Vous êtes sur la page 1sur 15

Methodologies de memoire

Objectif général :

À partir d’un questionnement ou d’une réflexion sur la profession, l’élève doit être capable de
réaliser un travail de fin d’études en conformité avec la législation en vigueur.

Ce travail, écrit, est accompagné pendant tout le temps de son élaboration par un formateur et
soutenu devant un jury.

Finalité : validation de la 3ème année permettant l’obtention du diplôme d’Etat

Introduction :

Afin de valider leur formation, les élèves doivent rendre à la fin de leur cursus, un mémoire de recherche
et d’application professionnelle. Élaboré tout au long de leur formation, ce travail doit leur permettre de
développer des compétences d’analyse, de réflexion et de problématisation autour d’un sujet en relation avec leur
champ professionnel.

Le mémoire de recherche et d’application professionnelle occupe une place importante dans la validation
de la formation, de 30 à 40 pages, note sur 20 points : 10 sur le contenu écrit et 10 sur la soutenance.

Qu’est-ce qu’un mémoire professionnel ?

C’est un écrit structuré, articulé à une pratique professionnelle mise en œuvre effectivement par son
rédacteur. Il présente les éléments de contexte permettant de comprendre les enjeux, contraintes et
ressources de la situation professionnelle. Il comporte une problématique élaborée, une question précisément
formulée et une hypothèse de réponse qui devra être mise à l’épreuve.

Ainsi, le mémoire professionnel permet-il, sur un objet de travail précis, de prendre de la distance par
rapport à l’action en recherchant des éclairages théoriques et en mettant en œuvre une démarche réflexive :
questionnement, hypothèses, recherche et expérimentation d’outils ou de méthodes, observation, évaluation.
C’est un moyen d’y voir clair sur un problème professionnel identifié et de développer, à son sujet, une
attitude professionnelle de“ résolution de problème ”. Il anticipe ainsi le comportement de tout professionnel
tout au long de sa carrière.

Quelles sont les principales exigences déontologiques à respecter dans l’élaboration d’un
mémoire professionnel ?

Page 1
Methodologies de memoire

Un mémoire professionnel se doit de respecter trois types d’exigences déontologiques :

 Le respect des droits fondamentaux de la personne dans la conduite de l’expérimentation,


 Le respect de la propriété intellectuelle des sources utilisées
 Les devoirs d’un fonctionnaire.

D’une part, aucune expérimentation ne doit pouvoir porter préjudice aux personnes impliquées
(malades, professionnels…) ; tout enregistrement audio ou vidéo doit être réalisé en totale transparence vis-
à-vis des personnes concernées ; les données recueillies ne peuvent être diffusées sans être anonymes.

D’autre part, toute forme de plagiat est à proscrire et les sources, quelle que soit leur origine (propos
oraux, articles, Internet, etc.), doivent toujours être strictement identifiées.

Enfin, en tant que fonctionnaire, le stagiaire est tenu à l’obligation de réserve à l’égard des acteurs de
l’institution et ne peut se livrer, dans son mémoire, à des attaques ad hominem (qui sont dirigées contre les
personnes impliquées dans le thème).

Les différentes méthodes :

 Expérimentale : causalité, effets, hypothèse, testing, confirmation, problème et trt


 Descriptive
 Comparative : selon des critères bien précis, c’est une variante de la méthode descriptive
 Statistique : basée sur des statistiques
 Historique : en psychosociologie

Les étapes de la recherche :

1. Le choix du sujet : c’est une étape délicate et difficile qu’il faut assurer sa faisabilité,elle doit se
faire selon 3 scénaris :
 L’observation : constatation d’un dysfonctionnement, un problème ou a partir d’un constat
avec les praticiens
 Relation interpersonnelle qui déclenche la problématique
 La lecture conséquente dans un domaine provoque le déclic
Le choix du sujet doit se faire en respectant deux critères :
 Les critères subjectifs : sont relatifs à l’intérêt personnel de l’étudiant, ils peuvent être source d’inspiration
pour trouver un sujet de recherche :
 La motivation ;

Page 2
Methodologies de memoire

 Sujet d’actualité,
 Les expériences vécues,
 L’observation de l’entourage,
 Le désir d’être utile et de mener une recherche au profit d’un organisme
professionnel,
 L’échange d’idées avec les autres,
 Les recherches antérieures...etc.

 Les critères objectifs : se rapportent à la faisabilité du sujet par rapport :


 Au temps disponible,
 Aux ressources matérielles,
 L’accessibilité aux lieux et aux documents,
 Son degré de complexité,
 Le consensus entre les auteurs du mémoire,
 L’imagination.

