Vous êtes sur la page 1sur 16

CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

I) PRESENTATION DE L’OUVRAGE

I-1) INTRODUCTION GENERALE

Le présent travail consiste à dimensionner la structure en béton armé d’un bâtiment à usage
d'habitation, implanté à Tiaret, classée en zone sismique I. Il est composé d'un rez -de -
chaussée avec un dallage sur terre-plein et de 10 étages, contreventé par un système mixte,
voiles - portiques avec interaction.
Tout au long de notre travail, nous allons s’assuré de la résistance des éléments structuraux
et de la construction elle-même aux différents aléas et charges qui s’appliquent sur elle, dans
un cadre réglementaire sans perdre de vue l’aspect économique du projet.
Notre travail est élaboré de la manière suivante :
1. Pré-dimensionnement des éléments structuraux horizontaux et verticaux.
2. Calcul détaillé des différents éléments non structuraux.
3. Modélisation en 3D et étude sismique par la méthode modale spectrale en injectant un
spectre de réponse conformément aux RPA99/V2003.
4. Calcul des éléments structuraux sous l’effet de sollicitations internes:
- Calculs et vérifications des portiques sous les différentes combinaisons possibles
selon le CBA93 et les RPA99/V2003.
- Calcul des voiles de contreventement contre les efforts horizontaux dus au
séisme.
- Étude de l'infrastructure pour une contrainte de sol égale à 2,00 bars à une
profondeur de 1,80 m par - rapport au terrain naturel.
- Au niveau 0,00 un réseau de longrines et un voile périphérique sont prévus pour
rigidifier l’infrastructure conformément aux RPA99/V2003.

5. Un dossier plan est annexé : Dessin du coffrage et ferraillage des différents éléments en
béton armé pour permettre la réalisation du projet.

Promotion 2014 Page 1


CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

I-2) PRESENTATION DE NOTRE PROJET DE FIN D’ETUDE

I-2-1) DESCRIPTION GÉNÉRALE DU PROJET

Le présent projet consiste à l'étude (dimensionnement de l'ossature en béton armé) d'un


bloc barre en R + 10, de l'opération de 39 logements promotionnels implanté dans la Wilaya
de Tiaret, à la sortie Sud-Ouest de la ville de Tiaret en allant vers Frenda, l’assiette du terrain
sur laquelle est prévu ce projet est d’une superficie de 750 m2.
La durée de réalisation est estimée à 18 mois.

Le projet est limité


- Au Nord : une route communal.
- Au Sud : terrain vague
- A l’Est : terrain vague.
- A l’Ouest : habitation.

Le projet est composé d’un seul bâtiment barre en R + 10 en béton armé comportant :
- Deux types de logements : F3 et F4
- Le RDC est à usage de parking pour les locataires (véhicules légers).
- Les étages courants sont à usage d’habitation

Promotion 2014 Page 2


CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

I-2-2) CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DE LA STRUCTURE

2.a Dimensions en élévation :


- Hauteur totale du bâtiment …………………………………… H = 36,72 m
- Hauteur du RDC……………………………………………..... h =3,06m
- Hauteur d’étage courant ……………………………………... h = 3,06m

2.b Dimensions en plans:


- Longueur totale ………………………………………………. L long = 27 m
- Largeur totale…………………………………………………. L trans= 19,5 m

Figure I- 1: Vue en perspective

Promotion 2014 Page 3


CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

Figure I- 2: Coffrage étages courants

Figure I- 3: Coffrage plancher terrasse

Promotion 2014 Page 4


CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

I-2-3) CARACTERISTIQUES GEOTECHNIQUES DU SOL

Selon le rapport géotechnique du laboratoire LTPO, le sol d'assise devant recevoir le bloc
est caractérisé par :
- Contrainte du sol égale à sol = 2 bars pour un ancrage D = 1,80 m.
- Le poids spécifique de terre γ = 1,8 t / m3.
- L'angle de frottement interne du sol φ = 30°.

