Vous êtes sur la page 1sur 400

Université d'Assiout

Faculté Des Lettres


Département de Français

Cours de
Traduction
ème
3 année

Cours choisis et réunis par

Dr. Noha Abdel Aziz Rizk


Professeur adjoint, département de français,
Faculté des lettres

2020

- 1-
Comment Traduire ?

- 2-
LES ESPÈCES DE MOTS

Les mots dont une phrase peut être formée sont:

L‟article

Le nom (substantif);

L‟adjectif (plusieurs sortes);

Le pronom (plusieurs sortes);

Le verbe;

Les mots invariables (adverbe, préposition,

conjonction, interjection).

Remarque importante.
Ne pas croire qu‟un mot donné doive se traduire

toujours par un mot de même espèce. On traduit les

idées et les images exprimées par les mots. Par exemple,

un nom peut se traduire par un verbe ou une proposition.

Lors de son arrivée (n.) dans la plaine.

‫إذا أنتهً (فعل) إلً السهل – عند وصوله (إسم) إلً السهل‬

- 3-
Elle croit ce qu’il dit (prop.).

)‫تصدق لوله (إسم) – ما ٌموله (جملة‬

Alors que (conj.) cet enfant s’appelle (v.) Paul.

‫إسم (إسم) الولد بولس‬

------------------------------------------------------------------------

Notes:

Ne pas croire non plus qu‟à un mot dans une langue

doit correspondre un seul mot dans l‟autre langue. C‟est

souvent une locution nominale ou verbale qui y correspond.

En traduisant on doit garder la place des mots, c‟est-à-

dire l‟ordre des idées et des images, sauf lorsque la

grammaire et l‟usage exigent le changement de place.

- 4-
L’ARTICLE

L‟article est défini: la maison, la maison du prince;

‫ بٌت األمٌر‬، ‫البٌت‬

ou Indéfini: une maison, des enfants.

‫ أوالد‬، ‫بٌت‬

La forme avec De, contractée ou non,

a tantôt un sens défini: je viens du village;

ٍ ‫إنً آ‬
)‫ت من المرٌة (حرؾ جر‬

tantôt un sens partitif: je veux du pain.

‫أرٌد خبزا‬

Règles.
1. Normalement, seuls les substantifs prennent l‟article.

2. Après les noms de nombre ou de quantité, ou devant

un adjectif au pluriel, on emploie De à la place de

Des:

J’ai vu beaucoup d’enfants (partitif).

‫رأٌت أوالدا كثٌرٌن أو عدة أوالد أو كثٌرا من األوالد‬

- 5-
Il a de beaux habits (indéfini).

‫له ثٌاب جمٌلة – له الثٌاب الجمٌلة‬

3. L‟article indéfini un est plus ou moins vague. Ne pas le

confondre avec le nom de nombre marquant l‟unité:

J’ai mangé une pomme.

En arabe pour rendre le sens plus indéfini on

emploie souvent le mot indéterminé dans diverses

tournures:

Il y avait une fois. Un jour…

‫ٌوم – ٌوما من األٌام‬


ٍ ‫ٌوما ما – ذات‬

------------------------------------------------------------------------

Notes:

En français, un mot est défini ou indéfini. En arabe, il

est déterminé (reconnu concrètement) ou indéterminé (non

reconnu). Les deux notions ne se recouvrent pas. Ne pas

croire que la présence d‟un article dans une langue oblige

la traduction par un article dans une autre langue.

- 6-
Remarquer: Mon père est médecin (pas un médecin).

Mais c‟est un habile médecin.

Exemples:

- Un ermite, rapport-t-on, dit un jour a un roi.

‫لٌل إن بعض النسان لال لبعض الملون‬

- A certains jours

‫فً بعض األٌام‬

- 7-
LE GENRE

Les noms sont masculins ou féminins. On reconnaît

cela seulement à l‟article.

A noter: Certains noms sont masculins en français et

féminins en arabe (1) et vice-versa (2):

(1) Le pied Un arc Le doigt

Le feu Un appartement Un navire

Le vin Le soleil Le lapin

Le puits Le vent Le seau

(2) La lune La maison La droite L‟eau

La gauche La science La porte

Sont de même genre (entre autres):

La marmite La terre La sandale

La hache La coupe

------------------------------------------------------------------------

- 8-
Notes:

1. Il y a en français des pronoms neutres quand ils

remplacent une action : Peux-tu marcher ? Je le peux.

2. Certains noms français ont les deux genres, mais leur

sens varie avec le genre:

le tour le voile le livre le vase le vapeur

la tour la voile la livre la vase la vapeur etc.

- 9-
LE NOMBRE

Les noms sont au singulier ou au pluriel. La marque

du pluriel est en général S ou X.

Les noms au singulier dans une langue se traduisent

en général par un singulier dans l‟autre langue; ceux au

pluriel par des pluriels, sauf:

1. Les membres doubles, au pluriel en français, doivent

être traduits en arabe par un duel:

Il a pris l’enfant dans ses bras.

‫أخذ الولد بٌن ذراعٌه‬

Il est allé à pied à Beyrouth.

‫ذهب إلً بٌروت ماشٌا علً المدمٌن‬

2. Le nom collectif arabe correspond à un pluriel en

français:

Les cèdres, les pommes, les gens.

‫ الموم‬- ‫األرز – التفاح‬

- 10-
3. Le pluriel arabe a plus une nuance affective que

numérale:

En tout lieu – Il a versé tout son sang.

‫فً المشارق والمؽارب – سفن دماءه كلها‬

- 11-
RÈGLES D’ACCORD

L‟adjectif épithète et l‟adjectif attribut (le participe

passé) s‟accordent en genre et en nombre avec le nom

auquel ils se rapportent.

La marque du féminin est en général: E.

La marque du pluriel est en général: S.

Une belle maison. ‫بٌت جمٌل‬

La maison est belle. ‫البٌت جمٌل‬

Les maisons sont belles.‫البٌوت جمٌلة‬

Les maisons étaient belles.

‫كانت البٌوت جمٌلة‬

Les bêtes sauvages. ‫الحٌوانات البرٌة‬

Les pronoms personnels et relatifs, les adjectifs

démonstratifs suivent en générale la même règle:

Cette maison est jolie, elle était très belle..

‫هذا البٌت ظرٌؾ – كان جمٌبل جدا‬

- 12-
------------------------------------------------------------------------

Notes:

1. Il y a exception pour le pronom personnel neutre:

C’est une femme intelligente.

‫هذه هً إمرأة ذكٌة‬

2. L‟accord se fait selon la forme, non selon le sens:

Une foule nombreuse. Les gens nombreux.

‫الموم كثٌر أو كثٌرون – جمهور عدٌد أو عدٌدون‬

- 13-
ÉPITHÈTE

L‟adjectif épithète, s‟il est isolé, a tendance à se

placer entre l‟article et le nom (au contraire de l‟arabe):

La belle maison. ‫البٌت الجمٌل‬

Un gentil garçon. ‫صبً لطٌؾ‬

L‟adjectif démonstratif précède toujours le nom

auquel il se rapporte. De même l‟adjectif numéral:

Cette belle maison. ‫هذا البٌت الجمٌل‬

J’ai vu cinq hommes – vingt hommes.

‫رأٌت خمسة رجال – عشرٌن رجبل‬

Le « qualificatif indirect » de l‟arabe sera rendu en

français par des tournures déterminatives ou relatives:

C’était un enfant au beau visage.

‫كان ولدا جمٌبل وجهه – كان جمٌل الوجه‬

Je veux un livre facile à lire.

‫أرٌد كتابا سهلة لراءته – أرٌد كتابا سهل المراءة‬

- 14-
J’ai vu un homme dont le père est noble.

‫رأٌت انسانا نبٌبل أبوه – رأٌت انسانا نبٌل األب‬

------------------------------------------ ------------------------------
Notes:

1. Le changement de fonction en arabe et souvent le

changement de place des mots supposent une nuance

de sens:

J’ai vu la maison que voici. J’ai vu des hommes au

numbre de trois.

)‫رأٌت البٌت هذا (نعت) – رأٌت رجبل ثبلثة (نعت‬

2. Plusieurs adjectifs épithètes peuvent se suivre : s‟il y en

a plus de deux, seul le dernier est précédé de la

conjonction Et ou d‟une autre:

C’était un enfant sage, intelligent et paresseux.

‫كان ولدا عالبل وذكٌا وكسبلن‬

Si les adjectifs arabes ne sont pas coordonnée, on

préfère un adverbe modifiant l‟épithète : C‟est une chose

tout à fait étrange. ‫أن هذا الشا ؼرٌب عجٌب‬

- 15-
LES CORROBORATIFS : TOUT, MÊME

Tout: En rapport avec un nom est adjectif indéfini et

s‟accorde avec le nom:

J’ai visité toutes les pièces. ‫زرت الؽرؾ كلها‬

Tous les hommes sont mortels. ‫الناس كلهم ٌموتون‬

Placé devant un adjectif, il signifie tout à fait, est

adverbe et invariable:

Les enfants étaient tout tristes.

‫كان األوالد فً حزن شدٌد – جد حزانً – لد أعتراهم الحزن‬

Même: Placé entre l‟article et le nom, est adjectif

indéfini et s‟accorde avec le nom:

Nos avons les mêmes livres que nos camarades.

‫لنا الكتب ذاتها التً لرفالنا‬

Placé après un nom ou un pronom, renforce le sens

de ce mot et s‟accorde avec le nom ou le pronom:

- 16-
Les hommes eux-mêmes sont venus.

‫أتً الناس أنفسهم‬

J’ai vu ton frère lui-même. ‫رأٌت أخان عٌنه‬

En rapport avec un verbe ou un adjectif, Même est

adverbe. Il signifie De Plus, Assui:

Tous les hommes, même les rois, sont mortels.

‫ٌموت الناس كلهم حتً الملون‬

Pour insister on peut aussi répéter un mot ou utiliser

un adverbe:

Toi, tu t’es levé – C’est Bien lui, tenez-le.

‫لمت أنت – هو هو فؤمسكوه‬

- 17-
L’APPOSITION

Un nom, mis en apposition à un autre, soit avant, soit

après lui, complète son sens; il s‟accorde avec lui:

Ton ami Zayd est venu.

‫جاء زٌد صدٌمن – جاء صدٌمن زٌد‬

Le roi Louis XIV a été victorieux.

‫لد انتصر لوٌس الرابع عشر الملن – لد انتصر الملن لوٌس‬

La ville de (explétif) Damas est grande.

‫دمشك العاصمة واسعة – العاصمة دمشك واسعة‬

---------------------------------------------- --------------------------

Arabisme: Ne dites pas:

J’ai mangé le poisson, sa moitié. Mais: la moitié

du poisson.

Ton frère, sa science m’a plu. Mais: la science de

ton frère …

- 18-
Un adjectif ou un participe précédant le nom auquel il

se rapporte, ou séparé de lui par une virgule, exprime

une circonstance se rapportant à la fois au nom et à

l‟action exprimée par le verbe : il est mis en apposition. Il

s‟accorde avec le nom.

Cette tournure est très fréquente pour colorer l‟action

et son auteur des circonstances affectives importantes:

Souriant, l’enfant revint de l’examen.

‫عاد الولد من االمتحان مبتسما‬

Ayant pleuré, l’enfant partit.

ً‫ ولد بك‬، ‫ذهب الولد‬

L’enfant, chargé de ses livres, pleurait.

‫ وهو ٌحمل كتبه‬، ً‫كان الولد ٌبك‬

- 19-
LE COMPLÉMENT DE NOM

Il se place après le nom pour le déterminer; il est lié

à lui par une préposition (en général De). Il est placé, si le

nom est qualifié, après le qualificatif:

La maison de ta sœur. ‫بٌت أختن‬

Le beau château de l’émir. ‫لصر األمٌر الجمٌل‬

La belle maison de ta sœur. ‫بٌت أختن الجمٌل‬

Plusieurs noms peuvent avoir un seul complément

déterminatif commun:

La maison et l’auto de ta sœur. ‫بٌت أختن وسٌارتها‬

L‟adjectif peut aussi avoir un complément, ainsi que

l‟adverbe pris comme nom:

Je veux un livre facile à lire. ‫أرٌد كتابا سهل المراءة‬

Voici l’enfant beau de visage. = Voici l’enfant qui

a un beau visage. ‫هذا هو الولد الجمٌل الوجه‬

- 20-
Il a beaucoup de livres. ‫له عدة كتب – له كتب عدٌدة‬

Tournures spéciales:

Un livre de class = scolaire. ً‫كتاب مدرس‬

Un chien de mon père = lui appartenant.

ً‫كلب ألبـ‬

Un livre d’élève différent de : le livre d’un élève.

‫الكتاب لتلمٌذ وكتاب تلمٌذ‬

- 21-
LE SPÉCIFICATIF
(Comment traduire la tournure arabe)

1° Après les noms de quantité, de prix, de matière,

de poids, de mesure, de distance, de superficie, c‟est en

général un complément déterminatif:

J’ai un rotl de miel.

‫عندي رطل عسبل – أو رطل عس ٍل – أو رطل من العسل‬

J’ai deux coudées de drap.

‫عندي ذراعان جوخا أو من الجوخ‬

Combien de livres veux-tu ?

‫ب‬
ٍ ‫ كم ترٌد من كتا‬- ‫كم كتابا ترٌد ؟‬

Les noms comptés sont qualifiés par le nombre

précédent:

J’ai vu vingt hommes. ‫رأٌت عشرٌن رجبل‬

- 22-
2° Dans le comparatifs, l‟objet de la comparaison

(quant à, accusatif grec) gagnera à être placé en

première position comme sujet ou complément:

Son honneur est plus grand. ‫هو أعظم شرفا‬

L’eau du vase a débordé. ‫فاض اإلناء ماء‬

Nous n’avons pas d’autre soutien que toi.

‫مالنا ؼٌرن سندا‬

Qui nous donnerait un héros comme toi ?

‫من لنا بمثلن بطبل‬

- 23-
PRONOM PERSONNEL. ADJ. POSSESSIF

Le pronom personnel tient la place du nom.

Il peut être sujet:

Je suis allé à la maison. ‫ذهبت إلً البٌت‬

Nous aimons nos parents. ‫نحب والدٌنا‬

Il peut être complément d'Object direct:

Je te frapperai, (avant le verbe) ‫سؤضربن‬

ou complément indirect avec préposition:

C’est à lui que j’écris. ‫له أكـتب‬

sans préposition:

Je lui ai écrit. ‫كتبت لـه‬

Je le lui ai donné. ‫أعطٌته اٌاه‬

Cela lui a plu. ‫أعجبه هذا‬

Il peut être accentué (apposition, comp. ind.):

- 24-
Toi tu commandes, moi j’obéis. ‫أنت تؤمر وأنا أطٌع‬

C’est à toi que j’ai écrit. ‫لن كتبت‬

C’est toi que nous adorons. ‫إٌان نعبد‬

L‟adjectif possessif se place avant le nom auquel il

se rapporte et s‟accorde avec lui (pas avec le

possesseur):

Mon chapeau (garçon).ً‫لبعت‬

– Ton chapeau (fille). ‫لبعتن‬

Leur livre (à elles filles). ‫ – كتابهن‬Leurs amis (à eux

garçons). ‫أصدلاإهم‬

------------------------------------------------------------------------

Notes:

1- Le pronom personnel de la 3e pers., sujet du verbe être,

est remplacé par un démonstratif neutre, si l‟attribut n‟a

pas l‟article:

C’est un paysan habile. ‫هو فبلح ماهـر‬

- 25-
C’est un ami à moi. (pas: Il ... ) ً‫هو صدٌك ل‬

2- On évite l‟usage des adjectifs possessifs lorsque

l‟attribution est claire:

Il partit, le chapeau à la main. ‫ذهب ولبعته فً ٌده‬

3- Les deux nuances des deux emplois particuliers du

pronom personnel arabe sont rarement traduites:

On a raconté qu’il y avait un lion dans une forêt.

‫حكً أنه كان أسد فً ؼابة‬

Dieu est le créateur. ‫هللا هو الخالـك‬

- 26-
ADJECTIF ET PRONOM DÉMONSTRATIFS
PRONOM POSSESSIF

L‟adjectif démonstratif s‟ajoute au mot pour le

préciser en le désignant de près ou de loin. Il s‟accorde

avec le nom qu‟il détermine:

J’ai vu cette maison-ci. ‫رأٌت هذا البٌت‬

Cet homme-là est notre ennemi.

‫(ذان) ذلن الرجل عدونا‬

J’ai vu la maison que voici. ‫رأٌت البٌت هذا‬

Ce livre de ma sœur est beau. ‫كتاب أختً هذا جمٌل‬

Le pronom démonstratif a valeur de nom, il évite de

répéter un mot (ce qui se fait naturellement en arabe):

L’ardeur de l’élève ne dépasse pas celle du

maître. ‫نشاط التلمٌذ ال ٌفوق نشاط المعلم‬

Le pronom possessif a le même rôle:

- 27-
Voici mon livre et voilà le tien. ‫هذا كتابً وذان كتابن‬

------------------------------------------------------------------------

Tournures spéciales: Il y a (là-bas) une autre question.

‫هنا وهنان وهنالن – ثم وثمة مسؤلة أخري‬

De là vient que … ‫ومن ثمة أنه‬

- 28-
PRONOMS OU ADJECTIFS INTERROGATIFS

La proposition interrogative peut être marquée par

une simple inversion:

Paul est-il venu ? ‫هل أتً بولس ؟‬

Mais aussi par un pronom ou un adjectif interrogatif:

Qui Que Quoi Lequel Auquel . . .

Il se place en général en tête de phrase (comme en

arabe) quelle que soit sa fonction.

Sujet:

Qui viendra ? – Quel homme a fait cela ?

‫ أي إنسان فعل هذا ؟‬- ‫من ٌؤتً ؟‬

Complément d‟objet direct:

Qui as-tu frappé ? ‫من ضربت ؟‬

Complément indirect:

A quel enfant as-tu écrit ? ‫ألي ول ٍد كتبت ؟‬

- 29-
Pourquoi as-tu fait cela ? ‫لم فعلت هذا ؟‬

Complément de nom:

De qui es-tu l’ami ? ‫صدٌك من أنت ؟‬

Quand le mot interrogatif n‟est pas sujet, ce dernier

se place après le verbe:

Quel devoir a écrit Paul ? ‫فرض كتب بولس ؟‬


ٍ ‫أي‬

La proposition interrogative peut commencer par un

adverbe interrogatif:

Où ? Quand ? Combien ? Comment ?

Où étais-tu ? – Quand viendras-tu ?

‫ متً تؤتً ؟‬- ‫أٌن كنت ؟‬

------------------------------------------------------------------------

Notes:

Les pronoms interrogatifs a quoi, de quoi sont du

genre neutre et représentent des choses (à exprimer en

arabe): A quoi penses-tu ?. )‫فٌم تفكر ؟ (فً أي شا تفكر ؟‬

- 30-
Lequel exprime un choix entre deux:

Voici deux livres, lequel préfères-tu ?

‫ أٌهما تفضل ؟‬.‫هنا (هما) كتابان‬

Auquel exprime un choix entre plusieurs:

Tu as beaucoup d’amis, auquel as-tu écrit ?

‫لن أصدلاء كثٌرون – ألٌهم كتبت ؟‬

- 31-
LE PRONOM RELATIF

Il rattache une proposition subordonnée à un nom ou

pronom (antécédent) d‟une proposition précédente. Il en

prend de genre et le nombre. Il a dans la proposition

subordonnée relative une fonction propre.

Qui est sujet (parfois complément):

J’ai vu les deux enfants qui ont écrit cette lettre.

‫رأٌت الولدٌن اللذٌن كتبا هذه الرسالة‬

Voici une maison qui me plaît. ً‫هذا بٌت ٌعجبن‬

Vous appellerez qui vous voudrez.

‫تدعون من ترٌدونه أو ترٌدون‬


Celui qui me trahit n’est pas loin. ‫من ٌخوننً لٌس ببعٌد‬

Que est complément direct d‟objet (ou attribut):

La maison que je vois est belle.

‫البٌت الذي أراه جمٌل‬


Voici un livre que j’aime (pas: que je l‟aime).

- 32-
‫هذا كتاب أحبـه‬

Fais ce que tu veux. ‫أفعل ما ترٌد‬

Dont = de qui, de que, complément de nom ou

complément indirect:

Voici la maison dont j’ai vu l’image (pas: que j‟ai

vu l‟image de lui).

‫هذا هو البٌت الذي رأٌت صورته = هوذا البٌت‬

Où est complément de temps ou de lieu:

J’aime le pays où je suis né (pas: que je suis né

dedans). ‫أحب الوطن الذي ولدت فٌه‬

Quoi est pronom neutre, complément indirect:

Voici la chose à quoi je pense (pas: que je pense

à elle). ‫هذا ما أفتكر فٌه‬

------------------------------------------------------------------------

Notes:

- 33-
Les pronoms relatifs composés ont un emploi

particulier:

Lequel (seul) pour éviter une équivoque.

Lequel (avec préposition) si l‟antécédent est un nom

de chose.

Duquel remplace dont quand l‟antécédent est lui-

même complément indirect.

Traduction: De la façon qu’ils voulurent.

‫فً النحو الذي أرادوا‬

J’ai frappé celui qui le mérite.

‫ضربت من ٌستحك الضرب‬

- 34-
LES INDÉFINIS

Les adjectifs indéfinis sont des mots qui indiquent

que le nom qu‟ils accompagnent est employé dans un

sens vague.

Ces mêmes mots employés seuls sont les pronoms

indéfinis:

(1) Aucun homme n’est venu. ٍ ‫لم ٌؤ‬


‫ت رجل‬

(2) Personne – nul n’est venu. ‫ما أتً رجل‬

(3) Je ne veux Rien. ‫ال أرٌد شٌبا‬

(4) Je veux Tout lire. ‫أرٌد أن ألرأ كل شا‬

(5) Chaque enfant doit lire. ‫ٌجب علً كل ولد أن ٌمرأ‬

(6) Tous les enfants doivent lire. ‫علً كل األوالد أن ٌمرأوا‬

(7) A Chaque jour suffit sa peine. ‫ٌكفً كل ٌوم شره‬

(8) Je veux un Autre livre. ‫أرٌد كتابا آخر‬

(9) Je veux un Autre livre que le tien.

‫أرٌد كتابا ؼٌر كتابن‬

- 35-
(10) Il aime Certaines personnes. ‫ٌحب بعض األشخاص‬

(11) (Son succès est certain). ‫نجاحه مإكد‬

(12) Nous avons LES MÊMES livres que nos amis.

)‫لنا الكتب نفسها التً لرفالنا – (ذات الكتب‬

(13) Vous écriez sur vos livres: EUX-MÊMES.

‫تكتبون علً كتبكم ذاتها‬

(14) (Prenez même vos livres) adv. ‫خذوا حتى كتبكم‬

(15) Ce mot a Plusieurs sens.

‫معان‬
ٍ ‫معان عدٌدة – بضعة‬
ٍ = ‫معان‬
ٍ ‫لهذه الكلمة عدة‬

(16) Envoyez-nous QUELQUES livres.

‫أرسلوا إلٌنا بضعة كتب‬

(17) J’irai loger en QUELQUE ville.

‫سؤسكن فً بعض المدن‬

(18) Venez un jour QUELCONQUE.

‫تعالوا إلٌنا أي ٌوم كان – ٌوما ما‬

(19) Tel est son état. ‫هذه هً حالة‬

(20) Je l’aime TEL quel. ‫أحبه مع ما هو علٌه‬

- 36-
DEGRÉS DE COMPARAISON ET
SUPERLATIF (RELATIF)

Le comparatif.

1° Le comparatif de supériorité est formé par addition

de l‟adverbe plus.

2° Le comparatif d‟égalité est formé par addition de

l‟adverbe aussi.

3° Le comparatif d‟infériorité est formé par addition

de l‟adverbe moins.

La phrase avec laquelle se fait la comparaison

commence par QUE et est souvent elliptique du verbe:

Paul est plus grand que son frère.

‫بولس أكبر من أخٌه‬

Paul est plus expérimenté que son frère.

‫بولس أوسع اختٌارا من أخٌه‬

Paul est moins grand que son frère.

‫بولس هو ألل (كبرا) سنا – طوال من أخٌه‬

- 37-
Samir est aussi grand que son frère;

‫سمٌر كبٌر علً لدر أخٌه‬

Il est aussi grand qu’il est raisonnable.

‫هو كبٌر علً لدر ما هو عالل‬

Le superlatif.

1°Le SUPERLATIF RELATIF est formé par l‟addition

de LE PLUS ; il a un complément déterminatif précédé de

« de »:

Samir est le plus grand de ses frères.

‫سمٌر أكبر أخوته‬

C’est le plus grand de hommes.

‫هو أكبر الناس‬

C’est le plus grand homme (que j’ai vu).

‫إنسان رأٌته‬
ٍ ‫هو أكبر‬

C’est l’homme le plus grand.

‫هو الرجل األكبر‬

- 38-
2° LE SUPERLATIF ABSOLU ne mentionne pas de

comparaison:

Il est bien grand, il est très grand, il est tout à fait

grand.

‫هو كبٌر وكبٌر جدا – وهو جد كبٌر‬

Exceptions: Il est meilleur que moi – Il est pire que moi.

ً‫هو خٌر منً – هو شر من‬

- 39-
ADJECTIFS NUMÉRAUX

L‟ADJECTIF NUMÉRAL CARDINAL, en général

avant le nom, invariable, sert à compter; le nom qui le suit

est au pluriel:

J’ai vu trois hommes et j’ai salué quatre femmes.

‫رأٌت ثبلثة رجال وسلمت علً أربع نساء‬

J’ai vu treize hommes et salué quatorze femmes.

‫رأٌت ثبلثة عشر رجبل وسلمت علً أربع عشرة امرأة‬

J’ai vu vingt hommes et quarante femmes sont

venues. ‫رأٌت عشرٌن رجبل وأتً أربعون امرأة‬

J’ai vu trois cents hommes et quatre cents

femmes. ‫رجل وأربعمبة امرأة‬


ٍ ‫رأٌت ثبلثمبه‬

L‟ADJECTIF ORDINAL, variable, sert à classer:

Je suis entré dans la treizième maison.

‫ت الثالث عشر‬
ِ ٌ‫دخلت فً الب‬

C’est la trois cent quarante-cinquième fois.

- 40-
‫هذه المرة الثبلثمبة والخامسة واألربعون‬

L‟ADJECTIF CARDINAL s‟emploie parfois pour

l‟adjectif ordinal:

Le quatorze juin. ‫فً الرابع عشر من حزٌران‬

L’an mil huit cent quatre-vingt-trois.

ٍ ‫فً سنة ألؾٍ وثمانمابة وثبل‬


‫ث وثمانٌن‬

Page quatre-vingt. ‫الصفحة الثمانون‬

- 41-
LE SUJET DU VERBE D’ACTION

En français, toute proposition est composée au

moins d‟un sujet et d‟un verbe. Si c‟est le verbe être (ou

ses semblables) il a un attribut. La proposition est proche

de la proposition nominale arabe. Si c‟est un verbe

d‟action, n‟ayant pas d‟attribut mais souvent des

compléments, la proposition est proche de la proposition

verbale arabe.

Le sujet est en général nommé le premier; il indique

qui fait l‟action ou est dans l‟état indiqué par le verbe. A la

première et à la seconde personne, c‟est un pronom; à la

troisième, tantôt un nom et tantôt un pronom. Le verbe

s‟accorde avec le sujet:

L’élève est studieux. ‫الولد مجتهد‬

Ton frère a frappé – Ton frère est venu – Il est

venu. ً‫ضرب أخون وأت‬

- 42-
Tu es venu – Tu écriras ton devoir.

‫أتٌت – ستكتب – تكتب فرضن‬


Les enfants sont venus – Les deux filles ont

gagné l’école.

‫أتً األوالد أو الولدان – أتت البنتان إلً المدرسة‬

Ne pas dire: Les enfants ils sont venus.

Les femmes se sont arrêtés. ‫تولفت النساء‬

Les pluies sont tombées et ont arrosé les plantes.


‫سمطت األمطار فؤروت النبات‬
------------------------------------------------------------------------
Notes:
Dans la traduction il faut respecter l‟ordre des mots

voulu dans chaque langue. Le sujet se trouvera parfois

après le verbe: Resta le départ dans la nuit..

‫بمً أن أنطلك فً اللٌل‬

Il peut y avoir un sujet apparent: Il manquait un livre

‫كان كتاب ٌنمص‬

Une proposition peut être sujet.

- 43-
VERBE ACTIF TRANSITIF

Le verbe actif transitif est celui qui dit ce que fait le

sujet lorsque cette action atteint quelqu‟un ou quelque

chose qui la subit.

Les verbes transitifs directs ont un complément

direct d‟objet:

Il écrit son devoir. ‫ٌكتب فرضه‬

L‟action du verbe intransitif ne dépasse pas le sujet:

Samir marche sur la route. ‫ٌمشً سمٌر علً الطرٌك‬

Certains verbes ont un complément d‟objet indirect:

J’ai eu pitié de lui. ‫أشفمت علٌه‬

Certains autres verbes ont tantôt le sens transitif et

tantôt le sens intransitif:

L’enfant dort – Il dort son dernier sommeil.

‫ٌنام الولد – ٌنام نومه األخٌر‬

- 44-
Il monte sur (à) la montagne.

‫ٌصعد الجبل – ٌصعد إلً الجبل‬

Il monte une chaise au premier étage.

ً‫ٌرفع كرسٌا إلً الطبمة األول‬

Normalement, pour rendre transitif un verbe

intransitif on utilise le verbe faire:

Il l’a fait disparaître = il l’a emmené. ‫ذهب به‬

Remarque. Beaucoup de verbes transitifs directs

dans une langue sont transitifs indirects dans l‟autre ou

même intransitifs.

Ceci plaira à ton père et nuira à ton frère.

‫هذا سٌعجب أبان وٌضر أخان‬

------------------------------------------------------------------------

Exemples: Il a vidé (rendu vide) le vase. ‫أفرغ اإلناء‬

Il a fait jouer les élèves. ‫لعب التبلمٌذ‬

- 45-
PRÉSENT. FUTUR

Le présent de l‟indicatif indique:

une action faite au moment où l‟on parle,

une action toujours vraie,

un futur proche.

Il ne visite personne actuellement.

‫ما ٌزور أحدا – لٌس ٌزور أحدا‬

Le soleil éclaire la terre. ‫تنٌر الشمس األرض‬

Je pars dans une minute. ‫أنً ألذهب‬

Il ne visite personne.
‫ال ٌزور أحدا‬
Il ne visitera personne.

Le futur de l‟indicatif marque toujours un temps futur;

et si ce temps est marqué, on doit l‟employer:

Mon ami me visitera. ً‫سٌزورنً صدٌم‬

Peut-être qu’il viendra. ً‫لد ٌؤت‬

Demain il te visitera. ‫ؼدا ٌزورن‬

- 46-
Pourtant on n‟emploie jamais le futur après si

marquant la condition, mais le présent:

Si tu veux me voir, je viendrai (pas: si tu

voudras). ‫إن أردت زٌارتً جبت إلٌن‬

Dans l‟interrogation indirecte, après un verbe au

présent, j‟ai le futur après si qui est adverbe interrogatif:

Viendra-t-il– Je ne sais pas s’il viendra demain.

‫هلً ٌؤتً – ال أعرؾ أٌاتً ؼدا‬

ou le conditionnel (avec sens du futur) après un passé:

Je ne savais pas s’il viendrait demain (ou non).

‫لم أكن ألعرؾ أٌاتً ؼدا أم ال – ما كنت أعرؾ أٌؤتً ؼدا أم ال‬
------------------------------------------------------------------------
Notes:
Exemples: Je pars (maintenant ou dans une minute).

‫أنا ذاهب – إنً ذاهب بعد دلٌمة‬

Voici qu’un homme vient vers nous.

‫وإذا برجل ٌؤتً إلٌنا‬

- 47-
Il est parti jouer (pour jouer : but). ‫ذهب ٌلعب‬

Que Dieu te pardonne (souhait). ‫ٌرحمن هللا‬

Le présent de narration devra en général être traduit

par un passé en arabe.

- 48-
LE PASSÉ

Il y a en français plusieurs passés:

1. Le PASSÉ SIMPLE marque une action faite à un

temps précis, c‟est le temps du récit:

L’après-midi, il vint à la maison. ‫بعد الظهر أتً إلً البٌت‬

2. Le PASSÉ COMPOSÉ marque une action faite dans

un temps vague du passé.

Il a étudié ses leçons et il est parti.

‫درس أمثوالته فذهب‬

3. Le PASSÉ ANTÉRIEUR marque une action faite juste

avant une action passée:

Dès qu’il eut parlé, il s’assit. ‫ما أن تكلم حتً جلس‬

Quand il eut appris ses leçons, il les récita.

‫وإذا درس امثوالته سمعها‬

Exemples: Je vous avais écrit. ‫كنت لد كتبت إلٌكم‬

Tu as bien fait = C’est bien. ‫أحسنت‬

- 49-
Je sais ma leçon. ً‫عرفت أمثولت‬

Tu ne l’ignores pas, tu l’as retenue = Tu la sais

‫لست بجاهلها فمد حفظتها‬

Si tu étudies tu réussiras. ‫أن درست نجحت‬

Si tu me le permets je te la raconterai.

‫إن أذنت لً حكٌتها لن‬

Que Dieu te pardonne. ‫ؼفر هللا لن‬

C’est décidé, je te vends la maison. ‫بعتن الدار‬

- 50-
IMPARFAIT- PLUS-QUE-PARFAIT

L‟imparfait marque le plus souvent un fait habituel

dans le passé. Il sert à décrire un état dans le passé:

L’enfant dormait quand vous êtes entré.

‫كان الولد ٌنام عند دخولكم‬

L’enfant (était en train de) dormir quand vous êtes

entré. ‫كان الولد نابما عند دخولكم‬

Si plusieurs propositions à l‟imparfait sont

coordonnées, il faut garder le même temps:

Il marchait et parlait. ‫كان ٌمشً وٌتكلم‬

On trouve l‟imparfait dans la proposition

conditionnelle:

Si tu travaillais tu réussirais. ‫أن تدرس تنجح‬

(au contraire de l‟arabe – ne pas dire: si tu

travaillerais)

- 51-
Il est exigé par la concordance des temps dans

certaines propositions subordonnées:

Il vint me dire qu’il était en retard.

‫أتً ٌمول لً إنه متؤخر‬

(au contraire de l‟arabe – ne pas dire: qu‟il est en

retard)

Le plus-que-parfait exprime une action accomplie

avant une autre déjà passée. C‟est un passé du passé:

L’enfant avait couru. ‫كان الولد لد عدا‬

Cette nuance du temps est toujours marquée dans

les propositions temporelles causales:

Comme il avait couru, il arriva essoufflé.

‫وإذ عدا وصل الهثا‬

- 52-
LE COMPLÉMENT DIRECT D’OBJET

Le verbe transitif a un complément d‟objet, soit

direct, soit indirect. Le complément direct d‟objet se place

en général après le verbe, avant ou après les autres

compléments s‟il est de même longueur que ceux-ci:

J’ai écrit une lettre à mon frère – J’ai écrit à mon

frère une lettre. ً‫كتبت رسالة ألخ‬

L’enfant a écrit une lettre. – L’émir a frappé ton

frère. ‫كتب الولد رسالة – ضرب األمٌر أخان‬

J’ai écrit à mon frère une longue lettre.

‫كتبت ألخً رسالة طوٌلة‬

Il est toujours avant les autres compléments s‟il est

plus court et, après, s‟il est plus long:

J’ai écrit une lettre au frère du mon ami.

ً‫كتبت رسالة ألخ صدٌم‬

- 53-
Il se place avant le verbe quand c‟est un pronom

interrogatif ou personnel:

Qu’écrirai-je à mon frère ? ً‫أي شا أكتب ألخ‬

Qu’as-tu fait ? ‫ما فعلت ؟‬

Quel livre veux-tu ? ‫ب ترٌد ؟‬


ٍ ‫أي كتا‬

Avec le gallicisme « c‟est … que »: C’est toi que

nous adorons. ‫إٌان نعبد‬

Exemples: Un enfant inconnu l’a frappé.

‫ضرب ولدا مجهول‬

Seul un enfant bien élevé a écrit cette lettre.

‫ما كتب هذه الرسالة إال ولد مهذب‬

Moïse a mangé les courges. ‫أكل الكوسة موسى‬

- 54-
« DOCEO PUEROS GRAMMATICAM »

La langue arabe admet pour certains verbes, comme

le latin, plusieurs compléments directs. Comment les

traduire en français ?

1. Les verbes exprimant un jugement peuvent avoir en

français un attribut à leur complément d‟objet (qui

remplace une proposition complétive):

Je l’ai jugé sage = J’ai jugé qu’il était sage.

‫حسبته عالبل‬

Je l’ai tenu pour sage = Je l’ai considéré comme

sage. (pour, comme = mots explétifs).

‫حسبته عالبل‬

Je croyais l’appartement tout proche.

‫كنت أظن الدار لرٌبة‬

J’ai trouvé beau mon livre.

‫وجدت كتابً جمٌبل‬

- 55-
2. D‟autres verbes qui signifient « la transformation »

peuvent utiliser la même tournure:

Je l’ai pris pour maître. (pour = mot explétif).

‫أتخذته معلما‬

J’en ai fait un maître. ‫جعلته معلما‬

Il a rendu son frère heureux = Il a fait que son

frère soit heureux. ‫جعل أخاه سعٌدا‬

3. Par contre les verbes qui signifient « donner »

prennent ce qui est donné comme complément d‟objet

et le nom de celui à qui on donne comme complément

d‟attribution. Le pronom prend toujours la première

place:

J’ai donné un livre à ton frère. ‫أعطٌت أخان كتابا‬

Je lui ai donné un livre. ‫أعطٌته كتابا‬

J’ai donné un livre à Samir. ‫أعطٌت كتابا لسمٌر‬

J’ai donné le livre à son propriétaire.

‫أعطٌت الكتاب لصاحبه‬

- 56-
L’ADVERBE

L‟adverbe est un mot invariable qui sert à modifier le

sens d‟un adjectif, d‟un verbe ou d‟un autre adverbe.

On peut distinguer:

1- Les adverbes de quantité et de manière:

Il l’a BIEN frappé. ‫ضربه ضربا‬

Il l’a JUSTE touché. ‫لمسه لمسا‬

Tu es VRAIMENT mon frère. ‫أنت أخً حما‬

Je l’aime BEAUCOUP. ‫أحبه كثٌرا‬

Il a BIEN travaillé. ‫أحسن عمله‬

Il marchait TRISTEMENT sur la route.

‫كان ٌمشً علً الطرٌك حزٌنا‬

C’était un spectacle VRAIMENT beau.

‫كان مشهدا جد جمٌل – جمٌبل حما‬

2- Les adverbes de temps et de lieu:

Il resta LONGTEMPS. ‫بمً مدة طوٌلة – أطال المكث‬

- 57-
DEMAIN nous serons à la maison.

‫ؼدا نكون فً البٌت‬

J’Y suis, J’Y reste. ‫أنا هنا فؤبمً هنا‬

Il marchait EN AVANT. ‫كان ٌمشً إلً األمام‬

3- Les adverbes d‟affirmation, négation, doute,

interrogation, exclamation:

Dites-moi si vous êtes content. ‫لل لً هل أنت راض‬

COMME il est grand ! ‫ما أكبره‬

Il ne viendra PROBABLEMENT pas. ً‫لد ال ٌؤت‬

- 58-
LE COMPLÉMENT ABSOLU

L‟usage arabe se rapproche de la tournure latine:

somnium somniavi. Lorsqu‟il suit le verbe sans être lui-

même qualifié, il a plutôt tendance à limiter l‟action du

verbe, à la concentrer.

Il correspond le plus souvent à un adverbe.

Il faut remarquer que la langue arabe tend vers la

répétition qu‟elle aime, alors que le français y répugne,

d‟où il emploiera les verbes: faire, donner…

Il l’a BIEN battu. – Il l’a JUSTE touché.

‫ضربه ضربا – لمسه لمسا‬


Il le salua le plus poliment du monde.

‫سلم علٌه أحسن سبلم‬


Il lui a donné un SEUL coup. ‫ضربه ضربة‬

L’impie meurt DE FAÇON mauvaise.

ٍ‫ٌموت الكافر مٌته سوء‬

- 59-
A chaque pas que tu FAIS. ‫فً كل خطوةٍ تخطوها‬

En cas d‟absence du verbe, on trouvera des

gallicismes:

D’accord – A vos ordres. ‫سمعا وطاعة‬

Pas de nourriture ni de boisson pour le malade.

‫المرٌض ال أكبل وال شربا‬

En droit l’héritage est à lui. ‫له المٌراث شرعا‬

Tu es vraiment mon frère. ‫أنت أخً حما‬

- 60-
PROPOSITION ATTRIBUTIVE

Lorsque je veux exprimer un jugement sur quelque

chose (et non pas rendre compte d‟une action) je forme

une proposition composée d‟un sujet, du verbe être (ou

son équivalent) et d‟un attribut qui peut être un adjectif,

un participe, un substantif (parfois une proposition) qui

s‟accorde en genre et en nombre avec le sujet.

Le verbe être doit en général être exprimé:

Le chien est fidèle. ‫الكلب أمٌن‬

Les chiens sont fidèles. ‫الكبلب أمٌنة‬

Les deux enfants sont sages. ‫الولدان عالبلن‬

Les filles sont sages. ‫البنات عالبلت‬

Le gardien de la maison est un homme.

‫حارس البٌت رجل‬

Zayd est venu. ً‫زٌد أت‬

Nous, nous aimons les pommes. ‫نحن نحب التفاحات‬

- 61-
C’est mieux pour toi de venir. ً‫خٌر لن أن تؤت‬

Il est mieux pour toi de travailler = Travailler est

mieux pour toi. ‫أن تعمل خٌر لن‬

Lorsque le sujet est INDÉFINI et qu‟il y a un

COMPLÉMENT DE TEMPS ou DE LIEU à la place de

l‟attribut on emploie, au lieu de EST, IL Y A:

Un enfant est dans la maison.

devient

Il y a un enfant dans la maison. ‫فً البٌت ولد‬

Il y a une autre question. ‫هنان (ثم – ثمة) مسؤلة أخري‬

Arabisme: Zayd, son père est malade = (en français)

Le père de Zayd est malade.

‫زٌد أبوه مرٌض = أبو زٌد مرٌض‬

- 62-
ATTRIBUTION DE POSSESSION

Pour marquer que quelque chose appartient à

quelqu‟un de façon quelconque,

si cette chose est définie ou déterminée, on emploie

le verbe être et la préposition A (pas: pour):

Le livre d’images est à ton frère. ‫الكتاب المصور ألخٌن‬

Ce couteau est à moi. ً‫هذا السكٌن ل‬

Mais si cette chose est précédée d‟un article indéfini,

on emploie le verbe AVOIR:

Ton frère a un beau livre.

‫مع أخٌن كتاب جمٌل‬

avec moi ‫معً سكٌن‬

J’ai un couteau en ma possession ‫لً سكٌن‬

A la maison. ‫عندي سكٌن‬

------------------------------------------------------------------------

Notes:

- 63-
1- Comparer la construction arabe au latin (est mihi libre):

Mon compagnon a un beau cheval: ‫لرفٌمً حصان جمٌل‬

Socio meo est pulcher equus = Un beau cheval est à

mon compagnon.

2- Pour IL Y AVAIT et AVAIT on emploie le passé du

verbe être arabe:

J’avais un livre. ‫كان لً كتاب‬

– Il y avait un enfant dans la maison. ‫كان فً البٌت ولد‬

3- S‟exercer à l‟usage correct du verbe avoir et du verbe

être.

- 64-
NUANCES DU DEVENIR

L‟action et le jugement ne se fixent pas seulement

dans un temps donné. Ils peuvent être envisagés dans

leur devenir: préparation, début, durée de l‟action. Ces

nuances, très fortement exprimées en arabe, le sont en

français par divers moyens, surtout par des adverbes.

1. Le devenir:

L’enfant est DEVENU sage. ‫صار الولد عالبل‬

2. Permanence:

L’enfant est ENCORE sage. ‫مازال الولد عالبل‬

Il RESTE debout. ‫الٌزال منتصبا‬

L’enfant est TOUJOURS sage. ‫الٌزال الولد عالبل‬

3. Préparation a l‟action:

La pluie tombe PRESQUE. ‫ٌكاد المطر ٌنزل‬

Il S’EST MIS à marcher. ً‫أخذ ٌمش‬

Le cavalier était SUR LE POINT de tomber.

- 65-
‫كاد الفارس ٌسمط‬

J’ESPERE BIEN que mon ami viendra.

ً‫عسً أن ٌؤتً صدٌم‬

- 66-
NUANCES D’AFFIRMATION (I)

Dans toute proposition d‟état (proposition nominale

arabe) il y a une affirmation plus ou moins forte. La

langue arabe note avec précision les nuances de

l‟affirmation par des particules qui ont une valeur proche

du verbe. La langue française rendra ces même nuances

(quand elle le pourra) par des tournures diverses, le plus

souvent par des locutions adverbiales.

1. Affirmation accentuée (elle correspond en général à la

réponse à un doute sous-entendu chez

l‟interlocuteur):

Votre enfant est sage ? (Mais oui, bien sûr) il est

sage. ‫أعالل ولدن ؟ نعم أنه عالل‬

Vous êtes uniquement les hommes de demain.

‫إنما أنت رجال الؽد‬

Souvent cette nuance n‟est pas exprimée en français:

- 67-
N’est-il pas vrai que chaque œuvre a sa

récompense. ‫عمل مكافؤته‬


ٍ ‫أال وإن لكل‬

Mais: Qui a pris le livre ? Mon ami l’a pris.

‫من أخذ الكتاب ؟ صدٌمً أخذه‬

2. Opposition (proposition adversative) Mais = Cependant

L’enfant n’est pas intelligent, mais il est

travailleur. ‫ لكنه مجتهد‬، ‫لٌس الولد ذكٌا‬

L’enfant est sage, mais il est paresseux.

‫ لكنه كسبلن‬، ‫الولد عالل‬

------------------------------------------------------------------------

Notes:

Mais peut avoir le sens de BIEN PLUTÔT:

Cet élève n’est pas parmi les premiers de sa classe,

mais il est d’habitude le premier.

‫ بل هو األول عادة‬، ‫هذا التلمٌذ لٌس من األولٌن فً صفه‬

- 68-
NUANCES D’AFFIRMATION (II)

3. L‟affirmation par comparaison. La langue française

emploie des expressions verbales: on dirait que…

c‟est comme si…

On dirait que votre enfant est sage. ‫كؤن ولدن عالل‬

C’est comme si Zayd était un lion. ‫كؤن زٌدا أسـد‬

4. L‟EXCLAMATION D‟UN SOUHAIT IRRÉEL. On

aimerait que… Si seulement (avec un imparfait)…

Si seulement ton enfant était sage ! ‫لٌت ولدن عالل‬

On aimerait bien que la jeunesse revienne!

