Vous êtes sur la page 1sur 48

COURS DE GISEMENTS SOLAIRES

GTIER:ENSAM-MEKNES
Pr. A. AL MERS
Introduction :
Le soleil est une sphere gazeuse d’hydrogene et d’helium, son
diametre est de 1 391 000 km, soit 110 fois celui de la terre. La
distance Terre – Soleil est ~ de 150 millions de km, soit 500
fois la distance terre lune. Le soleil rayonne comme un corps noir a
5800K. Le rayonnement solaire est un rayonnement thermique qui
se propage sous la forme d’ondes electromagnetiques.
Le soleil est une source d’énergie naturelle, gratuite et non polluante.
L’énergie solaire grâce à ces multiples usages tend à être l’une des
ressources énergétiques majeures du 3ème millénaire, avec un
gigantesque gisement solaire qui équivaut à 13 000 fois la
consommation énergétique de l’humanité entière!!

En exceptant l’énergie nucléaire, le soleil est l’origine de toutes les


ressources énergétiques sur la terre.
Le spectre solaire

Le spectre solaire est la distribution spectrale de l’emittance (en


fonction de la longueur d'onde ou de la fréquence) du rayonnement
électromagnétique émis par le soleil, depuis les rayonnements radio
jusqu'aux rayons X.

La mesure des rayonnements solaires permet de démontrer que le


spectre du soleil est très proche de celui d’un corps noir à la même
température.
Le spectre solaire
Le spectre solaire s'étend pratiquement de 0.2 à 4 μm (1% en deçà, 1%
au-delà). En pratique, il faut noter qu'il ne reste que 2.6% de l'énergie
au delà de 2.5 μm.

Le tableau suivant donne le spectre solaire hors atmosphère :


La constante solaire :
La constante solaire est l’éclairement solaire reçu sur une
surface perpendiculaire aux rayonnements solaires (la normale
est définie par l’axe reliant le centre de la terre et le centre
du soleil). Pratiquement cette condition est vérifieé sur le plan
équatorial terrestre (l’équateur) .

Historique:

La première détermination sérieuse de la constante solaire date de 1838 et


revient à Claude Pouillet qui l'estime à 1 228 W/m². Cette valeur, pourtant
proche de la réalité, est remise en question en 1881 par Samuel Pierpont
Langley qui trouve une constante égale à 2 140 W/m² à la suite d'une
expédition au sommet du mont Whitney (4 420 m). Cette valeur fera
référence pendant plus 20 ans1. Il aura fallu attendre la mise en orbite de
radiomètres modernes pour affiner cette mesure : en 1978, le radiomètre HF
sur le satellite Nimbus 7 annonce une valeur de 1 372 W/m². Cette valeur est
rapidement corrigée à 1 367 W/m² par ACRIM I sur SMM. Plus récemment,
VIRGO sur SoHO ramène cette valeur à 1 365,4 ±1,3 W/m² en 1982. La
valeur admise depuis 2008 est égale à 1 360,8 ± 0,5 W/m².
Détermination théorique de la constante solaire :
.

On supposant que le soleil rayonne comme un corps noir à la


température de 5780 K, l’éclairement solaire sur cette surface
(énergie incidente en W/m2) s’écrit sous la forme (voir TD
rayonnement):
 Ts 4 Rs2
E  1368 W .m  2
Ds2T
Cette valeur constitue la densité d’énergie reçue par la terre
mais en dehors de la couche atmosphérique. C’est la puissance
reçu par une surface horizontale au sommet de la couche
atmosphérique au dessus de l’équateur.
Exercice :

1. Démontrer le calcul de la constante solaire

2-Calculer l’éclairement moyen permanent hors atmosphère ? 339


W/m²
340 W /m²
3-En déduire l’énergie annuelle que cela représente et la comparer à la
consommation énergétique annuelle mondiale. 13 000 fois
339 W /m²
4-Quelle serait la température d’équilibre du corps noir soumis à cet
éclairement moyen et ne subissant pas de perte par convection ou par
conduction ? 4°C
Rayonnements solaires et rôle de
l’atmosphère terrestre

1- La structure de l'atmosphère

la troposphère qui s'étend jusqu'à 10 à 12 km


d'altitude et où la température décroît de 6.5 °C par
km, pour atteindre - 56 °C à la base de la couche
suivante.

la stratosphère de 12 à 55 km où la température


croît de -56 °C à 0 °C jusqu'à la stratopause. C'est
elle qui contient une mince couche d'ozone.

