Vous êtes sur la page 1sur 28

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT République Togolaise

SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE Travail – Liberté - Partie

1-2- INSTITUTION DES SCIENCES


TECHNIQUES ET TECHNOLOGIQUES

DOMAINE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES

MENTIONS : TECHNOLOGIES DE CONSTRUCTION ET


ENVIRONNEMENT SPECIALITE : GENIE CIVIL
1-1-

PROCEDE GENERAUX DE CONSTRUCTION


1-4-

LA TOUR EIFFEL
Promotion 2017-2018

Présenté par : Chargé du cours :


SABHAR Abdoul Rachidou Dr. AMEY Kossi B.
La Tour Eiffel

TABLE DES MATIERES

TABLE DES MATIERES...............................................................................................1

INTRODUCTION...........................................................................................................2

1- LA TOUR EN CHIFFRE..........................................................................................3

2- LES FONDATIONS................................................................................................4

3- LE MONTAGE DE LA TOUR...............................................................................10

4- LES MATERIAUX : LE CHOIX DES MATERIAUX..............................................11

4-1- La forme de la tour.........................................................................................11

4-2- Les matériaux utilisés....................................................................................12

4-3- Le puddlage...................................................................................................13

4-4- Assemblage des pièces : le rivetage.............................................................16

5- La Tour et les éléments atmosphériques.............................................................17

5-1- La température...............................................................................................17

5-2- Le vent............................................................................................................18

5-3- Orages............................................................................................................19

CONCLUSION.............................................................................................................20

ANNEXES...................................................................................................................21

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES.......................................................................24

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 1


FORMATEC
La Tour Eiffel

INTRODUCTION

Les Hommes ont depuis toujours, rêvé de construire des tours gigantesques à
l'image des descendants de Noé qui dans la Bible auraient tenté de construire la
Tour de Babel pour atteindre le ciel.

Mais ce n'est qu'à partir du XIXème siècle et le début de la Révolution Industrielle,


que ces rêves devinrent peu à peu réalité. Du fait des progrès métallurgiques, les
métaux sont peu à peu préférés au bois ou à la pierre pour les hautes constructions.
Le nombre d'œuvres architecturales augmente donc considérablement tout en
battant de nouveaux records de grandeur et de hauteur.

Ce sont néanmoins les Américains, qui, les premiers, ont choisi de s'engager dans la
course à la hauteur : en 1876 lors de l'Exposition Universelle de Philadelphie est
proposée l'édification d’une tour haute de mille pieds (305 m). Finalement, pour des
raisons techniques et financières, elle ne sera jamais réalisée.

C'est en France, le 6 juin 1884, que Maurice Kœchlin et Emile Nouguier, deux
ingénieurs travaillant pour Gustave Eiffel, vont commencer à réaliser le croquis
d'une tour de plus de 300 m de haut. Mais c’est avec l'aide de Gustave Eiffel lui-
même et de l'architecte Stephan Sauvestre que ce projet va réellement prendre
forme.

Inspiré de cette idée de l’extrême grandeur, venant des Américains, du projet de


Gustave Eiffel et de ses collaborateurs, le gouvernement français va se lancer dans
une réalisation architecturale exceptionnelle pour l'Exposition Universelle de 1889.
Ainsi débute l'aventure de la Tour Eiffel...Deux ans, deux mois et cinq jours après le
début de sa construction elle culminait à 305 mètres au-dessus de Paris.

Dans ce document nous détaillerons les procédés de construction ainsi que la


technologie utilisée pour réaliser afin de comprendre comment cette Dame de fer a
pu être conçu.

