Vous êtes sur la page 1sur 2

Biologie

Le vol chez l’abeille


“Apis mellifera”
Alors que le vol des oiseaux nous fascine tant, les insectes eux aussi ont réussi à maîtriser l’air,
véritable prouesse accomplie au cours de l’évolution. Mais ils ont développé une mécanique
différente de celle des oiseaux pour maîtriser les mêmes forces physiques (portance, traînée,
etc.). Chez l’abeille, c’est un système complexe qui intègre l’exosquelette, deux paires d’ailes
mues par de nombreux muscles thoraciques commandés par un système nerveux particulier.

Les outils située sur la partie postérieure de

© Yves LE CONTE (INRA).


Les ailes l’aile antérieure. Au repos, les deux Muscle
Les ailes des insectes ne sont pas paires d’ailes se décrochent. Ce sys- thoracique

considérées comme de vrais appen- tème permet aux deux ailes de se agissant
directement
dices, mais plutôt comme une solidariser complètement pendant sur l’aile de
excroissance de l’exosquelette le vol, et a pour effet de réduire les l’abeille.

adapté pour le vol. L’abeille domes- phénomènes de turbulence et de


tique possède deux paires d’ailes. traînée.
Les ailes antérieures sont plus déve- L’abeille domestique possède un
système d’articulation qui permet l’extérieur, telle une enveloppe
loppées que les ailes postérieures. solide de l’organisme. Les muscles
Elles sont rattachées au segment le repli de l’aile vers l’arrière au
repos. Pour cela, elle réalise un agissent en déformant la cuticule
postérieur du thorax par des arti- pour permettre le mouvement.
culations qui permettent le vol. Les pliage de ses ailes avec un petit
levier, un peu comme s’il s’agissait Il en est de même chez l’abeille. Les
quatre ailes sont parcourues de ner- muscles thoraciques verticaux et
vures qui renforcent leur structure d’une longue feuille de papier.
longitudinaux très développés
et permettent le passage de nerfs et Les muscles des ailes n’agissent pas directement sur les
de vaisseaux. Les ailes sont mues par des muscles ailes. Ils se contractent chacun leur
Avant le décollage, les ailes anté- qui occupent une grande partie du tour pour déformer le thorax verti-
rieures, les plus petites, sont fixées thorax. Chez les mammifères, les calement puis horizontalement de
aux ailes postérieures, à l’aide d’un muscles sont rattachés directement manière à orienter les ailes respec-
système d’accrochage, un peu équi- aux os du squelette, qui est placé à tivement vers le haut ou vers le bas.
valent aux tissus « velcro ». Une l’intérieur de l’organisme. Au Ces muscles thoraciques indirects
vingtaine de crochets, appelés contraire, chez les insectes le sque- entraînent seulement les ailes anté-
hamuli, situés sur la partie anté- lette est externe, on l’appelle exo- rieures qui elles-mêmes entraînent
rieure de l’aile postérieure viennent squelette. les ailes postérieures à l’aide du sys-
se fixer dans une sorte de gouttière Il est formé par la cuticule placée à tème d’accrochage.
Cependant, il existe quatre muscles
© Yves LE CONTE (INRA).

© Yves LE CONTE (INRA).

complémentaires directement re-


liés à l’aile antérieure et trois à
l’aile postérieure.
Physiologie
Les battements d’ailes s’effectuent
à la fréquence variant de 140 à 200
battements par seconde en fonc-
tion de la température du thorax
Les muscles thoraciques verticaux et longitudi- (respectivement 24 °C et 40 °C).
L’aile postérieure possède des crochets appelés naux se contractent chacun leur tour pour défor- Cette fréquence élevée pose des
hamuli qui viennent se fixer dans la gouttière mer le thorax verticalement puis horizontale-
de l’aile antérieure afin d’assurer la cohésion ment de manière à orienter indirectement les
questions du point de vue du
des deux ailes pendant le vol. ailes respectivement vers le haut ou vers le bas. contrôle nerveux, mais en fait les

20 Abeilles & Fleurs N°648 - Mars 2004


Abeilles
et
Fleurs
l’abeille dispose de l’organe de
© Yves LE CONTE (INRA).

