Vous êtes sur la page 1sur 13

352. Infanterie Division /916. Grenadier Regiment /II Bataillon/5.

Kompanie

INTRODUCTION

Le 5ème Compagnie du 2ème Bataillon du 916ème Régiment de Grenadier appartenait à la 352e Division d’Infanterie.
La 352e DI (352. Infanteriedivision) était une division d'infanterie de l'Armée allemande (Wehrmacht) pendant la Seconde
Guerre mondiale. Unité du front de l'Ouest, elle s'est distinguée par sa défense acharnée d'Omaha Beach lors du débarquement allié le
6 juin 1944 puis au cours de la bataille de Normandie.

Création de la 352e division d'infanterie

La 352. Infanterie Division, formée en novembre 1943 en France, est placée sous le commandement du général (Generalleutnant)
Dietrich Kraiss du 6 novembre 1943 jusqu'à sa destruction dans le secteur de Saint-Lô fin juillet 1944. Son encadrement était issu des
268e et 321e DI allemandes, dissoutes après avoir été saignées à blanc sur le front de l'Est. Sa composition était un peu meilleure que la
plupart des autres unités d'infanterie allemandes en 1944 de Normandie, si on tient compte
du 726. Grenadier Regiment de la 716e division d'infanterie (deux bataillons), rattaché à
l'unité. Son infanterie était de ce fait à quatre régiments de deux bataillons chacun, plus un
bataillon de reconnaissance (Füsillier Abteilung), pour un total de neuf bataillons
d'infanterie.
Le 15 mars 1944, sur l'ordre de Rommel, la 352e DI allemande est poussée vers la mer, afin
de renforcer la 716e division d'infanterie allemande déjà en place. Ce mouvement semble
passer totalement inaperçu des Alliés. L'information avait pourtant circulé dans le Haut
Commandement allié (SHAEF), notamment dans la synthèse hebdomadaire du 21e Groupe
d'armées (21st Army group weekly Neptune Intelligence Review) daté du 3 mai 1944. La
présence de cette division allemande à Omaha Beach sera de toutes façons une mauvaise
surprise pour les échelons opérationnels Américains.
La 352e DI commença en Normandie par des travaux d'amélioration des défenses côtières
(mur de l'Atlantique), avec la mise en place de champs de mines et la construction d'abris
de rondins. Ce travail exigeait des préparatifs loin des plages, et nécessitait aussi de creuser
le sable en profondeur pour y enfoncer les matériaux solidement. Afin de couvrir le secteur
de la division, il aurait fallut dix millions de mines, mais la division n'en posa que les dix
mille à sa disposition. La première ligne d'obstacles, située à environ 250 mètres du littoral,
était constituée de portes belges. Puis venaient les lignes de pieux minés dits asperges de
Rommel. Puis enfin une dernière ligne d'obstacles métalliques, dont des hérissons tchèques.
Mais peu de ces obstacles étaient imperméables, et la corrosion eut vite raison des systèmes
de mise à feu d'explosifs
Dates Korps Armee Armeegrupp Area
11.43-12.43 (Forming) LXXXIV 7. Armee D Normandie
1.44-4.44 LXXXIV 7. Armee D Normandie
5.44 LXXXIV 7. Armee B Normandie
6.44 II. Fsch. 7. Armee B Normandie
7.44 (Remnants) II. Fsch. 7. Armee B Normandie
8.44 (Remnants) Reserve 1. Armee B France
-1-
9.44 (Remnants) in Transit BdE

Composition de la 352e division d'infanterie

L'unité est bâtie sur l'un des deux principaux modèles d'organisation de la division d'infanterie allemande en 1944, au même titre que
la 353e DI allemande postée en Bretagne ou la 363e DI allemande. Elle comporte organiquement trois régiments d'infanterie, un
régiment d'artillerie, plus des bataillons de complément (découverte, antichar, génie, transmissions, ...). Au 1er mai 1944, son effectif
est de 12 700 hommes, dont 7 300 combattants, ce qui est plus que convenable pour une grande unité allemande de l'époque.
Il ne s'agit toutefois que d'un effectif tout à fait théorique, une bonne partie des recrues étant détachée au profit de l'organisation Todt.
Un chiffre de 7500 combattants environ correspondrait davantage à la réalité du 6 juin. La 352ème division n'est pas à proprement
parler une unité d'exception mais elle reste relativement jeune (25/28 ans de moyenne d'âge) par rapport à certaines autres unités
affectées à la surveillance du Mur de l'Atlantique

