Vous êtes sur la page 1sur 7

Exploration biochimique du LCR et des liquides de ponctions Dr.Lahouel.

FZ

Université d’ORAN
Faculté de médecine
Département de pharmacie

Exploration biochimique du LCR et des liquides


d’épanchements

Exploration du liquide céphalorachidien LCR :


Plan:
I. Rappels anatomo-physiologiques
II. Exploration du LCR
III. Pathologies

I. Rappels anatomo-physiologiques:

Les méninges sont les trois enveloppes recouvrant le


SNC

- La dure - mère : couche fibreuse qui adhère à l'os.


- L'arachnoïde: membrane molle, avasculaire.
- La pie - mère : fine lame de tissu
conjonctif vascularisé

. L’espace sous-arachnoïdien : entre la pie mère et


l’arachnoïde, contient le LCR

Le LCR est un liquide produit par les plexus choroïdes, par sécrétion actif du
plasma, il remplit les ventricules puis s’écoule dans l’espace sous-arachnoïdien par
des ouvertures au niveau du 4e ventricule, il est réabsorbé par le sang au niveau
des villosités arachnoïdiennes.
Le LCR circule autour du cerveau, cervelet et moelle épinière
C’est un liquide clair incolore « eau de roche », pH 7,32.
V= 120-150ml (adulte), 10-60 (enfant), 4 turnover/j

Rôles du LCR :

- Protection mécanique du système nerveux central contre les chocs par


amortissement des mouvements.
-Protection contre les infections, car il contient les médiateurs de
l'immunité humorale et cellulaire.
Exploration biochimique du LCR et des liquides de ponctions Dr.Lahouel.FZ

-Transport des hormones et nutriments.


-Nutrition et élimination des déchets.
-Rôle Tampon : Faible pouvoir tampon en cas d’acidose ou d’alcalose.

II. Exploration du LCR

Prélèvement:
Ponction lombaire réalisée par un médecin dans des conditions d’asepsie strictes
. Patient installé assis ou allongé sur le côté
. Ponction dans l’espace L4-L5 ou L5-S1
. Aiguille à mandrin.
4 tubes sont prélevés
-1 : éliminé car peu contenir du sang (la ponction se fait à l’aveugle)
– 1 : Bactériologie
– 1 : Hémobiologie (Numération et Cytologie)
– 1 : Biochimie
Prélever 10 à 15 ml chez l’adulte, 5 à 10 ml chez l’enfant

Analyse macroscopique/ Aspect:

- Clair : normal, méningite à liquide clair


– Sanglant ou rosé: traumatisme cérébral ou hémorragie récente
– Xanthochromique « jaune »: hémorragie ancienne, ictères par obstruction
– Trouble : opalescent à purulent

Analyse biochimique:

1. Glycorachie:

La glycorachie représente 50 à 75% de la glycémie


Valeur normale : 0,45-0,75 g/l (2,7 à 4,1 mmol/l).
Dosé par les mêmes techniques que la glycémie

Hypoglycorachie Normoglycorachie Hyperglycorachie

-Hypoglycémies; -Méningites virales. -Hyperglycémies (diabète


-Méningites bactériennes; -Infections parasitaires; sucré)
-Infiltration des méninges -Abcè
par des cellules
néoplasiques

2. Protéinorachie:

Chez l’adulte sain, l’albumine et les globulines proviennent en totalité du plasma


par filtration massive.
Une élévation de la protéinorachie provient de 2 origines :
Exploration biochimique du LCR et des liquides de ponctions Dr.Lahouel.FZ

. Protéines plasmatique ayant franchies la barrière hémato méningé (80%) : HTA,


artérite…
. Protéines synthétisées in situ (20%) : Synthèse intrathécale (SIT) préalbumine, Ig.

Intérêt :
. Evaluer l’intégrité de la barrière hémato encéphalique (BHE)
. Déceler une réaction immunitaire à l’intérieur du SNC.
. Déceler une maladie dégénérative (SEP)
. Déceler une méningite bactérienne à liquide clair : Tuberculose, Listériose…

Méthodes de dosage:

Difficultés liées à la faible concentration des protéines dans LCR


Méthodes colorimétriques:

Lowry: précise mais longue, non adaptée à l’urgence.


Rouge de pyrogallol la plus utilisée actuellement
Valeur Normale= 0.15 à 0,45 g/L.

Remarque:
La protéinorachie doit toujours être interprétée comparativement au taux
plasmatique
Une électrophorèse des protéines du LCR peut également être réalisée
L’albuminorachie et les Ig sont dosées par des techniques immunologiques

Chlorurorachie :

Le taux des Cl- est supérieur d’environs 20 mmol/l à celui du plasma:


Valeurs normales= 100- 130 mmol/l.
La chlorurachie est dépendante de la chlorémie.
La détermination des Cl- est à toute fin inutile d’un point de vue clinique, si ce
n’est: l’hypochlorurachie dans la méningite tuberculeuse

III. Pathologies:

Méningites bactériennes:

LCR trouble,
Cellularité ↑,
Hypo glycorachie et hypo chlorurachie,
Hyper protéinorachie

Méningo-encéphalite virale:

Liquide clair, cytologie ≤ 500 lymphocytes;


Glycorachie normale;
SIT d’IgG et M parfois importante
Exploration biochimique du LCR et des liquides de ponctions Dr.Lahouel.FZ

Sclérose en plaques:

Maladie auto-immune, dégénérescence de la myéline chez l’adulte jeune, avec


troubles moteurs localisés
Cellularité modérée,
Glycorachie normale
SIT d’IgG importante à profil oligoclonal (parfois Ig M ou A).
Dosage de la myéline dans le LCR par immunoessai avec marquage en période
active de la maladie.