la mésosphère de 50 à 85 km où la température


décroît à nouveau de 0°C à -90 °C.

l'ionosphère (confondue avec la thermosphère) et où


la température croît régulièrement pour atteindre
1500 °C. C'est elle qui contient les couches
réfléchissantes pour les ondes radio (couches
d’Heavyside); elle s'étend jusqu'à 700km d'altitude.

l'exosphère au delà de 700 km qui s'ouvre sans


frontière sur l'espace intersidéral.
Atmosphère standard
La masse gazeuse totale traversée est de 10 tonnes /m²; elle équivaut à 7.8
km d'atmosphère ramenée aux conditions de température et de pression
dites normales: T=0°C; p=1 013 mbar.

Si ces gaz étaient tous ramenés aux conditions normales, on aurait 6.1 km
d'azote, 1.6 km d'oxygène, 74 m d'argon, 30m de vapeur d'eau, 24 m de
CO2, 14 cm de Néon, 4 cm d'Hélium, quelques mm de Krypton, de méthane
de NO et de NO2 et seulement 5 mm d'ozone.

7000

6000
Hauteur (m)

5000

4000

3000

2000

1000

0
Azote O2 Argon CO2 H20 Ozone autres
Nombre d'air-masse
Prenant pour référence unité, l'épaisseur verticale de l'atmosphère
moyenne réduite à 7.8 km (conditions dites normales), supposant cette
couche plane et stratifiée horizontalement, la longueur du trajet
rectiligne d'un rayon lumineux incliné d'un angle h par rapport à
l'horizontale sera donnée par la formule:

Rayon incident

Horizon

OM= longeur de la couche OA= 7.8 km = distance vertical


traversée par les rayonnement standard
dans les conditions
standards
Nombre d'air-masse
A une pression p différente de 1013 mbar et à une altitude z (km), on désignera
par masse atmosphérique ou nombre d'air masse le nombre:

Où pm est la pression atmosphérique au niveau de la mer. La pression


atmosphérique au niveau de la mer peut varier autour de sa valeur de référence
égale à 1 013 hPa (mbar) entre 950 hPa (dépression) et 1 050 hPa (anticyclone).

Exemples:

soleil au zénith, niveau de la mer: AM 1


soleil à 42 ° sur l'horizon: AM 1.5
soleil à 30 ° sur l'horizon: AM 2
L’absorption dans l’atmosphère

Les rayons UV lointains sont totalement absorbés dans l'ionosphère et dans


la stratosphère. Dans la gamme de longueur d'ondes qui nous intéresse (0.2 à
2 μm) pratiquement seuls l'ozone, la vapeur d'eau et le gaz carbonique dans
une moindre mesure, interviennent de manière sensible dans l'absorption
gazeuse. L'ozone absorbe l'UV moyen (sur une large bande
de 0.2 μ à 0.7 μm). L'oxygène a deux bandes étroites de faible atténuation
dans le visible à 0.69 et 0.76 μm. La vapeur d'eau a sept bandes d'absorption
dont 3 fortes dans l'infrarouge moyen. Le gaz carbonique, absorbe suivant
trois raies étroites dans l'IR au-delà de 1.5 μm.
Rôle de l'ozone:

L'ozone stratosphérique est constamment renouvelé; il est produit en deux étapes:

mais à son tour une partie de cet ozone est dissocié sous l'influence des photons
d'énergie comprise entre 4 et 5eV.

c'est cette dernière réaction qui filtre les rayonnements solaires dangereux pour
les micro-organismes et les végétaux.
Trajet du rayonnement solaire dans l’atmosphère :

Avant d’atteindre la surface de la terre, les rayonnements solaires doivent


traverser toute la couche atmosphérique, donc Seule une partie du rayonnement
traverse l’atmosphère et atteint le sol. Une autre partie du rayonnement est
diffusée et répartie à peu près uniformément dans toutes les directions de
l’espace.
Au sommet de l'atmosphère, le
flux solaire incident est,
340 en moyenne de
340 W par m2.

