Vous êtes sur la page 1sur 7

ETAT-MAJOR GENERAL DES ARMEES

ZONE MILITAIRE N°2


CENTRE D’ENTRAINEMENT TACTIQUE N°2 Dodji le 21/09/2018

FICHE TAC 02

Titre: Embarquement et débarquement /Le groupe éclaire et reconnait.

Niveau: Groupe

Lieu: salle de cours et terrain

Moyens:

- Personnel: 110 stagiaires

- Armement : 36 fusils M16 + 100 cartouches 5.56

- Tenue de combat + chapeau de brousse

- Radio : 05postes + ACCU.

- matériel: Tableau, Marqueur.

Référence: INF 202

Points à traiter :

I- EMBARQUEMENT ET DEBARQUEMENT DU GROUPE

II-LES MISSIONS DU GROUPE

III- LE GROUPE RECONNAIT

IV- LE GROUPE ECLAIRE DE JOUR

V- LE GROUPE ECLAIRE DE NUIT

I. DEBARQUEMENT ET REMBARQUEMENT DU GROUPE

La mise à terre complète ou partielle est effectuée sur ordre du chef de section ou sur initiative du
CDG.

Arrêt = débarquement automatique (sauf arrêt de très courte durée.)

Arrêts courts

De l’ordre d’une dizaine de minutes ou moins


Arrêts prolongés

PRINCIPES GENERAUX:

A chaque arrêt, le VHL est posté en dehors de l’axe, prêt à repartir

Débarqué pour une longue durée, le groupe à terre est appuyé par la 12,7mm

ORDRE DE DEBARQUEMENT

«  Face à telle heure

Préparez-vous à débarquer

Ralliement à droite (ou à gauche)   »

Puis

« Débarquez »

Le Chef de Groupe fait débarquer son groupe:

- En limite de bond
- A vue d’un point suspect
- Lorsque les autres groupes débarquent
- Lors d’un arrêt prolongé
- Pour réagir à certaines menaces

ORDRE DE REMBARQUEMENT
«  Préparez-vous à rembarquer. Dans tel ordre . . .   »

Puis

« Rembarquez »

Pour rembarquer, faites rejoindre votre VAB sur votre position en lui indiquant un emplacement
favorable.

II. LES MISSIONS DU GROUPE

1. Mission offensives :

• Réalisées en dynamique (mouvement).


• A finalité de destruction (détruire, s'emparer d'un point).

2. Missions défensives :

• Réalisées en statique.
• Joignant le renseignement et la destruction (défendre un point ou une portion de
terrain).

3. Mission de sûreté :

• A dominante recherche de renseignements (éclairer, reconnaître, surveiller…).

4. Mission particulières :

Exemple:

Recueillir (élément de recueil pour éviter toute poursuite ennemie après embuscade ou coup de
main).

III. LE GROUPE RECONNAIT

1. DEFINITION

- Reconnaître : mission qui consiste à aller chercher le renseignement d’ordre tactique ou


technique sur l’ennemi ou sur le terrain, sur un point ou dans une zone donnée en engageant
éventuellement le combat.

Il s’agit pour le groupe de se porter sur le point fixé et de renseigner sur ses caractéristiques, sur les
indices de présence ennemie.

La reconnaissance d’un point particulier ou d’un point suspect est l’affaire du chef de groupe. Il doit
constater lui-même l’état du terrain, la présence ou l’absence ennemie ou de la population en
engageant éventuellement le combat. Elle est effectuée à pied.
Appuyer : apporter une aide à une autre unité spontanément ou sur ordre le plus souvent sous
forme de feu.

Soutenir : mission qui consiste pour une unité à se mettre dans une position permettant d’intervenir
au profit d’une autre unité soit par le feu, soit par la manœuvre, soit par la fourniture de moyens ou
de service.

APPUYER (STATIQUE) ≠ SOUTENIR (MVT)

2. MECANISMES DE RECONNAISSANCE

COMPOSANTES ROLE DU CHEF DE GROUPE

Se déplacer Donner le DPIF.


Le groupe se déplace jusqu’en vue de l’objectif avec discrétion.
Il s’arrête une distance d’appui de l’objectif.

Observer Le groupe observe le point, ses abords immédiats pour y déceler toute activité
suspecte.
Le chef de groupe choisit le point et l’itinéraire d’abordage de l’objectif, et
cherche un bon emplacement d’appui.

Appuyer Pour la sûreté de l’élément d’abordage, le CDG met en appui son équipe feu
éventuellement (PMSPCP).

Aborder L’élément d’abordage se dirige vers l’objectif par l’itinéraire déjà fixé par le
chef de groupe (MOICP).

Combattre Si l’objectif est tenu par l’ennemi.

Se mettre en L’élément d’abordage s’installe en garde au-delà de l’objectif face à la


garde direction dangereuse.

Dès que sa sûreté est assurée, le CDG recherche personnellement les indices
de présence ennemie ensuite il fait rejoindre l’équipe feu qui était en appui à
hauteur de l’équipe choc et met en garde le groupe face à la direction
Fouiller l’objectif dangereuse en donnant à chaque équipe un secteur d’observation.