‫لٌت الشباب ٌعود‬

5. Probabilité ATTENDUE ou REDOUTÉE: Il est

probable que... Il est bien possible que… Sans

doute…

Il est bien probable que ton enfant est sage.

‫لعل ولدن عالل‬

- 69-
Sans doute as-tu maltraité ton ami.

‫لعلن أسؤت التصرؾ مع صدٌمن‬

Sans nul doute tu as maltraité ton ami.

‫الشن أنن أسؤت التصرؾ مع صدٌمن‬

Il est bien possible que ton ami vienne nous voir.

‫لعل صدٌمن ٌزورنا‬

Normalement on aura pitié de vous.

‫لعلكم ترحمون‬

------------------------------------------------------------------------

Notes:

Ne pas confondre: Sans doute = il est vrai que…, il est

possible que… et Sans nul doute = il est certain…

- 70-
LA NÉGATION

On emploie en général la négation NE… PAS autour

du verbe aux temps simples et autour de l‟auxiliaire aux

temps composés.

Samir ne joue pas (actuellement, d’habitude).

‫ال ٌلعب سمٌر‬

Samir n’est pas sage (actuellement, d’habitude).

‫ما سمٌر عالبل‬

Samir ne part pas – Samir ne partira pas.

‫ال ٌذهب سمٌر‬

Samir ne partira pas du tout. ‫لن ٌذهب سمٌر‬

Samir n’est pas parti. ‫ما ذهب سمٌر‬

Samir n’est pas du tout parti. ‫لم ٌذهب سمٌر‬

Il n’y a pas actuellement d’enfant dans

l’appartement. ‫ال ولد موجودا فً الدار‬

Il n’y a pas du tout d’enfant dans l’appartement.

‫ال ولد فً الدار‬

- 71-
Notes:

Pour bien traduire en français, il faut bien placer la

négation et essayer de la renforcer, si elle l‟est en arabe:

(ne … point – ne . . . jamais – pas du tout).

- 72-
L’INTERROGATION

Dans la tournure interrogative, on peut employer est-

ce que sans rien changer ensuite à l‟ordre des mots. Est-

ce que tu viens ? Est-ce que Samir est sage ? Mais il est

bon de s‟habituer à l‟autre tournure dans laquelle le

pronom suit le verbe ou l‟auxiliaire, et à la 3e personne,

rappelant le nom sujet resté en tête de phrase: Viens-tu ?

Samir vient-il ? Samir est-il sage ? Samir est-il venu ?

Exemples avec les verbes être et avoir positivement

et négativement.

Présent: Est-ce que je suis … Suis-je paresseux?

Ne suis-je pas …

Est-ce que j’ai … Ai-je un livre ?

N’ai-je pas …

Imparfait : Est-ce que j’étais … Etais-je studieux ?

N’étais-je pas …

- 73-
Est-ce que j’avais … Avais-je une balle?

N’avais-je pas …

Passé composé:

Est-ce que j’ai été … Ai-je été étourdi ?

N’ai-je pas été …

Est-ce que j’ai eu … Ai-je eu une

Récompense ?

N’ai-je pas eu …

Future: Est-ce que je serai … Serai-je bavard ?

Ne serai-je pas …

Est-ce que j’aurai…Aurai-je une punition?

N’aurai-je pas une punition ?

Plus-que-parfait:

Est-ce que j’avais été … Avais-je été prudent ?

N’avais-je pas été prudent ?

Est-ce que j’avais eu… Avais-je une maladie ?

- 74-
N’avais-je pas eu une maladie ?

- 75-
LES PRÉPOSITIONS

Les prépositions (simple, composées, dérivées) sont

des mots invariables que servent à introduire des

compléments indirects. Les principales prépositions

simples sont: A, DE, PAR, POUR, SANS, DANS, EN,

AVEC, SUR, SOUS, DEVANT, DERRIERE, VERS. Elles

introduisent des compléments indirects d‟objet,

d‟attribution, de lieu, de temps, de manière, de cause, de

but, de restriction.

Les prépositions les plus employées ont des sens

très divers, selon le complément qu‟elles introduisent et le

verbe dont elles dépendent, ce qui ne s‟apprend que par

l‟usage:

Ce livre est à moi. ً‫هذا الكتاب ل‬

Ne pas dire: pour.

Je reviens dans cinq minutes. ‫أرجع بعد خمس دلابك‬

- 76-
Ne pas dire: après.

Certaines prépositions n‟introduisent pas de

complément indirect. Elles sont explétives. Ne pas les

traduire en arabe, mais exprimer le sens global:

Il le tient POUR sage.

Il le considère COMME mon ami.

Il me traite DE fou.

Il est honteux DE mentir.

------------------------------------------------------------------------

Notes: Je n’ai vu absolument personne.

C’est leur maître qu’ils craignent.

Il n’est pas du tout savant.

Voici que Zayd est arrivé

- 77-
COMPLÉMENT INDIRECT

Dire d‟un complément qu‟il est indirect, c‟est

remarquer sa forme. Il dépend du verbe normalement par

une préposition. Il peut être complément indirect d‟objet:

J’ai demandé à ton frère un livre. ‫طلبت من أخٌن كتابا‬

Complément d‟attribution:

J’ai offert ce livre à ton frère. ‫لدمت هذا الكتاب ألخٌن‬

Complément de circonstance:

Je lis ce livre pour le plaisir (but). ‫ألرأ هذا الكتاب للذة‬

Il s’est sauvé par peur (cause) de la mort.

‫هرب لخوفه من الموت = خوفا من الموت‬

Je serai absent pour une heure (temps).

‫سؤؼٌب لمدة ساعة‬


Il était chez lui (lieu). ‫كان فً بٌته‬

- 78-
Remarques

1° L‟usage de la préposition en français n‟oblige pas

à la même construction en arabe et réciproquement.

Un rotl d’huile. ‫رطل من الزٌت – رطل زٌتا‬

Ce livre a plu à mon frère. ً‫أعجب هذا الكتاب أخ‬

2° Les pronoms peuvent rester compléments

indirects sans préposition:

Ce livre lui a plu. ‫أعجبه هذا الكتاب‬

Je te (à toi) donnerai ce livre. ‫سؤعطٌن هذا الكتاب‬

Exemple: J’ai emmené ton frère. ‫ذهبت بؤخٌن‬

- 79-
COMPLÉMENTS DE CIRCONSTANCE

Ce sont les compléments qui ajoutent à l‟action

exprimée par le verbe une circonstance.

Ils sont souvent indirects: Il est arrivé sur le soir.

‫وصل عند المساء = فً المساء = مساء‬

parfois directs: Il est arrivé le matin.

‫وصل صباحا‬

Ils peuvent être exprimés par une apposition ou un

participe:

Il est venu en courant. ‫إنً راكضا‬

Un homme s’avança tout pressé. ‫تمدم رجبل مسرعا‬

Les circonstances les plus importantes sont celles

qui marquent:

1. La Manière: Il travaille avec courage ‫ٌعمل بشجاعة‬

2. Le Temps: Il y a quatre heures que je travaille.

‫أعمل منذ أربع ساعات‬

- 80-
Je ferai cela en deux heures.

‫أفعل هذا خبلل ساعتٌن‬

3. Le Lieu: Il est parti sur la droite. ‫ذهب ٌمٌنا‬

Je descendrai à la ville. ‫سؤنزل إلً المدٌنة‬

4. La Cause: Il a fui de peur. ‫هرب خوفا أو من الخوؾ‬

5. Le But: Je travaille pour mon plaisir.

ً‫أعمل طلبا للذت‬

6. La Restriction.

Exemples: Où habites-tu ? ‫أٌن تسكن ؟‬

Samir est parti au matin.

‫ذهب سمٌر والصبح‬

Samir est parti avec son frère.

‫ذهب سمٌر وأخاه‬

- 81-
STYLISTIQUE

Il est bon de se rendre compte dès maintenant que

toute traduction n‟est qu‟une approximation, car chaque

langue a son génie propre.

La traduction sera d‟autant plus difficile que la langue

de l‟auteur à traduire est plus pure, moins influencée par

les langues étrangères: Madame de Sévigné–‫عبدالحمٌد الكاتب‬

Il importe avant tout, de ne pas briser la structure de

la langue dans laquelle on traduit, mais de s‟y conformer,

c‟est la stylistique.

La tendance générale de la langue arabe classique

est de mettre en tête de l‟expression ce qui est concret

(affectivement), quitte à clarifier ensuite de diverses

façons.

‫صدٌمً أبوه مرٌض – أكلت السمكة نصفها – لرأت ما فً المكتبة من كتب‬

- 82-
Si le démonstratif est souvent premier, le pronom

personnel l‟est rarement ; ce qu‟il représente doit d‟abord

être nommé. Mais l‟amphibologie des pronoms importe

peu. ‫جعل ٌدٌه علً فخذٌه ولال‬

Les nuances de l‟affirmation et de la négation sont

très délicates. ‫ بل لم ٌزل نابما منذ رجوعه‬، ‫إنه لما ٌكتب فرضه‬

La répétition des mots est le plus souvent

recherchée.

‫أنا فً وا ٍد وأنت فً وا ٍد – علمته النحو بابا بابا – سلم علً أحسن سبلم‬

La pensée procède plus par corrélation ou

coordination que par juxtaposition ou subordination.

‫من ٌمتل ٌمتل – حكم ذلن حكم الآللا المبددة‬

La langue française insiste sur la clarté. Elle ne

supporte pas l‟amphibologie des pronoms et exige

l‟expression de toutes les nuances de temps des verbes

– avec les modes voulus par la subordination.

- 83-
Un jour, tandis que je travaillais, mon ami VINT me

voir. Comme il ÉTAIT pâle ! Il M’ANNONÇA qu’il AVAIT

ÉCHOUÉ à l’examen.

L‟apposition, le pronom personnel précèdent souvent

ce qu‟ils qualifient ou désignent.

Courant sur la route, alors qu’il revenait de classe,

Paul tomba.

Le jeu des adverbes est très subtil:

Il n’avait GUÈRE travaillé ou si peu ! Il n’en fut pas

MOINS reçu TOUT JUSTE.

La subordination est souvent peu apparente:

Je ne viens pas. J’ai beaucoup de travail.

Toi, pars, joue et reviens.

- 84-
LA COORDINATION

Les conjonctions de coordination unissent deux

termes ou deux propositions semblables. Ce sont:

Et (addition).

Ou (Alternative): Dors ou vas-t’en.

‫نم أو أذهب‬

Ni (Addition négative): Je ne veux ni pain ni vin.

‫ال أرٌد خبزا وال خمرا‬

Mais (Opposition): Il travaille, mais se fatigue.

‫ٌعمل ولكنه ٌتعب‬

Or, Car (Cause) – Donc (Conséquence)…

Très souvent, elles sont supprimées. Les mots, les

phrases sont juxtaposés, alors que, d‟après le sens, ils

sont coordonnés ou subordonnés:

Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu.

‫أتٌت ورأٌت فؽلٌت‬

- 85-
J’ai acheté des livres, des cahiers et des plumes.

‫أشترٌت كتبا ودفاتر ورٌشا‬

Mon père est venu, le tien est resté chez lui.

‫ ولكن بمً أبون فً بٌته‬، ً‫أتً أب‬

D‟où l‟importance de la ponctuation.

Exemples: Ton ami Zayd est venu. ‫جاء صاحبن زٌد‬

J’ai lu ce livre. ‫لرأت هذا الكتاب‬

Nous nous sommes levés, ton frère et moi.

‫لمت أنا وأخون‬

Je me suis levé avec ton frère. ‫لمت وأخان‬

Il a distribué l’argent entre Zayd et moi.

‫وزع المال بٌنً وبٌن زٌد‬

Il a écrit à Zayd et Omar.

‫كتب رسالة لزٌد وعمر‬

- 86-
LA FORME PASSIVE

Quand le verbe est à la forme passive, le sujet subit

l‟action exprimée par le verbe. Le sujet du verbe actif

devient complément du verbe passif, précédé de la

préposition par. L‟auxiliaire employé est le verbe être à

tous les temps:

Dieu a créé monde. ‫خلك هللا العالم‬

Le monde a été créé par Dieu. ‫العالم خلمه هللا‬

L’homme que je voyais tirait une voiture.

‫كن الرجل الذي أراه ٌجر عربة‬

Une voiture était tirée par l’homme que je voyais.

‫كانت عربة ٌجرها رجل (كنت) أراه‬

On a passé près de Zayd. ‫مر بزٌد‬

Le « passif » arabe correspond plutôt à un verbe

français dont le sujet serait « on ». D‟où, nécessité d‟une

tournure spéciale pour traduire le « passif » arabe:

- 87-
On l’a frappé de l’épée. ‫ضرب بالسٌؾ‬

Zayd a été tué par Omar. ‫زٌد لتله عمر‬

Il a été frappé par le maître. ‫ضربة المعلم‬

Le soldat a été tué. ‫لتل جندي‬

On a amené l’enfant. ‫أتً بالولد‬

------------------------------------------------------------------------

Notes:

La négation du passif en arabe marque l‟impossibilité:

Ceci ne se boit pas = on ne peut ou ne doit pas le

boire – C’est imbuvable. ‫هذا ال ٌشرب – ؼٌر مشروب‬

- 88-
LES VERBES PRONOMINAUX

Ils se conjuguent en français en répétant le pronom

personnel de la même personne sujet comme

complément direct. Ils prennent l‟auxiliaire être aux temps

composés.

1° Certains sont réfléchis; l‟action revient sur le sujet:

La vitre s’est cassée = La vitre a cassé elle.

‫انكسر الزجاج‬

Les enfants se sont rassemblés =

Les enfants ont ressemblé eux. ‫اجتمع األوالد‬

2° D‟autres sont réciproques:


Les deux amis se sont battus =

L‟un a battu l‟autre (et vice versa). ‫تمابل الصدٌمان‬

3° D‟autres marquent l‟intérêt pris par le sujet à

l‟action et pourraient être remplacés par un verbe simple:


Ils se sont emparés de la ville =

Ils ont pris la ville. ‫تسلطوا علً المدٌنة = فتحوها‬

- 89-
4° Le verbe pronominal français peut avoir le sens

passif:
Cela se vend bien = est vendu. ‫هذا ٌباع بسهولة‬

Souvent un verbe pronominal français a une forme

simple en arabe et vice-versa.

Notes:

Distinguer en français entre:

Aller ‫ر٘ت‬ S’en aller ‫أطٍك‬

Fuir ‫٘شة‬ S’enfuir ‫أدثش‬

Promener ٖ‫ٔض‬ Se promener ٖ‫رٕض‬

Habiller ‫أٌجظ‬ S’habiller ‫ٌجـظ‬

- 90-
L’EXCEPTION

Les formules d‟exception, si fréquentes en arabe,

sont en général rendues en français par des

compléments d‟adverbes comme EXCEPTÉ, SAUF ; ou

par l‟adjonction au verbe de NE … QUE. Enfin, si

l‟exception prote sur un nom après une proposition

négative on pourra employer l‟adverbe SEULEMENT ou

l‟adjectif SEUL, épithète ou apposition:

Les gens se sont levés a l‟exception de Zayd.

‫لام الموم إال زٌدا‬

Les gens ne se sont pas levés sauf Zayd.

Seul, parmi les gens, Zayd s’est levé.

‫ما لام الموم إال زٌد‬

Dieu ne punit pas les hommes, sauf les méchants

Parmi les hommes, Dieu ne punit que les méchants

‫ال ٌعالب هللا الناس إال األشرار‬

Je n’ai rencontré que Zayd. ‫ما مررت إال بزٌد‬

- 91-
Allah est le seul. Dieu. ‫ال إله إال هللا‬

Toi seul l’as prise. ‫ما أخذها ؼٌرن‬

Les orateurs ont excellé, mais surtout Zayd.

‫أجاد الخطباء وال سٌما زٌد‬

Les gens sont venus, mais pas leurs bestiaux.

‫حضر الموم إال مواشٌهم‬

Remarque: La tournure exceptive après une

proposition négative est un mode d‟expression et de

pensée, propre aux sémites et correspond à une tournure

positive mais limitée.

- 92-
APOSTROPHE - EXCLAMATION

Un nom est mis en apostrophe quand il est sorti de la

proposition pour que l‟on s‟adresse à lui:

Homme ! – Homme généreux ! ‫ٌا رجبل – ٌا رجبل كرٌما‬

L‟exclamation marque la douleur, l‟étonnement; elle

est rarement précédée de ô:

O Monsieur ! ‫ – ٌا سٌد‬Zayd ! ‫ٌا زٌد‬

O Abdallah ! ‫– ٌا عبد هللا‬

Lumière de la Science ! ‫– ٌا مصباح العلم‬

Mon ami ! ً‫ٌا خلٌل‬

Eh ! l’homme ! – Eh ! la femme !

‫ٌا أٌها الرجل – ٌا أٌتها المرأة‬

L‟interjection est un mot invariable exprimant sous

forme d‟exclamation un sentiment vif, un ordre bref:

Par ex.: Aïe ! – Ouf ! – Chut ! ‫ صه‬- ٍ‫آه – أؾ‬

Hélas ! – Suffit ! – En avant !

ً‫ ح‬- ‫واأسفاه – مه‬

- 93-
ORDRE ET DÉFENSE

Pour exprimer l‟ordre ou la défense, on emploie à la

seconde personne du singulier et du pluriel et à la

première personne du pluriel, l‟impératif qui marque le

présent ou le futur:

Ecris cette lettre. ‫أكتب هذه الرسالة‬

Marchons sur la route. ‫لنمشً علً الطرٌك‬

Ne jure pas en vain. ‫ال تحلؾ الباطل‬

Ne va pas à l’école demain. ‫ال تذهب إلً المدرسة ؼدا‬

Aux autres personnes, on emploie le subjonctif:

Que le paresseux soit puni ! ‫لٌماض الكسبلن‬

Qui m’aime me suive. ً‫من ٌحبنً فلٌتبعن‬

- 94-
SUBJONCTIF ET CONDITIONNEL

1° Le subjonctif est le mode des subordonnées

dépendant d‟une volonté ou d‟un désir. Dans les

propositions principales ou (assimilées), il marque un

souhait … une concession:

Qu’il s’en aille ! ‫لٌذهب‬

Qu’on en rie ou qu’on en pleure, cela m’est égal.

ً‫ هذا أمر ال ٌهمن‬، ‫أن ٌضحن منه أو ٌبكً عنه‬

En proposition subordonnée, il faudra garder la règle

de concordance des temps:

Principale au présent ou futur = Subordonnée au

subjonctif présent ou passé:

Je veux qu’il vienne – Je ne crois pas qu’il soit

venu hier. ‫أرٌد أن ٌؤتً – ال أظن أنه أتً أمس‬

Principale au passé = Subordonnée au subjonctif

imparfait on plus-que-parfait:

- 95-
Je désirais qu’il vint – qu’il fût venu. ‫كنت أتمنً مجٌبه‬

2° Le conditionnel marque que la phrase dépend

d‟une condition exprimée ou sous-entendue. Dans une

proposition indépendante il marque une affirmation

atténuée, un souhait ou un regret:

J’aimerais vous voir. ‫لد أحب رإٌتكم‬

Le roi serait venu. ‫ربما أتً الملن‬

Il remplace le futur dans la proposition subordonnée

à une principale au passé: J’ai cru qu’il viendrait.

ً‫ظننت أنه سٌؤت‬

On ne le trouve jamais après si conditionnel:

Si tu venais, je serais heureux.

‫ت أكن سعٌدا‬
ِ ‫إن تؤ‬

- 96-
LA PROPOSITION COMPLÉTIVE (I)

C‟est la proposition qui remplace un nom pour

compléter le sens du verbe comme sujet, attribut,

complément direct ou indirect. Elle peut avoir plusieurs

formes: verbe à l‟infinitif, proposition conjonctive, dont le

verbe est, soit à l‟indicatif, soit au subjonctif.

1° LA COMPLÉTIVE SUJET.

Un verbe à l‟infinitif: Il est honteux de mentir. =

Mentir est honteux.

‫أن تكذب عار = الكذب عار‬

Une proposition CONJONCTIVE À L‟INDICATIF

après que et un verbe d‟opinion ou d‟énonciation:

Il lui sembla que son père était malade.

‫بدا له أن أباه مرٌض‬

Il a cru que son père était malade.

‫ظن أن أباه مرٌض‬

- 97-
Il lui a été dit que son père était malade.

‫لٌل له أن أباه مرٌض‬

Une proposition CONJONCTIVE AU SUBJONCTIF

après un verbe de volonté, de désir, d‟obligation:

Il faut que tu sortes. ‫ٌجب علٌن أن تخرج‬

(Le pronom il est un sujet dit : apparent).

Je désire que tu sortes. ‫أو أن تخرج‬

2° L‟ATTRIBUT.

La cause de leur échec est qu’ils sont très

paresseux.

)‫سبب فشلهم أنهم كسالً جدا (فً ؼاٌة الكسل‬

- 98-
LA PROPOSITION COMPLÉTIVE (II)

3° LA COMPLÉTIVE OBJET DIRECT.

1. Après un verbe d‟opinion (penser, juger, estimer,

croire, voir, etc.) elle peut se réduire à l‟attribut du

complément direct:

J’ai cru qu’il était habile = Je l’ai cru habile.

‫حسبته ماهرا = حسبت أنه ماهر‬

Elle peut être INFINITIVE:

J’ai vu tous les êtres humains courir après les

biens périssables du monde.

‫رأٌت كل واحد من الناس ٌسعً فً جمع حطام الدنٌا‬

Elle est le plus souvent CONJONCTIVE A

L‟INDICATIF:

J’ai constaté que les gens suivent leurs caprices.

‫رأٌت الخلك ٌتبعون أهواءهم‬

- 99-
2. Après un verbe D‟ÉNONCIATION (annoncer,

prétendre, dire) elle est en général CONJONCTIVE

avec la concordance des temps:

Ils prétendirent qu’un voleur était entré.

‫زعموا أن لصا دخل‬

3. Après un verbe de VOLONTÉ ou de DÉCISION

(vouloir, craindre, décider) et les verbes de DÉSIR,

elle est au mode infinitif ou subjonctif après « que »:

Je veux que tu partes. ‫أرٌد أن تذهب‬

Je ne pus me mouvoir. ‫ما أستطعت أن أتحرن‬

Je désirerais que tu viennes. ً‫أود أن تؤت‬

Je désirerais te voir. ‫أود أن أران‬

4° LA COMPLÉTIVE INDIRECTE EST RARE:

Je me réjouis de ce que tu te portes bien = que tu

le portes bien. ‫ٌسرنً أن صحتن جٌدة‬

- 100-
Exemples: C’est sûr que je désire mourir pour Dieu

(mensonge).

)‫لوددت أنً أل تل فً سبٌل هللا (رؼبة ؼٌر صحٌحة‬

J’aurais bien désiré partir.

)‫وددت لو أمكننً الذهاب (رؼبة ممرونة بشرط‬

- 101-
INFINITIF ET INFINITIVES

1° L‟INFINITIF (seul) a des fonctions très diverses. Il

marque une action placée hors du temps dont le sujet est

le même que celui du verbe précédent.

1. Complément:

Je veux te voir. ‫أرٌد أن أران = رإٌتن‬

Il s’efforce de bien écrire.

‫ٌجتهد فً الكتابة الحسنة = فً أن ٌحسن الكتابة‬

2. Sujet:

Mentir est honteux. ‫الكذب عـار‬

3. Après un verbe inchoatif:

Il est sur le point de partir. – Il s’est mis à écrire.

‫أنه ٌكاد أن ٌسافر = شرع ٌكتب – فً الكتابة‬

4. Il a une valeur finale:

Il étudie pour réussir. ‫ للنجاح‬- ‫ٌدرس لٌنجح‬

Je suis venu vous visiter. ‫ لزٌارتكم‬- ‫جبت ألزوركم‬

- 102-
5. Il remplace une exceptive:

Il resta deux jours sans manger.

‫بمً ٌومٌن وهو ال ٌؤكل (دون أن ٌؤكل) – دون أكل‬

6. Il peut être complément de nom ou d‟adjectif:

Le désir d’apprendre. ‫رؼبة فً التعلم‬

Il est beau à voir. ‫هو جمٌل المنظر‬

2° LA PROPOSITION INFINITIVE suppose que son

sujet est différent de celui de la proposition principale, et il

est souvent inversé:

Le roi vit partir son fils (un beau matin).

‫رأي الملن أبنه ٌنطلك صباحا ما‬

- 103-
LA CONCORDANCE DES TEMPS

C‟est une règle qui existe en français et pas en

arabe et qui est source de beaucoup de fautes.

Elle doit être observée dans le style indirect, les

propositions complétives à l‟indicatif et certaines

propositions relatives.

Si le verbe de la proposition principale est au

présent, celui de la proposition subordonnée se mettra au

passé, au présent ou au futur, selon le temps de la

proposition principale:

Je pense qu’il est venu, qu’il vient, qu’il viendra.

ٍ ‫أظن أنه أتً – أنه آ‬


ً‫ت – أنه سٌؤت‬

Mais si le verbe de la proposition principale est au

passé, celui de la proposition subordonnée se mettra au

plus-que-parfait si l‟action est faite avant, à l‟imparfait si

- 104-
elle se fait en même temps, au conditionnel présent, si

elle est dans le futur:

J’ai pensé qu’il était venu, qu’il venait, qu’il

viendrait.

ٍ ‫ظننت أنه أتً – أنه آ‬


ً‫ت – أنه سٌؤت‬

J’ai vu mon frère qui jouait dans la cour.

‫رأٌت أخً ٌلعب فً الملعب‬

Cet homme m’a raconté qu’il n’avait vu personne,

mais qu’il étudiait cette question, et que,

dans deux jours, il donnerait sa réponse.

، ‫ وأنه دارس هذه المسؤلة‬، ‫أخبرنً هذا الرجل أنه لم ٌر أحدا‬

‫وأنه ٌجٌب بعد ٌومٌن‬

- 105-
LE STYLE INDIRECT

La proposition de style indirect est une proposition

subordonnée complétive dépendant d‟un verbe signifiant:

demander, interroger, dire, raconter.

En français elle a trois caractéristiques:

1° Si la subordonnée remplace une interrogative, elle

est indirecte. On n‟emploie pas toujours dans

l‟interrogation indirect les mêmes mots interrogatifs que

dans l‟interrogation directe:

Interr. Directe Interr. Indirecte

est-ce que… ? ou inversion du sujet

si (on n‟inverse) jamais le sujet)

est-ce que…ne…pas ? si…ne…pas

est-ce que…ou est-ce que ? si…ou…si

que ? (quoi ?) ce qui, ce que

Dis-moi: « Viens-tu ? » = Dis-moi si tu viens.

ً‫لل لً هل تؤت‬

- 106-
Il lui demanda: « Viens-tu ? » = s’il venait.

ً‫هل تؤتً = هل ٌؤت‬

Il lui demanda: «Qui vient ?» = qui venait. ً‫من ٌؤت‬

2° Les pronoms changent en devenant conformes à

ceux de la proposition principale:

Il lui dit: « Je veux te voir » = Il lui dit qu’il veut le

voir. ‫أنً أرٌد مشاهدتن = إنه ٌرٌد مشاهدته‬

Dis-moi: « Je t’écrirai » = Dis-moi que tu

m’écriras. ً‫إنً أكتب لن = إنن تكتب ل‬

3° On observe la règle de concordance des temps:

Il m’a demandé: « Qu’as-tu fait de ton livre ? » =

Il m’a demandé ce que j’avais fait de mon livre.

ً‫ ماذا فعلت بكتابن = ماذا فعلت بكتاب‬:ً‫سؤلن‬

------------------------------------------------------------------------
Notes:

Ne pas dire: Il m’a demandé ce que je fais de mon

livre.

- 107-
CONJONCTIONS DE SUBORDINATION

Elles servent à unir une proposition subordonnée au

mot ou à la proposition dont elle est le complément.

Les conjonctions simples sont: QUE, QUAND,

COMME, SI, LORSQUE, QUOIQUE. Les autres termes

sont des locutions conjonctives.

Certaines ont des sens très nets:

Comparaison: de même que. ‫ن – مثل ما‬

Cause: puisque, parce que. ‫ألن‬

Restriction: quoique, bien que. ‫ لو‬- ‫وإن‬

Temps: quand, lorsque, tandis que, etc.

‫ عندما‬- ‫إذا – متً – لما – ولت ما‬

Condition: si, pourvu que. ‫إن – لـو‬

But: afin que, pour que. ‫كـؤن‬

Conséquence: de sorte que, etc. ‫حتى – حتى أن‬

Objet: que. ‫أن‬

- 108-
Comme: marque divers sens (temps, cause,

comparaison).

On ne répète pas en général deux conjonctions de

subordination semblables dans deux phrases

coordonnées. On emploiera dans la seconde: que +

subjonctif.

Si tu travailles bien et que tu réussisses, tu seras

récompensé.

- 109-
LES COMPARATIVES

1° Les propositions comparatives commencent par:

COMME, DE MEME QUE, AINSI QUE, AUTANT QUE, etc.

Le verbe est à l‟indicatif.

Mais très souvent il est sous-entendu, la proposition

est elliptique du verbe:

Je me mis à agiter les mains comme font les


poussins. ‫جعلت أرفرؾ بٌدي كما تفعل الفراخ‬
Il avançait sur la route comme un grand garçon.
‫ب‬
ٍ ‫كان ٌمشً علً الطرٌك مشٌة شا‬
Les plus grandes âmes sont capables des plus
grands vices aussi bien que des plus
grandes vertus. ‫ألعظم الفضابل‬
Ils souffriront comme vous. ‫ٌؤلمون كما تؤلمون‬

2° Les propositions comparatives conditionnelles


commencent par « comme si » et le verbe est à l‟imparfait
de l‟indicatif (ou le plus-que-parfait):

- 110-
Il enseigne les hommes comme s’il était savant.
‫ٌعلم الناس كؤنه عالم‬
------------------------------------------------------------ ------------
Notes:
A distinguer: Il enseigne les hommes comme un
savant, savamment. ‫عالم‬
ٍ ‫ٌعلم الناس تعلٌم‬
En traduisant en arabe il faudra rétablir la phrase en
supprimant l‟ellipse.

- 111-
LES CAUSALES
Ce sont des propositions qui expriment ce pourquoi
l‟action de la principale se produit ou s‟est produite.

Elles sont souvent juxtaposées:


Mon père n’est pas venu: Il était malade.
‫ ولد مرض‬، ً‫لم ٌؤتً أب‬
Ou coordonnées:
Mon père n’est pas venu, car il était malade.

‫ إذ مرض – لم ٌؤت أبً إذ كان مرٌضا‬، ً‫لم ٌؤتً أب‬

Ou exprimées par une apposition:


Etant malade, mon père n’est pas venu.

‫ إنه مرٌض‬، ً‫لم ٌؤت أب‬


On une participiale:
Le chat parti, les souris dansent.

‫ رلصت الفبران‬، ‫إذ أنطلك المط‬


Le plus souvent elles sont conjonctives:
Mon père n’est pas venu, parce qu’il était malade.

‫ ألنه كان مرٌضا‬، ً‫ت أب‬


ِ ‫لم ٌؤ‬

- 112-
Les conjonctions sont faibles: parce que, puisque;

Fortes: étant donné que,

Attendu que, vu que

Les propositions causales sont a l‟indicatif, sauf

après: non que, ce n’est pas que:

Nous avons réussi, parce que nous avons

travaillé. ‫ ألننا درسنا‬، ‫لمد نجحنا‬

Certaines causales ont un sens un peu temporel

après « comme »:

Comme le prince était à la chasse, il vit un oiseau.

‫األمٌر لما كان ٌصطاد رأي طابرا – وإذا كان ٌصطاد‬

Exemples: C’est pour moi chose facile. Je t’ai bien créé

alors que tu n’étais rien.

‫ ولد خلمتن ولم تن شٌبا‬، ‫هو علً هٌن‬

Parce que c’est une question de chance.

‫بما أنه – لما أنه من باب الممامرة‬

LES TEMPORELLES

- 113-
Les propositions temporelles marquent le rapport de

temps de l‟action principale par rapport à une action

subordonnée.

1. L‟action principale est après la subordonnée = après,

lorsque, alors que:

Je suis venu après ton arrivée. ‫جبت بعد مجٌبن‬

Je suis venu après avoir étudié.

‫جبت بعدما (بعد أن) درس‬

Je viendrai lorsque tu seras venu.

‫سؤجا بعدما تجا – بعد أن تجا‬

2. L‟action est immédiatement après = dès que, aussitôt

que, a peine…que:

A peine étais-tu arrivé, que je l’étais aussi.

Je suis venu dès ton arrivée.

‫ما إن وصلت حتً وصلت أنا‬

Je viendrai, dès que tu seras venu. ‫سؤجا عندما تجا‬

- 114-
3. L‟action est en même temps (moment précis) =

QUAND (passé), LORSQUE (présent), TANDIS QUE,

PENDANT QUE (sans précision), QUAND,

LORSQUE (de façon habituelle = présent ou

imparfait):

Quand le jour se leva, le voleur s’enfuit.

‫ هرب السارق‬- ‫لما طلع النهار‬

Tandis que je mangeais, mon ami vint.

‫ إذ كنت آكل‬، ً‫إذ – حٌن – بٌن – فٌما أتً صدٌم‬

Quand tu arrives au matin, n’attends pas le soir.

‫ فبل تنتظر المساء‬، ‫إذا أصبحت‬

4. L‟action est immédiatement avant = jusqu'à ce que +

indicatif (positive) + subjonctif (défense):

Ils marchèrent, jusqu’à ce qu’ils arrivèrent à la

maison.

‫مشوا حتى وصلوا إلً البٌت‬

- 115-
5. L‟action est avant la subordonnée = avant que +

subjonctif, avant de + infinitif:

Ne vous asseyez pas, avant de me l’amener.

‫ال تجلسوا حتى تؤتونً به‬

Je suis venu avant toi.

‫جبت لبل أن تجا – لبل ما تجا‬

Je viendrai avant de jouer, avant que tu ne le

frappes.

‫ ولبل ضربن إٌاه‬، ‫ ولبل أن تضربه‬، ‫ لبل أن ألعب‬، ‫سؤجا‬

- 116-
LES CONDITIONNELLES

Les propositions conditionnelles ont des nuances

diverses dont il faut tenir compte. Elles peuvent marquer:

1. Une possibilité réelle: si = s‟il est vrai que.

On emploie l‟indicatif présent: Si tu viens, je t’honore.

)‫ أكرمتن – (فؤنا أكرمن‬، ً‫إن أتٌت إل‬

Éventuelle: si = s‟il arrive que (au cas où).

Réponse au futur: Si tu viens, je t’honorerai.

‫إن أتٌت أكرمن‬

2. Une supposition possible: si = supposons que.

Imparfait, réponse au conditionnel: Si tu venais, je

t’honorerais. ‫ فؤكرمن‬- ‫ أكرمن‬، ً‫ت إل‬


ِ ‫إن تؤ‬

Irréelle: si = supposons par impossible que.

Même formule: Si tu venais, je t’honorerais.

‫ ألكرمتن‬، ‫لو أتٌت‬

Si tu étais venu, je t’aurais honoré.

- 117-
3. Une corrélation (conditionnelle temporelle): si = toutes

les fois que: Si tu travailles, tu réussis. ‫ نجحت‬، ‫إذا درست‬

------------------------------------------------------------------------
Notes:

La notion de phrase conditionnelle en arabe est plus

vaste que celle du français. Elle englobe plutôt une série de

propositions corrélatives.

Il y a d‟autres conjonctions conditionnelles que « si » -

elles veulent en général le subjonctif.

- 118-
LES CONCESSIVES

Ce sont des propositions assez proches des

conditionnelles et qui marquent une restriction ou une

concession.

APRÈS: MÊME SI, TOUT…QUE, on emploie

l‟indicatif:

Même si tu travailles, tu ne réussiras pas.

‫ فإنن ال تنجح‬، ‫وإن درست‬

Après: QUOIQUE, BIEN QUE, QUELQUE…QUE,

SI…QUE, SANS QUE, le subjonctif:

Si grands que soient les rois, ils sont ce que nous

sommes.

‫ فإنهم لٌسوا ؼٌر ما نحن‬، ‫ومهما كانت عظمة الملون‬

Bien que je ne puisse l’aimer, je le respecte (je l’ai

respecté).

‫ فإنً أحترمه – فمد أحترمته‬، ‫وإن لم أستطع محبته‬

- 119-
Après: QUAND, QUAND MÊME, on emploie le

conditionnel; le sens est souvent irréel:

Ferais-tu entendre des sourds, quand même ils

seraient sans raison ?

‫ ولو كانوا ال ٌعملون ؟‬، ‫أفؤنت تسمع الصم‬

- 120-
LES FINALES

Les propositions marquant le but sont à l‟infinitif

précédé de « pour », lorsque le sujet de la proposition

principale est le même que celui de la proposition

subordonnée:

Etudie, pour réussir. ‫ – أدرس فتفلح‬J’ai travaillé, pour

réussir. ‫ ألنجح‬، ‫أجتهدت‬

Dans les autres cas, le verbe est au subjonctif

précédé de: AFIN QUE, POUR QUE:

Je travaille, pour que mes parents soient

heureux. ‫ كً ٌسعد والداي‬، ‫أجتهد‬

Si la phrase principale marque une défense on

emploiera: DE PEUR QUE + subjonctif, DE PEUR DE +

infinitif, DE CRAINTE QUE … + subjonctif, DE CRAINTE

DE + infinitif:

Ne bois pas de vin, de peur de l’enivrer.

- 121-
‫ فتسكر – لكً ال تسكر – لببل تسكر‬، ‫ال تشرب الخمر‬

Exemples:

Les hommes sont morts et même les rois.

‫مات الناس حتى الملون‬

J’ai marché jusqu’au lever de l’aurore.

‫سرت حتى مطلع الفجر‬

J’ai mangé le poisson, la tête exclue.

‫أكلت السمكة حتى رأسها‬

Le coupable n’a pas ouvert la bouche, au grand

étonnement des assistants = si bien que les

assistants furent étonnées.

‫ حتى تعجب الحاضرون‬، ‫لم ٌفتح المجرم فاه‬

Marche jusqu’à atteindre la ville (pour …)

‫سر حتى تبلػ المدٌنة‬

J’ai fait tous mes efforts, pour (arriver à) réussir.

‫ حتى أنجح‬، ‫بذلت جهدي‬

- 122-
LES CONSÉCUTIVES

Elles expriment la conséquence d‟un acte ou d‟une

qualité de la proposition principale.

On les trouve après les expressions suivantes: De

FAÇON QUE, DE TELLE MANIÈRE QUE, TEL…QUE,

TELLEMENT QUE, DE SORTE QUE, SI…QUE,

TANT…QUE.

Le mode.

1° Si la conséquence est certaine = L‟INDICATIVE:

Il montra dans la guerre un tel courage, qu’il en

fut victorieux.

‫ أكسبته الظفر‬، ‫أظهر فً الحرب شجاعة‬

Ils me nourrirent si bien, que la vie me revint.

ً‫ حتى تراجعت نفس‬، ً‫أطعمون‬

Il est si bon, qu’il excuse toujours ses rivaux.

‫ تجعله ٌصفح دابما عن أخصامه‬، ‫نفس‬


ٍ ‫ٌمتاز بطٌبة‬

- 123-
2° Si la conséquence exprime une supposition = le

conditionnel:

Il est si bon, qu’il excuserait même son ennemi.

‫ حتى أنه لمد ٌصفح عن عدوه‬، ‫هو طٌب‬

3° Si la conséquence exprime une intention = le

subjonctif:

Parle, de façon que l’on t’entende. ‫ حتى نسمعن‬، ‫تكلم‬

- 124-
LES MODALES (LE PARTICIPE)

Le participe employé comme adjectif est souvent

apposition à un nom.

Il peut avoir valeur de « gérondif », lorsqu‟il est

précédé de la préposition en (complément circonstanciel):

Il est venu en pleurant ٍ‫ وهو بان‬، ً‫أت‬

tout en pleurant. ً‫أتً وهو ٌبك‬

Je suis parti en voyage au lever du soleil.

‫ والشمس طالعة‬، ‫سافرت‬

Lorsqu‟il a un sujet différent du verbe de la

proposition principale, il forme avec lui une proposition

participiale:

Le chat parti, les souris dansent.

‫ رلصت الفبران‬، ‫إذا ذهب المط‬

L’envoyé partit, l’aurore s’étant levée.

‫ ولد طلع الفجر‬، ‫ذهب المرسل‬

- 125-
Dans tous les cas, le participe marque une

circonstance de temps, de manière, de cause. On

pourrait donc le remplacer soit par des noms

compléments circonstanciels, soit par des propositions

subordonnées.

Exemples: Ayant pleuré, l’enfant partit. ً‫ ولد بك‬، ‫ذهب الولد‬

Pourquoi m’accuser, tous me sachant

innocent ? ‫ وٌعلم الكل أنً برئ‬، ً‫لم تشكون‬

L’ami est venu annoncer aux gens une bonne

nouvelle. ‫ألبل الصدٌك ٌبشر الموم‬

- 126-
LES CORRÉLATIVES

Elles marquent que deux actes ou deux états sont

liés par un rapport fixe, bien que souvent assez vague

(cause, temps, conséquence).

On les trouve surtout en français dans les sentences

et les proverbes:

Qui cherche trouve. ‫من ٌطلب ٌجـد‬

Qui casse les verres les paye. ‫من كسر زجاجا دفع ثمنه‬

Mais le plus souvent la corrélative devient

temporelle:

Quand on parle beaucoup, on fait beaucoup de

fautes. ‫من كثر كبلمه كثر خطإه‬

J’ai juré que je ne mangerais plus de poules, tant

que je vivrai. ‫ ما حٌٌت‬، ‫أنً ألسمت ال أكلن دجاجة‬

- 127-
Elle peut aussi se transformer en une simple

proposition; le rapport entre le sujet et le verbe ou le sujet

et l‟attribut ayant cette valeur de fixité:

La paresse est une ruine. ‫إن تكسل تخسر‬

Tout meurtrier doit mourir. ‫إن ٌمتل ٌمتل‬

Exemple: On ne se repent pas d’être vigilant.

‫من حرص لم ٌندم‬

- 128-
LA PROPOSITION RELATIVE
(PARTICIPIALE)

Elle remplace un adjectif ou un participe pour

compléter le sens d‟un nom, grâce à l‟usage d‟un pronom

relatif suivant immédiatement son antécédent et se

rapportant à lui (qui, que, quoi, dont, où, lequel et ses

composés):

On l’élève à la situation dont il n’est pas digne.

‫ٌرفع إلً المنزلة التً لٌس لها بؤه ٍل‬

1. Si elle détermine le sens du nom, il n‟y a pas de

concordance des temps: qui – celui qui:

J’ai rencontré ton frère (celui-là) qui travaille à

Beyrouth. ‫التمٌت بؤخٌن الذي ٌعمل فً بٌروت‬

Le voleur a pris les ivres (ceux-là seulement) qu’il

a trouvés dans la maison.

‫أخذ السارق ما وجده من كتب فً البٌت‬

- 129-
Pour désigner une personne quelconque =

quiconque ou qui:

Quiconque travaille réussit.

‫من ٌجتهد ٌنجح‬

Pour préciser = celui qui:

Salue celui qui joue dans l’appartement.

‫سلم علً من ٌلعب فً الدار‬

2. Si la relative n‟est pas nécessaire au sens, elle est

explicative et fait la concordance:

Il lui présenta une sacoche dans laquelle il y avait

des fruits secs. ‫فؤخرج له جرابا فٌه فاكهة ٌابسة‬

Alors se présenta le troisième qui portait une

chemise sale. ‫ثم بدر الثالث علٌه لمٌص وسخ‬

- 130-
Textes à Traduire du
Français à l'Arabe

- 131-
Taha Hussein
Taha Hussein est né en Egypte en 1889.Il est devenu aveugle

très tôt (on dit plutôt "il a perd la vue très jeune"). Il apprend le

Coran par cœur. Puis il quitte son village pour aller faire des

Etudes au Caire. Ensuite il bénéficie d'une bourse et il part faire

ses études en France, à la Sorbonne en 1914. Il rencontre

Suzanne avec qui il se marie. Elle va l'aider à perfectionner son

français et jouera un rôle important dans sa carrière comme dans

sa vie.Quand il rentre en Egypte en 1919, il occupe d'abord un

poste de professeur à l'université puis grâce à une volonté

extraordinaire il deviendra ministre de l'éducation. En fait, Taha

Hussein est le roi de la littérature arabe Quelqu'uns de ses

romans : L'amour perdu ; les jours ; doaa karwanLes gens lisent

encore aujourd'hui ses livres et ses romans, qui ont été traduits

dans différentes langues, partout dans le monde.

- 132-
Le livre
J'ai lu un livre qui raconte la vie de Coco Chanel.
Orpheline très jeune, elle a passé son enfance dans
un couvent à Moulin. Elle n'a connu paris qu'à l'âge
de 22 ans. Elle a commencé à créer des chapeaux
pour les vendre aux artistes et aux grands
personnages.
Puis elle a ouvert sa première maison de couture
rue Cambon.
Les guerres mondiales lui ont fait stopper/arrêter
ses activités, Mais en fait chanel a participé à
l'émancipation des vêtements des femmes inspirés
des vêtements d'hommes. Elle a aussi créé de
nouveaux styles en mélangeant les deux couleurs
beige et noire pour les chaussures des femmes.
Egalement les accessoires les chaines dorées, les
fausses perles et son célèbre parfum numéro

- 133-
5. Bien qu'elle soit décédée depuis plus de 40 ans
les femmes continuent à porter ses
vêtements. C'est un personnage important dans le
monde de la mode et qui grâce à ses créations,
continue à vivre.

- 134-
Un jour Inoubliable
Vraiment j'ai vécu un événement que je ne suis pas

prête d'oublier: c'est le jour où un voleur est entré

chez nous Vendredi dernier on a frappé à la porte

ma mère a ouvert il y avait un homme très agréable

il était assez grand il portait des lunettes et il avait

une grosse moustache il l'a informée qu'il cherchait

mon frère Ma mère l'a fait entrer car elle ne pensait

pas que c'était un voleur qui s'était déguisé. Lorsque

il est entré il l'a menacée avec un révolver Sous la

menace il l'a ligotée et bâillonnée. Pendant ce

temps je regardais la télé avec mon ami dans la

salle de séjour. Le son de la télé était fort et c'est la

- 135-
raison pour laquelle on n'a rien entendu Le voleur

est entré dans la chambre de maman il a ouvert

l'armoire et en moins de dix minutes il a volé les

bijoux et

L'argent Lorsqu'il est sorti de la chambre de

maman je sortais du séjour et je l'ai frappé sur la

tête avec un vase ; il est tombé tout de suite. Puis

j'ai téléphoné à la police et ensuite j'ai détaché ma

mère c'était un moment je n'avais jamais vécu.