340 W par m² représentent le quart de


80 la constante solaire.
Cette valeur s’entend, toutes latitudes
et saisons confondues.
80
80 W par m2 sont réfléchis
par les nuages ,

80 W par m2 sont absorbés


par l'atmosphère et les nuages,

180 180 W par m2 seulement


continuent en direction du sol. 17
Mécanisme d’atténuation des rayonnements solaires:

L’atténuation correspondante du rayonnement solaire dépend de l’épaisseur de


l’atmosphère traversée, celle-ci dépendant à son tour de la latitude du lieu
considéré et du temps.
L'atmosphère modifie le spectre énergétique du rayonnement solaire à travers
trois mécanismes principaux:

 Diffusion moléculaire (en particulier pour les radiations U.V.)


 Réflexion diffuse sur les aérosols atmosphériques (gouttelettes d’eau,
poussières…)
 Absorption sélective par les gaz de l’atmosphère.
Opacité atmosphérique
Repérage du soleil
I- Mouvement du globe terrestre
Le plan de l'orbite terrestre autour du soleil s'appelle plan de l'écliptique
l'écliptique. La Terre tourne
elle-même autour de l'axe polaire, qui est incliné à 23,5° par rapport à la perpendiculaire
avec le plan de l'écliptique tout au long de l'année. La rotation de la Terre autour de son
axe provoque les variations diurnes du rayonnement. La position de l'axe par rapport au
soleil est la cause des variations saisonnières du rayonnement solaire.
II- Les coordonnées géographiques:
Ce sont les coordonnées angulaires qui permettent le repérage
sur la terre.
Longitude : la longitude ϕ d’un lieu
correspond à l’angle que fait le plan
méridien passant par ce lieu avec un
plan méridien retenu comme origine.

Le méridien de référence est le


méridien de Greenwich.

Latitude: la latitude λ d’un lieu


correspond à l’angle avec le plan
équatorial, que fait le rayon
joignant le centre de la terre à ce
lieu.
Exemple : les coordonnées de l’ENSAM-Meknès sont :
Latitude : 33.856625 | Longitude : -5.572981 en DD (degrés décimaux)

Ou bien en DMS (degrés, minutes, secondes)


33° 51’23.849’’ N (Nord)
5° 34’ 22.732’’ O (Ouest)

Méridien de Greenwich Pôle Nord


Méridien (Longitude =0°)
Parallèle

Plan équatorial

(Latitude =0°)
Pôle Sud
III- La déclinaison solaire:

La déclinaison du soleil est l'angle que fait la direction du soleil avec le


plan équatorial terrestre.

Equinoxe de printemps :21 Mars δ= 0


Solstice d’été : 22 Juin δ = + 23° 27’
Equinoxe d’automne : 23 Septembre δ = 0
Solstice d’hiver : 22 Décembre δ = - 23° 27’

Entre ces quatre valeurs remarquables δ prend


toutes les valeurs intermédiaires qui peuvent
se calculer par la relation :

Avec n nombre de jours écoulés depuis le 1er Janvier.


IV- Les coordonnées horizontales:
Le système de coordonnées
horizontales, ou système local,
est un système de coordonnées
céleste utilisé en astronomie
par un observateur situé au sol.
Son plan de référence est le
plan horizontal, à partir duquel
est établi une altitude.

L'azimut A est l'angle entre le La hauteur h est l'angle qui sépare


cercle vertical passant par l'astre du plan horizontal. Cet angle est
l'astre et le plan méridien. la mesuré selon la verticale de
mesure de l'azimut se fait de 0 l'observateur. L'angle va de 0° à 90 de
à 360° à partir du Nord. l'horizon au zénith et de 0° à -90° de
l'horizon au nadir.
L'angle horaire ω
L'angle horaire ω (encore noté AH) du soleil est déterminé par la rotation diurne de
la terre autour de son axe. C'est la mesure de l'arc de trajectoire solaire compris
entre le soleil et le plan méridien du lieu. Exprimé en ° d'angle, ω =15(TSV-12) où
TSV est le temps solaire vrai exprimé en heures.

A chaque heure qui s'écoule correspond une augmentation de l'angle horaire de


15°, soit encore 4mn de temps par ° de longitude. A la latitude de 45°, une mn de
temps représente environ 20 km, 11 km au cercle polaire et 28 km à l'équateur.
AH= 90° à 18h (temps solaire vrai).
Les cinq temps
1- Temps universel

Le Temps universel (TU ; en anglais : UT) est une échelle de temps fondée sur
la rotation de la Terre. Il est la prolongation moderne du temps moyen de
Greenwich (GMT, Greenwich Mean Time), qui était le temps solaire
moyen au méridien de Greenwich. GMT a été remplacé dans les faits
par UTC depuis 1972.
Les cinq temps
2- Temps solaire local

La différence entre temps solaire local et temps universel est appelée


correction de longitude.

