Vous êtes sur la page 1sur 4

DALF C1 –Compréhension écrite

Au secours ! Nous ne comprenons plus !

Nous, citoyens européens, américains, africains, australiens et asiatiques vivons dans un


monde que nous ne comprenons plus. Nous sommes en 2005, l’aube du 21ème siècle, et
tout ce que nous vivons ou voyons nous fait peur. Il existe de multiples formes de vie sur
notre planète, animales, végétales, humaines, mais toutes semblent en danger, toutes
semblent soumises à une évolution inéluctable qui ne favorisera pas leur pérennité. Le
constat sur l’état actuel de notre planète est horrible, inimaginable, inadmissible. Sans
même évoquer le traitement infligé aux animaux et à la nature en général, il suffit
simplement de se renseigner pour s’apercevoir que les trois quarts de la population vivent
dans des conditions précaires, n’ont pas de nourriture ou simplement de l’eau potable. En
2004, un milliard d’enfants n’a pas accès au minimum vital et une cinquantaine de pays est
considérée comme plus pauvre qu’en 1990 ! Le quart restant pollue le sol, le sous-sol et
l’atmosphère, rendant impossible une amélioration future de l’ensemble de la population.
Dans ce quart restant, nous trouvons des régimes politiques avancés qui sont sensés
insuffler un modèle de vie où la liberté de pensée et le confort matériel règneraient. Il n’en
est rien, puisque même aux États-Unis ou en Europe la pauvreté augmente et nos enfants
sont en danger (1 enfant sur 5 dans le besoin aux États-Unis, 1 sur 6 en Europe). Pire, dans
ces pays où les citoyens sont sensés être libres, s’informer et revendiquer des droits, la
désinformation, la censure et la répression règnent en maître. Nous vivons sur une planète
magnifique où, malheureusement, une petite partie de la population, qui deviendra bientôt
infime, consomme de plus en plus au détriment de milliards de personnes, au détriment des
terres, de l’atmosphère et de nos ressources naturelles dont nous allons priver nos enfants
et nos petits-enfants et qui, pourtant, seront indispensables à leur survie. La machine
productiviste s’est emballée au mépris du plus élémentaire des respects, celui de la Vie.
Nous ne comprenons plus ! Alors que les avancées scientifiques de nos civilisations
permettraient aujourd’hui de nourrir 9 milliards d’individus et d’assurer un revenu minimum
à l’ensemble de la population mondiale, tant les besoins sont grands, les écarts de richesse
se creusent et les inégalités augmentent. Nous ne comprenons plus ! Nous, citoyens du
monde, avons combattu les régimes monarchiques et leurs privilèges, les régimes
autoritaires de l’Europe des 19ème et 20ème siècles, ceux de l’Afrique, les régimes
totalitaires de l’Est de l’Europe, ceux de l’Amérique du Sud, les régimes fascistes des années
30, et nous ne vivons toujours pas, au 21ème siècle, dans de véritables régimes
démocratiques à participation citoyenne directe. Nous ne comprenons plus ! Lorsque nous
lisons un journal, écoutons la radio ou regardons la télévision, nous sommes tristes,
bouleversés, horrifiés : attentats, conflits ethniques, guerres économiques, guerres
préventives, génocides, mines antipersonnelles, missiles nucléaires, nouvelles armes
(bactériologiques, chimiques, climatiques, semi-nucléaires, à uranium appauvri),
extermination de certains peuples, crimes crapuleux, déchets radioactifs, catastrophes
industrielles, réchauffement de la planète, effet de serre, trou dans la couche d’ozone, fonte
des glaces, catastrophes naturelles qui s’intensifient, écosystèmes en danger, destruction de
nos forêts, pollution de nos océans, rejets plastiques, pesticides, dégazages en mer, littoraux
salis par le pétrole, nappes phréatiques souillées, baleines, éléphants ou grands singes
exterminés ou tués pour le commerce, disparition définitive de milliers d’espèces,
expérimentations animales cruelles, SIDA, cancer, famines, épidémies, choléra et paludisme,
médicaments génériques refusés aux pays pauvres, maladies orphelines non traitées,
malnutrition infantile, prostitution, esclavage moderne, ghettos, SDF, personnes âgées
délaissées, retraités en danger, suicide des jeunes, drogues, chômage, délocalisation, mort
de l’artisanat, mal bouffe, OGM, faillite de grands pays comme l’Argentine, concentration de
la richesse, corruptions politiques, élections truquées, justice à deux vitesses, journalistes
emprisonnés, « traçabilité » des êtres humains, Patriot Act aux États-Unis, prosélytisme
religieux (à l’école, dans les cités, dans certains États), censure, Hommes enfermés pour délit
d’opinion, multiplication des sectes, racisme, clonage de l’humain. Nous ne comprenons
plus! Nous, citoyens du monde, affirmons haut et fort que nous ne voulons pas de ce monde
rempli de haine, de violence physique et morale, de discrimination, d’intolérance et de
soumission. Ceux qui ont compris nous disent qu’un autre monde est possible. Ils affirment
que les peuples doivent réagir, inventer de nouvelles formes de gouvernance politique et
reprendre le pouvoir confisqué. Ils proposent des moyens de mise en œuvre de programmes
basés sur un commerce équitable, une économie saine et solidaire, un transfert des
technologies, un partage des richesses et assurent que tout ceci profiterait à l’ensemble de
l’humanité, qui pourrait s’enrichir et s’épanouir durablement. Alors pourquoi cacher,
discréditer, enfermer tous ces scientifiques, ces économistes, ces humanistes, ces
philosophes, ces hommes politiques en les traitant publiquement d’utopistes ou de
terroristes ? Nous ne comprenons plus ! Pour nous aider à comprendre, certains nous disent
: lisez ces deux livres, avant qu’ils ne soient brûlés : 1984 de George Orwell et Le Meilleur
des mondes d’Aldous Huxley ! Mais peut-être que nous ne voulons pas comprendre !Par
contre, la seule chose que nous comprenons, c’est que l’on nous a menti. Nous savons
maintenant que nos gouvernants nous ont menti en nous faisant croire :
-que le meilleur moyen pour enrayer la pauvreté et vivre durablement dans un monde libre
et en paix était l’économie de marché, mondialisée et libérale,
-que l’économie libérale assurait la liberté des individus, la démocratie et respectait les
droits de l’Homme,
-que les peuples d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie vivaient dans le besoin parce qu’ils ne
s’étaient pas soumis aux lois de l’économie occidentale. Nous savons maintenant que nos
gouvernants nous ont caché :
-que toutes les conditions avaient été réunies pour soumettre, dans un premier temps par la
colonisation, puis par d’autres formes de dépendance, ces mêmes peuples, c’est-à-dire les
trois-quarts de la planète,
-que les politiques des gouvernements des pays du Nord ne servent que l’intérêt de
quelques grandes familles, toujours plus riches, et non l’intérêt général,
-que, depuis Bretton Woods et surtout les années 80, les hommes politiques sont soumis
aux décideurs économiques, qui influencent les lois,
-que, de manière générale, le but de la mondialisation, de plus en plus concentrationnaire,
est le contrôle de la totalité des êtres humains par une oligarchie financière. Nous, citoyens
du monde, affirmons haut et fort que nous ne voulons pas de ce monde rempli de haine, de
violence physique et morale, de discrimination, d’intolérance et de soumission. Messieurs
les décideurs économiques, Messieurs les décideurs politiques, vous êtes quelques
centaines, nous sommes des milliards ! Bientôt vous ne pourrez plus continuer à ignorer,
étouffer, broyer un nombre toujours croissant d’individus qui appellent au secours et qui, un
jour, sauront et réagiront. Ce jour-là, vos privilèges, qui auront sali votre âme et qui
resteront dans l’Histoire, deviendront une honte insupportable. Pour vous ce sera la fin,
mais vous pourrez toujours être fier d’avoir réussi une chose : détruire ce qui est, et
empêcher ce qui aurait pu être. Alors, vos petits-enfants seront, à leur tour, des victimes,
victimes de vos folies. Messieurs les décideurs politiques, Messieurs les décideurs
économiques, vos politiques biocides irresponsables détruisent les écosystèmes et les
relations humaines, elles ne respectent pas la Vie, elles vont jusqu’à mettre en péril la survie
de notre espèce. Chaque vie est précieuse, la mienne et celle de mes enfants, la vôtre et
celle de vos enfants. Prenez vos responsabilités d’élus, remettez en cause vos choix, changez
la donne ! Rien n’est impossible à l’Homme. Soyez les premiers véritables démocrates
modernes sur qui les puissants de demain prendront exemple ! Soyez courageux, soyez
grands, levez-vous et faites l’Histoire ! Pour vous, pour nous, pour vos enfants, pour
l’humanité et pour les générations futures.