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 2


FORMATEC
La Tour Eiffel

1- LA TOUR EN CHIFFRE

 Hauteur primitive : 312 m (Sommet de la hampe du drapeau)


 Hauteur actuelle (avec antennes) : 324 m
 Les fondations : les plus profondes (nord et ouest) ne dépassent pas 15 m.
Dans chacune des fondations, sont construits 4 massifs de maçonnerie qui
supportent les 4 montants de chaque pied de la Tour, dits arbalétriers.
 Poids total : 10 100 tonnes
 Poids des charpentes métalliques : 7 300 tonnes
 Superficie :
1er Plate-forme : 4 415 m2
2e plate-forme inférieure : 1 430 m2
3e plate-forme inférieure : 250 m2
 Hauteur des plates-formes :
1er Plate-forme : 57 m
2e Plate-forme inférieure : 115 m
3e Plate-forme inférieure : 276 m
 Eclairage : 336 projecteurs (lampes à sodium) d’une puissance électrique de
600 watts.
 Nombre d’ampoules pour le scintillement : 20 000
 Nombre de marches par escalier du pilier est, jusqu’au sommet : 1 665
 Nombre de rivets (total) : 2 500 000
 Nombre de pièces assemblées : 18 038
 Poids de peinture : 60 tonnes à chaque campagne
 Périodicité pour la peinture : La tour Eiffel est entièrement repeinte tous les
7 ans

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 3


FORMATEC
La Tour Eiffel

 Nombre d’ascenseurs : Du sol au 2e étage : 5 (1 au pilier est, 1 au pilier


ouest, 1 au pilier nord, 1 privé pilier sud desservant le restaurant « Jules
verne » et 1 monte-charge pilier sud). Du 2 e étage au sommet : 2 batteries de
2 duolifts
 Vitesse des ascenseurs : 2 m/ seconde.
 Débit et capacité des ascenseurs :
Nord : 920 personnes/heure
Est : 650 personnes/heure
Ouest : 650 personnes/heure
Duolifts : 1 140 personnes/heure
Jules-Verne : 10 personnes/montée
Monte-charge du pilier sud : 50 personnes ou 4 tonnes/ montée
 Nombre de personnes travaillant sur la Tour :
SNTE : 280 personnes
Restaurants : 240 personnes
Souvenirs : 50 personnes
Divers : 50 environ
 Nombre de chaines de TV analogiques : 6
 Nombre de chaines de TNT gratuites : 18
 Nombre de chaines de TNT payantes : 30
 Nombre de stations de radio : 31
 Nombre d’antennes : 120

2- LES FONDATIONS

Parmi les ingénieurs qui ont su apprécier l’importance de fondation pour une
construction, il y a, sans doute, lieu de mentionner l’ingénieur G. Eiffel, qui a conçu et
surveillé la construction de Tour Eiffel, un des sept merveilles du Monde qui a été
visitée par beaucoup de touristes. Cependant, la tour Eiffel doit sa solidité, entre
autres, à celle de ses fondations pour lesquelles Eiffel a dû utiliser beaucoup
d’ingéniosité.

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 4


FORMATEC
La Tour Eiffel

Il résulte des nombreux sondages effectués dans le Champ de Mars que l’assise
inférieure du sous-sol est formée par une puissante couche d’argile plastique de 16
mètres environ d’épaisseur, reposant sur la craie. Cette argile est sèche, assez
compacte, et peut supporter des charges de 3 à 4 kg par centimètre carré.

La couche solide de sable et gravier est surmontée elle-même d’une épaisseur


variable de sable fin, de sable vaseux et de remblai de toutes natures, impropres à
recevoir des fondations (figure 1).

Figure 1 : Coupe de sol de fondation de la Tour Eiffel

Les deux piles d’arrière de la Tour, Est et Sud, qui portent les numéros 2 et 3 (figure
2) sont placés à cheval sur les limites de l’ancienne balustrade : le sol naturel est en
ce point à la cote + 34, les remblais de toutes natures ont une épaisseur de 7 m, et
on rencontre à la cote + 27 qui est le niveau normal de la Seine (Retenue du barrage
de Suresne), la couche de sable et gravier dont l’épaisseur en ce point est de 6 m
environ. On a donc pu très facilement obtenir, pour ces deux piles, une fondation
parfaite dont le massif inférieur est constitué par une couche de 2 m de béton de
ciment coulé à l’air libre.

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 5


FORMATEC
La Tour Eiffel

Figure 2 : Emplacement des quatre piles de fondation de la Tour Eiffel

Les deux piles d’avant, Nord et Ouest, qui portent les numéros 1 et 4 ont compliqué
la tâche. Il a fallu faire des fondations à l’air comprimé à l’aide de caissons en tôle de
15 m de longueur et 6 m de largeur, au nombre de 4 pour chaque pile, enfoncés à la
cote +22, soit à 5 m sous l’eau.

