Vous êtes sur la page 1sur 5

Dr. Kh.

AIT-OUDHIA

PARATUBERCULOSE
(MALADIE DE JOHNE)

I. Définition

La Paratuberculose est une maladie infectieuse à évolution chronique, contagieuse, de


répartition mondiale, due à la multiplication dans la muqueuse intestinale de Mycobacterium
avium, sous espèce Paratuberculosis.
Se caractérise cliniquement par l’apparition d’une diarrhée persistante, entraînant un
affaiblissement progressif et une émaciation musculaire profonde.

II. Espèces Affectées

Principalement les bovins et les ovins, signalée aussi chez le cheval, le porc et même
les camélidés et les primates.
Affecte également certains animaux sauvages tels que les buffles, les daims, les
chevreuils…

III. Importance Economique

Les conséquences économiques de cette maladie sont souvent lourdes, dues à :
 l’amaigrissement voire la cachexie et la mort des animaux infectés.
 Diminution de la production lactée,
 Problème d’infertilité,
 Sensibilité aux autres infections (Immunodépression)

IV. Agent Pathogène

Le bacille responsable est une mycobactérie appartenant à la Famille :


Mycobacteriaceae, au Genre : Mycobacterium, à l’espèce Mycobacterium Avium et à la sous
espèce Paratuberculosis. Encore appelé : Bacille de Johne. Ce bacille est Acido-Alooclo-
Résistant.
 Bâtonnet court et mince, se colore uniformément par la méthode de Ziehl-Neelson
 Ne se développe pas sur des milieux de culture classiques, il a besoin d’une substance
essentielle indispensable à son métabolisme, qui est la mycobactine, extraite d’une
souche de M. Paratuberculosis, devenue mycobactine indépendante à la suite de
repiquages successifs)
 Il existe trois variétés de M. Paratuberculosis, morphologiquement indistinguable :
souche bovine classique, souche ovine pigmentée, souche ovine non pigmentée.
 Très résistant dans le milieu extérieur et pendant assez longtemps (des mois voire des
années dans les pâturages et les mares)
 L’humidité et le froid le conserve durant plusieurs années.
 Sensibles à l’Alcool, aux dérivés phénoliques, aux hypochlorites et au formol

1
Dr. Kh. AIT-OUDHIA

V. Pouvoir Pathogène

Toutes les souches n’ont pas le même pouvoir pathogène, pour déterminer l’infection,
il faut que la dose soit forte et répétée.

VI. Pouvoir Antigène

S’exprime par la formation d’anticorps peu spécifiques.

 Pouvoir Allergène :

M. Paratuberculosis est capable de provoquer une réaction allergique de type


hypersensibilité retardée (utilisée pour le diagnostic).

 Pouvoir Immunogène :

L’animal infecté présente une réaction immunitaire à médiation cellulaire et humorale.


- Si l’animal infecté évolue vers la maladie, la réaction immunitaire est à
médiation cellulaire, qui devient humorale dés l’apparition de la maladie
clinique.
- Si l’animal infecté évolue vers la guérison, la réaction immunitaire à médiation
humorale diminue et la cellulaire augmente.

 Pouvoir Toxicogène :

Le bacille de Johne possède une toxine endogène utilisée pour l’Intra-Dermo-


Réaction : « la Johnine ».

VII. Pathogénie

 La contamination se fait principalement par voie orale. Une fois ingérés, les bacilles
sont phagocytés par les cellules M des plaques de Peyer.
 Les mycobactéries se retrouvent ensuite dans les macrophages, puis dans les ganglions
rétro-pharyngiens.
 L’évolution se poursuit dans le tube digestif, et dans les formations lymphoïdes
mésentériques.
 Les lésions se développent très lentement et nécessite jusqu’à deux ans d’incubation,
avant que les tissus soient suffisamment altérés pour provoquer l’apparition des signes
cliniques.
 L’intestin lésé réduit se capacité à digérer et à absorber les éléments nutritifs d’où
amaigrissement intense, voire cachexie.
 Les élécrtolytes et autres éléments osmotiquement actifs restent dans la mumière de
l’intestin en grande concentration et retiennent l’eau, d’où diarrhées profuses,
irréversible.
 Les bacilles peuvent également pénétrer dans la circulation sanguine et provoquer des
lésions dans le foie, la muqueuse de la vésicule biliaire, la vessie, l’utérus, la mamelle,
les ovaires, et même les testicules.

2
Dr. Kh. AIT-OUDHIA

VIII. Symptomatologie 
VIII. 1. Symptômes

Les symptômes de la Paratuberculose sont dominés par l’atteinte intestinale, et par une
évolution chronique conduisant à la cachexie.

VIII. 1. 1. Bovins

 La période d’incubation est souvent lente (jusqu’à 02 ans).


 Infection comprend trois phases :

Phase 01 :
- Apparaît soit à la fin d’une longue stabulation, soit après une parturition.
- Caractérisée par une diminution de la production lactée et un léger
amaigrissement.
- Mauvais état général, poil terne, sec et piqué.
- La diarrhée s’installe en peu de temps, intermittente au début, puis prend un
caractère continu.