ZOA- www.notremonde.org, 2005 Document envoyé aux médias, aux associations humanitaires, aux députés français et à la
Présidence de la République française.

A. Questions sur l’ensemble du texte

1. Le texte se présente comme :

 un manifeste pour exposer un programme


 une revendication de droits
 un constat d’échec

2. Le pronom personnel « nous » prend en compte :

 les personnes vivant sur terre


 les personnes ayant vécu sur terre
 les personnes ayant vécu et vivant sur terre

B. Questions sur le texte

3. Quels qualificatifs négatifs, positifs sont employés pour qualifier la planète :

négatifs : ………………………………………………………………………….……………………………….
positifs : ………………………………………………………………………………..…………………………..

4. Relevez 4 problèmes qui sont infligés à la planète :

…………………………………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………..……………………………………
…………………………………………………………………………………………………………..………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………

5. D’après l’auteur, il existe encore des pays où les individus sont libres (cochez):
vrai faux on ne sait pas

6. De quel déséquilibre est-il question dans le troisième paragraphe ?


…………………………………………………………………………………………………………..

7. Selon l’auteur, on ne connaît pas encore de vraie démocratie (cochez):


vrai faux on ne sait pas
Justification : ………………………………………………………………………………………………………………..

8. Quelle est l’intention de l’auteur en présentant une telle énumération de désastres ?


…………………………………………………………………………………………………………………………………………

9. Quelles sont les convictions de « ceux qui ont compris » ?


……………………………………………………………………………………………………………………….……………………

10. L’auteur parle de mensonges et de dissimulations. Relevez-en 2 que vous reformulerez :

mensonges : ……………………………………………………………………………..……………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………..……………………………

dissimulations : ………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………….………………..

11. Á qui sont adressés tous les reproches ? Justifiez votre réponse.
…………………………………………………………………………………………………………………

12. Au nom de quoi l’auteur s’est-il permis d’écrire une telle missive ?
…………………………………………………………………………………………………………………

13. Personnellement, que pensez-vous de cette initiative ?


…………………………………………………………………………………………………………………