Chacun des quatre montants de la Tour est formé par une grande ossature de
section carrée de 15 m de côté dont les arêtes transmettent les pression au sol de
fondation par l’intermédiaire de massifs de maçonnerie placés sous chacune d’elles.
Il y a donc quatre massifs de fondation par pied (figure 3). La partie supérieure de
ces massifs, qui reçoit les sabots d’appui, est normale à la direction des arêtes, et le
massif lui-même a la face inclinée sur l’arrière, dont les dimensions sont telles
qu’elles ramènent dans un point très voisin du centre d la fondation la résultante
oblique des pressions.

Les massifs de béton réalisant cette surface ont 10 m de longueur sur 5 m de largeur
(figure 3).

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 6


FORMATEC
La Tour Eiffel

Figure 3 : Plan de fondation d’un pilier

Au centre de chacun de ces massifs, sont noyés deux grands boulons d’ancrage de
7,8 m de longueur et de 10 cm de diamètre, qui par l’intermédiaire de sabots en fonte
et de fers à I intéressent la majeure partie des maçonneries des pyramides.

Cet ancrage (figure 4) n’est pas nécessaire pour la stabilité de la tour, qui est
assurée par son poids propre ; il donne cependant un excès de sécurité contre tout
renversement, il a de plus été utilisé lors du montage en porte-à-faux des montants.

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 7


FORMATEC
La Tour Eiffel

Figure 4 : Coupe des piliers d’un montant de la Tour Eiffel faisant voir le système
d’ancrage dans les fondations

Les maçonneries, qui travaillaient au plus à un coefficient de 4 à 5 kg par cm2, sont


couronnées par deux assises de pierre de taille de Chateux-Landon, dont la
résistance à l’écrasement est, d’après les expériences exécutées à l’Ecole des ponts
et chaussées et au Conservatoires des arts et métiers, de 1235 kg en moyenne par
cm2 la pression sous des sabots en fonte est seulement de 30 kg par cm2. La pierre
ne travaille donc qu’au quarantième de sa résistance.

Les fondations de la tour sont établies dans d’excellentes conditions de sécurité, soit
comme choix de matériaux, soit comme dimensions, elles ont été traitées très
largement, de manière à ne laisser aucun doute sur leur solidité.

Cependant, pour rester complètement sûr de maintenir les pieds de la Tour sur un
plan parfaitement horizontal, M Eiffel a ménagé dans les sabots un logement pour
installer une presse hydraulique de 800 tonnes ; à l’aide de ces presses on peut
produire le déplacement de chacune des arêtes et la relever de la quantité
nécessaire, sauf à intercaler des coins en acier entre la partie supérieure du sabot et
la partie inférieure d’un contre-sabot en acier fondu sur lequel vient s’assembler le
montant en fer.

En dehors des massifs, la base de chaque pied de la tour est garnie d’un socle en
béton Coignet, supporté par une ossature métallique. Les murs qui portent le socle
sont fondés sur des piliers avec arcade. Toute cette infrastructure est noyée dans un
remblai arasé au niveau du sol, sauf pour la pile 3, ou elle reste à l’état de cave,
destinée au logement des machines et de leurs générateurs pour les services des
ascenseurs.

L’écoulement de l’électricité atmosphérique dans le sol se fait pour chaque pile par
deux tuyaux de conduite en fonte de 50 cm de diamètre, immergés, au-dessous du
niveau de la nappe aquifère, avec une longueur de 18 m. Ces tuyaux se retournent
verticalement à leur extrémité jusqu’au niveau du sol, ou ils seront mis en
communication directe avec la partie métallique de la tour.

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 8


FORMATEC
La Tour Eiffel

Le premier coup de pioche des travaux de fondations a été donné le 28 janvier 1887.
Les travaux ont duré cinq mois.