Liste des unités de la 352e division Juin 1944

État-major
352. Inf.-Div. (7 K.V.A.-H2 "K.V.A. Bayeux") PC – NO de Saint-Lô (Littry) Chef: Général
(Generalleutnant) Dietrich Kraiss
Ia: Lieutenant-colonel (Oberstleutnant) Fritz Ziegelmann
Ib: Commandant (Major) Paul Weller
Ic: Lieutenant-colonel (Oberstleutnant) Meyer-Estner
IIa: Commandant (Major) Paul Block
Infanterie
914e régiment de grenadiers
PC – Neuilly la Forêt. Chef: Lieutenant-colonel (Oberstleutnant) Ernst Heyna
Ier bataillon
PC – Osmanville
1.-4. Kp.
IIe bataillon
PC – Catz
5.-8. Kp.
13e compagnie (IG) (six canons 7,5cm le.IG et deux 15cm s.IG)
14e compagnie (Antichar) (trois canons 7,5cm s.Pak)
915e régiment de grenadiers
PC – St. Paul du Vernay Chef: Lieutenant-colonel (Oberstleutnant) Karl Meyer
Ier bataillon

-2-
PC – Juaye, Sud de Bayeux 1.-4. Kp.
IIe bataillon
PC – St. Gabriel (9 km est de Bayeux) 5.-8. Kp.
13e compagnie (IG) (six canons 7,5cm le.IG et deux 15cm s.IG)
14e compagnie (Antichar) (trois canons 7,5cm s.Pak)
916e régiment de grenadiers
PC – Trévieres
Chef: Colonel (Oberst) Ernst Goth
Ier bataillon
PC – Ryes
1.-4. Kp.
Deux compagnies sur la côte d’Arromanches à Le Hamel
Deux compagnies en réserve à l’Ouest de Meuvaines
IIe bataillon
PC – Formigny
5e Cie à Saint-Laurent-sur-Mer
6e Cie à Formigny
7e Cie à Surrain
8e Cie à Colleville-sur-Mer
13e compagnie (IG) (deux canons 7,5cm le.IG et deux 15cm s.IG)
14e compagnie (Antichar) (trois canons 7,5cm s.Pak)
726e régiment de grenadiers (716. Inf.-Div.)
PC – Château de Sully (NO de Bayeux) Chef: Colonel (Oberst) Walter Korfes
Ier bataillon
PC – Maissons
1re Cie à Port-en-Bessin
2e Cie à Sainte-Honorine-des-Pertes
3e Cie à Colleville-sur-Mer
4e Cie à Longues-sur-Mer (sur la côte)
IIIe bataillon
PC - Château du Jucoville
9e Cie au Château Englesqueville
10e Cie à Saint-Laurent-sur-Mer
11e Cie à Vierville
12e Cie à Grandcamp
Ost-Bataillon 439 (IV./Gren.-Regt. 726)
Position – les Veys (près d'Isigny) 1.-4. Cies. Section/14. Cie. antichar (Pz.Jg.) (trois canons 5cm m.Pak)
IIIe groupe de batteries du 1716e régiment d'artillerie
PC – Maisy
8e batterie – quatre canons de 10cm le.F.H. 14/19 (t)Wn 84
9e batterie – quatre canons de 15,5cm sFH414(f) Wn 83
10e batterie – 4 kilomètres NE de Bayeux avec quatre canons de 15,5cm sFH414(f)
2./Pi.-Abtl. 716 – Mathieu
2./H.K.A.-Abtl.1260 – pointe du Hoc (six canons de 15,5cm K 420 (f))