- 136-
L'Aventure

Mon mari et moi, nous adorons les aventures, faire

des choses extraordinaires. Toujours envie de

goûter à l'aventure, la vraie, on a L'année dernière

mon mari et moi, nous avons fait un grand voyage :

on a passé un an dans le grand nord Lorsqu'elle l'a

su, notre famille nous a traités de fous mais on n'y a

pas prêté attention, nous sommes partis quand

même. On est parti au début de l'hiver pour nous

adapter progressivement. Notre fille Montaine avait

20 mois un âge où c'est très important d'être avec

ses parents. On a campé dans une petite cabane de

- 137-
20 mètres carrés. Notre bébé n'a jamais eu froid et

puis le froid tue les microbes. On a vécu tous les

trois dans un immense bonheur. Montaine jouait

avec le chien, ramassait le bois quand le feu

s'éteignait et regardait les livres colorés. Mon pire

souvenir c'est le jour où j'ai trouvé un trou d'eau à

cent mètres du traineau. J'ai essayé de ralentir mais

les chiens ne m'ont pas obéit. J'ai sorti Montaine du

traineau et l'ai jetée dans la neige avant de m'y

jeter. Heureusement le traîneau s'est renversé à 20

mètres du trou En fait, c'est notre pire souvenir.

- 138-
L'Egypte

Je suis égyptien et mon pays est l'Egypte. Il

y a 26 villes et un fleuve qui s‟appelle le Nil. Au nord

il y a la mer méditerranée, à l'Est il y a la mer

rouge, au sud il y a la frontière avec le Soudan et à

l'ouest il y a la frontière avec la Lybie.

Il y a des villes magnifiques comme Alex, le Caire,

Assouan et Louxor et également des monuments

pharaoniques, coptes et islamiques, dans les

principales villes. On dit que l'Egypte est le don de

Nil.

- 139-
Le Chien

Le chien de mon frère est un animal aux yeux verts.

Il l‟a trouvé dans la rue il y a deux mois et il l‟a porté à la

maison. Quel est l‟âge de cet animal ? Personne ne le

sait.

Je voudrais que mon frère me le donne. Pensez-

vous qu‟il me le donnera si je le lui demande ? S‟il était à

moi, je m‟en occuperais mieux que mon frère.

- 140-
La Mode

Je trouve les caprices de la mode, chez les Français,

étonnants.

Ils ont oublié comment ils étaient habillés cet été ; ils

ignorent encore plus comment ils le seront cet hiver ;

mais surtout on ne saurait croire combien il en coûte à un

mari pour mettre sa femme à la mode.

Que me servirait de te faire une description exacte

de leur habillement et de leurs parures ? une mode

nouvelle viendrait détruire tout mon ouvrage.

Une femme qui quitté Paris pour aller passer six

mois à la campagne en revient aussi antique que si elle

s‟y était oubliée trente ans. Le fils méconnaît le portrait de

sa mère, tant l‟habit avec lequel elle est peinte lui paraît

étranger ; il s‟imagine que c‟est quelque américaine qui y

- 141-
est représentée ou que le peintre a voulu exprimer

quelqu‟une de ses fantaisies.


MONTESQUIEU
(Lettres Persanes)

Quelques équations:
(1) Mode = Manière répandue de s‟habiller = Art de concevoir

les vêtements donc = ‫فن األزٌاء‬

(2) Que me servirait de …etc.? = Il est inutile de te… (ce n‟est

pas une interrogation réelle).

(3) Méconnaît = Ne reconnaît point.

Remarques sur le texte:


Le genre satirique de ce texte a amené son auteur à

l‟exagération. Il faut maintenir cette dernière en arabe.

Exemple la 2e phrase : « Ils ont oublié comment… »

- 142-
Le Décisionnaire
Je me trouvais, l‟autre jour, dans une compagnie où
je vis un homme bien content de lui. Dans un quart
d‟heure il décida trois questions de morale, quatre
problèmes historiques et cinq points de physique. Je n‟ai
jamais vu un décisionnaire aussi universel ; son esprit ne
fut jamais suspendu par le moindre doute. On laissa les
sciences ; on parla des nouvelles du temps.

Je voulus l‟attraper, et je me dis en moi-même : Il


faut que je me mette dans mon fort ; je vais me réfugier
dans mon pays. Je lui parlai de la Perse ; mais à peine lui
eus-je dit quatre mots, qu‟il me donna deux démentis
fondés sur l‟autorité de Tavernier et de Chardin.

Ah ! bon Dieu dis-je en moi-même, quel homme est-


ce là ! Il connaîtra tout à l‟heure les rues d‟Ispahan mieux
que moi. Mon parti fut bientôt pris,je me tus, je le laissai
parler, et il décide encore.
MONTESQUIEU
(Lettres Persanes)

- 143-
Remarques sur le texte:
Le titre est invention de Montesquieu. Il a voulu

désigner un homme qui décide toujours, de tout et

partout. C‟est un manière de « fabricant » de décisions.

Aussi, l‟équation réalisée au niveau du signifié pourrait

donner en arabe « ‫ » صانع المرارات‬car si on disait ‫ الممرر‬il y

aurait confusion avec le « rapporteur ».

L‟exagération est aussi, dans ce texte, une

résultante de la satire ; il faut la maintenir en arabe dans

la mesure du possible.

Quelques équations:
L‟autre jour = depuis quelques jours = ‫منذ أٌام‬

Dans une compagnie= dans une assemblée= ‫فً مجلس‬

Bien content de lui = fortement satisfait de lui-même =

‫شدٌد الرضا عن نفسه‬

- 144-
En ville ou à la campagne
Vivre en ville ou à la campagne présente quelques

différences.

(Certains choisissent la ville car c‟est pratique, tous

les commerces sont à proximité, les quartiers sont

bien desservis par les bus, métro et tramways, donc

on peut se déplacer facilement. Il y a des écoles,

des collèges et des lycées, des salles de cinéma,

un théâtre, un ou plusieurs musées, des activités,

des parcs souvent gratuits. On trouve également un

hôpital mais aussi des cabinets médicaux. Les

grandes surfaces sont ouvertes jusque tard le soir. Il

- 145-
est très facile de faire des sorties. Cependant la vie

est chère, la pollution est très présente

(D‟autres choisissent la campagne car c‟est plus

calme, la vie est plus paisible. Il y a moins de

pollution mais il y a aussi moins de loisirs, moins de

commerces. En général on trouve de petites

habitations avec des jardins, des piscines privées.

Les enfants peuvent jouer dehors sans trop de

risques. La vie à la campagne commence aussi à

se moderniser car on trouve de plus en plus de

clubs de sport, de centres pour les enfants et aussi

pour les adultes qui souhaitent pratiquer une activité

sportive ou un loisir. De plus en plus de gens

- 146-
veulent vivre à la campagne pour éviter le bruit, le

stress des grandes villes, alors la vie à la campagne

devient de plus en plus chère… Il faut souvent une

voiture voire deux pour se déplacer et se rendre à

son travail.

(Cependant chacun doit choisir son environnement

pour s‟installer : soit la ville, soit la campagne. La

ville avec ses commodités ou la campagne avec

son calme. Le revers de la médaille : en ville il y a la

pollution, la foule et les embouteillages, à la

campagne il est plus difficile de se déplacer si on ne

possède pas de véhicule.

- 147-
Extrait

Un soir, je m‟étais égaré dans une forêt, à quelque

distance de la cataracte du Niagara ; bientôt je vis le jour

s‟éteindre autour de moi, et je goûtais dans toute sa

solitude, le beau spectacle d‟une nuit dans les déserts du

nouveau monde.

Une heure après le coucher du soleil, la lune se

montra au-dessus des arbres, à l‟horizon opposé. Une

brise embaumée, que cette reine des nuits amenait de

l‟orient avec elle, semblait la précéder dans les forêts

comme sa fraîche haleine. L‟astre solitaire monta peu à

peu dans le ciel ; tantôt il suivait paisiblement sa course

azurée tantôt il reposait sur des groupes de nues qui se

rassemblaient à la cime des hautes montagnes

couronnées de neige. Ces nues ployant et déployant

leurs voiles, se déroulaient en zones diaphanes de satin

blanc, se dispersaient en légers flocons d‟écume, ou

- 148-
formaient dans les cieux des bancs d‟une ouate

éblouissante, si doux à l‟œil qu‟on croyait ressentir leur

mollesse et leur élasticité.


CHATEAUBRIAND

Cataracte = ‫ؽالي‬ – Horizon = ‫أفك‬

S‟éteindre = disparaître – Opposé = ً‫ِمبث‬

Embaumé = ‫ِؼطش – ػطش‬ – Brise = ُ‫ٔغّخ – ٔغي‬


Haleine = ‫ٔفظ‬ – Diaphane = ‫ؽفبف‬
Flocon (s) = )‫ؽشيؾخ (ؽشائؼ‬ – Écume = ‫ح‬ٛ‫ سغ‬، ‫صثذ‬

Ouate = ٓ‫لطـ‬ – Mollesse = ٓ‫ٌي‬

Remarques sur le texte:


Ce genre romantique érigé sur la sensibilité poétique

donne une impression de “lenteur” – Il convient de la

maintenir en arabe par le choix de la terminologie: on dira

par exemple l‟astre monta = ‫وت‬ٛ‫ رقبػذ اٌى‬qui est plus “lent”

que ‫وت‬ٛ‫فؼذ اٌى‬.

- 149-
La Petite Aveugle
Craignant que Gertrude ne s‟étiolât à demeurer

auprès du feu sans cesse, comme une vieille, j‟avais

commencé à la faire sortir. Sa surprise et sa crainte

d‟abord, dès qu‟elle avait quitté la maison, me laissèrent

comprendre, avant qu‟elle n‟eût su me le dire, qu‟elle ne

s‟était encore jamais hasardée au dehors. Dans la

chaumière où je l‟avais trouvée, personne ne s‟était

occupé d‟elle autrement que pour lui donner à manger et

l‟aider à ne point mourir, car je n‟ose pas dire : à vivre.

Son univers obscur était borné par les murs mêmes de

cette unique pièce qu‟elle n‟avait jamais quittée ; à peine

se hasardait-elle, les jours d‟été, au bord du seuil, quand

la porte restait ouverte sur le grand univers lumineux. Elle

me raconta plus tard qu‟entendant le chant des oiseaux

elle l‟imaginait alors un pur effet de la lumière, ainsi que

cette chaleur même qu‟elle sentait caresser ses joues et

- 150-
ses mains, et que, sans du reste y réfléchir précisément,

il lui paraissait tout naturel que l‟air chaud se mît à

chanter, de même que l‟eau se met à bouillir près du feu.

Je me souviens de son inépuisable ravissement

lorsque je lui appris que ces petites voix émanaient de

créatures vivantes, dont il semble que l‟unique fonction

soit de sentir et d‟exprimer l‟éparse joie de la nature. Et

pourtant l‟idée que ces chants racontaient la splendeur

d‟un spectacle qu‟elle ne pouvait point contempler avait

commencé par la rendre mélancolique.

« Est-ce que vraiment, disait-elle, la terre est aussi

belle que le racontent les oiseaux ? »


ANDRÉ GIDE
(La Symphonie Pastorale)

- 151-
s‟étioler = ‫ مؼف‬، ً‫رث‬ – ravissement = ‫بي‬ٙ‫اثز‬

oser = ‫رغبعش‬ – émaner = ٓ‫فذس ػ‬

caresser = ‫داػت‬

N.B.– Avant d‟entamer la traduction d‟un texte lisez-le

plusieurs fois pour en déterminer le « genre » ou le

« style ». Vous fixerez ainsi la méthode à adopter


(littérale ou libre) dans l‟ensemble. Notez également
que, pour un même texte, vous pourriez avoir besoin de

recourir aux deux méthodes.

- 152-
M. Le Juge Simon

… M. le Juge-mage Simon n‟avait assurément pas

deux pieds de haut. Ses jambes, droites, menues et

même assez longues, l‟auraient agrandi si elles eussent

été verticales ; mais elles posaient de biais comme celles

d‟un compas très ouvert. Son corps était non seulement

court, mais mince et en tout sens d‟une petitesse

inconcevable. Il devait paraître une sauterelle quand il

était nu. Sa tête, de grandeur naturelle, avec un visage

bien formé, l‟air noble, d‟assez beaux yeux, semblait une

tête postiche qu‟on aurait plantée sur un moignon. Il eût

pu s‟exempter de faire de la dépense en parure, car sa

grande perruque seule l‟habillait parfaitement de pied en

cap.

Il avait deux voix toutes différentes, qui

s‟entremêlaient sans cesse dans sa conversation avec un

contraste d‟abord très plaisant, mais bientôt très

- 153-
désagréable. L‟une était grave et sonore ; c‟était, si j‟ose

ainsi parler, la voix de sa tête. L‟autre, claire, aiguë et

perçante, était la voix de son corps. Quand il s‟écoutait

beaucoup, qu‟il parlait très posément, qu‟il ménageait son

haleine, il pouvait parler toujours de sa grosse voix ; mais

pour peu qu‟il s‟animât et qu‟un accent plus vif vînt se

présenter, cet accent devenait comme le sifflement d‟une

clef, et il avait toute la peine du monde à reprendre sa

basse.
JEAN-JACQUES ROUSSEAU
(Les Confessions)

- 154-
Le traducteur a établi, notamment, les équations
suivantes:
mince et en tous sens d‟une petitesse inconcevable =

mince et menu dans tous ses éléments constitutifs =

‫نحٌبل صؽٌر كل شا‬

Il avait deux voix toutes différentes = ‫كان ذا صوتٌن جد متنافرٌن‬

(Excellente initiative que celle d‟utiliser le terme ‫ متنافرٌن‬plutôt

que ‫ مختلفٌن‬en vue de garder au texte son caractère

humoristique)

Reprendre sa basse = reprendre sa voix basse qui est la

première citée (car le terme musical « basse » n‟est pas

courant en arabe).

- 155-
M. Le Juge Simon (suite)

Avec la figure que je viens de peindre, et qui n‟est

point chargée, M. Simon était galant, grand conteur de

fleurettes, et poussait jusqu‟à la coquetterie le soin de

son ajustement. Comme il cherchait à prendre ses

avantages, il donnait volontiers ses audiences du matin

dans son lit ; car quand on voyait sur l‟oreiller une belle

tête, personne n‟allait s‟imaginer que c‟était là tout. Cela

donnait lieu quelquefois à des scènes dont je suis sûr que

tout Annecy se souvient encore. Un matin qu‟il attendait

dans ce lit, ou plutôt sur ce lit, les plaideurs, en belles

coiffes de nuit bien fine et bien blanche, ornée de deux

grosses bouffettes de ruban couleur de rose, un paysan

arrive, heurte à la porte. La servante était sortie. M. le

Juge-mage, entendant redoubler, crie : entrez ; et cela,

comme dit un peu trop fort, partit de sa voix aiguë.

- 156-
L‟homme entre ; il cherche d‟où vient cette voix de

femme, et voyant dans ce lit une cornette, une fontange,

il veut ressortir, en faisant à Madame de grandes

excuses. M. Simon se fâche, et n‟en crie que plus clair.

Le paysan, confirmé dans son idée, et se croyant insulté,

lui chante pouille, lui dit qu‟apparemment elle n‟est qu‟une

coureuse, et que M. le Juge-mage ne donne guère bon

exemple chez lui. Le Juge-mage, furieux, et n‟ayant pour

toute arme que son pot de chambre, allait le jeter à la tête

de ce pauvre homme, quand sa gouvernante arriva.

JEAN-JACQUES ROUSSEAU
(Les Confessions)

- 157-
Le traducteur a établi, notamment, les équations
suivantes:
Il n‟en crie que plus clair = Ses cris n‟en devinrent que plus
aigue = ‫فازداد صوته تخنثا‬

Et se croyant insulté = il trouva (dans ces cris) une insulte pour

lui = ‫وجد فً الصٌاح إهانة له‬

- 158-
Oraison Funèbre

Approchez, ô vous qui courez avec tant d‟ardeur

dans la carrière de la gloire, âmes guerrières et

intrépides: quel autre fut plus digne de vous commander?

Pleurez donc ce grand capitaine et dites en gémissant :

Voilà celui qui nous menait dans les hasards (‫; )المعارن‬

sous lui se sont formés tant de renommés capitaines que

ses exemples ont élevés aux premiers honneurs de la

guerre ; son ombre eût pu encore gagner des batailles, et

voilà que dans son silence son nom même nous anime,

et ensemble il nous avertit que pour trouver à la mort

quelque reste de nos travaux, et n‟arriver pas sans

ressource à notre éternelle demeure, avec le roi de la

terre, il faut encore servir le Roi du Ciel.

BOSSUET
(Oraison funèbre du Prince de Condé)

- 159-
La Mise en Rang

Le Directeur introduisit un sifflet d‟étain entre les

poils de sa barbe et, gonflant ses joues, siffla. Comme

par magie, les centaines d‟enfants qui remplissaient la

cour, s‟arrêtant de courir et de crier, demeurèrent pétrifiés

à l‟endroit même où l‟appel les avait surpris. Un silence

prodigieux remplit l‟espace et l‟on entendit, au lointain, un

charretier que sacrait, derrière l‟écran des maisons, et

faisait claquer son fouet. Un second coup de sifflet, et la

foule enfantine commença de marquer le pas, frappant le

sol de la cour, en cadence, avec une énergie farouche.

Troisième coup de sifflet et chacun des danseurs de cet

étrange ballet, orienté subitement, se mit en route, en

vertu d‟une harmonie préétablie, vers certains points de

la cour qui semblaient agir comme des pôles d‟attraction.

Les différentes classes se groupaient en longues files

doubles.
G. DUHAMEL (Le Notaire du Havre)

- 160-
La mise en range ‫الترتٌب فً الصؾ‬, Étain ‫لصدٌر‬, Magie ‫سحر‬,

Orienter ‫وجه‬, En cadence ‫بإٌماع‬, Harmonie ‫تناسك‬, En vertu de


‫بموجب‬, Pétrifié ‫جامد‬, sacrer ‫سب‬, Écran ‫ستار‬, Fouet ‫سوط‬, File ‫صؾ‬,

Double ‫مزدوج‬, Préétabli‫ سابك‬.

- 161-
Les Langues

Les langues universelles ont rapidement évolué

grâce au développement des relations humaines durant

les trente dernières années et aux progrès réalisés dans

le domaine des communications.

Les rapports sociaux, commerciaux et juridiques

entre les nations dépendent tous de cet instrument

imparfait mais universel qu‟est la Langue.

Le monde arabe moderne, placé à un carrefour vital

entre les continents les plus anciens et héritier d‟une

civilisation millénaire, est en étroit contact avec

l‟ensemble des pays civilisés.

La lange arabe, toujours jalouse de la pureté de ses

origines, s‟enrichit sans cesse dans tous les domaines et

acquiert progressivement cette précision scientifique

indispensable dans des matières aussi complexes et

- 162-
délicates que le droit, l‟administration, la politique, la

sociologie, le commerce et la technique.

Cependant, il faut essayer de rejoindre le courant de

l‟évolution et n‟hésiter devant aucun effort pour que la

langue arabe devienne un moyen pratique et efficient de

progrès. Heureusement, beaucoup de littérateurs et de

linguistes arabes contemporains ont compris cette

nécessité et ils déploient tous leurs efforts pour que la

langue arabe devienne la langue des affaires et, plus

tard, la langue scientifique de l‟une des parties les plus

peuplées du monde.

- 163-
Les Deux Infinis

Que l‟homme contemple donc la nature entière dans

sa haute et pleine majesté (1) ; qu‟il éloigne sa vue des

objets bas qui l‟environnent. Qu‟il regarde cette éclatante

lumière, mise (2) comme une lampe éternelle pour

éclairer l‟univers ; que la terre lui paraisse comme un

point, un prix (3) du vaste tour que cet astre décrit et qu‟il

s‟étonne de ce que ce vaste tour lui-même n‟est qu‟une

pointe très délicate à l‟égard de (4) celui que les astres

qui roulent dans le firmament embrassent. Mais si notre

vue s‟arrête là, que l‟imagination passe outre (5) ; elle se

lassera plutôt de concevoir, que la nature de fournir (6).

Tout ce monde visible n‟est qu‟un trait imperceptible dans

l‟ample sein de la nature. Nulle idée n‟en approche (7).

Nous avons beau enfler nos conceptions, au-delà des

espaces imaginables, nous n‟enfantons (8) que des

atomes, au prix de la réalité des choses. C‟est une

- 164-
sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence

nulle part. Enfin c‟est le plus grand caractère sensible de

la toute-puissance de Dieu, que notre imagination se

perde dans cette pensée (9).

Que l‟homme, étant revenu à (10), considère ce qu‟il

est (11) au prix de ce qui est ; qu‟il se regarde (12)

comme égaré dans ce canton détourné de la nature ; et

que de ce petit cachot où il se trouve logé, j‟entends

l‟univers, il apprenne à estimer la terre, les royaumes, les

villes et soi-même son juste prix.


PASCAL

Établissement des équations :


(1) Dans sa haute et pleine majesté = Dans la plénitude de sa

haute majesté.

(2) Mise = qui a été faite pour (car si l‟on dit « placée »

l‟équation au niveau du sens n‟est pas parfaite).

(3) Au prix = comparé à = par rapport à.

(4) A l‟égard de = comparé à = par rapport à.

(5) Passe outre = poursuive = aille plus loin.

- 165-
(6) Elle se lassera plutôt de concevoir que la nature de fournir

= elle en aura assez de concevoir (d‟imaginer) alors que la


nature ne cessera pas de produire.

(7) Nulle idée n‟en approche = Il n‟y a pas une idée semblable

à celle-là = Rien ne donne une idée de ce contraste.

(8) Nous n‟enfantons = nous ne produisons.

(9) Enfin c‟est le plus grand caractère sensible de la toute-

puissance de Dieu que notre imagination se perde dans


cette pensée = Enfin, que notre imagination se perde dans

cette pensée, c‟est là le plus grand signe visible de la

toute-puissance de Dieu.

(10) Que l‟homme, étant revenu à soi, considère = Que

l‟homme considère après être revenu à lui-même.


(11) Ce qu‟il est = son état.

(12) Qu‟il se regarde = qu‟il se considère.

- 166-
Les Loisirs

Comment j‟emploie mes loisirs. Ma distraction est de

me promener. Je peux me promener dans la rue, mais je

préfère les arbres et les verdures d‟un jardin public. Je

suis libre et discipliné ; je respecte ce qui est à tous. Je

pratique avec modération quelques exercices physiques,

car j‟honore et respecte mon corps.

Un autre divertissement favori est, pour moi, la

compagnie et la conversation des hommes. J‟aime réunir

mes camarades et deviser. Le plus souvent, nous parlons

de notre métier ; les hommes, en effet, s‟intéressent

avant tout à leur métier.


GEORGES

DUHAMEL

- 167-
A Retenir:
La traduction est avant tout réflexion et entraînement de

l‟esprit au raisonnement. C‟est pourquoi, l‟équation doit être


réalisée:

1. Toujours au niveau du signifié ou de l‟idée.

2. Au niveau du signifiant ou du mot, lorsque c‟est possible.

- 168-
Déception des Jeunes

Au milieu de ce contexte social fait de contrastes et

de compromissions s‟épanouit une jeunesse qui

demande à vivre les principes qu‟elle apprend et sent

battre en son cœur une soif de grandeur et de vérité, soif

qu‟elle parvient difficilement à concilier avec les cadres

étroits et trop bien étudiés de la société forgée par ses

aînés.

C‟est parce que cette jeunesse n‟a pas encore été

suffisamment rodée à la science du décalage, pour

admettre de prôner des principes et de ne pas pour

autant les appliquer, qu‟elle éprouve un sentiment de

déception et de frustration et que de tous côtés on la voit

qui bouge, essayant de ramener les choses et les

événements aux dimensions de ses propres aspirations.

- 169-
Que dans cette recherche de l‟idéal et de la vérité

elle commette des excès, ceci ne saurait être contesté.

Ces débordements de la jeunesse sont certainement très

dangereux et peuvent compromettre la réalisation de

l‟idéal même qui en est à la base. Il n‟en demeure pas

moins qu‟il faut les orienter et non les brider. Ils sont un

précieux aiguillon pour ceux qui tiennent encore entre

leurs mains les rênes du pouvoir ou qui par leur activité

intellectuelle et scientifique influent grandement sur la vie

des nations.

Sans la contestation d‟une certaine jeunesse dans

un pays ami, on n‟aurait pas vu les réformes

bienfaisantes qu‟ont appliquées les dirigeants, et sans le

réveil calme et lucide de la jeunesse libanaise on ne verra

peut-être pas s‟édifier le Liban de demain.

ABDALLAH DAGHER S.J.

- 170-
(Discours du 27 Octobre 1968)

Une équation importante:


Que dans cette recherche de l‟idéal et de la vérité elle

commette des excès, ceci ne saurait être contesté.

Il n‟y a pas lieu de contester que la jeunesse, dans sa

recherche de l‟idéal et de la vérité pourrait commettre quelque

excès.

- 171-
Un Lever de Soleil

Dès l‟aube, on voit le soleil s‟annoncer de loin par les

traits de feu qu‟il lance au-devant de lui. L‟incendie

augmente, l‟orient paraît tout en flammes ; à leur éclat, on

attend l‟astre longtemps avant qu‟il se montre : à chaque

instant, on croit le voir paraître ; on le voit enfin. Soudain,

un point brillant part comme un éclair et remplit aussitôt

tout l‟espace ; le voile des ténèbres s‟efface subitement

et tombe. L‟homme reconnaît son séjour et le trouve

embelli.

La verdure a pris durant la nuit une vigueur

nouvelle ; le jour naissant qui l‟éclaire, les premiers

rayons qui la dorent la montrent couverte d‟un brillant

réseau de rosée qui réfléchit à l‟œil la lumière et les

couleurs. Les oiseaux se réunissent et saluent ensemble

le père de la vie.

J.-J. ROUSSEAU

- 172-
Scène de Chasse

Le cerf s‟était d‟abord lancé au milieu d‟un étang,

d‟où avait eu quelque peine à le débusquer. Plusieurs

cavaliers avaient mis pied à terre et, s‟armant de longues

perches, avaient forcé le pauvre animal à reprendre sa

course. Mais la fraîcheur de l‟eau avait achevé d‟épuiser

ses forces. Il sortit de l‟étang haletant, tirant la langue et

courant par bonds irréguliers. Les chiens, au contraire,

semblaient redoubler d‟ardeur. A peu de distance de

l‟étang, le cerf, sentant qu‟il lui devenait impossible

d‟échapper par la fuite, parut faire un dernier effort et,

s‟acculant contre un gros chêne, il fit bravement tête aux

chiens. Les premiers qui l‟attaquèrent furent lancés en

l‟air, éventrés.
MÉRIMÉE
(Bacc. Lib. – Littres – Juin 1964)

- 173-
Coexistence et Neutralisme

Au lendemain de la guerre d‟Indochine qui s‟achevait

sept ans après la naissance de l‟Inde à l‟indépendance,

l‟image d‟une Europe, expansionniste au siècle passé,

aujourd‟hui refoulée, était mise en pleine lumière. On était

donc fondé à se demander si les grands mouvements

asiatiques et africains qui avaient leur source dans l‟éveil

des nationalismes ne tendraient pas à rejeter bientôt, par

delà les systèmes coloniaux périmés, les Européens des

positions maîtresses considérées jusqu-là par eux

comme essentielles.

Dans quelle mesure ce recul du prestige européen

ferait-il le jeu des deux énormes puissances aptes à

briguer et à se disputer la succession ?

Conduirait-il à un partage planétaire en zones

d‟influence ? Ou au contraire, les points de friction se

- 174-
multipliant, l‟Europe aurait-elle le temps de parer par

l‟union aux menaces qui pesaient sur elle ?

Pierre ROLLET et MARCEL RENAULT


(Histoire Universelle - Quillet)

- 175-
L’Amérique au Centre du Monde
Contemporain
La première guerre mondiale a marqué l‟arrivée au

premier plan de la jeune Amérique. L‟entrée en guerre

des Etats-Unis, en 1917, fut l‟élément décisif de la

victoire. Elle en fit la première puissance industrielle du

monde et, en outre, l‟arbitre de la politique mondiale ; leur

repli sur eux-mêmes, par le refus de ratifier le traité de

Versailles, leur isolationnisme des vingt-deux années qui

suivirent, en furent la démonstration au négatif.

Lorsque les Etats-Unis furent victimes de la crise de

1929, ils entraînèrent avec eux le monde entier. Leur

intervention à nouveau, et malgré eux, dans le second

conflit mondial, devait encore une fois décider du sort des

armes.

- 176-
Au lendemain de cette guerre, ils restaient en fait

seuls face à face avec l‟autre géant du siècle, l‟Union

Soviétique.
(Grand Larousse Encyclopédique)

- 177-
La Découverte de la Terre

Pendant des siècles les hommes ont cru que la

Terre était le centre du monde, que le soleil et les étoiles

tournaient autour d‟elle. On sait maintenant qu‟il n‟en est

rien et que notre globe terrestre n‟est qu‟un élément

minuscule dans un univers dont l‟esprit humain peut

difficilement imaginer les dimensions.

La connaissance scientifique de la terre est encore

récente. Pendant de longs siècles elle est demeurée

fragmentaire. De multiples obstacles ont longtemps

ralenti les découvertes des explorateurs : océans,

montagnes, déserts difficiles à franchir, froid rigoureux

des régions polaires ou végétation exubérante des pays

équatoriaux etc.

Dans l‟Antiquité, le monde connu est resté longtemps

limité à la Méditerranée, ses îles et ses rivages. Au

- 178-
Moyen-Age, la découverte du monde s‟est poursuivie

lentement. Le XVIe siècle marque une étape décisive

dans la découverte de la terre. Aujourd‟hui, il ne reste

plus de vastes régions complètement inconnues, si ce

n‟est dans le centre de l‟Amérique du Sud et autour du

pôle sud.
(Encyclopédie QUILLET)

- 179-
Ghandi ou Gandhi

Leader nationaliste et chef spirituel, réformateur

social et promoteur d‟un nouveau style d‟action politique,

Mohandas Karamchand Ghandhi, surnommé le Mahatma

(la Grande Ame), a marqué de son empreinte l‟évolution

récente de l‟Inde en même temps qu‟il atteignait une

audience mondiale.

Son prestige sur l‟Occident tient à une synthèse

inaccoutumée bien qu‟elle ait été réalisée au cours de

l‟histoire ancienne, où le sage était guide spirituel en

même temps que visionnaire politique, mais il se

comprend plus aisément dans le climat oriental de la

pensée où métaphysique et éthique forment un circuit

direct dépourvu des articulations rationnelles qu‟y a

apportées la pensée occidentale.

De lui-même il a dit : « Je suis un idéaliste

pratique. » - Et sans nul paradoxe sa tentative est celle

- 180-
d‟une « expérience de la vérité », selon le titre qu‟il a

donné à son autobiographie.


René HABACHI
(Encyclopaedia Universalis)

- 181-
Les Effets des Croisades

Tels sont, à mon avis, les grands, les véritables

effets des croisades : d‟une part, l‟étendue des idées,

l‟affranchissement des esprits ; de l‟autre,

l‟agrandissement des existences, une large sphère

ouverte à toutes les activités ; elles ont produit à la fois

plus de liberté individuelle et plus d‟unité politique. Elles

ont poussé à l‟indépendance de l‟homme et à la

centralisation de la société.

On s‟est beaucoup enquis des moyens de civilisation

qu‟elles ont directement importés d‟Orient ; on a dit que la

plupart des grandes découvertes qui, dans le cours des

XIVe et XVe siècles, ont provoqué le développement de la

civilisation européenne, la boussole, l‟imprimerie, la

poudre à canon, étaient connues de l‟Orient, et que les

Croisés avaient pu les en apporter.

- 182-
Cela est vrai jusqu‟à un certain point.

GUIZOT

- 183-
Alexandre, Conquérant de L’Asie

Alexandre – un entraîneur d‟hommes – conquit

l‟empire perse, la Syrie, l‟Égypte, Babylone ; puis il

traversa l‟Iran et le Turkestan et pénétra dans l‟Inde. Il eût

marché jusqu‟au bout du monde si ses troupes n‟avaient

refusé d‟aller plus loin. Il descendit alors l‟Indus avec

l‟intention de le suivre jusqu‟à la mer.

Il prit des guides qui connaissaient l‟Indus et

s‟avança jusqu‟à une île située au milieu du fleuve. Il fut

obligé d‟y séjourner assez longtemps, car ses guides

s‟étaient enfuis et il n‟en put trouver d‟autres. Dans son

impatience d‟arriver à l‟Océan et de pousser ses

conquêtes jusqu‟au bout du monde, il partit avec ses

troupes, sans conducteurs, â la merci d‟un fleuve

inconnu. Ces braves voguaient au hasard, ignorant quels

pays ils traversaient, à quelle distance était la mer, quels

- 184-
peuples habitaient ces côtes, ne sachant point si

l‟embouchure du fleuve était navigable, et quels

vaisseaux elle portait.


QUINTE-CURCE
(L’Histoire d’Alexandre)

A retenir:
Avant d‟entamer la traduction d‟un texte, lisez-le plusieurs

fois pour en déterminer le « genre » ou le « style » Vous fixerez

ainsi la méthode à adopter (littérale ou libre) dans l‟ensemble:

a) La traduction littérale est plausible lorsque l‟équation au

niveau du SIGNIFIANT ou du MOT est possible.

b) La traduction libre est indispensable lorsque l‟équation au


niveau du signifiant ou du mot n‟est pas possible, ce qui

exige l‟établissement de l‟équivalence au niveau du

SIGNIFIÉ ou de l‟IDÉE.

Notez aussi que, pour un même texte, vous pourriez avoir

besoin de recourir à ces deux méthodes à la fois.

- 185-
La Légende du Rossignol

Il y a bien longtemps vivait, dans une contrée

lointaine, une charmante jeune fille nommée Philomèle.

Un méchant roi voulut l‟épouser. Elle n‟y consentit pas, et

le cruel, pour se venger, lui coupa la langue. Ensuite, il

l‟enferma dans une tour. Elle ne pouvait plus parler, mais

elle gémissait d‟une façon si triste et si douce, que ses

gardiens, hommes très rudes, pleuraient en l‟écoutant.

Alors, le roi résolut de la tuer. Comme il était sur le point

d‟accomplir ce crime, les dieux changèrent Philomèle en

petit oiseau et elle s‟enfuit par une fente de la muraille.

Elle se réfugia dans les bois où elle continua de gémir ou

plutôt de chanter, sans pouvoir, prononcer aucune parole

distincte. On lui donna le nom de rossignol.

MAURICE BOUCHOR
(Bac. Libc.)

- 186-
La Patience Récompensée

Un général qui dînait chaque samedi chez un jeune

peintre avait pris l‟habitude de raconter, chaque fois, le

passage de la « Bérésina ». Les convives s‟en

plaignaient ; mais l‟artiste croyait qu‟il était de son devoir

d‟écouter avec bienveillance ce récit si souvent répété.

Le général mourut subitement. Quelques jours après

cette mort inattendue, le peintre fut appelé chez un

notaire pour l‟ouverture du testament du général. Quelle

ne fut pas sa surprise en entendant ce que suit : « Je

lègue à mon ami, le peintre la somme de dix mille trois

cent francs comme remerciement de la complaisance

sans égale qu‟il a mise à m‟entendre raconter cent trois

fois le passage de la Bérésina. »

- 187-
Le Jugement du Sage

Un fameux négociant de Babylone était mort aux

Indes, il avait fait héritiers ses deux fils par portions

égales, après avoir marié leur sœur, et il laissait un

présent de trente mille pièces d‟or à celui de ses deux fils

qui serait jugé l‟aimer davantage. L‟ainé lui bâtit un

tombeau, le second augmenta d‟une partie de son

héritage la dot de sa sœur. Chacun disait :

– C‟est l‟ainé qui aime mieux son père ; le cadet

aime mieux sa sœur. C‟est à l‟ainé qu‟appartiennent les

trente mille pièces.

Le sage Zadig les fit venir tous les deux, l‟un après

l‟autre. Il dit à d‟ainé :

– Votre père n‟est point mort ; il est guéri de sa

dernière maladie, il revient à Babylone.

– Dieu soit loué, répondit le jeune homme ; mais

voilà un tombeau qui m‟a coûté cher.

- 188-
Zadig dit ensuite la même chose au cadet.

– Dieu soit loué, répondit-il, je vais rendre à mon

père tout ce que j‟ai, mais je voudrais qu‟il laissât à ma

sœur ce que je lui ai donné.

– Vous ne rendrez rien, dit Zadig, et vous aurez les

trente mille pièces. C‟est vous qui aimez le mieux votre

père.

VOLTAIRE

- 189-
Invocations
 Seigneur,

Délivre-moi de la vanité et donne-moi la confiance.

Libère-moi du doute et accorde-moi la foi.

Fortifie-moi contre moi-même et non contre les autres.

 Seigneur,

Rends-moi plus grand que mes passions et plus petit

que mes aspirations.

Ne permets pas que je me moque des échecs d‟autrui

et que j‟écrase les vaincus.

Aide-moi à tendre la main, à ceux qui ont succombé.

 Seigneur,

Remplis mon cœur de miséricorde et ôte la tyrannie de

mon âme.

Apprends-moi à me juger avant de juger les autres.

Fais-moi voir mes défauts et mes péchés et voile à

mes yeux les imperfections des autres.

- 190-
 Seigneur,

Refuse-moi la victoire si je suis oppresseur et accorde-

la moi si je suis oppressé.

Ne me fais pas regretter d‟avoir aimé,

Mais fais-moi connaître la tristesse de n‟avoir pas aimé

tous les hommes.

- 191-
La Société

La Société est le rassemblement des hommes

animés d‟un vouloir-vivre en commun.

La Société a sa vie propre et ses lois particulières.

La Société est en continuelle évolution. Chaque

génération nouvelle d‟hommes lui apporte son

dynamisme propre.

La Société n‟a pas une fin en soi différente de celle

des hommes qui la composent. Sa prospérité et son

épanouissement coïncident avec la prospérité et

l‟épanouissement de chacun de ses membres.

Elle a pour mission d‟aider chaque personne

humaine à réaliser pleinement sa vocation en lui

procurant les meilleures conditions de vie. Sa fin c‟est le

bien commun de tous. Mais le bien de l‟homme étant à la

- 192-
fois d‟ordre matériel et d‟ordre spirituel, le bien commun

social doit avoir les mêmes caractères.

A. LE GENISSEL (Initiation Sociale)

- 193-
L’argent

Stratagème inventé par l‟homme, dans le but de

faciliter les moyens de subsistance, l‟argent est

comparable au feu, à l‟aiguille, à la roue, à l‟alphabet, à

l‟imprimerie et autres instruments conçus par l‟homme et

qui sont les témoins d‟un inépuisable génie.

Quant à l‟argent, il a réussi ce que les anges et les

démons ont été incapables de réaliser : il a déterminé le

prix individuel de l‟effort individuel et a octroyé à l‟unité la

valeur du millier – voire parfois du million – évaluant à un

zéro à gauche le prix de certains humains.

C‟est là que réside le secret, le piège, la pente

glissante. C‟est là que se trouve l‟une des sources les

plus terrifiantes de la haine (rancune), de la jalousie

(envie) et des conflits qui opposent les hommes entre

eux.

- 194-
Au nombre des méfaits de la tromperie infernale de

l‟argent figure le fait qu‟un seul homme puisse

s‟approprier ce qui reviendrait à mille autres – dans la

richesse commune de l‟humanité – tandis que mille êtres

humains demeurent privés (même) de la part d‟un seul

homme.

De cette tromperie est issue la servitude de l‟homme

à l‟homme, la soumission des masses à l‟individu et

l‟exploitation, par les favorisés de l‟argent, de ceux dont

l‟argent a fait ses ennemis.

Tel est le drame – notre drame : et c‟est le

déshonneur – c‟est notre honte à chaque fois que nous

nous obstinons dans notre adoration du symbole pour en

faire un mors dans la bouche du symbolisé, un lien à son

cou et un instrument de sa servitude (esclavage).

Mikhail NOUHAYMÉ (Les Idoles)

- 195-
Le Pouvoir

Adhérant à l‟idole de la force, jusqu‟à former avec

elle des quasi-jumelles, une autre lui ressemble par

l‟énormité et la terreur : c‟est l‟idole du pouvoir.

Le pouvoir, comme vous vous en doutez, autorise

celui qui le détient à dicter ordres et prohibitions et à

disposer à son gré des affaires des hommes soumis à

son empire.

Le pouvoir est érigé sur des assises (fondements)

dont certaines sont terrestres et d‟autres célestes.

Les assises du ciel sont « la grâce de Dieu » quant à

celles de la terre, la plus importante d‟entre elles est la

loi.

Nous entendons encore, à ce jour, des souverains

qui parlent à leurs sujets au nom de l‟autorité qui leur est

accordée par Dieu.

- 196-
Les souverains étaient jadis des chefs de clans

armés qui volaient les hommes paisibles dans leurs

fermes ou leurs négoces pour leur imposer leur protection

contre d‟autres bandes identiques, moyennant versement

d‟un tribut (d‟une redevance) qui ne tardait point à faire

d‟eux leurs seigneurs absolus disposant librement de leur

gagne-pain et de leur existence.

C‟est ainsi que le pouvoir se transforma en une idole

pour le contentement de laquelle les grands et les

humbles se bousculent, offrant sur son autel tout ce qu‟ils

possèdent de précieux et de cher.

Puissent ceux qui sont ivres du vin du pouvoir sortir

un jour de leur ivresse pour savoir quelles boivent et

quelle idole ils adorent. Ils boivent l‟humiliation de

l‟opprimé, l‟innocence du simple, la sottise du niais, la

faiblesse de l‟impuissant, la faim de l‟affamé et

- 197-
l‟imbécillité de ceux pour les oreilles desquels les fracas

des tambours sont plus suaves que les murmures de

l‟archange Gabriel.

Quant à ce qu‟ils adorent, c‟est le mirage dans le

désert.
Mikhail NOUHAYMÉ
(Les Idoles)

- 198-
Sociétés d’hier et d’aujourd’hui

Beaucoup d‟entre nous voient encore le monde

comme le voyaient nos ancêtres. Même parmi les jeunes,

l‟adhésion aux valeurs nouvelles varie selon le

tempérament moral de chacun, ses opinions politiques,

sa conception du monde. La diversité, l‟originalité de

chaque être humain couvrent un large éventail

d‟attitudes. Par exemple, la réduction des situations

conflictuelles aiguës qui est trait important de nos

sociétés rationnelles et policées, est un facteur très

favorable aux personnes faibles et douces. Mais elle a

pour les tempéraments violents des effets inattendus :

beaucoup, ne trouvant plus dans les conflits quotidiens,

l‟emploi de leur énergie défensive et agressive, cherchent

à la dépenser souvent en vain, dans des attitudes et

démarches politiques, sociales, sexuelles ou autres,

parfois aberrantes.

- 199-
L’UNESCO et le Problème Scolaire

Le rapport de l‟UNESCO insiste sur le fait qu‟égalité

d‟accès à l‟instruction ne signifie pas la même chose

qu‟égalité de chances. Des facteurs tels que

l‟alimentation, le milieu familial, le logement jouent leur

rôle dans les résultats scolaires. Se contenter de

multiplier le nombre des établissements scolaires n‟est

pas une solution … Ce qu‟il faut c‟est asssurer des

chances égales à chacun et cela ne consiste pas, comme

on s‟en persuade généralement encore, à garantir un

traitement identique à tous … mais bien à offrir à chaque

individu une méthode, une cadence, des formes

d‟enseignement qui lui conviennent en propre. C‟est

pourquoi les véritables solutions aux problèmes de

l‟inégalité ne peuvent être trouvées que dans une

- 200-
réorganisation complète suivant le principe d‟une

éducation permanente. Le rapport souligne que l‟être

humain ne cesse de s‟instruire et de se former tout au

long de sa vie et d‟abord sous l‟influence des milieux où

se situe son existence. Il s‟agit désormais non pas de

prolonger l‟école par des cours du soir mais de ne plus

séparer la formation de l‟enfant et celle de l‟adulte.

- 201-
La Science et Nous

Si nous évaluons exactement ce qui a été réalisé,

chez nous, dans le domaine de l‟évolution de l‟esprit

scientifique et de l‟étude des connaissances au cours des

cent dernières années – et notamment durant le second

tiers du XXe siècle,

Si nous prenons cette évolution comme mobile

d‟action et comme motivations, sans nous laisser

détourner d‟une appréciation rigoureuse de notre

situation selon les critères les plus précis, par l‟ivresse de

nos gloires scientifiques passées et par notre progrès

actuel,

Si les gouvernements poursuivent le chemin qu‟ils

ont commencé d‟emprunter en vue d‟encourager les

recherches scientifiques et d‟honorer leurs réalisateurs et

ceux qui y sont préposés,

- 202-
Si les universités et leurs professeurs veillent à la

promotion de savants dont l‟âme est imprégnée de la

nostalgie de la recherche et de la découverte,

Si les esprits et les mains de ces savants sont initiés

aux procédés de ces recherches et de ces découvertes ;

et leurs caractères frappés du sceau des valeurs et

vertus intellectuelles et morales qu‟exigent le recherche

scientifique de ceux qui s‟y livrent (adonnent).

Alors, je n‟aurai plus aucun doute sur le fait que

notre capacité de suivre les cortèges mondiaux de la

science (du savoir) (de la connaissance) et d‟en adopter

les bénéfices (les profits) appliqués la société, est

susceptible de s‟accroître (de se développer)

constamment. Et c‟est là que réside l‟espérance. (C‟est là

la raison de l‟espoir).
Fouad SARROUF
(La science moderne dans la société moderne, Beyrouth, 1966)

- 203-
Science et Morale

Ce qui, dans la philosophie morale d‟Aristote, attire

l‟attention, c‟est le fait qu‟il place la vie intellectuelle et la

sagesse en tête de toutes les vertus. Il va même plus

loin : à ses yeux, la pensée et la méditation constituent le

bonheur total et l‟objectif suprême de la vie humaine. Il

démontre cela par diverses preuves parmi lesquelles

l‟affirmation que la méditation est la plus indépendante

des actions humaines, la plus constante, la plus continue

et la plus durable au niveau de l‟impact. Il estime que la

méditation est un objectif en soi, non un moyen de

parvenir à autre chose.

