Vous êtes sur la page 1sur 40

ISEMENE

 Michael  
GUEGANIC  Yann  

Scénario  de  réutilisation  de  


satellites  géostationnaires  en  
orbite  cimetière  
[Document  Subtitle]  

Michael  Isemene,  Yann  Gueganic  –  AEROSPAE  5  ISS  

PROMO 2010
Remerciements  
 

Nous  tenons  à  remercier  tout  particulièrement  M.  Yves  Blin,  le  Centre  National  
d’Etudes  Spatiales,  ainsi  qu’Astrium  Toulouse  pour  leur  aide  précieuse  dans  ce  projet.    

 
2   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  
 
 

Table  of  Contents  


Introduction....................................................................................................................... 4  
I-­‐   Présentation  du  projet ................................................................................................. 5  
a)   Un  peu  d’histoire  et  mise  en  avant  des  enjeux ........................................................................5  
b)   Objectifs ...................................................................................................................................... 7  
c)   Motivations  (économique,  scientifique,  environnemental) .................................................... 7  
II-­‐   Etude  préliminaire ...................................................................................................... 9  
a)   Spécifications .......................................................................................................................... 9  
b)   Quantification  et  recherche  des  efforts  auxquels  est  soumis  un  satellite  en  GEOC1........... 11  
c)   Choix  des  équations  régissant  les  effets  de  la  pression  de  radiation.................................... 13  
III-­‐   Développement  de  l’algorithme  de  calcul  Matlab .................................................... 15  
a)   Initialisation  de  l’algorithme..................................................................................................... 15  
b)   Les  différents  cas  de  vol ............................................................................................................ 17  
1.   Premier  cas  de  vol  :  Vol  avec  les  panneaux  non  pilotés  (α=0°) ............................................. 17  
2.   Deuxième  cas  de  vol  :  Vol  avec  les  panneaux  pilotés  (α=45°) ............................................... 19  
3.   Troisième  cas  de  vol  :  Vol  avec  un  seul  panneau  (α=90°) .................................................... 20  
c)   Synthèse  des  résultats................................................................................................................ 21  
Conclusion ....................................................................................................................... 24  
Annexes ........................................................................................................................... 25  
a)   Calculs  issus  de  la  mécanique  spatiale .................................................................................... 26  
b)   Calcul  de  la  masse  morte ..........................................................................................................27  
c)   Code  matlab .............................................................................................................................. 28  
d)   Plan  de  management  du  projet  pour  les  générations  futures ................................................38  
Bibliographie.................................................................................................................... 40  
 

 
 

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   3  


 
 

Introduction  
 

Et   si   dans   l’espace,   tourner   ne   devenait   qu’une   histoire   de   vent  ?   Les   satellites  


géostationnaires     «  morts  »   (qui   n’ont   plus   de   carburant)   sont   expédiés   sur   une   orbite  
dite   cimetière   où   ils   errent   sans   gêner   les   autres   appareils   opérationnels.   Quelles   que  
soient  les  raisons  de  sa  mise  hors  service,  un  satellite  est  rarement  totalement  détérioré  
quand  il  est  mis  de  coté.  C’est  le  coté  dommageable  puisqu’aussi  bien  que  l’on  ne  met  pas  
une  voiture  à  la  casse  quand  elle  tombe  en  panne  sèche,  il  existe  peut  être  des  solutions  
pour  les  satellites  d’être  manœuvrés  «  post  mortem  ».  

Le  principe  étudié  durant  ce  projet  pour  le  pilotage  des  satellites  sans  carburant  
est   d’exploiter   leur   voilure   –   autrement   dit   leur   surface   d’exposition   au   Soleil   –   pour  
profiter  de  l’effet  du  vent  solaire  et  ainsi  produire  une  accélération.  Accélération  qui  nous  
permettra  de  piloter  l’engin  afin  de  le  manœuvrer.  

Le   contexte   actuel,   tant   économique   que   matériel,   couplé   aux   pronostics   en  


termes   d’utilisation   de   notre   espace   tend   à   nous   conforter   dans   notre   idée   que   la  
manœuvre  sans  propergol  est  viable.  De  plus,  l’utilisation  active  de  ces  satellites  pourrait  
ouvrir   des   perspectives   intéressantes   pour   les   différents   acteurs   de   ces   orbites,   autant   les  
militaires  que  les  opérateurs  de  télécommunication.  

Notre   projet   s’articule   donc   autour   d’une   simulation   numérique   qui   nous  
permettra  premièrement  de  mesurer  les  effets  de  la  pression  de  radiation  solaire  sur  un  
satellite   en   orbite   cimetière,   puis   d’analyser   ces   données   et   de   trouver   des   moyens   d’en  
optimiser  le  rendement.  L’analyse  finale  nous  dira  si  le  système  est  viable  tel  quel  ou  si  
d’autres   travaux   de   recherche   et   développement   sont   nécessaires   pour   rendre   notre  
satellite  d’orbite  cimetière  utilisable.  

