Vous êtes sur la page 1sur 20

Licence 3 Semestre 5 –

STÉRÉOTYPES, PRÉJUGÉS ET 2019/2020

RELATIONS INTERGROUPES Aymeric Parant


aymeric.parant@u-picardie.fr
AMÉLIORER LES RELATIONS
INTERGROUPES
RÉDUIRE LES BIAIS INTERGROUPES
Plusieurs angles d’attaque :
 Par les relations interindividuelles
 Par la catégorisation
HYPOTHÈSE DU CONTACT
Allport (1954) : un contact direct (face à face) prolongé, positif, sous
certaines conditions, entre les groupes, permettrait la réduction des
conflits, préjugés, discrimination préexistants.
4 conditions :
 Statut égal entre les groupes dans la situation
 Buts communs
 Coopération intergroupe
 Appui des autorités, de la loi ou des coutumes

 Méta-analyse de Pettigrew et Troop (2006) : r moyen = -.215


HYPOTHÈSE DU CONTACT
Quels processus ? :
 Effet de « simple exposition » (Zajonc, 1968) : hausse de la familiarité augmente
l’appréciation

Le « contact » pourrait être utile mais pas nécessaire


3 dérivées de l’hypothèse de contact sans contact :
 Contact étendu (Wright et al., 1997) : connaissance d’amitiés entre des membres de
l’endogroupe et de l’exogroupe
 Contact vicariant : observation d’interaction entre ces membres
 Contact imaginé
CONTACT IMAGINÉ
Contact imaginé (Turner, Crisp et Lambert, 2007) :
Imaginer une interaction positive avec un membre de l’exogroupe
produirait des effets similaires.
Fonctionne pour :
 Réduire les préjugés (eg. Crisp et Turner, 2009)
 Réduire l’infra-humanisation (eg. Vezzali, Capozza, Stathi et Giovannini, 2012)
 Protéger des effets de la menace du stéréotype (eg. Abrams et al., 2008)
HYPOTHÈSE DU CONTACT

Interactions Modification des


intergroupes représentations
catégorielles

De nombreuses autres stratégies sont basées sur une modification des


représentations catégorielles
CATÉGORISATIONS
Les biais intergroupes tirent leurs fondements dans la catégorisation :
il faudrait donc changer les structures catégorielles ou leur perception.
 Décatégorisation
DÉCATÉGORISATION (BREWER ET MILLER,
1984)
« Influencer la manière dont les gens s’identifient prioritairement
comme des membres du groupe ou comme individus distincts »
(Dovidio et al., 2006)

Nous Eux

Pas de catégorisation = Pas de problème !


Problème : tous les individus sont alors jugés aussi négativement que
l’exogroupe (Gaertner, Mann, Murrell et Dovidio, 2009)
CATÉGORISATIONS
Les biais intergroupes tirent leurs fondements dans la catégorisation :
il faudrait donc changer les structures catégorielles ou leur perception.
 Décatégorisation
 Différenciation mutuelle
DIFFÉRENCIATION MUTUELLE
Recommande le maintien des distinctions catégorielles dans un
contexte d’interdépendance mutuelle (Hewstone & Brown, 1986)

Nous Eux Nous Eux


CATÉGORISATIONS
Les biais intergroupes tirent leurs fondements dans la catégorisation :
il faudrait donc changer les structures catégorielles ou leur perception.
 Décatégorisation
 Différenciation mutuelle
 Recatégorisation
RECATÉGORISATION
Common Ingroup Identity Model (Gaertner, Dovidio et al., 1993)
Le « contact » peut faire émerger une supracatégorie et cette
supracatégorie peut réduire le biais intergroupe

Nous Eux Nous tous


RECATÉGORISATION
Plusieurs limites :
 Adhésion à la supra-catégorie nécessaire
 Jamais démontré sur des mesures implicites
 Parfois, des effets inverses observés avec une aggravation des biais (eg. Brown et
Wade, 1987 ; Crisp et al., 2006 avec les Français et les Anglais au sein des Etats-
Unis d’Europe)

En pratique, la supra-catégorie peut être menaçante pour la


distinctivité optimale (Brewer, 1991)  Identités duales
CATÉGORISATIONS
Les biais intergroupes tirent leurs fondements dans la catégorisation :
il faudrait donc changer les structures catégorielles ou leur perception.
 Décatégorisation
 Différenciation mutuelle
 Recatégorisation
 Identités duales
IDENTITÉS DUALES (GAERTNER ET
DOVIDIO, 2000)
Dans un contexte de recatégorisation, il est souhaitable de maintenir
les sous-catégories initiales

Nous
Nous Eux Nous Eux
tous

Maintien de la distinctivité nécessaire


Ici, les biais intergroupes sont réduits par les identifications sociales
multiples.
CATÉGORISATIONS
Les biais intergroupes tirent leurs fondements dans la catégorisation :
il faudrait donc changer les structures catégorielles ou leur perception.
 Décatégorisation
 Différenciation mutuelle
 Recatégorisation
 Identités duales
 Catégorisations croisées
CATÉGORISATIONS CROISÉES
Aussi appelées « Criss-cross categorisations » (Deschamps et Doise,
1978).
1) Nous avons tous des appartenances groupales multiples
 Eg. Le Twenty Statements Test (TST ou « Qui suis-je ? ») de Khun et McPartland, 1954

2) Nous avons tous certaines appartenances communes


3) Rendre saillant nos appartenances communes devrait réduire les
biais intergroupes.
Exemple : Dovidio et al., 2001 biais Noir/Blanc avec équipe de
football américain
Réduction des biais intergroupes
Nous Eux

RÉSUMÉ Nous Eux


Contact étendu

Hypothèse du contact Nous Eux

Contact vicariant

Décatégoriser
Nous Eux
Nous Eux

Contact imaginé
Nous Eux Biais intergroupes

Différenciation Mutuelle

Nous
Nous Eux
Eux
Nous tous Nous Eux
Nous tous

Recatégoriser (Common Ingroup) Catégorisations croisées


Identités duales
COMPLEXITÉ IDENTITAIRE
Reconnaître et promouvoir la complexité identitaire semble avoir un
impact positif pour les relations intergroupes.
Reconnaître la complexité identitaire pour les autres :
 Acculturation : permet de maintenir les avantages de la stratégie d’intégration
 Stigmatisation : la complexité identitaire est opposée à la stigmatisation
 Stéréotypes : évite l’application directe des stéréotypes

Affirmer une complexité identitaire pour Soi :


 Améliore la tolérance vis-à-vis des exogroupes