Vous êtes sur la page 1sur 7

GENERALITES

I QUELQUES DEFINITIONS
II LA MALADIE
III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85)

Abcès Un amas purulent formé au sein des tissus sains

Agent Pathogène Agent mécanique, chimique, biologique, comportemental ou social


dont la présence, l’excès ou l’insuffisance joue un rôle dans
l’apparition d’une maladie.

Anazootie (anadémie), maladie dont les individus malades ont été atteints à
partir d’une même source.

Cheptel Ensemble des animaux appartenant à un même propriétaire =


cheptel vif. Peut également désigner l’ensemble des animaux d’une
zone géographique ex : le cheptel bovin français.

Contagion Transmission d’une maladie contagieuse d’un animal malade à un


animal sain.
Elle est directe si le contage passe directement d’un animal à un
autre, indirecte si un intermédiaire, vecteur doit intervenir. (eau, air,
insecte etc.)

Contamination Introduction d’un agent pathogène dans un organisme préalablement


sain.

Diagnostic Identification de l’affection présentée par le sujet examiné on a le


diagnostic clinique et le diagnostic expérimental.

Dose infectante Quantité de germes capable de provoquer une infection chez des
organismes d’une catégorie définie, dans des conditions précises.

Elevage ou ferme d’élevage = une exploitation agricole utilisée pour


l’élevage. Entité géographique pouvant comprendre plusieurs
troupeaux reliés dans l’espace par le personnel et par le matériel.

Enzootie (endémie) maladie à incidence stable. (sévissant dans un endroit


précis)

Epidémiologie Etude des maladies et des facteurs de santé dans une population.

Epizootie (épidémie), maladie présentant de forte variation d’incidence au


cours de périodes successives. (sévissant sur tout un pays)

Facteurs de santé Ensemble des facteurs individuels et d’environnement qui peuvent


avoir une influence positive ou négative sur la santé (facteurs de
risque = influence négative)
Faux négatif Animal infecté se révélant négatif au test = erreur par défaut

Faux positif Animal indemne se révélant positif au test = erreur par excès

L’Hôte L’organisme atteint, dans lequel se développe l’agent pathogène

Incidence Nombre de nouveaux cas dans une population donnée au cours


d’une période donnée (semaine, mois, année).

Incubation Délai entre la pénétration de l’agent pathogène dans l’organisme et


l’apparition des symptômes de la maladie.

Infection Pénétration et reproduction dans un organisme réceptif d’une entité


étrangère capable de s’y multiplier et de reproduire des entités
identiques.

Inflammation Un phénomène pathologique qui se traduit par :


- la rougeur
- la douleur
- la chaleur
- la tumeur

Maladie Ensemble de phénomènes présentés par un organisme luttant


contre une cause, depuis le début de l’action pathogène jusqu’à la
fin de celle-ci et de ses conséquences.
C’est donc l’ensemble des aspects créés par l’attaque du
pathogène ou par un déséquilibre physiologique

Maladie contagieuse Maladie transmissible par contact direct ou indirect avec un


organisme source de l’agent pathogène

Maladie infectieuse Maladie due à un microbe qui se multiplie dans l’organisme atteint.

Maladie transmissible Maladie dont l’agent peut être transmis et retransmis à des
organismes.

Norme Etat habituel, conforme à la moyenne générale des cas et considéré


le plus souvent comme la règle.

Panzootie (pandémie), maladie se propageant sur de grandes distances

Pathogène Ce qui provoque une maladie, ce sont souvent des germes


(bactéries ou virus).

Pathogénie Etude du développement des germes qui causent la maladie

Phase d’invasion ou prodromes = période transitoire caractérisée par les premiers


symptômes souvent non spécifiques

Phase d’état ou clinique = période des manifestations cliniques habituelles

Phase de défervescence Période correspondant à la diminution graduelle de l’intensité des


manifestations de la maladie
Phase de convalescence Période de restauration graduelle de la fonction et de la
morphologie des organes

Porteur de germes Organisme hébergeant un agent pathogène

Prévalence Nombre total de cas dans une population déterminée au cours d’une
période donnée (ex : prévalence annuelle), ou à un instant donné
(prévalence instantanée).

Prévention Ensemble de mesures qui permettent d’éviter le développement de la


maladie.

Prophylaxie Ensemble des mesures mises en œuvre pour prévenir la naissance


d’une maladie, en limiter la diffusion, en poursuivre l’extinction.