Figure 5 : Massif de fondation d’une pile

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 9


FORMATEC
La Tour Eiffel

Figure 6 : Vue d’un caisson par air comprimé pour la fondation de la pile Nord de la
Tour

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 10


FORMATEC
La Tour Eiffel

PLAN DE FONDATION DE LA TOUR

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 11


FORMATEC
La Tour Eiffel

3- LE MONTAGE DE LA TOUR

Sur les fondations, sur les massifs de maçonneries créés ont été boulonnés les
« pieds » de la tour, qui sont au nombre de seize, soit quatre par pilier. C’est ce
qu’on appelle les arbalétriers. Ils sont la véritable ossature de la tour, son
« squelette ». Le montage métallique de la tour dura 1 an : il s’effectue au rythme de
15m par mois.

 La Tour est montée à l’aide d’échafaudage en bois et de petites grues à vapeur
fixées sur la Tour elle-même, dans les glissières prévues pour les ascenseurs. Le
montage du premier étage est réalisé à l'aide de douze échafaudages provisoires en
bois de trente mètres de hauteur, puis de quatre grands échafaudages de quarante-
cinq mètres. L’un des moments les plus délicats de la construction a sans doute été
la jonction du premier étage car il a fallu que les quatre piliers se rejoignent
exactement au même niveau et au millimètre près. Sans cette précision,
probablement que la tour n’aurait pas été construite car elle aurait été penchée. La
réussite de la jonction, le 7 décembre 1887, est sans doute due à la grande prouesse
de Gustave Eiffel, qui montre sa capacité à faire face à tous les défis en matière de
construction. S’il a réussi, c’est notamment grâce à des vérins hydrauliques et à des
énormes « boîtes à sable », qu’il a placé sous chaque arbalétriers afin de régler
respectivement leur hauteur et leur inclinaison et qui ont ensuite été remplacés par
des cales en acier. Une fois ce cap passé, la construction de la tour Eiffel semblait
bien lancée et rendait inutiles les échafaudages construits temporairement, les
plates-formes du premier étage, puis du second, servant ensuite de relais pour le
levage des divers matériaux. Au-delà du deuxième étage, seulement deux grues, qui
suivent les montants verticaux des ascenseurs, sont utilisées.

4- LES MATERIAUX : LE CHOIX DES MATERIAUX

4.1-La forme de la tour

Pour atteindre ses 300 m, la tour est composée de deux éléments, une base solide
reposant sur quatre piles liaisonnées et prolongées jusqu'à la plate-forme que
constitue le deuxième étage et un pylône ancré fortement dessus. Chacun des
quatre piliers est orienté en direction d’un point cardinal.

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 12


FORMATEC
La Tour Eiffel

Figure 8 : Les deux éléments constitutifs de la tour


Mais la tour n’a pas été construite sous cette forme que pour son esthétique. Il fallait
qu’elle soit solide. D’après Gustave Eiffel « tout l’effort tranchant dû au vent passe
ainsi dans l’intérieur des montants d’arête. Les tangentes aux montants menées en
des points situés à la même hauteur viennent toujours se rencontrer au point de
passage de la résultante des actions que le vent exerce sur la partie de la pile au-
dessus des deux points considérés. Les montants avant de se réunir à ce sommet si
élevé, semblent jaillir au sol, et s’être en quelque sorte moulés sous l’action du
vent ».

De nombreux calculs ont donc été réalisés pour qu’elle résiste à la force des vents.
L’empattement ainsi que la structure elle-même ont été étudiés, ce qui donne à la
tour cette forme particulière.

4.2- Les matériaux utilisés


Le principal matériau qui constitue la tour Eiffel est le puddlé. On le trouve dans des
pièces de toutes tailles. Le fer provient des mines de Zaccar et Rouina en Algérie.

Cependant Gustave Eiffel a beaucoup hésité pour l’utilisation du fer puddlé parce
qu’il était cher et qu’il était nécessaire d’en avoir une grande quantité pour cette
construction.

