Vous êtes sur la page 1sur 14

 

   

 
HISTORIQUE  DE  LA    ROUTE        EN  
ALGERIE  

 
RABAH  AICHA    
 
PAR  RABAH  AICHA  
Chef  de  bureau  
 

Présentation  de  l’Algérie  :  

§ L’Algérie  s’étend  sur  près  de  2,4  millions  de  Km²  ;  


§ Premier  pays  Africain  en  termes  de  superficie  ;      
§ Elle  est  Située  au  Nord-­‐Ouest  du  continent  africain  ;  
§ Elle  est  bordée  par  la  mer  Méditerranéenne  dans  le  nord,  la  Tunisie  dans  le  nord-­‐est,  
la  Libye  à  l'est,  le  Niger  dans  le  sud-­‐est,  la  Mauritanie  et  le  Mali  dans  le  sud-­‐ouest,  le  
Sahara  occidental  à  l'ouest,  et  le  Maroc  dans  le  nord-­‐ouest.  
§ Plateforme  potentielle  d’exportation  vers  l’Afrique  
§ Population  :  40,4  millions  d’habitants  ;  
§ Un   relief   fortement   contrasté   constitue   par   le   Tell,   les   Hauts   plateaux   et   le   Sud  
Saharien  
§ 76%  de  la  population  concentré  sur  la  frange  Nord  
§ Les   hautes   plaines   occupant   7   %   du   territoire       et   habitées   par   22   %   de   la  
population.   Le   climat   y   est   semi-­‐aride,   les   précipitations   varient   de   200   à   600   mm  
par  an  d’ouest  en  est.    
§ L’espace  saharien  au  sud  couvrant  89  %  du  territoire  et  n’abritant  que  8  %.  
§ Religion  :  Islam.  
§ Ligne  côtière  :  1200  Km.  

INTRODUCTION  :  

La  route  est  définie  comme  étant  :  

Ø  Un  vecteur  essentiel  pour  le  développement  socio-­‐économique  ;  


Ø  Au  cœur  du  processus  d’aménagement  du  territoire  ;  
Ø  Un  instrument  d’équité  sociale  et  territoriale  ;  
Ø  Un  vecteur  de  compétitivité  et  d’attractivité  du  territoire.  

1/  La  route  à  travers  l’histoire  :  


 
a) Période  avant  la  colonisation  française  :  
 
L’Algérie  de  par  sa  position  géographique  a  toujours  été  une  terre  de  convoitises  ;  et  de  ce  
fait  a  connu  de  multiples  invasions  et  occupations.  
1  
 
• Les  puniques  ;  
• Les  Carthaginois  ;  
• Les  romains  :  
Les   romains   s’étaient   illustrés   plus   dans   les   constructions   des   voies   que   des   ports,   se  
contentant   pour   ces   derniers   de   consolider,   agrandir   et   moderniser   ceux,   nombreux  
d’ailleurs   existant   depuis   les   époques   puniques   et   carthaginoises,   pour   les   adapter   a   leurs  
besoins  de  transport  tant  des  groupes  que  des  marchandises.  
• Les  byzantins  :  
Les  byzantins  se  contentèrent  d’exploiter  l’héritage  que  leurs  avaient  laissé  les  romains,  qui  
commençaient  à  se  dégrader  faute  d’entretiens.  
Mais   ces   routes   furent   abandonné,   laissant   la   place   aux   pistes   permettant   des   changements  
d’itinéraires  au  gré  de  la  fatigue  et  de  la  facilite  des  déplacements.  
• La  période  turque  :  
Cette  période  n’a  pas  connu  de  grandes  réalisations  en  matière  d’extension  de  route.  
 

b) Période  de  la  colonisation  française  :  

Une  fois  de  plus,  la  convoitise  de  ses  terres  fertiles  en  Blé,  allait  valoir  à  l’Algérie,  une  autre  
occupation,  celle  de  la  France  dont  les  troupes  débarquèrent  à  Alger  en  1830,  en  prélude  à  
une  colonisation  systématique  et  méthodique  du  pays  qui  allait  durer  132  ans.  