2. La définition du problème :
C’est la question de départ (QD) ou la question problème(QP), elle délimite le champ de la
recherche, elle est le fil conducteur de la recherche, elle génère l’hypothèse et elle a 3
caractéristiques :
 Interrogative : sous forme de question et supposition
 Relation entre deux faits exprimés par une terminologie précise : ex : le tabac génère le
cancer
 Vérifiable : testable, mesurable et empirique.Aussi une bonne QP a 4 qualités :
 La clarté : claire, précise, non interprétable, aucune confusion ni ambigüité
 La faisabilité : temps, logistique (matériels), facilité sur le terrain et l’argent
 La pertinence scientifique : objective, réelle, sans moralité et rationnelle
 La nouveauté : l’originalité, amener un plus, information nouvelle

La formulation de la QP dépende de :

 La personnalité du chercheur, sa patience et sa persévérance


 Travail méthodique : prendre le temps de réfléchir et de faire le tri
 Savoir utiliser son entourage physique et moral dans le sens positif par 3 moyens :
Page 3
Methodologies de memoire

 Analyse bibliographique :
 Les études antérieures
 mise en œuvre des techniques (l’évolution, avantage inconvénients…)
 le problème posé et la manière dont il est traité ou non

 Les entretiens :
 Voir son intensité et son importance
 Peuvent être réalisés auprès des experts du domaine
 Avoir une idée plus claire sur le phénomène
 Les personnes environnantes et ressources
 Description de l’objectif du problème pour permettre d’éviter des observations inutiles
et délimité le concept.

 La construction de la problématique ou du cadre théorique :


 Le chercheur fait une synthèse de littérature dans un cadre problématique
 Chaque recherche a un sous bassement théorique
 Construire un cadre théorique consiste à apporter une repense théorique, cette aptitude
fait appel aux :
 Connaissances du chercheur
 A son intelligence
 Sa perspicacité
 Son imagination créative
 Son expérience

Ils proviennent de l’observation des faits ou d’une interrogation théorique.

 Élaboration d’un entretien : Les entretiens doivent être ouverts et très souples. Il faut éviter de poser des
questions trop nombreuses et trop précises. En effet, l’objectif consiste à écouter son interlocuteur pour
découvrir de nouvelles idées et pistes, élargir son horizon et non valider ses propres idées.
 Choix des personnes interrogées  : Les personnes interrogées peuvent être :
 Des experts dans le domaine traité ;
 Des professionnels de terrain concernés par le thème ;
 Des personnels d’association ;
 Des patients ou des utilisateurs du système de santé.
 Formulation de la question de départ :ex :

Page 4
Methodologies de memoire

Comment accueille-t-on le patient lorsqu’il arrive aux urgences ?

L’information au patient est-elle satisfaisante dans un service d’urgences ?

La situation d’urgence modifie-t-elle la relation soignant-soigné ?

L’organisation mise en place dans le secteur de traumatologie aux urgences favorise-t-elle la prise en
charge des patients ?

En quoi l’organisation de l’accueil aux urgences du patient de traumatologie influence-t-elle sa


satisfaction  ?

3. La problématique :
C’est l’approche théorique que le chercheur décide d’aborder pour traiter le problème poser et le
positionné par apport aux différentes théories, elle est le lien où s’affine et se précise la QP.
La problématique se construit en 3temps :
 Définir son point de vue sur la problématique on choisissant un cadre théorique s’il existe
ou le construire si celui-ci n’existe pas on élaborant des concepts de recherche qui rentre
dans un sous bassement théorique
 Faire la synthèse de la revue critique (études antérieures) et recenser tous les travaux qui
ont abordé votre recherche
 Expliciter sa problématique et donner un caractère personnel pour aborder le problème et
d’y répondre.
 Observation : Le cadre théorique se présente sous forme de plusieurs chapitres articulés en fonction du
thème de recherche, il ne s’agit pas de cataloguer ni de recopier des pages d’un livre mais dans la
perspective de construire la problématique en prenant des positions personnelles et il faut les justifiées.