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 13


FORMATEC
La Tour Eiffel

S’il a finalement choisi ce métal, c’est avant tout parce qu’il y trouvait des avantages  :
‘’c’est en premier lieu pour sa résistance. Au point de vue des charges que l’on peut
faire supporter avec sécurité à l’un et l’autre de ces matériaux, on sait que, à surface
égale, le fer est dix fois plus résistant que la pierre’’. Il précise ‘’C’est dans les
grandes constructions surtout que la résistance du métal le rend supérieur aux
autres matériaux. La légèreté relative des constructions métalliques permet en même
temps de diminuer l’importance support des supports et des fondations’’. Et il conclut
« Pour ne citer qu’un exemple, celui de la Tour de l’exposition, j’ai étonné plus d’une
personne qui s’inquiétait de la charge sur le sol des fondations, en disant qu’il ne
serait pas plus chargé que celui d’une maison de Paris. »

4.3- Le puddlage 
C’est un procédé d’affinage de la fonte consistant d’abord à la décarburer en la
brassant dans un four pour obtenir du fer puddlé, plus souple que de la fonte, puis le
martelage qui consiste à donner à une pièce métallique sa forme définitive, et enfin
un laminage qui consiste à un écrasement entre deux cylindres pour réduire
l’épaisseur du métal.

La première moitié du XIXè siècle est marquée dans toute l’Europe par la révolution
industrielle. L’apparition des chemins de fer stimule l’essor de la métallurgie et
multiplie les techniques de fabrication du fer, qui a donc peu à peu un rôle essentiel
dans la plupart des constructions. On le préfère à la pierre pour sa souplesse, sa
légèreté et surtout sa résistance. Le fer autorise ainsi la construction de bâtiments
plus variés, plus vastes, plus hauts… 

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 14


FORMATEC
La Tour Eiffel

Après la construction du premier pont en fonte par les Anglais en 1779 (pont de
Coalbrookdale, photo), le fer laminé s’impose, car il est plus efficace (meilleure
résistance, combustibilité) et surtout plus économique que la fonte. Dans les années
1870, il devient d’usage courant. Les ingénieurs maîtrisent le matériau grâce à leur
différentes expériences, qui leur ont permis d’établir les caractéristiques principales
du fer et de les rendre essentiels, autant voire plus que les architectes, dans la
conception d’édifices. Ce sont ainsi deux ingénieurs, Émile Nouguier et Maurice
Koechlin qui sont à l’origine de la Tour. La concrétisation de cette idée a ensuite
amenée l’équipe d’Eiffel à s’interroger sur le matériau à utiliser pour la construction
de cet ouvrage.

L’acier était considéré à l’époque comme le métal de l’avenir, c’est cependant le « fer
puddlé » qu’Eiffel et ses ingénieurs ont choisi, un fer situé entre le fer riche en
carbone et le fer pur (sans carbone). Ce choix se justifie par plusieurs critères. En
premier lieu, Eiffel et ses ingénieurs avaient une forte expérience avec le fer, alors
qu’ils n’avaient presque jamais travaillé l’acier (pourtant plus résistant), ce matériau
étant plus coûteux. D’autre part, des accords financiers existaient entre Eiffel et
l’entreprise Fould-Dupont, de Pompey, qui fournissait tout le fer nécessaire à Eiffel
dans ses constructions. Cette entreprise ne fabriquant l’acier qu’à partir de 1888, il
leur était impossible de répondre à quelconque demande d’acier de la part de
l’équipe d’Eiffel. De plus, l’acier étant plus léger, Eiffel craignait des vibrations plus

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 15


FORMATEC
La Tour Eiffel

grandes sous l’action du vent. Le fer, plus lourd, assurait à sa tour un poids plus
important et donc une meilleure stabilité.

Parmi les fers, c’est le fer puddlé qu’a choisi Eiffel. En effet, on y relève très peu de
carbone, le fer est donc mécaniquement sain, et plus facile à travailler que l’acier. Le
fer puddlé est obtenu par puddlage, un procédé inventé par l’anglais Henri Corten
1784 qui consistait à décarburer la fonte dans un four à réverbère (comme sur le
schéma ci-joint) afin d'obtenir du fer. Cette technique maintenait séparées la fonte et
la source de chaleur. Aucune impureté ne venait côtoyer la fonte en fusion, que
brassait un ouvrier grâce à un «ringard». De ces «bains de fonte» on extrayait des
«loupes» pâteuses que l'on portait au rouge, puis que l'on «cinglait», martelait, voire
pilonnait longuement, afin de décarburer le métal par des oxydes et de le
débarrasser de ses scories. Cette innovation anglo-saxonne permettait l’affinage à
grande échelle de la fonte.