I-2-4) DONNEES DU SITE

- La wilaya de TIARET est classée par les RPA99/V2003 en «zone I», zone de
faible Sismicité.
- La contrainte admissible du sol σsol = 2,00 bars (rapport géotechnique LTPO)
- L'ancrage est fixé à 1,80 m à partir de la cote du terrain naturel (LTPO).
- Le système de fondations est de type superficiel.
- Le site est classé en (S2), site ferme.
- L'ouvrage appartient au groupe d’usage 2

I-2-5) OSSATURE ET SYSTEME CONSTRUCTIF ADOPTE

I-2-5-1) Ossature :

Elle est constituée par l’ensemble des éléments structuraux qui sont les poteaux,
poutres et voiles de contreventement, permettant d'assurer la stabilité de l’ouvrage sous l’effet
des charges verticales (charges permanentes et surcharges d’exploitations) et horizontales
(vent et séisme).

I-2-5-2) Planchers :

Les planchers adoptés pour notre structure sont :


- Des planchers à corps creux de 16 + 4 cm.
- Dalles pleines pour les balcons.

Promotion 2014 Page 5


CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

I-2-5-3) Escaliers :

- Notre structure possède un seul type d'escalier, de deux volées droites, et un seul palier

I-2-5-4) Cage d’ascenseur :

L’ascenseur est un appareil élévateur permettant le déplacement vertical et l’accès aux


différents niveaux du bâtiment, il se constitue principalement de la cabine et de sa machinerie,
elles sont confinées dans un noyau ouvert nommé cage d’ascenseur.

I-2-5-5) Maçonnerie :

Le remplissage des façades est en maçonnerie de double cloison en briques creuses de 30


cm d’épaisseur, avec une lame d'aire de 5 cm. Les cloisons de répartition au niveau des étages
ont une épaisseur brute de 10 cm.

I-2-5-6) Revêtement :

- Enduit en plâtre pour les plafonds.


- Enduit en ciment pour les murs extérieurs et intérieurs.
- Revêtement de carrelage pour les planchers.
- Le plancher terrasse non accessible sera couvert par une étanchéité multicouche
imperméable évitant la pénétration des eaux pluviales, avec une protection en gravillon
roulé de 5 cm d'épaisseur.
- Le plancher terrasse accessible sera aussi couvert par une étanchéité multicouche
et une protection en carrelage.

I-2-5-7)- Isolations :

- L'isolation acoustique est assurée par la masse du plancher (épaisseur) et par le


vide d'air (lame d’air) des murs extérieurs.
- L'isolation thermique est assurée par une couche d’isolant (liège, polystyrène
- etc.…) pour les planchers terrasses; et par le vide d'air pour les murs extérieurs.

Promotion 2014 Page 6


CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

I-3) REGLEMENTS UTILISES

L’étude du bâtiment qu’on va présenter ultérieurement sera menée en utilisant les codes de
calcul suivants :
- Règles parasismiques algériennes RPA99 version 2003.
- Règles de conception et de calcul des structures en béton armé CBA 93
- Règles de conception et de calcul aux états limites des structures en béton armé
- BAEL 91.
- Logiciel ETABS 9.7.1 et SOCOTEC

I-4) HYPOTHESES DE CALCUL

Les hypothèses de calcul adoptées pour cette étude sont :

- La résistance caractéristique du béton à la compression à 28 jours: fc28 = 25 MPa


- La résistance caractéristique du béton à la traction : ft28 = 2,1 MPa
- Le module d'élasticité différé : Ev28 = 10818MPa
- Le module d'élasticité instantané : Ei28 = 32164MPa
- La limite élastique de l'acier à Haute adhérence FeE400 : fe = 400 MPa
- La limite élastique de l'acier rond lisse FeE235 : fe = 235 MPa
- module d’élasticité longitudinale de l'acier : Es = 200.000 MPa

I-5) CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX

Les matériaux entrant dans la composition des éléments de la structure jouent


incontestablement un rôle important dans la durabilité et dans la résistance des constructions
aux séismes.
Pour cela le béton et l’acier utilisés dans la construction de cet ouvrage seront choisis
conformément aux règles techniques de conception, et de calcul des ouvrages en béton armé
CBA93 et le règlement parasismique Algérien RPA 99/2003.