4. Elaboration du cadre conceptuel : Le cadre conceptuel est une étude de documents écrits et/ou
audiovisuels en relation avec le thème choisi pour :
 Identifier les mots clés, les concepts,
 De s'interroger à quoi cela vous revoie (aboutissement d'un cheminement),

Page 5
Methodologies de memoire

 Faire un choix parmi les points de vue des personnes expertes, repérées dans la phase
exploratoire

 Réalisation d'une fiche de lecture :

La fiche de lecture permet de s'imprégner du sujet, d'entraîner à la synthèse, réutiliser ses commentaires
lors de la rédaction du travail et gagner du temps sur la conception du TFE (cadre conceptuel, synthèse,
bibliographie).

 Renseignement concernant l'ouvrage :

 Nom de l'auteur.

 Titre de l'ouvrage.

 Type d'ouvrage.

 Editeur.

 Lieu d'édition.

 Date de parution.

 Nombre total de pages.

 Numéro des pages utilisées.

 Renseignement concernant le sujet du travail :


 Titre du chapitre.
 Idées fortes de chaque chapitre.
 Faire un commentaire sur chacune des idées fortes.
 Analyse personnel, critique.
 Synthèse générale.

L'étude de documents aboutit à la réalisation d'un plan qui reprend les mots-clés de la question de
départ et les idées fortes étudiées

5. La formulation des hypothèses de recherche :

Page 6
Methodologies de memoire

Elle est issue de la QP, sous forme d’une repense provisoire et anticiper susceptible de répondre au
problème posé par la recherche où elle sera confirmer ou infirmer lors de la prochaine étape de la
démarche scientifique.

Les caractéristiques d’une hypothèse sont :

 Circoncise : ramasser, ex : la frustration génère l’agressivité


 Empirique : testable
 Plausible : pertinente
 Vraisemblable : probable et non farfelues
 Vérifiable : observable et mesurable, opérationalisable (faisable)
 Féconde : elle apporte un plus à la recherche et génère plusieurs pistes de recherche
 Réfutable : contre argument, une remise en cause, on peut la détruire
 Communicable : ne pas la garder pour soi même et la communiquer sans interprétation et sans
ambigüité.

Les conditions de validité d’une hypothèse sont :

 Elle doit prédire une relation entre deux variables (faits)


 Elle est une repense provisoire à la QP
 Généralement c’est une hypothèse de causalité, impliquant un lien de causalité entre les variables
simples (2variable) et complexes (plus de 2 variables)
 Elle est théorique au sens où elle découle d’une théorie choisie ou construite par le chercheur
 Elle doit être confirmée ou infirmée à la suite d’un test empirique.

Les variables d’une hypothèse sont :

 La variable indépendante : elle est explicative et est la cause présumé de la variable dépendante (VD)
ou à expliquer le facteur que le chercheur fait varier est appelé variable indépendante (VI).
 Elle peut être propre au sujet (âge, sexe, niveau d’étude, milieu socio-économique…) et/ou
relever de la situation (nature de matériel, type de taches à réalisé…)
 Elle peut être provoquée (manipuler par l’expérimentateur) ou invoquée (faisant référence à
des phénomènes existants dans la vie courante)

 La variable dépendante : ne dépend de ce que fait le chercheur, elle subi l’influence de la VI ou des
VI, le facteur qui vari en fonction de la VI est appelé VD qu’on peut la mesurée par des questionnaires

Page 7
Methodologies de memoire

Ex : le tabagisme génère le cancer

VI VD
6. la méthodologie de l’enquête :

La méthodologie est un outil de démonstration qui a pour finalité de confirmer ou d’infirmer les
hypothèses. Cependant, il faut mentionner les avantages et les inconvénients de la méthode proposée pour
apprécier les résultats avec objectivité, il est important de signaler que l’intérêt scientifique du projet est jugé à la
rigueur méthodologique.

6.1 La collecte des données :

C’est recueillir tous renseignements qui pouvaient avoir une certaine conséquence sur le problème à
étudié, cette partie comprend trois points :

 Lieu de l’enquête : Il est essentiel de préciser ou se déroule l’enquête plus la durée (date de déroulement).
 L’échantillonnage :
 Définition des populations : On appelle population cible l’ensemble des personnes concernées par le
sujet et il est nécessaire de la présenter.
Ex : les masseurs kinésithérapeutes

 Constitution des échantillons : il est matériellement impossible d’interroger la population cible dans
son entier c’est pour cette raison que les enquêteurs travaillent sur des échantillons. L’échantillon est
une partie de la population cible qui se construit. La détermination du nombre des personnes
nécessaire à l’enquête dépend du thème de l’enquête, du type d’analyse projeté et des moyens dont
vous disposez (temps, matériels, techniques, financiers…etc.)