A  partir  de  1847,  l’autorité  militaire  se  préoccupa  de  développer  largement  le  réseau  routier  
afin,  tout  en  assurant  le  ravitaillement  des  premiers  colons  de  permettre  aux  troupes  de  se  
porter  rapidement  sur  les  points  menacés  par  une  résistance  qui  ne  désarmait  pas.  

Dès  1850,  une  étape  substantielle  était  déjà  réalisée.  On  disposait,  en  effet  de  :  

Ø 450  km  de  routes  empierrées  ou  entretenues.  


Ø 450  km  de  routes  ouvertes  en  terrassement  
Ø 1650  km  de  routes  aménagées  au  moyen  de  simples  travaux  de  campagnes.  
Ø En  outre,  2250  km  étaient  à  l’étude.  
La   colonisation   française,   en   dépit   de   sa   monstruosité,   avait   permis   le   développement   des  
routes,  des  pistes  sahariennes,  des  ports  et  des  aérodromes.  Les  programmes  mis  en  place  
s’articulaient  autour  des  actions  suivantes  :  

• La  construction  de  routes  nationales  dans  les  hauts  plateaux  


• La  réalisation  de  déviations  sur  les  itinéraires  menant  vers  l’est  et  l’Ouest  du  pays.  
• dégagement   des   grandes   agglomérations   et   l’aménagement   de   la   voirie   urbaine   à  
Alger,  Oran,  Constantine  et  Annaba.  
• La  construction  des  chemins  départementaux  et  vicinaux  dans  les  hauts  plateaux  et  
au  niveau  des  frontières  Est  et  Ouest.  
• L’ouverture  de  pistes  dans  les  régions  du  sud  et  du  Grand  Sud  
• L’aménagement   et   le   développement   des   ports  existants  :   Alger,   Oran,   Annaba   et  
Jijel  et  la  réalisation  ainsi  que  l’aménagement  de  ports  de  pêche.  
 

2  
 
Avant   l’indépendance   Le   réseau   routier   national   comprenait   déjà   des   routes   distinguées   par  
un  classement  à  savoir,    

§ Routes  Nationales  
§ Chemins  Départementaux  
§ Chemins  Vicinaux  
§ Chemins  Ruraux  
Année  1948  :  

Le  réseau  routier  en  Algérie  comptait  environ  60  050  km  réparti  :  

- 8016  km  de  Routes  Nationales  


- 7500  km  de  pistes  sahariennes  
- 13835  km  de  Chemins  Départementaux  à  l’état  d’entretien  
- 13200  km  de  Chemins  Vicinaux  à  l’état  d’entretien  
- 17500  km  de  chemins  Ruraux  à  l’état  d’entretien  
   

  Réseau disponible en l'année 1948


 
  20000
18000
17500

  16000 13835 13200


  14000
lineaire km

12000
10000 8016 7500
8000
  6000
4000
2000
  0
RN Piste Sahari CD CV CR
 

Evolution  des  Routes  Nationales  avant  indépendances  :  

§ En  1906  l’Algérie  comptait  10  RN  d’une  longueur  totale  de  2994  km  
§ En  1935  on  comptait  31  RN  d’une  longueur  de  6740  km  
§ En  1948  on  comptait  39  RN  d’une  longueur  de  8016  km  
 

Evolution du Linéaire RN entre 1906 et 1948 km Nombre d'axes RN

1948 km; 8016 10


Années

1935 km; 6740 1906


1935 39
1948
1906 km; 2994 31

0 2000 4000 6000 8000 10000


linéaire km

3  
 
Les  8016  km  de  RN  constituaient  :  

A. trois  grandes  rocades  transversales  reliant  le  Maroc  à  la  Tunisie  :  


- Rocade  du  littorale    
- Rocade  du  Nord  
- Rocade  du  sud    
B. Des  pénétrantes  dont  les  principales  étaient  d’Ouest  en  Est  
 

Périodes  post  indépendance  :  

Entre  1962et  1999  le  réseau  routier  a  progressé  en  linéaire  de  plus  de  37000  km,  soit  une  
progression  de  plus  de  55%  sur  une  période  de  37  ans  par  rapport  l’année  1962.  L’extension  
de  ce  réseau  s’est  poursuivie  au-­‐delà  de  1999.  