Aristote élève la pensée humaine jusqu‟au niveau du

sacral.

Pour lui, la sagesse et la science sont des attributs

de la divinité et c‟est pourquoi l‟activité scientifique n‟est

- 204-
pas pareille aux autres travaux ordinaires de l‟humanité,

car elle s‟élève au-dessus d‟elles toutes, étant en liaison

avec un souffle divin déposé dans l‟âme humaine.

A mon sens, il n‟y a point de doute qu‟Aristote ait,

avec son esprit perçant ; saisi l‟une des significations les

plus profondes et que sa lucidité soit parvenue jusqu‟à

une vérité qui touche aux origines des vérités.

S‟occuper de science est chose sérieuse (grave-

importante).

C‟est une activité qui a son caractère sacré. La

mission de la science est une mission éternelle qui ne

peut être assumée que par celui dont l‟âme a été purifiée

et la préoccupation sublimée ; et il ne la reçoit (la

mission) que grâce à la soumission de son cœur au droit

et à l‟illumination de son intellect par la lumière de la

certitude (de la vérité certaine).

- 205-
Si l‟aspiration à la science n‟est pas la première de

toutes les vertus, comme l‟a affirmé Aristote, elle

demeure l‟une de leurs sources les plus limpides. En

effet, le demandeur de science est solliciteur de vérité ;

celui qui aspire à la vérité aime le droit (la justice) ; celui

qui aime la justice est sincère ; celui qui est sincère est

courageux ; celui qui est courageux est brave ; celui qui

est brave est généreux ; celui qui est généreux est

miséricordieux, épris du bien, défenseur de la justice ; il

ordonne le bien et interdit le mal.

D‟Ali Moustafa MOUCHARRAFA


(Collection Lisez n° 38, Le Caire, 1946)

- 206-
La Coopération Scientifique
Franco-égyptienne
Le ministre français du développement scientifique et
industriel a annoncé dimanche dernier que la France et
l‟Egypte coopèreront désormais davantage dans les
domaines de l‟énergie nucléaire et de l‟énergie solaire.

Dans le domaine de l‟énergie nucléaire il s‟agira tout


d‟abord d‟étudier les possibilités d‟utilisation de cette
énergie pour la médecine, l‟agriculture et la conservation
de certains produits agricoles.

Dans le domaine de l‟énergie solaire il s‟agira dans


une première étape d‟étudier les différences des
conditions climatiques entre les deux pays afin d‟adapter
l‟expérience française en matière d‟énergie solaire aux
conditions égyptiennes.

Le ministre français a également discuté avec ses


interlocuteurs du projet d‟institut pétrolier qui doit être
créé en Egypte avec l‟aide de la France.

- 207-
Science et Politique

Notre siècle est un siècle scientifique principalement

caractérisé par l‟utilisation des machines et des moteurs

mécaniques. Le degré de civilisation des nations est

aujourd‟hui évalué selon la puissance des moteurs dont

elles disposent. C‟est pourquoi la découverte de

nouvelles sources d‟énergie constitue actuellement l‟objet

important (l‟un des objets les plus importants) de la

course entre les nations. La découverte des gisements

de pétrole dans un pays déterminé est un événement qui

a ses conséquences politiques. C‟est pour cela que les

hommes politiques se doivent de tenir compte de ce fait

et d‟entrer en contact avec les hommes de science afin

de faire la lumière sur leur situation.

Vu que la réserve mondiale du pétrole, dans sa

totalité, ne suffit pas, à la cadence de la consommation

- 208-
actuelle, pour une période de plus de 70 ans, il est

essentiel de découvrir de nouvelles sources d‟énergie.

L‟énergie hydraulique produite par la mouvance des

eaux des fleuves et par leur chute en cataractes et sur

les pentes est un sujet de réflexion pour les hommes

politiques et les hommes de science (à la fois) dans les

nations d‟aujourd‟hui. La masse d‟énergie pouvant être

utilisée à partir des mouvements des eaux dans le

continent africain a été estimée à 190 millions de chevaux

mécaniques, soit l‟équivalent de l‟utilisation de dix millions

de tonnes de charbon par jour, qui se perdent en vain

dans la nature, (qui se dispersent en vain) dans leur

totalité.
D‟Ali Moustapha MOUCHARRAFA
(Collection Lisez n° 38, Le Caire, 1946)

- 209-
La Vie en Ville
La vie (1) en ville est différente (2) de la vie au (3)

village. C‟est que c‟est (4) une vie de presse et de travail.

On dirait (5) que les gens dans les rues sont sur un

champ de course (6) : les bicyclettes et les autos s‟y

serrent. On dirait (5) qu‟elles veulent gagner une course

(6) et fendre l‟air.

Jetons (7) un regard sur les cafés et les restaurants.

Ceux qui mangent (8) et boivent parlent (9) de leur travail

et sont pressés comme des gens qui avaleraient leurs

soucis (10) avec leurs bouchées et boiraient leur

inquiétude dans leur tasse à café.

Dans les boutiques et les magasins, des masses de

gens se suivent (11). Il y a des vendeurs qui savent (12)

à merveille tromper (le client) et des acheteurs, sachant

de même (13) marchander. Ainsi la vie en ville est une

- 210-
course pour la foule (14) pressée dans une lourde et

fatigante atmosphère de souci (15).

Notes :

(1) On ne dit pas la vie dans la ville parce que c‟est dans

toute ville. (2) ‫ ؼٌر‬est un substantive en arabe: il correspond à:

différent de. (3) Remarquer la différence de particule: en ville,

au village. (4) ‫ إن‬a une valeur d‟insistance qui correspond à une

causale faible. (5) ‫ تري الناس وكؤنهم‬m.à m. tu vois (on voit) les

hommes et comme si ils étaient. Il y a là une affirmation et un

jugement très adouci, d‟où : On dirait que les gens sont. (6) au

lieu de répéter la traduction de ‫ تري‬je n‟ai qu‟à mettre « : » c‟est

la meme idée qui se développe. ‫تنهب األرض‬: piller la terre

« métaphore » - arabisme pour marquer la vitesse d‟une

course ; je ne suis pas tenu de la traduire mot à mot, je dois

seulement en rendre le sens. (7) Tu jettes un regard –

l‟expression est commune aux deux langues, nous la gardons,

mais nous employons l‟impératif de supposition.

- 211-
(8) Les ‫إسم الفاعل‬, participes arabes, se traduisent, surtout

avec l‟article, par des propositions relatives. Il n‟y a pas de mot


spécial en français pour dire : boire du café. Si l‟on a déjà parlé

de café, le sens est clair. (9) M. à m. : sont dans le parler du

travail – l‟usage du verbe est plus clair et léger en français. (10)

‫من ٌؤكل الهم‬. Il s‟agit d‟une métaphore; je suis obligé de l‟expliquer

par une comparative avec le conditionnel. On pourrait employer

le singulier : comme quelqu‟un qui avalerait son souci avec sa


bouchée. Remarquer ici l‟usage des adj. possessifs de liaison.

(11) Le ‫ بعد‬arabe sera rendu par un verbe: se suivent; sens et

non mot à mot. (12) L‟emploi de il y a montre la valeur de ‫باعة‬

comme sujet ‫ مبتدأ‬.‫ أتمنوا‬:‫ نعت‬: valeur de proposition relative. On

doit traduire par une locution verbale pour exprimer tout son
sens. Le ً‫ ماض‬a une valeur générale d‟où on peut le traduire par

un présent. (13) On ne répète pas le verbe, d‟où de même.

‫ أساليب‬ne se traduit pas, il est compris dans « à merveille ».

(14) On ne peut dire course et presse, il faut traduire selon

le sens et le contexte. (15) Remarquer la place des adjectifs en


français.

- 212-
‫اسـم األمـير‬
Histoire de „Abd-el-„Aziz. Le fils de Marwân était alors

gouverneur (1) d‟Égypte. Un jour qu‟il passait à cheval

par un endroit (2), il (entendit) (3) un homme appeler son

fils „Abd-el-„Aziz. Il ordonna alors de lui donner (4) 10.000

pièces d‟argent à dépenser (5) pour cet enfant qui portait

son nom (6). La nouvelle se répandit dans la capitale (7)

et tous ceux qui (8) eurent (9) des garçons cette année

les nommèrent „Abd-el-„Aziz.

A l‟opposé, l‟émir Tâch, grand chambellan (10) du

Khorasân, passait un jour parmi les changeurs de

Bukhâra ; alors qu‟un (11) homme appelait son « boy »

par son nom (12), il ordonna de disperser (13) les

changeurs et d‟en exiger une amende, disant que ce

qu‟ils avaient voulu, c‟était (14) déprécier son nom.

- 213-
Voyez donc la différence qu‟il y a entre un homme

(15) libre de Qoreych et un ancien esclave acheté (16) à

prix d‟argent.

Notes :

(1) Selon les époques cela peut signifier chef de l‟armée,


ou prince ou gouverneur. (2) M. à m. : il monta un jour à cheval

et voici qu‟un homme appelle. Alors l‟émir l‟entendit. La

succession de ces propositions juxtaposées, proches dans le

temps, presque simultanées se rend mieux en français par une

subordination temporelle. (3) De même il est mieux de mettre

« entendit » au début de la principale que dans une prop.

coordonnée, ce qui évite une répétition. (4) Le sens de donner


est compris dans la préposition ‫لـه‬: expression concise. (5)

expression abrégée d‟une finale, à = pour. (6) On pourrait dire :

son homonyme – Relative déterminative. (7) M. à m. la ville de

la région surtout ne pas parler du Caire, ville fondée bien plus

tard. (8) Dans cette phrase corrélative généralisée, l‟arabe

garde le singulier. A cause du sens, le français préférera le

pluriel : tous = quiconque.

- 214-
(9) ‫ ولد له ولد‬expression naturelle à l‟arabe que le français ne

supporte pas à cause de la répétition, il faut alors trouver le


verbe le plus convenable et le plus neutre. (10) Il s‟agit du chef

des portiers qui avait un rôle considérable dans les rapports

avec les princes. (11) La concordance est ici établie dans le

temps plus qu‟entre les actions à cause de l‟usage de la phrase

nominale, d‟où l‟emploi du « alors que ». (12) En traduisant mot

à mot on aurait la répétition de « appelait » qui, traduit, n‟est


pas acceptable en français. (13) Le « masdar » se traduit

facilement par des infinitifs. (14) Voir la traduction de ‫ إنما‬aux

exceptives faibles. (15) A l‟article arabe correspond l‟indéfini

français: un homme libre. (16) Gallicisme. Le dirham étant la

pièce d‟argent.

- 215-
‫أ ّمـاه‬
Maman (1), j‟ai douze ans (2) et je commence (3) à

te comprendre. Tu es travailleuse (4). Tu veux que rien

ne manque et (5) tout ton corps et tes mains et tes yeux

et tes jambes s‟occupent à ce soin (6) et je (7) sens que

tu en as fait les serviteurs de notre vie et les

ordonnateurs (8) de notre joie.

Il y a (9) le puits plein d‟eau (10) que tu puises, il y a

le balai et la lessive. Il y a les commissions (11) chez

l‟épicier, chez le boucher et chez tous (12) les

marchands.

Maman, lorsque tu es (13) assis à la fenêtre, tu

couds et tu penses, je sais bien (14) à quoi tu penses.

Surtout tu penses à moi.

- 216-
Notes :

(1) Il y a plusieurs façons de traduire ce vocatif. (2) Veiller


en arabe à la règle des nombres. (3) Présent inchoatif, résultat

d‟un passé (enfin) se traduit par un passé arabe, rapproché par

‫لد‬. (4) Travailleuse est pris dans un sens fort avec idée de

fatigue. (5) On mettra en arabe le verbe en tête de phrase et il

n‟y aura plus de problème d‟accord. (6) Ce soin = cette affaire

vague. (7) La traduction arabe renforce un peu le sens français


comme s‟il y avait : et moi je sens bien. (8) On mettrait

difficilement ‫ مدبري‬parce que cela devrait se rapporter alors à

des personnes. (9) Remarquer la traduction de il y a, surtout s‟il

s‟agit de quelque chose d‟éloigné. (10) On aurait pu dire : ‫الببر‬

‫المملإة ماء تستمٌن منه‬. (11) ‫ الحاجة‬n‟est pas tant le besoin que ce dont
on a besoin. (12) Tous en français a parfois le sens « des

autres, des restants ».

(13) Remarquer la place de ‫ أنت‬avant ‫ إذا‬qui traduit quand


dans le sens de toutes les fois que. (14) L‟adverbe bien doit

être traduit par une insistance, rendue ici par un comparatif : je


suis parmi les hommes, celui qui sait le mieux.

- 217-
Une Aventure d’enfance

Une aventure d‟enfance (1).

Un soir d‟automne (2) qu‟il faisait très obscur (3),

Monsieur Lambercier me donna (4) la clef du temple et

me dit (5) d‟aller chercher (6) dans la chaire la Bible qu‟on

y (7) avait laissée. Je partis sans lumière (8) ; si j‟en avais

eu, ç‟aurait (9) été pire encore.

En ouvrant la porte (10), j‟entendis à la voûte un

certain (11) retentissement que je crus (12) ressembler à

des voix et qui commença (13) d‟ébranler ma fermeté

romaine (14). La porte ouverte (15), je voulais (16) entrer.

- 218-
Notes :

Les remarques portent ici en général sur la construction et

pas sur le vocabulaire – ce qui ne nie pas que la recherche du


mot propre ne soit un élément important du travail de

traduction. (1) Le complément déterminatif est indéterminé =

une aventure parmi les aventures d‟enfance. L‟enfance sera


précisée par le contexte. Il ne s‟agit pas ici de petite enfance.
(2) Même remarque. (3) Il n‟est pas nécessaire de traduire

« qu‟il faisait très obscur », c‟est un gallicisme puisqu‟on dit : il

fait beau, il fait froid, il fait jour. Remarquer la place obligatoire


de l‟épithète en arabe. (4) Phrase de récit, verbale donc, en

arabe, le verbe en premier lieu. Donner ne signifie pas : faire


cadeau, mais « confier ». (5) Dire à quelqu‟un de … signifie :

ordonner de … Je puis traduire ‫أمرنً أن أذهب‬. Si j‟emploie le

verbe ‫لال‬: je puis employer ‫ أن‬suivi de l‟impératif: style direct,


mais ne jamais employer dans cette tournure ‫ أنه‬ou ‫بؤنه‬. Aller

chercher signifie : apporter, rendre présent. (7) « y » se


rapporte à « chaire », la phrase relative n‟est pas déterminative

mais explicative puisqu‟elle suit les règles de concordance, elle

- 219-
correspond alors à une phrase modale arabe dans le passé qui

doit être placée après la principale. Il n‟est pas essentiel au


sens de mentionner d‟abord la chaire comme en français.

L‟usage du participe passif ‫ المترون‬aurait un autre sens de plus

faible valeur verbale.

(8) “Sans lumière”, ne pas le traduire mot à mot ; lumière

signifie ici lampe. Cf. l‟expression : prends la lumière avec toi.


(9) La phrase suivante est conditionnelle irréelle, d‟où l‟usage

de ‫ لو‬dans la condition. La réponse à la condition ne sera pas

renforcée par ‫ لـ‬mais par ‫ لعل‬surtout si elle est placée en tête.

L‟usage de ‫ األمر‬est à notre pour traduire un sujet vague comme


ça. “En avais eu” = si j‟avais emporté une lampe, d‟où le verbe

arabe correspondant. (10) Le gérondif français est temporel,

marquant au moment où, concomitant, d‟où l‟emploi de ‫إذ‬. (11)

Certain ici est indéfini = une sorte de. Ce retentissement, pour

être clair en arabe, doit être traduit par écho. (12) Voir la

syntaxe des verbes d‟opinion : je crus qu‟il ressemblait. (13)

Syntaxe des verbes inchoatifs. (14) On peut traduire la

métaphore soit matériellement, soit par une métaphore

semblable : digne de «‟Antar, symbolisant la fermeté. (15)

- 220-
Proposition participiale du passé (ablatif absolu) marquant le

temps, la meilleure solution est l‟usage du masdar impersonnel,


après une particule temporelle. (16) On aurait pu traduire ‫كنت‬

‫أرٌد‬, mais le verbe ‫ هم ب‬marque une intention durable

correspondent à l‟imparfait français.

- 221-
La Famille
Heureux celui que Dieu a fait naître d‟une bonne

famille ! C‟est la première des bénédictions de la

destinée : et quand je dis une bonne famille, je n‟entends

pas une famille noble de cette noblesse que les hommes

honorent et qu‟ils enregistrent sur du parchemin. Il y a

une noblesse dans toutes les conditions : il y a la

noblesse de la nature comme celle de la société, et c‟est

la meilleure. Peu importe à quel étage de la rue ou de

quelle grandeur dans les champs est le foyer domestique,

pourvu qu‟il soit le refuge de la piété, de l‟intégrité et des

tendresses de la famille qui s‟y perpétue !


LAMARTINE

Remarques :

- 222-
- Celui que Dieu a fait naître = ‫ من أراد أو شاء له هللا أن ٌولد‬-

- Celui qui naît = ‫ من ٌولد‬-


- Naître et faire naître

- Couper et faire couper les cheveux.

- Faire et faire faire un costume.

- Je coupe les cheveux (je suis coiffeur) =

)‫ ألوم بمص (الشعر) (ألنً حبلق‬-

- Je vais chez le coiffeur pour me faire couper les cheveux =


‫ أذهب إلً الحبلق لكً أكلفه بؤن ٌمص شعري‬-

- La bénédiction = ‫ النعمة‬، ‫ ; البركة‬V. bénir = ‫ ٌبارن‬-

- Noble (adjectife) = ‫ عرٌك األصل‬، ‫ سام‬، ‫ كرٌم (األخبلق) نبٌل‬-

- Une famille noble = )‫ أسرة من النببلء (من األشراؾ‬-

- La noblesse du range = ‫ شرؾ‬، ‫ = حسب‬du sang = ‫– شرؾ النسب‬


- La noblesse (sens propre) = ‫ من سبللة األشراؾ‬-

- La noblesse (sens figure) = `‫ علو‬، ‫ نبل‬، ‫ عظمة‬-

- Honorer = ‫ التبجـٌل‬-

- Enregistrer sur du parchemin = ‫ تسجٌل علً وثٌمة‬-


- Le foyer domestique = ‫ الـدار‬-

- Pourvu que = ‫ طالما‬، ‫ بشرط أن‬-

- La piété = ‫ التمـوي‬-

- 223-
- L‟intégrité ‫ النزاهـة‬-

- Se perpétuer = ‫ استمرار‬-
perpétuel (adjectif) = ‫ مخلد‬، ‫ أبدي‬، ‫ دابم‬-

- 224-
La Maison Natale

Cette maison est restée telle que je l‟ai connue :

attrayante au passant, au visiteur, à l‟hôte. Je l‟aperçois

et je me dépêche d‟y arriver comme si une force m‟y

poussait, comme si je répondais à une invitation. Une

fumée en sort et monte dans l‟air ; mais au lieu de me

représenter le feu dans la cuisine, je me plais à imaginer

le cuisinier et les domestiques allant et venant autour de

lui, et moi-même en train d‟écouter leur conversation,

comme si je faisais partie de leurs habitudes.

Remarques :

- Attrayant = attirant = )‫ (أخاذ‬، ‫ ملفت للنظر‬، ‫ جذاب‬-

- Un passant = ‫عابر‬ : un hôte = ‫ ضٌؾ‬-


- Se plaire à = ‫ٌسعد بـ‬ : allant et venant = ‫ ؼادٌن رابحٌن‬-

- Faire partie de = ً‫ مندمجا ف‬، ‫ جزء من‬-

- 225-
Souvenirs D’enfance

Je vais vous dire ce que me rappellent, tous les ans,

le ciel agité de l‟automne, et les feuilles qui jaunissent

dans les arbres. Ce que je vois alors, dans le jardin plus

triste et plus beau que jamais, c‟est un petit garçon qui

s‟en va au collège en sautant comme un oiseau. C‟est

l‟ombre de ce que j‟étais il y a vingt cinq ans. Je rentrais

au collège, après les vacances, content de retrouver mes

camarades à qui j‟avais tant de choses à dire.

Remarques :

- Ce que = ‫ مــا‬-

- tant de choses ‫ أشٌاء ال حصر لها‬-

- 226-
Le Livre est un Ami

Un livre a toujours été pour moi un ami, un conseil,

un consolateur éloquent et calme, dont je ne voulais pas

épuiser vite les ressources, et que je gardais pour les

grandes occasions.

Oh ! quel est celui de nous, qui ne se rappelle avec

amour les premiers ouvrages qu‟il a dévorés on

savourés ! La couverture d‟un bouquin poudreux que

vous retrouvez sur les rayons d‟une armoire oubliée ne

vous a-t-elle jamais retracé les gracieux tableaux de vos

jeunes années ? Oh ! que la nuit tombait vite sur ces

pages divines ! Que le crépuscule faisait cruellement

flotter les caractères sur la feuille pâlissante !

- 227-
Remarques :

- pour moi = ً‫ بالنسبة إل‬-


- épuiser = ‫ ٌستنفذ‬، ‫ ٌستهلن‬-

- les ressources = )‫ ما ٌؤتٌنً من عون (فً هذا النص‬، ‫ الموارد‬-

- les grandes occasions = ‫ المناسبات الهامة‬-


- Oh ! quel est celui de nous … ? = ‫ ؟‬... ‫ من منا‬-

- dévorés ou savourés (métaphores) = )‫ (استعارات‬... -

- poudreux = couvert de poussière = ‫ ٌؽطٌه الؽبار‬-


- les rayons d‟une armoire = ‫ رفوؾ صوان‬-

- vous jeunes années = )‫ أٌام شبابن (صبان‬-

- Ces pages divines = ‫ تلن الصفحات الرابعة‬-

- le crépuscule = ‫ الؽروب‬، ‫ الؽسك‬-

- flotter = (ici) = ‫ تترالص‬-

- pâlissante = ‫ الشاحب‬-

- dans ce texte, il y a un frequent usage de la métaphore.

- 228-
Les moyens de transport.

La voiture est actuellement le moyen de transport le

plus utilisé mais peut-être pas le plus économique.

Chaque foyer possède un véhicule voire deux. Avec

l‟assurance qui est obligatoire, l‟essence qui est

indispensable, les révisions qui sont fortement

conseillées et les réparations en cas d‟accident,

cela reste un moyen de transport cher, mais tout de

même pratique lorsqu‟on a une famille ou que l‟on

voyage à plusieurs.

Pour des déplacements en ville, on peut également

utiliser le vélo qui est très pratique et moins coûteux.

De nombreuses villes mettent à la disposition des

- 229-
citoyens, des stations de vélos en location qui

rendent de grands services sur de courtes

distances.

Le bus, le métro, le tramway sont également des

moyens de transport très utilisés et très pratiques

pour se déplacer en ville. Ils sont accessibles à

heures régulières une très grande partie de la

journée. Le taxi est un moyen de déplacement très

cher en France et dans de nombreux pays.

Pour des trajets plus longs, le train reste un moyen

de transport fiable avec un tarif relativement correct

selon la période et le jour. Un billet de train réservé

- 230-
en semaine et hors vacances, a un tarif très

compétitif. Il permet de voyager dans de bonnes

conditions, avec une fatigue moindre.

Pour de longs trajets vers l‟étranger où vers des

villes éloignées, l‟avion reste le moyen de transport

le plus sûr, bien que son tarif soit encore cher sur

certains vols et avec certaines compagnies

aériennes.

- 231-
Victime du Devoir

Un vaste bâtiment, percé de larges baies, brûlait

dans les trois quarts de sa longueur. Le feu sortait par

presque toutes les fenêtres ; une épaisse fumée

traversait la toiture de tuiles, et parfois une flamme se

faisait jour au milieu des tourbillons noirs. Une seule

pompe était là dirigée sur le coin de la maison qui ne

flambait pas encore. Une foule d‟environ deux mille

personnes regardait avec anxiété cet angle du premier

étage que la flamme avait respecté.

Mon père, le sapeur Dumont, sauva des flammes

toute la famille du chef d‟atelier ; et malgré la protestation

générale, il rentra dans la fournaise ardente.

A peine y avait-il disparu que le feu jaillit par toutes

les ouvertures de la maison, la toiture s‟effondra avec un

bruit épouvantable et tout l‟espace compris entre les

- 232-
quatre murs du bâtiment ne fut qu‟une colonne de

flammes.

La foule ne poussa pas un cri devant cette maison

qui était devenue une tombe. Je n‟entendis qu‟un long

murmure, une sorte de gémissement, fait de surprise et

de pitié.

D’après EDMOND ABOUT, Le Roman d’un brave homme.

N.B. : Un incendie ayant éclaté, à dix heures du soir, dans une


fabrique de faïence (‫)خضف‬, le sapeur-pompier (‫)ؽشهي اٌّطبفي‬

Dumont, se rendit aussitôt sur le lieu du sinistre (ُ‫)ِىبْ اٌؾبدس األٌي‬

il y fut victime (‫ )مؾيخ‬de son admirable dévouement (ٗ‫)ئخالف‬.

C‟est son fils qui raconte.

Remarques :

- un incendie = ‫حرٌك‬ V. incendier = ‫ ٌشعل الحرٌك‬-

- une baie = ouverture de fenêtre.


- V. brûler (a) verbe transitif = consumer = ‫ ٌحرق‬-

ex : le soleil brûle ces plantes ;

- 233-
(b) verbe intransitif = se consumer ‫ ٌحترق‬-

ex: le bâtiment brûle.


- une brûlure = ‫حرق‬ brûler vivant (griller vif) = ‫ ٌحرق حٌا‬-

- le feu = ‫النار‬ Mettre, allumer le feu = ‫ ٌشعل النار‬-

- la fumée = ‫الدخان‬ V. fumer = ‫ ٌنفث الدخان – ٌدخن‬-

- la vapeur = ‫ البخار‬-

- le toit – couverture (en pente) d‟un bâtiment = ‫ السمؾ‬، ‫ السطح‬-

- la toiture = ce qui compose le toit.


- une tuile = ‫( لرمٌد‬carreau de terre cuite pour couvrir les toits)

- une flamme = ‫ شعلة‬، ‫لهب‬ V. enflammer = ‫ ٌشعل‬، ‫ ٌلهب‬-

- inflammable = ‫لابل لبلشتعال‬ une inflammation = ‫ االشعال‬-

- un tourbillon = ‫دوامة‬ les tourbillons noirs = la fumée

- une pompe = ‫ مضخة‬-


- un pompier ou un sapeur-pompier = ‫ رجل (شرطً) المطافا‬-

- une anxiété = une profonde inquiétude = ‫ انزعاج شدٌد‬، ‫ للك‬-

- cet angle = ce coin = ‫ هذا الركن‬-

- avait respecté = avait épargné = ً‫ كان لد أبمً عل‬-


- V. protester = ‫ٌحتج‬ la protestation = ‫ االحتجاج‬-

- le four = ‫الفـرن‬ le fourneau ‫ المولد‬-

- la fournaise (= grand four) la fournaise ardente = ‫ السعٌر‬-

- 234-
- V. jaillir (2ème groupe) = ‫ ٌندفع‬، ‫ ٌنفجر‬، ‫ ٌنبثك‬-

- s‟effondra = s‟écroula ‫ ٌنهار‬-


- une épouvante = une frayeur, une terreur = ‫ الخوؾ‬، ‫ الفزع‬-

- épouvantable = qui cause de l‟épouvante = ‫ مفزع‬، ‫ مروع‬-

- une tombe = ‫ لبر‬، ‫ ممبرة‬-

- un tombeau = ‫ مدفـن‬-

- un murmure = ‫ تمتمه‬، ‫همس‬ V. murmurer = ‫ ٌتمتم‬، ‫ ٌهمس‬-

- un gémissement = ‫أنٌن‬ V. gémir = ‫ ٌبن‬-

- 235-
Savoir Écouter
Un général qui dînait chaque samedi chez un jeune

peintre, avait pris l‟habitude de raconter, chaque fois, au

dessert, le passage de la Bérésina. Les convives s‟en

plaignaient ; mais l‟artiste croyait qu‟il était de son devoir

d‟écouter avec bienveillance ce récit si souvent répété.

Le général mourut subitement, frappé d‟une attaque

d‟apoplexie. Quelques jours après cette mort inattendue,

le peintre fut appelé chez un notaire pour l‟ouverture du

testament du général. Quelle ne fut pas sa surprise en

entendant ce qui suit : « Je lègue à Monsieur X., peintre,

comme remerciement de la complaisance sans égale qu‟il

a mise à m‟entendre raconter 103 fois le passage de la

Bérésina : 10300 francs.

- 236-
Remarques :
- Bérésina ou Bérézina = nom d‟une rivière Russe, célèbre par
le passage, en 1812, de l‟armée de Napoléon Bonaparte.
- Avec bienveillance (bonté) = ‫ بكٌاسة‬-
bienveillant (adj.) (contraire : malveillant).
- Une attaque (une crise) d‟apoplexie) = ‫ نزٌؾ فً المخ – سكتة‬-
- Un notaire = un fonctionnaire qui rédige les actes, les
contrats ect… = ‫ مسجل‬، ‫موثك‬
différent de l‟avoué, qui est chargé de faire les procédures
)ً‫ (إجراءات التماض‬devant les tribunaux de première instance
)‫ (المحاكم االبتدابٌة‬et les cours d‟appel )‫(محاكم االستبناؾ‬
- Le testament = ‫ الوصٌة‬-
- V. léguer = )‫ ٌهب وفما لوصٌة (ٌترن بعد الوفاة‬-
Un leg = un don fait par testament.
- La complaisance = la bienveillance = la bonté.

- 237-
Sacrifice des Parents
Je n‟avais que dix ans quand j‟ai quitté la maison

paternelle. Deux personnes alors y travaillaient : mon

père et ma mère. Je les entendais parfois parler de

m‟envoyer au collège ; je ne comprenais pas trop ce que

cela voulait dire. Je le comprends aujourd‟hui. Ils avaient

résolu que je ne vivrais pas leur vie modeste et rude. Ils

l‟ont faite plus modeste et plus rude encore afin que la

mienne fût meilleure. Ils m‟ont donné la joie d‟apprendre,

la joie de savoir quelque chose, tout ce qui fait le prix de

la vie.

Remarques :

- Je n‟avais que dix ans :

ne…que ‫ إال‬... ‫ لم‬: loc. adv. de négation ‫لم أكن لد بلؽت إال العاشرة‬
- Ce que cela voulait dire = ‫ما ٌعنٌه ذلن المول‬

- v. résoudre = décider = ‫لرر – اعتزم‬


- la mienne: pron. possessif, remplace un nom précédé de

l‟adjectif possessif = ma vie.

- 238-
- Meilleur : Comparatif de l‟adjectif bon.
Attention Comparatif Superlatif

bon (adj.) meilleur = ‫أفضل‬ le meilleur = ‫األفضل‬

mauvais (adj.) pire = ‫أسوأ‬ le pire

= ‫األسوأ‬

bien (adv.) mieux = ‫أحسن‬ le mieux = ‫األحسن‬

- 239-
Le Voyage est un Rêve

Après le déjeuner, l‟oncle Samé est venu nous

prendre dans sa voiture. Il nous emmenait à Orléans,

avec l‟intention de nous y laisser, ma sœur et moi. Au

retour, nous avons fait quarante kilomètres à pied. Il

faisait chaud. La partie de la côte où nous marchions était

exposée au soleil. Les arbres nus ne nous servaient pas

d‟abri. J‟entendais battre mes pieds et mon cœur. Mais le

voyage était des plus agréables, car c‟était un rêve.

D’après A. Gide

- 240-
Remarques :
- Avec l‟intention de = ‫ بنٌة‬-
- Au retour = ‫ وفً العودة‬-
- A pied = ‫ سٌرا علً األلدام‬-
- Il faisait chaud = ‫ كان الطمس حارا‬-
- … ne nous servaient pas d‟abri = ‫ لم تكن صالحة لتحمٌنا‬-
- Le voyage était des plus agréables = ‫ كانت الرحلة طٌبة للؽاٌة‬-

- 241-
L’ouvrier
L‟ouvrier a le droit d‟être fier des heureux résultats

de son travail. C‟est lui qui prépare la terre et qui lui fait

porter ces belles moissons dorées que vous admirez en

été. C‟est lui qui construit les maisons, qui façonne les

meubles et les mille objets de luxe que vous admirez à la

ville. Les merveilleuses machines des chemins de fer,

des usines, sont l‟œuvre de ses mains. Il peut se dire

avec orgueil : « Voilà l‟ouvrage que mes camarades et

moi avons fait. Sans nous, l‟homme vivrait misérable ».

Remarques :

- … a le droit d‟être fier … = ‫ ٌحك له‬، ‫ له الحك أن ٌفخر‬-

)‫(أو من حمه أن ٌكون فخورا‬

- qui façonne (v. façonner, de façon) = qui fabrique

- l‟œuvre de ses mains = ‫ من صنع ٌدٌه‬-

- avec orgueil = )‫ بزهو (ٌفخر‬-

- « C‟est…qui »: gallicisme qui sert à insister sule sujet.

- 242-
« C‟est…qui » : gallicisme qui sert à insister sur le

complément.

« C‟est lui qui » = ‫ إنه هو الذي‬-

- … qui façonne les meubles = sous-entendu : (c‟est lui qui

façonne).

- « Que » (« vous admirez en été ») et « que » (vous admirez à

la ville) = sont des pronoms relatifs qui ne rapportent pas à

l‟expression : « C‟est…qui, c‟est…que ». Ils ont pour

antécédents : « moissons » et « objets de luxe ».

- Vivrait = qu‟exprime se conditionnel présent ?

(Tâchez de bien le rendre en arabe).

- 243-
Transport et Voyage
Depuis un siècle, les hommes ont inventé les

chemins de fer, la bicyclette, l‟automobile, la

motocyclette, et ils ont imité l‟oiseau. Actuellement, un

voyageur pressé hésite entre le train rapide, l‟automobile

et l‟avion.

Voyageait-on, autrefois, plus ou moins

qu‟aujourd‟hui ? Dans tous les temps, les hommes ont

aimé les déplacements ; mais on voyage et on voyagera

de plus en plus vite et de plus en plus facilement. De nos

jours déjà, un long voyage semble naturel dans la vie

d‟un enfant. On utilisera bientôt l‟avion comme on utilise

maintenant le chemin de fer.

Remarques :

- les déplacements = ‫ التنمل‬-


- de plus en plus vite = ‫ بسرعة أكبر وأكبر‬-

- de nos jours déjà = ‫ وٌحدث فً أٌامنا هذه فعبل‬-

- 244-
Pour Avoir une Bonne Santé

Un médecin, invité à déjeuner chez des amis,

demanda à son voisin de table, un solide vieillard, quel

régime il suivait pour avoir, à son âge, un aussi robuste

santé. « Je ne mange qu‟une seule fois par jour »,

répondit le vieux monsieur. – Vous faites bien et je vous

félicite, reprit le docteur, mais ne le dites à personne, car

si l‟on venait à connaître votre secret, il n‟y aurait bientôt

plus de malades et tous les médecins mourraient de

faim ».

Remarques :

- invité à ... ‫ ولد دعً لـ‬-

- quel régime il suivait = ‫ أي نظام ٌسلكه فً األكل‬-


- une robuste santé = ‫ لوٌة‬، ‫ صحة طٌبة‬-

- Ne le dites… (le neutre) = ‫ ذلن‬-

- Si l‟on venait à connaître = )‫ لو أن الناس عرفوا (توصبل إلً معرفة‬-

- mourraient: attention à la traduction de ce conditionnel

- 245-
Un Homme Discret
Henri IV faisait des préparatifs pour une expédition

importante. Personne ne connaissait le secret du prince

et chacun se livrait à une foule de suppositions. Un

seigneur de la cour, plus hardi que les autres, osa un jour

interroger le roi. « Etes-vous capable de garder un

secret ?, » lui demanda ce prince. « Comment ! répondit

le courtisan, je me ferais plutôt couper en morceaux que

d‟en dire une parole ». – « Eh bien, répliqua Henri IV, je

suis comme vous ; voilà pourquoi je ne vous dirai rien ».

Remarques :

- Une expédition = une campagne = ‫ حملة‬-

- se livrer à une foule de suppositions = ‫ ٌستسلم لشتً التخمٌنات‬-

- plus hardi = ‫ جرأة‬، ‫ أكثر إلداما‬-


- garder un secret = ‫ ٌحتفظ بسـر‬-

- je me ferais plutôt couper en morceaux =


‫ أفضل بدال من ذلن أن ألطع نفسً إربا إربا‬-

- que d‟en dire une parole = ‫ من أن أبوح بكلمة من هذا السر‬-

- 246-
Un Vœu Étrange
Le calife Haroun-el-Rachid se promenant un soir

dans la ville de Bagdad, en compagnie de son grand vizir,

rencontra, à l‟entrée d‟un pont, un pauvre aveugle qui

demandait l‟aumône. Le généreux calife voulut lui

remettre une pièce d‟or dans la main, mais l‟aveugle lui

déclara qu‟il n‟accepterait ce présent qu‟après avoir reçu

de lui un soufflet. Surpris, le calife refusa d‟abord, mais le

mendiant insista en disant qu'il s‟était imposé cette

condition par serment devant Dieu. Le calife finit par

daigner le satisfaire mais se promit de connaître la cause

de ce vœu étrange.

Remarques :

- se promenant = ‫ أثناء تجوله‬-

- demander l‟aumône = ‫ ٌسؤل‬، ‫ ٌطلب حسنة‬-

faire l‟aumône = ‫تصدق‬

le mendicant = ‫الشحاذ‬

- 247-
v. mendier = ‫ٌسؤل‬

- un présent = un cadeau = un don = ‫ هـبة‬-

- un soufflet = ‫ لطمة‬-

- il s‟était impose cette condition =

‫ إنه كان لد فرض علً نفسه هذا الشرط‬-

- par serment devant Dieu = ‫ بعهد لطعه علً نفسه أمام هللا‬-

- daigner le satisfaire = ‫ ٌمبل تحمٌك رؼبته‬-

- un vœu = ‫ نـذر‬، ‫ عهد‬-

- 248-
L’art de Lire

La lecture est-elle un travail ? Valéry Larbaud la

nomme un « vice impuni », et Descartes au contraire

« une conversation avec les plus honnêtes gens des

siècles passés ». Tous deux ont raison.

La lecture-vice est propre aux êtres qui trouvent en

elle une sorte d‟opium et s‟affranchissent du monde réel

en plongeant dans un monde imaginaire. Ceux-là ne

peuvent rester une minute sans lire ; tout leur est bon ; ils

ouvriront au hasard une encyclopédie et y liront un article

sur la technique de l‟aquarelle avec la même voracité

qu‟un texte sur les machines à feu.

La lecture-plaisir est déjà plus active. Lit pour son

plaisir l‟amateur de romans qui cherche dans les livres,

soit des impressions de beauté, soit un réveil et une

- 249-
exaltation de ses propres sentiments, soit des aventures

que lui refuse la vie.

Enfin la lecture-travail est celle de l‟homme qui, dans

un livre, cherche telles connaissances définies, matériaux

dont il a besoin pour étayer ou achever dans son esprit

une construction dont il entrevoit les grandes lignes.

Remarques :

- S‟affranchir )‫ ٌتحرر (ٌهرب‬-

- Avec voracité ‫ بلهفة‬-

- Exaltation = enthousiasme ‫ حماس‬-

- Etayer = ‫ ٌدعـم‬-

- 250-
Les Routes

Les routes sont comme des rivières que l‟homme a

faites pour l‟homme. Les routes, les belles, aussi unies

que la surface d‟un fleuve et sur lesquelles la roue de la

voiture et la semelle du soulier trouvent un appui à la fois

solide et doux, ce sont les chefs-d‟œuvre de nos pères

qui sont morts sans laisser leur nom et que nous ne

connaissons que par leurs bienfaits. Qu‟elles soient

bénies ces routes par lesquelles les fruits de la terre nous

viennent abondamment et qui rapprochent les amis !

- 251-
Les Pyramides de Guizeh

Ces trois Pyramides géantes racontent un passé

bien lointain ; elles racontent l‟histoire des Pharaons et

leur civilisation.

Construites pour être des tombeaux, elles n‟ont

jamais connu la mort ; construites sur le sable, elles se

moquent du temps et chantent la gloire de l‟homme.

Aujourd‟hui, les enfants d‟Egypte regardent avec

fierté ces pierres ; ils écoutent la voix de l‟histoire et

comprennent la leçon du temps. Ils savent qu‟ils doivent,

à leur tour, construire d‟autres pyramides.

- 252-
L’art
Les principaux arts sont : la peinture, la sculpture,

l‟architecture, la littérature, la musique.

Les artistes, doués de talent ou de génie, créent des

œuvres d‟art dont nous admirons la beauté. Le peintre

peint des tableaux : le sculpteur taille des statues ;

l‟architecte dessine les plans des édifices et des

monuments ; l‟écrivain écrit des poèmes, des pièces de

théâtre, des romans ; le musicien compose ou joue des

morceaux de musique.

L‟art pénètre dans nos maisons. Nous aimons à nous

entourer d‟objets d‟art de toutes sortes : tableaux,

gravures, dessins, bibelots, etc…

De plus en plus le public s‟intéresse aux arts : il visite

les musées, les expositions des peintures ; il fréquente

les théâtres, les cinémas, les concerts.

- 253-
L‟art élève notre âme. Il nous fait oublier nos peines

et nos tristesses. Il nous inspire de belles pensées, de

nobles sentiments. Tandis que la lutte pour la vie divise

les hommes, l‟art, au contraire, les unit dans une

admiration commune. C‟est ainsi que les artistes autant

que les savants, contribuent au progrès de la civilisation.

- 254-
Une Grande Vertu

Deux servantes s‟en allaient vers la ville et chacune

d‟elles portait sur la tête un lourd panier de fruits. L‟une

d‟elles murmurait et soupirait sans cesse. L‟autre, au

contraire, ne faisait que rire et plaisanter. « Comment

peux-tu donc rire ? dit la première. Ton panier est aussi

lourd que le mien et tu n‟es pas plus forte que moi. C‟est

que j‟ai ajouté à ma charge une certaine plante, ce qui fait

que je la sens à peine. Cette précieuse plante que rend

tous les fardeaux plus légers s‟appelle la patience ».

Remarques :

- Murmurait et soupirait = ‫ كانت تتمتم وتتنهد‬-

- V. plaisanter (la plaisanterie) = ‫ تمزح‬-


- Que le mien (pronom possessif) = que mon panier.

- Je sens (V. sentir, 3e groupe) = 1er sens = ‫ ٌشعر‬-

2e sens = ‫ ٌشـم‬-

- 255-
Parlez peu

Un des meilleurs moyens, pour une jeune homme de

former son esprit, c‟est de parler peu et d‟écouter

beaucoup. Mais il est rare que les jeunes gens suivent

cette maxime. Il leur serait utile cependant de prêter la

plus grande attention aux conversations sérieuses et de

faire de solides réflexions sur ce qu‟ils ont entendu.

N‟essayez pas trop de montrer que vous avez de

l‟esprit. Prenez garde en parlant trop de révéler votre

ignorance.

- 256-
La Magie des Fleurs

Est-il sur notre terre un ornement plus doux des

heures de loisir que la culture des fleurs ? Il est beau de

voir ainsi rassemblée, pour le plaisir des yeux, la

magnifique foule que élabore la lumière pour en tirer des

couleurs merveilleuses, du miel et des parfums. On y

trouve, traduites en joie visible et fixées aux portes de sa

maison, les délices éparses, fugitives et presque

insaisissables de l‟été, la volupté de l‟air, la clémence des

nuits, l‟émotion des rayons, l‟allégresse des heures, les

confidences de l‟aurore. On ne jouit pas seulement de

leur éclatante jeunesse, on espère encore, probablement

à tort, tant ce mystère est confus et profond, on espère

encore, à force de les interroger, surprendre, grâce à

elles, je ne sais quelle ou quelle idée secrète de la

nature.

- 257-
Remarques :

- des heures de loisir = ‫ أولات الفراغ‬-

- V. élaborer = ‫ تعتمل‬-

- fixées aux portes de la maison = ‫ ماثلة علً أبواب البٌت‬-

- les délices éparses = ‫ ألوان المتع المتفرلة‬-

- fugitives et Presque insaisissables =

)‫ التً تضٌع والتً نكاد ال نلمسها (ال نحسها‬-

- la volupté = )‫ (اللذة‬: ‫ النشوة‬-

- la clémence des nuits = ً‫ رفك اللٌال‬-

- l‟allégresse des heures = ‫ بهجة األولات ومرح الساعات‬-

- la confidence de l‟aurore = ‫ وما ٌسره الفجر‬-

- probablement à tort = ‫ وربما كان ذلن خطؤ‬-

- confus = ‫ ؼامض‬-

- 258-
Souvenir

Je vais dire le plus ravissant souvenir qui me reste

de ma première jeunesse ; je verse presque des larmes

en y songeant.

Un jour, ma mère et moi, en faisant un petit voyage à

travers ces sentiers pierreux des côtes de Bretagne qui

laissent à tous ceux qui les ont foulés de si doux

souvenirs, nous arrivâmes â une église du hameau,

entourée selon l‟usage, du cimetière, et nous nous y

reposâmes. Les murs de l‟église en granit, les maisons

d‟alentour construites de blocs primitifs, les tombes

serrées, les croix renversées et effacées, les têtes

nombreuses rangées sur les étages de la maisonnette

qui sert d‟ossuaire, attestaient que, depuis les plus

anciens jours, on avait enterré en ce lieu. Ce jour-là,

- 259-
j‟éprouvai le sentiment de l‟immensité de l‟oubli et du

vaste silence où s‟engloutit la vie humaine avec un effroi

que je ressens encore, et qui est resté un des éléments

de ma vie morale.

D’après E. Renan, L’Avenir de la Science

- 260-
Un Affreux Accident

Le semaine dernière je fus témoin d‟un terrible

accident qui me fit dresser les cheveux sur la tête.

C‟était vers deux heures de l‟après-midi, heure

d‟affluence. Je rentrais à pied, tranquillement, chez moi,

longeant la voie du métro, à Héliopolis.

Soudain, à la hauteur de la rue du Baron Empain, un

bruit infernal retentit ; un terrible choc métallique fit tout

frémir autour de moi : gens et bâtiments. Et que vis-je

aussitôt ?... une spectacle horrible, incroyable : un métro,

roulant à toute vitesse, avait éventré un autobus plein

d‟écoliers et d‟écolières…La violence de la collision, la

vue des petits êtres chéris ensanglantés faillirent me faire

perdre la tête…Tandis que la foule envahissait la place,

je courus au téléphone le plus proche avertir le secours

d‟urgence et la police-secours.

