Vous êtes sur la page 1sur 8

Actu Api n° 17 1

Les fleurs de mes abeilles


Quelles sont les fleurs réellement butinées par les
abeilles de mon rucher ? Rares sont les
ouvrages apicoles qui abordent cette
question. Les informations se résument
bien souvent à un petit paragraphe
très général sur la flore mellifère.
Mais bien rares sont les outils
concrets qui vous permettent
d’évaluer la qualité de
l’environnement mellifère
Une bonne de votre rucher.
connais- Cet Actu Api vous propose une
sance des technique très simple d’analyse
fleurs visi- de votre environnement. Par la
tées par suite, vous pourrez naturelle-
vos abeilles ment peaufiner l’approche pré-
constitue sentée. Il existe aujourd’hui des
un para- outils informatiques pour vous
mètre essentiel de l’apiculture, aider (voir page 8).
au même titre que la qualité
des reines, la conduite apicole DYNAMIQUE ANNUELLE
et le matériel. Cette approche DE BUTINAGE
de l’environnement de votre ru-
cher vous permet de mieux ex- Pour mettre en place un outil
ploiter les miellées et d’évaluer de travail, il faut comprendre
l’impact d’un accroissement du la façon dont l’abeille exploite
nombre de ruches sur vos ré- les espèces mellifères avoisi-
coltes. Vous pouvez également nant le rucher pour répondre à
déterminer avec plus de préci- ses besoins alimentaires (± 140
sion l’origine botanique de vos kg de nectar et ± 20 kg de pol-
miels. Enfin, elle vous permet len). En théorie, on signale que
de mieux choisir un emplace- l’abeille peut avoir un rayon de
ment, que ce soit lors d’une butinage allant jusqu’à 10 km.
transhumance ou lors de l’im- En pratique, ce rayon ne sera
plantation d’un nouveau rucher. pour ainsi dire jamais atteint.
Dans le cadre du programme À une telle distance, elle con-
européen, le CARI a acquis une somme pour son déplacement
certaine expérience dans ce tout ce qu’elle peut récolter.
domaine. Comme vous le savez déjà,

2 Actu Api n° 17
c’est le climat (température, (climat, qualité des ressources,
luminosité, vitesse du vent, force des colonies ou popula-
pluviosité) qui va réduire ce tion) vont évoluer en fonction
périmètre à quelques centaines des saisons et dès lors influen-
de mètres lorsque les condi- cer le périmètre de butinage de
tions sont mauvaises. Le nom- nos abeilles (voir tableau
bre de fleurs disponibles et la “ Zone de butinage ”).
qualité du nectar et du pol- Le système de prospection
len vont également influencer d’une colonie d’abeilles est très
la distance de butinage. Plus performant. Ainsi, dans un
l’environnement sera riche, et rayon de moins de deux kilo-
plus les distances de butinage mètres, une colonie est capa-
seront courtes. La force de la ble de trouver sans difficulté un
colonie va influencer directe- tilleul isolé et, dans un rayon
ment le nombre de butineuses de 500 m, un petit parterre de
qui pourront exploiter un péri- fleurs intéressantes sera visité.
mètre. Plus ce nombre sera Par contre, les fleurs isolées ou
élevé, plus le nombre de fleurs produisant peu de nectar ou de
visitées pourra être important. pollen n’intéresseront que fort
Ces différents facteurs limitants peu les abeilles.

ZONES DE BUTINAGE
DÉMARRAGE RÉCOLTE DE RÉCOLTE FIN DE
PRINTANIER PRINTEMPS D’ÉTÉ SAISON

PÉRIODES Avant le 15 avril 15 avr - 20 juin 21 juin - 31 juil. Après 15 août


Pré-vernal (PV) Vernal (V) Estival (E) Estivo-automnale (EA)

BESOINS Importants Très importants Faibles Moyens


EN POLLEN

BESOINS
EN NECTAR Faibles Importants Importants Faibles
ET MIELLAT

FACTEURS Climat Climat Ressources de Climat + Ressources


LIMITANTS + Population faible qualité de faible qualité

ZONE
NORMALE 500 m 2 km 3 km 1 km
DE BUTINAGE

Actu Api n° 17 3
Autour d’un rucher, seules quel- 2. Les rayons de butinage
ques espèces auront un réel in-
On peut tracer sur la carte les
térêt mellifère. Vous les retrou-
rayons de butinage correspon-
vez dans certains milieux (prai-
ries, friches, haies…) présentés dant aux différentes périodes
dans le tableau ci-joint. Il faut de l’année : démarrage printa-
donc tenir compte de ces para- nier (PV = 500 m), récolte de
mètres pour établir un inven- printemps (V = 2 km), récolte
taire de l’environnement de son d’été (E = 3 km), fin de saison
rucher. (EA = 1 km).