I-5-1) LE BETON

On appelle béton un matériau constitué par le mélange, dans des proportions convenables
de ciment, de granulats (sables et gravier) et de l'eau et éventuellement de produits d'addition
(adjuvant).

Promotion 2014 Page 7


CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

Le matériau ainsi obtenu sera coulé dans des moules et son durcissement aura les qualités
suivantes :
- La résistance mécanique, essentiellement résistance à la compression simple, et
pour certains usages spéciaux, la résistance à la traction.
- La résistance aux agents agressifs, (eau de mer, acides, etc...,).
- La maniabilité au moment de la mise en œuvre, que peut être définie comme
l’aptitude du béton à remplir parfaitement le moule qui lui est offert sans ségrégation.
- L’on peut enfin rechercher certaines qualités spéciales, telles que la masse
spécifique, aussi élevée que possible (béton lourd) ou aussi faible que possible (béton
léger).

a) Dosage du béton :
Dans un mètre cube de béton, on a les proportions suivantes :
- 350 kg de ciment CPJ 42.5
- 400 L de sable grossier 0 < Dg < 5 mm
- 800 L de gravier Dg < 25 mm
- 175 L d'eau de gâchage potable
- Le béton obtenu aura une masse volumique qui varie entre 2200 à 2400 Kg /m3.

b) Résistances mécaniques du béton :


b.1) Résistance caractéristique à la compression ƒcj :
Dans les constructions courantes, le béton est défini, du point de vue mécanique, par sa
résistance caractéristique à la compression à 28 jours d’âge noté "fc28" déterminée par essai
sur éprouvettes cylindriques de 16 cm de diamètre et 32 cm de hauteur.
Pour un dosage courant de 350 Kg/m 3 de ciment CPJ 42.5, la résistance caractéristique en
compression à 28 jours est estimée à 25 MPa (fc28 = 25 MPa). Pour un age j inférieur à 28
jours, la résistance caractéristique fcj est définie à partir de fc28, par les deux formules
suivantes:
Pour des résistances de fc28 ≤ 40MPa :

𝑗
𝑓𝑐𝑗 = × 𝑓𝑐28 𝑆𝑖 𝑗 < 60 𝑗𝑜𝑢𝑟𝑠
{ 4,76 + 0,83𝑗
1,1𝑓𝑐28 𝑆𝑖 𝑗 > 60 𝑗𝑜𝑢𝑟𝑠

Promotion 2014 Page 8


CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

Figure I- 5: Évolution de fcj en fonction de l’âge du béton Figure I- 4 : éprouvette 16 x 32

b-2) Résistance à la traction ƒtj :


La mesure directe de la résistance à la traction par un essai de traction axiale étant délicate
on a recours à deux modes opératoires différents :
- Flexion d’éprouvettes prismatiques non armées.
- Fendage diamétral d’une éprouvette cylindrique. (essai Brésilien).

La résistance caractéristique à la traction à « J » jours se déduit conventionnellement par


la relation :
𝑓𝑡28 = 0,6 + 0,06𝑓𝑐28 𝐴𝑣𝑒𝑐 𝑓𝑐𝑗 ≤ 40 𝑀𝑃𝑎
Pour : 𝑓𝑐28 = 25 𝑀𝑃𝑎 ⇒ 𝑓𝑡28 = 2,1 𝑀𝑃𝑎

Figure I- 6: Évolution de ftj en fonction de fcj

Promotion 2014 Page 9


CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

c). Coefficient de poisson  :


On appelle coefficient de poisson le rapport de la déformation transversale relative à la
déformation longitudinale relative.
 = 0,20 dans le cas des états limites de
services (calcul des déformations).

 =0 dans le cas des états limites ultimes


(calcul des sollicitations).