Illustration d'un four à puddlage à droite ; et schéma simplifié en dessous.

A : "sole" munie d'une ouverture qui permet au puddler de passer son "ringard" et de
mélanger la fonte.
C : cheminée avec un couvercle permettant de régler le tirage et de réguler le
chauffage.
D : Séparation entre le foyer et la sole pour éviter le contact direct de la fonte avec le

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 16


FORMATEC
La Tour Eiffel

combustible.
F : Foyer

De ce procédé, on pouvait obtenir du fer puddlé mais aussi de l’acier puddlé. Jules
Verne, dans Les cinq cent millions de la Bégum explique d’ailleurs assez
précisément la différence : « Les lingots de fonte, jetés dans un four doublé d'un
revêtement de scories, y étaient d'abord portés à une température élevée. Pour
obtenir du fer, on aurait commencé à brasser cette fonte aussitôt qu'elle serait
devenue pâteuse. Pour obtenir de l'acier, ce carbure de fer, si voisin et pourtant si
distinct par ses propriétés de son congénère, on attendait que la fonte fût fluide et
l'on avait soin de maintenir dans les fours une chaleur plus forte »

Pour ensuite mettre en forme le fer puddlé obtenu, on le passe au laminoir, il est
ainsi compressé et réduit en lames de même épaisseur (environ 7 mm). Il sera
ensuite découpé pour former les 18 038 pièces nécessaires au montage de la Tour
Eiffel. Il n’est pas particulièrement pur, contenant de nombreuses inclusions mais il
est très homogène : Eiffel y trouvait donc la qualité nécessaire à son projet. La
composition des tôles ainsi crées est la suivante : 0.025% de carbone, 0.440% de
phosphore et 0.048% de soufre. De plus, en essayant plus de 4 200 barrettes de ce
fer, Eiffel s’est rendu compte que les propriétés techniques du fer puddlé étaient très
proches de ce qu’il cherchait : résistance moyenne à la rupture de 32 kg/mm²,
allongement moyen de 7%. Il s’est de plus révélé à l’usage comme résistant au
vieillissement, à la fatigue, à la corrosion.

Il est certain qu’en acier, la Tour Eiffel aurait eu un coût plus important mais aussi un
entretien plus complexe. La Tour a nécessité le traçage de 16 000 pièces de gabarits

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 17


FORMATEC
La Tour Eiffel

différents, le perçage de 7 000 000 de trous, la pose de 2 500 000 rivets. Toutes les


pièces étaient fabriquées d’avance dans les ateliers d’Eiffel à Levallois-perret.
Calculées, tracées, dessinées et percées par des ouvriers surnommés les « gars du
plancher », elles arrivaient à la tour déjà assemblées par éléments de 5 mètres. Sur
la Tour, plus de 130 ouvriers les montent et les fixent comme un gigantesque jeu de
meccano. Le montage de la Tour commence le 1er juillet 1887 pour être terminé fin
mars 1889. Il n’y eut aucune surprise, tant les tracés étaient exacts, et depuis, aucun
mouvement n’a été constaté depuis 90 ans.

Le fer puddlé est donc le matériau qu’il fallait à Gustave Eiffel et ses collaborateurs
pour construire la Grande Dame de Fer.

4.4- Assemblage des pièces : le rivetage

Les assemblages étaient assurés par des rivets posés à chaud qui en se
refroidissant se contractaient et assuraient le serrage des pièces entre elles. Quatre
hommes étaient nécessaires à la pose d’un rivet : celui qui le chauffait, celui qui le
maintenait en place, celui qui lui formait la tête et un dernier, qui l’écrasait à l’aide
d’une masse. 2 500 000 rivets furent ainsi posés. Ils ont été préférés aux boulons par
Eiffel, notamment pour les qualités mécaniques de la jonction de leur col et de leur
tête.