A  l’indépendance  le  réseau  routier  comptait67000  kmréparti  comme  suit  

§ Le  réseau  des  RN  portait  sur  18275  km  répartis  comme  suit  :  
o Algérie  du  Nord  :  9211  km  
o Sahara  :  9064  km  dont  6518  km  en  état  de  piste  
§ 20210  km  Chemins  Départementaux  
§ 28654  kmChemins  Vicinaux  et  Ruraux    
 
Aussi,  sur  une  période  de  13  années,  ce  réseau  routier  a  augmenté  de7000  km  par  rapport  à  
l’année  1948  

Reseau Routier revetu 1962 Reseau Routier non revetu 1962

20% 21%

RN RN
43%
CD CD
15% CV/CR
CV/CR
64%
37%

Au   cours   des   premières   années   de   l’indépendance,   le   programme   décennal   1956   –   1965  


élaboré   par   les   Français   dont   le   plan   quinquennal   1959   –   1964   fut   poursuivi,   avec,  
cependant,   quelques   aménagements   et   correctifs   et   ce,   pour   prendre   en   considération   la  

4  
 
rareté  des  ressources  financières,  et  en  fonction  des  aides  symboliques  extérieures  venant  
de  pays  amis  et  des  moyens  de  réalisation  disponibles.  

Trois  plans  furent  aussi  élaborés  :  

§ Un  plan  triennal  1967  –  1969  


§ Deux  plans  quadriennaux  (1970-­‐1973  et  1974-­‐1977)  
Les   objectifs   recherchés   à   travers   les   programmes   arrêtés,   dans   le   cadre   du   plan   triennal  
1967  –  1969  et  les  deux  plans  quadriennaux  (1970-­‐1973  et  1974-­‐1977),  consistaient  en  :  
 
1. Le   renforcement   et   l’amélioration   des   principaux   axes   routiers   du   pays   à   savoir   les  
liaisons  Centre-­‐  Est  et  Centre  Ouest  ainsi  que  les  pénétrantes  Nord  sud  existantes.  
 
2. Le   développement   du   réseau   routier   saharien   pour   une   plus   grande   couverture   du  
territoire  sud  du  pays,  afin  de  réduire  l’isolement  géographique  et  accroître  les  échanges  
commerciaux  entre  ses  wilayas.  
 
3. L’entretien   et   l’extension   des   aérodromes   existants   pour   les   préserver,   répondre   aux  
besoins  de  transport  et  les  adapter  à  l’évolution  de  la  flotte  aérienne  algérienne.  
 
4. La   modernisation   des   ouvrages   portuaires   et   leur   équipement   pour   prendre   en   charge  
l’extension   des   échanges   maritimes   et   la   dynamique   d’industrialisation   et   de  
commercialisation  qu’allait  connaître  notre  pays.  
 
Cependant,   pendant   cette   période   l’effort   a   été   axé   sur   le   désenclavement   du   grand   sud   qui  
a  connu  la  réalisation  de  certaines  liaisons  dont  les  plus  importantes  :  

Entre  1963  et  1964      

• Touggourt-­‐  El  Oued  sur  95  Km  


• In  Aménas  –  Ghadamès  sur  160  Km  
• Hassi  Messaoud  -­‐  Rourde  El  Baguel  sur  80  Km  
• Beni  Abbas  –  Sbaa  sur  100  Km  
 

Entre  1965  –  1967  

• Route  entre  Abadla  et  Tindouf  sur  700  Km.  


 
L’année   1971   connaîtra   le   lancement   des   travaux   de   la   route   transsaharienne,   baptisée  
route  de  l’unité  africaine  à  partir  d’El  Goléa  et  qui  porte  sur  1100  Km.  

La  transsaharienne  a  pour  objectif  de  développer  plusieurs  localités  de  l’Ahagar,  haut  lieu  de  
tourisme   saharien   et   d’améliorer   davantage   les   régions   de   l’extrême   sud   dont   celles   d’In  
Salah,  Tamanrasset  et  Bordj  Baji  Mokhtar,  en  particulier  dans  divers  domaines  d’activité,  un  
des   importants   problèmes,   cette   grande   route   africaine   sera   l’une   des   voies   express   Nord-­‐
Sud  conçues  pour  mieux  desservir  les  hauts  plateaux  et  le  grand  sud.  

