l’indiquer graphiquement.
• « Angle de rotation » : comme précédemment l’angle de rotation du bloc point peut être donné dans la zone de saisie ou
graphiquement après avoir cliqué sur le bouton .
• « Facteurs d’échelle » : ces trois zones d’édition permettent de spécifier de nouveaux facteurs d’échelle en X, Y et Z pour le
point topographique.

Pour valider les modifications effectuées, il vous suffit de cliquer sur le bouton « OK » ou sur le bouton « Appliquer ». Ce dernier
vous permet en outre de ne pas quitter le dialogue, soit pour effectuer une autre modification, soit pour sélectionner dans le dessin
un autre point topographique à éditer grâce au bouton .

REMARQUES :
 La valeur de l’attribut altitude (s’il est présent dans le bloc point topographique) est automatiquement mise à jour après chaque
changement dans la zone d’édition « Z = ».
 Le champ « Z = » est affiché en orange si la valeur est nulle et si l’option « Z = 0 => orange » de la liste des points
topographiques est cochée.
 Si le point topographique modifié est contenu dans la liste globale (voir les paragraphes IV.8, IV.9 et IV.10) celle-ci sera
automatiquement mise à jour après la commande d’édition.

83 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.16. MENU CONTEXTUEL

Un menu contextuel, accessible par un clic-droit, a été mis en place pour les blocs « Points topographiques ». Il propose des
commandes permettant d’agir sur les points topographiques sélectionnés.

• « Edition » : cette fonction, grisée si plusieurs points topos. sont sélectionnés, affiche le dialogue d’édition d’un point topo
permettant de modifier ses caractéristiques (valeur des attributs matricule, altitude et code symbole, coordonnées X Y et Z,
angle de rotation, facteurs d’échelle, calque d’insertion).
• « Afficher les photos » : cette fonction concerne les points topographiques ayant un lien avec des photographies prises sur le
terrain, c’est-à-dire ayant un attribut ATT_PHOTO et contenant le chemin complet vers la photo.
• « Attribut ALT => Z Point » : cette fonction permet de mettre à jour les altitudes d’insertion des points topographiques
sélectionnés à partir du contenu de leur attribut altitude.
• « Z Point => Attribut ALT » : cette fonction permet de mettre à jour les attributs altitudes des points topographiques
sélectionnés à partir de leur altitude d’insertion
• « Sélectionner similaires » : cette fonction crée un jeu de sélection des points topographiques du dessin ayant le même nom
et le même calque.
• « Hauteur des matricules » : cette fonction permet de modifier la hauteur de texte de tous les attributs matricules des points
topographiques sélectionnés
• « Hauteur des altitudes » : cette fonction permet de modifier la hauteur de texte de tous les attributs altitudes des points
topographiques sélectionnés
• « Décalage des matricules » : cette fonction permet de modifier la position des attributs matricules par rapport aux points
d’insertion des points topographiques
• « Décalage des altitudes » : cette fonction permet de modifier la position des attributs altitudes par rapport aux points
d’insertion des points topographiques
• « Mettre en 2D » : cette fonction déplace le point d’insertion à Z=0.0, sans changer la valeur de l’attribut altitude.
• « Suppression points doubles » : cette commande supprime des points trop proches, en comparant la position des points
deux à deux et supprime le premier créé pour n’en garder qu’un seul.
• « Dessiner le tableau des points » : cette fonction permet de dessiner un tableau des coordonnées des points topographiques
directement dans AutoCAD®.
• « Rotation attributs / point » : cette fonction permet de faire tourner les attributs des points topographiques.
• « Réajustement / symbole » : cette fonction permet de modifier les points topographiques sélectionnés en déplaçant les
attributs matricule et altitude de telle sorte qu’ils ne chevauchent plus les symboles insérés aux mêmes points.

84 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.17. SÉLECTION PAR MATRICULES

Cette fonction permet de créer un jeu de sélection contenant uniquement les points topographiques dont les matricules sont entrés
sur la ligne de commande.
Ceci implique que la liste des points topographiques (voir § IV.14) doit avoir préalablement été créée et que seuls les points contenus
dans la liste seront pris en compte.

Les matricules des points sont entrés sur la ligne de commande :


Matricules des points à sélectionner ou [Retirer/Sortir] <Sortir> :
L’option « Retirer » vous permet d’entrer les matricules des points à retirer de la sélection, alors que l’option « Sortir » vous permet
de valider la création du jeu de sélection.

Différentes méthodes peuvent être utilisées pour indiquer les matricules :


• <matricule> pour donner un matricule unique. Dans ce cas le point correspondant (s’il est présent dans la liste) sera mis dans
la sélection.
• <matricule_1>,<matricule_2>, ... ,<matricule_n> pour donner une série de matricules. Dans ce cas les points correspondant
aux matricules spécifiés (s’ils sont présents dans la liste) seront ajoutés dans la sélection.
• <matricule_1>–<matricule_n> pour donner une série de matricules. Dans ce cas, les points correspondant aux matricules
indiqués, ainsi que tous les points de matricule intermédiaire, seront mis dans la sélection.
Les deux dernières méthodes peuvent être utilisées sur une même ligne de matricules pour indiquer un grand nombre de points à
mettre dans la sélection :
<matricule>,<série de matricule>,<série de matricules>,<matricule>, …
Soit par exemple :
100-200,250-275,300,302,400-500

La sélection pourra être utilisée lors de la prochaine demande d’un choix d’objets en tapant simplement « P » au clavier (pour
« sélection Précédente »).

REMARQUES :
 Les séries de matricules peuvent être données dans l’ordre croissant ou décroissant des matricules. Ainsi « 100−105 » et
« 105−100 » sont toutes les deux des séries correctes.
 Si l’un des matricules d’une série n’existe pas dans la liste des points topographiques, le reste de la série sera quand même
pris en compte et un message d’avertissement sera affiché :
Attention : matricule '109' non trouvé !

IV.18. SÉLECTION PAR POLYLIGNE (TRAJET)

Cette fonction permet de mettre dans un jeu de sélection les points topographiques se trouvant sur le passage des polylignes
sélectionnées graphiquement ou par calques.
Le message suivant est affiché sur la ligne de commande pour vous inviter à effectuer une sélection de polylignes :
Indiquez les polylignes de sélection ou [caLques] :
Tapez « L » ou chosissez l’option « caLques » pour sélectionner toutes les polylignes contenues dans un ou plusieurs calques.

Une fois les polylignes indiquées, les messages suivants vous récapitulent les nombres de polylignes choisies et de points
topographiques mis dans la sélection :
1 polyligne(s) sélectionnée(s).
=> 12 point(s) topographique(s) dans la sélection.

La sélection pourra être utilisée lors de la prochaine demande d’un choix d’objets en tapant simplement « P » au clavier (pour
« sélection Précédente »).

85 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.19. SÉLECTION PAR CONTOUR (CAPTURE)

Cette fonction permet de mettre dans un jeu de sélection les points topographiques se trouvant à l’intérieur ou sur le passage des
polylignes fermées sélectionnées graphiquement ou par calques.
Le message suivant est affiché sur la ligne de commande pour vous inviter à effectuer une sélection de polylignes :
Indiquez les polylignes de sélection ou [caLques] :
Tapez « L » ou choisissez l’option « caLques » pour sélectionner toutes les polylignes contenues dans un ou plusieurs calques.
Une fois les polylignes indiquées, les messages suivants vous récapitulent les nombres de polylignes choisies et de points
topographiques mis dans la sélection :
2 contour(s) sélectionné(s).
=> 13 point(s) topographique(s) dans la sélection.

La sélection pourra être utilisée lors de la prochaine demande d’un choix d’objets en tapant simplement « P » au clavier (pour
« sélection Précédente »).

IV.20. SÉLECTION PAR BANDE DE RECHERCHE

Cette commande du sous-menu Points topographiques permet de créer un jeu de sélection contenant uniquement les points
topographiques positionnés à l’intérieur d’une bande de recherche autour d’une polyligne.
Cliquez les points ou [Polyligne] : P
Sélectionnez une polyligne (2D ou 3D) non fermée

Demi-largeur de la bande de recherche :


Demi-largeur = 10.848 mètres.

=> 7 points topographiques dans la sélection.

Après avoir cliqué les points ou sélectionné une polyligne existante, déplacez le curseur pour visualiser dynamiquement la bande de
recherche. Cliquez dans le dessin pour valider la largeur de la bande de recherche affichée à l’écran, ou entrez manuellement une
valeur de largeur.
Les points topographiques capturés dans la bande de recherche forment un jeu de sélection, et leur nombre est affiché à la ligne de
commande.

Exemple de sélection par bande de recherche autour d’une polyligne tiretée.

86 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.21. BASCULEMENT DE FAÇADE

Cette commande permet d’effectuer des changements de repère en vue de transformer un semis de points levés sur une façade en un
semis de points disposés dans un plan parallèle à (xOy).

IV.21.1. Saisie des points

La saisie des points s’effectue dans la fenêtre ci-contre


qui s’organise en trois zones : les deux points de base,
le filtrage des points topographiques à transformer et
un tableau de résultats.
6. Sélection des deux points de base de la façade

Les boutons permettent de sélectionner les points


de base de la façade.
Le programme affiche ce message :
Sélectionnez le point (<Entrée> =
aucune / point) :
Vous pouvez sélectionner un point avec la souris ou
faire <Entrée> pour entrer un matricule :

Le programme affiche alors cette invite en ligne de


commande :
Sélectionnez le point ou entrez le
matricule :
Les coordonnées ainsi que le matricule sont affichés à côté du bouton de sélection.
7. Les points topographiques à traiter

Ce groupe de paramètres permet de configurer la sélection des points topographiques à traiter.


 « Nom(s) des blocs points + calque(s) » : les blocs points topographiques seront sélectionnés à partir des informations
données dans les deux listes de droite : noms des blocs et calques d’insertion des blocs.
Le bouton permet de choisir les noms des blocs à traiter alors que le bouton permet de choisir leurs calques de dessin.
Le bouton permet, quant à lui, de supprimer un élément sélectionné dans une liste.
 « Sélection manuelle » : indique que les points topographiques seront sélectionnés manuellement.
Si la case «  Utiliser pour filtrer la sélection manuelle est cochée », les points topographiques sélectionnés devront
correspondre obligatoirement aux noms de blocs et aux calques indiqués dans les listes.
Après validation du dialogue, vous devrez sélectionner graphiquement les points topographiques à traiter dans le dessin.
Si vous avez opté pour la sélection manuelle, le programme demandera de sélectionner les points à traiter avant même d’afficher
la fenêtre ci-dessus.
 « Tous les points du dessin » : choisissez cette option si tous les points topographiques présents dans le dessin courant doivent
être traités. Seuls les blocs possédant l’attribut matricule (MAT ou NUMERO) seront pris en compte.
 « Tous les points contenus dans la liste » : si cette option est disponible, cela indique que la liste des points topographiques
pour le dessin courant n’est pas vide. Choisissez l’option pour prendre en compte les points de la liste des points topographiques
lors le traitement.
Si la case «  Filtrage par matricules » est cochée, seuls les points topographiques dont le matricule est supérieur ou égal à la
valeur de « Premier matricule » et inférieur ou égal à la valeur de « Dernier matricule » seront pris en compte pour le traitement.
Ceci vous permet de traiter une plage de matricules.

87 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

8. Le tableau de résultats

Ce tableau affiche un point par ligne. Les colonnes contiennent le matricule, les coordonnées et l’écart (positif ou négatif) du point
au plan vertical passant par les deux points de base de la façade.
Il est possible de sélectionner des points dans le tableau avec la souris et les touches <Ctrl> et <Shift>. Une
fois la sélection réalisée, vous avez accès au menu contextuel ci-contre par le clic droit de la souris.
Ce menu permet de supprimer de la liste le(s) point(s) sélectionné(s). Vous pouvez aussi activer ou désactiver
la sélection. Les points désactivés n’ont pas de coche devant le matricule et ne seront pas traités.
Le tri des points topographiques s’effectue en cliquant sur les colonnes « Matricule » ou « Ecart ». Cela permet, entre autres, de
sélectionner plus facilement les points dont l’écart à la façade est trop important pour ensuite les supprimer ou les désactiver.

IV.21.2. Les paramètres du basculement de façade

Le bouton <Paramètres…> ouvre la fenêtre ci-contre qui


permet de paramétrer le traitement à effectuer.
Le traitement peut, soit copier les points, soit les déplacer.
Dans l’hypothèse d’une copie, vous devez choisir le fichier de
définition pour les nouveaux points. Vous pouvez également
changer les matricules des copies soit en ajoutant un préfixe soit
en démarrant une nouvelle numérotation.
Le calque des nouveaux points topographiques est :
• soit le calque courant,
• soit le calque défini dans le fichier ‘bpt’,
• soit un autre calque dont vous aurez donné le nom et la
couleur,
• soit le calque du point d’origine (utile si les points sont dans
des calques différents qu’on souhaite conserver).

Le matricule des nouveaux points peut être complété par un


préfixe, ou leurs numérotations peut être réinitialisée.
En cochant la case « Projeter les points sur le plan de la façade (Z = Constante) », les nouveaux point se trouveront tous à la
même altitude après transformation.
Vous pouvez garder une trace des écarts à la façade en écrivant cette valeur dans l’attribut COD, dans l’attribut ALT ou dans
l’altitude du nouveau point topographique.

88 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

IV.22. DÉCOMPOSITION DES BLOCS

Certains applicatifs fonctionnant dans l’environnement AutoCAD® nécessitent des points topographiques représentés par des entités
de types POINT (pour le piqué) et TEXTE (pour les matricules et les altitudes). COVADIS utilisant une structuration des données
différentes (bloc point topographique avec attributs), cette fonction permet d’effectuer une transformation automatique d’un semis
de points pour résoudre cet inconvénient.
Le dialogue de paramétrage vous permet de sélectionner les
blocs à traiter selon trois modes :
 « Nom(s) des blocs + calque(s) » : tous les blocs dont
les noms sont indiqués dans la première liste et se trouvant
dans les calques spécifiés dans l’autre liste seront pris en
compte pour le traitement.
 « Sélection manuelle » : les blocs seront sélectionnés
graphiquement par l’utilisateur.
Si au moins l’une des listes n’est pas vide et que la case
«  Utiliser pour filtrer la sélection manuelle » est
cochée, les noms de blocs et/ou de calques seront pris en
compte pour filtrer la sélection et donc, pour ne garder
que les blocs correspondants dans la sélection.
 « Tous les blocs avec attributs » : cette option indique
que tous les blocs avec attributs insérés dans le dessin
vont être traités.

Deux options de traitement sont en outre disponibles :


 « Créer un nouveau bloc avec la partie graphique des blocs décomposés » : si cette option est choisie, le programme
créera, pour chaque définition de bloc décomposé, une nouvelle définition comportant uniquement la partie graphique de l’ancien
bloc. Ceci évite de se retrouver, pour chaque insertion de bloc dans le dessin, avec l’ensemble des objets qui composaient les
définitions des blocs décomposés. Les noms des nouvelles définitions de blocs seront composés des anciens noms et du suffixe
‘_G’ pour indiquer qu’il s’agit de la partie graphique.
 « Supprimer les blocs originaux après décomposition » : si cette option est cochée, les blocs traités seront automatiquement
effacés du dessin après le traitement.

Les nouveaux objets créés iront dans les calques suivants :


• pour la partie graphique du bloc traité : nom du calque d’insertion + caractères ‘_G’ à la fin,
• pour les attributs : nom du calque de dessin de l’attribut + caractères ‘_T’ à la fin.

Exemple :
Soient les blocs points topographiques PointTopo, insérés dans le calque NouveauxPoints, définis par un point (partie
graphique) et par les attributs d’étiquettes MAT (matricule) et ALT (altitude) construits respectivement dans les calques TopoMat
et TopoAlt. La décomposition paramétrée comme dans la figure représentant le dialogue donnera le résultat suivant :
• création d’une entité de type POINT dans le calque NouveauxPoints_G pour chaque insertion du bloc traité,
• création d’une entité de type TEXTE dans le calque TopoMat_T pour chaque attribut matricule du bloc point,
• création d’une entité de type TEXTE dans le calque TopoAlt_T pour chaque attribut altitude du bloc point.

89 Dessin assisté
POINTS TOPOGRAPHIQUES

90 Dessin assisté
CONSTRUCTIONS DE POINTS

V. LES CONSTRUCTIONS DE POINTS

91 Dessin assisté
CONSTRUCTIONS DE POINTS

92 Dessin assisté
CONSTRUCTIONS DE POINTS

V.1. GÉNÉRALITÉS

Le sous-menu CONSTRUCTIONS DE POINTS de COVADIS permet d’insérer de nouveaux points


topographiques dans le dessin courant à partir de constructions géométriques diverses :
• gisement + distance,
• projection sur une droite,
• segment à l’orthogonale,
• rayonnement,
• intersections de deux ou trois cercles,
• intersection ligne – cercle,
• intersection de deux droites,
• intersection des parallèles à deux droites,
• abscisse curviligne sur un cercle,
• etc.

V.2. PARAMÉTRAGE DES POINTS TOPO

Cette fonction permet de configurer le point topographique à insérer


Si aucun point topographique n’est actuellement défini dans le dessin courant, le dialogue de paramétrage sera affiché avec le dernier
fichier de définition utilisé proposé par défaut. Sélectionnez le fichier de configuration à utiliser puis validez le dialogue comme
cela est décrit au paragraphe IV.2.2.
Si au moins un point topographique est maintenant défini dans le
dessin, le dialogue ci-contre est affiché pour vous permettre de
spécifier les différentes options pour l’insertion des points.

1. Bloc point topographique


Ce groupe de paramètres vous permet d’indiquer le nom du bloc point
topographique à utiliser ainsi que le calque d’insertion.
• « Nom du bloc » : sélectionnez dans cette liste jaillissante le nom
du point topographique à insérer. Tous les blocs points
topographiques actuellement définis dans le dessin (qui possèdent
l’attribut matricule MAT ou NUMERO) sont proposés.
• « Fichier de définition » : le nom du fichier de configuration du
bloc point est rappelé dans cette zone. S’il s’agit d’un dessin fait
avec une version précédente de COVADIS et que la mise à jour
du bloc point n’a pas été faite (voir § IV.3) le message
« (Inconnu) » sera affiché. Le bouton vous permet de choisir
un autre fichier de définition si nécessaire.
• « Calque d’insertion » : le dernier calque d’insertion utilisé pour
le bloc point sélectionné sera proposé par défaut. Gardez cette
valeur ou spécifiez-en une nouvelle dans la zone de saisie ou en
cliquant sur l’icône de choix .
• « Couleur de dessin » : cette couleur sera utilisée lors de la
création du calque d’insertion des points topographiques.

93 Dessin assisté
CONSTRUCTIONS DE POINTS

2. Matricule du premier point


Ces paramètres permettent de spécifier le matricule du prochain point topographique à créer.
Entrez le radical et l’indice du matricule dans les zones de saisie. Vous pouvez cliquer sur le bouton pour que le programme
recherche le plus grand indice utilisé dans le dessin courant pour un radical donné.
Si vous cochez la case «  Proposer avant l’insertion », chaque matricule vous sera proposé avant d’être utilisé pour l’insertion
du point topographique. Si la case n’est pas cochée, les indices des matricules seront automatiquement incrémentés après chaque
insertion de point.

3. Insertion des points


Indiquez dans ce groupe de paramètres si les nouveaux points topographiques doivent être insérés en 2D ou en 3D.
Le paramètre « Ecart minimal » vous permet de spécifier la distance en dessous de laquelle deux points sont considérés comme
identiques. Dans ce cas, il n’y aura pas d’insertion d’un nouveau point.
La comparaison des coordonnées peut être effectuée en 2D ou en 3D selon la valeur du paramètre de configuration générale
«  Tester le positionnement des nouveaux points en 3D » (voir le paragraphe I.1.2.2).
De plus, seuls les points contenus dans la liste des points topographiques sont pris en compte pour les comparaisons.

4. Attributs
On trouve, dans ce groupe de paramètres, un onglet pour chaque attribut
autre que le matricule présent dans la définition du bloc point.
Pour valider la création de l’attribut lors de l’insertion du bloc, enfoncez
le bouton « Créer l’attribut ».

Trois possibilités sont offertes pour renseigner les valeurs des attributs :
 « Aucune valeur » : l’attribut ne sera pas renseigné lors de l’insertion
du bloc.
 « Entrée manuelle » : vous devrez spécifier la valeur de l’attribut pour chaque nouveau point dessiné.
 « Valeur constante » : la valeur indiquée dans la zone de saisie sera automatiquement affectée pour cet attribut à tous les blocs
points topographiques insérés avec ce paramétrage.
Dans le cas de l’attribut altitude une option supplémentaire vous permet d’indiquer que la valeur de l’attribut doit être prise dans
l’altitude d’insertion des points topographiques. Le nombre de décimales pour le texte de l’attribut est alors paramétrable.

Cliquez sur le bouton « OK » pour valider le paramétrage des points topographiques.

REMARQUES :
 Si cette fonction n’a pas encore été utilisée dans le dessin courant et que la construction d’un nouveau point topographique
est demandée, elle sera automatiquement exécutée pour vous permettre de paramétrer l’insertion du nouveau point.
 Si le paramétrage de l’insertion des points topographiques a déjà été effectué dans le dessin courant, il sera automatiquement
pris en compte pour toutes les nouvelles constructions.

94 Dessin assisté
CONSTRUCTIONS DE POINTS

V.3. LES CONSTRUCTIONS DE POINTS

V.3.1. Point : Gisement + Distance / Base N Gisement 1

Permet de construire des points topographiques en indiquant un gisement et une distance


par rapport à un point de base. Si des points alignés doivent être dessinés, les distances
de construction doivent être données par rapport au point de base. Gisement 2

1. Indiquez le point de base de la construction. P1


d1 d3
2. Donnez le gisement vers le point à calculer. P3
3. Spécifiez la distance plane entre le point de base et le point à calculer. d2
P2
4. Entrez une nouvelle distance s’il y a des points alignés ou tapez <Entrée> pour sortir.
5. Donnez un nouveau gisement ou tapez <Entrée> pour quitter la fonction. Point de base

V.3.2. Point : Gisement + Distance / Précédent N Gisement 1

Permet de construire des points topographiques en indiquant un gisement et une distance


par rapport à un point de base. Si des points alignés doivent être dessinés, les distances
de construction doivent être données relativement aux points précédents (distances Gisement 2
partielles). P1
1. Indiquez le point de base de la construction. d1 d3
P3
2. Donnez le gisement vers le point à calculer. d2
P2
3. Spécifiez la distance plane entre le point de base et le point à calculer.
4. Entrez une nouvelle distance s’il y a des points alignés ou tapez <Entrée> pour sortir.
Point de base
5. Donnez un nouveau gisement ou tapez <Entrée> pour quitter la fonction.

V.3.3. Point : Projection


Points à projeter perpendiculairement

Permet de construire des points topographiques par projection de points le long d’une P3
droite, la projection pouvant être faite perpendiculairement à cette droite ou selon une
direction quelconque.
P1 P2
1. Donnez les deux points de la droite de projection. B
2. Sélectionnez la méthode de projection : perpendiculaire ou selon une direction. d3 P’3
3. Si la projection se fait selon une direction : spécifiez les deux points matérialisant P’2
cette dernière. A P’1
4. Indiquez les différents points à projeter sur la droite de projection. Points projetés
Droite de projection

V.3.4. Point : Orthogonale B


A P1
Droite de seuil
Permet de construire un point topographique sur une droite orthogonale à un segment
de seuil. La distance entre le point de base et le point à créer peut être spécifiée ou
P0
calculée par projection du point de base sur une ligne de seuil. Points
P’0
1. Donnez le point de base du calcul. de base
P0
2. Indiquez le second point du segment de base. Dist. 1 Seconds
points du
3. Spécifiez les deux points de la droite de seuil ou entrez la distance plane entre le segment
Dist. 2 P1
point de base et le point à créer. P’0
4. Spécifiez une nouvelle droite de seuil ou entrez une autre distance pour créer un P2
nouveau point dans la même direction.

95 Dessin assisté
CONSTRUCTIONS DE POINTS

V.3.5. Point : Rayonnement Point de base

Permet de construire un point topographique par rayonnement à partir d’un segment. P0


1. Donnez le point de base du calcul.
2. Indiquez le second point du segment de base (référence d’angle zéro). P’0
3. Entrez l’angle dans la direction du point à construire.
d1
4. Spécifiez la distance plane entre le nouveau point et le point de base. P1
5. Donnez un nouvel angle pour un autre point ou tapez <Entrée> pour sortir. Second point
du segment
Gisement relatif vers de base
le nouveau point

V.3.6. Point : Intersection de 2 cercles P2 Seconde


Premier solution
Permet de construire un point topographique à partir de l’intersection de deux cercles cercle r1
connus par leurs centres et rayons. S2
P1
1. Indiquez le centre du premier cercle.
2. Donnez le rayon du premier cercle.
P3
3. Indiquez le centre du second cercle. Première S1 r2 P4
4. Donnez le rayon du second cercle. solution

5. Si deux intersections ont été trouvées, cliquez près de celle qui doit être conservée
pour le dessin du point topographique.
Second cercle

V.3.7. Point : Intersection de 3 cercles Premier P2 Solution


cercle
Permet de construire un point topographique au point « moyen » de l’intersection de r1
trois cercles définis par leurs centres et rayons.
P1
1. Indiquez le centre du premier cercle.
2. Donnez le rayon du premier cercle. S
P3
3. Indiquez le centre du second cercle. P5 r2 P4
4. Donnez le rayon du second cercle. r3

5. Indiquez le centre du troisième cercle. P6 Second


Troisième cercle
6. Donnez le rayon du troisième cercle. cercle

V.3.8. Point : Intersection Ligne-Cercle Seconde


solution
Permet de construire un point topographique à partir de l’intersection d’un cercle connu
par son centre et son rayon et d’une droite définie par deux points. P4
Première S2
1. Indiquez le centre du cercle. solution
2. Donnez le rayon du cercle.
S1 P1
3. Spécifiez les deux points de la droite d’intersection. P3 r P2

4. Si deux intersections ont été trouvées, cliquez près de celle qui doit être conservée
Droite
pour le dessin du point topographique.
Cercle

V.3.9. Point : Intersection de 2 droites Première


droite Seconde
Permet de construire un point topographique à l’intersection de deux droites définies par droite
P1 P4
deux points chacune.
1. Indiquez le premier point sur la première droite. S

2. Indiquez le second point sur la première droite.


3. Indiquez le premier point sur la seconde droite. P3
4. Indiquez le second point sur la seconde droite. P2
Solution

96 Dessin assisté
CONSTRUCTIONS DE POINTS

V.3.10. Point : Intersection des parallèles à 2 droites Première


droite Seconde
Permet de construire un point topographique à l’intersection de deux parallèles à deux P1 droite
droites définies par deux points chacune. P4

1. Indiquez les deux points matérialisant la première droite. Première d1


parallèle
2. Indiquez les deux points matérialisant la seconde droite. S
3. Spécifiez le décalage de la première droite. P3 d2
4. Spécifiez le décalage de la seconde droite. P2

Seconde
Solution parallèle

V.3.11. Point : Abscisse sur cercle Point d’origine des


abscisses curvilignes
Permet de construire un point topographique sur un cercle à partir de l’abscisse
curviligne entre un point de départ et le point à créer.
P0
1. Indiquez le centre du cercle.
Abscisse
2. Spécifiez le point d’origine des abscisses curvilignes (ce point définit aussi le rayon curviligne
du cercle).
C
3. Entrez l’abscisse curviligne jusqu’au point à construire. P1
4. Donnez une autre abscisse pour construire un nouveau point ou tapez sur <Entrée>
pour terminer. Nouveau point
Cercle
construit

V.3.12. Point : Parallèle à Segment


à décaler
Permet de construire deux points topographiques à chaque extrémité de la parallèle à un P1
segment défini par deux points.
1. Indiquez le premier point du segment à décaler.
P’1 d
2. Indiquez le second point du segment à décaler.
3. Entrez la distance de décalage pour la construction des nouveaux points aux
P2
extrémités du segment décalé.
4. Entrez une nouvelle distance de décalage ou <Entrée> pour terminer.
P’2
Points construits

V.3.13. Point : Rayonnement + Pente


Distance
Permet de construire un nouveau point topographique par rayonnement à partir d’un Z plane
Gisement
point de base, mais en spécifiant en plus une pente (en %) servant à calculer l’altitude Y
du nouveau point par rapport à celle du point de base. d
1. Indiquez le point de base de la construction. P0 X
2. Spécifiez le gisement vers le point à construire. Point de
3. Donnez la distance plane (2D) entre les deux points. base
P1
pente
4. Entrez la pente (en %) vers le nouveau point. Point
calculé

97 Dessin assisté
CONSTRUCTIONS DE POINTS

V.3.14. Point : Ah + Av / plan vertical

Cette commande permet de construire des points topographiques par intersection d’une Station
direction et d’un plan vertical défini par deux points. Elle permet donc, par exemple, Référence
de calculer les points d’une façade (par gisement et angle vertical). des angles
S
Ah1
1. Indiquez la station du levé.
Ah2
Sélectionnez la station (<Entrée> = aucune / point) : R
1

2. Indiquez la hauteur d’instrument.


Hauteur d'instrument de la station <0.0000> : 1.652
P2
3. Indiquez la référence qui servira d’origine pour les angles horizontaux. P1
Sélectionnez la référence angulaire (<Entrée> = aucune / Ligne de seuil
point) :
4. Indiquez le premier et dernier point de la ligne de seuil définissant le plan vertical.
Premier point de la ligne de seuil ou [seGment/Dernier] <Dernier> :
Second point du segment :
5. Indiquez l’angle horizontal puis l’angle vertical en grades. La sortie de la commande s’effectue par <Echap>.
Angle horizontal pour le point <0.0000> : 100
Angle vertical pour le point <100.0000> :
6. Affichage des coordonnées et message en cas de débordement de la ligne de seuil.
Attention l'angle saisi n'est pas entre les points de la ligne de seuil !!!
Point calculé = 225440.987,116398.747,1.652
Point topographique '47' inséré en 225440.9872,116398.7469,0.0000.

Le programme reprend ensuite à l’étape numéro 5.

REMARQUE :
L’altitude des points créés est calculée avec le z d’insertion de la station et non la valeur de l’attribut ALT.

V.3.15. Point : Alignement compensé Premier point de


l’alignement
Permet de construire un point topographique sur un alignement en effectuant en plus P1
une compensation des distances. Second
point
1. Sélectionnez le mode de calcul : par distances ou par abscisses.
d1 P2
Construction à partir des distances : P3
d2
2. Indiquez le premier point de l’alignement. Distances
chaînées Point
3. Indiquez le second point de l’alignement. construit
4. Entrez la distance chaînée ou validez la valeur proposée.
5. Spécifiez la distance entre le nouveau point et le point de base.
Premier point de
6. Donnez une autre distance pour créer un nouveau point ou tapez <Entrée> pour finir. l’alignement
Construction à partir des abscisses : P1
Second
2. Indiquez le premier point de l’alignement. a0 point
3. Entrez l’abscisse correspondant au premier point (0.0 par défaut). 1
a1 P2
4. Indiquez le second point de l’alignement. Abscisses P3
5. Entrez l’abscisse du second point ou validez la valeur proposée.
a2 Point
6. Spécifiez l’abscisse du point à construire. construit
7. Donnez une autre abscisse pour créer un nouveau point ou tapez <Entrée> pour finir.

98 Dessin assisté
CONSTRUCTIONS DE POINTS

V.3.16. Point : Equerre compensée Premier point du


segment de base Point
construit
Permet de construire un point à la perpendiculaire d’un segment en effectuant en plus P1
une compensation des distances. Second P3
point
1. Sélectionnez le mode de calcul : par distances ou par abscisses.
d1 P2
Construction à partir des distances : d3

2. Indiquez le premier point du segment de base. Distances d2


chaînées
3. Indiquez le second point du segment de base.
4. Entrez la distance chaînée ou validez la valeur proposée.
5. Donnez la distance de départ de la perpendiculaire au segment.
Premier point du
6. Spécifiez la distance entre le segment et le nouveau point. segment de base Point
7. D’autres points peuvent être construits en revenant au point 5. P1
construit

Construction à partir des abscisses : Second P3


a0 point
2. Indiquez le premier point du segment de base. P2
a1
3. Entrez l’abscisse correspondant au premier point (0.0 par défaut). d3
Abscisses
4. Indiquez le second point du segment de base.
a2
5. Entrez l’abscisse du second point ou validez la valeur proposée.
6. Donnez l’abscisse de départ de la perpendiculaire au segment.
7. Spécifiez la distance entre le segment et le nouveau point.
8. D’autres points peuvent être construits en revenant au point 6.

V.3.17. Calcul de points alignés Premier point de l’alignement


P1
Permet de construire des points topographiques sur les projections des points saisis le Points
P3 construits
long d’un alignement défini par deux points.
P4
1. Indiquez le premier point de l’alignement.
2. Indiquez le second point de l’alignement.
P5 P6
3. Spécifiez les points à projeter perpendiculairement sur l’alignement pour construire Points cliqués
les nouveaux points. P2

REMARQUE : Second
point
Seules les projections se trouvant entre les deux points de base seront conservées.

99 Dessin assisté
CONSTRUCTIONS DE POINTS

100 Dessin assisté


CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES

VI. LES CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES

101 Dessin assisté


CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES

102 Dessin assisté


CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES

VI.1. GÉNÉRALITÉS

Le sous-menu CONSTRUCTIONS GEOMETRIQUES de COVADIS est divisé en quatre groupes de


fonctions :
• fonctions de dessin d’entités lignes, points et polylignes à partir de différentes méthodes de
construction,
• fonctions transparentes d’affichage d’informations calculées à partir des entités du dessin,
• fonctions transparentes de calcul de points selon différentes méthodes,
• fonction dite « d’accrochage par matricules », transparente elle aussi, permettant d’entrer les
matricules des points plutôt que d’aller accrocher les blocs points topographiques à l’écran.

REMARQUES :
 Les fonctions transparentes présentent la particularité d’être utilisables pendant des
commandes d’AutoCAD®. Le principe est le même que pour les commandes ’ZOOM ou
’REDESS, qui peuvent être lancées alors qu’une commande de dessin est en cours.
 Les fonctions de calcul de points ou d’accrochage par matricule renvoient directement à la
commande en cours les coordonnées du point calculé, celui-ci étant alors utilisé par cette
commande de la même façon que si l’on avait accroché un point existant.
 Les fonctions transparentes ne peuvent pas être utilisées pendant d’autres fonctions
transparentes ni pendant des commandes de COVADIS.
 Dans le cas où le gisement serait donné par deux points saisis par leur matricule, faire
précéder les matricules purement numériques par le symbole ‘/’ ou le symbole ‘:’ afin
d’éviter la confusion entre la valeur du gisement et le matricule numérique.

VI.2. DESSIN D’ENTITÉS

Ce groupe de fonctions permet de dessiner des entités lignes, points ou polylignes selon différentes
méthodes de construction ou de simplification de la procédure.

103 Dessin assisté


CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES

VI.2.1. LIGNE : Gisement + Distance

Cette fonction permet de dessiner une LIGNE entre deux points, le second étant calculé par rayonnement par rapport au premier.
Il faut d’abord indiquer le point de départ de la ligne par pointage, par accrochage ou en N Gisement 1
entrant son matricule sur la ligne de commande (si la liste des points topographiques a
été précédemment créée). Il est aussi possible d’entrer les coordonnées du point au
clavier (par exemple : 123.564,4569.587). En tapant <Entrée>, la fonction utilise
P1
automatiquement le dernier point entré. Gisement 2
Point origine de la ligne ou [Dernier] <Dernier> :
P3
L1
Entrez ensuite la valeur du gisement, puis la longueur de la ligne. Il est possible de P2
choisir un segment de référence par deux points ou en tapant le caractère <g> au clavier L3
pour choisir un segment existant. Le gisement ou la longueur du segment L2 3 lignes dessinées :
est calculé puis utilisé par la fonction. Une longueur négative modifie le gisement P0 - entre P0 et P1,
- entre P0 et P2,
de 200 grades. Point de base - entre P2 et P3.
Gisement des lignes ou [seGment] :
Longueur de la ligne ou [seGment] :
La ligne est construite dans le calque courant.
Le programme vous permet de saisir une nouvelle longueur. Elle sera utilisée pour dessiner une autre ligne qui partira du dernier
point créé avec un gisement identique. Tapez <Entrée> pour terminer la saisie des longueurs ou pour recommencer la fonction avec
un nouveau gisement.