 Représentativité des échantillons : Les modèles couramment utilisés supposent que l’échantillon est
constitué de façon aléatoire, comme le tirage au sort de boules à partir d’une urne. Le tirage au sort
assure que l’échantillon est représentatif ; Cette technique se définit par le fait qu’on accorde à
chacun des individus de la population, une chance connue, non nulle d’appartenir à l’échantillon.

 Construction des outils de l’enquête de terrain :

S'agit-il de connaître l'opinion qu'ont les gens sur un domaine donné ? Un questionnaire serait le
bienvenu. S'agit-il de recueillir l'avis des spécialistes ? Mieux vaudrait conduire des entretiens en
profondeur, et, répétons-le le choix d'une méthode de recherche est lié au type de problème posé.

Page 8
Methodologies de memoire

Quelle que soit notre méthode, notre présence aura une influence sur les réponses que nous allons
obtenir, sur les comportements que nous allons observer. La place du chercheur n’est jamais neutre. En
même temps que nous construisons les outils de l’enquête, nous devons construire leurs grilles d’analyse.

 Entretien : L’entretien de recherche est une méthode de collecte d’informations dans l’objectif
d’analyser le contenu de ces informations. C’est une situation d’échange sous forme de conversation
dans un cadre prédéfini car ce n’est pas une conversation ordinaire. Les différents types d’entretien
sont :

 Entretien non directif : il comprend une question large et ouverte (la consigne de
l’enquêteur). L’enquêté répond sur le thème qui lui est proposé, comme il le veut, en
développant les aspects qu’il souhaite, sans question de relance de la part de l’enquêteur.

 Entretien semi directif : Divers thèmes sont introduits dans le guide d’entretien, sous forme
de questions ouvertes par exemple. Ces thèmes permettent d’aborder ou d’obtenir l’opinion
de l’interlocuteur s’il ne s’exprime pas spontanément.

 Entretien directif : Il comprend une série de questions. La personne répond dans la forme et
la longueur qui lui convient.

NB : Il est indispensable de tenir compte des paramètres suivants :

 Le langage et le vocabulaire utilisés doivent permettre de comprendre la question et d’y


répondre ;
 La formulation de la consigne doit permettre de présenter le thème général, suivi ou non de
questions ouvertes : elle s’adresse directement à la personne : « pour vous », « selon vous » ;
 Les questions sont classées du général au particulier ;

Avant l’entretien il est indispensable :

 D’obtenir les autorisations nécessaires pour conduire les entretiens ;


 De garantir l’anonymat de la personne et du lieu où sera effectué l’entretien ;
 De laisser la liberté à la personne de refuser l’entretien ou de l’interrompre ;
 D’expliquer à la personne les objectifs de la recherche ;
 De proposer le support pour recueillir les données (magnétophone) avec la possibilité
d’écouter l’enregistrement et de le valider ;

Page 9
Methodologies de memoire

 D’indiquer la durée de l’entretien.

 Questionnaire : Le questionnaire est un outil standardisé de recueil de données. Il doit être


identique pour toutes les personnes interrogées et permet de comparer les résultats (en
correspondance avec le cadre de l’enquête). C’est une série de questions ordonnées. Le
questionnaire est soit distribué aux personnes soit réalisé en face à face.
Il doit couvrir l’ensemble de l’objet d’étude ; chaque question doit porter sur un indicateur.
Aucune modification du questionnaire en cours d’enquête n’est autorisée. C’est pourquoi un test est
nécessaire avant de mettre en place le questionnaire définitif. Le test permet de réajuster les
questions. Les résultats de ce test ne seront pas pris en compte lors de l’analyse.

Le questionnaire permet :

 D’aider à la compréhension d’un phénomène, d’un changement, d’une situation ou d’un


individu ;
 De mettre en évidence des traits particuliers ;
 De mesurer et de classer des éléments selon des groupes de référence ;
 De permettre l’élaboration d’un diagnostic individuel ou collectif ;
 D’analyser et de valider des hypothèses

Les questions peuvent être :

 Ouvertes : le répondant s’exprime librement sur le sujet ;


 Fermées : la réponse est suggérée ; les consignes de réponse sont fixées à l’avance
 Semi-ouvertes : dites « Cafétéria »proposent les principales possibilités de réponses
comme pour une question fermée, mais laissent également la possibilité d’ajouter des
réponses libres en dehors de l’éventuel proposé comme dans une question ouverte.