4   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  


 
 

I-­‐ Présentation  du  projet  


 

C’est   au   cours   d’une   leçon   sur   les   débris   spatiaux,   que   nous   est   venu   l’idée   de  
trouver   un   moyen   pour   limiter   la   prolifération   de   ces   derniers   sur   l’orbite  
géostationnaire.  Notre  inquiétude  s’est  focalisée  pour  cette  orbite  particulière  car  les  
satellites   y   arrivant   en   fin   de   vie   ne   sont   pas   rapatriés   sur   Terre   pour   bruler   dans  
l’atmosphère.   Ils   sont   par   mis   sur   une   orbite   dite   cimetière   et   leur   nombre   ne   cesse  
d’augmenter.  

a) Un  peu  d’histoire  et  mise  en  avant  des  enjeux  


 

Le   marché   du   satellite   est   porté   depuis   ses   débuts   par   une   croissance  
exponentielle.   Depuis   Spoutnik   1   en   1957,   ce   sont   plus   de   5   900     satellites1   qui   ont   été  
placés   en   orbite   autour   de   la   Terre.   Au   15   Février   2010,   ce   sont   aussi   15   528   objets2  
répertoriés  par  le  Norad  comme  orbitant  autour  de  notre  planète.  

 
Etat  de  l’espace  spatial  Terrien  de  nos  jours  –  Source  :  ESA  

La   croissance   s’accélère,   notamment   grâce   aux   applications   pour   les  


télécommunications   qui   portent   des   projets   aux   dimensions   pharaoniques.   Que   ce   soit  
pour   les   orbites   basses   et   leurs   constellations   (Iridium   –   81   satellites,   Globalstar   –   56  
satellites),   ou   l’orbite   géostationnaire   et   ses   énormes   satellites.   Mais   l  ‘espace  

                                                                                               
1
 Site  de  vulgarisation  scientifique  de  l’Université  de  Liège  
(http://reflexions.ulg.ac.be/cms/c_9511/spoutnik-­‐premier-­‐satellite-­‐artificiel)  
2
 Registre  officiel  des  immatriculations  spatiales.  SATCAT  Boxscore  
(http://celestrak.com/satcat/boxscore.asp)  
Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   5  
 
d’orbitation   autour   de   la   Terre   n’est   pas   infini   et   la   pollution   spatiale,   qui   a   progressé  
aussi  vite  que  la  conquête  de  l’espace,  a  fait  apparaître  un  phénomène  de  congestion  qui  
pose  depuis  quelques  années  de  vrais  problèmes.  

L’orbite   géostationnaire   cimetière   se   sature   à   mesure   que   les   satellites   arrivent  


en   fin   de   vie,   alors   que   les   utilisateurs   de   ce   secteur   spatial   remplacent   leurs   appareils  
sans  penser  à  une  manière  de  rapatrier  ceux  qui  ne  sont  plus  manœuvrables.  

C’est   là   toute   l’ambigüité   de   la   question.   Un   satellite   géostationnaire   est  


considéré   mort   lorsqu’il   n’a   plus   suffisamment   de   propergols   pour   être   manœuvré   en  
attitude   ou   en   orbite.   C’est-­‐à-­‐dire   que   certains   sont   encore   fonctionnels   quand   ils   sont  
expédiés  sur  orbite  cimetière.  

Partant  de  ce  postulat,  il  est  évident  que  si  on  arrivait  à  se  servir  de  ces  machines  
«  mortes  »,  tout  ou  partie  de  leur  travail  serait  rempli,  et  le  remplacement  immédiat  du  
satellite  deviendrait  optionnel.  

Les  avantages  se  comptent  alors  simplement  :  

-­‐ Economiquement,   l’allongement   de   la   durée   de   vie   d’un   satellite  


permettrait  à  son  propriétaire  de  s’y  fier  pour  plus  longtemps  et  de  mettre  par  exemple  
l’accent  sur  les  technologies  embarquées,  alors  prévues  sur  plus  long  terme.  

-­‐ Scientifiquement,   le   développement   des   technologies   embarquées   et   la  


conception   d’appareils   qui   devront   vivre   plus   longtemps   favorisera   le   progrès   technique  
car  les  projets  de  R&D  seront  programmés  sur  une  plus  longue  durée.  Aussi,  les  satellites  
seront  appelés  à  être  plus  autonomes  dans  leur  fonctionnement.    

-­‐ Le  gain  en  terme  d’environnement  sera  évident  :  moins  de  satellites  envoyés  
=   moins   de   congestion   =   moins   de   pollution   et   de   débris.   C’est   aussi   synonyme   d’une  
conception  facilitée  et  d’un  travail  d’exploitation  dépendant  de  moins  de  paramètres.  

Enfin,   d’un   point   de   vue   stratégique,   cette   solution   peut   intéresser   les   acteurs   du  
marché.   Les   opérateurs   de   télécommunication   y   trouveraient   un   moyen   de   disposer   de  
backup  temporaire  sans  avoir  à  ajouter  d’élément  redondant.  Ils  pourraient  aussi  y  voir  
un   moyen   d’améliorer   leur   service   en   profitant   d’un   moyen   de   relayer   les   informations  
entre   leurs   différents   satellites   géostationnaires.   Pour   les   militaires,   si   le   système   permet  
de  suffisamment  piloter  un  satellite  pour  l’amener  où  l’on  veut,  c’est  un  nouveau  moyen  
de  surveillance  qui  s’offre  à  eux,  à  une  échelle  de  vision  plus  globale.  Et  de  même  que  pour  
les   satellites   de   télécommunication,   c’est   un   système   de   relai   de   signaux   qui   peut   être  
imaginé.  

6   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  


 
 

b) Objectifs  
 

Le  but  de  ce  sujet  est  de  trouver  une  solution  palliative  à  la  mise  au  rebus  des  
satellites  qui  ne  possèdent  plus  de  réserve  suffisante  en  hydrazine  pour  que  l’on  puisse  
assurer  leur  maintien  à  poste.  C’est  pour  cela  que  nous  parlons  de  scénario  de  
réutilisation,  tout  en  sachant  que  si  cette  solution  peut  s’appliquer  à  un  satellite  en  orbite  
géostationnaire  cimetière,  elle  pourrait  s’appliquer  à  n’importe  quel  autre  satellite  encore  
fonctionnel,  et  donc  augmenter  sa  durée  de  vie  qui  est  de  15  ans  aujourd’hui.  