5  
 
La  RTS  est  entièrement  construite  et  revêtue  sur  le  territoire  Algérien  depuis  Alger  jusqu’à  la  
frontière  avec  le  Niger  sur  un  linéaire  de  2415  km.  
 

Section  Blida  –  Ghardaïa    


 

Le  programme  quinquennal  algérien  prévoit  l’aménagement  en  2x2  voies  de  la  RTS  entre  
Blida  et  Ghardaïa  (El  Menéa)  sur  un  linéaire  de  848  km.  
   
Branche  malienne  à  partir  de  Tamanrasset    
 

La  liaison  avec  le  Mali  commence  à  partir  de  la  ville  de  Tit  située  à  40  km  au  Nord  de  
Tamanrasset.  
De  Tit  à  Silet  sur  85  km  en  direction  du  Mali,  la  route  est  revêtue.  
Branche  Silet  –Timiaouine  (395  Km)  :  la  route  Silet  –  Timiaouine  sur  395  km  achevés  et  
revêtues  sur  200km.  
 
Les  infrastructures  routières  n’ont  pas  connu  de  développement  pendant  les  deux  premières  
décennies  d’indépendance  et  n’ont  bénéficié  que  de  faibles  budgets  pour  leur  entretien  et  
leur  sauvegarde  eu  égard  à  la  situation  générale  du  pays  qui  conférait  à  d’autres  secteurs  la  
priorité,  tels  l’éducation,  la  santé,  l’industrie...etc.  

Pour   les   deux   plans   quinquennaux(1980-­‐1984   et   1985-­‐1989)   qui   consacrèrent   de   plus  


importantes  enveloppes  au  développement  des  infrastructures  de  base  dans  l’optique  de  :  
 
1. Augmenter  les  capacités  et  les  rythmes  des  réalisations    
2. Lancer  les  travaux  de  réalisation  des  évitements  des  grands  périmètres  urbains.  
3. Poursuivre  les  opérations  locales  de  désenclavement  
4. Démarrer  les  travaux  de  construction  de  nouveaux  ports  et  de  nouvelles  plates  formes  
aéroportuaires.    
 
Par   contre   les   années   90   ont   marqué   le   secteur   par   des   restrictions   budgétaires   et   une  
situation   conjoncturelle   défavorable   qui   ont   ralenti   la   cadence   des   projets   de  
développement   et   ont   réduit   les   programmes   sectoriels   aux   actions   de   sauvegarde   et   de  
préservation  du  patrimoine.  
Les   budgets   routiers   en   Algérie   sont   relativement   insuffisants   et   un   financement   extérieur  
important  est  nécessaire  afin  de  maintenir  la  priorité  de  I  ‘entretien  et  de  soutenir  les  efforts  
de   modernisation   et   de   formation   du   personnel   tout   en   garantissant   la   confiance   des  
bailleurs  de  fonds.  
Un  processus  de  modernisation  relativement  global  s'est  développé  et  dans  ce  contexte  est  
né  le  Sixième  projet  routier  qui  était  un  pas  important  vers  un  soutien  à  cet  effort  global  de  
modernisation   et   la   justification   de   I   ‘engagement   de   la   Banque.   Le   bon   entretien   de  
l'infrastructure   routière   est   essentiel   pour   le   développement   économique,   car   les   routes  
supportent  le  gros  du  trafic.  
 
Au   cours   des   années   90   le   Ministère   des   Travaux   a   entrepris   un   ensemble   d’actions  
volontaristes  d’aménagement  de  liaisons  de  désenclavement  des  hauts  plateaux  et  du  grand  
sud.  

• Réalisation  de  la  route  Illizi  –  Djanet  sur  406  Km  


6  
 
• Réalisation   de   la   liaison   entre   Brézina   dans   la   wilaya   d’El   Bayadh   et   Metlili   dans   la  
wilaya  de  Ghardaia  sur  347  Km.  
• Construction  de  la  route  Messaad  -­‐  Touggourt  dans  les  wilayas  de  Djelfa  et  Ouargla  
• Construction  de  la  liaison  Tiaret  -­‐  El  Bayadh  
 
Période  de  1999  –  2016  

Le   réseau   routier   a   connu   depuis   1999   une   nouvelle   dynamique   suite   a   l’évolution   des  
budgets  alloués  à  travers  les  différents  programmes.  