VI.2.2. POINT : Gisement + Distance / Base

Cette fonction permet de dessiner des entités POINT calculées par rayonnement à partir d’un point de base.
Il faut d’abord indiquer le point de base par pointage, par accrochage ou en entrant son N Gisement 1
matricule sur la ligne de commande (si la liste des points topographiques a été
précédemment créée). Il est aussi possible d’entrer les coordonnées du point au clavier
(par exemple : 123.564,4569.587). En tapant <Entrée>, la fonction utilise
P1
automatiquement le dernier point entré. Gisement 2
Point origine de la ligne (<Entrée> = dernier point) :
P3
L1
Entrez ensuite la valeur du gisement, puis la distance entre les deux points. Il est possible Point P2
de choisir un segment de référence par deux points ou en tapant le caractère <g> au de L3
clavier pour choisir un segment existant. Le gisement ou la distance du segment est base L2
calculé puis utilisé par la fonction. Une distance négative modifie le gisement de 200 P0 3 points dessinés en
grades. P1, P2 et P3
Gisement -> points à créer ou [seGment]:
Distance du point de base ou [seGment] :
Le point est construit dans le calque courant.
Le programme vous permet de saisir une nouvelle longueur. Elle sera utilisée pour dessiner un autre point à partir du point d’origine
avec un gisement identique. Tapez <Entrée> pour terminer la saisie des distances ou pour recommencer la fonction avec un autre
gisement.

104 Dessin assisté


CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES

VI.2.3. POINT : Gisement + Distance / Précédent

Cette fonction permet de dessiner des entités POINT calculées par rayonnement à partir d’un point de base pour le premier point
créé, puis du point précédent pour les autres.
Il faut d’abord indiquer le point de base, un gisement et une distance. Les données sont N Gisement 1
entrées de la même manière que dans les commandes précédentes.
Point de base du calcul (<Entrée> = dernier point) :
Gisement -> points à créer ou [seGment]: P1
Distance du point précédent ou [seGment]: Gisement 2

Un nouveau point est créé dans le calque courant. P3


L1
Le programme vous permet de saisir une nouvelle longueur. Elle est utilisée pour P2 L3
dessiner un autre point à partir du dernier point créé avec un gisement identique. Tapez
<Entrée> pour terminer la saisie des longueurs ou pour recommencer la fonction avec L2
P0 3 points dessinés
un nouveau gisement. en P1, P2 et P3
Point de base

VI.2.4. POLYLIGNE par matricules

Cette fonction automatise le lancement de la commande de dessin d’une polyligne d’AutoCAD ® et active automatiquement
l’accrochage par matricules de COVADIS (cf. § VI.5).
Il ne vous reste plus qu’à entrer les matricules des points de passage de la polyligne.

VI.2.5. POLYLIGNE rectangle / 3 points

Cette fonction automatise le dessin d’une polyligne représentant un rectangle en spécifiant 3 points et une éventuelle altitude.
Les deux premiers points correspondent à la base du rectangle, le troisième donnant sa hauteur.

VI.2.6. POLYLIGNE à Z = 0.0

Cette fonction lance la commande POLYLIGN d’AutoCAD® après avoir demandé le point de départ. Quelle que soit l’altitude de
ce premier point, la polyligne sera dessinée à une altitude nulle (Z = 0.0).

VI.2.7. CERCLE MOYEN SELON N POINTS

Cette commande permet de calculer un cercle passant par N points, N devant être au minimum égal à 2.
Elle autorise la sélection d’entités AutoCAD® de types ‘point’ et ‘insertion de symbole’ (donc aussi les points topographiques).
Trois cas peuvent se présenter :
1. Deux objets sont sélectionnés  le cercle passe par les deux points qui
définissent son diamètre.
2. Trois objets sont sélectionnés  le cercle passe par les trois points.
3. Plus de trois objets sont sélectionnés  le cercle moyen est calculé par une
méthode utilisant les moindres carrés (méthode de Kåsa et Coope).
Dans tous les cas, le cercle est dessiné avec les propriétés courantes (calque, couleur…).

105 Dessin assisté


CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES

VI.3. AFFICHAGE D’INFORMATIONS

Ce groupe de fonctions transparentes permet d’obtenir des renseignements à partir des entités de la base de données graphiques.
Tous les points demandés peuvent être donnés soit par cliquage, soit par accrochage, soit par entrée d’un matricule, à condition que
la liste des points topographiques ait été préalablement créée.

VI.3.1. Affiche : Coordonnées Point

Permet d’afficher les coordonnées d’un point de la base de données (point d’insertion, extrémité, intersection, ...). Si le système de
coordonnées courant n’est pas le système de coordonnées générales (SCG), les coordonnées du point seront exprimées dans le
système général ainsi que dans le système de coordonnées courant (SCU) :
Coordonnées SCG : X = 306774.784, Y = 354940.413, Z = 0.000
Coordonnées SCU : X = 389003.230, Y = 262240.255, Z = 0.000
ou
Coordonnées SCG : X = 306774.784, Y = 354940.413, Z = 0.000

VI.3.2. Affiche : Gisement + Distance

Permet d’afficher le gisement entre deux points de la base de données, dans le système de coordonnées courant :
Gisement = 50.5909g, distance plane = 73.364m

VI.3.3. Affiche : Rayon + Centre

Permet d’afficher le rayon et les coordonnées du centre d’un cercle défini par trois points sélectionnés. Si le système de coordonnées
courant n’est pas le général, les informations seront données dans les deux systèmes :
SCG : Rayon = 34.795, Centre = 306764.157, 354958.272, 0.000
SCU : Rayon = 34.795, Centre = 388997.650, 262260.274, 0.000
ou
SCG : Rayon = 34.795, Centre = 306764.157, 354958.272, 0.000

VI.3.4. Affiche : Angle par 3 points


Permet d’afficher un angle relatif entre deux droites. Le second point correspond au point d’intersection des deux droites, le premier
et le troisième définissant les directions des deux droites. Vous devez aussi donner le côté de l’angle à mesurer.
Angle = 72.5698g

VI.3.5. Affiche : Distance Point - Droite


Cette fonction permet d’afficher la distance entre un point et sa projection
Segment de base
perpendiculaire sur un segment, ainsi que la distance entre cette projection et le premier
point du segment. P1

Indiquez tout d’abord les deux points du segment, puis spécifiez les différents points
pour lesquels les distances doivent être calculées. dY Point à traiter
P2

dX

P0

Point de base

106 Dessin assisté


CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES

VI.3.6. Affiche : Distance cumulée

Cette fonction permet de calculer et d’afficher différentes informations relatives à une séquence de points :
• la distance cumulée, augmentée au fur et à mesure de la saisie des points,
• la distance partielle entre le dernier point acquis et le point précédent,
• la distance directe (droite) entre le premier et le dernier point saisis.

Une fois la commande lancée, il vous suffit d’indiquer les points à prendre en compte. Par exemple :
Point d'origine des distances : <saisie du premier point>
Point suivant (<Entrée> = fin) : <saisie du second point>
Distances : partielle = 460.1752, cumulée = 460.1752, droite = 460.1752

Point suivant (<Entrée> = fin) : <saisie du troisième point>


Distances : partielle = 460.2164, cumulée = 920.3916, droite = 830.2908

Point suivant (<Entrée> = fin) : <saisie du quatrième point>


Distances : partielle = 567.1951, cumulée = 1487.5867, droite = 1385.5541

Point suivant (<Entrée> = fin) : <saisie du cinquième point>


Distances : partielle = 409.0824, cumulée = 1896.6691, droite = 1577.9350

Point suivant (<Entrée> = fin) : <saisie du sixième et dernier point>


Distances : partielle = 494.0325, cumulée = 2390.7016, droite = 1642.6931

Point suivant (<Entrée> = fin) : <Entrée >

107 Dessin assisté


CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES

VI.4. CALCUL DE POINTS

Ce groupe de fonctions transparentes permet de calculer des points selon différentes méthodes, à partir de points existants ou
d’informations entrées au clavier.
Elles sont généralement utilisées pendant des commandes de construction (LIGNE, POLYLIGNE, ...), tout comme les accrochages
aux objets d’AutoCAD (extrémité, nodal, …).
Pour les fonctions qui nécessitent un point de base (point d’origine de la construction), le dernier point utilisé dans le dessin sera
proposé par défaut. Ceci permet de dessiner une polyligne (par exemple) en utilisant le dernier sommet comme point de départ de
la construction du point suivant sans avoir à le spécifier (en appuyant sur la touche <Entrée>).
A chaque point demandé, vous pouvez répondre soit par pointage, soit par accrochage, soit en tapant son matricule au clavier.
Pour les valeurs d’angles et de distances, vous pouvez taper la valeur au clavier ou la spécifier par deux points (pointage, accrochage
ou matricules), ou sélectionner un segment après avoir tapé <g> puis <Entrée>.

REMARQUE :
Si aucune commande d’AutoCAD® n’est en cours lors de l’utilisation d’une de ces fonctions, les coordonnées du point calculé
seront affichées sur la ligne de commande :
Point calculé = 387417.173,264807.340,0.000

VI.4.1. Point : Gisement + Distance / Base N Gisement 1

Permet de calculer des points en indiquant un gisement et une distance par rapport à un
point de base. Si des points alignés doivent être dessinés, les distances de construction
doivent être données par rapport au point de base. Gisement 2

1. Indiquez le point de base de la construction. P1


d1 d3
2. Donnez le gisement vers le point à calculer. P3
3. Spécifiez la distance plane entre le point de base et le point à calculer. d2
P2
4. Entrez une nouvelle distance s’il y a des points alignés ou tapez <Entrée> pour sortir.
5. Donnez un nouveau gisement ou tapez <Entrée> pour quitter la fonction. Point de base

VI.4.2. Point : Gisement + Distance / Précédent N Gisement 1

Permet de calculer des points en indiquant un gisement et une distance par rapport à un
point de base. Si des points alignés doivent être dessinés, les distances de construction
doivent être données relativement aux points précédents (distances partielles). Gisement 2

1. Indiquez le point de base de la construction. P1


d1 d3
2. Donnez le gisement vers le point à calculer. P3
3. Spécifiez la distance plane entre le point de base et le point à calculer. d2
P2
4. Entrez une nouvelle distance s’il y a des points alignés ou tapez <Entrée> pour sortir.
5. Donnez un nouveau gisement ou tapez <Entrée> pour quitter la fonction. Point de base

108 Dessin assisté


CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES

VI.4.3. Point : Projection


Points à projeter perpendiculairement

Permet de calculer des points par projection de points le long d’une droite, la projection P3
pouvant être faite perpendiculairement à cette droite ou selon une direction quelconque.
1. Donnez les deux points de la droite de projection. P2
P1
2. Sélectionnez la méthode de projection : perpendiculaire ou selon une direction. B
d3 P’3
3. Si la projection se fait selon une direction : spécifiez les deux points matérialisant
cette dernière. P’2

4. Indiquez les différents points à projeter sur la droite de projection. A P’1

Points projetés
Droite de projection

VI.4.4. Point : Orthogonale B


A P1

Permet de calculer un point sur une droite orthogonale à un segment de seuil. La distance Droite de seuil
entre le point de base et le point à calculer peut être spécifiée ou calculée par projection
P0
du point de base sur une ligne de seuil. Points
P’0
1. Donnez le point de base du calcul. de base
P0
2. Indiquez le second point du segment de base. Dist. 1 Seconds
points du
3. Spécifiez les deux points de la droite de seuil ou entrez la distance plane entre le segment
Dist. 2 P1
point de base et le point à calculer. P’0
4. Spécifiez une nouvelle droite de seuil ou entrez une autre distance pour calculer un P2
nouveau point dans la même direction.

VI.4.5. Point : Orthogonale directe


Cette fonction utilise le principe de la fonction précédente mais considère que le segment précédemment tracé fournit le point de
base du calcul ainsi que le second point du segment de base.
Il ne vous reste qu’à indiquer la distance vers le point à calculer.
Cette fonction transparente ne doit bien entendu être utilisée que pendant une commande de dessin d’AutoCAD ® (LIGNE ou
POLYLIGN par exemple).

VI.4.6. Point : Rayonnement Point de base

Permet de calculer un point par rayonnement à partir d’un segment. P0


1. Donnez le point de base du calcul.
2. Indiquez le second point du segment de base (référence d’angle zéro). P’0
3. Entrez l’angle dans la direction du point à calculer.
d1
4. Spécifiez la distance plane entre le nouveau point et le point de base. P1
Second point
5. Donnez un nouvel angle pour un autre point ou tapez <Entrée> pour sortir. du segment
Gisement relatif vers de base
le nouveau point

109 Dessin assisté


CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES

VI.4.7. Point : Rayonnement direct

Cette fonction utilise le principe de la fonction précédente mais considère que le segment précédemment tracé fournit le point de
base du calcul ainsi que le second point du segment de base (référence angulaire).
Il ne vous reste qu’à indiquer l’angle et la distance vers le point à calculer.
Cette fonction transparente ne doit bien entendu être utilisée que pendant une commande de dessin d’AutoCAD ® (LIGNE ou
POLYLIGN par exemple).

VI.4.8. Point : Intersection de 2 cercles P2 Seconde


Premier solution
Permet de calculer un point à partir de l’intersection de deux cercles connus par leurs cercle
r1
centres et rayons. S2
P1
1. Indiquez le centre du premier cercle.
2. Donnez le rayon du premier cercle.
P3
3. Indiquez le centre du second cercle. Première S1 r2 P4
solution
4. Donnez le rayon du second cercle.
5. Si deux intersections ont été trouvées, cliquez près de celle qui doit être conservée
pour le calcul du point.
Second cercle

VI.4.9. Point : Intersection de 3 cercles Premier P2 Solution


cercle
Permet de calculer un point au point « moyen » de l’intersection de trois cercles définis r1
par leurs centres et rayons.
P1
1. Indiquez le centre du premier cercle.
2. Donnez le rayon du premier cercle. S
P3
3. Indiquez le centre du second cercle. P5 r2 P4
4. Donnez le rayon du second cercle. r3

5. Indiquez le centre du troisième cercle. P6 Second


Troisième cercle
6. Donnez le rayon du troisième cercle. cercle

VI.4.10. Point : Intersection Ligne - Cercle Seconde


solution
Permet de calculer un point à partir de l’intersection d’un cercle connu par son centre et
son rayon et d’une droite définie par deux points. P4
Première S2
1. Indiquez le centre du cercle. solution
2. Donnez le rayon du cercle.
S1 P1
3. Spécifiez les deux points de la droite d’intersection. P3 r P2

4. Si deux intersections ont été trouvées, cliquez près de celle qui doit être conservée
Droite
pour le calcul du point.
Cercle

VI.4.11. Point : Intersection de 2 droites Première


droite Seconde
Permet de calculer un point à l’intersection de deux droites définies par deux points chacune. droite
P1 P4
1. Indiquez le premier point sur la première droite.
S
2. Indiquez le second point sur la première droite.
3. Indiquez le premier point sur la seconde droite.
4. Indiquez le second point sur la seconde droite. P3
P2
Solution

110 Dessin assisté


CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES

VI.4.12. Point : Intersection des parallèles à 2 droites Première


droite Seconde
Permet de calculer un point à l’intersection de deux parallèles à deux droites définies P1 droite
par deux points chacune. P4

1. Indiquez les deux points matérialisant la première droite. Première d1


parallèle
2. Indiquez les deux points matérialisant la seconde droite. S
3. Spécifiez le décalage de la première droite. P3 d2
4. Spécifiez le décalage de la seconde droite. P2

Seconde
Solution parallèle

VI.4.13. Point : Abscisse sur cercle Point d’origine des


abscisses curvilignes
Permet de calculer un point sur un cercle à partir de l’abscisse curviligne entre un point
de départ et le point à calculer.
P0
1. Indiquez le centre du cercle.
Abscisse
2. Spécifiez le point d’origine des abscisses curvilignes (ce point définit aussi le rayon curviligne
du cercle).
C
3. Entrez l’abscisse curviligne jusqu’au point à calculer. P1
4. Donnez une autre abscisse pour calculer un nouveau point ou tapez sur <Entrée>
pour terminer. Nouveau point
Cercle
construit

VI.4.14. Point : Parallèle à Segment


à décaler
Permet de calculer les deux points se trouvant aux extrémités de la parallèle à un P1
segment défini par deux points.
1. Indiquez le premier point du segment à décaler.
P’1 d
2. Indiquez le second point du segment à décaler.
3. Entrez la distance de décalage pour le calcul des nouveaux points aux extrémités du
P2
segment décalé.
4. Entrez une nouvelle distance de décalage ou <Entrée> pour terminer.
P’2
Points construits

VI.4.15. Point : Rayonnement + Pente


Distance
Permet de calculer un point par rayonnement à partir d’un point de base, mais en Z plane
Gisement
spécifiant en plus une pente (en %) servant à calculer l’altitude du nouveau point par Y
rapport à celle du point de base. d

1. Indiquez le point de base de la construction. P0 X


2. Spécifiez le gisement vers le point à construire. Point de
3. Donnez la distance plane (2D) entre les deux points. base P1
pente
4. Entrez la pente (en %) vers le point à calculer. Point
calculé

111 Dessin assisté


CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES

VI.4.16. Point : Perpendiculaire à


Point de
Permet de calculer un point sur la droite perpendiculaire à un segment à partir du point Point de sélection du
base segment
de base. La distance entre le point de base et le point à calculer peut être spécifiée ou
égale à la longueur d’un segment qui sera choisi. P0
1. Indiquez le segment qui donnera la direction perpendiculaire. Le signe de la distance Dist.
donnée à l’étape suivante dépend de la moitié où le segment est sélectionné.
2. Donnez la distance signée ou indiquez un segment qui fournira la distance.
Point
calculé
VI.4.17. Point : Perp. même Distance

Cette commande est identique à la précédente excepté que la distance est égale à la longueur du segment qui donnera la direction
perpendiculaire.

VI.4.18. Point : Parallèle à


Point de
Permet de calculer un point sur la droite parallèle à un segment à partir du point de base. sélection du
Point
La distance entre le point de base et le point à calculer peut être spécifiée ou égale à la calculé segment
longueur d’un segment qui sera choisi.
1. Indiquez le segment qui donnera la direction perpendiculaire. Le signe de la distance P0
donnée à l’étape suivante dépend de la moitié où le segment est sélectionné.
2. Donner la distance signée ou indiquez un segment qui fournira la distance. Dist.
Point de
base
VI.4.19. Point : Paral. même Distance

Cette commande est identique à la précédente excepté que la distance est égale à la longueur du segment qui donnera la direction
perpendiculaire.

VI.4.20. Point : Ah + Av / plan vertical


Permet de construire des points topographiques par intersection d’une direction et d’un Station
plan vertical défini par deux points. Elle permet donc, par exemple, de calculer les Référence
points d’une façade (par gisement et angle vertical). des angles
S
Ah1
1. Indiquez la station du levé.
Ah2
Sélectionnez la station (<Entrée> = aucune / point) : 1
R

2. Indiquez la hauteur d’instrument.


Hauteur d'instrument de la station <0.0000> : 1.652
3. Indiquez la référence qui servira d’origine pour les angles horizontaux. P2
P1
Sélectionnez la référence angulaire (<Entrée> = aucune /
point) : Ligne de seuil

4. Indiquez le premier et dernier point de la ligne de seuil définissant le plan vertical.


Premier point de la ligne de seuil ou [seGment/Dernier] <Dernier> :
Second point du segment :
5. Indiquez l’angle horizontal puis l’angle vertical en grades. La sortie de la commande s’effectue par <Echap>.
Angle horizontal pour le point <0.0000> : 100
Angle vertical pour le point <100.0000> :
6. Affichage des coordonnées et du message en cas de débordement de la ligne de seuil.
Attention l'angle saisi n'est pas entre les points de la ligne de seuil !!!
Point calculé = 225440.987,116398.747,1.652
Le programme reprend ensuite à l’étape numéro 5.

REMARQUE :
L’altitude des points créés est calculée avec le z d’insertion de la station et non la valeur de l’attribut ALT.

112 Dessin assisté


CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES

VI.4.21. Point : Alignement compensé Premier point de


l’alignement
Permet de calculer un point sur un alignement en effectuant en plus une compensation P1
des distances. Second
point
1. Sélectionnez le mode de calcul : à partir de distances ou à partir d’abscisses.
d1 P2
Construction à partir des distances : P3
d2
2. Indiquez le premier point de l’alignement. Distances
chaînées Point
3. Indiquez le second point de l’alignement. construit
4. Entrez la distance chaînée ou validez la valeur proposée.
5. Spécifiez la distance entre le point à calculer et le point de base.
Premier point de
6. Donnez une autre distance pour calculer un nouveau point ou tapez <Entrée> pour finir. l’alignement
Construction à partir des abscisses : P1
Second
2. Indiquez le premier point de l’alignement. a0 point
3. Entrez l’abscisse correspondant au premier point (0.0 par défaut). 1
a1 P2
4. Indiquez le second point de l’alignement. Abscisses P3
5. Entrez l’abscisse du second point ou validez la valeur proposée.
a2 Point
6. Spécifiez l’abscisse du point à calculer. construit
7. Donnez une autre abscisse pour calculer un nouveau point ou tapez <Entrée> pour finir.

VI.4.22. Point : Equerre compensée Premier point du


segment de base Point
construit
Permet de calculer un point à la perpendiculaire d’un segment en effectuant en plus une P1
compensation des distances. Second P3
point
1. Sélectionnez le mode de calcul : à partir de distances ou à partir d’abscisses.
d1 P2
Construction à partir des distances : d3

2. Indiquez le premier point du segment de base. Distances d2


chaînées
3. Indiquez le second point du segment de base.
4. Entrez la distance chaînée ou validez la valeur proposée.
5. Donnez la distance de départ de la perpendiculaire au segment.
Premier point du
6. Spécifiez la distance entre le segment et le point à calculer. segment de base Point
7. D’autres points peuvent être calculés en revenant au point 5. P1
construit

Construction à partir des abscisses : Second P3


a0 point
2. Indiquez le premier point du segment de base. P2
a1
3. Entrez l’abscisse correspondant au premier point (0.0 par défaut). d3
Abscisses
4. Indiquez le second point du segment de base.
a2
5. Entrez l’abscisse du second point ou validez la valeur proposée.
6. Donnez l’abscisse de départ de la perpendiculaire au segment.
7. Spécifiez la distance entre le segment et le point à calculer.
8. D’autres points peuvent être calculés en revenant au point 6.

VI.4.23. Calcul de points alignés Premier point de l’alignement


P1
Permet de calculer les projections des points saisis le long d’un alignement défini par P3
Points
construits
deux points.
P4
1. Indiquez le premier point de l’alignement.
2. Indiquez le second point de l’alignement.
P5 P6
3. Spécifiez les points à projeter perpendiculairement sur l’alignement pour le calcul. Points cliqués
P2

REMARQUE : Second
point
Seules les projections se trouvant entre les deux points de base seront conservées.

113 Dessin assisté


CONSTRUCTIONS GÉOMÉTRIQUES

VI.5. ACCROCHAGE PAR MATRICULES

Cette fonction transparente permet de spécifier des points en indiquant leur matricule plutôt qu’en les accrochant à l’écran.
La liste des points topographiques doit avoir été préalablement créée (voir le paragraphe IV.14).
Une fois sélectionnée, la fonction vous demande d’entrer des matricules au clavier, ou de taper sur la touche <Entrée> pour revenir
à la commande en cours (celle-ci est d’ailleurs indiquée).
Différentes méthodes peuvent être utilisées pour indiquer les matricules :
• <matricule> pour donner un matricule unique.
Dans ce cas le point correspondant (s’il existe) sera envoyé à la commande en cours.
• <matricule_1>,<matricule_2>, ... ,<matricule_n> pour donner une série de matricules.
Dans ce cas les points correspondant aux matricules spécifiés (s’ils existent) seront envoyés dans l’ordre indiqué à la commande
en cours.
• <matricule_1>–<matricule_n> pour donner une série de matricules.
Dans ce cas, les points correspondant aux matricules indiqués, ainsi que tous les points de matricule intermédiaire, seront envoyés
à la commande en cours.
Les deux dernières méthodes peuvent être utilisées sur une même ligne de matricules pour indiquer un grand nombre de points de
passage pour la commande en cours (POLYLIGNE par exemple) :
<matricule>,<série de matricule>,<série de matricules>,<matricule>, ...

REMARQUES :
 L’accrochage par matricules ‘permanent’ (voir le § I.2.1), activable par la combinaison de touches <Control+F12> peut être
utilisé à la place de cette fonction.
 Les séries de matricules peuvent être données dans l’ordre croissant ou décroissant des matricules. Ainsi « 100−105 » est
correct mais « 105−100 » l’est aussi.
 Si un des matricules d’une série n’existe pas dans la liste des points topographiques un message d’avertissement sera affiché,
mais tous les autres points de la série seront pris en compte.
 Lorsqu’une série (ou plusieurs) de plus de 50 points doit être spécifiée, il faut impérativement utiliser cette fonction car
l’accrochage par matricules ‘permanent’ ne permet pas d’envoyer plus de 50 points à la commande en cours.

114 Dessin assisté


SYMBOLES

VII. LES SYMBOLES

115 Dessin assisté


SYMBOLES

116 Dessin assisté


SYMBOLES

VII.1. GÉNÉRALITÉS

Le module SYMBOLES de COVADIS propose des fonctions


pour l’insertion des symboles (sélection et méthodes de
construction) ainsi que pour la gestion des bibliothèques.

VII.2. SÉLECTIONNER LE SYMBOLE COURANT

Cette fonction permet de choisir le symbole courant à insérer en même temps que chaque nouveau point topographique ou par la
fonction Insérer symbole courant.
Le dialogue de sélection se présente comme
dans l’exemple ci-contre.
Les onglets en haut du dialogue représentent
les quatre catégories de symboles avec en plus
un onglet pour tous les symboles définis dans
le dessin (si aucun symbole n’est défini,
l’onglet est absent).
• « A l’échelle » : tous les symboles des
répertoires définis pour l’échelle courante
sont regroupés dans cet onglet.
• « Dessin » : tous les symboles définis dans
le dessin courant sont récapitulés dans cet
onglet.
• « Générique » : tous les symboles géné-
riques (déformables) ne se trouvant pas
dans les onglets 3D et Intérieur sont
regroupés dans cet onglet. Par défaut, ce
sont les symboles des sous-répertoires
\Générique et \Symboles Linéaires qui sont
pris en compte.
• « 3D » : les symboles tri-dimensionnels du
sous-répertoire \Symboles 3D sont regrou-
pés dans cet onglet.
• « Intérieur » : les symboles pour l’habil-
lage des plans d’intérieur (situés dans le sous-répertoire \Intérieur) sont rassemblés dans cet onglet.

En plus du regroupement en catégories, les symboles sont triés par familles : ‘Adduction d’eau’, ‘Eaux pluviales’, …

117 Dessin assisté


SYMBOLES

Chaque famille est définie par un préfixe (exemple : Acc pour la famille ‘Accessoires’) de un caractère ou plus dans le fichier de
configuration CovSymbole.ini situé dans le sous-répertoire \Config. De nombreuses familles sont prédéfinies dans ce fichier en
fonction des différentes catégories de symboles fournis :
Préfixes utilisés par les symboles de COVADIS
Familles
A l’échelle Générique 3D Intérieur Symb. linéaire
Accessoires ACC
Cuisine CUI
Escaliers ESC
Fenêtres FEN
Mobilier MOB
Portes POR
Sanitaires SDB
Symb. Linéaire GEO
Adduction d’eau A GA ZA
Eaux pluviales W GW ZW
Eaux usées U GU ZU
Electricité E GE ZE
Flèches Nord Y GY ZY
Gaz G GG ZG
Luminaires L GL ZL
Mobilier urbain M GM ZM
Navigation N GN ZN
Routes R GR ZR
SNCF, chemin de fer S GS ZS
Téléphone, PTT P GP ZP
Télévision et câble F GF ZF
Topographie T GT ZT
Végétation V GV ZV
Le symbole courant peut être sélectionné dans l’arborescence, en cliquant sur l’image de prévisualisation, dans la liste jaillissante
libellée « Symbole courant » ou en tapant directement son nom dans la zone d’édition de cette liste. Si un symbole courant a déjà
été sélectionné, son nom sera proposé par défaut. Sinon, c’est le premier symbole de l’onglet « A l’échelle » qui sera proposé.
Des couleurs différentes sont utilisées pour le fond des images de prévisualisation : gris pour tous les symboles d’une même famille,
noir pour les autres symboles affichés sur la ‘page’ (groupe de seize symboles), et vert pour le symbole actuellement sélectionné.
Cette dernière valeur est paramétrable dans l’onglet des options de COVADIS (cf. § I.1.5).
Le groupe de paramètres « Calque d’insertion » permet de sélectionner le calque de dessin
des symboles ainsi que sa couleur par défaut. Ce calque n’est évidemment pris en compte
que lorsque les symboles sont insérés avec des commandes de COVADIS.
«  Calque courant » : si cette case est cochée, les autres paramètres sont automati-
quement désactivés et les symboles seront dessinés dans le calque courant, comme c’est le
cas pour la commande d’insertion de symbole d’AutoCAD®.
Si la case n’est pas cochée, le calque de dessin sera celui dont le nom est indiqué dans la
zone de saisie. Si le calque n’existe pas lors de l’insertion d’un symbole, il sera créé avec
la couleur par défaut spécifiée. S’il existe déjà, la couleur sera ignorée, même si elle est
différente de la valeur actuelle.
Le paramètre «  Insertion du symbole en 3 dimensions » doit être validé (case cochée) si les symboles doivent être insérés à
la même altitude que les points indiqués (points calculés ou accrochés). Si l’altitude des symboles doit être nulle, décochez la case.
Dans le cas de la fonction de sélection d’un symbole (décrite ici), le paramètre «  Rendre le symbole courant » est toujours
validé mais non modifiable puisqu’il s’agit bien de choisir un nouveau symbole pour le rendre courant. Il est modifiable dans les
fonctions d’insertion de symboles décrites plus loin dans ce chapitre.
La signification des différents boutons à icône du dialogue vous est donnée ci-dessous.
: Affiche les seize premiers symboles de l’onglet courant : Affiche les seize derniers symboles (ou moins) dans les
dans les éléments de prévisualisation. éléments de prévisualisation.
: Revient au groupe des seize symboles précédents. : Cliquez sur ce bouton pour sélectionner un symbole
: Sélectionne le symbole précédent. dans le dessin. Après avoir choisi un objet valide, le
symbole correspondant sera automatiquement
: Sélectionne le symbole suivant. sélectionné dans la liste ainsi que l’élément de
: Passe au groupe des seize symboles suivants. prévisualisation associé.
Cliquez sur le bouton « OK » pour valider la sélection du nouveau symbole courant. Vous pouvez aussi cliquer directement deux
fois sur son image pour le choisir et sortir du dialogue de sélection.

118 Dessin assisté


SYMBOLES

VII.3. INSÉRER SYMBOLE COURANT

Cette fonction permet d’insérer le symbole courant (sélectionné avec la fonction vue précédemment) dans le dessin.
Deux cas de figures peuvent se présenter :
1. Si l’option «  Utiliser la commande ‘INSERER’ d’AutoCAD » n’a pas été cochée dans le dialogue de configuration (voir le
paragraphe I.1.5), il ne vous sera demandé que les points d’insertion des symboles.

REMARQUES :
 L’angle de rotation du système de coordonnées courant n’est pas pris en compte pour l’insertion des symboles selon ce
mode. Les symboles sont systématiquement orientés avec leur axe X aligné avec l’axe des X du système de coordonnées
générales (ce qui correspond à un angle de rotation de 100 grades dans le système angulaire des géomètres-experts).
 Si le symbole courant sélectionné contient un ou plusieurs attributs, ceux-ci ne seront pas ajoutés à l’insertion de bloc.
 Lors de la demande du point d’insertion, il vous est toujours possible de choisir d’utiliser la commande INSERER
d’AutoCAD®. Pour ce faire, sélectionnez l’option proposée sur la ligne de commande.

2. Si l’option est cochée, la commande INSERER sera utilisée pour l’insertion du symbole et vous pourrez spécifier l’une ou
l’autre des options disponibles pour cette commande (rotation, facteurs d’échelle, …) avant ou après avoir indiqué le point
d’insertion.

REMARQUES :
 L’angle de rotation du système de coordonnées courant n’est pas pris en compte pour l’insertion des symboles selon ce
mode. Il vous sera demandé après le point d’insertion du symbole.
 Si le symbole courant sélectionné contient un ou plusieurs attributs, ceux-ci seront automatiquement ajoutés à l’insertion
de bloc, mais il ne vous sera pas demandé de valeur, les valeurs par défaut (si présentes) étant utilisées.

VII.4. INSÉRER SYMBOLE À L’ÉCHELLE

Cette fonction affiche le dialogue de sélection d’un symbole (vu précédemment au paragraphe VII.2), mais en ne proposant que
l’onglet des symboles à l’échelle du dessin.
Sélectionnez le nouveau symbole à insérer dans le dessin et indiquez, si besoin est, s’il doit être inséré en 3D et/ou s’il doit remplacer
le symbole courant.
Son calque d’insertion peut aussi être spécifié si nécessaire.

L’insertion du symbole est effectuée selon l’une des deux méthodes vues ci-dessus.

VII.5. INSÉRER SYMBOLE GÉNÉRIQUE

Cette fonction est similaire à la précédente, mais le seul onglet proposé est celui des symboles génériques.

VII.6. INSÉRER SYMBOLE 3D

Cette fonction est similaire à la précédente, mais le seul onglet proposé est celui des symboles 3D.

VII.7. INSÉRER SYMBOLE (TOUS)

Cette fonction est similaire aux précédentes, mais le symbole à insérer peut être sélectionné dans tous les onglets.

119 Dessin assisté


SYMBOLES

VII.8. INSERTIONS AUTOMATISÉES

COVADIS TOPO vous propose différentes méthodes d’insertion des symboles automatisant et simplifiant grandement les
procédures par rapport à la commande INSERER d’AutoCAD®.
Ces méthodes se rapprochent beaucoup des principes du levé codé pour les symboles.
Pour toutes les fonctions décrites ci-après, vous devez tout d’abord indiquer le nom du symbole à insérer :
Entrez le nom du symbole ou [Choisir] <a007> :
en validant le nom du dernier symbole utilisé ou en spécifiant l’option Choisir vous permettant d’indiquer le nom du symbole dans
le dialogue de sélection (paragraphe VII.2).
Les autres paramètres à donner dépendent du mode d’insertion du symbole.

REMARQUES :
 Dans le cas de l’insertion d’un symbole sur plusieurs points, le programme considère que le symbole est défini dans un carré
de 1 sur 1 (en unités dessin) et que son point de base pour l’insertion est en bas à gauche.
 Dans le cas d’un symbole circulaire, le programme considère que le diamètre du symbole est de 1 unité dessin et que son
point d’insertion est au centre du cercle.

VII.8.1. Symbole orienté sur 2 points

Cette fonction permet d’insérer un symbole à partir de deux points : le premier pour le point
P2
d’insertion, le second pour la direction de l’axe X du symbole.
Second
Les facteurs d’échelle du symbole sont automatiquement mis à 1.0 dans les trois directions. P1 point
Premier point

VII.8.2. Symbole orienté sur 2 points + échelles eX

eY
Cette fonction est identique à la précédente, mais il vous est en plus demandé de spécifier les
facteurs d’échelle en X et en Y du symbole. P2
Second
P1 point
Premier point

VII.8.3. Symbole rectangulaire par 3 points P3 Troisième


eX point
Cette fonction permet de dessiner un symbole rectangulaire construit à partir de 3 points. eY

Le premier point sera le point d’insertion du symbole, le second donnera l’orientation de l’axe
X du symbole ainsi que le facteur d’échelle en X (largeur), le troisième, quant à lui donnant le P2
Second
Premier
facteur d’échelle en Y (hauteur). point P1 point

VII.8.4. Symbole rectangulaire par 2 points


eX
Cette fonction est semblable à la précédente, mis à part que le facteur d’échelle en Y doit être eY
spécifié au clavier (valeur numérique).
P2
Premier Second
point P1 point

120 Dessin assisté


SYMBOLES

VII.8.5. Symbole carré par diagonale P2 Second point

Cette fonction permet de dessiner un symbole carré construit à partir de deux points sur l’une
de ses diagonales.