  Par  la  même  occasion  cette  étude  permet  de  mettre  en  application  une  parte  du  
cours  de  mécanique  spatiale,  sur  les  perturbations  orbitales.  

c) Motivations  (économique,  scientifique,  environnemental)  


 

La  situation  économique  actuelle,  est  une  situation  de  crise.  Le  temps  des  grands  
projets   qui   se   succèdent   a   laissé   place   à   un   marché   du   satellite   où   il   est   important   de  
développer  des  systèmes  moins  onéreux  et  durables.  On  veut  des  appareils  moins  chers,  
avec  une  plus  grande  durée  de  vie,  plus  performants  et  plus  légers.  Le  défi  technique  est  à  
la   hauteur   de   l’objectif.   On   demande   des   satellites   plus   vieux,   donc   contenant   plus   de  
carburant,   mais   plus   légers.   Le   paradoxe   est   tel   qu’il   devient   nécessaire   de   rechercher  
d’autres  moyens  pour  y  parvenir.  D’autant  que  lancer  toujours  plus  d’objets  est,  comme  
nous   l’avons   vu   plus   haut,   devenu   une   impasse   quant   au   développement   de   notre  
utilisation  de  l’espace.    

Si  la  thèse  de  développement  d’un  système  de  nettoyage  spatial  n’est  pas  encore  
vraiment   envisagée,   les   concepteurs   de   satellites   commencent   à   penser   à   des   systèmes  
leur   permettant   d’utiliser   leurs   satellites   un   peu   plus   longtemps   que   la   quantité   de  
propergols   embarquée   ne   le   suggère.   C’est   le   principe   de   voile   solaire,   détournée   de   son  
utilisation  à  l’exploration,  et  appliquée  au  pilotage  en  orbite.  Techniquement,  l’équation  
paraît   difficilement   soluble.   Pour   atteindre   des   valeurs   de   vitesse   et   d’accélération  
exploitable,  il  est  question  d’augmenter  la  surface  d’exposition.  Or  la  surcharge  de  poids  
occasionnée   impacterait   directement   sur   la   masse   d’ergols   embarquée   et   donc   sur   la  
durée   de   vie   préliminaire   du   satellite.   L’intérêt   est   donc   de   mettre   au   point   le   scénario  
avec  le  satellite  dans  sa  configuration  actuelle  et  d’observer  comment  il  réagit.    

Le  phénomène  de  congestion  devient  de  plus  en  plus  important  et  le  nombre  de  
débris  qui  menacent  les  systèmes  opérationnels  est  alarmant.  Ce  constat  est  avéré  sur  les  

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   7  


 
orbites  basses  où  des  cas  célèbres  font  acte  de  foi  (satellite  Cerise  –  1996,  Iridium-­‐33  et  
Cosmos-­‐2251   –   2009).   Il   est   donc   largement   temps   d’imaginer   de   nouvelles   solutions  
permettant  de  freiner  cette  congestion.  Et  si  le  problème  est  un  peu  différent  pour  l’orbite  
géostationnaire,   –   qui   est   unique   –   l’accumulation   des   systèmes   satellitaires   conduit   à  
une   impasse.   L’espace   est   déjà   un   milieu   suffisamment   difficile   à   gérer   pour   être   rendu  
encore  plus  hostile  par  des  manœuvres  d’évitement  intempestives.  

8   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  


 
 

II-­‐ Etude  préliminaire  


 

Le   but   de   ce   paragraphe   est   de   vous   montrer   la   différence   qu’il   y   a   entre   l’orbite  


géostationnaire  viable  et  celle  dite  cimetière.  Les  résultats  présentés  ci-­‐dessous  sont  issus  
des  calculs  de  la  mécanique  spatiale  (cf.  annexe  1).    

a) Spécifications  
 

Orbite  géostationnaire   Orbite  géostationnaire  


Paramètres  
viable   cimetière  
Altitude  (Z)  en  km   35784   36084  
Vitesse  d’orbitation  
3074   3064  
(m/s)  
Excentricité   0   0  
Energie  Totale   -­‐4.72   -­‐4.69  
½  Grand  axe  (km)   42162   42462  
Période  d’orbitation   86164   87079  
(s)   23h56m04s   24h11m19s  
Paramètre  orbital  n  
7.29x10-­‐5   7.22x10-­‐5  
(s-­‐1)  
 

  Nous  avons  aussi  retenu  comme  particularité,  l’inclinaison  de  l’orbite  


géostationnaire  cimetière  à  1°  soit  i=1°.  

Nous   basons   à   partir   d’ici   notre   étude   sur   un   scénario   de   réutilisation   d’un  
satellite   de   la   famille   Astra.   Il   s’agit   du   satellite   ASTRA   1H   lancé   en   1999.   Nous   nous  
intéresserons   plus   particulièrement,   aux   données   indiquées   sur   la   carte   d’identité   du  
satellite  ci-­‐dessous  concernant  les  masses.  Nous  changerons  un  détail  qui  est  celui  de  la  
taille   des   panneaux   car   nous   portons   notre   étude   sur   un   satellite   avec   des   voilures   de  
taille  13m*3m.  