Exploration des liquides d’épanchement :


Un liquide d’épanchement est un liquide qui s’accumule au niveau des
articulations, du péritoine, de la plèvre ou du péricarde.

Transsudat: (trans: hors; sudare: suer) suintement d’un liquide au niveau d’une
surface non enflammée et obéissant seulement à des lois physiques; résulte d’un
déséquilibre entre p hydrostatique et p oncotique ==> origine mécanique

Exsudat: suintement d’un liquide sérofibrineux à travers une muqueuse enflammée


==> origine inflammatoire

A. Exploration du liquide d’Ascite:

C’est le liquide contenu dans la cavité péritonéale.


Normalement, l’ascite a un volume≤ 100ml.
Une accumulation de plus de 500 ml, le ballonnement de l’abdomen devient
évident.

Ponction d’ascite
La ponction d’ascite est

 Évacuatrice: quantité très importante


 Exploratrice: prélèvement sur 3 tubes:

Biochimie: taux de protéines, enzymes pancréatiques


Anatomie pathologique: recherche de cellules anormales
Bactériologie: numération cellulaire et recherche de germes à l’examen direct

Analyse du liquide d’ascite:

Aspect macroscopique:

Normalement, liquide jaune citron, fluide, ne coagulant pas.


Mais peut être :
 trouble en cas d'infection
 hémorragique en cas d'origine néoplasique
 chyleux en cas de compression du système lymphatique.
Exploration biochimique du LCR et des liquides de ponctions Dr.Lahouel.FZ

Étude biochimique :

. Taux de protides, si :
< 25 g/l ====> transsudat
> 25 g/l ====> exsudat.

Dosés par la technique de biuret

. La teneur en lipides, surtout en triglycérides permet de distinguer :

Ascites chyliformes ====>TG< 1.1 g/l


Ascites chyleuses ====>TG >1.1 g/l.

. L'augmentation du taux des amylases est en faveur d'une origine pancréatique.

Principales étiologies:

Cirrhose hépatique:

 Liquide d’ascite:
Protéines<25 g/l;
Absence de lipase et de TG;
Lymphocytes < 700/ul, PNN<250/ul.
Absence de cellules anormales,

Insuffisance cardiaque:

 Dilatation des veines hépatiques;


 Liquide d’ascite:
Protéines >25 g/l
Protéinurie<3g/24h

Cancers:

Liquide d’ascite : protéines >25 g/l


Présence de cellules tumorales.

Syndrome néphrotique:

Liquide d’ascite: protéines<25g/l


Protidémie < 60g/l
Albuminémie<30g/l
Protéinurie <3g/24h

Ascite pancréatique:

Liquide d’ascite riche en amylase.


Exploration biochimique du LCR et des liquides de ponctions Dr.Lahouel.FZ

B. Exploration du liquide pleural :

La plèvre est constituée d’une couche pariétale et d’une couche viscérale.


Il existe un espace réel de 20 μm entre ces deux couches où circule le liquide
pleural: liquide clair dont le volume varie entre 1 et10ml,
L’examen biochimique, cytologique, et bactériologique d’un liquide pleural
contribue au diagnostic de la pleurésie

Pleurésie : présence d'une quantité anormale de liquide (épanchement pleural)


dans la cavité pleurale.

Les étiologies des pleurésies sont multiples cependant >90 % des épanchements :
cardiaques, cancéreuses et infectieuses

Ponction pleurale:

Ponction sans urgence : Si l’épanchement est minime, le rapport risque-bénéfice


de l’examen augmente.

Ponction sans délai : Si un épanchement pleural évolue dans un contexte fébrile, la


ponction pleurale exploratrice permet de mettre en évidence un liquide trouble,
ou franchement purulent en cas de pleurésie purulente.

Un épanchement pleural peut être révélateur d’une embolie pulmonaire.

Analyse biochimique:

Permet de distinguer exsudat et transsudat selon les critères de Light:


Le liquide est un exsudat s’il présente au moins l’un des critères suivants:

. Prot. pleurales / prot. sériques > 0.5


. LDH pleurales / LDH sériques > 0.5
. LDH de la plèvre > 200UI/l

Taux de glucose :
. Un taux abaissé < 0,6 g/l (3,33 mmol/l) s’observe en cas d’épanchements
purulents ou parapneumoniques, néoplasiques, tuberculeux, ou liés à une
polyarthrite rhumatoïde.

Autres dosages:
α-amylase 5-10X taux plasmatique……affection pancréatique
Acide hyaluronique: > 10X V.N’’ 80mg/l’’====> mésothéliome
Marqueurs tumoraux (liquides exsudatifs): ACE, CA15-3, CA125
pH
Exploration biochimique du LCR et des liquides de ponctions Dr.Lahouel.FZ

Étiologie des épanchements pleuraux:


Transsudat
Origine mécanique
• SURTOUT Cardiaques : insuffisance ventriculaire gauche I.V.G
• Cirrhose

Exsudat
Origine inflammatoire, véritable "maladie" de la plèvre
• Surtout des épanchements tumoraux : cancer broncho-pulmonaire chez
l’homme, cancer du sein chez la femme
• Tuberculose, bactérienne
• Polyartrite rhumatoide, lupus érythémateux disséminé