Artillerie
1352e régiment d'artillerie

-3-
PC - à Moulagny (5km SO de Mosles) chef : Lieutenant-colonel (Oberstleutnant) Karl Wilhelm Ocker
-Ier groupe de batteries
PC – Château d’Etreham Chef : Commandant (Major) Pluskat - Cette unité prend directement la plage d'Omaha Beach sous son feu.
1re batterie – N de Houtteville (entre Surrain et Etreham) (quatre 10,5cm le.FH).
Chef : Lieutenant (Leutnant) Bernard Frerking
2e batterie – Cote 29 (près de Formigny) et cote 61 (près de Montigny), deux canons de 10,5cm le.F.H. dans chaque position.
3e batterie – NE de Formigny (quatre canons de 10,5cm le.FH) Chef : Capitaine (Hauptmann) Wilkening
-IIe groupe de batteries
Unité en appui du 914e Régiment de Grenadiers autour d'Isigny. PC – St. Clément (6km au N d'Isigny) Batteries 4.-6. (quatre canons
de 10,5cm le.FH chaque)
-IIIe groupe de batteries
Position – PC La Rosière (N de Bayeux) Batteries 7.-9. (quatre 10,5cm le.FH chaque) 8e batterie – Vaux-sur-Aure 9e batterie – répartie
entre Pierre Solain et la Tringale
-IVe groupe de batteries
Cette unité prend directement la plage d'Omaha Beach sous son feu. PC - Asnières en Bessin Batteries 10.-12. (quatre canons de 15cm
s.FH chaque)

Autres unités organiques


bataillon de reconnaissance (Füsilier Battallion 352)
Position – le Parc de la Mace (près de la Butte, Sud de Tilly) Chef : Capitaine (Rittmeister) Eitel Gert Cies 1.-4.
352e bataillon du génie (Pioniere Battallion 352)
PC – St. Martin de Blagny Chef : Capitaine (Hauptman) Fritz Paul Cies 1.-3.
3 compagnies avec 37 MGs, 20 Lance-flammes, et 6 Mortiers.
Bataillon de remplacement (Feld-Ersatz.- Abteilung. 352)
PC – Caumont Compagnies 1.-5 - Armement lourd théorique : un canon antichar de 5cm m.Pak, un canon antichar de 7,5cm s.Pak,
un obusier de 7,5cm le.IH, et un obusier de 10,5cm le.FH
bataillon antichar 352 (Panzerjäger Abteilung 352)
Position – Mestry Chef: Capitaine (Hauptman) Fritz Jahn - 1re Cie – PC à Briciceville (Quatorze Marder III - avec canon antichar de
7,5cm s.Pak) 2e Cie – PC au Chateau Colombieres (dix Sturmgeschütz III G) 3e Cie (Flak) Kompagnie – Pont l’Abbe (15 kilomètres
au sud de Valognes) (neuf camions avec canons de 3,7cm Flak)

-4-
-5-
Le débarquement de Normandie

Le 914e régiment de grenadiers était positionné, en juin 1944, sur le flanc gauche de la division entre Isigny et Grandcamp.
Il a été mis à contribution en pleine nuit du 5 au 6 juin, du fait des largages de parachutistes dans le Cotentin
Il est aussi intervenu sans succès à la pointe du Hoc contre les Rangers.
Il a fait retraite le 8 juin derrière Carentan mais ne participe pas à sa tentative de reprise, laissée à la seule 17e division de
Panzergrenadiers SS.

