Vous êtes sur la page 1sur 10

Chapitre III: Techniques de mesure en Haute Tension

Techniques de mesure en Haute Tension

La mesure de tensions de l’ordre de quelques kilovolts à quelques centaines de


kilovolts relève des mêmes techniques que celles employées pour la mesure des
tensions rencontrées couramment en électronique et en électrotechnique, et les
appareils de mesure proprement dits sont identiques : oscilloscopes et voltmètres.

Des différences fondamentales existent néanmoins au niveau de la mise en œuvre.

Dès que l’on dépasse le seuil des quelques kilovolts, la tension so rt de la gamme de
mesure des instruments. Il est donc nécessaire d’utiliser des réducteurs de tension,
dont le but est de supporter à leurs bornes la plus grande partie de la tension
appliquée, tout en présentant à l’appareil de mesure un signal utilisable .

III.1. MESURE DE TENSIONS

III.1.1. Mesure directe

a) Voltmètre électrostatique

L'appareil est constitué de deux électrodes parallèles A et B tel que le champ Eh soit
homogène au droit des surfaces planes des électrodes (Figure III.1).
La pression électrostatique subie par l'électrode de mesure b, placée au centre de l'électrode B,
entraine la déviation de l'aiguille i se déplaçant sur une échelle pouvant être étalonnée
directement en kilovolts.
Cet appareil fonctionne suivant le principe de la force d’attraction électrique Fe entre deux
charges.
Le disque mobile S relié au potentiel HT à mesurer, et situé au centre de l’anneau de garde B,
est attiré par le disque fixe A, l’attraction est d’autant plus forte que le potentiel est élevé. Une
aiguille d’indication de mesure est reliée à l’électrode S. L’anneau de garde B, de même
diamètre que l’électrode fixe A, assure l’uniformité du champ électrostatique suivant l’axe
vertical entre les électrodes fixe et mobile.

Master EI (2019/2020) Page 14


Chapitre III: Techniques de mesure en Haute Tension

Figure III.1. Voltmètre Electrostatique

L’énergie électrostatique accumulée est :

(III.1)

La capacité vaut:

C = ε0 S/x (III.2)

Etant donné qu’il s’agit d’un champ uniforme, la tension U est égale à:

U = E.x (III.3)

Soit:

W = (½)ε0 (S/x) E2 x2 (III.4)

Comme: dW = F dx (III.5)

F = dW/dx = (½) ε0 S E2 (III.6)

Soit donc:

F = (½) ε0 S U2/ x2 (III.7)

La force appliquée sur S est F = ((½x2) ε0 S ) U2 (III.8)

avec

S (cm2) : Surface du disque mobile;

x(cm) : longueur inter-électrodes ;

U(kV) : ddP entre les électrodes.

Master EI (2019/2020) Page 15


Chapitre III: Techniques de mesure en Haute Tension

La précision de mesure de ces appareils égale à environ 0.1, est bonne. De plus, le
voltmètre électrostatique permet de mesurer des tensions allant jusqu’à 270 kV.
Des voltmètres spéciaux peuvent mesurer des tensions de 600 kV et plus ; dans ce cas, le
voltmètre est placé dans une enceinte étanche où l’espace inter électrodes est rempli par un
gaz électronégatif comme le SF6 ou le nitrogène, et porté à une haute pression de 15
atmosphères. Quelques fois, le gaz pressurisé est remplacé tout simplement par du vide.

b) Mesure par éclateur

L’éclateur est constitué de deux électrodes sphériques identiques, dont l’une est reliée à la
terre et l’autre reliée au potentiel à mesurer, où la distance inter-électrodes d est réglable
(Figure III.2).

Figure III.2. Eclateur à sphère

Principe de fonctionnement :
Chaque éclateur possède un abaque, qui est une courbe d’étalonnage entre la tension
critique de claquage Uc et la longueur inter-électrodes d (voir figure III.3).
La tension à mesurer est appliquée aux deux électrodes, puis la distance d est réglée jusqu’à
une valeur critique dc qui provoque le claquage. Comme chaque éclateur possède un abaque
tracé Uc = f (dc) qui fait correspondre à chaque distance critique la tension critique Uc, cet
abaque donne la mesure de la tension appliquée qui correspond à la valeur dc.
L’éclateur peut être utilisé pour la mesure des trois types de tension : alternative, onde de
choc (valeur crête), ainsi que la tension continue. Il compte parmi les tous premiers appareils
utilisés pour la mesure des HT. Il constitue la référence conventionnelle permettant
d’étalonner tous les types de voltmètres utilisés dans un laboratoire d’essais à haute tension.