P1
Premier point

VII.8.6. Symbole carré par côté

Cette fonction permet de dessiner un symbole carré construit à partir de deux points sur l’un
de ses côtés.
P2 Second
Le symbole est toujours à gauche de la direction premier point – second point. point
P1
Premier point

VII.8.7. Symbole circulaire par rayon


P2 Second point
Cette fonction permet de dessiner un symbole circulaire construit à partir de son centre et d’un R
point sur sa circonférence. La distance entre les deux points correspond au rayon du cercle. P1

Vous pouvez aussi entrer l’angle de rotation du symbole ou taper <Entrée> pour aucune
Premier point
rotation. = centre du cercle

VII.8.8. Symbole circulaire par diamètre (centre) Diamètre du cercle


D
Cette fonction permet de dessiner un symbole circulaire construit à partir de son centre et de la
valeur de son diamètre. Cette valeur est appliquée aux facteurs d’échelle en X et Y du symbole.
C
Vous pouvez aussi entrer l’angle de rotation du symbole ou taper <Entrée> pour aucune
rotation. Centre du cercle

VII.8.9. Symbole circulaire par diamètre (circonférence) Diamètre Second


D point
du cercle
Cette fonction permet de dessiner un symbole circulaire construit à partir de deux points P2
diamétralement opposés. P1
Vous pouvez aussi entrer l’angle de rotation du symbole ou taper <Entrée> pour aucune Premier point
rotation. Centre du cercle
= point d’insertion

VII.8.10. Symbole circulaire par 3 points Second P2


point
Cette fonction permet de dessiner un symbole circulaire construit à partir de trois points. 3ème
point
P1
P3
Premier point
Centre du cercle
= point d’insertion

121 Dessin assisté


SYMBOLES

VII.9. MESURER AVEC UN BLOC

Cette fonction automatise l’utilisation de la commande MESURER d’AutoCAD®, en permettant de spécifier les différents
paramètres dans une boîte de dialogue, et en proposant de traiter toutes les entités linéaires d’un ou plusieurs calques (lignes, arcs,
cercles, polylignes, splines, ellipses) ou de sélectionner les objets à « mesurer » avec le bloc indiqué.

Le paramétrage de la fonction se fait à l’aide de la boîte de dialogue ci-


contre.
Les entités à traiter peuvent être sélectionnées par calques, en cliquant
sur le bouton « Choix ... », puis en sélectionnant les calques de dessin
des objets, ou graphiquement, après avoir cliqué sur le bouton « Choisir
les objets < ».

Le groupe de paramètres ‘Blocs à insérer’ permet de donner au


programme les différentes informations relatives au bloc à utiliser pour
« mesurer » les objets.
• « Nom du bloc à insérer » : entrez le nom du bloc à utiliser pour
mesurer les objets, ou sélectionnez-le dans la liste des blocs définis
en cliquant sur le bouton « Choix ... ».
• « Calque d’insertion » : tapez le nom du calque d’insertion des
blocs dans la zone de saisie, ou sélectionnez-le dans la liste des
calques existants après avoir cliqué le bouton « Choix ... ».
• « Couleur du calque » : entrez le numéro de la couleur pour le calque de dessin ou sélectionnez-la directement dans le dialogue
de choix d’une couleur après avoir cliqué sur le bouton image correspondant.
• « Distance entre blocs » : spécifiez la distance entre deux blocs consécutifs dans cette zone de saisie ou à l’aide du coulisseau
associé.
• « Echelle des blocs » : cette zone de saisie et son coulisseau associé permettent de donner le facteur d’échelle pour l’insertion
des blocs (facteurs selon X, Y et Z).
• «  Aligner les blocs avec les objets » : si cette case à cocher est validée, les blocs seront insérés de telle sorte que leur axe
X soit toujours aligné avec la direction de la tangente à l’objet mesuré au point d’insertion du bloc.

Cliquez sur le bouton « OK » pour valider le paramétrage et laisser le programme effectuer la sélection des objets à traiter, ou sur le
bouton « Choisir les objets < », pour valider le paramétrage et choisir graphiquement les objets à mesurer avec la fonction.
Dans les deux cas, la validation du paramétrage entraîne automatiquement la sauvegarde des différentes valeurs pour que celles-ci
vous soient proposées par défaut lors de la prochaine utilisation de la fonction.

122 Dessin assisté


SYMBOLES

VII.10. POSITIONNER DES BLOCS

Cette fonction sert à insérer automatiquement des blocs sur les points caractéristiques des objets sélectionnés.
Seules les entités de type ligne, polyligne, arc et cercle peuvent être traitées. Les blocs seront alors insérés :
• aux deux extrémités pour les lignes,
• sur chaque sommet pour les polylignes et, éventuellement, au centre de chaque segment d’arc,
• aux deux extrémités pour les arcs et, éventuellement, au centre de l’arc,
• au centre des cercles, si la case à cocher correspondante est validée.

Le dialogue de paramétrage est divisé en trois groupes :


1. Sélection des objets à traiter
Utilisez le bouton « Choix ... » pour sélectionner dans le dialogue de
choix multiples le(s) nom(s) de calque(s) où sont dessinées les entités à
traiter, ou choisissez les objets graphiquement à l’aide du bouton
« Choisir les objets <».

2. Bloc à insérer
• « Nom du bloc » : inscrivez le nom du bloc à positionner dans la zone
de saisie, ou sélectionnez-le dans la liste des blocs définis dans le
dessin courant en cliquant le bouton « Choix ... ». Seuls les blocs
définis peuvent être utilisés par la fonction.
• « Echelle du bloc » : entrez l’échelle d’insertion des blocs (facteurs
égaux selon les trois directions) ou utilisez le coulisseau associé.
• «  Insérer au centre des arcs et des cercles » : validez cette case à cocher si vous désirez que des blocs soient aussi insérés
au centre des segments d’arcs (polylignes et arcs) et des cercles.

3. Calque d’insertion
• « Nom » : indiquez dans la zone de saisie le nom du calque dans lequel doivent être insérés les blocs. Celui-ci peut aussi être
sélectionné dans la liste des calques définis dans le dessin courant en cliquant sur le bouton « Choix ... ».
• « Couleur » : entrez le numéro de la couleur pour le calque de dessin ou sélectionnez-le dans la boîte de dialogue de choix des
couleurs en cliquant sur le bouton image. La couleur DuCalque (256) permet de ne pas modifier la couleur actuelle du calque
de dessin (s’il existe).

L’insertion automatique des blocs commence lorsque l’un des boutons « OK » ou « Choisir les objets <» est sélectionné. Les
paramètres des groupes 1 et 2 sont alors enregistrés pour être proposés lors de la prochaine utilisation de la fonction.

123 Dessin assisté


SYMBOLES

VII.11. GESTION DES BIBLIOTHÈQUES

Ce sous-menu propose des fonctions de chargement des bibliothèques dans les dessins pour en faire
des fichiers prototypes, ainsi qu’une fonction d’exportation des blocs définis dans un dessin vers des
fichiers séparés sur disque et une fonction de dessin de tous les symboles d’une bibliothèque regroupés
par familles.

VII.11.1. Charger bibliothèque DDE

Cette option du menu permet de charger toutes les définitions des symboles de la bibliothèque DDE (fichier nommé DDEProto3.dwg
situé dans le sous-répertoire \Support de COVADIS), et de définir tous les calques, styles de textes et types de lignes nécessaires à
l’élaboration des plans pour les DDE.

Les différents symboles de la bibliothèque


sont regroupés par familles :
• STE : poteaux et équipements,
• STF : flèches de signalisation au sol,
• STM : mobilier et divers,
• STP : topographie (points),
• STR : regards et chambres,
• STS : signalisation (panneaux).

124 Dessin assisté


SYMBOLES

VII.12. EXPORT BLOCS → FICHIERS DWG

Cette fonction permet d’exporter tout ou partie des définitions de blocs du dessin courant vers des fichiers dessins séparés
(d’extension ‘dwg’) sur le disque. Elle peut donc être utilisée pour extraire les symboles des fichiers prototypes et les placer dans
les répertoires des différentes échelles.
Pour chaque symbole extrait, un cliché sera aussi créé. Les fichiers dessin créés auront les noms des symboles (+ l’extension ‘dwg’
bien sûr), alors que les noms des clichés seront de la forme ‘dwg_<nom de bloc>.sld’, le préfixe ‘dwg_’ étant ajouté pour indiquer
qu’il s’agit d’un cliché pour un symbole.

Le paramétrage de la fonction est effectué à l’aide du dialogue montré en


exemple ci-contre.
Tous les blocs nommés définis dans le dessin courant sont affichés dans la
liste de gauche. Si vous désirez aussi faire apparaître les blocs non nommés
(blocs de hachures), activez l’option «  Afficher bloc anonyme ».
La case à cocher «  Activer la cache des objets », quant à elle, permet
d’indiquer au programme si la commande CACHE d’AutoCAD® doit ou
non être exécutée avant la création des clichés.
Cliquez sur le bouton « Tous désélectionner » pour décocher toutes les
cases dans la liste des symboles. Dans ce cas, le libellé du bouton change et
devient « Tout sélectionner ».
Pour indiquer le répertoire de destination des fichiers dessins et clichés,
cliquez sur le bouton « Répertoires… » et sélectionnez-le dans l’arbores-
cence. Ceci implique qu’il n’est pas possible de créer un nouveau répertoire
avec cette fonction.

Comme vous pouvez le constater sur l’exemple, le dialogue contient un élément d’affichage vous permettant de prévisualiser les
symboles avant leur exportation. Seuls les objets graphiques sont affichés, les textes et attributs étant matérialisés par leur rectangle
d’enveloppe.

Exemple :
Si l’on considère que l’exportation porte sur les 11 symboles listés dans le dialogue ci-dessus, les fichiers seront placés dans le
répertoire C:\Program Files\Geomedia SA\Covadis\1000 et auront les noms suivants :
Nom du bloc Dessin du symbole Cliché du symbole
L010 L010.dwg dwg_L010.sld
L011 L011.dwg dwg_L011.sld
L012 L012.dwg dwg_L012.sld
L013 L013.dwg dwg_L013.sld
L014 L014.dwg dwg_L014.sld
L015 L015.dwg dwg_L015.sld
L016 L016.dwg dwg_L016.sld
L017 L017.dwg dwg_L017.sld
L018 L018.dwg dwg_L018.sld
L019 L019.dwg dwg_L019.sld
L020 L020.dwg dwg_L020.sld

125 Dessin assisté


SYMBOLES

VII.13. DESSIN DE LA BIBLIOTHÈQUE

Cette fonction permet de dessiner l’ensemble des symboles d’une bibliothèque (symboles pour l’échelle courante, symboles
génériques et d’aménagement intérieur ou symboles 3D).
Les différents objets seront dessinés dans le calque courant et en tenant compte de l’échelle courante.
Une mise en page sommaire vous permet d’imprimer le résultat page par page.

Le paramétrage de la fonction est effectué à


l’aide du dialogue ci-contre.
Ce dialogue est divisé en quatre groupes de
paramètres.

1. Bibliothèque à dessiner
Sélectionnez le bouton d’option correspon-
dant à la bibliothèque à dessiner :
 « Symboles de l’échelle » : tous les
symboles contenus dans les différents
répertoires associés à l’échelle courante
seront dessinés (voir les options de
configuration des échelles au paragraphe
I.1.1).
 « Symboles génériques » : tous les symboles contenus dans les différents répertoires des symboles génériques seront dessinés.
Par défaut, trois répertoires sont pris en compte : \Générique, \Symboles Linéaires et \Intérieur.
 « Symboles 3D » : tous les symboles contenus dans les différents répertoires des symboles 3D seront dessinés. Par défaut, seul
le répertoire \Symboles 3D est pris en compte.

2. Format de la page
Ce groupe de paramètres vous permet de spécifier les dimensions de la feuille de papier qui sera utilisée pour imprimer le dessin de
la bibliothèque.
• « Hauteur » : permet de donner la hauteur de la page en centimètres.
• « Largeur » : permet de donner la largeur de la page en centimètres.
• « Marge » : permet d’indiquer la marge à prendre en compte tout autour de la page. La zone de dessin sera réduite d’autant sur
les quatre côtés.
3. Case de chaque symbole
Permet d’indiquer au programme la taille des cases pour le dessin des symboles.
• « Dimension » : entrez dans cette zone de saisie la longueur du côté d’une case carrée élémentaire pour le dessin des symboles.
• « Hauteur du symbole » : permet de spécifier la hauteur réservée pour écrire le nom des symboles.

Les paramètres restants servent à définir les textes des titres et à indiquer si l’échelle des symboles doit être ajustée pour occuper le
plus d’espace possible dans les cases :
• « Style de texte » : permet de sélectionner le style de texte à utiliser pour les écritures dans la liste jaillissante contenant les
noms des styles définis dans le dessin courant.
• « Hauteur des titres » : permet de spécifier la hauteur de texte à appliquer au titre et aux noms des familles de symboles.
• « Ajuste l’échelle des symboles » : cochez cette case si l’échelle des symboles doit être différente de 1 pour adapter au mieux
la taille des symboles avec l’espace disponible dans les cases.

Cliquez sur le bouton « OK » pour valider le paramétrage. Vous devez alors indiquer le point haut gauche du dessin de la
bibliothèque des symboles.

Un exemple de dessin d’une bibliothèque vous est montré à la page suivante.

126 Dessin assisté


SYMBOLES

127 Dessin assisté


SYMBOLES

128 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII. L’HABILLAGE

129 Dessin assisté


HABILLAGE

130 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.1. GÉNÉRALITÉS

Le module HABILLAGE de COVADIS vous propose différentes fonctions de dessin et d’habillage des plans. Les symboliques
linéaires et les talus peuvent être associatifs, ce qui signifie qu’un changement effectué sur l’objet de base (symbolique linéaire) ou
sur le haut ou le bas d’un talus entraîne automatiquement une régénération de la représentation graphique.
Les fonctions proposées par le module sont :
• gestion des styles de textes,
• dessin et encadrement de textes,
• numérotation automatique de parcelles, bâtiments, etc.,
• symbolisation des limites de subdivision fiscale, de parcelle, de lieu-dit, de section cadastrale, de feuille cadastrale, de commune,
de département et d’état.
• symbolisation des haies vives, des haies simples, des haies de différentes largeurs, des clôtures légères, des lignes d’arbres, et de
différents types de murs (simple, de soutènement et à grille),
• symbolisation de différents types de réseaux EDF (basse, moyenne, haute et très haute tension), PTT (aérien et souterrain), et
assainissement (unitaire, eaux usées et eaux pluviales).
• autres symboliques diverses et variées : bord de fossé, haut de talus, crête de talus, bordure de fossé, passage piétons, amorce de
bâtiment, bâtiment, ruine, glissière de sécurité, etc.,
• génération de symboliques linéaires personnalisées,
• utilitaires de création, de modification et de gestion des symboliques linéaires,
• traitement global de toutes les polylignes d’un calque ou sélectionnées graphiquement,
• dessin automatique des talus (différents modèles), et édition a posteriori des paramètres de dessin,
• dessin automatisé des bâtiments avec structuration des objets graphiques créés,
• hachurage paramétrable et automatique de toutes les polylignes fermées ou ouvertes d’un calque,
• coloriage de contours fermés ou de polygones décrits par des objets quelconques,
• dessin de marquages au sol (ligne blanche et zébra),
• découpage de zones dans un dessin pour extraction, recopie, création de bloc ou effacement.

REMARQUE :
Dans le menu, les groupes de fonctions dont le libellé est suivi par les trois points (« ... ») indiquent qu’une boîte de dialogue
avec des icônes permet de sélectionner directement le modèle de symbolique désiré (limite, clôture, réseau ou talus).

131 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.2. STYLE DE TEXTE COURANT

Dans COVADIS, il est possible de gérer et de sélectionner des styles de textes autrement qu’avec la commande STYLE
d’AutoCAD®.
Un fichier nommé Styles.car et placé dans chacun des sous-répertoires d’échelle (\50, \100, \200, …) vous permet de définir vos
styles de textes de façon simple, chaque ligne du fichier correspondant à une définition simplifiée de style :
<Style> <Police> <Hauteur> <Expansion> <Inclinaison> <Reflété> <Renversé> <Vertical>
avec : Style = nom du style de texte (à encadrer par des doubles cotes si le nom contient des espaces)
Police = nom du fichier de police de caractères (l’extension n’est nécessaire que pour les fichiers ‘shx’)
Hauteur = hauteur par défaut pour les textes, celle-ci est donnée en millimètres papier
Expansion = facteur d’expansion du texte (équivalent au facteur d’échelle en X)
Inclinaison = angle d’inclinaison de la police (italique)
Reflété = drapeau de style reflété (symétrie selon l’axe X), mettre "N" pour non et "O" pour oui
Renversé = drapeau de style renversé (symétrie selon l’axe Y), mettre "N" pour non et "O" pour oui
Vertical = drapeau de style vertical, mettre "N" pour non et "O" pour oui
Exemple :
"Arial 1.5" "Arial" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N"
 Style = "Arial 1.5"
Police = "Arial" (implicitement : police de Windows® Arial.ttf)
Hauteur = 1.5 mm
Expansion = 1.0 (valeur par défaut)
Inclinaison = 0.0 (pas d’inclinaison)
Reflété = "N"
Renversé = "N"
Vertical = "N"
Lors de l’installation de COVADIS, un fichier Styles.car est automatiquement placé dans chaque répertoire d’échelle. Un certain
nombre de styles de textes prédéfinis vous sont ainsi proposés.
Vous pouvez enrichir ces fichiers en y ajoutant vos propres définitions de styles à l’aide d’un éditeur de texte, ou grâce au dialogue
de sélection de style qui vous permet, entre autres, d’exporter des définitions existantes vers le fichier Styles.car.
La liste à gauche du dialogue contient tous les
noms des styles de textes présents dans le
dessin courant et/ou dans le fichier Styles.car
de l’échelle courante, ainsi que les icônes
caractérisant les différents styles.
Les cercles rouges et verts indiquent si le style
de texte est défini (cercle vert) ou non (cercle
rouge) dans le dessin courant.
Les autres icônes indiquent :
: Le style de texte n’est défini que dans le
dessin courant.
: Si le cercle est vert, cela signifie que le
style est défini de façon identique dans le
dessin et dans le fichier Styles.car. Si le
cercle est rouge, c’est que le style est
défini dans le fichier Styles.car mais
n’est pas chargé dans le dessin courant.
: Le style de texte est défini dans le dessin
courant et dans le fichier Styles.car, mais
les deux définitions ne sont pas
identiques (hauteurs différentes par exemple).
La plus grande partie du dialogue est occupée par les seize éléments de prévisualisation dans lesquels on retrouve le nom du style,
sa hauteur par défaut ainsi que le nom de la police de caractères utilisée. Le nom de la police est écrit en utilisant la police elle-
même pour vous permettre d’en prévisualiser l’aspect.
Pour sélectionner un style, il suffit de le sélectionner dans la liste ou parmi les éléments de prévisualisation puis de cliquer sur le
bouton « OK ». En double-cliquant sur le nom du style dans la liste ou sur l’élément de prévisualisation correspondant, celui-ci sera
automatiquement sélectionné.

132 Dessin assisté


HABILLAGE

La signification des différents boutons à icône du dialogue vous est donnée ci-dessous.
: Affiche les propriétés du style actuellement sélectionné. Trois cas de
figure peuvent se présenter en fonction de la définition du style dans le
dessin et/ou dans le fichier Styles.car.
L’exemple ci-contre montre le dialogue d’affichage des caractéris-
tiques du style "Times 1.5" pour lequel le facteur d’expansion a été
modifié dans le dessin. Ceci a pour effet d’afficher deux onglets dans
le dialogue : l’un pour la définition du style dans le dessin, l’autre pour
la définition du style dans le fichier.
Généralement, un seul onglet sera présent dans le dialogue : soit
« Dans le dessin » si le style n’est défini que dans le dessin courant,
soit « Dans Styles.car » si le style est présent dans le fichier et n’a
pas été défini dans le dessin ou si le style est aussi défini dans le dessin
mais n’a pas été modifié.
: Exporte la définition de style sélectionnée vers le fichier Styles.car. Ce bouton n’est actif que si la définition n’existe pas dans
le fichier ou s’il y a une différence entre la définition du style dans le dessin et celle contenue dans le fichier. Ce bouton est
très intéressant puisqu’il vous permet de mettre à jour le fichier Styles.car sans avoir à l’éditer.
: Importe le style sélectionné dans le dessin courant. Ce bouton n’est actif que si le style n’est pas encore défini dans le dessin
ou s’il y a une différence entre la définition du style dans le dessin et celle contenue dans le fichier. Dans ce cas, l’appui sur le
bouton entraînera la mise à jour de la définition dans le dessin à partir de celle du fichier.
: Importe tous les styles non définis dans le dessin à partir du fichier Styles.car. Les styles déjà définis dans le dessin ne sont
pas mis à jour (s’il y a une différence entre les définitions du dessin et du fichier) comme cela peut être le cas avec le bouton
décrit précédemment.
: Affiche les seize premières définitions de styles dans les éléments de prévisualisation.
: Revient au groupe des seize définitions précédentes.
: Sélectionne la définition de style précédente.
: Sélectionne la définition de style suivante.
: Passe au groupe des seize définitions suivantes.
: Affiche les seize dernières définitions de styles (ou moins) dans les éléments de prévisualisation.
: Cliquez sur ce bouton pour sélectionner le style de texte actuellement utilisé pour un texte ou un attribut dans le dessin. Après
avoir choisi un objet valide, le style correspondant sera automatiquement sélectionné dans la liste ainsi que l’élément de
prévisualisation associé.

REMARQUES :
 Vous remarquerez dans des dialogues
de paramétrage le bouton à icône
vous permettant de sélectionner le style
de texte. Dans ce cas, le dialogue de
sélection sera différent de celui vu
précédemment, les boutons d’importa-
tion et d’exportation étant remplacés
par l’option «  Retourner la hauteur
par défaut aux dialogues » qui, si
cochée, indique que les hauteurs de
texte dans les dialogues appelant cette
fenêtre seront automatiquement rem-
placées par les hauteurs par défaut des
styles sélectionnés.
 Cliquez sur l’icône de la barre de
titre de la fenêtre puis sélectionnez
l’option « Ouvrir ‘Styles.car’ » pour
éditer le fichier.

133 Dessin assisté


HABILLAGE

Le contenu du fichier Styles.car fourni avec COVADIS vous est indiqué ci-dessous.

"Arial 1.0" "Arial" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 1.0" "EuroRoman" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 1.5" "Arial" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 1.5" "EuroRoman" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 2.0" "Arial" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 2.0" "EuroRoman" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 3.0" "Arial" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 3.0" "EuroRoman" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 4.0" "Arial" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 4.0" "EuroRoman" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 5.0" "Arial" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 5.0" "EuroRoman" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 6.0" "Arial" 6.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 6.0" "EuroRoman" 6.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 8.0" "Arial" 8.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 8.0" "EuroRoman" 8.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Arial 10.0" "Arial" 10.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "ERoman 10.0" "EuroRoman" 10.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"

"Times 1.0" "Times New Roman" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Country 1.0" "CountryBlueprint" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Times 1.5" "Times New Roman" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Country 1.5" "CountryBlueprint" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Times 2.0" "Times New Roman" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Country 2.0" "CountryBlueprint" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Times 3.0" "Times New Roman" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Country 3.0" "CountryBlueprint" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Times 4.0" "Times New Roman" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Country 4.0" "CountryBlueprint" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Times 5.0" "Times New Roman" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Country 5.0" "CountryBlueprint" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"

"SSerif 1.0" "SansSerif" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Simplex 1.0" "Simplex.shx" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"SSerif 1.5" "SansSerif" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Simplex 1.5" "Simplex.shx" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"SSerif 2.0" "SansSerif" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Simplex 2.0" "Simplex.shx" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"SSerif 3.0" "SansSerif" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Simplex 3.0" "Simplex.shx" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"SSerif 4.0" "SansSerif" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Simplex 4.0" "Simplex.shx" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"SSerif 5.0" "SansSerif" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Simplex 5.0" "Simplex.shx" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"

"Verdana 1.0" "Verdana" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romans 1.0" "Romans.shx" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 1.5" "Verdana" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romans 1.5" "Romans.shx" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 2.0" "Verdana" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romans 2.0" "Romans.shx" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 3.0" "Verdana" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romans 3.0" "Romans.shx" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 4.0" "Verdana" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romans 4.0" "Romans.shx" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 5.0" "Verdana" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romans 5.0" "Romans.shx" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 6.0" "Verdana" 6.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 8.0" "Verdana" 8.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romand 3.0" "Romand.shx" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"Verdana 10.0" "Verdana" 10.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romand 6.0" "Romand.shx" 6.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"

"French 1.0" "SuperFrench" 1.0 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romanc 5.5" "Romanc.shx" 5.5 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"French 1.5" "SuperFrench" 1.5 1.0 0.0 "N" "N" "N" "Romanc 10.0" "Romanc.shx" 10.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"French 2.0" "SuperFrench" 2.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"French 3.0" "SuperFrench" 3.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"French 4.0" "SuperFrench" 4.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"
"French 5.0" "SuperFrench" 5.0 1.0 0.0 "N" "N" "N"

VIII.3. DESSIN DE TEXTE

Ce sous-menu lance simplement les commandes de dessin de texte d’AutoCAD ® :


• Dynamique : pour la commande TEXTE (= TXTDYN depuis AutoCAD® 2000).
• Multiligne : pour la commande MTEXT.
Le style de texte courant est automatiquement utilisé par défaut par ces deux commandes.

134 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.4. NUMÉROTATION AUTOMATIQUE

Cette fonction du sous-menu Habillage de COVADIS 2D permet de construire des entités de type TEXTE (simple ou multiligne)
aux endroits indiqués, les valeurs des textes correspondant à une numérotation automatique paramétrable.
Les textes peuvent être uniquement
numériques (1, 125, 7895, …), alphanumé-
riques avec un radical et un indice numérique
(A12, Lot 6, …), mais peuvent aussi utiliser un
indice alphabétique (12a, 12b, Bâtiment 1a,
Bâtiment 1b, …).
Une flèche de rappel peut être utilisée pour
déporter la numérotation, pour une parcelle
trop petite par exemple. Dans ce cas, la
numérotation sera effectuée à l’aide d’une
entité MTEXT (texte multiligne) et d’une ligne
de repérage (entité LEADER).
Une boîte de dialogue, divisée en quatre
groupes de paramètres, permet de configurer
la fonction de numérotation.

1. Numérotation
Ce groupe de paramètres vous permet
d’indiquer la valeur de départ de la numéro-
tation, l’incrément de l’indice et de spécifier
les contrôles à effectuer.
• « Valeur de départ » : entrez dans cette zone de saisie la valeur pour le premier texte de numérotation. Cliquez sur le bouton
pour que le programme recherche la dernière valeur utilisée dans le calque de dessin et vous la propose après avoir
incrémenté son indice de 1.

REMARQUE :
Un nouveau paramètre a été ajouté pour ajouter un radical aux valeurs : il n’est donc plus utile d’entrer le radical dans cette zone.

• « Incrément d’indice » : cette valeur permet d’indiquer le pas entre deux valeurs consécutives. Par exemple un pas de 1 fera
passer la valeur ‘B1’ à ‘B2’ et la valeur ‘12c’ à ‘12d’, alors qu’un pas de 3 fera passer la valeur ‘B1’ à ‘B4’ et la valeur ‘12c’ à
‘12f’. Si ce paramètre ainsi que précédent commencent par des ‘0’ (comme dans le dialogue montré en exemple), alors l’indice
utilisé commencera lui aussi par des ‘0’. Par exemple, si valeur de départ et l’incrément d’indice sont ‘001’, les indices auront
des valeurs formatées allant de ‘001’ à ‘999’ (l’indice suivant sera ‘1000’).
• « Chaîne de préfixe » : cette chaîne de caractères sera automatiquement ajoutée au début des valeurs de numérotation.
• « Chaîne de suffixe » : cette chaîne de caractères sera automatiquement ajoutée à la fin des valeurs de numérotation.
• «  Proposer les valeurs avant écriture » : si cette option est cochée, vous devrez valider chaque valeur de numérotation.
Vous aurez aussi la possibilité d’indiquer une valeur différente de celle proposée.
• «  Contrôler la numérotation » : cochez cette case pour indiquer au programme de vérifier chaque valeur de numérotation.
En mode automatique (option précédente non cochée), les valeurs existantes seront sautées : si la valeur de départ est ‘B12’ et
que la valeur ‘B14’existe déjà, le programme passera de ‘B12’ à ‘B13’, puis de ‘B13’ à ‘B15’.

2. Calque de dessin
Ces paramètres permettent de définir le nom et la couleur du calque de dessin des textes de numérotation.
• « Nom » : entrez le nom du calque de dessin dans cette zone ou sélectionnez-le dans la liste des calques existants après avoir
cliqué sur le bouton .
• « Couleur » : utilisez cet élément du dialogue pour choisir la couleur de création du calque de dessin. Si le calque existe déjà,
sa couleur ne sera pas modifiée.
 « Courant » : cochez cette case pour dessiner les objets de numérotation dans le calque courant.

135 Dessin assisté


HABILLAGE

3. Dessiner les flèches de rappel


Ce groupe de paramètres n’est actif que si la case à cocher correspondante est validée. Il permet d’indiquer que des flèches de rappel
doivent être dessinées ainsi que le calque de dessin de ces flèches. Les flèches de rappel ne sont disponibles que dans le cas où la
numérotation se fait à l’aide de textes multilignes.
Trois possibilités sont offertes pour le choix du calque :
 « Dans le calque des textes de numérotation » : les flèches sont dessinées dans le même calque que les textes.
 « Ajouter un préfixe au calque » : le préfixe indiqué dans la zone d’édition à droite de l’option est ajouté au début du nom du
calque de dessin des textes de numérotation pour former le nom du calque de dessin des flèches. Par exemple si le calque des
textes est Numérotation et le préfixe Flèches_, les flèches seront dessinées dans le calque Flèches_Numérotation.
 « Ajouter un suffixe au calque » : le suffixe indiqué dans la zone d’édition à droite de l’option est ajouté après le nom du
calque de dessin des textes de numérotation pour former le nom du calque de dessin des flèches. Par exemple si le calque des
textes est Numérotation et le suffixe _Flèches, les flèches seront dessinées dans le calque Numérotation_Flèches.

4. Ecritures
Ces paramètres définissent le type d’objet à utiliser pour la numérotation ainsi que les caractéristiques principales dans le cas des
textes simples et multilignes.
 « Textes simples » : cette option indique que des entités textes simples vont être utilisées pour la numérotation. Dans ce cas,
les flèches de rappel ne seront pas disponibles.
 « Textes multilignes » : cette option indique que la numérotation se fera à l’aide de textes multilignes. Dans ce cas, les flèches
de rappel pourront être utilisées.
 « Attributs de bloc » : avec cette option, vous pourrez utiliser un bloc avec attributs pour la numérotation. Les caractéristiques
de dessin des textes ne seront pas utilisées dans ce cas.
• « Style » : le dernier style utilisé par la fonction vous est proposé par défaut. Vous pouvez en choisir un
autre en cliquant sur le bouton .
• « Justification » : cette liste jaillissante vous permet de sélectionner le mode de justification des textes
parmi les différentes propositions (voir ci-contre).
• « Hauteur » : entrez dans cette zone de saisie la hauteur en millimètres pour les textes de numérotation.
Cette hauteur tient bien sûr compte de l’échelle courante du dessin.
• « Orientation » : vous pouvez spécifier dans cette zone d’édition l’angle d’orientation des textes par rapport au système de
coordonnées courant. Cliquez sur le bouton pour indiquer graphiquement l’orientation à l’aide de deux points.
• « Bloc » : les blocs avec attributs présents dans le dessin vous sont proposés dans cette liste. Sélectionnez le bloc à utiliser pour
la numérotation ou cliquez sur le bouton pour rechercher le bloc sur le disque.
• « Attribut » : choisissez dans cette liste l’étiquette de l’attribut à utiliser pour la numérotation. Pour chaque numérotation, le bloc
sera inséré et cet attribut aura pour valeur le texte de numérotation.
• « Autre 1 » : cette liste permet de sélectionner un autre attribut auquel sera attribuée une valeur constante, saisie dans la zone
d’édition associée.
• « Autre 2 » : même utilisation que précédemment, mais pour un second attribut.

Pour valider le dialogue et commencer la numérotation, cliquez sur le bouton « OK ». Les paramètres sont automatiquement
enregistrés pour vous être proposés lors de la prochaine utilisation de la fonction.
Si l’option «  Proposer les valeurs avant écriture » est cochée, le programme vous propose de valider la première valeur de
numérotation :
Texte de numérotation ou [Paramètres] <B91> :
Sélectionnez l’option Paramètres pour revenir au dialogue de paramétrage.
Si les flèches de rappel doivent être dessinées, le programme vous demande d’indiquer la position de la flèche :
Extrémité de la flèche de rappel :
Tapez <Entrée> si aucune flèche n’est désirée pour le texte de numérotation courant.
Vous devez alors indiquer le point d’insertion du texte :
Position pour le texte 'B91' ou [Paramètres/Orientation/Flèche inactive] :
L’option Paramètres vous permet de revenir au dialogue de paramétrage, l’option Orientation permet, quant à elle, d’indiquer une
nouvelle orientation pour les textes de numérotation, alors que l’option Flèche inactive permet de désactiver l’utilisation des flèches
de rappel. Dans ce dernier cas, l’option Flèche active sera proposée pour le prochain texte.
Le programme bouclera jusqu’à ce que vous appuyiez sur la touche <Echap> (à n’importe quel moment) ou sur la touche <Entrée>
lors de la demande de la position du texte.

136 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.5. ENCADREMENT DE TEXTES

Cette fonction permet d’améliorer la présentation d’un plan en effectuant un encadrement ombré ou non autour des textes
sélectionnés.
Le paramétrage de la fonction s’effectue à l’aide du dialogue ci-contre.
Celui-ci est divisé en quatre groupes de paramètres.

1. Sélection des textes


Ce groupe de paramètres permet de spécifier les noms des calques dans
lesquels vont être recherchés les textes à encadrer.
Le bouton permet de sélectionner le ou les calques à prendre en
compte parmi les calques du dessin contenant des textes simples ou
multilignes.
Le bouton permet de supprimer de la liste les calques sélectionnés.
Il n’est donc actif que si au moins un élément est en surbrillance dans
la liste.
L’option «  Utiliser les noms de calques… », si cochée, indique
que seuls les textes contenus dans les calques de la liste seront pris en
compte lors de la sélection manuelle déclenchée par le bouton .

2. Décalage par rapport aux textes


Deux possibilités vous sont offertes pour paramétrer la distance entre
le texte et le rectangle d’encadrement :
 « Multiplier la hauteur des textes par » : la hauteur de chaque
texte est multipliée par la valeur indiquée pour obtenir la distance
de décalage entre le texte et son encadrement.
 « Utiliser un décalage absolu de » : la zone de saisie vous
permet de spécifier directement la distance en millimètres.

3. Dessiner un ombrage
Si cette option est cochée, un ombrage pourra être ajouté au cadre autour du texte pour lui donner un effet tridimensionnel.
 « Epaisseur égale à la hauteur multipliée par » : la hauteur de chaque texte est multipliée par la valeur indiquée pour obtenir
l’épaisseur du trait de l’ombrage.
 « Utiliser une épaisseur constante de » : la zone de saisie vous permet de spécifier directement l’épaisseur en millimètres.
 « Grouper les objets composant un encadrement » : cochez cette case pour rassembler dans un groupe AutoCAD ® les
différents objets d’un même encadrement (trois objets : le cadre + deux solides 2D pour l’ombrage).

4. Calque de dessin
Ces deux paramètres permettent de définir le nom et la couleur du calque de dessin des objets d’encadrement.
• « Nom » : entrez le nom du calque de dessin dans cette zone ou sélectionnez-le dans la liste des calques existants après avoir
cliqué sur le bouton .
• « Couleur » : utilisez cet élément du dialogue pour choisir la couleur de création du calque de dessin. Si le calque existe déjà,
sa couleur ne sera pas modifiée.

Cliquez sur le bouton « OK » pour activer un traitement global par calques ou sur le bouton pour sélectionner manuellement les
entités textes à traiter.

Exemples :

Encadrement sans ombrage Encadrement avec ombrage

137 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.6. DESSIN DES OBJETS MURS / HAIES

Cette commande du menu Habillage de COVADIS 2D vous


permet de choisir une symbolique de mur ou de haie à utiliser
pour construire un nouvel objet ou pour convertir des objets
existants.
Le choix du modèle se fait à l’aide du dialogue de sélection par
images d’AutoCAD® comme le montre l’exemple ci-contre.
Pour sélectionner une définition d’objet, cliquez sur son nom ou
sur son image puis sur le bouton « OK », ou cliquez directement
deux fois sur le nom ou l’image.
Mis à part la première option proposée, toutes les autres chargent
le fichier de définition correspondant et vous permettent d’arriver
directement à la saisie interactive (construction de l’objet ou
options), sans passer par l’affichage du dialogue de paramétrage.
La première option vous permet d’afficher le dialogue de
paramétrage avant de construire un nouvel objet.

VIII.6.1. Dialogue de paramétrage


Le dialogue de paramétrage est composé de différents éléments :
• Un menu fichier proposant les options classiques de gestion des fichiers de paramétrage : « Nouveau », « Ouvrir »,
« Enregistrer », « Enregistrer sous … » et « Quitter »,
• Une barre d’outils dont les cinq icônes correspondent aux options du menu, et avec une liste déroulante contenant les noms de
tous les fichiers de définition trouvés dans le répertoire courant (= de l’échelle courante). Cette liste permet un chargement plus
simple et plus rapide d’un fichier de définition lorsqu’il n’est pas nécessaire d’aller le chercher dans un autre dossier.
• Cinq zones distinctes pour le paramétrage de la définition de l’objet, la
quatrième dépendant du type de symbolique spécifié dans la première.
• Une option spécifiant si les objets convertis doivent ensuite être
supprimés ou non : « Effacer les entités converties ».
• Les boutons de validation ou d’annulation du paramétrage avant de
dessiner un nouvel objet ou de convertir des objets existants.