- 261-
La circulation est interrompue ; les ambulances

arrivent et se succèdent. Sur des civières on transporte

les malheureux blessés ; certains souffrent de blessures

assez graves. Les agents de police arrivent sur les lieux.

On dresse un procès-verbal afin de punir cette

imprudence criminelle. Vibrant d‟émotion et de pitié, je

songeai déjà aux cuisantes douleurs des mamans qui

devaient bientôt apprendre la funeste nouvelle de cet

horrible accident…

Remarques :

- me fit dresser les cheveux = ‫ لام فزعا‬، )‫ لؾ شعره (ٌمؾ لفوفا‬-

- heure d‟affluence = ‫ ساعة ألصً الزحام‬-

- un bruit infernal = ً‫ صوت جهنم‬-

- un choc (= un heurt) = ‫ صـدام‬-

- un spectacle horrible = ‫ مشهد بشع‬-

- avait éventré un autobus = ‫ كان لد أصاب السٌارة العامة فً وسطها‬-

- la collision = ‫ االصطدام‬-

- ensanglanté = ‫ ملطخ بالدماء‬-

- 262-
- faillirent me faire perdre la tête = ً‫ كادت تفمدنً صواب‬-

- les ambulances = ‫ عربات اإلسعاؾ‬-

- civières = ‫ نماالت‬-

- souffrir des blessures = ‫ المعاناة من الجروح‬-

- arriver sur les lieux = ‫ الوصول إلً مكان الحادث‬-

- dresser un process-verbal = ‫ تحرٌر محضر‬-

- vibrer d‟émotion et de pitié = ‫ االهتزاز من االنفعال والشفمة‬-

- cuisantes douleurs = ‫ آالم لاسٌة‬-

- la funeste nouvelle = ‫ الخبر المشبوم‬-

- 263-
La Vraie Peur
La peur (et les hommes les plus hardis peuvent avoir

peur), c‟est quelque chose d‟effroyable, une sensation

atroce, comme une décomposition de l‟âme, un spasme

affreux de la pensée et du cœur, dont le souvenir seul

donne des frissons d‟angoisse. Mais cela n‟a lieu, quand

on est brave, ni devant une attaque, ni devant la mort

inévitable, ni devant toutes les formes connues du péril :

cela a lieu dans certaines circonstances anormales, sous

certaines influences mystérieuses, en face de risques

vagues. La vraie peur, c‟est quelque chose comme une

réminiscence des terreurs fantastiques d‟autrefois. Un

homme qui croit aux revenants, et qui s‟imagine

apercevoir un spectre dans la nuit, doit éprouver la peur

en toute son épouvantable horreur.


Guy De Maupassant,
Contes de la Bécasse, La peur.

- 264-
Naissance d’une Amitié

Est-ce qu‟il en serait maintenant tous les jours ainsi ?

Marcher sans repos sous la pluie, coucher dans une

grange, trembler de froid, n‟avoir pour souper qu‟un

morceau de pain sec, personne pour me plaindre,

personne à aimer, plus de maman ?

Comme je réfléchissais, le cœur gros et les yeux

pleins de larmes, je sentis un souffle tiède me passer sur

le visage. J‟étendis la main en avant et je rencontrai le

poil laineux de Capi, le plus gros de nos chiens. Il s‟était

approché de moi, s‟avançant avec précaution…Que

voulait-il ? Il se coucha bientôt sur la fougère, tout près

de moi et, délicatement, il se mit à lécher ma main. Tout

ému de cette caresse, je me soulevai à demi et

l‟embrassai sur son nez froid. Il poussa un petit cri

étouffé, puis, vivement, il mit sa patte dans ma main et ne

bougea plus.

- 265-
J‟oubliai fatigue et chagrins ; ma gorge contractée se

desserra ; je respirai, je n‟étais plus seul : j‟avais un ami.

Hector Malot, Capi et sa troupe.

- 266-
Les Camarades

Les camarades, la vie peut-être nous en écarte,

nous empêche d‟y beaucoup penser, mais ils sont

quelque part, on ne sait trop où, silencieux et oubliée,

mais tellement fidèles ! et si nous croisons leur chemin,

ils nous secouent par les épaules avec de belles

flambées de joie ! Bien sûr, nous avons l‟habitude

d‟attendre longtemps ces rencontres…

Mais peu à peu nous découvrons que le rire clair de

celui-là, nous ne l‟entendrons plus jamais, nous

découvrons que ce jardin-là nous est interdit pour

toujours. Alors commence notre deuil véritable qui n‟est

point déchirant, mais un peu amer.

Rien jamais, en effet, ne remplacera le compagnon

perdu. Rien ne vaut le trésor de tant de souvenirs

communs, de tant de mauvaises heures vécues

- 267-
ensemble, de tant de brouilles, de réconciliations, de

mouvements du cœur. On ne reconstruit pas ces amitiés-

là.

Saint-Exupery, Terre des Hommes.

- 268-
Une Ecole D’autrefois

L‟école où j‟ai appris à lire avait une salle unique

éclairée par des fenêtres à petits carreaux que je n‟ai

jamais vues ouvertes. Point de plancher ni de carrelage,

nos sabots frottaient la terre nue. Des bancs, mais point

de tables. Nous écrivions sur des planches de chêne

percées en haut par un petit trou où passait une ficelle

qui les suspendait, la classe finie, à des clous piqués

dans le mur. Ma planche, que je regrette bien d‟avoir

perdue, avait servi à mon père et à ma grand‟mère dans

cette même école où nous fûmes, tous les trois, élèves

du même maître.

(Ernest Lavisse)

Remarques :

- Point de plancher ni de carrelage … Deux phrases elliptiques


du verbe
- Des bancs, mais points de tables

- 269-
Avant de traduire, il faut tenir compte du verbe sous

entendu )‫ محذوؾ‬، ‫ (مستتر‬aussi bien que de son temps: (Il n‟y


avait) point de plancher ni de carrelage. (Il y avait) des bancs

mais (il n‟y avait) point de tables.

- La classe finie : subordonnée participe temporelle, exprimant

l‟idée d‟antériorité.

- 270-
Devoirs Envers le Professeur

Vous devez aimer votre professeur, lui obéir, le

respecter, lui être reconnaissants. Vous devez l‟aimer,

car il prend soin de vous, forme votre intelligence et votre

cœur. Vous devez le respecter et lui obéir, car vos

parents vous ont confiés à lui. Ils lui ont donné l‟autorité

qu‟ils ont sur vous. Vous devez lui être reconnaissants,

car la nourriture qu‟il donne à votre esprit vous est aussi

nécessaire que la nourriture de votre corps. Le

professeur ne représente pas seulement vos parents ; il

représente aussi la patrie qui l‟a chargé d‟élever ses

enfants.

- 271-
Une Fille Vaillante

Lucie n‟allait plus à l‟école. Vaillamment, elle s‟était

mise à la besogne ; à force de patience et de volonté, elle

arrivait à tenir la maison en ordre. Elle balayait, lavait,

cousait, faisait la cuisine. Toute la journée, elle veillait sur

sa petite sœur. Le jour, quand le père revenait du travail,

il trouvait chaque chose à sa place dans la maison bien

propre. Et, sur la table préparée, la soupe fumait comme

naguère. Le père regardait sa petite fille avec des yeux

émus. « Tu es vaillante et bonne », disait-il.

Remarques :

- Ne … plus (voir constructions négatives)

- Elle s‟était mise à la besogne = ‫كانت لد شرعت فً العمل‬


- A force de (patience) = ...‫وبتسلحها بـ‬

- Elle arrivait à = ً‫كانت تتوصل إل‬

- Avec des yeux emus = )‫بعٌنٌن متؤثرتٌن (تفصحان عن تؤثره‬

Un Excellent Écolier

- 272-
Mon compagnon était un garçon d‟environ vingt-cinq

ans, bien fait, robuste et adroit. Je l‟appelai vendredi en

souvenir du jour où je l‟avais délivré.

Jamais on ne vit serviteur plus fidèle, plus rempli

d‟affection pour son maître. Je me faisais un devoir de

l‟instruire et de lui enseigner à parler ma langue et je le

trouvai le meilleur écolier du monde. Il était si gai, si

content quand il pouvait me comprendre, qu‟il me faisait

trouver un véritable plaisir dans nos conversations.

Remarques :

- plus rempli d‟affection = ‫أكثر إعزازا‬

- Je me faisais un devoir de=ً‫كنت أفرض علً نفسً–كنت أعتبر من واجب‬

- Il était si gai, si content =

‫كم كان مبلػ بجهته وسروره – ٌا لفرحته وٌا لسروره‬


- Si … que … =

(proposition subordonnée consécutive) ... ‫لدرجة أن – حتى أن‬

Le Soir en Famille

- 273-
Le soir mon père tirait les verrous et tournait la clé

laissée dans la serrure. Nous allons à la cuisine ; nous

nous mettions quatre à table, mes parents, ma sœur et

moi. Ma sœur, de trois ans plus jeune que moi, était une

mignonne petite fille, très douce, très fine. On parlait des

choses de la journée ; je bavardais beaucoup. Le souper

fini, ma mère, qui était debout depuis cinq heures du

matin et en toute saison, très lasse et bâillant, nous

faisait jouer, ma sœur et moi, à qui se déshabillerait le

plus vite.

Remarques :
- Tirer les verrous = ‫ ٌثبت المتارٌس‬:‫ٌؽلك‬
- De trois ans plus jeune que moi = ‫وكانت تصؽرنً بثبلثة أعوام‬
- La dernière phrase du texte est intéressante à cause de sa
relative complexité (étudiez-en les propositions) et à cause
de sa tournure. Notez-y surtout comment, en tête de la
phrase, le nom + le participe passé que l‟on peut rendre en
arabe par ‫بعد انتهاء العشاء‬

- Las (fém. Lasse) = épuisé, fatigué ; très lasse = ‫مرهمة‬

- 274-
‫= ‪- Elle nous faisait jouer‬‬ ‫كانت تحثنا علً اللعب ‪...‬‬

‫كانت تدعونا إلً أن نلهو بلعبة‪...‬لمعرفة من (منا) =)‪- A qui (se déshabillerait‬‬

‫‪- 275-‬‬
Une Troisième Main

Notre père était trop pauvre pour donner une

servante à ma mère et j‟étais trop petite pour faire toute

seule le ménage. Les voisines venaient bien de bon

cœur, quand je les priais, tirer pour nous le seau du puits,

mettre la grosse bûche au feu. Mais ma mère et moi nous

faisions tout le reste. Ayant sans cesse besoin de

quelque chose qu‟elle ne pouvait aller chercher au jardin,

dans la cour, dans la chambre, sur la table, sur un

meuble, ma mère s‟était accoutumée à se servir de moi

avant l‟âge, comme elle se serait servie d‟une troisième

main.

- 276-
‫‪Remarques :‬‬

‫= ‪- Trop pauvre‬‬ ‫فً فمر مدلع‬

‫= ‪- Trop pauvre pour‬‬ ‫كان فمره ال ٌتٌح له أن ‪...‬‬

‫= ‪- De bon cœur‬‬ ‫عن طٌب خاطر‬


‫= ‪- Le puits‬‬ ‫البـبر‬

‫= ‪- La seau‬‬ ‫الدلـو‬

‫= ‪- une bûche‬‬ ‫عرق الخشب (الحطب)‬

‫… ‪- ayant sans cessse besoin de‬‬ ‫ولما كانت تحتاج دواما إلً‬

‫‪- (Ma mère) s‟était accoutumée à se servir de moi‬‬


‫كانت لد أعتادت أن تلجؤ إلً معونتً(لو للنا‪" :‬أن تستخدمنً" لخرجت العبارة عن المراد)‬

‫‪- 277-‬‬
- 278-
Textes à Traduire de
l'Arabe au Français

- 279-
‫مدرسة المرية‬

‫كانت مدرسة المرٌة خارج نطاق المساكن ‪ ،‬وكانت فً وضعها هذا‬


‫كالحصن الذي ٌحمٌها من بعٌد‪ .‬كان هذا الحصن ٌحمً عمول صؽارها‬
‫من الجهل‪.‬‬

‫كنت تري األطفال فً الصباح الباكر ٌتؤبطون كتبهم ‪ ،‬وٌسٌرون‬


‫جماعات علً الطرٌك الزراعً الذي ٌإدي إلً مدرستهم ‪ ،‬تحٌط بهم‬
‫نظرات آبابهم وأمهاتهم وأعمامهم الذٌن ٌعملون بالحمول منذ الفجر ‪ ،‬وهً‬
‫نظرات تفصح عن أملهم فً مستمبل أفضل ألبنابهم ولمرٌتهم العزٌزة‪.‬‬

‫‪- 280-‬‬
‫أدب التلميذ في البيت‬
‫التلمٌذ المإدب فً بٌته هو الذي إذا عاد من مدرسته ‪ ،‬خلع مبلبسه‬
‫ورتب كتبه فوق مكتبه ‪ ،‬وبعد أن ٌسترٌح ٌستذكر دروسه ‪ ،‬وٌإدي واجبه‬
‫‪ ،‬وال ٌتلؾ أدوات المنزل ‪ ،‬وال ٌؽضب والدٌه ‪ ،‬وال ٌدخل حجرة حتى‬
‫ٌستؤذن ‪ ،‬وفً ولت الفراغ ٌلعب مع أخوته فً حدٌمة المنزل ‪ ،‬وال ٌمطؾ‬
‫أزهارها ‪ ،‬أو ٌمطع فروع أشجارها ‪ ،‬بل ٌحافظ علٌها زٌنة لبٌته ‪ ،‬وبهجة‬
‫لملبه‪.‬‬

‫‪- 281-‬‬
‫حركة الشارع‬

‫إن الشوارع التجارٌة والمٌادٌن الربٌسٌة بالعواصم الكبرى إنما‬


‫تكون دابما مزدحمة للؽاٌة‪ .‬إال أن مظهرها ٌتؽٌر فً مختلؾ ساعات‬
‫النهار‪.‬‬

‫ففً الصباح ٌحتل الطلبة والتبلمٌذ األرصفة ‪ ،‬وبعضهم ٌسرع‬


‫مترجبل شطر المدارس أو الكلٌات ‪ ،‬واآلخرون ٌنتظرون عند موالؾ‬
‫السٌارات أو محطات الترام ‪ ،‬تلن التً تملهم إلً وجهتهم والرؼبة‬
‫تحدوهم جمٌعا إلً المعرفة والعلم‪.‬‬

‫وتصادؾ أٌضا علً األرصفة عماال ٌتجهون إلً عملهم ‪ ،‬وكذلن‬


‫مستخدمً المحبلت التجارٌة ‪ ،‬أما علً الطرٌك فتتشابن كل وسابل النمل‪.‬‬

‫وبعد للٌل تفتح المحبلت التجارٌة لتستمبل الزبابن ‪ ،‬وٌصبح الشارع‬


‫عندبذ مزدحما للؽاٌة ‪ ،‬إن الفتٌات والسٌدات ٌرحن وٌجبن بٌن المحبلت‬
‫التجارٌة الكبرى ‪ ،‬والحوانٌت الصؽٌرة لٌرٌن آخر المستحدثات ‪ ،‬أو‬
‫لٌتفرجن – معجبات – بمبتكرات الموسم‪.‬‬

‫وفً حوالً الساعة الواحدة ٌشهد الشارع أزدحاما ؼٌر عادي ‪ ،‬إنها‬
‫ساعة ألصً الزحام بالنسبة إلً وسابل النمل‪.‬‬

‫‪- 282-‬‬
‫وفً المساء ‪ٌ ،‬ضاء الشارع بمبات المصابٌح وٌحتل المتنزهون‬
‫األرصفة‪.‬‬

‫وفً منتصؾ اللٌل تلفظ دور السٌنما والمسرح النظارة ‪ ،‬وٌزدحم‬


‫الشارع من جدٌد ‪ ،‬ثم تهدأ الضوضاء روٌدا روٌدا وٌصبح الشارع خاوٌا‪.‬‬

‫‪- 283-‬‬
‫عمل الفـالح‬

‫إن حٌاة الفبلح بالنسبة إلً هً أفضل أنواع الحٌاة ‪ ،‬وأنا إنما ألول‬
‫هذا المول بكل صراحة ! ولو لدر لً أن أعاود حٌاتً عشر مرات ‪،‬‬
‫لفضلت عشر مرات أن أحٌا نفس الحٌاة‪ .‬ولما كان هذا من المحال ‪ ،‬فمد‬
‫كنت علً األلل أحث أوالدي دابما علً أال ٌهجروا األرض فهً بمثابة‬
‫األم التً تطعمنا ‪ ،‬ولد استجابوا لدعوتً‪ .‬وٌسعدنً أن أراهم جمٌعا ولد‬
‫رتبوا حٌاتهم وفما لرؼبتً‪ .‬هنان ثبلث أشٌاء ‪ ،‬وثبلثة أشٌاء فمط ٌمكن أن‬
‫نتمناها ‪ ،‬علً حد لول عمً المسكٌن رحمه هللا‪ :‬الصحة ‪ ،‬واالستمبلل ‪،‬‬
‫وهدوء النفس‪.‬‬

‫‪- 284-‬‬
‫الزهـور‬

‫عندما خلك هللا النبات وهبنا معه الزهور التً تبهر أنظارنا بجمالها‬
‫وعطرها ‪ ،‬ومعظم هذه الزهور تستخدم فً صنع العطور والعمالٌر‪.‬‬

‫الزهور عبارة عن معٌن ال ٌنضب ‪ٌ ،‬هرع إلٌه النحل لٌمتص المواد‬


‫التً ٌصنع منها الشمع والعسل‪.‬‬

‫وترمز الزهور إلً بعض الصفات الجمٌلة ‪ ،‬فمثبل ٌرمز البنفسج‬


‫إلً التواضع والوداعة ‪ ،‬والزنبك إلً الطهارة‪.‬‬

‫‪Remarques :‬‬

‫= ‪- v. éblouir‬‬ ‫‪ٌ -‬بهر‬

‫= ‪- une source inépuisable‬‬ ‫‪ -‬معٌن ال ٌنضب‬

‫= ‪- à laquelle accourent les abeilles‬‬ ‫‪ٌ -‬هرع إلٌه النحل‬

‫= ‪- la modestie‬‬ ‫‪ -‬التواضع‬

‫= ‪- la pureté‬‬ ‫‪ -‬الطهارة‬

‫‪- 285-‬‬
‫الضعيف والموي‬
‫ٌحكً أن فؤرا صؽٌرا كان ٌبلزم أسدا كظله حتى أن ملن الؽابة‬
‫شعر بالضٌك من هذا الرفٌك التافه الشؤن ‪ ،‬وعزم األسد علً أن ٌفتن‬
‫بالحٌوان الضعٌؾ لٌتخلص منه‪.‬‬

‫وذات ٌوم ولع األسد فً شبان الصٌادٌن ‪ ،‬وشعر بؤنه لد ولع فً‬
‫الفخ ‪ ،‬وأن ال مخرج له منه ‪ ،‬فؤحس بالٌؤس وأنتابه الحزن حٌن شعر‬
‫بعجزه وأسؾ لمصٌره‪.‬‬

‫وجاءته المعجزة من حٌث ال ٌدري ‪ ،‬لمد رأي الفؤر ما حل بصدٌمه‬


‫‪ ،‬وشرع فً الحال ٌعمل ‪ ،‬فً مثابرة ال تعرؾ الكلل ‪ ،‬وأخذ ٌمرض‬
‫الشبان خٌطا بعد خٌط ‪ ،‬وأمكن للصدٌك الوفً أن ٌفتح ثؽرة فً الشبكة‬
‫الضخمة مكنت األسد أن ٌتحرن للٌبل ومن أن ٌفن لٌده بعد للٌل‪.‬‬

‫‪- 286-‬‬
‫الجمـل‬

‫ٌعتبر البدو الجمل هبة من السماء ‪ ،‬أو حٌوانا ممدسا ‪ ،‬لم ٌكن فً‬
‫استطاعتهم أن ٌبموا بدونه علً لٌد الحٌاة ‪ ،‬وال أن ٌمارسوا التجارة وال‬
‫أن ٌموموا بؤسفارهم‪ .‬إن لبن النالة هو ؼذاءهم المؤلوؾ ‪ ،‬وهم ٌؤكلون‬
‫لحمه أٌضا ‪ ،‬والسٌما لحم الجمال الصؽٌرة ‪ ،‬التً تطٌب لهم‪ .‬ووبر هذه‬
‫الحٌوانات الذي ٌتجدد كل سنة ‪ٌ ،‬ستخدمونه فً صنع ألمشتهم‪ .‬وهم‬
‫بفضل اإلبل ال ٌعوزهم شا ‪ ،‬بل وأٌضا ال ٌخشون شٌبا‪ .‬وهم بفضلها‬
‫ٌمكنهم أن ٌبتعدوا فً ٌوم واحد خمسٌن فرسخا عن موالع (مواطن)‬
‫أعدابهم‪.‬‬

‫مبلحظات‪:‬‬
‫= ‪- est originaire de‬‬ ‫‪ٌ -‬ستوطن – ٌعٌش فً‬

‫= ‪- randre des services‬‬ ‫‪ٌ -‬إدي خدمات‬

‫= ‪- une lieue‬‬ ‫‪ -‬فرسخ‬

‫‪- 287-‬‬
‫المراءة واألسفار‬
‫إن الكتاب كالسفر ٌتٌح لن رإٌة ببلد جدٌدة ‪ ،‬والتعرؾ علً ثمافات‬
‫ال حصر لها ‪ ،‬واالتصال بالفكر اإلنسانً فً ببلد العالم أجمع‪.‬‬

‫وإن كانت األسفار تتٌح لنا رإٌة تلن الببلد عن كثب فالمراءة‬
‫بدورها تحمك لنا معرفة ما نجهله عن تلن الببلد ‪ ،‬فهً تصور لنا دلابك‬
‫تلن الحٌاة كما ٌراها كتاب من أهلها‪ .‬إن االتصال اإلنسانً الٌوم أصبح‬
‫ضرورة ملحة ‪ ،‬واالتصال ال ٌكون باللماء العابر فحسب وإنما بالتجاوب‬
‫الفكري‪ .‬وإن كانت فً كل سفرة متعة جدٌدة ففً لراءة كل كتاب جدٌد‬
‫معرفة وكسب جدٌد‪.‬‬

‫إن الكتاب الجٌد نافذة تطل علً العالم الذي نعٌش فٌه ولن تمؾ‬
‫الرؼبة فً معرفة خباٌاه عند حد‪.‬‬

‫مالحظات‪:‬‬
‫‪- de près‬‬ ‫‪ -‬عن كثب =‬
‫‪- les details minutieux‬‬ ‫‪ -‬الدلابك =‬

‫‪- un contact furtif‬‬ ‫‪ -‬اللماء العابر =‬

‫‪- l‟entente‬‬ ‫‪ -‬التجارب =‬

‫‪- les secrets‬‬ ‫‪ -‬الخباٌا =‬

‫‪- 288-‬‬
‫رحلة ممتعـة‬

‫ركبنا المطار ذات ٌوم إلً ساحل اإلسكندرٌة‪ .‬كان المطار ٌنهب‬
‫األرض وكنا بدورنا ‪ ،‬خبلل نوافذه ‪ ،‬نلتهم بؤعٌننا الفواكه النضرة التً‬
‫تعلو األشجار بالحمول كما كنا نستمتع بمشاهدة المناظر الخبلبة التً تحٌط‬
‫بنا‪.‬‬

‫وكلما تولؾ المطار فً محطة زاد الصخب من حولنا معلنا وصولنا‬


‫إلً مدٌنة من مدن الوجه البحري التً تزخر بالحٌاة‪.‬‬

‫كنا فً طرٌمنا إلً عاصمة مصر الثانٌة وكانت أمواج البحر تداعب‬
‫خٌالنا‪ .‬لمد كنا فً طرٌمنا إلً البحر لنؽرق فٌه متاعبنا ‪ ،‬ولنلمً بؤجسادنا‬
‫فٌه حتى ٌعود إلٌها نشاطها‪.‬‬

‫وصلنا أخٌرا ‪ ،‬وأخذنا نستنشك ملء صدورنا هواء البحر النمً ‪،‬‬
‫وتفتحت عٌوننا علً منظر الساحل الرابع كما تفتحت للوبنا للحٌاة‪.‬‬

‫ولضٌنا ٌومنا فً اللعب والمرح ‪ ،‬ولم نترن الساحل إال مع ؼروب‬


‫الشمس‪ .‬وعدنا من جدٌد إلً المطار وكانت أجسامنا مكدودة ولكن البهجة‬
‫كانت تمآل للوبنا‪.‬‬

‫‪- 289-‬‬
:‫مالحظات‬
- rouler à toute vitesse = ‫ ٌنهب األرض‬-
- dévorer des yeux = ‫ نلتهم بؤعٌننا‬-

- environner, entourer = ‫ نحٌط‬-

- le bruit = ‫ الصخب‬-

- pleines de … (animées) = ... ‫ التً تزخر بـ‬-

- Pour noyer … = ‫ لنؽرق‬-

- A pleins poumons = ‫ ملء صدورنا‬-


- s‟ouvrir à … = ... ‫ لـ‬... ‫ تفتحت‬-

- épuisé = = ‫ مكدودة‬-

- 290-
‫الوطــن‬

‫لعلن لم تفكر أبدا فٌما تعنٌه كلمة "الوطن" ‪ ،‬إن الوطن هو كل ما‬
‫ٌحٌط بن ‪ ،‬وكل ما ساهم فً نشؤتن وفً إطعامن ‪ ،‬وكل ما أحببته – إن‬
‫الرٌؾ الذي تراه والبٌوت واألشجار واألطفال الصؽار الذٌن ٌمرون هنان‬
‫وهم ٌضحكون ‪ ،‬ذلن هو الوطن ‪ ..‬إن الموانٌن التً تحمٌن والخبز الذي‬
‫تحصل علٌه بعملن والكلمات التً تتبادلها مع الناس ‪ ،‬والفرح والحزن‬
‫اللذان ٌسببهما لن الناس الذٌن تعٌش بٌنهم واألشٌاء التً تحٌط بن ‪ ،‬كل‬
‫هذا هو الوطن‪ .‬وتلن الؽرفة الصؽٌرة التً رأٌت فٌها أمن فٌما مضى –‬
‫والذكرٌات التً تركتها لن – واألرض التً ترلد تحت ثراها هذا هو‬
‫وطنن ‪ ،‬إنن تري وطنن وتستنشك عبٌره فً كل مكان‪.‬‬
‫(نص أخذ من "سوفٌستر")‬

‫‪- 291-‬‬
‫العمل كـنز‬

‫كان األب علً فراش الموت ‪ ،‬وجمع أوالده ولال لهم‪ :‬لمد تركت‬
‫لهم ٌؤوالدى ‪ ،‬كنزا دفته تحت األرض ‪ ،‬وأطلب منكم أال تتوانوا فً‬
‫البحث عنه‪ .‬للبوا األرض طول النهار وأنتم تفلحونها ‪ ،‬ونمبوا فً كل‬
‫شبر وسوؾ تهتدون إلٌه‪.‬‬

‫وبعد موت الرجل شرع األبناء فً البحث‪ .‬وعملوا لٌل نهار ولكنهم‬
‫لم ٌجدوا شٌبا‪ .‬ولما أعٌتهم الحٌل سؤلوا رجبل مسنا‪ :‬أنكؾ عن البحث ؟‬
‫وأجابهم الرجل‪ :‬ال تكفوا عن البحث وال تكفوا عن العمل ‪ ،‬فالكنز الذي‬
‫تركه لكم أبوكم هً األرض ذاتها ‪ ،‬والعمل المتواصل ‪ ،‬والسعً‬
‫المستمر‪.‬‬

‫‪- 292-‬‬
‫صحبة طيبـة‬

‫ٌعبر شاعر فارسً من شعراء المرن الثالث عشر ‪ ،‬هو "سعدي" فً‬
‫أسطورة أخبللٌة عن التؤثٌر الطٌب لمعاشرة الخٌار بموله‪ :‬عندما كنت‬
‫أتنزه رأٌت عند لدمً ورلة من أوراق األشجار كادت تجؾ وكانت‬
‫تنبعث منها رابحة زكٌة‪ .‬والتمطتها واستنشمت عبٌرها بلذة وللت لها‪:‬‬
‫"أنت التً تفوح منن تلن العطور الجمٌلة ‪ ،‬هل تكونٌن ما ٌسمً بالـوردة‬
‫؟" فؤجابتنً بمولها‪" :‬ال ‪ ،‬لست الوردة ولكنً عشت بعض الولت فً‬
‫صحبتها ‪ ،‬ومن هنا كان هذا العطر الجمٌل الذي ٌفوح منً"‪.‬‬

‫مالحظات‪:‬‬
‫‪ « à demi desséchée » -‬لو أننا ترجمنا هذه العبارة بـ "نصؾ جافة" ولعنا‬
‫فً الخطؤ ‪ ،‬فالممصود بها أن الجفاؾ لم ٌدركها تماما"‪.‬‬
‫النص فً زمن‬ ‫‪" -‬والتمطتها"‪ :‬ترجمنا هذا الفعل فً الماضً بٌنما هو فً‬
‫المضارع ولٌس هذا ؼرٌبا إذ أن زمن المضارع فً الفرنسٌة هنا ٌعنً الماضً‬
‫(مادامت تلن األحداث تدور فً الماضى) ‪ ،‬وهذا ما ٌسمً بالـ ‪“Présent‬‬
‫”‪narrative‬‬
‫‪ “je répands” -‬ؼٌرنا فً ترجمتنا هنا من معالم الجملة (إذ جعلنا من الفاعل‬
‫مف عوال ومن المفعول فاعبل) ‪ ،‬وال ؼضاضة فً ذلن مادمنا لد عبرنا عن المعنً‬
‫علً خٌر وجه‪.‬‬

‫‪- 293-‬‬
‫تربية الطفـل‬

‫ٌجب أن نشبع فضول الطفل فتشرح له حمٌمة ما ٌراه وخواص‬


‫األشٌاء‪ .‬وٌجب من ناحٌة أخري أن نثٌر فضوله هذا وأن نثٌر فً نفسه‬
‫حب المعرفة‪ .‬والتربٌة المثلً لٌست فً الحد من نشاط الطفل وإنما فً‬
‫استؽبلل طالاته وتوسٌع آفاق تفكٌره‪.‬‬

‫إن الطفل كابن صؽٌر ٌخطو أولً خطواته علً طرٌك الحٌاة ولذا‬
‫ٌجب أن ٌتعرؾ علً جوانبها المختلفة ‪ ،‬لٌعلم أن هنان الخٌر والشر ‪،‬‬
‫وأنه ال ٌمكن الحصول علً شا إال ببذل الجهد‪.‬‬

‫وٌجب أن نروض نفسه علً عدم االنسٌاق وراء النزوات ‪ ،‬وال‬


‫ؼنً عن تلمٌن الطفل تلن الحمٌمة‪:‬‬

‫ال ٌعٌش المرء لنفسه فمط وإنما مع الجماعة ‪ ،‬وعلٌه تجاه الناس‬
‫واجبات حتى ٌتفهم معانً التضحٌة والبذل والتحكم فً النفس‪.‬‬

‫مالحظات‪:‬‬
‫‪- La curiosité‬‬ ‫‪ -‬الفضول =‬

‫‪- Eveiller la curiosité‬‬ ‫‪ -‬إثارة الفضول =‬

‫)‪- Les caractéristiques (les propriétés‬‬ ‫‪ -‬خواص =‬

‫‪- 294-‬‬
- L‟horizon = ‫ األفك‬-

- L‟espoir = ‫ األمل‬-
- Ses différents aspects = ‫ خواصها المختلفة‬-

- Dompter; ici, entraîner = ‫ تروٌض‬-

- Les caprices = ‫ النزوات‬-

- Inculquer = ‫ تلمٌن‬-

- A l‟égard de = ‫ تجاه‬-

- 295-
‫حب الدراسـة‬

‫كنت ‪ ،‬فً سنواتً األولً ‪ ،‬أجد عناء فً الوصول إلً مدرسة‬


‫المرٌة ‪ ،‬ولم تكن حالة أبً لتسمح له بؤن ٌرسلنً إلً المدٌنة‪ .‬ولعل هذه‬
‫الظروؾ الماسٌة هً التً دفعتنً إلً الكفاح منذ نعومة أظفاري‪ .‬كنت‬
‫أجد فً الدراسة ما ٌشؽلنً عن التفكٌر فٌما كانت علٌه حٌاة أسرتً‪ .‬وإن‬
‫نسٌت فلن أنسً مدرستً ورفالً األول ‪ ،‬وكتبً األولً التً فتحت لً‬
‫أبواب المعرفة كما لن أنسً أبدأ المعارن الصؽٌرة التً خضتها فً‬
‫صباي ألنتمل من فرلة إلً فرلة ومن مرحلة إلً أخري حتى أحصل‬
‫علً ما كنت أصبو إلٌه من شهادات‪.‬‬

‫مالحظات‪:‬‬

‫‪- Dès ma tendre enfance‬‬ ‫‪ -‬منذ نعومة أظفاري =‬

‫‪- Je n‟oublierai jamais‬‬ ‫‪ -‬وإن نسٌت فلن أنسً =‬

‫‪- Aspirer à‬‬ ‫‪ -‬أصبو إلً =‬

‫‪- 296-‬‬
‫فوائد المدرسـة‬

‫ٌجد التلمٌذ فً المدرسة ما ٌؽذي عمله ‪ ،‬وٌنمً جسمه ‪ ،‬وٌحسن‬

‫خلمه‪ .‬ففً العلوم ؼذاء العمل ‪ ،‬وفً الرٌاضة نماء الجسم ‪ ،‬وفً دروس‬

‫الدٌن والموسٌمً تحسٌن األخبلق ‪ ،‬وتهذٌب النفوس‪.‬‬

‫المد رسة أم تشفك ‪ ،‬وأب ٌعطؾ ‪ ،‬فجدٌر بكل تلمٌذ أن ٌحب‬

‫مدرسته ‪ ،‬وأن ٌحترم أساتذته‪.‬‬

‫‪- 297-‬‬
‫جيرة طيبـة‬

‫فً ذلن الولت كانت تمطن نفس المنزل الذي كنا نمٌم فٌه سٌدتان‬
‫ترتدي إحداهما ثٌابا بٌضاء واألخرى تتشح بالسواد‪ .‬وال تسؤلنً إذا كانتا‬
‫حدٌثتً السن (فً رٌعان الصبا) فهذا ٌتجاوز حد معرفتً‪ .‬ولكن كنت‬
‫أعرؾ أن رابحتهما ذكٌة ‪ ،‬وأنهما كانتا تتصفان بكل ألوان الرلة‪ .‬ولما‬
‫كانت والدتً جمة المشاؼل ؼٌر مٌالة للتزاور فملما كانت تذهب إلٌهما‪.‬‬
‫ولكنً كثٌرا ما كنت أتردد علٌهما والسٌما فً مٌعاد تناول الشاي ‪ ،‬ألن‬
‫السٌدة المتشحة بالسواد كانت تمدم إلً الفطابر ‪ ،‬لذلن فمد كنت أزورهما‬
‫بمفردي‪.‬‬

‫كانت السٌدة المتشحة بالسواد بدٌنة نوعا علً ما أطن وعلً جانب‬
‫كبٌر من الدعة ‪ ،‬ولم تكن تنهرنً أبدا‪.‬‬

‫أما السٌدة ذات الثٌاب البٌضاء فكانت تتصؾ أحٌانا بنفاد الصبر‬
‫وبحدة الطبع ‪ ،‬ولكنها كانت تضحن بطرٌمة جذابة ‪ ،‬وكنا تبلثتنا نعٌش فً‬
‫وبام تام‪.‬‬
‫"أناتول فراتس" كتاب صدٌمً‬

‫‪- 298-‬‬
‫أصدلاء الطفولة‬

‫إن هذا الشٌخ الذي تراه هنان ٌتكا علً عصاه ‪ ،‬كان منذ لرابة‬
‫ستٌن عاما ‪ ،‬ولدا ٌمؤل الدنٌا من حوله بالحركة والصخب‪ .‬كان خٌر‬
‫أصدلاء طفولتً‪ .‬إن جفنٌه اللذٌن أثملتهما السنون واللذٌن تراهما اآلن‬
‫ٌحج بان عنه الرإٌا الواضحة لم تكن تلحظهما فمد كان هنان برٌك أخاذ‬
‫ٌشع من عٌنٌه الواسعتٌن‪ .‬أما ذلن الشٌخ الذي تراه علً هذا الممعد‬
‫المتحرن فمد كان فٌما مضً ولدا مفتول العضبلت ٌخشاه أطفال األسرة‬
‫جمٌعا‪.‬‬

‫ها نحن ثبلثتنا لد فعلت بنا السنون ما نحن علً اآلن‪.‬‬

‫مالحظات‪:‬‬
‫‪- ses paupières‬‬ ‫‪ -‬جفنٌه =‬
‫‪- un vieillard‬‬ ‫‪ -‬شٌخ =‬

‫‪- une chaise roulante‬‬ ‫‪ -‬ممعد متحرن =‬


‫‪ -‬لد فعلت بنا السنون ما نحن علٌه اآلن =‬

‫‪- la vie a fait de nous ce que nous sommes maintenant.‬‬

‫‪- 299-‬‬
‫األسـرة‬
‫إن الروابط التً تربط بٌن أفراد األسرة الواحدة ٌجب أن تربط بٌن‬
‫أ فراد المجتمع ‪ ،‬فالمجتمع أسرة كبٌرة تتشارن فً نفس المصالح وتهددها‬
‫نفس األخطار‪ .‬والعضو الفاسد ٌهدد كٌان الجسم ‪ ،‬وذلن وجب عبلجه أو‬
‫بتره إذا لزم األمر‪.‬‬

‫وفً كل مجتمع سلٌم ٌجب أن تتضافر الجهود وأن ٌتعاون الجمٌع‬


‫فً سبٌل تحمٌك األمانً المنشودة ‪ ،‬ولصد كل أذي ٌمكن أن ٌهدد فردا من‬
‫أفراده‪.‬‬

‫ال خٌر فٌمن عاش لنفسه‪ .‬والخٌر كل الخٌر لوطن ٌعمل من فٌه‬
‫للصالح العالم ‪ ،‬ولرفع شؤنه والذود عنه بكل ؼال ونفٌس‪.‬‬

‫وإن كانت األسرة تموم علً روابط الدم فإن الوطن كذلن ٌربط بٌننا‬
‫بشعارات ممدسة هً ألوي من صلة النسب أو المربً‪.‬‬

‫مالحظات‪:‬‬
‫‪- Corrompu‬‬ ‫‪ -‬الفاسد =‬

‫‪- Amputer – l‟amputation‬‬ ‫‪ٌ -‬بتر – البتر =‬

‫‪- Les aspirations‬‬ ‫‪ -‬األمانً المنشودة =‬

‫‪- 300-‬‬
- La defense (protection) = ‫ الذود‬-

- Devises sacrées = ‫ شعارات ممدسة‬-


- L‟alliance = ‫ النسب‬-

- La parenté = ً‫ المرب‬-

- 301-
‫رب األسـرة‬

‫كل هذا ٌعرض علٌن تارٌخ األسرة وما بٌن أعضابها من حب وألفة‬
‫‪ ،‬وما تستمبل به الحٌاة من سعادة لوٌة وأمل مبتسم ‪ ،‬والسٌما بعد ما لمٌت‬
‫من ضٌك وعناء‪ .‬ولكن شٌبٌن آخرٌن ٌجب أن تعلمهما‪ .‬األول‪ :‬إن هذا‬
‫الشٌخ مرٌض تظهر علٌه آثار علة حمٌمٌة ‪ ،‬وهو ٌجاهد هذه العلة وٌرٌد‬
‫أن ٌمضً فً عمله وفً تكوٌن ثروة ضخمة لبنٌه فهو ال ٌكتفً بنصٌبه‬
‫من العمل وإنما ٌشتري أرضا وٌمٌم علٌها دورا ‪ ،‬وكل هذا العمل ٌجهده‬
‫وٌضنٌه‪ .‬وأهله للمون مشفمون‪ .‬وكانت بناته ٌلمنه فً رفك ولطؾ ‪ ،‬ألنه‬
‫ال ٌعنً بصحته فبل ٌسترٌح وال ٌعرض نفسه علً الطبٌب‪.‬‬
‫طه حســٌن‬
‫"صوت بارٌس"‬

‫‪- 302-‬‬
‫حياة الريف‬
‫حٌاة الرٌؾ بسٌطة ‪ ،‬جمٌلة ‪ ،‬وسكان الرٌؾ ال ٌتمٌدون بعادات‬
‫المدن ‪ ،‬وهم ٌإثرون علٌها عاداتهم‪.‬‬

‫إن ساكن الرٌؾ ٌعٌش بعٌدا عن صخب المدٌنة بطرلاتها المزدحمة‬


‫بالناس والمركبات ‪ ،‬فإذا أراد التنمل سار علً لدمٌه‪ .‬وهو فً هذا‬
‫التجوال المستمر ٌتعرؾ علً أحوال لرٌته وعلً سكانها جمٌعا‪ .‬وسكان‬
‫الرٌؾ ‪ ،‬بحكم اتصاالتهم ‪ ،‬تتوطد بٌنهم العبللات ‪ ،‬وتزداد بٌنهم أواصر‬
‫الصدالة ‪ٌ ،‬وما بعد ٌوم ‪ ،‬فٌعٌشون كؤنهم أسرة واحدة تعمل من أجل‬
‫صالح الجمٌع‪ .‬أما فً المدٌنة فالناس ٌحٌون فً عزلة ‪ ،‬كل منهم تشؽله‬
‫عن اآلخر مشاكله الخاصة ‪ ،‬وما أكثر مشاؼل المدٌنة !‬

‫مالحظات‪:‬‬
‫= )‪- Le bruit, le vacarme (tintamare‬‬ ‫‪ -‬صخب‬
‫= ‪- Les véhicules‬‬ ‫‪ -‬مركبات‬

‫= )‪- Vouloir se déplacer (aller d‟un endroit à un autre‬‬


‫‪ٌ -‬رٌد التنمل‬

‫= ‪- Le déplacement‬‬ ‫‪ -‬التجوال‬
‫‪- Les liens de l‟amitié se resserrent‬‬ ‫‪ -‬تزداد أواصر الصدالة‬

‫= ‪- Ils vivent isolés‬‬ ‫‪ٌ -‬حٌون فً عزلة‬

‫‪- 303-‬‬
‫لريتـي‬

‫إن لرٌتً صؽٌرة جدا ‪ ،‬لن أبوح باسمها ‪ ،‬ولن أفشً سرها إلً‬

‫سكان بارٌس الذٌن ٌبحثون عن مناظر الطبٌعة الخضراء والهدوء ‪ ،‬وإال‬

‫لما أضحت لرٌتً أنا وحدي‪ .‬بل ألصبحت لرٌة الجمٌع‪ .‬وإن كل ما‬

‫أستطٌع أن أصرح به أنها ال تبعد عن بارٌس أكثر من خمسة عشر‬

‫فرسخا‪ .‬وفً اللٌالً ؼٌر المممرة ‪ ،‬الصافٌة السماء ‪ٌ ،‬مكننا إذا أمعنا‬

‫النظر ‪ ،‬أن نتبٌن األفك تشوبه حمرة‪ .‬إنه انعكاس هادئ لئلضاءة الدابمة‬

‫للمدٌنة العظٌمة ومن المحال أن ٌشعر اإلنسان أنه فً نفس الولت علً‬

‫مثل هذا المرب من المدٌنة وعلً هذا البعد عنها‪.‬‬

‫ال ٌوجد هنان سكة حدٌد وال عربات تجرها الخٌول ‪ ،‬كما أنه ال‬

‫ٌوجد مكتب للتلؽراؾ وال مكتب برٌد وال أطباء وال رجال شرطة‪ .‬إنها‬

‫بمعة من األرض نسٌها الزمان أو بعبارة أفضل لم تؽٌرها الحضارة‪.‬‬

‫‪- 304-‬‬
‫المرية والمدينة‬

‫تركت لرٌتً إلً المدٌنة سعٌا وراء الرزق‪ .‬وكانت المدٌنة جمٌلة‬
‫وأنوارها ساطعة وحدابمها ؼناء‪ .‬ولكنً كنت وحٌدا ؼرٌبا‪.‬‬

‫حاولت أن أتحدث إلً أهل المدٌنة فاجتنبونً‪ .‬حاولت أن أشكو إلٌهم‬


‫وحدتً فسخروا منً‪ .‬ابتسمت لهم فابتعدوا عنً‪ .‬مددت ٌدي نحوهم‬
‫فظلت خالٌة‪.‬‬

‫تركت المدٌنة الجمٌلة وفً عٌنً دمعة وعدت إلً لرٌتً ‪ ،‬إلً‬
‫أهلً ‪ ،‬إلً أصدلابً ‪ ،‬عدت إلً حٌث الحنان والبساطة واألخوة‪.‬‬

‫‪- 305-‬‬
‫الطبيعـة‬

‫كل ما فً الطبٌعة جمٌل ولكنها مع ذلن صامته ولاسٌة ال تبتسم‬


‫لجمٌع الناس وال تخاطب منهم إال البعٌد‪.‬‬

‫فالسعٌد فً فكره وفً للبه وفً حٌاته هو الذي ٌري الطبٌعة وهو‬
‫الذي ٌنعم بجمالها ‪ ،‬ومادامت الروح معلمة شمٌة فالطبٌعة ال تبتسم ونورها‬
‫ال ٌمكن أن ٌمحو من النفس الشمٌة الظبلم‪.‬‬

‫‪- 306-‬‬
‫لبنـان‬

‫لبنان بلد سٌاحً ممتاز ‪ ،‬وخاصة ألبناء الببلد العربٌة ‪ ،‬وتنتشر فٌه‬
‫المصابؾ والفنادق‪ .‬وبه شبكة صؽٌرة من الخطوط الحدٌدٌة التً تربط‬
‫أهم المدن ‪ ،‬وبه أٌضا شبكة من الطرق المعبدة الجٌدة تخترق الببلد‪ .‬كما‬
‫ٌوجد طرٌك ممتاز ٌصل بٌروت بدمشك‪ .‬ترسوا بمٌناء بٌروت آالؾ من‬
‫السفن ‪ ،‬وتهبط بمطار بٌروت الكبٌر طابرات معظم الشركات التً تمر‬
‫بمنطمة الشرق األوسط‪.‬‬