En  1999,  l’Algérie  disposait  d’un  patrimoine  infrastructurel  composé  de  :  


§ 104  000  km  de  routes  dont  73  000  Km  revêtues  ;  
§ 49  km  autoroute  Est-­‐Ouest  ;  
§ 3  900  ouvrages  d’art  ;  
 
LES  GRANDES  LIVRAISON  DE  1999  –  2016  

• La  réalisation  de  l'autoroute  Est/Ouest  sur  de  (1096Km).    


•  La  réalisation  de  la  1ère  rocade  sud  d’Alger  
• La  réalisation  de      2ème  rocade  sud  d'Alger  entre  Boudouaou  et  Zéralada  sur  200  Km  y  
compris  les  pénétrantes.  
• Etude   des   3ème   et   4ème   rocades   sur   500   Km   pour   favoriser   davantage   les  
déplacements  Est/Ouest  et  Nord/Sud.    
• Etude  et  réalisation  du  dédoublement  de  la  RN  01  sur  478  Km.  
• Etude   et   réalisation   de   la   voie   express   Bou   Ismail   /   Cherchell   avec   raccordement   à  
l'autoroute  Est/Ouest  sur  65  Km.  
• Le   parachèvement   de   la   réalisation   de   la   route   Transsaharienne   (branche   nigérienne)  
et  remise  en  état  de  la  RN  1  entre  le  nord  de  Tamanrasset  et  Blida.  
• Le  parachèvement  des  travaux  de  la  voie  express  Oran  –  Ain    Témouchent.  
• La  réalisation  de  4.050  Km  de  routes  
• Le  désenclavement  des  régions  des  Hauts  Plateaux  et  du  Sud  par  la  réalisation  de  2  
364  Km  de  routes.  
• La  modernisation  des  pénétrantes  Nord/Sud  (RN  6,  RN  16,  RN  23,  RN  8,  RN  28,  RN  45,  
RN  22,  RN  19,  RN  3  et  RN  50)  sur  près  de  800  km.  
• L'aménagement   des   routes   côtières  :   Ce   programme   concerne   des   actions   de  
modernisation  des  axes  existants  :  la  RN  11,  la  RN  24,  la  RN  9  et  la  RN  43  sur  400  km.  
• Réalisation  de  742  ouvrages  d'art  
 
 
1/   1999-­‐2001  :   malgré   les   difficultés   rencontres   la   livraison   de   plusieurs   kilomètres   a   été  
enregistré  pendant  cette  période  

• Livraison  de  407  km  de  routes  


• Construction  et  rénovation  de  160  ouvrages  d’art  
 

7  
 
2/  2001  –2004  :  cette  période  s’est  caractérise  par  :  

• la  modernisation  et  la  remise  en  état  de  1  600  Kms  de  routes  nationales  ;  
• la   réalisation   de   plusieurs   projets   routiers   et   autoroutiers  (450   Km   de   routes   de  
désenclavement,   43  Km  d’autoroutes,   46  Km   de   rocades   et   de   contournement   et   47  
ouvrages  d’art)  
3/  Etape  2005-­‐2009  :  rattrapage  des  retards  cumulés  durant  les  dernières  décennies  ;  

• Livraison  de  445  km  d’autoroute  


• Livraison  de  3400  km  de  routes  
• Construction  et  rénovation  740  ouvrages  d’art  
 
4/   Etape   2010-­‐2016,   durant   cette   période   une   grande   évolution   du   réseau   routier   a   été  
enregistrée  :  

• Livraison  de  609  km  d’autoroute  


• Livraison  de  4400  km  de  routes  
• Construction  et  rénovation  de  890  ouvrages  d’art  
 
 

 
 

 
 

8  
 
 
 

 
Evolution  de  la  consistance  du  réseau  routier  de  1999-­‐2016  
 

120000  

100000  

80000  

60000  

40000  

20000  

0  
1962   1999   2007   2016  
 
 

9  
 
Aujourd’hui  la  Consistance  du  réseau  routier  selon  gabarit  est  la  suivante  :  