Figure 9 : Forme générale d’un rivet

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 18


FORMATEC
La Tour Eiffel

Figure 10 : Equipe de riveurs

5- La Tour et les éléments atmosphériques

5.1- La température

La chaleur influe sur la hauteur de la tour. Les hautes températures comme les
basses peuvent entraîner une dilatation ou une compression du fer puddlé utilisé.

Pour obtenir un ordre d'idée de cette variation, on considère la tour comme une tige
métallique de 324 m de haut, dont le coefficient dont le coefficient de dilatation est de
l´ordre de 35 millionièmes de mètres par mètre de longueur et par degré centigrade
(35 x 10-6/m/°C).

 D = Cd * Δt * H      avec D la dilatation

Cd le coefficient de dilatation de fer puddlé

 Δt variation de température (on prend comme maximum 20°C)

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 19


FORMATEC
La Tour Eiffel

H la hauteur de la tour

 D= 35 x 10-6 x 20 x 324

D= 0, 226 m

La tour ne peut donc varier que de 22,6 cm si la température s'élève ou diminue de


20° C°.

Par contre, le fait qu'une face (ou deux) de la Tour soit exposée au soleil, alors que
les trois autres (ou deux) ne sont qu'à température ambiante, est cause d´une
dilatation de cette face sensiblement supérieure à celle des autres ; ce qui fait décrire
au sommet de la tour une ellipse ; on dit que la Dame de fer fuit le soleil....

Le déplacement maximum actuellement connu fut d´environ 18 centimètres, pour


une journée estivale particulièrement chaude (car la différence de température entre
le jour et la nuit était très élevée.

5.2-   Le vent

La courbure des montants est mathématiquement déterminée pour offrir la meilleure


résistance possible à l'effet du vent. Ainsi, la Tour peut résister à des vents d'une
pression de 400 kg par mètre carré ; la pression maximum, dans la région parisienne
est de 150 kg/m².

D'autre part, la force qu'exerce le vent est répartie de façon inégale sur l'ensemble
de la structure de la Tour Eiffel. L'intensité du vent est supérieure au sommet par
rapport à la base. Pour un vent de 10 m/s à la base, on peut avoir un vent de 40 m/s
au sommet ! Par vent de 180 km/h le sommet peut décrire des ellipses de 10 à 12
cm. Ainsi, le sommet de la Tour Eiffel ne s'est écarté que de 13 centimètres lors de la
tempête de décembre 1999 où il a été enregistré un vent de 215 km/h. Les effets du
vent sont donc minimes sur la Tour, et c'est la chaleur qui à le plus d'influence sur
ses oscillations.

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 20


FORMATEC
La Tour Eiffel

5.3-  Orages

Les adversaires du projet d'Eiffel ayant souligné les dangers que pourraient courir les
visiteurs en cas d'orages, dès 1886 une commission scientifique étudie le problème.
Suivant leur conclusion, un dispositif paratonnerre est mis en place dès la
construction des fondations. Il est constitué de deux tuyaux en fonte, longs de 124 m,
reliés aux parties métalliques basses de la Tour. Il est mis à l'épreuve le 9 août 1889
pour la première fois : la foudre tombe sur la Tour, et pendant plusieurs secondes
elle résonne comme un diapason.

Aujourd'hui la Tour est munie de plusieurs paratonnerres. Un vertical (au sommet) et


huit en aigrette au quatrième étage. La mise à la terre est effectuée par une
descente en feuillure de cuivre qui s'enfonce jusqu'à 15 mètres sous terre.

CONCLUSION

La Tour Eiffel fut donc un véritable défi pour les quelques cinquante ingénieurs et
deux cent vingt ouvriers qui participèrent à sa construction. Elle représente
également l’audace de ces hommes du XIXè siècle qui croyaient en l’Homme et en
sa capacité à se bâtir un avenir.
Exposé de PGC-SABHAR A.R. 21
FORMATEC
La Tour Eiffel

 
La Tour Eiffel, qui n’était pas destinée à rester en place plus de vingt ans, a
néanmoins survécu dans l’Histoire et ce, grâce aux savants. Ce sont eux, menés par
Gustave Eiffel, qui transformèrent la Tour en véritable laboratoire scientifique à
grande échelle, ce qui la sauva de sa démolition.
 