Johnston, situé dans le pédicelle à Distance de butinage


la base de chaque antenne. Il com- Il est communément admis que les
abeilles vont butiner dans un rayon de
porte de nombreux récepteurs sen- 1 à 2 km de la ruche, lorsqu’elles ont de
soriels qui permettent à l’animal bonnes sources de butinage. Ceci
d’intégrer les changements de posi- explique pourquoi il est nécessaire de
tion de l’antenne en fonction du transhumer les colonies dans un rayon
temps. Ce système renseigne de 3 km minimum, afin d’éviter que les
butineuses retournent à l’endroit initial
l’abeille sur les flux d’air, et donc la de la colonie. Cependant, on a pu ob-
Les ailes antérieure et postérieure vitesse de vol. Des soies sensoriel- server des populations importantes de
de l’abeille. les situées sur les yeux, entre les butineuses à une distance de 3 500 m
facettes des yeux composés, per- voire jusqu’à 13 km du rucher. De
muscles se contractent plusieurs mettent aux abeilles d’intégrer la même, des expériences de recrutement
de butineuses vers des sites de nourris-
fois pour un seul influx nerveux. vitesse du vent au cours de leurs sement ont été réalisées avec succès à
Au départ de la ruche, la tempéra- déplacements dans l’air. plus de 10 km du rucher. La distance de
ture du thorax des ouvrières est butinage est en fait directement liée à la
d’environ 36,5 °C ; ce « préchauf- Energétique proximité des fleurs à butiner. Elle varie
fage » optimise les paramètres beaucoup en fonction de l’intérêt de
Avant le vol, l’ouvrière absorbe l’espèce végétale visitée. Ainsi, des fleurs
physiologiques nécessaires au vol. environ 30 mg de miel qu’elle nombreuses produisant beaucoup de
Pendant le vol, la température du stocke dans son jabot pour assurer nectar et regroupées autour de la ruche
thorax environne 40 °C, mais peut ses besoins énergétiques pendant le optimiseront la distance parcourue par
atteindre 46 °C si la température vol. L’hémolymphe de l’abeille doit les abeilles, contrairement à des fleurs
extérieure est élevée. La tempéra- peu productives, espacées et lointaines.
contenir plus d’1 % de sucres pour
ture produite par le thorax se pro- qu’elle puisse voler. Ce miel lui
page rapidement à la tête dont la donne une autonomie énergétique mg. Dans ce cas, l’abeille vole à
température est de 4 à 5 °C infé- d’environ 60 km. La température une vitesse moyenne d’environ 24
rieure à celle du thorax. Cette dif- externe minimale de butinage se km/h. Une butineuse fait en
férence n’évolue pas sensiblement situe entre 10-14 °C, mais le vol moyenne 10 à 15 voyages par jour,
en fonction de la température peut s’effectuer à des températures et les butineuses spécialistes du
ambiante. Cependant, il est essen- inférieures. L’intensité lumineuse, nectar peuvent en faire jusqu’à
tiel que la température du cerveau le vent, la pluie et l’heure de la 150. Les ouvrières peuvent accom-
ne soit pas trop importante. Pour journée agissent également sur l’ac- plir un total d’environ 800 km de
réduire cette température, l’abeille tivité de vol. vol pendant leur vie. Leur longé-
opère une régulation en formant vité est directement corrélée avec
une grosse goutte de liquide qu’elle Performances la durée de vol qu’elles ont effectué
régurgite entre la partie ventrale de pour butiner. Ceci explique, en
la tête, du thorax et de la première La vitesse du vol des ouvrières se
situe entre 24 et 32 km/h et varie partie, la grande longévité des
paire de patte, l’équivalent de la abeilles d’hiver. ■
sueur des mammifères. Ceci n’est en fonction de la charge de nectar
pas le cas pour la température de et de pollen qu’elles transportent. Yves LE CONTE
l’abdomen qui évolue entre 13 et Ainsi une butineuse peut ramener INRA/UAPV UMR 406 Ecologie des Invertébrés
Laboratoire Biologie et Protection de l’abeille
3 °C en dessous de celle du thorax, jusqu’à 40 mg de nectar et 30 mg Site Agroparc - Domaine Saint-Paul
en fonction de la température exté- de pollen, soit une charge de 70 84914 AVIGNON Cedex
rieure (20 à 39 °C). Chez les faux-
bourdons, la température du tho-
rax est d’environ 2,5 °C plus
importante que celle des ouvrières.
Pour apprécier sa vitesse de vol, Ce numéro est le dernier
qui vous est distribué…
Les structures définies par les nervures si vous n’avez pas
alaires sont adaptées au vol mais for-
ment aussi des cellules caractéristiques encore réglé votre abonnement
de l’espèce et de la race. La morpho- pour l’année en cours.
métrie a longtemps utilisé des indices –
les indices cubitaux – basés sur le rap- Renvoyez-nous le bulletin d’abonnement
port de distances de certains éléments se trouvant page 4 accompagné de votre
géométriques de ces cellules. Ces indi- règlement, vous éviterez ainsi l’interruption
ces sont spécifiques des différentes races
du service de la revue.
d’abeilles.

Abeilles & Fleurs N°648 - Mars 2004 21