𝑣 = 𝛥𝑡 /𝛥𝑙

Figure I- 7: Coefficient de poisson 𝒗 =


𝜟𝒕 /𝜟𝒍

I-5-2) L'ACIER

a) Définition :
Le matériau acier est un alliage de fer et de carbone en faible pourcentage, son rôle est
d’absorber les efforts de traction, de cisaillement et de torsion. Les aciers utilisés en béton
armé sont de deux types :
- Aciers de nuance douce, pour un taux de carbone varie de 0,15 à 0,25 %.
- Aciers de nuance mi-dure et dure pour un taux de carbone varie de 0,25 à 0,40٪

Le module d’élasticité longitudinal de l’acier est pris égale à : Es =200 000MPa.


b) Caractéristiques mécaniques :
Le caractère mécanique servant de base aux justifications est la limite d’élasticité garantie
désignée par fe . Cette valeur varie en fonction du type d'acier, ces valeurs sont données par
le tableau suivant :

Type Nuance ƒ e (MPa) Emploi


feE 215 215 Emploi courant: armatures
Acier ronds lisses
feE 235 235 transversales (épingle, cadres...)
Armature à haute feE 400 400 Emploi courant : armatures de
adhérence - HA feE 500 500 flexions ....
Emploi sous forme de
Fils tréfilés HA TSHA500 550
Barres droites ou de treillis
Fils tréfiles lisses TSL 500 550 Emploi sous forme de rouleau
Tableau I- 1 : Valeurs de la limite d’élasticité garantie fe

Promotion 2014 Page 10


CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

Le diagramme contrainte - déformation obtenu par l'essai de traction de l'acier est de


l'allure suivante, tant pour la compression que pour la traction

Figure I- 8: Diagramme. Contrainte - Déformation

I-6) CONTRAINTES LIMITES

Un état limite est un état pour lequel une condition requise d'une construction, ou d'un de
ses éléments (stabilité ; durabilité), est strictement satisfaite et cesserait de l'être en cas de
variation défavorable d'une action appliquées (majoration ou minoration).
La théorie des états limites considère deux états limites.

I-6-1) État limite ultime: (ELU)

Le dépassement de cet état conduit à la ruine. Au-delà de l'état limite ultime, la résistance
de béton ou de l'acier est atteinte, la sécurité n'est plus garantie et la structure risque de
s'effondrer.
- État limite de l'équilibre statique: renversement
- État limite résistance de l'un des matériaux : rupture
- État limite de stabilité de forme : flambement

I-6-2) État limite de service: (ELS)

Les conditions de bon fonctionnement de la structure ont été atteintes. La durabilité de la


structure est remise en cause.
- État limite de compression du béton : on limite volontairement la contrainte à
une valeur raisonnable.
- État limite d'ouverture des fissures : risque d'ouverture de fissures
- État limite de déformation: flèche maximale

Promotion 2014 Page 11


CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

I-7) HYPOTHESES GENERALES DE CALCUL

7-1) ÉTAT LIMITE ULTIME (ELU)

- Les sections droites avant déformation restent planes après déformation.


- Pas de glissement relatif entre l'acier et le béton 𝜀𝑠 = 𝜀𝑏
- Le béton tendu est négligé dans les calculs.
- Les déformations limites du béton 𝜀𝑏𝑐 = 3,5 % en flexion et de 2 % en
compression.
- Les déformations des aciers 𝜀𝑠 = 10 %
- Le béton et l'acier non pas un comportement élastique linéaire. En conséquence,
les diagrammes de référence contrainte - déformation pour le béton et l'acier sont
préciser ci-dessous.

7.1.1) Diagramme parabole –rectangle :


Pour le calcul à l’E.L.U, on adopte le diagramme dit "parabole –rectangle". En compression
pure, le diagramme est constitué par la partie parabole du graphe ci-dessous, les déformations
relatives étant limitées à 2‰. En compression avec flexion (ou induite par la flexion), le
diagramme qui peut être utilisé dans tous les cas et le diagramme de calcul dit parabole
rectangle.

