Vous êtes sur la page 1sur 43

bien respirer pour mieux parler

l’air

aliment de vie

et de voix

exercice de respiration

Réveille-toi vent du nord et viens vent du midi

Réveille-toi vent du nord et viens vent du midi

Réveille-toi vent du nord et viens vent du midi

dire les 3 lignes fort et lentement après une seule inspiration

poser - placer - projeter

le repos de la voix : ton medium

l’élaboration d’une parole : mise en bouche

l’expression orale : envoi à destination

pour définir son ton médium

à un ami qui passe au loin:

est-ce que tu viens avec nous ?

(voix de tête)

à un ami proche:

salut, je suis content que tu sois là

(voix médium)

face à quelque chose de repoussant:

ah non, quelle horreur !

(voix de poitrine)

articuler

donner à chaque voyelle et chaque consonne sa netteté, sa pureté, en ouvrant bien la bouche et en veillant à bien différencier les syllabes entre elles

selon A. et M. Combes

la voix, c’est vitesse de débit rythme pauses (silences) volume intonation
la voix, c’est
vitesse de débit
rythme
pauses (silences)
volume
intonation

intonation

La plupart du temps, les paroles ne signifient point par elles-mêmes, mais par le ton dont on les dit.

Montesquieu,“L’esprit des lois”

?

!

?!

,

:

( )

“ “

question

exclamation, émotion affirmation surprise énumération

exclamation, émotion affirmation surprise énumération
exclamation, émotion affirmation surprise énumération

conséquence ouverture à une suite annexe citation

conséquence ouverture à une suite annexe citation
conséquence ouverture à une suite annexe citation

.

fin d’une idée

les intonations de base (ponctuations orales)

dire “OUI” pour exprimer

une opinion une affirmation une interrogation “pas possible” “c’est possible mais j’en doute” “j’y consens” une promesse solennelle

Soyez pénétré de ce que vous lisez, et votre âme vous donnera, sans que vous y pensiez, des attitudes convenables, comme des intonations justes, comme des gestes naturels!

Mennechet.,“Etudes sur la lecture à haute voix”, p. 169-170

accentuer

mettre en valeur, distinguer un mot ou une portion de phrase

accent d’intensité : force expiratoire, volume sonore

variation de débit (ralentissement / accélération)

accent musical (changement de mélodie)

encadrement par des pauses

articulation marquée (détachement des syllabes)

selon A. et M. Combes

pauses

“Une lecture sans pauses suffisantes est une communication descendante qui n’appelle ni remarque, ni réflexion, ni sentiment. C’est le cas d’une information communiquée ou d’indications pratiques. Mais dans le cas d’une lecture qui peut éventuellement susciter réactions ou prises de position, émotions, intériorisation, etc. l’absence de pauses suffisantes bride la liberté de l’auditeur, envahit son univers sonore en lui laissant peu de chances d’entrer en dialogue, en relation avec ce qui est dit. La pause est donc la liberté donnée à l’autre d’échanger avec le texte et son contenu.”

Alain et Marion Combes

valeur des pauses sens toute petite accueil petite clin d’oeil moyenne réflexion longue invitation
valeur des pauses
sens
toute petite
accueil
petite
clin d’oeil
moyenne
réflexion
longue
invitation

équilibre et variété

pour la voix et le corps

variété

équilibre et variété pour la voix et le corps variété repos variété un extrême un point

repos

et variété pour la voix et le corps variété repos variété un extrême un point d’équilibre

variété

un

extrême

et variété pour la voix et le corps variété repos variété un extrême un point d’équilibre

un point d’équilibre

et variété pour la voix et le corps variété repos variété un extrême un point d’équilibre

l’autre

extrême

et variété pour la voix et le corps variété repos variété un extrême un point d’équilibre
attaques articulation finales
attaques
articulation
finales

pour se faire comprendre

accent

"Soyez ce que vous êtes, car il vaut mieux une adhésion complète entre la voix et le personnage."

(Jacques Séguéla, conseiller en communication, à François Mitterand pour sa première campagne présidentielle)

l’expression orale, c’est

accepter de se dévoiler, chacune et chacun avec ses spécificités uniques

donner de sa personne, cherchant à offrir ce qu’il y a de plus personnel

énergie et sincérité

harmonie et conviction

source : Philippe Morand, formateur SSR

pour bien parler il faut

être dedans, engagé dans son sujet

être mobilisé, aller au combat

raconter avec “respiration du sens”

se faire confiance (aller avec ce qu’on est et ce qu’on a)

faire confiance aux mots dits avec précision

travailler

source : Philippe Morand, formateur SSR

4 règles pour la communication

maxime de quantité

ne donner ni plus ni moins d’information que ce qui est requis (rester pertinent)

maxime de qualité

ne pas affirmer ce que l’on croit être faux (ne pas mentir)

maxime de relation

parler “à propos” (en respectant les règles de politesse en usage)

maxime de modalité

parler clairement (éviter la profusion, l’ambiguïté, la brièveté)

selon H. P. Grice,“Logique et conversation”, Communication, nº 30, 1979

pour communiquer efficacement

loi de proximité

principe de concision

parole engagée (je)

parole illustrée

parole proposée

loi de proximité

proche dans le temps

proche dans l’espace

thème d’actualité

lien à la culture, l’histoire

lien à la vie sociale, professionnelle, affective

être pleinement présent,“en direct”

avoir conscience du temps pour l’autre (intérêt, rythme)

s’adapter aux circonstances

prévoir des respirations (exemple, humour) et des “jokers”

oser les pauses

maîtriser le temps

Who

qui

What

quoi

When

quand

Where

Why

pourquoi

How

comment

les questions des journalistes

Dieu
Dieu
8. proposer le contenu 1. choisir le sujet 7. exercer la prise de parole 2.
8. proposer
le contenu
1. choisir
le sujet
7. exercer la
prise de parole
2. déterminer
l’objectif
audience
6. organiser
le discours
3. lister les
points centraux
5. rassembler
les matériaux
4. détailler
les sous-points

préparer une prise de Parole en servant Dieu et aimant son prochain

prise de parole et prière

L’apôtre Paul n’était pas un novice en matière de communication. Il avait bénéficié d’une éducation supérieure dans deux cultures différentes, prêché dans tout l’Empire romain et écrit la majeure partie du Nouveau Testament. Mais lui était conscient de l’importance de la prière des autres chrétiens pour lui, de façon que “la parole, quand j’ouvre la bouche, me soit donnée pour faire connaître avec hardiesse le mystère de l’Evangile” (Ephésiens 6,19). Il ne pouvait remporter les batailles spirituelles liées à la proclamation de l’Evangile sans l’intercession des autres.

Bonne Nouvelle Contemporaine

Nous devons utiliser les Ecritures correctement et avoir une bonne compréhension de la vérité. Mais c’est là la partie facile de notre mandat ; la partie la plus difficile est de relever le même défi que Jésus, c’est-à-dire de rendre le message compréhensible pour notre génération et notre culture.

Landa Cope, Communiquer comme Christ, p. 84

 

arguments

 

développements

 

exemples

   

transitions

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

points principaux

mots clés

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

points secondaires

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

exemples

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

images

chiffres

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

conséquences

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

contrastes

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.