Avec ses 300 mètres de haut, un exploit pour l’époque, elle n’a cependant pu se
targuer de posséder le titre de « plus haute structure du monde » que jusqu'en 1930,
date à laquelle le Chrysler de New York l'a dépassé. Depuis, les diverses antennes
ajoutées à la Tour Eiffel lui permettent de revendiquer quelques mètres de plus, 326
depuis l'arrivée des émetteurs TNT pour la télévision numérique terrestre.
Aujourd'hui, le monument de Gustave Eiffel fait partie des incontournables du
tourisme à Paris.
 
Ainsi, plus de 220 millions de personnes y sont montés depuis son inauguration, les
plus courageux par les 1665 marches des escaliers et les autres par les ascenseurs
disponibles. Aujourd’hui encore, avec sept millions de visites par an, la Tour Eiffel
semble être un monument hors du temps, qui a su s’adapter à tous les siècles, en
veillant sur la ville de Paris et de ses habitants.

ANNEXES

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 22


FORMATEC
La Tour Eiffel

La tour en construction

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 23


FORMATEC
La Tour Eiffel

Les caissons étanches pour la fondation

Vue de dessous
Exposé de PGC-SABHAR A.R. 24
FORMATEC
La Tour Eiffel

Dernier étage de la tour Eiffel

Vue de loin de la tour Eiffel

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 25


FORMATEC
La Tour Eiffel

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

[1]. EIFFEL Gustave. La Tour de 300 mètres, Paris, Lemercier, 1900, 400 p.
[2]. FREMY Dominique. Quid de la Tour Eiffel, Evreux, Edition Robert Laffont,
1989, 162 p.
[3]. JOLY Dominique et Pascale COLLANGE. La Tour Eiffel, Paris, Edition
Casterman, 1995, 46 p.
[4]. LAMBON François. La Tour Eiffel, Paris, Edition Ramsay, 1981, 160 p.
[5]. LE QUINTREC Guillaume (dir.). Histoire 1ère, Paris, Nathan, 2007, Chapitre
8, 160 p.
[6]. SEITZ Frédéric. La Tour Eiffel, cent ans de sollicitude, Paris, Edition Belin-
Herscher, 2001, 159 p.
[7]. SESMAT Pierre. « La Tour Eiffel a cent ans », TDC, n° 513, printemps 1989,
pp.4-27.  
[8]. FUTURA SCIENCES. La Tour Eiffel. Disponible :http://www.futura-
sciences.com/fr/doc/t/geographie/r/paris-1/d/la-tour-eiffel_763/c3/221/p1/
[9]. FRANCE PITTORESQUE. Polémiques autour de la Tour Eiffel. Disponible :
http://www.france-pittoresque.com/anecdotes/91.htm
[10]. OFFICE TECHNIQUE POUR L’UTILISATION DE L’ACIER.
L’entretien de la Tour Eiffel. Disponible : http://www.otua.org/aciers-
ts/glossaire/v3-narration-entretien-eiffel.asp
[11]. Traitement de surface à la Tour Eiffel. Disponible :
http://www.otua.org/acier_traitement_eiffel_texte.htm
[12]. SEINE SAINT-DENIS TOURISME. Visite de l’aérodynamique Eiffel.
Disponible
http://www.tourisme93.com/document.php?pagendx=417
[13]. SITE DU CENTRE POMPIDOU. La Tour Eiffel haute en couleurs. Disponible :

http://www.cnac-gp.fr/expositions/toureiffel/index.html
[14]. SITE OFFICIEL DE LA TOUR EIFFEL. Disponible http://www.tour-eiffel.fr
[15]. STRUCTURA E. La Tour Eiffel. Disponible :
http://fr.structurae.de/structures/data/index.cfm?ID=s0000021
Exposé de PGC-SABHAR A.R. 26
FORMATEC
La Tour Eiffel

[16]. WIKIPEDIA. Tour Eiffel. Disponible :


http://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Tour_Eiffel
[17]. C'EST PAS SORCIER. La Tour Eiffel, Rift International production, 1996, 27
min. (VIDEO)

Exposé de PGC-SABHAR A.R. 27


FORMATEC

Vous aimerez peut-être aussi