Vous êtes sur la page 1sur 37

V.

MILIEUX AIMANTÉS : ASPECTS MACROSCOPIQUES

V. A Rappels de magnétostatique sur les moments magnétiques.


V. B Aimantation M d’un milieu magnétique; distribution de courants
d’aimantation.
→ →
V. C Champ magnétique H; induction magnétique B; conditions de passage.
Applications. Force, couple agissant sur les aimants.

V. D Cas des milieux linéaires et isotropes; susceptibilité magnétique χm;


perméabilité magnétique µ. Application : action d’un aimant sur un milieu
paramagnétique ou diamagnétique.

V.E Energie du milieu magnétique; équations de Maxwell dans la matière


V. A Rappels de magnétostatique sur les moments magnétiques.
Cuillère-boussole (Chine)
Thalès de Milet

et
Spire parcourue par un courant orienté– Moment magnétique

B
Un fil infini parcouru par un courant constant I
crée un champ magnétique 𝐵 : les plans de symétrie
contiennent tous le fil, donc 𝐵 leur est perpendiculaire.
I I Les plans d’antisymétrie sont perpendiculaires au fil,
donc ils contiennent 𝐵.

B
M
z

θ
er

O
I


I

𝜇0 𝐼𝜋𝑅 2
𝐵𝑀 = (2𝑐𝑐𝑐𝜃𝑒𝑟 + 𝑠𝑠𝑠𝑠 𝑒𝜃 )
4𝜋 𝑟 3

OM=r; R= rayon de la spire

A la fin de l’opération on a une boucle de courant. Les lignes de champ et leurs


orientations sont représentées sur la figure.
M


er θ
m
m z
O

𝜇0 𝐼𝜋𝑅 2
𝐵𝑀 = (2𝑐𝑐𝑐𝜃𝑒𝑟 + 𝑠𝑠𝑠𝑠 𝑒𝜃 )
4𝜋 𝑟 3

I S=πa2
De même, pour le moment (dipôle) magnétique
le champ magnétique s’écrit

+m uz
m=I.S S=πR2 R<<r
Lignes de champ d’un moment magnétique – Champ magnétique

m p

Les lignes de champ de la boucle de courant ressemblent à celles du dipôle


électrique de la figure de droite. Ceci amène à assimiler la boucle de courant à
un dipôle magnétique, un moment magnétique 𝑚 .
M


er θ
p
-q O q
p
a

P=q.a

a<<r
Pour le dipôle électrique le champ est donné par
Un solénoïde est un enroulement de Le champ créé à l’extérieur
N spires. Chaque spire donne un moment m/N. est celui du moment m
Au total on a un moment m.

m=NI.S

aimant

Il est identique à celui créé par un aimant. 𝑚 va du pôle Sud vers le pôle Nord
M

er θ
m
O

S=πa2
Un aimant naturel est la terre. Le pôle Sud géographique correspond
approximativement au pôle Nord de l’aimant. De la sorte l’aiguille d’une boussole
aimantée s’oriente vers le Nord géographique car 𝑚 veut être parallèle à 𝐵.

BT = 5 10-5 T

mT = 0.75 1023 A.m2 Γ = 𝑚∧𝐵1


BT = 5 10-5 T
Milieu aimanté permanent – Aimantation
courants surfaciques et volumiques

m
aimant
solénoïde

aimant
solénoïde
Si un aimant est équivalent à un solénoïde parcouru par un courant ,
c’est qu’on doit pouvoir relier l’aimantation de l’aimant à un courant qui produirait
un moment magnétique de même intensité.
Milieu aimanté permanent – Aimantation
courants surfaciques et volumiques

𝑑𝑑

I 𝑗𝑆 𝑑𝑑 = 𝑑𝑑 ≡ 𝐼
𝑑𝑑 = 1/𝑁

𝐵 = 𝜇0 𝑁𝑁𝑢𝑧 à l’intérieur du solénoïde

N spires par unité de longueur

𝑁𝑁 = 𝑗𝑆

Si un aimant est équivalent à un solénoïde parcouru par un courant ,


c’est qu’on doit pouvoir relier l’aimantation de l’aimant à un courant qui produirait
un moment magnétique de même intensité.
On considère un aimant consistant en un barreau parallélipipédique aimanté.