La correction de longitude est donnée par la formule permettant de


calculer le temps solaire local (TSL) en fonction de la longitude λ est
donnée par :
3- Equation de temps:
Par convention, l’équation du temps, à un instant donné, est la différence entre
le temps solaire moyen et le temps solaire vrai.

Le temps solaire moyen est basé sur le soleil moyen, défini comme un objet qui,
tout au long de l'année, se déplacerait sur l'équateur à une vitesse constante, telle
que la durée du jour solaire moyen soit de 24 heures exactement.

Le temps solaire ou temps vrai est une mesure du temps basée sur le soleil vrai, tel
que donné par un cadran solaire. En particulier, le midi solaire correspond à
l'instant de la journée où le Soleil passe dans le demi-plan méridien.

Une valeur positive de l'équation du temps indique que le soleil vrai est en retard
sur le soleil moyen, c'est-à-dire plus à l'est, et une valeur négative qu'il est en
avance, c'est-à-dire plus à l'ouest. Par exemple, lorsque l'équation du temps vaut +
8 minutes, cela signifie qu'il est 12 h 08 du temps solaire moyen lorsque le cadran
solaire indique midi vrai.
4- Temps solaire vrai

C’est le temps solaire local corrigé de l’équation du temps, donnée astronomique


universelle liée à l’excentricité de l’orbite de la terre autour du soleil :

TSV=TSL+Δt
5- Heure légale
Pour des raisons évidentes de commodité, il est bon que les horloges d'un même
pays indiquent la même heure. On définit ainsi le temps des horloges de façon
arbitraire pour tout un territoire.

6- Heure d’été:

En outre, actuellement au Maroc, et dans la plupart des pays européens, l'heure


légale est changée deux fois par an pour réaliser des économies d'énergie (fort
contestées d'ailleurs par certains qui n'y voient que l'arbitraire de la bureaucratie).
Pour des raisons évidentes de calcul, il n’est pas tenu compte du décalage de
l’heure d’été dans les logiciels.
Récapitulatif:
Pour un lieu de longitude l , il existe une correspondance directe entre angle
horaire AH, temps solaire vrai TSV, temps solaire local TSL et temps universel TU:

Exemple :

Il est 16h à Meknes, heure légale le 15 Mars, quel est l'angle horaire AH ?
Longitude de Meknes: -5.5472700 °
Repérage du soleil
1- Calcul de la hauteur angulaire du soleil
La hauteur h formé par le plan horizontal au lieu d'observation et la direction du
soleil. Il est donné par la relation:

Avec ϕ, δ et ω sont respectivement la latitude du lieu, la déclinaison du soleil et


l'angle horaire.

Exercice:
Calculer les heures de lever et de coucher de soleil à Meknes le 31 Mars.
Les coordonnées de Meknes sont:
Latitude : 33.8935200
Longitude : -5.5472700
Repérage du soleil
1- Calcul de l’azimut du soleil
L'azimut est relié à l'angle horaire, la hauteur et la déclinaison par la relation:

Avec ϕ, δ et ω sont respectivement la latitude du lieu, la déclinaison du soleil et


l'angle horaire.

Exercice:
Calculer la position du soleil dans le ciel à Meknes le 15 Janvier à 11h

Les coordonnées de Meknes sont:


Latitude : 33.8935200
Longitude : -5.5472700
Les composantes du rayonnement solaire
Les rayonnements directs et diffus

Avant son arrivée dans l’atmosphère


terrestre, le rayonnement solaire est
dirigé. Il se présente sous la forme
d’un faisceau à peu près parallèle.
Seule une partie de ce rayonnement
direct traverse l’atmosphère et atteint
le sol.

Une autre partie du rayonnement est


diffusée et répartie à peu près
uniformément dans toutes les
directions de l’espace.

Ce rayonnement diffus, lorsqu’il


atteint le sol terrestre, semble ainsi
provenir de l’ensemble des directions
de la voûte céleste.
Les composantes du rayonnement solaire
Les rayonnements directs et diffus
A la surface de la terre, le
rayonnement solaire global est la
somme des rayonnements:

direct, ayant traversé


l’atmosphère. Cette composante
peut être concentrée dans les
systèmes solaires à concentration.

diffus, en provenance de toutes


les directions de la voûte céleste.