1. Type de symbolique
Trois types de symboliques sont disponibles :
 « Lignes parallèles » : permet de
construire des objets matérialisés par trois
éléments linéaires parallèles (lignes, arcs,
polylignes), comme pour les murs à grille. Un type de ligne particulier
est appliqué à l’élément central, différent de celui de l’entité elle-même
(et donc des deux autres éléments).
 « Objet avec traits » : un trait dont l’incli-
naison est paramétrable est appliqué à
intervalles réguliers le long de la génératrice
(élément linéaire dont les sommets ont été saisis, par opposition aux
éléments issus d’un décalage). De plus, un traitement particulier est
effectué dans les angles pour obtenir un meilleur effet visuel.
 « Objet avec hachures » : des hachures
sont utilisées pour symboliser des murs, des
haies ou tout autre objet.

En fonction du type de symbolique, les paramètres de dessin seront


différents.

138 Dessin assisté


HABILLAGE

2. Position de la symbolique
L’élément principal de l’objet est sa génératrice. Il s’agit de la courbe saisie (ou convertie) qui peut être ensuite fermée ou lissée. La
symbolique est dessinée à partir de cette génératrice, mais elle fait partie intégrante de l’objet lui-même.
Trois positions sont possibles pour le dessin de la symbolique :
 « A gauche de la génératrice »,
 « Centrée sur la génératrice »,
 « A droite de la génératrice ».
Ces possibilités sont très utiles pour construire des objets à partir d’un levé sur le terrain, par exemple pour dessiner des murs dont
le levé se ferait certaines fois par la droite et d’autres par la gauche.

3. Dessin des éléments


Les différents éléments qui composent un objet mur / haie peuvent être dessinés indépendamment :
 Génératrice : cochez la case pour dessiner la génératrice. Ceci permet, en ne cochant pas la case, de
construire – entre autres – des murs qui auraient été levés par leur axe, sans dessiner cet axe.
 Côté droit et/ou gauche : indique si les autres côtés doivent être dessinés ou non. Dans le cas où la
génératrice est au centre, cela permet de ne dessiner aucun des côtés droit et gauche, dans les deux
autres cas, de ne pas dessiner le côté opposé.
 Lignes de fermeture : cette option permet d’indiquer si les lignes de fermeture aux extrémités doivent être aussi dessinées.

4.1. Paramètres de l’élément central


Ces paramètres ne sont disponibles que lorsque le type de symbolique choisi
est « Lignes parallèles ».
• « Type de ligne » : sélectionnez dans cette liste le type de ligne à
appliquer à l’élément central (grille). Tous les types de lignes définis
dans le dessin courant et dans les fichiers Acad.lin et Covadis.lin sont
proposés.
• « Echelle du type de ligne » : permet de spécifier l’échelle du type de
ligne pour le dessin de l’élément central indépendamment de celui de
l’objet.
• « Couleur de la symbolique » : permet de dessiner l’élément central avec une couleur différente de celle de l’objet.

4.2. Paramètres des traits


Ces paramètres ne sont disponibles que lorsque le type de symbolique
sélectionné est « Mur avec traits ».
• « Espacement des traits » : permet de spécifier l’intervalle entre deux
traits consécutifs. Cette valeur est exprimée en millimètres.
• « Angle d’inclinaison » : indique l’angle d’inclinaison des traits par
rapport à la perpendiculaire aux segments de la courbe génératrice.
• « Couleur de la symbolique » : permet de dessiner les traits avec une
couleur différente de celle de l’objet.

4.3. Paramètres de hachurage


Ces paramètres ne sont disponibles que lorsque le type de symbolique
sélectionné est « Mur avec hachurage ».
• « Type » : permet de choisir le type du hachurage, à savoir :
 modèle prédéfini (dans le fichier AcadIso.pat),
 utilisateur simple (traits parallèles),
 utilisateur croisé (deux séries de traits parallèles croisées à 90°),
 pas de hachurage.

139 Dessin assisté


HABILLAGE

• « Modèle » : dans le cas d’un hachurage à partir d’un modèle prédéfini, cette liste permet de sélectionner le nom du modèle à
utiliser. Tous les modèles présents dans le fichier AcadIso.pat sont proposés.
• « Echelle du modèle » : permet de spécifier l’échelle à appliquer à un modèle prédéfini.
• « Angle de hachurage » : pour donner l’angle de rotation d’un modèle de hachures prédéfini ou l’angle d’orientation des traits
parallèles dans le cas d’un hachurage utilisateur. L’angle de hachurage peut être pris en compte de quatre façons différentes :
 « Côté 1 » : le premier côté de l’objet sert de référence angulaire, un seul hachurage pour tout l’objet est suffisant.
 « Côtés » : un hachurage différent est nécessaire pour chaque segment de l’objet et chaque hachurage utilise un angle
calculé par rapport au segment de la génératrice auquel il se rapporte.
 « S.C.G. » : l’angle de hachurage est calculé par rapport au système de coordonnées générales, un seul hachurage pour tout
l’objet est suffisant.
 « Corde » : l’angle de hachurage est calculé par rapport à la droite passant par les premier et dernier sommets de la courbe
génératrice. Un seul hachurage est nécessaire.
• « Espacement des traits » : pour les deux types de hachurage utilisateur (croisé ou non), cette zone d’édition permet d’indiquer
l’écart entre deux traits consécutifs. La valeur est donnée en millimètres.
• « Couleur de la symbolique » : permet de dessiner les hachurages avec une couleur différente de celle de l’objet.

5. Propriétés des objets


Ce groupe de paramètres vous permet de spécifier les caractéristiques principales des nouveaux objets à créer.
• « Largeur réelle » : entrez la largeur réelle (en mètres) de l’objet (mur, haie, ou autre selon l’utilisation souhaitée).
• « Type de ligne » : cette liste jaillissante vous permet de définir le type de ligne à utiliser pour l’objet (pour tout ce qui ne fait
pas partie de la symbolique). Tous les types de lignes définis dans le dessin courant et dans les fichiers Acad.lin et Covadis.lin
sont proposés. La zone d’édition à droite de la liste doit être utilisée pour indiquer l’échelle du type de ligne pour l’objet.
• « Calque » : entrez le nom du calque de dessin des nouveaux objets dans cette zone ou sélectionnez-le dans la liste des calques
existants après avoir cliqué sur le bouton .
• « Couleur du calque » : utilisez cet élément du dialogue pour choisir la couleur de création du calque de dessin. Si le calque
existe déjà, sa couleur ne sera pas modifiée.
 « Calque courant » : cochez cette case pour dessiner les nouveaux objets dans le calque courant.

REMARQUES :
 La gestion des fichiers de définition se fait de façon tout à fait classique, soit à l’aide du menu Fichier, soit à l’aide de la
barre d’outils. Il est ainsi possible :
- de créer un nouveau fichier de définition,
- d’ouvrir un fichier de définition existant en allant le rechercher sur le disque ou en le sélectionnant dans la liste des défini-
tions présentes dans le répertoire courant,
- d’enregistrer les modifications effectuées,
- de copier la définition actuellement chargée vers un autre fichier (enregistrer sous un autre nom),
- de quitter le dialogue.
 Par défaut, le répertoire courant est le répertoire de l’échelle du dessin.
 Lorsqu’un fichier est ouvert via le dialogue de sélection de fichier et que le dossier proposé par défaut est modifié, le dossier
contenant le fichier choisi devient alors le nouveau dossier courant. Seules les définitions présentes dans le nouveau dossier
courant sont affichées dans la liste jaillissante.
 Il n’est pas nécessaire d’enregistrer une définition pour pouvoir l’utiliser (construction de nouveaux objets ou conversion
d’objets existants) : si vous validez le dialogue et qu’une différence est trouvée entre la définition stockée sur le disque et
celle du dialogue, l’enregistrement vous sera proposé. En répondant « Non », vous indiquez que la définition existante ne
doit pas être réécrite mais que la version courante doit être utilisée pour le dessin.
 La première fois que la commande CovaHabMurCreer est exécutée, le dialogue est affiché. Les fois suivantes, le dernier
paramétrage est utilisé par défaut. Pour forcer l’affichage du dialogue, utilisez la commande +CovaHabMurCreer. A
l’inverse, la commande –CovaHabMurCreer n’affiche jamais le dialogue mais demande le nom du fichier de définition à
utiliser sur la ligne de commandes.

140 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.6.2. Dessin et conversion

Une fois le dialogue de paramétrage du dessin validé ou le fichier de définition spécifié, le nom du fichier courant ainsi que la largeur
d’objet courante vous sont rappelés sur la ligne de commande :
Le fichier de définition courant est 'Mur_Grille_G.dmu'.
La largeur courante est 0.5000 m.

Vous êtes ensuite invités à saisir le point de départ de l’objet (sur la courbe génératrice) ou à choisir l’une des options disponibles :
Point de départ ou [Largeur/Convertir/Paramètres] :
• « Largeur » : pour changer la largeur de l’objet à dessiner.
• « Convertir » : pour sélectionner les entités qui doivent être converties en objets murs / haies. Les objets autorisés sont les
lignes, les polylignes, les arcs, les cercles et les objets murs / haies. Dans ce dernier cas, il ne s’agit pas d’une conversion,
mais d’un remplacement de la définition des objets par la définition courante, la largeur des objets modifiés pouvant être
conservée. Le choix des objets à convertir se fait soit par une sélection graphique à l’écran, soit par une sélection de calques
(option à spécifier lors de la demande de sélection des objets).
• « Paramètres » : vous permet de revenir au dialogue de définition des objets.

Une fois le premier point saisi, un nouveau message d’invite est affiché :
Point suivant ou [Arc/Paramètres] :
• « Arc » : pour passer en mode de saisie d’arcs (voir plus loin).
• « Paramètres » : vous permet de revenir au dialogue de définition des objets.

A partir du second point, une nouvelle option est ajoutée :


Point suivant ou [Arc/Paramètres/annUler] :
• « annUler » : pour supprimer le segment précédemment construit.

Lorsqu’il y a plus de deux points, la fermeture de l’objet est proposée :


Point suivant ou [Arc/Paramètres/Clore/annUler] :
• « Clore » : pour effectuer la fermeture de l’objet.

Lorsque l’option « Arc » est sélectionnée, le programme passe en mode de saisie d’arcs, vous demandant par défaut d’indiquer le
point final de l’arc à construire (début de l’arc tangent au segment précédent) :
Extrémité de l'arc ou [Second point/Ligne/Paramètres/Clore/annUler] :
• « Second point » : pour ne pas tenir compte de la direction de tangence de départ et construire l’arc par trois points. Vous
devez alors indiquer un point intermédiaire sur l’arc, puis le point final.
• « Ligne » : pour repasser en mode de saisie de segments droits.

Pour terminer la saisie, tapez sur la touche <Entrée> ou utilisez l’option « Clore » si l’objet doit être fermé.

REMARQUES :
 La représentation graphique des objets murs/haies étant faite par décalage de la courbe génératrice, il faut veiller à ne pas
faire s’intersecter des segments.
 Pour les commandes de COVADIS utilisant la liste des segments visibles (cotation de surface, division de surface, cumul
d’aires, etc.), les objets murs/haies fournissent leur enveloppe entière. Ainsi, pour un mur, les segments des deux côtés et des
lignes de fermeture sont renvoyés aux commandes. Dans le cas d’un objet fermé, les deux contours (externe et interne) sont
fournis.
 Les objets murs/haies sont dérivés des polylignes allégées d’AutoCAD®. Ainsi, de nombreuses commandes peuvent leur être
appliquées (prolongement, ajustement, coupure, étirement, édition de polyligne, …).

141 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.6.3. Menus contextuels

Deux types de menus contextuels sont disponibles (en général en cliquant avec le bouton droit de la souris) :
• le menu contextuel après sélection, affiché lorsqu’un ou plusieurs objets sont déjà sélectionnés,
• les menus contextuels des poignées, affichés lorsque une poignée spéciale (ronde et de couleur verte avant surbrillance) d’un
objet est sélectionnée (mise en surbrillance, de couleur rouge par défaut).
Ces menus donnent accès à des commandes permettant de traiter le raccordement des objets murs/haies avec des segments droits,
ainsi qu’une commande de conversion des objets en polylignes.

1. Menu contextuel après sélection


Ce menu apparaît lors d’un clic droit avec la souris et à condition qu’au moins un objet
soit déjà sélectionné (poignées visibles). Les différentes options disponibles sont montrées
dans l’exemple ci-contre. Certaines seront désactivées en fonction des circonstances.
• « Aligner le début avec un segment » : cette option n’est disponible que si un seul
objet mur/haie non fermé est sélectionné. Elle permet d’aligner le début de l’objet
(génératrice + côté opposé par exemple) avec un segment droit existant. Vous devez
pour cela simplement sélectionner le segment droit à prendre en compte, le programme
se chargeant de calculer l’angle nécessaire pour réaliser l’alignement.
• « Aligner la fin avec un segment » : comme pour la précédente,
cette option n’est disponible que si un seul objet mur/haie non fermé
est sélectionné. Elle permet d’aligner la fin de l’objet avec un
segment droit existant.
• « Supprimer l’inclinaison de début » : cette option permet de
supprimer un alignement effectué au début de l’objet et de remettre son extrémité de départ perpendiculaire à la génératrice.
• « Supprimer l’inclinaison de fin » : cette option permet de supprimer un alignement effectué à la fin de l’objet et de remettre
son extrémité de fin perpendiculaire à la génératrice.
• « Inverser le côté / génératrice » : cette option permet de changer le côté de dessin de l’objet par rapport à sa génératrice. Par
exemple, si la génératrice est à droite et l’autre côté à gauche, l’inversion ne changera pas les caractéristiques géométriques de
la génératrice, mais celle-ci se retrouvera à gauche et l’autre côté construit par décalage à droite. Cela ne fonctionne bien
évidemment pas si la génératrice est au centre.
• « Convertir en polyligne(s) 2D » : cette option permet de transformer les objets murs/haies sélectionnés en polylignes 2D. Les
informations de symbolique sont bien entendu perdues.
• « Associer un état de terrain » : permet de choisir un état de terrain du dessin et de l’associer à l’objet afin de le représenter
en 3D au-dessus du MNT définissant l’état de terrain. La représentation en 3D n’est possible que si une hauteur non nulle est
affectée à l’objet.

2. Menus contextuels des poignées


Lorsqu’un objet mur/haie non fermé est sélectionné, des poignées « normales » apparaissent sur la
courbe génératrice, ainsi que deux autres poignées rondes de couleur verte.
Comme pour des poignées classiques, un clic sur l’une d’elles permet de la mettre en surbrillance
(couleur rouge par défaut) et un clic droit fait apparaître l’un des deux menus ci-contre, dépendant de
la position de la poignée choisie (au début ou à la fin de l’objet).
Les fonctions associées aux options des deux menus sont identiques à celles vues précédemment pour le menu contextuel après
sélection d’un objet. L’intérêt de ces menus est simplement qu’il n’est pas nécessaire de savoir où se trouvent le début et la fin de
l’objet pour effectuer ou supprimer un alignement : la sélection de la poignée concernée est suffisante.

REMARQUES :
 Les alignements ne sont possibles qu’avec des courbes non fermées.
 Les distances d’allongement et de rétrécissement des segments de début et de fin d’un objet sont limitées. Elles ne pourront
pas dépasser la largeur de l’objet ni la moitié de la longueur du segment modifié.

142 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.6.4. Modification des propriétés

Comme pour toute entité AutoCAD®, il est possible de modifier les propriétés d’un
objet mur/haie en effectuant un double clic sur sa représentation graphique.
En plus des caractéristiques principales de l’entité (groupe « Général »), vous
pouvez modifier la quasi-totalité des propriétés de l’objet.
Il n’est en effet pas possible de changer la définition utilisée pour la création d’un
objet via cette interface. Si vous désirez remplacer la définition actuelle d’un objet
par une autre, utilisez l’option « Convertir » de la commande de dessin des objets
vue précédemment.

143 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.7. DESSIN DES LIMITES

Cette option du menu Habillage vous permet de choisir une symbolique de limites à appliquer à des objets linéaires.
Le choix du modèle se fait à l’aide du dialogue de sélection
par images d’AutoCAD® comme le montre l’exemple ci-
contre.
Pour sélectionner un type de limite, cliquez sur son nom ou
sur son image puis sur le bouton « OK », ou cliquez
directement deux fois sur le nom ou l’image.
Tous les modèles proposés utilisent la symbolique linéaire
pour matérialiser les limites. Reportez-vous au paragraphe
VIII.13 plus loin dans ce chapitre pour une description
complète de cette fonction.
Les caractères <C>, <D> et <G> affichés après les noms de
limites indiquent si la symbolique est Centrée ou dessinée à
Droite ou à Gauche de l’entité de base (objet habillé par la
symbolique).

Le dessin ci-dessous vous montre les différentes limites proposées par COVADIS :

Subdivision fiscale

Parcelle

Lieu-dit

Section cadastrale

Feuille cadastrale

Commune

Département

Etat

144 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.8. DESSIN DES CLÔTURES

Cette option du menu Habillage vous permet de choisir une symbolique de clôture, de haie ou de mur à appliquer à des objets
linéaires.
Le choix du modèle se fait à l’aide du dialogue de sélection
par images d’AutoCAD® comme le montre l’exemple ci-
contre.
Pour sélectionner un type de clôture, cliquez sur son nom ou
sur son image puis sur le bouton « OK », ou cliquez
directement deux fois sur le nom ou l’image.
La plupart des modèles proposés utilisent la symbolique
linéaire pour matérialiser les clôtures. Reportez-vous au
paragraphe VIII.13 plus loin dans ce chapitre pour une
description complète de cette fonction.
Seuls les murs simples et avec grille utilisent un autre mode
de paramétrage et seront décrits plus loin.
Les caractères <D> et <G> affichés après les noms de limites
indiquent si la symbolique est dessinée à Droite ou à
Gauche de l’entité de base (objet habillé par la symbolique).

Le dessin ci-dessous vous montre différentes clôtures (autres que les murs simples et à grille) proposées par COVADIS :

Clôture légère

Haie simple

Haie vive

Haie de largeur 1m

Ligne d’arbres

Mur de soutènement

145 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.8.1. Mur simple

Cette option permet de symboliser les murs simples à l’aide de hachures AutoCAD ® ou de traits parallèles.
L’ensemble des paramètres permettant de définir un mur simple est contenu dans
un fichier texte (ASCII) à l’extension ‘sym’.
Un éditeur a été intégré à COVADIS pour vous permettre de gérer ces
paramètres.
Deux possibilités existent pour activer l’éditeur :
• Sélectionnez l’option « Dessin des clôtures » dans le sous-menu
Habillage, puis optez pour l’image « Mur simple ».
• Tapez COVAMURSIMP dans la ligne de commandes d’AutoCAD®.
Le nom du fichier de la configuration courante est affiché dans la barre de titre
de la fenêtre ; le caractère « * », éventuellement présent après le nom, indique
que le fichier a été modifié depuis le dernier enregistrement.
Au démarrage, l’éditeur affichera toujours le dernier fichier de configuration lu.
L’éditeur peut être décomposé en trois zones principales : la barre de menus, la
barre d’outils et la zone de visualisation du paramétrage.

VIII.8.1.1. Le menu Fichier

Ce menu est utilisé pour la gestion de fichier de paramétrage de mur simple : création, ouverture,
enregistrement.
Les différentes options du menu sont décrites ci-dessous :
• « Nouveau » : permet de créer un nouveau paramétrage.
• « Ouvrir… » : permet de charger un fichier de paramétrage existant grâce à la boîte de dialogue de
sélection des fichiers.
• « Enregistrer » : permet de sauvegarder les modifications effectuées dans le paramétrage sous le nom de fichier courant.
• « Enregistrer sous… » : permet de sauvegarder le paramétrage courant sous un autre nom ou à un autre emplacement sur le
disque.

REMARQUE :
Si le paramétrage courant a été modifié mais n’est pas sauvegardé lorsqu’une des options « Nouveau », « Ouvrir… » et
« Quitter » est sélectionnée, une boîte de dialogue vous propose d’effectuer une sauvegarde ou d’annuler.

146 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.8.1.2. La barre d’outils

La barre d’outils est constituée de boutons permettant d’accélérer l’accès aux commandes principales du menu.
Sur chaque bouton est dessinée une icône symbolisant la commande associée. Lors du passage de la souris sur une icône, un message
(info bulle) est affiché pour rappeler la fonction du bouton.

Création d’un nouveau fichier de configuration


Ce bouton permet de créer un nouveau paramétrage. Une confirmation de l’enregistrement du paramétrage
courant est demandé dans le cas où des modifications non enregistrées auraient été effectuées.

Ouverture d’un fichier de configuration


Ce bouton correspond à l’option « Ouvrir » du menu Fichier. La boîte de dialogue de sélection de fichier est affichée pour
vous permettre de choisir le fichier de paramétrage à ouvrir.

Sauvegarde du fichier de configuration courant


Ce bouton permet d’enregistrer le paramétrage courant sur le disque (identique à l’option « Enregistrer » du menu
Fichier).

Sauvegarde du fichier de configuration courant sous un autre nom


Ce bouton permet d’enregistrer le paramétrage courant sous un autre nom sur le disque (identique à l’option « Enregistrer
sous… » du menu.

Fermeture du dialogue d’édition


Ce bouton permet de fermer le dialogue d’édition. Une confirmation de l’enregistrement du paramétrage courant est
demandée si celle-ci est modifiée et non enregistrée.

VIII.8.1.3. Le paramétrage

VIII.8.1.3.1. Les paramètres de dessin


Ils concernent :
• « Largeur du mur » : spécifiez la largeur réelle du mur dans la Exemple avec hachures
zone de saisie. Objet de base

• « Ecart entre les traits » : ce paramètre vous permet d’indiquer Ligne de


la distance (en millimètres) entre deux traits de hachures fermeture
Côté opposé
consécutifs ou entre deux insertions consécutives du bloc. Il est
activé uniquement si vous optez pour un mur simple sans
hachures ou si le type de hachures choisi est « Utilisateur
Exemple avec insertions de blocs
simple » ou « Utilisateur croisé » (paragraphe VIII.8.1.3.2). Ligne de
fermeture
• « Dessiner le côté opposé » : si cette option est cochée, le
côté opposé du mur sera dessiné dans le même calque que l’objet
de base de la construction.
• « Conserver les lignes de fermetures » : cochez cette case
pour conserver les lignes de fermetures entre l’objet de base et
l’objet issu du décalage. Les lignes de fermeture sont dessinées dans le même calque que l’objet de base.

REMARQUE :
Dans le cas d’un hachurage, validez les options « Dessiner le côté opposé » et « Conserver les lignes de fermetures »
pour que l’associativité soit active.

147 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.8.1.3.2. Le remplissage du mur


La case « Utiliser des hachures pour le remplissage » détermine le type de remplissage du mur.
Si l’option est cochée, la symbolique sera dessinée à l’aide d’un hachurage AutoCAD ®, sinon le bloc GeoPenc1 sera positionné le
long de l’objet de base pour matérialiser le mur.
Sélectionnez un type de motif :
• « Modèle prédéfini » : le motif est à choisir dans la liste « Motif ».
• « Utilisateur simple » : les hachures sont représentées par des traits parallèles (motif ANSI31 d’AutoCAD®).
• « Utilisateur croisé » : les hachures sont représentées par un quadrillage.
Sélectionnez dans la liste « Motif » le modèle prédéfini. Celui-ci est affiché dans la zone de prévisualisation.
Sélectionnez une échelle pour le motif, et un angle de hachurage.
Cochez la case « / Côté 1 » pour indiquer que l’angle de hachurage est relatif au premier côté du mur.

VIII.8.1.3.3. Calque des traits ou des hachures


Précisez dans la zone de saisie « Nom » le nom du calque de dessin du hachurage ou des traits. Vous pouvez cliquer sur le bouton
pour sélectionner le calque dans la liste des calques définis dans le dessin courant.
Utilisez la liste « Couleur » pour choisir la couleur de création du calque de dessin. Si le calque existe déjà, sa couleur ne sera pas
modifiée.
Cochez la case « Calque courant » pour dessiner le mur simple dans le calque courant.

VIII.8.1.4. Application de la symbolique

Une fois le paramétrage validé en cliquant sur le bouton « OK » du


Utilisation de l’option ‘proJections’
dialogue, le programme vous demande de sélectionner un objet de base
(côté du mur levé sur le terrain) ou de choisir l’une des deux options P4
proposées : Points projetés

Entité pour le mur simple ou [Paramètres/proJections] :


L’option Paramètres vous permet de revenir au dialogue de
paramétrage alors que l’option proJections permet de dessiner des murs
en projetant perpendiculairement des points sur une entité de base (voir P3

plus bas).
P1
Une fois le premier côté du mur indiqué, il vous suffit de pointer dans la
direction de dessin du côté opposé. Le mur est alors symbolisé en P2

fonction du paramétrage effectué.


Si l’option proJections a été choisie, vous devez tout d’abord
sélectionner l’entité sur laquelle seront faites les projections, puis les
différents points à projeter. Pour chaque point, vous devrez indiquer le
côté de décalage du mur à moins que l’option Centrer ait été spécifiée. Objet de base

148 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.8.2. Mur à grille

Cette fonction permet de symboliser les murs à grille.


Le dialogue ci-contre montre un exemple de paramétrage.
• « Calque de dessin » : entrez dans cette zone de saisie le nom
du calque de dessin de l’entité matérialisant la grille. Vous
pouvez également cliquer sur le bouton pour sélectionner le
calque dans la liste des calques définis dans le dessin courant.
• « Couleur de dessin » : utilisez cet élément du dialogue pour
choisir la couleur de création du calque de dessin. Si le calque
existe déjà, sa couleur ne sera pas modifiée.
• « Largeur du mur » : spécifiez la largeur réelle du mur dans
cette zone de saisie.
• «  Dessiner les lignes de fermeture aux extrémités » :
cochez cette case pour conserver les lignes de fermeture entre l’objet de base et l’objet issu du décalage. Les lignes de fermeture
sont dessinées dans le même calque que l’objet de base, comme l’entité décalée matérialisant l’autre côté du mur.

Le menu « Fichier » permet de gérer différents fichiers de paramétrage.


Les combinaisons de touches à la droite des options indiquent que ces options sont accessibles via des
raccourcis clavier. Ainsi, si vous tapez la combinaison <Contrôle+O>, le dialogue d’ouverture d’un fichier
de configuration sera affiché.
• « Nouveau » : crée un nouveau fichier de configuration avec les paramètres par défaut. Si la
configuration courante a été modifiée, il vous sera demandé si elle doit être enregistrée.
• « Ouvrir… » : permet de sélectionner sur le disque le fichier de configuration à ouvrir.
Les fichiers de configuration sont généralement enregistrés dans le sous-répertoire de
l’échelle courante (\200 par exemple), et ont l’extension ‘syg’.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour enregistrer les modifications apportées
à la configuration courante. Si aucun nom n’a encore été affecté à cette configuration
(SansNom.syg), c’est l’option suivante qui doit être utilisée.
• « Enregistrer sous… » : cette option permet d’enregistrer la configuration courante tout en spécifiant le nom du fichier à créer
ainsi que l’emplacement où il doit être enregistré.
• « Quitter » : termine le dialogue de gestion des configurations. Si la configuration courante a été modifiée, il vous sera demandé
si elle doit être sauvegardée. Exemple de mur à grille
Objet de base

Une fois le paramétrage validé en cliquant sur le bouton « OK » du Ligne de Ligne de


fermeture fermeture
dialogue, le programme vous demande de sélectionner un objet de
Côté opposé
base (côté du mur levé sur le terrain), puis de pointer dans la direction
de dessin du côté opposé.

149 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.9. DESSIN DES RÉSEAUX

Cette option du menu Habillage vous permet de choisir une symbolique pour représenter les linéaires des réseaux d’assainissement,
d’électricité et du téléphone.
Le choix du modèle se fait à l’aide du dialogue de sélection
par images d’AutoCAD® comme le montre l’exemple ci-
contre.
Pour sélectionner un type de réseau, cliquez sur son nom ou
sur son image puis sur le bouton « OK », ou cliquez
directement deux fois sur le nom ou l’image.
Tous les modèles proposés utilisent la symbolique linéaire
pour matérialiser les réseaux. Reportez-vous au paragraphe
VIII.13 plus loin dans ce chapitre pour une description
complète de cette fonction.

Le dessin ci-dessous vous montre les différentes symboliques de réseaux proposées par COVADIS :

Ass. eaux usées

Ass. eaux pluviales

Ass. réseau unitaire

Electricité B.T.

Electricité M.T.

Electricité H.T.

Electricité T.H.T.

Téléphone aérien

Téléphone souterrain

150 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.10. AUTRES SYMBOLIQUES

Cette option du menu Habillage vous permet de choisir une symbolique pour effectuer diverses représentations.
Le choix du modèle se fait à l’aide du dialogue de sélection
par images d’AutoCAD® comme le montre l’exemple ci-
contre.
Pour sélectionner un modèle, cliquez sur son nom ou sur son
image puis sur le bouton « OK », ou cliquez directement
deux fois sur le nom ou l’image.
Tous les modèles proposés utilisent la symbolique linéaire.
Reportez-vous au paragraphe VIII.13 plus loin dans ce
chapitre pour une description complète de cette fonction.

Le dessin ci-dessous vous montre différentes symboliques diverses proposées par COVADIS :

Bord de fossé

Haut de talus

Crête de talus

Bordure de trottoir

Passage piétons

Amorce de bâtiment

Bâtiment

Ruine

Feeder

Glissière de sécurité

Triangles

Carrés

151 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.11. MURS PROJETÉS

Le but de cette commande du menu Habillage de COVADIS 2D est de dessiner des


murs en indiquant une polyligne de projection.
Points projetés P4
Le programme demande, en premier lieu, de sélectionner la polyligne de projection :
Selectionner la ligne de base pour la projection :
P3
Il est ensuite possible de changer la largeur du mur :
P1
Préciser la largeur du mur (m) <0.2000> : P2

La commande entre alors dans une boucle de saisie demandant d’indiquer un point afin
Polyligne de projection
de construire un mur. La sortie se fait par la touche <Echap> :
Point extrémité du mur :

VIII.12. SYMBOLE D’APPARTENANCE DES MURS

Le but de cette commande du menu Habillage de COVADIS 2D est d’automatiser le dessin des symboles pour les murs mitoyens
et privatifs.
Le programme affiche cette invite en ligne de commande :
Mur Mitoyen : Sélectionnez le segment ou [priVatif/Paramètres] :

Lorsque vous sélectionnez un segment, le programme recherche (cas du mur mitoyen) l’autre coté du mur et place le symbole à
l’intérieur et au milieu du mur. Le symbole est perpendiculaire au mur.
Vous pouvez changer de mode en tapant la lettre V. L’affichage devient :
Mur Privatif : Sélectionnez le segment ou [Mitoyen/Paramètres] :

Une fois que vous avez sélectionné le segment, le programme


demande le coté où sera dessiné le symbole :
Indiquez le coté de dessin :

COVADIS redemande de saisir un segment. La sortie de la boucle


s’effectue par la touche <Echap>.
Vous avez accès aux paramètres en tapant la lettre P, ce qui affiche
la fenêtre ci-contre.
Pour chacun des types de murs vous pouvez choisir le symbole, le
calque de dessin, la couleur de création de ce calque ou opter pour le
calque courant. Les boutons de sélection des symboles et calques
utilisent les boîtes de dialogue classiques de COVADIS.
La validation des modifications des paramètres est réalisée par le
bouton <OK>.

Exemple de mur mitoyen Exemple de mur privatif

152 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.13. SYMBOLIQUE LINÉAIRE

Cette fonction permet de sélectionner une définition de symbolique linéaire et de l’appliquer à un ou plusieurs objets sélectionnés
manuellement ou par calque.

Une symbolique linéaire est toujours appliquée à un objet de base (ligne, polyligne, arc, cercle, ellipse ou spline) et peut être
associative ou non. Dans tous les cas les seules modifications possibles sur cet objet sont un changement de type de ligne ou
d’épaisseur : il ne sera jamais déplacé ou décalé, et encore moins effacé.
Différents objets peuvent composer la représentation graphique d’une symbolique linéaire :
• un ou plusieurs objets de même type que l’entité de base, créés par décalage par exemple,
• un ou plusieurs objets de type différent : par exemple le décalage d’une spline donne une ellipse, ou pour appliquer une épaisseur
à une ligne il faut obligatoirement dessiner une polyligne 2D,
• des insertions de blocs : si des symboles doivent être positionnés régulièrement le long de l’entité de base,
• d’autres symboliques linéaires (dites « complémentaires »).

Exemple de symbolique : l’amorce de bâtiment

Insertions de blocs
Nouvel objet = entité de base
Entité de base
décalée puis épaissie
Périodicité des symboles
Décalage Epaisseur

REMARQUE :
A un même objet ne peut être associée qu’une seule symbolique linéaire.

Les fichiers de définition des symboliques linéaires sont automatiquement et uniquement recherchés dans le répertoire principal de
l’échelle courante (le premier dans la liste s’il y en a plusieurs).
Le dernier fichier de définition vous est automatiquement proposé par défaut.
Le paramétrage de la fonction s’effectue à l’aide du
dialogue montré en exemple ci-contre. Celui-ci est
divisé en deux groupes de paramètres : l’un pour la
définition de symbolique linéaire à appliquer,
l’autre pour les objets à traiter.

1. Définition de symbolique à utiliser


• « Description » : cette zone vous indique la
description de la symbolique courante. Cette
description est une chaîne de caractères initia-
lisée lors de la définition de la symbolique (voir
le paragraphe VIII.15.1).
• « Fichier » : le nom du fichier de définition de
la symbolique linéaire vous est rappelé dans
cette zone. Le bouton vous permet d’ac-
céder directement au dialogue de modification
de la définition de la symbolique courante. Ce
dialogue est décrit en détail au paragraphe VIII.15.1.
 « Indiquer le côté de dessin de la symbolique » : cette option n’est proposée que si elle a été cochée lors de la définition de
la symbolique et que si l’entité de base doit être décalée pour créer un nouvel objet ou que les symboles doivent être construits
en fonction du côté de dessin.
 « Activer l’associativité » : cochez cette case si vous désirez que la symbolique dessinée soit associative. Dans ce cas, si l’entité
de base est éditée (déplacement de l’objet ou de l’un de ses sommets, lissage, copie, coupure, …), la symbolique sera
automatiquement redessinée, et, d’autres symboliques pourront également être créées s’il s’agit, par exemple, d’une copie ou
d’une coupure de l’entité de base.

153 Dessin assisté


HABILLAGE

Si vous cliquez dans la zone


d’affichage des clichés représen-
tant les symboliques linéaires, un
nouveau dialogue apparaîtra pour
vous permettre de sélectionner une
autre définition.
La liste à gauche contient les
descriptions des définitions de
symboliques linéaires trouvées
dans le répertoire principal de
l’échelle courante. Il est possible
de visualiser les noms des fichiers
en faisant glisser la barre de
défilement horizontale vers la
droite.
Les clichés représentant les sym-
boliques sont affichés dans les
seize zones graphiques. S’il n’y a
pas de cliché pour une symboli-
que, une croix rouge sur fond
blanc sera affichée. Les fichiers
clichés doivent être placés dans le
même répertoire que les fichiers de définition pour être pris en compte par le programme.
Pour sélectionner une définition de symbolique linéaire, vous pouvez cliquer sur sa description ou sur son image, puis sur le bouton
« OK ». Vous pouvez aussi directement cliquer deux fois dans la liste ou sur une image.
Les déplacements dans les images peuvent être effectués à l’aide des boutons suivants :
: Affiche les seize premières définitions de symboliques dans les éléments de prévisualisation.
: Revient au groupe des seize définitions précédentes.
: Sélectionne la définition de symbolique précédente.
: Sélectionne la définition de symbolique suivante.
: Passe au groupe des seize définitions suivantes.
: Affiche les seize dernières définitions de symbolique (ou moins) dans les éléments de prévisualisation.