Réceptivité Aptitude à héberger un agent pathogène, à en permettre le


développement ou la multiplication , sans forcément en souffrir.

Récidive Réapparition des symptômes d’une maladie, plus ou moins


longtemps après sa guérison et à la suite d’une nouvelle infection
ou infestation.

Récurrence Réapparition des symptômes d’une maladie chez un sujet


apparemment guéri, sans nouveau contact avec l’agent pathogène.

Région Territoire correspondant à plusieurs pays voisins (définition


épidémio-logique).

Réservoir Espèce(s), milieu(x) ou mécanisme(s) permettant la survie d’un


agent pathogène considéré en tant qu’espèce.

Sensibilité Aptitude à exprimer cliniquement l’action d’un agent pathogène.

Sensibilité d’un test Aptitude d’un test à fournir une réponse négative sur un animal
indemne = FN/(VN+FP)

Source d’infection Hôte, objet ou milieu à l’origine de la transmission de l’agent d’une


maladie.

Spécificité d’un test Aptitude d’un test à fournir une réponse positive sur un animal
infecté = VP/(VP+FN)

Sporadique maladie présentant une incidence faible avec des périodes à


incidence nulle

Symptôme Signe général local, physique ou fonctionnel provoqué par la


maladie perçu ou manifeste par le malade son étude sert à établir le
diagnostic

Syndrôme Ensemble de symptômes qui sont toujours groupés pour certaines


maladies

Taux d’infection Nombre d’individus infectés sur la population soumise au risque

Taux de Morbidité Nombre de malades sur la population soumise au risque


Taux de Mortalité Nombre de morts sur la population soumise au risque

Taux de Létalité Nombre de morts sur le nombre de malades

Troupeau Ensemble d’animaux (domestiques ou sauvages) ayant entre eux


des relations étroites (proximité, contacts, échanges,…) et
partageant le même environnement = forte relation
épidémiologique.

Vecteur Etre vivant qui, à l’occasion de relations écologiques, acquiert un


agent pathogène sur un hôte, et le transmet ensuite à un autre hôte.

Vrai négatif Animal indemne se révélant négatif au test

Vrai positif Animal infecté se révélant positif au test

Zone Partie du territoire au sein d’un pays, définie à des fins de contrôle
d’une maladie animale

Zoonose maladie qui se transmet naturellement des animaux vertébrés à


l’homme et vice-versa.

II LA MALADIE

Apparition

C’est la forme apparente, clinique, symptomatique d’une agression provoquée par une
bactérie, un virus ou un parasite: diarrhée, toux, avortement….

TAILLE POUVOIR MULTIPLICATION EXEMPLES


PATHOGENE
PARASITES mm irritation, spoliation cycle externe varron, douve, strongles

micron toxine multiplication brucellose, tuberculose,
BACTERIES interne/externe paratuberculose,
salmonelloses …
VIRUS nanomètre destruction cellulaire multiplication BVD, IBR, fièvre
intracellulaire aphteuse…

Cette agression entraîne une réaction de défense ; si celle-ci est insuffisante ou tarde à venir, il
y a apparition de symptômes, mais éventuellement transmission, puis accumulation de pertes
(lait, viande, croissance…).

L’objectifs à atteindre va donc être de mieux connaître la maladie afin de préparer l’animal à
une agression ou d’agir rapidement, ce, dans un objectif de maîtrise des pertes.

Cas particulier : Le STRESS : il n’est pas une maladie mais un facteur déclencheur ou
accélérateur de la maladie en déstabilisant l’équilibre naturel de l’animal
(baisse des défenses immunitaires).

Evolution

Plusieurs éléments conditionnent l’évolution d’une maladie :


1. la contagion, c’est à dire la dissémination de la matière infectieuse. Celle-ci est plus ou
moins importante selon les cas ; elle dépend de l’animal, de la résistance de l’agent
infectieux dans le milieu, du vecteur utilisé (eau, air, fumier, hôte ...)

2. la contamination, correspondant à la pénétration de la matière infectieuse dans l’animal


et qui est plus ou moins facile selon les voies utilisées (peau, muqueuses...)

3. la réaction non spécifique (neurovégétative et hormonale). Elle met en jeu les défenses
primaires de l’organisme, rapidement misent en oeuvre mais limitées en efficacité
(augmentation de la glycémie, des apports cellulaires afin d’augmenter leur résistance).