Ratio  
Longueure     Revêtus   2X2  voies   3  voie  et  
Classe   Ratio  (%) revêtement  
(Km) (km) (km) plus
(%)  
Autoroutes 1  096 0,9 1  096 100 -­‐ 1  096
Routes  exprss 3  348 2,7 3  348 100 3  168 180
Routes  
31  708 25,5 29  430 93 2  291 256
Nationales  
Chemin  de  
24  357 19,6 21  960 90 173 -­‐
Wilaya  
Chemin  
63  598 51,2 43  000 68 15 -­‐
communal
Total 124  107 98  834 80% 5  647 1  532  
 
 
EVOLUTION  DU  PARC  OUVRAGE  D’ART  EN  ALGERIE  :  
 
Le   parc   Ouvrages   d’art   est   passé   de   800   en   1962   à   environ   5000   ouvrages   d’art   en   2007   soit  
6   fois   plus   d’ouvrages,   dont   742   ouvrages   d’art   réalisés   à   partir   de   1999.   Au   jour  
d’aujourd’hui   le   parc   national   d’ouvrages   d’art   compte   plus   de   10   500   ouvrages   d’art  
routiers   et   autoroutiers.   Plusieurs   grands   ouvrages   d’art   dits   «  Viaducs   exceptionnels  »   ont  
été  réalisés,  il  s’agit  de  :  

Ø Viaduc  Transrhumel  «  Pont  Salah  Bey  »  à  Constantine    


Ø Viaduc  radiale  Oued  Ouchaih  à  Alger  
Ø Viaduc  Oued  Rekham  
Ø Viaduc  oued  Djer  
Ø Viaduc  de  Tlemcen  
 
Le  Viaduc  Transrhumel  «  Pont  Salah  Bey  »  à  Constantine  le  premier  du  genre  En  Algérie  :  
 
La  ville  de  Constantine  constitue  un  nœud  central  de  communication  à  l’intérieur  du  pays,  
à  ce  titre,  elle  constitue  un  véritable  carrefour.  
Sa   position,   ajoutée   à   son   rôle   économique   et   administratif   concentrés   au   centre-­‐ville,  
ont  un  effet  négatif  sur  son  fonctionnement  en  tant  que  métropole.    Elle  se  caractérise  
notamment  par  :    
• Un  centre  étouffé  ;  

10  
 
• Ville  congestionnée  ;  
• Un  réseau  routier  urbain  saturé.    
 
Sur  la  base  de  cette  situation,  la  wilaya  de  Constantine  a  bénéficié  d'une  opération  pour  la  
réalisation  d'un  ouvrage  de  grande  envergure.  Il  s’agit  du  Viaduc   Salah   Bey,  un  ouvrage  d’art  
exceptionnel  qui  marquera  les  grandes  réalisations  modernes  de  l’Algérie.  Ce  grand  viaduc  
permettra  de  :  
Ø Prendre  en  charge  les  déplacements  actuels  et  futurs  en  assurant  à  terme  un  drainage  
rapide  du  trafic  du  centre-­‐ville  vers  l’Autoroute  Est  /Ouest.  
Ø Substituer  le  pont  de  Sidi  Rached,  en  cas  de  défaillance  de  ce  dernier.  
Ø Relier   la   rive   Est   et   la   rive   Ouest   en   surplombant   les   gorges   du   Rhumel,   la   RN   3   et   la   voie  
ferrée.  
Ø Constituer  une  œuvre  d’envergure  qui  marquera  les  grandes  réalisations  de  l’Algérie  
moderne.  
Ø Apporte  des  solutions  d'urgence  au  problème  de  la  circulation  au  niveau  de  la  Wilaya  de  
Constantine.  
Ø Assure  une  bonne  fluidité  du  trafic  et  améliore  le  confort  de  l’usager.  
 