2. Choix des objets


Ce groupe de paramètres permet de définir le mode de sélection des entités de base sur lesquelles la symbolique linéaire courante
doit être appliquée.
«  Sélectionner manuellement les entités à traiter » : si cette option est cochée, les entités de base seront obligatoirement
sélectionnées manuellement (graphiquement), une par une ou plusieurs à la fois en fonction de l’option choisie :
 « Une par une » : après chaque sélection d’entité, la symbolique linéaire est appliquée.
 « Plusieurs à la fois » : la symbolique n’est appliquée qu’après appui sur la touche <Entrée> à la demande d’un choix d’objet
(si au moins une entité valide a été sélectionnée).
La case à cocher «  Ne prendre en compte que les entités du calque » n’est valide que si l’option précédente a été validée.
Elle vous permet d’indiquer le nom du calque dans lequel doivent obligatoirement se trouver les entités de base à prendre en compte
pour appliquer la symbolique linéaire.
Si l’option «  Sélectionner manuellement les entités à traiter » n’est pas cochée, c’est qu’une sélection par calque doit être faite.
Dans ce cas, le groupe de paramètres est légèrement modifié
(voir l’exemple montré ci-contre). L’option libellée « 
Traiter toutes les entités du calque » doit alors être
cochée et un nom de calque indiqué dans la zone de saisie
pour que le traitement puisse être effectué.

REMARQUE :
Reportez-vous aux paragraphes VIII.15 et suivants pour de plus amples informations sur la définition et la gestion des
symboliques linéaires.

154 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.14. MODIFICATION DE POLYLIGNES

Cette fonction permet de traiter simultanément un ensemble de polylignes choisies pour effectuer les modifications suivantes :
• ouverture des polylignes fermées (option Ouvrir de la commande PEDIT),
• fermeture des polylignes ouvertes (option Clore de PEDIT),
• lissage des polylignes (option Lissage de PEDIT),
• lissage spline des polylignes (option Pspline de PEDIT),
• retrouver les segments d’origine des polylignes (option Retrouver de PEDIT),
• donner une épaisseur constante aux polylignes (option Epaisseur de PEDIT),
• modifier le drapeau de génération des types de lignes pour les polylignes (option Typelign gen de PEDIT),
• inverser le sens de description des polylignes,
• donner une altitude constante à tous les sommets des polylignes,
• transformer des polylignes lissées avec l’option Pspline en entités de type SPLINE.
Cette fonction a été principalement implémentée pour le traitement des polylignes 2D (commande POLYLIGN dans AutoCAD®).
En effet, les options Lissage, Epaisseur et Typelign gen ne sont pas disponibles avec la commande PEDIT lorsqu’une polyligne
3D (construite avec la commande 3DPOLY) a été sélectionnée.
Si vous tentez tout de même d’effectuer ces opérations sur des polylignes 3D, des messages d’erreurs apparaîtront.
Selon la valeur de l’option «  Autoriser les sélections composées (objets + calques) » décrite au paragraphe I.1.2.4 du
chapitre UTILISATION, le programme vous demandera :
Sélectionnez les objets à traiter ou [caLques] :
ou
Sélectionnez les objets à traiter <Entrée = calque(s)> :
Choix des objets:
pour vous permettre de choisir manuellement les polylignes à traiter ou de traiter toutes les polylignes contenues dans un ou plusieurs
calques. Le premier mode de sélection vous permet même de combiner des sélections manuelles et par calques.
Si au moins une polyligne est déjà sélectionnée avant d’exécuter la commande (elle doit donc avoir ses poignées affichées), il ne
vous sera pas demandé de choisir d’autres objets, les polylignes actuellement sélectionnées étant directement prises en compte pour
le traitement.
Les trois lignes d’options suivantes sont affichées si au moins une polyligne a été sélectionnée, pour vous proposer les différentes
possibilités de traitement :
Choisissez une option :
[Ouvrir/Clore/Lissage/Pspline/Retrouver/Epaisseur/TypelignGen/Inverser/Altitude/
transFormer en spline/Sortir] <Sortir> :
Tapez la lettre de l’option désirée puis appuyez sur la touche <Entrée> pour exécuter les modifications sur les polylignes choisies.
L’option Sortir permet de terminer la fonction après que les différents traitements aient été effectués.

155 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.15. SYMBOLIQUE LINÉAIRE : OUTILS

Ce sous-menu du menu Habillage vous propose différentes fonctions pour la définition et la gestion
des symboliques linéaires.

VIII.15.1. Définition des symboliques


Cette fonction permet
de définir les symbo-
liques linéaires à
partir d’un dialogue à
onglets.

VIII.15.1.1. La gestion des fichiers

La gestion des fichiers de définition peut être effectuée à l’aide d’un menu ou d’une barre d’outils.
Les combinaisons de touches à la droite des options indiquent que ces options sont accessibles via des
raccourcis clavier. Ainsi, si vous tapez la combinaison <Contrôle+O>, le dialogue d’ouverture d’un fichier
de définition sera affiché.
« Nouveau » : crée un nouveau fichier de définition avec les paramètres par défaut. Si la définition
courante a été modifiée, il vous sera demandé si elle doit être enregistrée.
« Ouvrir… » : permet de sélectionner sur le disque le fichier de définition à ouvrir.
Les fichiers de définition sont enregistrés dans le répertoire de l’échelle courante, et
ont l’extension ‘syl’.
« Enregistrer » : sélectionnez cette option pour enregistrer les modifications
apportées à la définition courante. Si aucun nom n’a encore été affecté à cette
définition (SansNom.syl), c’est l’option suivante qui doit être utilisée.
« Enregistrer sous… » : cette option permet d’enregistrer la définition courante tout en spécifiant le nom du fichier à créer.
« Quitter » : termine le dialogue de gestion des définitions. Si la définition courante a été modifiée, il vous sera demandé si
elle doit être sauvegardée.

156 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.15.1.2. Les paramètres généraux

La zone du dialogue
montrée en exemple ci-
contre regroupe les para-
mètres généraux.
Le cliché associé à la
symbolique linéaire est
affiché à droite dans un
élément sur lequel vous
pouvez cliquer pour choi-
sir une autre définition de
symbolique à charger à
l’aide du dialogue vu
précédemment au paragraphe VIII.13.

1. Informations générales
Ce groupe de paramètres vous permet d’indiquer une description pour la symbolique et de spécifier ses modes d’utilisation.
• « Désignation » : entrez dans cette zone de saisie le texte de description pour votre symbolique linéaire. C’est ce texte qui est
rappelé dans le dialogue de paramétrage du dessin ainsi que dans la liste des définitions lors d’une sélection (§ VIII.13).
 « Indiquer le côté de dessin des objets » : si cette case est cochée, il vous sera demandé le côté de dessin de la symbolique
pour chaque objet à habiller, à condition qu’il y ait réellement un décalage (copie décalée de l’entité de base) ou que l’option
suivante soit elle aussi validée.
 « Tenir compte du côté pour le dessin des symboles (facteur d’échelle en Y) » : si cette option est cochée, le facteur
d’échelle en Y des symboles sera positif si le Option cochée Option non cochée
dessin de la symbolique est fait à gauche de
l’objet de base, négatif sinon.
Cette option n’est active que si la précédente a Dessin à gauche
été cochée. Objet de base
Si elle n’est pas cochée, le facteur d’échelle en
Y des symboles sera toujours positif. Dessin à droite
Un exemple vous est donné ci-contre.
 « Mesurer les objets de base en 3D (si possible) » : cette option indique, si elle est cochée, que les entités de base vont être
mesurées en 3D, ce qui signifie que la distance entre deux symboles consécutifs sera mesurée le long de l’entité et non sur la
projection de l’entité sur un plan d’altitude constante. Bien entendu, cette option n’a de validité qu’avec des entités 3D telles que
les lignes, les splines et les polylignes 3D.
 « Insérer les symboles en 3D (si possible) » : si cette option est cochée, les altitudes d’insertion des symboles seront prises
sur l’entité de base, à condition bien sûr que l’entité de base soit une ligne en 3D, une spline ou une polyligne 3D. Il n’est pas
nécessaire que l’option précédente soit validée pour que celle-ci le soit.

2. Dessin de la symbolique
Ce groupe de paramètres vous permet d’indiquer si les objets matérialisant la symbolique (autres que l’entité de base) doivent :
 « Hériter des propriétés de l’objet de base » : le calque de dessin, le type de ligne, la couleur, l’épaisseur de ligne et style de
tracé de l’entité de base seront affectés à tous les autres objets composant la symbolique.
 « Hériter des propriétés courantes » : le calque de dessin, le type de ligne, la couleur, l’épaisseur de ligne et style de tracé
courants seront affectés à tous les autres objets composant la symbolique.
 « Utiliser en plus les propriétés suivantes » : si cette case est cochée, les objets composant la symbolique seront dessinés
dans le calque indiqué dans la zone d’édition. Si le calque n’existe pas lors du dessin de la symbolique il sera automatiquement
créé avec la couleur par défaut indiquée.

3. Unité d’affichage des valeurs


Ce groupe de paramètre vous permet de choisir entre un affichage en mètres terrain ou en millimètres papier (tenant compte de
l’échelle courante du dessin) pour les longueurs, les largeurs, les décalages, les périodicités et les abscisses de départ.

157 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.15.1.3. L’onglet ‘Entités Linéaires’

Cet onglet permet de


paramétrer le dessin des
nouvelles entités liné-
aires le long des entités
de base ou décalées, ainsi
que l’application d’un
type de ligne AutoCAD®
ou d’une épaisseur à
l’entité de base (si celle-
ci l’accepte).
 « Redessiner l’objet linéaire de base  nouvelle(s) entité(s) » : cette option vous permet d’indiquer si une nouvelle entité
linéaire (ou plusieurs) doit être dessinée ou non. Cette case doit obligatoirement être cochée si vous désirez par exemple :
 dessiner une entité parallèle à l’entité de base,
 appliquer un type de ligne alors que l’objet de base est une polyligne 3D,
 mettre une épaisseur alors que l’entité de base ne le permet pas,
 dessiner un type de ligne décomposé ou un tireté à l’aide de polylignes.
 « Utiliser le type de ligne AutoCAD » : cette option indique que le type de ligne affiché dans la liste jaillissante sera affecté
aux nouveaux objets linéaires. Si aucune entité de ce type n’a été demandée (case non cochée), le type de ligne pourra quand
même être appliqué à l’objet de base.
La liste jaillissante contient tous les types de lignes définis dans le dessin courant, ainsi que les types de lignes définis dans les
fichiers Acadiso.lin (dans le sous-répertoire \Support d’AutoCAD®) et Cova15.lin (dans le sous-répertoire \Support de
COVADIS). Les types de lignes utilisant des formes (shapes), des textes, ou un alignement de type autre que ‘A’ ne sont pas
proposés dans la liste.
L’option «  Activer la génération du type de ligne » vous permet d’activer ou non la génération des types de lignes pour
les nouvelles polylignes à créer ou pour l’entité de base si le type de ligne choisi lui est appliqué.
L’option «  Décomposer le type de ligne » n’est active que si un type de ligne non continu est choisi et que si l’option pour
redessiner l’entité de base a été cochée. Dans ce cas, plutôt que de dessiner une entité linéaire (ou plusieurs) avec le type de ligne
choisi, le programme dessinera une entité pour chacun des tirets du type de ligne.
 « Dessiner un tireté » : cette option n’est sélectionnable que si une ou plusieurs entités linéaires doivent être dessinées. Si elle
est choisie, alors la copie (décalée ou non) de l’entité de base sera composée de morceaux de polylignes dont les trois
caractéristiques sont données dans les zones de saisie prévues à cet effet : longueur des tirets, espacement entre deux tirets
consécutifs et abscisse curviligne de départ du premier tiret (qui peut être négative).
• « Largeur / décalage » : ce groupe de paramètres vous permet de spécifier la largeur à appliquer aux nouvelles polylignes
dessinées (ou à l’entité de base : voir plus bas), ainsi que le décalage de l’entité de base pour créer les nouvelles entités.
Une valeur négative indique que le décalage sera effectué vers la gauche par rapport au sens de parcours de l’entité de base.
Si une épaisseur est appliquée aux nouveaux objets linéaires, des polylignes 2D seront automatiquement créées quel que soit le
type de l’entité de base.
Les nouvelles entités créées par décalage de l’entité de base auront un type déterminé par le type de l’entité de base et par
l’application ou non d’une épaisseur :
Entité de base Décalage sans épaisseur Décalage avec épaisseur
Ligne Ligne Polyligne 2D
Arc Arc Polyligne 2D
Cercle Cercle Polyligne 2D
Polyligne 2D Polyligne 2D Polyligne 2D
Polyligne 3D Polyligne 3D Polyligne 2D
Ellipse Spline Polyligne 2D
Spline Spline Polyligne 2D
 « Appliquer le type de ligne à l’objet de base » : si cette option est cochée, le type de ligne indiqué dans la liste sera appliqué
à l’entité de base de la symbolique. Si la génération du type de ligne a été activée, l’information sera aussi stockée dans l’entité
de base. Bien entendu, cette option ne concerne pas les polylignes 3D.
 « Appliquer la largeur à l’objet de base » : cochez cette case pour que la largeur de trait soit appliquée à l’entité de base, à
condition que celle-ci soit une polyligne 2D.

158 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.15.1.4. L’onglet ‘Symboles’

Cet onglet permet de


paramétrer le dessin des
symboles le long de
l’entité linéaire de base
ou le long de sa parallèle
s’il y a un décalage.
Le titre de l’onglet vous
indique le nombre de
positionnements de sym-
boles sélectionnés par
rapport au nombre total. En effet, pour simplifier la mise au point des définitions de symboliques linéaires, vous pouvez activer ou
non les positionnements de symboles sachant que seuls les actifs seront pris en considération lors du dessin.
La majorité de l’espace est occupée par une liste à neuf colonnes permettant de paramétrer complètement les positionnements. Pour
modifier une valeur autre que le nom du symbole, il suffit de cliquer sur celle-ci, une zone d’édition apparaissant alors.
• « Symbole » : il s’agit du nom du symbole avec, à sa gauche, la case à cocher pour activer ou non son positionnement.
Lors de l’utilisation de la définition de symbolique, le symbole sera tout d’abord recherché dans le dessin courant et, s’il n’est
pas défini, le programme les recherchera dans les répertoires \Symboles Linéaires, \Générique et \Symboles 3D, et uniquement
dans ces répertoires.
• « Echelle X » : il s’agit du facteur d’échelle en X du symbole à positionner. La valeur ne peut être nulle ni négative.
• « Echelle Y » : il s’agit du facteur d’échelle en Y du symbole à positionner. La valeur ne peut être nulle ni négative.
• « Décalage X » : cette valeur vous permet de décaler le symbole par rapport à sa position théorique calculée à partir du numéro
de tiret ou de la périodicité et de l’abscisse de départ. Ce décalage peut être négatif (symbole rapproché vers le début de l’objet
de base) ou positif (symbole éloigné vers la fin de l’objet de base).
• « Décalage Y » : cette valeur vous permet de décaler le symbole vers la droite (si le décalage est positif) ou vers la gauche (si
le décalage est négatif) par rapport au sens de description de l’entité de base.
Le signe du décalage en Y pourra être inversé en fonction du côté de dessin de la symbolique, à savoir :
 si le décalage de l’entité de base est nul (pour créer de nouveaux objets linéaires), mais que les deux options «  Indiquer le
côté de dessin des objets » et «  Tenir compte du côté pour le dessin des symboles (facteur d’échelle en Y) » ont
été cochées,
 si le décalage de l’entité de base n’est pas nul et que l’option «  Indiquer le côté de dessin des objets » a été cochée.
• « N° tiret » : ce paramètre vous permet d’indi-
Type de ligne : GRILLE
quer la position du symbole par rapport au type
Définition : A,0.2,-0.2
de ligne appliqué à l’entité de base ou à une entité
parallèle (s’il y a décalage).
Alignement Tiret Espace
Le symbole sera automatiquement positionné au
milieu du tiret d’indice indiqué, en fonction de la Type de ligne seul
définition du type de ligne.
Par exemple, pour le type de ligne Grille Type de ligne avec symboles
sur le tiret numéro 1
composé d’un tiret et d’un espace, si le numéro
Type de ligne avec symboles
indiqué est 2, le symbole sera positionné au sur le tiret numéro 2
milieu de l’espace.
• « Périodicité » : cette valeur correspond à la distance entre les points d’insertion de deux symboles consécutifs. Elle n’est prise
en compte que lorsque le numéro de tiret est égal à zéro et ne peut pas être négative ou nulle.
• « Abscisse » : il s’agit de l’abscisse curviligne du point d’insertion du premier symbole le long de l’entité de base. La valeur
peut être positive, nulle ou négative. Le programme ne placera jamais de symbole avec son point d’insertion correspondant à
une abscisse curviligne négative ou supérieure à celle du dernier point de la courbe de base.
• « Rotation » : il est possible de faire tourner les symboles d’un angle quelconque compris entre 0.0 et 400.0 grades.
Pour changer un nom de bloc, sélectionnez la ligne à modifier dans la liste, entrez ensuite le nouveau nom pour le bloc dans la zone
de saisie ou cliquez sur le bouton pour le choisir à l’aide du dialogue de sélection des symboles (cf. paragraphe VII.2), puis
cliquez sur le bouton à icône pour mettre à jour la liste.
Le bouton vous permet d’ajouter une nouvelle ligne dans la liste. Si un élément est déjà sélectionné lorsque vous utilisez ce
bouton, toutes ses données seront automatiquement recopiées vers le nouvel élément.
Cliquez sur le bouton pour supprimer l’élément actuellement sélectionné dans la liste.

159 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.15.1.5. L’onglet ‘Autres Symboliques’

Cet onglet vous permet de


gérer l’utilisation des
symboliques complémen-
taires vous offrant ainsi la
possibilité de définir des
symboliques linéaires
composées à partir de
symboliques de base.
Le titre de l’onglet vous
indique le nombre de
symboliques complémentaires activées par rapport au nombre total. En effet, pour simplifier la mise au point des définitions de
symboliques linéaires, vous pouvez activer ou non les symboliques complémentaires sachant que seuls les actives seront prises en
considération lors du dessin.
La majorité de l’espace est occupée par une liste à trois colonnes permettant de paramétrer les symboliques complémentaires. Pour
modifier la valeur d’un décalage, il suffit de cliquer sur celle-ci, une zone d’édition apparaissant alors.
• « Symbolique complémentaire » : il s’agit du nom du fichier de définition de la symbolique complémentaire. Comme pour la
symbolique principale, ce fichier sera uniquement recherché dans le répertoire de l’échelle courante du dessin.
• « Décalage » : cette valeur correspond au décalage à effectuer avec l’entité de base pour créer une nouvelle entité de base
‘virtuelle’ sur laquelle sera appliquée la symbolique complémentaire.
Une valeur négative indique que la symbolique complémentaire sera dessinée à gauche de l’entité de base, une valeur positive
indiquant qu’elle sera dessinée à droite.
Le signe du décalage pourra être inversé en fonction du côté de dessin de la symbolique principale, à savoir :
 si le décalage de l’entité de base est nul (pour créer de nouveaux objets linéaires), mais que les deux options «  Indiquer le
côté de dessin des objets » et «  Tenir compte du côté pour le dessin des symboles (facteur d’échelle en Y) » ont
été cochées,
 si le décalage de l’entité de base n’est pas nul et que l’option «  Indiquer le côté de dessin des objets » a été cochée.
• « Description » : la chaîne entrée pour la description de la symbolique complémentaire est rappelée dans cette colonne.
Pour changer un nom de symbolique complémentaire, sélectionnez la ligne à modifier dans la liste, entrez ensuite le nouveau nom
pour la symbolique dans la zone de saisie ou cliquez simplement sur le bouton pour la choisir à l’aide du dialogue de sélection
des symboliques linéaires (cf. paragraphe VIII.13), puis cliquez sur le bouton à icône pour mettre à jour la liste.
Le bouton vous permet d’ajouter une nouvelle symbolique complémentaire dans la liste. Si un élément est déjà sélectionné
lorsque vous utilisez ce bouton, toutes ses données seront automatiquement recopiées vers le nouvel élément.
Cliquez sur le bouton pour supprimer l’élément actuellement sélectionné dans la liste.

VIII.15.1.6. L’onglet ‘Prévisualisation’

Cet onglet vous permet


d’avoir un aperçu de la
représentation graphique
de la symbolique linéaire
courante. Dans l’exemple
ci-contre les couleurs ont
été inversées pour une
meilleure représentation.

En bas à gauche de la zone graphique sont affichées les coordonnées du curseur lorsque celui-ci se trouve au-dessus de l’espace de
prévisualisation. Ces coordonnées sont toujours exprimées en millimètres avec le point de départ de l’entité de base comme origine.
L’élément libellé « Répét. » vous permet de spécifier le nombre de répétitions du modèle dans la zone de prévisualisation. La
longueur du modèle dépend de la périodicité de positionnement des symboles ainsi que la longueur du type de ligne utilisé.
Si la largeur du modèle est beaucoup plus grande que sa longueur, le programme ajustera automatiquement le nombre de répétitions
pour une meilleure visibilité de l’aperçu.
Le bouton à icône vous permet de créer automatiquement le cliché associé à la symbolique linéaire courante. Ce cliché est
divisé en deux parties : la partie graphique qui contient les mêmes informations que sur l’aperçu et la partie texte contenant la chaîne
de caractères de description de la symbolique, ou, s’il n’y a pas de description, le nom du fichier de définition.

160 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.15.2. Editer une symbolique

Cette fonction permet de modifier la définition de symbolique linéaire associative appliquée à une entité, puis de mettre à jour cette
entité ou de changer la définition de symbolique appliquée à une entité.
Sélectionnez tout d’abord l’entité de base sur laquelle la symbolique est appliquée ou n’importe quel autre objet de la symbolique :
Sélectionnez la symbolique à modifier :
Le dialogue de définition des symboliques linéaires est alors affiché, avec le fichier correspondant à la symbolique choisie (voir le
paragraphe précédent). Deux cas de figures peuvent se présenter :
1. Si la définition de la symbolique est modifiée, le programme vous
demandera si toutes les symboliques dessinées qui utilisent ce fichier de
définition doivent être mise à jour ou non.
Une réponse positive entraînera la mise à jour du dessin, alors qu’une
réponse négative indiquera que les modifications doivent être ignorées.
Dans ce cas, une incohérence temporaire existera entre le fichier de
définition de la symbolique et sa représentation graphique dans le dessin. Cette différence sera supprimée lors de l’utilisation de
la fonction de régénération des symboliques (voir plus loin) ou lors d’une mise à jour automatique en réaction à la modification
de l’entité de base (associativité).
2. Si une autre définition a été chargée dans le dialogue, le programme vous
demandera si la symbolique sélectionnée doit être remplacée par celle
chargée.
Cliquez sur le bouton « OK » pour valider le remplacement.

VIII.15.3. Remplacer des symboliques

Cette fonction permet de remplacer les symboliques associatives choisies par de nouvelles symboliques.
Les symboliques à modifier peuvent être sélectionnées en cliquant sur leur objet de base ou n’importe quel objet les composant.
Le message de sélection sur la ligne de commande vous permet aussi d’entrer deux options :
Sélectionnez les objets des symboliques à changer ou [TOutes/caLques] :
• « Toutes » : pour indiquer que toutes les symboliques actuellement dans le dessin doivent être prises en compte,
• « caLques » : pour indiquer que la sélection des symboliques à traiter doit être faite en sélectionnant les objets de base dans un
ou plusieurs calques.
Lorsque le choix est terminé, appuyez sur la touche <Entrée>. Le programme vous indique alors le nombre de symboliques
sélectionnées, ainsi que le nombre de définitions concernées :
Nombre de symboliques à modifier = 2 / 4
(2 définitions actuellement utilisées.)
Dans l’exemple ci-dessus, le dessin contient quatre symboliques linéaires, deux ont été sélectionnées pour être remplacées et elles
utilisent toutes les deux une définition différente.
Le dialogue de choix d’une symbolique est ensuite affiché pour vous permettre de sélectionner la symbolique de remplacement.
Validez ce dialogue pour effectuer la mise à jour des symboliques dans le dessin :
=> Nombre de symboliques modifiées = 2 / 2

161 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.15.4. Appliquer à partir d’un fichier

Cette fonction permet d’effectuer un traitement global des entités contenues dans un dessin et de leur appliquer des symboliques
linéaires, les différents traitements étant décrits dans un fichier texte.
Le fichier peut être placé n’importe où sur le disque mais doit posséder l’extension ‘asl’. Un fichier d’exemple vide vous est fourni
avec COVADIS dans le sous-répertoire \Config de l’installation.
Chaque ligne du fichier contient les informations sur un traitement à effectuer et est de la forme :
<Fichier><espace(s)><Calques><espace(s)><Associativité>
avec : <Fichier> = nom du fichier de définition de symbolique à appliquer, les différentes formes autorisées étant :
 Fichier (nom du fichier sans extension)
 Fichier.syl (nom du fichier avec extension)
 C:\Geo2000\200\Fichier.syl (nom complet du fichier)
 "Ma Définition" (nom du fichier sans extension, entre guillemets)
 "Ma Définition.syl" (nom du fichier avec extension, entre guillemets)
 "C:\Geo2000\200\Ma Définition.syl" (nom complet du fichier, entre guillemets)
<espace(s)> = un ou plusieurs espaces de séparation des données
<Calques> = nom du ou des calques des entités de base à traiter :
 Calque1 (un seul nom de calque)
 Calque1,Calque2,Calque3 (plusieurs noms de calques)
 "Premier Calque" (un seul nom de calque, entre guillemets)
 "Premier Calque,Second Calque" (plusieurs noms de calques, entre guillemets)
<Associativité> = drapeau d’activation de l’associativité ou non :
1 (associativité activée)
0 (associativité désactivée)

Soit par exemple :


Assep ObjetsDeBase1 1
Asseu.syl "Objets de Base 2" 1
"BordureTrottoir" "Objets de Base 3" 1
"Talus 2-1-2.syl" "Objets de Base 4" 0
"E:\Geo2000-3\200\TestTypeLigne.syl" "Objets de Base 5,Autres Objets" 1

Pour effectuer le traitement, sélectionnez le fichier d’automati-


sation à l’aide du dialogue montré en exemple ci-contre.
Des entités de base sont alors recherchées dans le ou les calques
indiqués, et, si le programme en trouve, il leur applique la
symbolique correspondante.

REMARQUE :
Les symboliques sont appliquées telles quelles sans tenir
compte de l’éventuelle demande du côté de dessin des objets.
Les symboliques doivent donc être définies vers la droite ou
vers la gauche (selon le résultat escompté) par rapport au sens
de levé des objets de base.

162 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.15.5. Dessiner la bibliothèque

Cette fonction permet de dessiner chaque modèle de symbolique linéaire défini pour l’échelle courante du dessin.
Il vous suffit de cliquer le point de départ pour le dessin (point haut gauche) pour obtenir un résultat similaire à celui montré en
exemple ci-dessous, les textes et objets de base étant dessinés dans le calque courant et le style courant étant utilisé pour les
descriptions (à gauche) et les noms des fichiers de définition (à droite).

VIII.15.6. Lister les symboliques

Cette fonction effectue le listing des différentes symboliques utilisées dans le dessin sous forme de tableau.
Un exemple vous est donné ci-dessous.
==============================================================================
TABLEAU RÉCAPITULATIF DES SYMBOLIQUES LINÉAIRES UTILISÉES
==============================================================================
Dessin : F:\Tests2000\Dessin1.dwg
Échelle : 1/200
Nombre : 5
==============================================================================
Nombre Fichier Description
------------------------------------------------------------------------------
5 AssEP.syl Assainissement Eaux Pluviales
3 AssEU.syl Assainissement Eaux Usées
4 BordureTrottoir.syl Bordure Trottoir
2 PassagePietons.syl Passage Piétons
2 PttA.syl Tél. aérien
==============================================================================

163 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.15.7. Mettre à jour une échelle

Cette fonction permet de mettre à jour la liste des fichiers de définition des symboliques linéaires pour une échelle donnée à partir
des définitions existantes pour une échelle de référence.
Le paramétrage s’effectue à partir du dialogue montré en
exemple ci-contre.
Le premier groupe de paramètres concerne l’échelle des
définitions à recopier :
• « Valeur de l’échelle » : sélectionnez dans cette liste
jaillissante l’échelle de référence pour la mise à jour.
Toutes les échelles définies (voir paragraphe I.1.1) sont
présentes, l’échelle courante étant proposée par défaut.
• « Nombre de définitions » : le nombre de fichiers de
définition de symboliques linéaires pour l’échelle de
référence vous est indiqué. Le bouton vous permet de
visualiser les différentes définitions à l’aide du dialogue
de sélection d’une symbolique linéaire (cf. § VIII.13).
• « Nom du répertoire » : le chemin d’accès au répertoire
où sont placés les fichiers de définition des symboliques linéaires vous est rappelé dans cette zone du dialogue.

Le second groupe de paramètres, quant à lui, concerne l’échelle des définitions à mettre à jour :
• « Valeur de l’échelle » : sélectionnez dans cette liste jaillissante l’échelle à mettre à jour. Toutes les échelles définies sauf
l’échelle de référence sont présentes dans la liste, l’échelle suivant l’échelle courante étant proposée par défaut.
• « Nombre de définitions » : le nombre de fichiers de définition de symboliques linéaires pour l’échelle à mettre à jour vous est
indiqué. Le bouton vous permet de visualiser les différentes définitions (description, nom de fichier et cliché) à l’aide du
dialogue de sélection d’une symbolique linéaire (cf. § VIII.13).
• « Nom du répertoire » : le chemin d’accès au répertoire où sont placés les fichiers de définition des symboliques linéaires à
mettre à jour vous est rappelé dans cette zone du dialogue.
 « Réécrire les fichiers de définition déjà existants » : si vous cochez cette case, tous les fichiers de définition présents dans
le répertoire source seront pris en compte pour la mise à jour de l’échelle de destination. Si la case n’est pas cochée, seuls les
fichiers qui n’existent pas dans le répertoire de l’échelle à mettre à jour seront pris en compte.
Cliquez sur le bouton « Mettre à jour ! » pour effectuer la mise à jour. Pour les différents fichiers pris en compte, le programme
effectue tout d’abord la lecture du fichier, modifie les facteurs d’échelle en X et Y des symboles en fonction du rapport des échelles
(destination / source), puis enregistre le fichier de définition dans le répertoire de destination en lui donnant le même nom que le
fichier source.

VIII.15.8. Régénérer les symboliques

Cette fonction effectue une régénération des différentes symboliques linéaires associatives présentes dans le dessin courant.
Pour ce faire, chaque symbolique est entièrement redessinée en fonction des informations de définition contenues dans le dessin, et
non à partir du fichier de définition de la symbolique.
Si le fichier de définition a été modifié, les changements effectués ne seront pris en compte que si la fonction de rechargement des
définitions est utilisée (voir ci-dessous).

VIII.15.9. Recharger les définitions

Cette fonction recharge toutes les définitions utilisées par les symboliques linéaires associatives du dessin courant, puis effectue une
régénération de ces symboliques.
Le récapitulatif du traitement effectué est affiché dans la fenêtre de texte d’AutoCAD® , comme par exemple :
Nombre de réacteurs à mettre à jour = 16.
Nombre de symboliques à recharger = 5.
=> Nombre de symboliques rechargées = 5.
=> Nombre de réacteurs mis à jour = 16.

164 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.15.10. Associativité active/inactive

Cette fonction permet d’activer ou de désactiver l’associativité des symboliques linéaires.


Elle peut être utilisée, par exemple pour désactiver l’associativité avant d’effectuer des modifications sur un grand nombre d’entités
de base (copie, déplacement, changement de repère par la transformation d’Helmert de COVADIS, …), et donc pour éviter une
mise à jour en temps réel des symboliques.
Il suffira, dans ce cas, de réactiver l’associativité puis d’utiliser la fonction de régénération des symboliques linéaires une fois le
traitement effectué pour les mettre à jour.
L’activation et la désactivation de l’associativité se fait en répondant à la question ci-dessous par Oui ou par Non :
Activer l'associativité des symboliques [Oui/Non] <Oui> :

VIII.15.11. Effacer les symboliques

Cette fonction permet de supprimer des symboliques associatives dans le dessin courant.
Les symboliques à supprimer peuvent être sélectionnées manuellement en cliquant soit sur l’objet de base, soit sur n’importe quelle
entité qui compose une symbolique.
De plus, deux options vous sont proposées lors de la demande de sélection :
Sélectionnez les objets des symboliques à effacer ou [TOutes/caLques] :
• « Toutes » : pour indiquer que toutes les symboliques actuellement dans le dessin doivent être prises en compte,
• « caLques » : pour indiquer que la sélection des symboliques à traiter doit être faite en recherchant les objets de base dans un
ou plusieurs calques.
Lorsque le choix est terminé, appuyez sur la touche <Entrée>. Le programme efface alors tous les objets matérialisant les
symboliques sélectionnées, sauf les objets de base, et vous indique le nombre de symboliques supprimées :
Nombre de symboliques effacées = 2 / 16

VIII.15.12. Supprimer des réacteurs


Cette fonction vous permet de supprimer les réacteurs d’associativité des symboliques sélectionnées. Elle a été essentiellement
prévue pour être utilisée avant de fournir vos fichiers dessins à des donneurs d’ordres ou clients qui ne possèderaient pas COVADIS
et leur éviter ainsi les messages concernant les applications manquantes affichés à l’ouverture des dessins.
Le message suivant vous invite à sélectionner les symboliques à traiter :
Sélectionnez les objets des symboliques pour lesquelles les réacteurs
doivent être détruits (=> perte de L'associativité) ou [TOutes] :
L’option « Toutes » vous permet d’indiquer que tous les réacteurs d’associativité doivent être supprimés du dessin courant.
Le nombre de réacteurs supprimés vous est indiqué après traitement :
Nombre de réacteurs supprimés = 14 / 14

165 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.15.13. Visualisation des blocs définis

Cette fonction permet de visualiser les


définitions de blocs contenues dans le
dessin courant.
La liste de gauche contient tous les
noms des blocs définis. Il vous suffit de
cliquer sur un nom pour qu’une
prévisualisation soit effectuée dans la
fenêtre graphique, comme le montre
l’exemple ci-contre.
Cliquez sur le bouton « Terminer »
pour quitter la fonction.

166 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.16. DESSIN DES TALUS

COVADIS propose six méthodes de représentation des talus, ainsi que quatre fonctions de dessin automatique par calque pour les
deux types simples.
Le choix du modèle se fait à l’aide du dialogue de sélection
par images d’AutoCAD® comme le montre l’exemple ci-
contre.
Pour sélectionner un type de talus, cliquez sur son nom ou
sur son image puis sur le bouton « OK », ou cliquez
directement deux fois sur le nom ou l’image.

Une fois le modèle sélectionné, la ligne de commande est :


Veuillez sélectionner le haut de talus ou
[Paramètres]:
L’option [Paramètres] affiche la fenêtre générale de
paramétrage des talus. Chaque modèle de talus est stocké
dans un fichier d’extension ‘syt’ dans le répertoire /Config
de COVADIS.
Selon le modèle de talus choisi, le programme demande de
sélectionner ou pas les pieds de talus.
Sélectionner le ou les pieds de talus :

VIII.16.1. Le paramétrage
Une fenêtre unique permet de paramétrer les différents types de talus. Elle présente un menu et une barre d’outils remplissant les
mêmes fonctions : la création d’un nouveau fichier de paramétrage, l’ouverture, l’enregistrement et l’enregistrement sous un autre
nom d’un fichier ‘syt’. La liste déroulante contient les fichiers de paramétrage présents dans le répertoire /Config de COVADIS. Il
suffit d’y sélectionner le fichier de paramétrage pour afficher ce dernier.

Le groupe d’options Talus contient les paramètres du type de talus.


• « Description » : il s’agit d’un texte libre sans influence sur le graphisme.
• « Type » : choisissez entre un talus sans bas de talus, un talus normal ou un talus large.

Talus sans bas de talus Talus normal Talus large

• « Associatif » : si cette option est cochée, toute modification sur le haut de talus ou le(s) bas de talus provoquera le recalcul des
barbules.
• « En 3D » : si cette option est cochée, les barbules seront en 3D, les altitudes des hauts et bas de talus étant prises en compte.
• « Répartir les barbules » : si cette option est cochée, l’espacement entre les barbules sur le haut de talus sera ajusté pour chaque
segment de façon à avoir une barbule sur les sommets du haut de talus.
• « Calculer les thalwegs » : dans le cas d’un haut de talus constitué d’une polyligne fermée, vous pouvez vous dispenser
d’indiquer des bas de talus si cette option est cochée. Le programme calcule alors des lignes de thalweg et les adopte comme bas
de talus.
• « Dessiner les triangles » : si cette option est cochée, des triangles sont dessinés le long du
haut de talus. Leur taille est par défaut égale à l’espacement entre deux barbules mais peut être
modifiée via les propriétés de l’objet talus

L’aperçu du talus s’affiche dans la partie inférieure de la fenêtre de paramétrage.

