Vous êtes sur la page 1sur 2

La saisine du juge d’instruction

Le juge d'instruction est un magistrat du siège du tribunal de grande instance. Il intervient avant
l'éventuel procès pénal en vue de réunir tous les éléments permettant de déterminer si les charges à
l'encontre des personnes poursuivies sont suffisantes pour que celles-ci soient jugées.

Le juge d'instruction ne peut pas se saisir d'office d'une enquête. Sa saisine ne peut être initiée que
par : une réquisition du procureur du roi lorsqu'une infraction est constatée par la police judiciaire,
la demande de la partie civile en cas de plainte avec constitution de partie civile.

Le juge d’instruction est investi de nombreux pouvoirs, à savoir les pouvoirs d’instruction et les
pouvoirs de juridiction.

Lorsque le juge d’instruction est saisi par une plainte avec constitution de la partie civile, il ordonne à
la victime de consigner auprès du tribunal, une somme d’argent destinée à couvrir éventuellement
les frais du procès. Il prend ensuite une ordonnance de soit communiqué, en vertu de laquelle il
transmet le dossier au procureur du roi qui en vérifie l’objet et l’admissibilité avant de décider le
classement sans suite ou l’ouverture de l’information. Quand il opte pour cette dernière, il remet au
juge d’instruction un réquisitoire introductif d’instance. La première obligation qui s’en suit pour le
magistrat instructeur, consiste dans la vérification de sa compétence. S’il estime qu’elle existe, il doit
procéder aux différentes opérations formulées dans le réquisitoire introductif, ainsi qu’à tout acte
nécessaire à la découverte de la vérité.

Saisi d’un réquisitoire afin d’informer, ou d’une plainte avec constitution de la partie civile, le juge
d’instruction peut rendre une ordonnance de refus d’informer lorsque les faits reprochés ne
constituent pas une infraction.

Intérêt

Cette 2ème étape de l’avant jugement est tout aussi importante que la précédente pour la
préparation de la phase de jugement. Mais elle est beaucoup moins fréquente dans la mesure où le
recours aux juridictions d’instruction n’est obligatoire que dans certains cas limités. L’instruction
préparatoire même si elle vise un objet similaire à celui des investigations policières, elle s’en
distingue très nettement aussi bien par sa nature que par sa procédure. Effectivement, alors que
l’enquête préliminaire et de flagrance sont de nature policière et se déroulent avant l’ouverture du
procès, l’instruction préparatoire est de nature judiciaire et s’effectue après le déclenchement des
poursuites.

Les mandats du juge d’instruction

Ce sont des ordres écrits permettant la comparution ou l’arrestation de la personne visée, et délivrés
en principe par le juge d’instruction. Ils sont exécutoires sur tout le territoire du Royaume, et notifiés
selon les cas par un huissier, un membre de la police judiciaire ou un agent de la force publique. On
distingue quatre sorte de mandats, à savoir le mandat de comparution, mandat d’amener, mandat
de dépôt, mandat d’arrêt.

Mandat de comparution: Le mandat de comparution a pour objet de mettre l’inculpé en demeure


de se présenter devant le juge à la date et à l’heure indiquées par ce mandat. Il est notifié à celui qui
en est l’objet par un agent du bureau des notifications et exécutions ou par un officier ou agent de
police judiciaire, ou par un agent de la force publique; copie du mandat est remise à l’inculpé au
moment de la notification. L’inculpé qui ayant fait l’objet d’un mandat de comparution se présente
devant de juge d’instruction doit être immédiatement interrogé par ce dernier.

Mandat d’amener: Le mandat d’amener est l’ordre donné par le juge à la force publique de conduire
immédiatement l’inculpé devant lui. L’inculpé, conduit devant le juge d’instruction en exécution d’un
mandat d’amener décerné par ce magistrat, doit être immédiatement interrogé.

Mandat de dépôt: permet de placer ou de maintenir en prison une personne condamnée ou mise en
examen. Le mandat de dépôt est notifié à l’inculpé par le juge lui-même après que ce dernier ait
interrogé l’inculpé, le mandat est exécuté par agent compétent qui est chargé de remettre
l’intéressé au chef de l’établissement pénitentiaire

Mandat d’arrêt: Il consiste dans l’ordre qui est donné aux agents de la force publique aux fins de
rechercher l’inculpé, de l’arrêter et de le conduire dans un établissement pénitentiaire, c’est donc un
mandat de triple objet, la recherche, l’arrestation et l’incarcération de l’inculpé. Il est délivré après
avis du parquet et à la condition que l’inculpé soit en état de fuite ou qu’il ait sa résidence à
l’étranger.