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   9  


 
 
 

10   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  


 
 

  A  partir  des  données  de  la  carte  d’identité  du  satellite  et  grâce  aux  connaissances  
acquises   en   propulsion   fusées   et   conception   satellite,   nous   avons   pu   déterminer   la   masse  
de  l’engin  en  fin  de  vie  (masse  morte).  

  Calcul  de  la  masse  morte  (cf  annexe  2)  

Masse  au  lancement  (Kg)   3690  


Masse  morte  (Kg)   1655    
 

b) Quantification  et  recherche  des  efforts  auxquels  est  soumis  un  satellite  en  GEOC1  
 

Notre   projet   repose   sur   une   théorie,   réutiliser   les   satellites   en   orbite  
géostationnaire   cimetière   grâce   à   la   pression   de   radiation   solaire,   en   utilisant   les  
panneaux  solaires  comme  des  voilures.    

La  pression  de  radiation  solaire  ou  vent  solaire,  induit  une  force  de  laquelle  nous  
avons   déduit   une   accélération.   Contrairement   aux   projets   effectués   sur   la   voile  
solaire,   nous   allons   nous   servir   de   cette   accélération   pour   piloter   notre   satellite   et  
assurer  son  maintien  à  poste.  

Dans  la  littérature,  nous  rencontrons  la  formule  suivante  pour  quantifier  la  force  
de  radiation  (cf.  Perturbations  Solaires).  

Avec  :    -­‐k=  coefficient  de  réflectivité  du  sat.  

  A=Section  de  choc  du  satellite  dans  la  direction  Satellite  -­‐  Soleil  

C  =Constante  Solaire  (Soleil  –  Terre),  à  titre  indicatif  C=0,463.10-­‐5N  /m2  

 
GEOC  :  Cimetery  Geostationnary  Orbit  

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   11  


 
Après  plusieurs  jours  de  recherches,  nous  avons  réussi  à  avoir  une  valeur  pour  la  force  de  
radiation  solaire,  de  la  part  d’un  ingénieur  d’  Astrium  Toulouse,  ce  qui  nous  a  permit  de  
calculer  par  la  suite  l’accélération  due  à  la  pression  de  radiation.  

  Ce  qui  donne  :  

  Dans  notre  cas,  la  section  de  choc  est  égale  à  78m2  pour  l’ensemble  du  satellite,  
d’où  

  A  partir  du  moment  où  nous  avions  pu  quantifier  la  force  de  pression  de  radiation  
s’appliquant  sur  notre  satellite,  nous  avons  tout  simplement  calculé  l’accélération  
induite.  

 
F = m × acceleration
 
F 6.1192872e − 03
acceleration = = = 3.6974545e − 06 m.s−2
m 1655
 

12   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  


 
 

c) Choix  des  équations  régissant  les  effets  de  la  pression  de  radiation  
 

  En   mécanique   spatiale,   il   existe   un   chapitre   basé   sur   les   perturbations   orbitales.  


Dans   ce   dernier,   nous   avons   l’expression   des   équations   de   Gauss   dans   deux   repères  
différents  rattachés  au  satellite.  Notre  choix  c’est  basé  sur  l’expression  des  équations  de  
Gauss   dans   le   repère   (T,   N,   W)   car   ce   dernier   fait   appel   à   des   données   que   nous   avons  
déjà  obtenues  dans  les  calculs  précédents.  Plus  particulièrement  la  vitesse  d’orbitation.  
 

  Les  équations  choisies  sont  donc  les  suivantes  :    

da 2
= 2 ×V ×T
dt n × a

de 1 ⎡ r ⎤
= × 2 × (e + cos(ν )) × T − sin(ν ) × × N ⎥
dt V ⎢⎣ a ⎦

di r × cos(ω + ν )
= ×W
dt n × a 2 × 1 − e 2
 
dΩ r × sin(ω + ν )
= ×W
dt n × a 2 × sin(i) × 1 − e 2

dω 1 r × cos(i) × sin(ω + ν )
= × [2 × sin(ν ) × T + (e + cos(E)) × N ] − ×W
dt V × e n × a 2 × sin(i) × 1 − e 2

dM 1 ⎡ ⎛ a × (1 − e 2 ) 2 ⎞ ⎤ r
=n− × ⎢2 × sin(E) × ⎜ + e ⎟ × T ⎥ + 1 − e 2 × × cos(ν ) × N
dt V × e ⎣ ⎝ r ⎠ ⎦ a

€   Afin  d’utiliser  ces  formules  correctement,  il  nous  fallait  aussi  déterminer  la  
matrice  de  passage  ,  du  repère  lié  au  satellite  à  celui  lié  au  système  solaire  héliocentrique.  
Les  tentatives  d’élaboration  de  cette  matrice  se  sont  finalement  soldées  par  une  
recherche  en  bibliothèque  d’où  nous  avons  pu  tirer  la  matrice  suivante  :  

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   13  


 
 

Axes   T   N   W  
X   Cosφ*Cosθ   Cosθ*Sinψ   -­‐Sinθ  
Y   -­‐Cosφ*Sinψ+Sinφ*Sinθ*Cosψ   Cosψ*Cosθ+Sinθ*Sinφ*Sinψ   Sinφ*Cosθ  
Z   Sinφ*Sinψ+Cosφ*Sinφ*Cosψ   -­‐Sinφ*Cosψ+Cosφ*Sinθ*Sinψ   Cosφ*Cosθ  
 

  Cette  matrice  nous  a  permis  de  projeter  l’accélération  due  à  la  pression  de  
radiation  sur  les  axes  du  repère  héliocentrique.  