Critères d’une bonne question : Une bonne question doit être

 claire 
 Compréhensible 
 Précise 
 Neutre (elle ne doit pas influencer la réponse).
 Elle doit avoir un caractère d’unidimensionnalité (ne concerner qu’une seule chose),
d’exclusivité, d’exhaustivité (être complète).

Page 10
Methodologies de memoire

 L’observation : c’est faire attention ; remarquer, considérer avec attention (c’est s’enquérir,
se préoccuper de); étudier avec soin quelqu’un ou quelque chose (c’est approfondir, analyser,
aller au-delà du simple regard), examiner avec un esprit critique.

Démarche d’observation : L’observation se pratique en situation. La démarche consiste à prélever


des informations par une investigation de faits et de comportements observables, sans avoir
l’intention de les modifier.

L’outil d’observation est un outil rigoureux. Il permet de travailler sur les représentations, les
attitudes afin de percevoir le sens que donnent les acteurs à leurs pratiques et aux événements qu’ils
rencontrent. L’observation peut porter sur un objet, un fait, un événement, une situation, un individu
ou un groupe.

Les objectifs sont :

 D’obtenir une description précise, dans un contexte donné ;


 De contribuer à la vérification de l’hypothèse ;
 De constituer une méthode de recueil de données ;
 D’enregistrer des comportements au moment où ils se produisent ;
 De mesurer la discordance entre comportement sur le terrain et discours des acteurs.

L’outil d’observation répond à une fonction précise : il sert à recueillir des données pour explorer des
faits spécifiques. C’est un regard précis, construit, objectif, efficace qui répond à la matérialisation
d’hypothèses, d’analyses, d’observations antérieures.

La grille d’observation : La grille doit être simple, lisible, facile à utiliser pour un observateur seul.
Elle doit être complète, cohérente, et détaillée pour informer l’observé sur tous les aspects de son
comportement relatif à une tache.

Elle doit permettre de compléter les observations quantitatives par des observations
qualitatives, de façon à disposer d’éléments d’interprétation pour l’analyse des observations.

Avantages : Le recueil d’information est effectué au fur et à mesure. Ce mode de recueil rend
possible l’obtention de données difficilement accessibles par le questionnaire ou par un entretien.

Élaboration de la grille d’observation : Elle consiste en un tableau à double entrée comportant des
critères horizontaux et verticaux permettant d’identifier et de classer rapidement tel ou tel
comportement ou donnée.

Page 11
Methodologies de memoire

Ces critères d’observation doivent être ciblés, précis, organisés et adaptés à l’objectif défini.
Tous les critères ne sont pas forcément utilisés. En revanche, un critère peut être ajouté en cas
d’oubli, pour préciser ou approfondir l’observation. Prévoyez une case à cet effet.

6.2 Analyse des données :

Le but de cette étape est donner un sens aux résultats, ceux-ci contribuent à confirmer ou à infirmer
les hypothèses. Analyser signifie lire les résultats à l’aide des concepts théoriques précédemment choisis. En
fonction de l’objet de recherche, nous pouvant utiliser deux méthodes :

 L’analyse statistique des données : C’est une analyse à orientation quantitative qui s’énonce
sous forme de chiffres et de pourcentage et se présente sous forme d’histogramme, de
courbes… Elle sert à manipuler des volumes de données chiffrées. Elle étudie plusieurs
variables en même temps. Les critères retenus sont :
 Fréquence des faits ;
 Distribution des faits ;
 Liens entre les faits.

Elle a pour avantage de donner des chiffres qui permettent de faire des comparaisons. Elle a pour
inconvénient de n’apporter qu’un regard quantitatif sur le sujet.

 L’analyse de contenu : elle est largement utilisée pour travailler sur des entretiens. Elle peut
aussi être appliquée à des données recueillies par l’observation ou dans des productions
écrites. L’analyse d’un discours est plus complexe. Elle impose de rechercher dans le discours
des éléments communs qui peuvent être des mots, des idées, des thèmes. Ces éléments
communs portent le nom d’unité.

Pour être scientifique, l’analyse de contenu doit être le plus possible :

 Exhaustive : c’est-à-dire reprendre toutes les données nécessaires ;


 Objective : considérer les données recueillies comme des données pouvant être
traitées scientifiquement ;
 Méthodique : c’est-à-dire s’appuyer sur une méthode connue et reproductible ;
 Quantifiable : donner lieu à des calculs, des mesures ou des évaluations
précises.

Donc le plus souvent nous effectuons une analyse quantitative des données recueillies par nos
observations, nos questions ou nos entretiens, puis nous effectuons une analyse qualitative des données.