‫مالحظات‪:‬‬
‫‪ -‬بلد سٌاحً ممتاز =‬

‫)‪- Un pays touristique de premier ordre (par excellence‬‬

‫‪- Centres d‟estivage‬‬ ‫‪ -‬المصابؾ =‬


‫‪- Un estivant‬‬ ‫‪ -‬مصطاؾ =‬

‫‪ -‬شبكة خطوط حدٌدٌة =‬

‫)‪- Un réseau du routes ferrées (ou ferroviaire‬‬

‫‪- Des routes aménagées‬‬ ‫‪ -‬طرق معبدة‬


‫)‪- Atterrir (décoller‬‬ ‫‪ٌ -‬هبط (علً األرض) تحلك (فً الجو) =‬

‫‪- L‟encyclopédie simplifiée‬‬ ‫‪ -‬الموسوعة المٌسرة =‬

‫‪- 307-‬‬
‫الفنون واآلداب‬

‫تهتم الدولة ألول مرة فً تارٌخ الببلد بتشجٌع الفنون واآلداب فً‬
‫معاهد التعلٌم وأوساط الشعب ‪ ،‬فهً تنظم المعارض وتمنح الهبات وتنشا‬
‫المسابمات حتى تنشر الذوق الفنً بٌن مختلؾ الطبمات ‪ ،‬وحتى ال ٌكون‬
‫الفن أداة رخٌصة لكسب المال وإفساد األخبلق‪ .‬ولٌس معنً هذا أن الفنان‬
‫خاضع إلدارة الحكومة أو أن الفن البد وأن ٌكون فنا رسمٌا ‪ ،‬ولكن‬
‫مجلسا كمجلس رعاٌة الفنون ٌموم بالتنظٌم بحٌث ٌترن للشعب فرصة‬
‫الحكم علً هذا العمل أو ذان بؤنه من الفن أو لٌس من الفن فً شا‪.‬‬

‫مالحظات‪:‬‬
‫‪- Les établissements scolaires‬‬ ‫‪ -‬معاهد التعلٌم =‬

‫‪- Accorde des bourses‬‬ ‫‪ -‬تمنح الهبات =‬


‫‪- Un concours‬‬ ‫‪ -‬المسابمة =‬

‫‪- Un vil moyen‬‬ ‫‪ -‬أداة رخٌصة =‬

‫)‪- La corruption (V. corrompre‬‬ ‫‪ -‬اإلفساد =‬

‫)… ‪- Est esclave de … (est soumis à‬‬ ‫‪ -‬خاضع =‬

‫‪- Un Conseil‬‬ ‫‪ -‬مجلس =‬

‫‪- Telle ou telle autre œuvre‬‬ ‫‪ -‬هذ‪ 1‬العمل أو ذان =‬

‫التجارة وااللتصاد‬
‫‪- 308-‬‬
‫لٌست التجارة عملٌات شراء وبٌع فحسب وإنما ترتبط ارتباطا وثٌما‬
‫بالتصاد كل بلد‪ .‬ربما هددت عملٌات الشراء ‪ ،‬إذا زادت عن الحد ‪،‬‬
‫باختفاء السلع أو نمصها من األسواق مما ٌإدي إلً رفع أسعارها‪ .‬وٌهدد‬
‫مثل هذا الوضع االلتصاد الوطنً‪ .‬وال ؼنً إذن للتجارة عن تخطٌط سلٌم‬
‫ٌوجهها إلً ما فٌه خٌر الجمٌع‪ .‬ولعل من أبرز المشاكل للتجارة ما ٌتعلك‬
‫منها بالتجارة الخارجٌة فهً تموم علً التبادل بٌن مختلؾ الببلد ‪ ،‬وهنا‬
‫ٌجب أن تدرس كل عملٌة بعناٌة فابمة‪ .‬إن احتٌاجات الببلد من السلع من‬
‫ناحٌة وإلً العمبلت الصعبة من ناحٌة أخري إنما تستلزم بحثا وتدلٌما‪.‬‬

‫وفً الببلد النامٌة ترتبط التجارة بما ٌسمً بااللتصاد الموجه خوفا‬
‫من التعثر ومن التضخم ومن اإلفبلس‪.‬‬

‫مالحظات‪:‬‬
‫‪- Une pénurie‬‬ ‫‪ -‬إختفاء ونمص (السلع) =‬

‫‪- Les devises rares‬‬ ‫‪ -‬العمبلت الصعبة =‬

‫‪- En voie de développement‬‬ ‫‪ -‬الببلد النامٌة =‬

‫‪- L‟inflation‬‬ ‫‪ -‬التضخم =‬

‫‪- 309-‬‬
‫مبادئ وأخالق‬
‫ٌعٌش بعض الناس علً مبادئ ال ٌحٌدون عنها لٌد أنملة ‪ ،‬وهم‬
‫ٌعتزون بها وٌدافعون عنها‪ .‬وهنان ببلد تدٌن بمبادئ تضحً من أجلها‬
‫بكل ما تملن‪ .‬ولوال المبادئ لما كان لئلنسان أن ٌإمن جانب أخٌه ولما‬
‫استطاعت الدول أن تتعاٌش مع جٌرانها‪ .‬البد إذن من بث مبادئ االخبلق‬
‫فً نفس الصؽار والكبار علً حد السواء والبد من التمسن بتعالٌم األدٌان‬
‫وبمبادئ الشرؾ واألمانة فً التعامل مع الناس وإال سادت الفوضً‬
‫وتموضت أركان المجتمع وانهارت المثل العلٌا ‪ ،‬وتعرضت اإلنسانٌة‬
‫ألفدح الخسابر‪.‬‬

‫إن الفضٌلة واألخبلق الموٌمة خٌر درع لحماٌة اإلنسانٌة من كافة‬


‫الشرور‪.‬‬

‫مالحظات‪:‬‬
‫‪- suivent rigoureusement‬‬ ‫‪ -‬ال ٌحٌدون عنها لٌد أنملة =‬
‫‪- son prochain‬‬ ‫‪ -‬أخٌه =‬
‫‪- coexister‬‬ ‫‪ -‬التعاٌش مع =‬
‫‪- inculquer‬‬ ‫‪ -‬البث =‬
‫‪- l‟anarchie‬‬ ‫‪ -‬الفوضً =‬
‫‪- s‟écrouler, s‟effondrer‬‬ ‫‪ -‬التموٌض ‪ ،‬اإلنهٌار =‬
‫‪- un bouclier‬‬ ‫‪ -‬درع‬

‫‪- 310-‬‬
‫درس في الوطنية‬

‫هرب جندي من جٌش ببلده ‪ ،‬وطرق باب منزله لٌبل فمالت أمه‪:‬‬
‫"من الطارق ؟" فمال لها "أنا ابنن"‪ .‬فعرفت صوته ولكنها ؼضبت من‬
‫عمله ‪ ،‬فمالت‪" :‬كبل ‪ ،‬ال ٌمكن أن تكون ابنً ‪ ،‬ألن إبنً اآلن فً مٌدان‬
‫المتال أمام األعداء وهو لٌس من الخونة الجبناء"‪.‬‬

‫فخجل الشاب من نفسه وعاد إلً المٌدان وحارب بشجاعة حتى‬


‫انتصرت ببلده ثم عاد إلً أمه ففرحت به فرحا شدٌدا‪.‬‬

‫مالحظات‪:‬‬
‫‪- Déserta‬‬ ‫‪ -‬هرب (جندي) =‬

‫? ‪- Qui est à la porte ? qui frappe à la porte‬‬ ‫‪ -‬من الطارق ؟ =‬

‫‪- Sa conduite, son comportement‬‬ ‫‪ -‬عمله ‪( ،‬تصرفه) =‬

‫‪- Le champ de bataille‬‬ ‫‪ -‬مٌدان المتال =‬

‫‪- Un traitre‬‬ ‫‪ -‬خابن =‬

‫‪- 311-‬‬
‫كيف نتعلم المراءة‬

‫لصد رجل أمً دكانا لبٌع النظارات وطلب واحدة ‪ ،‬وكلما لدم‬
‫التاجر له نظارة أخرج من جٌبه ورلة ونظر فٌها ‪ ،‬ثم رد النظارة إلٌه ‪،‬‬
‫فلما تعب منه التاجر سؤله عما ٌرٌد ‪ ،‬فمال الرجل فً سذاجة‪ :‬أرٌد نظارة‬
‫تعلمنً المراءة‪.‬‬

‫مالحظات‪:‬‬
‫‪- Illettré, analphabète‬‬ ‫‪ -‬أمً =‬

‫‪- Lutte contre l‟analphabétisme‬‬ ‫‪ -‬محو األمٌة =‬

‫‪- Il en demanda une paire‬‬ ‫‪ -‬طلب واحدة =‬


‫‪- Naïvement‬‬ ‫‪ -‬فً سذاجة =‬

‫)‪Naïf (naïve‬‬ ‫‪ -‬ساذج =‬

‫‪- 312-‬‬
‫لريتي في فصل الشتاء‬

‫كم أحب لرٌتً فً فصل الشتاء ! إن األمطار التً تتسالط بؽزارة‬


‫فً بعض األٌام والتً تؽمر الحمول وتبلل األشجار وتمحو من علً‬
‫فروعها ما تراكم علٌها طوال الفصول األخرى من أتربه ‪ ،‬تؽسل كذلن ما‬
‫بمً علً فإادي من متاعب السنة بطولها‪ .‬إن الؽٌوم التً تحجب الشمس‬
‫فً الشتاء تمكن عٌنً من التفرس فً السماء العالٌة وخٌالً من أن ٌشرد‬
‫فً ال نهابٌة األفك وما ٌرتسم علٌه من صور متباٌنة تتلون بشتى األلوان‬
‫تبعا لتملبات أحوال الطمس‪ .‬إن سكون المرٌة فً الشتاء ٌضفً علً نفسً‬
‫إحساسا عجٌبا بالراحة والطمؤنٌنة‪.‬‬

‫‪- 313-‬‬
‫السياحة اليوم‬

‫كانت السٌاحة فٌما مضً مجرد متعة وكان الناس ٌجوبون العالم‬
‫سعٌا وراء التعرؾ بببلد لها ماض عرٌك أو لمجرد التجوال والنزهة‪ .‬أما‬
‫الٌوم فإن السٌاحة لد أصبحت بالنسبة ألؼلب الدول موردا تعتمد علٌه‬
‫إلصبلح شبونها كما أصبحت من المجاالت التً تتٌح للشعوب أن تتعرؾ‬
‫بعضها بالبعض اآلخر‪.‬‬

‫ولم تعد السٌاحة لاصرة علً ذوي الثراء فحسب بل أصبحت فً‬
‫متناول ٌد صؽار الناس والكادحٌن ‪ ،‬إذ تتنافس الدول فً إتاحة الفرصة‬
‫ألكبر عدد من السابحٌن لزٌارة معالمها ‪ ،‬ولتلمس مدي تطورها فً شتً‬
‫مجاالت الحٌاة‪ .‬والسٌاحة فً مصر أصبحت الٌوم موردا ضخما إذ ٌإمها‬
‫الناس من شتً أنحاء العالم وٌؤتون إلٌها باأللوؾ كل عام لمشاهدة آثارها‬
‫الرابعة والتمتع بدراسة ثمافاتها المدٌمة ولٌروا عن كثب مدي تمدمها فً‬
‫شتً المٌادٌن ‪ ،‬كما ٌزورونها لما سمعوه وما ٌسمعوه كل ٌوم عن أمجدها‬
‫فً الماضً وعن مدي تطورها الٌوم‪.‬‬

‫‪- 314-‬‬
‫ذكريات وانطباعات‬

‫ال ٌمكن للمرء أن ٌعٌش حاضره وأن ٌفكر فً مستمبله دون أن‬
‫تراوده ‪ ،‬بٌن الفٌنة والفٌنة ‪ ،‬ذكرٌات الماضً تلح علً ذهنه أو تحرن فً‬
‫نفسه شٌبا ما فً كوامن نفسه‪ .‬إن الماضً ال تمحوه األٌام ‪ ،‬وانطباعات‬
‫طفولتنا ‪ ،‬وإن تراكم علٌها ؼبار السنٌن ‪ ،‬تمبع داخل نفوسنا وال ٌؤتً‬
‫علٌها الزمن مهما طال‪.‬‬

‫وهنان من ٌهفون إلً محو آثار الماضً ‪ ،‬وما أشد الشبه بٌنهم وبٌن‬
‫الطٌر الذي ٌحاول أن ٌنفصل عن ظله ! لد نحلك بعٌدا بالخٌال ‪ ،‬ولد‬
‫نحاول جاهدٌن أن نمطع صلتنا باألٌام الؽابرة ‪ ،‬ولد ٌبدو لنا أن األٌام‬
‫الخوالً لد راحت إلً األبد وبدون رجعة ‪ ،‬ولكن هذا وهم سرعان ما‬
‫تبدده التجربة فً لحظة بالذات لد تكون خاطفة كالشهب ‪ ،‬تنمشع الؽٌوم‬
‫عن أبصارنا فنري بٌن ظلمات ماضٌنا ذكري ألٌمة أو تسترجع ذاكرتنا‬
‫حدثا ما أو تهتز أوتار للوبنا أللم ٌكون لد أعتصرها فً ٌوم بعٌد‪.‬‬

‫‪- 315-‬‬
‫للب متحجـر‬

‫كان الرجل ٌفترش األرض وٌلتهم من الطعام ما لذ وطاب‪ .‬وكان‬


‫من حٌن إلً حٌن ٌلتفت حوله وكؤنه ٌخشى أن ٌفسد علٌه بعض‬
‫الفضولٌٌن لذته واستمتاعه‪ .‬ورأي علً بعد طفبل ٌحوم من حوله وإن لم‬
‫ٌجرإ علً االلتراب وكؤنه أحس أن الرجل ٌضٌك بالؽرباء‪.‬‬

‫وأخٌرا تجرأ الطفل والترب فً خطوات مترددة خابفة وولؾ علً‬


‫بعد خطوات من الرجل ‪ ،‬ومد له ٌده متوسبل ‪ ،‬ولكن الرجل لم ٌؤبه به فً‬
‫بادئ األمر ‪ ،‬ولما طالت ولفه الولد استدار الرجل – وكانت نظرته تنم‬
‫عن الؽلظة والشراسة – ولال فً صوت لاس‪ :‬ابتعد أٌها الوؼد الصؽٌر‬
‫وإال حطمت رأسن‪ .‬وهنا أسرع الطفل فً االبتعاد ثم أطلك لسالٌه الرٌح‪.‬‬

‫وانفجر الرجل ضاحكا ثم عاد إلً ما كان فٌه وإن بدا علٌه بعض‬
‫الضٌك‪ :‬لعل الطفل لد أفسد علٌه شٌبا من متعته !‬

‫‪- 316-‬‬
‫المصـة‬

‫المصة هً ألدم مظهر من مظاهر التارٌخ ‪ ،‬وأول صورة لئلنسانٌة‬


‫فً طفولتها ‪ ،‬فهً صدي الخوؾ واالضطراب ‪ ،‬ومظهر الموة‬
‫والجبروت ‪ ،‬ومعرض اللذة والفرح أو الحرمان واأللم‪ .‬المصة مرآة‬
‫الطفولة وصورة الحٌاة ‪ ،‬هكذا كانت وهكذا ستكون‪ .‬المصة هً هذا‬
‫الضرب من األدب الذي ٌعنً بالنفس البشرٌة وٌعرضها لنا علً سجٌتها‬
‫‪ ،‬وكما عرفتها الحٌاة‪ .‬كذلن لم ٌخل أدب من آداب العالم منها سواء كان‬
‫هذا األدب شرلٌا أو ؼربٌا رفٌعا أو وضٌعا‪.‬‬

‫‪- 317-‬‬
‫المسـرح‬

‫وما من رٌب فً أن العالم الٌوم لد تؽٌر ‪ ...‬وأصبح المسرح (بمعناه‬


‫الواسع) ضرورة من ضرورات الحٌاة الحاضرة ‪ ...‬لٌس ولفا علً طبمة‬
‫دون طبمة ‪ ...‬فهو الؽذاء الٌومً ألذهان الناس ٌختلؾ دسمه باختبلؾ‬
‫ثمافتها ‪ ...‬ولكنه فً آخر األمر هو أداة الفن الشابعة فً مشارق األرض‬
‫ومؽاربها ‪ ...‬وأعنً بالمسرح هنا كل فن ٌرمً إلً تصوٌر األشٌاء‬
‫واألشخاص واألفكار علً خشبة أو شاشة أو موجة أو صفحة ‪ ...‬بؤن‬
‫ٌمٌمها حٌة تتحادث وتتحاور وتبرز مكنون سرها وفكرها أمام الناظر أو‬
‫السامع أو المارئ ‪...‬‬
‫توفٌك الحكٌم "الملن أودٌب"‬

‫مالحظات‪:‬‬
‫= ‪- il ne dépend pas de‬‬ ‫‪ -‬لٌس ولفا علً‬

‫= ‪- dont la substance varie selon‬‬ ‫‪ٌ -‬ختلؾ دسمه باختبلؾ‬


‫= ‪- en Orient comme en Occident‬‬ ‫‪ -‬مشارق األرض ومؽاربها‬
‫= ‪- onde, radio‬‬ ‫‪ -‬موجـة‬

‫= ‪- la presse‬‬ ‫‪ -‬صفحة‬
‫… ‪- à les animer‬‬ ‫‪ -‬بؤن تمٌمها حٌة تتحادث وتتحاور‬

‫= ‪sous forme de conversation et de dialogue‬‬

‫‪- 318-‬‬
- mettre en relief, en lumière = ‫ ٌبـرز‬-

- 319-
‫المفكرون والمصلحون‬

‫عاشت اإلنسانٌة فً سٌرها الطوٌل علً هدي المفكرٌن‬


‫والمصلحٌن‪ .‬تتؽذي بآرابهم وتنتعش بؤفكارهم ‪ ،‬تنتمل من طور إلً طور‬
‫ومن حال إلً حال حتى تبلػ المثل األعلى فً حٌاتها ‪ ،‬فهً أبدا للمة‬
‫تفتش عن حل لمشاكلها ‪ ،‬ولانون ألوضاعها لعلها تمع علً السعادة‬
‫الحمٌمٌة التً تنشدها من وجودها‪ .‬فترتفع عن البهٌمة والحٌوان إلً ذري‬
‫رفٌعة ‪ ،‬خلمت لها ‪ ،‬فهً تشكر لهذه الرإوس المفكرة واأللبلم المدبرة‬
‫والعمول النٌرة عظٌم ما أسدت إلٌها من عصارة الفكر وخبلصة اإللهام ‪،‬‬
‫ألنها ركزت فً سبٌل اإلنسان أنوارا ٌستضا بها فً ظلمات العٌش‬
‫وٌسترشد بها فً الطرٌك الطوٌلة الوعرة‪.‬‬

‫‪- 320-‬‬
‫رمـز الحيـاة‬

‫لد مات الصٌؾ الجمٌل لٌحٌا الخرٌؾ الكبٌب‪ .‬وبٌن ذان الموت‬
‫وهذه الحٌاة لد ولؾ الزمان مشٌرا بٌمٌنه نحو ؼصن عرته األرٌاح‬
‫ولصفته العاصفة لاببل‪ :‬هذا رمز أٌامن أٌها اإلنسان فتؤمله جٌدا‪ٌ :‬مظة‬
‫فحزن فنزاع فنوم عمٌك‪.‬‬

‫لد مات الصٌؾ فرحلت الطٌور إلً الجنوب وعرت األرٌاح أشجار‬
‫الصفصاؾ والحور والتوت ووشح الضباب الحمول والمروج واألودٌة‬
‫ولوت العواصؾ األعشاب‪.‬‬

‫ولكن هنان فً سفح الجبل شجرة السرو ذات االخضرار األبدي‬


‫تهاجمها الرٌح بعنؾ فتلوٌها ولكنها ال تمصفها وٌحاول المطر خلع ثوبها‬
‫فٌبلله وال ٌثلمه ‪ ،‬وٌؽمرها الضباب لٌخفٌها عن النواظر فٌظل رأسها‬
‫العالً مرفوعا نحو السماء‪.‬‬
‫جبران خلٌل جبران‬

‫‪- 321-‬‬
‫االبتسـامـة‬

‫االبتسامة ال تكلؾ شٌبا ولكنها تعود بالخٌر الكثٌر‪.‬‬

‫أنها تؽنً أولبن الذٌن ٌؤخذون ‪ ،‬وال تفمر الذٌن ٌمنحون‪.‬‬

‫أنها ال تستؽرق أكثر من لمح البصر ‪ ،‬لكن ذكراها تبمً إلً آخر‬
‫العمر‪.‬‬

‫لن تجد أبدا من الؽنً بحٌث ٌستؽنً عنها ‪ ،‬وال من الفمر فً شٌا‬
‫وهو ٌملن ناصٌتها‪.‬‬

‫أنها تشٌع السعادة فً البٌت ‪ ،‬وطٌب الذكر فً العمل ‪ ،‬وهو التولٌع‬


‫علً مٌثاق المحبة بٌن األصدلاء‪.‬‬

‫أنها راحة الشعب ‪ ،‬وشعاع األمل للٌؤس ‪ ،‬وأجمل العزاء للمحزون ‪،‬‬
‫أفضل ما فً حمٌبة الطبٌعة من حلول للمشكبلت‪ .‬وبرؼم ذلن فهً ال‬
‫تشتري وال تمترض وال تسرق‪.‬‬
‫مارون عٌود‬

‫‪- 322-‬‬
‫األمـل‬

‫إن النفوس العالٌة الكبٌرة ٌدوم فٌها األمل مادام الدم فً العروق‬
‫ومادامت الحٌاة‪.‬‬

‫وأي حٌاة ترضاها النفوس الشرٌفة مع الٌؤس‪ .‬اٌجمع المرء فً جسم‬


‫واحد الموت والحٌاة ؟ إذ الٌؤس موت حمٌمً وأي موت‪.‬‬

‫كٌؾ نٌؤس ونحن جمٌعا عالمون بؤن ما ٌظهر طوٌبل فً حٌاة‬


‫األفراد هو لصٌر فً حٌاة الشعوب ؟ فعشر من السنوات فً حٌاة اإلنسان‬
‫طوٌلة حما ولكنها فً حٌاة األمة لصٌرة جدا‪ .‬علً أنه إذا كان البابسون‬
‫معتمدون صحة أفكارهم فعار علٌهم أن ٌموموا فً األمة بوظٌفة تثبٌط همم‬
‫اآلملٌن‪.‬‬
‫مصطفى كامل‬

‫‪- 323-‬‬
‫منطـك اللغـة‬
‫أن أول ما ٌتبادر إلً الذهن أن اللؽة لٌست إال وسٌلة للتعبٌر عن‬
‫المعانً ولٌست إال مظهرا من مظاهر العملٌة‪.‬‬

‫فإذا كان التفكٌر صحٌحا سلٌما كان التعبٌر عنه كذلن ما دام صاحبه‬
‫ٌجٌد التعبٌر وٌتمن اللؽة‪.‬‬

‫وإذا كان التفكٌر فاسدا كان التعبٌر عنه فاسدا متً وفك صاحبه‬
‫للتعبٌر عما ٌرٌد‪.‬‬

‫ولكن ٌظهر لً أن المسؤلة أعمك من ذلن وأن هنان تفاعبل بٌن اللؽة‬
‫والتفكٌر‪.‬‬

‫فاللؽة المنظمة تعمل فً تنظٌم الفكر والفكر المنظم ٌعمل فً تنظٌم‬


‫اللؽة – وكذلن العكس‪.‬‬

‫إن المتكلم إذا تحدث باللؽة اإلنكلٌزٌة أو الفرنسٌة خضع لمنطمها‬


‫وطرق تفكٌرها كما ٌخضع الختٌار كلماتها واختٌار أسالٌبها وكٌفٌة‬
‫معالجة الموضوع ‪ ،‬فٌإثر ذلن كله فً تفكٌره وجدله وحججه‪.‬‬

‫وعلً الجملة ‪ ،‬فهو ٌحاول أن ٌكون إنكلٌزٌا أو فرنسٌا فً تفكٌره‬


‫كما هو إنكلٌزي أو فرنسً فً لؽته‪.‬‬

‫‪- 324-‬‬
‫أحمد أمٌن‬

‫األدب العصـري‬
‫أول كتاب ظهر فً األدب العصري المصصً ‪ ،‬جدٌر بؤن نضعه‬
‫فً الصؾ األول من مإلفاتنا المصصٌة ‪ ،‬هو حدٌث عٌسً بن هشام ‪،‬‬
‫لدمحم الموٌلحً‪.‬‬

‫أتبع صاحبه فً تؤلٌفه طرٌمة الممامات ‪ ،‬واستعان بؤسلوبها المسجع‬


‫فً كثٌر من مواضعه ‪ ،‬لذلن ال نستطٌع أن نسمٌه رواٌة لصصٌة بالمعنً‬
‫المعروؾ عندنا اآلن ‪ ،‬لخلوه من الحادثة أو العمدة التً تمتاز بها المصص‬
‫العصرٌة‪ .‬ولكن هذا ال ٌملل من لٌمة الكتاب للدلة التً استعملها المإلؾ‬
‫فً رسم الشخصٌات وتحلٌلها‪.‬‬

‫ثم ظهرت لصة "زٌنب" لهٌكل باشا ‪ ،‬وهً لصة عن حٌاة‬


‫األرٌاؾ‪.‬‬

‫أنها جدٌرة بؤن تسمً بحك أول رواٌة لصصٌة مصرٌة ‪ ،‬راعً‬
‫مإلفها فً صٌاؼتها كل ما ٌتطلبه الفن المصصً الرالً‪ .‬فاتت لطعة تامة‬
‫النضوج فً ببلؼتها الحدٌثة‪ .‬حوارها كله باللؽة العامٌة ‪ ،‬وهً مٌزة ٌجب‬

‫‪- 325-‬‬
‫أن نمررها بالحمد والشكر للمإلؾ‪ .‬أسلوبها بسٌط وجمٌل ‪ ،‬خال من‬
‫التكلؾ والتعمل ‪ٌ ،‬حبب لئلنسان المراءة‪.‬‬
‫محمود تٌمور‬

‫فـي األدب‬
‫وال ٌذهب عنن أننا نطمح إلً أدب عالمً ٌنتشر فً الشرق‬
‫والؽرب ‪ ،‬وٌحتوي عناصر إنسانٌة تصله بؽٌره من اآلداب ‪ ،‬وتسمه‬
‫بالجدة والطرافة واإلبداع‪ .‬ولن ٌكون هذا األدب إال مصورا حاالتنا‬
‫النفسٌة ‪ ،‬متحسسا مشكبلتنا االجتماعٌة ‪ ،‬مثٌرا معضبلتنا العملٌة إلً حد‬
‫بعٌد‪ .‬وفً اعتمادي أن هذا األدب لن ٌسمو إلً المراتب اإلنسانٌة العامة‬
‫إال إذا كان أدبا إللٌمٌا خاصا ٌترجم باللؽات الحٌة فٌنمل إلٌها لونه الفذ ‪،‬‬
‫وال ٌمل عن آدابها اتصاال بالحٌاة‪.‬‬

‫واألدب اإلنسانً الحك لٌس ربٌب مدرسة أدبٌة ال تخرج إال‬


‫التبلمٌذ‪ .‬وإنما هو كاإلنسان ذو خصال خلمٌة لوامها المحبة والشهامة‬
‫والعمك مع التنوع والصدق فً الفن والشعور‪ .‬وهو ٌولد من صراع‬
‫النفس مع ذاتها ‪ ،‬أو مع ؼٌرها ‪ ،‬ثم ٌروي حكاٌة هذا الصراع الذي كلما‬
‫كان عصٌا كان النصر علٌه أروع‪ .‬أما أن نؤتً ‪ ،‬فً األدب ‪ ،‬صنٌعا ٌنماد‬
‫لنا عموا وهو "ٌجرر أذٌاله" دون مماومة ‪ ،‬فمها ال ٌلبً نداءنا ساعة‬

‫‪- 326-‬‬
‫نهتؾ به ونمول‪ :‬لم ‪ ،‬وانطلك ‪ ،‬وانطلك فً كل أفك ‪ ،‬ولٌكن منن نفس فً‬
‫كل صدر ‪ ،‬وأثر فً كل حضارة ‪ ،‬ألنن من الصدر أنت ومن الحضارة‪.‬‬
‫خلٌل رامز سركٌس‬
‫(من ال شا) منشورات الندوة اللبنانٌة‬

‫البيت إنسـان‬
‫كلما عدت إلً البٌت‪ .‬فمبلت من فٌه من أحبه العمر ‪ ،‬ولمٌت كتبً‬
‫ودفاتري واألوراق ‪ ،‬ومررت بؤلؾ شا مما ألفته العٌن حتى كادت ال‬
‫تراه ‪ ،‬شعرت أن بٌتنا عالمنا الصؽٌر الكبٌر ‪ ،‬وأن أمور دنٌانا وبعض‬
‫اآلخرة لد جمعت هنان‪ .‬فما البٌت جبلة الحجر والطٌن بمدر ما هو‬
‫حضارة اإلنسان لد سرت فً ألطارها حركة الحٌاة وتنفست فً أعمالها‬
‫معانً الروح‪.‬‬

‫والبٌت إذا تراصت أركانه فتضامنت علً الحك والسبلم ‪ ،‬تجسدت‬


‫فٌه وحدة اإل نسان بٌن ٌدي ربه ‪ ،‬وإزاء نفسه ‪ ،‬وحٌال آخره ‪ ،‬أسرة ‪،‬‬
‫فبلدا ‪ ،‬فوطنا ‪ ،‬فؤمة ‪ ،‬فؤمما متحاورة األدانً واأللاصً‪ .‬أفلٌس أكرم‬
‫البٌوت وأرحبها ما أشرعت نوافذه علً شرق وؼرب ‪ ،‬فتجاور فٌه‬
‫الشمس والظل ٌعلنان سنة التواصل تعارفا وتعاطفا وابتبلفا ؟‬

‫ولعل خٌر بٌت هو ذان الذي إذا ألمت به للت‪:‬‬

‫‪- 327-‬‬
‫ فمن حرم إٌاه كان ٌتٌم‬.‫ حٌاتً ههنا وفً ما بعد‬، ً‫بٌتً كلمت‬
‫ وكان ؼرٌب الحالٌن مخلولا فً ؼٌر ما‬، ‫الدارٌن ظاهرا إلً باطن‬
.‫إنسان‬
‫خلٌل رامز سركٌس‬

A Retenir :

La traduction, même basée sur l‟équation mathématique,

n‟est une science exacte qu‟au niveau du signifié ou de l‟idée.

C‟est pourquoi priorité sera accordée au fond sur la forme.

Un même texte peut donc être traduit de deux ou plusieurs

manières différentes et toutes correctes.

- 328-
‫ليمة الولـت‬

‫إن كنتم تحبون الحٌاة وجب علٌكم أال تضٌعوا أولاتكم سدي فإن‬
‫الولت مادة الحٌاة‪.‬‬

‫إنكم لتستطٌعون أن تستعٌدوا بالعمل ثروة ضاعت ‪ ،‬وبالدروس‬


‫معارؾ نسٌت ‪ ،‬وبالعبلج صحة اعتلت‪.‬‬

‫أما الولت فإذا ما ذهب فإنما ٌذهب إلً ؼٌر عودة ‪ ،‬وأما الفرصة‬
‫فإذا ضاعت فإنما تضٌع إلً ؼٌر رجعة‪.‬‬

‫لمد ضرب لنا عظماء الرجال أمثلة رابعة فً المحافظة علً الولت‪.‬‬
‫فمد كان هإالء بخبلء بؤولاتهم‪.‬‬

‫إن حٌاتكم الممبلة كامنة فٌكم‪ .‬إن حٌاتكم الحاضرة هً الدعامة‬


‫لمستمبلكم‪.‬‬

‫إنها المادة األولٌة التً تستطٌعون أن تصنعوا منها ما شبتم‪.‬‬

‫فبل تستمسكوا بالماضً وال تحلموا بالمستمبل ‪ ،‬ولكن استفٌدوا من‬


‫الفرص التً بٌن أٌدٌكم وخذوا درسكم من الساعة التً تعٌشون فٌها‪.‬‬

‫‪- 329-‬‬
‫الذرة في خدمة اإلنسان‬

‫العالم اآلن علً عتبة عصر جدٌد من حٌث مصادر الطالة‬


‫واستؽبللها فً سابر المرافك والمٌادٌن‪ .‬وبدأ العلماء ٌوجهون بعض‬
‫جهودهم لبلستفادة من الطالة الذرٌة بؤنواعها فً خدمة اإلنسان والسٌطرة‬
‫ع لً الطبٌعة سٌطرة نافعة مثمرة‪ .‬كما بدأ الرأي العام العالمً ٌضؽط‬
‫علً الحكومات والعلماء للسٌر بهذه الطالة فً طرٌك العمران والبناء ال‬
‫التخرٌب والهدم والدمار‪.‬‬

‫وفعبل اتجهت بعض الهٌبات والدول هذا االتجاه وأخذت تشجع‬


‫البحث الذي ٌإدي إلً استؽبلل الطالة فً الخٌر والعمران واألؼراض‬
‫الصناعٌة‪ .‬ولكن دوال أخرى ما تزال تعمل علً تسخٌر هذه الموي الهابلة‬
‫فً الذرة فً صنع المنابل واختراع أسلحة فتاكة جدٌدة تموم علً الطالة‬
‫الذرٌة ‪ ،‬وتخصص لذلن األرلام الفلكٌة من الدوالرات واإلسترلٌنً‪.‬‬

‫فدوي طولان‬
‫(البكالورٌا اللبنانٌة – لسم أول – أدبً – دورة ‪ 1691‬األولً)‬

‫‪- 330-‬‬
‫داء الشبيبة المعاصرة‬

‫إن من أخطر المشاكل وأكثرها تعمٌدا فً نظر علماء االجتماع فً‬


‫عالم الٌوم مشكلة أجرام الشبٌبة والفوضى التً تسود تصرفاتها‪ .‬وهً‬
‫مشكلة تزداد حدة وخطورة ٌوما بعد ٌوم‪ .‬فالوالع أنه ٌبلحظ فً كل مكان‬
‫اختبلل فً توازن ال شباب ‪ ،‬وبعض العجز عن االندماج فً البٌبة‬
‫االجتماعٌة ‪ ،‬مصحوبا برؼبة مبهمة ‪ ،‬برؼم لوتها وعنفها ‪ ،‬فً االنتمام‬
‫من شا ما ‪ ،‬مع الشعور بالحاجة إلً إثبات الشخصٌة بالعنؾ والسفاهة‬
‫والمسوة‪.‬‬

‫إن تحلٌل هذا المرض اثبت أنه نتٌجة للشعور بالحرمان ‪ ،‬وبعدم‬
‫االستمرار الداخلً ‪ ،‬وهو شعور ٌجب البحث عن مصدره ‪ ،‬لبل أي‬
‫اعتبار آخر ‪ ،‬فً عجز البٌبة العابلٌة وضعؾ العمابد الدٌنٌة ‪ ،‬ؼٌر أن‬
‫هنان وال شن أسبابا أخري مثل عرض تلن األشرطة السٌنمابٌة التً‬
‫تمجد ‪ ،‬أو تبدو وكؤنها تمجد ‪ ،‬العنؾ والحمد والفسك واحتمار الؽٌر‬
‫وإدمان المخدرات وتكوٌن العصابات اإلجرامٌة ‪ ،‬كما أن هنان بعض‬
‫الكتب والمجبلت التً تظلم مطالعتها األذهان وتطلك العنان للؽرابز‬
‫البهٌمٌة فتكون النتٌجة المحتومة تحوٌل الولد أو المراهك إلً مركز‬

‫‪- 331-‬‬
‫إلنماء األهواء ‪ ،‬بدال من أن تساعده علً أن ٌحٌا تجربة حرٌته وسٌادته‬
‫والسٌطرة علً نفسه ومٌولها‪ .‬ولكن إذا أمعن النظر فً هذه األخطار‬
‫جمٌعها ٌبلحظ أنها ‪ ،‬وسابل األخطار التً تصدر عن الشارع ‪ ،‬تكاد دابما‬
‫تجد مصدرها فً عجز األسرة والسٌما فً انعدام كل سلطة أبوٌة وكل‬
‫حنان‪.‬‬

‫‪- 332-‬‬
‫سلطة األب وحنان األم‬

‫لمد كشفت دراسات علماء النفس أن إحدى المواعد األساسٌة للنمو‬


‫الطبٌ عً المنتظم للطفل ‪ ،‬فً توفٌر الشعور باالستمرار واألمان له‪ .‬وهذا‬
‫الشعور ٌجده فً التوازن بٌن سلطة أبٌه وحنان أمه‪.‬‬

‫فإذا حرم الطفل من العنصر األول ‪ ،‬وهو سلطة أبٌه ‪ ،‬فسوؾ ٌشعر‬
‫وكؤنه تابه ؼارق فً ارتباط واضطراب ال ٌستطٌع تحدٌد سببهما ‪ ،‬ولكنه‬
‫سٌسعى إلً إٌجاد الشعور باألمان الذي ٌصبو إلٌه ‪ ،‬وؼالبا ما ٌعتمد أنه‬
‫ٌعثر علٌه داخل عصابات الصبٌة ‪ ،‬حٌث ٌحاول بالعنؾ والمسوة التنظٌم‬
‫المحكم ملء الفراغ الذي ٌتركه انعدام السلطة األبوٌة‪.‬‬

‫أما الحرمان من حنان األم فلٌست عوالبه ألل خطرا‪.‬‬

‫‪- 333-‬‬
‫سياسة اإلسكان الشعبي‬

‫إن التحدث عن تخطٌط المدن ٌمتضً معالجة مشكلة المساكن‬


‫الشعبٌة ‪ ،‬فاألكواخ والمساكن ؼٌر الصحٌة والتجمعات المذرة تعتبر‬
‫وصمة فً وجه عصرنا الحدٌث‪ .‬ولمد أثبتت البحوث االجتماعٌة التً‬
‫أجرٌت عن الجرٌمة فً الشبٌبة وعن انحراؾ الحدث ‪ ،‬الدور الحاسم‬
‫الذي تعلبه فً ذلن األكواخ ومحبلت اإللامة التً تنعدم فٌها جمٌع وسابل‬
‫الراحة والصحة‪.‬‬

‫لذلن ٌضحً من العسٌر ‪ ،‬بل من المحال ‪ ،‬أن تمام المشروعات‬


‫الرامٌة إلً رفع المستوي المعٌشً لؤلسرة ‪ ،‬إن لم توضع خطط سلٌمة‬
‫سخٌة إلٌجاد المساكن الشعبٌة‪.‬‬

‫‪- 334-‬‬
‫بداية الحرب العالمية الثانية‬

‫الساعات األخٌرة من آب (أؼسطس) ‪ 1696‬تسٌر سٌرها المعتاد‪.‬‬


‫واللٌل لد بسط جناحه باردا صافٌا‪ .‬األحوال الجوٌة علً خٌر ما ٌرام‪.‬‬
‫فإن ما تلبد من الضباب فً لاع األودٌة لن ٌلبث أن ٌنمشع مع الشمس‬
‫المشرلة ‪ ،‬ولسوؾ ٌؤتً النهار ساكنا مشمسا وهو انسب ما ٌكون‬
‫للطٌران‪.‬‬

‫أما األرض ‪ ،‬ولد اٌبسها الصٌؾ واحفاها الحصاد ‪ ،‬فلٌست بؤلل من‬
‫السماء مإاتاة للسٌر‪ :‬جداول كثٌرة جفت ‪ ،‬وؼدا عبور مجاري المٌاه‬
‫الكبٌرة علً األلدام ممكنا فً كل مكان تمرٌبا‪.‬‬

‫‪- 335-‬‬
‫حداثـة النعمـة‬
‫التكبر ٌنشؤ فً نفس المرء من أشٌاء كثٌرة أشدها الحمك ثم‬
‫االؼترار باالنتمال من الضعة إلً الرفعة ثم محاولة العزٌة عند الناس‪.‬‬

‫المتكبر ٌنظر إلً أعطافه وٌؤخذ فً تؽـٌٌر لعـوده ونهوضـه ومشٌه‬


‫وولوفه حتى ٌستضحن الناظر‪ .‬ألن النفس إذا خبل منها موضع الفضل‬
‫وباتت الشمابل معطلة من زٌنة األخبلق استمكن التكبر وبدت ؼراببه‪.‬‬

‫عرفت رجبل تكبر بعد عناٌة أصابته فرأٌته فً أحد مجالسه مازال‬
‫ٌنحرؾ فً لعوده وٌتلوى فً توجهه حتى انشك بنطلونه وافتر عن بٌاض‬
‫لمٌصه فكان عابسا من فوق وباسما من تحت‪ .‬وكاد أهل المجلس أن‬
‫ٌموتوا من شدة الضحن‪.‬‬

‫ولمد رأٌت أناسا من ذوى األلماب المستحدثة ٌتكبرون فهالنً األمر‪.‬‬


‫فرحت أتحرى فٌهم شٌبا من النبل أو الفضل اتخذه عذرا لهم‪ .‬فإذا عمول‬
‫بخواتم ربها ال تمسها فابدة ‪ ،‬وإذا السن ٌتسالط منها الحدٌث ‪" ،‬كجلمود‬
‫صخر حطه السٌل من عا ٍل" وإذا وجوه صفر كل وجه منها كإمساكٌة‬
‫رمضان ‪ ،‬وإذا عٌون ما أومض فٌها بارق من الذكاء‪.‬‬
‫ولً الدٌن ٌكن‬

‫‪- 336-‬‬
‫الفضائـل‬

‫كان الكرم فضٌلة ٌوم كان الناس ٌحفظون الجمٌل لصاحبه وٌعرفون‬
‫له ٌده التً أسداها إلٌهم ‪ ،‬فإذا هوى به كرمه فً هوة من هوى الفمر ال‬
‫ٌعدم إن ٌجد من بٌن الذٌن أحسن إلٌهم أو عظم فً نفوسهم شؤن إحسانه‪.‬‬
‫من ٌمد إلٌه ٌد المعونة لٌستنمذه من شمابه أو ٌرفه علٌه ‪ ،‬أما الٌوم ولد‬
‫أنكر الناس الجمٌل ‪ ،‬واستثملوا حمله علً عواتمهم ‪ ،‬بل أصبحوا ٌشمتون‬
‫بصاحبه ٌوم تزل به لدمه ‪ ،‬وٌصبون علً رأسه جمٌع ما فً كتب‬
‫المترادفات من أسماء الجنون وألمابه ‪ ،‬فلٌس الكرم فضٌلة ‪ ،‬ولٌس من‬
‫الرأي الدعاء له ‪ ،‬والحض علٌه‪.‬‬

‫وكانت الرحمة فضٌلة ٌوم كان الناس صادلٌن فً أحادٌثهم عن‬


‫أنفسهم فبل ٌعترؾ بالب إس إال البابس ‪ ،‬وال ٌلبس المدٌم إال من عجز عن‬
‫لبس الجدٌد ‪ ،‬أما الٌوم ولد ذلت النفوس ‪ ،‬وسفلت المروءات ‪ ،‬فلبس ثوب‬
‫الفمر ؼٌر الفمٌر ‪ ،‬وانتحل البإس ؼٌر البابس ‪ ،‬وأصبح نصؾ الناس‬
‫كسالً متبطلٌن ال عمل لهم إال اللجوء إلً ظبلل الملوب الرحٌمة‬
‫ٌعتصرونها وٌحتلبون درتها حتى تجؾ جفاؾ الحشؾ البالً ‪ ،‬فالرحمة‬
‫هً الفمر العاجل ‪ ،‬والخسران المبٌن‪.‬‬
‫المنفلوطً‬

‫‪- 337-‬‬
‫في الوطنيـة‬

‫ٌنزع الطٌر إلً وكره الذي درج منه فبل ٌزال – أن ألم علٌه اللٌل‬
‫وأصلته عادٌة الظبلم – ٌتلمس إلٌه الطرٌك سرحة بعد سرحة ‪ ،‬وؼصنا‬
‫فً إثر ؼضن ‪ ،‬وبٌن ذلن ٌشدو بإٌماع من الحزن ‪ٌ ،‬ذكً لهٌب األسى‬
‫وٌذٌع مكنون الضنى ‪ ،‬وٌثٌر ثابرة الشجون‪.‬‬

‫وكذلن تري األعرابً ٌهبط دارة الملن وعروس الببلد ‪ ،‬وبها ما بها‬
‫من حسن المجتلً وطٌب المجتنً ‪ ،‬ومجال السمع والبصر ‪ ،‬ومسرح‬
‫النفس والملب ‪ ،‬فبل ٌصرفه من ذلن شا عن خطرة الوطن وبكاء الدمن‪.‬‬
‫وما وطنه إال صخور تسفعها الهاجرة ‪ ،‬وأطناب تمصؾ بها الرٌح ‪،‬‬
‫ورمال تؽلً الدم وتصهر العظم ‪ ،‬وأطبلل توارت رسومها ‪ ،‬ودرست‬
‫معالمها ‪ ،‬علً أنه الوطن معمد التمابم ‪ ،‬وملتمً اآلالؾ منه خلمت النفس ‪،‬‬
‫فكان حما أن ٌكون به هٌامها وإلٌه سبٌلها‪.‬‬

‫سجٌة تلن طوٌت علٌها النفوس ‪ ،‬ونهض علً دعابمها نظام هللا‪.‬‬
‫وما مرابص الوحش ‪ ،‬ومعاطن اإلبل ‪ ،‬وشعفات النسور ومسارب‬
‫الحشرات ‪ ،‬إال صنوؾ من الوطن ‪ ،‬ال تتبدل بها ذواتها أرابن الملن وال‬
‫مشارؾ المصور‪.‬‬

‫‪- 338-‬‬
‫الظاهر والباطـن‬

‫العالم ‪ ،‬عالم الظواهر ‪ ،‬وهو الذي فٌه وجدت أي وجود ‪ ،‬أخارجٌه‬


‫حركته فحسب ؟ أؼرٌب هو عن الكلمة ‪ ،‬ال أرض جدٌدة ‪ ،‬ال أٌام سماه؟‬
‫وأنا – الحً الناطك ‪ ،‬المؽامرة ‪ ،‬المصٌر – ما عبللتً بهذا العالم ؟‬

‫أول ما ٌبدو هو أن الظاهر ‪ ،‬مستمبل بنفسه ‪ ،‬ال باطن له‪.‬‬

‫وما من سبٌل إلً الباطن ‪ ،‬إلً دخٌلة الكابن ‪ ،‬إال بً ‪ ،‬أنا اإلنسان‬
‫الواعً المدرن المسبول‪.‬‬

‫عبللتً بالعالم ‪ ،‬عالم الظواهر ‪ ،‬تتجه ؼاٌتها ‪ ،‬فً األكثر ‪ ،‬إلً‬


‫الداخلً‪ :‬داخلتً نامٌة فً دخٌلة العالم‪ .‬عملً هو ذاتً لكً ٌجاوزها‪.‬‬
‫مشاركتً فً المطلك واجبة ‪ ،‬أو أهلن‪ .‬ؼٌر أنها ال تعنً أن لٌس لً حد‬
‫‪ ،‬بل هً تعنً ‪ ،‬عندي فً األلل ‪ ،‬أن المعرفة ‪ ،‬علً طالاتها المعجزات ‪،‬‬
‫ال تمسً شؤو خبلص ما لم تسم إلً مماصد اإلٌمان‪.‬‬

‫خلٌل رامز سركٌس‬


‫(مصٌر)‬
‫منشورات الندوة اللبنانٌة‬

‫‪- 339-‬‬
‫الخالـك‬

‫إعلم أٌها اإلنسان أنن مخلوق ولن خالك‪ .‬وهو خالك العالم وجمٌع‬
‫ما فً العالم‪ .‬وأنه واحد‪ .‬كان فً األزل ولٌس لكونه زوال‪ .‬وٌكون مع‬
‫األبد ولٌس لبمابه فناء‪ .‬وجوده فً األزل واألبد واجب وما للعدم إلٌه‬
‫سبٌل‪ .‬وهو موجود بذاته‪ .‬وكل أحد إلٌه محتاج ولٌس له إلً أحد احتٌاج‪.‬‬
‫ووجوده به وجود كل شا به‪.‬‬

‫إنه تعالً علً كل شا لدٌر‪ .‬وإن لدرته وملكه فً نهاٌة الكمال وال‬
‫سبٌل إلٌه للعجز والعصٌان‪ .‬وإن السماوات فً لبضته ولدرته وتحت‬
‫لهره وتسخٌره ومشٌبته‪ .‬وهو مالن الملن ال ملن إال ملكه‪.‬‬

‫إنه تعالً عظٌم بكل معلوم وعلمه محٌط بكل شا‪ .‬ولٌس شا من‬
‫العلى إلً الثرى إال ولد أحاط به علمه‪ .‬ألن األشٌاء بعلمه ظهرت‬
‫وبمدرته انتشرت‪ .‬وإنه تعالً ٌعلم عدد رمال المفار ولطرات األمطار‬
‫وورق األشجار وؼوامض األفكار‪ .‬وإن ذرات الرٌاح والهواء فً علمه‬
‫ظاهرة مثل عدد نجوم السماء‪.‬‬
‫الؽزالـً‬

‫‪- 340-‬‬
‫جغرافيو العـرب‬

‫سعً العرب المدماء إلً معرفة الطرلات والمسالن ‪ ،‬وآبار الماء ‪،‬‬
‫ومناجع الرعاة ومنازل الموافل‪ .‬ولد تنمل الكتاب ‪ ،‬كاألصمعً مثبل ‪ ،‬فً‬
‫ببلد العرب سعٌا فً تعٌٌن األماكن التً ورد ذكرها فً الشعر الجاهلً ‪،‬‬
‫ونزلوا فً المبابل وذكروا معلومات نفسٌة مستماة من منابعها‪.‬‬

‫وعهد فً أٌام الخلفاء إلً "رجال البرٌد" فً تؤمٌن نمل الرسابل‬


‫الرسمٌة والمحافظة علً أمن الطرلات ‪ ،‬ومرالبة الوالة مرالبة خفٌة‪.‬‬
‫فدعتهم مهمتهم إلً تدوٌن إشارات شتى مؤخوذة من منطمة عملهم‪.‬‬

‫وأفاد من هذه المراجع أصحاب األذهان المتفتحة ‪ ،‬والسٌما بعد‬


‫ترجمة المعارؾ الجؽرافٌة الٌونانٌة المصدر‪ .‬ولام بعض المإلفٌن‬
‫برحبلت للتؤكد من المعلومات التً ذكرها بطلٌموس وتصحٌحها عند‬
‫الحاجة‪ .‬ثم وضعت مجموعة من المإلفات تتضمن وصؾ المدن والبلدان‬
‫‪ ،‬أمثال‪ :‬مسالن الممالن لبلصطخري ‪ ،‬والمسالن والممالن البن حولل‪.‬‬

‫وألدم الجماعون من بعد علً وضع معاجم جؽرافٌة أمثال ٌالوت‬


‫والبكري واألدرٌسً‪.‬‬
‫البكالورٌا اللبنانٌة – دورة ‪ 1699‬األولً‬

‫‪- 341-‬‬
N.B. : Commencez par une traduction littérale. Si vous

n‟obtenez pas le résultat souhaité, c‟est que le recours à la


traduction libre est inévitable.