167 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.16.1.1. Talus sans bas de talus

Ce type de talus permet de positionner des barbules d’une longueur donnée


le long d’une ligne de haut de talus.
• « Calque » : entrez le nom du calque de dessin de l’objet talus dans
cette zone ou sélectionnez-le dans la liste des calques existants après
avoir cliqué sur le bouton .
• « Couleur de création du calque » : utilisez cet élément du dialogue
pour choisir la couleur de création du calque de dessin. Si le calque
existe déjà, sa couleur ne sera pas modifiée.
• « Longueur des traits courts » : donnez la longueur des petits traits
en millimètres papier.
• « Longueur des traits longs » : donnez la longueur des grands traits
en millimètres papier.
• « Espacement entre les traits » : donnez la distance en millimètres
papier entre deux traits consécutifs (long ou court).
• « Nombre de traits courts dans une période » : si vous souhaitez
représenter trois traits courts suivis de deux traits longs, saisissez 3.
• « Nombre de traits longs dans une période » : si vous souhaitez
représenter trois traits courts suivis de deux traits longs, saisissez 2.
• « Coté de dessin » : le coté de dessin est relatif au sens de parcours
de la polyligne.

VIII.16.1.2. Talus normal

Ce type de talus est le plus fréquemment rencontré. Il nécessite un haut de


talus et un ou plusieurs bas de talus. Les barbules partent du haut et
s’arrêtent sur le bas. Seuls les paramètres qui diffèrent du type précédent
seront expliqués.
• « Longueur des traits longs » : donnez la longueur des grands traits
en pourcentage de la distance entre le haut et le bas de talus.
• « Rapport entre les traits longs et courts » : la longueur des traits
courts n’est plus constante, saisissez, ici, le pourcentage qui permettra
de calculer la taille des traits courts.

168 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.16.1.3. Talus large

Ce type de talus est surtout utilisé quand la distance entre le haut et le bas
du talus est importante.
Le principe est de dessiner plusieurs couches de barbules. La première
couche est composée de traits courts sur le haut de talus. La seconde
couche dispose des barbules ayant une longueur calculée avec le rapport
court/long (ici 30%). Ces barbules sont disposées toutes les deux barbules
courtes. La troisième couche suit le même principe et ainsi de suite
jusqu’à atteindre le bas de talus.

REMARQUE :
Pour les objets talus de type normal ou large, la sélection d’un bas de talus n’est pas nécessaire à condition que le haut de talus
soit fermé (par clore) et que le calcul des thalwegs soit activé dans le paramétrage.

Exemples de talus sans bas de talus :

169 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.16.2. L’objet talus

Dans cette version de COVADIS, les talus sont des objets qui peuvent être modifiés
simplement via les propriétés d’AutoCAD®.

Parmi ces propriétés nous retrouvons le calque, la couleur…, soit les propriétés
générales communes à tous les objets. Il y a également le type de talus (à choisir dans
la liste), les caractéristiques des barbules et enfin le dessin des triangles ainsi que leurs
dimensions. Les propriétés numériques sont exprimées en millimètres donc ce sont des
unités papier.

VIII.16.3. Le menu contextuel

Lorsqu’un ou plusieurs objets talus


sont sélectionnés, le clic droit affiche
un menu contextuel avec deux
commandes relatives au talus.

VIII.16.3.1. Objet Talus : Affecter un paramétrage


Cette commande affiche la fenêtre de paramétrage détaillée précédemment. Choisissez
le ficher ‘syt’ que vous voulez affecter au talus de la sélection et validez avec le bouton
<OK>. L’avantage est que l’on peut traiter tout un ensemble d’objets talus en une seule
opération.

VIII.16.3.2. Objet Talus : Ajouter des bas de talus

Cette commande n’est disponible que si un seul objet talus est sélectionné. Le programme demande alors de sélectionner le ou les
lignes de bas talus à ajouter.
Sélectionner le ou les pieds de talus additionnels :
Une fois la sélection effectuée, l’objet talus se recalcule en tenant compte de ces nouvelles contraintes.

REMARQUE :
Si vous sélectionnez un bas de talus déjà affecté à l’objet, il ne sera pas ajouté en double. Cela autorise la sélection par fenêtre
de capture.

VIII.16.3.3. Objet Talus :


Sélectionner l’axe directionnel
Talus sans axe
Cette commande n’est disponible que directionnel
si un seul objet talus de type normal
est sélectionné. Le programme
demande alors de sélectionner
l’élément linéaire par rapport auquel
les barbules seront perpendiculaires.

VIII.16.3.4. Objet Talus :


Supprimer l’axe directionnel
Talus avec axe
Cette commande supprime l’axe pour directionnel
dessiner les barbules perpendicu-
lairement au haut de talus.

170 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.16.4. Copie, décomposition d’objet talus et associativité

Pour que la copie d’un objet talus demeure associative, il est nécessaire de copier en même temps, c’est à dire dans la même opération
de copie, le haut et le(s) bas de talus.
La décomposition d’un objet talus dessine des lignes indépendantes à la place du graphisme des barbules.

VIII.16.5. Commande de dessin des thalwegs

La commande THALWEGS n’apparait pas dans les menus COVADIS. Elle demande de sélectionner un haut de talus fermé.
Veuillez sélectionner le haut de talus :
Elle dessine dans le calque 0 les polylignes représentant l’intersection des
talus intérieurs (pente constante) construits sur le pourtour. Ces polylignes
peuvent servir de bas de talus.

171 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.17. DESSIN DES BÂTIMENTS

Cette fonction permet d’automatiser le dessin de bâtiments ainsi que la structuration en couches associée (contour, hachurage /
remplissage / croisillons).
Le paramétrage de la fonction s’effectue
à l’aide du dialogue montré en exemple
ci-contre.
Différents paramétrages peuvent être
sauvegardés grâce au menu Fichier.

1. Paramétrage des contours


• « Calque » : entrez dans la zone de
saisie le nom du calque de dessin des
contours ou sélectionnez-le dans la
liste des calques existants en cliquant
sur le bouton .
• « Couleur » : sélectionnez dans cette
liste la couleur à utiliser pour la
création du calque de dessin. Si le
calque existe déjà, sa couleur restera
inchangée.
• « Epaisseur » : cette zone d’édition
vous permet de spécifier l’épaisseur de la polyligne matérialisant le contour des bâtiments. Elle est exprimée en millimètres
papier. Si la valeur est non nulle, les options de positionnement du trait épaissi seront activées.
• « Type de ligne » : sélectionnez dans cette liste jaillissante le type de ligne à appliquer à la polyligne représentant le contour
des bâtiments. L’option DuCalque indique que le type de ligne du calque de dessin des contours sera pris en compte.
• « Position du trait épaissi » : ce groupe d’options n’est activé que lorsque l’épaisseur du trait du contour est supérieure à zéro.
Dans ce cas, trois possibilités vous sont offertes :
 « Centré » : signifie que l’axe du trait épaissi restera positionné sur le contour d’origine (celui qui passe par les points
sélectionnés lors de la construction),
 « Intérieur » : indique que le contour sera décalé de sa demi-épaisseur vers l’intérieur,
 « Extérieur » : implique que le décalage (d’une demi-épaisseur) sera effectué vers l’extérieur du contour.

2. Paramétrage de la symbolique
La symbolique peut être paramétrée à condition que la case d’option «  Hachures / croisillons » soit cochée.
 « Hachurer les contours » : sélectionnez cette option si les contours de bâtiments doivent être hachurés ou remplis.
 « Dessiner les croisillons » : choisissez cette option s’il s’agit du dessin de bâtiments légers (hangars, garages, …).
• « Calque » : entrez dans la zone de saisie le nom du calque de dessin de la symbolique ou sélectionnez-le dans la liste des
calques existants en cliquant sur le bouton .
• « Couleur » : sélectionnez dans cette liste la couleur à utiliser pour la création du calque de dessin. Si le calque existe déjà, sa
couleur restera inchangée.
• « Ecart » : spécifiez dans cette zone d’édition l’écart entre deux traits de hachures consécutifs. Si la valeur est nulle, un hachurage
solide sera utilisé à la place du hachurage à 50 grades par rapport au premier côté du bâtiment.
 « Double hachurage » : cochez cette case pour dessiner un hachurage croisé à 100 grades.
 « Hachurage associatif » : cochez cette case si vous souhaitez que l’associativité soit activée pour les hachurages. Cette option
n’est prise en compte que pour les contours fermés : nous verrons avec la fonction suivante que la symbolique des bâtiments
peut être appliquée a posteriori à des polylignes fermées ou ouvertes.

3. Options de dessin
 « Confirmer les distances entre les points » : cette option, si elle est cochée, indique que chaque distance calculée entre deux
points consécutifs sur le contour d’un bâtiment pourra être confirmée ou modifiée. Ceci vous permet d’entrer des distances
chaînées au lieu de prendre en compte les distances entre les points levés.
 « Indiquer les objets inclus pour le hachurage » : si cette option est cochée, le programme vous demandera, avant d’effectuer
les hachurages, de sélectionner les objets inclus dans le contour de bâtiment qui ne doivent pas être superposés au hachurage (ou
au remplissage solide).

172 Dessin assisté


HABILLAGE

Le menu « Fichier » permet de gérer différents fichiers de paramétrage.


Les combinaisons de touches à la droite des options indiquent que ces options sont accessibles via des
raccourcis clavier. Ainsi, si vous tapez la combinaison <Contrôle+O>, le dialogue d’ouverture d’un fichier
de configuration sera affiché.
• « Nouveau » : crée un nouveau fichier de configuration avec les paramètres par défaut. Si la
configuration courante a été modifiée, il vous sera demandé si elle doit être enregistrée.
• « Ouvrir… » : permet de sélectionner sur le disque le fichier de configuration à ouvrir.
Les fichiers de configuration sont généralement enregistrés dans le sous-répertoire de
l’échelle courante et ont l’extension ‘syb’.
• « Enregistrer » : sélectionnez cette option pour enregistrer les modifications apportées
à la configuration courante. Si aucun nom n’a encore été affecté à cette configuration
(SansNom.syb), c’est l’option suivante qui doit être utilisée.
• « Enregistrer sous… » : cette option permet d’enregistrer la configuration courante tout en spécifiant le nom du fichier.
• « Quitter » : termine le dialogue de gestion des configurations. Si la configuration courante a été modifiée, il vous sera demandé
si elle doit être sauvegardée.

Une fois le paramétrage validé par le bouton « OK », le programme vous propose de spécifier le premier point du bâtiment :
Premier point du bâtiment ou [Paramètres] :
L’option Paramètres vous permet de revenir au dialogue de configuration avant d’indiquer le premier point d’un nouveau bâtiment.
Il n’est pas nécessaire de sauvegarder la configuration courante dans un fichier pour pouvoir l’utiliser.
Spécifiez ensuite le second point du contour :
Second point :
Une fois le second point donné, la ligne d’options suivante est affichée :
Point suivant ou [Angle-distance/Fermer à angle droit/annUler/Clore/Sortir] <Fermer> :
avec : Point suivant : Option active vous permettant d’indiquer le point suivant sur le contour.
Si l’option «  Confirmer les distances entre les points » est cochée, le programme vous
proposera de valider chaque distance entre le point indiqué et le point précédent :
Distance du point précédent <4.7435> :
Tapez <Entrée> pour accepter la distance ou entrez la valeur chaînée.
Angle-distance : Option indiquant que le prochain point doit être spécifié par l’entrée d’un angle et d’une distance
par rapport au point précédent.
Fermer à angle droit : Il s’agit de l’option par défaut qui permet de clore le contour en créant un angle droit entre les
premier et dernier points entrés.
Annuler : Sélectionnez cette option pour annuler le segment précédemment tracé (sauf pour le premier
segment du contour).
Clore : Cette option vous permet de fermer le contour sans créer d’angle droit (fermeture directe du
dernier point entré vers le premier point).
Sortir : Permet de quitter la boucle de saisie des
points suivants.
Le message ci-contre est affiché pour vous
permettre, si vous le désirez, de supprimer la
polyligne dessinée avec les points précédem-
ment indiqués.

Une fois la saisie des sommets du contour terminée par l’une des options Fermer ou Clore, la symbolique demandée peut être
appliquée.
Si un hachurage doit être effectué, il sera fait automatiquement à moins que les objets internes doivent être indiqués. Dans ce cas,
sélectionnez-les à l’invite :
Sélectionnez les objets intérieurs à prendre en compte :
Choix des objets :
Si des croisillons doivent être dessinés, le message suivant vous proposera d’indiquer les quatre points ou de sélectionner l’option
Auto pour que le programme les dessine automatiquement à partir des quatre premiers points du contour.
Croisillon : premier point du premier segment ou [Auto] <Auto> :

Lorsqu’un bâtiment a été dessiné, le programme revient à la première invite pour vous permettre d’en construire un nouveau :
Premier point du bâtiment ou [Paramètres] :

173 Dessin assisté


HABILLAGE

REMARQUE :
Les points nécessaires à la construction des bâtiments peuvent être donnés selon différentes méthodes :
 saisie manuelle au clavier,
 pointage à l’écran,
 accrochage d’objets existants (points topographiques par exemple),
 entrée des matricules des points topographiques à condition que la liste des points ait été initialisée.

Le graphique ci-dessous vous montre différents exemples de bâtiments :

contour décalé vers l’intérieur


point de
fermeture points suivants
à angle
droit

contour décalé vers l’extérieur

hachurage
er
1 point double
croisillons
2ème point hachurage

VIII.18. MODIFICATION DES BÂTIMENTS

Cette fonction permet d’appliquer une symbolique de bâtiments à des contours déjà construits, sans passer par la commande de
dessin des bâtiments. Elle s’applique aussi aux contours ouverts, mais sans propriété d’associativité.
Le dialogue de paramétrage vu au paragraphe précédent est tout d’abord affiché pour vous permettre de sélectionner le mode de
représentation des bâtiments.
Une fois le paramétrage validé en cliquant sur le bouton « OK », le message suivant est affiché sur la ligne de commandes :
Sélectionnez le contour à traiter ou [Paramètres/caLques/Sortir] <caLques> :
Vous pouvez alors sélectionner les contours un par un, sélectionner l’option caLques pour choisir les noms des calques des entités
à traiter, ou tout simplement quitter la fonction grâce à l’option Sortir.

VIII.19. PORTES ET FENÊTRES SIMPLES

Cette commande du menu Habillage de COVADIS 2D permet de représenter simplement des portes et des fenêtres à l’aide d’une
polyligne composée d’un segment droit et d’un arc.
Pour spécifier les paramètres de dessin, commencez par indiquer le point correspondant à l’emplacement des gonds :
Premier point de la porte (côté gonds) :
Saisissez ensuite le point qui déterminera la largeur de la porte (ou de la fenêtre), une évolution dynamique vous permet de
prévisualiser le résultat :
Second point (côté ouvrant) :
Pour finir, indiquez le sens d’ouverture en cliquant du côté désiré :
Côté de l'ouverture :

Vous pouvez alors commencer la saisie d’une nouvelle porte ou fenêtre, ou terminer la commande en tapant < Entrée>.

174 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.20. HACHURAGE DE CONTOURS PAR CALQUE

Cette fonction permet d’effectuer un hachurage automatique de tous les contours fermés (polylignes fermées et cercles) contenus
dans un calque donné. Elle peut être utilisée, par exemple, pour effectuer un hachurage global de tous les bâtiments d’un calque, soit
pour ne pas sauvegarder les hachures dans le dessin (gain de place), soit pour utiliser des paramétrages différents, en fonction de
l’échelle de tracé.
Le hachurage est entièrement configurable à l’aide de la boîte de
dialogue ci-contre, tous les paramètres étant automatiquement
sauvegardés sur le disque pour être proposés par défaut lors des
utilisations suivantes de la fonction.

Le dialogue est divisé en trois groupes de paramètres :

1. Calques / couleur
• « Calque des contours » : indiquez le nom du calque qui
contient les contours à traiter dans la zone de saisie ou
sélectionnez-le dans la liste des calques existants en cliquant sur
le bouton « Choix ... ».
• « Calque des hachures » : écrivez dans la zone de saisie le
nom du calque dans lequel seront dessinés les blocs de hachures
ou sélectionnez-le dans la liste des calques existants en cliquant
sur le bouton « Choix ... ».
• « Couleur de hachurage » : entrez le numéro de la couleur de
dessin des hachures dans la zone de saisie ou sélectionnez
directement celle-ci dans le dialogue de choix d’une couleur. La
couleur DuCalque (256) permet de ne pas modifier la couleur
actuelle du calque de dessin (s’il existe).

2. Type de motif à utiliser


Sélectionnez le bouton d’option qui correspond au type de hachurage que vous désirez utiliser.
 « Motif de hachures enregistrées » : indique qu’un modèle de hachures prédéfini (décrit dans le fichier Acadiso.pat) doit être
utilisé. Dans ce cas, les paramètres de définition du hachurage « Nom du motif » et « Echelle du motif » seront à renseigner,
alors que les paramètres « Ecart entre les traits » et « Double hachurage » seront désactivés.
Ce mode de fonctionnement est identique à celui du hachurage de base d’AutoCAD ®.
 « Motif défini par l’utilisateur (U) » : indique qu’un modèle utilisateur doit être utilisé pour le hachurage. Ce modèle étant
représenté par des traits parallèles pouvant être croisés à 100 grades, vous devrez donner des valeurs aux paramètres
« Ecart entre les traits » et « Double hachurage ».
Dans ce cas, les paramètres « Nom du motif » et « Echelle du motif » seront automatiquement désactivés (en grisé).

3. Définition du hachurage
Ce groupe de paramètres permet de définir l’aspect du hachurage
à appliquer aux différents contours sélectionnés. Certains
paramètres seront désactivés en fonction du type de hachurage
sélectionné.
• « Nom du motif » : tapez le nom du motif de hachures
prédéfini dans la zone de saisie ou cliquez le bouton
« Choix ... » pour le sélectionner dans la boîte de dialogue
prévue à cet effet (voir ci-contre).
Dans ce cas, utilisez les boutons « Précédent » et « Suivant »
pour vous déplacer dans les icônes, et cliquez l’icône
correspondante pour sélectionner un motif.
• « Echelle du motif » : entrez l’échelle de dessin du motif de
hachures prédéfini dans la zone de saisie ou utilisez le
coulisseau associé.

175 Dessin assisté


HABILLAGE

• « Angle  SCU /  1er côté » : ce paramètre permet d’indiquer l’angle de rotation du modèle de hachures prédéfini ou l’angle
d’orientation des traits de hachures utilisateur.
En fonction du bouton d’option choisi, l’angle de rotation sera relatif au système de coordonnées courant ( SCU) ou relatif au
premier côté dessiné de chaque contour ( 1er côté).
Vous pouvez entrer la valeur désirée dans la zone de saisie ou la spécifier en donnant deux points à l’écran, après avoir cliqué le
bouton « Saisir ... ».
• « Ecart entre les traits » : permet de donner la distance entre deux traits de hachures consécutifs pour le type utilisateur.
Entrez la valeur dans la zone de saisie ou utilisez le coulisseau associé.
 « Double hachurage » : cochez cette case pour indiquer que le hachurage utilisateur doit être croisé à 100 grades.
 « Hachurage associatif » : validez cette case à cocher si vous désirez que les hachurages dessinés possèdent la propriété
d’associativité, c’est-à-dire qu’ils soient remis à jour lors de la modification des contours auxquels ils correspondent.
 « Tenir compte des objets visibles inclus » : si cette case à cocher est validée, le programme effectuera, lors du hachurage de
chaque contour, une recherche des objets se trouvant à l’intérieur du contour. Si des objets sont trouvés, ils seront utilisés pour
effectuer le hachurage en mode Normal (un contour hachuré sur deux).
Les types d’objets inclus pris en compte sont : polylignes fermées, cercles, textes, blocs avec attributs (la partie graphique ainsi
que les attributs du bloc seront traités).

Pour traiter tous les objets du calque indiqué, cliquez simplement sur le bouton « OK ». Les paramètres sont alors sauvegardés et, si
des contours sont trouvés, ils sont hachurés automatiquement en tenant compte de toutes les options de configuration données.

Les modèles de hachures prédéfinis ci-dessous ont été ajoutés à ceux d’AutoCAD® par COVADIS :

Aléatoire Etoiles Pelouse Jardin Potager (1) Potager (2)

Verger (1) Verger (2) Pépinière Broussaille Bois (1) Bois (2)

Espace boisé classé Marais (1) Marais (2) Tourbière Lande (1) Lande (2)

Vigne (1) Vigne (2) Houblonnière Rizière Canne à sucre Cimetière (1)

Cimetière (2) Cimetière musulman Cimetière israélite Pavés (1) Pavés (2) Pavés (3)

Tuiles Bâtiment Bâtiment public P.O.S. Divers (1) Divers (2)

Divers (3) Divers (4) Lignes horizontales

176 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.21. COLORIAGE DIRECT DE CONTOURS

Cette fonction permet d’obtenir un effet de coloriage par remplissage à l’aide d’entités SOLIDES des contours sélectionnés.
Le dialogue de configuration est divisé en trois groupes de paramètres.
Toutes les valeurs sont automatiquement sauvegardées après chaque
utilisation pour être proposées par défaut lors du prochain lancement de
la fonction.
1. Sélection des contours
Ce groupe de paramètres permet de spécifier le mode de sélection des
contours devant être coloriés :
 « Choisir les objets » : ce bouton d’option indique que les contours
à colorier doivent être sélectionnés manuellement un par un.
 « Pointer à l’intérieur » : utilisez ce bouton d’option si le contour à
colorier n’existe pas en tant qu’entité unique (polyligne fermée ou
cercle), mais s’il s’agit d’un polygone délimité par des entités
distinctes (lignes, polylignes, arcs et cercles).
Dans ce cas, après la validation du paramétrage, le programme
créera une sélection de tous les objets valides visibles à l’écran, puis
vous demandera de pointer à l’intérieur de chaque polygone à
colorier, le contour délimitant la zone indiquée étant alors
automatiquement construit en mémoire pour effectuer le coloriage.
 « Traiter tout le calque <nom> » : si ce bouton d’option est sélectionné, tous les contours contenus dans le calque indiqué
seront traités par la fonction de coloriage.
Entrez le nom du calque dans la zone de saisie ou sélectionnez-le dans la liste des calques existants (bouton « Choix ... »).

2. Textes/attributs inclus
Ce groupe de paramètres permet d’indiquer si des textes ou des attributs se trouvant à l’intérieur des contours doivent être pris en
compte par la fonction de coloriage, et donc rester visibles après traitement.
 « Ne pas en tenir compte » : sélectionnez ce bouton d’option s’il n’y a pas d’objet inclus dans les contours ou pour ne pas en
tenir compte.
 « Sélectionner les objets » : si cette option est choisie, et si le traitement des contours ne se fait pas pour l’ensemble des objets
d’un calque, vous devrez indiquer quels sont les objets inclus (textes et attributs) devant être pris en compte pour le coloriage, et
ce, pour chaque contour sélectionné.
 « Objets dans le calque <nom> » : cette option permet d’indiquer le nom du calque contenant tous les objets inclus devant
être pris en compte par la fonction de coloriage.
Entrez le nom du calque dans la zone de saisie ou cliquez sur le bouton « Choix ... » pour le sélectionner dans la liste des calques
définis du dessin courant.
• « Marge autour des textes/attributs inclus » : si des textes ou des attributs inclus doivent être pris en compte, vous pouvez
définir une marge autour de ceux-ci pour les rendre plus lisibles. La valeur de la marge doit bien sûr tenir compte des hauteurs
des textes et des attributs (par exemple, il ne serait pas intéressant de mettre une marge de 5.0 pour des hauteurs de 1.0).

3. Calque de coloriage
• « Nom » : entrez le nom du calque de dessin des solides de remplissage dans la zone de saisie, ou sélectionnez-le dans la liste
des calques définis dans le dessin courant en cliquant sur le bouton « Choix ... ».
• « Couleur » : entrez le numéro de la couleur pour le calque de dessin dans la zone de saisie ou sélectionnez dans la boîte de
dialogue de choix des couleurs en cliquant sur le bouton image.
 « Grouper les objets créés pour un même coloriage » : cette case à cocher permet d’indiquer au programme si tous les
solides servant au coloriage d’un même contour doivent être rassemblés dans un groupe non nommé. Ce qui permettra, par la
suite, de sélectionner plus facilement les entités matérialisant le coloriage.

177 Dessin assisté


HABILLAGE

Le traitement commence une fois que le paramétrage a été validé par le bouton « OK ».
En fonction de la configuration choisie, vous aurez à sélectionner les contours
un par un ou à pointer à l’intérieur de chaque polygone à colorier, à moins qu’un
H1
traitement global par calque ait été préféré.
H3
Si des objets inclus doivent être pris en compte, vous devrez les indiquer
manuellement (pour chaque contour à colorier) à moins qu’un calque les
contenant ait été spécifié, et que le bouton d’option correspondant ait été
sélectionné.
Lorsqu’un traitement global est terminé, ou qu’aucune sélection manuelle n’est H2
faite (touche <Entrée>), le programme revient automatiquement au dialogue de H4
paramétrage. Appuyez sur « Annuler » pour terminer la fonction.

VIII.22. COLORIAGE DE CONTOURS IDENTIFIÉS

Cette fonction est similaire à la précédente, mis à part que les contours
ne sont pas sélectionnés directement, mais par l’intermédiaire de blocs
‘identifiants’ possédant un attribut dont la valeur est le code de maintien
du contour associé.
Ceci permet d’utiliser des contours créés par reconstitution à partir
d’objets limites et d’objets identifiants (voir le chapitre sur le module
TOPOLOGIE / POLYGONES), avec mise à jour automatique d’un
attribut du bloc identifiant avec le code de maintien des contours
(polylignes fermées).
Cette fonction est principalement utilisée en relation avec le module de
liaisons à des bases de données externes (Connexion BD).
Les groupes de paramètres ‘Textes/attributs inclus’ et ‘Calque de
coloriage’ sont identiques à ceux de la fonction précédente.
Le groupe ‘Sélection des identifiants’ permet d’indiquer le mode de
sélection des blocs identifiant les contours :
 « Choisir les objets » vous permet de cliquer les identifiants un par
un,
 « Sélection précédente » indique que tous les objets utilisés dans
la dernière sélection effectuée doivent être traités,
 « Traiter tout le calque <nom> » signifiant que tous les identi-
fiants contenus dans le calque indiqué doivent être traités.

Quel que soit le mode de sélection des objets identifiants, vous devez obligatoirement donner l’étiquette de l’attribut maintien du
contour dans la zone de saisie du paramètre « Nom de l’attribut maintien du contour ».
Pour valider le paramétrage et commencer le coloriage, cliquez sur le bouton « OK ». Les différentes valeurs de configuration sont
alors automatiquement sauvegardées pour être proposées lors de la prochaine utilisation de la fonction.

REMARQUE :
Seuls les blocs identifiants possédant l’attribut maintien du contour indiqué seront pris en compte pour le coloriage. Dans tous
les autres cas un message d’erreur sera affiché.

178 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.23. COLORIAGE PAR FICHIER DE MAINTIENS

Cette fonction permet de colorier des contours fermés à partir d’un fichier texte contenant soit les maintiens des contours, soit les
maintiens des identifiants de contours (voir la fonction précédente). De tels fichiers peuvent être créés, par exemple, avec le module
de liaisons à des bases de données externes d’AutoCAD ®.
Le dialogue de configuration est divisé en cinq groupes de paramètres.

1. Fichier des maintiens


Ce groupe de paramètres permet de spécifier le nom du fichier de
maintiens ainsi que son format :
• « Nom » : entrez le nom du fichier texte contenant les codes de
maintien des objets à traiter, ou sélectionnez-le sur le disque en
cliquant sur le bouton « Choix ... ».
Le fichier doit obligatoirement être de type ‘colonné’ pour que le
programme puisse retrouver les valeurs correctes des codes de
maintien (voir les deux paramètres ci-après).
• « Position du premier caractère » : indiquez dans cette zone de
saisie la position du premier caractère de maintien sur une ligne du
fichier (1 signifie que les maintiens commencent à partir du
premier caractère de chaque ligne).
• « Longueur » : spécifie le nombre de caractères d’un maintien sur
une ligne du fichier (16 caractères en général).

2. Types de maintiens
Il est prévu dans la fonction la possibilité de traiter deux types de
fichiers de maintiens :
 « Maintiens des contours » : pour les fichiers contenant
directement les maintiens des contours à colorier,
 « Maintiens des identifiants » : pour les fichiers contenant les maintiens des identifiants de contours (voir la fonction
précédente). Dans ce cas, les identifiants doivent correspondre à des blocs avec attributs, un des attributs contenant la valeur du
maintien du contour à colorier.

3. Liaison identifiant → contour


Le paramètre « Nom de l’attribut maintien du contour » n’est à renseigner que si le fichier contient les maintiens des identifiants.
Il permet de retrouver le lien entre le bloc identifiant et le contour associé.
Indiquez dans la zone de saisie l’étiquette de l’attribut qui contient les valeurs des maintiens des contours à colorier.

4. Textes/attributs inclus
Ce groupe de paramètres est identique à celui du coloriage direct des contours, mis à part que la sélection manuelle des objets inclus
n’est plus proposée, du fait que le traitement est fait sur l’ensemble des maintiens contenus dans le fichier indiqué.

5. Calque de coloriage
Ce groupe de paramètres permettant de spécifier le nom et la couleur du calque de dessin des solides de remplissage est identique à
celui de la fonction de coloriage direct des contours.

Pour valider le paramétrage et commencer le coloriage, cliquez sur le bouton « OK ». Les différentes valeurs de configuration sont
alors automatiquement sauvegardées pour être proposées lors de la prochaine utilisation de la fonction.

179 Dessin assisté


HABILLAGE

VIII.24. DÉCOUPAGE DE ZONES

Cette fonction permet d’effectuer des découpages de zones dans un dessin AutoCAD ® pour extraire les objets sélectionnés, les
recopier, créer un bloc, ou effacer tout simplement ces objets.
Les objets totalement inclus dans une zone sélectionnée seront intégralement traités, alors que les objets partiellement inclus seront
automatiquement découpés.
Le dialogue ci-contre, divisé en quatre groupes de paramètres, permet de configurer
l’opération de découpage.

1. Mode de sélection
Indiquez le mode de sélection des objets à traiter dans ce groupe de paramètres :
 « Polyligne fermée » : le polygone de sélection est déjà matérialisé par une
entité de type polyligne fermée.
 « Polygone fenêtre » : les différents points du polygone de sélection vont être
donnés graphiquement. Dans ce cas, une polyligne fermée sera automati-
quement dessinée pour matérialiser la sélection.

2. Opération à effectuer
Spécifiez le type d’opération à effectuer dans ce groupe de paramètres :
 « Copier les objets » : les objets sélectionnés seront copiés et ne subiront donc
aucune transformation.
 « Extraire les objets » : tous les objets se trouvant à l’intérieur de la zone ou
coupant celle-ci seront effacés ou ajustés de telle sorte qu’elle soit vide après le
traitement.

3. Destination des objets


Ce groupe de paramètres permet d’indiquer au programme ce qu’il doit advenir des objets traités :
 « Créer une nouvelle définition de BLOC » : une nouvelle définition de bloc sera créée dans votre dessin, après que vous ayez
donné son nom et son point de base pour l’insertion.
 « Créer un nouveau fichier dessin (WBLOC) » : un nouveau dessin sera créé sur le disque, après que vous ayez donné son
nom et son point d’origine.
 « Construire un jeu de sélection » : cette option n’est proposée que lorsque l’opération choisie est « Copier les objets ».
Dans ce cas, les objets sont recopiés sur eux-mêmes et les nouveaux sont placés dans un jeu de sélection utilisable grâce à l’option
« Précédent » lors des demandes de choix d’objets (DEPLACER, CHANGER, CHPROP, ...).
 « Effacer simplement les objets traités » : cette option n’est disponible que lorsque l’opération choisie est « Extraire les
objets » et indique que les objets traités seront purement et simplement effacés du dessin.

4. Autres options
 « Découper les hachurages (plus d’associativité) » : si cette case est cochée, les hachurages qui chevauchent la zone de
découpe seront eux aussi traités, mais alors ils ne seront plus associatifs (s’ils l’étaient, bien entendu). Toutefois, le découpage
d’un hachurage entraîne automatiquement la création de deux nouveaux hachurages (ou plus).
 « Sélectionner les textes partiellement inclus » : cette option permet d’indiquer au programme de traiter aussi les textes qui
chevauchent la zone de découpe mais qui ne sont pas totalement inclus dans celle-ci. Cette option n’est pas valable pour ‘les
textes multilignes’ qui ne seront traités qu’à l’unique condition que leur point d’insertion soit dans la zone.
 « Réinsérer les blocs extraits (BLOC et WBLOC) » : cette case à cocher n’est accessible que si l’opération à effectuer est
« Extraire les objets ». Elle permet d’indiquer au programme qu’il lui faudra, une fois la définition de bloc ou le nouveau dessin
créé et les objets effacés à l’intérieur de la zone, insérer le nouveau bloc ou le nouveau dessin de telle sorte qu’il prenne la place
des objets effacés.

180 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX. SIGNALISATION HORIZONTALE ET


VERTICALE

181 Dessin assisté


SIGNALISATION

182 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.1. GÉNÉRALITÉS

Le module SIGNALISATION de COVADIS 2D permet de concevoir et éditer la signalisation horizontale (marques sur chaussée) et
verticale (panneaux).
Les principales caractéristiques du module sont les suivantes :
• le dessin de la signalisation horizontale (longitudinale et transversale). Ces signalisations ressemblent à des polylignes, mais ont
une représentation graphique réaliste adaptée à leur modulation.
• la gestion des zones de modulation et des pictogrammes associés à une signalisation horizontale,
• le dessin des flèches et des pictogrammes,
• le dessin des autres marquages sur chaussée (passages pour piétons, ralentisseurs, damiers, zébras et chevrons …),
• le dessin des panneaux de signalisation verticale, par l’intermédiaire d’une palette d’outils dédiée,
• l’écriture des listings et quantitatifs,
• la projection de la signalisation sur un MNT pour une représentation réaliste en vue 3D.

183 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.2. LA BARRE DE MENUS

Toutes les commandes du module SIGNALISATION sont accessibles dans une barre de menus spécialisée.
Il s’agit d’une boîte de dialogue spéciale, contenant des listes jaillissantes et des boutons permettant de faire apparaître des menus.
Cette barre de menus doit être activée grâce à l’option « Afficher la barre d’outils » du sous-menu « Signalisation » du menu Covadis 2D.

REMARQUES :
 L’activation de la barre d’outils se fait automatiquement lorsque le curseur passe au-dessus. Lorsque le curseur se trouve en
dehors de la barre, c’est AutoCAD® qui est actif.
 La position de la barre de menus, et son état (affichée ou non) sont toujours automatiquement sauvegardés lors de sa fermeture
ou de celle d’AutoCAD®.

IX.2.1. Réduction automatique

Pour libérer le plus d’espace possible dans la zone de travail, un système de réduction automatique de taille a été mis en place. Pour
l’activer, il suffit de cliquer sur l’icône représentant une punaise enfoncée (en haut à droite de la barre de menus), pour la
transformer en icône de punaise vue de profil.
Une fois le mode de réduction actif, la fenêtre du dialogue passera à sa taille minimale automatiquement après environ une seconde
sans que la barre de menus n’ait été activée.
Le simple fait de passer au-dessus de la barre avec le curseur lui fait reprendre sa taille normale, pour vous permettre d’utiliser l’une
de ses fonctions. Elle se réduira automatiquement après une seconde d’inactivité.
Pour revenir au mode de fonctionnement sans réduction, il vous suffit de cliquer à nouveau sur l’icône de la punaise.

Les deux exemples ci-dessous vous montrent la barre de menus dans les deux cas de figures.

Barre de menus à sa taille


normale : ...............................

Barre de menus à sa taille réduite

IX.2.2. Les boutons avec menu

La barre de menus contient plusieurs boutons possédant une double fonction :


• un clic sur la partie à gauche du bouton lance directement la commande associée,
• un clic sur la flèche vers le bas fait se dérouler un menu vous permettant de sélectionner une autre commande ou de modifier
une option (case à cocher).
Lorsqu’une nouvelle commande est exécutée à partir d’un menu, celle-ci devient automatiquement active et son icône remplace
celle qui était sur le bouton.
Exemples d’images d’un bouton à menu :
Bouton au Bouton Bouton Bouton avec menu déroulé
repos activé enfoncé

184 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.2.3. Les différentes zones

La barre de menus peut être divisée en 7 zones distinctes regroupant des commandes et des options :
1. la zone de paramétrage, composée d’un unique bouton avec menu,
2. la zone de dessin des marquages sur chaussée longitudinaux et transversaux, composée d’une liste déroulante des marquages,
d’une liste déroulante des épaisseurs et d’une liste déroulante des centrages, et d’un bouton avec menu pour les commandes de
création et de gestion de ces marquages,
3. la zone des pictogrammes, composée d’un unique bouton avec menu, donne accès aux commandes de création des pictogrammes
(flèches de rabattement, voie cyclable, …),
4. la zone des autres marquages, composée d’un unique bouton avec menu, donne accès aux commandes de création des passages
pour piétons, des ralentisseurs, des damiers, des zébras …,
5. la zone de la signalisation verticale, composée d’un unique bouton avec menu, donne accès aux commandes de création des
palettes des panneaux, et de gestion des panneaux et des objets multi-blocs,
6. la zone des listings, composée d’un unique bouton avec menu, donne accès aux commandes d’écriture des différents listings de
la signalisation,
7. la zone de projection 3D, composée d’un unique bouton avec menu, donne accès aux commandes de projection de la signalisation
sur un MNT.