On décompose le barreau en un ensemble de mini aimants. Un aimant équivaut à


un solénoïde.

dm=MdV I

js= M∧n
dm =MdV n

L’axe de l’aimant est ici perpendiculaire au plan de la figure.


dm =MdV n

jv= 𝛻∧M

𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏
<𝟎 jv y= - 𝝏𝝏
>𝟎
𝝏𝝏
js= M∧n et jv= 𝛻∧M
sont appelés
courants
ampériens.

Ils ne sont PAS réels, mais produisent exactement le champ B du solénoïde


équivalent à l’aimant
Champ magnétique – Induction magnétique

Dans un milieu aimanté, B (Tesla) est appelé


l’induction magnétique

Ampère ⇒ 𝛻∧B =µ0 (j0+jv) jv= 𝛻∧M

B- µ0M = µ0H
Dans un milieu aimanté, H (Ampère/mètre) est appelé
le champ magnétique
H est contrôlé par les courants réels j0

Ampère ⇒ 𝛻∧H =j0


Conditions de passage

2 n12

𝛻.B =0 ⇒ Bn2 = Bn1 à la frontière

𝛻∧H =j0 ⇒ Ht2 - Ht1 = jS0∧n12 à la frontière

Courant surfacique réel


Cylindre aimanté– Sphère aimantée

Aimantation par unité de volume M constante et dirigée suivant uz

⇒ Bext est le champ créé par un aimant de moment m=M.V

R
uz 𝑚 = 𝜋𝑅2 ℎ𝑀
cos 𝜃 = ℎ/2𝑅

O θ h
𝐼 = 𝑗𝑆 ℎ
𝑗𝑆 = 𝑀

Bint(O) = µ0M cos(θ)


h→0 champ au centre d’une spire circulaire
h→ ∞ champ dans un solénoide infini
Cylindre aimanté– Sphère aimantée
Aimantation par unité de volume M constante et dirigée suivant uz

⇒ Bext est le champ créé par un aimant de moment m=M.V

2 uz θ 4 3
𝑚 = 𝜋𝑎 𝑀
Bint= µ0M 3
3
𝑗𝑆 = 𝑀𝑀𝑀𝑀(𝜃)
Constant dans la sphère de rayon a
Force d’attraction entre deux moments parallèles et
colinéaires

m m

I I

I I

F F
Force, couple, énergie

𝑾 = −𝒎. 𝑩𝟏 𝑭 =−𝜵𝑾

Γ = 𝒎∧𝑩𝟏

Ex. boussole indiquant le Nord géographique

1 m
m

1
Aimantation permanente: ferromagnétisme.
Retournement de parois par un champ magnétique

Matériau dépourvu d’aimantation rémanente.


On applique un champ magnétique externe dirigé vers le bas.
Les zones noires indiquent les régions où l’aimantation est parallèle
au champ appliqué
Msat : aimantation à saturation
Aimant doux ⇒ m est quasi-constant, quelque soit H0 appliqué.

Mr : aimantation rémanente; ± Hc est le champ magnétique coercitif


Aimantation induite

M = [χ]H

M = χmH
Bertin, Faroux, Renault, Electromagnétisme 4
Bertin, Faroux, Renault, Electromagnétisme 4
lhi : linéaire homogène isotrope

=
𝑊 = −𝑚𝑚; 𝑠𝑠 𝐵 → 𝐵 + 𝛿𝛿, 𝛿𝛿 = −𝑚𝑚𝑚

Matériau aimanté→ 𝑑𝑑 = 𝑀𝑀𝑀

𝑑δ𝑊 = −𝑀𝑀𝑀𝛿𝐵

𝑀 = χ𝑚H, χm<<1 ⇒ H≅ B/µ0

Si M est uniforme dans le matériau,

→ 𝛿𝑊 = −χ𝑚 𝑉𝑉𝛿𝛿/𝜇0
χm<<1 ⇒ H≅ B/µ0

→ 𝛿𝑊 = −χ𝑚 𝑉𝑉𝛿𝛿/𝜇0

x
B

B
O

O
→ 𝛿𝑊 = −χ𝑚 𝑉𝑉𝛿𝛿/𝜇0

Le liquide paramagnétique monte dans le tube capillaire.


Equilibre avec le poids du liquide
Equations de Maxwell dans la matière aimantée

Sans hypothèses particulières, celles-ci s’écrivent

ρlibre ≡ ρ0 densité volumique de charges « extérieures »

𝐽⃗libre ≡ 𝐽⃗0 densité volumique de courants « extérieurs »

Cas des milieux lhi : on remplace 𝐷 par ε𝐸


et 𝐵 par µ𝐻