14   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  


 
 

III-­‐ Développement  de  l’algorithme  de  calcul  Matlab  


 

  Dans  la  stratégie  adoptée  pour  traiter  ce  sujet,  nous  avons  pris  le  pli  d’observer  
d’abord  les  effets  de  la  pression  de  radiation  sur  les  paramètres  orbitaux  liés  au  satellite,  
le  demi  grand  axe  (a),  l’excentricité  (e),  et  l’inclinaison  (i).  De  ce  fait,  nous  avons  été  
emmené  à  élaborer  un  algorithme  de  calcul  sur  le  logiciel  Matlab  et  nous  servir  du  
logiciel  STK  pour  observer  les  effets  du  dv  induit  par  la  pression  de  radiation  solaire.  

  Cet  algorithme  repose  essentiellement  sur  du  calcul  itératif.  Il  nous  a  été  vraiment  
utile  car  les  périodes  de  visualisation  des  différents  deltas  induits  par  la  pression  de  
radiation  sont  tellement  grandes,  qu’il  ne  nous  était  pas  possible  d’effectuer  les  calculs  
avec  des  calculateurs  basiques.  

a) Initialisation  de  l’algorithme  


 

  Au  départ,  nous  avions  pris  comme  décision  d’observer  les  effets  de  la  pression  de  
radiation  sur  une  semaine,  mais  nous  nous  sommes  rendu  compte  assez  vite  que  les  
valeurs  étaient  trop  petites  pour  tirer  quelconques  conclusions.  De  ce  fait,  nous  avons  
étendu  la  fenêtre  de  visualisation  à  un  nombre  moyen  de  jours  par  mois.  Cela  consiste  à  
prendre  le  nombre  de  jours  par  an,  le  diviser  par  le  nombre  de  mois,  soit  :  

365,25
T= = 30,44 jours
12

T = 30,44 × orbitation satellite en GEO


 

T = 30,44 × 86164 = 2.6228e + 06 sec


 

Ce  qui  donne  le  code  suivant  :    



 

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   15  


 
 

%Paramètres Orbitaux
a0=42462000;
n=7.22*(10^(-5));
Prad=7.84524*(10^(-5));
S=78;
M=1655;
e0=0;
r=a0;
Vorb=3064
p=86164*30.44;
  Afin  de  rendre  le  rapport  plus  lisible,  le  scripte  Matlab  est  disponible  en  annexe  

16   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  


 
 

b) Les  différents  cas  de  vol  


 

Pour  l’interprétation  des  résultats,  nous  avons  décidé  de  séparer  le  vol  du  satellite  
en  3  cas  distincts  :  

1. Premier  cas  de  vol  :  Vol  avec  les  panneaux  non  pilotés  (α=0°)  
 

Dans  ce  cas  de  vol,  nous  laissons  le  satellite  en  attitude  classique,  c’est  à  dire  que  
les  panneaux  sont  tournés  vers  le  soleil  en  permanence,  formant  avec  le  corps  du  satellite  
un  angle  alpha  nul.  
 
 

 
α=0  
 

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   17  


 
 
 

Dans  cette  configuration,  nous  observons  au  bout  d’un  mois  d’exposition  à  la  
pression  de  radiation  les  informations  suivantes  :    

accélération  =  3.6975e-­‐06  

Vorb  =  3.0737e+03  m/s  

dv  =  9.6978  m/s  

⎮da⎮=  19.4324  km  

⎮de⎮= 0.0063  

⎮di⎮= 0.0032°  

Ces  valeurs  des  deltas  nous  indiquent  que  le  satellite  réagit  bien  à  la  pression  de  
radiation  solaire.  Cependant  la  valeur  du  dv  est  vraiment  supérieure  à  celle  obtenue  par  
mois  avec  de  la  propulsion  fusée,  elle  est  doublée  dans  le  cas  de  la  pression  de  radiation  
(il  faut  un  dv  de  4.16  m/s  par  mois  en  propulsion  fusée).  

18   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  


 
 

2. Deuxième  cas  de  vol  :  Vol  avec  les  panneaux  pilotés  (α=45°)  
 

Afin  de  réduire  les  effets  de  la  pression  de  radiation,  nous  avons  adopté  la  solution  
de  piloter  un  des  panneaux  du  satellite.  Cette  dernière  agissant  essentiellement  sur  la  
surface  de  choc,  nous  la  diminuions  pour  observer  les  répercussions.  Nous  avons  donc  
induit  un  couple  sur  l’une  des  ailes  de  telle  sorte  à  ce  que  α=45°  

 
α=45  
 

  Les  résultats  obtenus  avec  cette  modification  d’attitude  du  satellite  parlent  d’eux  
même.  En  effet  on  remarque  que  le  fait  de  diminuer  la  section  de  choc  influe  directement  
sur  tous  les  paramètres  énoncés  dans  le  cas  1.  D’où  :    

accélération  =  3.1560e-­‐06  

Vorb  =  3.0723e+03  m/s  

dv  =  8.2776  m/s  

⎮da⎮=  16.5791  km  

⎮de⎮= 0.0054  

⎮di⎮= 0.0027°  

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   19  


 
3. Troisième  cas  de  vol  :  Vol  avec  un  seul  panneau  (α=90°)  
 
Dans  ce  dernier  cas  de  vol,  nous  mettons  un  des  panneaux  en  éclipse  pour  
mesurer  l’effet  que  cette  configuration  de  vol  apporte  sur  les  paramètres  orbitaux  
décrient  par  le  satellite.  