Master EI (2019/2020) Page 16


Chapitre III: Techniques de mesure en Haute Tension

Figure III.3. Exemple d'abaque de tension de claquage en fonction de l'écartement pour


différents rayons d'éclateurs

Le choix du diamètre de l'éclateur dépend de la tension nominale du transformateur utilisé


pour les essais. L'équation suivante est adoptée :

(III.9)

III.1.2. Correction de la tension disruptive

Les tensions de claquage données par les documents CEI sont valables aux conditions
atmosphériques suivantes :

Température standard To : 293 K (= 20°C)


Pression standard Po : 760mmHg
Humidité absolue standard habs 11g/m3 ( hrel = 50% à Po et To)

Les tensions de décharge disruptive U, mesurées dans les conditions d’essais données, sont
ramenées à U0, correspondant aux conditions atmosphériques de référence normalisées, en
divisant par un facteur de correction atmosphérique K

La tension réelle Ur est donnée par :

U0 = U /K (K = k1×k2) (III.10)

Master EI (2019/2020) Page 17


Chapitre III: Techniques de mesure en Haute Tension

où k1 est le facteur de correction de la densité de l’air et k2 est le facteur de correction de


l’humidité.

Le facteur de correction de la densité de l'air k1 dépend de la densité relative de l'air ,


et est en général exprimé par :

(III.11)

avec

(III.12)

Les températures t et t0 exprimées en degrés Celsius

Remarque : La correction est considérée fiable pour 0,8 < k1 < 1,05.

Le facteur de correction de l'humidité k2 est donné par:

(III.13)

où m,k,w sont des paramètres déterminés à partir de la norme CEI60600-1 (document joint
au cours)

III.1. 3. Mesures indirectes

a) Diviseurs de tension résistif et capacitif

Figure III.4. Diviseurs de tension (résistif et capacitif)

Pour le diviseur résistif, le rapport de division m est égale à:

Master EI (2019/2020) Page 18


Chapitre III: Techniques de mesure en Haute Tension

(III.14)

avec

où est la résistance du voltmètre (III.15)

or (III.16)

Comme (III.17)

La mesure de la ddP aux bornes de nous donne la valeur de la tension globale U.

De la même manière, nous trouvons pour le diviseur capacitif un rapport de division :

(III.18)

Comme , la mesure de U2 nous donne la tension globale U.

Notons que ==> (III.19)

EN HAUTE TENSION

La présence de la haute tension non loin du câble de mesure perturbe le signal transporté.
Afin d’éliminer cet effet, il est nécessaire d’utiliser des câbles coaxiaux.

Malheureusement pour des signaux variables (surtout pour les cas de fréquence élevée), le
signal lors de sa propagation du point de mesure vers l’appareil de mesure peut être atténué ou
amplifié. Pour cela, il est nécessaire d’adapter le diviseur de tension.

Rappels sur la propagation des ondes

Une onde = onde incidente + Onde réfléchie

u = fi(x-vt) + fr(x+vt)

On notera i : pour une onde incidente et r : pour une onde réfléchie.

De plus les relations entre tensions et courants sont données par :

Master EI (2019/2020) Page 19


Chapitre III: Techniques de mesure en Haute Tension

U  U i  U r
 I I I
 i r
 Ui
 Ii 
 Z
(III.20)
 I  Ur
 r Z

Passage d’une onde d’un milieu à un autre

Soit une onde U1i venant du milieu 1 d’impédance Z1 et se déplaçant vers la zone 2
d’impédance Z2 (Figure III.5). En arrivant au point M de jonction entre les deux milieux,
deux ondes ; l’une (U2i) incidente dans le milieu 2, et l’autre (U1r) réfléchie dans la zone 1
seront créées.

Figure III.5. Passage d’une onde d’un milieu à un autre.

Le but du calcul qui va suivre est de déterminer U1r et U2i en fonction de U1i.