Phase 02 : Phase d’Etat


- Apparition d’une entérite diarrhéique, intense et continue.
- Le bovin malade projette les matières fécales liquides en un jet de un à deux
mètres derrière lui.
- Fonte musculaire très rapide, et déshydratation intense.

Phase 03 : Phase Terminale


- La diarrhée continuelle épuise l’animal malade entraînant une cachexie
extrême et la mort.

VIII. 1. 2. Ovins et caprins

 Les symptômes sont presque semblables à ceux d’un parasitisme hépatique et gastro-
intestinal.
 Les diarrhées apparaissent tardivement, de façon intermittente, précédées par un
amaigrissement progressif.
 L’animal conserve son appétit
 En phase terminale, l’animal présente une asthénie, une cachexie et parfois des
oedèmes sous maxillaires.

VIII. 2. Lésions

 Bovins
- Lésions localisées dans l’intestin : jéjunum, iléon, et caecum.
- Lésions constantes à la terminaison de l’iléon et à la vulve iléo-caecale.
- Muqueuse intestinale hypertrophiée, apparaissant tendue, plissée, ondulée,
lui donnant un aspect encéphaloide (circonvolution du cerveau).
- La couleur de la muqueuse est variable selon le stade évolutif, sur fond
beige, se détachent des zones congestivo-hémorragiques.
- Les ganglions mésentériques sont hypertrophiés et oedémateux.

3
Dr. Kh. AIT-OUDHIA

 Ovins et caprins
- Epaississement de la paroi intestinale
- Accumulation du liquide dans la cavité péritonéale.
- Hypertrophie des ganglions mésentériques.

IX. Source de contagion et Modes de transmission

Les malades sont la première source de contagion, même en absence de symptômes,


l’animal peut être excréteur toute sa vie.
 Les féces des animaux malades ou infectés latents, constituent la principale source de
contamination.
 Tout ce qui entre en contact avec les excréments des malades risque de devenir une
source secondaire de contamination : sols, aliments, eau de boisson…
 Les jeunes se contaminent en ingérant du lait à partir d’une mamelle souillée par des
matières fécales
 Possibilité d’une transmission in utero de l’infection (placenta, eaux fœtales,
constituent des matières virulentes non négligeables).

X. Diagnostic

X. 1. Diagnostic clinique

Clinique : Basé sur l’observation d’une diarrhée récurrente, d’un poil piqué, et d’une perte
progressive de poids.
Anatomopathologique : Basé sur l’observation de l’hypertrophie et l’aspect encéphaloide de
la muqueuse intestinale.

X. 2. Diagnostic immunologique

 Un animal infecté par M. Paratuberculosis, passe d’abord par une phase d’induction
de l’hypersensibilité retardée, ensuite par une phase de production d’anticorps
circulants.
 La révélation de l’hypersensibilité retardée s’effectue en utilisant une injection
intradermique de Johnine. Cette révélation permet d’évaluer la réponse à médiation
cellulaire.
 L’évaluation de la réponse humorale se fait par plusieurs techniques sérologiques,
telles que : la fixation du complément, l’ELISA, l’immunodiffusion en gélose…

X. 3. Diagnostic de laboratoire

 L’examen bactérioscopique direct se fait sur le produit de raclage de la muqueuse


rectale ou sur les féces.
 L’isolement de la mycobactérie peut se faire à partir des mêmes prélèvement de
raclage, ou à partir de l’intestin ou des nœuds lymphatiques mésentériques après
autopsie.
 La culture de M. Paratuberculosis, se fait sur des milieux spécifiques, dans une étuve
à 37°C pendant environ 2 mois.

4
Dr. Kh. AIT-OUDHIA

X. 4. Diagnostic Différentiel avec :

 Tout déséquilibre alimentaire, ou insuffisance (Carence en cuivre),


 Troubles liés au parasitisme (Douves, Strongles, Coccidioses…),
 Entérites infectieuses : Diarrhée à virus, Salmonellose, Cryptosporidiose…

XI. Traitement

 Le traitement de la Paratuberculose par des anti-mycobacteriens ne permet qu’une


guérison clinique des malades.
 Il ne permet juste de faire disparaître les symptômes, et d’engraisser les sujets avant de
les envoyer à l’abattoir

XII. Prophylaxie

A. Prophylaxie Médicale

 Il est recommander de ne vacciner que dans des régions très infectées par la
Paratuberculose, mais indemne de tuberculose.
 Il faut vacciner les animaux indemnes, et les jeunes animaux à la naissance, car les
animaux infectés ne répondent pas.
 Bovins : vaccin vivant en sous cutané
 Ovins : vaccin inactivé, avec rappel annuel

B. Prophylaxie Sanitaire

 Isolement et envoie aux abattoir tous les animaux cliniquement atteints et réagissant
positivement aux tests de diagnostic.
 Désinfecter les locaux à la chaux, Eau de javel, formol,
 Drainage des pâturages et apport d’engrais.
 L’alimentation doit être enrichie en phosphore, en matières protéiques et en vitamines.