 
α=90  
 

  Cette  configuration  de  vol  a  des  effets  très  importants  sur  les  paramètres  de  
orbitaux.  On  peut  voir  que  cela  correspond  à  la  moitié  des  résultats  du  cas  1.  

accélération  =  1.8487e-­‐06  

Vorb  =  3.0688e+03  m/s  

dv  =  4.8489  m/s  

⎮da⎮=  9.7013  km  

⎮de⎮= 0.0032  

⎮di⎮= 0.0016°  

20   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  


 
 

c) Synthèse  des  résultats  


 

Maintenant  que  nous  avons  fini  les  simulations  matlab,  nous  pouvons  établir  un  
comparatif  entre  chaque  configuration  de  vol.  Pour  cela,  nous  avons  édité  des  courbes  à  
partir  des  résultats  trouvés.  
 

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   21  


 
 

 
22   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  
 
 

 
 
  On  peut  voir  sur  ces  courbes  que  pour  les  différentes  valeurs  d’alpha,  les  
ordonnées  adoptent  le  même  comportement.  En  effet  les  deltas  mesurés  sont  plus  petits.  
On  pourrait  dire  à  ce  stade  que  le  pilotage  des  panneaux  permet  d’assurer  le  maintien  à  
poste,  mais  ça  serait  une  erreur  de  notre  par  d’opter  pour  une  tel  conclusion.  
 
Cette  décroissance  vient  du  fait  que  dans  la  simulation  matlab,  nous  repartons  
des  valeurs  initiales  des  paramètres  (a,  e,  i),  donc  même  si  le  pilotage  des  panneaux  nous  
donne  des  valeurs  dégressives  au  fur  et  à  mesure  que  nous  augmentons  la  valeur  d’alpha,  
nous  ne  sommes  pas  en  mesure  d’affirmer  que  nous  obtenons  une  force  propulsive  
suffisante  pour  assurer  le  maintien  à  poste  de  notre  satellite.  

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   23  


 
 

Conclusion  
 

A   la   vue   des   résultats   obtenus   lors   des   différents   cas   de   pilotage,   nous   pouvons  
conclure  que  le  pilotage  d’un  satellite  en  GEOC  n’est  pas  une  chose  facile,  car  le  pilotage  
des   surface   de   chocs   (panneaux   solaires)   nous   permet   seulement   d’observer   une  
diminution  les  valeurs  des  deltas  mesurés.    
 
De  plus  si  le  pilotage  d’un  panneau  permet  d’influer  sur  les  paramètres  orbitaux,  
nous   serions   capable   de   faire   mieux   en   pilotant   les   deux.   Mais   cela   implique   aussi   que  
nous   devons   maintenir   les   composants   de   notre   satellite   en   fonction.   Autrement   dit,  
nous   aurons   des   contraintes   d’exposition   des   panneaux   si   nous   voulons   que   notre  
satellite  reste  non  seulement  fonctionnel  mais  aussi  pseudo  pilotable.  
 
Pour  l’instant,  cette  étude  se  solde  par  des  incertitudes  concernant  les  manœuvres  
correctives   que   nous   pouvons   faire   avec   notre   satellite.   Mais   nous   pouvons  
essentiellement   retenir   que   plus   la   surface   de   choc   est   petite,   plus   nous   diminuons   nos  
deltas  v  et  nos  écarts  obtenus  par  l’itération  des  formules  des  Gauss  sont  petits.  
 

24   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  


 
 

Annexes  
 

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   25  


 
 

a) Calculs  issus  de  la  mécanique  spatiale  


 
Calcul du rayon du périgée

Rc = 6378 + 36084 = 42462 km

Calcul de la vitesse d'orbitation

µT 398600
Vorb = = = 3064 m /s
Rc 42462

Calcul de l'energie totale

V 2 µT
W = − = −4,69
2 Rc
On peut en déduire que nous sommes sur orbite de forme elliptique,
et le cercle est une forme particulière d'ellipse.

On en déduit l'excentricité  
e =0

1
Calcul du grand − axe
2

a = Rc = 42462 km

Calcul de la période orbitale

a3
T = 2π × = 87079 sec
µT

Calcul de n

µT
n= = 7.22e − 05 s−1
a3


26   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  
 
 

b) Calcul  de  la  masse  morte  


 
Type de satellite Astra 1H

Mi = 3690 kg
M orbite = 2300 kg
Isp = 270 sec

Pour maint enir un satellite à poste, il faut un ΔV = 50 (m /s) /an

50
(Ln(2300)− )
Mf = e 270×9.80655

Mf = 2257 kg  

Calcul de la masse consommée par an

M c = 2300 − 2257 = 43 kg

Calcul de la masse totale consommée en 15ans

MCT = 43 × 15 = 645 kg

Mft = Mf − MCT = 1655 kg

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   27  


 
 

c) Code  matlab  
 

Vous   trouverez   les   explications   du   code   matlab,   ainsi   que   le   relevé   des   paramètres  
(Workspace)  après  le  script.  

 
clear all;clc;
close all;clc;

%ParamËtres Orbitaux
a0=42462000;
n=7.22*(10^(-5));
Prad=7.84524*(10^(-5));
S=78;
M=1655;
e0=0;
r=a0;
Vorb=3064
theta=0;
phi=0;
psi=0;
i=1;

p=86164*30.44;