Le 915e régiment de grenadiers formait, avec le bataillon de reconnaissance, le Kampfgruppe Meyer, réserve du 84e corps d'armée
allemand du général (Generalmajor) Erich Marcks. L'un des bataillons (II/915 IR) fut envoyé vers Omaha Beach(Colleville-sur-Mer)8
alors que le reste du Kampfgruppe était dirigé au Nord Est de Bayeux pour contre-attaquer la 50e division d'infanterie britannique qui
commençait à percer le mince rideau défensif allemand. Malgré l'appui de dix Sturmgeschütz IIIG, la contre attaque allemande, qui
percuta les pointes offensives de la 231e brigade d'infanterie anglaises en sortie de plage, fut un échec. Les Allemands se firent tailler
en pièces, le Kampfgruppe Meyer étant anéanti. Le colonel Meyer fut tué, livrant aux Anglais sa carte d'état major renseignée.
Conséquence rapide, le PC de la 352e DI, positionné à Littry, subira dès le lendemain, un bombardement
À Omaha Beach, les soldats des 916e et 726e régiments de grenadiers occupaient les tranchées de quinze positions fortifiées appelées
Wiederstandnest (Wn 60 à 74).
Ceux-ci contenaient six encuvements pour mortier, trente cinq casemates, appuyés par une unité de lance-fusées (Nebelwerfer), des
lance-flammes automatiques et quatre-vingt cinq nids de mitrailleuses.
Le 916e régiment de grenadiers connut son baptême du feu le jour J de l'opération Overlord face aux 1re et 29e divisions U.S.
Les unités allemandes combattirent avec une efficacité redoutable, défendant les falaises surplombant la plage pendant plusieurs
heures.
Elles causèrent des pertes sérieuses aux Américains, avant d'être finalement débordées autour de midi.
Le 916e régiment d'infanterie fut appuyé par le IIe bataillon du 915e régiment d'infanterie ainsi que par le bataillon du Génie 352 (352.
-6-
Pioniere Abteilung) de la division, plus des Marder III du bataillon antichar (Panzerjägerabteilung) dans l'organisation de contre-
attaques coûteuses.

La 352. ID enregistra plus de 1 000 pertes le jour du débarquement, soit environ 200 tués, 500 blessés et 500 disparus. La guerre
d'usure entreprise par les deux camps atteint particulièrement cette unité.
Du 6 au 16 juin, les pertes cumulées atteignent environ 3 000 hommes.
Les pertes du 6 au 24 juin se montent à 5 407 hommes.
Au 11 juillet, l'unité perd encore 2 479 hommes supplémentaires.
Au 25 juillet, 597 hommes de plus sont comptés pour perdus.
e
La 352 division d'infanterie contrôlait aussi les restes de plusieurs grandes unités autour de Saint-Lô fin juillet 1944.
Trois bataillons de la 266. ID.
Deux bataillons de la 353. ID
Un bataillon de la 30e brigade rapide (30. Schnelle Brigade)
Un bataillon de la 275. ID.
Un bataillon de la 343. ID.
Une batterie d'artillerie de la 343.ID.
Une batterie d'artillerie du bataillon Autin.
La division était en très mauvais état, lorsque le 30 juillet 1944, elle fut déclarée hors de combat (abgekämft). Cela signifiait que
chaque bataillon disposait de moins d'une centaine d'hommes. Elle est retirée du front au début du mois d'août 1944

La fin de la guerre

La division est déplacée au sud-est d'Alençon pour être reconstituée. Mais elle ne dispose que d'une seule semaine de repos avant
d'être rejointe par les pointes américaines issues de la percée d'Avranche (opération Cobra). Elle engage dès lors des actions
retardatrices sur l'axe Le Mans –Dreux
En septembre 1944, la division fut reconstituée par fusion avec la 581e division de grenadiers du Peuple en 352e division de grenadiers
du Peuple (352. Volksgrenadier Division). Elle fit partie des unités impliquées dans la bataille des Ardennes du maréchal
(Generalfeldmarschal) Von Rundstedt. À la suite de l'échec de cette contre-offensive, la 352e VGD fut employée en combats défensifs
autour de Trèves et sur la Moselle. Elle y fut détruite une nouvelle fois à la mi-mars 1945. Seuls des débris franchirent le Rhin à
Worms. Elle fut reconstituée une dernière fois en tant que Kampfgruppe et rendit les armes à Darmstadt en mai 1945

-7-
Le Grenadier Regiment 916

II Bataillon/5. Kompanie :

La 5ème Compagnie était une des 4 compagnies qui formait le 2ème Bataillon.
Chaque compagnie était divisée en 4 Sections
Les 914., 915. et 916. Régiment de Grenadier composaient la 352. Division d'Infanterie, une nouvelle division d'infanterie "du type
1944". La division est née suite à la directive d'Adolf Hitler No. 51 en novembre de 1943. L’encadrement de cette nouvelle division
provenait surtout de la 321. Division d'Infanterie qui avait été dissoute sur le Front de L'est. Un petit nombre de recrues provient de la
268. Division d'Infanterie qui avait brisée à la bataille de Kursk, en juillet de 1943.
La 352. Division arriva à Saint-Lô le 5 décembre 1943 pour commencer à entraîner ses nouvelles recrues dans la tactique d'anti-
invasion. Quelques Sous-Officiers était des vétérans du front Russe tandis que la plupart des officiers avaient l’expérience du combat,
leur connaissance et expérience ont été transmis aux nouvelles recrues pendant l'entraînement.