Rendre compte Le CDG transmet sans tarder le résultat de ses recherches sans se livrer à des
interprétations.

3 .RECONNAISSANCE D’UN POINT PARTICULIER

3.1. Reconnaissance d’une lisière

Le chef de groupe :

 fait tomber en garde pour observer ;


 place l’équipe feu en appui (PMSPCP) sur un point permettant de maintenir la liaison à vue ;
 aborde en perroquet la lisière avec l’équipe choc (MOICP) ;
 pénètre sur une faible distance ;
 faire rejoindre l’équipe feu ;
 rend compte (dans le cadre de la section).

3.2. Reconnaissance d’un bois

 si le bois est petit :


- Les appuis ne bougent pas
- Les éclaireurs contournent le bois
- L’équipe d’abordage fouille le bois
- Les appuis rejoignent sur la lisière opposée
 si le bois est grand :
- À partir de la lisière, l’équipe choc en abordage progresse par bond
- L’équipe feu en appui rejoint après chaque bond

3.3. Reconnaissance d’un pont

Le groupe vérifie s’il existe des traces de travail récentes pour pouvoir déceler la préparation d’une
destruction.
Deux éclaireurs se portent à l’extrémité du pont pendant que les autres en examinent le dessous.
Une arme collective est placée en batterie de façon à battre l’entrée du pont pendant la
reconnaissance.
En fin de reconnaissance, le CDG fait réunir l’équipe d’appui et le groupe reprend sa progression.

3.4. La reconnaissance d’une maison

Il s’agit de se porter aux abords de la maison puis dans la maison elle-même pour se renseigner sur
les caractéristiques des lieux et la présence ennemie.

 Mettre l’équipe feu en batterie PMSPCP.


 Donner le MOICP à l’équipe choc qui déborde la maison par le coté offrant le moins
d’ouverture possible.
 Fouiller la maison.
 Faire rejoindre l’appui.
 Rendre compte
 Continuer la progression

NB : L’attitude du groupe diffère selon le renseignement, la présence ou non d’habitants. Dès que
l’ennemi se manifeste, la reconnaissance peut se transformer en une réduction de résistance. Au cas
échéant, la précision et la puissance de feu du LRAC rendent son exécution particulièrement
efficace.

IV. LE GROUPE ECLAIRE


1. DEFINITION

Eclairer : est une mission qui consiste à aller chercher le renseignement d’ordre tactique ou
technique sur le terrain ou sur l’ennemi sans engager le combat.
Il s’agit progressant, rapidement à la tête de la section, de déceler l’ennemi et de se renseigner sur le
terrain, pour éviter toute surprise et de permettre au chef de prendre une décision.
2. MECANISME

COMPOSANTES EXECUTION

SE DEPLACER Le CDG donne le DPIF en utilisant le terrain et en adoptant les formations prises
à celui-ci. Il a le souci de la direction fixée par le chef.

OBSERVER Le CDG :

recherche les indices de présence ennemie

détermine les possibilités offertes par le terrain.

RECONNAITRE Il reconnaît les points suspects et les points particuliers

Nota : le CDG rend compte à son CDS de la rencontre d’un point suspect ou
particulier (carrefour, pont, talweg, maison etc.). Celui-ci lui fixe les conduites à
tenir

Dans le cas où la reconnaissance doit être effectuée, elle se fait :

soit par l’équipe choc dans le cas où le groupe agit isolément

soit par tout le groupe

ETRE EN La liaison à vue ou par radio doit être assurée avec le CDS
LIAISON

RENDRE Le CDG rend compte au CDS de sa progression et des observations sur le terrain
COMPTE et sur l’ennemi.

3. ROLE DU CHEF DU GROUPE

 avant le départ

Il prépare son groupe (PATRACDR) - Donne l’OI- Il fait prendre les dispositions de combat.

Il donne le DPIF.

 pendant le combat

Il suit la direction de marche fixée par le CDS- Il maintient la liaison au sein du groupe - Il garde la
liaison avec le CDS - Il dirige les reconnaissances - Il fait des CR précis sur le terrain et sur l’ennemi

 Après le combat

Il réorganise son groupe - Fait le bilan personnel – matériel – ennemi - Rend compte
V. LE GROUPE EN ECLAIRAGE DE NUIT
1. Caractéristiques du milieu nocturne

AVANTAGES INCONVENIENTS

favorise : 1- accroît les difficultés d’observation de déplacement, de


la surprise maintien de la direction et de mise en place des appuis
le camouflage 2- gène la précision des tirs et réduit la portée des armes
l’utilisation de l’ouïe 3- augmente l’intensité des bruits et la crainte
facilite
le changement de position 4-entraine souvent une mauvaise appréciation de
distances
3-renforce les obstacles naturels et
artificiels

4- améliore la protection en gênant


la précision et le réglage des tirs

1.1. ECLAIRER DE NUIT


Le déplacement

Se fait de point d’écoute à point d’écoute. Les ordres s’exécutent à l’imitation. Il faut limiter les
observations aux points particuliers.

1.2. La reconnaissance d’un point de nuit


 progresser jusqu’à proximité du point
 procéder à l’écoute aussi longue que possible
 mettre en place les appuis
 envoyer les éclaireurs
 compléter la reconnaissance