Une surface exposée reçoit ainsi du


rayonnement direct et diffus, mais
elle reçoit en plus une partie du
rayonnement global réfléchi par les
objets environnants, en particulier
par le sol, dont le coefficient de
réflexion est appelé « albédo ».
Rayonnement direct normal (DNI):

Parvient directement du soleil (pas d’obstacle qui cache le soleil), il


ne subit aucune diffusion, ou réflexion et se dirige directement sur
la surface de la terre. Le DNI est mesuré par rapport à une
surface unité normale à la direction du soleil et exprimé en W/m2 .

DNI (W/m2)

𝑛 𝑆 = 1𝑚2
Rayonnement horizontal diffus (DHI):

La composante du rayonnement diffuse par le ciel


(atmosphère) reçue sur une surface horizontale. Il est
mesuré sur une surface horizontale qui ne voit pas
directement le soleil exprimé en W/m2.
Rayonnement horizontal global (GHI):

Englobe les deux composantes de rayonnement (normale


directe et diffuse), on peut l’exprimer par la formule :

est l’angle formé entre la surface horizontale et la


surface normale au rayonnement solaire ϴZ = (π/2)-h,
h étant la hauteur du soleil

𝑛h
𝑛 𝑆 = 1𝑚2

𝛳𝑧

Surface horizontale
Expression du rayonnement direct reçu sur un plan quelconque:
Si i est l'angle d'inclinaison de la normale du plan de capteur avec la verticale du lieu,
h la hauteur du soleil, a l'azimut et α l'angle d'incidence du rayon direct avec la
normale au plan, on aura pour la composante directe Ii du rayonnement frappant le
capteur:
Expression du rayonnement direct reçu sur un plan quelconque:
Expression du rayonnement direct reçu sur un plan quelconque:
Composante diffuse pour une surface d'orientation quelconque
La fraction d'insolation σ
Les unités utilisés dans l’évaluation des gisements solaires d’un site

Généralement, les données solaires sont fournies sous forme de tableaux. Donnant lieu soit:

- Des valeurs instantanées en W/m2 (chaque intervalle de temps Δt = 1h, 30min, 10 min…
- Des valeurs journalières en kWh/m2/jour
- Des valeurs mensuelle en kWh/m2/mois
-Des valeurs annuelles en kWh/m2/an

-Des valeurs moyenne journalières de chaque mois en kWh/m2/jour


-….

-Il faut noter que les instruments de mesure des rayonnements solaires permettent de fournir
les valeurs instantanées de chaque paramètres
Exemple de données fournies par le logiciel météonorme
Calculs (heure)

Nom du site = Meknes


Latitude [°] = 33,883, Longitude [°] = -5,533, Altitude [m] = 549
Zone climatique = IV, 1

Modèle rayonnement = Standard (heure); Modèle température = Standard (heure)


Modèle de rayonnement diffus = Standard (heure) (Perez)
Tilt generation model = Standard (heure) (Perez)
Rayonnement: 1991-2010
Température: 2000-2009

Mois Sd H_Bn H_Gh

Janv. 174 155 100


Fév. 176 133 105
Mars 227 190 164
Avr. 237 182 187
Mai 283 209 213
Juin 306 234 235
Juil. 348 275 249
Août 328 262 227
Sept 264 185 173
Oct. 228 181 142
Nov. 177 164 104
Déc. 166 154 90

Année 2914 2324 1986

Legende:

Sd: Duree d'insolation


H_Bn: Irradiation du rayonnement direct normal
H_Gh: Irradiation du rayonnement global horizontal

Rayonnement en [kWh/m2 m]
Température en [°C]
Pression en [hPa]
Vitesse du vent en [m/s]
Luminance en [ lux ]
Duree d'insolation en [h]
Hauteur de neige in [mm]
UVA/B in [Wh/m2]
RD: Seulement 4 station(s) pour l'interpolation
Paramètres mesurés (WMO nr: 601500) = Ta, FF, RR, Td, Sd
Gh: Use of precalculated radiation map based on satellite and ground information due to low density of network.
Incertitude des valeurs annuelles: Gh = 4%, Bn = 8 %, Ta = 0.3 °C
Tendance de Gh / décennie = 3.4%
Variabilité de Gh / an = 3.4%
Outils sur le gisement solaire, l'irradiation et les données climatiques
Outils sur le gisement solaire, l'irradiation et les données climatiques (suite)