1 2 3 4 5 6 7

Un clic-droit sur la liste déroulante des marquages affiche


un menu permettant d’exécuter rapidement des
commandes de dessin d’une signalisation horizontale.

185 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.2.4. La zone de paramétrage

Cette zone ne comporte qu’un unique bouton avec menu.


Le menu associé aux éléments est décrit ci-dessous :

Affiche le paramétrage préalable au dessin des marquages.


Affiche le paramétrage d’affichage simplifié, dans le cas des grandes échelles.

IX.2.5. La zone de dessin des marquages

Cette zone de la barre de menus est composée de 3 listes jaillissantes et d’un bouton de menu contenant des commandes de création
et d’édition de la signalisation horizontale.
La première liste contient les libellés des différents marquages possibles. Le libellé visible est le marquage courant.
La deuxième liste contient les différentes épaisseurs applicables au marquage courant.
La troisième liste contient les centrages applicables au marquage courant.
La hiérarchie des menus est donnée ci-après :

Dessine une nouvelle signalisation en utilisant le modèle choisi dans la liste.

c Crée une nouvelle signalisation par conversion d’une polyligne.


Crée une nouvelle signalisation par décalage d’une signalisation existante.
Affiche un dialogue de rappel des normes de dessin de la signalisation.

Inverse le sens de parcours d’une signalisation.


Dessine des étiquettes d’informations sur chaque signalisation.
Transforme une signalisation en polyligne 2D.
Coupe une signalisation en un point donné.
Joint 2 signalisations horizontales.

Ajoute un pictogramme à une signalisation horizontale.


Modifie un pictogramme associé à une signalisation horizontale
Enlève un pictogramme associé à une signalisation horizontale

Ajoute une zone de modulation à une signalisation horizontale.


Modifie une zone de modulation existante.
Enlève une zone de modulation existante.
.Ajoute un passage pour riverain dans une signalisation existante.
Affiche les noms des modulations de chaque zone.

Modifie le décalage latéral d’une signalisation décalée.


Coupe le lien entre une signalisation décalée et sa signalisation parente.
Affiche les infobulles de survol.

186 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.2.6. La zone de dessin des flèches et des pictogrammes

Cette zone ne comporte qu’un unique bouton avec menu groupant les commandes permettant de dessiner des flèches ou des
pictogrammes dans le dessin.

Dessine une flèche de rabattement à gauche.


Dessine une flèche de rabattement à droite.
Dessine une flèche directionnelle ‘Tout droit’.
Dessine une flèche directionnelle ‘Tourne à droite’.
Dessine une flèche directionnelle ‘Tourne à gauche’.
Dessine une flèche directionnelle ‘Devant et à droite’.
Dessine une flèche directionnelle ‘Devant et à gauche’.
Dessine une flèche directionnelle ‘A droite et à gauche’.

Dessine un pictogramme ‘Voie cyclable’.


Dessine un pictogramme ‘Stationnement pour handicapés’
Dessine un pictogramme ‘Stationnement pour véhicules électriques
Dessine un pictogramme ‘Piéton’
Dessine un pictogramme ‘Triangle Cédez-le-passage’
Dessine un pictogramme ‘Triangle Cédez-le-passage’
Dessine un pictogramme ‘Voie étroite’

Dessine un pictogramme personnalisé à partir d’un bloc du dessin

Mesurer une courbe avec un pictogramme.

IX.2.7. La zone de dessin des autres marquages

Cette zone ne comporte qu’un unique bouton avec menu groupant les commandes permettant de dessiner les autres marquages.

Dessine un passage pour piétons, en cliquant 2 points.


Dessine une bande d’éveil de vigilance (aussi appelée bande podo-tactile).
Dessine un ralentisseur, selon différents modèles.
Dessine un coussin berlinois.
Dessine un zigzag pour stationnement de bus.
Dessine un damier pour carrefour.
Dessine une zone de peinture
Dessine une zone de peinture
Dessine un zébra entre 2 bords ou dans un contour fermé.
Dessine un chevron entre 2 bords
Dessine une inscription sur chaussée.
Dessine
Dessine des un damier
bandes pour associées
rugueuses voie de àdétresse.
une signalisation longitudinale.
Dessine un damier pour voie de détresse.

187 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.2.8. La zone de signalisation verticale

Cette zone ne comporte qu’un unique bouton avec menu groupant les commandes permettant de créer et afficher la palette des
panneaux, et de gérer les panneaux d’un dessin.

Crée une palette d’outils à partir des panneaux d’un dossier.


Ouvre la palette d’outils des panneaux.
Affiche des informations sur les palettes en ligne de commande.
Crée un nouveau panneau à partir d’un bloc.
Ajoute un support à un panneau existant.
Crée un objet multi-blocs à partir d’un bloc 2D et d’un bloc 3D.
Crée un objet multi-blocs à partir d’un bloc 2D et d’un bloc 3D.
Edite la définition d’un panneau ou d’un objet multi-blocs.
Edite les propriétés d’un panneau ou d’un objet multi-blocs (échelle, attributs …)
Dessine des étiquettes récapitulant des informations d’un panneau.
Mesure une entité linéaire à l’aide de panneaux.
Positionne des panneaux aux sommets d’une entité linéaire.
Replace un panneau latéralement par rapport à une courbe.
Implanter un panneau longitudinalement par rapport à un point d’une courbe.
Change le facteur d’échelle 2D de panneaux du dessin.
Modifie le paramétrage d’insertion et de dessin des panneaux.

IX.2.9. La zone des listings

Cette zone ne comporte qu’un unique bouton avec menu groupant les commandes permettant de générer des listings et des
quantitatifs pour la signalisation horizontale et verticale.

Ecrit un listing récapitulatif des marques sur chaussée.


Prépare la signalisation pour le devis et le métré.

Ecrit un listing quantitatif des blocs composant les panneaux.


Ecrit un listing récapitulant les points d’insertion des panneaux.
Ecrit un listing rappelant la définition des objets multi-blocs.
Dessine un tableau avec la quantité et un aperçu de chaque panneau.

IX.2.10. La zone de projection 3D


Cette zone ne comporte qu’un unique bouton avec menu groupant les commandes permettant de projeter la signalisation horizontale
et verticale sur un MNT.

Projette les marques sur chaussée sur un MNT.


Cale altimétriquement les panneaux et les objets multi-blocs sur un MNT.

188 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.3. PARAMÉTRAGE DE LA SIGNALISATION HORIZONTALE

Ce sous-menu du module SIGNALISATION permet d’initialiser le paramétrage de dessin des futures signalisations horizontales.

IX.3.1. Paramétrage …

Cette commande permet de choisir :


 « Largeur unité U » : sélectionnez la valeur de U adaptée à votre
contexte de dessin.
 « Position de la bande continue » : utile pour le dessin des lignes mixtes,
sélectionnez «  A gauche » ou «  A droite » par rapport au sens de
parcours de la signalisation.
 « Effacer les entités converties » : utile dans le cas d’une création par
conversion, cochez cette case pour indiquer s’il faut effacer l’entité
convertie.
• « Produit de marquage » : sélectionnez dans la liste le produit de
marquage à utiliser pour les signalisations linéaires et les
pictogrammes.
• « Nom du calque » : entrez un nom de calque, ou cliquez le bouton
pour sélectionner un calque existant.
• « Couleur de création » : sélectionnez la couleur du calque de dessin
 « Calque courant » : cochez cette option pour dessiner dans le calque
courant du dessin.

REMARQUES :
 Ce dialogue de paramétrage général s’affiche toujours au lancement de la première commande de la barre d’outils.
 Le paramétrage est conservé dans le dessin.
 La position de la bande continue d’une signalisation horizontale mixte est aussi modifiable par le gestionnaire de propriétés.

IX.3.2. Modes d’affichage

Cette commande est à exécuter quand l’échelle est trop grande pour
distinguer correctement les lignes discontinues. Chaque marquage est
représenté par un trait continu, de couleur différente selon le type.
Pour chaque marquage, sélectionnez sa couleur en cliquant le bouton de
la colonne « Couleur » et son épaisseur de trait dans la liste déroulante
de la colonne « Epaisseur (mm) ».

189 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.4. DESSIN DE LA SIGNALISATION HORIZONTALE

Les commandes de ce sous-menu permettent de dessiner des signalisations horizontales (longitudinales et transversales), de les
modifier et de les compléter par des pictogrammes. Elles permettent également de gérer les zones de modulation.

IX.4.1. Présentation

Une signalisation horizontale (longitudinale ou transversale) ressemble à une polyligne sur laquelle un type de ligne spécial est
appliqué pour représenter le type de modulation (T1, T2, etc.).
Une signalisation peut comporter plusieurs modulations différentes, chacune étant délimitée sur l’étendue d’une zone. Le graphisme
de la modulation s’étend sur toute la zone.
Des pictogrammes, représentant des flèches de rabattement, ou des flèches directionnelles, peuvent être associés à une signalisation.
Comme ils sont associés, une modification de la géométrie de la signalisation provoque un repositionnement du pictogramme,
l’objectif étant de conserver son abscisse sur la signalisation. Quand un pictogramme est déplacé, son abscisse et son orientation
sont recalculées par rapport à la nouvelle position.
Un texte d’informations rappelle la modulation, le multiple de U et la largeur (en centimètres) de chaque signalisation.

Exemple d’une signalisation à 3 modulation (T3, Continue, T’1) et 2 pictogrammes associés


et de 2 signalisations à une seule modulation.

IX.4.2. Dessiner

Cette commande permet de dessiner une nouvelle signalisation, comme on le ferait pour une polyligne.
Les paramètres courants sélectionnés dans la barre d’outils (le marquage, le multiple de U et le centrage) sont appliqués à la nouvelle
signalisation.
Point de départ :

Cliquez le point d’origine de la nouvelle signalisation.


Point suivant ou [Arc/Paramètres]:

Cliquez le point suivant dans le cas d’un segment, ou entrez l’option ‘A’ pour dessiner un arc, ou l’option ‘P’ pour afficher le
dialogue de paramétrage.
Extrémité de l'arc ou [Second point/Ligne/Paramètres] :

Dans le cas d’un arc, cliquez l’extrémité de l’arc, ou entrez l’option ‘S’ pour cliquer un point de passage, ou l’option ‘L’ pour revenir
à une construction linéaire, ou l’option ‘P’ pour afficher le dialogue de paramétrage.
Point suivant ou [Arc/Paramètres/Clore/annUler]:

Cliquez le point suivant, ou entrez l’option ‘A’ pour choisir une construction par arc, ou l’option ‘P’ pour afficher le dialogue de
paramétrage, ou l’option ‘C’ pour clore la signalisation et terminer la saisie, ou l’option ‘U’ pour annuler le dernier point saisi.

IX.4.3. Créer par conversion

Cette fonction permet de créer rapidement une nouvelle signalisation, par conversion d’une polyligne 2D ou d’un axe en plan.
Sélectionnez les objets à convertir ou [caLques/tYpes de ligne] :

Cliquez une polyligne 2D non lissée, ou un axe en plan.


Par l’option ‘L’, il est possible de sélectionner les objets à convertir par leur calque.
Par l’option ‘Y’, il est possible de sélectionner les objets à convertir par leur type de ligne.

Dans le cas de la conversion d’un axe en plan, une confirmation de l’effacement est demandée même si l’option «  Effacer les
entités converties » est cochée dans le paramétrage général.

190 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.4.4. Créer par décalage

Cette commande permet de créer une nouvelle signalisation, par décalage d’une signalisation
existante, ou d’une polyligne 2D, ou d’un axe en plan.
Sélectionnez les objets à décaler ou [caLques] :

Des flèches temporaires sur la signalisation choisie indiquent son sens.


Sélectionnez le côté de décalage.
Entrez la valeur du décalage, ou cliquez le bouton pour mesurer une distance à l’écran.
Le marquage courant de la barre d’outils est affecté à la nouvelle signalisation.

REMARQUES :
 La signalisation décalée est associée à son parent (si le parent est une signalisation horizontale ou un axe en plan) : si la
géométrie du parent est modifiée, alors la géométrie de la signalisation décalée est recalculée. Pour annuler ce comportement
et libérer la géométrie de la signalisation décalée, faites un clic doit sur la signalisation décalée et exécutez la commande
Signalisation décalée : désassocier.
 Une signalisation construite par décalage ne peut pas être modifiée par ses poignées car sa géométrie dépend de celle du
‘parent’. Il faut la désassocier du parent (via le menu contextuel) pour libérer sa géométrie.

IX.4.5. Rappel
Cette commande affiche un dialogue de rappel des normes de dessin de la signalisation horizontale.
Le premier onglet rappelle pour chaque type de marquage la modulation et la largeur à adopter, comme indiqué dans l’article 113-2
du livre 7 de l’Instruction Interministérielle sur la Signalisation Routière (IISR).
Le second onglet rappelle, sous forme de graphique, la géométrie de chaque type de modulation discontinue : la longueur du trait,
l’intervalle entre 2 traits successifs, et le rapport plein/vide (cf. article 113-1 du livre 7 de l’Instruction Interministérielle sur la
Signalisation Routière).

Ce dialogue est non modal : il peut rester afficher à l’écran, sans empêcher de travailler dans la zone de dessin située au-dessous.
Ses dimensions peuvent être réduites en cliquant le bouton : il est alors « replié ». En cliquant le bouton , le dialogue reprend
sa taille normale.

191 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.4.6. Copie des propriétés

Pour copier rapidement les propriétés d’une signalisation vers une autre signalisation, utilisez le bouton de copie de propriétés
d’AutoCAD® ( ou ).
Les propriétés (modulation, largeur unitaire, centrage) de la première zone de modulation sont recopiées vers la signalisation de
destination.

IX.4.7. Fenêtre des propriétés

Comme pour tout objet AutoCAD®, la fenêtre de propriétés affiche des informations
relatives à la signalisation sélectionnée.
Ces informations sont regroupées en 4 catégories :
• « Général » : ce sont les informations communes à tous les objets AutoCAD®
• « Géométrie » : on retrouve les informations sur les sommets (comme une polyligne).
• « Propriétés » : cette catégorie rappelle si l’objet est verrouillé, quel est son produit
de marquage, son nombre de zones de modulation ….
• « Verrouillé » : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et empêcher toute
modification par les poignées.
• « Afficher les textes » : permet d’activer ou désactiver l’affichage des noms des
zones de modulations.
• « Hauteur des textes » :
• « Produit de marquage » : sélectionnez dans la liste le produit de marquage à
appliquer à l’objet.
• « Nombre de zones » : nombre total de zones de modulation de l’objet.
• « Définition de la première zone » : cette catégorie permet de modifier rapidement les
propriétés (marquage, centrage, largeur …) de la première zone de modulation.
• « Marquage » : sélectionnez le marquage à appliquer à la première zone de
modulation.
• « Type de marquage » : ce champ rappelle si le marquage est simple ou mixte.
• « Position de l’axe » : sélectionnez le centrage à appliquer à la zone de modulation.
• « Modulation » : ce champ rappelle la modulation de la première zone.
• « Longueur des bandes » : ce champ rappelle la longueur d’une bande.
• « Intervalle entre bandes » : ce champ rappelle l’intervalle entre 2 bandes.
• « Abscisse de départ » : indique l’abscisse du premier point de la première bande, relativement au premier point de l’objet.
• « Largeur unitaire (U) » : sélectionnez la largeur unitaire à appliquer à la zone de modulation.
• « Largeur des bandes » : sélectionnez le multiple de U.
• « Ecart entre les bandes » : dans le cas d’une modulation mixte, c’est l’écart latéral entre la bande continue et les bandes
discontinues.
• « Position de la ligne continue » : sélectionnez dans la liste la position de la ligne continue, soit « A gauche », soit « A droite ».

REMARQUE :
Si la fenêtre de propriétés reste vide, quittez AutoCAD ® puis redémarrez une fois en tant qu’administrateur (clic droit sur l’icône
COVADIS du bureau, puis lancez la commande Exécuter en tant qu’administrateur).

192 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.4.8. Poignées

Quand une signalisation horizontale est sélectionnée, ses poignées apparaissent aux points stratégiques. Elles sont matérialisées par
des carrés, des triangles ou des ronds :
• les poignées carrées apparaissent aux sommets et ont le même fonctionnement que pour une polyligne : déplacement ou
étirement de la géométrie,
• les poignées triangulaires signalent le point départ d’une zone de modulation (autre que la première). En glissant une poignée
le long de la signalisation, le point de départ de la zone de modulation est modifié,
• les poignées rondes indiquent la position d’un pictogramme associé à la signalisation.

REMARQUES :
 Si une signalisation est verrouillée, alors ses poignées ne s’affichent pas afin d’éviter toute modification de sa géométrie.
 Une signalisation construite par décalage ne peut pas être modifiée par ses poignées car sa géométrie dépend de celle du
‘parent’. Il faut la désassocier du parent (via le menu contextuel) pour libérer sa géométrie.

IX.4.9. Poignées multi-fonctions


Les sommets des signalisations horizontales sont dotés de poignées multifonctions. En plaçant le curseur sur une poignée, un menu
jaillissant permet d’exécuter des actions spécifiques, en fonction de la position de la poignée.

• Si c’est le premier sommet, alors le menu jaillissant permet d’ajouter un sommet (qui sera le nouveau
premier sommet), ou de supprimer un sommet (seulement si la signalisation a plus d’un segment).
• Si c’est le dernier sommet, alors le menu jaillissant permet d’ajouter un sommet (qui sera le nouveau
dernier sommet) ou de supprimer un sommet (seulement si la signalisation a plus d’un segment).
• Si c’est un sommet intermédiaire, alors le menu jaillissant propose une unique commande pouvant
supprimer le sommet.
• Si le sommet est le milieu d’un segment droit, alors le menu jaillissant permet d’insérer un nouveau
sommet ou de convertir le segment en arc. Dans ce dernier cas, il faut cliquer un point de passage du
nouvel arc.
• Si le sommet est le milieu d’un arc, alors le menu jaillissant permet d’insérer un nouveau sommet ou
de convertir l’arc en segment droit, entre ses deux extrémités.
• Si la poignée est l’emplacement d’un pictogramme, alors le menu jaillissant permet de le modifier
ou de le supprimer.
• Si la poignée est l’emplacement d’une zone de modulation, alors le menu jaillissant permet de la modifier
ou de la supprimer.
• Si c’est la poignée du nom de la signalisation, alors le menu jaillissant permet de repositionner le nom
à sa position par défaut.

IX.4.10. Raccourcis clavier

Pour accélérer les modifications sur une signalisation, des raccourcis clavier sont disponibles :
• Double-clic : ouvre le dialogue de modification de la zone sélectionnée,
• « CTRL » + double-clic : propose d’ajouter une nouvelle zone de modulation à l’objet sélectionné,

193 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.4.11. Menu contextuel

Un menu contextuel s’affiche par un clic droit sur une signalisation sélectionnée.
• Pictogramme : Ajouter permet d’ajouter un pictogramme à la signalisation
sélectionnée,
• Pictogramme : Modifier propose de modifier un pictogramme d’une signalisation,
• Pictogramme : Enlever propose d’enlever un pictogramme à une signalisation,
• Zone de modulation : Ajouter permet de compléter la signalisation par une zone de
modulation,
• Zone de modulation : Modifier propose de modifier une zone de modulation existante,
• Zone de modulation : Enlever permet d’enlever une zone de modulation existante,
• Zone de modulation : Accès riverain permet d’ajouter un accès riverain à une
signalisation,
• Signalisation décalée : Modifier permet de modifier le déport d’une signalisation
décalée,
• Signalisation décalée : Désassocier permet de couper le lien entre une signalisation
décalée et son parent,
• Afficher le sens permet de dessiner des flèches de sens le long d’une signalisation,
• Inverser le sens permet de modifier le sens de parcours d’une signalisation,
• Coter (Etiquettes) permet de dessiner des étiquettes d’informations sur la signalisation,
• Convertir en polyligne permet de recréer la polyligne à partir de la géométrie d’une signalisation.
• Coupure permet de couper une signalisation en un point donné,
• Jonction permet de joindre 2 signalisations consécutives et jointives,
• Associer un état de terrain permet de projeter altimétriquement une signalisation sur un MNT.

REMARQUE :
Si le menu contextuel n’apparaît pas, vérifiez la valeur de la variable AutoCAD ® PICKFIRST (elle doit valoir 1).

194 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.5. OPÉRATIONS SUR LA SIGNALISATION HORIZONTALE

Les commandes de ce sous-menu permettent d’effectuer des opérations sur les signalisations horizontales du dessin

IX.5.1. Inverser le sens

Cette commande permet d’inverser le sens de parcours d’une signalisation. Des flèches temporaires s’affichent sur chaque
signalisation existante pour rappeler le sens courant.
La géométrie est conservée, les pictogrammes et les zones de modulation associées sont inchangés.
Le côté de dessin d’une signalisation continue est inchangé.
Le contenu des étiquettes de cotation est mis à jour.
La géométrie des signalisations construites par décalage est recalculée pour tenir du nouveau sens du parent.

IX.5.2. Coter (étiquettes)

Cette fonction permet d’ajouter automatiquement des étiquettes de cotation


relatives aux zones d’une signalisation horizontale.
Une étiquette est créée au point d’origine de chaque zone de modulation.
D’autres étiquettes sont insérées relativement à un intervalle de répétition.
Sélectionnez dans la liste déroulante le modèle d’étiquette pour la cotation.
Il est possible de coter :
• l’abscisse de chaque zone de modulation,
• la longueur de chaque zone de modulation,
• le nom de la modulation de chaque zone de modulation,
• la largeur de chaque zone de modulation,
• le multiple de U de chaque zone de modulation,
• la valeur unitaire de U,
• le type de produit de la signalisation.

Cliquez le bouton pour accéder au gestionnaire des modèles d’étiquettes et modifier le paramétrage (textes, ancrage, mise en
forme, dimensions, etc.).
Indiquez l’intervalle séparant 2 étiquettes consécutives. Entrez une valeur importante pour insérer des étiquettes seulement au point
de départ des zones de modulation.
Précisez le calque de dessin des étiquettes, ainsi que sa couleur. Si le nom du calque commence par le signe ‘+’, alors le calque de
la signalisation est utilisé comme préfixe.
Cochez la case «  Vider le calque des étiquettes » si vous désirez vider le calque avant d’effectuer la cotation.

Exemple de dessin des textes de cotation

195 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.5.3. Convertir en polyligne

Cette commande permet de dessiner la polyligne 2D correspondant à la géométrie des signalisations sélectionnées.
L’objet converti est effacé si l’option «  Effacer les entités converties » est cochée dans le dialogue de paramétrage.

IX.5.4. Coupure

Cette commande permet de couper une signalisation en deux, par indication d’un point de coupure.
Sélectionnez la signalisation horiz. à traiter :

Cliquez la signalisation à couper.


Cliquez le point de coupure :

Cliquez un point sur la signalisation sélectionnée.


La deuxième signalisation est créée, et son origine est le point cliqué. La signalisation existante est modifiée pour se terminer au
point cliqué. Les pictogrammes situés après le point de coupure sont associés à la seconde signalisation.

REMARQUE :
Les signalisations construites par décalage de la signalisation initiale avant coupure deviennent des objets indépendants.

IX.5.5. Jonction

Cette commande permet de compléter une signalisation existante en la concaténant avec une signalisation consécutive, pour former
une signalisation unique.
Sélectionnez la première signalisation :
Sélectionnez la deuxième signalisation :

Cliquez les 2 signalisations. Des flèches temporaires s’affichent sur la première signalisation pour rappeler son sens. Les éléments
(zones de modulation, pictogrammes) de la deuxième signalisation sont ajoutés à la première, puis elle est supprimée du dessin.

REMARQUES :
 Les signalisations construites par décalage de la signalisation initiale avant prolongement deviennent des objets indépendants.
 Il est impossible de joindre 2 signalisations ayant des produits de marquage différents, ou des largeur unitaire (U) différentes.

196 Dessin assisté


SIGNALISATION

Les 3 commandes suivantes permettent d’ajouter un pictogramme à une signalisation horizontale, de le modifier ou de l’enlever.

IX.5.6. Ajouter un pictogramme

Cette commande permet d’ajouter et d’associer un ou plusieurs


pictogrammes à une signalisation horizontale.
Sélectionnez la signalisation horiz. à traiter :
Cliquez la position du pictogramme (<Entrée> =
fin) :

Le dialogue d’implantation s’affiche.


Choisissez le modèle de pictogramme dans la liste déroulante.
Par défaut un seul pictogramme est implanté.
 « Insérer plusieurs flèches de rabattement » : cochez cette option
pour insérer plusieurs flèches de rabattement, qui seront alors
groupées (la modification graphique d’une flèche par sa poignée
provoquera le recalcul de la position des autres flèches du groupe).
• « Distance de pré-signalisation L » : c’est la distance à partir de
laquelle sont calculés les intervalles entre flèches.
Cette distance est affichée dans une liste déroulante, et son contenu varie si l’option «  Cas d’une autoroute » est cochée ou non,
cela d’après les valeurs préconisées par l’IISR.
• Cliquez le bouton pour afficher un dialogue rappelant les valeurs préconisées à l’article 115-3 du livre 7 de l’Instruction
Interministérielle sur la Signalisation Routière.
 « Dessiner du côté droit » : décochez cette option pour insérer les nouveaux pictogrammes du côté gauche de la signalisation.
 « Dessiner dans le sens » : décochez cette option pour orienter les pictogrammes dans le sens inverse de la signalisation.
• « Abscisse » : ce champ rappelle l’abscisse du point cliqué sur la signalisation.
• « Déport » : ce champ permet la saisie du déport latéral du pictogramme.
• « Echelle » : choisissez le facteur d’échelle du pictogramme ajouté, soit « 1:1 », soit « 4:3 ».

IX.5.7. Règles d’implantation des flèches de rabattement

Ce dialogue non modal rappelle les règles d’implantation des flèches de rabattement.
Le premier onglet rappelle les distances de présignalisation.
Le second onglet rappelle les interdistances entre flèches.

197 Dessin assisté


SIGNALISATION

Exemple d’insertion de plusieurs flèches de rabattement, avec une distance de présignalisation de 78 m.

IX.5.8. Modifier un pictogramme

Cette commande permet de modifier les propriétés d’un pictogramme d’une signalisation.
Cliquez sur le pictogramme à modifier.
Les propriétés modifiables sont :
• le sens de parcours,
• l’échelle,
• le déport par rapport à la signalisation.
Le déport peut être saisi directement, ou alors calculé pour positionner le pictogramme au
milieu d’un segment connu par 2 points.
Entrez la nouvelle valeur de déport (négative pour changer le côté), ou cliquez le bouton
pour cliquer 2 points entre lesquels le pictogramme sera centré.

IX.5.9. Enlever un pictogramme

Cette commande permet de supprimer du dessin un ou plusieurs pictogrammes d’une signalisation.


Sélectionnez le pictogramme à enlever :

Cliquez sur le pictogramme à enlever.


REMARQUES :
 Pour supprimer rapidement un pictogramme, placez le curseur sur sa poignée pour afficher un menu jaillissant et exécutez la
commande Enlever le pictogramme.
 Dans le cas de pictogrammes groupés, supprimer un pictogramme du groupe provoque l’effacement des autres pictogrammes
du même groupe.

IX.5.10. Menu contextuel


Pour afficher le menu contextuel d’un pictogramme associé à une signalisation horizontale, positionnez
le curseur sur la poignée du pictogramme pour afficher le menu jaillissant.

La commande Modifier le pictogramme permet de modifier le sens, l’échelle et le déport latéral entre le point de base du
pictogramme et la signalisation horizontale.
La commande Enlever le pictogramme supprime le pictogramme sélectionné.

Dans le cas de pictogrammes multiples, ces 2 commandes agissent sur tous les pictogrammes du même groupe.

198 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.5.11. Ajouter une zone de modulation

Cette commande permet d’ajouter une nouvelle zone de modulation à une


signalisation horizontale longitudinale.
Sélectionnez la signalisation horiz. à traiter :
Cliquez le point de départ de la zone (<Entrée> = fin) :

Un trait relie le curseur au point le plus proche de la signalisation sélectionnée.


L’abscisse et le déport du curseur par rapport à la signalisation sont affichés dans
la ligne d’état, et aussi dans un infobulle.
Le dialogue de paramétrage de la nouvelle zone s’affiche.
• « Propriétés » : sélectionnez, dans les listes déroulantes, la modulation, le
multiple de U et le centrage.
• « Position de la bande continue » : dans le cas d’une modulation mixte, indiquez si la bande continue est « A gauche » ou « A
droite » de la bande discontinue.
• « Décalage au point de départ » : entrez une valeur supérieure à 0 pour créer un espacement entre le point cliqué (qui indique
la fin de la zone précédente) et la première bande de la zone à créer.
 « Jusqu’à la zone suivante (ou la fin) » : cliquez cette option pour que la nouvelle zone se termine à la fin de la signalisation (si
c’est la dernière zone) ou au début de la zone suivante.
 « Seulement sur une longueur de » : indiquez la longueur de la zone à créer, manuellement dans le champ de saisie ou
graphiquement par le bouton .

Le point de départ de la zone de modulation est identifié par une poignée triangulaire.

IX.5.12. Modifier une zone de modulation

Cette commande permet de modifier une zone de modulation existante.


Sélectionnez la zone de modulation à traiter :

Cliquez sur la zone à modifier. Le dialogue précédent s’affiche avec les propriétés de la zone sélectionnée. Modifiez les propriétés
puis validez les modifications par « OK ».

IX.5.13. Enlever une zone de modulation

Cette commande permet de supprimer une zone de modulation.


Sélectionnez la signalisation horiz. à traiter :
(Cliquez dans la zone à enlever)

Cliquez dans la zone de modulation à enlever. Les propriétés de la zone précédente s’appliquent à l’emplacement de la zone
supprimée.

REMARQUES :
 Ces 3 commandes sont aussi présentes dans le menu contextuel des objets « Signalisation ».
 On ne peut pas enlever la première zone de modulation.
 L’étendue des zones de modulation est aussi modifiable par les poignées triangulaires.
 Il est possible de choisir une zone « vide » pour interrompre partiellement un marquage sur une courte longueur.

IX.5.14. Accès riverain

Cette commande simplifie l’insertion dans une signalisation existante d’une discontinuité pour le passage des riverains.
Cette discontinuité est une zone de modulation de type T’2 de longueur 3 mètres.

199 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.5.15. Menu contextuel

Pour afficher le menu contextuel d’une zone de modulation, positionnez le curseur sur sa poignée afin
d’afficher le menu jaillissant.
Les commandes Modifier la zone et Enlever la zone ont un fonctionnement identique aux commandes de
la barre d’outils présentées ci-dessus. Elles évitent la sélection de la zone à traiter.

IX.5.16. Afficher les noms

Cette commande permet d’afficher ou de masquer l’affichage des textes écrits au point de départ de chaque zone de modulation, et
récapitulant la modulation, le multiple de U et l’épaisseur.

IX.5.17. Modifier le décalage

Cette commande permet de modifier le côté et le déport latéral d’une signalisation créée par décalage, par rapport à son parent.
Sélectionnez la signalisation horiz. à traiter :

Sélectionnez la signalisation décalée à traiter et renseignez les paramètres du dialogue.

IX.5.18. Désassocier du parent


Cette commande permet de libérer la géométrie d’une signalisation décalée en coupant le lien qui la rattache à son parent.
Sélectionnez la signalisation horiz. à traiter :

REMARQUE :
On ne peut pas ré-associer une signalisation avec une autre signalisation.

IX.5.19. Afficher les infobulles

Cette commande de menu, précédée d’une coche si elle est activée, permet d’afficher ou de masquer les
infobulles qui s’affichent lorsque le curseur est situé au-dessus d’une signalisation horizontale.
L’infobulle rappelle la modulation, le multiple de U, l’épaisseur de ligne (en centimètres), et l’abscisse du curseur calculée sur la
signalisation.

200 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.6. FLÈCHES ET PICTOGRAMMES

Les commandes de ce sous-menu permettent d’insérer des objets ‘Pictogrammes’ dans le dessin.

IX.6.1. Définition d’un pictogramme

Un pictogramme est un objet graphique de COVADIS, formé d’un ou plusieurs contours fermés, avec remplissage.
Point de base :
Second point :

Cliquez les 2 points qui indiqueront successivement la position et l’orientation du pictogramme.

IX.6.2. Liste des flèches et pictogrammes

Rabattement à gauche Rabattement à droite Tout droit Tourne à droite

Tourne à gauche Devant et à droite Devant et à gauche A droite et à gauche

A droite, devant et à gauche Voie cyclable Stationnement pour Stationnement pour


handicapés véhicules électriques

Piéton Triangle ‘Cédez-le-passage’ Triangle ‘Cédez-le-passage’ Voie étroite


(petit) (grand)

201 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.6.3. Fenêtre de propriétés

La fenêtre de propriétés permet d’intervenir sur la géométrie d’un pictogramme


existant, et aussi d’afficher des informations complémentaires.
• « Modèle » : ce champ rappelle le modèle du pictogramme.
• « Position » : entrez les coordonnées de la position, ou cliquez sur le bouton
pour la cliquer à l’écran (le bouton s’affiche quand on clique dans le champ).
Elle est aussi modifiable par la poignée carrée.
• « Verrouillé » : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher
toute modification par les poignées.
• « Echelle » : (1:1, 1:2, 1:4, 4:3) : elle modifie la taille du pictogramme, les
facteurs d’échelles autorisés dépendant du modèle.
• « Seulement le contour » : par défaut le pictogramme est rempli par le produit
de marquage. Pour indiquer un pictogramme à déposer, on peut dessiner
uniquement son contour : sa surface de peinture devient nulle.
• « Orientation » : angle entre la position et le point d’orientation.
• « Produit de marquage » : sélectionnez le produit de marquage à appliquer au
pictogramme.
• « Surface de peinture (m²) » : surface totale des contours du pictogramme (0 si
la propriété « Seulement le contour » vaut « Oui »).

IX.6.4. Menu contextuel

Par un clic droit sur un objet sélectionné, un menu contextuel apparaît et propose quelques commandes
pour modifier rapidement un pictogramme.
• cochez l’échelle à appliquer au pictogramme. L’échelle courante est précédée d’une coche. Si le facteur
d’échelle n’est pas applicable au pictogramme, la commande est inopérante.
• Centrer entre 2 points : cette commande permet de positionner le pictogramme au milieu de 2 points
sélectionnés.
• Sélectionner similaires : cette commande permet de sélectionner tous les pictogrammes ayant le même
modèle que le pictogramme courant.
• Priorité d’affichage : après exécution de cette commande, l’affichage du pictogramme est prioritaire sur le reste du dessin. Cela
permet de le visualiser même s’il est inséré dans une zone de peinture.
• Verrouillé : cochez cette option pour verrouiller le pictogramme courant. Les poignées ne sont plus affichées : il n’est plus
modifiable graphiquement dans le dessin.

IX.6.5. Poignées
Un objet « Pictogramme » comporte 2 poignées permettant de
modifier sa géométrie :
• une poignée carrée de position,
• une poignée ronde, pour modifier l’orientation.

En plaçant le curseur sur une poignée, un infobulle rappelle le rôle de


la poignée.

202 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.6.6. Pictogramme personnalisé

Cette commande permet de créer un pictogramme à partir d’un bloc du dessin, sous certaines conditions : le nom du bloc doit
commencer par le préfixe ‘PICTO’, et le bloc doit contenir au moins une polyligne fermée. Seules les polylignes 2D fermées sont
traitées.

IX.6.7. Fond de couleur

Les pictogrammes Indication de piste cyclable, et Stationnement réservé aux handicapés ont une nouvelle propriété « Fond de
couleur ». Lorsqu’elle est activée, un rectangle de couleur est dessiné autour du pictogramme. Ce fond de couleur est respectivement
vert et bleu.

Exemple illustrant les fonds de couleur des pictogrammes.

IX.6.8. Mesurer

Cette commande permet d’insérer, à intervalle régulier, de multiples exemplaires d’un même pictogramme le long d’une
signalisation horizontale.
Sélectionnez la signalisation horizontale à mesurer :
Des flèches temporaires sur la signalisation choisie indiquent son sens.
Sélectionnez le pictogramme de référence :
Cliquez à l’écran le pictogramme devant être inséré.
Spécifiez l'intervalle (m) <10.0000> :
Spécifiez le déport (m) <2.0000> :

Saisir un déport positif pour représenter le pictogramme à droite de la signalisation, un déport négatif sinon.