La division avait une force de presque 13,000 hommes et sa dotation complète en armement. En janvier 1944 la division fût déplacée
plus au Nord de la côte, dans une région qui serait plus tard connue comme « Omaha Beach »

Le 916ème avait son HQ à Trévières, 7 km dans de la plage et le 2ème Bataillon (II./916) avaient son HQ à Formigny, juste 4 km de la
plage. La plage entre Viervilles-sur-Mer et Saint-Laurent-sur-Mer était connue localement comme la Plage d'Or. Il devait adopter un
nouveau nom après le 06 juin 1944 : 'Omaha'.

Composition et situation au 06 Juin 1944


PC – Trévieres
Chef: Colonel (Oberst) Ernst Goth

Ier bataillon
PC – Ryes
1.-4. Kp.
Deux compagnies sur la côte d’Arromanches à Le Hamel
Deux compagnies en réserve à l’Ouest de Meuvaines
IIe bataillon
PC – Formigny
Kdr : Hauptmann Grimme
5e Cie à Saint-Laurent-sur-Mer
6e Cie à Formigny

-8-
7e Cie à Surrain
8e Cie à Colleville-sur-Mer
13e compagnie (IG) (deux canons 7,5cm le.IG et deux 15cm s.IG)
14e compagnie (Antichar) (trois canons 7,5cm s.Pak)

Faits d’Armes

À Omaha Beach, les soldats des 916e et 726e régiments de grenadiers occupaient les tranchées de quinze positions fortifiées appelées
Wiederstandnest (Wn 60 à 74).

Ceux-ci contenaient six encuvements pour mortier, trente cinq casemates, appuyés par une unité de lance-fusées (Nebelwerfer), des
lance-flammes automatiques et quatre-vingt cinq nids de mitrailleuses.

Le 916e régiment de grenadiers connut son baptême du feu le jour J de l'opération Overlord face aux 1re et 29e divisions U.S.

Les unités allemandes combattirent avec une efficacité redoutable, défendant les falaises surplombant la plage pendant plusieurs
heures.

Elles causèrent des pertes sérieuses aux Américains, avant d'être finalement débordées autour de midi.

Le 916e régiment d'infanterie fut appuyé par le IIe bataillon du 915e régiment d'infanterie ainsi que par le bataillon du Génie 352 (352.
Pioniere Abteilung) de la division, plus des Marder III du bataillon antichar (Panzerjägerabteilung) dans l'organisation de contre-
attaques coûteuses.

-9-
Uniforme/équipement

Grenadier, Normandy, June 1944

Zugführer (Platoon Leader) June 1944

- 10 -
MG Schütze / MG Gunner, Normandy, June 1944

Volksgrenadier, Germany 1945

- 11 -
1 Casque M35/40/42.
1 Veste camo
1 Fliegerbluse.
1 Pantalon de couleur gris/bleu.
1 Paire de botte tige courte.
2 Aigle (1 pour la flieger/ 1 pour la veste camo).
1 Paire de patte de collet
1 Insigne des troupes au sol
1 Ceituron cuir (marron ou noir)+ la boucle (alu ou métal).
1 Brelage léger (marron ou noir).
1 Paire de cartouchières 98k (marron ou noir).
- 12 -
1 Masque à gaz + étuis.
1 Sac à pain M-1931 (Brotbeutel, couleur gris/bleu).
1 Gamelle M-1931.
1 Bidon M-1931.
1 Pelle-bêche + étui de la pelle.
1 Baïo pour 98k + gousset.
1 Kar 98 (fusil standard dans l'armé Allemande).

- 13 -