Figure I- 9: Diagramme Contraintes – Déformations du béton à l'ELU

Promotion 2014 Page 12


CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

Avec :

0,5 𝑓𝑐𝑗
𝑓𝑏𝑢 ∶ Contrainte ultime du béton en compression 𝑓𝑏𝑢 =
𝜃 𝛾𝑏
-  b : Coefficient de sécurité du béton, il vaut 1.5 pour les combinaisons normales
et 1.15 pour les combinaisons accidentelles.
- θ : coefficient qui dépend de la durée d'application du chargement. Il est fixé à 1
lorsque la durée probable d’application de la combinaison d’actions considérée est
supérieure à 24 h, et à 0.9 lorsque cette durée est comprise entre 1 h et 24 h, et à 0.85
lorsqu’elle est inférieure à 1 h.

7.1.2) Diagramme rectangulaire simplifié :


Utilisé dans le cas où la section considère est partiellement comprimée en flexion
Simple.

Figure I- 10 : Diagramme rectangulaire simplifié

7.1.3) Contrainte ultime de cisaillement :


La contrainte ultime de cisaillement est limitée par : τu ≤ 𝜏̅𝑢

0,2𝑓𝑐28
𝐹𝑖𝑠𝑠𝑢𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑒𝑢 𝑝𝑟é𝑗𝑢𝑑𝑖𝑐𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒 ∶ 𝜏̅𝑢 = min { ; 5𝑀𝑃𝑎}
𝛾𝑏

0,15𝑓𝑐28
𝐹𝑖𝑠𝑠𝑢𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑝𝑟é𝑗𝑢𝑑𝑖𝑐𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒 𝑜𝑢 𝑡𝑟é𝑠 𝑝𝑟é𝑗𝑢𝑑𝑖𝑐𝑖𝑎𝑏𝑙𝑒 ∶ 𝜏̅𝑢 = min { ; 5𝑀𝑃𝑎}
𝛾𝑏

7.1.4) Contrainte limite dans l'acier :


Le comportement des aciers pour le calcul à l'état limite ultime vérifie une loi du type
élasto-plastique parfait. Le diagramme contraintes déformation à considérer est défini ci-
dessous.

Promotion 2014 Page 13


CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

Nous n'en retiendrons que la zone des tractions, la zone des compressions étant symétrique
par rapport à l'origine.

Figure I- 11 : Diagramme contrainte déformation à l’ ELU

Pour FeE400 :

𝜎𝑠
𝜀𝑠 =
𝐸𝑠

𝑓e
σs = Avec s : Coefficient de sécurité.
γs

s= 1 ; 𝜎𝑠 = 400 𝑀𝑃𝑎 cas de situations accidentelles.

s= 1.15 ; 𝜎𝑠 = 348 𝑀𝑃𝑎 cas de situations durable.

7-2) ÉTAT LIMITE DE SERVICE (ELS)

- Les sections droites avant déformation restent planes après déformation.


- Pas de glissement relatif entre l'acier et le béton 𝜀𝑠 = 𝜀𝑏
- Le béton tendu est négligé dans les calculs.
- Les déformations limites du béton 𝜀𝑏𝑐 = 3,5 % en flexion et de 2 % en
compression.
- Les déformations des aciers 𝜀𝑠 = 10 %
- Le béton et l'acier auront un comportement élastique linéaire. (Loi de Hook).

𝜎𝑏𝑐 = 𝐸𝑏 × 𝜀𝑏𝑐 ; 𝜎𝑠 = 𝐸𝑠 × 𝜀𝑠
𝐸𝑠
𝜂= ⁄𝐸 = 15 "𝑐𝑜𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑑′é𝑞𝑢𝑖𝑣𝑎𝑙𝑒𝑛𝑐𝑒
𝑏

Promotion 2014 Page 14


CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

7.2.1. Diagramme des contraintes :


Dans le cas de l’ELS on suppose que le diagramme des contraintes reste dans le domaine
élastique linéaire, est défini par son module d’élasticité.