Declaration de la matrice de passage

m=[cos(theta*pi/180)*cos(psi*pi/180) -
cos(phi*pi/180)*sin(psi*pi/180)+sin(phi*pi/180)*sin(theta*pi/1
80)*cos(psi*pi/180)
sin(phi*pi/180)*sin(psi*pi/180)+cos(phi*pi/180)*sin(phi*pi/180
)*cos(psi*pi/180);
cos(theta*pi/180)*sin(psi*pi/180)
cos(phi*pi/180)*cos(psi*pi/180)+sin(phi*pi/180)*sin(theta*pi/1
80)*sin(psi*pi/180) -
sin(phi*pi/180)*cos(psi*pi/180)+cos(phi*pi/180)*sin(theta*pi/1
80)*sin(psi*pi/180);
-sin(theta*pi/180) sin(phi*pi/180)*cos(theta*pi/180)
cos(phi*pi/180)*cos(theta*pi/180)];

28   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  


 
 

Calcul de la force de la radiation solaire et de la vitesse


d’orbitation

F=Prad*S;
acceleration=F/M

%Calcul du dv et de la vitesse d'orbitation

dv=acceleration*p
V=Vorb+dv

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   29  


 
Sequence itérative pour calculer les equation de Gauss

disp('Evolution du 1/2 gd Axe')

z=1
for t1=[0:7.3630e+03:p]
for theta=90;
phi=[0:1:360];
psi=[0:1:360];
da=((2*V)/(n*a0))*t1*acceleration*m(:,1);
g=norm(da);
a=g+a0;
a0=a;
A(z)=a;

disp('evolution excentricite')

for nu=[0:1:360]

de1=((1/V)*(2*(e0+cos(nu*pi/180))))*t1*(acceleration*m(:,1));
de2=((1/V)*(-
sin(nu*pi/180)*(r/a)))*t1*(acceleration*m(:,2));
e=e0+de1;

de=de2-de1;
x=norm(de);
de(z)=x;
e_2=x^2;

disp('Evolution Inclinaison')

for Noga=[0:2:720]
di=((r*cos(Noga*pi/180))/(n*a^2*sqrt(1-
e_2)))*t1*(acceleration*m(:,3));
y=norm(di);
Di=i+y;

end

end

end
z=z+1
end

30   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  


 
 

disp ('Deuxieme cas de vol, panneaux pilotes a 45deg ')

alpha=45*pi/180;

a0=42462000;
n=7.22*(10^(-5));
Prad=7.84524*(10^(-5));
M=1655;
%acceleration=3.6974545*(10^(-6));
e0_1=0;
r=a0;
Vorb=3064
theta=0;
phi=0;
psi=0;
i=1;

%evolution de la pression de radition et de lacceleration en


fontion de t et de alpha

S1=39+(39*cos(alpha)); %1 Panneau pilotÈ a 45deg


F1=Prad*S1;
acceleration1=F1/M;

%Calcul du dv et de la vitesse d'orbitation

dv1=acceleration1*p;
V1=Vorb+dv1;

disp('Evolution du 1/2 gd Axe')

z=1
for t1=[0:7.3630e+03:p]
for theta=90;
phi=[0:1:360];
psi=[0:1:360];
da1=((2*V1)/(n*a0))*t1*acceleration1*m(:,1);
g1=norm(da1);
a1=g1+a0;
a0=a1;
A1(z)=a1;

disp('evolution excentricite')

for nu=[0:1:360]

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   31  


 
de1_1=((1/V1)*(2*(e0_1+cos(nu*pi/180))))*t1*(acceleration1*m(:
,1));
de2_1=((1/V1)*(-
sin(nu*pi/180)*(r/a1)))*t1*(acceleration1*m(:,2));
e1=e0+de1_1;
de1=de2_1-de1_1;
x1=norm(de1);
de1(z)=x1;
e_2_1=x1^2;

disp('Evolution Inclinaison')

for Noga=[0:2:720]
di1=((r*cos(Noga*pi/180))/(n*a1^2*sqrt(1-
e_2_1)))*t1*(acceleration1*m(:,3));
y1=norm(di1);
Di1=i+y1;

end

end

end
z=z+1
end

32   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  


 
 

disp ('troisiËme cas de vol, panneaux pilotes a 90deg ')

alpha2=90*pi/180;

a0=42462000;
n=7.22*(10^(-5));
Prad=7.84524*(10^(-5));
M=1655;
%acceleration=3.6974545*(10^(-6));
e0_2=0;
r=a0;
Vorb=3064
theta=0;
phi=0;
psi=0;
i=1;

%evolution de la pression de radition et de lacceleration en


fontion de t et de alpha

S2=39+(39*cos(alpha2)); %Panneau pilotÈ a 90deg


F2=Prad*S2;
acceleration2=F2/M;

%Calcul du dv et de la vitesse d'orbitation

dv2=acceleration2*p;
V2=Vorb+dv2;

disp('Evolution du 1/2 gd Axe')

z=1
for t1=[0:7.3630e+03:p]
for theta=90;
phi=[0:1:360];
psi=[0:1:360];
da2=((2*V2)/(n*a0))*t1*acceleration2*m(:,1);
g2=norm(da2);
a2=g2+a0;
a0=a2;
A2(z)=a2;

disp('evolution excentricite')