LES ÉTAPES À SUIVRE 3. Les différents milieux


Voici pas à pas les différentes La carte d’état-major délimite
étapes à suivre pour arriver à clairement les différents mi-
évaluer le potentiel mellifère lieux. Il faut cependant y sé-
autour de votre rucher. lectionner les milieux qui pré-
sentent un intérêt direct pour
1. L’outil indispensable
les abeilles qui devront faire
Une carte de type IGN 1/20.000 l’objet d’un contrôle éventuel
ou1/25.000 est l’outil de départ sur le terrain (prairies, bois de
idéal car elle donne déjà de feuillus…). Une attention parti-
nombreuses informations sur culière sera réservée aux élé-
l’occupation des sols. Elle per-
ments linéaires et aux arbres
met d’objectiver la perception
isolés.
que l’on a d’un périmètre
autour d’un rucher.

Extrait de la carte IGN 1/20.000 48 1-2

3 km

2 km

Rucher
1 km
500 m

4 Actu Api n° 17
Milieux intéressants
Pour que les milieux ou zones reprisent dans ce tableau
présentent un interêt, il faut que les espèces mellifères
recouvrent au moins 20 à 30 % de sa surface. Pour certains
milieux très diversifiés, les espèces n’ont pas été citées.
Deux types de prairies sont à prendre en considération :
a) les prairies pâturées extensives: nombreux pissenlits (V)
et trèfles blancs (E);
b) les prairies de fauche tardive (après la miellée de
printemps) (V + E).
Le milieu forestier est plus pauvre si ce ne sont les bois de
feuillus assez diversifiés dans lesquels on retrouve des
fruitiers (V), des érables (planes (PV), champêtres et
sycomores (V)), des châtaigniers (E), des robiniers (V).
Certaines années, ils sont source de miellat comme les bois
de conifères (E).
Les terres de culture ne présente généralement aucun
intérêt pour les abeilles. Il faut cependant relever les cultures
de colza (V), de luzerne (E), de phacélie (E), de trèfles (E),
d’angélique (E), de sarrasin (E)…
Les jardins et parcs avec des parterres fleuris (PV, V), des
massifs mellifères (coténéasters (E)…), des lierres (EA) ou
vignes vierges (EA)… sont très diversifiés et offrent pendant
toute la saison des resources pour les abeilles.
Il faut également signaler tous les arbres isolés, les
alignements et les arbres de parcs : tilleuls (E), fruitiers
(V), marronniers (V), saules (V), érables (PV, V)…
Les vieux vergers (poiriers et pruniers (PV), cerisiers (V),
pommiers (V)) présentent moins de risque pour les abeilles
(peu pulvérisés).
Les haies et bordures forestières présentent d’autant plus
d’intérêt qu’elle sont mal entretenue. On y retrouve de
nombreuses espèces mellifères : aubépines (V), symphorine
(E), noisettiers (PV), ligustrum (E), églantier (E), ronce (E),
prunellier (PV).
Les zones de friches et les mises à blanc forestières font
partie des zones les plus intéressantes on y retrouve souvent
des prunelliers (PV), des ronces (E), des saules (V), du
mellilot (E, EA), des aubépines (V), des chardons (E), des
épilobes (E), des framboisiers (V), des reines des près (E),
de la menthe (EA)…

Actu Api n° 17 5
4. Les espèces
mellifères
Cette étape est la
plus longue. Elle de-
mande de vous pro-
mener dans la zone
de butinage des
abeilles pour vérifier
la présence en nom-
bre suffisant d’espè- 5. Cartographier les zones
ces melliffères dans les diffé- mellifères
rents milieux. Idéalement, cela
Par période (PV, V, E, EA), on
doit se réaliser durant les qua-
reprend les milieux répondant
tre périodes de floraison con-
aux critères repris dans le ta-
cernées.
bleau : “ milieux intéressants ”.
Ceux-ci sont colorés par exem-
ple en jaune ou orange. Les ar-
bres isolés ou les alignements
intéressants sont également à
colorer par exemple en rouge.
Butinage pré-vernal (PV) dans un rayon de 500 métres

