Vous êtes sur la page 1sur 2

Quatre disques québécois oubliés

Martin Gladu

Le disque de l’Automne Show : On va passer à travers

- 19-20 octobre 1974, premier spectacle au profit des grévistes de la United Aircraft.
33 000$ sont alors récoltés pour eux
- L’enseignant et syndicaliste Guy Bisaillon est l’initiateur. Il est conseiller spécial lors de la
grève de décembre 1973 à mai 1975
- par souci de transparence, le bilan de l’événement est rendu public
- 40 000 personnes (ou 20 000?)
- le prix du microsillon, qui est sorti en 1975, est de 4$, dont la moitié est versée au fonds
d’appui des 34 Charlie. Les Disques Rival le produit. « Ce disque a été enregistré au Colisée
Jean-Béliveau à Longueuil, à l'occasion de L'Automne Show, les 19 et 20 octobre 1974. Il
s'agit d'un document historique important qui témoigne de l'appui aux grévistes de United
Aircraft, mais plus encore de la défense des droits des travailleur. »
- la promotion est faite par les grévistes qui visitent les centres commerciaux, les usines, etc.
- Raymond Lévesque, Claude Gauthier, Pauline Julien, Georges Dor, Jacques Michel, etc.
- 29 septembre 1975, Louis Laberge annonce la fondation d’un fonds d’appui aux 34
grévistes qui subiront leur procès en rapport avec l’occupation de l’usine de Longueuil (les
34 Charlie)
- second spectacle (31 octobre et 2 novembre 1975) de 48 heures avec cinéma, discothèque,
nuit de l’Halloween, etc.
- prix d’entrée est de 1$. Colisée Jean-Béliveau de Longueuil
- juin 1975, le Syndicat des travailleurs de l’enseignement de l’Est du Québec accepte de
prendre en dépôt près de 1 000 microsillons

Québékiss

- Québékiss, c’est deux choses : 1) un projet de Marie Savard (« je veux faire un travail
collectif qui serve à quelque chose »), né la nuit du 16 octobre 1970 alors que le
gouvernement de P. E. Trudeau déclare, en pleine crise, la Loi sur les mesures de guerre.
Elle et le musicien Claude Roy souhaitent en faire une fresque sonore de ce qui se passe
vraiment 2) une compagnie, Éditions Québékiss inc., formée le 1er juin 1971 avec un capital
social de 40 000$
- l’album est financé par Robert Blondin de la SRC au coût de 3 000$
- refusé par une compagnie de disque de Montréal, Savard et Roy forment leur propre
entreprise dont le conseil d’administration est composé de : Anne-Claire Poirier (cinéaste),
Denis Beaupré (comptable), Robert Blondin (réalisateur à Radio-Canada], Marie Savard
(chansonnier] et Diane Cailhier étudiante
- 10 000 copies vendues
- sorti le 10 juin 1971 à la Maison du chômeur
- boycotté par les journaux et les radios
- une cinquantaine de personnes y participe bénévolement, dont Dyne Mousso et Michel
Chartrand
- deviendra par la suite la première revue sonore, publiée trimestriellement, dont les profits
serviront aux cautionnements de prisonniers politiques
- distribué par Trans-World
- Disques Zodiaque (Monique Leyrac, Clémence Desrochers, Jacques Salvail, etc.)

Raymond Lévesque chante les travailleurs

- une partie des recettes va au fonds d’appui aux 34 ex-grévistes de la United Aircraft alors
avec des accusations
- sorti en septembre 1975 à l’aréna Paul-Sauvé lors du show « Les dix heures des travailleurs
du dix » (en soutien aux grévistes de Télé-Métropole) et à la brasserie Prof Matou
- 100% commandité et produit par la FTQ
- vendu au prix de 4$ par le Conseil du travail de Montréal et au SCFP (1290 St-Denis 4ième
étage)
- Il vient de sortir On veut rien savoir aux Éditions Parti Pris et a déjà écrit ses grands succès
- première fois qu’un microsillon était produit par une centrale syndicale québécoise
- “Raymond Levesque est sans doute le chansonnier québécois le plus près des
préoccupations quotidiennes des travailleurs et celui qui a, bénévolement, donne le plus de
son temps pour soutenir les luttes menées par le mouvement syndical," dira Louis Laberge
- Fernand Daoust est alors secrétaire général de la FTQ. Ce serait lui qui aurait décidé de
financer le disque, croyant qu’il permettrait de constituer un ferment de solidarité dans la
classe ouvrière
- étiquette Deram (filiale des Disques London)

Poèmes et chants de la résistance I, II, III

- aux Disques Résistance/Trans-World (distributeur) – Art Young & Yvan Dufresne


- enregistrés lors des concerts du même nom
- premier : organisés au profit du Comité Vallières-Gagnon. Vif succès
- deuxième : manifestation contre les mesures de guerre. Lancement à l’édifice de la CSN.
6 000 copies en deux semaines
- troisième : organisé par le Front commun intersyndical CSN-FTQ-CEQ dans le but de
souligner la date anniversaire de l’emprisonnement, à Orsainville, des chefs syndicaux Louis
Laberge, Marcel Pépin et Yvon Charbonneau