Le   pont   Salah   Bey,   est   d’une   conception   exceptionnelle   (pont   haubané   franchissant   l’oued  
Rhumel),  situé  dans  un  site  urbain  et  construit  sur  des  versants  à  complexité  géologique  et  
géotechnique,  ce  qui  a  constitué  un  défi  technologique.  Il  fait  partie  de  la  liaison  urbaine  en  
2x  2  voies  reliant  la  place  ONU  côté  Sud  à  Ziadia  côté  Nord.  
 Cet  ouvrage,  d’une  longueur  totale  de  756  m  et  d’une  largueur  de  28  m  avec  deux  pylônes  
atteignant  136  mètres  de  hauteur,  est  accompagné  par  un  système  de  monitorage  pour  le  
suivi  de  son  comportement  durant  toute  sa  vie.  
Le  pont  Salah  Bey,  livré  à  la  circulation  le  26  Juillet  2014,  représente  un  jalon  dans  l’histoire  
des   grands   ouvrages   d’art   construits   en   Algérie,   tout   en   permettant   d’apporter   une   valeur  
ajoutée   au   paysage   urbain   de   la   ville   de   Constantine   et   d’améliorer   le   cadre   de   vie   des  
habitants.  
 

CONFIGURATION  DU  RESEAU  ROUTIER    

Le  réseau   routier  algérien   demeure   l'un   des   plus   denses   du   continent   africain,   sa   longueur  
est  de  124  107  km    

Il   est   dense   dans   la   frange   nord   du   pays,   assez   lâche   sur   les   hauts   plateaux   et   se   réduit   à  
quelques  axes  dans  le  sud.  

 
 
 
 
11  
 
Utilisation  des  produits  innovants  en  Algérie  :  
 
Le  BBME  
En  Algérie,  ces  dernières  années,  la  chaussée  routière  supporte  un  trafic  devenu  de  plus  en  
plus   agressif   Un   parc   roulant   en   croissance   sans   cesse   de   2.5   millions   en   1997   à   5  
millions  de  véhicule  en  2016  avec  20%  de  poids  lourds  dans  des  conditions  climatiques  
sévères   Impacte   climatique   notamment   dans   la   région   où   les   températures   de   la  
chaussée  varies  de  -­‐5°c  à  plus  de  50°c    
 
Fissuration  de  Fatigue                                                                                                                        Fissuration  par  le  froid  

 
 
 
Dans   de   telles   conditions,   l’enrobé   bitumineux   classique   subit   des   dégradations   importantes   et  
irréversibles   tel   que   l’orniérage   et   la   fissuration.   Plusieurs   sections   routières   sont  
endommagées   avant   l’heure.   Pour   augmenter   la   durée   de   vie   des   chaussées   et   préserver  
l’environnement   Aussi,   le   choix   des   matériaux   de   structure   revêt   une   grande   importance.   En  
Algérie  et  en  faveur  du  développement  durable,  le  choix  à  passer  a  l’utilisation  des  enrobés  à  
hautes   performances   à   savoir   le   Béton   Bitumineux   à   Module   Elevé   (BBME).   L’adoption   de  
ces  enrobés  au  niveau  des  axes  routiers  les  plus  sollicités  a  montré  beaucoup  d’avantages  :  
• En  surface  :  Une  bonne  résistance  à  l’orniérage  
• En   structure  :   de   bonnes   performances   mécaniques   en   terme   de   rigidité   (Module  
élevé)   permettent   de   réduire   sensiblement   les   épaisseurs,   de   l’ordre   de   20   à   25   %,  
d’où  un  intérêt  économique  non  négligeable  
• Une  augmentation  de  la  durée  de  vie  de  la  chaussé  et  un  apport  structurel  important  
avec  un  changement  des  habitudes  en  matière  de  teneur  en  liant  des  couches.  
 

 
 
 

12  
 
 
Conclusion  :  
Les  routes  constituent  l’un  des  éléments  indispensables  à  la  croissance  et  au  développement  
socio-­‐économique.  
L’infrastructure  routière  reste  l’un  des  piliers  du  développement  en  vues  de  l’accélération  de  
la   croissance   et   de   la   réduction   de   la   pauvreté.   Compte   tenu   des   défis   liés   à   la  
mondialisation.  
 
Conscient   du   rôle   important   des   infrastructures   routières   dans   le   développement   des  
nations   l’Algérie   a   axé   ses   efforts   depuis   l’indépendance   sur   la   préservation   de   son   réseau  
routier,   sa   modernisation   et   son   adaptation   en   fonction   de   l’évolution   des   besoins   de  
transport.  
 
 
 

13