Rucher

6 Actu Api n° 17
UN EXEMPLE THÉORIQUE
6. Estimer la valeur mellifère de Cet exemple est représentatif de la
l’environnement du rucher situation de nombreux ruchers situés
au cœur d’un village. On constate
L’intérêt mellifère de la zone va qu’en début de saison, les arbres et
dépendre directement de l’im- les haies représentent une grande
portance des surfaces colorées, proportion des espèces mellifères.
de leur diversité et de leur nom- Lors de la miellée de printemps, les
bre. En fonction des saisons et vergers, les haies, les prairies et les
des régions, ces espaces recou- jardins vont constituer le gros de la
vriront un pourcentage plus ou miellée. Les champs de colza
moins important de la surface viendront renforcer l’intérêt mellifère
de butinage. Il sera souvent de la zone. Les arbres prendront plus
compris entre 5 et 60 % des d’importance lors de la miellée d’été.
surfaces. Ce pourcentage sera Le miellat sur feuillus mais également
souvent plus faible en période sur résineux pourra en fonction des
pré-vernale et estivo-autom- années (surtout en année sèche)
nale. Cette fourchette vous per- donner un complément important de
met de situer votre rucher miellée. En fin de saison, on
parmi d’autres et de vérifier si retrouvera l’essentiel des fleurs
une période est particulière- mellifères en zone d’habitat ou dans
ment pauvre ou riche. les zones de friche.

Carte Vernale (V) dans un rayon de 2 Kilomètres

Rucher

Actu Api n° 17 7
Pour aller,
zone et leur cartographie sous
un format informatique. Un
système d’information géogra-
phique (SIG) va identifier pour
chaque période de floraison les
zones les plus attractives qui
seront visitées par les abeilles
et en déduire une miellée po-
tentielle. Dans le cadre de son
travail de fin d’étude, Xavier
Janssens a réalisé et encodé
l’inventaire de la flore de plu-
sieurs ruchers wallons. Son
plus loin... programme informatique per-
met de prédire les miellées. Ses
La technique présentée ici est chiffres théoriques correspon-
assez simple, mais ne vous ap- dent bien aux données enregis-
porte qu’une information géné- trées dans ces ruchers. Ce pro-
rale sur la valeur mellifère de gramme permet également de
votre environnement. définir l’origine botanique pro-
Aujourd’hui, on peut définir as- bable des miels qui seront pro-
sez correctement les parcelles duits dans ces ruchers.
qui seront butinées. Cela de- À terme, on peut espérer éten-
mande naturellement un inven- dre ce travail à de nouvelles zo-
taire complet des différentes nes et à l’ensemble de la Wal-
espèces mellifères zones par lonie.

PROGRAMME DES GROUPES DE TRAVAIL


⇒ Comité d’accompagnement : chaque deuxième mardi du mois
⇒ Information : chaque premier mardi des mois impairs
⇒ Suivis sanitaire : le lundi le plus proche du 1er jour des saisons
Intéressé ? Votre aide nous est très précieuse.
N'hésitez pas à nous contacter (CARI)

U.F.A.W.B. U.R.R.W CARI asbl


Jacques LECLÈRE Philippe-Auguste ROBERTI Etienne BRUNEAU
rue Marot 10 Ferme apicole de Malplaquée 11 Place Croix du Sud 4
5503 SORINNES 5070 SART-ST-LAURENT 1348 LOUVAIN-LA-NEUVE
Tél.: 082/22 41 28 Tél.- Fax: 071/71 29 67 Tél.: 010/47 34 16
Fax : fax: 082/22 92 80 GSM : 0476/36 29 67 Fax : 010/47 34 94
Email: jacques.leclere@skynet.be Email: philippe.roberti@skynet..be Email: Bruneau@ecol.ucl.ac.be

8 Actu Api n° 17

Vous aimerez peut-être aussi