Vous êtes sur la page 1sur 6

EXPOSE EN CIRCUIT LOGIQUE

REPUBLIQUE DE GUINEE
Travail-Justice-Solidarité

Université Gamal Abdel Nasser De


Conakry

Faculté des sciences


Département MIAGE

License 1

Support d’exposé de

CIRCUIT LOGIQUE

Chargé du cours
THIERNO SOULEYMANE DIALLO

1
EXPOSE EN CIRCUIT LOGIQUE

EXPOSE SUR LA BASCULE JK MAÏTRE


ESCLAVE
ETUDE EXCHAUSSIVE :

PLAN DE TRAVAIL
1-LA BASCULE JK MAÏTRE EXCLAVE
1-1-INTRODUCTION
1-2-DEFINITION
2-REPRESENTATION SYMBOLIQUE
2-1-STRUCTURE ET PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT
3-TABLE DE VERITE
4-CONCLUSION

2
EXPOSE EN CIRCUIT LOGIQUE

LES ELEMENT DU GROUPE ІІ :


1-MAMADOU MACKA BARRY (chef du groupe)
2-IBRAHIMA SORY BANGOURA
3-MARIAME CISSOKO
4-AÏSSATOU LAMARANA DIALLO
5-MAMADOU ALPHA DIALLO
6-SOULEYMANE DIALLO
7-LILIANE DORE
8-SALIMOU KOUROUMA
9-MAOMY BLAISE
10-MOHAMED SOW
11-SEKOU OUMAR TOURE
12-DJENABOU SADJO DIALLO
13-OUMOU BAH
14-DOUSSOU SIDIBE
15-YACOUBA BARRY
16-IBRAHIMA CAMARA

3
EXPOSE EN CIRCUIT LOGIQUE

1-Bascule JK Maître-Esclave

1-1-Introduction:
Une bascule est un circuit logique capable, dans certaines circonstances, de
maintenir les valeurs de ses sorties malgré les changements de valeurs d’entrées,
c’est-à-dire comportant un état «mémoire ». il s’agit de l’élément qui permet le
passage de la logique combinatoire à la logique séquentielle.
On distingue deux catégories principales de bascules : les bascules
asynchrones, que l’on nomme verrous (en anglais latch) et les bascules
synchrones que l’on nomme simplement bascules (en anglais flip-flop).

1-2-Définition:
Une bascule ou un verrou est un circuit logique doté d’une ou plusieurs
entrées et d’une ou deux sorties. Les changements d’état de la sortie sont
déterminés par les signaux appliqués aux entrées et le type d’opérateur mis en
œuvre. La bascule est l’élément de base de la logique séquentielle.
En effet, en assemblant des bascules, on peut réaliser des compteurs, des
registres, des registres à décalage, ou encore des mémoires.

2-REPRESENTATION SYMBOLIQUE :
La bascule JK MAÏTRE ESCLAVE est une autre bascule de type
MAÏTRE ESCLAVE. Comme le montre la figure, la bascule JK possède deux
entrées notées J et K alors que la bascule D MAÏTRE ESCLAVE n’en possède
qu’une seule.

Fig 1 : Représentation d’une bascule


JK MAÏTRE ESCLAVE

4
EXPOSE EN CIRCUIT LOGIQUE

On retrouve l’entrée d’horloge CLOCK les entrées de remise à


0 et de remise à 1 et les sorties complémentaires Q et 𝑄̅ de la bascule
D MAÏTRE ESCLAVE.
2-1-Structure et principe de fonctionnement :
Les entrées R et S, dans le cas de la bascule RSH/ME ne doivent pas être
simultanément à 1 pour ne pas donner lieu à un état ambigu. Cette ambiguïté est
levée dans la bascule JK (Joker King) puisque l’état indéterminé est remplacé
par un état complémenté, on dit qu’il y a basculement. Comme la montre la
figure ci-dessous, la bascule JK Maître-Esclave est obtenue à partir d’une
bascule RSH Maître-Esclave en introduisant une rétroaction

Le fonctionnement de la bascule JK Maître-Esclave est le suivant :

• Si J =0 et K = 0 Les entrées S et R sont à 0. Lors de l’impulsion d’horloge, la


bascule RS maintient alors l’état précédent des sorties Q et 𝑄̅
• Si J = 0 et K = 1 L’entrée S demeure à 0, tandis que R dépend de la valeur de
Q. - Si Q = 0, alors R =0, et les sorties gardent les états précédents après
impulsion d’horloge. - Si Q = 1, alors R = 1, une opération de mise à zéro est
commandée et par conséquent la sortie Q est ramenée à 0. Donc quel que soit
l’état initial de sortie Q, cette dernière se met à 0 quand J = 0 et K = 1.
• Si J = 1 et K = 0 Le point R demeure à 0, tandis que S dépend de la valeur de
Q. - Si Q = 0, alors S = 0, et les sorties gardent les états précédents après
impulsion d’horloge (Q = 1). - Si Q=1, alors S=1, une opération de mise à 1 est
commandée à la sortie Q. Donc la sortie Q se met à 1 quand J = 1 et K = 0.

5
EXPOSE EN CIRCUIT LOGIQUE

• Si J = K = 1 Dans cette condition les retours croisés des sorties Q et 𝑄̅


commandent une opération de basculement. En effet, si (Q = 0 donc 𝑄̅= 1),
après impulsion d’horloge Q et 𝑄̅ sont respectivement à l’état 1 et 0, tandis que
si (Q = 1 donc 𝑄̅= 0), après impulsion d’horloge Q et 𝑄̅ sont respectivement à
l’état 0 et 1.
Donc à chaque front actif de l’horloge, la sortie Q bascule pour
prendre l’état de 𝑄̅ et vice-versa. Ce mode de fonctionnement déjà vu
avec la bascule D Maître-Esclave est le mode TOGGLE. C’est le
diviseur de fréquence par 2, les sorties Q et 𝑄̅ sont à une fréquence 2
fois plus petite que la fréquence du signal d’horloge. Les différents
cas ci-dessus sont résumés dans la table de vérité de la bascule JK
Maître-Esclave donnée par le tableau ci-dessous.

3-Table de vérité :

4-Conclusion :
La bascule JK ne peut pas être obtenue à partir d’une simple bascule RSH,
autrement dit la bascule JK de type "latch" n’existe pas. La structure Maître-
Esclave est alors indispensable pour la réalisation de la bascule JK. En effet, si
on utilisait une bascule RSH à verrouillage " latch", on obtiendrait une
oscillation dans le cas où J = K = 1, durant la durée de mise à 1 du signal
d’horloge, car la sortie est en permanence basculement, à cause de la rétroaction.
Ce basculement est dû au changement de la sortie, qui provoque un autre
changement de celle-ci après le même décalage temporel, qui est égal à la durée
de propagation de l'information à l’intérieur de la bascule. Par contre si la
bascule RSH utilisée pour la synthèse de la bascule JK est de type Maître-
Esclave, les sorties ne changent d’état que sur le front descendant du signal
l’horloge. Il n’y a pas d’oscillation car les sorties de la bascule mémorisées dans
l’Esclave sont déconnectées des entrées du Maître durant la mise à 1 du signal
d’horloge.

Vous aimerez peut-être aussi