Vous êtes sur la page 1sur 12

Pr Michel SIMONET

année universitaire 2015-2016

Brucella, une α protéobactérie

Micrococcus melitensis (Melita = Malte), 1887


l’agent de la fièvre de Malte
aujourd’hui Brucella melitensis

Trypanosoma brucei et la glossine

David BRUCE
(1855-1931)
des petits bacilles (coccobacilles) à Gram négatif

0.5-1.5 µm (long) x 0.5 µm (large)

individualisés en 11 espèces: melitensis, abortus, ovis, suis,


canis, microti, neotomae, ceti, pinnipedialis, inopinata, papionis

dont le génome est habituellement composé de 2 chromosomes

Brucella-Containing Vacuoles (BCV)


capables de vivre dans les macrophages
et les cellules dendritiques
=
«un pathogène intracellulaire facultatif»
La brucellose,
une zoonose cosmopolite,
ayant un impact économique
une maladie encore endémique
dans de nombreuses contrées

Brucella est responsable d’une maladie de la reproduction


frappant de nombreuses espèces de mammifères domestiques ou sauvages
(bovins, porcins, ovins, caprins)

v chez le mâle, l’infection se manifeste par une épididymite ou une orchite, à l’origine
d’une baisse de la fertilité ou d’une stérilité

v chez la femelle gravide, l’infection occasionne une endométrite,


suivie d’une infection fœtale (aboutissant à la mort et à l’avortement)

… mais, l’infection est souvent chronique et asymptomatique,


et les animaux infectés produisent du lait contenant Brucella
la contamination humaine
Les animaux infectés essaiment les bactéries dans leur environnement :
les brucelles peuvent y survivre plusieurs mois

q  lors de la manipulation d’animaux infectés ou de leurs litières :


pénétration cutanée (à la faveur d’excoriations) ou muqueuse (par des mains souillées,
voire des aérosols)

la maladie concerne principalement les professionnels de l’élevage ou


du commerce de la viande (éleveurs, vétérinaires, inséminateurs, personnels d’abattoir ou d’équarrissage)

q  lors de l’ ingestion d’aliments contaminés :


lait (chèvre +++) et produits dérivés non pasteurisés, plus rarement crudités
la maladie humaine
fièvre de Malte, fièvre méditerranéenne, fièvre ondulante

une maladie aux multiples visages

Après contamination cutanée, muqueuse ou digestive, les bactéries se


multiplient dans les ganglions lymphatiques, essaiment dans la circulation
générale (septicémie) puis infectent les cellules du système réticulo-
endothélial (ganglions lymphoïdes, rate, foie, moelle osseuse)
q  la brucellose primaire (aiguë) = la période septicémique

la forme classique, sudoro-algique (fièvre prolongée, ondulante, avec sueurs profuses


nocturnes et arthro-myalgies, splénomégalie, hépatomégalie, adénopathies + neutropénie)

ou un syndrome pseudo-grippal

ou un syndrome typhoïdique (fièvre en plateau et pouls dissocié, ballonnement abdominal)

q  la brucellose secondaire (subaiguë) = une pathologie tardive, focalisée


articulations sacro-iliaques
(tomodensidométrie)
polyarthrite, spondylodiscite, sacro-iliite

péricardite, myocardite, endocardite

méningite, méningo-encéphalite, myélite, abcès du cerveau ou du cervelet

orchi-épididymite, salpingite, endométrite, abcès tubo-ovariens

q  la brucellose tertiaire (chronique) = un état d’hypersensibilité

asthénie, fébricule avec bon état général


La brucellose humaine en France
q En France, l’incidence de la brucellose baisse depuis 30 ans:
> 800 cas en 1978, 77 en 1997, 28 en 2012
entre 2008 et 2011, 20 cas /an (Institut de Veille Sanitaire)

q Les cas diagnostiqués actuellement en France sont importés


(Maghreb, Péninsule Ibérique, Balkans/Turquie)

exposition dans le pays ou consommation de produits importés contaminés

q  Les cas autochtones sont liés :


Ø  à une réactivation d’une infection ancienne,

Ø  à une contamination au laboratoire (13 cas au moins de 2002 à 2012).


La brucellose humaine
diagnostic bactériologique

Brucella,
un agent biologique de classe 3

mise en évidence du micro-organisme


§  à la phase primaire (aiguë) de la maladie : dans le sang (hémocultures)

§  à la phase secondaire (subaiguë) de la maladie : dans une biopsie osseuse,


un produit de ponction articulaire, le LCR, la moelle osseuse,
une biopsie ganglionnaire
Une primoculture lente
au moins 4 jours (automate)
jusqu’à 2-3 semaines

gélose trypticase-soja+ sérum


gélose Columbia au sang frais
ü  Aérobie (stricte)
gélose chocolat

35°C, 5-10% CO2


ü  Oxydase +
ü  Catalase +
ü  Uréase + (sauf B. ovis)
Int J Syst Evol Microbiol 2007

ü  Diagnostic d’espèce


Spectrométrie de masse
BMC Microbiol 2011
diagnostic sérologique
mise en évidence d’une réponse immunitaire spécifique
Test au Rose Bengale + -
(qualitatif et semi-quantitatif)
Titre > 1:8 = brucellose
PLoS Negl Trop Dis 2011

Sérodiagnostic de Wright
Titre > 1:80 (100 UI) = brucellose

ü détection d’agglutinines (à partir du 10e jour)


ü positif en cas de brucellose aiguë et subaiguë
ü négatif en cas de brucellose chronique
ü …mais manque de spécificité (LPS Yersinia enterocolitica O:9 et
Francisella tularensis)
ü  attention aux anticorps bloquants (phénomène de zone)
test de Coombs (+ immunsérum anti-Brucella)
Traitement de la brucellose humaine
Brucella, un micro-organisme intracellulaire

rifampicine (600 mg/j) + doxycycline (200 mg/j)


(le cotrimoxazole est susbtitué à la doxycycline chez l’enfant et la femme enceinte)

pendant 6 semaines en cas de brucellose aiguë

pendant 3 à 6 mois en cas de brucellose focalisée

mesures prophylactiques (la brucellose est avant tout une zoonose)

éradication de l’enzootie (dépistage et abattage des animaux infectés)


pasteurisation ou stérilisation du lait
protection cutanée et muqueuse (conjonctive)