Exemple avec le pictogramme « Voie cyclable »

203 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.7. AUTRES MARQUAGES

Ces commandes permettent de dessiner rapidement d’autres marques sur chaussée, comme les passages pour piétons, les zigzags
pour stationnement de bus … Le principe général est de dessiner rapidement à l’écran un marquage, et de l’affiner en changeant ses
caractéristiques par la fenêtre de propriétés, ou par les commandes du menu contextuel.
Durant la construction, un affichage dynamique du futur marquage facilite sa saisie.

IX.7.1. Passage pour piétons

Un passage pour piétons est un objet graphique COVADIS représentant les bandes d’un passage pour piétons.
Les passages pour piétons sont délimités par des bandes rectangulaires ou parallélépipédiques blanches, parallèles à l'axe de la
chaussée, d'une longueur minimale de 2,50 m en ville et de 4 à 6 mètres en rase campagne ou dans les traverses de petites
agglomérations. La largeur de ces bandes est de 0,50 mètre et leur interdistance varie de 0,50 mètre à 0,80 mètre
Premier point :
Second point :
Cliquez les 2 points qui donneront la longueur et l’orientation du passage pour piétons, qui est centré sur ces 2 points.

IX.7.1.1. Fenêtre de propriétés


La fenêtre de propriétés permet d’intervenir sur la géométrie d’un passage pour piétons
existant, et aussi de donner des informations complémentaires.
• « Point de départ » : entrez les coordonnées du point de départ, ou cliquez sur le
bouton pour indiquer sa position à l’écran (le bouton s’affiche quand on clique
dans le champ de la propriété).
• « Point de fin » : entrez les coordonnées du point de fin, ou cliquez sur le bouton
pour indiquer sa position à l’écran.
• « Intervalle entre bandes (m) » : entrez l’inter-distance séparant 2 bandes
consécutives.
• « Nombre de bandes » : nombre indicatif de bandes du passage pour piétons.
• « Longueur d’une bande (m) » : entrez la longueur d’une bande, comprise entre
2,50 et 6 mètres.
• « Largeur d’une bande (m) » : elle indique la largeur d’une bande de peinture. Les
valeurs autorisées sont comprises entre 0.4m et 0.8m.
• « Alignement / 2 points » : elle permet de modifier le mode d’alignement des
bandes par rapport au point de départ et au point de fin. Les choix possibles sont
« A gauche », « Centré » (mode par défaut), ou « A droite »
• « Inclinaison (gr) » : c’est l’angle d’inclinaison des bandes, par rapport à la
perpendiculaire des 2 points cliqués.
• « Seulement le contour » : indique si les bandes doivent être remplies, ou si seul
leur contour doit être dessiné (pour indiquer une dépose, par exemple).
• « Verrouillé » : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute
modification par les poignées.
• « Longueur (m)» : longueur séparant les 2 points cliqués.
• « Orientation (gr) » : angle entre les 2 points cliqués, par rapport à la verticale.
• « Surface de peinture (m²) » : surface totale de peinture des bandes. (0 si on a validé
« Seulement le contour »).
• « Vitesse de marche (m/s) » : indiquez la vitesse de marche d’un piéton traversant le passage pour piétons.
• « Temps de traversée » : temps nécessaire pour traverser le passage pour piétons, à la vitesse de marche indiquée. Ce résultat
peut être intéressant pour déterminer la durée d’allumage des feux de traversée pour les piétons.

204 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.7.1.2. Menu contextuel

Par un clic droit sur l’objet, un menu contextuel apparaît, et propose des commandes complémentaires.
• Ajuster le début : cette commande permet de modifier la géométrie des bandes situées à
proximité du point de départ : elles sont ajustées par rapport à une polyligne 2D de
coupure (exemple : un bord de trottoir), avec un décalage de 30 cm (correspondant à la
largeur du caniveau).
• Ajuster la fin : de la même manière que précédemment, cette commande permet de
modifier la géométrie des bandes situées à proximité du point de fin.
• Limiter à un contour : cette commande permet de modifier le contour de chaque bande
pour ne garder que la partie située à l’intérieur d’un contour fermé.
• Redessiner : cette commande « annule » les 3 commandes précédentes et affiche les
bandes dans leur totalité.
• Répartir les bandes : cette commande modifie la valeur d’écartement entre chaque bande,
pour éliminer l’écart entre le point de départ et la première bande, et l’écart entre le point
de fin et la dernière bande.
• Aligner avec un segment : cette commande permet d’aligner l’objet avec une ligne ou un segment de polyligne. Le point de fin
est modifié pour respecter la nouvelle orientation.
• Perpendiculaire à un segment : cette commande permet de modifier l’objet pour le rendre perpendiculaire à une ligne ou à un
segment de polyligne (ex : un bord de trottoir). Le point de fin est modifié pour respecter la nouvelle orientation.
• Aligner les bandes / segment : cette commande modifie l’inclinaison des bandes, de manière à les aligner avec un segment
sélectionné.
• Priorité d’affichage : cette commande permet de modifier l’ordre d’affichage de l’objet dans le cas où il est dessiné à l’intérieur
d’une zone de peinture ou d’une hachure. Son affichage devient prioritaire par rapport au reste du dessin.
• Verrouillé : cette commande permet de verrouiller la géométrie de l’objet, afin d’empêcher toute modification par les poignées.

IX.7.1.3. Poignées

4 poignées permettent de modifier sa géométrie :


• une poignée au point de départ, pour modifier sa position (et aussi
l’orientation et la longueur),
• une poignée au point de fin, pour modifier sa position (et aussi l’orientation et
la longueur),
• une poignée au point milieu, pour la translation,
• une poignée ronde pour changer l’inclinaison des bandes (la largeur des
bandes est respectée).

REMARQUES :
 Si la géométrie est modifiée, alors l’ajustement est perdu et les bandes redeviennent complètes.
 Si un passage pour piétons est ajusté, un écart de 0.30 m est automatiquement créé pour simuler le caniveau (voir schéma
ci-dessous).
 On ne peut pas modifier l’inclinaison d’un passage pour piéton ajusté.
 Le remplissage des bandes dépend de la variable système FILLMODE. Si cette variable vaut 1, les bandes sont remplies, sinon
seul leur contour est affiché.

205 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.7.1.4. Poignées multi-fonctions

Le sommet de départ et le sommet de fin sont dotés de poignées multifonctions. En plaçant le curseur sur une poignée, un menu
jaillissant permet d’exécuter des actions spécifiques.

• Si c’est le sommet de début, alors le menu jaillissant permet d’ajuster le début par rapport à une
polyligne, ou de limiter la géométrie à l’intérieur d’un contour fermé.
• Si c’est le sommet de fin, alors le menu jaillissant permet d’ajuster le début par rapport à une polyligne,
ou de limiter la géométrie à l’intérieur d’un contour fermé.

IX.7.1.5. Exemple

Le graphique ci-dessous illustre la géométrie d’un passage pour piétons, ajusté au début et à la fin relativement à 2 polylignes
symbolisant un bord de trottoir.

206 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.7.2. Bande d’éveil de vigilance

Une bande d’éveil de vigilance (aussi appelée bande podo-tactile) est un objet graphique COVADIS représenté par un contour
rectangulaire et des petits cercles disposés en quinconce (pour les plots en forme de dômes). Ce dispositif tactile est destiné à alerter
les personnes aveugles et malvoyantes (PAM) d'un danger imminent sur leur cheminement.
Premier point :
Second point :
Cliquez les 2 points qui donneront la longueur et l’orientation de l’objet, qui est centré sur ces 2 points.

IX.7.2.1. Fenêtre de propriétés

La fenêtre de propriétés permet d’intervenir sur la géométrie de l’objet, et aussi d’en


donner des informations complémentaires.
• « Point de départ » : entrez les coordonnées du point de départ, ou cliquez sur le
bouton pour indiquer sa position à l’écran (le bouton s’affiche quand on clique
dans le champ de la propriété).
• « Point de fin » : entrez les coordonnées du point de fin, ou cliquez sur le bouton
pour indiquer sa position à l’écran.
• « Largeur de la bande » : sélectionnez « Standard » ou « Réduite » dans la liste.
Le champ « Largeur » est mis à jour.
• « Longueur (m) » : longueur séparant les 2 points cliqués.
• « Largeur (m) » : largeur du contour rectangulaire.
• « Hauteur (m) » : hauteur des plots.
• « Orientation (gr) » : angle entre les 2 points cliqués, par rapport à la verticale.
• « Verrouillé » : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute
modification par les poignées.
• « Surface (m²) » : surface du contour rectangulaire.
• « Matériau de revêtement » : il est sélectionnable dans une liste déroulante. Les
différentes valeurs possibles sont : Inconnu, Béton, Résine et Granit

IX.7.2.2. Menu contextuel

Par un clic droit sur l’objet, un menu contextuel apparaît, et propose des commandes complémentaires.
• Parallèle à : cette commande permet de modifier la géométrie de l’objet pour le rendre parallèle à un
passage pour piétons sélectionné.
• Priorité d’affichage : cette commande permet de modifier l’ordre d’affichage de l’objet dans le cas où il
est dessiné à l’intérieur d’une zone de peinture ou d’une hachure. Son affichage devient prioritaire par
rapport au reste du dessin.
• Verrouillé : cette commande permet de verrouiller la géométrie de l’objet, afin d’empêcher toute modification par les poignées.

IX.7.2.3. Poignées

Un objet « Bande d’éveil de vigilance » comporte des poignées permettant de modifier sa géométrie :
• une poignée au point de départ, pour modifier sa position (et aussi l’orientation et la longueur),
• une poignée au point de fin, pour modifier sa position (et aussi l’orientation et la longueur),
• une poignée au point milieu, pour la translation,
• une poignée à chaque sommet.

IX.7.2.4. Exemple
Le graphique ci-contre illustre la géométrie d’une bande d’éveil de vigilance.

207 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.7.3. Ralentisseur

Un ralentisseur est un objet graphique COVADIS représenté par plusieurs contours fermés avec remplissage. La géométrie de
chaque contour dépend d’un modèle. C’est un aménagement de modération de la vitesse en agglomération comportant une
surélévation de la chaussée.

Dos d’âne (Largeur = 0.70m, Hauteur = 2m fixe) Plateau (Largeur = 0.70m, Hauteur = 2m variable)

Dent de requin (Largeur = 0.50m, Hauteur = 0.50m fixe) Barbule (Belgique)

Premier point ou [Dos d'âne/Plateau/dent de Requin/Barbule] <Dos d'âne> :


Second point :

Cliquez le premier point de l’objet, ou choisissez une option (‘D’ ‘P’ ‘R’ ‘B’) pour changer le modèle du ralentisseur.
Cliquez le second point qui indiquera la longueur et l’orientation de l’objet.

IX.7.3.1. Fenêtre de propriétés

La fenêtre de propriétés permet d’intervenir sur la géométrie de l’objet, et aussi d’en


donner des informations complémentaires.
• « Modèle » : sélectionnez dans la liste le modèle à appliquer au ralentisseur,
• « Point de départ » : entrez les coordonnées du point de départ, ou cliquez sur le
bouton pour indiquer sa position à l’écran (visible quand on clique dans le
champ de la propriété).
• « Point de fin » : entrez les coordonnées du point de fin, ou cliquez sur le bouton
pour indiquer sa position à l’écran.
• « Côté de dessin » : indiquez le côté où doit être dessiné le ralentisseur,
relativement au segment fictif reliant le point de départ au point de fin,
• « Nombre de triangles » : nombre indicatif de contours triangulaires,
• « Largeur d’un triangle » : indique la largeur de la base de chaque triangle (cette
valeur dépend du modèle choisi),
• « Hauteur d’un triangle » : indique la hauteur de chaque triangle, cette valeur est
modifiable par le champ de saisie, ou par une poignée,
• « Seulement le contour » : indique si les contours doivent être remplis, ou s’ils
doivent être dessinés sans remplissage (pour indiquer une dépose, par exemple)
• « Verrouillé » : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et empêcher toute
modification par les poignées,
• « Orientation (gr) » : angle entre les 2 points cliqués par rapport à la verticale,
• « Surface totale (m²) » : surface totale de peinture nécessaire pour remplir les contours (0 si on a validé « Seulement le
contour »).

208 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.7.3.2. Menu contextuel

Par un clic droit sur l’objet, un menu contextuel apparaît, et propose des commandes complémentaires.
La ligne de menu correspondant au modèle courant est précédée d’une coche.
La ligne de menu correspondant au côté courant est précédée d’une coche.
• Dos d’âne : sélectionnez ce menu pour appliquer le modèle « Dos d’âne ».
• Plateau : sélectionnez ce menu pour appliquer le modèle « Plateau ».
• Dent de requin : sélectionnez ce menu pour appliquer le modèle « Dent de requin ».
• Barbule (Belgique) : sélectionnez ce menu pour appliquer le modèle « Barbule pour la Belgique ».
• Côté gauche : exécutez cette commande pour dessiner le ralentisseur à gauche du segment fictif reliant
les 2 points cliqués.
• Côté droit : exécutez cette commande pour dessiner le ralentisseur à droite du segment fictif reliant les 2 points cliqués.
• Priorité d’affichage : cette commande permet de modifier l’ordre d’affichage de l’objet dans le cas où il est dessiné à l’intérieur
d’une zone de peinture ou d’une hachure. Son affichage est prioritaire par rapport au reste du dessin.
• Verrouillé : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute modification par les poignées.

IX.7.3.3. Poignées

Un objet « Ralentisseur » comporte 5 poignées permettant de modifier sa


géométrie :
• une poignée au point de départ, pour modifier sa position (et aussi
l’orientation et la longueur),
• une poignée au point de fin, pour modifier sa position (et aussi
l’orientation et la longueur),
• une poignée au point milieu, pour la translation,
• une poignée en forme de flèche, en haut des contours, pour modifier la
hauteur des contours,
• une poignée en forme de flèche, située sous les 2 points saisis pour
modifier le côté de dessin de l’objet (agissant comme la commande
Miroir).

209 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.7.4. Coussin berlinois

Un coussin berlinois est un objet graphique COVADIS représenté par un contour rectangulaire, intégrant 3 contours triangulaires
contigus, réalisés sur la partie montante du coussin. C’est un aménagement de modération de la vitesse en agglomération comportant
une surélévation de la chaussée.
Premier point :
Second point :
Cliquez les 2 points qui donneront la longueur et l’orientation de l’objet, qui est centré sur ces 2 points.
La longueur du coussin est comprise entre 3 et 4 mètres. Si la distance séparant les 2 points n’est pas comprise dans cet intervalle,
alors la longueur de l’objet est arrondie à celle de ces 2 valeurs la plus proche.

IX.7.4.1. Fenêtre de propriétés

La fenêtre de propriétés permet d’intervenir sur la géométrie de l’objet, et aussi d’en


donner des informations complémentaires.
• « Point de départ » : entrez les coordonnées du point de départ, ou cliquez sur le
bouton pour indiquer sa position à l’écran l’écran (visible quand on clique
dans le champ de la propriété).
• « Point de fin » : entrez les coordonnées du point de fin, ou cliquez sur le bouton
pour indiquer sa position à l’écran.
• « Verrouillé » : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute
modification par les poignées.
• « Longueur » : longueur du contour rectangulaire de l’objet,
• « Largeur » : à sélectionner dans la liste, elle varie entre 1.75 et 1.90 mètres.
• « Hauteur » : différence de hauteur entre le contour rectangulaire extérieur et le
contour rectangulaire intérieur,
• « Orientation » : angle entre les 2 points cliqués par rapport à la verticale,
• « Surface des triangles (m²) » : surface de peinture des contours triangulaires,
• « Surface totale (m²) » : surface du contour rectangulaire extérieur.

IX.7.4.2. Menu contextuel


Par un clic droit sur l’objet, un menu contextuel apparaît, et propose des commandes complémentaires.

• Priorité d’affichage : cette commande permet de modifier l’ordre d’affichage de l’objet dans le cas où il est
dessiné à l’intérieur d’une zone de peinture ou d’une hachure. Son affichage est prioritaire par rapport au reste du dessin.
• Verrouillé : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute modification par les poignées.

IX.7.4.3. Poignées

Un objet « Coussin berlinois » comporte 3 poignées permettant de modifier sa géométrie :


• une poignée au point de départ, pour modifier sa position (et aussi l’orientation et la longueur),
• une poignée au point de fin, pour modifier sa position (et aussi l’orientation et la longueur),
• une poignée au point milieu, pour la translation.

IX.7.4.4. Exemple

Le graphique ci-contre illustre la géométrie d’un coussin berlinois.

210 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.7.5. Stationnement de bus (ou ligne zigzag)

Une ligne zigzag est un objet graphique COVADIS représenté par une polyligne brisée de couleur jaune, conformément au schéma
ci-dessous. Cette ligne signifie qu'il est interdit de stationner ou de s'arrêter sur toute la zone marquée, pendant la période où circulent
les autobus.
Premier point :
Second point :
Cliquez les 2 points qui donneront la longueur et l’orientation de l’objet. Sa longueur est matérialisée sur au moins 10 mètres. Sa
longueur s’ajuste de manière à dessiner une partie complète.

IX.7.5.1. Fenêtre de propriétés


La fenêtre de propriétés permet d’intervenir sur la géométrie de l’objet, et aussi d’en
donner des informations complémentaires.
• « Point de départ » : entrez les coordonnées du point de départ, ou cliquez sur le
bouton pour indiquer sa position à l’écran.
• « Point de fin » : entrez les coordonnées du point de fin, ou cliquez sur le bouton
pour indiquer sa position à l’écran
• « Seulement le contour » : indique si la ligne zigzag doit être remplie, ou si seul
le contour doit être dessiné (pour indiquer une dépose, par exemple)
• « Verrouillé » : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute
modification par les poignées.
• « Largeur (m) » : largeur de l’objet.
• « U (cm) » : valeur unitaire de l’épaisseur de la ligne, l’épaisseur réelle étant égale
à 2U.
• « Orientation (gr) » : angle entre les 2 points, par rapport à la verticale,
• « Longueur totale (m) » : longueur de la ligne brisée.
• « Surface (m²) » : surface de peinture nécessaire pour remplir le contour (0 si on
a validé « Seulement le contour »).

IX.7.5.2. Menu contextuel


Par un clic droit sur l’objet, un menu contextuel apparaît, et propose des commandes complémentaires.
• Aligner avec un segment : cette commande permet de modifier la géométrie de l’objet pour le rendre
parallèle à un segment sélectionné. Le point de fin est modifié pour tenir compte de la nouvelle
orientation.
• Priorité d’affichage : cette commande permet de modifier l’ordre d’affichage de l’objet dans le cas où il est dessiné à l’intérieur
d’une zone de peinture ou d’une hachure. Son affichage devient prioritaire par rapport au reste du dessin.
• Verrouillé : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute modification par les poignées.

IX.7.5.3. Poignées

Un objet « Stationnement de bus » comporte 2 poignées permettant de


modifier sa géométrie :
• une poignée au point de départ, pour modifier sa position (et aussi
l’orientation et la longueur),
• une poignée d’orientation, qui modifie aussi la longueur.

211 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.7.6. Damiers

Un damier est un objet graphique COVADIS représentant un quadrillage bicolore dans un contour fermé.
Dans le cas d’un carrefour, il matérialise le passage d'une voie réservée aux transports en commun. Le damier est composé de carrés
blancs de 0,80 m à 1,20 m de côté.
Dans le cas des voies de détresse, destinées à arrêter un véhicule en perdition, le damier est composé de carrés de couleur rouge et
blanche. Chaque carreau du damier mesure 1,5 m de large sur 3 m de long.
Premier point ou [Contour] :
Cliquez le point de départ du contour, ou choisissez l’option ‘C’ pour sélectionner un contour existant.
Autre point ou [annUler] :
Dans le cas de la saisie des points, cliquez les autres points du contour. Terminez par <Entrée>.
Cliquez le contour :
Dans le cas de la sélection d’un contour, cliquez le contour, de type polyligne fermée ou cercle.

IX.7.6.1. Fenêtre de propriétés

La fenêtre de propriétés permet d’intervenir sur la géométrie de l’objet, et aussi d’en


donner des informations complémentaires.
• « Modèle du damier » : sélectionnez dans la liste le modèle à appliquer au
damier.
• « Largeur d’un motif » : sélectionnez dans la liste la largeur d’un motif du
quadrillage. Le contenu de la liste dépend du modèle choisi. Dans le cas d’une
voie de détresse, la valeur est fixe.
• « Hauteur d’un motif » : indique la hauteur d’un motif du quadrillage. Dans le
cas d’une voie de détresse, la valeur est fixe. Dans le cas d’un damier pour
carrefour, la valeur est identique à la largeur.
• « Angle du quadrillage (gr) » : angle de dessin des motifs du quadrillage.
• « Seulement les contours » : indique si les motifs doivent être remplis, ou si
seul le quadrillage doit être dessiné (pour indiquer une dépose, par exemple)
• « Verrouillé » : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute
modification par les poignées.
• « Surface blanche (m²) » : indique la surface de peinture blanche nécessaire
pour remplir les motifs du quadrillage (0 si la propriété « Seulement le contour » vaut « Oui »).
• « Surface totale (m²) » : indique la surface totale du contour de l’objet.
• « Dessiner le périmètre » : si cette option est activée, alors la polyligne de contour de l’objet est également dessinée.

IX.7.6.2. Menu contextuel

Par un clic droit sur l’objet, un menu contextuel apparaît, et propose des commandes complémentaires.
• Ajouter un sommet : cette commande permet d’ajouter un sommet sur le segment du contour qui est le
plus proche du point cliqué.
• Supprimer un sommet : cette commande permet de supprimer le sommet de contour qui est le plus
proche du point cliqué.
• Dessiner le contour : cette commande dessine une polyligne 2D représentant le contour de l’objet.
• Priorité d’affichage : cette commande permet de modifier l’ordre d’affichage de l’objet dans le cas où il est dessiné à l’intérieur
d’une zone de peinture ou d’une hachure. Son affichage devient prioritaire par rapport au reste du dessin.
• Verrouillé : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute modification par les poignées.

212 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.7.6.3. Poignées

Un objet « Damier » comporte plusieurs poignées permettant de


modifier sa géométrie :
• une poignée au point de départ du quadrillage : modifier sa position
permet de déplacer l’origine du quadrillage,
• une poignée d’orientation du quadrillage,
• une poignée à chaque sommet du contour.

IX.7.6.4. Poignées multi-fonctions

La poignée d’orientation, et les sommets du contour, sont dotés de poignées multifonctions. En plaçant le curseur sur une poignée,
un menu jaillissant permet d’exécuter des actions spécifiques.

• Si c’est la poignée d’orientation, alors le menu jaillissant permet d’aligner le quadrillage


horizontalement ou verticalement.
• Si c’est un sommet de contour, alors le menu jaillissant permet d’ajouter un nouveau sommet, ou de
supprimer le sommet courant.

IX.7.6.5. Exemples

Exemple : à gauche, représentation d’un damier pour un carrefour, à droite d’un damier pour voie de détresse.

213 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.7.7. Zone de peinture

Une zone de peinture est un objet graphique COVADIS similaire à une hachure de type SOLID. Il représente un contour fermé
totalement rempli.
Premier point ou [Contour/Hachure] :
Cliquez le point de départ du contour, ou cliquez l’option ‘C’ pour sélectionner un contour existant, ou l’option ‘H’ pour sélectionner
une hachure.
Autre point ou [annUler] :
Dans le cas de la saisie des points, cliquez les autres points du contour. Terminez la saisie par <Entrée>.
Cliquez le contour :
Dans le cas de la sélection d’un contour, cliquez le contour, de type polyligne fermée ou cercle.
Cliquez la hachure :
Dans le cas de la sélection d’une hachure, cliquez la hachure. Seul son contour extérieur est utilisé pour délimiter la zone de peinture.

IX.7.7.1. Fenêtre de propriétés

La fenêtre de propriétés permet d’intervenir sur la géométrie de l’objet, et aussi d’en


donner des informations complémentaires.
• « Verrouillé » : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute
modification par les poignées.
• « Surface totale (m²) » : indique la surface totale du contour de l’objet.
• « Dessiner le contour » : si cette option est activée, alors la polyligne de contour de
l’objet est également dessinée.
• « Produit de marquage » : indique le produit de marquage de l’objet.

IX.7.7.2. Menu contextuel

Par un clic droit sur l’objet, un menu contextuel apparaît, et propose des commandes complémentaires.
• Ajouter un sommet : cette commande permet d’ajouter un sommet sur le segment du contour qui est le
plus proche du point cliqué.
• Supprimer un sommet : cette commande permet de supprimer le sommet de contour qui est le plus
proche du point cliqué.
• Dessiner le contour : cette commande dessine une polyligne 2D représentant le contour de l’objet.
• Priorité d’affichage : cette commande permet de modifier l’ordre d’affichage de l’objet dans le cas où il est dessiné à l’intérieur
d’une zone de peinture ou d’une hachure. Son affichage devient prioritaire par rapport au reste du dessin.
• Verrouillé : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute modification par les poignées.

IX.7.7.3. Poignées

Un objet « Zone de peinture » comporte plusieurs poignées à chaque contour permettant de modifier sa géométrie.

IX.7.7.4. Poignées multi-fonctions

Les sommets du contour sont dotés de poignées multifonctions. En plaçant le curseur sur une poignée, un
menu jaillissant permet d’ajouter un sommet, ou de supprimer le sommet courant.

214 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.7.8. Zébras et chevrons

Le zébra, comme le chevron, est un objet graphique COVADIS, formé de plusieurs contours remplis, dessiné entre 2 limites.
Il représente des surfaces de chaussées normalement interdites à la circulation. Les hachures, de couleur blanche, sont inclinées à 2
(parallèlement à la rive) pour 1 (perpendiculairement à celle-ci) ; leur largeur est de 0,50 m et leur espacement, mesuré entre
parallèles est de 1,35 m. Le schéma de dessin de ces marquages est détaillé dans l’annexe C.3 du livre 7 de l’Instruction
Interministérielle sur la Sécurité Routière (IISR).

IX.7.8.1. Dessin d’un zébra


Sélectionnez le bord de référence (ou un contour fermé) :
Sélectionnez le bord de terminaison :
Sélectionnez la polyligne centrale :

IX.7.8.2. Dessin d’un chevron


Sélectionnez le premier bord de terminaison (ou un contour fermé) :
Sélectionnez le second bord de terminaison :
Sélectionnez la polyligne centrale (optionnelle) :

Cliquez la polyligne ou la signalisation à partir de laquelle les hachures vont commencer. Si le bord de référence est fermé, il est
demandé de cliquer obligatoirement la polyligne centrale, sinon il faut sélectionner le bord de terminaison sur lequel les hachures
vont s’arrêter puis cliquer une polyligne centrale (optionnelle).
Les hachures sont calculées le long de la polyligne centrale. Si elle est inconnue, le programme détermine une polyligne centrale,
en faisant une moyenne des 2 premières polylignes. Cette seconde méthode est donc moins précise.

REMARQUES COMMUNES :
 Le point d’origine d’un bord doit être un sommet de l’autre bord. Un bord ne doit pas couper la polyligne centrale.
 Les 2 bords ne doivent pas être trop écartés car un zébra est limité par une valeur d’écartement maximal.
 Les 2 bords doivent être orientés dans le même sens.
 L’utilisation d’une polyligne centrale améliore la qualité graphique de l’objet.
 Dans le cas d’un contour fermé, et d’une polyligne centrale obligatoire, le gisement de la polyligne centrale détermine les
angles des bandes de peinture, celles-ci étant dessinées à l’intérieur du contour fermé.

IX.7.8.3. Fenêtre de propriétés

La fenêtre de propriétés permet d’intervenir sur la géométrie de l’objet, et aussi d’en


donner des informations complémentaires.
• « U (cm) » : indique la distance séparant une bande d’un bord.
• « Bandes parallèles » : uniquement pour un zébra : si oui, alors les bandes seront
toutes parallèles à la première calculée. Si non, alors les bandes respectent la
courbure du premier bord.
• « Sens des bandes » : uniquement pour un chevron : sélectionnez dans la liste, le
sens de dessin des bandes, soit « Convergent », soit « Divergent » (voir les schémas
page suivante)
• « Seulement le contour » : indique si les bandes doivent être remplies, ou si le
contour seul doit être dessiné (pour indiquer une dépose, par exemple).
• « Verrouillé » : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute
modification par les poignées.
• « Ecartement maximal » : indique l’écartement maximal à respecter entre les bords.
Si cette valeur est atteinte, alors les bandes ne sont plus calculées.
• « Nombre de bandes » : nombre indicatif de bandes calculées.
• « Surface de peinture (m²) » : surface de peinture nécessaire pour remplir les bandes de hachures (0 si la propriété « Seulement
le contour » est à « Oui »).

215 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.7.8.4. Menu contextuel

Par un clic droit sur l’objet, un menu contextuel apparaît, et propose des commandes complémentaires.

• Echanger les bords : cette commande permet d’échanger les 2 bords, l’un devenant le bord de terminaison,
l’autre devenant le bord de référence.
• Priorité d’affichage : cette commande permet de modifier l’ordre d’affichage de l’objet dans le cas où il est dessiné à l’intérieur
d’une zone de peinture ou d’une hachure. Son affichage devient prioritaire par rapport au reste du dessin.
• Verrouillé : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute modification par les poignées.

IX.7.8.5. Poignées

Un objet « Zébra/Chevron » comporte 2 poignées permettant de modifier sa géométrie :


• une poignée en forme de double-flèche au départ, pour modifier l’écartement minimal entre les 2 bords terminant la zone de
peinture du départ,
• une poignée en forme de double-flèche à la fin, pour modifier l’écartement maximal entre les 2 bords à partir duquel les bandes
ne se dessinent plus car les bords sont considérés comme trop éloignés.

IX.7.8.6. Exemples

Les graphiques ci-dessous illustrent les zébras et les chevrons :


• un zébra, aux bandes parallèles,
• un chevron, de sens divergent et un autre de sens convergent
• un zébra et un chevron dans un contour fermé, orientés selon une polyligne centrale.

216 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.7.9. Inscriptions sur chaussée

Une inscription sur chaussée est un objet graphique COVADIS similaire à un texte, mais respectant les dimensions préconisées par
l’article 118-7 de l’Instruction Interministérielle sur la Signalisation Routière.
Les caractères des inscriptions sont fortement dilatés dans le sens de la hauteur des caractères, pour tenir compte de l'incidence sous
laquelle ils sont vus. Lorsque la limitation de vitesse est inférieure ou égale à 50 km/h, les lettres et les chiffres doivent avoir une
hauteur minimale de 1,50 mètre. Lorsque la limitation de vitesse est supérieure à 50 km/h, les lettres et les chiffres doivent avoir une
hauteur de 4 mètres.
Pour l’écriture de texte en milieu urbain, il est aussi possible de choisir une dimension plus petite. Dans ce cas, les caractères du
texte ne sont pas étirés : ils subissent simplement un changement d’échelle et restent homogènes. Ils sont basés sur une police de
type ARIAL.

Inscription sur chaussée : taille 1.50 mètre Inscription sur chaussée : taille 4 mètres

IX.7.9.1. Dessin

• « Hauteur » : sélectionnez la hauteur souhaitée pour les caractères. Dans le cas


« Autre », sélectionnez une dimension personnalisée.
• « Libellé » : sélectionnez, dans la liste déroulante, le libellé du texte, ou entrez un
nouveau libellé (composé uniquement de chiffres ou de lettres).
Point de base :
Second point :
Cliquez le point de base du texte, puis cliquez un deuxième point pour l’orientation.

Les libelles personnalisés sont conservés dans le fichier CovSignHoriz.ini.

217 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.7.9.2. Fenêtre de propriétés

La fenêtre de propriétés permet d’intervenir sur la géométrie de l’objet, et aussi d’en donner
des informations complémentaires.
• « Position » : indique le point de base de l’objet.
• « Verrouillé » : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute
modification par les poignées.
• « Libellé » : permet de modifier le libellé de l’objet.
• « Taille » : sélectionnez dans la liste déroulante la taille désirée (« 4 m », « 1,5 m » ou
« Urbain »),
• « Hauteur » : ce champ est visible uniquement dans le cas d’une taille « Urbain »,
sélectionnez dans la liste la hauteur personnalisée pour les caractères.
• « Orientation » : ce champ est visible uniquement dans le cas d’une taille « Urbain »,
sélectionnez le sens d’écriture du texte (soit « Horizontale », soit « Transversale »).
• « Seulement le contour » : indique si les caractères doivent être remplis, ou si seul leur
contour doit être dessiné (pour indiquer une dépose, par exemple)
• « Orientation (gr) » : angle entre les 2 points de référence par rapport à la verticale.
• « Surface de peinture (m²) » : indique la surface de peinture nécessaire pour remplir
l’objet (0 si la propriété « Seulement le contour » vaut « Oui »).

IX.7.9.3. Menu contextuel

Par un clic droit sur l’objet, un menu contextuel apparaît, et propose des commandes complémentaires

• Parallèle à : cette commande permet de modifier la géométrie de l’objet pour le rendre parallèle à un
objet sélectionné. Le point de fin est recalculé pour tenir compte de la nouvelle orientation.
• Perpendiculaire à : cette commande permet de modifier la géométrie de l’objet pour le rendre
perpendiculaire à un objet sélectionné. Le point de fin est recalculé pour tenir compte de la nouvelle
orientation.
• Retourner : cette commande applique une rotation de 200gr à l’objet par rapport au point de base.
• Ajuster entre 2 points : cette commande modifie l’espacement entre chaque caractère du texte, de manière à les répartir sur une
longueur mesurée entre le point de départ et un point à cliquer. Si la longueur est plus petite que la longueur normale du texte,
alors elle n’est pas prise en compte
• Priorité d’affichage : cette commande permet de modifier l’ordre d’affichage de l’objet dans le cas où il est dessiné à l’intérieur
d’une zone de peinture ou d’une hachure. Son affichage est prioritaire par rapport au reste du dessin.
• Verrouillé : cette commande permet de verrouiller la géométrie de l’objet, afin d’empêcher toute modification par les poignées.

IX.7.9.4. Poignées

Un objet « Inscription sur chaussée » comporte 2 poignées permettant de modifier sa géométrie :


• une poignée de position, pour modifier le point de base (du premier caractère du texte),
• une poignée d’orientation, pour modifier l’orientation du texte.

IX.7.9.5. Exemple

Le graphique ci-contre illustre 2 inscriptions sur chaussée :


• un texte horizontal, de taille 1.5 m,
• un texte vertical, adapté au milieu urbain.

218 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.8. BANDES RUGUEUSES TRANSVERSALES

Cet objet représente les bandes d’avertissement, fixées sur la chaussée à l’approche d’une zone dangereuse où il faut ralentir.
Sélectionnez la courbe de référence (poly. 2D ou sign. horiz.) ou [Rappel] :

Cliquez la courbe de référence. Le sens de parcours est affiché.


Cliquez la position de la zone dangereuse :
(les bandes rugueuses seront dessinées AVANT cette position)

Un trait élastique relie le curseur à sa projection sur la courbe. Cette projection sera la position de la zone dangereuse.
Un autre trait relie le curseur à la position de la première bande rugueuse. On visualise ainsi l’étendue de la répartition des bandes.

L’option « Rappel » affiche un dialogue récapitulant les écartements entre les bandes, selon la vitesse de parcours.

IX.8.1. Fenêtre de propriétés


La fenêtre de propriétés permet d’intervenir sur la géométrie de l’objet, et aussi d’en
donner des informations complémentaires.
• « V15 (km/h) » : vitesse de référence pour le calcul de l’écartement entre les
bandes rugueuses.
• « Abscisse (m) » : indique la distance entre l’origine de la courbe de référence et
la position de la zone dangereuse. Elle est mesurée le long de la courbe.
• « Largeur de voie (m) » : largeur transversale des bandes.
• « Côté de dessin » : indique le côté de dessin, par rapport au sens de la courbe de
référence.
• « Verrouillé » : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute
modification par les poignées.
• « Seulement le contour » : indique si les contours des bandes doivent être remplis,
ou si elles doivent être dessinées sans remplissage.
• « Commentaire » : facultatif, c’est une information complémentaire.

219 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.8.2. Menu contextuel

Par un clic droit sur l’objet, un menu contextuel apparaît, et propose des commandes complémentaires.
• Priorité d’affichage : cette commande permet de modifier l’ordre d’affichage de l’objet. Son
affichage est prioritaire par rapport au reste du dessin.
• Verrouillé : permet de verrouiller la géométrie de l’objet, et d’empêcher toute modification par les
poignées.
• Rappel : cette commande affiche le dialogue de rappel des règles de calcul des écartements.

IX.8.3. Poignées

Elles permettent le déplacement de la totalité des bandes rugueuses le long de la courbe de référence.
Après avoir déplacé la poignée, sa projection sur la courbe de référence est recalculée, et les bandes rugueuses sont repositionnées.

220 Dessin assisté


SIGNALISATION

IX.9. SIGNALISATION VERTICALE

La signalisation verticale repose sur un groupe de plusieurs palettes d’outils, classées par type (Type A, Type B …), perme