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   33  


 
for nu=[0:1:360]

de1_2=((1/V2)*(2*(e0_1+cos(nu*pi/180))))*t1*(acceleration2*m(:
,1));
de2_2=((1/V2)*(-
sin(nu*pi/180)*(r/a2)))*t1*(acceleration2*m(:,2));
e2=e0+de1_2;
de2=de2_2-de1_2;
x2=norm(de2);
de2(z)=x2;
e_2_2=x2^2;

disp('Evolution Inclinaison')

for Noga=[0:2:720]
di2=((r*cos(Noga*pi/180))/(n*a2^2*sqrt(1-
e_2_2)))*t1*(acceleration2*m(:,3));
y2=norm(di2);
Di2=i+y2;

end

end

end
z=z+1
end

34   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  


 
 

Tracé des courbes

ALPHA=[0,alpha,alpha2]
DA=[da(1,:),da1(1,:),da2(1,:)]
DI=[Di,Di1,Di2]
DE=[de,de1,de2]

figure(1)
plot(ALPHA,DA,'b');grid;title 'Evolution du 1/2 grand
axe';xlabel('ALPHA en radian');ylabel('Delta a en km');
figure(2)
plot(ALPHA,DI,'r');grid;title 'Evolution
Inclinaison';xlabel('ALPHA en radian');ylabel('Delta i en
degrÈ');
figure(3)
plot(ALPHA,DE,'g');grid;title 'Evolution
excentricitÈ';xlabel('ALPHA en radian');ylabel('Delta e');

Dans  ce  script,  vous  avez  pu  remarqué  un  imbriquement  de  plusieurs  boucles  FOR.  
Elles  ont  été  placée  par  étagement  suivant  les  paramètres  qu’elles  font  évoluer.  

Le  première  boucle  gère  le  temps,  la  seconde  fait  évoluer  les  angles  d’Euler  de  la  
matrice  de  passage,  la  troisième  quant  à  elle  contrôle  l’évolution  de  l’anomalie  vraie  et  
pour  finir  la  quatrième  se  charge  de  faire  évoluer  la  somme  de  l’anomalie  vraie  et  de  
l’argument  du  périgée  (Noga=ν+ω).  

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   35  


 
36   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  
 
 

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   37  


 
 

d) Plan  de  management  du  projet  pour  les  générations  futures  


 

Comme  vous  avez  pu  le  remarquer  durant  la  lecture  de  ce  rapport,  ce  projet  est  à  
l’initiative  d’un  étudiant,  il  demande  un  investissement  complet  car  il  n’est  pas  simple  à  
traiter,  mais  il  apporte  beaucoup  de  satisfaction  quand  on  se  rend  compte  qu’en  partant  
de  rien,  on  arrive  à  des  résultats  interprétable.  

Pour  vous  qui  aimerez  reprendre  la  suite,  voici  quelques  conseils  et  consigne  à  ne  pas  
négliger  :    

-­‐ N’hésitez  pas  à  aller  voir  votre  enseignant  lorsque  vous  rencontrez  la  
moindre  difficulté  et  détecter  une  aberration  dans  vos  résultats.  
 
-­‐ A  ce  jour,  nous  sommes  quasiment  sûre  des  résultats  trouvés,  
cependant  notre  algorithme  ainsi  que  nos  remarques  ne  sont  pas  figés.  
Vous  pouvez  donc  prendre  deux  suite  à  ce  projet.  Soit  l’optimisation  
des  démarches  mise  en  œuvre,  soit  continuer  à  développer  la  théorie  du  
pilotage  passif  d’un  satellite.  

-­‐ Il  existe  des  pistes  intéressantes,  dans  des  articles  sur  ‘la  voile  solaire’.  
Des  analogies  peuvent  être  faites  et  de  nouvelles  théories  peuvent  être  
ainsi  développée.  

-­‐ N’oubliez  pas  aussi  que  vous  êtes  des  futures  ingénieurs  et  que  les  
ingénieurs  de  l’industrie,  n’hésiterons  pas  à  vous  donner  des  conseils  
pour  menez  votre  étude.  

-­‐ Essayez  d’être  le  plus  clair  possible  lors  de  la  rédaction  de  votre  
rapport,  pour  que  les  générations  futures  puissent  savoir  où  vous  vous  
en  êtes  rendu  et  ce  qu’il  reste  à  faire.  N’hésitez  pas  à  mettre  en  avant  
les  problèmes  rencontrés,  cela  pourrait  toujours  servir.  

38   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière  


 
 

Quelques  conseils  pour  le  développement  de  ce  projet  :  

-­‐ Pour  notre  part,  nous  nous  sommes  intéressés  en  priorité  aux  trois  
premières  équations  de  Gauss,  pour  la  suite,  il  faudrait  essayer  de  
programmer  les  3  suivantes  et  ainsi  voir  ce  qu’il  se  passe  aux  points  
particuliers  de  l’orbite  terrestre,  c’est  à  dire    faire  la  différence  entre  les  
moments  où  nous  sommes  le  plus  proche  du  soleil.  Ne  pas  oubliez  
aussi  de  tenir  compte  de  l’effet  du  potentiel  terrestre  (Notion  vue  
durant  le  cours  sur  le  maintien  à  poste).  
 
 

Nous  vous  souhaitons  bon  courage  et  nous  vous  remercions  d’avance  

d’avoir  choisi  ce  sujet.  

Michael  ISEMENE  

Elisa’s  &  ISS’s  First  Prom  

Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière   39  


 
 

Bibliographie  
 
Spacecraft  dynamics  &  control  
 

•    Editeur  :  Cambridge  University  Press;  Édition  :  Reprint  (3  juillet  2000)    

•    Collection  :  Cambridge  Aerospace  Series    

 
 

40   Scénario  de  réutilisation  de  satellites  géostationnaires  en  orbite  cimetière