- 342-
‫الرأي والعميدة‬
‫فرق كبٌر بٌن أن تري الرأي وأن تعتمده‪.‬‬
‫إذا رأٌت الرأي فمد أدخلته فً دابرة معلوماتن‪.‬‬
‫وإذا اعتمدته جري فً دمن وسري فً مخ عظامن وتؽلؽل إلً‬
‫أعماق للبن‪.‬‬
‫ذو الرأي فٌلسوؾ ٌمول إنً أري الرأي صوابا ‪ ،‬ولد ٌكون فً‬
‫الوالع باطبل ‪ ،‬وهذا ما لامت األدلة علٌه الٌوم ‪ ،‬ولد تموم األدلة علً‬
‫عكسه ؼدا ‪ ،‬ولد أكون مخطبا فٌه ولد أكون مصٌبا‪.‬‬
‫أما ذو العمٌدة ‪ ،‬فجازم بات ‪ ،‬الشن عنده وال ظن‪ .‬عمٌدته هً الحك‬
‫ال محالة ‪ ،‬هً الحك الٌوم وهً الحك ؼدا ‪ ،‬خرجت عن أن تكون‬
‫مجاالت للدلٌل ‪ ،‬وسمت عن معترن الشكون والظنون‪.‬‬
‫أحمد أمــٌن‬
‫(فٌض الخاطر)‬

‫‪- 343-‬‬
‫الجندب والنملـة‬
‫طرق جندب باب نملة فً ٌوم شدٌد البرد ‪ ،‬ولد كاد الجوع ٌمتله ‪،‬‬
‫ورجا منها أن تعطٌه شٌبا من الطعام ٌسد به رلمه ‪ ،‬فسؤلته النملة لابلة‪ :‬ما‬
‫الذي صنعت أٌها الجندب فً فصل الصٌؾ ؟ أجابها‪ :‬لمد راق الطمس ‪،‬‬
‫فطربت وؼنٌت مع رفالً الجنادب فً حمول الممح والعنب ‪ ،‬ونسٌنا ما‬
‫ٌنتظرنا من برد وجوع فلم ندخر للشتاء طعاما‪.‬‬

‫فمالت له النملة‪ :‬ضٌعت أٌام العمل فً الصٌؾ مؽنٌا الهٌا ‪ ،‬فعلٌن‬


‫اآلن أن تمضً الشتاء رالصا‪ .‬وألفلت بابها فً وجهه ‪ ،‬فعاد إلً منزله‬
‫حزٌنا خاببا‪.‬‬
‫البكالورٌا اللبنانٌة – دورة ‪ 1697‬الثانٌة‬

‫‪- 344-‬‬
‫الحيوان العجيب‬
‫ال ٌخلو بٌت من أحد الحٌوانات األلٌفة ‪ ،‬من كلب أو لط أو جواد ‪،‬‬
‫وما إلً ذلن ‪ ،‬ومع أن جمٌع هذه الحٌوانات تؤتً أفعاال تدل علً الذكاء ‪،‬‬
‫فمد كان العلماء حتى عهد لرٌب ٌعتمدون أن منشؤها الؽرٌزة ‪ ،‬وأن لوة‬
‫التفكٌر ال وجود لها إال فً اإلنسان من المخلولات‪.‬‬

‫علً أن المباحث العلمٌة األخٌرة تدل علً أن الؽرٌزة وحدها ال‬


‫تكفً لتعلٌل طابفة كبٌرة من األعمال ‪ ،‬والسٌما األعمال الطاربة التً‬
‫ٌموم بها الحٌوان وهو لم ٌعتدها من لبل ‪ ،‬وال هً من خلمه ‪ ،‬وإنما هو‬
‫ٌموم بها لكسب ؼنم عاجل ‪ ،‬أو دفع شر طارئ ‪ ،‬أو ما أشبه‪.‬‬

‫البكالورٌا اللبنانٌة – دورة ‪ 1699‬الثانٌة‬

‫‪- 345-‬‬
‫الميم اإلنسانية‬
‫إننا نجوز ‪ ،‬الٌوم ‪ ،‬فترة من فترات التارٌخ ‪ٌ ،‬لوح فٌها أن عناٌة‬
‫الناس بالمٌم اإلنسانٌة الثابتة علً الدهر ‪ ،‬هً أضعؾ من عناٌتهم بكل ما‬
‫ٌبهر الطرؾ وٌخطؾ البصر ‪ ،‬وٌإتً ثمرا معجبل ‪ ،‬من سلطان أو ثروة‬
‫أو شهرة أو متعة‪ .‬أما منالب التموى والصبر والصدق والحلم والجهد‬
‫الدابب الصامت ‪ ،‬والبذل الخالص من كل شاببة ‪ ،‬فبل تكاد تسترعً‬
‫االهتمام وال ألول تستهوي النفوس‪ .‬ألن الحضارة الحدٌثة ‪ ،‬بما تٌسره ما‬
‫أسباب الموة ووسابل اإلنتاج الزاخر ‪ ،‬وعجابب السرعة فً النمل‬
‫واالنتمال واالتصال ‪ ،‬دهشت الناس وأذهلتهم عن فضابل العمل والخلك‬
‫التً مهدت لمٌامها ‪ ،‬وكانت هً سر لٌامها ‪ ،‬وعن الؽرض االجتماعً‬
‫المنطوي فً ما تتٌحه من لدرة علً تحمٌمه أو الدنو منه‪.‬‬

‫البكالورٌا اللبنانٌة – دورة ‪ 1691‬الثانٌة‬

‫‪- 346-‬‬
‫مسؤوليات جديـدة‬
‫مضً صدٌمً فرٌد ٌمص علً من ذكرٌاته البعٌدة ‪ ،‬لال‪ :‬نادانً‬
‫عمً صباح ٌوم من األٌام وكان لد انتهً من تناول فطوره ‪ ،‬وجعل ٌدخن‬
‫‪ ،‬وٌحتسً المهوة ‪ ،‬فلما مثلت أمامه أجلسنً بجواره ولال‪:‬‬

‫‪ -‬اسمع ٌا فرٌد ‪ ،‬لمد كبرت سنً – كما تعلم – ووهنت لواي ‪ ،‬فلم‬
‫أعد أستطٌع اإلشراؾ علً شإون الضٌعة ‪ ،‬فهل لن أن تؤخذ مكانً ‪،‬‬
‫فتعٌننً علً أن أسترٌح ؟ إننً عمٌد األسرة ‪ ،‬وأنت فتاها الوحٌد‪.‬‬

‫وبعد أٌام من هذا الحدٌث أخذت مكان عمً ‪ ،‬وبدأت فً تدبٌر‬


‫أعمال الضٌعة بنشاط وحماس ‪ ،‬متتبعا فً ذلن األنظمة األساسٌة التً‬
‫سنها عمً لتكون دستورا للعمل‪.‬‬
‫محمود تٌمور‬

‫‪A Retenir :‬‬

‫‪La traduction est avant tout réflexion et entraînement de‬‬


‫‪l‟esprit au raisonnement. C‟est pourquoi, l‟équation doit être‬‬

‫‪réalisée.‬‬
‫‪1. Toujours au niveau du signifié ou de l‟idée.‬‬

‫‪2. Au niveau du signifiant ou du mot, lorsque c‟est possible‬‬

‫‪- 347-‬‬
‫حـداثتي‬
‫‪ ...‬ظللنا نستضا بالؽاز‪ .‬وكان لمضاٌمات المندٌل أشكال من العذاب‬
‫وألوان‪ .‬فٌوما ضربت ألنً أرسلت ألشتري زجاجة لمبة ‪ ،‬فكسرت منً‬
‫فً الطرٌك‪ .‬وكثٌرا ما فسد مفتاح المندٌل ‪ ،‬فإذا أدرناه ٌمٌنا ‪ ،‬أخذ ٌرتفع‬
‫اللهب ثم ٌرمٌنا بالهباب ؛ وإذا أدرناه شماال ‪ ،‬أخذ ٌهبط حتى ال نري ‪،‬‬
‫وهكذا دوالٌن ‪ ،‬حتى ٌضٌك الصدر ‪ ،‬وتذهب إلً النوم لبل الموعد‪.‬‬

‫وكثٌرا ما تكون فً سمر لذٌذ أو حدٌث طرٌؾ أو لراءة ملحة ‪ ،‬ثم‬


‫تسمع الزجاجة كسرت فٌنكسر للبنا ‪ ،‬أو ننتظر فإذا الؽاز لد فرغ وال ؼاز‬
‫عندنا‪.‬‬

‫ثم رأٌنا األ سبلن تحزم البٌت ‪ ،‬وتحزم كل حجرة فٌه ‪ ،‬وتدخل بٌتنا‬
‫الكهرباء ‪ ،‬فندٌر المفتاح مرة فتضا الحجرة ‪ ،‬وندٌره مرة فتظلم‪ .‬وما‬
‫أنس ال أنس خادما عندما خطبت فً لرٌتها وأرادت السفر لتتزوج فطلبت‬
‫منها أن نعطٌها لمبة من اللمبات الكهربابٌة لتنٌرها فً حجرتها ‪ ،‬لٌلة‬
‫زفافها‪.‬‬
‫أحمد أمٌن‬
‫البكالورٌا اللبنانٌة – دورة ‪ 1699‬الثانٌة‬

‫‪- 348-‬‬
‫تبعة الحريـة‬

‫منذ أمد ؼٌر بعٌد كانت المرأة الطامحة إلً الرلً التً تود الدرس‬

‫والكتابة تحفظ فً ٌدها لطعة من التطرٌز تلمٌها علً كتابها أو علً‬

‫األوراق التً تخطها إذا دخل علٌها زوار‪ .‬ولد لال أحد العلماء موصٌا‬

‫بناته‪" :‬إذا اتفك أن حصلتن شٌبا من العلم فابمٌن ذلن مكتوما أشد الكتمان‬

‫عن الرجال‪ .‬فإنهم بوجه اإلجمال ٌنظرون نظرة حسد وخبث إلً المرأة‬

‫الحاصلة علً لسط كبٌرة من المعرفة واإلطبلع"‪ .‬وكانت النساء اللواتً‬

‫ٌإلفن كتبا فً تلن األٌام ٌنكرن األمر كؤنهن الترفن جرما إلً اإلنسانٌة‪.‬‬

‫علً أن كل ذلن لد تؽٌر ‪ ،‬وٌا له من تؽٌر‪ .‬فإن أعظم اكتشافات هذا‬

‫المرن ‪ ،‬كما لال أحدهم ‪ ،‬هو اكتشاؾ المرأة‪.‬‬

‫البكالورٌا اللبنانٌة – دورة ‪ 1691‬الثانٌة‬

‫‪- 349-‬‬
‫األم‬

‫كل شا فً الطبٌعة ٌرمز وٌتكلم عن األمومة‪ :‬فالشمس هً أم هذه‬


‫األرض ترضعها حرارتها ‪ ،‬وتحضنها بنورها ‪ ،‬وال تؽادرها ‪ ،‬عند‬
‫المساء ‪ ،‬إال بعد أن تنومها علً نؽمة أمواج البحر وترنٌمة العصافٌر‬
‫والسوالً‪.‬‬

‫وهذه األرض هً أم لؤلشجار واألزهار ‪ ،‬تلدها وترضعها ثم‬


‫تفطمها‪ .‬واألشجار واألزهار تصٌر بدورها أمهات حنونات لؤلثمار‬
‫الشهٌة والبذور الحٌة‪.‬‬

‫وأم كل شا فً الوجود هً الروح األزلٌة األبدٌة المملوءة بالجمال‬


‫والمحبة ‪...‬‬

‫أن لفظة األم تختبا فً للوبنا مثلما تختبا النواة فً للب األرض ‪،‬‬
‫وتنبثك من بٌن شفاهنا ‪ ،‬فً ساعات الحزن والفرح ‪ ،‬كما ٌتصاعد العطر‬
‫من للب الوردة فً الفضاء الصافً الممطر‪.‬‬
‫جبران خلٌل جبران‬
‫البكالورٌا اللبنانٌة – دورة ‪ 1691‬الثانٌة‬

‫‪- 350-‬‬
‫ال تنس‪:‬‬
‫إن الترجمة ‪ ،‬ولو ألٌمت علً مفهوم المعادلة الرٌاضٌة ‪ ،‬فهً لٌست بالعلم‬
‫الرٌاضً إال علً مستوي الجوهر أي الفكرة‪.‬‬
‫لذلن تعطً األولوٌة للجوهر علً الشكل أي للفكرة علً اللفظ‪.‬‬
‫فالنص الواحد ٌمكن ترجمته بطرٌمتٌن مختلفتٌن وصحٌحتٌن أو أكثر‪.‬‬

‫‪- 351-‬‬
‫المدينة العجيبة‬

‫هل رالبت خلٌة النحل وشاهدت بنابها ونظام سكانها ؟ وهل وازنت‬
‫بٌنها وبٌن المدن الكبٌرة التً نعٌش فٌها ؟‬

‫إن الخلٌة مدٌنة عظٌمة فٌها األمراء والمواد والرإساء والشرط‬


‫والعمال والخدم تحكمها ملكة عظٌمة السلطان ‪ ،‬واسعة النفوذ ‪ ،‬تسمً‬
‫الٌعسوب ‪ ،‬تسهر علً خدمة الرعٌة ‪ ،‬وتبلزم المدٌنة لتصرٌؾ الشإون ‪،‬‬
‫وحولها الجنود لحماٌتها والمٌام علً خدمتها‪.‬‬

‫ورعٌتها ألسام مختلفة ‪ ،‬فمنها ما ٌجلب الماء من الجداول المرٌبة ‪،‬‬


‫ومنها ما ٌجمع رحٌك األزهار ‪ ،‬وما ٌبنً المساكن أو ٌتعهد الصؽار ‪ ،‬أو‬
‫ٌعنً بالمرضً ‪ ،‬أو ٌنمطع لحراسة المدٌنة من ؼارات األعداء ‪.‬‬

‫والمدٌنة هادبة ‪ ،‬ال أثر فٌها للفوضى أو مجاوزة النظام ‪ ،‬فكل‬


‫منصرؾ إلً عمله فً جد وطاعة وانتباه‪.‬‬

‫البكالورٌا اللبنانٌة – دورة ‪ 1699‬األولً‬

‫‪- 352-‬‬
A Retenir :

La traduction, même basée sur l‟équation mathématique,


n‟est une science exacte qu‟au niveau du signifié ou de l‟idée.

C‟est pourquoi priorité sera accordée au fond sur la forme.

Un même texte peut donc être traduit de deux ou plusieurs

manières différentes et toutes correctes.

- 353-
‫الغالم والبحـر‬

‫وكان هذا الطفل ال ٌري متً تعلم السباحة والعوم‪ .‬فهو ابن البحر‪.‬‬
‫وكان ٌستحم كل ٌوم ‪ ،‬وٌعرؾ كل صخر من صخور الشاطا ‪ ،‬وٌسمٌه‬
‫باسمه‪ :‬هنا "التٌار" وهنا "المٌدان" وهنا "الهوة" وكان ٌشارن أترابه ‪،‬‬
‫الذٌن ٌعدون بالعشرات ‪ ،‬مسرات السباحة‪ .‬وٌذهب معهم بعٌدا لٌستمبل‬
‫السفن الشراعٌة التً تنوء بؤثمالها‪ .‬فهً محملة بطٌخا حتً إذا حاذاها‬
‫صرخوا بصوت فٌه ؼناء رتٌب‪" :‬عومها ٌا رٌس" فٌلمً الربابنة‬
‫والبحارة رإوس البطٌخ لهإالء السباحٌن الصؽار الذٌن كانوا ٌعودون بها‬
‫إلً الشاطا ‪ ،‬وٌلتهمونها وٌتراشمون بمشرها ‪ ،‬فتنشب حرب عوان كان‬
‫هذا الطفل أحد أبطالها الصنادٌد‪.‬‬
‫محً الدٌن النصولً‬
‫البكالورٌا اللبنانٌة – دورة ‪ 1699‬الثانٌة‬

‫مالحظة‪ :‬ابدأ بالترجمة الحرفٌة ‪ ،‬وإن لم تحصل علً النتٌجة المرجوة فاللجوء إلً‬
‫الترجمة الحرة محتوم‪.‬‬

‫‪- 354-‬‬
‫كيفية الترجمة‬
‫البد من إجراء عملٌتٌن متمٌزتٌن‪:‬‬
‫‪ -1‬لراءة النص المطلوبة ترجمته‪:‬‬
‫(أ) ٌمرأ النص األصلً وتعاد لراءته حتى إدران فحواه عمما وتماما‬
‫(ب) ٌستخدم المعنً (أي الجوهر) بوضع المعادالت ‪ ،‬إذا ألتضً األمر‪ ،‬علً‬
‫مستوي اللفظ ثم الفكرة ثم الجملة‪.‬‬

‫‪ -1‬التعبير عن األفكار فً اللؽة األخرى‪:‬‬


‫(أ) اختٌار األلفاظ بحٌث تكون األكثر لربا من األلفاظ األصلٌة دون المساس‬
‫بعبمرٌة اللؽة المترجم إلٌها أو بمنطمها‪.‬‬
‫(ب) إعادة وضع المعادالت علً مستوي األلفاظ ثم األفكار ثم الجمل ‪ ،‬للتحمك‬
‫من صحة الترجمة‬

‫‪- 355-‬‬
‫األخ البعـيد‬
‫ذهب رجل إلً أحد األمراء ٌطلب عطاءه فمال للخادم‪ :‬أستؤذن لً‬
‫فً الدخول ‪ ،‬فإن األمٌر لرٌب لً‪ .‬فؤنا أخوه من أمه وأبٌه‪.‬‬

‫فدخل الخادم وأخبر سٌده ‪ ،‬فعجب األمٌر لؤلمر ولال له‪ :‬دعه ٌدخل‬
‫‪ ،‬فإنً ال أعرؾ أن لً أخا‪.‬‬

‫فلما دخل الرجل سؤله األمٌر‪ :‬كٌؾ تدعً أخوتً وأنا ال أعرفن ؟‬

‫لال الرجل‪ :‬أٌها األمٌر إنً ابن آدم وحواء وأنت إبنهما‪.‬‬

‫فمال األمٌر لخادمه‪ :‬أعطه درهما ‪ ،‬ثم التفت إلً الرجل ولال له‪ٌ :‬ا‬
‫أخً ‪ ،‬لو وزعت مالً علً أخوتً من آدم وحواء ‪ ،‬بلػ نصٌب كل واحد‬
‫درهما‪ .‬وها أنت لد نلت نصٌبن‪.‬‬
‫البكالورٌا اللبنانٌة – دورة ‪ 1691‬األولً‬

‫‪- 356-‬‬
‫بؤس العظمة‬

‫‪ ...‬ثم إن ذلن العام ‪ ،‬عام ‪ ، 1791‬كان ‪ ،‬مذ تشرفت بصحبة السٌد‬

‫دو لوكسمبور ‪ ،‬لد جاء بؤسوأ ما منً به السٌد الطٌب الكرٌم‪ .‬فكؤن اآلالم‬

‫‪ ،‬التً عبؤها لً المدر ‪ ،‬لد كتب علٌها أن تبدأ بمن تعلمت به فوق ما‬

‫تعلمت بسواه من الرجال ‪ ،‬فكان أحمهم بموتً ‪ ،‬وذان أنه ‪ ،‬فً السنة‬

‫األولً ‪ ،‬فمد شمٌمٌه الدولة السٌدة دو فٌلوروا ‪ ،‬وفً السنة الثانٌة فمد أبنته‬

‫األ مٌرة السٌدة دو روبٌن ‪ ،‬وفً السنة الثالثة فمد وحٌدة فً الدوق دو‬

‫مونمورانسً وفمد حفٌده فً الكونت دو لوكسمبور ‪ ،‬ولد كانا ألسرته‬

‫والسمه الركن األوحد والموام األخٌر‪ .‬فاحتمل تلن األرزاء كلها متجلدا‬

‫متشجعا ‪ ،‬لكن للبه لم ٌفتؤ فً صمٌمه ٌدمً إلً بمٌة العمر ‪ ،‬وصحته لم‬

‫تزل علً تخلؾ وانحطاط‪ .‬ولمد بلؽت منه وفاة أبنه األخص ‪ ،‬ألنها‬

‫صادلت الولت الذي كان الملن لد أنعم فٌه علً هذا الشاب أن ٌستمر‬

‫علٌه منصب أبٌه لابدا للحرس الملكً ‪ ،‬كما أن الملن كان لد وعد بؤن‬

‫ٌجري المنصب علً الحفٌد من بعد األبن‪ .‬وآلم السٌد دو لوكسمبور أن‬

‫ٌري إلً حفٌده ‪ ،‬سلٌل الرجاء األسمى ‪ ،‬ولد ذاب شٌبا بعد شا ألن أمه‬

‫‪- 357-‬‬
‫لد وثمت بالطبٌب ثمة عمٌاء لضت علً الطفل المسكٌن فؤودي به الجوع‬

‫ولٌس له ؼٌر األطبة ؼذاء‪ .‬وا أسفاه ! لو صدلونً لبمً الجد والحفٌد ‪،‬‬

‫إلً الٌوم ‪ ،‬فً األحٌاء‪ .‬ولمد طالما للت للسٌد المارشال وكتبت إلٌه‬

‫ونبهت السٌدة دو مونمورانسً أحذر من فرط الحمٌة الشدٌدة التً ألزمت‬

‫بها ابنها ثمة منها بالطبٌب ! وكانت السٌدة دو لوكسمبور علً رأًٌ من‬

‫هذا المبٌل ‪ ،‬ولكن أبت أن تستؤثر بسلطة األم ‪ ،‬أم السٌد دو لوكسمبور ‪،‬‬

‫وهو امرإ وادع ضعٌؾ ‪ ،‬فإنه لم ٌكن ٌحب المعارضة‪ .‬وكانت السٌدة دو‬

‫مونمورانسً متٌنة الثمة ببودرٌه ‪ ،‬فمضً ابنها ‪ ،‬فً آخر األمر ‪ ،‬ضحٌة‬

‫ثمتها‪ .‬ولكم كان ٌطٌب لهذا الطفل المسكٌن أن ٌإذن له فً المجا مع‬

‫السٌدة دو بوفلٌر إلً مون لوٌس ‪ ،‬فٌسؤل تٌرٌز شٌبا من طعام العصر !‬

‫فكنت إذا رأٌت ذلن الوارث الفرد ‪ - ،‬وارث الرزق الكثٌر ‪ ،‬واالسم‬

‫الكبٌر ‪ ،‬والوفر من الرتب واأللماب ‪ - ،‬لد التهم كسرة الخبز بنهم بعض‬

‫الشحاذٌن ‪ ،‬رثٌت لبإس العظمة حتى الرثاء‪ .‬وكؤي من مرة للت ‪ ،‬وكؤي‬

‫من مرة حاولت ‪ ،‬ولكن انتصر الطبٌب ‪ ،‬فمضً الطفل جوعا‪.‬‬


‫(‪ )Les Confessions‬جان جان روسو (االعترافات)‬
‫ترجمة‬

‫‪- 358-‬‬
‫خلٌل رامز سركٌس‬

Important :

Ne reprenez l‟original français qu‟après avoir tenté une

première reconstitution.

Laissez ensuite l‟original, et tentez une seconde puis,

éventuellement, une troisième

- 359-
‫لبنان في مفترق الطرق‬
‫ابتداء من الصعوبات االلتصادٌة والمالٌة ‪ ،‬حتى أزمة الجامعات‬
‫الحدٌثة العهد ‪ ،‬ومرورا بحرب حزٌران (ٌونٌو) عام ‪ 1697‬التً تمخض‬
‫عنها تحول فً المعطٌات السٌاسٌة للشرق األوسط ‪ ،‬شهدنا بلدنا الصؽٌر‬
‫‪ ،‬رؼم االمتٌازات التً ٌتمتع بها فً شتً المجاالت ‪ ،‬وهو ٌفمد هدوءه‬
‫تدرٌجٌا لٌجابه نوابب الدهر علً التوالً‪.‬‬

‫فؤدركنا عندب ذ كٌؾ أن المعجزة اللبنانٌة التً طالما علٌها اعتمدنا ‪،‬‬
‫ومازلنا ‪ ،‬لم تعد تكفً بمفردها لملء انعدام التنظٌم والتخطٌط لدٌنا‪.‬‬

‫وفً الساعات العسٌرة ٌظهر لبنان خالٌا من جمٌع وسابل الحماٌة‬


‫والدفاع‪ .‬إن التصاده الممام أساسا علً المطاع التجاري ‪ ،‬دون سواه ‪،‬‬
‫ٌضعه تحت ر حمة أدنً الهزات الوطنٌة أو الدولٌة ‪ ،‬ومولعه الجؽرافً‬
‫الذي ٌدٌن له برخابه ٌخضعه أللرب جٌرانه‪.‬‬

‫ولم ٌكن هنان بد ‪ ،‬والحالة هذه ‪ ،‬من إلماء السإال اآلتً‪ :‬هل ٌراد‬
‫االستمرار فً اإلبماء علً لبنان هذا ‪ ،‬الهنا العٌش ‪ ،‬المابل لبلنهٌار ‪ ،‬أم‬
‫ٌجب التصمٌم بحزم علً العمل من أجل لبنان أفضل ؟‬
‫األب عبد هللا داؼر الٌسوعً‬
‫(من خطاب له بتارٌخ ‪ 17‬تشرٌن األول ‪)1691‬‬

‫‪- 360-‬‬
‫من أزاهر الشر‬

‫لم أنس ‪ٌ ،‬ا جارة المدٌنة ‪،‬‬


‫بٌتنا األبٌض ‪ ،‬الصؽٌر الهادئ‬
‫وصورة "بومون" فً الجفصٌن و"فٌنوس" المدٌمة‬
‫فً حدٌمة هزٌلة تخفً أعضاءها العارٌة ‪،‬‬
‫وال الشمس ‪ ،‬عند المساء ‪ ،‬منسابة رابعة‬
‫تبدو ‪ ،‬وراء الزجاج ولد تكسر علٌه شعاعها ‪،‬‬
‫وكؤنها عٌن كبٌرة مفتوحة فً السماء الفضولٌة‬
‫تتؤمل عشواتنا الطوٌلة الصامتة ‪،‬‬
‫وتنشر بسخاء أضواء شموعها الجمٌلة‬
‫علً الشرشؾ الزاهر وستابر صوؾ ؼلٌظ‬
‫الخادمة الكبٌرة الملب التً كنت تؽارٌن منها‬
‫الرالدة رلدة النهاٌة تحت خضرة وضٌعة‬
‫علٌنا أن نحمل إلٌها بعض األزاهٌر‪.‬‬
‫الموتى ‪ ،‬الموتى المساكٌن ‪ٌ ،‬تؤلمون شدٌد األلم‬
‫وعندما ٌعصؾ تشرٌن وٌملع األشجار المدٌمة‬
‫برٌحه الكبٌبة حول رخام الضرابح‬

‫‪- 361-‬‬
‫البد وأن ٌجد األحٌاء ناكري الجمٌل‬
‫إذ ٌنامون ‪ ،‬كما ٌنامون ‪ ،‬بدؾء الحفتهم‬
‫بٌنما هم ولد افترستهم سود األحبلم‬
‫دون رفٌك سرٌر ‪ ،‬ودونما سمر‬
‫ٌشعرون بثلج الشتاء ٌتمطر‬
‫والدهر ٌجري وال صدٌك ‪ ،‬وال عابلة‬
‫تستبدل األسمان المدالة علً مشبكها‬
‫حٌن تصفر الحطبة المشتعلة وتؽنً ‪،‬‬
‫وأنا هادئ فً ممعدي ‪ ،‬إذا رأٌتها عند المساء تستوي‬
‫فً جلوسها وإذا فً لٌلة كانونٌة زرلاء باردة‬
‫رأٌتها البدة فً زاوٌة من ؼرفتً‬
‫ولورا ‪ ،‬واتٌة من أعماق سرٌرها األبدي‬
‫تحضن الولد النامً بعٌنها عٌن األم ‪،‬‬
‫ماذا عسً بً أجٌب هذه النفس التمٌة‬
‫وأنا أري الدمع ٌتسالط من جفنها المجوؾ‬
‫بودلٌر‬
‫ترجمة‬ ‫)‪(Les Fleurs du Mal‬‬
‫صبلح لٌكً‬

‫‪- 362-‬‬
‫طيران الليل‬
‫كانت التبلل ‪ ،‬تحت الطابرة ‪ ،‬تشك خطوط ظبللها فً تبر المساء ‪،‬‬
‫والسهول تتوشح بنور ال ٌعرؾ الخمود ‪ ،‬أنها ال تنً فً هذه الببلد عن‬
‫إرسال تبرها ‪ ،‬كما أنها ال تنً عن إرسال ثلجها بعد الشتاء‪.‬‬

‫شعر المبطان فابٌان ‪ ،‬الذي كان ٌحمل رٌد باتاؼونٌا من ألصً‬


‫الجنوب نحو بونس أٌرس ‪ ،‬بمرب المساء‪ .‬أحس به من اإلمارات التً‬
‫ترتسم علً مٌاه المرفؤ ‪ ،‬من ذلن السكون وتلن الؽصون الخفٌة التً‬
‫تسطرها الؽٌوم الهادبة ‪ ،‬فدخل فً خبت شاسع األطراؾ ٌوحً الطمؤنٌنة‬
‫واالؼتباط‪.‬‬

‫لع ِله ظن ‪ ،‬فً ؼمرة ذان السكون ‪ ،‬أنه ٌموم بنزهة بطٌبة شؤن أحد‬
‫الرعاة – والرعاة فً باتاؼونٌا ٌنتملون علً مهل من لطٌع إلً لطٌع –‬
‫فذهب من مدٌنة إلً مدٌنة وكؤنه راعً المدن الصؽرى ‪ٌ ،‬صادؾ منها ‪،‬‬
‫كل ساعة ‪ ،‬ما ورد الماء عند ضفة النهر ‪ ،‬وما رعً فً سهولها‬
‫األعشاب‪.‬‬

‫وأحٌانا ‪ ،‬بعد اجتٌاز مابة كٌلومتر من صحاري هً أفمر من البحر‬


‫‪ ،‬كان ٌلتمً مزرعة ضابعة تبدو فً تموج المروج ‪ ،‬حاملة عببها من‬
‫الحٌوانات البشرٌة ‪ ،‬فٌصافح بجانحٌه تلن "السفٌنة"‬

‫‪- 363-‬‬
‫"سان جولٌان علً مرأى منا ‪ ،‬سنهبط بعد دلابك عشر"‪.‬‬

‫أعلن موظؾ الرادٌو هذا النبؤ لجمٌع مراكز الخط‪.‬‬

‫علً ألفٌن وخمسمابة كٌلومتر من مضٌك مجبلن إلً بونس أٌرس ‪،‬‬
‫تعالبت المدن المتشابهة‪ .‬إال أن سان جولٌان انفتحت علً حدود اللٌل كما‬
‫تتفتح فً أفرٌمٌا علً المجهول آخر لرٌة أخضعها اإلنسان‪.‬‬

‫وسلم موظؾ الرادٌو المبطان رلٌما جاء فٌه‪:‬‬


‫"بلؽت الزوابع حدا مؤلت معه اهتزازات الكهرباء سماعاتً ‪ ،‬فهل‬
‫تنامون فً سان جولٌان ؟"‪.‬‬
‫أنطوان دي سانت اٌكرزوبري‬
‫ترجمة‬
‫الدكتور جمٌل جبر‬

‫‪A noter :‬‬

‫‪- La simplicité du style.‬‬


‫‪- L‟excellente utilisation de la ponctuation.‬‬
‫‪- Le maintien de l‟ambiance originelle créée par Saint-‬‬

‫‪Exupéry.‬‬

‫‪- Le choix judicieux de la terminologie.‬‬

‫‪- 364-‬‬
‫مصير اإلنسان‬

‫لمد عبرت البشرٌة أخطر مرحلة من مراحل تارٌخها المظلم وربما‬

‫تكون أفجعها ‪ ،‬إن بامتداد الكارثة علً أبعد بمع العالم أم بعنؾ النزوع‬

‫الذي حطم جمٌع ما كنا ننعم به من وهم حول متانة العمل الذي كان‬

‫اإلنسان ٌفاخر به ودوامه ‪ ،‬إال وهو الحضارة‪.‬‬

‫ولبل الحرب بسنوات – أي بعد الحرب الكونٌة األولً – عم‬

‫البلدان الؽربٌة للك شامل‪ .‬ولم تكن تلن ظاهرة جدٌدة ‪ ،‬بل باألحري ٌمظة‬

‫الوجدان اإلنسانً التً كان التمدم الصناعً فً العصرٌن المنصرمٌن لد‬

‫خدرها نوعا ما‪.‬‬

‫وكان نمو الجبهة المادٌة من الحضارة ‪ ،‬ابتداء من منتصؾ المرن‬

‫التاسع عشر ‪ ،‬لد أثار اهتمام البشر ‪ ،‬وجعلهم ٌنظرون بشا من الملك ما‬

‫ٌتمخض عنه الؽد من معجزة ‪ ،‬فلم ٌبك لهم الولت الكافً لبلهتمام‬

‫بالمشاكل الحمٌمٌة ‪ ،‬أعنً المشاكل اإلنسانٌة‪ .‬ولد تعالبت االكتشافات‬

‫الرابعة بدون انمطاع ‪ ،‬منذ سنة ‪ 1111‬إلً سنة ‪ ، 1619‬فبهرت عمول‬

‫الناس كما ٌبهر أول مشهد من مشاهد السٌرن عمول األطفال ‪ ،‬وأنستهم‬

‫‪- 365-‬‬
‫المؤكل والمشرب‪ .‬ولد أصبح هذا المشهد الجسٌم رمزا للوالع ‪ ،‬وصرؾ‬

‫النظر عن المٌم الحمٌمٌة ولد طمسها نور الكوكب الجدٌد‪ .‬ومما سهل ذلن‬

‫وجسمه أن الفبلسفة والعلماء كانوا لد أعدوا أدمؽة صفوة من المفكرٌن‬

‫لمبوله بوضعهم عددا من عبلمات االستفهام وتركها بدون جواب‪.‬‬

‫)‪(L‟Homme et sa Destinée‬‬
‫بٌار لكونت دي نوي‬
‫ترجمة‬
‫الدكتور خلٌل الجر‬

‫‪Comme pour la traduction, et avant le recours à l‟original‬‬


‫‪français, suivre le processus suivant :‬‬

‫‪1- Lecture.‬‬

‫‪2- Établissement des équations.‬‬

‫‪3- Expression ou traduction.‬‬

‫‪4- Rétablissement des équations pour vérification de‬‬

‫‪l‟exactitude.‬‬

‫‪- 366-‬‬
‫آفاق الصـبا‬
‫نزلت بنا ذات أحد من تشرٌن الثانً سنة ‪.116 ،،،‬‬

‫مازلت ألول "بنا" مع أن البٌت لد خرج من حٌازتنا‪ .‬فها أن خمس‬


‫عشرة سنة توشن أن تنمضً علً مؽادرتنا الببلد ‪ ،‬ومن الثابت أننا لن‬
‫نرجع إلٌها لط‪.‬‬

‫كنا نسكن أبنٌة الصؾ العالً من معهد "سانت اؼات" وأبً ‪ ،‬الذي‬
‫كنت أدعوه السٌد "سورٌل" شؤن سابر التبلمٌذ ‪ ،‬كان ٌدٌر الصؾ العالً‬
‫المهٌا لشهادة التعلٌم ‪ ،‬والصؾ الوسط فً ولت معا‪ .‬أما والدتً فمد‬
‫وكلت إلٌها مدارس األحداث‪.‬‬

‫دار مستطٌلة حمراء ‪ ،‬ذات أبواب خمسة مبلورة ‪ ،‬تموم تحت كروم‬
‫عذراء فً منتهً المرٌة‪ .‬وعرضه رحبة الجنبات ذات سمابؾ ومؽتسل ‪،‬‬
‫تنفتح من األمام علً المرٌة من رتاج عظٌم‪ ،‬وفً الوجه الشمالً باب‬
‫صؽٌر مشبن ٌنفذ إلً طرٌك المحطة ‪ ،‬وهً علً بعد ثبلثة أمٌال ‪ ،‬وفً‬
‫الجنوب ‪ ،‬من الوراء ‪ ،‬حمول وجنابن ومروج تتصل بالدساكر ‪ ...‬تلن‬
‫هً صورة مصؽرة عن ذلن المنزل الذي انتمضت فٌه آلم وأعذب أٌام‬
‫حٌاتً ‪ ،‬منزل لد انطلمت منه وعادت إلٌه تتحطم كؤمواج علً صخرة‬
‫جرداء ‪ ،‬مؽامراتنا‪.‬‬

‫‪- 367-‬‬
‫ال أدري ما الذي سالنا إلً هذا المكان ‪ ،‬أهً مصادفة التنمل ‪ ،‬أم‬
‫لرار مفتش أم حاكم‪ .‬ففً أواخر العطلة ‪ ،‬منذ زمن بعٌد ‪ ،‬حطت بنا أمام‬
‫باب الحدٌد الصدئ ‪ ،‬أمً وأنا ‪ ،‬عربة فبلحٌن تتمدم حوابج المنزل وأثاثه‪.‬‬
‫وكان بعض الصبٌة ٌسرلون ثمر الدرالن فانسلوا هاربٌن بصمت من‬
‫ثموب السٌاج ودخلت أمً ‪ ،‬وكنا ندعوها "مٌلٌا" وهً ربة البٌت التً ما‬
‫آالن فورنٌٌه‬ ‫عرفت لها مثٌبل فً الترتٌب‪.‬‬
‫ترجمة‬
‫األستاذ ادوار البستانً‬
‫‪Quelques équations remarquables :‬‬
‫نزل بنا = ‪- Il arriva chez nous‬‬
‫= ‪- Bien que la maison ne nous appartienne plus‬‬
‫‪Bien que la maison ait échappé à notre propriété‬‬
‫إن البٌت خرج من حٌاتنا‬
‫‪- Ma mère, que nous appelions Millie, et qui était bien la‬‬
‫‪ménagère la plus méthodique que j‟aie jamais connue, était‬‬
‫… ‪rentrée‬‬
‫‪Donc :‬‬ ‫=‬
‫‪Ma mère rentra : Nous l‟appelions Millie et elle était la‬‬
‫‪ménagère dont je n‟avais point connu de pareille en ce qui‬‬
‫… ‪concerne l‟ordre‬‬
‫دخلت أمً ‪ ،‬وكنا ندعوها "مٌلٌا" وهً ربة البٌت التً ما عرفت لها مثٌبل فً الترتٌب‬

‫‪- 368-‬‬
‫كلما أكرهنا أحداً علي الحميمة فصلناه عنها‬
‫‪ ...‬إن الحمٌمة ال تكتمل البتة ‪ ،‬لكنها تنمو نمو نسبة إلً نمو الزمن‬
‫وإلً نمو اإلنسان‪ .‬وهً تمضً تتسع فً العلوم اتساعها فً الفلسفة وفً‬
‫الدٌن – إنها ؼٌر متشابهة علً اإلطبلق ‪ ،‬بل هً ال تبرح إٌاها أبدا ‪،‬‬
‫وهً ال تنً جدٌدة علً الدهر‪ .‬فمن انؽلك فً التمالٌد ‪ ،‬جمد الحمٌمة ؛‬
‫ومن ابتؽً أن ٌصنع حمابك جدٌدة تمام الجدة ‪ ،‬فمد أنتج حمابك تموت لبل‬
‫أن تكون‪ .‬وذلن أن الحمٌمة لٌست فً الماضً ‪ ،‬وال فً المستمبل ‪ ،‬لكنها‬
‫وفاء لمجري الزمن ‪ ،‬وهً تسطع فً الٌوم الذي نحن فٌه‪ .‬ولمد لالت‬
‫"إلٌكترة" فً مسرحٌة جٌرودو ‪ ،‬هذا المول العجٌب‪" :‬إن الحمٌمة لٌست‬
‫لزمن آت‪ .‬الحمٌمة ال ٌسعها االنتظار‪ .‬الحمٌمة خالدة ‪ ،‬لكنها لٌست إال‬
‫ومض لحظة من اللحظات"‪ .‬أفنكون لوما مسافرٌن ٌتلمسون طرٌمهم فً‬
‫اللٌل ‪ ،‬وكل منهم لد تاه فً منعرجات وحدته ‪ ،‬وال أمل فً التبللً ؟ إن‬
‫األمر لعلً نفٌض ذلن ‪ ،‬إذ ٌكفً أن ٌتمدم كل إنسان حتى أطراؾ ذاتٌته‬
‫فٌلمً روح كل حمٌمة‪ .‬وكلما أكرهنا أحدا علً الحمٌمة ‪ ،‬فصلناه عنها ؛‬
‫ولكما رآنا ال نعنً بسوي حمٌمتنا ‪ ،‬صرنا دعاة له إلً الحمٌمة والحوار‪.‬‬

‫فمن أجل ذلن بات ٌصعب أن نكون علً خط ِا أو علً صواب‪.‬‬

‫‪- 369-‬‬
‫إن نجح إنسانا ‪ ،‬ذلن هو أن نخطا إلً الحمٌمة‪ .‬وحسب كل أمرئ‬
‫أن ٌتمسن بحمٌمته وٌتبعها كؤنها نجم فً اللٌل ؛ فبل ٌلبث اللٌل حتى ٌإنسه‬
‫الحجاج وحتى ٌسري فٌه نفس األشٌاء العمٌك‪.‬‬

‫وحٌنبذ فالكون لد اجتمع كله فً فجر واحد‪.‬‬


‫رٌنٌه حبشً‬
‫(بدايات الخليقة)‬ ‫)‪(Commencements de la Créature‬‬
‫ترجمة‬
‫خليل رامز سركيس‬

‫‪- 370-‬‬
‫وجوه ريفية‬

‫فً بعض مدن الرٌؾ بٌوت ٌوحً مرآها كآبة أشبه بتلن التً‬
‫تثٌرها األدٌار األكثر لتما ‪ ،‬والبراري األشد مواتا ‪ ،‬والخرابب الكثٌفة‬
‫السوٌداء‪ .‬لد ٌكون فً هذه البٌوت ‪ ،‬معا ‪ ،‬سكوت الدٌر ولحط البراري‬
‫وحطام الخرابب ؛ فالحٌاة والحركة فٌها هامدتان ‪ ،‬حتى لٌخالها الؽرٌبة‬
‫مهجورة ‪ ،‬لوال ٌطالعه فجؤة نظر شاحب ‪ ،‬بارد ‪ ،‬لشخص ببل حران ‪،‬‬
‫وجهه النصؾ رهبانً ٌجوز متكؤ النافذة ‪ ،‬لدي ولع خطوة ؼرٌبة‪.‬‬