Figure I- 12: Diagramme Contraintes – Déformations du béton à l'ELS

La contrainte du béton est limitée à : 𝜎̅𝑏𝑐 = 0,60 𝑓𝑐28 = 15 MPa

7.2.2. Contrainte limite dans l'acier :

En état limite de service, les vérifications à effectuer pour les aciers portent sur l'état limite
d'ouverture des fissures, qui dépend de l'environnement (agressif ou non).

La contrainte de traction dans les aciers est limitée à :


- Fissuration peu nuisible : pas de limitation.
2
- Fissuration préjudiciable : 𝜎𝑠𝑡 ≤ 𝜎̅𝑠𝑡 = min ( 𝑓𝑒 ; 110√𝜂𝑓𝑡𝑗 )
3
1
- Fissuration très préjudiciable : 𝜎𝑠𝑡 ≤ 𝜎̅𝑠𝑡 = min ( 𝑓𝑒 ; 90√𝜂𝑓𝑡𝑗 ) .
2

𝜂: Coefficient de fissuration.
𝜂 =1 pour les ronds lisses (RL).
𝜂 =1,6 pour les armatures à hautes adhérence (HA).

I-8) MODULES DE DEFORMATION LONGITUDINALE

Le module de Young instantané Eij est utilisé pour les calculs sous chargement instantané
de durée inférieure à 24 heures, est donné par :

3
𝐸𝑖𝑗 = 11000 √𝑓𝑐𝑗

Pour 𝑓𝑐𝑗 = 𝑓𝑐28 𝑜𝑛 𝑎 𝐸𝑖𝑗 = 32164 𝑀𝑃𝑎

Promotion 2014 Page 15


CHAPITRE I Présentation de l ’ouvrage

Le module de déformation longitudinal différée du béton Evj est pris pour des chargements
de longue durée (cas courant), il prend en compte les déformations de fluage du béton. Celles-
ci représentent approximativement deux fois les déformations instantanées. Le module de
Young différé est pris égal à trois fois le module instantané: Eij = 3Evj .
3
𝐸𝑣𝑗 = 3700 √𝑓𝑐𝑗

Pour 𝑓𝑐𝑗 = 𝑓𝑐28 𝑜𝑛 𝑎 𝐸𝑣𝑗 = 10818 𝑀𝑃𝑎

Figure I- 13: Evolution d’Evj en fonction de fcj.

I-9) ACTIONS ET SOLLICITATIONS :

I-9-1) Définitions :

I-9-1-a) Les actions :


Les actions sont les forces directement appliquées à une construction (charges
permanentes, d’exploitation, climatique, etc.,…) ou résultant de déformations imposées
(retrait, fluage, variation de température déplacement d’appuis, etc. …).
I-9-1-b) Les sollicitations :
Les sollicitations sont les efforts (effort normal, effort tranchant, moment de flexion,
moment de torsion) développés dans une combinaison d’action donnée.
I.9.2) Sollicitation du calcul vis-à-vis des états limites :
a •Etat limite ultime :
Les sollicitations de calcul sont déterminées à partir de la combinaison d'action suivante :
1,35G + 1,5Q
b • Etat limite de service :
Combinaison d'action : G+Q
Les règles parasismiques algériennes ont prévu des combinaisons d'actions tenant compte de
𝐺+𝑄±𝐸 𝐺 ∶ 𝑐ℎ𝑎𝑟𝑔𝑒 𝑝𝑒𝑟𝑚𝑎𝑛𝑒𝑛𝑡𝑒
l'effet sismique : {𝐺 + 𝑄 ± 1,2𝐸 → {𝑄 ∶ 𝑐ℎ𝑎𝑟𝑔𝑒 𝑑′𝑒𝑥𝑝𝑙𝑜𝑖𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛
0,8𝐺 ± 𝐸 𝐸 ∶ 𝑒𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡 𝑑𝑢 𝑠é𝑖𝑠𝑚𝑒

Promotion 2014 Page 16