Vous êtes sur la page 1sur 2

Fiche concept 1

La sociologie de genre

La sociologie du genre est la science qui étudie « On ne naît pas femme on le devient », Simone de
des rapports sociaux de sexe. Elle envisage le BEAUVOIR définira le genre en 1949 dans « Le
masculin et le féminin comme le résultat deuxième sexe2». L’identité sexuée se définit par
d’une construction sociale et non comme une conséquent par l’orientation de genre, c’est-à-
notion propre à la physiologie. Robert Stoller, dire le degré d’adhésion (de conformité) que les
psychiatre américain des années 60, résume les individus manifestent à l’égard des différentes
deux approches « Le sexe est biologique, le genre catégories de rôles de sexe prescrits à leur sexe
est social1 ». La sociologie du genre distingue biologique. Ces rôles de sexe définissent donc les
donc le concept du sexe de celui du genre. modèles de la féminité et de la masculinité dans
une culture donnée, et sont relatifs à la fois aux
Qu’est-ce que le sexe ? traits psychologiques et aux comportements (ce
que doit être et comment doit être un garçon,
Le sexe désigne les attributs physiologiques une fille, un homme, une femme), mais aussi
propres aux femmes et aux hommes. aux rôles sociaux et activités réservés à l’un
Terme polysémique qui renvoie à la fois aux ou l’autre sexe (VOUILLOT, F. 2002). Ex : la
organes sexuels et à l’identité psychosociale couleur rose est «féminin», le bleu est masculin
(masculine ou féminine des individus). (sous-entendu du genre féminin puisque le
Cette polysémie constitue un obstacle à résultat d’une construction sociale). La natation
la compréhension et à la théorisation de synchronisée est une discipline pour les femmes,
certains phénomènes, notamment ceux le rugby un sport pour les hommes.
de l’inadéquation normative du genre des
individus à leur sexe ou encore du sexe des Ainsi la féminité (comme la masculinité
individus à leur genre (Cf. Caster Sémenya, d’ailleurs) relève d’une construction
athlète sud-africaine). collectivement partagée.
A partir des années 50, cette inadéquation
conduit certains sociologues, comme rapporté au sport
Ann OAKLEY à utiliser la notion de genre.
Le sexe renvoie à tout ce qui est biologique et le Hommes et femmes ont des rapports au sport
genre au culturel. qui sont distincts :

• Des «goûts sportifs » socialement construits


Qu’est-ce que le genre ? comme différents

La notion de genre est apparue pour la Cf. Fiche-repère « Les attentes différenciées
première fois aux Etats-Unis dans des Homme/Femme à l’égard du sport »
recherches cliniques liées à des anomalies ou
des troubles de la sexualité (hermaphrodisme Les moments, les lieux et le degré
ou intersexualisme, transexualisme). Elle n’est d’institutionnalisation des pratiques des
donc pas l’initiative de féministes. femmes les distinguent de celles des hommes.
La pratique sportive des femmes est une pratique
Elle vise à étudier l’ensemble des traits occasionnelle, à l’intérieur voire à leur domicile
comportementaux et des conventions sociales (entretien physique), activités d’hygiène ou
à l’aune de la différence sexuelle. La féminité et d’agrément non institutionnalisées
la masculinité relèvent aussi d’une construction (Cf. chiffres-clé de la féminisation du sport).
collectivement partagée à partir de l’éducation,
de l’institution, de la politique…. Le genre
caractérise notamment les comportements, les
attitudes, les rôles sociaux attribués à chacun
des deux sexes (HURTIG et PICHEVIN, 1985).

1- Robert Stoller, Sex and Gender : On the development of masculi-


nity and feminity, Sc. House, NY, 1968 2 - Simone de Beauvoir, Le Deuxieme Sexe, Ed. Gallimard, 1949
Fiche concept 1
La sociologie de genre (suite)

Concernant les activités dites « libres » (c’est-à-


dire celles réalisées en dehors du giron fédéral),
le choix d’activités physiques et sportives
des hommes et des femmes semble assez peu
différer : culture physique, marche, natation,
vélo, course à pied, tennis. Le succès de ces
pratiques témoigne de la montée du « culte du
corps » et de la « civilisation des loisirs ».
Concernant la pratique sportive licenciée, on
note des différences dans les choix des hommes
et des femmes : les disciplines largement
féminisées, danse et gymnastique, valorisent
essentiellement la dimension esthétique du
geste et de l’apparence corporelle. A l’inverse
celles faiblement féminisées renvoient aux
disciplines privilégiant l’affrontement collectif
ou le duel, aux sports à fort engagement
énergétique (vélo) et aux sports mécaniques.

• Des manières différentes de pratiquer

Quand les hommes et les femmes s’engagent


dans la même activité, ils ne s’investissent pas
forcément de la même manière et valorisent des
aspects différents.

Se reporter à la fiche-concept de l’approche intégrée


de l’égalité (gendermainstreaming).

Ce qu’il faut retenir du concept


de la sociologie du genre

Les stéréotypes qu’on assigne aux sexes


biologiques, relèvent d’une construction
sociale. On peut donc s’en affranchir sans être
jugé anormal. C’est pour éviter les jugements
sexistes et homophobes, que la question du
genre doit être intégrée à l’éducation et en
particulier à l’éducation sportive.
L’émancipation ne résulte pas d’une injonction
à pratiquer et à s’affranchir des contraintes
socio-culturelles. L’égalité ne décrète pas….
Individuellement, elle se construit dans la
prise de conscience de sa condition de femme
et d’homme, et dans la volonté d’échapper à
certaines contraintes normatives.