‫فؤسباب الكآبة هذه متوافرة فً سماء منزل كابن فً "سومور" عند‬


‫طرؾ الشارع المتعادي ‪ ،‬اآلٌل إلً المصر من عالٌة المدٌنة‪ .‬هذا الشارع‬
‫الملٌل اإلستطراق ‪ ،‬الٌوم ‪ ،‬المابظ صٌفا والبارد فً الشتاء ‪ ،‬المعتم هنا‬
‫وهنان ‪ٌ ،‬تمٌز برنٌن ببلطه الحصى ‪ ،‬الدابم النظافة والجفاؾ ‪ ،‬كما ٌتمٌز‬
‫بضٌمه والتواءاته وسكٌنه بٌوته‪ :‬بمٌة بالٌة من المدٌنة العتٌمة ‪ ،‬تحتضنها‬
‫األسوار‪.‬‬

‫وثمة مساكن ثبلثٌة األجٌال ‪ ،‬ما برحت راسخة رؼم إبتنابها‬


‫بالخشب‪ .‬بل أن مظاهرها المختلفة لتسهم فً الطرافة التً تشفع لهذه‬
‫الناحٌة من "سومور" عند األثرٌٌن وأولً الفن‪ .‬ولمد ٌصعب المرور أمام‬

‫‪- 371-‬‬
‫هذي البٌوت دونما إعجاب باأللواح الثخٌنة ‪ ،‬لدت أطرافها لدا فذا ‪،‬‬
‫فكللت معظم الطبمات األرضٌة بناتا أسود‪.‬‬

‫هنا أخشاب متعارضة تلبست الؽضار ‪ ،‬فؤرسلت خطوطا زرلا علً‬


‫جدران واهٌة لمسكن تماطع سمفه ‪ ،‬فطوت السنون سمفه ‪ ،‬وإنفتلت‬
‫صفابحه المتهربة ‪ ،‬لفرط ما تناوب علٌها من مطر وشمس‪.‬‬

‫أونورٌه دي بلزان‬
‫(أوجٌنً ؼراندٌه)‬ ‫)‪(Eugénie Grandet‬‬
‫ترجمة‬
‫فإاد كنعـان‬

‫‪- 372-‬‬
‫األمير الصغـير‬
‫رأٌت ‪ ،‬وأنا فً السادسة من عمري ‪ ،‬صورة رابعة فً كتاب عن‬
‫"الؽابة العذراء" ٌدعً "لصص حمٌمٌة" وكانت الصورة تمثل ثعبانا (بوا)‬
‫ٌبتلع وحشا‪.‬‬

‫فً أعلً الصورة نسخة عن تلن الصورة‪.‬‬

‫ولرأت فً الكتاب‪" :‬إن الثعابٌن تبتلع فرٌستها بكاملها ‪ ،‬من دون أن‬
‫تمضؽها ‪ ،‬فإذا ابتلعتها عجزت عن كل حركة ونامت مدة ستة شهور حتى‬
‫تنتهً من هضمها"‪.‬‬

‫وبعد أن فكرت ملٌا فٌما ٌمع فً الؽابات من الحوادث أخذت للما فٌه‬
‫رصاصة ملونة وخططت أول رسم رسمته وهو كما تري‪.‬‬

‫ثم رأٌت باكورة فنً الكبار من الناس (أعنً الكبار فً السن)‬


‫وسؤلتهم لاببل‪ :‬أما ٌخٌفكم هذا الرسم ؟‬

‫فؤجابوا‪ :‬متً كانت المبعة تخٌؾ الناس ؟‬

‫ما كان رسمً ٌمثل لبعة بل ثعبانا ٌهضم فٌبل‪ .‬ثم رسمت باطن‬
‫الثعبان عسً أن ٌفهم الكبار فإنهم فً حاجة دابمة إلً اإلٌضاح‪ .‬وكان‬
‫رسمً الثانً كما تري‪.‬‬

‫‪- 373-‬‬
‫فلما أبرزته لكبار الناس نصحوا لً بؤن ادع جانبا رسم الثعابٌن من‬

‫الخارج والباطن ولالوا‪ :‬األفضل لن أن تعنً بدرس الجؽرافٌة والتارٌخ‬

‫والحساب ولواعد اللؽة‪ .‬فؤهملت ‪ ،‬وأنا فً السادسة من عمري ‪ ،‬مستمببل‬

‫باهرا فً فن التصوٌر ألن رسمً األول والثانً لم ٌرولا كبار الناس‪ .‬إن‬

‫هإالء الكبار ال ٌدركون شٌبا من تلماء نفوسهم فبلبد للصؽار من أن‬

‫ٌشرحوا لهم وٌطٌلوا الشرح وٌكرروا‪ .‬وال ٌخفً ما فً هذا من التعب‬

‫والعناء‪.‬‬

‫اضطررت إلً اختٌار مهنة أخري ‪ ،‬فتعلمت لٌادة الطابرات‬

‫وطرت هنا وهنان فً مختلؾ أنحاء العالم‪ .‬ومما ال رٌب فٌه أن‬

‫الجؽرافٌة كانت لً خٌر معوان فً طٌرانً ‪ ،‬فكنت أفرق ‪ ،‬ألول وهلة ‪،‬‬

‫ومن دون أي تردد ‪ ،‬بٌن ببلد الصٌن وجبال أرٌزونا‪ .‬وفً هذا فابدة جلً‬

‫ال سٌما إذا ضل الطابر طرٌمه فً اللٌل‪.‬‬

‫واتصلت ‪ ،‬فً مجري حٌاتً بكثٌر من أهل الرزانة والولار ‪،‬‬

‫والبست كبار الناس مبلبسة حمٌمة ‪ ،‬ؼٌر أن سوء رأًٌ فٌهم لم ٌتبدل‬

‫تبدال ٌذكر‪.‬‬

‫‪- 374-‬‬
‫كنت إذا لمٌت أحدهم وبدا لً أنه علً شا من صفاء الذهن امتحنته‬
‫بالرسم األول الذي احتفظ به ‪ ،‬ألري ممدار ما عنده من الفطنة واإلدران‬
‫‪ ،‬فإذا لال‪" :‬هذه لبعة" أضربت عن الكبلم علً الثعابٌن والؽابات العذراء‬
‫والنجوم ‪ ،‬وانحططت إلً مستوي فهمه فحدثته عن "البرٌدج" وعن‬
‫"الؽولؾ" وعن ربط العنك وفً السٌاسٌة ‪ ،‬فٌسر سرورا كثٌرا لتعرفه‬
‫إلً رجل علً هذا الجانب من التعمل‪.‬‬

‫انطوان دي سانتٌكزوبري‬
‫(األمٌر الصؽٌر)‬ ‫)‪(Le Petit Prince‬‬
‫ترجمة‬
‫ٌوسؾ ؼصوب‬

‫‪- 375-‬‬
- 376-
Les locutions conjunctives
A condition que … ‫ ؽشه‬... ‫ ثؾشه‬... ْ‫ؽشه أ‬

Afin que … = En vue de … ‫ ثغيخ‬... ‫ ثغبيخ‬...‫ي‬

Alors que … = Tandis que ... ‫ ثيّٕب‬... ٓ‫في ؽي‬

A mesure que … ... ‫ثمذس ِب‬

A moins que … ... ‫ئال ئرا‬

A proportion que … ... ‫ ثٕغجخ ِب‬... ‫ثٕغجخ‬

Attendu que … = Vu que ... ْ‫ ثّب أ‬... ْ‫ؽيش ئ‬

Au cas que … ... ‫ في ؽبي‬... ‫في ؽبٌخ‬

Au fur et à mesure que ... ‫ي‬ٚ‫الً ثأ‬ٚ‫ أ‬... ‫رذسعب ً ِغ‬

Au lieu que… = En lieu et place de ... ْ‫ثذي أ‬

Aussi bien que… = Comme ... ْ‫ وّب أ‬... ‫ِضٍّب‬

Aussitôt que… = Dès que ... ْ‫ ثّغش أ‬... ْ‫س أ‬ٛ‫ف‬

Autant que… ...‫ثمذس‬

Avant que… ... ْ‫لجً أ‬

Bien que (quoique)… ... ُ‫ ثشغ‬... ْ‫سغُ أ‬

Cependant que… ... ‫ ثيّٕب‬... ْ‫في ؽيٓ أ‬

- 377-
D‟autant (plus) que… ... ْ‫ ال عيّب أ‬... ْ‫عيّب أ‬

De ce que… ... ‫ِّب‬

(De) crainte que… ... ِٓ ً ‫فب‬ٛ‫ خ‬... ْ‫خؾيخ أ‬

de façon que… ... ‫ ثؾيش‬... ‫ع‬ٕٛ‫ث‬

de manière que (… à ce que) ... ‫ ثطشيمخ‬... ‫ثؾيش‬

De même que… ... ‫وزٌه‬ٚ ... ْ‫وّب أ‬

De peur que… ... ِٓ ً ‫فب‬ٛ‫ خ‬... ِٓ ‫خؾيخ‬

Depuis que… ... ‫ ِٕز‬... ْ‫ِٕز أ‬

De sorte que… ... ‫ ثؾيش‬... ْ‫ثؾيش أ‬

En attendant que…=Dans l‟attente de... ‫ في أزظبس‬... ْ‫ثبٔزظبس أ‬

En cas que… ... ْ‫ في ؽبي أ‬... ‫في ؽبٌخ‬

Encore que… ... ْ‫ ِغ أ‬... ْ‫ سغُ أ‬... ْ‫ػٍّب ً ثأ‬

En sorte que… ... ‫ثؾيش‬

Étant donné que… ... ْ‫ ثّب أ‬... ْ‫ؽيش ئ‬

Excepté que… = Sauf que… ... ْ‫ أ‬... ‫ثبعزضٕبء‬

Jusqu‟à ce que… ... ْ‫ ئٌي أ‬... ‫ؽزي‬

Loin que… ... ْ‫ يغزجؼذ أ‬... ٓ‫ثؼيذا ً ػ‬

- 378-
Lors même que… ... ٌٛ ‫ ؽزي‬... ‫ؽزي ئرا‬

Maintenant que… ... ‫لذ‬ٚ ْ‫اآل‬

Malgré que… (peu utilize) ... ُ‫ ثشغ‬... ْ‫سغُ أ‬

Moins que… ... ِٓ ً‫أل‬

Moyennant que… ... ْ‫ِمبثً أ‬

Non moins que… ... ِٓ ً‫ ٌيظ أل‬... ِٓ ً‫ال أل‬

Non plus que… ... ِٓ ‫ ٌيظ أوضش‬... ِٓ ‫ال أوضش‬

Outre que… ... ْ‫ ئمبفخ ئٌي أ‬... ‫ثبإلمبفخ ئٌي‬

Parce que… ... ً‫ ثفؼ‬... ‫ ثغجت‬... ْ‫أل‬

Par contre… ... ‫ػٍي اٌؼىظ‬

Par crainte que… ... ْ‫ خؾيخ أ‬... ِٓ ً ‫فب‬ٛ‫خ‬

Par peur que… ... ْ‫ خؾيخ أ‬... ِٓ ً ‫فب‬ٛ‫خ‬

Pendant que… ... ‫ خالي‬... ‫أصٕبء‬

Plutôt que… ... ‫ ثبٌزفنيً ػٍي‬... ٓ‫ ثذالً ػ‬... ْ‫ثذالً أ‬

Pour que… ... ‫ ؽزي‬... ‫ي‬

Pourvu que… ... ْ‫ ؽشه أ‬... ْ‫ٌيذ أ‬

Sans que… ... ‫ ثال‬... ْ‫ْ أ‬ٚ‫د‬

- 379-
‫…‪Sauf que‬‬ ‫ئال ئرا ‪ ...‬ثبعزضٕبء أْ ‪ ...‬ئال أْ ‪...‬‬

‫…‪Selon que‬‬ ‫ؽغت أْ ‪...‬‬

‫…‪Si ce n‟est que‬‬ ‫ئْ ٌُ يىٓ أْ ‪ ٌُ ٌٛ ...‬يىٓ أْ ‪...‬‬

‫…‪Si peu que‬‬ ‫ِٓ اٌمٍخ ثؾيش ‪...‬‬

‫…‪Soit que‬‬ ‫ئِب أْ ‪ ...‬أ‪ ٚ‬أْ ‪...‬‬

‫…‪Sitôt que‬‬ ‫ف‪ٛ‬س أْ ‪ ...‬ثّغشد أْ ‪...‬‬

‫…‪Suivant que‬‬ ‫ؽغت أْ ‪ ...‬رجؼب ً ي ‪...‬‬

‫…‪Tandis que‬‬ ‫في ؽيٓ أْ ‪ ...‬ثيّٕب ‪...‬‬

‫…‪Tant que‬‬ ‫هبٌّب ‪...‬‬

‫…‪Vu que‬‬ ‫ثٕب ًء ػٍي ‪ ...‬ؽيش ئْ ‪...‬‬

‫…‪Après tout‬‬ ‫ػٍي وً ‪ ...‬ػٍي وً ؽبي ‪...‬‬

‫…‪Au cas où‬‬ ‫في ؽبٌخ ‪ ...‬في ؽبي ‪...‬‬

‫…‪Au contraire‬‬ ‫ػٍي اٌؼىظ ‪ ...‬ػٍي ٔميل ‪...‬‬

‫…‪Au demeurant‬‬ ‫ئعّبالً ‪ ...‬في ٔ‪ٙ‬بيخ اٌّطبف ‪...‬‬

‫…‪Au moins‬‬ ‫ػٍي األلً ‪...‬‬

‫…‪Au reste‬‬ ‫ئعّبالً ‪ ...‬في إٌ‪ٙ‬بيخ ‪...‬‬

‫…‪Aussi bien‬‬ ‫وزٌه ‪ ...‬ثبٌزغب‪ٚ‬ي ِغ ‪ ...‬ثمذس ِب ‪...‬‬

‫‪- 380-‬‬
‫…‪Au surplus‬‬ ‫ثبإلمبفخ ‪ ...‬ئمبفخ ئٌي ‪...‬‬

‫…‪Bien plus‬‬ ‫أوضش ِٓ رٌه ‪ ...‬ثً أوضش ِٓ رٌه ‪...‬‬

‫…‪C‟est pourquoi‬‬ ‫ٌزٌه ‪ٌٙ ...‬زٖ األعجبة ‪ٌ ...‬زا ‪...‬‬

‫…‪Comme si‬‬ ‫وّب ٌ‪... ٛ‬‬

‫…‪D‟ailleurs‬‬ ‫ف ‪ ِٓ ...‬اٌ‪ٛ‬اسد ‪...‬‬

‫…‪De plus‬‬ ‫ثبإلمبفخ ئٌي رٌه ‪ ...‬ئمبفخ ئٌي رٌه ‪...‬‬

‫…‪De moins‬‬ ‫ألً ‪...‬‬

‫…‪Du reste‬‬ ‫ػٍي وً ؽبي ‪ ...‬في عّيغ األؽ‪ٛ‬اي ‪...‬‬

‫…‪En effet‬‬ ‫فؼالً ‪ ...‬ثبٌفؼً ‪...‬‬

‫…‪En revanche‬‬ ‫ِمبثً ‪ ...‬ثبٌزؼ‪ٛ‬يل ػٓ ‪ ...‬ثبٌّمبثً ‪...‬‬

‫…‪Et puis‬‬ ‫صُ أْ ‪...‬‬

‫…‪Or donc‬‬ ‫ئرْ ‪ ...‬فارْ ‪...‬‬

‫…‪Ou bien‬‬ ‫أ‪ ... ٚ‬ئِب ‪...‬‬

‫…‪Par conséquent‬‬ ‫إذا ً ‪ ...‬ئعزٕزبعب ِٓ رٌه ‪ٔ ...‬زيغخ ٌزٌه ‪...‬‬

‫…‪Quand même‬‬ ‫ِغ رٌه ‪ ...‬سغُ رٌه ‪...‬‬

‫…‪Que si‬‬ ‫ئال ئرا ‪...‬‬

‫…‪Sans quoi‬‬ ‫ثذ‪ ْٚ‬وزا ‪ ...‬ثال وزا ‪ٚ ...‬ئال ‪...‬‬

‫‪- 381-‬‬
Les locuteions prépositives
A cause de… ... ً‫ ثفؼ‬... ‫ثغجت‬

A côté de… ... ‫ئٌي عبٔت‬

A défaut de… ... ‫في غيبة‬

Afin de… ... ً‫ في عجي‬... ‫ ؽزي‬... ‫ي‬

A fleur de… ... ‫ ػٍي عطؼ‬... ‫ في ِغبي‬... ‫ي‬ٛ‫في ِغز‬

A force de… ... ‫ ٌىضشح ِب‬... ‫ِغ وضشح ِب‬

A l‟abri de… ... ِٓ ِٓ‫في ِأ‬

A la faveur de… ... ‫ رؾذ ؽّبيخ‬... ‫ في ؽّي‬... ً‫في ظ‬

A la merci de… ... ‫ في لجنخ‬... ‫رؾذ سؽّخ‬

A la mode de… ... ‫ ػٍي ٔغك‬... ‫ػٍي هشاص‬

A l‟égard de… ... ‫ ئصاء‬... ٛ‫ ٔؾ‬... ٖ‫رغب‬

A l‟encontre de… ... ‫مذ‬

A l‟endroit de… ... ‫ ئصاء‬... ٖ‫ رغب‬... ٛ‫ٔؾ‬

A l‟exception de… ... ‫ثبعزضٕبء‬

A l‟exclusion de… ... ‫ثبعزضٕبء‬

A l‟insu de… ... ٍُ‫ْ ػ‬ٚ‫ د‬... ‫ْ ِؼشفخ‬ٚ‫ د‬... ‫ػٍي غيش ِؼشفخ‬

- 382-
‫…‪A moins de‬‬ ‫ثألً ‪ ...‬ئال ئرا ‪...‬‬

‫…‪A raison de‬‬ ‫ث‪ٛ‬الغ ‪...‬‬

‫…‪A travers‬‬ ‫خالي ‪ ...‬ػجش ‪ ِٓ ...‬خالي ‪...‬‬

‫…‪Au bas de‬‬ ‫في أعفً ‪...‬‬

‫…‪Au-dedans de‬‬ ‫في داخً ‪ ِٓ ...‬داخً ‪...‬‬

‫…‪Au-dehors de‬‬ ‫ِٓ خبسط ‪ ...‬خبسط ‪...‬‬

‫…‪Au-delà de‬‬ ‫فيّب ‪ٚ‬ساء ‪ ...‬في ِب ‪ٚ‬ساء ‪ ...‬ئٌي ِب ‪ٚ‬ساء ‪...‬‬

‫…‪Au-dessous de‬‬ ‫رؾذ ‪ ...‬د‪... ْٚ‬‬

‫…‪Au-devant de‬‬ ‫أِبَ ‪ ...‬لجً ‪ ...‬لجبٌخ ‪ِ ...‬مبثً ي ‪ٌّ ...‬اللبح ‪...‬‬

‫…‪Au haut de‬‬ ‫في أػٍي ‪ ...‬ف‪ٛ‬ق ‪ ...‬أػٍي ‪...‬‬

‫…‪Au lieu de‬‬ ‫ثذي ‪ ...‬ثذالً ػٓ ‪ ...‬ثذي أْ ‪ ...‬ثذالً ِٓ ‪...‬‬

‫…‪Au milieu de‬‬ ‫‪ٚ‬عو ‪ ...‬فيّب ثيٓ ‪...‬‬

‫…‪Au péril de‬‬ ‫ِخبهشا ً ة ‪ ...‬ثضّٓ ‪ِ ...‬غ اٌّخبهشح ة ‪...‬‬

‫…‪Auprès de‬‬ ‫لشة ‪ ...‬ثمشة ‪ ...‬ثغبٔت ‪ٌ ...‬ذي ‪ ...‬أِبَ ‪...‬‬

‫…‪Au prix de‬‬ ‫ثضّٓ ‪ِ ...‬مبثً ‪ ...‬ثبٌٕغجخ ئٌي ‪...‬‬

‫…‪Autour de‬‬ ‫ؽ‪ٛ‬ي ‪ ِٓ ...‬ؽ‪ٛ‬ي ‪...‬‬

‫…‪Au travers de‬‬ ‫ػجش ‪ ...‬خالي ‪ ِٓ ...‬خالي ‪...‬‬

‫‪- 383-‬‬
Aux dépens de… ... ‫ػٍي ؽغبة‬

Aux environs de… ... ‫ لشة‬... ‫اس‬ٛ‫ ثغ‬... ‫اٌي‬ٛ‫ؽ‬

Avant de… ... ْ‫ لجيً أ‬... ْ‫لجً أ‬

Dans le but de… ... ‫ذف‬ٙ‫ ث‬... ً‫ في عجي‬... ‫ثغشك‬

D‟après… ... ‫ي‬ٛ‫ ػٍي ؽذ ل‬... ‫ ؽغت‬... ‫فمب ً ي‬ٚ ... ً ‫رجؼب‬

D‟avec… ... ِٓ ... ‫ ِغ‬ٛ٘ ‫ ِّب‬... ‫ِغ‬

De chez… ... ْ‫ ِٓ ٌذ‬... ‫ِٓ ػٕذ‬

De crainte de… ... ْ‫ خؾيخ أ‬... ِٓ ً ‫فب‬ٛ‫خ‬

De delà… ... ‫ساء‬ٚ ‫ ِٓ ِب‬... ‫ساء‬ٚ ‫ِّب‬

De derrière… ... ‫ ِٓ اٌخٍف‬... ‫ِٓ خٍف‬

De dessous… ... ‫ِٓ رؾذ‬

De dessus… ... ‫ق‬ٛ‫ِٓ ف‬

De devant ... َ‫ِٓ أِب‬

De manière à… ... ‫ثؾيش‬

D‟entre… ... ٓ‫ِٓ ثي‬

De par… ... ً‫ ثفؼ‬... ‫ثغجت‬

De peur de… ... ِٓ ً ‫ فضػب‬... ِٓ ً ‫فب‬ٛ‫ خ‬... ْ‫خؾيخ أ‬

- 384-
Du côté de… ... ‫ ِٓ ٔبؽيخ‬... ‫خ‬ٙ‫ِٓ ع‬

En bas de… ... ً‫في أعف‬

En comparaison de… ... ‫ ثبٌّمبسٔخ ِغ‬... ‫ِمبسٔخ ة‬

En deçà de… ... ‫ي‬ٛ‫ رؾذ ِغز‬... ْٚ‫د‬

En dedans de… ... ً‫ في داخ‬... ً‫داخ‬

En dehors de… ... ٓ‫خبسط ػ‬

En dépit de… ... ٓ‫ سغّب ً ػ‬... ُ‫ثشغ‬

En face de… ... ‫خ‬ٙ‫ في ِغبث‬... َ‫أِب‬

En faveur de… ... ‫ٌقبٌؼ‬

En plus de… ... ‫ئمبفخ ئٌي‬

En raison de… ... ‫ثغجت‬

En sus de… ... ‫ صيبدح ػٍي‬... ‫ثبإلمبفخ ئٌي‬

En travers de… ... ً‫ في عجي‬... َ‫ ػبئمب ً أِب‬... ٗ‫ع‬ٚ ‫عذا ً في‬

Étant donné… ... ْ‫ ثّب أ‬... ْ‫ٔظشا ً أل‬

Face à… ... ‫خ‬ٙ‫ ثّغبث‬... َ‫أِب‬

Faute de… ... ‫افش‬ٛ‫ ٌؼذَ ر‬... ‫د‬ٛ‫ع‬ٚ َ‫ ٌؼذ‬... ‫ثغيبة‬

Grâce à… ... ً‫ ثفؼ‬... ً‫ثفن‬

- 385-
Hors de… ... ‫خبسط‬

Loin de… ... ٓ‫ثؼيذا ً ػ‬

Lors de… ... ‫لذ‬ٚ ... ٓ‫ؽي‬

Manqué de… ... ‫اعذ‬ٛ‫ ػذَ ر‬... ‫د‬ٛ‫ع‬ٚ َ‫ ػذ‬... ‫ٔمـ في‬

Par crainte de… ... ِٓ ً ‫ فضػب‬... ْ‫ خؾيخ أ‬... ِٓ ً ‫فب‬ٛ‫خ‬

Par deçà… ... ‫ي‬ٛ‫ ِٓ رؾذ اٌّغز‬... ْٚ‫ِٓ د‬

Par dedans… ... ً‫ِٓ اٌذاخ‬

Par dehors… ... ‫ِٓ اٌخبسط‬

Par delà… ... ‫ساء‬ٚ ‫ئٌي ِب‬

Par dessous… ... ‫ِٓ رؾذ‬

Par dessus… ... ‫ق‬ٛ‫ِٓ ف‬

Par devant… ... َ‫ِٓ أِب‬

Par devers… ... ْ‫ ٌذ‬... ‫ٌذي‬

Par manque de… ... ‫ ثفؼً غيبة‬... ‫ثغجت ٔمـ‬

Par rapport à… ... ‫ثبٌٕغجخ ئٌي‬

Par suite de… ... ‫ ثٕزيغخ‬... ‫ ئصش‬... ‫ػٍي اصش‬

Près de… ... ‫اس‬ٛ‫ ثغ‬... ‫لشة‬

- 386-
‫…‪Proche de‬‬ ‫لشيت ِٓ ‪ِ ...‬غب‪ٚ‬س ي ‪...‬‬

‫…‪Quant à‬‬ ‫أِب ثخق‪ٛ‬ؿ ‪ ...‬أِب فيّب يخـ ‪ ...‬أِب ثؾأْ ‪...‬‬

‫…‪Sauf à‬‬ ‫ئال ي ‪...‬‬

‫…‪Vis-à-vis de‬‬ ‫ثّغبث‪ٙ‬خ ‪ ...‬ثّ‪ٛ‬اع‪ٙ‬خ ‪ ...‬رغبٖ ‪...‬‬

‫‪- 387-‬‬
‫‪Principales locutions adverbiales‬‬
‫‪A contrecœur‬‬ ‫ػٍي ِنل = سغّب ً ػٓ = ثبٌشغُ ِٓ‬

‫‪A contretemps‬‬ ‫ِبٔغ = ػبئك = في غيش ِىبٔٗ أ‪ ٚ‬صِبٔٗ‬

‫‪A contresens‬‬ ‫ثبٌّؼى‪ٛ‬ط = ثبٌّمٍ‪ٛ‬ة‬

‫‪En contrepartie‬‬ ‫ِمبثً ‪...‬‬

‫‪A demi‬‬ ‫ٔقف ‪...‬‬

‫‪A l‟envi‬‬ ‫ؽزي إٌ‪ٙ‬بيخ = ثمذس ِب رشيذ = ػٍي لذس ِب رشيذ‬

‫‪A peu près‬‬ ‫رمشيجب ً = ؽ‪ٛ‬اٌي‬

‫‪Après-demain‬‬ ‫ثؼذ غـذ‬

‫‪A présent‬‬ ‫ؽبٌيب ً = اآلْ = في اٌ‪ٛ‬لذ اٌؾبمش‬

‫‪A propos‬‬ ‫ثؾأْ = في اٌ‪ٛ‬لذ إٌّبعت = في فذد‬

‫‪A regret‬‬ ‫لغشا ً = وش٘ب ً = آعفب ً‬

‫‪Au-dehors‬‬ ‫في اٌخبسط = خبسط‬

‫‪Au-dessus‬‬ ‫ف‪ٛ‬ق = أػٍي = في أػٍي‬

‫‪Au-delà‬‬ ‫فيّب ‪ٚ‬ساء = في ِب ‪ٚ‬ساء = ِب ‪ٚ‬ساء‬

‫‪Avant-hier‬‬ ‫أ‪ٚ‬ي أِظ = أ‪ٚ‬ي ِٓ أِظ‬

‫‪D‟abord‬‬ ‫أ‪ٚ‬الً = لجً أي ؽئ آخش‬

‫‪- 388-‬‬
‫‪De nouveau‬‬ ‫ِغذدا ً = ػٓ عذيذ = ِشح أخشي‬

‫‪De suite‬‬ ‫في اٌؾبي = ؽبالً = ػٍي اٌف‪ٛ‬س = ف‪ٛ‬سا ً‬

‫‪De travers‬‬ ‫ثبٔؾشاف = ثخطأ =‬

‫‪En deçà‬‬ ‫فيّب د‪ = ْٚ‬في ِب د‪ْٚ‬‬

‫‪En avant‬‬ ‫ئٌي األِبَ = في اٌ‪ٛ‬اع‪ٙ‬خ = في اٌقذس‬

‫‪En même temps‬‬ ‫في اٌ‪ٛ‬لذ رارٗ = في اٌ‪ٛ‬لذ ٔفغٗ‬

‫‪Ici-bas‬‬ ‫في اٌؾيبح اٌذٔيب = في ٘زٖ اٌذٔيب = في ٘زٖ اٌؾيبح‬

‫‪Pas du tout‬‬ ‫ػٍي اإلهالق = ئهاللب ً‬

‫‪Pêle-mêle‬‬ ‫ثؾىً ف‪ٛ‬م‪ٛ‬ي = في غيش ٔظبَ = ِٓ غيش رشريت‬

‫‪Petit à petit‬‬ ‫س‪ٚ‬يذا ً س‪ٚ‬يذا ً‬

‫‪Peu à peu‬‬ ‫لٍيالً ثؼذ لٍيً = ثبٌزذسط‬

‫‪Pour ainsi dire‬‬ ‫ئرا فؼ اٌم‪ٛ‬ي‬

‫‪Sans cesse‬‬ ‫ثال أمطبع = ثذ‪ ْٚ‬ر‪ٛ‬لف = ثقفخ دائّخ = ثبعزّشاس‬

‫‪Sans doute‬‬ ‫ثال ؽه = ثذ‪ ْٚ‬ؽه = ػٍي األسعؼ = سثّب‬

‫‪Sens dessus dessous‬‬ ‫ثطشيمخ ف‪ٛ‬م‪ٛ‬يخ = ئٔمالة سأعب ػٍي ػمت‬

‫‪Sur-le-champ‬‬ ‫ف‪ٛ‬سا ً = ؽبالً = ر‪ٛ‬ا ً = ػٍي اٌف‪ٛ‬س = في اٌؾبي‬

‫‪Tour à tour‬‬ ‫ثبٌزٕب‪ٚ‬ة = ػٍي اٌز‪ٛ‬اٌي = وً ثذ‪ٚ‬سٖ‬

‫‪- 389-‬‬
‫‪Tout à coup‬‬ ‫فغأح = ػً ؽيٓ غشح‬

‫‪Tout à fait‬‬ ‫وٍيب ً = ػٍي اإلهالق – ِطٍمب ً‬

‫‪Tout à l‟heure‬‬ ‫ِٕز لٍيً = ثؼذ لٍيً = ِٕز ٕ٘ي‪ٙ‬خ = ثؼذ ٕ٘ي‪ٙ‬خ‬

‫‪Tout au plus‬‬ ‫ػٍي األوضش = ػٍي ألقي رمذيش‬

‫‪Tout de suite‬‬ ‫ف‪ٛ‬سا ً = ػٍي اٌف‪ٛ‬س = ؽبالً = في اٌؾبي‬

‫‪- 390-‬‬
Les principales interjections
Aïe ! = quelle douleur ! ! ٌُ‫يب ٌألٌُ ! = يب ٌٗ ِٓ أ‬

Bah ! = allons donc ! = ٗ‫ن في‬ٛ‫يب ٌٍؼغت = ٘زا أِش ِؾى‬

Bernique ! = quelle déception ! ! ًِ‫يب ٌخيجخ األ‬

Bougre ! = quelle surprise ! = quell dépit

ًِ‫ب ِٓ خيجخ أ‬ٌٙ ‫يب ٌٍّفبعأح = يب‬

Bigre ! = étonnement ! ‫يب ٌٍؼغت ! = يب ٌٍغشاثخ‬

Bravo ! = félicitation ! = bien fait = ! ‫بٔيٕب‬ٙ‫أؽغٕذ ! = ر‬

! ‫ب ِٓ ِمذسح‬ٌٙ ‫يب‬

Brr ! = quell froid ! quelle terreur ! ! ‫يب ٌٗ ِٓ فميغ ! = يب ٌٍشػت‬

Chut ! = silence ! baisse la voix ! ! ‫ره‬ٛ‫أعىذ ! = ئخفل ف‬

Ciel ! = quelle surprise ! quell malheur ! = !‫يب ٌٍؼغت‬

!‫ب ِٓ ِقيجخ‬ٌٙ ‫يب‬

Dame ! = naturellement ! ! ‫هجؼب ً ! = ثال ؽه ! = ئٔٗ ألِش هجيؼي‬

Diantre!= étonnement= admiration !‫ػخ‬ٚ‫يب ٌٗ ِٓ أِش ػغيت!=يب ٌٍش‬

Diable ! = surprise ! ‫يب ٌٗ ِٓ أِش غشيت ! يب ٌٍغشاثخ‬

Eh ! = surprise = admiration = interpellation = ! ‫يب ٌٍغشاثخ‬

!‫رؼبي ئٌي‬

- 391-
Euh ! = étonnement = doute = embarrass

! ٗ‫ن في‬ٛ‫يب ٌٍؾشط ! = ٘زا أِش ِؾى‬

Fi ! = mépris = dédain ! ‫يب ٌٍؾمبسح ! = يب ٌالصدساء‬

Fichtre ! = admiration = mécontentement = ! ‫ػخ‬ٚ‫ب ِٓ س‬ٌٙ ‫يب‬

! ‫ء اٌؾع‬ٛ‫يب ٌغ‬

Flûte != impatience= déception !‫ُ اٌقجش‬ٌٍٙ‫ب ِٓ خيجخ أًِ != ا‬ٌٙ ‫يب‬

Ha ! = surprise ! ‫أٗ ألِش غشيت ! = ٘زا ِذ٘ؼ‬

Hé ! = appel = regret ! ٖ‫أعفب‬ٚ = ‫ئٌي ! = يب ٌألعف‬

Hein ? = surprise ‫ب ِٓ غشاثخ ؟‬ٌٙ ‫ِبرا ؟ = يب‬

Hem ! = doute = à moi ! ! ‫ن فيٗ ! = ئٌي‬ٛ‫أٗ ألِش ِؾى‬

Hep ! = appel ! ‫رؼبي ئٌي‬

Hen ! = doute = indifférence ! ٌٗ ‫ال أدسي ! = ئٔٗ ألِش ال أصش‬

Hi hi ! = rire ‫مؾـه‬

Ho ! = appel = indignation = admiration !‫ػخ! = رجب!= ئٌي‬ٚ‫يب ٌٍش‬

Holà = appel = arrêt ! ‫ئٌي ! = لف ! وفي‬

Hop ! = stimulation ! ‫ئٌي األِبَ ! = ئٔطٍك‬

Hou ! = réprobation = dénonciation ! ‫ك‬ٛ‫٘زا أِش ِشف‬

- 392-
Hélas ! = plainte = regret = douleur !ْ‫يب ٌألعف! = يب ٌٗ ِٓ ؽض‬

Hourra != admiration= victoire ! ‫بٔيٕب ! = أؽغٕذ‬ٙ‫يب ٌالٔزقبس! = ر‬

Hue ! = en avant ! َ‫عش ! = ئٌي األِبَ ! = رمذ‬

Hum ! = doute = impatience = reticence !‫ُ اٌقجش‬ٌٍٙ‫ال ال != ا‬

Oh ! = surprise = indignation ! ‫ب ِٓ وبسصخ‬ٌٙ ‫يب ٌٍؼغت ! = يب‬

Ohé ! = appel ! ‫ئٌي ! = رؼبي‬

Ouf ! = soulagement ‫يب ٌالٔفشاط ! = يب ٌٗ ِٓ أفشاط‬

Oust ! = va-t-en ! = hâte-toi ! ! ‫أخشط ! = أعشع‬

Pan ! = bruit soudain = action inattendue ! ‫يب ٌٍّفبعأح‬

Patatras ! = bruit = fracas ! ‫يب ٌٗ ِٓ مغيظ‬

Peuh ! = mépris ! ‫يب ٌٍؾمبسح‬

Pouah ! = dégoût ! ‫يب ٌالؽّئضاص‬

Pouf ! = un coup ! ‫ب ِٓ مشثخ‬ٌٙ ‫يب‬

Psitt ! = appel ‫رؼبي ئٌي ٕ٘ب ! ئٌي‬

Zut != dépit= mépris= indifférence !‫يب ٌٗ ِٓ خو عيئ!= يب ٌٍؾمبسح‬

- 393-
Établissons les Équations
Détresse = abandon = misère ‫ثإط = ؽمبء = رؼبعخ‬

Chaos = désordre = confusion ‫مي = ثٍجٍخ‬ٛ‫اء = ف‬ٛ‫خ‬

Angle facial = (ligne imaginaire qui indiquerait

le degrée d‟intelligence) ‫يخ اٌزوبئيخ‬ٚ‫يخ = اٌضا‬ٙ‫ع‬ٌٛ‫يخ ا‬ٚ‫اٌضا‬

Bêtes = animaux ‫ػ‬ٛ‫ؽ‬ٚ = ‫أبد‬ٛ‫ؽي‬

Crânes nus = crânes chauves ‫ط اٌؼبسيخ = اٌغّبعُ اٌمشػبء‬ٚ‫اٌشؤ‬

Monstruosités= horreurs= abominations ‫ؿ= ثؾبئغ= فظبئغ‬ٛ‫ِغ‬

Cyniques = impudents ‫زش‬ٙ‫لؼ = عٍف = ِغز‬ٚ

Résignation= soumission= abandon ‫ع‬ٕٛ‫ع= ئعزغالَ= خ‬ٛ‫خن‬

Hargneux = agressif = méchant ‫فع = ؽشط = ؽىظ‬

Rictus = moue = grimace ‫وؾش = وؾشح‬

Sauvage = barbare = animal ‫أي‬ٛ‫ؽؾي = ثشثشي = ؽي‬ٚ

Attitudes = postures = tenues ‫الف = ِغبٌه‬ِٛ = ‫مبع‬ٚ‫ِظب٘ش = أ‬

Insensées= extravagantes= déraisonnables‫ٔيخ= ؽّمبء= خشلبء‬ٕٛ‫ع‬

Groins = museaux de porcs َ‫فٕبهيظ = أخطب‬

Coiffés de = ayant sur la tête ... ‫ب‬ٙ‫ع‬ٚ‫ػٍي سؤ‬ٚ

- 394-
Casquettes = chapeaux ‫ػّشاد = لجؼبد‬

Tire-bouchons = spirales )‫اٌت‬ٌٛ( ‫ٌت‬ٌٛ = ‫ثشيّخ‬

Tempes ‫أفذاؽ‬

Enfantins = puérils ‫فجيبٔي = هفٍي‬

Horribles = répugnants ‫ع = ِشػت = ثؾغ = لجيؼ‬ٚ‫ِش‬

Maigres faces= faces décharnées )‫ٖ ٘ضيٍخ= (ػغفبء‬ٛ‫ع‬ٚ =‫ٖ ٔؾيٍخ‬ٛ‫ع‬ٚ

Squelettes = carcasses ‫٘يبوً ػظّيخ‬

Nègre = noir ‫ػجذ = صٔغي‬

Esclave ‫ػجذ‬

Chaînes = liens = entraves ‫د‬ٛ‫عالعً = لـي‬

Effrayant = épouvantable ‫ِشػت = ِخيف = ِفضع = س٘يت‬

Niveau = degré ‫ي = دسعخ‬ٛ‫ِغز‬

En bas ً‫في أعف‬

Honte = déshonneur ‫خضي = ػـبس‬

Fronts )‫بد‬ٙ‫ عج‬non ٖ‫خ (عجب‬ٙ‫عج‬

Degré = niveau ‫ي‬ٛ‫دسعخ = ِغز‬

Abaissement= diminution= humiliation ‫ئرالي= ئٔؾطبه= ؽمبسح‬

- 395-
Transformations = changements ‫رغييشاد = رجذالد‬

Subies = endurées = supportées ًّ‫ػبٔي = وبثذ = لبعي= رؾ‬

Tous = tout le monde ً‫عّيغ إٌبط = اٌغّيغ = اٌى‬

Dernières profondeurs = la profondeur

des profondeurs ‫أػّك األػّبق‬

Ignorance = ignorantisme ‫بٌخ‬ٙ‫ً = ع‬ٙ‫ع‬

Changée en = Transformée en ‫ي ئٌي = ئعزؾبي = أمؾي‬ٛ‫رؾ‬

Hébétement = stupidité ‫ح = غجبء = ختل‬ٚ‫ثال٘خ = غجب‬

Était l‟égale = état égale à ‫يخ ي‬ٚ‫ي = وبٔذ ِغب‬ٚ‫وبٔذ رغب‬

Intelligence ‫ُ = ئدسان‬ٙ‫روبء = فطٕخ = ٔجب٘خ = ؽزق = ف‬

Changée en = Transformée en ‫ي ئٌي = ئعزؾبي = أمؾي‬ٛ‫رؾ‬

Désespoir = abattement ‫ه‬ٕٛ‫يأط = ل‬

Pas de choix possible = pas de place

au choix ‫ال ِىبْ ٌالخزيبس‬

Apparaissent aux regards=… aux yeux ْ‫ ٌٍؼيب‬... =‫ ٌٍٕظش‬ٚ‫رجذ‬

Élite = crème ‫خيشح = صثبدح‬

Boue = limon ً‫ؽ‬ٚ = ٓ‫هي‬

- 396-
Scène = paysage ‫ذ = إٌّظش‬ٙ‫اٌّؾ‬

Pas moins ravissante=…merveilleuse ‫ػخ‬ٚ‫س‬...=ً‫ٌُ يىٓ ألً عؾشا‬

Bleuâtre = donnant sur le bleu ‫ِشصق‬

Velouté = doux ‫ٔبػُ = ِخٍّي‬

Intervalles = espaces = vides ‫اسؽ‬ٛ‫افً = فشط = ف‬ٛ‫ف‬

Poussait = faisait avancer ‫فً = ِـذ‬ٚ‫دفغ = أ‬

Gerbes = faisceaux َ‫اِيذ = ؽضَ = سص‬ٛ‫ػ‬

Épaisseur = intensité ‫وضبفخ = دِظ = ؽـذح‬

Plus profondes ténèbres ‫أػّك اٌظالَ = أػّبق اٌذعي‬

Couler = courir ‫رغشي = رٕغبة = رغيش‬

Tour à tour = tantôt … et tantôt ً ‫سا‬ٛ‫ه‬ٚ ... ‫ربسح‬

Reparaissait = paraissait à nouveau ‫س‬ٛٙ‫د ٌٍظ‬ٛ‫رؼ‬

Brillante = étincelante ‫الِؼخ = ثشالخ = ثب٘شح‬

Se perdait = disparaissait ‫رخزفي = رغيت‬

Bois = forêt = bosquet ‫غبثخ أوّخ = ؽشعخ = خّيٍخ‬

Constellations = groupes d‟étoiles َٛ‫ ٔغ‬... = ‫اوت‬ٛ‫ػخ و‬ّٛ‫ِغ‬

Répétait = reproduisait = reflétait ‫س = ٔمً = هجغ‬ٛ‫ػىظ = ف‬

- 397-
Savane = steppe = espace herbacé ‫ِشط = دغً = عجغت‬

Dormait = s‟étendait )‫سلذ (يشلذ) = ئٔجغو (يٕجغو‬

Sans movement = sans bouger ‫ْ ؽشوخ‬ٚ‫ثال ؽشان = ثذ‬

Gazons = verdures = espaces verts ‫خنيش = خنشح = خنبس‬

Bouleaux ْ‫عٕذس = ؽغش اٌمنجب‬

Agités par = remués par ‫ب‬ٙ‫ب = رضػضػ‬ٙ‫ض٘ب = رؾشو‬ٙ‫ر‬

Brises = vent frais et doux ‫اء‬ٌٛٙ‫ٔغّبد = ٔفؾبد ا‬

Dispersés = éparpillés ‫ِجؼضشح = ِفشلخ = ِؾززخ‬

Des îles d‟ombres = des taches… ‫ثمغ ِٓ اٌظالي‬

Flottantes = nageant ‫هبفيخ = ػبئّخ = ِشفشفخ‬

Mer immobile = … inerte ‫ ثال ؽشان‬... = ‫ عبِذ‬... = ٓ‫ثؾش عبو‬

Tout aurait été silence ً ‫رب‬ٛ‫ عى‬... = ً ‫ٔب‬ٛ‫ْ عى‬ٛ‫وً ؽئ لذ يى‬

Sans la = n‟était la … ‫ال‬ٌٛ = ... ْٚ‫ثذ‬

Chute = tombée ‫ه‬ٛ‫ع = رٕبصش = ٘ج‬ٛ‫ل‬ٚ = ‫ه‬ٛ‫عم‬

Subit = soudain ‫ِفبعئ = ِجبغذ‬

Gémissement = plainte ‫ي‬ٛ‫اػ = ؽى‬ٛٔ = ٓ‫أٔي‬

Hulotte = Oiseau rapace = chat-huant َٛ‫عبسػ = ث‬

- 398-
Par intervalles= de temps à autre ‫لذ آلخش‬ٚ ِٓ =ٓ‫اٌؾي‬ٚ ٓ‫ثيٓ اٌؾي‬

Mugissements = cris du bœuf ‫اس = عأس‬ٛ‫ػغيظ = خ‬

Sourds = étouffés َٛ‫ق = ِىز‬ٕٛ‫يُ = أفُ = ِخ‬ٙ‫ث‬

Cataracte = chute d‟eau ٖ‫ؽالي = ِغمو ِيب‬

Se prolonger = se répercuter ‫يّزذ ِٓ = يشرذ‬

Expirer = rendre l‟air ٗ‫صفش = أخشط إٌفظ = ٌفع أٔفبع‬

A travers = en traversant ‫ِٓ خالي = ػـجش‬

Solitaires = désertes ‫يخ = خبٌيخ‬ٚ‫ؽؾخ = خب‬ِٛ

- 399-
Bibliographie

- André d'Alverny (S.J.), "Manuel de Traduction avec

exercices", Beyrouth, librairie orientale, 2003.

- Cary (Edmond), "comment faut-il traduire"?, Lille,

presses universitaires de Lille, 1985.

- Joseph (N. Haggar), "Traité de traduction",

Beyrouth, Dar El Machreq, 2000.

- Mattar (Antoine), "la traduction pratique", Beyrouth,

Dar El Machreq, 1986.

- 400-