Au point M

Les conditions de passage à vérifier sont :

(III.21)
U 2  U1 Continuitédu potentiel

 I 2  I1 Egalité des courants

Or, nous avons :

U1  U1i  U1r I1  I1i  I1r


et  (III.22)
  I 2  I 2i
 U 2  U 2r

En résumé, et en arrangeant les deux systèmes d’équation (III.21) et (III.22) on peut écrire :

U1i  U1r  U 2i (III.23)



 I1i  I1r  I 2i

En exploitant les résultats énoncés dans les rappels, nous aurons :

Master EI (2019/2020) Page 20


Chapitre III: Techniques de mesure en Haute Tension

 U 1i  U 1r  U 2i
U (III.24)
 1i  U 1r  U 2i
 Z1 Z1 Z2

Les résultats de la résolution du système (III.24) sont :


 Z  Z1 
U1r   2 U1i   21U1i 21 : coefficient de réflexion de 2 sur 1. (III.25)
 Z1  Z 2 

 2Z 2 
U 2i   U1i  12U1i 12 : coefficient de transmission de 1 à 2. (III.26)
 1
Z  Z 2 

Dans le cas d’un diviseur de tension, Z1 représente l’impédance du câble coaxial et Z2 celle
de l’appareil de mesure et la tension U1i la tension à mesurer. Nous constatons que la tension
vue par l’appareil de mesure est différente de celle qu’on veut mesurer. Afin d’éviter cette
contrainte il est nécessaire de procéder à l’adaptation du diviseur de mesure.

En effet, si Z1=Z2, nous aurons 12= 1 et 21=0 donc U2i=U1i et U1r=0

Afin d'adapter les diviseurs en haute tension, une résistance égale à l'impédance
caractéristique du câble est donc placée en parallèle avec l'appareil de mesure dans le cas du
diviseur résistif et en série dans le cas du diviseur capacitif (figure III.6).

UHT
UHT
Câble coaxial C1
R1 R adaptation= Zc (impédance
Câble coaxial caractéristique du câble coaxial)

UBT Mesure UBT Mesure

R2
R adaptation= Zc (impédance
caractéristique du câble C2
coaxial)

Adaptation du diviseur résistif Adaptation du diviseur capacitif


.
Figure III.6. Adaptation des diviseurs de tension en Haute tension

Master EI (2019/2020) Page 21


Chapitre III: Techniques de mesure en Haute Tension

b) Transformateur de mesure

On utilise aussi tout simplement un transformateur de tension abaisseur de petite puissance;


afin de connaitre la tension à mesurer il suffit de multiplier la tension mesurée au secondaire
par le rapport de transformation.

c) Oscilloscope à mémoire

L’oscilloscope n’est pas un appareil destiné pour la mesure en HT, mais il permet
d’enregistrer en mémoire les tensions très brèves comme les ondes de choc. Ils sont
généralement utilisés dans les expériences brusques et brèves, telles que le contournement ou
le claquage. Ils offrent l'avantage de visualiser l’allure de la tension et ne donnent que la
valeur crête de la tension. La tension visualisée sur l’oscilloscope est prélevée à l’aide d’une
sonde spéciale HT.

III.2. MESURE DU COURANT

En plus des appareils traditionnels tels que l’ampèremètre, la pince ampérométrique, le


courant électrique peut être déduit de la tension aux bornes d’une résistance placée en série
avec l’objet d’essai. Cette résistance doit être la plus faible possible afin qu’elle n’induise pas
trop d’effet sur la valeur réelle du courant.

Objet
Système de Vers Oscilloscope
D’essai
protection ou Voltmètre
U
I
R
Résistance de
mesure R U

Figure III.7. Mesure du courant électrique.

Il est nécessaire de prévoir un système de protection de l’appareil de mesure. Pour cela, on


utilise:

 Un système d’éclateurs (tel que représenté sur figure III.7) dont le principe est basé sur
le réglage de l’écartement entre les deux éclateurs de telle sorte qu’une tension

Master EI (2019/2020) Page 22


Chapitre III: Techniques de mesure en Haute Tension

électrique supérieure à la tension maximale admise par l’appareil de mesure est


automatiquement court-circuitée.
 Un système constitué de deux diodes rapides montées en tête bêche.

A Noter : Nous pouvons, de cette mesure de courant, déduire la charge électrique à l’aide d’un

intégrateur. Q   idt 

III.3. MESURE DE LA CHARGE ELECTRIQUE

La charge électrique peut être déduite de la mesure de la tension aux bornes d’une capacité
placée en série avec l’objet d’essai (figure III.8).

Les mêmes précautions, que pour la mesure du courant, sont prises.

UHT

Objet
Système de Vers Oscilloscope
D’essai
protection ou Voltmètre
Q  CU

Capacité de
mesure C U

Figure III.8. Mesure de la charge électrique.

A Noter : L’énergie accumulée dans le système (par l’objet d’essai) pourra être déduite de la mesure de la
1
charge Q si nous connaissons la UHT appliquée au système par la relation suivante : W  QU HT
2

III.4. MESURE DU CHAMP ELECTRIQUE: Fera l'objet du chapitre suivant.

Master EI (2019/2020) Page 23