4. la multiplication de l’agent pathogène qui engendre les symptômes (et la contagion)

5. la réaction spécifique (ciblée contre l’agent pathogène). C’est l’adaptation de


l’organisme à lutter efficacement contre l’agent pathogène grâce à la mise en œuvre des
lymphocytes T et B avec production d’anticorps. Il y a recherche puis multiplication de
l’anticorps le plus adapté pour lutter contre l’antigène de l’agresseur.

6. la guérison obtenue grâce à la réaction spécifique ; elle a lieu lorsque la réponse


immunitaire dépasse le pouvoir pathogène de l’agresseur. La réponse immunitaire
spécifique est très importante car elle est GARDEE EN MEMOIRE, ce qui permet à l’animal de
se défendre beaucoup plus rapidement lors d’un second contact.

Tx anticorps

Réaction spécifique
de 1er contact

contamination <-------Maladie---------> Guérison


première symptômes souvenir immunitaire

Tx anticorps

Réaction spécifique
de 2ième contact

Temps
contamination <----Maladie---> Guérison
seconde symptômes souvenir immunitaire

Enseignements a tirer de cette evolution

• Un animal ayant été au contact d’un agent pathogène en garde une trace sous forme
d’anticorps.
• L’animal porteur des anticorps spécifiques à une maladie est ou a été au contact de la
maladie.
• La recherche des animaux porteurs et peut être potentiellement excréteurs pourra se
faire par la recherche des anticorps (sérologie - Test allergique).
• Un animal ayant déjà les anticorps spécifiques est plus apte à lutter rapidement contre
une nouvelle agression identique.
• En induisant le souvenir immunitaire on prépare l’animal à réagir donc à limiter les
pertes.
! Cette opération peut se faire en injectant l’agent pathogène rendu inoffensif pour
éviter les pertes. C’est la Vaccination.

Conséquences techniques de la vaccination

La vaccination aide l’animal à se protéger contre l’apparition des symptômes de


la maladie.
La vaccination n’empêche toutefois pas la contamination ou recontamination.
Au dépistage sérologique de routine un animal vacciné donne le même résultat
qu’un animal ayant été infecté.

Avec l’ensemble de ces éléments on peut définir des méthodes de prophylaxie :

Médicale Objectif : maîtrise des symptomes :


par l’utilisation de vaccins (en préventif ou en curatif)
par l’utilisation de remèdes (en curatif )

Sanitaire Objectif : élimination de la maladie :


par recherche des vecteurs (animaux porteurs ; objets
contaminés)
par abattage et désinfection des lieux
par remplacement par des animaux sains
par la maîtrise des risques de réintroduction

Médico-sanitaire Objectif : maîtrise des symptomes et élimination de la maladie


par l’utilisation de vaccins et l’élimination des animaux à
symptômes ou infectés latents (suppose symptômes ou
dépistages possibles malgré vaccination ou vaccination
uniquement des animaux infectés et réforme accélérée).
III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

EXISTE DEPUIS 1951

A l’époque , nécessité de lutter collectivement contre une maladie grave : la TUBERCULOSE

- des tests tuberliniques sur tous les bovins de plus de 6 semaines sont mis en place ;
- les animaux contaminés sont éliminés.

FAIT INTERVENIR :

- La DSV (Direction des Services Vétérinaires)

Fait appliquer la réglementation pour ce qui concerne les Maladies Légalement


Réputées Contagieuses (MLRC)

- Le LDA (Laboratoire Départemental d’Analyse)

Réalisation des test de diagnostic (sérologie, virologie, …)

- Les vétérinaires

Assure la logistique terrain ( prélèvements, conseil …)

- Les éleveurs … GDMA (Groupement de Défense contre les Maladies des Animaux)

Gestion d’une mutuelle bovine ;


Mise en œuvre de l’identification bovine ;
Contribution à la gestion des prophylaxies.

VISE L’ERADICATION DES GRANDES MALADIES CONTAGIEUSES

- Celles transmissibles à l’Homme (Tuberculose, Brucellose, ESB)


- Celles à lourd impact économique (Fièvre Aphteuse …)

S’APPUIE SUR :

- L’identification individuelle et la traçabilité de chaque bovin attesté sur un passeport ;


- Des dépistages périodiques par prise de sang
Par analyse de lait
- Un suivi vétérinaire : pour alimenter les systèmes d’alerte en vigueur au titre des
maladies réputées contagieuses.

Vous aimerez peut-être aussi