Page 12
Methodologies de memoire

7. Validation de la question de recherche ou hypothèse :

Après avoir effectué l’analyse des données issues de l’enquête de terrain, nous devons synthétiser ces
informations et les argumenter en établissant des liens avec les différents concepts que nous avons choisis de
développer au début du travail.

À l’issue de cette étape, certaines réponses sont apportées à la question de recherche qui valident ou
invalident notre (ou nos) hypothèse(s).

Cela nous permet de conclure notre travail par une ouverture vers d’autres pistes de réflexion.

8. Conclusion du travail de fin d’études : Dans la conclusion du travail, nous résumerons les grandes
lignes de la démarche suivies :

 Présentation de la question de départ dans sa dernière formulation ;


 Présentation des caractéristiques principales du cadre de référence ;
 Présentation des lieux d’observation et des outils ;
 Comparaison des résultats attendus par l’hypothèse et des résultats observés.
 Nous terminerons enfin sur une ouverture professionnelle.

9. La Bibliographie :

La bibliographie est présentée par ordre alphabétique.

 Ouvrages : Chaque référence bibliographique se présente comme suit : Nom, Prénom (ou
initiale) de l’auteur. Titre de l’ouvrage (en italique), Édition, Collection, Lieu de parution,
Année, Nombre de pages.

Exemple : Lévy Isabelle, Soins et croyances, Estem, Paris, 2001, 224 pages.

Tous les éléments constituant la référence sont séparés par des virgules avec un point à la fin de la
référence. Ils débutent par une majuscule.

Exemple : LOUART P., Gestion des Ressources Humaines, Eyrolles, 1998. (AFNORE)

LOUART P, 1998, Gestion des Ressources Humaines, Eyrolles. (APA)

Page 13
Methodologies de memoire

S'il y a plus de deux auteurs, on peut ne citer que le premier auteur, suivi de l'expression et coll. en
italique, plutôt que de citer entre parenthèses les noms de tous les auteurs ou et ses collaborateurs
dans le texte.

Exemple : Meltzer D. et coll, Explorations dans le monde de l'autisme, Paris, Payot, 1984.

 Revues et articles : Pour les revues et articles, la présentation est la suivante : nom, prénom
de l’auteur, l’année entre parenthèse, Titre de l’article, titre de la revue souligné, numéro de
la revue, date, pages de début et de fin de l’article.

Exemple : Enyouma Marcus, (Janvier 1998), Qu’entend-on par initiation à la recherche, Revue de


l’infirmière, n° 34, pages 20-22.

 Documents non publiés : Un document non publié, cela peut être : un mémoire, un cours,
une thèse, un rapport, etc. La notice d’un document non publié se présente comme suit : nom,
prénom de l’auteur, titre du document, contexte dans lequel il a été écrit (rapport, mémoires,
etc.), institution où il a été écrit (école, universités, etc.), lieu, date, nombre de pages.

 Internet : l’adresse du cite

 Vidéo / CD Rom : Les références doivent mentionner : nom, prénom de l’auteur (réalisateur
ou metteur en scène). Titre, producteur, année, durée.

10. Les annexes : Les annexes sont tout type de document permettant d’apporter des informations
supplémentaires relatives au sujet mais dont la lecture n’est pas indispensable à la bonne
compréhension du travail de fin d’études.
Récapitulatif des constituants du mémoire

Les constituants d'un mémoire (plan)

 Page de garde
 Feuille blanche
 Le double de la page de garde
 Remerciements
 Dédicaces (facultatives)
 Sommaire

Page 14
Methodologies de memoire

 Introduction
 Choix du thème
 Problématique de recherche
 Hypothèses de recherche
 Objectifs de recherche
 Délimitation des concepts
 Partie Théorique :
 Chapitre 1
 Chapitre 2
 Chapitre 3
 Partie Pratique
 L’aspect méthodologique
 Rappel des hypothèses de recherche
 Lieu et période de l’enquête
 Population d’étude
 L’échantillonnage
 L’outil de l’enquête
 Résultats et analyse
 Présentation, Analyse et Interprétation des résultats
 Analyse globale (synthèse)
 Vérification des hypothèses
 Suggestions
 Conclusion
 Bibliographie
 Annexes

NB :
 La pagination c’est à partir de l’introduction
 La numérotation : 1, 1.1, 1.2, 2, 2.2…………
 Le style c’est : Time new roman 12 ou Arial 11, justifier, inter ligne 1.5,
 Les titres en gras ou italique ou souligné

Page 15